CFE, syndicalisme, code du travail : en France, la lutte contre l’emploi bat son plein

J’ai déjà fait cette constatation dans ces colonnes, mais l’actualité et l’amoncellement de cas tordus me pousse à revenir sur le sujet : de nos jours, tout indique que l’État et ses sbires détruisent bien plus l’emploi et le commerce qu’ils ne les facilite effectivement, à tel point qu’il devient nécessaire de se demander si une résistance active ne devient pas nécessaire …

En l’espace de quelques jours, je suis en effet tombé sur un véritable nid d’informations éparses qui pointent toutes dans la même direction : la destruction méticuleuse d’emplois, d’entreprises et de talents créatifs en France.

Attention, il faut bien comprendre ici que je ne suis pas en train, caricaturalement, de dire que depuis que Hollande est parvenu au pouvoir, pouf, la situation s’est magiquement délabrée au point que ce qui était encore possible avec Sarkozy ne le serait plus avec le Président du Changement de Cap Constant. En réalité, le sabotage intensif auquel l’État français, les syndicats et les administrations à l’état d’esprit collectiviste se livrent actuellement font partie d’une véritable tradition avec laquelle chaque entrepreneur ou chaque salarié doit apprendre à composer. Ce n’est pas nouveau. Ce qui a changé, c’est que la situation économique mondiale s’est largement dégradée sur les douze derniers mois, et le message socialiste aussi fossilisé que consternant envoyé par l’actuelle équipe gouvernementale a accéléré la dégringolade. Pour faire court : l’État français, ses syndicats et ses administrations détruisent toujours de l’emploi avec la même ferveur, mais à présent, leurs coups provoquent plus de dégâts qu’avant.

Et c’est muni de cette remarque préliminaire que nous pouvons nous attaquer à quelques exemples récents de cette lutte acharnée que mène l’État contre ces gens inconscients qui n’ont pas encore choisi l’assistanat le fonctionnariat pour vivre. Ainsi, on découvre l’épuisement qui gagne le chef de petite entreprise en concurrence directe avec … des prisonniers qui produisent la même chose que sa société, mais à des coûts défiant évidemment toute concurrence. L’État s’est fixé la noble mission de réintégrer les prisonniers par le travail, et fera, dans la foulée, quelques nouveaux chômeurs. La logique économique qui transpire de l’histoire laisse perplexe.

usine a gaz instableInversement, lorsqu’une personne rend service à la communauté, qu’elle emploie des salariés, que tout se passe bien, immédiatement, l’État intervient pour arrêter ces épanchements malencontreux de bonheur et de gens qui prennent leurs responsabilités sans lui. Les cas de crèches clandestines que les services sociaux font fermer avec pertes et fracas se multiplient avec de la prison pour les abominables mégères qui entassent les moutards par palettes entières dans leur salon pour de sombres histoires d’argent. Évidemment, la résolution du problème de base (le manque de crèche) est généreusement oublié dans l’histoire, puisqu’une crèche privée qui ouvre, ça ne se voit pas et ça ne crée guère d’emplois publics, au contraire d’une médiathèque ou d’un tram qui mobiliseront durablement les finances de la Ville.

MontebourgatorEt pendant que les petits entrepreneurs sont gentiment pourchassés, que les initiatives locales sont écrasées sous la paperasse ou les contraintes prodigieusement stupides que l’administration entend créer pour s’assurer de toujours conserver son pouvoir, le gouvernement, de son côté, appuie sur le champignon des démarches idiotes et des petites phrases stupides. Dans la catégorie, Arnaud Montebourg est devenu le maître incontesté, point n’est même besoin de détailler la situation. Pour lui, tout est simple : lorsque les télécoms vont mal, c’est la faute à Free. Lorsque l’automobile va mal, c’est la faute aux Coréens. Lorsque le gouvernement va mal, c’est la faute aux prédécesseurs. Etc… L’automatisme de l’excuse facile donne un vernis de banalité aux crétineries consternantes qu’il dégoise sans que personne ne le remette jamais à sa place. Bénéfice indirect de sa cuistrerie inconsciente, sans doute.

Bien évidemment, Montebourg n’est pas le seul à s’exciter puérilement pour démontrer qu’en politique, une agitation destructrice vaut mieux qu’une saine réflexion. Les récents atermoiements du gouvernement sur le gaz de schiste (un coup on y réfléchit, un coup, suite au lobbyisme pathétique d’excitées incompétentes, on n’y réfléchit surtout pas) montrent fort bien l’impasse idéologique complète dans laquelle il s’enferre. Par pure dogmatisme, le Président a décidé de renoncer à la manne énergétique, économique et sociale que forme les réserves françaises : Total l’a bien compris, tout ça sera pour les Polonais.

Et si le gouvernement œuvre ainsi à saboter de pourtant juteuses pistes d’emploi et de croissance, il n’est pas le seul : les syndicats lui emboîtent largement le pas. J’avais déjà évoqué le cas de Bricorama, qui va permettre à Force Ouvrière d’accrocher le scalp de 500 salariés à son tableau de chasse déjà conséquent. On peut y ajouter à présent Arkema qui ne pourra pas investir 70 millions d’euros et les centaines d’emplois correspondants grâce à la vigoureuse actions des pachydermes de la CGT. Pas de doute : avec des syndicats pareils, les salariés n’ont pas besoin d’un capitalisme exploiteur triomphant avec des bouts de méchants apatrides qui licencient à tour de bras. Les grandes centrales syndicales suffisent.

Mais le pompon de tout ça, c’est le travail de fond, celui qui permet de miner l’esprit d’entreprise en sapant les petits espoirs et les initiatives dès leur premières expressions. Et pour cela, l’État peut compter sur des administrations au top de leur forme dans la production législative de petites règles corrosives. Le cas de la Cotisation Foncière des Entreprises est particulièrement éclairant. En substance, la contribution, qui remplace la taxe professionnelle supprimée en 2010 par Sarkozy, était censée alléger les charges des entreprises, mais certaines, nombreuses, voient leurs cotisations multipliées par plus de cinq, dans la joie, la bonne humeur et le dépôt de bilan festif. Et comme toute cette taxation créative est gérée au niveau local, elle échappe aux (pour le moment inexistantes) tentatives du gouvernement de redresser la barre.

On pourrait croire que les malversations s’arrêtent là. Il n’en est rien. Il suffit de prendre connaissance du Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale pour 2013 pour comprendre qu’un autre lot de petites entreprises ira droit au tribunal de commerce déposer le bilan, suppression des cotisations forfaitaires oblige.

Government Demotivator

Il y a, dans ce billet, plus d’une douzaine de liens des diverses actions, concrètes, précises, documentées, de l’Etat, des administrations et des syndicats qui montrent une chose claire, manifeste et sans ambiguïté : la France s’est maintenant scindée en deux, avec d’un côté ceux qui tentèrent, jadis, de créer des richesses et de l’emploi et qui sont maintenant écrasés, de l’autre côté et sans la moindre considération, par toute une frange de cette France qui vit en parasite des premiers et ne cherche plus qu’une chose : grappiller tout ce qui reste encore à prendre avant l’effondrement final.

Cela sent plus que le moisi. Cela sent la rancœur, la mort et la misère, des désirs de faire cracher au bassinet ceux qui avaient encore envie de ne dépendre de personne d’autre que d’eux-mêmes. Cela sent la fin.

Ce pays est foutu.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires120

  1. infraniouzes

    « Je vais bien… Tout va bien…. » (Dany Boon dans ses premiers sketches)
    Voilà la devise de l’Administration froonnçaise dans toute sa splendeur….

  2. YB69

    Modestement, je vais ajouter ma pierre à l’édifice, et peut être d’autres viendront corroborer mon histoire (j’aimerai savoir s’il y a d’autre cas). si comme moi vous avez eu la bêtise de succomber au chimère d’Oséo et contracter avec cette officine public, sachez qu’en ce moment, on rappel les fonds (pour monter la BPI ???) pas par téléphone, ça serait trop nominatif, pas pas courrier, ça serait trop engageant, non, plus simple, par assignation en justice sans somation, avec tout ce que cela comporte. je ne sais de quoi en penser, directive ? , incompétence ? non encartage au parti ?

    1. Sébastien R.

      Yep, + de détail m’intéresse aussi! Parce que si c’est le transfert Oseo -> BPI, ok c’est leur tambouille…

      Par contre si c’est les entreprises qui doivent rembourser les subventions versées à Oséo pour retour à la BPI ça va saigner ! (mais ça me semble inenvisageable, ne serait-ce que juridiquement)

    2. estelle92

      Qu’est ce que ça veut dire « rappeler les fonds » ? Réclamer le remboursement d’un crédit par anticipation ?
      Il faut nous en dire plus.

  3. Sébastien R.

    Ce n’est même pas un mur économique qu’on se prend.

    Juste une déliquescence généralisée, un pourrissement

    Ça me rappelle un même Bleu/Blanc/Rouge dans un precédent billet, genre Fucked up, Yes the whole country…

  4. Mominette

    Je le crains aussi ! Aux olympiades de la performance économique, l’entrepreneur français (capitaliste oppressif en clair) doit prendre le départ ficelé comme une momie, et chaussé de Pataugas à semelles de plomb.Chaque foulée que tentera le malheureux sera suivi de très près par des fonctionnaires de « suspicion légitime », et si par hasard il arrive à terme de ce gymkana avec quelques euros dans les poches, il sera livré séant à la curée des prédateurs.

    De qui vivront les « pauvres » quand il n’y aura plus de riches ? Que pourra encore distribuer la Sécu s’il n’y a plus de cotisants ?

    Pendant que la France ne comprend rien à l’intégration verticale, et continue à la jouer lutte des classes sauce moscovite des années 30, le seul Canada reçoit chaque année 200.000 français triés pour leurs super compétences.

    Le plus joli dessin que j’ai vu était une piste d’aéroport, avec un avion marqué « allocataires » qui se posait, tandis qu’un avion similaire, mais marqué « riches » décollait.

    1. Sébastien R.

      ATLAS SHRUGGED report :
      J’en suis au moment où la « famille » d’Hank Rearden supplie Hank de l’aider financièrement, et s’excuse !

      Hank leur jette à la gueule son indifférence.

      On a droit à un travail ! C’est un droit universel ! disent-ils…

      Toute ressemblance avec une situation existante ne peut être que NON fortuite…

      dire que ce bouquin a été écrit dans les années 50, ça laisse rêveur…

      1. Pythéas

        Oui, ça m’a fait le même effet ! il y a des points prophétiques quand on lit ce bouquin en vivant en France en 2012…

        Mais vous êtes pas au bout ! Il est bien dommage qu’un si beau fond offre une forme aussi négligée.

        1. nemrod

          Ce bouquin est tout bonnement incroyable !
          Je l’ai lu d’une traite, la boule au ventre de voir que ce qui nous arrive était prophétisé intégralement il y a 60 ans…
          1984 , Attlas Shrugged et Brazil ou le génie visionnaire de quelques uns.

      2. Mominette

        Je n’ai pas lu ton bouquin, mais si je comprends bien, dans les années 50, les gens demandaient du travail. A présent, ce sont surtout des allocs.

        Un petit dessin représente un genre de punck exotique à l’ANPE, demandant du travail.
        L’employée, age moyen, bigleuse : « j’ai exactement ce qu’il vous faut : 200.000 euros nets, appartement de fonction au Louvre, voiture avec chauffeur … »
        – le type : « vous vous foutez de ma g … ? »
        – l’employée : « certes, mais c’est vous qui avez commencé » 🙂

    2. Pere Collateur

      « De qui vivront les « pauvres » quand il n’y aura plus de riches ? »

      Ben si la logique est respectée, on devrait aboutir à une situation ou ca serait les RMistes qui payent les fonctionnaires. Ou l’inverse.

      En tout cas, y aura plus personnes pour les empêcher de parler tranquillement entre eux de solidarité et de social.

      1. infraniouzes

        Plus grave… Comment les « riches » pourront-ils faire des affaires quand il n’y aura quasiment plus que des pauvres, que des moutons tondus mais qu’il y aura toujours une armée de fonctionnaires et de politiciens à nourrir et à engraisser ?

        1. Jesrad

          De fait, il est désormais impossible de devenir riche en France. Il paraît même que le gouvernement envisage de taxer les gains de l’Euromillions.

        2. Pandora

          @jersrad
          Le gouvernement taxe déjà la Française des jeux de 50% et j’imagine que les autres organisateurs de jeux sont au même niveau.
          Les gains à l’euromillions sont déjà taxés puisqu’ils rentrent dans ton patrimoine l’année suivante….

      2. Woland

        Pas besoin de riches. La solution sera très simple. Interdiction du travail privé, entreprises gérées par l’Etat, salariés payés avec des billets de monopoly sans valeur et non échangeables en devises, autorisation éventuelle de petites entreprises de services à condition qu’elles soient collectives, elles-même payés en billets de monopoly par les usagers, fermeture des frontières et donc autarcie gérée par un Comité d’Etat à la Planification. En conséquence, pénuries de toute sorte. Biens d’importation réservés à l’élite dans des dépôts spéciaux… J’oublie sans doute d’autres joyeusetés. Ca s’appelait l’URSS.

        1. Arsi

          Oui, tout ça sent le rouge. Même à l’étranger le français commence à faire peur, en témoigne l’article de The Economist : http://minilien.fr/a0n2lo
          @Pandora : Le florilège de taxes ne s’arrête plus, c’est 15% sur les gains du loto à partir de 30K€. Youhou !

        2. Pandora

          Effet d’annonce : ça ne passera pas car les mises au loto sont déjà taxées au-delà du confiscatoire.

          Mais comme le disait Frédéric, de quel droit interdire la « poésie des pauvres » ?

        3. eheime

          @ Woland

          L’URSS, on en est vraiment plus très loin. Surtout dans l’état d’esprit (suspicions de la pensée, privilèges reservés a la nomenklatura, toujours la faute du systeme versus irresponsabilité des gens, 30 années nécessaires avant de prendre en compte un problème majeur, ..). La vraie difference c’est que l’URSS avait le plan quiquennal. Nous, on a pas de plan du tout …

  5. Pod

    De mon côté, il faut que je fasse violence pour passer aux impôts afin qu’ils m’expliquent pourquoi je dois payer une taxe d’hab. exorbitante doublée d’une CFETFCCIAIFER pour mon entreprise à domicile. Vais-je perdre du temps ? Il faudra aussi qu’ils m’expliquent la signification gloubiboulguesque de la dernière partie de l’intitulé IFER « Imposition Forfaitaire sur les Entreprises en réseaux »… manquerait-il un M comme « Mafieux »… puisque c’est certainement ce qu’ils pensent de nous, les enfoirés individuels… ?

    Oui. Vais-je perdre du temps ?

    1. LuciusT

      Vous n’êtes pas le seul dans ce cas.

      Je vous invite à vraiment vous rendre aux impôts. La plupart du temps, les employés du trésor sont plutôt plein de bonne volonté (à défaut de compétence et de vélocité).

      Une connaissance s’y est rendue hier et m’a confirmé que les fonctionnaires du ministère des finances sont au moins aussi perdus, si ce n’est plus, que les entrepreneurs et aimeraient, eux aussi, une certaine lisibilité fiscale.

      1. prunelle

        pendant que vous y serez allez donc aussi chez le notaire, il s’arrache les cheveux, personne ne peut dire ce que seront les barêmes des plus values immobilières, le brave homme dit que c’est une usine à gaz n’énarque en mal de reconnaissance (ou de travail ?), il est ulcéré. La durée de détention du bien devrait purement et simplement être supprimée..enfin…hum…peut être, on sait pas. Une partie des plus values seraient payées dans le cadre de l’impôt sur le revenu, mais p’tet ben qu’oui…
        Entendu sur RTL ce matin : la rationalisation des collectivités territoriales avec diminution drastique d’effectifs permettrait d’économiser au moins 80 milliards d’euros par an ! l’italie est en train de la faire et nous, nous attendrons d’être le dos au mur, dixit le journaliste économique…

      2. estelle92

        En ce qui concerne les impôts, les fonctionnaires ont été parfaits quand j’ai changé (récemment) de département et de statut (devenue retraitée).
        Je n’en dirai pas autant des employés (contrats de droit privé) de la Sécurité sociale…

        1. max

          En ce qui me concerne, pour récupérer un trop payé d’impôts,
          les agents du CDI ne connaissaient pas leur CGI, c’était à moi de leur citer les articles correspondant à mon cas,
          ils ne répondaient pas aux courriers que j’envoyais, les joindre par téléphone est très difficile, finalement ils ont refusé ma demande. Ça s’est réglé en commission de conciliation du CDI, à mon avantage. Mais que de temps perdu pour moi et pour eux, tout ça pour 700 euros.

    2. zecrocwhite

      Effectivement, tu pourrais y perdre du temps: une nouvelle réforme devrait pointer le bout de son nez:

      [strong]Le gouvernement va lancer avec les associations d’élus une réflexion pour réviser les règles de la fiscalité directe locale. Les premières traductions de cette réforme figureront dans la loi de finances pour 2014. Anne-Marie Escoffier l’a confirmé ce 21 novembre lors du Congrès des maires.[/strong]

      Le candidat François Hollande s’était engagé dans son discours de Dijon, le 3 mars 2012, à réformer la fiscalité locale, en se fixant au moins deux objectifs : le retour à une plus grande autonomie fiscale locale et la justice « entre les contribuables » et « entre les territoires ». Devenu président de la République, il n’a pas oublié son engagement de campagne. « La cohérence, c’est d’engager une réforme de la fiscalité locale », a-t-il indiqué dans son discours devant les maires de France, le 20 novembre.
      Le gouvernement de François Fillon a mené la réforme de la fiscalité locale avant d’envisager une nouvelle répartition des compétences des collectivités territoriales. Naguère dans l’opposition, les parlementaires de gauche, mais aussi de nombreux élus locaux, ont souvent dit que cela revenait à « mettre la charrue avant les boeufs ». Aujourd’hui, les mêmes élus n’entendent donc pas imiter leurs prédécesseurs. Le projet de loi sur la nouvelle étape de décentralisation sera présenté début 2013. En matière de fiscalité locale, 2013 sera une année de « transition ». C’est en 2014 que les choses bougeront, a affirmé ce 21 novembre la ministre déléguée en charge de la Décentralisation, Anne-Marie Escoffier, lors d’un atelier du Congrès des maires consacré aux finances locales. « La fiscalité locale doit être révisée dans sa globalité et pas de façon parcellaire », a-t-elle indiqué. Le gouvernement va pour cela engager une « réflexion de fond » avec les associations d’élus locaux, avec pour objectif de « prendre un certain nombre de dispositions » dans le projet de loi de finances pour 2014. Cette réforme sera consacrée notamment à « la refonte du régime des régions et des départements », a confié la ministre sans en dire plus.

      [strong] »Assurer une dynamique de la fiscalité »[/strong]
      Le 16 novembre dernier, lors des Journées des communautés urbaines, la ministre de la Réforme de l’Etat, de la Fonction publique et de la Décentralisation avait, pour sa part, indiqué que le gouvernement travaillait à la « restauration de l’autonomie fiscale des régions » et à « la garantie de ressources pérennes et suffisantes pour les départements ». Trois jours plus tôt, lors du débat sur le projet de loi de finances à l’Assemblée nationale, Marylise Lebranchu avait déclaré que, dans le cadre d’une réforme de la fiscalité locale « portée » par le projet de loi de finances pour 2014, le gouvernement allait « essayer à la fois d’être juste par rapport à chacune des compétences des collectivités et d’assurer une dynamique de la fiscalité ».
      Les collectivités attendent « d’avoir un document plus simple, non seulement de lecture, mais aussi pour appréhender ce que sont les budgets des collectivités, leurs ressources. Tout cela est un point sur lequel il nous faudra avancer », a aussi déclaré Anne-Marie Escoffier, ce 21 novembre, lors du Congrès des maires.

      [strong]Révision des valeurs locatives des habitations[/strong]
      Rappelant que la loi de finances rectificative du 16 août 2012 a confirmé la révision des valeurs locatives des locaux professionnels, la ministre a estimé qu’en matière de locaux d’habitation, « on devrait aussi arriver à une révision ». Les valeurs locatives de ces quelque 40 millions de locaux ont été « fixées en 1970 ». « Elles ont un caractère obsolète, elles méritent d’être révisées », a-t-elle expliqué. Ces déclarations conduisent à penser que le gouvernement sera favorable à l’amendement concernant ce sujet, que le rapporteur général de la commission des finances du Sénat compte introduire dans le collectif budgétaire de cette fin d’année. Un amendement qui prévoira le lancement d’une « expérimentation en vue de la révision des valeurs locatives des locaux d’habitation ». Si cette expérimentation était suivie d’une généralisation, celle-ci « prendrait du temps », a prévenu Anne-Marie Escoffier, qui semble avoir conscience de la difficulté du sujet. Une prudence partagée par Philippe Laurent, maire de Sceaux et président de la commission des finances de l’Association des maires de France (AMF). « Les choses doivent se faire pas à pas. 40 millions de locaux d’habitation, ce sont autant de réclamations potentielles », a-t-il confié. En souhaitant que l’AMF et les services de l’Etat engagent « une action de communication commune » pour « bien expliquer aux contribuables » le pourquoi et le comment de la démarche.
      L’annonce d’une réforme de la fiscalité locale, sur laquelle, il est vrai, on sait encore peu de choses, a suscité peu de réactions chez les maires et présidents de communauté. Ils ont en revanche été nombreux à s’exprimer, avec passion, sur le fonds de péréquation du secteur communal (Fpic) mis en oeuvre cette année. Des représentants du monde rural ont réclamé un effort supplémentaire, quand d’autres, à la tête de communes plutôt aisées et franciliennes, ont dénoncé un dispositif qui est à leurs yeux confiscatoire. Il a par ailleurs été rappelé, entre autres, que les communes défavorisées appartenant à des communautés riches sont prélevées au titre du Fpic, ceci constituant un « défaut » regrettable du dispositif. L’autre sujet chaud du moment, celui de la cotisation foncière des entreprises (CFE), a lui aussi été évoqué, un représentant du ministère du Budget assurant que le gouvernement examine une solution, laquelle pourrait consister à permettre aux collectivités d' »atténuer les conséquences de la délibération de l’année précédente » (voir ci-contre notre autre article de ce jour).

      1. Karizoc

        Concernant les ‘valeurs locatives’ des locaux d’habitations, qui servent de base à la Taxe d’Habitation. Il est vrai qu’elles sont obsolètes.

        Le plus énervant dans cette affaire, c’est qu’au cours des années 90′, une contribution supplémentaire pour ‘mise à jour des valeurs locatives’ était prélevée en même temps que la Taxe d’Habitation. Cela n’a servi à rien puisque les ‘valeurs locatives’ n’ont toujours pas changé depuis …

        Il n’y a bien que des Énarques pour mettre en place un système dans lequel on définit quarante millions de valeurs à un instant T, et croire que le système qui repose sur ces valeurs va pouvoir s’adapter et évoluer dans le temps.

  6. crétin des alpes

    A Chambéry,CAMIVA (camion de pomper) à rencontré les mêmes problèmes. CAMIVA a voulu maintenir un Pôle d’excellence de commerce et de services qui emploiera 42 des salariés actuellement présents sur le site de Saint-Alban-Leysse. Ce pôle s’occupera essentiellement du service après vente des camions de pompiers vendus en France. Patatra, le 15 oct 2012 la majorité des salariés refuse le plan social accompagnant la fermeture du site………http://alpes.france3.fr/2012/10/15/camiva-la-majorite-des-salaries-refuse-le-plan-social-accompagnant-la-fermeture-du-site-121049.html.
    Bilan de négociations sociales, le site va totalement fermer!

  7. Pere Collateur

    Et bien, c’est joyeux tout ca…

    Moi ce qui m’étonne, c’est qu’il y ait encore des boites privées qui ont des salariés dans ce pays.

    Mais bon, cette anomalie ne devrait plus durer très longtemps…

    1. Yrreiht

      Ho il y aura toujours des plombiers, coiffeurs, garagistes, épiciers, boulangers : bref toutes les boîtes qui ont une clientèle captive bien obligée de consommer et qui ne peuvent pas être concurrencée par l’étranger.

      C’est pas ça qui créé de la richesse, héééé non, beaucoup refusent de voir la différence énorme entre une entreprise industrielle (qui créé) et une de service (qui consomme) hélas…

      1. Arsi

        Concrètement, si tu ne fabriques pas des chiottes ou du pain, des biens nécessaires en somme, t’es dedans.

  8. Kuing Yamang

    Tiens, justement des chefs d’entreprise s’expliquent sur cette CFE (= CTE – CVAE) qui plombe encore plus leurs entreprises que l’ancienne taxe pro (dont le cadavre bouge encore un peu):

    http://www.youtube.com/watch?v=5NPI10Wd-KA

    Ne ratez pas le passage à la fin ((de Gilles Le Gendre) sur les politiques. 😉

  9. Elphyr

    Ah, voila l’Article attendu depuis la fin de semaine dernière !
    Pas décu le moins du monde : les problèmes de la France y sont décris, l’argumentation fleurie d’exemples est imparable et l’humour corrosif du raz-le-bol (surtout par les images) est encore le meilleur moyen de faire passer ces idées et ces conclusions aux néophytes.

    Le pire, c’est que je ne connais personne (de gauche ou de droite) dans mon entourage qui ait une bonne vision des syndicats francais (vieux comme jeunes). Et j’ai toujours l’impression qu’ils gagnent de plus en plus de pouvoir…
    Bricorama n’aurait pas dû céder. L’Etat/la Justice ne pouvait pas user de la force (d’ailleurs, j’ai hâte de voir les premières émeutes en banlieue, même si j’ai confiance en Valls pour mettre de l’ordre je reste dubitatif sur la réaction de l’opinion de gauche), Bricorama aurait pu devenir le fer de lance de la (vraie) justice sociale contre la mafia syndicaliste.

    Je me demande si on peut les considérer comme des traîtres… si leur but primordial est de sauvegarder l’emploi/les conditions de travail, les affaires comme Florange ou Arkema sont bien la preuve de leur corruption (ie dévuation du but initial et à côté on s’en met plein les popoches).

    1. Pandora

      Bricoroma n’a pas cédé.
      Il a été condamné en appel et je ne sais pas s’il poursuit la procédure.
      Le fait est qu’il a violé la Loi, avec un grand L, sviouplait, d’interdiction du travail le dimanche.

      Se pose ensuite la question de l’utilité de cette loi promulguée au début du millénaire dernier. Et surtout de son maintient puisqu’elle a été mitée par une dérogation pour 14 secteurs d’activité, comme l’achat de meubles, puis par des dérogations géographiques.

      Bricorama n’ayant pas assez payé pour avoir le droit d’ouvrir, il s’est fait attaqué, légalement.

      C’est ça qui est scandaleux : la loi protège surtout les forts contre les petits.

    2. janus

      Non, il suffit de rencontrer au quotidien des syndicalistes CFDT et CGT : La CGT reste révolutionnaire et fonctionne de manière mafieuse et en usant de la violence criminelle : Les dockers du havre, le syndicat du livre (cf Affaire AMAURY) etc, etc. Considérer qu’il s’agit d’un problème d’enkystage idéologique est une erreur : L’idéologie est le fondement philosophique du pouvoir, mais le pouvoir est utilisé comme tous les pouvoirs : au profit de ses détenteurs. Il faut casser ces mouvements en les jugeant selon les délits et les crimes commis, selon le droit commun. Le reste est verbiage et au fond, acceptation passive de ces crimes, en quelques sorte justifiés par l’objectif affiché. relisez Simon Leys et jacques Esprit (Ce dernier contemporain de Pascal…)

  10. Lib

    Dans le même ordre d’idée, j’ai lu il y a peu sur Contrepoints un article sur les écoles privées au service des pauvres https://www.contrepoints.org/2012/11/12/104043-des-ecoles-privees-au-service-des-pauvres

    L’article est magnifique et donne une belle bouffée d’espoir. Je recommande de le lire.

    Bien sûr, je me suis dit qu’il faudrait faire la même chose en France. Et immédiatement après j’ai repéré les obstacles juridiques, réglementaires, fiscaux mis en place par l’Etat pour interdire de telles initiatives.

  11. peste et coryza

    Pour le trvaia des prisonniers, c’est simple à comprendre, et c’est du crony capitalism dans toute sa splendeur.

    – travail des prisonniers => main d’œuvre docile et pas chère
    – travail des prisonniers => salariés au chômage
    – chômeur => délinquants
    – délinquants => prisonniers
    – prisonniers => travail des prisonniers.

    La boucle est ainsi bouclée.
    Ne pas oublier les benefs du gestionnaire de la prison privée (en contrat avec l’état), ni les dessous de table à verser au juge corrompu pour fabriquer autant de futurs prisonniers que possible.

    Pour les refs, voyez les affaires du genre aux USA…

    1. Mominette

      La solution est pourtant simple : faire travailler les taulards au prix du marché.
      – la première partie de leur salaire payerait leurs frais d’hôtellerie (il n’y a aucun raison que la collectivité prenne tout en charge pour les délinquants).
      – les deuxième tranche serait destinée à l’aide à la famille (pour l’instant, dès qu’un type est en taule, sa famille se fait inonder de subsides « don du contribuable »
      – la troisième tranche servirait à indemniser les victimes et, s’il en reste, à constituer un pécule pour la future réinsertion.

    2. estelle92

      Et qui passe les contrats avec les prisons pour faire travailler les détenus ? Et en récolte le bénéfice ?
      Des entreprises qui ont pignon sur rue !!! C’est un cas intéressant de « délocalisation locale »…

  12. Le Gnome

    Et quand le privé gêne le public, celui le fait fermer d’autorité. Voir la clinique de Paray le Monial qui faisait de l’ombre à l’hôpital public. Allez zou, tout le monde chez Paul.

  13. trabuc

    Se moquer des ministres en place ou de Flamby , ça ne fait pas avancer le schmilblick.
    Il faudrait aussi s’interesser très fortement à des gens nouveaux comme Guillaume Peltier et Geoffroy Didier qui viennent d’obtenir une victoire historique au sein des courants de l’UMP, face à une droite mollassone incarnée par des Juppé,Barouin, Wauquiez, Raffarin, Accoyer et autres guignols.
    Ce qu’il proposent s’apparente à la politique de Thatcher en Angleterre pour redresser le pays.

    Pour une fois que des gens veulent taper fort et peuvent reunir une majorité.

    http://www.ladroiteforte.fr/

    http://www.u-m-p.org/actualites/a-la-une/resultats-des-elections-internes-79802011

    1. Assez lol de naïveté, un peu, ce commentaire.
      Essayer de réformer l’UMP de l’intérieur, c’est au-delà du nettoyage des écuries d’Augias et en plus, c’est trop tard.

    2. Elphyr

      C’est fou de croire que des rejets de l’UMP puisse nous sortir de cette situation…

      Bon, en 2017, c’est eux ou Marine alors bon… :/

      1. Jeanpierre

        Vite fait (j’ai regardé leur « idées fortes »), ils ont l’air plutôt moins socialiste que Marine. Ayant la maladie de faire confiance (j’en suis conscient donc je suis en bonne voie), quand ils annoncent vouloir remonter les PME, je traduis ça par un allégement des taxes (mais je me mets peut être le doigt dans l’oeil). Il y a néanmoins un doute alors que pour Marine, c’est cuit. Elle est officiellement socialisante. La révolution rose marine est en marche : sauver les systèmes par répartition en tout genre (sécu, retraite, alloc…). A voir. Mais sans trop d’espoir.

    3. gem

      Le commentaire de Guillaume plus bas a un lien sur ce que propose le député UMP de base, donc ce qu’on peut attendre de l’UMP : brouilleur de téléphones dans les école (WTF ?), interdiction (ou taxe spéciale punitive ?) du commerce de boucherie par internet, etc.

  14. gem

    La concurrence ne me choque pas, même quand elle provient de prisonniers (qu’ils soient libres de travailler ou pas à leur gré, ou que leur peine consiste en travaux forcés). Ce qui est choquant dans la première histoire c’est le niveau du SMIC, manifestement trop élevé par rapport à la valeur ajoutée réelle du travail…

    1. Pandora

      Merci les 35 heures !

      Les politiques sont ravis de fixer le SMIC et de l’augmenter après chaque élections mais comme il est trop élevé, ils remboursent les cotisations sur les bas salaires.

      Quelle hypocrisie et qu’elle usine à gaz !

      1. gem

        Quel rapport entre l’esclavage et le travail libre de prisonniers ? Et, même quel rapport entre l’esclavage et une peine de travaux forcé ?

    1. PAF

      ni rire ni pleurer.Normalement il faudrait sortir les fusils et les cordes et pendre tout ce beau monde aux lampadaires de la Concorde.Bon des fusils on n’en a plus, et ceux qui vont se bouger pour tout peter seront…les syndicalistes, les ouvriers des TP et autres bourrus qui sont a l’heure actuelle employes massivement par l’etat au travers de compagnies supposement privees mais carburant a l’argent public: quand tous ces contrats vont s’arreter net et qu’il n’y aura plus de biberon pour personnes, ce sont eux qui vont peter un cable en deux secondes.

      1. janus

        La France est le pays où le nombre d’armes détenues par habitant est un des plus élevé d’Europe… Ne vous inquiétez pas les outils existent. C’est aussi une des pays occidentaux ou le nombre de chasseurs est le plus élevé : Les outils fonctionnent et les utilisateurs savent s’en servir.

        1. Il y a la Suisse aussi. Et au fait, ni en France ni en Suisse on ne peut dire que la population se sent sous la menace perpétuelle d’un tueur fou. Comme quoi…

  15. zecrocwhite

    HS mais tellement énorme que ça nécessite d’être posté:

    Déchets d’imprimés : deux nouveaux textes en consultation : http://localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/LOCActu/ArticleActualite&jid=1250264493002&cid=1250264490398

    Tri sélectif : le ministère de l’Ecologie propose un nouveau logo pour les emballages : http://localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/LOCActu/ArticleActualite&jid=1250264493002&cid=1250264489882

    Morceaux choisis:
    L’objectif demeure le même, « permettre une importante simplification du geste de tri du citoyen et contribuer à l’augmentation des performances des collectes séparées et du recyclage », insiste le ministère.

    Le groupe de travail […]a notamment réalisé un état des lieux confirmant la multiplicité des logos apposés sur les produits faisant référence à leur fin de vie et/ou à la participation de l’entreprise aux différents dispositifs de recyclage mis en place. Ce foisonnement de visuels, source de confusion pour les citoyens, contribue à la complexification du geste de tri.

    Le texte insiste sur le caractère « visible, lisible, compréhensible et indélébile » de la signalétique commune. Celle-ci ne doit pas en particulier être « dissimulée, voilée ou séparée par d’autres indications ou images ». De nombreuses prescriptions de taille sont en outre fournies. Tous messages, indications ou signalétiques qui seraient contradictoires sont à proscrire.

    Et le meilleur pour la fin :
    Le texte prévoit enfin l’application, à partir de 2015, d’un dispositif de sanction. Le montant de l’amende administrative ne pourra excéder « 750 euros pour une personne physique et 3.750 euros pour une personne morale par tonne de produits mis sur le marché ou une somme forfaitaire maximale de 150.000 euros », précise-t-il.

    1. mlallier

      J’ai vu à Reims une affiche municipale disant à peu près qu’il fallait apprendre aux enfants à trier avant même de savoir marcher.

      D’où l’intérêt des images : les gosses n’auront pas besoin d’apprendre à lire

        1. Jeanpierre

          Non! surtout pas lire le code des impôts. Ils seraient capables de comprendre tout seul. D’ailleurs rien que lire le code des impôts en dehors d’une fac certifiée, tamponnée et déformée comme il faut, dénote une tendance surdouée et psychologiquement instable. Lire le code des impôts! non mais, pas fou?

  16. Mominette

    Le particulier a le DROIT de sélectionner ses achats par critère de service, de prix ou tout autre qui lui conviendrait.

    Il appartient simplement à l’Etat de contrôler l’hygiène.

    On croit très futé de faire du protectionisme, et d’imposer au consommateur la solution la plus chère, ce qui se retrouve finalement au niveau des salaires.

    Cessons de vouloir tout régenter.

    1. capol

      Pourquoi serait ce à l’Etat de contrôler l’hygiène ? Tout ce que l’Etat devrait faire c’est punir les entreprises qui empoisonnent leurs clients. Pour le contrôle, des associations de consommateurs, des agences privées, des labels, …
      Quand l’Etat contrôle il a tendance à privilégier certains au détriment d’autres et surtout du consommateur.

    2. monoi

      Correction: l’etat peut controler l’hygiene, avec des criteres qu’il definit, mais le consomateur doit pouvoir avoir le choix entre differents controleurs d’hygiene, avec leurs propres criteres. Si ca vous parait trop complique, choisissez le controle etatique.

      Et que le meilleur gagne.

  17. Tea Party

    Ne serait-il pas temps de comprendre que notre curseur de jugement de la politique est complètement faussé et pipé en France ?

    Volontaire ou pas, difficile de faire dans ces conditions des analyses justes.

    Sarkozy était traité sans arrêt de libéral ! La bonne blague, voire d’ultra libéral , d’autant que cette doctrine n’existe nulle part à travers le monde, et n’a aucun fondement. Parmi mille autres exemples, on pourrait citer son copain Tony Blair, du Labour à gauche mais plus à droite que lui.

    Des états à travers le monde, parfaitement démocratiques justement sociaux démocratiques, ont une politique immigrationniste plus draconienne que celle prôné par le FN, dénommé chez nous, ‘’extrême droâââte, issue du ventre fécond de la bête immonde’’ quand on aime, on ne compte pas ! D’autant plus tronqué, que leur programme social est franchement Mélenchonesque.

    Notre centre, est complètement décentré et franchement à gauche, mais leur courage ne va pas jusqu’à l’avouer.

    Donc naturellement ’’ nos’’ trotskistes/léninistes dogmatiques actuels au pouvoir, sont baptisés sociaux-démocrates, mais pourquoi pas !!

    Ceux d’entre vous qui voyagent beaucoup, ou mieux sont installés à l’étranger ! Le savent, le monde entier était sidéré à juste raison de voir lors de nos dernières élections présidentielles le reflet exact de notre belle France ! sur dix candidats : Nathalie Arthaud, Jean Luc Mélenchon, Philippe Poutou ! Eva Joly ! Tous à l’extrême gauche.

    Rajoutons pour redorer notre blason, Cheminade extraterrestre ! mais toujours de gauche !

    Bayrou, le benêt du Béarn, ne représentant que lui mais demandant à voter à gauche !

    N’en jetez plus la cour est plus que pleine ! et ne parlons pas du résultat final : un président socialiste, réelle insulte dans nombre de pays.(Comme par hasard, Dupont-Aignan le plus lucide, n’a eu d’un minimum de voix ! )

    Comment voulez-vous, qu’un tel pays gauchiste au possible, se relève dans la tourmente des crises actuelles, et se réindustrialise, surtout sans aucune analyse des causes réelles ?

    Comment voulez-vous que notre code du travail, des impôts, les différentes législations asphyxiantes, nos syndicats extrémistes, pardon nos partenaires sociaux ! tous mortels pour toutes structures privées, puisse lutter contre le chômage?

    Comment leur expliquer que l’on ne lutte pas contre le chômage, mais on crée des emplois, dans un pays normal, ce que nous ne sommes pas ?

  18. Pythéas

    Je viens de lire la tribune de Lepage dans le monde, et j’en suis tombé de ma chaise !
    Et elle fait partie de l’Alliance des démocrates et des libéraux ? Mais au secours !
    Je parle même pas des commentaires des abonnés…

    Pourquoi la mère Corinne se radicalise en vieillissant ? Moi qui croyait que l’expérience apportait la sagesse.
    On peut aussi noter l’incroyable tournure de son texte dans l’avant-dernier paragraphe : ‘soit une technologie propre est trouvée’, que n’importe quel responsable politique sérieux devrait formulé en ‘soit, grâce aux fruits de notre recherche intensive, une technologie propre est trouvée’. Il est à noter qu’elle ne semble pas savoir qu’en France, la recherche sur une exploitation propre est tout bonnement interdite !

    1. lapin malade

      Lepage est une fourbe qui a demandé à voter Hollande et s’est réjouie par twit de sa victoire . Puis quand elle a appris la composition de gouvernement (sans elle ) elle a twitté que certains soutiens étaient bien mal récompensés .
      De plus l’organisme qu’elle a fondé est le principal financier des études bidouillées anti OGM de M. Séralini avec ses souris nourries au round up .
      Pour finir elle est farouchement opposée à tout début de commencement ,d’étude sur les gaz de schiste .

    2. janus

      Elle n’a aucune compétence scientifique . elle vit seulement de la crédulité publique. Je l’ai vue à l’AMRAE ridiculisée par un scientifique au sujet de l’écologie et du réchauffement planétaire. elle s’en fout, elle croûte.
      Et grâce à toutes ces saloperies que le monde industriel nous a fait respirer ou ingurgiter depuis 1945, l’espérance de vie a progressé de manière spectaculaire, mais y a un risque : Vers 95 ans , on pourrait en mourir…

  19. Toni

    h16 a écrit: « la France s’est maintenant scindée en deux, avec d’un côté ceux qui tentèrent, jadis, de créer des richesses et de l’emploi et qui sont maintenant écrasés, de l’autre côté et sans la moindre considération, par toute une frange de cette France qui vit en parasite des premiers et ne cherche plus qu’une chose : grappiller tout ce qui reste encore à prendre avant l’effondrement final. »

    Et je suis prêt à parier que une fois les ex producteurs de richesses guillotinés ou exilés pour les plus chanceux, ça sera la loi de la jungle entre les parasites restants.

    Autrement dit il ne fera pas bon être handicapé, malade …

    Maintenant ceci étant dit, les producteurs de recherche exilés vont avoir un avantage … Les parasites au fur et à mesure que les ressources à grapiller se feront plus rares dévoileront leur vraie nature criminelle … A ce moment là il faudra les dénoncer en masse à interpol et aux bureaux des crimes de guerre.

    Merci h16 d’avoir dit cela, c’est une guerre qui se produira entre ces deux clans.

    1. John Bigballs

      Mais avant qu’ils se retrouvent à s’étriper entre assistés, je pense qu’il y a de la marge. Plusieurs années sans doute.

      A mon avis les producteurs de richesses qui vont rester quel que soit le serrage de vis sont bien plus nombreux que ceux qui sont déjà partis ou vont se décider à le faire .
      Famille, attaches, possessions invendables en ce moment, business locaux, barrières de langue, expatriation pas toujours facile…

      Et puis au delà du travail, il y a encore tout le patrimoine à réquisitionner, liquider. 10 000 milliards d’euros c’est ça ?

      1. Toni

        Le Qatar, L’inde, la Chine sont en train d’acheter le patrimoine.

        Pour le reste nous aurons un niveau de violence et de criminalité similaire à celui d’un pays d’amérique latine.

        Votre hypothèse me parait juste, la qualité de vie va considérablement reculer en France.

      2. eheime

        Y aura pas de fuite massive à mon avis.
        Plutot du laisser aller (moins d’initiatives, moins d’ardeur au travail, moins de risques).
        On va continuer à voir de plus en plus petit. C’est ça notre avenir.
        Seuls quelques uns partiront (ou sont déjà partis).

      1. janus

        Le problème, c’est les cons, ils osent tout, c’est même à cela qu’on les reconnaît et ils sont les plus nombreux et de loin. Alors , au moment du clash, on n’est pas sûr que le meilleur puisse en sortir. Et je crains que le vainqueur du clash soit bové ou un autre fou furieux du même acabit

    1. Tea Party

      Tous pays en voie de développement ! Eux savent qu’ils ont besoin des entreprenants ! il est plus facile de créer, là où il y a tout à faire, que dans ceux qui ont tout et dégringolent englués dans leurs conforts, en pondant des ‘’ réglementations’’ pour tout entraver, et surtout empêcher de pouvoir créer des emplois.

      Par contre attention, immigrer dans un autre pays, n’est pas de tout repos. N’y voyez pas malice, mais il faut être plus couillu que la moyenne française, qui hautement courageuse dans le secret d’un isoloir n’ose même pas sortir du rang. Donc tout vendre, et partir à l’aventure … En France, tous nos ‘’ révolutionnaires’’ sont fonctionnaires ! Mais les vrais révolutionnaires sont les créateurs d’emplois, surtout s’ils vont sous d’autres cieux.

      Abandonner sa langue maternelle, et raisonner avec une autre, adopter, et être régit par d’autres us et coutume, d’autres mentalités, d’autres lois, ( car nous, nous n’essayons pas d’imposer les nôtres !) la cuisine de son enfance, celle que l’on aime, (je me suis vu rêver d’une entrecôte bleue, avec bonnes frites, bon vin et bons fromages, jusqu’à l’obsession), prendre des risques insensés, pour soi, les siens, ce n’est jamais gagné d’avance, même en sachant que si effectivement rien n’est parfait ailleurs, ce ne sera jamais pire qu’en Francarabia ( République Islamisante et gauchiste de France).

      1. John Bigballs

        Et même au sein d’un pays européen la différence de mentalité, de degrée de service, s’intégrer n’est pas toujours simple.

        C’est sûr il faut des couilles pour tout laisser et aller vivre dans un pays ou parfois il te faut un prête nom local + 1 interprète pour ton business, et même si tu vis comme un king tu reste dans un enclos bien gardé et tu peux difficilement devenir ami ami avec des locaux.

      2. PAF

        et ce qui est d’ailleurs marrant c’est que tu as manque de bons fromages precisment a cause des reglementations etatiques de ces autres pays qui n’acceptent persque aucun fromage entrant a moins qu’ils soient congeles, ce qui signifie generalement transformes en morceaux d’ammoniaque infames, quand ils passent la douane.
        L’etat c’est la meilleure facon de faire chier tout le monde sur tout et n’importe quoi, et surtout n’importe quoi.

        1. Tea Party

          PAF, dans un aéroport j’ai croisé le fameux et premier français qui a importé des bons fromages en Inde. Toujours affublé d’un béret franchement usagé, il ne parle pas anglais et est toujours accompagné d’un interprète.

          Une vraie vedette, (ancien ‘’ simple’’ chef d’équipe dans une fromagerie, partit sans avoir l’argent du retour) je suis allé vers lui, car il avait vraiment l’allure du français moyen, sous développé ! Image, qu’il cultive précieusement pour son image de marque ! s’il pouvait, il mettrait une baguette sous le bras !

          Maintenant il a fait son trou, et est arrivé à entretenir le snobisme des hindous aisés qui veulent manger français et se font un honneur d’avoir chez eux un plateau de fromages qui puent !

          C’est vraiment un cas, même face à face, il n’a jamais voulu admettre, devant moi, qu’il savait maintenant parler anglais, depuis le temps ! d’autant que sa nouvelle femme est indienne !!!!

    2. John Bigballs

      Il y a le fameux freedom ranking http://www.heritage.org/index/ranking

      La problème c’est qu’on ne cherche pas tous la même chose.
      Celà dit je pense que beaucoup ici seraient contents avec des pays pas forcément les plus libéraux, mais qui offrent un équilibre entre développement des services, stabilité politique, et fiscalité.
      Le pays n’est pas obligé d’être très axé sur le liberalisme. Qu’il soit un minimum vacciné du socialocommunisme, qu’on ne s’y marche pas sur la tête, c’est déjà une vie bien meilleure.

      Après un projet d’expat, quand on un peu plus de 20 ans et un petit sac à dos, au delà des rankings je crois qu’il faut observer longtemps les médias, les blogs du pays en question, et commencer à se faire un réseau avant de se décider.

      1. Florian

        être jeune est un avantage sur le coup .
        Plus facile de tout lâcher à 25 ans.

        D’ailleurs, en regardant ce classement, on peut voir dans le top:
        Singapour, Australie, Nlle Zélande, Canada > que des pays ou il est facile de partir 1 an avec un PVT..

        Et se démerder ensuite pour rester.

        1. Alex6

          Bonne chance pour l’Australie, ils delivrent les visas au compte-goutte desormais.
          Bien content de m’etre barre quand les cigales chantaient encore.

      2. Aloux

        Intéressant le freedom ranking, la France pas franchement catastrophique mais trèèèèès loin derrière les pays vraiment développés, dans une sorte de ventre mou du classement au coude-à-coude avec des pays africains, arabes ou d’Europe de l’est, dans un mouchoir de poche avec le Kazakhstan, le Cape Verde et le Portugal. Eloquent.

        Je me vois de moins en moins rester en France, pour le moment je suis en Chine c’est évidemment pas l’idéal (rien que la façon dont internet est géré ça fait peur) mais on a quand même l’impression qu’ils sont dans la bonne direction. Au pire en parlant chinois y aura aussi Taiwan ou Singapour, Hong-Kong même pas besoin.

  20. vengeusemasquée

    grapiller tout ce qui reste encore à prendre avant l’effondrement final

    c’est exactement l’impression que j’ai quand je regarde autour de moi, et c’est terrifiant. C’est une débauche de dépense comme je n’en ai jamais vue. Rien que dans les 500 mètres autour de mon immeubles, on a refait la chaussée d’un côté, un doublement les pistes cyclables déjà pas utilisées de l’autre (550 000 euros), des protections phoniques sur l’A4 alors qu’il n’y a pas d’habitations à cet endroit (20 millions d’euros sur l’ensemble du tronçon A4/A86 concerné par le projet) et un aménagement alakon sur un autre trottoir(je n’ai même pas compris, si ce n’est que c’est en travaux).
    C’est un slalom permanent entre les chantiers. Mais elle est où la rigueur ???

    1. gem

      ou est la rigueur ? ben c’est clair : il s’agit de claquer *rigoureusement* le plus de pognon possible le plus vite possible 🙂

      1. vengeusemasquée

        Oui avant la catastrophe, avant qu’il ne reste plus rien, et pour se garder les poches les plus garnies possible alors que les autres seront ruinés.

  21. Mirella

    Bonjour à tous
    Hors sujet, mais peut-être qu’H16 pourra nous donner son sentiment dans un futur billet, si le sujet le « branche » ?

    Ce matin/BFM Les Experts, le sujet inspiré de l’article de « Challenges » : Exode fiscal – ceux qui partent et ceux qui restent. Parmi les qui restent, j’ai noté, la personnalité préférée des français : Yannick Noah…
    En dernière partie fut évoqué l’épargne des français par le biais du livret A dont le plafond fut augmenté.
    Un intervenant, Bruno Vanrybe, m’apprenait que le total des fonds d’épargne des Français, atteindrait environ 10 000 milliards d’euros et que cet énoooooorme matelas permettait à nos gouvernants (successifs) non seulement de repousser sans cesse les réformes nécessaires mais aussi de financer les dépenses des collectivités locales (particulièrement en période pré-électorale) le directeur adjoint, de la rédaction de Challenges » a précisé que le fléchage d’utilisation de ces fonds était opaque…
    Si toutefois j’ai bien compris…, une partie négligeable de ces fonds serait utilisée au remboursement de la dette, et le reste utilisé à discretion par nos gouvernants sans avoir à justifier de quoi que ce soit.
    Vraiment révoltant ce manque de transparence…de plus !

    1. Tea Party

      Qui peut s’intéresser au livret A ?

      Taux de rendement 2.25 %, net d’impôt, inflation en glissement annuel : 2.3 %. !!!!

      Qui peut oser parler de placement, sur un support qui en plus de ne rien rapporter, coûte de l’argent ? à part le français moyen, qui n’y connait rien en finance, même pas en arithmétique élémentaire ! mais qui est prêt à faire la révolution ! hors qu’il se fait pigeonner tous les jours un peu plus en tendant aimablement le tube de vaseline.

      Ha ! c’est vrai ! son gentil banquier du coin de leur rue, dans ses beaux locaux rutilants , situés dans les endroits les plus chers que paye justement le client, malgré tout fier et heureux, car on lui demande des nouvelles du petit dernier, ce que ne fera pas tous les banquiers en ligne qui offre beaucoup plus de rentabilité sur le même support et moins de frais sur un compte courant.

      Ceci dit les socialos, étaient trop insistants pour essayer de nous prouver que de monter le plafond du livret était la panacée universelle ! Comme c’est idiot, sans fondement, c’est que forcement ils avaient une autre idée biscornue et ravageuse en tête. Un posteur l’a fait remarquer, une autre socialo ! : NKM, vient de vendre la mèche : ils essayent de faire payer aux possesseurs de livret A la dette ! sans aucunement sabrer dans le train de vie de l’état ! Là on dépasse la couche de connerie, pour aller au blindage haute qualité, teinté de masochisme, pour ceux qui vont se faire avoir.

      Plus rien à dire, monter les marches de l’échafaud et se demander ce qui va bien pouvoir arriver ….

      1. Mirella

        Beaucoup, beaucoup de papy et mamies aux économies modestes ignorent et sont laissés dans l’ignorance
        Ce n’est pas à 13 heures chez tonton Pernaud ou sur les chaînes de France TV et Cie qu’ils regardent tranquillement le soir venu, qu’ils vont apprendre l’utilisation de leurs modestes bas de laine.

        1. Tea Party

          Vous êtes bien sûre, que tous les possesseurs de livret A, sont des gens très âgés ? Limite grabataires. Sans parler, si c’est le cas, qu’ils ont de la famille qui savent utiliser leur cerveau, si cerveau il y a ? car effectivement pour regarder tous les médias français, où les émissions les plus abêtissantes, comme les journaux ‘’ people’’ font les plus grands tirages : il peut y avoir des doutes sérieux.

          L’arnaque du Libor,( London interbank offered rate, magouille inter bancaires sur les prêts) a éclaboussé le monde entier, Europe comprise, tous les journaux du monde en ont parlé, des plaintes colossales sont en cours , quel journal français en a parlé ? Et suite aux rares qui ont abordé le sujet, quelles fut les réactions françaises ?

    2. Alex6

      Ca ferait environ 160,000euros par habitants en moyenne en comptant les bebes, enfants etc…
      Je ne crois pas une seconde que ce chiffre puisse etre exact, ca me semble enorme surtout que pour une grande majorite des gens, leur capital c’est leur pret immobilier et qu’ils n’ont aucun moyen de mettre de l’argent de cote en plus des remboursements.

      1. Mirella

        Désolée je viens de vérifier : il s’agit de 10 000 milliards d’actifs (épargne + immobilier)
        Allez Mirella Dodo !

        1. Alex6

          Donc c’est du flan. De memoire, le capital « disponible » est plutot de 1,500 milliard soit environ de quoi couvrir la dette actuelle. En realite, une bonne partie doit se trouver dans des assurances vies ou en bourse donc ca n’est pas recuperable sans que la valeur des actifs adosses ne s’effondrent.
          Il y a aussi une part importante, via les livret A ou equivalent qui est « prete » pour financer la construction de logements sociaux. Autant dire que cet argent est physiquement perdu.
          De meme pour l’immobilier en general, si tout le monde vend pour recuperer sa mise, c’est le plongeon des prix garanti.

  22. something

    Le Président du Changement de Cap Constant… PCCC ?
    Vous faites référence à un certain paradis perdu avant d’avoir jamais été atteint ?

  23. Bruno Liautaud

    C’est dur, hein !?

    Mais,au final, c’est quoi qui est si dur ?

    Après des H16, quotidien, dont l’impertinence intelligence quotidienne, à défoncer, sous tous les aspects, la presse subventionnée. Un Coluche, je ne dis pas un Desproge, il s’en revendique.

    Et un Abadie, plié lui même sous le poids de sa propre raison, incapable de comprendre, que les règles dont il voit bien l’absurdité ne tombent pas du ciel, mais bien des hommes.

    Ou d’un Charles, dont la raison ne s’est jamais éveillée, mais que l’instinct a protégé de tout.

    Un Bertez, Oui !

    Le seul, qui dans son texte, prend l’homme, comme il l’est, et comme une donnée, existentialiste, le Bertez.

    On est, et après on voit.

    Le libéralisme est un humanisme.

    1. Bruno Liautaud

      Après, j’apprécie plus que tout vos idée et vos efforts pour les exprimer. Mais je suis comme ça, je ne tape que ce sur ce qui est digne d’intérêt.

      1. Alex6

        Ce qui est bien quand on pretend taper, c’est d’ecrire de maniere intelligible.
        On pourra ensuite juger si le propos est intelligent. A priori negatif pour ma part mais allez-y, surprenez-moi!

  24. Théo31

    « Je n’ai jamais oublié que l’objectif inavoué du socialisme – municipal ou national – était d’accroître la dépendance. La pauvreté n’était pas seulement le sol nourricier du socialisme : elle en était l’effet délibérément recherché. » Margaret Thatcher

    Ne jamais oublier que le socialisme vise à recréer une société esclavagiste, où les pauvres sont exploités par les nomenklaturistes et les fonctionnaires du parti. Et que les socialistes sont obsédés par l’argent gratuit des autres et le fil barbelé : dans le capitalisme, il y a des entreprises, dans le socialisme, des camps de concentration.

  25. Mominette

    D’accord, Théo, et on le voit très bien avec les syndicats et leurs marketing.
    Ils poussent aux grèves les plus absurdes, mènent un tas d’entreprises à la faillite, et c’est là que cela devient juteux ! Les formalités sociales sont si complexes qu’un ouvrier ou un employé seul a peu de chances de les surmonter, et donc s’affilie à un syndicat qui fera le travail pour lui. C’est dans ces circonstances difficiles que 70 % des syndiqués s’affilient.
    Donc, plus ça va mal, plus les syndicats récoltent !

Les commentaires sont fermés.