Le Tax Retriever s’abreuve à la source

Ca y est, pas de doute, j’ai choppé un bon gros rhume des familles. Et c’est le nez baigné de miasmes que j’ai pris connaissance, hier midi et dans le flou cotonneux de mon abrutissement au chlorhydrate de pseudoéphédrine, des derniers exercices de nos Tax Retrievers nationaux, Titi et Looloos.

Au début, à moitié fracassé par le médoc et la douce torpeur du début de digestion, j’ai surtout failli m’assoupir dans ma revue de presse en lisant les abrutissantes niaiseries distillées avec art par la presse googlisée, comme, par exemple, Ségolène qui présente son  »kit pour réussir un débat participatif ».

Je n’invente rien. Maintenant, si vous voulez un débat participatif, il vous faut un kit. J’attends le kit pour réussir son repas de famille, vendu avec le kit Bougies Colorées Pour Noël ou, plus creux, le kit pour des discussions citoyennes, qui est promis à un grand avenir. Bientôt, peut-être, le Kit « Parti Socialiste : Do It Yourself » ou un équivalent, genre « Le collectivisme pour les nuls » ?

Si, à ce point, vous aussi, vous vous sentez gagné par la douce chaleur des fêtes de fin d’année, des petits bonhommes rouges et blanc et d’un bon feu dans la cheminée, c’est normal : on nage en pleine gluantomanie socialisante. Avec la distribution de vin chaud aux sans-abris et les ventes de cookies au porte à porte, Ségo aura bien balayé le spectre des réjouissances de campagne.

Mais alors que mon huitième mouchoir en papier explosait dans mes mains suite à un retentissant éternuement qui constella mon écran plat (eh oui, je suis un sale capitaliste possédant, moi, môssieu) de petits postillons disgracieux, je tombai sur cette effarante nouvelle : le gouvernement, que dis-je, la Rrrépublique avait lâché les chiens ! Titi Breton et Looloos n’en peuvent plus de japper de joie à la nouvelle qu’ils nous ont apprise ce jour : bientôt, en 2009 pour être précis, l’Etat nous ponctionnera nos impôts à la source !

En voilà une nouvelle qu’elle est bonne et qui méritait amplement que je nettoie l’écran de mes miasmes poisseux : non seulement, la Tonte continue, mais en plus, elle s’accélère !

L’idée, au départ, est simple : on remplace le monstrueux bazar de l’impôt sur le revenu déclaré par un impôt prélevé à la source. Ce qui veut donc dire que votre employeur va devoir se rencarder sur tous les petits aspects de votre vie personnelle pour établir combien seront automatiquement prélevés de votre salaire. Simple, non ?

Ainsi, nous aurons une pensée émue pour tous les comptables, commissaires aux comptes, secrétaires comptables et petits turbineurs de la feuille de calcul et de la calculette électronique qui vont devoir, gentiment, se cogner le calcul fait jusqu’à présent par des ronds-de-cuir payés, précisément, par nos impôts. Et il va de soi que ce prélèvement à la source et ce surcroît de travail pour les entreprises ne sera accompagné d’aucune suppression de poste dans l’administration fiscale.

Comme, en plus, il faudra bien vérifier tous les petits chiffres rentrés fiévreusement dans les cerfas piégés de l’administration, et qu’il y aura des ratés, des trop-perçus et des soldes à percevoir, je pense même que les agents des impôts – les pôôôvres – vont se retrouver absorbés dans de nouvelles tâches très compliquées qu’ils s’empresseront de dénoncer. La grève est probablement déjà planifiée au printemps 2009. A vos agendas.

En bref, notre Ministère de Gestion des Trous aura donc remplacé une usine à gaz chauds par une usine à fromages mous. L’odeur est différente, les canalisations ne sont pas les mêmes, mais au final, ça reste de la bonne grosse usine qui pue.

Pour faire passer la pilule, la petite truffe humide de Titi Breton s’est agitée, et il a indiqué que ce passage d’un mode de calcul à l’autre permettrait aux moutons Français de ne pas payer d’impôts en 2008.

La pseudoéphédrine, apparemment, ça cogne. Quand j’ai lu ça, je me suis précipité sur la boîte pour lire fiévreusement les effets secondaires et m’assurer qu’il n’était pas recensé de troubles graves de la lecture ou une perte massive de neurones. Puis, reprenant mes sens et un mouchoir, j’ai flairé l’entourloupe. Une demi-seconde d’analyse plus tard, tous mes sphincters se sont fermés dans ce qu’on appelle « Le réflexe du Contribuable Français Qui Ne Veut Pas Se Faire Désanusser Une Fois De Plus ».

Et zut, trop tard !

Eh oui. Reprenons : en 2007, vous paierez les impôts sur vos maigres revenus de 2006. Et en 2008, les petits amis, vous paierez bien les impôts sur 2007. Et en 2009, vous paierez les impôts sur 2009. En plus court : en 2007, vous payerez. En 2008, vous payerez. En 2009, vous payerez.

Ca, franchement, c’est du cadeau !

La seule échappatoire consisterait pour le coup à obtenir un revenu de folie dès janvier 2008 et redescendre sur terre bien vite au 1er Janvier 2009. Outre que ce genre de cascade ne sera réservé qu’à une frange assez ténue de la population, force est de constater qu’en moyenne, cela ne va rien changer du tout pour le mouton citoyen lambda. Le Tax Retriever est fourbe et très bien membré ce qui occasionne de douloureuses mésaventures. On vous aura prévenu.

En plus, imaginez le goût de la fin du mois de janvier 2009, quand votre feuille de paye tombera, amputée d’un bon douzième : voilà qui va motiver un grand coup pour le mois de février. C’est le deuxième effet Tax Retriever : la première lame coupe la laine, la seconde arrache la peau. Et je vous parlerai de la troisième une autre fois.

Autre remarque : pour que l’Etat se remette à ce point en question et que nos gouvernants – dont le totem est, je vous le rappelle, la moule (mou dedans, dur dehors, et riveté à ses acquis) – prennent le risque de grèves dans l’appareil destiné à sucer la moelle dont ils se nourrissent, c’est que la situation financière, à mon sens, est de plus en plus délicate.

On se souvient en effet qu’au cours du mois de novembre, le même Titi avait réclamé à l’avance l’impôts des sociétés déclarant plus de 500 Millions d’€ de CA (là où, l’année dernière, il s’était contenté de ne ramener, dans ses crocs bavous, que les sociétés les plus juteuses à 1 Milliard et plus de CA), ce qui permettait de gagner 3 à 6 mois selon le cas. Slurp.

Or, le passage à la source, pour l’Etat, permet d’avancer l’arrivée d’argent frais de 15 mois à peu près.

Et 15 mois, quand on n’a plus un rond, c’est bon à prendre, non ?

L’expansion
Euroinvestor
La Tribune

J'accepte les Bitcoins !

174Y9h9AFKTtDzRUhL8pU3WP1wdNDZNPqA

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires15

  1. chris

    Bravo H16 ! J’adore l’effet gilette : la première lame coupe le poil, la seconde racle la peau…

    Ah ahahahahha.

    Mais encore plus fort : il suffit de lire la "presse". Les gens gobent l’histoire de "2008 sera une année blanche"…. Ah ahaahha Blanche comme de la bonne héro, non coupée. Hallu garanties, et sentiment d’extrême bien-être.

    Si l’on compare avec UK par exemple, ils n’ont pas l’ahurissante usine à gaz des exemptions de la fiscalité française.

    La retenue à la source, c’est bien. Si cela va de pair avec une fiscalité "sensée". Et bien sûr le licenciement des dizaines de milliers de fonctionnaires dont le job consiste justement à calculer l’impôt… Cela n’arrivera pas bien sûr.

    Enfin, assez d’accord avec votre analyse : le gouvernment n’a plus qu’une seule entourloupe, pardon "levier", à sa disposition : la trésorerie.
    Cela prouve qu’on arrive au bout du bout du rouleau.

  2. daget

    Euh….
    C’est pour quand la fin de l’Etat fraônçais?
    En tout cas pas fou Johnny, il a fleuré la merde qui arrive.

    Bon, c’est décidé l’année prochaine je change de pays.

  3. laurett

    Tout bénef pour le gouvernement :

    Non seulement y’a pas d’année sans impôts… on paiera en 2007, on paiera en 2008 et on paiera en 2009….

    Mais en plus, mathématiquement on gagnera (un petit peu) plus en 2009 qu’en 2008 (ben oui, malgré les 35 heures, on arrive quand même à racler 10 € d’augmentation par ci par là)… donc en "sautant une année", ils vont ramasser plus… Faut pas oublier qu’ils sont ruinés et que tous les moyens sont bons pour rackéter un plus de soussous.

    Les jeunes fraichement sortis de l’école vont être rackétés dès leur première heure de travail… Joie et bonheur ! Et ça, ça fera aussi pas mal de soussous en plus dans la popoche de Titi. J’en connais qui vont fuir encore plus vite qu’ils ne le faisaient déjà.

    Et puis le pompon, ça va être les dons aux associations ou aux partis politiques qui donnent droit à un crédit d’impôts… seule manière pour l’instant d’échapper ne serait-ce qu’un petit peu aux ponctions et d’être au peu près certain que l’argent va où on veut…
    Ce sera à l’employeur de fouiner pour voir à qui j’ai donné… et s’il fouine, l’employeur, c’est la porte assurée pour moi qui ose ne pas donner au PS, et qui (oh !) soutient un parti ultra-méga-supra-libéral !

    Je vais faire ma lettre au père noël, moi…

  4. Emma

    Oui, h16, vous avez parfaitement raison dans les effets que vous décrivez. Il s’agit aussi "de plumer l’oie sans la faire criailler" comme avait coutume de le dire Colbert à son roi. Ainsi les contribuables se rendront moins compte de la douleur, douleur bien concrète quand il faut faire un chèque alors que là ni vu ni connu, on plume en douceur et en plus on utilise l’entreprise comme percepteur. Chapeau ! Ce qui, comme le dit plus haut un intervenant avisé, ne supprimera aucun emploi dans la riche administration fiscale.
    Pour ce qui me concerne, je pense que payer l’impôt devrait continuer à être douloureux pour que la conscience d’un Etat pesant soit claire dans les esprits.

  5. comprends pas

    "Or, le passage à la source, pour l’Etat, permet d’avancer l’arrivée d’argent frais de 15 mois à peu près." ????
    Dans les faits seulement 3 mois, puisque ceux de 2008 n’arriveront jamais, non?

  6. 2007

    Depuis que je suis électeur,
    C’n’est pas rigolo. Entre nous,
    Je suis d’une hésitation maladive,
    Et je m’fais un mauvais sang fou,
    J’ai beau vouloir me remonter
    Je doute de tous les côtés.

    J’ai la Ségo
    Qui s’dilate
    J’ai le Pécé
    Qu’est pas droit
    J’ai le Bové
    Qui se coupe
    J’ai l’Autain
    Qui s’colore
    J’ai l’Hulot
    Anémié
    L’libéral
    Bien trop bas
    Et les Extremes
    Bien trop hauts
    J’ai les partis
    Qui s’démanchent
    Le Bayrou
    Qui s’en fout
    Le Sarko
    Qui s’démène
    J’ai le centre
    Qui s’désaxe
    Les fortunes
    Qui s’débinent
    Les verts
    Qui se frôlent
    La croissance
    Bien trop fine
    Les Impôts
    Bien trop gros
    J’ai l’Insee
    Qui déconne
    Et l’Bercy
    C’est tout comme
    J’ai l’Péesse
    Tout en vrille
    Et l’esprit
    qui r’garde ailleurs

    Ah ! bon Dieu ! qu’c’est embêtant
    D’être toujours Hésitant,
    Ah ! bon Dieu ! qu’c’est embêtant
    Je n’suis pas bien pensant.

    Pour tâcher d’guérir au plus vite,
    Un matin tout dernièrement
    Je suis allé rendre visite
    A mon député c’est épatant.
    D’où souffrez-vous ? qu’il m’a demandé.
    C’est bien simpl’ que j’y ai répliqué.

    J’ai la redevance
    Qui s’dilate
    J’ai les comptes
    Qui sont faussés
    Et puis j’ai
    Ajouté
    Voyez-vous
    C’n’est pas tout
    J’ai les revenus
    Qui sont mous
    J’ai l’percepteur
    Qu’est trop dur
    J’ai les syndicats
    Qui s’raidissent
    Les parts’d’marché
    Qui flageolent
    J’ai la tva
    Qui s’tortille
    La croissance
    Qui ondule
    Les marges
    Raplapla
    L’urssaf
    Trop épaisse
    L’assedic
    C’est pareil
    J’ai les dettes
    En largeur
    L’portefeuille
    Tout à plat
    Le Thibaut
    Qui chahute
    J’ai l’bilan
    Qui s’dessoude
    J’ai les comptes
    Sous zéro
    Et l’zéro
    Qu’est pas rien

    {Refrain}

  7. @comprends pas: en terme d’impôts pour l’état, il a décalé les impôts d’un an en avant, et la perte de l’impôt N est compensée par l’arrivée 15 mois avant des impôts de l’année N+1. Si l’horizon de l’état était de M années, on ne verrait la différence qu’en M. Comme M est infini par définition, on ne verra jamais la différence. Tenant compte de ça, soit on se place dans l’ancien système et cela fait 15 mois de gagnés (les impôts de 2010 sont touchés en 2009), soit on se place en terme de rentrée d’argent (et dans ce cas, l’impôt collecté est avancé de 3 mois, vous avez raison). Seule différence de taille : il y a une augmentation de revenu d’environ 2.5% par an, ce qui veut dire que l’état, en avançant de la sorte le prélèvement, gagne 2.5% de plus.

    @2007 : merci pour la petite chanson ! :)

  8. comprends pas

    "Si l’horizon de l’état était de M années, on ne verrait la différence qu’en M."
    La différence, on ne l’a pas déjà vu à l’année 0?

  9. Pour ceux qui prendront leur retraite en 2008, mourront en 2008, entreront dans la vie active en 2008, peut-être. Mais tous les autres, non. En année 0, on paye au mois le mois les impôts de l’année 0.

  10. Ray ban

    Ray ban et ses temoins

    Allô, allô Insee !
    Quelles nouvelles ?
    Absente depuis quinze jours,
    Au bout du fil
    Je vous appelle ;
    Que trouverai-je à mon retour ?

    Tout va très bien, Madame la Marquise,
    Tout va très bien, tout va très bien.
    Pourtant, il faut, il faut que l’on vous dise,
    On déplore un tout petit rien :
    Un incident, une bêtise,
    Le coulage de vot’ économie,
    Mais, à part ça, Madame la Marquise
    Tout va très bien, tout va très bien.

    Allô, allô Insee-eu !
    Quelles nouvelles ?
    Mon économie-eu faillie aujourd’hui !
    Expliquez-moi
    Valet Insee fidèle,
    Comment cela s’est-il produit ,

    Cela n’est rien, Madame la Marquise,
    Cela n’est rien, tout va très bien.
    Pourtant il faut, il faut que l’on vous dise,
    On déplore un tout petit rien :
    Elle a failli
    Dans l’incendie
    Qui détruisit vos combines et combinats.
    Mais, à part ça, Madame la Marquise
    Tout va très bien, tout va très bien.

    Allô, allô Insee-eu-eu !
    Quelles nouvelles ?
    Mes combines ont donc fait long feu ?
    Expliquez-moi
    Insee modèle,
    Comment cela s’est-il passé ?

    Cela n’est rien, Madame la Marquise,
    Cela n’est rien, tout va très bien.
    Pourtant il faut, il faut que l’on vous dise,
    On déplore un tout petit rien :
    Si les combines croulérent, Madame,
    C’est qu’le marigot était en flammes.
    Mais, à part ça, Madame la Marquise
    Tout va très bien, tout va très bien.

    Allô, allô Inse-eu-eu-eu !
    Quelles nouvelles ?
    Not’ marigot est donc détruit !
    Expliquez-moi
    Car je chancelle
    Comment cela s’est-il produit ?

    Eh bien ! Voila, Madame la Marquise,
    Apprenant qu’il était démasqué,
    A pein’ fut-il rev’nu de sa surprise
    Que M’sieur l’Enarque s’est fourvoyé,
    Et c’est en révélant les compt »
    Qu’il dévoila toutes les combines du combinat,
    Mettant le feu à tout le’marigot
    Qui s’agita de droite à gauche ;
    Le Fmi exigeant la fin du désastre,
    Le propagea sur tout’ l’économie-mixte,
    Et c’est ainsi qu’en un moment
    On vit crouler vot’ économie!
    Mais, à part ça, Madame la Marquise,
    Tout va très bien, tout va très bien.

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)