Le slogan gluant

Avec le besoin toujours plus pressant de la part des politiciens de se projeter dans l’espace médiatique et marketing, Demaerd Inc., la société tentaculaire, a décidé de fournir, au travers de sa filiale Demaerd Communications & Média, un nouveau produit destiné aux hommes et aux femmes politiques à la recherche d’un vrai package destiné à leur communication globale, le Slogatron™.

Avant de lancer le Slogatron™ sur le marché, celui-ci aura été testé sur les dernières campagnes et notamment sur celle qui est en cours.

A en juger par la qualité Demaerd Ovèrezetop® des slogans obtenus, il n’est nul doute que la technologie employée fera des merveilles dans les prochaines années, aussi bien dans le monde politique que dans l’ensemble de la chaîne de production marketing, depuis le client jusqu’au produit final mis sur le marché. Il est ainsi probable que même les dentifrices ou les poudres à laver n’échapperont pas à l’étiquetage citoyen et festif, plein d’un désir futur d’une rupture calme et d’un changement fort.

On pourra noter par exemple que ce sont bien les mêmes équipes de développement qui ont travaillé pour paramétrer le Slogatron™ dans les campagnes de José Bové et de Jean-Marie Le Pen. Il faut savoir en effet que le Slogatron™ ne peut être employé sans une importante configuration et un réglage fin de centaines de paramètres qui permettront de fournir au client un slogan à la fois fortement typé et répondant aux aspirations de la classe politique à ratisser large.

Pour les cas de Bové et Le Pen, les paramétrages sont assez similaires, à l’exception d’un ou deux curseurs diamétralement opposés. En effet, le second proposait le slogan suivant : « Nationalité, assimilation, ascenseur social, laïcité : ils ont tout cassé ». En inversant les routages électroniques paramétrant la boboïtude et la bienpensance (paramètres 76 et 83, curseurs AA6 et FB2 sur la notice, page 321 de la notice du Slogatron™), on arrive au slogan du premier lascar, « Si j’osais bové: on va tout réparer ». De façon parfaitement logique, les étatistes de droite répondant aux étatistes de gauches et inversement, on en arrive à la conclusion que le Slogatron™ est correctement calibré pour ces deux tentatives. On notera cependant qu’aucune des deux formation n’a touché aux curseurs C56 et K87 (« bon goût » et « humour fin »), par défaut placé à 0.

Le paramétrage aura été plus délicat pour les autres candidats qui se sont précipités pour, eux aussi, disposer d’un vrai Slogan Demaerd : eh oui, comme l’a rappelé Lars Van Pipooten, patron des entreprises Demaerd pour la communication, la presse et les média : « Pour partir en campagne, il vaut mieux être bien équipé. Pour partir en campagne électorale, il vaut mieux être équipé d’un slogan Demaerd !« 

Pour De Villiers, par exemple, il aura été nécessaire de tenir compte de son électorat essentiellement grincheux et mécontent (enquête TBS-Sofess du 29 février) qui ne se sent plus à l’aise dans son identité française, tout en voulant se démarquer des relents ouvertement xénophobes du candidat borgne. Le Slogatron™ aura réussi la synthèse de ces demandes en proposant un « Retrouver la fierté d’être Français » qui a le mérite de plonger à la fois dans la perplexité et l’interrogation (Peut-on encore être fier d’être Français ? L’a-t-on jamais été ? Doit-on l’être ? Qu’est-ce que ça rapporte ?) et de rallier tout ceux qui, précisément, en doutent et s’imaginent que leur candidat, l’oeil vif et le jarret pétillant, saura redonner du prestige au port de la chevalière et proposer des solutions innovantes à des faux-problèmes centenaires.

En ce qui concerne les deux principaux candidats, à savoir Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy[1], tout le paramétrage aura reposé sur une batterie de mots-clefs typiques. On citera ici les principaux :

  • fracture, rupture, changement, cassure, divorce, brouille
  • désir, envie, pulsion, ambition, soif, attirance
  • postérité, avenir, futur
  • tranquille, calme, placide, pépère, cool, conciliant
  • changement, revirement, volte-face, mutation, métamorphose, bouleversement
  • possible, envisageable, éventuel, probable, autorisé, licite

Les test-runs auront permis de dégager un certain nombre de slogan pas tout à fait dans le ton que voulaient donner les candidats. Notons tout de même qu’à chaque fois, le slogan retenu dans la production du Slogatron™ n’aura pas été celui qui obtenait le maximum de corrélation avec la politique réelle pratiquée par le candidat. Pour mémoire, voici un petit échantillon de ces slogans non retenus, ceci permettant d’apprécier la puissance du Slogatron™ :

  • pour la « rupture tranquille », nous avons échappé à « La fracture pépère », « La brouille conciliante » ou encore « Le divorce à la cool »
  • pour le « désir d’avenir », le Slogatron™ avait jugé une meilleure corrélation sur « Soif de postérité ». La candidate n’avait pas du tout apprécié.

Quant aux slogans d’affiche, on a observé la même règle :

  • avant d’arriver à « Ensemble, tout devient possible », le Slogatron™ a hésité sur « En même temps, tout est autorisé » (pas du tout en phase avec le candidat), et sur « Simultanément, tout devient probable » qui ramenait trop à des considérations de cohérence quantique.
  • le slogan « Pour que ça change fort » n’a été produit qu’à la suite d’un nombre important de calculs par le Slogatron™, tant l’absence de relation avec quelque point du programme de la candidate était forte. La technologie proposait quant à elle des « Pour que tout se passe bien », des « Pour avoir chaud en hiver et frais en été », et des « N’oublie pas tes tartines pour le 4h ».

Pour le candidat Bayrou, il a dédaigné toute proposition de Demaerd pour disposer d’un ou deux essais gratuits sur la machine à slogan. On soupçonne cependant que son « Projet d’espoir », variante de « Programme de croyance » ou « Tactique de l’expectative » ne soit en réalité issu d’un produit concurrent, Slogan-master de chez KK/Grüje. Pour le slogan officiel, « Nous voulons un président qui nous respecte », les experts sont formels : il ne peut s’agir que d’un slogan naturel, qui est sorti comme ça, pouf ! Eh oui, il est des cas où la médiocrité se remarque.

Enfin, signalons qu’un bug a été remonté par la formation de Laguiller qui a noté une sortie étrange (test run 56, slogan x006B) : « Laguiller : toujours pour le camp de travailleurs ». Evidemment, il fallait lire « Toujours dans le camp des travailleurs », mais il semblerait que les réseaux neuronaux câblés à la recherche historique et aux bases de données cognitives sur les systèmes politiques aient – bêtement – associé le communisme délicat, réaliste et quasi-poétique de la Lutte Ouvrière avec son application rugueuse d’URSS ou de Corée du Nord.

Gageons que ce petit souci sera réglé rapidement lors de la commercialisation à grande échelle du Slogatron™.

Notes

[1] Le Slogatron™ a fonctionné avant que la machine médiatique ne s’emballe et ne dope les sondages du Bayrou comme un cycliste du Tour de France.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires4

  1. miniTAX

    Texte subversif et ultradangeureux à proscrire à tout opéré de l’apendicite.

    Au passage, je me permets de notifier, en tant que membre exécutif du panel intergouvernemental chargé de vérifier le bon déroulement de la mise au point du Slogatron, que le paramétrage X27 consistant à mettre le curseur "crédulité" à zéro et le curseur "bon-sens" au max avait généré pour le thème "désir d’avenir" les formules suivantes :
    -désert d’avenir
    -descente à venir
    -déserte l’avenir

    Bref, les résultats, bien que souvent inatendus sont parfois bien plus proche du parler vrai que de la langue de bois habituelle mais étant donné l’activité frénétique des intéressés sur les curseurs de paramétrage, le mot le plus souvent produit par le Slogatron est étron.

Les commentaires sont fermés.