Construction de polémique

Un dimanche soir en France, c’est parfois l’occasion de construire une jolie petite Polémique Artisanale. Ici, il ne s’agit pas d’une polémique de taille industrielle impliquant de grandes entreprises, des hommes politiques d’envergure ou des sujets de société profond. Non, ici, il s’agit d’une bonne petite Polémique de Banlieue, amoureusement sculptée avec les outils de la dure réalitée, dans le bois brut des cités de notre beau pays, la Fraônce.

Comment construit-on une jolie petite polémique artisanale ?

Tout d’abord, il faut des inconnus. Une polémique ne pourra être artisanale si elle implique un homme politique de premier plan, un journaliste célèbre, une star emperlousée. Pour de l’artisanal, il faut de l’inconnu, du tout venant, du monsieur tout-le-monde.

Ensuite, pour conserver son label Polémique Artisanale, elle ne peut porter sur un sujet de grande taille comme Le Chômage En Fraônce, ou La Politique de Recherche Dans Les Universités Fraônçaises. Non, il faut qu’elle porte sur un fait divers, un contrôle d’identité par exemple, ou une petite verbalisation routière, quelque chose de simple, de proche du terroir et des saveurs de nos contrées.

Ce dimanche soir, nous avons eu droit à de la Polémique Artisanale, mais en version AOC : elle se déroule dans une cité dite chaude, ce qui constitue un gage de qualité de la polémique. La polémique industrielle se trouve en effet dans les salons aérés, les hémicycles froids ou les plateaux télés climatisés ; la maturation est plus lente et les arômes dégagés plus grossiers. Pour une bonne Polémique Artisanale AOC, il vous faut la moiteur d’une cité à risque.

Et cette fois-là, comble du bonheur, nous aurons eu droit au logo NF sur la polémique puisqu’elle implique la police nationale qui est alors directement un gage de sa franco-franchitude.

Moi, je vous le dis, une Polémique Artisanale AOC avec NF, ça se déguste par petits bouts.

Le premier morceau sera constitué des dépêches de base sur les faits. Dès le début, on découvre tous les ingrédients nécessaires : des policiers qui font une banale opération de vérification routière, dans une cité chaude. Le contrevenant ne se laisse pas faire, course poursuite et/ou délit de fuite, emboutissage d’une voiture de police, implication de la populace locale, échange d’invectives, gaz et flash-balls, coups et blessures, retrait des policiers, leur voiture qui brûle, des arrêts de travail. On pourra se référer à cet article pour un petit panorama des faits.

Vrais ou faux ? On ne sait pas encore, mais déjà, on voit poindre les odeurs délicates de la polémique : pour cela, on fera intervenir quelques doutes, quelques petites lacunes ou quelques témoins qui contredisent les premiers faits (ou premières impressions) rassemblés.

Pour savourer la polémique en bouche, on lira avec attention cet intéressant article du Moôonde qui permet déjà d’étayer une thèse disant en substance que la police aurait, la coquine, excité la population locale. L’autre thèse, évidemment, favoriserait l’aspect spontané des citoyens super-festifs qui, désoeuvrement d’un dimanche soir un peu mélancolique aidant, aurait brûlé une voiture de police histoire d’y faire, probablement, griller des chipolatas ou des knackis dans une ambiance généreuse et conviviale (on imagine presque le sigle Herta en bas à droite).

Dans le même article, on notera au passage le délicieux petit encart sur la gauche que je cite ici (une Polémique Artisanale aux Truffes, je vous gâte) :

« Maire d’une ville habituée aux problèmes de violence, M. Garay regrette la suppression de la police de proximité en 2002. Pour « redonner le sens des valeurs » aux jeunes, et leur inculquer le respect de « l’autorité », il a transmis aux candidats à la présidentielle sa proposition de « passeport citoyen ».

Eh oui, Mr Garay l’a bien compris : si les éléments incontrôlables étaient armés d’un « passeport citoyen » plutôt que de pierres et de cocktails molotov, ce serait beaucoup plus difficile pour faire cramer une voiture. Il n’a pas tort, le bougre.

Vraiment, avec la période électorale actuelle et la charpente musclée et colorée des discours des présidentiables en lice, cette polémique a toutes les caractéristiques d’un grand cru, à la fois solide et fruité, épicé et subtil.

Ce pays est merveilleux.

Quelque soit la situation, quelques soient les faits, on pourra toujours trouver une méthode pour transformer une situation aberrante, une violence de toute façon injustifiée, en polémique bien de chez nous.

Même devant les restes fumants de la voiture, il se trouvera toujours quelqu’un pour dire : « oui, mais si les faits, finalement, ne donnaient pas tort à l’autorité ? ».

L’état montre ici plusieurs faillites :
– il est incapable de faire régner l’ordre, ce pour quoi on le paye… Fort cher. Cela fait toujours aussi froid dans le dos. Et un peu pleurer sur tout cet argent dépensé, visiblement, en pure perte.
– il est incapable d’analyser le problème, puisqu’il se perd déjà dans de vaines discussions.
– et, pire que tout, avec ses messages embrouillés visant à la fois à soutenir la police et à calmer les émeutiers, tout en s’interrogeant sur d’éventuelles bavure et en condamnant les agissements des excités, l’état n’envoie finalement qu’une seule information, parfaitement claire celle-ci : les récidives seront traitées de la même façon que toutes les fois précédentes. Elles sont donc, ipso facto, si ce n’est encouragée, en tout cas pas dissuadées. Les gens qui nous gouvernent ne savent absolument plus où ils en sont, et, dans la torpeur de leurs réactions incohérentes répétées, ils institutionnalisent l’émeute et la réponse de l’appareil à celle-ci. Ubuesque.

Les émeutes de Novembre 2005 n’ont pas encore un an que déjà se profilent à l’horizon toutes les graines d’une nouvelle saison de barbecues sauvages.

Au rythme des polémiques artisanales NF AOC qui se profile, on ne grillera pas que des chipos…

J'accepte les BTC, ETH et BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BTC : 1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
ETH : 0x8e2827A89419Dbdcc88286f64FED21C3B3dEEcd8