V for Villepin

Pendant qu’un quasi-super héros, au prix de sa vie, libère une Angleterre futuriste au prise avec un tyran totalitaire, en se lançant dans un combat pour la liberté, la France, encore une fois à la ramasse, doit se contenter d’une brochette d’anti-héros qui pataugent dans la vendetta à fonds publics…

Avec l’affaire Clearstream, on assiste en effet à ce que la vie politique française a de plus croustillant. Tous les ingrédients d’un roman de gare efficace sont réunis dans ce scandale choc pour politicien chic en mal de chèques :
– de l’argent, beaucoup. On parle de millions d’euros. De comptes au Luxembourg. De transferts, de banques discrètes…
– des acronymes aguicheurs (DGSE, DST), des institutions importantes (ministère de l’Intérieur, cabinet du Premier, l’Elysée)
– des taupes, des espions, des généraux dans le renseignement, de l’informatique haute-voltige
– des juges incorruptibles, des policiers qui perquisitionnent
– de l’aventure, du suspense, de l’action, des traîtrises, des coups de théâtre.

Franchement, de loin, on croirait lire un James Bond (évidemment, de plus près, on est plus proche des Infusions Saveur Du Soir, mais l’important, c’est le packaging, hein)…

Maintenant, si on fait le bilan réel de cette fumisterie, qu’a-t-on ? Galouzeau reçoit un papier indiquant qu’un de ses ennemis personnels fricote de l’argent sur des comptes à l’étranger ; il décide de lancer une enquête. Finalement, c’est bidon. Que peut-on reprocher à ce pauvre diable ? D’avoir utilisé des fonds publics pour mener une vendetta personnelle ? Bof, cela est monnaie courante, partout, à tous les échelons. En soi, cela n’est pas pire que les (nombreuses) affaires Pasqua, les (foultitudes d’) affaires financières liées à des financements occultes, à des emplois fictifs, … Rien que du banal.

En fait, au lieu d’un V For Vendetta, on se retrouve avec un M Pour Merdouillage : Villepin est assez mauvais, et il patauge parce qu’il a choisit de nier l’évidence, alors qu’au fond, même sans son agenda personnel chargé contre Sarko, il lui aurait fallu, en tant que ministre soucieux de son travail, approfondir l’enquête et savoir si le président de l’UMP était ou non mouillé. Non parce qu’il ne peut l’encadrer, mais bien parce que Galouzeau est un homme consciencieux, non ?

Mais non. Plutôt que choisir cette stratégie de défense, il tente le mensonge évident et éhonté ; en effet, il sait pertinemment qu’il a lancé cette enquête parce qu’il est retors (comme tout bon politique franchouillard). Et il sait que tout le monde le sait.

Finalement, rien de nouveau sous le soleil, cette affaire Clearstream… Cependant…

Cependant, elle provoque une fièvre sans précédent dans les couloirs de la République. La presse, à peine sortie des agitations sociales anti-CPE, semble s’émouvoir à grands bruits. Et cette agitation, assez disproportionnée, ressemble à s’y méprendre aux agitations précédentes, celles qui agitèrent le pays en Novembre pendant les émeutes, et en Avril pendant le front anti-CPE.

Encore une fois, cette remarque illustre combien le pouvoir des média est important et probablement sous-estimé. Le CPE, bricolage en mode mineur du CNE, bricolage en mode majeur du CDI, n’aurait même pas dû faire parler de lui plus qu’un entrefilet dans les journaux spécialisés. Mais l’usage par les syndicats (étudiants, puis lycéens, de salariés enfin) des média pour semer le vent leur a permis de récolter une tempête. Pour les émeutes de Novembre, l’usage auto-catalytique des images dans l’incitation à la surenchère avait quand même été noté lorsqu’une véritable course au nombre de voitures brûlées avait été engagée entre les différentes cités.

Ici, les média manipulent clairement l’opinion pour obtenir une tête ; car enfin, qui se fiche réellement, à part les présidentiables et les quelques politiciens habituels gravitant autour, des tenants & aboutissants de cette affaire, qui, rappelons-le, est totalement bidon ? Qui veut réellement savoir si une enquête fut diligenté sur Sarko ? Vous ? Moi ? Honnêtement, je n’ai que foutre des petites turpitudes de ces gens là. Beaucoup, je pense, regardent se dérouler cette affaire, l’air mi-goguenard, mi-incrédule, comme devant un Interville aux vachettes effervescentes, attendant de voir qui va chuter ; mais en réalité, tout le monde se fiche du quidam qui se prend les coups de cornes, personne n’accorde d’attention à la vachette. Seule la chute compte.

Un an à attendre, avant les élections présidentielles, semble trop long. On doit pouvoir insérer un changement de gouvernement, là, maintenant. Il va sans dire qu’un remplacement ne changerait absolument rien à l’état catastrophique du pays, mais fournirait aux média une excellente occupation jusqu’en juin.

La question devient alors : qui manipule les média pour que ceux-ci manipulent l’opinion ? Ne serait-ce pas, en application du bon vieux principe « Diviser pour mieux régner » … les politiques eux-mêmes ? Car finalement, tout le monde, à très peu d’exceptions, trouve son compte dans cette affaire :
– les adversaires de Chirac et son dauphin (ils sont nombreux), puisqu’ils sont tous deux mouillés jusqu’au cou.
– les complices de Sarko (puisqu’il en ressortira plus fort, victimisé).
– les socialistes puisqu’ils trouvent là un boulevard pour leurs critiques et peuvent espérer la mise en place d’un gouvernement Sparadrap dont l’inaction sera patente et bétonnée en douze mois tout rond.
– les extrêmes puisqu’ils peuvent fustiger les magouilles, les coups bas et la « politique politicienne ».
– les média pour tout le papier et l’audience que cela leur procure.

Par contre, les vrais perdants sont nombreux. Ce sont les Français.

Au contraire de Chirac et Villepin qui sont entrés volontairement dans l’arène pour jouer, nous allons tous perdre, et perdre gros, avec cette histoire, et le tout sans avoir jamais voulu jouer.

J'accepte les BTC, ETH et BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BTC : 1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
ETH : 0x8e2827A89419Dbdcc88286f64FED21C3B3dEEcd8