Chronologie d’une émeute annoncée

Dans ce blog, j’essaie de tenir à jour les chroniques – désabusées – d’un pays en lente décomposition. Mais parfois, le simple enchaînement des événements suffit à établir la chronique, sans effort… Et cette fois-ci, tout commence avec une opération marketing…

Vendredi soir, l’édition de France-Soir nous apprend ceci :

Pour faire la promotion de son site, l’entreprise Mailorama.fr organise … une distribution de plusieurs dizaines de milliers d’euros en liquide à Paris, au pied de la tour Eiffel, sur le plateau Joffre…

Cela vaudra le coup d’y être…

Rappelant que « la distribution d’argent n’est pas autorisée et est réprimée par le Code pénal », le préfet de police de Paris… a déclaré … que « des contraventions seront dressées en cas de besoin ».

A partir de là, les faits s’enchaînent mécaniquement. La manifestation n’est pas interdite, elle aura donc lieu, et, de surcroît, on sait que la police est prévenue et au courant, et qu’elle a donc déjà une idée de ce qui va se passer.

Au passage, on admirera le ni-oui ni-non des autorités : on ne peut pas interdire la manifestation, et on s’appuie sur l’article R642-4 pour tenter la contravention, article qui stipule :

Le fait d’utiliser comme support d’une publicité quelconque des pièces de monnaie ou des billets de banque ayant cours légal en France ou émis par les institutions étrangères ou internationales habilitées à cette fin est puni de l’amende prévue pour les contravention de 2e classe.

C’est déjà assez croustillant de constater qu’en France, faire des dons en nature sur la voie publique est donc passible d’une amende et je me demande ce que Maître Eolas pourrait avoir à en dire… Mais savoir qu’en plus et finalement, la Préfecture de Police laisse finalement faire, c’est, disons, ambigu.

Bref.

L’acte I est posé, l’acte II peut avoir lieu.

Celui-ci se traduit par, le jour venu, un attroupement de plusieurs milliers de personnes. Et là, on rentre dans la quatrième dimension (qui sera suivie d’une cinquième, en acte III) :

Déçus par l’annulation, de nombreux jeunes ont violemment protesté. Un véhicule a été vandalisé, des projectiles lancés contre des policiers et un photographe roué de coups, a constaté un journaliste de l’AFP.

Cette quatrième dimension, vous la connaissez bien : c’est celle de la Pignouferie de Presse qui se gargarise de politiquement correct et de novlangue particulièrement gluante.

Ici, elle est à plusieurs niveaux :

  • l’utilisation du mot « déçus » : quand on est déçu, on fait un petit mouvement avec les lèvres et les sourcils, on hausse les épaules, et on sort éventuellement une petite phrase caliméresque « C’est vraiment trop injuste ! » Ici, rappelons-le, « déçus » s’est traduit par un véhicule vandalisé, des caillassages contre des policiers, un photographe passé à tabac. La prochaine fois, si les individus passent de « déçus » à « mécontents« , je n’ose imaginer la guérilla qui va se jouer. Et au moment où ils passeront à  « en colère », on sera donc dans l’assaut militarisé et utilisation de bombes thermo-bariques, je suppose.
  • (source)

  • tiens, encore une fois, on a à faire à … « de nombreux jeunes« . C’est vraiment commode, cette appellation. Je suppose que « racaille », « voyous » ou « arsouille » ne convient pas. Pourtant, il m’a toujours semblé que balancer des projectiles sur la police, tabasser un photographe ou vandaliser une voiture était l’oeuvre, avant tout, de … vandales. Que ces derniers soient jeunes est sans importance, d’autant qu’on voit mal des octogénaires se lancer dans ce genre d’aventures palpitantes entre deux réglages de sonotone…
  • vous noterez que l’enchaînement des événements est induit, et parfaitement clair : a/ la société convie les gens pour de l’argent gratuit, b/ les gens viennent, c/ la société annule l’événement, comme ça, pouf sans raison et juste pour emmerder le bon peuple venu chercher du billet gratuit, et donc d/ badaboum les jeunes sont tout déçu déçu et ils manquent de tuer quelques personnes.

Evidemment, deux secondes d’analyses remettent un peu d’ordre dans cette fable typique de ce que nos journaleux les plus fins de l’Agence Fausse Presse sont capables de produire.

La société n’a certainement pas annulé l’événement sur la seule base du nombre de personnes venues. En effet, en bons capitalistes assoiffés de marketing et de reconnaissance, on peut parier que si la foule s’était composée de 90% d’octogénaires à sonotones, par exemple, la distribution aurait eu lieu.

(Ce qui veut dire en passant que, quelque part, les petits vieux à sonotones sont tous passés à côté d’une aubaine ce samedi à Paris. Mais baste, glissons.)

En gros, la société a préféré annuler lorsqu’elle s’est rendu compte que la sécurité n’était plus assurée. Et c’était d’autant plus visible que l’ambiance générale était prodigieusement électrique avant même que la distribution ne commence. Qu’on vienne ensuite dire que c’est l’annulation qui a déclenché l’ire de la foule est un peu gros : si celle-ci avait été calme et pondérée, il n’y aurait pas eu d’annulation…

A présent, quelques questions :

1. Pourquoi, justement, tenter à tout prix de dire que c’est l’annulation qui a tout déclenché alors qu’elle est la conséquence de l’ambiance délétère et non l’inverse ? Ne serait-ce pas là une méthode toute simple pour coller un maximum de responsabilité sur le dos de l’organisateur ?

Dans ce cas, si des centaines de racailles jeunes déçus débarquaient et retournaient des voitures en face de la Française des Jeux parce qu’ils n’ont pas gagné au Superloto de vendredi, trouveriez-vous ça normal ? Et pourrait-on dire que ces derniers ont agi ainsi à cause de l’absence de gain provoqué sciemment par la FDJ ? La FDJ serait-elle responsable ?

2. Sachant que la Préfecture était parfaitement au courant, tant de la manif que de sa nature même et des problèmes potentiels de sécurité, que foutaient les autorités qu’on paye grassement de nos impôts pour justement empêcher ce genre de choses ? Ah, oui, c’est vrai : elles étaient prêtes à verbaliser une contravention de 2ème classe.

Ne se ficherait-on pas du monde ? Si on sait qu’à un endroit donné, ça peut dégénérer, on met quelques moyens en face, non ? Ne serait-ce pas d’ailleurs exactement le rôle des forces de l’ordre ?

On peut là encore constater qu’il leur sera plus facile de cogner sur l’organisateur, bien connu, bien seul, bien visible, et solvable, que sur les pourritures jeunes déçus qui ont participé aux exactions et dont un tout petit nombre seulement devra répondre de ses actes (et encore, répondre très très mollement).

3. Pourquoi dans les autres pays où des happenings exactement semblables ont été organisés, comme par exemple à New-York,  ceci ne s’est pas produit ?

Serait-ce à dire que les jeunes enfants de la nation française sont un peu turbulents et, dans leurs éventuelles déceptions, bouillant de cette vigueur que seule la jeunesse peut excuser ? Mmh ? Non ? Sacrés jeunes, va !

Acte III à présent : devant le bordel obtenu, qui va payer les pots cassés ?

C’est une évidence : l’organisateur, voyons ! Les voyous jeunes déçus ne sont pas responsables. Un peu échaudés, c’est tout. Mais ceux qui ont tout pété, ce sont les organisateurs, hein. La cinquième dimension, vous dis-je. D’un autre côté, je le répète : c’est plus facile de faire casquer les organisateurs que les jeunes déçus, pour sûr.

Quand je vous dis qu’il n’y a aucun effort à faire pour écrire ces chroniques ! Il suffit de raconter ce qui se passe.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires35

  1. Anton Dertovk

    Que dire de plus, sinon remercier pour ce moment de bon sens et d’humour ! En espérant que l’organisateur annonce publiquement que sa seule faute aura été de croire dans des « forces » publiques françaises bien incapables …

  2. Abst

    Non, non, la police était bien là. Elle a même procédé à « une dizaine d’interpellations » selon l’immonde (sur combien de jeunes déçus en tout ? mystère).

  3. Before

    Ah non, ah non, désolé mais il semble bien que le gang des octogénaires à sonotones soit à l’origine des déprédations, la preuve :
    Le gang des sonotones

  4. Largo Winch

    Mouais… Je suis moyennement convaincu par ton analyse cette fois-ci. Toute personne qui travaille dans l’événementiel sait que s’il y a bien quelque chose qui ne doit pas être laissé au hasard dans l’organisation logistique d’un tel événement, c’est bien la sécurité. Prévoir, en nombre et en qualité, la cible marketing (le public qui sera attiré par la promotion commerciale) et organiser en conséquence l’événement, notamment en s’assurant que le dispositif de sécurité soit à la hauteur. Vu de l’extérieur, je trouve que ça sent tout de même l’amateurisme du côté de l’organisateur…

  5. Hoho

    D’accord avec Largo ; tout le monde est capable de comprendre que distribuer de l’argent liquide en plein Paris, c’est le meilleur moyen d’attirer une horde de Gremlins.

    1. @Hoho & largo : certes oui, on peut reprocher à l’organisateur de n’avoir pas su mettre plus de sécurité en place, mais c’est le maximum de ce qu’on peut lui dire. D’une part, cet organisateur paye ses impôts et ses taxes, et peut attendre – surtout lorsqu’il fait toutes les démarches administratives nécessaires pour sa manifestation – un soutien normal de la part des autorités qu’il paye pour ça. Ou alors, c’est admettre que la police est une plaisanterie dans ce pays.

      En outre, je repose ma question : pourquoi devrait-on trouver normal de faire zèle de sécurité voire d’annuler la manif en France alors que dans les autres pays, ça se passe bien ? Je trouve ce renversement de valeur particulièrement gênant : puisqu’il y a des jets de pierre, interdisons les pierres et poursuivons les fabricants de vitres qui se brisent !

  6. hors sujet

    largo et hoho, parfaits exemples de la décivilisation ambiante. Les hommes sont pour vous tels des chiens mus pas les seuls stimuli externes. Si vous laissez choir un billet dans la rue, c’est vous qui créez le voleur !

    L’Educ Nat marxiste a bien réussi chez vous ses basses oeuvres : la conscience individuelle n’est qu’un simple épiphénomène.

    Vous exagérez. Ce que reprochent Hoho et Largo, si j’ai bien compris, c’est l’imprévoyance en terme de sécurité de la part de la société. A mon avis, elle a trop compté sur les forces de l’ordre française, mais ça ne lui retire pas toute responsabilité. Maintenant, L & H n’ont pas dit que toute cette responsabilité retombait sur l’organisateur non plus. Un peu de mesure…

  7. le chafouin

    D’accord aussi avec Largo. Les responsabilités sont triples ici : l’orgnaisateur est responsable d’avoir initié une opération scandaleuse qui ne peut aboutir q’à une émeute : soit on a des petits cons dans le public, comme cela a été le cas, et ça foire, soit on n’a des gens affamés, et ça peut aussi dégénérer une fois qu’on balance les billets.

    La deuxième responsabilité incombe aux « petits cons » qui ont tout cassé une fois « déçus », comme tu le dis. Question : pourquoi ces ignares étaient-ils venus avec des casques, cagoules, capuches ou barres de fer?

    La préfecture de police, elle, pourrait être accusée d’hypocrisie (on ne veut pas d’uin truc, mais on le permet quand même, et quand ça se passe mal, on porte plainte).

    Et je ne suis pas d’accord avec toi : quand tu fais un concert, tu sécurises ta manif, tu n’appelles pas la police. Là c’est pareil : c’est à eux de prévoir une sécurité suffisamment étoffée.

  8. Hoho

    > pourquoi devrait-on trouver normal de faire zèle de sécurité voire d’annuler la manif en France alors que dans les autres pays, ça se passe bien ?

    Justement. Qu’on le veuille ou non, on sait qu’en France ça va dégénérer. Évidemment, ce n’est pas de la faute de l’organisateur s’il y a systématiquement des hordes de vikings qui, en toute impunité, déferlent à chaque regroupement dans la capitale. Mais c’est quelque chose qu’il aurait dû prendre en compte au lieu de faire comme si le problème n’existait pas.

    L’analogie que fait le chafouin avec les concerts est tout à fait pertinente : c’est la responsabilité des organisateurs de prévoir et de gérer les phénomènes de foule.

    Bien évidemment, si la société dont il est question est responsable d’un trouble à l’ordre public, cela ne retire rien de la responsabilité des agresseurs et des casseurs.

  9. Jesrad

    « Prévoir, en nombre et en qualité, la cible marketing (le public qui sera attiré par la promotion commerciale) et organiser en conséquence l’événement »

    C’est justement là le problème: le public venu n’est pas celui qui était visé et attendu. Des bandes de la banlieue extérieure ont fait le déplacement dans le but explicite de dépouiller les gens ayant reçu les « bourses » distribuées.

  10. bibi33

    Mailorama a demandé l’autorisation à la préfecture d’organiser la manifestation.

    A partir du moment ou une manifestation est autorisée par la préfecture c’est aux forces de l’ordre d’assurer la sécurité des biens et des personnes se trouvant sur la voie publique.

    Et la manifestation ayant finalement était interdite, mailorama ne peut être tenu pour responsable, des saccages qui de toute façon ont eu lieu « en marge de la manifestation ».

    Évidemment si la manifestation avait eu lieu et que des personnes avaient été blessées du fait de la distribution (mouvement de foule entrainant des piétinements par exemple) alors sa responsabilité pourrait être engagée pour ne pas avoir assuré la sécurité des participants (en ne mettant pas suffisamment des barrières et d’hommes de sécurité pour canaliser la foule).

    Mais l’analogie avec un concert me parait foireuse (quand tu fais un concert tu sécurises le périmètre de la salle et pas les abords de la salle) c’est pour moi du même niveau que de rendre le PSG responsable des « incidents » qui ont lieu dans les environs du Parc des Princes lors des matchs, alors que leur responsabilité ne peut être engagée que pour les faits commis dans l’enceinte du Parc des Princes.

    En organisant une manifestation vous n’avez que pour responsabilité d’assurer la sécurité des participants, pas celle des biens et des personnes se trouvant en marge de la manifestation, ça c’est le rôle des forces de l’ordre.

  11. Jesrad

    D’ailleurs, il me semble bien que c’est la Police qui a signalé à l’organisateur ce fait, et « fortement conseillé » l’annulation, à la dernière minute. Bref, si la Mairie porte plainte (le préfet de Police n’est pas assez bête pour le faire, étant probablement impliqué dans l’annulation) vous allez beaucoup plus entendre parler de cette affaire que vous l’imaginez…

    1. @Chafouin : je crois que les commentaires suivant le tien résument ma position. Non, ce n’est pas comparable à un concert : la manif, c’est la distribution de bourses et elle n’a pas eu lieu. La sécurité devait s’assurer que cette distribution se passe bien et, jugeant qu’elle ne le pourrait pas, a annulé. Elle a fait son travail. La police, en revanche, parfaitement au courant des tenants & aboutissants, n’a pas mis en place ce qui convenait.

      En outre, distribuer de l’argent te choque peut-être, mais ça n’est en rien scandaleux. Sinon, distribuer du riz à ceux qui ont faim, c’est aussi scandaleux.

      Encore une fois, le fait que ça se passe bien dans d’autres pays et mal en France est très révélateur de ce qu’on considère comme normal ou pas et du renversement de valeurs. Ce qui est anormal ou scandaleux, avant absolument tout le reste, est la façon dont ça tourne, pas de distribuer de l’argent ou des lecteurs MP3 ou des sacs de riz.

  12. Gaël

    Mais que fait la Halde ? En effet, il y a là un cas flagrant de discrimination : on peut légitimement supposer que devant un paisible public d’octogénaires à sonotones, la manif’ aurait bien eu lieu, il y a donc une discrimination flagrante envers les « jeunes », cagoules ou pas…

    Sinon, ce qui me perturbe dans cette histoire, c’est pourquoi la préfecture a autorisé l’événement malgré l’interdiction légale de distribuer de l’argent… Parce que pas d’autorisation, pas de manif’, donc pas d’annulation… C’est peut-être un scénario un peu simpliste, mais on peut supposer que si la position des autorités avait été ferme dès le départ, on aurait échappé à cette scène d’émeute.
    Et on parle ici d’un truc organisé sur le lieu le plus touristique au monde. Ça laisse rêveur quand à l’efficacité des forces de l’ordre…

  13. gnarf

    Je me rappelle des commentaires des internautes lorsque « Bill le renfloueur » fit sa pub dans plusieurs grandes villes des USA en distribuant simplement son budget de pub directement dans la rue.
    Il avait 3 ou 4 gardes du corps ostensiblement armes avec lui pour dissuader tout mauvais coup, et souhaitait garder l’anonymat pour distribuer 500 000 dollars. Nos vaillants internautes de chez nous y ont vu la preuve que les USA sont une societe de la violence tres tres mechante.

    Ba voila maintenant on peut comparer. 50 flics mobilises pour 40 000 euros a distribuer. Annulation devant le risque d’emeute.

    un lien : http://www.abc.net.au/news/stories/2009/02/05/2483015.htm

    1. Tiens, sur vomigorax, je tombe sur ce commentaire :

      Avec mon fiancé, nous avons vu le bus Mailorama, il était dans le 17ème arrondissement avec toutes les équipes prêt à décoller. Yavait une très bonne ambiance, j’ai vu plein de kdos qui étaient chargés comme des parapluies, des ballons, yavait aussi des tee shirts et des casquettes…
      On leur a demandé quand le bus partait et ils nous ont dit qu’ils étaient inquiets parce que la préfecture n’avait pas mis des policiers sur place et de crs contrairement à ce qui leur avait été annoncé. Ils avaient vraiment l’air super motivés, il y avait une sono aussi, franchement leur opération était vraiment saine et l’idée nous on la trouvé géniale….

      … qui confirme que la PP n’a pas fait son travail.

  14. gnarf

    Il y a une video ou l’on voit clairement que la Police a decide de se moquer de ce projet. Je n’arrive pas a la retrouver c’etait dans un article hier. Il me semble qu’elle a ete retiree…etant a charge contre la Police.

    Un policier adosse a sa voiture se moque des gens autour de lui. Vous etes vraiment naifs de croire quelque-chose comme-ca. Vous croyez vraiment qu’ils vont distribuer de l’argent?
    Une fille lui repond: »mais ca s’est deja fait aux USA ».
    Le flic se marre, et, goguenard: aux USA? Et bien ici on n’est pas aux USA je vous signale, il y a justement un ocean qui nous separe.

    Ils ont volontairement laisse entendre que la foule s’etait faite avoir, au lieu de faire leur boulot qui est de calmer.

  15. Monoi

    Si toutes les fois ou je me suis fait avoir, je devais renverser une voiture ou tabasser un photographe…mais je dois avoir des valeurs un peu derangees!

  16. Harald

    b.mode a passé le mur du çon avec son commentaire à la mord moi le nœud. Il était drôlement divers et hallal le catholicisme profond si j’en crois les images qui ont été diffusées.

    1. @Eric : parce que wikio (ex)filtre automatiquement les articles qui osent utiliser une référence à l’AFP. C’est très pénible.

    1. Rien que l’idée de distribuer des sacs de riz, c’est insupportable. Laisser monter l’opération est irresponsable.
      Rien que l’idée de se trimballer avec une minijupe, c’est insupportable. Laisser une fille se balader ainsi est irresponsable.
      Rien que l’idée d’organiser un match OM-PSG à Marseille et de l’annuler finalement, c’est insupportable. Laisser monter un tel match est irresponsable.

      Tsk tsk tsk.

  17. Criticus

    Une fois de plus, la haine très française de l’argent détourne le sens normal des responsabilités. J’ai lu sous la plume d’un éminent blogueur que ce devrait être à l’entreprise de payer les pots cassés. Et les sauvages qui ont détruit et molesté, eux, bien sûrs, ne sont pas responsables. Ce pays est foutu.

  18. Harald

    Il faut être clair. Lorsqu’une manifestation doit être organisée sur la VP, l’organisateur est tenu d’envoyer à la PP un courrier précisant la nature, le lieu, la durée envisagée, les moyens techniques mis en œuvre, le nombre de personnels et les moyens permettant d’assurer la sécurité des biens et des personnes sur site. A partir de là, la balle est dans le camp de la PP, à elle de faire part de ses remarques, de demander des modifications y compris et surtout sur le plan sécuritaire, ce qui ne la dédouane pas de prévoir les effectifs suffisants sur place avec la réserve prête à débarouler en cas de pépin.

    Je vois moins dans ce que Criticus dénonce, une haine de l’argent, qu’un certain moutonisme ambiant qui préfère pointer le blanc solvable plutôt que la racaille lorsqu’il y a du dégât.

  19. douar

    Sur Ouest France du 11 mars 2010, en page locale de Nantes, un titre: « Déçus, ils tentent de brûler l’école maternelle ».
    c’est paske « la justice a condamné un de leurs amis; ils étaient mécontents de cette décision »
    Heureusement qu’ils n’aient pas été TRES déçus.

  20. Waldburg

    La solution semble simple:
    on organise la file d’attente dans le 9-3, et comme elle est très importante, on la fait s’étendre jusqu’à Dakar, où l’on procède enfin à la distribution…

Les commentaires sont fermés.