Des sociétés parallèles

Dur constat que celui qu’on peut jeter sur la société occidentale actuelle : nous en vivons, actuellement, la partition consternante en deux sociétés parallèles mais de moins en moins capables de vivre ensemble sinon en harmonie au moins en coordination.

D’un côté les gouvernants, les « gagnants » de la mondialisation (ou en tout cas ceux qui croient y gagner) et de l’autre, les peuples, les foules des anonymes. D’un côté, les élites auto-proclamées, les médias et les administrations nationales et internationales qui, ensemble, constituent une véritable force d’occupation du peuple.

De ce côté-ci, on trouve les dirigeants (politiques nationaux, internationaux, de multinationales) dont une partie se réjouit de la situation qui leur permet de gagner en importance, en temps d’exposition, et surtout en pouvoirs puisque chaque montée de tension qu’ils organisent sciemment leur permet de grignoter les libertés de la seconde société.

En général, ces politiciens sont nourris de l’importance qu’on leur accorde, mais n’ont pas autre chose que les informations que leur fournissent, toujours avec plusieurs temps de retard, leurs adjoints et conseillers, de façon majoritairement écrasante choisis pour leur capacité à jouer les bénis-oui-oui, à être toujours d’accord avec leurs politiques.

Or, ce sont des informations tardives et biaisées, obtenues auprès des sources qui sont toutes lourdement teintées de calculs politiques, et nourries d’une propagande maintenant omniprésente et visible. Dans ce flot d’informations où toute voix dissidente est immédiatement censurée, ou toute question – pouvant générer des réponses aux implications lourdes de remise en question – est immédiatement classée taboue, il devient impossible d’avoir une vision équilibrée, raisonnable, puisque précisément, tous les arguments en opposition avec les discours officiels ont été éliminés non par le raisonnement mais par la censure ou, pire encore car invisible, l’auto-censure.

La course à l’échalotte lamentable dont nous sommes tous témoins est une magnifique illustration de cette endogamie terminale des idées de la classe dirigeante.

De l’autre côté, le peuple, pour le moment, subit.

Accablé des tourments que les premiers lui infligent sans comprendre qu’ils jouent là un jeu fort dangereux, il choisit pour le moment l’apathie, par défaut : ne se croyant pas nombreux, n’étant guère organisés et la démarche d’opposition nécessitant une énergie et des moyens humains ou financiers rapidement importants, ses membres se croient seuls, éparpillés, minoritaires.

Petit-à-petit cependant, des réseaux s’organisent, les témoignages se font de plus en plus nombreux, la visibilité d’une opposition grandit ce qui pousse à l’entraide des uns et des autres contre ce que chacun perçoit, de façon plus ou moins diffuse pour le moment, comme une dérive de plus en plus grave.

Ce n’est, bien évidemment, qu’un embryon, qu’un début de cristallisation d’opposition mais elle reste indispensable pour rappeler aux uns et aux autres que la technique employée, « diviser pour mieux régner », vieille comme le monde, ne marche que si, justement, les individus, manipulés par la peur qu’on a créée de toute pièce à cette fin, se croient seuls et n’osent alors pas s’exprimer, s’opposer. Cette technique, composée de petits pas toujours plus loin vers l’abomination, a déjà été employée, avec « succès ». Veut-on vraiment reprendre le même chemin ?

Cependant, une réponse existe, et puisque ces deux sociétés ne veulent plus travailler de concert, une partition peut s’organiser ; une société parallèle peut se mettre en place dans laquelle les premiers ont une prise de plus en plus faible, puis nulle sur les seconds.

Cela peut passer par l’école à la maison pour les enfants, qui coupe ces derniers des influences de plus en plus puissantes de la propagande d’État poussée partout et en premier dans ces lieux d’apprentissage. La création d’écoles privées hors contrat témoigne, même dans les cités sensibles, d’une prise de conscience de la nécessité de sortir les enfants du cadre délétère qui leur est maintenant quasiment imposé. Du reste, il n’est qu’à voir de ce que les parents de l’autre société, celle qui veut asservir la seconde, acceptent ou non pour leurs propres enfants. Bizarrement, l’école de la République n’a pas leurs faveurs. De la même façon, l’arrêt complet des médias traditionnels au foyer devient une nécessité impérieuse tant télévision (d’État ou presque) et réseaux sociaux sont devenus éminemment toxiques.

Cela peut aussi passer par les choix faits jour après jour, depuis la façon dont on favorise une vie moins citadine (sans verser dans l’imagerie caricaturale d’un retour à la campagne aussi fantasmée qu’irréalisable en pratique) à celle dont on peut utiliser son propre portefeuille tant que c’est encore possible, en retirant par exemple ses billes (boursières ?) des entreprises qui jouent les pires jeux des gouvernements, en arrêtant d’acheter les produits et les services des entreprises dont les prises de positions publiques montrent leur connivence complète avec ce qui se met actuellement en place.

Pour ceux qui le peuvent et qui le comprennent, favoriser une société parallèle passera probablement par les voies de sorties que constituent les métaux précieux (l’or, l’argent) ou les cryptomonnaies dont l’usage tend à se démocratiser petit-à-petit.

Il faut comprendre en effet que les politiciens, les médias et les grosses entreprises ont besoin de consommateurs dociles, mais que l’inverse n’est pas vrai.

Pour les politiciens, c’est assez visible tant leur valeur ajoutée à la société est clairement négative ; pour les médias, les tempêtes propagandistes et la médiocrité affligeante des productions actuelles, leur connivence assumée avec le pouvoir en place rend leur disparition aussi inévitable qu’absolument sans douleur (ce sera même un bénéfice net pour tous) ; enfin, pour ces multinationales qui ont utilisé la connivence pour gagner des parts de marché ou étouffer la concurrence, elles proposent des solutions qui ne sont pas optimales et loin s’en faut : dans un marché libre, leurs produits et leurs services seront rapidement balayés. Le marché actuel, englué de règlementations, de normes imposées d’en haut, de contraintes pour mieux servir les États et leurs inféodés, va inévitablement, douloureusement rencontrer ses limites. À ceux qui le peuvent de hâter leur sort.

Bref, il faut, dès à présent, proposer et pratiquer tout ce qui vise à reconstruire une vie plus libre, qui ne peut se comprendre qu’en se détachant progressivement de la tutelle étouffante des institutions étatiques et des commensaux évoqués ci-dessus…

Alors, certes, construire cette société parallèle n’a rien de simple. Mais restons optimiste : c’est déjà en cours et cette société sera inévitable.

J'accepte les BTC, ETH et BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BTC : 1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
ETH : 0x8e2827A89419Dbdcc88286f64FED21C3B3dEEcd8
 

Commentaires368

  1. Aristarkke

    « les gouvernants, les « gagnants » de la mondialisation (ou en tout cas ceux qui croient y gagner) »
    Vu le niveau moyen de ceux-ci, c’est pas gagné et il est évident que beaucoup vont rester sur le banc de touche…

  2. Le Gnôme

    Finalement, il faut faire comme Candide, cultiver notre jardin et ne pas s’occuper du reste.

    Echalote ne prend qu’un T, Mélusine.

    1. Calvin

      Candide, ça marche un moment, mais quand tu as des soldats qui viennent te dire que, au fait, ton chez toi n’est plus à toi, ça te fait tout drôle…
      Il faut parfois se tenir au courant et préparer sa seconde fuite (après l’exil intérieur).

  3. Aristarkke

    Cela peut passer par l’école à la maison pour les enfants, qui coupe ces derniers des influences de plus en plus puissantes de la propagande d’État poussée partout et en premier dans ces lieux d’apprentissage.
    Ce n’est évidemment pas par hasard que l’Ednat et autres absidioles étatiques cherchent à en supprimer la possibilité légale…

    1. Louchp

      Le problème surtout c’est que l’école à la maison de même que les écoles hors contrat sont des solutions très coûteuses, donc peu accessibles.

      1. baretous

        oui exact. Ma fille a repris ses 2 gosses a la maison étant en télétravail ainsi que son mari. Les cours par correspondance sont très chers. A coté de ça ils s’aperçoivent que le niveau scolaire officiel est ridiculeusement bas.

        1. PG

          Bien d’accord.
          J’ai eu l’occasion de m’en apercevoir lors de la saison 1 de « Covid : the disease that will kill us » : en moins d’une heure de temps et de concentration, les cours d’une journée étaient pliés. J’ai eu des doutes sur ce que je faisais pendant quelques semaines pour constater finalement la vacuité totale du contenu enseigné.
          Ca m’inquiète pas mal.

      2. Jules

        C’est couteux quand on doit payer l’école hors contrat en plus de l’école publique dont on ne veut pas.
        C’est pour cela que le modèle de « chèque instruction » à la suédoise me semble le meilleur modèle.
        Un compromis entre le financement de l’école par l’impôt et la liberté d’inscrire ses enfants dans l’institution de son choix, privé ou publique.

            1. Pierre 82

              Voilà une phrase que je répétais de temps à temps à des gauchistes. La plupart du temps, ils ignoraient que c’était la devise d’oncle Bénito. C’est alors une joie de le leur apprendre, après qu’ils aient avoué que cette vision des choses ne les choquait pas.

              1. Theo31

                Le fascisme est un socialisme qui refuse la lutte des classes via le corporatisme tout en pillant la société.

                La sociale democratie est le jumeau du fascisme.

                1. Pierre 82

                  Je dirais que la social-démocratie en est la première phase.
                  Le communisme, fascisme ou nazisme ne peuvent prendre racine que sur un terreau d’une société en lambeaux, mais n’a aucune chance dans une société prospère.
                  D’où la nécessité de la social-démocratie, chargée d’effondrer le niveau de vie pour l’amener à un niveau critique à partir duquel in devient envisageable de durcir le régime vers plus de socialisme.
                  Le cas du Luxembourg est intéressant. Jusque dans les années 50, c’étaient des fermiers assez pauvres, sur des terres agricoles pas terribles, jusqu’au jour où le grand-duc Jean a proposé aux politiciens de l’époque de profiter de leur souveraineté pour offrir des conditions fiscales intéressantes à toute société qui voudrait s’implanter dans le pays. Au bout d’une vingtaine d’années le résultat a été saisissant: très libéraux avec les entrepreneurs, un état pas très gourmand et peu friand de réglementations, et résultat: une progression économique fulgurante.
                  A partir des années 2000 (je suis parti en 2004, mais j’y ai encore beaucoup d’amis), la boboïsation a commencé. Je me souviens que vers l’an 2000, les premières lois d’urbanisme ont été votées, qui rendaient beaucoup plus compliquée la construction de maisons individuelles, il fallait soit construire des maisons jumelées, ou des immeubles à appartement (tout confort, pas des HLM !!!), et le tout même au fin fond de la campagne glaiseuse. J’étais sur le cul de voir un truc pareil, eux qui avaient toujours mis un point d’honneur à foutre la paix aux gens quand ils sont dans les limites de leur propriété.
                  En fait, le pays tournait social-démocrate à tendance écolo à fond la caisse.
                  Maintenant, c’est une catastrophe. Le premier ministre, Bettel, est un espèce d’Hidalgo sans jupon (quoique en tant qu’inverti, il n’est pas impossible qu’il en porte). Le pays est en train de partir en sucette.
                  Certains vieux Luxembourgeois prétendent que c’est parce qu’à la Staad (la ville de Luxembourg), il n’y a plus que des Français. beaucoup de parisiens se sont en effet installés au pays, et ils y voient une relation de cause à effet. Ils sont tous devenus écolos, ce qui est un signe qui ne trompe pas de ramollissement mental.
                  Encore un effort, et ça ressemblera au Zimbabwe dans quelques années.

                2. Berdol

                  Benitto etant lui-même un des caciques du parti socialiste avant 1914, la guerre et le traité de Versailles ayant été son chemin de Damas. Il en est de même de Hitler, lui aussi adhérent au parti national socialiste des travailleurs allemands (NSDAP)

              2. Higgins

                Il y a également le programme de NDSAP tel qu’il apparaît sur Wikipédia. Il faut en enlever les items purement raciaux et transformer les autres pour qu’ils soient moderne (changer le mot trust pour multinationale par exemple). Généralement, Maisqu’ilestcon passe pour un tendre en comparaison. Le mieux est encore la tête de la victime qui avait approuvé doctement les items. J’ai testé. Jouissif.

                1. Aristarkke

                  Écologique en diable, le programme du NSDAP…
                  Il prônait déjà le retour direct à Gaïa pour une partie de l’humanité jugée dispensable…

              3. zz

                La plupart croit que benito et adolf étaient des gens de droite bien facho. Juste donner le sens de nazi (national SOCIALISTE parti démocratique) de facon literale ca en abassourdit plus d’un. Plus encore si on lit les prmiers discours de ces gentils messieurs.

      3. Jusnaturaliste

        L’école à la maison n’est pas si chère. Il faut qu’un parent arrête de travailler, on perd son salaire, mais on économise une voiture, des impôts, on touche des subventions pour bas revenus, et on gagne énormément en qualité de vie… 

        Par contre, c’est un peu tard pour se lancer, vu que Macron l’a tellement restreinte, qu’elle ne sera plus beaucoup possible en France. C’était une des dernières vraies libertés qui restait.

    2. Aleph

      Exact, c’était un droit, c’est devenu une permission, soit-disant pour lutter contre les madrasas. C’est la résurgence du modèle totalitaire spartiate où les enfants appartiennent à la Cité-Etat et non aux parents. Successeurs : Lepelletier de Saint-Fargeau, Peillon, etc.

        1. Pierre 82

          Solution: les inscrire à l’école où ils viennent de temps en temps, et malades la plupart du temps.
          Avantage: noyer les « assistantes sociales » sous le boulot, pour qu’elles soient incapables de faire leurs enquêtes sur l’absentéisme vu le nombre d’élèves dans le cas. Mettre l’enfant une demi-journée par semaine, par exemple. Apprendre à ses enfants que l’état est l’ennemi, leur apprendre à foutre le merdier dans les rouages étatiques.
          C’est facile à dire, je n’ai plus d’enfants en âge scolaire, me direz-vous. Mais il fut fracasser la mâchoire à cet état parasite, et tous les moyens sont bons pour le saboter.

            1. Yanka

              @Husskarl 6 décembre 2021, 16 h 12 min

              Non, au collège, c’est trop tard. Ça marche bien mieux avec les primaires et même les maternelles (disons à partir de 4 ans). J’en ai fait l’expérience. Ne jamais donner d’ordre arbitraire et expliquer le pourquoi du comment, en responsabilisant l’enfant. Il y a des trucs à faire, des opportunités à saisir, qui font des miracles avec les enfants pour leur apprendre à réfléchir et non à obéir. Engueuler (et punir) des mômes qui lancent des cailloux sur un chat dans une prairie ne sert à rien sans une petite leçon de choses efficace quand on prend le temps. Pour avoir travaillé trois ans avec des gosses (maternelles et primaires) où j’étais le seul homme, je puis vous dire que les enseignants, pour le côté humain (sauf une en maternelles), c’est de la merde. Que des bonnes femmes énervées, avec des problèmes de couples ou de vieux parents, qui arrivent fatiguées au boulot et passent leurs nerfs sur les enfants à la moindre incartade, qui ont oublié ce que c’est d’être un enfant. On me reprochait parfois mon manque d’autorité, mon côté bienveillant, voire complice à l’occasion, mais dans les faits je n’avais pas besoin de surgir et de m’égosiller pour être entendu. Les gosses me connaissaient et savaient que j’ai pour habitude d’être juste, en plus d’être calme dans ma façon de faire (pas de cris, mais des explications en tête-à-tête et des confrontations. Quand je devais punir, j’en donnais les raisons et pas des « Parce que c’est comme ça ! » ou « Tu dois obéir ! » Quand le règlement était absurde, je le disais, et j’ai défendu des gosses qui jouaient à gratouiller la terre avec des bouts de branches, perdus dans des histoires d’explorateurs, quand j’aurais dû les engueuler, parce que le règlement absurde exigeait que les enfants ne jouent pas « dans la terre », parce qu’ils risquaient de se salir et que les parents venaient nous engueuler après. J’avais répondu qu’ils jouaient sous ma responsabilité entière et que s’ils se salissaient au point qu’un parent venait se plaindre, il suffisait de m’envoyer le parent. Ça n’est jamais arrivé. J’avais une collègue qui aurait préféré que les enfants fussent alignés le long d’un mur et surveillés par des molosses mordants, parce que sinon, oh là là, ils courent partout, crient, etc. Je lui répondais sobrement que les enfants font ce que font tous les enfants, partout, depuis la nuit des temps, et que moi vivant, ça durerait. Il faut contenir les enfants, pas les empêcher. Quand un gosse fait le malin, pense plus haut que son bonnet, il est facile à confondre. Les mômes ont le sens du ridicule. Les jeunes je-sais-tout des cours de récré, souvent des gosses de familles aisées, qui font des réflexions désobligeantes sur d’autres enfants, ils ne font pas carrière sous mon règne, je puis vous l’assurer, parce que le moment M arrive toujours où je leur prouve devant tout le monde qu’ils sont bêtes et parfois méchants, et que cela est une tare.

              1. Husskarl

                @Yanka

                Je ne fais pas autrement, mais sous un régime qui vire à l’autoritaire, je ne ferais pas le malin. On se servait des enfants pour balancer leurs parents en URSS, et ça a déjà commencé en France, on voit parfois de drôles de formulaires…
                Les enfants ont tendance à dire la vérité et ils ont raison, mais en des temps mauvais, ça devient dangereux.

              1. Yanka

                Je suis un gars sensible. Quand je lis : « Apprendre à ses enfants que l’état est l’ennemi, leur apprendre à foutre le merdier dans les rouages étatiques », je suis tout feu tout flamme et prêt à tout ! Ma fibre anarchiste me rend sentimental !

                1. Pierre 82

                  Le pire, c’est qu’au départ, je ne suis même pas un anarchiste. Au contraire, je suis plutôt de ceux qui pensent qu’on a besoin d’un certain nombre de règles pour vivre en paix et dans la sérénité avec le voisinage, et je ne suis pas quelqu’un qui, au départ, recherche la solitude, qui d’ailleurs a plutôt tendance à m’angoisser. J’ai besoin de voir du monde.
                  Mais les règles de fonctionnement de la société doivent être admises par tous, et surtout, librement consenties, et stables dans le temps.
                  Avoir un état qui prend un malin plaisir à nous pourrir la vie m’est insupportable, et ça ne date pas d’hier. J’ai toujours appris à mes enfants qu’on devait se méfier de l’état et de ses représentants, qui sont potentiellement des gens dangereux pour vous. Maintenant on peut supprimer le mot « potentiellement », mais la conclusion reste la même.
                  Je leur conseille d’avoir toujours du sable à portée de main pour en jeter une poignée dans les rouages dès qu’on en a l’occasion.
                  Une des solutions pour s’en sortir serait de gripper la machine, de la faire dérailler, d’en arriver à un point où l’état ne sera même plus capable de garder des écoles ouvertes, des hôpitaux en état de fonctionnement, une police qui ne sort plus de ses locaux, des pompiers sans matériel ou sans personnel, incapable d’éteindre un incendie, et graduellement, un état incapable de faire encore illusion. Ce sera dur, mais tant qu’on n’a pas atteint ce point-là, la multitude préfèrera se cacher derrière son petit doigt en donnant quitus à l’état en espérant que rien ne change, et qu’on retourne à la vie d’avant.
                  C’est comme ça que l’URSS est tombée, et en ont suivi 10 années de dèche très éprouvante.

  4. Aristarkke

    « en retirant par exemple ses billes (boursières ?) des entreprises qui jouent les pires jeux des gouvernements »
    Aimable suggestion mais peu efficace à la vérité puisque le capital des entreprises cotées est essentiellement possédé par des institutions financières de tous niveaux. Le particulier actionnaire étant une espèce bien moins répandue que dans les discours de Melanchon.
    Un mouvement de ceux-ci, même concerté, serait anecdotique dans la variation des cours.
    Bref, pas de quoi émouvoir Flop Joene.
    À pratiquer uniquement par souci de s’aligner sur ses pensées.

      1. Aristarkke

        Il se trouve que j’ai eu, il y a bien quarante ans, un copain assureur qui m’avait démontré toutes les astuces permettant d’améliorer les performances aux dépens et dépends des souscripteurs. Et encore, à l’époque, ces assurances-vies ne souscrivaient pas les titres d’État dans les proportions actuelles…
        Donc, jamais rien souscrit de tel malgré la carotte fiscale d’alors qui a été depuis rognée autant que faire se peut pour cependant laisser croire qu’il en demeure une…

    1. Goufio

      @Aristarkle- L’année écoulée le sinistre Le Maire avait favorisé la non distribution des dividendes avec conditions (après avoir dialogué avec Ph Martinez (CGT)). Les textes de la BCE ont mis en suspension les dividendes pendant 2 ans. Les entreprises qui ont concouru à cette mesure sont connues. Les sortir de son portefeuille est fiscalement coûteux ( entre 30% et 100% d’impôts le choix est salutaire et pourra servir au cas où) mais j’ai déjà opéré le switch vers des entreprises étrangères dont les gouvernants n’ont pas eu cette mauvaise idée.
      Je suis d’accord avec cette société parallèle légale qui va peut-être nourrir ces zelites à l’esprit faible.
      Il existe des voies juridiques et financières efficaces…

  5. Laurent569

    La société est composée de cercles concentriques, briser cette géométrie demande une énergie considérable.
    L’apathie et la résignation sont une glue de plus en plus épaisse.
    Plus le temps passe, plus il sera difficile de s’en extraire car « ils » ont toujours un coup d’avance.
    Je voudrai être optimiste mais l’attitude de soumission de mes congénères ne m’y incite guère.

    1. Aleph

      Tout pareil. Je suis fonx et je vois tous mes collègues acquiescer à des horreurs sans rien dire, et de plus en plus souvent, sans rien penser contre. Le cas le plus fréquent est ceux qui répètent les délires venus d’en haut l’air sincère, ou qui surenchérissent avec des inventions de leur cru pour mieux se persuader eux-mêmes…

      Je crois que H16 n’a pas évoqué le préalable du combat culturel. Nous ne verrons pas les progrès qu’il appelle de ses voeux, mais des ouvrages répandus assez nombreux chez les jeunes peuvent préparer les conditions d’un rétablissement, plus tard.

      Car il ne suffit pas d’avoir raison, ou d’avoir le droit avec soi. Il faut encore être entendu, et ça suppose que les autres aient encore quelques références communes avec vous. Aujourd’hui, les délires gauchistes ont supplanté des idées pourtant simples. Il y a trente ans, la discrimination positive raciale ou sexiste était perçue pour ce qu’elle est : une discrimination odieuse. Actuellement, elle est en place et même revendiquée, etc. sans qu’il soit possible de faire comprendre ce qui ne va pas à des milliers d’ahuris.

      1. Manzoni

        Ayant eu la possibilité il y a peu de sous traiter pour une entreprise multinationale, je devais m’inscrire sur une plateforme américaine servant au référencement d’entreprises sous-traitantes. J’ai pu ainsi constater avec effarement que nos amis américains sont bien en avance sur nous, puisque ladite plateforme de référencement offre aux donneurs d’ordre de pouvoir sélectionner leurs sous-traitants selon des critères tels que « entreprise sous-traitante gérée par une personne de couleur », « entreprise sous-traitante gérée par une personne non-binaire / LGBTQ+ » etc….
        Inutile de dire qu’en tant qu’homme blanc hétérosexuel, j’ai arrêté tout net le processus de référencement de ma boite.

        1. Waren

          Dans la même lignée, je rejette systématiquement les entreprises me proposant du travail, et inscrivant leur demande en écriture inclusive.

      2. Miniac

        Etre entendu ne signifie pas convaincre les autres, cela signifie attendre que ses idées soient majoritaires, ou en d’autres termes, que ne reste que les survivants de son parti…

        Historiquement, il faut toujours un génocide pour fonder une nouvelle société…

        Que ça soit en pire ou en mieux, peu importe, mais il n’y a pas de changement de société en douceur par la discussion…

        De même, avoir raison en droit signifie seulement gagner la guerre, et non avoir la Justice pour soi…

        Dit autrement, on arrive à passer de la IVe à la Ve République par la discussion, mais on ne passe pas de la Royauté à la République, du Tsarisme au Communisme, etc, sans éliminer ses opposants…

        C’est justement là qu’intervient tout le travail de sape de l’EN et des politiques pour faire de la société occidentale un société non violente, non armée, Woke… Et le but est atteint, cf les GJ… Il y a 300 ans, on tirait sur la foule, ils prenaient la Bastille, aujourd’hui, on leur tire dessus juste au LBD et ils rentrent chez eux la queue entre les jambes, en considérant que ça aurait été un crime de lez majesté de prendre d’assaut l’Elysée ou l’Assemblée: la violence c’est MAL, il faut rapatrier « nos » terroristes, arrêter de vendre des armes etc… Bref, le peuple est nu…

        Le monde d’après sera donc celui qui sera capable d’éliminer le monde d’avant, et non de le convaincre qu’il est mieux… Ou les rats éliminent le chat, ou le chat élimine les rats… Il n’y aura pas de discussion pour convaincre…

        L’exil, intérieur ou extérieur, acheter de l’or, et autres solutions d’homme civilisé occidental n’ont rien à voir avec les enjeux…, Tous les arabes avait de l’or quand Daesh est arrivé, ça a juste permis de payer les passeurs, pas de résister… L’enjeu, c’est devenir comme le peuple Russe l’a toujours été: être capable de survivre plus longtemps que celui qui l’attaque, quoiqu’il en coute…

          1. Miniac

            J’ai toujours adoré la correction de la forme plutôt que le fond… Peu importe, dans tout combat de certitudes, le vainqueur est désigné à la fin…

            Vous êtes certains que le peuple va se réveiller et trouver une solution, vivre en parallèle dans sa bulle ou autre, parfait… Seulement, c’est nier le caractère systémique du monde, où chaque action entraine une réaction… Donc on va arrêter de consommer, de regarder la télé et d’utiliser internet, acheter de l’or et du BT, et hop, parce que l’élite a besoin de consommateurs, ça va s’effondrer ? Ou dit autrement: toutes choses égales par ailleurs dans une enceinte adiabatique…

            L’élite n’a pas besoin de consommateurs, elle a besoin d’être servie. Elle peut l’être par des consommateurs ou par des esclaves, ça n’a aucune espèce d’importance, c’est juste une question de facilité du moment…

            On tend maintenant en occident vers un système féodal, qui procurera aux élites tout ce dont ils ont besoins… Le peuple a eu plus d’importance, donc a reçu plus de considération, lorsque l’accès à la MO était nécessaire à la révolution industrielle et technologique. Il y a maintenant assez de MO et même trop, pour subvenir aux besoins de l’élite, le peuple est sacrifiable et un modèle féodal bien plus adapté… Autant donc sélectionner la plus servile et éliminer le reste puisque le réservoir est abondant…

            A chaque mouvement du peuple, suivra donc un mouvement des élites, et à ce jeu, ce n’est pas le peuple qui gagnera dans les prochaines décennies…

            Et la pseudo victoire du peuple sur les élites pour sa liberté sera la défaite de l’occident face aux autres civilisations de la planète qu’elle veut défier, encore une fois, au détriment du peuple, libéré, mais par des barbares… La chute de l’Empire Romain, bis répétita…

            Après, seulement, viendra la Renaissance…

            1. durru

              Un tel condensé de contresens, j’en ai rarement vu… Faudrait le volume de plusieurs articles pour tout remettre à l’endroit. Pas la peine 🙁

                1. durru

                  Juste un exemple :
                  « Il y a maintenant assez de MO et même trop »
                  Ce n’est pas parce qu’on répète une imbécilité à l’infini qu’elle devient vraie. Il y a des pays (pas la France, hein) où les gens ne crèvent pas de faim, avec un haut degré de robotisation, où il n’y a pas de chômage (systémique, en tout cas) et où l’immigration des personnes qualifiées est même encouragée.
                  Bon, ces deux dernières années posent des problèmes d’un autre type, mais ça (trop de main d’oeuvre) c’est juste une énorme connerie.

            2. Theo31

              Le peuple va se réveiller

              Le lopin de terre en URSS fut le plus beau doigt d’honneur fait par les citoyens soviétiques à leurs connards de dirigeants.

              1. Pierre 82

                Et ce lopin de terre les a sauvé également lors des 10 années qui ont suivi l’écroulement de l’empire, période pendant laquelle la vie était beaucoup plus pénible que sous Brejnev. Sans ces lopins de terre, ils auraient crevé de faim.
                J’ai de l’admiration pour le peuple russe, qui ont survécu aux pires coups du sort depuis le début de leur histoire. Ils ont tout connu, tout enduré, et ils sont là, debout. Ils ont certes une tendance lourde à la picole, mais je leur pardonne volontiers…

                  1. Pierre 82

                    Il y a eu énormément de victimes, et la plupart ont essayé de passer sous les radars. Sans compter qu’ils ont eu leur territoire envahi par les Allemands au milieu de ce stalinisme. Et on oublie souvent de le dire, mais chaque fois que la Wehrmacht passait dans un village, c’était la même procédure que celle appliquée à Oradour-sur-Glane quelques années après.
                    Heureusement que 20 ans de stalinisme leur avait appris à se planquer dès que nécessaire. On développe des instincts de survie assez poussé, à force…

                    1. Pheldge

                      c’était la suite logique 🙂
                      HS: Pierre pour les vidéos Youtube, il n’y a pas de modération, ça s’affiche tout de suite avec le commentaire, quand tu colles l’adresse complète sur « youtube.com ». Donc la prochaine fois, pas la peine de mettre des espaces entre les barres.

          2. Pheldge

            Patron, « lez » c’est le diminutif de « lezzie » qui signifie « lesbian », alors finalement ça te nous a un petit côté pittoresque, quand on parle de Macron 😉

        1. TiKamthi

          le problème avec votre argumentaire est qu’il est basé sur des données fausses.
          La prise de la bastille, une belle légende créée par les historiens du bon bord.
          Les faits réels montrent qu’il n’en étaient rien.
          Une bastille quasi vide, moins de 10 prisonniers.
          Quant à la foule qui serait venus nombreuses, belle foutaise et mensonge comme tout ce qui a été raconté sur l’ancien régime ou encore le moyen-age.
          le petit groupe venu là est rentré sans problème avec les portes quasi ouvertes.
          Il y a de vrais historiens qui partant des textes de l’époque montrent une autre histoire, pas la républicaine genre Michelet ou autre.
          Il y avait un seul gardien à la bastille. Qui a tiré sur la foule?

          1. Miniac

            Le problème est toujours le même: regarder le doigt qui montre la Lune… J’utilise un exemple comme symbole non comme vérité historique… Peu importe que la Bastille était vide, qu’il y avait 30 personnes, etc… Seul compte le fait que des bourgeois, pas définition non nobles, aient renversés par cette action la légitimité de la violence: Nous, gueux, devenons les gardiens de la prison… Nous, gueux, allons maintenant délivrer des lettres de cachet… La Bastille est un symbole non un fait…

            Bref, le propos est de dire que personne dans le peuple n’est prêt aujourd’hui à renverser la légitimité de la violence, c’est à dire devenir celui qui emprisonne et non celui qui est emprisonné, quoiqu’il en coûte…

            Dit autrement, aux yeux du peuple, la violence légitime est toujours celle de l’Etat, merci l’EN… Partant de là, toute contestation de l’Etat passe obligatoirement par des chemins qu’il a lui même balisé: tribunaux administratifs, Conseil d’Etat, Conseil Constitutionnel, CJUE, etc… Qui par définition, sont les cours de justice du vainqueur…

            Cela me semblait évident en l’écrivant, pour peu que l’on regarde plus loin que son doigt, plus loin qu’une élection 2022 qui ne va rien changer, pas plus que l’empilement des données sanitaires, etc…

            Donc pensez ce que vous voulez du réveil du peuple, je regarde ça d’un oeil amusé, sans vouloir m’en mêler, en continuant ma petite vie sans faire de vagues, sachant très bien que rien ne bougera…

          2. Gerldam

            Il faut lire Hyppolite Taine « Les origines de la France contemporaine » pour avoir une asez bonne idée de ce que fut la révolution française. En gros, Lénine et sa tchéka n’a fait que copier.

            1. Miniac

              Le renversement d’un régime n’est jamais le fait d’un peuple tout entier. C’est le fait d’un groupe qui conteste la légitimité de la violence d’un Etat en se trouvant plus légitime que lui pour l’exercer. Si c’est un petit groupe, on appel ça un coup d’état. Si le groupe est plus grand, une révolution… Le peuple ne fait que suivre et s’adapter aux nouveaux Maitre…

              Bref, on en revient toujours au début: y a t il dans ce pays un groupe suffisamment important pour contester la violence légitime de l’Etat, c’est à dire in fine, affronter sa police et son armée ?

              Ben non, parce que la violence, c’est MAL, cf les GJ… Alors oui, ça gueule sur les forums et les blogs… Donc circulez, y a rien à voir…

              Bref, je continue à cultiver mon jardin tranquillement, sans violence, en simple spectateur de la catastrophe annoncée, c’est à dire la restructuration de l’Occident en société féodale et figée…

    2. Goufio

      @Laurent- Il existe un signe distinctif qui est la présence d’énarque dans les centres de décisions. Ils ont été mis en place par les gauchos pour rendre irréversible la société qu’ils veulent nous imposer. Notre clairvoyance et énergie peuvent déconstruire tout cet édifice et en général cela va beaucoup plus vite que leur lente construction puisqu’il fallait la rendre indolore. Courage leur fin est plus proche que vous pouvez croire.

  6. HelloWorld

    Petite histoire que j’aimerais partager avec vous. Hier train départ à la gare de Marseille. Je croise un agent SNCF qui veut à tout prix me mettre un bracelet au bras, elle insiste et après un échange cordiale je refuse de lui présenter « mon pass ». (pass que je n’ai pas)

    L’heure de mon train arriva et là, à ma grande surprise. Police, agent sncf, chien pour contrôler les pass sanitaire, à file indienne tout le monde y passe. L’agent me scrute avec un grand sourire, et un de ses collègues me mets à l’écart avec un agent de sécurité pour me contrôler.

    Je me suis sentie humilié et en même temps fier ! Tant de personne pour me contrôler quel honneur ! On était à la limite du livre de science fiction (un bonheur insoutenable en tête)

    Enfin, nous vivons dans un monde de fou !

      1. HelloWorld

        Honte à moi, je devais absolument prendre ce train. J’ai utilisé un « pass de secours » que je n’avais jamais utilisé avant. Je ne savais même pas si il était valide ou non.

        J’ai eu de la chance, c’est 2 personnes différentes qui contrôle le pass et le billet. Des génies…

        ça m’a fait un coup au moral de devoir faire ça. L’impression d’être hors la loi. Juste parce qu’on refuse de s’injecter ce « vaccin »

        1. Arthur H

          Courage et panache 🙂

          Concernant le fait d’être hors la loi…

          Les communistes commettent des actions illégales pour parvenir à leur fin et, ce, notamment en s’alliant à de criminels.
          Dans le mm temps, ces communistes vont faire de la propagande pour expliquer que les citoyens lambda sont des hors la loi afin que ceux-ci soient effrayés et qu’ils basculent dans leur camps.

          Est-ce qu’on peu prendre le train avec un justificatif de test covid négatir de moins de 24h ?

    1. Mildred

      Petite histoire similaire : il y a quelques années un petit jeune homme se présente au départ du train de Paris Gare de Lyon sans billet. Manque de bol, un contrôleur lui demande son billet. Le jeune homme bafouille qu’il n’a pas eu le temps de l’acheter. Mais le contrôleur ayant vu qu’il arborait un insigne avec faucille et marteau : « Allez, passe camarade ! »
      Et voilà comment on peut se rendre gratuitement de Paris à Lyon.
      Ce qui prouve que « les réseaux s’organisent » de longue date.

    2. Mitch

      Mais quelle bande de tarées !! J’ai beau le savoir, ils arrivent encore à m’étonner. Le plus triste c’est que je suis quasi sur qu’il y avait une bonne partie des passagers qui été très content de ces contrôles type ‘Vichy dans les grandes heures’. l’immense majorité de ce tas de cons est encore convaincu que si le virus se repend c’est à cause des non-vax. C’est consternant !

  7. Student of Liberty

    « les « gagnants » de la mondialisation (ou en tout cas ceux qui croient y gagner) »

    Qui avez-vous en tête et qu’entendez-vous par « mondialisation »? Il me semblait que la mondialisation tant honnie par ceux qui la dénoncent, c’est la libéralisation aux frontières bien imparfaite mais réelle sur les cinquante dernières années et la baisse des coûts du transport maritime qui permet d’améliorer la gestion des avantages comparatifs au détriment des contrats passés avec les coquins et les copains, localement.

    1. durru

      Sur les 50 dernières années, et plus encore sur les 30 dernières, ce qui s’est mondialisé c’est plutôt la folie règlementaire (un seul exemple suffit : les positions de l’OMS depuis deux ans), assortie de connivence et dilution de la responsabilité (désolé pour les pléonasmes).

    2. Berdol

      Et qui a permis , sans contrepartie , à la Chine et l’Allemagne d’éliminer la concurrence directe des économies développées et de faire de nos vieux pays des Ephad en puissance et des villages vacances sans pollution puisque sans usines.

  8. Louchp

    En fait, un site de notation connivence serait, pour des achats / investissements vraiment responsables. Voir une application genre AntiResetYuka pour là encore faire les bons choix.

    1. douar

      S’il y a bien une appli bidon, c’est bien « yuka »: ainsi, tous les produits « bio » ont droit un un bonus.
      Pourquoi? paske c’est comme ça epicetou.
      Bref, je me méfie terriblement de ces indicateurs globaux pour des sujets complexes.

    2. Goufio

      @ Louchp- Achats/investissements responsables ! Vous croyez sincèrement à ce que vous avez écrit ?
      Ma remarque est comment un achat ou un investissement ne pourrait il pas être responsable? L’inverse m’effraie et l’aide d’une appli encore plus. La responsabilité ne peut pas être déléguée

      1. pl00tarke

        Un achat ou un investissement n’est jamais « responsable », la notion de responsabilité impliquant la capacité de choisir et de discerner.

        Des achats et investissements irresponsables, en revanche, on en trouve à la pelle. Au hasard tout ce qui relève de la sphère publique en Grance.

  9. Calvin

    On pourrait même appeler la société des élites et des connivents : la société paranormale, alors que celle du peuple est la société normale.
    Cette société paranormale est pleine de zombies, de vampires, ou de monstres arrogants.

    1. Goufio

      @Calvin-Cette société a des filiales dont le nom est Davos, OMC, OCDE, G7, G20 pour n’en citer que quelques unes. Ce qu’elles ont en commun ce sont des fonctionnaires qui sortent des mêmes écoles pour défendre leurs acquis

  10. durru

    Question (bête ?) : Est-ce que, en réalité, le nombre de sociétés qui se mettent en place, et encore plus de types de populations, ne serait pas plutôt de trois ?
    Je pense aux nouveaux esclaves, les illégaux d’abord, mais aussi une bonne partie des assistés professionnels.
    Ils vivent pour la plupart dans des ghettos, ils ne correspondent à aucune des deux autres catégories et en général ils ne le veulent pas non plus.

    1. Calvin

      Pour moi, ces gens représentent la connexion entre ces deux sociétés. Ils appartiennent au second, mais vivent en aidant le premier. Ils peuvent être à la fois collabos et délateurs.

  11. Aleph

    Je sais bien que l’expression est désormais très répandue, et son usage installé, mais « capitalisme de connivence » ne convient pas si bien pour rendre « crony capitalism » (littéralement capitalisme des copains).

    « Connivence » n’est pas seulement une atténuation de « complicité » signifiant « prêter les mains à quelque chose de secret ou de coupable », ça a un sens plus précis qu’on risque de perdre en l’employant peu ou mal : « conniver » signifie « détourner les yeux tandis qu’un délit est en train de se commettre », « Fermer les yeux sur ce qu’on n’ose pas ou ne veut pas apercevoir et, par suite, dissimuler en justice les faits à la charge d’un accusé, et prendre ainsi part à une mauvaise action. « .

    L’expression qui conviendrait est « capitalisme de collusion », d’après colluder issu du latin « colludere / cum ludere » ou « jouer ensemble ». « Collusion » désigne une simple « entente secrète entre deux ou plusieurs parties, pour faire préjudice ou simplement pour tromper ».

    Personnellement, j’emploie plus simplement « favoritisme », ce qui rappelle qu’il s’agit d’un phénomène de cour et non républicain.

    https://www.littre.org/definition/conniver
    https://www.littre.org/definition/collusion

  12. Gerldam

    Pour info, un sommet a été atteint au Luxembourg. Pays qu’on pense en général calme et occupé à compter ses sous.
    Figurez-vous que, pour certaines activités, il faut être soit guéri du Covid (moins de 6 mois) soit « vacciné » pour entrer. On aboutit donc à la situation suivante: des « vaccinés » dont on sait tous qu’ils peuvent être aussi contagieux que des non-vax entrent tranquillement dans la salle, tandis que quelqu’un qui montre par un test de 24h qu’il n’est pas porteur du virus reste à la porte.
    Pire encore que la France.
    Le coupable: un certain Bettel, taré et pd, accessoirement premier ministre.

      1. Pierre 82

        Il y a bientôt 2 ans, quand mon fils était revenu de Nouvelle-Zélande après un an de travail (visa expiré, donc rentré), son intention était de rester quelques mois en France, tout en cherchant activement à s’expatrier une deuxième fois, vu que l’air était beaucoup plus libre là-bas pour toute personne qui a envie de bosser.
        Il pensait à l’Australie ou à Singapour, et j’estimais que c’étaient des bons choix. Il est revenu en février 2020, et depuis, allez savoir pourquoi, notre opinion a légèrement changé. Même le Texas ou la Floride, on ne peut même plus dire comment ça va évoluer.
        Quant aux pays que vous citez, cher Karl, l’Amérique centrale, il me semble que ça tire dans tous les coins, le 93, c’est calme, à côté.. bof.
        Et la Russie ou ses derniers affidés comme la Biélorussie, ce sont quand même, malgré tout ce qu’on peut en penser, des pays un peu mafieux sur les bords… On a souvent un potentat local à satisfaire… je ne le sens pas trop, sauf si j’y avais des amis proches, ce qui n’est pas le cas…
        Pareil pour les pays de l’est de l’Europe, ils peuvent basculer d’un mois à l’autre vu la pression infligée par l’UE, et le fait que la vague montante de la classe politique locale a été formée suivant es règles de l’UE et des USA. Désolé d’en décevoir certain(e)s, mais j’ai l’impression qu’on assiste plutôt à un baroud d’honneur. Il est vrai que je ne vis pas sur place…

        1. Malancourt

          Un pays lointain où il fait bon vivre, au moins pour l’absence de sentiment d’insécurité, c’est le Chili. Par contre je ne sais pas s’ils sont devenus covidéments?

        2. Husskarl

          Il y a des états où il n’y a pas eu de mesures liberticides durant le délire covidistes (South Dakota: theguardian.com/us-news/2020/apr/21/south-dakota-covid-19-coronavirus-freedom) et d’autres qui ont créé des lois pour interdire un recommencement (NH). Ces mêmes états ont souvent interdit le green pass avec un différentiel pour certain hélas privé/public (Floride, Texas, NH,etc…).
          beckershospitalreview.com/digital-transformation/vaccine-passports-10-states-with-bans-limitations-green-lights.html

          Certains ont banni les mask mandates: edweek.org/policy-politics/which-states-ban-mask-mandates-in-schools-and-which-require-masks/2021/08

          Je ne vois pas ce qu’il vous faut de plus, à l’heure actuelle c’est merle au menu…mais au moins y a du merle.

          NB: Oui l’amérique centrale ce n’est pas la panacée à 100%, mais vu ce que l’europe de l’ouest est devenue, il faut comparer les données actuelles.

    1. MissKat

      La Pologne!
      On vit normalement ici même si le gvt « réfléchit » à des mesures, les gens font ce qu’ils veulent.
      il y a une opposition et le pis s’oppose a la vacc forcée.
      La gauche evidemment pousse au pass et a la vacc obligatoire mais ça passe pas.
      La télé montre les manifs et emeutes ailleurs et ici on veut pas de ça.
      aucun masque dehors et pas de pression ni contrôles ici.
      (Pourvu que ça dure)

      1. Husskarl

        Y a t il un parti qui voudrait faire une Floride ?
        (cad interdire constitutionnellement le pass, interdire la vax oblig, interdire le mask mandate)

  13. Le Grincheux

    J’aimerais vraiment que le Patron ait raison mais je ne suis pas optimiste. Un éternel combattant que je connais de longue date a décidé de créer une association pour permettre aux gens de s’exprimer librement, accessoirement de les défendre. Pour cela, un site web a été créé pour permettre à des idées d’émerger (www.actes-vrais.fr avec un https devant). Tout y est publié sans filtre (autre que la bienséance et le respect de l’orthographe). Ce site web a été créé à la demande des utilisateurs (vu le prix d’un développement, les potentiels utilisateurs ont été sondés longuement) et ne contient aucune publicité. Personne ne l’utilise. Effectivement, pour l’utiliser pleinement, une petite cotisation mensuelle est demandée, cotisation qui n’atteint pas le prix d’un café au comptoir.

    Il y a donc un gap entre le monde d’en haut et celui d’en bas, mais les membres du monde d’en bas sont très loin de commencer à bouger. Et tout ce que j’observe depuis la fenêtre de ma maison dans le diocèse le plus crotté de France ne m’incite pas à un optimisme délirant. Les gens d’en bas bougeront lorsqu’ils n’auront plus rien dans leurs assiettes, ce qui pourrait arriver assez vite, mais ce sera trop tard. Ils en seront à se demander comment on est passé d’un pays qui fonctionnait à peu près il y a cinquante ans à un système façon « Soleil vert ».

    1. sam player

      « Personne ne l’utilise. Effectivement, pour l’utiliser pleinement, une petite cotisation mensuelle est demandée, cotisation qui n’atteint pas le prix d’un café au comptoir. »

      😀

      1. Le Grincheux

        Une grande partie s’utilise gratuitement. De toute façon, les mêmes qui ont demandé la création d’un tel outil n’ont jamais pris la peine d’y aller, ne serait-ce que pour voir (les statistiques du site sont très claires à ce sujet). Et quand on voit l’argent mis par les fenêtres en abonnements divers et variés par ceux qui ont plébiscité l’outil, on se dit que ce n’est pas 1€/mois qui vont les mettre dedans, ce coût servant uniquement à payer l’hébergement, les machines et la connexion internet. Bref, les gens gueulent sur les réseaux dits sociaux mais sont incapables de faire autre chose. Le monde d’en haut le sait parfaitement et il est, pour l’instant, protégé. Pour qu’il se passe quelque chose, il faudra que le petit confort (tout relatif) du monde d’en bas disparaisse.

    2. Husskarl

      Retour rapide sans a priori:

      Le design du site n’incite pas à l’inscription et surtout en se balladant, on ne comprend pas en quoi consiste le site.
      Alors effectivement, payer un truc qu’on ne comprend pas…

  14. Malancourt

    « pour les médias, les tempêtes propagandistes et la médiocrité affligeante des productions actuelles, leur connivence assumée avec le pouvoir en place »

    Je n’écoute plus beaucoup les infos à la radio mais il ne faut pas s’enfermer dans son monde et n’entendre que ce qui nous convient. Donc ce matin sur la route j’écoutais radio classique et nous avons eu droit un un petit morceau de propagande au sujet du meeting du Z.
    S’ils ont bien insisté sur les militants SOS racisme « brutalisés », aucun mot sur les militants antifas arrêtés avec des cocktails molotov et des bouteilles d’acide.

  15. Jeanne ère

    La société parallèle commence à se former notamment dans nos campagnes où des groupes commencent à prendre forme afin de résister aux diktats de l’élite.
    Peu probable qu’ils arrivent à nous faire mourir de faim ou de solitude, car nous mettons en place de moyens de communications sans téléphone, sans internet.

    Des sites proposent aussi des liens.
    Sur ce site, il y a des liens qui sont honnêtes. (Réinfocovid -j’en fait partie-, Réaction 19, AIMSIB, Bon sens…)
    D’autres, je l’ignore.
    Peut être que vous en connaissez un certain nombre et pouvez certifier leur « honorabilité »?
    https://www.patrickhuet.net/covid-associations-a-rejoindre-pour-combattre-la-tyrannie/

    J’ignore tout de l’auteur de ce site.

      1. pabizou

        Auriez vous un problème avec l’argent? A moins de considérer que le monde entier doit protéger votre petit nombril gratuitement votre manière de dénigrer est totalement stupide . Pourriez vous nous expliquer ce que, vous, vous avez fait d’une manière « louable et désintéressée » avant de taper sur quelqu’un qui propose quelque chose?

  16. Jacques B.

    Ce sera inévitable et réalisable dans la mesure où les membres de la première société, celle des élites auto-proclamées, n’instaureront pas une dictature féroce en vue de contrôler chaque individu ; aidés en cela par une armée de délateurs adeptes de la servitude volontaire. N’oublions pas que ces gens ne nous voient pas que comme des consommateurs, mais qu’ils nous voient surtout comme des travailleurs-vaches à lait : sans nous et les impôts et prélèvement divers dont ils nous écrasent, ils ne seraient rien. Ils veulent ni plus ni moins faire du peuple les nouveaux serfs, et je crois qu’ils n’hésiteront pas à mettre en place une société totalitaire pour y parvenir. Peu à peu, comme le dit bien l’intervenant de la vidéo à propos de la persécution des Juifs en Allemagne nazie.
    Cela dit effectivement, faisons tout pour passer sous les radars et organiser une contre-société, un contre-pouvoir, celui des gens qui entendent rester libres. L’Histoire n’est pas écrite, et qui sait ?

  17. LeSUBVERSIF

    « Il faut comprendre en effet que les politiciens, les médias et les grosses entreprises ont besoin de consommateurs dociles, mais que l’inverse n’est pas vrai. »

    -Je ne pense pas non…. pas de consommateurs dociles mais plutôt besoin de moins en moins de consommateurs et qui consommeront moins ..pour ce qui est de la docilité les zélites parasites pouvaient pas rêver mieux avec le papasse actuel, le bracelet très prochainement et enfin la pupuce ! ! et une fois les gueux parqués donc surveillés (c’est pour ça,entre autres, qu’on voit plein d’antennes 5 g pousser comme des champignons ..mais chuuuuut c’est complotiste) il pourront toujours gueuler il sera trop tard … la boite de pandore sera ouverte !

    « ces multinationales qui ont utilisé la connivence pour gagner des parts de marché ou étouffer la concurrence, elles proposent des solutions qui ne sont pas optimales et loin s’en faut : dans un marché libre, leurs produits et leurs services seront rapidement balayés »

    -Oui mais il y a un préalable faut il encore qui y ait un marché libre ! ce qui n’est bien sur pas le cas ! Comme je le disais déjà nous sommes passés d’un capitalisme de connivence à un capitalisme de surveillance.
    La bascule à mon avis se fera lorsque le vax obligatoire pour tous les gueux sera effectif en Autriche en février prochain !
    Si les gens ne réagissent pas et courbent toujours l’échine . ;ça sera le feu vert pour les autres pays dont la France …et là i n’ y aura plus qu’à prier ..in spiritou, sanctou, .;etc,etc….

      1. Jacques Huse de Royaumont

        cf https:/ /resistance-mondiale.com/le-nouveau-chancelier-autrichien-nehammer-veut-reduire-la-pression-sur-les-personnes-non-vaccinees

        Machine arrière toute. Pourvu que cela fasse tache d’huile.

        1. pabizou

          Espérons que ça mène à autre chose que des voeux pieux . Il ne me semble pas qu’il remette la vax obligatoire en question …on verra bien…

          1. MissKat

            Encore une technique de manipulation
            il y a des consignes pour fourguer du vax au niveau europeen (mondial?)
            En PL aussi ils ont fait volte face et veulent imposer le vax a certaines categories de salariés sous peine de suspension a partir du 1er mars (mais c est pas obligatoire!)
            Pourquoi cette date? Comme en autriche?
            Discotheques fermées aussi.
            Mais je suis invitée a un mariage en janvier lol
            Bon ici ça va fighter, il y a trop de gens contre la segregation et les restrictions , les jauges les gens s’en gens foutent. Il n’y a pas de kapos ici. Je suis dans un centre co : 1/3 des gens non masqués et personne ne se regarde de travers.
            Ça marche pas ici.
            Mais c est pas rassurant.
            C’est le 4eme Reich europeen en marche.

            Ou alors ‘ils sont tous menacés par des extra terrestres ?!!

  18. Guéguette

    Je pense ne pas être hors sujet. Hier soir j’ai regardé l’émission C Politique sur la 5. David Djaïz était invité et ses propos, en moi, ont fait mouche. Ce jeune homme mérite l’attention. J’ai apprécié l’ensemble de son discours et le parallèle qu’il fait de notre société avec le tableau de Goya « Duel à coup de gourdin ».
    Je n’ai pas de lien pour partager, pour réécouter son intervention dans cette émission – dommage. Mais, peut-être que l’un d’entre vous est en mesure d’y remédier ?

  19. Edouard

    C’est sur que casser le gros machin que vous décrivez bien est un objectif pour une majorité silencieuse.
    En dessous (bientôt à côté) de ceux que vous décrivez et qui ont BEAUCOUP trop de pouvoir donné par cette société collectiviste qui est la nôtre aujourd’hui, il y a ceux qui travaillent et aimeraient qu’on leur fiche la paix sur les choix de la vie quotidienne.
    Combien sont chez MLP ou Z par dépit. Combien ne votent plus par dépit.
    Mais, par définition, prendre le pouvoir est aussi opposé à leur point de vue. Un libertarien/ libéral n’aimant pas le pouvoir, ne voudra pas le prendre, ou alors juste pour démontrer le machin. Certains poussent des idées courageuses : Denis Payre ou encore Gaspard Koenig et ils n’ont peut-être pas dit leur dernier mot dans cette campagne.
    C’est le dilemne d’aujourd’hui, les candidats qui s’annoncent portent tous des messages clairs où moins clairs disant : on va reconstruire le Truc.
    Il ne faut pas le REconstruire, mais le DÉconstruire.
    Malheureusement, a moins d’une bonne crise financière qui mette notre système français à plat, pas de sortie politique « propre » en vue.

    1. heli0gabale

      Ce qui est un pur scandale.

      Je parie sur une amnésie passagère des journaleux jusqu’au moment opportun où ils vont « découvrir » ou re-découvrir tout ça avec moult reportages.

  20. Germanopratin

    Le « peuple » , en tant qu’entité homogène n existe pas. Pur mythe. La société est un conglomérat d’intérêts convergents/divergents. Un syndic de copropriété comme l ont dit certains.

    1. Jacques Huse de Royaumont

      Qu’est ce que le peuple ?
      Une entité homogène, certainement pas et heureusement, mais est-il pertinent de dire pour autant qu’il n’existe pas ?

      Je risque une définition.
      Un peuple, c’est un ensemble d’individus qui partage une mémoire commune et qui, de ce fait, se sentent liés par une communauté d’identité et d’intérêts.

  21. Miniac

    Si diviser pour mieux régner est vieux comme le monde, la méthode Couet aussi…

    Il n’y aura pas de société parallèle, parce que d’une part, ce n’est pas culturellement envisageable par toute une moitié nord de la France, et secondo, parce qu’avant que le peuple « pense » à créer une autre société, il faudra d’ABORD et au préalable qu’il ait tout perdu dans cette société là… Et c’est encore bien loin d’être le cas…

    Et même dans ce cas là, l’exemple des migrants est flagrant: même avec plus grand chose, ils préfèrent fuir plutôt que de se battre pour reconstruire une autre société chez eux…

    L’exemple du peu de révoltes dans les camps nazi est aussi flagrant: mieux vaut accepter d’être kapo ou Sonderkommando pour vivre quelques jours de plus, plutôt que de se révolter et risquer de mourir immédiatement… En d’autre terme, l’espoir de vivre est toujours plus fort que la crainte de mourir…

    Il faut donc trois préalables pour que le rat se retourne et attaque son prédateur: qu’il ait tout perdu ET qu’il ne puisse plus fuir ET qu’il pense mourir à 100% si il se rend…

    A ces trois conditions seulement, il y aura du changement… Et c’est pas près d’arriver même avec toutes les méthodes Couet possibles…

    Le peuple va donc composer avec ses dirigeants, comme il le fait avec Daesh, les Talibans, ou avant avec Staline, Hitler, comme toujours dans l’histoire…

    On va attendre de voir si en 2022 il faut faire les courses avec des valises de billets et/ou si on déclare la guerre à la Russie pour « sauver » l’Ukraine, dès fois que ça change la donne, En attendant, rien de neuf sous le soleil…

          1. Pheldge

            les galipettes sous la couette, et aussi imagine le grimé en écolière avec une jupette écossaise, et des couettes, pendant que Momie ou « Mummy », lui donne la fessée … 😉

    1. Spirou

      Des picks up avec des enturbannés en AK47 vont surgir d’ici deux ans à la périphérie des grandes villes françaises. Ils seront applaudi pour rétablir l’ordre. Et rendront la contraire au coran. L’espoir est sans doute là

        1. Yanka

          D’autant plus qu’en tant que mecs bien burnés, on craint que dalle, et puis on aura des meufs à donf et on pourra leur mettre des tatanes. Le califat, moi je kiffe. Yeah !

  22. heli0gabale

    Qu’il existe une division très marquée entre les honestiores et les gueux, je veux bien le croire. Mais la seconde catégorie est bien plus fragmentée que la première (cf. Le dernier exemple en date, le merdier au meeting du Z).

    Je pense qu’on a dépassé le cadre du CPEF, on peut parler de CPNEP : Ce Pays N’Existe Plus.

    1. durru

      Parce que ceux qui ont mis le binz chez le Z font partie de la première catégorie (c’est quand même bien connu que les rangs des antifas sont constitués en grande partie d’héritiers des classes dirigeantes), voire de leurs obligés (ce que moi je vois comme la troisième société, celle des esclaves et assimilés).
      Je crois qu’il convient de ne pas mélanger…

  23. HAYD

    Un autre angle de tir : les méfaits liés aux ordinateurs et à la « numérisation » de la société. Outre un abêtissement pour la plus grande gloire du divertissement, épigone mochtingue de ce qui fut la culture, cela amène une auto-servitude au niveau mondial.

    De fait une crise Covid n’aurait jamais pu arriver avant les téléphones portables.

    Je vous passes les procédures administratives délirantes suite aux urbanisations et systèmes d’information, la perte des concepts formels, la video pour tut et pour rien mais qui est devenu un critère de vérité – voire de réalité !!!, la myopie intellectuelle de la recherche, de l’enseignement, les bulles, …..

    1. Pierre 82

      Je pense de plus en plus qu’on s’illusionne sur le fait que les gens étaient plus cultivés il y a une ou deux générations. Je ne serais pas surpris qu’en réalité, le niveau moyen était pareil qu’aujourd’hui. Ça se voyait moins parce qu’on avait pas encore appelé « culture » tout et n’importe quoi, et qu’on était moins prétentieux.
      La plupart des gens n’en ont jamais eu rien à foutre de culture, de réflexion ou d’envie de liberté, ils veulent juste à bouffer, et de quoi se distraire, sans trop se faire chier à bosser comme des ânes.
      La grosse différence est qu’il y avait beaucoup moins de bacheliers, et que leur niveau était largement supérieur à ceux qui se prennent actuellement pour l’élite.
      Cette « élite », parce qu’ils ont un bac+5 ou sont « docteurs », on les a bombardé du titre de « cadres », mais qu’ils n’encadrent en réalité rien du tout, ils se contentent d’appliquer des procédures et sont parfaitement interchangeables. Je sais de quoi je parle, je fais clairement partie de cette catégorie.
      Par contre, on leur a foutu dans la tête qu’ils sont l’élite de la nation parce qu’ils portent le titre ronflant de « manager » ou « directeur » alors qu’au niveau de leur importance réelle dans l’organisation, ils sont largement inférieur à un sous-chef de bureau dans les années 60 qui lui, au moins, connaissait son business, même si son domaine de compétence était très restreint. Ça, par contre, j’en suis conscient.
      En fait, je me demande parfois si notre société n’est pas simplement en pilote automatique, qu’il n’y a plus vraiment qui que ce soit aux manettes, à part les commandes qui permettent d’ouvrir des trappes latérales que certains petits malins utilisent pour pouvoir aller se nourrir directement du sang de la bête. Pour le reste, c’est l’immense force d’inertie de ce qui était notre civilisation industrielle et industrieuse qui continue de produire un peu, sur sa lancée.
      Pour moi, ça décrit bien ce système dit démocratique de capitalisme de connivence.
      Cette impression de naviguer à bord d’un gigantesque poulet sans tête me semble de plus en plus prégnante. Il n’y a aucun pilote dans l’avion, nous vivons un gigantesque complot du rien.
      Et on finira par s’arrêter par manque de carburant, et sans rien d’autre.

      1. HAYD

        SI, et cela rejoint le point de la dégradation d’autorité d’un précédent billet. Il faut un socle culturel réel et cohérent (même fondé sur des irrégularités parfois….) dont l’accès demande un peu de temps et de travail, pour souder une base de pensée dans laquelle les différences sont légitimes et non vexantes.

        Aujourd’hui, quand on critique, on vexe, et la réponse est celle de la « pensée » mainstream ie celle du monde numérique..

        La numérisation mondiale a sa part de responsabilité dans cette débilisation. Après tout n’est pas négatif dans l’informatique, mais en tant qu’arme à faire chier, elle est balèze.

      2. Yanka

        « Je pense de plus en plus qu’on s’illusionne sur le fait que les gens étaient plus cultivés il y a une ou deux générations. »

        Vaste question, qui mériterait de définir ce qu’on entend par culture. J’ai lu Proust, je suis cultivé ; j’ai vu dix films avec Fufu, je suis cultivé ; je lis chaque semaine Paris Match, je suis cultivé ; je regardais Pivot, donc j’étais cultivé, mais comme je regardais aussi Guy Lux, je le suis encore plus ! La culture qui se définit par l’ensemble des connaissances superficielles que j’ai sur des sujets communs (je sais qui est plus ou moins Napoléon, Victor Hugo, John Wayne, les Beatles, etc.), elle prouve que j’ai un certain intérêt pour le monde qui m’entoure, une assez bonne mémoire et assez d’organisation spatio-temporelle pour remettre chacun à sa place dans son époque ; mais est-ce que ce sont là des connaissances réelles ou un vernis ? D’un autre côté, tout connaître du phylloxera et ignorer qui est Georges Brassens, George Harrison, George Orwell et tant d’autres, c’est sans doute excellent pour la science dans ce domaine très particulier, mais pour les discussions générales, quel ennui !

        La logique voudrait que plus on avance plus on est cultivé. J’ai lu Proust, Montherlant, Morand, Faulkner et tant d’autres que n’a pas pas lu Victor Hugo, qu’il aurait lu s’il avait été d’un autre temps. Hugo moins cultivé que Yanka ? Peut-être (en plus, nous avons le cinéma et la musique reproductible à souhait sur des supports de moins en moins coûteux et accessible à tout moment), mais ma vaste culture s’arrête où commence le génie de Hugo et sa puissance créatrice, alors même que je suis un créateur aussi. Aucune comparaison possible. Ma culture me permet d’être à l’aise dans n’importe quel milieu et d’avoir de longues conversations sur des sujets littéraires (artistiques en général) précis, mais je peux parler de Frédéric François, du cyclisme actuel et ancien, du foot des années 70, des films des Charlots. Est-ce utile à l’humanité ? Non. C’est à usage personnel.

        Quand je vais quelque part où je sais que je vais devoir attendre, là où hier j’avais souvent un livre dans le fond de mon sac, j’ai aujourd’hui une liseuse avec dedans une dizaine de bouquins. Et donc quand je dois m’en servir, je n’ai autour de moi que des gens plongés dans leurs smartphones, en train de jouer. Jadis, ils se se seraient faits des réflexions sur le monde autour d’eux ou auraient lié conversation avec leur voisin de chaise, ou se seraient plongés dans la contemplation rêveuse d’une affiche sur le mur, qui leur aurait permis de relier une réflexion actuelle avec un souvenir ancien par ce média (En tous cas, moi, je fonctionne comme ça).

        La moindre interview d’enfants ou d’adultes dans les années 60 et 70 prouvait une capacité d’expression bien plus riche et posée que la nôtre. Regardez par exemple « Le joli Mai » (1963) de Chris Marker et Pierre Lhomme. Trouvez des vidéos sur YT où les jeunes sont interrogés dans les années 60 sur l’amour, le mariage, le travail, etc. En fait les gens parlaient réellement comme on parle dans les films les plus sociologiques de Godard, distinctement, avec une sorte d’élégance aujourd’hui considérée comme désuète. Prenez un micro-trottoir de 2021 et comparez. Ouche ! Les gens n’ont plus de souffle et manquent de vocabulaire, de calme. Ils ne savent plus organiser leur pensée : ils n’ont plus que des émotions qu’ils jettent là en vrac.

        Etc.

        1. HAYD

          La culture est finalement assez contextuelle, mais la distinction entre culture – lire, parler, échanger – et divertissement – jeux smartphone – existe encore.

          Moins simpliste, les séries télévisées. C’est l’opéra de notre époque, il y a de l’inventivité parfois puissante, une recherche esthétique réelle, et parfois c’est très juste. Mais cela ne fera jamais de chef d’œuvre comme Les Perses d’Eschyle ou Antigone de Sophocle. Qui ne parlent qu’à ceux qui ont du temps, étudiè l’histoire, abordé le monde grec, effleuré la langue grecque ancienne….

          Relire Les contemplations me grandit. Regarder une série peut m’enrichir, mais je ne pense pas que ça me grandisse. Ça en dit peut-être plus sur le terreau que je suis pour ces œuvres que pour elles-mêmes ?

            1. Grosminet

              À condition que la gravité existe dans l’hyperespace… ou alors faut plein de colle et de serre-joints pour faire tenir les meubles en place…

            2. Pheldge

              Allô Patron ? juste pour dire que c’est plus la peine d’envoyer de bouquins dédicacés à sam, vu l’usage qu’il en fait … la confiture, le cochon, tout ça 😉

  24. baretous

    moi j’ai appris la définition des droites parallèles à l’école: ce sont deux droites qui se rejoignent à l’infini .

    Et l’infini c’est beau mais c’est loin..

    1. MCA

      Cette def m’a tjs amusé: comment peuvent-elles être parallèles si elles se rejoignent?

      Hé puis bon, qu’est-ce qu’il en sait celui qui a écrit cette définition puisqu’il n’est jamais allé à l’infini?

      1. Pheldge

        c’est une « définition populaire » qui n’a rien de mathématique. je pense que ça vient de la confusion avec les verticales, liées à la pesanteur, qui sont en apparence parallèle à notre échelle, à la surface de la Terre, mais se rencontrent au voisinage du centre du Géoïde 6400 km plus loin.

  25. syl20

    En tous cas, avec ce genre d’article on est pas sorti de l’auberge : Covid-19 : à l’hôpital de Colmar, l’afflux de malades non vaccinés
    https://www.lemonde.fr/sante/article/2021/12/05/a-l-hopital-de-colmar-une-vague-de-non-vaccines-contre-le-covid-19_6104768_1651302.html

    Merci H16 pour ce nouvel article…
    En fait je trouve que le capitaliste de corruption recouvre toutes les autres expressions… car c’est la corruption à tous les étages, des maires aux présidents, des agriculteurs aux pharmaciens, des médecins aux fonx, tout le monde mange la soupe des petits avantages honteux et/ou malhonnêtes, mais fièrement assumés par les petits malins avec pignon sur rue.
    Une société de petits malins, sans autre guides moraux, que la finalité pécuniaire.

    Je ne vois en aucun cas d’améliorations dans la brochette de candidats attendus. A mes yeux, seul un évènement imprévisible pourra casser la chaine des égoïsmes cumulés. Genre coup de barre de fer dans les genoux de l’économie…

    1. Spirou

      C’est une guerre de l’info. La majorité des CHU décrivent des services saturés de double vax qui viennent avec pleins de pathologies (cardiologie, gynécologie…). Les médecins du CHU de bordeaux refusent la 3e dose au vu de ce qu’ils découvrent chaque jour dans leur service

        1. Spirou

          Un médecin de plateau reconnaissait il y a 3 jours que les 2/3 de ses hospitalisés étaient double vax. Raout vient d’annoncer qu’il n’y a pas de différences entre la mortalité vax et non vax. En revanche, la troisième dose fait exploser les effets secondaires en Israël. On approche d’un point de non retour.
          Les faux pass font par contre mécaniquement augmenter de plusieurs millions le nor de vax. Je pense qu’on doit tourner autour de 10 m

    1. Popeye

      ha oui mais non là ça compte pas parce que le COVID est vachement plus différent et troporriblement plus dangereux que la grippe classique parce que TGCM et que ça n’a rien à voir!

    2. zecrocwhite

      Juste pour être sûr, avez-vous vérifié la date de parution de l’article ? Il ne remet pas en cause l’état de déliquescence de l’hôpital français, loin de là, mais n’a aucun lien avec la covid.

        1. Laurent569

          Article de 2016 que j’ai conservé dans mes favoris.
          Si vous lisez bien, le problème semble être lié à l’organisation de l’hôpital (comme l’a dit EM, l’an dernier)…

          1. Theo31

            On apprenait hier sur LCdS que l’hôpital de Guéret préfère établir des listes de proscription que d’améliorer son offre de soins.

            Notons que la CGT a mis trois mois à réagir.

      1. Pierre 82

        Mais vous ne comprenez pas:
        Patient vacciné -> grippe d’office.
        Patient non-vacciné -> covid dans tous les cas.
        Je n’ai bien sûr pas de preuve de ce que j’avance, mais à la place d’un psychopathe comme Véran, c’est cette consigne-là que je donnerais aux directeurs d’hôpitaux. Et comme ils sont d’une servilité et d’une veulerie rarement atteinte, ils obtempèrent.

        1. durru

          Même pas besoin de consigne : la gestion des tests suffit.
          Un non-vax va présenter son test. Avec 30% d’erreur et un nombre de cycles exagérément élevé, lorsque le virus circule les chances d’avoir des positifs est assez important. Les gens vont être enregistrés covid pas à cause des symptômes, mais à cause du test. De la médecine du futur, qu’on vous dit.
          Les vax, vu qu’ils n’ont pas besoin de test, ils vont être soignés par rapport à un diagnostic « à l’ancienne », ils auront donc droit à un traitement standard anti-grippal.
          Sans oublier que nombre de non-vax vont tarder d’aller à l’hôpital, par peur justement d’un dépistage positif et donc d’une quarantaine pour eux et l’entourage. Ce qui génère des cas en moyenne plus sérieux pour les non-vax. Etc.
          Oui, je sais, je devrais arrêter le complotisme…

  26. Spirou

    Pour ceux que ça intéresse, Abu Dhabi permet la vaccination aux touristes avec le … sinovac à virus inactivé. C’est une option intéressante. Autorisé dans 12 pays de l’UE mais surtout, me concernant, en Amérique du Sud. A/R avec wizzair à 150€

  27. Louchp

    Personne n’a rebondi sur cet article :
    https://lecourrierdesstrateges.fr/2021/12/05/covid-19-pourquoi-et-comment-les-initiateurs-du-confinement-mondial-pourraient-etre-poursuivis-pour-crimes-contre-lhumanite/

    N’y connaissant pas grand chose en droit et encore moins en droit international je m’interroge sur plusieurs points concernant l’action du Dr Reiner Fuellmich :
    A-t-elle une chance d’aboutir dans le cadre d’institutions dévouée aux « gagnants de la mondialisation » ? A fortiori en dehors d’un cadre militaire.
    Si tant est que ce procès devienne réalité, quelle pourrait en être la portée internationale ?

    D’emblée cela ressemble à un mur d’enceinte qu’on poserait autour du projet mondialiste, une réelle issue ?

    1. Mitch

      A mon avis, juste zéro chance d’aboutir. Le mec sera (est sans doute déjà) décrédibilisé et jeté en pature aux merdias et autres journalopes en mal de buzz.

      1. Higgins

        Ca prendra du temps simplement. Les intérêts financiers (36 milliards de dollars pour PFIZER rien qu’en 2021) sont trop importants mais je ne crois pas qu’une telle personnalité se lance dans ce type de combat à la légère. Les couinements de nos mouches à merde ne pèseront pas lourds dans ce combat.

      2. Pierre 82

        @Mitch. Personne n’a dit que ce sera simple. Füllmich est sur le coup depuis le début, et il a été immédiatement conchié et calomnié par toute la caste. Personne n’a dit que ce sera simple.
        Ses travaux serviront, mais hélas sans doute après la guerre, pour rétablir la vérité.
        Sinon, sur le fond, vous avez sans doute raison: c’est comme si quelqu’un avait porté plainte contre Staline auprès d’une juridiction soviétique en 1936 (exemple pris pour changer de M. Godwin). Chances de succès assez limitées…
        Ce qui ne signifie nullement que ce qu’il fait ne sert à rien. Il faut que la bête se sente agressée en permanence, et ne jamais lui laisser l’impression que la populace est désormais inerte en attendant l’abattoir.

        1. Higgins

          En Russie, il a fallu attendre 1956. Même Beria, qui a cru un moment avoir décroché la queue du Mickey soviétique et qui était un vrai psychopathe taré, voulait libéraliser le régime. Il avait lancé quelques réformes en ce sens. Ses camarades ont préféré s’en débarrasser promptement.

    2. Yanka

      Ça fait plus d’un an que Fuellmich travaille sur ce projet, avec des juristes internationaux et tout et tout. Le bonhomme est déterminé et mordant, et surtout expérimenté. Je ne réponds pas à la question en disant ça, mais sa démarche est sérieuse.

    3. Berdol

      Von der leyden propose de dénoncer le code de nuremberg comme désormais inadapté. Si ce n’est pas une confirmation du complot quand on connait ses liens avec Pfizer, je ne sais plus raisonner…

      1. Husskarl

        Ca sent la pendaison, juste pour ça, elle donne son cou. Les autres chacals qui sévissent dans son ombre seront bien ravis d’avoir une victime pour se dédouaner de ce qu’ils auront fait.

        1. Pierre 82

          Vous n’y êtes pas: un de ces amis n’était pas vacciné. Ça a fini par le tuer.
          On ne le dira jamais assez. Refuser le vaccin tue ceux qui ont reçu leurs doses.

          1. Pierre 82

            « Or ces vapeurs dont je vous parle venant à passer, du côté gauche, où est le foie, au côté droit, où est le cœur, il se trouve que le poumon, que nous appelons en latin armyan, ayant communication avec le cerveau, que nous nommons en grec nasmus, par le moyen de la veine cave, que nous appelons en hébreu cubile, rencontre en son chemin lesdites vapeurs, qui remplissent les ventricules de l’omoplate ; et parce que lesdites vapeurs… comprenez bien ce raisonnement, je vous prie ; et parce que lesdites vapeurs ont une certaine malignité… […] Qui est causée par l’âcreté des humeurs engendrées dans la concavité du diaphragme, il arrive que ces vapeurs… Ossanbabdus, nequer, potarinum, quipsa, milus. Voilà justement ce qui fait que votre fille est muette. »

                1. Jacques Huse de Royaumont

                  Dans la pièce, il y a le père et le fils, Thomas, sorte de benêt pédant, prétentieux et parfaitement idiot.
                  Ce personnage secondaire est une des plus belle trouvaille de toute l’oeuvre de Molière, au point qu’il n’y a pas un malade imaginaire réussi sans un Thomas Diafoirus réussi.

    1. Dr Slump

      En tout cas c’est une méthode à ajouter au mode d’emploi du suicidaire: une injection, puis direct aller faire son jogging pendant 1 heure. Si ça n’a pas marché, à la 2e ou 3e injection vous augmentez vos chances d’y passer, petits veinards!

  28. toto17

    On a vu, lors de la crise en Grèce il y quelques années, quantité de citoyens retourner vers la campagne et d’autres retourner vers des systèmes de trocs…ou, en tout cas fuir tous les systèmes étatiques pour essayer de sauver ce qui pouvait être sauvé ou pour survivre tout simplement…
    Ce serait intéressant de faire le point aujourd’hui.

    1. durru

      Scène hors-sol vécue le mois dernier à l’aéroport (rapport à la scène des gosses qui parlent à Gustave parce qu’il n’a pas de masque).
      Nous étions, moi et ma compagne, dans un aéroport de province à attendre devant la sortie des passagers en arrivée. Comme elle avait acheté un café, nous n’avions pas de masque, mais nous n’étions pas du tout en première ligne, bien au contraire, un peu cachés au bord d’une petite table haute oubliée par là… Des personnes se mettent à sortir, mais pas celles que nous attendions. Parmi les gens qui défilent, une dame s’arrête devant nous (je répète, loin d’être les premiers qu’elle ait pu croiser, mais très probablement les premiers non-masqués) et elle nous pose une question (sur un point de tests PCR dans l’aéroport, mais là n’est pas l’essentiel).
      De toutes les dizaines de personnes présentes sur place et qu’elle avait croisées, elle ne s’est arrêtée pour discuter qu’avec les seuls gens « visibles », non-masqués. Au départ, je ne comprenais pas, moi je me suis depuis longtemps habitué à voir des moutons tout autour…
      C’est avec des détails comme ça qu’on se rend compte combien Combaz sait de quoi il parle…

      1. durru

        Sinon, à propos de bâillon, je crois avoir trouvé la parade : mon masque « parle », même lorsque je suis obligé de le porter (en magasin, par exemple, ou dans les cabinets en ville). Je sais, cela semble dérisoire (et ça l’est, d’une certaine manière), mais je vous conseille de faire l’essai. Les autres vous regardent. Pas comme un obstacle, mais comme un humain. Même ceux qui ne sont pas d’accord avec le message (et ils sont assez nombreux, j’avoue, mais j’en ai rien à cirer).

      2. Pierre 82

        Ce que je peux dire à propos de ce bâillon, c’est que je suis un des rares à ne jamais le porter dans la ville, surtout le jour du marché.
        Nous avons chez nous quelques jeunes adultes handicapés mentaux, dont deux mongoliens qui zonent souvent au centre-ville, se promenant et souvent parlant tout seuls. (je sais, il parait qu’on doit dire « atteint du syndrome de Dawn, mais moi, je dis mongoliens, et ça ne les choque pas). Je les connais bien sûr de vue, j’ai toujours pris soin de les saluer, mais là depuis le début du covid, dès qu’ils me voient, ils se précipitent pour venir me serrer la main, et il y en a même un qui me fait la bise chaque fois que je le vois.
        Je ne comprends presque jamais rien de ce qu’ils disent, mais manifestement, ils ont toujours un truc à me raconter, et je vois bien que ça leur fait plaisir de voir quelqu’un sans masque, qui leur parle et leur serre la main, parce qu’il est manifeste que ça ne doit pas être courant pour l’instant. Je pressens même qu’ils vivent la situation comme un calvaire.
        L’autre jour, je me faisais la réflexion qu’on était les seuls 3 mecs normaux de la ville, en fait.

        1. Nemrod

          Voilà c’est ça.
          Je ne porte et n’ai jamais porté le masque en ville…alors dans mon village.
          Ceci dit j’attend toujours mon premier contempteur.

  29. syl20

    Un article intéressant, avec des liens, le témoignage d’un médecin :
    Injection mortelle. L’effrayant récit d’un médecin urgentiste sur une maladie inhabituelle provoquée par le vaccin.
    https:/ /www.mondialisation.ca/injection-mortelle-leffrayant-recit-dun-medecin-urgentiste-sur-une-maladie-inhabituelle-provoquee-par-le-vaccin/5662912

    1. Pierre 82

      L’aimable conversation entre deux personnes bien élevées m’a malheureusement un peu laissé sur ma faim. J’ai eu l’impression d’avoir juste assisté à l’apéritif, qui a duré une heure, mais qu’ils ont été contraints de se quitter au moment de la première entrée. Dommage, car il y a beaucoup de points divergents entre les deux hommes, et il aurait été intéressant de creuser et que chacun développe. Pour caricaturer très grossièrement, on avait un maurassien face à un libéral, mais qui ont quand même de nombreux points en commun, au premier rang desquels l’amour de la France.
      Il faudra absolument que cette conversation se poursuive.

      1. Higgins

        C’est vrai mais que c’est agréable à entendre. Et puis, les propos sont intelligents. J’ai bien aimé quand Combaz explique la rupture irrémédiable entre le Mignon poudré et la France rurale.

        1. Theo31

          Le mignon hait les Français. Il bassine avec sa star up nation et refuse aux entreprises de produire le vaccin Valneva. Il devrait consulter. Ses électeurs devraient faire de même.

            1. P&C

              Notre système fait tout pour sélectionner et promouvoir psychopathes et pervers… car leurs traits de personnalité correspondent à ce qu’il attend de la part de dirigeants.

      2. LeSUBVERSIF

        ..effectivement un peu trop convenu…mais ils souhaitent se revoir! donc…ne soyez pas trop gourmand..nous avons assisté à une mise en bouche! vivement le plat de résistance!

  30. Yanka

    Le sujet du jour est dans la thématique de Michel Maffesoli, c’est curieux. Voici quelques jours, il disait encore chez Praud, avec sa diction délicieuse et son grand calme, que les élites savaient leur temps révolu, d’où ce durcissement, cette tétanisation. Praud écoutait la bouche ouverte, parce que Maffesoli lui a bien fait comprendre qu’il était une élite en ce sens, dans un monde en train de crever, celui de l’individualisme effréné. Il a bien répété que le temps du « nous » arrivait. Ça fait quand même longtemps que le bonhomme parle de quelque chose qui arrive seulement, pas à pas, avec cette ère du soulèvement pour lui inévitable et, semble-t-il, bienvenue. Je n’ai pas lu ses livres, mais je l’écoute volontiers, et son « nous », ce n’est jamais l’État, ni l’Empire, ni rien de ce genre. Il est intéressant en ce sens, en plus d’être fin et très « grec », je trouve. J’ai du mal, en vieux sanglier solitaire, à concevoir une collectivité où je pourrais m’épanouir, à moins d’y avoir un rôle bien défini et non borné. J’ai dû mal à fonctionner en équipe pour le travail, étant un type très méticuleux et soigneux (Vierge) dans un monde de besogneux à gros pâtés qui puent, de bâcleurs professionnels et je-m’en-foutistes parfois déclarés. Par contre, j’avais l’esprit d’équipe quand je jouais au foot. Il faut dire aussi que j’étais assez médiocre techniquement, mais robuste, vif et hargneux (stoppeur). Je l’aurais voulu, j’aurais bien eu du mal à me distinguer. je faisais donc le job, avec mon tempérament et ma volonté de bien faire. Même quand je vis avec une femme, il me faut « ma pièce » et de longues heures seul, ce qui fait de moi un sauvage, paraît-il. Les gens, tout de même !

    1. durru

      Eh bien, mon cher Yanka, ce « nous » est précisément ce qui m’empêche de prendre ce brave Maffesoli vraiment au sérieux. Quoique j’aime bien son discours par ailleurs.
      Je vous assure que je ne vous ressemble pas beaucoup (pas vraiment « sanglier solitaire », épanoui surtout lorsque je fais partie d’une équipe, etc.). Et pourtant, je ne comprends pas plus à ce « nous », même si je veux bien croire que ce n’est pas l’Etat. Mais moi perso je le sens comme le « nous » des cocos, ce bien collectif indéfini, glissant et insaisissable.

      1. Yanka

        Je m’interroge aussi sur ce « nous », mais le constat de Maffesoli est plaisant, et sur le fond et dans la forme. Je le vois mal, vu son style et son grand âge (77 ans), souhaiter quelque chose dans le genre adoré des cocos. Il a d’ailleurs une façon de dire « nous » qui laisse entendre l’idée d’un « nous » pluriel (en ce sens, ce « nous » pourrait représenter la famille au sens un peu étendu peut-être, dans une société sans élite auto-proclamée). Par ailleurs Maffesoli fait des constats, il ne dit pas qu’il souhaite ce qui arrive, mais qu’il le pressent, comme sociologue. Il précise bien qu’il peut se tromper, mais qu’il ne croit pas se tromper. Il faudrait le lire pour avoir idée de ce « nous » qui peut être la meilleure comme la pire des choses.

    2. Dr Slump

      « nous » le peuple = « we » the people
      le peuple, le camdubien, humaniste, issu des Lumières et tout et tout…
      Bon, il faut éviter de sombrer dans le cynisme aussi, ce « nous » ne désigne rien de particulier, il veut juste signifier que tout le monde n’est pas conquis à ce great reset, tout le monde n’est pas décidé à se plier à cette démence totalitaire. Je ne crois pas que Maffesoli ait des intentions politiciennes cachées quand il s’exprime ainsi, il veut juste signifier que ce n’est pas « plié », que cela ne se passera pas comme les pervers au pouvoir l’ont décidé du haut de leur strapontin présidentiel ou ministériel, et qu’il existe une volonté individuelle autre, qui ne n’approuve pas en son for intérieur.
      C’est peu de chose, mais c’est bien qu’il y ait des gens comme lui qui passent sous les projecteurs médiatiques pour rappeler aux puissants de ce monde qu’ils ne maîtrisent pas tout, que d’autres pensent différemment et ne sont pas d’accord. A la fin, c’est toujours un grain de sable qui fout en l’air la grosse machinerie qui avait l’air si indestructible. C’est dans ce grain de sable que Dieu se manifeste, ou pour les athées, que le droit naturel, la force de vie, la justice. Et c’est bien qu’un Mr Maffesoli le rappelle, simplement et paisiblement comme il le fait. Le grain de sable.

    3. Higgins

      Il y a plusieurs vidéos très intéressantes le concernant sur la toile. J’ai lu son dernier livre « L’ère des soulèvements ». Ça sonne assez juste. J’en conseille la lecture.

    4. HAYD

      Un rôle bien défini et non borné : belle formule ! Ce commentaire vous rend fort sympathique.

      Sur le nous, je remarque dans la nouvelle génération une nouvelle façon d’être en groupe : très altruistes entre eux, totalement désabusé par l’information et les institutions, et recréant une sorte de « bien commun » entre eux qui a de la valeur, sans vouloir aller beaucoup plus loin. Et pourtant ce n’est pas de la communauté fermée, ni du groupe avec ses codes.

      Les nouveaux atomes de la société de demain ?

      1. Yanka

        Il me semble aussi que je vois plus ou moins ce que pourrait être ce « nous » dans une société atomisée mais solidaire, où l’État n’aurait plus le rôle de prescripteur de toutes choses. Le hic est que lorsqu’un modèle d’organisation paraît, de manière informelle, arrivent les idéologues avec leurs géomètres pour dire ce qui doit être et ce qui ne doit pas être, pour borner, exclure et réguler. Le communisme est ainsi passé de l’idée à la praxis, et si l’idée était belle au départ, la praxis a montré qu’il n’y avait pas loin de la bienveillance à la coercition. Toujours ces vieux travers humains, ces constantes anthropologiques. Phalanstère, kibboutz, tout ça, sur le papier, c’est bel et bon, mais là où il y a organisation d’une société plus ou moins modélisée, il y a des germes de chefferie et de tyrannie. Et ça finit toujours en eau de boudin, en fiasco (le cas précis des phalanstères de Fourier). Je veux bien croire cependant que les hommes sont capables de s’organiser a minima hors toute organisation étatique, dans un contexte de crise par exemple (voir la Résistance), mais dès que la vie reprend son cours, les fameuses constantes anthropologues prennent le dessus et les loups sortent de l’ombre, parce qu’ils ça dans le sang ; alors des bergers apparaissent, pour protéger les moutons, avec le consentement des moutons. Ces bergers ont parfois de drôles de noms : Duce, Conducator, Führer…

        1. durru

          Une seule conclusion, mon cher Yanka : au lieu d’inventer des lois pour interdire toujours plus de choses aux citoyens ordinaires, la seule chose qu’il faudrait faire serait de clairement définir les interdits à appliquer aux puissants, avec conséquences précises et inévitables.
          Le peuple, lui, se contentera de la DDHC, grosso modo.

          1. Yanka

            Les puissants le sont pourquoi ? Jadis, parce qu’ils pouvaient, du fait de leur sagesse (sapience) dans les sociétés primitives (respect), de leur force (virilité) partout ailleurs (respect et crainte), de leur richesse aujourd’hui (jalousie stérile et mépris). Les citoyens ordinaires sont, littéralement, impuissants, et donc volontiers rageurs. L’idéal de justice et de sagesse populaires m’a toujours fait doucement ricaner. Le peuple n’est ni sage ni juste : il est au bas de l’échelle sociale et en a cruellement conscience. Quand il parvient à posséder un peu de pouvoir, il en abuse volontiers, par vengeance. C’est le paradigme qu’il faudrait changer, mais encore une fois, nous sommes des hommes et donc soumis aux constantes de l’espèce, et si le bipède pense, il doute aussi, de lui-même en premier, et il est sujet à des grandeurs et à des petitesses, et il a conscience de ses limites, en souffre et cherche la sublimation. C’est admirable et lamentable, tout ça. J’y pense toujours quand j’entends pérorer un politicien sur les « valeurs ». Les valeurs politiciennes sont opportunistes et seul compte soi-même, sa volonté, sa soif de reconnaissance, de pouvoir. Certains échappent à cet hubris quand ils ont une formation plus humaniste. C’est remarquable chez Jean-Frédéric Poisson ou François-Xavier Bellamy, qui sont des philosophes et ont donc des principes, des remords de conscience, surtout qu’ils sont en plus croyants et sincères, semble-t-il. Je ne crois pas en dieu, mais je préfère avoir pour dirigeants des types pareils que des melons trop bien farcis et ayant d’eux-mêmes et de leurs capacités une très haute opinion.

            1. durru

              Antan, ceux qui avaient du pouvoir respectaient certaines règles, comme vous le faites si bien remarquer. Soit ils avaient de la sagesse, soit du pouvoir physique, soit ils étaient riches. Et dans tous les cas, ils sentaient directement les conséquences de leurs mauvaises décisions.
              Ce qui a changé (et pas depuis longtemps) c’est la disparition du « skin in the game », de la responsabilité des dirigeants. Et je ne parle même plus des écarts énormes entre les pouvoirs mis entre leurs mains aujourd’hui et ceux disponibles habituellement aux puissants par le passé.
              Le pouvoir attire les déséquilibrés comme la lumière attire les mouches. Mais comme il n’y a plus de tri, on se retrouve avec seulement des tarés, et avec les pires tarés.
              Vos exemples, Poisson et Bellamy, ils ont quoi comme pouvoir ? Réel ? Rien.

              1. Yanka

                Si le pouvoir appartient aux commanditaires des élus, comment je fais pour les attraper et leur décorer le col d’un joli nœud de chanvre : les Barrières, Sucremont et autres GAFAM ? Ils savent que je ne peux rien contre eux. Mon politicien qui fait le con, je peux toujours l’écraser, foutre le feu à sa case ou violer sa fille pour le punir, et ça, il le sait bien, surtout à la campagne. Une maison d’élu qui flambe en décembre, c’est pas forcément la faute aux lumières du sapin ! Et, la nuit, ça peut-être très beau. Pis ça réchauffe les os.

                1. durru

                  Visiblement, on parle pas de la même chose.
                  C’est pas les GAFAM qui vont donner ordre à la police de tirer à balles réelles à Rotterdam. Ni même de contrôler les voyageurs dans les bus à Rome. Etc, etc.
                  Enlevez ces pouvoirs aux politiques qui sont, nous sommes d’accord, plus explosés que leurs commanditaires (encore que, un ministre n’est pas l’égal du maire du petit patelin). Et vous verrez ce que devient le pouvoir de nuisance de leurs commanditaires.
                  La corruption n’existe que parce qu’il y a un intérêt réciproque dans la corruption. Si le potentiel corrompu n’a rien à offrir, quel intérêt pour le corrupteur potentiel ?

            2. Pierre 82

              @Yanka 7 décembre 2021, 13 h 24 min
              Vous frôlez dangereusement le sujet, cher Yanka, vous qui êtes athée.
              Votre sujet, celui du maiuvais côté inhérent à l’être humain, c’est ce que nous, chrétiens, appelons le péché originel.

              Oubliez le serpent ou le soi-disant péché de vos parents lorsque vous fûtes procréé, ce sont des stupidités propagées par certains membres du clergé à certaines époques, mais qu’on ne trouve pas chez la plupart des théologiens, et qui ne fait pas partie de la doctrine chrétienne.

              Le péché originel, c’est plutôt ce que vous décrivez. Dieu ayant créé l’homme libre (et à son image, en plus), il savait que Satan (c’est-à-dire une de ses créatures spirituelles, qui se prenait pour l’égal du créateur) s’introduirait dans chaque homme, et pouvait le rendre mauvais. Sa liberté en faisait forcément un être faillible, et Dieu s’est mis dans la tête qu’il fallait absolument qu’il ramène vers lui chacun de ces hommes.
              Mais chaque homme porte en lui le péché originel. C’est ce qui fait la beauté du christianisme et son optimisme fondamental: nous sommes mauvais, mais appelés par Dieu à devenir parfait.

              Fin de la parenthèse.

              1. Yanka

                « cher Yanka, vous qui êtes athée »

                Je ne suis précisément pas athée. Je serais plutôt agnostique s’il fallait être quelque chose, et mystique avec ça, mais c’est compliqué (j’ai 8 années de correspondances parfois tendues sur ce thème avec une amie qui, en plus d’être chère, est très croyante) et je n’ai plus envie de me positionner. Je sais juste que je ne puis croire en un Dieu anthropomorphe qui aurait qui plus est des desseins.

                J’ai parlé de constantes anthropologiques, d’un ensemble à la fois admirable et lamentable. Une merveille et un désastre. Je n’appelle pas ça des tares. Or, votre péché originel est une tare, une faute. C’est un point de vue moral sur les origines que je récuse très fermement. Il n’existe aucun péché, jamais. Il existe des crimes au regard de la loi (loi des sociétés humaines) et des fautes de goûts, des jugements erronés, mais pas de péché, de ces choses qui souillent et qu’il faut laver avec beaucoup de savon (regrets), de patience (repentir) et d’huile de coude (la honte). Il n’y a aucun péché originel, il ne saurait y en avoir. L’humain étant une créature évolutive, il n’est point parfait, ce qu’il eût été, créé par Dieu. Il est évidemment très pratique d’avoir sous le coude un récit avec une honte originel, de dire à l’homme qu’il n’est qu’un misérable, un pauvre pécheur (comme il y des pauvres types, plus que de types pauvres), une figurine à la merci du courroux divin, comme cet imbécile de Job qui supporte comme une larve les injustices qui lui sont faites, odieuses. C’est tout ce que je déteste dans les monothéismes : la soumission à l’arbitraire, l’obsession du mal qui est un puritanisme. Je ne crois en rien pour les questions d’au-delà, mais l’apparent désordre païen convient mieux à ma nature que l’ordre religieux avec ses prêches et son dédain suspect des choses charnelles.

                1. Dr Slump

                  Le péché est le nom que le christianisme donne à des penchants tout à fait humains. L’avarice, la gloutonnerie, la paresse, etc, et toutes les traditions spirituelles font la même observation à leur propos : si on ne les maîtrise pas, ces penchants peuvent finir par s’ancrer en vous pour finir par vous dominer, au point de vous nuire et vous faire nuire aux autres.
                  C’est juste une évidence, aussi bien physiologique que psychologique, rien de tordu de malsain là dedans, si ce n’est l’image caricaturale entretenue chez ceux qui ignorent au fond ce qu’est le christianisme (et il y a bien des chrétiens parmi eux).

                2. Pierre 82

                  Un agnostique, c’est un athée qui ne s’assume pas.
                  Je sais de quoi je parle, j’ai prétendu l’être pendant 40 ans, alors que je pensais comme vous, que c’était l’homme qui avait créé Dieu, et pas l’inverse.
                  Et quand je pensais être spiritualiste, c’est plutôt que j’avais l’intuition que le matérialisme (l’autre nom de l’athéisme) menait à une impasse philosophique. Et un jour, on se rend compte que le syncrétisme aboutit à une autre impasse intellectuelle.

                  Mais ici, on touche au domaine de la foi, c’est-à-dire de la grâce, donc on est dans l’indiscible. Compliqué, tout ça…

                  1. sam player

                    “ Un agnostique, c’est un athée qui ne s’assume pas.”

                    Contrairement à vous, je me garde bien de juger pourquoi vous croyez ce à quoi vous croyez.
                    Je suis agnostique parce que je m’en branle de savoir si Dieu existe ou pas et ça m’évite des discussions interminables, sans issue aucune.
                    Quand quelqu’un me demande son chemin et que je ne veux pas perdre mon temps, je lui réponds “je ne sais pas” et il s’en va…

                  2. durru

                    Bon, je suis rassuré, il va pas neiger 😀 J’ai cru un instant que j’allais être d’accord avec Sam…
                    Je m’inscris en faux également, mais pas pour les mêmes raisons. Un athée *sait* que Dieu n’existe pas, tandis que l’agnostique, lui, n’en sait rien, justement. Il peut être aussi bien un athée qui ne s’assume pas, tout comme un croyant qui n’a pas la foi.
                    Comme disait quelqu’un : je sais que je ne sais rien…

                  3. Yanka

                    @Pierre 82 8 décembre 2021, 8 h 58 min

                    « Un agnostique, c’est un athée qui ne s’assume pas. »

                    Faux. Je l’ai dit, je ne tiens pas à me positionner. Je n’ai pas la foi, mais je constate que d’autres l’ont et que ça n’est pas sans effet sur eux-mêmes et sur les autres parfois. Je n’affirme pas que Dieu n’existe pas, mais je constate que je n’ai pas la foi, et j’en déduis que Dieu n’existe pas, en tous cas pas sous la forme qu’on lui prête, sorte de Père éternel, de Juge suprême, etc. C’est donc plus nuancé, et c’est pourquoi je parle de mysticisme, ce qui est à l’opposé du matérialisme. Je me suis beaucoup intéressé au mysticisme rhénan, dont la principale figure est Maître Eckhart, mais je m’y suis intéressé par les femmes, les béguines, des figures comme Angèle de Foligno et la très impressionnante Marguerite Porète (qui fut « arse et bruslee » en Place de Grève) via son ouvrage « Le miroir des âmes simples… », Hadewijch d’Anvers, etc. J’oppose la mystique à la théologie, l’amour au discours, et si je ne crois pas, je comprends ces choses et cela me passionne. Nous sommes loin de l’athée sec et pontifiant, sûr de sa raison. Et je suis du reste toujours en mouvement, intellectuellement parlant, si bien que les étiquettes ne me collent pas longtemps à la peau.

                    Vous dites que le syncrétisme est une impasse intellectuelle, mais ce constat n’est pas forcément valable pour tout le monde. Ensuite je ne me réclame pas du syncrétisme non plus en disant que je suis plutôt païen (donc pas anti-Dieu, mais anté-Dieu). Je constate que le syncrétisme, volontaire ou non, assumé ou non, est la base de toutes les doctrines. Rien n’arrive purement, comme une grâce tombée du Ciel. Le christianisme sort du judaïsme, et pour s’implanter chez nous il a dû ruser avec le paganisme hétéroclite en vigueur. D’ailleurs quasi toutes les fêtes chrétiennes sont calquées sur le calendrier païen et se sont substituées à ce dernier, par la force à la fin, puisque les cultes païens ont été interdits. Votre Noël, C’est Sol Invictus, c’est une récupération des fêtes païennes antiques liées au solstice d’hiver, au retour du cycle lumineux (« dies natalis solis invicti »). Y en a plein, comme ça. Pour les lieux des implantations des églises, même chose : on les a mises là où il y avait un temple, un lieu de culte païen. Donc le paganisme a pas mal influencé le christianisme qui est un syncrétisme comme tout le reste. Il a longtemps été prescripteur parce qu’il a gagné, s’est imposé, et souventes fois par le glaive et le feu, plus que par la conversion pacifique et l’enseignement. Le prescripteur ne doute jamais de ses prérogatives, jusqu’au jour où la maison se lézarde…

                    1. Jusnaturaliste

                      La conversion de l’Empire romain ne s’est faite ni par ruse, ni par force. L’Empereur Constantin s’est converti, et il a décrété la liberté de culte. Puis, il a commencé à mélanger rites chrétiens et païens, jouant sur les deux tableaux par intérêt politique, afin de préserver l’unité de l’Empire. Les gens n’ont fait que suivre. Cela a été un processus long et paisible et c’est bien la raison pour laquelle les coutumes se sont mélangées.

                      Après, lorsque les rois barbares se sont convertis à leur tour, leurs peuples ont suivi, car c’était leur tradition d’avoir la même religion que celle de leur roi.

                      A l’époque, les gens se fichaient complètement de vénérer telle ou telle divinité. La pratique religieuse était une activité culturelle, distrayante, rassurante, une occasion de se rencontrer, de vivre en cohésion sociale.

                      En réalité, les conversions réellement forcées par le christianisme ont plutôt eu lieu pour des raisons politiques: lors de la reconquête de l’Espagne musulmane, où la conversion permettait de se débarrasser définitivement des Arabes, ou dans les guerres entre catholiques et protestants, où l’enjeu était surtout de se libérer de l’autorité politique du Vatican qui faisait un contre-pouvoir à l’autorité politique du pays.

                      Mais évidemment, la main-mise de la gauche sur l’école et les médias lui a permis de diaboliser le christianisme, au point que nombreuses personnes oublient que c’est l’islam qui s’est toujours imposé par la ruse et par la force, et très rarement, le christianisme.

                    2. durru

                      Pire encore, Jusnaturaliste…
                      Lorsque Constantin s’est converti, le mélange des cultes a été fait pour des raisons politiques justement parce que les chrétiens étaient déjà nombreux dans l’Empire, malgré une répression assez importante.
                      La toute première étape du développement du christianisme ne s’est pas faite par la force, mais carrément contre la force…

                    3. Jusnaturaliste

                      @ durru

                      Oui, le christianisme a d’abord vécu 300 ans de persécutions. Et à partir de Constantin, la persécution a même continué, mais de manière plus subtile.

                      Constantin a exigé une unité des chrétiens, cela a provoqué des schismes d’une religion qui jusque-là tolérait les divergences doctrinales. Constantin a exigé des chefs, cela a fini par imposer l’évêque de Rome comme chef suprême, avec pour conséquence une persécution des chrétiens (et autres croyants) qui refusaient de s’aligner sur ses positions.

                      Certes, les dérives papales ont été bien plus modérées que les dérives des autres croyances (en particulier l’islam), mais elles ont entaché le christianisme, et il a fallu attendre bien après la Réforme pour que des chrétiens puissent ouvertement revenir au christianisme pré-Constantin, à savoir, une religion libre, individualiste et décentralisée.

                      Las, ce courant reste très minoritaire, le christianisme continue globalement d’être emprisonné dans des traditions liberticides sous prétexte de l’union doctrinale exigée par Constantin.

                      Cela est regrettable, car le christianisme pré-Constantin est une société parallèle, qui permet de trouver une pleine liberté spirituelle, et de rendre assez secondaire les affres temporels…

        2. Pierre 82

          Mais en se touchant le crâne, en criant  » J’ai trouvé  »
          La bande au professeur Nimbus est arrivée
          Qui s’est mise à frapper les cieux d’alignement,
          Chasser les Dieux du Firmament.

  31. kekoresin

    La mère d’une voisine vient de capoter à la maison de retraite, à l’âge vénérable de 94 balais brosses. Comme elle était fiévreuse un test Grovide a été effectué dans le mouroir hors de prix du fond de pension la veille du grand voyage dans les nuages ou les vapeurs soufrées. Résultat: test négatif. Le lendemain, date fatidique de la traversée du Styx, l’hôpital fait un test pour voir comment conditionner le paquet. Résultat: Grositif. Dammed! What happened in that fucking ambulance! Toujours est-il que la vieille dame viendra grossir les rangs de la terrrrrible maladie qui fait perdre 2 des 5 sens, celui de l’équilibre et celui de la raison.

    En attendant, leur produit AVC messager, l’état et ses sbires peuvent se le carrer bien profond, avec une petite poussette zemmourienne, si ça peut aider. Les crétins qui ont le QRC dégoulinant de vaseline gouvernementale sont doublement des traitres à la nation libre. Traitres une fois pour avoir accepter de se faire baguer comme des porcs près à l’équarrissage et une deuxième pour exiger le même traitement pour les autres (les cochons sont égaux en droit non?). Pendant ce temps, le boucher aiguise tranquillement son couteau avec comme seul inconvénient mineur de subir les couinements des cochons qui s’embrouillent entre eux pour savoir si leurs lardons doivent être piquousés.

    1. Nemrod

      Oui .
      De source sûre…le tonton du médecin du bled, qui vient de me le dire, est en train de claboter itou…90 ans…usé jusqu’au trognon
      PCR négatif mais étiqueté Covidique sur une image vaguement suspecte au scanner…
      D’ailleurs depuis la bonne nouvelle, le vieux à décider de se laisser mourir.
      Ah…y pas à dire avec des amis comme le genre de toubib hospitalier qui s’occupe de lui…t’as pas besoin d’ennemi.
      Ceci dit combien comme lui ?

  32. mo

    A date, le peuple infiniment reconnaissant remercie J Castex d’avoir laissé la parole à O Véran qui a su nous démontrer magistralement tout ce que l’on savait et que l’on ne savait pas.

  33. pabizou

    Le courrier des stratégies.fr est intéressant, les japonais mettent en garde contre les E.I de moderne et Pfizer et utilisent l’ivermectine . Voilà qui va faire grincer des dents a Veran, l’AMM est conditionnelle et ça pourrait devenir marrant n’importe quand s’il y une étincelle …

  34. Laurent569

    Ce soir, sur France-Intox : le téléphone sonne.
    A ce stade de connivence, ce n’est plus de la kollaboration mais du prosélytisme.
    Les 2 invités, qui avaient bien du mal à paraître crédibles, on dézingué 2 notions :
    les variants, par la grâce de madame Odile Launay ainsi que la validité des tests PCR, au travers de propos d’Hervé Haas.
    Le festival commence à 9′ 10″ (avant, ce n’est pas mal non plus). Je n’ai pas écouté l’émission jusqu’à la fin de peu de mal digérer mon repas. J’espère que vous m’en voudrez pas 🙂
    https://www.franceinter.fr/emissions/le-telephone-sonne/le-telephone-sonne-du-lundi-06-decembre-2021

    1. Laurent569

      Que d’omissions : des propos, de peur de.
      Sinon, je pense qu’ils ne se sont même pas rendus compte qu’ils se coupaient l’herbe sous le pied.

  35. Nemrod

    Oui ça bouge.
    J’ai pris le café avec le toubib de mon bled qui est en plein doute sur le vaccin.
    En fait non il sait que la vaccin est très médiocre et espère une atténuation des formes graves…mais espère seulement…un peu comme moi
    Il a compris que le vaccin ne permet pas de réduire la contagion et nous sommes tombé d’accord sur le fait qu’un vaccin avec autant de rappels et de plus en plus rapprochés n’est pas un vaccin, et pense que la seule option est la vaccination des vieux et des malades…qui le souhaitent…mais à une fréquence acceptable.
    Nous divergeons sur les effets secondaires mais il évolue aussi en les reconnaissant.
    Sur la vaccination des enfants, il est clairement contre mais laissera décider les parents.
    Je lui ai fait remarqué qu’il sera sollicité comme conseil et que botter en touche ne sera pas possible.
    De toute façon il ne vaccine plus mais se sent obligé de faire le rappel de ceux qu’il a vacciné.
    Concernant la déliquescence de la médecine générale et la crise des vocations j’ai essayé de lui faire comprendre qu’appliquer les protocoles à la con des ARS démotivait ses jeunes confrères…une graine qui germera peut être vu son évolution sur le reste.

    1. Berdol

      Moi, je vais faire traiter mon cancer dans une clinique d’urologie : Personne ne m’emmerde avec vaccin ou masque sous le nez et j’ai mes soins normalement. Et aujourd’hui l’infirmière qui me traite s’est elle même épanchée sur le bordel dans les hôpitaux, sur le mal être des infirmières , tout en précisant « pas ici, tout va bien » et sur le délire covidiste.
      Donc même au coeur du milieu médical il y a des ilots de sagesse ou on respecte le serment d’Hippocrate.
      Mon espoir est que cela gagne toute la population.
      Il est à remarquer que le conseil de l’ordre n’a pas osé sanctionner lourdement Raoult, tout en ayant l’outrecuidance de lui reprocher d’avoir soigné des gens…
      Quel immense bordel qu’est devenu ce pauvre pays, ruiné, violé, détruit par les cuistres qui le dirigent.
      Je viens de finir la lecture du tome III du journal de Philippe Muray, Ultima Necat : Je vous en conseille la lecture, notamment son journal de 1990 : Notre présent a été décrit avec précision par Muray, avec tout son mépris et son ironie ravageuse. Et tout se réalise comme prévu. Lui ne prédit pas le sursaut de conscience de l’humanité, il pense comme Pierre 82, en pessimiste. Je crains fort qu’ils n’aient tous deux raison !
      J’ai derechef commandé le tome IV aux Belles lettres

      1. Pierre 82

        D’après ce que je sais, il faut surtout éviter les CHU, c’est là que s’est concentrée toute la veulerie, ma médiocrité et le sadisme des médecins les plus psychopathes.
        D’autres hôpitaux ou cliniques à taille humaine s’en tirent mieux, à condition que, comme à certains endroits, les ARS ne décident de fermer leurs services d’urgence « pour rationaliser ».

        1. durru

          Je crois que ce n’est pas aussi simple que ça. Il y a des CHU (ou, pour être plus précis, des services dans ces CHU) qui sont vraiment à la pointe et qui ont un personnel de la toute première qualité, du professeur jusqu’à la dernière aide-soignante. J’en connais quelques uns.
          Mais, dès qu’on sort de ce périmètre réduit d’excellence, c’est vite la cata’. Je trouve que vous êtes gentil avec votre description « toute la veulerie, la médiocrité et le sadisme » 😉

  36. Puceau43

    Bonsoir.
    C’est la première fois que j’interviens ici (ça fait cependant plusieurs années que je lis les articles du patron, comme vous dîtes) et, certes ça ne concerne pas vraiment l’article, je souhaiterais parler de l’intervention du Louis de Funès de Matignon ce soir.
    Ayant 30 ans et refuzpik, ça ne me concerne plus vraiment, mais ça concerne la fermeture des boîtes de nuit. Quant on voit tous ces jeunes qui se sont fait piqués pour avoir le laisser-passer afin d’y rentrer, et que 5 mois plus tard on te dit que finalement tu peux rester chez toi, il y a de quoi l’avoir très mauvaise.
    Mais, comme O’Macron adore la sodomie et qu’il a fait plaisir aux vieux, rien ne lui arrivera. A moins que la jeunesse, cette fois-ci, comprenne qu »elle s’est faite bien mettre. Le problème, c’est qu’elle est juste biberonnée à Koh-Lanta.
    Et bon vent à ce blog qui mélange à la perfection humour et vérité.

    1. kekoresin

      J’approuve ce message y compris les parties grasses. Maintenant que le dépucelage est réalisé, tes commentaires sont les bienvenus. Injections rébellion !!!

  37. Elie

    Puisque chacun y va de sa petite prédiction : j’ai déjà publié la mienne à une autre occasion.
    Je regarde le caractère cyclique de l’Histoire : rien n’est éternel. Seule l’arrogance de petits chefs qui se croient immortels est constante. Ils finissent tous par tomber, et si ce n’est pas eux, ce sont leurs héritiers. Ils croient tous créer des empires de mille ans, mais finissent suicidés ou pendus comme les petites sous-merdes qu’ils sont en réalité.
    Patience…
    Les rapports de force finissent toujours pas basculer.

    1. Pierre 82

      Bien sûr, ils ont déjà perdu (pour tempérer mon pessimisme…)
      Le tout est de savoir si nous serons encore en vie pour voir leur chute. Mais au fond, peu importe.

        1. Berdol

          Oui, moi aussi, bien que mon capital soit bien entamé par une vie de labeur et de débauche .. Je veux même participer avec sadisme à l’hallali . Merde enfin !

  38. Oreliane

    Concernant les sociétés parallèles, j’ai fortifié la mienne : je suis refuzpik mais je tiens par le bout du nez mon directeur qui subit avanie (et framboise) sur avanie suite à sa triple vax.
    Alors qu’il y a 6 mois, il m’avait fait un scandale sur mon absence de pass, absence de vax, je le vois dépérir de jour en jour, non que ça me réjouisse, mais en attendant, moi, je ne suis pas malade.
    J’en suis encore ce mois-ci à décompter des arrêts pour cas covid, cas contact et même les enfants sont concernés, les classes sont fermées, puis non, puis oui. J’ai une immense envie de rire quand ma collègue me sort que « heureusement son mari était vacciné sinon il aurait fini aux urgences », j’ai envie de lui répondre que s’il n’avait pas été vacciné 3eme dose, ben il serait debout.
    Tous sont tellement convaincus de l’efficacité du vaccin, on reconnait là la capacité de persuasion du gouvernement.
    Moi, j’ai jamais aimé les injonctions, j’ai jamais apprécié les « fais comme ci », non que je sois complotiste mais par défaut je considère le gouvernement comme un gros menteur.
    Je ne rentre ni ne rentrerai jamais dans aucune de vos cases :
    Je suis une féministe misogyne
    Je suis misandre homophile
    Et je prie pour que Dieu fasse le tri !

    1. Yanka

      « Et je prie pour que Dieu fasse le tri ! »

      S’il existe, il doit se demander où il a merdé sec quand il a créé le bonhomme à deux pattes, ou s’il n’était pas bourré grave ce jour-là.

      1. Pierre

        Cher Yanka, lisez le livre de la Genèse, et vous constaterez qu’effectivement, Dieu s’est demandé plus d’une fois où il a merdé à ce point-là quand il a créé l’homme.
        Dans les livres suivants de la Bible, on voit qu’il s’est fait une raison et qu’il a plus ou moins décidé de les laisser se démerder entre eux tant qu’ils ne s’adresseraient pas à lui.

        1. LeSUBVERSIF

          mais non en fait ..vous n’y êtes pas! dieu n’existe pas! enfin on vous l’avez pas dit? il existe uniquement pour faire croire aux autres pauvres et indigents que malgré leur dur labeur et injustice en ce bas monde.;il y a dans les cieux une justice…. et OUI celle de DIEU…et qu’ils iront au paradis etc,etc..;enfin bref tous le baratin habituel…! .. comme ça pendant ce temps là les zélites parasites en bas peuvent continuer leur forfaiture. Donnons du jeu du pain et aussi du DIVIN! poil au sein 🙂

        2. Jusnaturaliste

          Sauf que c’est réthorique. Le Dieu de la Genèse est omniscient, il savait comment tout cela allait finir, avant même que cela ait commencé.

          1. Aristarkke

            Plus exactement, dès la rébellion d’Adam et Ève, il a pris des dispositions et annoncé comment cela finirait, y compris pour le Tentateur Satan, tout en laissant aux Hommes, un temps où ils pourraient essayer de se passer de Dieu

            1. Jusnaturaliste

              Théologiquement parlant, il savait même avant la fondation du monde… mais là n’est pas la question, je trouve la thématique du sujet bien plus intéressante: comment et où refonder une société parallèle, alors même que les pays les plus libres de ce monde ont sombré dans des dictatures sanitaires infâmes?

      2. LeSUBVERSIF

        « S’il existe, il doit se demander où il a merdé sec quand il a créé le bonhomme à deux pattes.. »

        ben regarde toi dans la glace tu auras la réponse! ok je sors, je sors…pas taper…

        1. Yanka

          Bien essayé, mais je n’ai aucun pouvoir et n’ai jamais désiré en posséder. Je fous la paix aux autres, parce que j’ai envie qu’on me foute la paix aussi, et je défends volontiers la liberté d’autrui, y compris quand elle me déplaît (liberté d’opinion et d’expression, pour cette même raison de réciprocité souhaitée ; donc n’allez pas voir de l’altruisme là où il n’y a qu’égoïsme bien tempéré, comme le clavier du même nom chez Bach). Je n’ai pas besoin de me sentir bon citoyen pour ne pas jeter partout mes ordures et n’en faire qu’à ma guise. Je ne me considère donc pas comme un nuisible, ni envers les autres hommes, les animaux ou la nature en général. Je ne crois pas que Dieu existe, mais je sais qu’il existe pour beaucoup et ma foi, pourquoi pas, pourvu qu’on ne cherche pas à me faire vivre malgré moi sous sa férule.

            1. Yanka

              Pas sous la forme anthropomorphe, ni consciente, ni pensante. Ça, ce sont des niaiseries bien commodes pour effrayer le petit peuple. Comme énergie pure, j’admets le principe divin, à la fois créateur et destructeur, mais ce Dieu-là n’est pas adorable et il ne porte pas la majuscule, ne demande rien. Mais si les gens préfèrent croire des histoires, pourquoi pas. J’aime bien les histoires, moi aussi, mais n’étant pas un oriental barbu, je préfère les histoires bien de chez nous, forestières, rurales, loin des déserts et des Sémites. J’aime rappeler que ma rivière s’appelle la Semois, non le Jourdain.

              1. Jusnaturaliste

                Ce n’est pas vraiment un dieu, plutôt une sorte de « force » comme dans la guerre des étoiles. La question de dieu ne sert pas à effrayer, mais à rassurer le petit peuple sur son devenir après la mort. Si nous étions immortels, la question de Dieu serait très secondaire.

                1. Yanka

                  « La question de dieu ne sert pas à effrayer, mais à rassurer le petit peuple sur son devenir après la mort. »

                  J’avais en tête les concepts d’enfer et de paradis, et donc une histoire de carotte et de bâton.

                  Dieu n’est jamais qu’un nom, celui qu’on donne à la force, justement (mais je préfère la notion d’énergie à celle de force). Quand quelqu’un dit « Dieu », il nomme son énergie de référence, inconsciemment la plupart du temps. L’idée d’un Dieu bon, qui lirait nos pensées et tiendrait un registre de nos actes, est bien gentille, mais ridicule. Je vois bien que l’imagerie est nécessaire pour ceux qui ne savent pas conceptualiser, mais développer une imagerie et y ajouter foi sont deux choses. J’admets bien sûr l’idée du récit, de l’explication plus ou moins élaborée (et légendaire) de l’histoire de notre monde, dont la finalité, en effet, est plus de rassurer l’homme dans un contexte hostile que de l’effrayer, sauf que l’invention de l’Enfer chez les chrétiens n’a pas vraiment pour objet de rassurer, et la chrétienté est l’univers où j’ai grandi. Ceux qui ont lu Dante savent de quoi il retourne, à propos de l’Enfer : on n’a pas franchement envie d’y séjourner, et donc on se tient à carreau dans l’existence : on est édifié. Tout est bâti là-dessus.

                  1. Jusnaturaliste

                    L’enfer moyenâgeux (très différent de l’enfer antique et de l’enfer biblique) était là pour rassurer les gens: il était pour les affreux pas beaux, et pas pour M. Tout le Monde, auquel il suffisait de quelques rites, dont une petite confession gratuite et anonyme de temps à autre pour y échapper. Les riches pouvaient même se payers des indulgences pour assurer le coup, et au pire des cas, on tablait sur quelques courtes années de purgatoire, avant de rejoindre le bonheur éternel…

                    « Dieu » est un mot de notre langue que chaque croyance définit à sa manière. Mais au final, il n’y a qu’une seule définition qui décrive exactement notre réalité universelle, toutes les autres ne sont que des inventions de la pensée humaine. Le jour où cette réalité universelle sera factuelle pour tout le monde, nous pourrons tous juger comme ridicules toutes les fausses définitions. Mais en attendant, chacun prêche pour sa paroisse… 

                    1. Jusnaturaliste

                      @ durru

                      M. de la Palice dirait pourtant qu’on n’a jamais été aussi proche de la fin…

                      Cependant, l’important n’est pas d’être au clair sur Dieu, mais d’être au clair sur sa propre destinée, car la mort a un grand mérite, elle n’est pas collectiviste, mais individualiste…

                    2. durru

                      @Jusnaturaliste 18h47
                      Plus on sait des choses, plus on se rend compte qu’on sait rien. Je ne sais plus si c’est M. de la Palice qui l’a dit, ou quelqu’un d’autre…
                      J’ai quand même la vague impression que vous n’évoquiez pas la mort lorsque vous écriviez sur la « réalité universelle ». Car là, comment dire, ça fait un moment qu’on sait à peu près de quoi ça retourne.
                      Pour changer un peu de registre, ce qui nous arrive est la conséquence directe du fait que certains ont cru avoir touché à cette réalité universelle. Et ils se prennent pour Dieu. Au sens propre. Mais bon, ça c’est un autre débat… (ou pas ?)

                    3. Jusnaturaliste

                      @ durru

                      Je préfère ce proverbe: ‭ »Instruis‭‭ le juste‭, et il augmentera‭‭ son savoir‭.‭ »

                      Une réalité ne peut être réellement universelle, que si elle admise par chaque individu. C’est le cas de la mort, personne ne conteste qu’il mourra un jour. Ce n’est pas le cas de Dieu, certains proclament son existence, d’autres la rejettent.

                  2. durru

                    @Yanka
                    Juste un truc : C. Gave a pour habitude de dire que le capitalisme sans faillite c’est comme le christianisme sans l’Enfer.
                    Pensez depuis quand les églises se vident…

                    1. Yanka

                      Les églises se vident parce que l’Église a viré les mystères au profit de la sociologie et la théologie au profit du bavardage. Et désormais, les curés sont Noirs ; en plus, ils ne savent pas jouer au foot. Vatican II est le nom du Diable.

                    2. durru

                      @Yanka 19h17
                      « Et désormais, les curés sont Noirs »
                      Je crois que les croyants aimeraient bien avoir un cardinal Sarah en chaque curé, pardi !
                      Pour le reste, c’est pas le meilleur endroit pour en débattre, et en plus entre deux non-croyants 😉

                    3. Pierre 82

                      @Yanka 7 décembre 2021, 19 h 17 min
                      Le fait que beaucoup de curés sont noirs ne posent aucun problème aux catholiques, sachez-le.
                      Sauf sur un point, et malheureusement il est crucial: beaucoup de gens, en milieu rural, ont parfois du mal à les comprendre. Et ça, c’est un vrai souci. L’accent de certains prêtres (qu’ils soient polonais, vietnamiens ou béninois) est malheureusement un vrai obstacle auprès de beaucoup, surtout les gens âgés.

                      Mais leur couleur de peau, autant être clair, ils n’en ont rien à battre.

                    4. Yanka

                      « Le fait que beaucoup de curés sont noirs ne posent aucun problème aux catholiques, sachez-le. »

                      Inversez le problème. Nous sommes en Europe et nous sommes obligés de faire venir d’Afrique des curés noirs, faute de vocations. C’est ça, le problème, pas la couleur de peau, même si personnellement je ne regarde plus le foot pour des questions ethniques. Je n’aime pas la sensation d’être à l’étranger dans mon pays.

                    5. Pheldge

                      @ Pierre 82: à la Réunion, où les églises sont pleines, nous avons beaucoup de prêtres malgaches ou africains. Ça ne me pose pas de problème, mais ça m’inquiète un peu quant à l’avenir. Il y a eu une ordination il y a deux ans …

  39. Profetcie

    Le suffrage universel tant vanté est désormais truqué.
    Les pétitions sont sans effets.
    Les manifestations sont désormais contre-productives (violences systématiques qui les discréditent)
    Alors que faire?
    Atteindre l’ennemi au portefeuille!
    En cessant toute lecture, écoute, visualisation des médias contaminés.
    En n’achetant plus aucun produit des marques et sociétés contaminées.
    Une liste de ces dangereuses entités serait bienvenue qui pourrait circuler de mini réseaux en mini réseaux jusqu’à devenir un puissant moyen de pression.

    1. Jusnaturaliste

      Le suffrage universel n’est que la dictature de la majorité sur la minorité. Ce système avait déjà été essayé par les Grecs et n’a pas réussi à durer dans le temps.

      Le virtuel ne correspond pas à la réalité et est devenu un piège infâme pour la société. La vraie vie est celle qui se passe en famille (de sang ou de cœur) autour d’une table, pas celle derrière les écrans.

  40. Higgins

    Outre-Quiévrain, ça semble bouger un peu : https://www.lecho.be/economie-politique/belgique/wallonie/la-justice-namuroise-constate-l-illegalite-du-covid-safe-ticket-en-wallonie/10350333.html
    Ceux qui fréquentent ce blog et qui habitent le plat pays peuvent-ils apporter quelques précisions ?

    Remarque toute personnelle, la modicité des annonces de nos purges hier est-elle un signe supplémentaire d’une prise de conscience tardive d’une réalité qui n’est pas conforme à leurs désirs ? Je m’attendais à largement pire.

    1. Jacques Huse de Royaumont

      Bonne question.

      Soit ils prennent conscience de la réalité sanitaire, soit ils hésitent à trop emm… le monde à 6 mois des élections.

      1. LeSUBVERSIF

        Même pas en rêve! ..erreur si vous partez du postulat qu’il l’a joue solo..leurs délires c’est une partition à plusieurs! France, us,Allemagne, Autriche Italie Grèce,etc… ils se concertent c’est évident!
        ..et puis ils jouent la stratégie de la carotte et du baton…la preuve à vous lire vous seriez presque indulgent et rassuré! 2 coups de bâton dans la gueule, et après une petite caresse 🙂

          1. paf

            n’ont -ils pas viré l’autre chancellier sous couvert d’embrouilles mais en vrai parce qu’il refusait de suivre la ligne du parti globaliste ?
            Donc celui la ils vont le bouffer je suppose

          2. Dr Slump

            Si j’en crois les informations du blog Covidémence, des commandes de vaccin ont été passées pour 2022, 2023 et 2024 par divers pays, Israël parle déjà d’une 4e dose, l’UE prolonge sa campagne contre les fact-news sur le covid, notre gouverne-maman n’en a pas moins décidé de renforcer les contrôles durant les fêtes, etc : ça ne se calme pas, loin de là, le festival du virus continue de battre son plein.
            Attendons de voir Macron à la présidence de l’UE, je le vois bien faire son malin depuis Bruxelles, et nous balancer, avec son air de « venez m’chercher » une ou deux boules bien puantes.

          3. Pierre 82

            Deux pas en arrière, trois pas en avant, deux pas sur le côté, deux pas de l’autre côté.
            Mais finalement, ils avancent. Ce type de marche est très prisée des manipulateurs, des pervers narcissiques, et de l’union européenne (ils appellent ça « le cliquet »)
            Au grand-duché de Luxembourg, ça s’appelle « Procession d’Echternach »
            https:/ /fr.wikipedia.org/wiki/Procession_dansante_d%27Echternach

    2. douar

      Même chose: c’était un non évènement.
      J’ai eu un client qui a annulé un rdv hier car sa boîte anticipait déjà un nouveau confinement.
      Raté.
      Je pense effectivement qu’ils réalisent que ça devient contreproductif (à part la folie des masques pour les enfants).

      1. Le Gnôme

        Un nouveau confinement en période électorale est à exclure, ce serait le signe que le Chef a gravement merdé, ce qui électoralement fait mauvais genre.

        1. Jacques Huse de Royaumont

          Sans compter que tabasser le commerce de détail en période de Noël pourrait avoir des conséquences fâcheuses à tout point de vue.

      2. Pierre 82

        J’ai pas écouté, je ne me suis pas précipité sur Google actu pour connaître les lignes générales. Ce que j’en sais, je l’ai lu sur les deux ou trois blogs que je suis, comme celui-ci.
        Je suis arrivé à uun point de détachement complet de leurs folies. J’ai juste vu une photo de Gargamel dans ses œuvres, et il semblait dans un état de contentement de lui assez remarquable. Quelqu’un pourrait-il lui refiler une poignée de schtroumpfs, à ce malfaisant, pour qu’il nous laisse tranquille?

    3. Mitch

      A mon avis, ce sordide tas de cons reserve le pire pour après les fêtes. Le pire c’est qu’avec le grand renfort de propagande sur la Pravda que l’on connait, une immense majorité de la population leur en sera même reconnaissant.

      1. LeSUBVERSIF

        L’Autriche!…à mon avis c’est l’Autriche qui va donner le « LA’ en février pour l’ouverture des « festivités » si ça bronche pas ..là-bas on est pas dans la merde! …il n’y aura pu qu’à penser sérieusement à s’expatrier pour fuir ce « délire »!

    4. Yanka

      Il y a ceci de cocasse dans cette affaire que le gouvernement (wallon) a voulu réagir le jour même du jugement, mais le tribunal les a envoyés se faire lanlaire, car le gouvernement n’avait pas jugé utile de se présenter à la première audience, prenant la chose à la Macron, c-à-d par dessus la jambe. Le gouvernement avait donc 7 jours pour retirer le CST, sous peine d’une astreinte de 5.000 euros par jour de retard. Le gouvernement a fait appel, donc le CST est toujours effectif. L’appel a lieu ce 8 décembre. Il a une fronde judiciaire en Belgique, en effet. Le 2 décembre, les procureurs généraux ont écrit une lettre rappelant au pouvoir qu’il est interdit aux policiers de contrôler les CST, l’arrêté royal du 14 juillet ne prévoyant pas qu’ils le puissent, alors qu’ils le font dans les faits.

      1. Pierre 82

        S’il suffit de modifier une loi, c’est pas bien compliqué et cette (ultime?) tentative de rébellion de quelques magistrats sera désormais terminée. Il leur suffit de convoquer les chambres, et en une heure, c’est plié.

        1. Yanka

          Hmwoui… Le système caméral en Belgique étant proportionnel et non majoritaire comme en France, c’est un peu plus compliqué chez nous d’obtenir le garde-à-vous, d’autant plus que pour corser la chose, il y a les données linguistiques (au niveau fédéral). En Wallonie, il y a la pression du PTB à la gauche des zébus socialistes et écololos, et le MR (en principe libéral, mais ça dépend du jour) n’aime pas trop les contraintes que les socialistes enragés au Nord comme au Sud veulent imposer (ausweis, couvre-feu, confinement, masque et tous les dispositifs sanitaires et les hurluberluteries du même inépuisable tonneau.

    5. Berdol

      Sauf qu’ils se préparent, ces crétins , à assassiner des enfants qui ne demandent rien, ne sont pas sensibles au covid et n’ont donc aucun intérêt a être vaccinés sinon permettre aux vieux cons de papy et mamie de leur faire des bisous mouillés que les gosses détestent comme ils détestent l’odeur de viande avariée desdits papy et mamie…

      1. baretous

        et bien dites donc vous avez de drôles de rapports avec vos ainés !..Chapeau..Faut pas aller en suivant chez le notaire, si on a un peu de logique

        1. Yanka

          Là où il a raison, c’est de privilégier les enfants. Et tant pis pour les vieux ! S’ils sont en bonne santé, ils n’auront aucun problème. S’ils ont déjà un pied dans la tombe, la charité recommande de les aider à y mettre le second. Ce délire de protéger les tout vieux en sacrifiant la jeunesse doit cesser, à la fourche et au cocktail Molotov (faute de napalm) si besoin.

          1. baretous

            «  »Là où il a raison, c’est de privilégier les enfants. Certes mais parmi les moins vieux et les plus tout jeune il y a un sacré paquet de cons et de lâches dangereux. Ceux là n’ont jamais eu un douze en mains et sont prêts à pactiser.

            j’espere déjà un hiver bien chiasseux avec coupures de courant et de gaz.On va pouvoir ainsi décanter un peu plus tout ça..

            1. baretous

              a propos d’hiver il se pourrait bien que l’on ait un Moscou -Paris:

              https:/ /fr.sputniknews.com/20211207/a-moscou-il-navait-pas-neige-comme-ca-depuis-1949—photos-1053837168.html

            1. bob razovski

              C’est une réminiscence de la guerre psychologique entre le Japon et la Chine, qu’ils désignent comme responsables de ce merdier. Ce faisant, le Japon déclare son ire aux Chinois.

Laisser un commentaire