Les impôts, en BD, c’est plus facile à comprendre

Au détour d’un commentaire sur ce blog, Demaerd Inc. a appris l’existence d’une BD produite par l’Etat à grand frais (les nôtres) pour arriver à endoctriner les futurs petits moutontribuables.

Perso, je préfère la version Demaerd.

Note: il y aura peut-être d’autres versions, le sujet est fertile.

bd-impots-1bd-impots-2

La suite :

bd-impots-dette

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires15

  1. D.E man

    Pensez-vous que la simple perte de confiance des différents créancier de la france dans la capacité de l’état français à rembourser sa dette pourra mettre fin à cette situation ?

    On peut tout imaginer. Une perte de confiance des créanciers de la France pourrait précipiter une situation morose en situation catastrophique pour le pays, en tout cas et cela pourrait arriver assez vite. En quelques semaines, ce serait plié (cessation de paiement, par exemple). Mais avant d’en arriver là, il doit se passer un certain nombre de choses (hausse des taux longs, par exemple). Si une solide prise de conscience des politiques que la situation n’est plus tenable est évidemment souhaitable, en arriver à une telle crise, en revanche, est plutôt redoutable ; encore une fois, ce sont les pauvres et les plus démunis qui en pâtiraient. Le bon point pourrait être qu’alors, certains politiciens seraient boutés hors du paysage politique… Mais à quel prix !

  2. Estranger

    Petit détail sur la BD « officielle » qui prend le soin de minimiser certains aspects ou d’autres, à chaque fois dans le sens « impots friendly »

    Par exemple, le paragraphe sur la (sale) TIPP… qui se conclue ainsi :
    « Elle représente plus du tiers du prix du litre. »

    Et pour cause : cette taxe est perçue sur les volumes, et non sur le prix de vente du produit. C’est donc un montant fixe en euros qui est perçu sur chaque unité vendue. Le montant dépend de la nature du produit (essence ou gazole par exemple), mais aussi du type de consommation (usage comme carburant ou pour le chauffage, par exemple). C’est le super qui supporte la TIPP la plus élevée : 0,6069 euro pour un litre de sans plomb en 2007.
    À une époque où le pétrole était bon marché, la part totale des taxes (TIPP et TVA) a représenté jusqu’à 80 % du prix du « super ». Cette part a baissé avec la hausse du pétrole (60 % pour le Super sans plomb, 52 % pour le gazole et 23,7 % pour le fioul domestique en 2007)3. La hausse du prix des carburants hors taxes augmente bien le produit de la TVA, mais par contre n’augmente pas la recette de TIPP. (source wikipédia)

    Il y a certes un léger hiatus entre 33 et 60%, mais bon il faut admettre qu’ils n’ont pas menti, juste très légèrement enjolivé la réalité (comme d’habitude ?).

Laisser un commentaire