Pape et polémiques en carton

Dans un déjà lointain et précédent billet, j’étudiais le dépot de label AOC sur les Polémiques Artisanales garanties sans OGM. J’y notais les paramètres essentiels pour réussir une bonne petite polémique fait main. Avec la visite du Pape, nous voyons l’autre extrémité de la polémique, c’est-à-dire la Polémique Industrielle, du gros, du lourd, du violent, du « qui tache ». Enfin, c’est ce à quoi ça ressemble vu de loin. En réalité, et comme bien souvent, cette polémique est entièrement en carton-pâte et dégoulinante de mauvais sentiments et de petites arrières-pensées minables…

Avant de décortiquer ces polémiques en carton, on peut se demander ce qui les ont déclenchées.

Le « pourquoi » est entendu : Benoit XVI fait un pélerinage en France et notamment à Lourdes pour les célébrations du 150ème anniversaire des apparitions mariales. Finalement, rien d’extraordinaire. Où se situe donc les polémiques, et pourquoi sont-elles en carton ?

La question du « où » est facile à étudier : compte-tenu du raz-de-marée médiatique qui s’empare des journaux et des publications diverses, on sent la fièvre monter dans le microcosme journalistique. Faisant littéralement de l’auto-allumage, les médias se sont jetés sur la venue du Pape sachant pertinemment que cela constituait, mine de rien, un sujet en or pour faire vendre : on fricote avec l’international, la politique, la religion, et avec Sarkozy, on est sûr d’y pouvoir trouver du people, du strass, des paillettes et une bonne petite indignation, le tout empaqueté dans un seul et même sujet. Le séculier et le spirituel dans un même package, en ces temps difficile pour la presse sous perf’, cela ne peut se refuser.

Et ce sont ces derniers paramètres qui introduisent du carton à gros rouleau ; alors que le président, tape-à-l’œil, semble opter plutôt pour l’or ou le diamant, les journalistes, eux, aiment le carton, de préférence pâte ou mâché, qui permet l’érection aisée d’édifices à la gloire de leurs marronniers ; ceux de septembre, largement épuisés, étant généralement les Francs-Maçons, l’immobilier et la rentrée des classes, ils ont pu, avec l’arrivée du Pape, se jeter joyeusement sur le serpent de mer de la République : la laïcité.

Et là, du laïc, on en voit à toutes les sauces. Notez d’ailleurs qu’il s’agit partout d’un débat ouvert sur la laïcité, par tant de ces journalistes qui sont beaucoup plus probablement athées que laïcs. Et dans ces athées, on sent poindre vivement le petit combattant contre « l’obscurantisme » prêt à décaniller du curé, rejouant dans leur tête un combat fantasmé de la plume contre le goupillon. Eh oui ! Plus encore qu’athées, on les sent anticléricaux : la modestie voire l’absence de remarques lors du passage du Dalaï-Lama contraste violemment avec les gentillesses fleuries qu’un Méchancon Mélanchon en grande(s) forme(s) s’époumone à brailler en pleine lumière, bruyamment relayé par un Monde soudainement en forme : « Le pape est bien un chef politique autant qu’un chef religieux. Toute l’Amérique latine progressiste en fait l’expérience amère dans sa lutte pour le droit au divorce ou à l’avortement et par la mise au ban de la théologie de la libération. » ; ici, on supposera qu’il veut parler de cette Amérique Latine en proie aux Morales, Chavez et autres Bachelet, tous connus pour être de dangereux activistes catholiques qui ont ruiné leur pays.


Laïc athée gracieux et pondéré – spécimen rare

Au-delà des attaques assez pataudes de collectiviste un peu gras qui cherchent dans l’athéisme de combat un second souffle pour leur célébrité, on note cependant que la France, jadis fille aînée de l’Eglise, se montre actuellement sous un jour beaucoup plus proche de 1791 que des dix-sept siècles qui ont précédés. Alors qu’aux visites des précédents papes, il ne serait jamais venu à l’idée d’un journaliste de demander « Qui Paye ? » pour la visite du Souverain Pontife, de nos jours, non seulement la question est posée, mais elle l’est même sans ménagement et fortement relayée par toute une presse trop heureuse de fournir ici une vraie question existentielle que ses lecteurs sont avides de voir traitée en place publique.

Pensez-donc ! Un Pape qui vient en France, c’est la Rrrrrépublique bafouée ! Sarkozy qui vient serrer la pince d’un représentant d’un milliard de personnes, ça ne peut être que le tutoiement d’un état avec la religion, les préludes coquins à d’embrassades langoureuses entre notre belle et laïque Marianne avec une religion ! Pas de doute : faire dans le protocolaire, pardon, dans le plus que protocolaire (d’après Le NouvelObs) avec le chef du Vatican, c’est un mélange des genres entre religion et politique très significatif. Dixit le spécimen rare (cf. ci-dessus). Pour lui, « le pape et le président ont en commun une stratégie de reconfessionnalisation institutionnelle de la société française » . Argh ! Mais, c’est horrible, mon brave Jean-Luc ! Vous rendez-vous compte ?! Cela voudrait dire que Nicolas aurait une stratégie ! C’est déjà, en soi, énorme, et représenterait une avancée significative sur ses gesticulations habituelles. Mais en plus, cela signifierait qu’ainsi, le président – élu, saleté de démocratie par plus de la moitié des Français – aurait un tendre sentiment envers le catholicisme ! Heureusement que des flambeaux de l’intelligence et de la tolérance comme vous, cher Jean-Luc, saurez lui montrer le chemin de votre neutralité religieuse, je n’en doute pas.

Pour en revenir à l’aspect cartonné de cette polémique, on en retrouve toutes les caractéristiques dans les principaux médias qui s’empressent de relayer les vraies questions qui taraudent. Le Monde s’interroge ainsi : « Dès son premier rendez-vous à l’Elysée, où Benoît XVI sera reçu par Nicolas Sarkozy et son épouse, l’épineuse question de la place des religions dans l’espace public sera abordée. » Diable. La question de la place des religions dans l’espace public est donc, je cite, épineuse. Sans même aller jusqu’à se demander comment font les autres pays pour lesquels l’épineux de la question semble leur échapper – les cons ! – , on peut se demander, en France, qui, exactement, fait tout pour que ce soit épineux ?

En tout cas, ce ne sera certainement pas le cas de Libération : ce charmant quotidien aura toujours su éviter, justement, les polémiques en fibre de cellulose. Ses journalistes ne s’abaisseraient ainsi certainement pas à écrire des phrases comme « Nicolas Sarkozy a souvent abordé ce sujet et le moins qu’on puisse dire c’est qu’à chaque fois il a jeté de l’huile sur le feu : «les racines chrétiennes de la France» ». Il serait en effet criminel de rappeler que la France, historiquement, fit partie de la chrétienté ! Et ce rappel, on ne le sait que trop bien, aurait le don de provoquer, de déclencher des réactions ulcérées ! Car, chacun le sait : le catho est fourbe et belliqueux ! Le Pape n’est d’ailleurs pas le dernier à montrer les crocs. Tout le monde sait aussi que lorsqu’il parle de paix et d’amitié entre les peuples, de tolérance et des messages du Christ, c’est pour mieux foutre le souk dans les relations internationales, et notamment chez les gentils athées de combat laïcs en France qui mitonnent tranquillement leurs petites propagandes anticléricales travaux journalistiques d’information sur les religions.

Eh oui : pour une polémique en carton, il faut du voyant, de l’international, pour la partie polémique ; et pour le carton, on aura des sujets créés de toute pièce, on bricolera des questions que ne se posent pas les gens, on trouvera des interrogations sur la laïcité et la religion dans l’arène publique alors qu’en réalité, le débat de la place de la religion dans la société ne se pose qu’à ceux qui, bizarrement, sont plus que non-croyants, mais réellement anti-croyants.

Car enfin, c’est bien de cela qu’il s’agit : seule une toute petite partie de Français (les Verts, par exemple) se tortillent la nouille en tous sens pour exprimer son mécontentement.

Dans tous ces admirables défenseurs d’une laïcité pratique pour une tolérance étonnamment restreinte de la part des thuriféraires de la non-discrimination et des minorités risibles, on retrouve toujours à peu près les mêmes personnes, les mêmes associations, les mêmes connivences avec ces idéologies pour lesquelles la religion est un opium. Une autre frange de Français est elle ouvertement heureuse de la venue du Pape. Celle là, on n’en parle pas. On supposera que notre presse d’avant-garde républicaine l’aura pudiquement oubliée pour, je cite, ne pas jeter de l’huile sur le feu…

Quant à la majorité des citoyens… ils s’en fichent. Or, si l’on s’en tient à la presse, pas moins de 700 articles sur le thème de la laïcité ont été pondus par nos courageux folliculaires. Le sujet, s’il n’existait pas, est maintenant terriblement prégnant : s’il n’y a pas de problème, rien de tel que d’évoquer la question pour le faire apparaître ! And if it ain’t broken, fix it !

C’est à l’occasion de ces polémiques en carton qu’on se rend compte que finalement, le travail d’une certaine presse n’est pas d’informer, mais bien de fournir un prêt-à-penser. On a la presse qu’on mérite, dit-on. Si tel est le cas, … CPEF.

J'accepte les Bitcoins !

13q7bQK9WqLjsc376aQh7dndESBZxJLwv3

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires14

  1. Flak

    euh pardon mais athee, c’est moins agressif que laic qui ne se definit que par reaction a la religion.
    le probleme des journaliste n’est pas d’etre des athees, c’est d’etre incultes et suiveurs.

  2. Normalement, laïc c’est ‘qui ne fait pas partie du clergé’ ; typiquement, un croyant peut être laïc. Ici, je pense aux laïcs qui sont aussi athées et qui s’empressent, dans une tolérance toute particulière, de tout faire pour casser du sucre sur le dos des croyants, laïcs ou clergé.

  3. Emma

    Voilà du bon H16 et du meilleur ! Votre analyse est la bonne. En France, on devrait dire anti-clérical au lieu de laïc et curieusement c’est le seul clergé catholique qui irrite. Les autres formes temporelles des religions gênent beaucoup moins nos laïcards et je me suis toujours demandé pourquoi sans jamais trouver la réponse.

  4. Gruik

    Pour que la France ne soit plus foutue, il faudrait plutôt que une laïcité économique qui consacre la séparation nette de l’Etat et du marché…

  5. Le Grand Barnum

    Pavlov et les médias français : le Pape est vraiment super méchant!

    Au mois de juillet dernier, au Festival d’Avignon, le spectateur qui flânait le nez au vent entre deux représentations pouvait croiser deux étranges cortèges de comédiens faisant de la retape pour leur spectacle, comme le veut la tradition.

  6. Pierre

    Amusant de constater que, lorsque le Pape menace les athées de la damnation éternelle, il se trouve quelqu’un pour avoir la cuistrerie de parler d’"athéisme de combat" !

  7. Jesrad

    Et oui. Quelle menace monstrueuse ! Surtout quand on comprend que, soit on croit et la menace disparaît, soit on ne croit pas et elle n’existe pas. Tandis que les spoliations des terres de l’église, les persécutions des prêtres non-jureurs, les exterminations dans d’autres pays et les divers martyrs aux mains d’athées revendiqués, eux, ont été bien réels.

    Comme vous dites. De la cuistrerie.

  8. Phantom

    Ah! Ah! Ah! Toujours aussi marrant tes billets!

    Moi aussi à cause de mes réflexes d’ex-liborgien je me suis aussi posé la question "qui paye?", cette polémique sur l’Etat républicain laïc m’a semblé vachement anachronique!

    J’espère que l’Etat n’a pas payé plus que le service de sécurité du pape, m’enfin :)

    Sinon en ce moment je ne suis plus trop dans le trip libéral, je suis un peu plus catho justement et je suis plutôt content de la venue du pape en France. Truc important du discours du pape, il tient à rappeler que l’Eglise n’a pas de vocation politique et ça je trouve que c’est très important car le socialiste lambda pourrait récupérer ce genre d’événement. Je suis un peu d’accord avec lui lorsqu’il dit que beaucoup de maux dans le monde ont pour origine la soif du pouvoir et le culte de l’argent, en y réfléchissant bien je crois qu’il y a une part de vérité dans ce qu’il dit, en tout cas je me suis reconnu dans plein de choses dites par le pape. Oh non, je n’ai pas renoncé au libéralisme pour autant, je tiens toujours au Droit, c’est juste qu’en dehors du Droit je pense que c’est important de remplir nos vies avec ce genre de réflexion :)

  9. Pierre

    Je serais fort aise monsieur Jesrad que l’État et les "collectivités locales" redonnent les églises et les cathédrales à l’Église romaine qui se retrouverait ainsi incapable d’en assurer l’entretien.
    Allez, sans rancune, vous m’avez fait rire.

  10. @Pierre : étonnant glissement. Au début, on part sur la critique standard « on peut bien taper sur les croyants, après tout, ils tapent sur les athées » et, bizarrement, quand on répond à cet argument, pouf, on se place sur le terrain de l’argent (pour, de surcroît, sortir une bêtise). Allons, un peu de sérieux. Si l’Eglise avait réellement envahi le paysage français actuel, ça se saurait. D’ailleurs, quelques jours après le départ du Pape, la polémique existe-t-elle ? Non. Pfuit. Envolée. Les questions « Qui paye », « l’omniprésence de l’église dans le paysage politique français » et « la collusion de Sarkozy avec l’Eglise » semblent totalement oubliées. Elles étaient donc bien … en carton.

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)