Un paradoxe social-démocrate

Nous sommes en juillet, et si le temps n’était pas aussi peu ensoleillé qu’actuellement en France, on pourrait laisser vagabonder son esprit et s’imaginer rôtissant mollement sur une plage en lisant le journal, par exemple, pour tomber sur une de ces petites perles d’absurdités où le bête se mêle au délétère dans une farandole sucrée de moraline. On n’y prendrait pas forcément plaisir, mais cela permettrait de conserver un oeil exercé à repérer les sophismes, les failles ou les paradoxes qui se glissent subrepticement dans notre société, tout en bronzant sur du sable chaud.

Et l’évocation de ces plages dorées, de ce temps splendide et de ces perles d’idioties me permettent d’amener, à peu de frais, cette pathétique nouvelle en provenance d’Italie : il semblerait que les (trop) chauds latins aient poussé certains à restreindre aux seules femmes une plage entre Rimini et Riccione, sur la côte Adriatique de la péninsule italienne.

Je dis « idiotie » car ici, il ne s’agit évidemment pas de reprocher à certains la mise en place d’une plage réservée aux femmes, mais bien l’incohérence décontractée qui accompagne cette nouveauté, et la joie à peine masquée que semblent ressentir les journalistes qui apportent la nouvelle. En effet, si l’on y réfléchit deux secondes, on s’aperçoit que cette plage installe de fait … une discrimination sexuelle (oh!).

Et dans une sociale-démocrassouille digne de ce nom, discriminer, c’est pabô !

Il est ironique de constater que, finalement, le combat féministe aura été bien au-delà de ce que les concernées auraient pu imaginer il y a quelques années. L’égalité en droit réclamée bruyamment au départ du mouvement est maintenant remplacée par la position diamétralement opposée qui consiste non plus à obtenir autant que les hommes, mais, de fait, beaucoup plus pour son propre bénéfice. Jugez plutôt : ici, on se retrouve dans la position ambiguë où les hommes n’ont plus accès à la plage considérée ; en d’autres temps, un accès à la plage exclusivement réservé aux hommes aurait déclenché l’ire de ces mouvements maintenant allègrement dépassés par ces « avancées » surprenantes.

Etrange société soi-disant démocratique où, à force de lois toutes plus liberticides et bienpensantes les unes que les autres, on aura réussi à corseter l’esprit des gens au-delà même de ce que les générations précédentes étaient arrivées à faire, il y a quelques décennies. Ainsi, la dictature de la majorité molle et éprise d’un égalitarisme pervers aura réussi à imposer à tous de trouver parfaitement normal une plage réservée aux femmes, ou, dans la même lignée, aux homosexuels, pourquoi pas, à trouver logique qu’un établissement gay n’accepte que des hommes, mais, dans le même temps, à ne pas trouver du tout normal un bar où l’on n’accepte que des fumeurs, ou que des couples, ou (horreur !) … que des blancs.

Cette incohérence n’est pas seulement amusante, comme ça, sur un coin de sable chaud, elle est aussi extrêmement embarrassante à expliquer : essayez de faire comprendre la logique qui préside à l’interdiction pour les boîtes de nuit (lieux privés s’il en est) de faire du filtrage à l’entrée en fonction de critères raciaux, et de l’autre l’autorisation qui leur est donnée pour un filtrage sexuel ou vestimentaire. Situation inextricable qui pousse même les industriels du sucre à attaquer Orangina – et obtenir gain de cause, argh! – pour avoir fait une pub dans laquelle un videur de boîte de nuit interdisait l’entrée à … des cubes de saccharose car « désolé, c’est une soirée sans sucre ».

Le bilan de cette incohérence est amer. L’isonomie ne peut s’accommoder des petits arrangements entre amis, groupuscules, factions, phalanges, lobbys de ceci ou de cela. On obtient un galimatias de lois, d’exceptions, de jurisprudences et d’interprétations toutes plus vasouillardes que les précédentes, augmentant ainsi le risque juridique pour le citoyen lambda. Risque qui se traduit, dans les faits, par une diminution concrète de ses libertés. Quand on ne sait pas si on a le droit ou pas, et qu’on peut, sur une loi suffisamment tortillée, aboutir à se faire taper sur les doigts de façon systématique, on n’ose plus rien faire.

Ainsi, la société actuelle est devenue un véritable petit enfer burocrato-juridique pavé de bonnes intentions auto-castratrices, de bonnes consciences gluantes et de petites lois de complaisances inhibitrices.

D’un côté, on veut moins de discrimination, parce que discriminer, faire un choix, empêcher l’un pour favoriser l’autre, c’est mal. On aboutit à des CV sans photo et sans nom, à l’interdiction de tout filtre en entrée de boîte, au « testing » de propriétaires immobiliers, à la mise en place d’un certain communautarisme bien spécifique.

De l’autre, on se doit de « discriminer positivement » certains, ce qui revient à en discriminer négativement d’autres : quand il n’y a qu’une place pour un job à pourvoir, il n’y a décidément qu’une place. La vérité est têtue.

De l’autre, on discrimine les fumeurs, on les parque, on les empêche de rentrer et non, il ne sera pas possible au propriétaire de bar, légitime détenteur du droit de « Qui Peut Entrer Ou Non Chez Lui », de choisir de faire du Tout Fumeur ou du Débrouillez-Vous Dans La Salle. Il sera contraint et forcé de faire appliquer la discrimination qui est pourtant si mal vue quand il s’agit d’autres critères dans d’autres contextes.

De l’autre, on fera tout pour discriminer sexuellement et imposer un ratio 50/50 de femmes en politiques, même si, tout simplement, moins de femmes se lancent en politique que d’hommes … pour des raisons qui ont plus trait à la biologie, la psychologie ou tout simplement l’habitude qu’à un éventuel machisme certes présent mais certainement pas raison-mère d’un tel différentiel observé partout.

De l’autre, on fera tout pour stigmatiser l’automobiliste, pour le discriminer sur le voyageur en commun, parce que la voiture est, ni plus ni moins, le symbole honteux d’un individualisme crassou…

Et pourtant, les résultats catastrophiques de ces politiques antinomiques sont là, et ils sont sans appel : inégalités criantes, situations absurdes, mécontentements de tous à un moment où un autre, règne écrasant des particularismes sur une isonomie qu’on n’ose même plus proclamer tant elle est mise à mal. En gros, c’est un bazar sans nom où chaque petit dictateur en puissance se voit dans la position de pouvoir réclamer à cors et à cris la reconnaissance de ses particularités au détriment des particularités des autres, et d’imposer par le truchement de la coercition publique sa vision au reste du monde.

Et, ironie de la manœuvre, comme cette technique est employable, finalement, dans tous les sens, celui qui fut discriminé par le petit dictateur peut lui aussi, démocratie aidant, devenir à son tour dictateur et renvoyer la balle dans l’œil de l’autre…

Sable chaud ou pas, on en revient à cette conclusion : chaque jour qui passe amène sa pierre à l’édifice social-démocrate que beaucoup s’emploient à construire, joyeux esclaves insouciants des coups de fouets de leurs maîtres.

J'accepte les Bitcoins !

1AXkkginmaAjvLhYXKRAxD1F3LpTqFB4uZ

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires11

  1. geo

    @ h16

    """"où chaque petit dictateur en puissance se voit dans la position de pouvoir réclamer à cors et à cris la reconnaissance de ses particularités au détriment des particularités des autres, et d’imposer par le truchement de la coercition publique sa vision au reste du monde.""""

    Excelent! ces petits dictateurs comme vous dites s’appelent chez nous "associations"

  2. Philippe

    El Gringo, là tu me troues le cul ! Quelle culture ! Dans tous les cas, juste réflexion, effectivement ! Je fais ces connards qui veulent faire le bonheur des autres !

  3. coco

    bonjour h16, petit passage sur ton blog, riche et intéressant
    justement, tu t’intéresses à notre société, ses failles et ses paradoxes ; tu devrais aller jeter un oeil, ton oeil justement exercé tout comme ton esprit semble t’il, sur notre site d’expression citoyenne http://www.assembleenetionale.com, site Internet communautaire qui permet à tous les Netcitoyens de se faire entendre et écouter ! au plaisir d’y lire tes propositions ainsi que tes commentaires sur les propositions des autres Netcitoyens … et si notre site te plait, parles en à tes amis éclairés ! @+

    Youpi : un site démocratique où les djeunzs vont pouvoir voter pour des propositions passionnantes comme, par exemple, l’apprentissage des langues étrangères dès le CP ! Voilà une bonne idée qui me ravit !

    Franchement, un peu de sérieux, quoi … :(

  4. MaxiOgre

    Hohohoho non sérieusement, allez voir le site dont parle coco c’est excellent, j’hésite entre les rires et les pleurs :)

    Un exemple pour vous mettre l’eau à la bouche !!!

    Détails de la proposition :

    Le Royaume Uni fait, depuis son intégration, preuve de son intérêt pour l’Europe uniquement au niveau du marché commun, il combat systématiquement toutes avances qui iraient dans le sens de l’intérêt des citoyens et contre celui des capitalistes libéraux qui profitent honteusement de l’effort des "sans grades" pour s’en mettre plein les poches!!

  5. MaxiOgre

    Dans le commentaire précédent la proposition demande le retrait de la Grande-Bretagne de l’U.E. lol

    Je vois qu’il n’y a pas que moi pour trouver ce site poilant. C’est aussi pourquoi j’ai laissé le lien publicitaire. Mais bon, franchement, hein, sans déc’, la démocrassie des djeunzs du net, faut pas trop y croire. L’intérêt du site réside surtout dans son immense vivier de trolls et de sujets rigolos à troller, je pense…

  6. coco

    Vos remarques sur le site sont les bienvenues, mais surtout, si vous pensez que les propositions n’y sont pas assez sérieuses ou si vous voulez les enrichir et élever le débat de qq façon que ce soit, ne vous en privez pas, c’est cela la démocratie non ? c’est pas de la démocratie de djeuns en baggy que vous propose ce site, l’intéret est que chacun s’y exprime, les baggy, le costards et les autres, et enrichisse le débat, justement, et les gens cultivés comme ceux qui se balladent ici même sont carrément les bienvenus @++

  7. Je crois que vous vous méprenez : je ne suis pas démocrate pour un sous. Et le fait que plein de gens se bousculent sur ce site pour proposer des trucs ahurissants en dit long sur leur culture politique et leur propension à réfléchir…

  8. activiste

    moi aussi j’hésite entre les rires et les pleurs, de voir des internautes sûrement frustrés d’un manque de reconnaissance social (bah quoi, vous avez jamais été élus délégués de classe alors que vous vous présentiez chaque année ???) gerber sur des propositions qui ne seraient pas d’un standing assez élevé !!! Finalement je vais simplement compatir sur votre sort!

  9. Hi hi hi hi hi

    Hou hou hou

    Ha ha haharrrh.

    « manque de reconnaissance social » ouah aha hahaha.

    Si un rire vaut un steack, je viens de me faire un bon gueuleton.

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)