Horreur, il existerait des médecins mercenaires !

saperlipopette !Sapristi de saperlipopette de sabre de bois, notre système de santé que le monde nous envie aurait des failles dans lesquelles s’engouffreraient d’abominables capitalistes cupides, médecins mercenaires capables de tout pour une poignée d’euros ! Heureusement, l’omerta vient de se briser : haro sur le médecin intérimaire !

L’offensive est donc lancée sur ces abominations modernes. À l’évidence cupides et veules, les médecins intérimaires sont dans le collimateur de la puissance publique qui n’en peut plus de nourrir en son sein de si affreux parasites ! Certains trouveront ici que je vais trop loin ? Et pourtant, il suffit de lire les titres consacrés par la presse à ce palpitant sujet : on y découvre que ces médecins intérimaires sont « la plaie de l’hôpital public » (comme les maladies nosocomiales et les repas froids de la cantine, je suppose), qu’ils sont « trop nombreux et trop chers » (comme les IRM je présume, même si, par habitants, on n’en a pas autant en France qu’en Turquie), et que ces abominables mercenaires gagnent pornographiquement bien leur vie « jusqu’à 15 000 euros par mois ».

sapristi !Le tableau est donc dressé et il n’y faudra voir aucun doute : cette histoire de médecin intérimaire dans les hôpitaux publics, ça suffit, trop c’est trop et y’en a marre des cadences infernales des mercenaires de la santé ! Non mais. Heureusement qu’un rapport parlementaire aura permis de mettre à jour cette pratique honteuse digne des heures les plus bassement matérialistes de notre histoire. Ce rapport indique ainsi que les médecins intérimaires touchent entre 600 et 800 euros nets pour une journée de travail, quand leurs collègues titulaires gagnent seulement 260 euros. Impossible de se payer un parcours de golf décent avec une telle misère, on en conviendra aisément. Et surtout, cela représente, tous frais chargés, un coût de 1370 euros pour l’hôpital, soit en gros le triple des coûts d’un praticien titulaire. Le total de la facture fait frémir (pas autant que la CMU et l’AME, hein, mais tout de même) : 500 miyons, qui vont donc de la poche de tous les contrib assurés sociaux contributeurs nets de la Sécu vers la poche des intérimaires qui font une jolie culbute dans l’opération.

Le rapport pointe en outre le silence et l’opacité des chiffres sur le nombre précis de ces médecins intérimaires. « Aucune structure nationale n’a de compétence pour les répertorier », souligne le rapport, avançant le chiffre de 6000 praticiens, et qui sent déjà bon la création d’une telle structure, abondée avec l’argent du contribuable si heureux de pouvoir faire faire un bond aux dépenses publiques.

Ceci posé, on peut se demander ce qui fait que les hôpitaux publics emploient ce genre de médecins intérimaires puisque ces établissements sont relativement exsangues compte tenu des finances étatiques rachitiques et de leur gestion catastrophique sur une bonne poignée de décennies. Que peut bien les pousser à pactiser ainsi avec la lie de la médecine de mercenariat ? Qu’est-ce qui justifie ces roulades joyeuses dans la fange du capitalisme le plus honteux ? Et, d’un autre côté, comment des humains normaux peuvent-ils à ce point se vautrer dans le goût du lucre et de l’argent facile pour ainsi postuler à ces alléchantes propositions ?

Oh oh. Ne dirait-on pas là un marché qui s’organise ? Ne voit-on pas ici un parfait exemple d’offre et de demande dans laquelle l’État n’a pas encore mis son gros museau humide afin d’y mettre un terme ou, bien plus probablement encore, afin d’organiser une bonne petite ponction des familles sauce taxation ? Et ce marché parallèle ne s’organise-t-il pas en conséquence d’une précédente distorsion, que l’État, dans son habituelle balourdise en service commandé, aura lui-même provoquée ?

CorporatismeForce est cependant de constater qu’une des raisons invoquées pour la présence de ces intérimaires est celle d’un manque chronique plus ou moins fort de médecins en poste. Pourtant, l’État lui-même organise la « production de médecins », i.e. c’est à lui, et via le Conseil de l’Ordre, que revient de déterminer le nombre « optimal » de médecins qui arrivent sur le marché français grâce au numerus clausus. Surprise : ce marché planifié foire ! Voilà qui est surprenant puisque chacun sait qu’une économie planifiée fonctionne à tout coup, d’habitude. Et pourquoi donc le numerus clausus est-il si mal calculé ? Peut-être serait-ce à la suite d’un choix, aussi corporatiste que compréhensible, de la part des médecins eux-mêmes qui n’entendent pas trop partager le marché en un trop grand nombre de confrères… Peut-être ces médecins et cet Ordre ont-ils l’oreille attentive des députés et des sénateurs qui votent les lois, d’autant plus qu’un nombre conséquent de ces élus proviennent justement de leurs rangs ? Vous ne croyez pas ?

Intéressante hypothèse de travail qui amènerait à constater qu’un groupe de citoyens, bien introduits auprès des dirigeants et de ceux qui écrivent les règles, aurait ainsi mis en coupe réglée une partie du marché français des soins à son profit personnel et exclusif, ne trouvez-vous pas ? Serait-ce à ce point nouveau qu’on ne puisse y croire ?

Et quelle solution proposer devant ce constat ? Quelle pourrait être la bonne idée qui décoincerait un peu le problème ? Les bonnes idées des députés coulent à flot puisque 14 propositions se retrouvent dans le rapport ; on trouve notamment celle de la mise en place d’une jolie charte, pour assurer une bonne qualité de soins pour les sociétés de recrutement et d’intérim, parce qu’une charte, mon cher lecteur, ma tendre lectrice, c’est l’assurance qu’une fois signée, ça va glisser comme sur des roulettes, comme pour la viande de « bœuf » dans les lasagnes ou les pousses de soja bio qui font du bien à ceux qui n’en mangent pas.

Et bien évidemment, l’idée qui va tout changer, c’est celle qui consiste à plafonner les rémunérations de ces médecins.

ultimate facepalm

Ici, il faudrait une tempête de petits facepalms rigolos, des simples, doubles et triples fails joliment illustrés pour bien transmettre l’idée que l’ont peut se faire d’une idée aussi pathétiquement ridicule. Il faut, je crois, être un député républicain français ou un bedonnant sénateur de la même eau pour arriver à pondre une décoction de jus de cerveau malade telle que celle que vous venez de lire pour essayer de faire croire, de loin et avec un verre dans le nez, qu’on est en train d’essayer de résoudre le problème en question. C’est proprement consternant et il n’est pas dit qu’une telle stupidité ne soit pas, un jour, sanctionnée d’un World Record Guiness Book.

epic stupidEn effet, tout gamin un peu attardé, même ayant passé ses tendres années dans l’enfer gluant de l’Édulcoration Nationale et ayant subi la méthode approximative globale pour la lecture, l’écriture et le calcul, comprendrait immédiatement que plafonner les rémunérations de ces médecins ne résoudra absolument pas le problème, mais que ça va immédiatement entraîner d’autres problèmes plus graves encore, notamment celui d’une pénurie de médecin, qu’on souhaiterait vraiment aigüe au point que l’un des auteurs de cette proposition ridicule clabote misérablement dans un hôpital républicain justement dépouillé par l’application de cette mesure inepte.

Oui, vous avez bien lu qu’encore une fois, lorsqu’un marché s’organise pour pallier la pénurie sciemment organisée par l’État qui agit ici pour le compte de l’Ordre des Médecins, la seule réponse que nos élus trouvent consiste à aller saboter le nouveau marché. L’apprentissage par l’erreur, ce n’est que pour les autres : ici, nos producteurs compulsifs de colombins législatifs n’ont pas compris ou voulu admettre que la pénurie venait à la base de l’organisation planifiée et défaillante du marché de la médecine en France, et pour tenter de corriger les symptômes sans s’attaquer à la maladie, ces andouilles décident d’aggraver le symptôme.

Et pour cela, on en reviendra aux arguments habituels : ce sont de gros profiteurs, ces salauds d’intérimaires, tout de même (jusqu’à 15.000 euros par mois, les vilains !) et surtout, ils posent des risques parce qu’ils ne connaissent pas bien les procédures, les hôpitaux, les personnels qui travaillent là régulièrement. Je cite le consternant Olivier Véran, socialiste assumé :

« Le marché s’est emballé, remettant en cause par endroits la qualité, la continuité, la sécurité des soins. Pour autant, il est difficile de déterminer si la multiplication des missions temporaires s’accompagne d’un sur-risque pour les malades. Ce qui est certain, c’est que l’intérimaire ignore tout ou presque des procédures propres à chaque établissement. »

Les rapporteurs insinuent donc gentiment que la puissance publique se retrouve à payer des fortunes pour des praticiens approximatifs voire dangereux, mais ne vous inquiétez surtout pas, votre argent et votre santé, entièrement dans leurs mains, sont en sécurité. Respirez lentement et dites 33.

Peu importe ici qu’il y ait un vrai marché avec une offre et une demande logique, comme les cas de médecins temporaires pour des besoins saisonniers du côté des hôpitaux, et les cas des médecins qui ne peuvent pas être disponibles pour des contrats classiques pour des raisons personnelles, familiales ou autres. Peu importe que le problème soit à la base créé par une régulation parfaitement inadaptée. Peu importe que la solution apportée soit à l’évidence pire que le problème initial.

Il faut comprendre une chose en filigrane du battage médiatique auquel nous assistons maintenant : l’État n’a plus une thune et cherche tous les moyens de couper toutes les dépenses, et de récupérer tout ce qu’il peut pour tenir. Ici, ce sont les médecins intérimaires. La semaine prochaine, qui sait ? Cet Etat sent mauvais, il sent la gangrène et la cessation de paiement.

Ce pays est foutu.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires306

    1. Black Mamba

      Et oui, nous mourons guéris , vidés de notre sang dû à l’hémorragie , à force d’abus d’aspirine :mrgreen: , hémorragie de notre corps médical, qui s’en va vers d’autres cieux voir si la taxation est mois forte et voir aussi si l’aura , le prestige du diplôme y est plus honoré et respecté ce qui est loin d’être le cas en France à force du médical bashing dans la presse

    1. Nyamba

      C’était pas fini, ces histoires de « preum’s » ? :/ (C’est vrai qu’il y a du challenge, maintenant…)

  1. infraniouzes

    Une chose m’interpelle: dans les hôpitaux français on ne manque pas de ronds-de-cuir, de bureauliers, de gratte-papiers de tous poils, le tout coiffé par une gigantesque hiérarchie elle-même chapeautée par un grrrrand directeur qui émarge à des niveaux très confortables. Et tout ce beau monde, magnifiquement équipé en informatique, qui ferme la lumière à 5H00 du soir, qui ne rate jamais un week-end festif, n’est pas capable de planifier les besoins en médecins ? On marche sur la tête… Mais ouf ! Ils sont aux premières loges pour se faire soigner…

    1. Aristarque

      C’est exactement le constat que fait ma femme qui travaille en hôpital, de voir le nombre de postes administratifs par rapport au personnel soignant… Mais il est vrai aussi qu’ en plus de trente ans d’ exercice professionnel, elle a vu enfler le nombre de papelards garnissant les dossiers des patients, de façon exponentielle sans que la qualité des soins en soit grandement améliorée à l’ avenant… Disons aussi que les hôpitaux étant souvent chapeautés par le caïd politique local, ils servent aussi de casage et recasage aux obligé(e)s et fournisseurs(eusses) de menus services et plaisirs…

      1. gem

        oui, le médecin c’est même une des rares denrées d’exportation de l’île.
        Et comme ils n’ont plus les moyens de se payer des vrais médicaments (importés) ils sont très fort en pharmacopée « bio » alternative : parfait pour les bobos 🙂

  2. christophe

    Encore une franche bonne nouvelle. La « reprise » décoiffe.

    Plein de petits cadres EN MOINS à tondre. Ca va faire des tas de troutrous dans le budget.

    Et au final, magie, ça fera des tas des petits Moscovici, Ayrault, Hollande, Taubira, Duflot… EN MOINS (aussi).

    *********
    L’emploi cadre chute à un niveau historique
    Le marché de l’emploi cadre, qui a moins souffert de la crise que les autres, donne de sérieux signes de ralentissement. Pour la seconde fois depuis le début de l’année, l’indicateur mensuel de l’Association pour l’emploi des cadres est passé sous la barre des 50.000 offres collectées, avec 48.500 propositions. Une première dans l’histoire de l’Apec, hormis le niveau de 40.000 atteint en août pour des raisons saisonnières. Pour mémoire, l’indice mensuel affichait encore 58.000 offres de postes en janvier 2013. Sur un mois, il est en repli de près de 15% par rapport à octobre.

    http://tinyurl.com/mz2gqyv

    1. hussardbleu

      Et au final, magie, ça fera des tas des petits Moscovici, Ayrault, Hollande, Taubira, Duflot… EN MOINS (aussi).

      oui, certes… magie, ésotérisme… mais ce sont des gens qui prennent la vie avec philosophie… René GUENON étant leur maître, n’est-ce pas…

  3. Aristarque

    Ce qui est scandaleux, c’est que certains puissent gagner plus qu’ un député…
    Même s’ils travaillent nettement plus et surtout réfléchissent…

      1. Théo31

        Travaillent nettement plus réflechissent : mots interdits par le dictionnaire novlangue. Préférer : profiter argent gratuit autres. 😀

  4. Aristarque

    En Socialie, il importe davantage que la procédure soit respectée que le diagnostic et le traitement conséquent bons… Moi qui pensait naïvement que la procédure immuable dans sa base pour un médecin était d’ ausculter le patient, l’ interroger, écouter ou lire les rapports des autres personnels, ordonner éventuellement des analyses complémentaires et de diagnostiquer avant de déterminer le traitement…
    A en croire cet O. Veran, ces étapes sont shuntables, mélangeables selon les établissements et leurs « procédures »… Bon, puisqu’il le dit… 😐

    1. Nocte

      Je me suis fait la même réflexion…

      la procédure importe plus que le talent du médecin…

      Stalag ou Goulag, choisis ton camp camarade, tu pourras toujours dire : « c’est pas de ma faute, je suivais la procédure »

      1. Morovaille

        Bah on est dans la droite ligne de la mentalité de la société actuelle. La diplôme importe plus que les compétences ; le nombre d’années après le bac plus que le talent, etc…

        Et de toute façon, les chefs d’entreprise ne peuvent prendre aucun risque : pas d’embauche pour quelques mois comme essai, ni d’embauche à bas salaire pour voir ce que vaut la personne au début. Et tout ceci grâce à la « protection » du marché du travail… Merci l’État !

      2. MadeInCH

        Je vais me faire l’avocat de Staline.

        Oui, la procédure peut être plus importante que le talent du médecin.

        La procédure est reproductible. Lors d’une erreur à cause d’une procédure pas adaptée, alors la procédure peut être corrigée, et cela sauerait pleins de vies.

        Si les médecins travaillent tous « à leur manière plus efficace que les procédures », alors qui est responsbale? Comment améliorer l’ensemble?

        Comme dans toute corporation, il y a les « bons » qui aiment ce qu’il font, les « fonctionnaires » qui ne font que ce qui doit être fait, et les « tires-au-flan », qui ne font que le minimum pour ne pas que leurs erreurs se voient trop.

        C’est valable en médecine, en informatique, chez les garagistes, etc.

        Les « bons » ne sont pas nombreux.
        Surtout en médecine, leur impact est important.

        Mais ce sont les « fonctionnaires » qui sont la masse. Et ce sont « eux » qui soignent la majorité. Et pour s’assurer que ces « fonctionnaires » fonctionnent assez bien, il leur faut suivre les procédures! Pas, ou peu, de nouveautés ou de liberté d’action. Ce sont des exécutants de recettes et de procédures.

        Et pour des questions d’égalité, ça doit être pareil pour les « bons ». D’ailleur, quel serait le Chef qui admettra que celui-ci est un « bon », et que donc il a droit a plus de libertés? Surtout en France?

        De plus, les médecins sont vraiment des exécutants. Il connaissent pleins de diagnostics par coeur et les médicaments qui vont avec. Mais le fonctionnement physique du corps et des organes, et les causes mécaniques/chimiques des problèmes, ben, heuuu…

        Pour rire, lorsque vous aller faire contrôler votre pression chez un médecin, demandez-lui si il mesure un pression relative ou absolue. Il vous regarderta avec des gros yeux, en se demandant de quel monde parallèle vous venez. En fait, tout ce qu’il sait, c’est que la pression « haute » est la pression systolique et que elle doit être entre X et Y, et que la pression « basse » est la pression diastolique, qui doit être entre A et B. Si ça dépasse les limites de manières Sud-Ouest, alors c’est le scénario Alpha et il faut probablement le médicament Tango. Mais à quoi ça correspond vraiment, bof…

        Alors oui, les procédures/recettes de travail sont importantes.

        C’est comme si, en automobile, les garagistes étaient autorisés à modifier les voitures et changer leurs pièces commes il veut. Non, il faut que ce soit homologué. Et c’est normal.

        // rechute de réaliste –>// Enfin « normal », ce serait normal si ce n’était pas éxagérément énormément exagéré de nos jours…

        Par contre, ce que je ne comprends pas, c’est que chaque hopital, pourtant géré par l’état, a ses propres procédures médicales???
        Si une procédure est bonne, qu’elle soit appliquée partout!
        Si elle est mauvaise, qu’elle soit supprimée aprtout!

        Les ciniques privées, c’est autre chose. Leurs problèmes, leur efficacité, leurs assurances!

        1. Guillaume_rc

          Mouais.
          Ce qui est sûr, c’est qu’il y en a beaucoup qui préfèrent mourir dans l’ordre que vivre dans le désordre.
          (ceci n’est pas valable que pour les médecins).

          1. Aristarque

            Et il y en beaucoup trop, amha, qui veulent imposer aux autres de vivre et mourir dans l’ ordre qu’ ils prescrivent pour les autres, en s’ oubliant au passage… :mrgreen:

        2. Nocte

          Je n’ai rien contre les procédures, j’en rédige suffisamment à destination soit de l’utilisateur final, soit de mon potentiel remplaçant (ou de ma mémoire).
          Mais découvrir qu’il existe des procédures médicales par établissement et que cela génère un reproche aux médecins intérimaires sans égard pour leurs compétences… WTF!?

          1. gem

            +1
            L’hôpital est une usine avec des tâches très divisées, mais fondamentalement partout les mêmes ; les différences ne peuvent être que, soient des aberrations (un hôpital qui déconne), soit des détails mineurs que n’importe quel médecin assimile immédiatement.
            Au demeurant, vous pouvez parier que les fameux mercenaires ne travaillent en fait que dans deux ou trois établissements, toujours les mêmes, dont ils connaissent les habitudes

            1. Poulpy

              Surtout que les médecins remplaçants remplacent principalement en anesthésie, radiologie et urgences. C’est rigolo parce que ces services marchent globalement selon des procédures nationales…

        3. FaLLaWa

          Et si une procedure est consideree comme bonne par les decideurs alors qu’elle est mauvaise en pratique, on aura imposé a tous les hopitaux une mauvaise pratique? Un peu de subsidiarite et de decentralisation ne fait pas de mal.

        4. Aristarque

          Il me semble que vous répondez bien plus largement que ce dont je parle au seul sujet des médecins, hospitaliers ou autres. Je ne vois pas quelle autre procédure de diagnostic que celle que j’ évoque, sauf modifications mineures, peut se concevoir pour le diagnostic médical. Selon mon épouse, le médecin est LE patron qui délivre diagnostic et traitement et, au moins dans son hosto, chacun d’ entre eux le fait à sa manière. En revanche, pour les subalternes, il y a effectivement des procédures mais ce n’est pas pour cause de personnel incapable mais pour des besoins administratifs de suivi, parcours de soins et toussa… Et dans son hosto, même le dirlo évite de « chercher » les médecins, pour tout un tas de raisons…

    2. vengeusemasquée

      Ahahah quelle rigolade ! ce qui met le plus en danger le patient, c’est donc que le médecin intérimaire ne soit pas intime avec le SI de l’hôpital et ne sache pas comment ménager la susceptibilité de Marie-Chantal, l’agent d’accueil (ça fait partie des procédures). Tout ceci est parfaitement logique. Bienvenue au royaume d’Ubu.

  5. Nocte

    Petite erreur je crois « coupe réglée  » ou ma sieste de deux heures cette nuit me pose des problèmes ?

    En tout cas, une fois de plus, merci h16, pour ce billet, pour l’éclat de rire sur l’alien facepalm.
    CPETF et les déglingos au pouvoir passent la surmultipliée partout où ils le peuvent (mais pas chez eux, hein, faut pas déconner non plus)

    1. Duff

      J’ai revu alien il y a pas longtemps, trop pris par le suspens je n’avais pas fait le rapprochement possible avec un facepalm, c’est très très bon en effet!

  6. Higgins

    Nous sommes face, une fois de plus, à l’hôpital qui se moque de la charité. Tous les conseils d’administration des hôpitaux public abritent des représentants des collectivités territoriales: « Depuis l’ordonnance du 2 mai 2005, les représentants des communes, des départements et des régions sont nécessairement choisis respectivement parmi les conseillers municipaux, généraux et régionaux. Leur désignation s’effectue ainsi en application des articles L.2121-33, L.3121-23 et L.4132-22 du Code général des ­collectivités territoriales et R.6143-12 du CSP…Dans le cas d’un établissement intercommunal ou inter­départemental, les communes ou les départements concernés doivent préalablement s’accorder sur la désignation de leurs représentants. En l’absence d’accord, la désignation s’opère par le collège des maires ou des présidents des conseils généraux concernés…Le maire de la commune siège de l’établissement et le président du conseil général sont, de droit, respectivement président du CA des établissements communaux et dépar­tementaux. Il en est de même dans les établissements ­intercommunaux et interdépartementaux. » (http://www.gazette-sante-social.fr/juridique/10-questions-10-questions-sur-les-conseils-d-administration-des-hopitaux-1384.html?recherche=1)
    Ça date d’avril 2008, il y a peut être eu des évolutions depuis mais l’architecture générale n’a pas du changer fondamentalement.
    Si les élus n’étaient pas au courant du pb, c’est qu’ils ne font pas leur travail. Nous faire le coup de la vierge effarouchée, c’est un peu facile. Entre la pénurie de médecins, savamment orchestrée, et l’incurie des gouvernants, ce pays est décidément foutu.

    NB: si un journaleux lit ce commentaire, moins de cinq minutes de recherche sur Internet pour tout savoir de la composition des conseils de surveillance des hôpitaux publics. Merci pour l’enfumage officiel.

    1. Nocte

      J’ai appris ça en début d’année, j’étais atterré, on ne cherche pas à mettre en poste des gens compétents, ou à défaut de bons gestionnaires, non, on met en place, le pire crève-la-dalle du pouvoir, le type qui vendrait sa propre famille pour accumuler, poste, fonction, pouvoir et… pognon sur le dos du contribuable.

      1. MadeInCH

        Quel que soit le système hiérarchique/politique en place, la gageur est de mettre en palce des gens compétents.

        Un dictature avec un dictateur qui prends son rôle à coeur vaut mieux qu’une pseudo-démocrassie pourrie.

        Mais même lorsque un système marche bien maintenant, (un Enpreur avec une Vision et qui le prend comme un sacerdoce, un politicien élu qui veut servir son pays et ses électeurs, un Roi qui veut la grandeur de son pays, et le laisser en bon état à son fils,…) comment s’assurer que la prochaine génération de dirigeant sera compétente? Et celle d’après?

        Je ne vois que deux systèmes:
        – Système Royal, car le Roi n’est pas choisi. Il ne l’a pas voulu. Il est formé pour. Il n’y pas dû se battre pour arriver au pouvoir, ce qui change l’approche à la notion de « pouvoir », et il veut laisser un bien en bon état à son descendant.
        – Le système démocrartique « à la Suisse », ou les élus sont constamment sous contrôle de la population (Référendum et Initiatives non-blocable par les zélus). Ici, le bon sens populaire préveaut. Et oui, les Suisses ont refusé des offres tels que « Plus de vacances à salair égal », et de « Moins d’impôts », car ils se rendent compte que l’argent c’est du travail, ou bien que ça devrait l’être. Mais dans ce cas, il faut une certaine éducation et un certain bon sens.

        1. Nocte

          « Le maire de la commune siège de l’établissement et le président du conseil général sont, de droit, respectivement président du CA des établissements communaux et dépar­tementaux. Il en est de même dans les établissements ­intercommunaux et interdépartementaux. »
          Il n’y a même pas de recherche de la compétence… c’est simplement, t’es à tel poste, tiens, prends celui-là au passage, il te revient de droit.

          Et bien, entendu, si c’est géré n’importe comment, tout le monde s’en fout, puisque personne n’est responsable (comme d’hab en France). Un vrai patron du privé (pas un truc parachuté chez Orange, Dassault, etc..), il fait un pas de travers, il le paiera, aucune complaisance à son égard.
          « 2 poids, 2 mesures » devrait remplacer « Liberté, Égalité, Fraternité »

          1. Peste et coryza

            @Nocte

            A ton avis, pourquoi de telles engeances arrivent au pouvoir, et y sont portées par la plèbe ?
            Car ces traits de caractères sont recherchés et promus dans notre société.

            Ce n’est pas pour rien que les personnes socialement néfastes (crevards, mégalomanes, narcissiques obsessionnels ou psychopathes) sont de plus nombreuses (en terme de %) à mesure que l’on monte dans la hierarchie sociale : leurs traits de personnalités sont un avantage, sont recherchés et dument rémunérés.

            1. MadeInCH

              Je ne crois pas que ces traits sont recherché.

              Le gépard qui cour vite survit. Les guépard rapide ne sont pas recherchés. C’est juste un darwinisme, un filtrage.

              Il faut le vouloir et être prêt à faire des sales coups pour monter d’un échelon.

              Et plus c’est haut, plus les coup doivent être sales pour grimper à l’échelon juste au dessus.

              C’est le problème de le démocratie parlementaire: Ont le pouvoir seul ceux qui se battent pour l’avoir et qui savent manipuler pour l’avoir.
              Même seux qui sont idéalistes, il leur faut faire tellement de vacheries pour arriver « en haut », que la probabilité que leur idéalisme soit altéré par l’épreuve est élevée.

              L’idéal serait que ceux qui ont le pouvoir devraient être des gens qui ne cherchent ni la gloire personelle, ni des avantages personels, donc des gens qui ne recherchent PAS le pouvoir.
              Les prérequis sont juste incompatiqble avec le processus d’acquisition d’un pouvoir en démocratie.

              Ce n’est pas un défaut qui se trouve uniquement en démocratie. Il se trouve aussi dans des administrations et dans quasi (vraiment?) toute société hiérarchisées humaine.
              (Ah, flûte! Toute société humaine va naturellement tendre vers une hierachisation…)

            2. gameover

              Bonne analyse MadeInCH mais le guepard n’en a rien a secouer d’etre ou pas le roi de la jungle. Il manque une raison dans ton raisonnement : pourquoi le peuple accorde tant d’avantages a ses elites ?

            3. Aloux

              C’est peut-être un phénomène commun à toutes les bureaucratie, mais faut quand même reconnaître que la république française sous sa forme actuelle est extrêmement performante pour sélectionner les pires malades mentaux incompétents et leur donner une capacité de nuisance maximale. On aurait voulu faire exprès qu’on aurait pas trouvé mieux.

              Solution que j’approuve de plus en plus sérieusement : le gouvernement ne se mêle évidemment plus d’économie et voit tous ses pouvoirs très strictement limités par la constitution, assemblée nationale réduite, désignée par tirage au sort parmi la population active, avec des mandats beaucoup plus courts qu’actuellement, c’est pas la panacée mais ça irait déjà beaucoup mieux. Et pour ceux qui s’effraient d’avoir des amateurs au pouvoir, franchement est-ce qu’au fond vous ne faites pas plus confiance à votre boulanger qu’à votre député ?

            4. hussardbleu

              Ce n’est pas pour me vanter, mais le guépard est extrêmement rare dans la jungle… un peu moins dans le veld… et il en subsiste quelques uns du côté de Salinas…

            5. Aristarque

              Sans « s », le Guépard Salina.
              Mort en 58 !
              S’il voyait ce que son île de Lampedusa devient notamment ces jours-ci…

            6. hussardbleu

              Salina, of course, mon cher Harry, mais faut pas faire trop facile, tous ces jeunes manquent de l’habitude de l’ardu… et puis la Porsche de James Dean, ça vaut bien Tomasi et Visconti…

        2. Jeanpierre

          Je partage votre avis sur le pouvoir. La conquête du pouvoir sélectionne les arrivistes et les moralement déficients. « Ils ne le sont pas tous, mais tous sont frappés » pour paraphraser La Fontaine.
          Il y aurait un autre angle d’attaque pour diminuer le problème (je dis diminuer parce qu’il y aura toujours des gens cherchant plus de pouvoir, d’argent, de contrôle, etc) : il faut diminuer l’intérêt que représente le pouvoir en limitant la sphère d’influence de chaque poste. Déjà, le pouvoir politique ne doit plus avoir de contrôle sur l’économie ou l’enseignement. Si on envisage l’économie, la politique et l’enseignement sous l’angle systémique (je crois que c’est l’approche de Hayek mais corrigez moi si je me trompe) ces trois pôles s’influenceront toujours. Il y aura donc toujours un certaine forme de rétrocontrôle. Mais plus chacun de ces éléments sera autonome, moins le pouvoir que conférera son contrôle sera grand, moins le pouvoir de nuisance d’une sangsue arriviste sera grand.

    2. carpediem

      les « irresponsables » à la tête des grandes administrations ont de plus en plus de mal à justifier leur gestion calamiteuse et corrompue. Un chef de service du fisc d’Argenteuil raconte qu’il s’est fait sévèrement remonter les bretelles pour avoir affiché la délibération du conseil municipal qui fixe les taux des contributions foncières d’entreprises (taxe qui remplace la taxe professionnelle). Le personnel du fisc en avait assez de se faire insulter tous les jours par des artisans et commerçants furieux car cette taxe, pour la plupart d’entre eux a été multipliée par 2 ou 3, ceci même pour les très petites entreprises. Monsieur le maire, qui ne supporte manifestement pas qu’on lui mette le nez dans son caca est donc intervenu…
      Sinon, je ne voudrais pas casser l’ambiance, mais quelqu’un a lu l’indigeste rapport sur l ‘intégration? Faites-le ,vous allez vous marrer, si si , grave. Ce magnifique texte courtelinesque va illuminer vos fêtes de fin d’année, je pense même qu’à table , après quelques verres, nous allons en déclamer des extraits pour faire rire tout le monde.

  7. Celes

    Le nombre de médecin chute à cause de cette sinistre pute que fut François Mittérand, la pire plaie de la France après Hollande, dont on se remet à peine des conneries.

    Dans un élan de génie, Mittérand a estimé que réduire le nombre de médecins réduirait le nombre de patients, et donc les dépenses de la Sécu.

    Manque de bol, réduire l’offre ne réduit pas la demande, les urgences sont saturées, et il y a pénurie de médecins partout.

      1. Celes

        Si l’on considère
        – les allocs égalitaristes qui font qu’on repeuple ce pays avec des idiots (puisque les débiles qui n’ont que ça à faire de baiser se reproduisent en masse pour toucher du fric)
        – la France terre d’accueil, en fait terre d’exile, la destruction de l’identité nationale
        – le système des retraites par répartition, pyramide de ponzi
        – la sécu en monopole privé
        – multiples autres conneries

        je dirais…
        Non, on ne s’en remet pas.

        Ce pays est foutu.

    1. Guillaume_rc

      c’est surtout une idée de Michèle Barzach.
      Ministre de la Santé sous Tonton mais pendant une cohabitation….

      1. romin dubois

        les medecins, c »est comme les pommiers il y a eu la prime a l’arrachage sous tonton et barzach avec un bel encouragement financier a devisser la plaque et partir ainsi grassement alimenté jusqu’a la retraite puis on decide de replanter . Avec effroi on constate qu’il manque du monde ,on encourage a coup de prime a l’installation .Pour avoir du cidre il faut 15 ans c’est a peu pres la meme chose pour avoir un medecin efficace
        Nous courrons joyeusement vers une catastrophe sanitaire . Les jeunes medecins montrent peu d’enthousiasme a s’intaller .Ils sont formés en quantite suffisante mais il ne s’installent pas ,le statut de remplaçant est plus confortable Au concours de l’internat les premiers prennent les places en dermatologie ophtalmologie les moins bien classes deviennent chirurgiens ou anethesistes mais ce n’est pas pour cela que leur qualité serait remise en cause Il y a 20 ans les premiers penaient les places a responsabilite .Comment les blamer quand on connait aujourd’hui la lourdeur des protocoles d’evaluation et de traçabilité Il leur faudra vivre avec des administratifs et des comptables qui ont le dernier mot et souvent avec des avocats (Sans compter le niveau astronomique de l’assurance responsabilite professionnelle° .Statistiquement l’esperance de vie des anesthesistes et des chirurgiens est trés nettement inferieure a celle d’un ministre ou d’un depute .Je le regrette énormément

        1. hussardbleu

          L’un des meilleurs amis que j’aie est anesthésiste : métier épouvantable ! des gardes une semaine sur deux, se faire remplacer est proprement ruineux, un stress permanent, des patients revendicatifs…
          Ce n’est que lors d’un séjour dans la clinique où il exerce que j’ai compris ce qu’il vivait : je lui ai alors pardonné ses retards lors de nos sorties, et ses sautes d’humeur…

    2. carpediem

      Vous avez raison, Miterrand, la pire calamité pour la France, grand précurseur de la culture bobo, du vivre ensemble-pour-les-autres et du collectivisme échevelé. Un mélange de ruse et naïveté très dangereux comme notre Normal 1er dont les conseillers en économique (si si il en a et des gros) lui ont fait croire que la courbe du chômage, comme les variations climatiques, obéissait à une courbe cyclique mystérieuse qui allait s’inverser toute seule c’est mathématique. Il suffisait seulement d’attendre et ne rien faire, c’était en avril dernier. Il a attendu, n’a rien fait, si ce ne sont que des conneries, et la courbe , et bien, argh oui rien, pas un frémissement, même en bidouillant les chiffres, snif. Miterrand consultait mamy Tessier pour ses horoscopes, Flamby ne devrait-il pas faire tourner les tables ou embaucher Messmer pour hypnotiser la France entière?

    3. doh

      Pas con, il aurait du pousser le raisonnement jusqu’au bout.
      Pas de médecins, pas de malades. On parle ici de logique socialienne.
      Et puis on peut aussi creuser de grandes fosses commune, comme ça pas de fossoyeurs non plus.

  8. hussardbleu

    Plus qu’un député ? à voir….

    Sur le fonctionnement budgétaire des hôpitaux (publics), les pourcentages (chiffres 2010) de charges par secteurs sont révélateurs de la gabegie généralisée…

    http://www.kpmg.com/FR/fr/IssuesAndInsights/NosExperts/Documents/BPericard_LBallet_economie_hopital_2_RFC.pdf

    En Bourgogne, le CHU de Dijon traîne une dette de 50 Miyons….

    Quant à la formation des médecins, je ne crois pas à un malthusianisme de la profession médicale : c’est naturellement le Gosplan de nos chers (très chers) énarques et autres polytechniciens, si omniscients….

  9. Josselin

    « l’État n’a plus une thune et cherche tous les moyens de couper toutes les dépenses »

    Toutes ? Non ! Car une petite classe politique peuplée d’irréductibles voleurs résiste encore et toujours à la coupe des dépenses, puisqu’il ne faut en aucun cas toucher à leur pouvoir. Et la vie n’est pas facile pour les garnisons de Français qui voient leur pouvoir d’achat fondre comme neige au soleil de Noël sur l’autel du réchauffement climatique.

  10. Artiste

    C’est tout le problème des hôpitaux secondaires que l’on ne veut pas fermer et ou il n’y a plus beaucoup de médecin français .les médecins ont bien compris le système ils démissionnent ou passent à mi temps et font des remplacements bien mieux rémunérés,tout cela découle des 35h et des récupération des gardes. Pour ce qui est du numerus clausus des étudiants il est ridicule car tout européen peut travailler en France.

    1. Aristarque

      Il est peut-être ridicule mais bien réel! Et il a des effets secondaires pervers comme des médecins travaillant maintenant en free lance pour le même revenu obtenu à temps partiel. Les salaires des vacataires montent, compte tenu de la rareté des médecins disponibles à l’ embauche, ce qui est une réalité crue. Et les médecins disponibles sont parfois « surprenants »quant à leurs compétences ou leur comportement…

      1. gameover

        Bah voila, vous etes vraiment pret a tout pour critiquer.
        Enfin un secteur qui embauche ! Et du pouvoir d’achat.

  11. Celes

    Actuellement, le nombre de médecin réaugmente, on a ouvert les Numérus pour corriger le problème, mais comme il faut bac+9 pour former un toubib soit 10 ans d’études, ben ça peine à remonter.

    Donc tout retombe sur les internes qui sont corvéables à merci, qu’on fait trimer (rapport salaire/temps bien en-dessous du SMIC) comme des esclaves et qu’on tient par les couilles avec leurs feuilles de notation de stage.

    1. Morovaille

      D’un des films « Alien » ; je dirais un récent vu la qualité de l’image, mais je peux me tromper.
      Il s’agit d’un facehugger, créature qui pond l’œuf d’alien dans l’estomac de sa victime. Quand il est arrivé à maturation, l’alien sort en explosant le ventre de son porteur 🙂

      1. Nemrod

        Un peu comme La France.
        Un reptile ( une grenouille pour le Collaro-Show) a pondu son oeuf dans la chair du pays.
        Il arrive à maturation.

          1. Peste et coryza

            On appelle cela un parasitoïde.

            Le parasite meurt avec son hôte.
            Le parasitoïde, lui, doit faire mourir son hôte pour achever son cycle reproductif.
            Vu que nos élites sont toutes des planques à l’étranger et des comptes offshore, on peut raisonnablement penser que ce sont des parasitoïdes : leur but est de saigner la bête à mort, et d’aller continuer le cycle ailleurs.

            1. gameover

              Les Goa’ulds :
              – Pour se developper ils doivent parasiter d’autres especes
              – Leur espece preferee est les etres humains plus faciles a manipuler
              – Sous leur forme naturel – a l’etat larvaire – ils n’ont pas de conscience
              – la reproduction sexuee est interdite

              La science fiction est juste devenue realite.

  12. Popeye

    800 par jour, pour arriver à 15 000 par mois, il faut bosser 18,75 jours sur le mois. Autrement dit, le médecin se trouve une mission quasiment tous les jours ouvrables. Autrement dit, il bosse à plein temps aux conditions de l’intérim, ce qui ne doit pas arriver si fréquemment que ça.
    Au fait, en contrat d’intérim, les congés payés et autres primes de précarité sont incluses dans le tarif. Au fait 800 euros par jour, c’est du tarif de consultant ou d’avocat de bons niveau.
    Je ne suis pas journaliste, donc je réfléchis et recoupe les infos qu’on me donne avec ce que je connais. Et à la réflexion, non, les niveaux de rémunération de médecins intérimaires ne me choquent pas.
    En revanche, le niveau d’analyse (mouarf !) et de mise en perspective par le « journaliste »…(re mouarf!!!!!)
    Je ne dis rien, c’est l’équivalent d’un facepalm.

    1. jeff

      Un consultant de bon niveau c’est plutot 1000 euros.
      De très bon niveau, au dessus de 1500 euros et ca s’envole…
      Donc 800 euros pour un médecin effectivement, ce n’est pas choquant.

      1. Thorium

        Heula, faites gaffe, les 800, 1000 ou 1500 euros/jour d’avocats ou autres consultants, c’est pas du salaire net (comme l’entendent la plupart des gens auxquels on dit « il se fait 15 000 euros/mois »), mais c’est du chiffre d’affaire !

        C’est très (très) différent d’un salaire…

        Pour les « gros » consultants qui gagnent beaucoup plus, il est certain que c’est parfois plus une histoire de notoriété que de réelle compétence, reste que personne n’est obligé de faire appel à eux et de les payer des sommes parfois astronomiques pour dire des banalités.

        1. Popeye

          On est bien d’accord là dessus. Un consultant indépendant de haut vol facture 1 500 la journée. Après avoir dit bonjour au RSI (et filé le chèque conséquent), payé son loyer de bureau, son abonnement téléphonique, amorti son ordinateur portable, il lui reste de l’ordre de 800 la journée facturée. Du même ordre de grandeur que le médecin intérimaire, qui lui non plus n’est pas forcément embauché tous les jours (autrement dit, ne « facture » pas tous les jours un hôpital pour sa prestation de remplacement)
          On est bien sur les mêmes ordres de grandeur, une fois qu’on fait l’effort de mettre en perspective les informations exposées sans autre forme de traitement ou d’analyse par le journaliste.

  13. Nyamba

    Bonjour, je souhaite déposer ici une réclamation en bonne et due forme sur le billet du jour.
    Ici : http://vengeusemasquee.free.fr/images/cerfa_nyamba.jpg
    (avec l’aimable hébergement par Mme Vengeuse, qui comprend et compatit à mes griefs).
    Je partagerai néanmoins vos écrits, M. Hash, parce que je suis persuadée que votre dérapage métaphorique était involontaire.
    Bien à vous.

    1. vengeusemasquée

      Par voie de conséquence, je propose la création d’un comité et vous remercierai de tous bien vouloir signer la pétition que je mettrai très prochainement en ligne.

    2. Morovaille

      Excellent 😉 Je n’ai jamais eu l’idée de remplir le formulaire, mais il va falloir que je le fasse vu toutes les blessures psychologiques qui se mettent à jour sur cet horrible site :S

      1. Black Mamba

        J’ai un jour montré le formulaire à un de mes gosses qui trouvait que le monde est injuste et trop horrible … Silence totale pendant au moins 5 minutes … Et puis  » tu es méchante  » :mrgreen: Non ! C’est une claque virtuelle à toi de grandir …

    3. MadeInCH

      Erreur qui montre un manque de connaissance générale:
      « … pour les chiens qui sont d’admirables créatures, dont l’utilité générale n’est pas à démontrer. »

      Je dois vous rapeller que, selon les lois islamiques, la possession de chiens est interdi. En effet, les chiens sont des êtres vil et mauvais. Ceci est démontré par le fait historique et indéniable qu’un chien à un jours mordu l’Homme Parfait qui nous sert d’exemple et de guide, car il est le messager d’Allah.

      Ainsi, blesser un chein, ou lui donner un coup de pied en passant n’est pas un crime, et n’est pas une action mauvaise, et et acceptable.

      De plus, dans le Nouveau Français simplifié, l’on écrit pas « qui » mais « ki ».

      Veuillez passez au gichet des punitions pour recevoir vos 20 coups de fouets pour nous avoir fait perdre du temps et avoir tenté de propages des notions contraires à notre culture.

      1. vengeusemasquée

        Voulez-vous m’aider pour le dictionnaire novlang ? Vous m’avez l’air de disposer des compétences requises. :mrgreen:

        1. MadeInCH

          Lorsqu’il s’agit de pure linguistériocratie verbiotatique, il vaut mieux que je m’éclipse afin de laisser la place à plus littérairement compétent que moi.

          Les fôtes d’ortograffe de mon post, que je vois maintenant en relecture, en témoignent…

          1. Nyamba

            Pour être tout à fait honnête, certains chiens sont probablement plus utiles que d’autres… Certains, par exemple – et j’en connais – ont pour unique compétence de léchouiller les pieds des gens. Ils sont, ceci dit, plus à plaindre qu’à blâmer…

            1. MadeInCH

              Cerais-ce un trait racial? (ce qui sous-tens que le racisme pourrait être légitimé.)

              Ou bien un trait éducationel?

              Ou bien simplement un trait de caractère aléatoire dû tant à des prédisposition qu’à du vécu?

              Ou bien une attraction pour certain fromages?

            2. Nyamba

              Le léchouillage étant non discriminant, et la race non significative, il reste les options 2 et 3. J’éliminerais cependant la 2, doutant que l’on puisse entraîner un chien – ou un quelconque animal d’ailleurs – à exclusivement léchouiller des pieds humains. Ce serait, franchement, complètement con, en plus d’une hygiène douteuse…

            3. Duff

              J’ai une voisine qui a une sorte de cocker tout moche. Il ne faut jamais prendre l’ascenseur après elle, ce chien daube à fond. D’ailleurs c’est être fort peu respectueux de ses voisins que de balader son clebs en prenant l’ascenseur. Bref je doute de l’utilité sociale de cette pauvre bête 🙁

            4. hussardbleu

              Nyamba, il est vrai que dans ton Isle, on est loin des contingences françaises… mais moi, je vis à une portée d’arbalète de la Confédération… alors, si tu te mets à critiquer leur Gruyère, tu leur donnes là un magnifique käsus belli…

              et je ne tiens pas à me retrouver sur le front, attendu que l’état de nos armées, éparpillées façon puzzle sur le reste de la planète, n’est-ce pas….

              PS : ne le répète pas, mais à côté du Comté, l’Emmenthal, c’est assez nul… chut!

            5. Peste et coryza

              @Nyamba

              Vous êtes de mauvaise foi….
              La race du chien est primordiale si vous voulez obtenir des résultats, ou alors savoir sélectionner un bon bâtard.
              http://lesurvivaliste.blogspot.fr/2011/04/le-choix-du-chien-de-securite.html

              Si vous choisissiez de sélectionner vos chiens pour leur aptitude à la léchouille podale, ne vous étonnez pas de n’avoir que ce type de résultats…
              http://i00.i.aliimg.com/wsphoto/v1/1207226206_1/Free-shipping-2013-new-dot-pattern-font-b-rain-b-font-font-b-suit-b-font.jpg

              Feu mon grand père, lui, les sélectionnait pour leur aptitude à mutiler ou arracher les noix des intrus…. chacun son truc.

            6. Nyamba

              J’insiste : l’article que vous mîtes en lien a trait aux chiens de sécurité (soit des chiens voulus utiles) et, d’ailleurs, pour autant que j’en puisse juger, le comportement de l’animal est essentiellement affaire de contrôle et de doigté de la part de son maître.
              Je maintiens que la race n’est pas significative dans le cas de chiens à usage limité (de type joyeux compagnon ou ornement de salon <– summum du useless, amha).
              Enfin, on ne choisit pas toujours son chien (ou son chat d'ailleurs). Certains (bons) samaritains passent leur vie à sortir de la rue des quadrupèdes squelettiques tenant davantage du croisé paillasson/poubelle que du fier Canis lupus tundrarum

            7. Peste et coryza

              Même le chien à mémé ou le vieux marron à clodo a son utilité.
              Ne serait ce que de ne pas se sentir seul et d’avoir quelqu’un a qui parler…

            8. Greg

              HB, attention !
              Si vous êtes à une portée d’arbalète de la Confederatio Helvetica, ma sainte patrie, vous êtes donc par réciprocité à 2 portées de morgenstern, la sainte arme de guerre psychologique de mes saints ancêtres !

              Quant à l’Emmenthal, comme son nom ne l’indique pas assez clairement pour tous, il provient de la vallée d’Emmen.
              C’est un fromage expérimental, dans le sens que le goûter est une expérience généralement inoubliable (un peu comme avoir sa tête servir d’aire d’atterrissage à la fin du vol du morgenstern…).
              L’expérience de l’Emmenthal n’étant pas terminée, je vous serais gré d’être très prudent dans vos critiques d’un produit qui poursuit sa recherche de la perfection depuis plusieurs siècles maintenant. Sait-on jamais, sur un malentendu, il se pourrait qu’un jour à venir l’Emmenthal termine victorieusement sa quête de perfection !

              (D’ailleurs à ce propos, il faut vous souvenir que la prononciation en dialecte alémanique du côté de Emmen du mot thal se fait plus proche du mot « tral », et que les transmissions orales à une époque où les gens étaient édentés à 35 ans a fait que ce qui était à l’origine la quête de l’Emmenthal s’est transformée malencontreusement en la quête du Saint Graal. La conservation des dents ne faisait pas partie du cahier des charges de la perfection de l’Emmenthal…)

              Attention donc ! Les morgenstern n’ont pas disparu, ils attendent sagement à la cave à côté du Fass90 et sa boîte de mun de guerre de 50 cartouches…

            9. Greg

              Depuis Albert, le naturalisé suisse tireur de langue le plus connu au monde après Mick Jagger et Gene Simmons, nous savons que E=Mc².
              Ce qui en chinois se traduit par :
              tout animal à 4 pattes qui aboie se transforme très facilement en source d’énergie grâce à une casserole et un feu.

              Donc, en chinois, il n’y a pas de chiens inutiles.

              Entre 1/4 de la population mondiale chinoise bientôt, et un autre 1/4 musulman, canis lupus a franchement intérêt à étudier les moeurs humaine avant de choisir où naître…

            10. hussardbleu

              Les Suisses sont des espèces de Belges qui n’ont pas souffert, comme disait un motocycliste maladroit… bon, voilà qu’un Helvétique me menace d’un morgenstern… j’avais déjà titillé un Flamand qui me parlait alors de goudentag…
              Sont contondants, ces petits riverains, mais on va pas en faire un fromage…. et puis, entre Morat/Grandson et les Eperons d’Or, nous autres Bourguignons, on a déjà donné….

          2. Nyamba

            M. HB, votre commentaire n’a de sens que si vous faites référence au Gruyère, un canidé spécialement sélectionné par les Helvètes pour sa capacité de léchouillage podale sur-développée.
            Dans tout autre cas, vous m’avez complètement perdue…

            1. hussardbleu

              je n’ai pas dit « käsus belly » : je ne veux pas être poursuivi pour injure envers le Chef de l’E…. (bon, oui, c’est vrai, il a grossi….)

            2. vxlv

              M. HB, tout affûté comme un Staedtler êtes-vous, vous devriez éviter certains termes équivoques que vous employez.
              Imaginez qu’il existe des lieux en France, bien loin de votre Bourgogne, où certains autochtones à la patrie incertaine, sortiraient le surin (au minimum) pour vous punir d’employer le terme injurieux de Kasoce belly…

      2. Eole

        MadeinCH: on écrit peut-être ki plutôt que qui, mais en tout cas pour le moment, on écrit encore « …avoir tenté de propageR » et non pas propageS. Mais Il faut vérifier avec Vengeusemasquée, cela a peut-être changé depuis! 😉

  14. Loxanne

    Petite rectification: ce n’est pas l’ordre des médecins qui fixe le numérus clausus, mais le ministère de la santé, qui se base sur les statistiques des agences régionales. Le numérus a été renforcé par l’état sous la pression de l’assurance maladie avec un doctrine: « moins il y a de médecins (qui prescrivent des arrêts de travail et ordonnances très couteuses qui nuisent au bon équilibre des comptes) moins il y aura de dépense de santé ». L’ordre valide le diplôme, pour les médecins français comme pour les étrangers qui le demandent. La légèreté dans la délivrance de ces équivalences aux étrangers fait frémir, et chacun en aura malheureusement à en faire les frais un jour ou l’autre. Mais là encore, l’ordre des médecins ne fait que répondre au ministère qui le presse de valider ces étrangers pour boucher les trous. Les hôpitaux qui ne veulent pas fermer de services recrutent à tout va ces médecins à bas prix, mais comme par hasard, après quelques années, ils s’en vont, soit dans un autre pays plus rémunérateur (les médecins français approchent des plus basses rémunérations d’Europe), soit faire des remplacements (y compris dans le même hôpital…).
    Les jeunes français ne voulant plus exercer en libéral pour de multiples raisons, dont financières, mais aussi et surtout de qualité de vie familiale (plus des 2/3 des médecins diplômés sont des femmes) les déserts s’installent comme prévu (et souhaité) par les gouvernements successifs. Mais pas d’inquiétude à avoir, ils sont déjà remplacés par des auxiliaires de santé moins chers, et surtout plus « malléables ». Mais il faudra s’attendre après de belles statistiques françaises prouvant que tout va bien, à des déconvenues lorsque notre système de santé sera analysé par d’autres, comme c’est le cas pour l’enseignement.
    Pour en revenir à l’ordre, il ne protège pas les médecins, mais est plutôt responsable des condamnations les plus sévères envers eux, dans des simulacres de procès qui tiennent plus à un règlement de compte qu’autre chose. L’ajout de magistrats dans certains procès ne semble pas être d’une efficacité redoutable pour rétablir un semblant de justice.
    L’évolution de la profession montre que le terme de corporatisme est devenu bien désuet. La multiplicité des pratiques et des rémunérations, et des syndicats aux orientations politiques différentes est là pour le montrer.
    Au total, l’ordre des médecins pourrait parfaitement disparaitre au profit d’instances déjà en place (les syndicats pour défendre la profession, les facultés pour les diplômes et les tribunaux pour le reste). Beaucoup de médecins le demandent depuis des années, mais les différents gouvernements (à commencer par celui de Vichy qui l’a créé) y trouvent leur compte à bas coût électoral.

  15. 5denorc

    Je suis médecin hospitalier depuis 30 ans. J’ai vu disparaitre la gestion de proximité à l’intérieur de l’hopital, j’ai vu s’installer un pyramide de « compétences » bureaucratiques, j’ai vu s’accroitre la puissance administrative et l’explosion des dépenses qui vont avec. Le Conseil de l’Ordre a surement des torts mais pas celui de ne pas avoir prévenu du problème démographique médical. Je me souviens fort bien au début des années 90, que la politique du « moins de médecins, moins de prescripteurs, moins de dépenses » les effrayait dans le journal que l’on reçoit régulièrement. Le Conseil n’a pas été entendu. Donc maintenant, on manque d’infirmières ( tous les mois il y a un récapitulatif affiché des jours et des nuits supplémentaires à effectuer faute de personnel), on manque de médecins (on emploie des médecins étrangers CEE et autres alors qu’on a viré des étudiants français parce qu’ils leur manquait 1/10ème de point au concours) et on fait appel aux intérimaires.

  16. jeff

    Qu’est ce qu’on rigole en ce moment quand meme….
    L’argument « Securité » ca marche bien partout, sur tout !
    En fait, on essaie de nous faire croire qu’un médecin interimaire ayant eu la meme formation (allez, on suppose) qu’un médecin titulaire, est plus dangereux…. Pour moi, un médecin est un médecin et ce n’est pas son contrat qui en fait un bon ou un mauvais médecin. Et puis, je suppose qu’on ne les mets pas forcément à des postes clés ? Si ? Oh merde, on en est là ????
    Bref, encore de fallacieux arguments pour nous exposer tout compte fait, l’incompétence de l’état (ca fait longtemps que je ne l’écrit plus en majuscule).
    Allez, je ne me prive pas de vous raconter brièvement mon dernier IRM…
    RDV 1 annulé. RDV 2 (1 mois plus tard, j’ai eu de la chance !) à 7h30. J’arrive à 7h dans la salle d’attente. à 7h15, je sens que ca ne va pas (du coté de l’IRM). à 7h35, on m’annonce qu’il y a un pb sur la machine. A 7h40, les 3 techniciens partent boire un café. Ben oui, une machine de cette valeur peut bien attendre un peu… quant au patient, n’en parlons pas….

    1. sa0000

      Dans le garage, sous les cartons du dernier déménagement ?
      Moi c’est toujours là que je retrouve les trucs

  17. salpetre

    Le niveau de connerie des élus est insondable. Il faut ouvrir le numerus clausus pour qu’il y ait plus de médecins et rétablir une libre concurrence. Maintenant, le copinage avec l’ordre doit être plus fort, et mieux vaut préserver la chasse gardée des praticiens établis…

  18. LOG

    Je ne suis personnellement pas très surpris par cette évolution (un marché s’est organisé, l’Etat se penche sur la question et aggrave la situation).
    En revanche, je ne savais pas que les médecins salariés (donc pas les vilains mercenaires) étaient rémunérés à ce niveau là. Env 260 eur par jour, pour 12h de travail, 9 ou 10 ans après bac, et des responsabilités plutôt importantes. Donc, un peu moins de 22 Eur de l’heure. A titre de comparaison, ma femme de ménage touche 15 Eur de l’heure. (on parle en salaires nets).
    Je ne pensais pas que nous étions déjà en République Française Soviétique, mais à l’évidence, si la rémunération du médecin et de la femme de ménage convergent à ce point, on n’en est vraiment pas très loin.
    Side note : la comparaison entre salaire moyen des médecins et des mercenaires n’est pas forcément valide car les intérimaires sont peut-être plus souvent des spécialistes qui seraient payés plus que la moyenne s’ils étaient salariés non ?
    Side note 2 : quant aux « analyses » des journalistes sur la question, je ne sais pas ce qui est le pire. Qu’ils soient réellement aussi bête que leurs écrits l’impliqueraient. Ou alors qu’ils soient aussi orientés.

    1. amis

      Le salaire des Praticiens Hospitaliers est le même pour tous, en fonction de son ancienneté (exprimé par l’échelon), quelque soit la spécialité.
      Par exemple au dernier échelon, le salaire net est autour de 6000 euros/mois.

    2. tyrion

      Merci aussi.
      J’ai d’ailleurs démissionné de mon poste hospitalier en cette fin d’année pour faire 100% libéral. Oh l’affreux médecin!

  19. Guillaume_rc

    Proposition de loi (article unique) : « il est interdit, pour quelque profession que ce soit, d’imposer des numerus clausus ».

  20. Peste et coryza

    L’autre scandale est le nombre grandissant de médecins du sud de la méditerranée travaillant en France, dont les compétences sont parfois franchement douteuses (qui connait les dessous des systèmes d’enseignant des pays du Maghreb sait de quoi je veux parler).
    Alors que nos étudiants en médecine se font parfois boulés pour 2 malheureux points sur le concours.

    Faire sauter le numerus clausus est la seule solution.

    1. gameover

      Super le rapport et tres concis…
      Des differences flagrantes entre le nombre de generalistes / specialistes.

      On en ait encore aux stades des experimentations en France… facon TP de chimie avec un prof d’allemand aux manettes (oui la reconversion existe, sans formation !)

  21. Zendog

    Cette histoire de médecins intérimaires nous a valu hier soir sur Europe 1 une diatribe indignée de la grande conscience médicale de gôche, le Dr Patrick Pelloux. Selon lui, cette situation est indigne, il faut que les médecins retrouvent le bonheur de travailler dans de vraies équipes dans les hôpitaux publics, etc. bien qu’il admette que parmi les intérimaires , il y ait de bon médecins !! Je n’ai pas tout retenu hélas car je n’ai pas imaginé que cela ferait le sujet d’aujourd’hui.

  22. dede

    « Le marché s’est emballé, remettant en cause par endroits la qualité, la continuité, la sécurité des soins. Pour autant, il est difficile de déterminer si la multiplication des missions temporaires s’accompagne d’un sur-risque pour les malades »

    Je ne comprends rien : la securite des soins est remise en cause mais on ne sait pas si il y a un risque?

    1. gem

      oui, en fait il y a un risque qu’il y ait un risque, mais on n’est pas sûr. En même temps, c’est la définition du risque : si on était sûr ça n’en serait pas !

        1. gem

          Ah c’est malin. Avant j’étais sûr, mais votre question a fait naitre un doute.
          Vous avez raison, c’est peut-être trop risqué. Peut-être. Encore un risque. Mon dieu c’est affreux tous ces risques…
          Supprimons les risques à la base.
          Supprimons les hôpitaux et les médecins. Comme ça il n’y aura plus aucun risque. Il n’y aura plus que la certitude de mourir et l’espoir de survivre quand même par miracle ; et l’espoir c’est quand même drôlement plus bisou que le risque, tandis que la certitude c’est tellement plus confortable.

    2. gameover

      En gros on ne sait pas…
      J’ai entendu la meme chose hier sur les chevaux de Sanofi :

      « Lundi en fin d’après-midi, le procureur de la République à Marseille Brice Robin, en charge de l’enquête a déclaré n’avoir «absolument pas la preuve à travers des analyses toxicologiques que ces animaux étaient nuisibles à la santé humaine». Il s’agit «d’une fraude aux normes sanitaires, pas d’une fraude sanitaire» [oops], a encore insisté le magistrat.

      « Les investigations visent essentiellement la mise sur le marché de viande de cheval impropre à la consommation.  »

      Je n’ai pas tout compris. Les animaux ont ete achetes entre 2010 et 2012. On ait les analyses toxico sur quoi ?

      Une chose dont on est surs c’est qu’il n’y a plus de risque.

      Au grand Journal hier, Garot se gargarisait en disant qu’on avait decouvert cette affaire a cause des zenormes controles mis en place depuis l’affaire des lasagnes. Heureusement que Aymeric Caron (que je n’apprecie pas plus que ca) lui a envoyé que c’etait en realite une denonciation anonyme (ca fait le lien avec le billet d’hier). A 2:40 dans la video.

      http://www.canalplus.fr/c-divertissement/c-le-grand-journal/pid5411-le-grand-journal-l-emission.html?vid=989740

      Ca marche avec chrome et adblock.

      « Les faits remontent à mai 2011. C’est une dénonciation anonyme adressée fin 2012 à la direction audoise de la protection des populations qui a déclenché l’enquête, aujourd’hui confiée à la section de recherches de Montpellier dans le cadre d’une information judiciaire dirigée par un juge du pôle santé de Marseille. Elle a été ouverte début novembre 2013 pour fraude aux normes sanitaires, faux documents administratifs et tromperie sur la qualité. »

  23. Mateo

    H16, t’as rien compris! Un député PS, dont j’ai oublié le nom, a tout compris, lui. Comme il l’a expliqué dans le JT hier, le problème vient « de l’offre et la demande non régulée »….

    De la même façon, si des avions s’écrasent parfois, c’est à cause de la gravité. Il faudrait donc faire des lois pour interdire, ou à tout le moins réguler, la gravité.

    1. Nocte

      de l’offre et la demande non régulée

      _____________
      | |
      | O
      | /|\
      | / \
      _____________
      | |

      C’est à peu près la seule chose qui me vienne à l’esprit, en lisant un truc pareil.

        1. hussardbleu

          Hoist the black flag ! and let’s start slitting throats… I’m a bit too old for that sort of leisurely activities, but my knives are finely honed….

      1. Duff

        Employer le terme « réguler » dans la bouche d’un socialiste équivaut à foutre son nez là où ça ne le regarde pas et en retirer des avantages en nature ou en espèces. C’est pourtant pas compliqué à comprendre!

    2. gem

      La gravité est déjà vachement régulée. Par contre, elle est antisociale au possible : elle ne tient aucun compte du sexe, des revenus, des handicaps, etc. Les femmes en particulier sont affreusement discriminées, c’est patent dans les chiffres d’hospitalisation pour cause de chute, ainsi que la hauteur de chute moyenne. En outre la gravité est plus basse en montagne qu’au bord de la mer, ce qui est une inégalité flagrante.
      C’est tout à fait ignoble et il faut revoir immédiatement la loi de la gravité.
      Le premier ministre doit immédiatement confier un nouveau travail aux gens qui ont produit les magnifiques rapports sur la non-intégration dont tout le monde parle ; ils ont fait leurs preuves.

      1. hussardbleu

        Sans compter qu’elles sont, ces malheureuses personne du sexe, pour celles avantagées par la nature, plutôt top-heavy…. d’où un danger évident !
        A bas le Centre (de Gravité, voire de Gravidité) !

            1. Black Mamba

              Black Mamba est surchargé de travail, je bosse en gros 60 heures, je fais le job de trois personnes..et en plus le mercredi, je fais la navette entre l’école, le boulot, et éducation musicale pour les gamins , plus un détour à Picwik pour laisser les gosses se choisir leur cadeaux de Noël …. C’est que maintenant que je peux enfin lire les commentaires 😛

          1. Nyamba

            Je vous remercie de votre sollicitude, M. Harry. Notez que je n’étais pas vraiment concernée par cette histoire de physique et de… physique. En tant que tortue de l’espèce Chelys galactica (ovipare, de surcroît), je ne suis guère affectée par ces contingences très terre à terre que sont gravitation et gravidité…

            1. Greg

              J’y comprend plus rien !

              Si vous êtes une tortue, vous n’êtes donc ni en haut,
              Nyamba ?

              Vous ne nageriez pas un peu trop souvent en eaux troubles ?

  24. dg

    Pour connaitre quelque peu le domaine, il me semble que l’hôpital public est un excellent reflet de ce qui se passe plus globalement dans le pays. C’est un naufrage. La gabegie, les gaspillages sont manifestes (et certains médecins y ont un part de responsabilité). Je ne suis toutefois pas sur que le numerus clausus ait un impact sur la médecine hospitalière. Le manque de médecins dans certains domaines est un effet pervers de choix politiques de longue date, il n’est pas réellement du à une pénurie.
    La médecine hospitalière française n’est plus attractive. Les médecins hospitaliers sont relativement mal payés en France (surtout si l’on compare a leurs homologues européens) et travaillent dans des conditions toujours plus exécrables. Leur dévouement va finir par atteindre des limites. De plus il est de plus en plus difficile d’obtenir un poste de praticien hospitalier ou hospitalo-universitaire car ces postes fondent comme neige au soleil (il faut bien faire des économies hein ?). Un certain nombre de jeunes médecins spécialistes, une fois fini l’internat et le clinicat, n’ont aucun débouché à l’hôpital, ce qui pose de graves problèmes lorsque leur spécialité est uniquement hospitalière (nous parlons ici de personnes qui ont au moins bac +11 et, pour certains, souvent fait en plus un Master suivi d’une thèse de science). Dans d’autres secteurs (ex : Urgences), ce sont les conditions de travail qui sont souvent tellement déplorables que personne de sensé n’a envie d’y aller.
    En conséquence, les étudiants en médecine s’orientent vers des spécialités et une activité qu’ils pratiqueront exclusivement dans le secteur privé. Pourquoi se faire exploiter pendant de longues années d’études dans l’espoir de plus en plus hypothétique de décrocher un poste hospitalier alors que l’on pourrait bosser dans une clinique pour un salaire bien plus élevé et souvent dans de bien meilleures conditions.

    1. dg

      J’ajouterai quel les hôpitaux, notamment ceux de l’APHP, emploient depuis des années beaucoup de médecins étrangers pour pallier les manques de personnels. C’est bien pratique, ils coutent moins chers, ca permet de boucher des trous, et ce ne sont pas des postes fixes donc on peut les supprimer à loisir (ce qui n’est pas le cas des postes de praticiens hospitalier et autres qui sont assimilés a des fonctionnaires). Ah, au fait, bien sur, on ne soucie pas trop de leur niveau même s’ils viennent souvent de pays ou le niveau médical est relativement faible. Eh oui, curieusement, la perspective de travailler dans des conditions souvent merdiques pour un salaire mirifique de 1600 euros n’attire pas trop nos collègues européens.
      Donc le niveau baissera inexorablement, c’est comme ce qui se passe avec l’EdNat.

        1. tess

          La devise de l’Etat est « faites ce que je dis mais pas ce que je fais ». Devise observable dans toute l’administration et assimilée.

  25. cherea

    Tiens bonne idée…opérationnelle en 5 jours et équipe commerciale qui fait du phoning.
    environ 1000 hôpitaux en France…5000-6000 médecins intérimaires (hier il me semble même avoir entendu le terme de médecin-mercenaire). En un mois, on doit tous pouvoir les contacter.

    Donc je reviens à mon truc:
    site internet genre petites annonces ou bourse de travail.
    L’hopital est le client et paie un fee annuel à déterminer et peut poser ses petites annonces:

    « hôpital grand ouest cherche urgentiste échelon 3-4 pour 2 mois – 6j/7 – 10-12 heures jour- 800 euros/ jour »
    Les urgentistes échelon 3-4 font une offre à la baisse.

    Force: marché organisé et fluide,
    Faiblesse: y a-t-il assez de spécialistes intérimaires pour avoir un marché non faussé par la faible concurrence.

  26. MadeInCH

    Faiblesse: y a-t-il assez de spécialistes intérimaires pour avoir un marché non faussé par la faible concurrence.
    ……….
    C’est l’offre et la demande. Dans ce cas, les spécialistes intérimaires pourront imposer leur prix, ce qui attirera du monde dans cette filière.
    -> Prix élevés jusqu’à ce que il y aie plus de spécialistes intérimaires sur le marché.

    1. cherea

      Vous êtes chafouin, comme on dit: si cela va sans dire, cela ira encore mieux en le disant, j’aurai donc dû préciser:

      Faibesse: y a -t-il assez de médecins intérimaires pour ne pas former un « cartel » qui s’entend sur le prix, de manière à ce que le fee annuel payé par le client (hôpital) soit compensé par les économies faites sur le salaire journalier du médecin convenu sur la bourse de travail – place de marché?

      Voilà la faiblesse.

      Mise de départ: création du site de petites annonces, presque gratuit + extension enchère
      À payer ndd et hébergement (50-100 euros à l’année)
      Équipe commerciale: phoning, 2-3 personnes.

  27. Marc

    Aaah les joies du numérus clausus! Merveilleux remède qui régule la tension artérielle d’un état cliniquement obèse en manque de bêta-bloquants!… En fait non. Ni le transit intestinal et les épisodes de législhorée d’ailleurs. Tant pis.
    Mais numérus-clausulons quand-même! Numérus-clausulons les rémunérations des médecins remplaçants (tout le monde sait que les médecins sont libéraux), numérus-clausulons tout (sauf le prozac).
    C’est pas grave si ça a crée une pénurie de dentistes (http://sante.lefigaro.fr/actualite/2012/03/15/17766-dentistes-aussi-desertent-certaines-regions). Je constate d’ailleurs personnellement que beaucoup de dentistes espagnols partent en France, parce qu’ils sont trop nombreux en Espagne au regard des débouchés, de la conjoncture économique en général. L’ironie, c’est que de l’autre côté des pyrénées, les voix qui réclament un numérus-clausus se font de plus en plus entendre. Même si beaucoup avouent que les premières années ignorent totalement l’état du marché, la solution à n’en pas douter c’est le numérus-clausilisimus! (http://www.gacetadental.com/2013/04/numerus-clausus-y-especialidades-son-temas-de-obligada-creacion/)

  28. MadeInCH

    Je vais de nouveau me faire l’avocat de Staline…

    Il y a 20 ans, l’informatique était à la mode. Dans le système « libre », les départements d’informatique étaient bourrés.

    Puis il y a eu trop d’informaticiens. L’informaticien se retrouve à être, non plus le « spécialiste respecté », mais le travailleur corvéable remplaceable.

    Si le numérus clausus en médecine disparaîtrait, l’engouement pour la médecine serait énorme, mais dans 15 ans, lorsque la nouvelle volée de médecins arrivera sur le marché, ils seront trop nombreux.

    Je ne suis pas sûr que étudier pendant 15 ans pour s’entendre dire: « Vous faites partie de la masse » soit vraiment valorisant.
    ça ne peut que faire énormément de frustration et de vexation, voir de carrière de gens capables foutues car mal orientée au départ.

    A mon avis, le problème avec une éducation complèrement libre mais demandant un temps de formation très long, comme en médecine, c’est que la boucle de contre réaction offre-demande-offre-demande réagit beaucoup trop lentement, en terme de décénies! Au moment ou la correction arrive (ici, demande de médecins -> formation de médecins) et est effective, alors la correction (pleins beaucoup de médecins formés) est trop importante et arrive trop tard. La correction est obsolète!

    L’adaptation de l’offre par rapport à le demande se fait trop lentement. Des effets de mode dû à la rareté (pas assez de médecins) donne un prestige qui aura totalement disparu lorsque les jeunes qui auront suivi en toute bonne fois les conseil de « Il faut des médecins! C’est prestigieux, il en faut, et c’est un travail sûr » arrivent, 15 ans et une fortune dépensée plus tard, sur un marché où on leur dit: « Désolé, mais il y a trop de médecins. Ou alors vous acceptez de travailler pour peanuts, car sinon on embauche quelqu’un d’autre! »

    Je suis un libéral par nature pour beaucoup de choses, mais pas pour tout. Je suis pour un certain protectionnisme territorial choisi(National, par exemple).

    Dans le cas de la formation des médecins, je suis embêté.
    Je pense qu’il faut une régulation, ce qui est contraire à mes idées de bases. Mais je ne vois pas comment réguler ça sans risquer le risque (c’est voulu. Merci gem) de tomber dans des trucs dogmatiques et de modes corpocratiques idéologiques.

      1. royaumont

        Pour augmenter le nombre de médecin, il faut recruter des médecins spécialistes(de préférence bon, voire très bon) comme enseignants, des locaux, du matériel médical fort cher. Après quoi, on est en capacité d’augmenter le nombre d’étudiants formés qui seront médecins quelques années plus tard.
        Donc, entre la décision d’accroitre les effectifs de médecins et leur arrivée sur le marché du travail, il se passe 10 ans. Pour investir sur 10 ans, il faut un acteur économique aux reins solides, il y en a peu. En fait, à part un Etat, il n’y en a pas (même les plus grandes entreprises invertissent au plus à 5-8 ans). On ne peut plus parler, par la force des choses, de marché lorsque qu’il n’y a plus qu’un seul acteur.

        1. Bullshit.
          Il y a des pays sans NC, il y a des professions sans NC en France, et le marché s’en sort aussi bien que ce que l’Etat laisse faire (dès qu’il met ses pattes, ça merde plus ou moins gravement). Laissez faire le marché. Le NC ne sert à rien. 70 ans d’économies planifiées en URSS, à Cuba, en Corée du Nord et en France ont prouvé que ça ne marche pas. Jamais. Même pas sur un malentendu.

        2. Marc

          A proprement parler, la spéculation sur une période de 10 ans n’est pas réalisée par l’école mais plutôt par l’étudiant: l’école ne reçoit pas un retour sur investissement lorsque le diplômé entre sur le marché du travail mais lorsqu’il paie ses frais de scolarité.

          1. MadeInCH

            Oui, c’est vrai.

            Mais quel étudiant (19~25 ans lors du choix) a la bonne vision , les bons conseils de ce que sera le marché du travail dans 15 ans?

            Ce n’est pas comme s’engager dans 2~7 ans d’études.

    1. Marc

      Vous élaborez votre raisonnement à partir de supposés passéistes, au mieux totalement statiques. Une formation universitaire n’a pas à être rigide (la reconversion ça existe et c’est même très enrichissant), le marché ne connaît pas de frontières (si on s’endette pour fournir des jeunes diplômés aux pays étrangers c’est bien fait pour nous) et un diplôme répond à une demande du marché qu’on le veuille ou non. C’est aux futurs étudiants de s’informer des débouchés.
      Et encore une fois si vous ne voyez pas comment réguler tout ça, rassurez-vous, vous n’êtes pas tout seul.

      1. Peste et coryza

        Pas d’accord.
        Le marché peut très bien se retourner, ou vous constatez trop tard que vous vous êtes fourvoyé…

        Quand je me suis lancé dans mes études (bioch), le marché était en plein boom, l’école était tout près (ma famille avait pas la thune, et moi non plus) et en plus j’étais bon là dedans.
        Si j’avais arrêté là, je serai fonctionnaire aujourd’hui. Peinard…

        Mais comme j’étais bon, j’ai continué en fac… et c’est à la fin du M2 qu’on se prend la réalité du marché du travail et de son manque de compétences sociales (le « théâtre » de sa000) en pleine poire.
        Après, ben on prend ce qu’on trouve. Et on constate ses limites, voire son incompétence dans certains aspects de son métier…

        1. Marc

          Alors on va voir ailleurs.
          Je ne vois pas en quoi votre exemple me contredit. Je suis désolé mais je ne comprends pas cette idée selon laquelle les études durent x années et après hop! ça y est, on a gagné le droit à être médecin, avocat etc. On continue souvent à se former tout au long de sa vie, et on s’adapte. Je sais de quoi je parle, ayant étudié le droit: secteur corporatiste par excellence où ce que tu as acquis en France ne vaut pas grand chose à l’étranger. Mais ça c’est si on considère le petit diplôme en papier avec le petit tampon du recteur de l’université. La valeur ne réside pas dans le papier. Il faut bouger, se diversifier, se réorienter…! (pas peinard quoi)
          Mais surtout rendez-vous compte que dans tous les cas la formation doit toujours être adapté à la demande, et en matière d’adaptation on a fait mieux que le système scolaire et universitaire français.

          1. Peste et coryza

            Voir ailleurs ? ça tombe bien, c’est ce que je suis en train de faire.
            Comme vous dites, le papier dit juste « droit à », pas que vous l’aurez.

            Pour le reste, c’est entre propagande de la fac, effet « tête dans le guidon », méconnaissances des filières et des structures de réorientation, manque de ronds, charges familiales et habitudes.

            Et effectivement question adaptation de la fac à la demande, y a comme un hic…

        2. gameover

          Dis P&C on dirait que pendant tes etudes tu etais enfermé dans une bulle avec aucun contact avec le monde.

          L’intelligence dont tu te reclames si souvent n’est pas dans la connaissance (incl. la competence et la comprehension) mais dans l’adaptation.

          La premiere preuve d’intelligence serait de se reorienter en cours de route quand on sent qu’on a fait une bourde. Meme les avions qui ont un plan de vol tres strict se deroutent pour echapper a l’orage.

          Comprendre que ton velo est crevé, bon diagnostic mais ca ne t’avance a rien, le reparer non plus si tu creves au meme endroit le lendemain.

          1. Peste et coryza

            @gameover

            Effectivement j’étais dans ma bulle : je ne faisais que étudier (on m’appelait « le moine », toujours dans le top 3), et j’avais un plan bien défini dont je ne vou1ais pas dévier. Je pensais qu’en bossant dur, ça allait marcher tout seul…
            Rêveur, timide, bon étudiant, et rigide… mauvaise combinaison. Ajoutez la propagande gaucho là dessus, et vous avez la description parfaite du mec qui se prend la réalité en pleine face.
            Résultat : une désocialisation violente et des addictions… dont il a bien fallu que je me sorte.

            Je suis instruit, pas intelligent. Si j’étais vraiment intelligent (en faisant ma rétrospective, je pense plutôt que je suis très con), je ne serai pas célibataire, je n’aurai pas fait d’études, et aurait gardé ce p*tain de job de technicien hospitalier dans lequel je me faisais ch*er, mais au moins je serai aujourd’hui fonctionnaire, au lieu de me lancer dans des études longues qui ne m’ont rien apporté d’autre d’autre que de la frustration, quelques rencontres intéressantes, et surtout la galère.

            Je paye et dois payer ces errements.
            Je n’ai pas fait une thèse pour le plaisir (enfin, si un peu, j’adore bosser dans un labo), mais pour me relancer : c’est le seul boulot stable que j’ai trouvé, et le seul moyen d’acquérir des compétences nouvelles tout en gagnant ma vie. AU prix des sacrifices qu’une thèse implique.

            Résultat des courses : je DOIS me réorienter, car je n’ai pas le niveau pour continuer en postdoc. Cela fait 2 ans que je tâte le marché du travail de la bioch (et pas que la recherche l’agro, le sav, la maintenance…) en France, et c’est la misère… J’ai entamé des démarches il y a plus d’un an, mais le problème est que je ne sais toujours pas où aller ni que faire sans me planter (car je ne peux plus me le permettre).

            – j’ai loupé les dates des ATER…

            – Mes compétences dans d’autres domaines ne sont pas assez fournies pour me permettre de faire la différence avec des gens diplômés de ces filières (je pense à l’informatique, la plomberie et à l’enquête privée). Reste à tâter ces marchés pour voir si faire une formation courte peut valoir le coup.

            -la gestion de projet, c’est même pas la peine, en tant que docteur, je ne la maitrise pas autant que les ingés, qui ont en plus une meilleure visibilité.

            – La voie qui m’est conseillée est l’enseignement. J’ai tenté plusieurs concours sans succès pour l’instant, et j’ai sous le coude une liste de lycées privés…

            – L’armée ? trop vieux pour rejoindre la troupe, et trop timide (et maintenant trop vieux) pour rejoindre les officiers (oui, j’ai aussi passé ces concours).

            – Faire un bilan de compétences ne m’a pas permis de dégager de pistes claires. Super, je sais faire plein de choses, mais ce n’est pas exploitable en l’état…

            – Sinon, il y la reconversion en programmeur par les campagnes de recrutement des SS2I (mais en ce moment, c’est pas la joie non plus dans ce secteur… faut que je teste)

            – J’aurai bien voulu faire comme mon père et aller dans la police ou la gendarmerie par défaut, mais si j’explose tout à l’écrit, je peine face à des gars de 20 ans au sport… je repasse les concours au printemps.

            – Si j’avais encore la foi, j’aurai fait moine ou ermite…

            – le fait de ne pas avoir de réseau est un handicap supplémentaire…

            – sinon, y a l’expat. Mais j’ai besoin de bien y réfléchir pour construire un projet qui tient la route.

            1. Black Mamba

              « Je suis instruit, pas intelligent. Si j’étais vraiment intelligent (en faisant ma rétrospective, je pense plutôt que je suis très con), je ne serai pas célibataire »
              Ce n’est pas une fatalité , il faut maintenant trouve une nana intelligente qui saura utilisé ton potentiel, il faut savoir se laisser mordre ….

            2. Nyamba

              Gameover : +1

              M. Peste, laissez-moi vous parler un peu de moi.
              En juin 2013, je suis tombée sur un blog, dont je n’ai pas encore décroché. Impression de se réveiller d’un long sommeil sans rêve, et d’ouvrir les yeux sur un cauchemar.
              En septembre, j’ai pris un billet d’avion pour une destination lointaine.
              En décembre, j’ai fait ma première demande de PVT. Ce qui m’attend, si ça marche, c’est une nouvelle vie ; sinon, c’est au moins une année loin de celle que je mène actuellement. Oh, il y a plein de « contres » en face des « pour » : famille, home sweet home, un CDI qui miroite à la fin de mon actuel contrat, un job qui me plaît assez, de surcroît… mais je suis quand même tentée de tenter l’aventure, parce que je ne crois pas, en dépit de tout cela, aux lendemains qui chantent pour ceux qui restent.
              Dans un an jour pour jour, si le ciel ne me tombe pas sur la tête, je vous écrirai de là-bas.
              Et vous, d’où voudriez-vous écrire ? Ne cherchez pas plus loin que la réponse à cette question 😉

            3. hussardbleu

              Nyamba, chère amie, je vous approuve – très sincèrement – et pour votre décision, et pour vos encouragements à notre ami PetC.

            4. gameover

              Bon, vous avez fini de vous « caresser » mutuellement la ?
              Je vais remplir un CERFA pour travail dissimulé. 😉

    2. Aristarque

      Pour parler des informaticiens, j’ai l’impression que dans d’autres pays, ils sont toujours demandés…
      Prendre la Grance comme base d’exemples donne rarement de bons résultats transposables.

      1. Nocte

        Ils sont demandés aussi en France, il y a juste un problème de reconnaissance des compétences et de la valeur de ces dernières.

      2. axel

        Dans les pays anglo-saxons, on vous dit : vous ne connaissez pas cette technologie mais vous êtes ingénieur informatique, vous apprendrez; en fraonce, c’est l’inverse: vous ne connaissez pas cette technologie, on ne peut pas vous prendre, il faudrait vous former, vous ne serez pas rentable !

        1. Nocte

          Ca dépend des boîtes, celle qui m’a mis le pied à l’étrier, c’était une spécialité afin de jauger les capacités d’adaptation.
          Je n’ai jamais autant appris qu’avec cette société et les grands malades avec qui j’ai bossé !

    1. vengeusemasquée

      Il y en aura toujours suffisamment pour aller voir comment on gagne des sous ailleurs. Le marché se régulera tout seul. Il a juste parfois besoin d’un petit temps d’adaptation mais certainement pas d’une intervention quelconque.

    2. hussardbleu

      Juste avant la Révolution Française, c’était déjà le cas, de cette pléthore de rhéteurs qui couraient la cause : Camille Desmoulins en est l’exemple-type, déclassé, aigri et jaloux, disponible pour toutes les révoltes (il s’était calmé, fortune faite par mariage, mais trop tard, la Révolution dévore généralement ses enfants qui tentent de se mettre en travers du Juggernaut)….

      Mais Danton, Robespierre (boursier du Roy!), Fouquier-Tinville en étaient également, et combien d’autres ?

      Une société qui compte trop d’avocats pauvres est une société en danger… Plaidez donc, mes amis, le plus que pouvez, et keep’em smiling….

      PS : la seule bonne chose que je vois chez ces robins révolutionnaires, c’était leur culture. Ils étaient nourris d’histoire grecque et romaine, culture qui manque cruellement de nos tristes jours…

      1. Mario

        Comme certains estiment que nous serions dans la situation de 1988, vous abondez finalement dans leur sentiment, n’ est-il pas ?

    3. royaumont

      Un numerus clausus permet de ne pas avoir trop d’étudiants par rapport aux structures de formation. Ce n’est pas en soi une mauvaise chose.
      Reste à adapter ces structures de formation au besoins, ce qui est le plus difficile : il faut anticiper les évolutions de la société, dégager les moyens financiers et humains … et résister aux pressions corporatistes.

      1. Laissez faire le marché. Le NC ne sert à rien. 70 ans d’économies planifiées en URSS, à Cuba, en Corée du Nord et en France ont prouvé que ça ne marche pas. Jamais. Même pas sur un malentendu.

      2. LOG

        « pas avoir trop d’étudiants par rapport aux structures de formation »
        Mais attention, les étudiants devraient assumer le coût de leurs études dans ce cas (au moins dans une certain mesure). Et donc pas de problème de structures, ce serait par définition tout à fait adapté.
        Pourquoi est-ce-que 9 ans de médecine seraient gratuits alors que hec + thèse d’éco à harvard = 200k?

  29. sa0000

    Bah s’il y en a trop, ils se reorienterons, et puis c’est tout. Les moins bons iront exercer leur talent dans un autre domaine (qui s’en plaindra? ), les meilleurs se lanceront peut être dans la recherche, et trouveront un remède contre le cancer de la mâchoire.

    1. MadeInCH

      C’est un peu difficile de se réorienter maçon ou mécaniciens ou informepetichien, pardon informaticien, après 15 ans d’études!

      L’âge n’y est plus vraiment non plus.

      Et peut-être une famille à charge s’est formée en cours de route ou est prévue pour bientôt.

      1. sa0000

        Certes, mais là nous parlons des moins bons…
        A la limite, même s’ils ont fait 15 ans d’études, il vaut peut être mieux qu’ils se réorientent en informaticiens, managers, ou machins trucs, que de sévir en tant que mauvais médecins.
        On suppose bien sûr que le marché se régule de lui-même, qu’on autorise les sites de notes et de commentaires sur les medecins (note2bib je crois ? Le truc qui a été interdit et qui existait également pour les profs), enfin bref, que ce sont vraiment les mauvais qui partent, et pas ceux qui n’ont pas le bon piston.
        Les entreprises françaises valorisent beaucoup le niveau de diplôme, quitte à piocher dans un domaine très éloigné de leur propre activité (déjà vu des bac+5 en sociologie du Japon faire carrière dans la banque)

        1. MadeInCH

          Moui, vu comme ça, effectivement.

          Ce qui m’embête le plus, c’est que je connais bien des gens compétents dans leur domaine, mais qui sont difficilement capable de faire le théatre nécessaire pour se faire embaucher.

          C’est ceux-là qui finissent par se réorienter, par exemple, en formateur d’adultes dans un autre domaine, ce qui est un gâchi.

          Toujours cette nécessité de faire du théatre, dans notre monde. C’est aps vraiment la compétence qui est récompensée, même dans les « méritocrassie », mais la capacité de se montrer compétent.

          1. MadeInCH

            Mais j’admets que c’est un autre sujet. Et c’est H.S. par rapport à l’orientation de cette branche de la discussino.

          2. sa0000

            Oui, c’est vrai, et ce travers est vraiment déplorable. D’ailleurs ce n’est pas seulement au niveau de l’embauche, mais pendant toute la carrière que le diplôme et l’esbroufe sont survalorises au détriment du mérite et des compétences réelles.
            Mais je pense que ce phénomène est moins présent dans les professions à contact direct avec la clientèle, c’est plus un truc de grosses structures inefficaces, grandes entreprises ou administration.

            1. Peste et coryza

              Qui plus est, c’est un cercle vicieux :

              Moins vous étés doué dans le théâtre, plus vous restez longtemps au chômage, et plus vous perdez en compétences… donc plus vous perdez de chances de choper des entretiens pour faire du théâtre…

              @sa000
              Pas d’accord.
              Un commercial qui ne sait pas faire d’esbroufe n’a aucune chance de se faire embaucher.

              Le sociologue bac+5 est recruté en banque non pas pour son diplôme, mais pour les compétences qui peuvent être transférées (rédaction et recherche d’information, notamment). La sociologie a aussi des applications dans la finance et le marketing (je dis cela car je connais une thésarde socio qui justement part dans la banque)

    2. Peste et coryza

      Je tiens également à rappeler que les voies royales de réorientation en france étaient… les concours de la fonction publique et de l’armée.
      Or ces filières sont aujourd’hui plus que bondées.

      1. Higgins

        Pour l’armée, j’émets des doutes importants. Pour des raisons diverses, dont l’une est la destruction insidieuse mais réelle de l’outil de défende, l’attractivité de la vie militaire en a pris un sérieux coup.

  30. Claribelle

    Des ex-futurs-bons-médecins se font bouler en fin de 1ère année avec une bonne moyenne (jusqu’à 14 dans certaines fac) pour cause de numerus clausus imbécile.
    Résultat-1: ils se recyclent en fac de sciences où ils passent master et doctorat les doigts dans le nez… mais pour faire quoi ?
    Résultat-2: le nb de médecins diplômés est trop juste face aux papy-boomers qui arrivent, voire franchement insuffisant quand on compte le nb de généralistes, surtout en milieu rural -et aussi quand on oblige à passer par un généraliste avant de consulter un spécialiste.
    Résultat-3: la féminisation de la profession n’arrange rien, les femmes préférant « lever le pied » pour s’occuper de leurs enfants (35h ou temps partiel) plutôt que travailler 50 ou 60h par semaine.
    Résultat-4: il faut parfois attendre plusieurs semaines avant d’avoir un RDV avec tel ou tel spécialiste (chez moi, c’est un mois pour l’ophtalmo ou le dentiste… sauf urgence).

    Parallèlement, on peut s’inscrire sans pb dans les filières de psycho ou de socio et passer des diplômes (suffit d’avoir au moins 10 de moyenne). Par contre, qu’il n’y ait aucun débouché ou presque, cela ne choque pas plus que ça nos « zélites »…

    La lutte contre le chômage doit aussi passer par la suppression du numerus clausus dans les professions de la santé (médecine, dentiste, kiné, etc.).

    1. Peste et coryza

      C’est pour ça que j’ai dit « c’était » !
      Pour faire… médecine ! (oui, j’en ai vu).

      Le doctorat de sciences permet de faire péter le concours de 1ere année et de passer direct en troisième année de médecine.
      Ou d’aller faire un doctorat véto si vous avez fait assez de biologie animale.

    1. MadeInCH

      Pour lutter contre la discrimination, discriminons tout ce qui a été considéré comme « normal » durant au moins les 1000 dernières années.

        1. MadeInCH

          ça existait, et c’était parfois toléré.
          Exemple: la Grèce Antique.
          Alexandre le Conquérant (Je refuse d’utiliser le terme « Grand » pour un conquérant purtement militaire) était de la jaquette.

          Mais c’est vrai que:
          1) C’était marginal et toléré. Pas d’effet de masse.
          2) Même à l’époque de l’Alexandre en question, le Marriage était une union entre un humain mâle et un humain femelle. Je n’ai pas entendu parler de « marriage » entre humains du même genre même dans la Grèce Antique.

    2. hussardbleu

      « La délégation américaine aux Jeux olympiques représente la diversité des Etats-Unis, a déclaré un porte-parole de la présidence américaine, Josh Earnest »

      On voit par là « The importance of being Earnest »…

      1. Duff

        J’avais pas relevé, notez que ce monsieur est conforme aux orientations de l’auteur de la pièce, dans ce monde fou, c’est déjà pas mal.

    3. Morovaille

      Je ne comprends pas cette manie de définir les gens selon leur activité sexuelle oO

      Je suis autre chose qu’une bite, personnellement ; et la façon dont je l’utilise ne représente en rien l’essence même de ce que je suis !

        1. Morovaille

          Exactement. J’en ai strictement rien à foutre de la façon dont les gens vivent leur vie sexuelle. En revanche, ce qui me saoule, c’est que certaines associations (la LGBT entre autre, pour ne nommer personne) fassent un lobbying stupide et agaçant pour expliquer que être homo c’est bien, et blablabla…

            1. Black Mamba

              Mais , non! Cette jeune fille n’est plus innocente , voyons ! :mrgreen:
              Je ne dirais pas la même chose de Peste et Coryza

  31. Bernard Hardt

    juste une chose avec laquelle je ne suis pas d’accord: L’ordre des médecins n’a aucune responsabilité par rapport au nombre de médecins formés en France. Après de nombreuses et permanentes attaques politiques et médiatiques du corps médical la perspective de faire des études de médecine ne fait plus frémir beaucoup de monde, sachant que ce qui nous attend est un hôpital public étouffé par des procédures administratives à ne plus en finir et un salariat sous-rémunéré peu attractif même pour un médecin dévoué qui fait de la médecine avec la part d’idéalisme dont on est encore capables.
    Et ne vous en faites pas, dans le dit « libéral », ce n’est pas mieux, l’encadrement par la sécurité sociale devenu notre juge et bourreau depuis la signature de l’avenant No. 8, et des tarifs non-évolutifs depuis près de 30 ans sont suffisamment répulsifs pour faire que plus que 8% des médecins issus de la formation s’installent. Voila comment faire progresser les déserts médicaux à la recette Touraine. D’ailleurs, si un hôpital en proximité cherche un mercenaire, je serais peut-être preneur

    1. Cerf D

      « faire des études de médecine ne fait plus frémir beaucoup de monde ».

      Peut-être mais tout de même plus qu’il n’y a de places au concours de fin de première année.

      1. Higgins

        «…faire des études de médecine ne fait plus frémir beaucoup de monde…»: pourquoi alors les concours de kiné., sage-femmes et autres professions médicales sont-ils archi-bourrés. Exemple: 5000 candidats pour un concours de kiné où 100 places étaient proposés (c’est du vécu, c’est dans ma famille). La soupe doit encore être bonne.

    2. andrelux

      Hébin je vois pas comme ça :
      Il y a aujourd’hui 215 000 médecins généralistes.
      http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2013/06/04/97002-20130604FILWWW00321-215865-medecins-en-activite-en-france.php
      leur revenu net moyen est de 75 000€
      http://sante.lefigaro.fr/actualite/2011/09/17/16305-combien-gagnent-vraiment-medecins
      ce qui fait un total pour la sécu de 16 myards d’euros, hors charges.
      Le généraliste français n’est, sous l’appellation de libéral, ni plus ni moins qu’un salarié de la sécu, même si le fait d’être parfois payé directement le lui le fait oublier.
      Heureusement, Marisol y porte remède, tiers payant pour tout le monde, l’an prochain le médecin libéral devra passer par le disributeur de billets pour pouvoir acheter sa baguette.
      Pour moi, le numerus clausus n’a pas été élargi non pas par négligence, mais par volonté politique.
      Il était parfaitement prévisible le départ à la retraite des vieux médecins que nous voyons en ce moment.
      Ils ne sont pas remplacés.
      l’attractivité financière a disparu pour les généralistes. (23€ pour 20mn de consultation d’un médecin (sérieux), 78€ de l’heure pour la vidange de ma toyota aygo,cherchez l’erreur)
      La responsabilité, les dossiers a remplir (ALD, accident du travail, etc)
      La sécu : comment? vous prescrivez plus d’analyses onéreuses que la moyenne du département!!!
      Quand on veut protéger ou conserver une corporation, on ne fait pas ça.
      Quand on veut s’en débarrasser, on le fait.
      Je pense, mais je peux me tromper, qu’on veut se débarrasser des généralistes, mais sans le dire : le peuple y est attaché.
      On mouline, on fait venir des étrangers qui ne parlent même pas la langue : bonjour le diagnostic !
      On commence, et ce n’est pas fini, à voir des accidents graves.
      Solution :
      quand ces accidents commenceront à défrayer la chronique :
      Pas de ça Lisette, nous allons prendre des mesures :
      Retour aux dispensaires dans les villes de 5000 hab
      Quelques camions du Samu en plus
      Et une bonne part des 16 myards économisés, voire tous.
      La médecine de demain ?
      Pharmacien, dispensaire, et pin-pon pour tenter de réparer les dégâts.
      Le modèle que le monde entier nous envie.

  32. HerveLE

    pfff… de toute façon ca ne peut que leur repéter à la figure: les médecins interimaires refuseront les postes, y’aura des morts et on reviendra peut etre au bon sens de la loi de l’offre et de la demande

      1. Higgins

        Croisons les doigts pour le tribunal des affaires de la Sécu. les renvoie dans leur but avec article 700 (paiement des frais) à la clé pour procédure abusive.

    1. Aloux

      « Le 30 juin 2012, une cliente rapporte donc un plateau. Deux agents de l’Urssaf interviennent, l’un plaquant même le mari de la gérante contre une vitre. »

      Et la prochaine fois, ils auront des sig sauer et mettront un coup de taser au client pour lui apprendre la vie ? Pourquoi j’ai de plus en plus l’impression de vivre en Allemagne nationale-socialiste ?

  33. Matthieu

    Pour apporter de l’eau au moulin, un court reportage sur LCP:
    Comment le Numerus Clausus provoque une pénurie artificielle de médecins en France pour satisfaire les syndicats et des professionnels qui ne se gavent jamais assez. En quoi le fait d’avoir beaucoup plus de médecins généralistes, radiologistes, chirurgiens serait un risque pour la société? En rien. Pourtant tout est fait pour maintenir la tension des effectifs dans un système médical que VOUS PAYEZ. Qui paye décide en principe, non?
    http://www.lcp.fr/emissions/etat-de-sante/vod/154131-etudes-de-medecine-peut-mieux-faire

  34. mps

    Encore une merveille du management à la française !

    Non seulement les universités belges débordent d’étudiants français en médecine (mais aussi en sciences vétérinaires, et tout ce qui touche à la santé) au point qu’il a tout de même fallu organiser une priorité pour les belges ;
    Mais encore notre propres médecins sont sans cesse débauchés en France. Une amie, chef de service anesthésiste-urgentiste dans un des meilleurs hôpitaux bruxellois, a accepté un poste similaire en France … en quadruplant son salaire net !!!
    On continue ? Que dire de la gratuité des médicaments, de ces gens qui se ruent aux urgences pour un cor au pieds ou une gorge qui gratte ? En Belgique, les grands hôpitaux ont une « garde généraliste » où on vire les fausses urgences, pour faire place aux vraies (économie considérable).
    Qu penser aussi de ces français qui assiègent les ophtalmos pour se faire prescrire des lunettes, et des opticiens qui se prétendent non qualifiés pour le faire ?
    Sans parler de la durée excessives des hospitalisations, de la rareté d’un interventions en ambulatoire, etc.
    Ou encore de la fraude de ces kinés qui n’ont pas besoin de prescription pour apporter leurs soins remboursés à des patients et font évidemment durer le plaisir.

    Puis, on vient nous dire qu’il faut payer, et qu’il n’y a pas d’économes à faire qui ne nuiraient gravement à l’usager ? Foutaise !

    1. Nocte

      @MPS : euh… je pense que la plupart des français aimeraient ne pas avoir à se faire chier à attendre 6 mois à un an pour un RDV pour une foutue paire de lunettes… (moi le premier)

  35. gem

    Bon, on a bien rigolé, maintenant soyons un peu sérieux.
    Le gaspillage public, notamment à l’Hôpital, est notoire, et les libéraux passent leur temps à dénoncer le mépris du contribuable que représente les excessifs couts d’achat du matériel et de la main d’œuvre publique.
    Or là, pour une fois, il semble que les « responsables » s’en préoccupe.
    Et on leur tombe dessus à bras raccourci ???
    On ne devrait pas. On devrait saluer, au moins dans son principe, la démarche consistant à identifier des surcouts et y mettre fin. Même si il y a d’autres gaspillages plus importants. Même si ce gaspillage est le sous-produit de la façon dont les responsables ont eux-même organiser le bordel. Et même si la solution qu’ils proposent méritent tous les facepalms de la terre.
    D’une part, il n’y a rien de choquant à ce qu’un employeur (même public ; voire surtout public !) décide de fixer des limites aux rémunérations qu’il offre ; il verra ensuite quel personnel il parvient encore à recruter …
    D’autre part, si il advient que cette solution conduit en fait à une dégradation de l’hôpital public (pénurie de médecins, par exemple), ainsi soit-il : les médecins et l’activité médicale se déplaceront vers le secteur privé, ce dont on ne peut que se réjouir. A la limite, vivement que les « responsables » décident qu’à l’hôpital public tout le monde est payé au SMIC, ou autre connerie du même tonneau. Quoi qu’il arrive nous somme gagnant : ou bien on fait des économies, ou bien le secteur public régresse.
    Bref : H16, tu ne devrait pas critiquer, tu devrais réjouir et crier youpi, en te marrant comme un bossu (pardon : comme un tordu de rire).

    1. Peste et coryza

      Un écolo qui ne respecte pas les limitations de vitesse qu’il a lui même voté à l’assemblée ?
      Quelqu’un sait ce que l’élu a comme véhicules ?

      Un portait :
      http://www.liberation.fr/politiques/2013/11/27/jean-vincent-place-vert-a-soi_962444
      Bref, un vrai politicien français…

      Rappel des faits d’armes de l’escrolo :
      http://www.usinenouvelle.com/article/l-interdiction-du-diesel-est-une-belle-opportunite-pour-l-industrie-automobile-selon-jean-vincent-place.N182526

      1. Aristarque

        Non. Ce sont des amendes de stationnement autour de l’ A.N. ou du Senat, quartiers à 3, 40€ l’ heure de stationnement. Mossieur se gare n’ importe où et n’ apprécie visiblement pas ce que ses potes chez NDDP imposent aux autres. On peut s’ étonner qu’ un élu écologiste se déplace dans cette horreur de véhicule individuel au royaume du collectivisme (re)naissant mais bon, je suis vraiment un mauvais esprit de m’ étonner qu’ on ne mette pas en pratique ce que l’ on prône pour les autres….

    2. Higgins

      « Placé qui «n’est pas un homme de chiffres et pas très bon avec les papiers»… ». J’ajouterai qu’il n’est pas très respectueux des règles de vivre-ensemble qu’il cautionne avec ses camarades pour notre bien commun. Si je ne m’abuse, cet individu est un élu de la République. Il faut d’urgence lui retirer son mandat car qui sait de quel autre bourde il peut être capable. Inquiétant, non?

    3. doh

      Admettons que la majoration soit de 50%, il en a donc eu pour 9000€ d’amendes. A 90€ en moyenne, ça fait tout de même 100 infractions au code de la route et au moins 300 points.
      Comment se déplace-t-il actuellement? En trottinette?
      Cet homme est définitivement un danger pour la république, tant dans ses idées que son comportement et son respect des lois.

    4. Duff

      Je repensais à une des conversations d’hier sur Laurent Louis qui balance ses amis au parlement belge. Entre 18 k€ de PV et de la pédophilie il y a de la marge mais qui vole un œuf…

      Je ne sais plus qui disait ça, mais le coréen de service en a pris pour son grade, il faut dire que ses additions foireuses pour payer en plusieurs fois sans frais sont savoureuses : Ce n’est pas un homme de chiffre. C’est ennuyeux pour qui aspire à gérer de gros budgets..

      Bref rien de nouveau sous le soleil : Un arriviste donneur de leçons morales épinglé de plus.

Les commentaires sont fermés.