Les factures solaires d’EDF

L’écologie, en politique, c’est vraiment une très chouette affaire : cela permet d’enrichir un petit paquet de gens sur le dos d’un grand nombre, de permettre à des investisseurs de devenir plus riches en piquant légalement dans la poche de gens modestes et en plus, ils applaudissent. Parfois, cependant, ça se voit…

Quand on ne comprend rien à l’économie de base, quand on appréhende de travers les motivations humaines, quand on fait n’importe quoi sur le plan légal et qu’on s’organise comme un manche, on a généralement de gros problèmes dans la vie. Ou on fait de la politique.

C’est donc grâce à de brillants politiciens que la législation fiscale aura permis, en France, à certains investisseurs au nez creux de récupérer une manne juteuse piquée dans la poche des clients d’EDF.

Le procédé est, finalement, fort simple.

Dans un premier temps, il faut, des larmes dans les yeux et des sanglots dans la voix, s’époumoner tristement sur le sort de la planète qu’elle se réchauffe trop et qu’on va tous mourir comme dans une poêle à frire.

Dans un second temps, on clame haut et fort qu’on a bien une solution, mais qu’elle passe par une prise de conscience massive qui concerne tout le monde – parce que Tous Ensemble On Peut Y Arriver : il faut changer nos habitudes. Concrètement, ça veut dire faire pipi sous la douche, utiliser son vélo plutôt que sa voiture (oui oui, M’ame Boujut, même pour faire les courses), et utiliser des énergies renouvelables.

Dans les énergies renouvelables, il y a l’hydro-électrique, bien sûr, mais c’est cracra-bwerk prout prout parce que ça modifie l’environnement avec ce gros lac de rétention et tout ça. On préfèrera donc le photovoltaïque ou l’éolien. Certes, l’éolien tue les chèvres, mais ce n’est pas grave, depuis que M. Séguin n’est plus, ça ne gène plus.

Quant au photovoltaïque, c’est très très simple.

Vous installez des panneaux sur un bâtiment neuf, et l’électricité que vous produisez, EDF vous la rachète pour 58 centimes du kWh.

Et comme le bâti n’a pas besoin d’être habitable, vous n’avez pas besoin de permis de construire et vous pouvez donc le mettre, par exemple, au milieu d’un champ ou au-dessus d’un parking, et par ici la bonne soupe : c’est une méthode comme une autre pour non seulement payer mais en plus rentabiliser vos constructions.

Tant et si bien qu’en 2009, les demandes de contrats pour un rachat d’électricité par EDF s’empilaient au rythme de 5000 par mois.

Tout calcul fait, la Commission de Régulation de l’Energie – un de ces bidules étatiques dont notre pays garde jalousement le secret – s’est rendu compte que ces petites constructions réalisées exclusivement pour encaisser des plus-values électriques amèneraient lentement EDF à débourser 56 milliards d’euros sur 20 ans, soit 2,8 milliards d’euros par an.

Ce qui revenait à augmenter la facture des abonnés EDF de … 10%.

Autrement dit : des investisseurs malins utilisent les biais introduits dans le marché de l’électricité par des politiciens complètement à l’ouest, et récupèrent ainsi directement auprès des clients EDF, bonnes poires, une somme colossale (presque 3 milliards d’euros), le tout en toute légalité.

Evidemment, l’effet d’aubaine n’a pas duré : voilà que l’état décide d’intervenir pour corriger une correction qu’ils ont introduite en modifiant ses tarifs. Et là, c’est la ruée : installons vite nos panneaux avant que les tarifs changent. De 5000 dossiers par mois, on bondit joyeusement à 3000 … par jour.

Je vous l’avais bien dit : l’écologie, c’est supayr. Rappelons que les prix EDF au particulier sont inférieurs à 12 centimes du kWh, ce qui fait un rapport supérieur à 4 pour l’électricité solaire.

Acheter à 50 et revendre à 12, c’est comme ça qu’on envisage les affaires, en France, lorsqu’elles sont dirigées par les politiques.

Devant la véritable bousculade, l’état tente tant bien que mal de calmer le jeu. Lisez, vous allez voir, c’est limpide :

le tarif de 58 centimes/kWh, présenté comme « le plus élevé au monde », est désormais réservé aux « bâtiments existants » d’habitation, d’enseignement ou de santé, et bénéficiant d’une conception architecturale et esthétique particulière. Pour les autres bâtiments existants (bureaux, industries, commerces, bâtiments agricoles), le tarif est fixé à 50 centimes/ kWh. Enfin, pour les bâtiments qui ne peuvent bénéficier de ces deux premiers tarifs, un tarif avec « intégration simplifiée au bâti » est créé à 42 centimes/kWh. Les panneaux solaires installés à même le sol pourront toujours bénéficier du tarif de 31,4 centimes/kWh. Ce tarif montera à 37,7 centimes pour les régions les moins ensoleillées, afin de permettre « une meilleure répartition des centrales solaires sur le territoire national ».

Au passage, on appréciera tout particulièrement l’égalitarisme poussé jusqu’au bout, qui permet une compensation financière pour les contrées où le soleil est moins généreux, en surpayant le kWh ; le soleil du Nord est plus coûteux que celui du Sud, que voulez-vous, c’est comme ça, faut compter le prix de l’import je suppose et des tarifs douanier lorsqu’il remonte par Lyon. Non ?

Au final, l’incitation à vouloir à tout prix faire des énergies alternative se traduit très simplement par une augmentation logique et inéluctable du tarif électrique pour tout le monde, ce qui pèse surtout sur les familles les plus modestes. Par cet extraordinaire jeu de dupes, on aura donc réussi à détruire de la valeur sur l’autel du verdisme, à appauvrir les plus pauvres, à enrichir les plus malins, et à n’absolument rien changer en terme de lutte contre un réchauffement anthropique de plus en plus bidon.

Si l’on tient compte qu’en plus, la France est l’un des pays les moins polluants compte-tenu de son parc nucléaire et hydro-électrique, on se demande exactement quelle mouche schizophrène a piqué les politiciens emborloosés de l’Hexagone.

L’affaire ne s’arrête cependant pas là.

Nous sommes en France, que diable, et s’il n’y avait pas un petit lobby, un syndicat joufflu ou un politicien plus ou moins véreux dans l’affaire, on croirait à une blague.

Et voilà donc la FNSEA qui s’en mêle : « scrognogno, dit-elle en substance, vous ne devez pas changer vos tarifs, c’est beaucoup moins intéressant, enfin ».

La FNSEA « n’est pas du tout contente de l’arrêté pris par le gouvernement : on pourrait être payé 50 centimes sur un bâtiment existant mais si je construis un nouveau bâtiment le prix descend à 42 centimes. C’est anti-incitatif pour les jeunes »

Ici, évidemment, les exégètes de Bastiat, et de sa parabole de la vitre brisée, en lisant pareille réaction, entreprennent généralement de se mordiller longuement une couille ou deux en se cognant la tête contre une table – jolie performance, au passage. Ils sont souples, les exégètes, mais ils ont raison : ce qu’on voit, c’est tous les malheureux jeunes qui vont devoir piquer moins de sous dans les poches des clients EDF et qui donc devront faire attention à leurs dépenses et ne plus bâtir n’importe quoi juste pour du photovoltaïque.

Ce qu’on ne voit pas, c’est que cet argent sous-tiré sans trop de douleur aux abonnés de l’électricien national ne pourra donc plus servir à autre chose. Acheter des godasses (ou des voitures Renault, pour rire), par exemple…

Avec de bonnes idées comme ça, pas de doute : ce pays est foutu.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires22

  1. Nick de Cusa

    Plus de 10% de la facture d’électricité causée par le solaire, c’est déjà le cas en Allemagne, où deux pour cent du courant vient du photovoltaïque qui est acheté de force à six fois le prix du courant des centrales électriques.

    La délinquance en col blanc (détrousser son voisin, quoi) est « légal » et respectable, que voulez vous. Belle époque.

  2. bibi33

    La prochaine étape c’est la diminution du tarif de rachats du kWh sur les anciens contrat ou avec un peu de chance la ruine des investisseurs avec l’inflation.
    Car il me semble que le prix de rachat n’est pas indicé sur l’inflation.

    On aura réussi à spolier les clients EDF et à ruiner les investisseurs.

    CPEF.

  3. Cultilandes

    Les deux premières syllabes de mon pseudo peuvent vous faire penser que je réagis à la mise en cause de la FNSEA… J’en avais envie avant d’arriver à ce paragraphe!
    Évidemment, faire surpayer certaines sources d’électricité à EDF ou aux autres opérateurs est aberrant, mais on vient de rajouter une couche de bêtise: pourquoi faire acheter plus cher la production des petites installations, qui vont coûter plus cher aux distributeurs d’électricité? Pour faire plaisir aux électeurs qui veulent faire une bonne affaire en se donnant bonne conscience.
    Encore une fois, en complexifiant encore plus la règlementation avec ces tarifs différentiés « à la tête du fournisseur » (client électoral), le gouvernement prête le flanc à des plaintes comme celle de la FNSEA. Elle est parfaitement dans son rôle de lobby.

    La deuxième partie de mon pseudonyme fait que je suis ravi de l’évocation de Frédéric Bastiat qui a sa statue et des rues dans les Landes dont il a été député.

    1. « Elle est parfaitement dans son rôle de lobby. »

      Ah mais tout à fait ! Pour le coup, elle a une attitude en parfaite ligne avec ce que lui demandent ses adhérents, et on ne peut pas lui reprocher de faire ce pourquoi elle existe…

  4. Théo31

    Le plus fort dans tout ça, c’est que l’on va construire des éoliennes dans des régions où il n’y jamais eu de moulins à vent.

  5. Flo

    @h16

    Il n’y a pas que la FNSEA mais aussi : les GMS, les particuliers, les fabricants de tout ce bazard photovoltaïque….
    Une belle cohorte de Mr Prohibants pleurnicheurs.
    Pour rester avec Bastiat:
    « Ce tarif montera à 37,7 centimes pour les régions les moins ensoleillées, afin de permettre « une meilleure répartition des centrales solaires sur le territoire national ».
    Toujours cette même valorisation de l’effort même et surtout s’il est inutile voire nuisible.

  6. karl34

    article bizarre?

    Meuh non. Il choque vos conceptions socialistes, c’est tout.

    chiffres déformés, allez donc voir le site de la CRE, informer vous auprès d’Hespul (www.hespul.org ou http://www.photovoltaique.info)

    Les chiffres proviennent de l’article des Echos. Le photovoltaïque en France est sursubventionné par les ultra-étatistes, ce qui provoque des situations ubuesques. C’est le cas pour plein d’autres choses, d’ailleurs…

    c’est vrai que pour développer le nucléaire, on l’a financé avec nos impôts avant de produire le moindre kwh.
    nous c’est vrai, on est intelligent, on ne fera pas comme ces cons de suisses, d’allemands, d’étatsuniens, de japonais, parce que eux ils en ont mis partout du photovoltaïque,

    Ah vous voulez parler de ces merveilleux états où, là aussi, le photovoltaïque est aussi massivement subventionné ? Et puis comparer le soleil californien avec celui de Lille, par exemple, faut oser.

    et comme on est pas à une pignouferie près, les éoliennes ça s’installe là où souvent il n’y a eu jamais de moulins à vent, pour la simple raison c’est ceux ci se trouvaient le moins loin possible des habitations (pas stupide nos ancètres, surement bien moins que théo 31 qui gagne la palme)

    Nos ancêtres avaient une capacité que des gens comme vous n’ont plus maintenant : le bon sens. Ainsi, lorsqu’ils construisaient un moulin, c’était parce qu’il était rentable et produisait quelque chose dont on avait besoin et qu’on était prêt à payer (de la farine, du vent pour une forge, de la force pour pomper de l’eau, etc…) De nos jours, on met des éoliennes sous-optimales en rendement – 3 pâles, moteurs très compliqués et délicats – pour produire de l’électricité qu’on surpaye et qui n’est injectée dans le réseau que lorsque toutes les éoliennes d’un champ sont synchronisée, et qui, de surcroît, font un boucan dingue. Virez les subsides, et l’éolien disparaît aussi sec. Le photovoltaïque a des problèmes moins graves, mais là encore, sans subside, il n’y en aurait nulle part. Les rendements sont trop faibles.

    quand à confier l’énergie photovoltaïque à EDF et TOTAL, on ne pouvait pas mieux faire

    Quitte à claquer des thunes, autant le faire ailleurs que dans le photovoltaïque ou l’éolien.

  7. Théo31

    S’il n’y avait pas de moulins à vent dans certaines régions, c’est peut-être parce qu’il n’y avait pas suffisamment de vent pour en justifier la construction. Je dis ça, je dis rien hein.

  8. karl34

    si dans une grande partie du languedoc, il n’y avait pas de
    moulins à vent, c’est parce que : il n’y avait pas de champ de blé ou de d’oliveraie, et pourtant du vent y’en a, c’est pour ça qu’aujourd’hui on met des éoliennes
    quand au cout de revient du kwh, il est en passe d’être assez proche de celui d’une centrale au gaz ou au charbon.

    mais oui bien sûr. C’est d’ailleurs pour ça qu’EDF rachète ça 4 fois le prix de vente. C’est implacablement logique.

    pour la cspe consulter :http://www.cre.fr/fr/espace_operateurs/service_public_de_l_electricite_cspe/montant
    et voir annexe 5 pour la cspe énergies renouvelable et annexe 1 pour la quantité d’énergie produite par le photovoltaique (en réalité : faible pour l’instant)
    les éoliennes ont un générateur alternateur (et pas un moteur),

    Alternateur : machine qui convertit la force transmise par un moteur (turbine, éolienne) en courant électrique. Zut. Crotte. Réessaie encore une fois.

    matériel très fiable et technique au point, quand à la « synchronisation des éoliennes d’un champ » ça ressemble à « les Schtroumpfs sur startreck: captain kirk veuillez synchroniser le bidule »

    Les caractéristiques du courant produit par un champ d’éolienne ne sont pas celle de la grille du réseau standard. Il faut synchroniser et redresser tout ça. Ce qui, au passage, entraîne des pertes.

    et une petite dernière , la technique des moulins à vent est venu de la perse: heureusement que nos ancètres étaient « stupides » (à vous lire), ils ont utilisé cette technique

    Faudrait apprendre à lire, mon zozo. Nos ancêtres avaient ces deux sous de bon sens que vous n’avez pas. J’en reste à ma remarque initiale : si le photovoltaïque ou l’éolien, c’est si supayr, pourquoi diable le subventionner ? Si c’est rentable, pourquoi payer les gens pour qu’ils l’installent ? Et si ce n’est pas rentable, si ce n’est pas si supayr, pourquoi le faire ?

    Bref. Vous ne savez pas lire. Vous parlez sans vraiment maîtriser. Vous essayez des vendre de l’éolien ou du photovoltaïque alors qu’en gros, ça marche pas top et qu’on est obligé d’étouffer les récriminations dans le fric de la collectivité, et vous ne répondez pas aux questions ci-dessus, pourtant essentielles avant de se lancer dans un projet industriel. Ça sent le troll.

  9. Cultilandes

    Je peux me tromper, sans avoir étudié la question, mais je parierais qu’on a installé des moulins à vent là où il n’y avait pas de possibilité de moulins à eau (soit pas de rivière au débit régulier, soit pas assez de chute).

  10. karl34

    cout de rachat électricité éolienne : 8CTS d’euros le kwh (les 10 premières années après ça baisse), regarder donc votre facture edf et comparer
    et le coût de revient est autour de 4 c / kWh. Ce qui veut dire que le contribuable paye bien un surplus. C’est donc bel et bien une subvention déguisée, qui coûte à tout le monde. Belle éthique.

    ah, vos petits moteurs délicats sont devenus un gros alternateur fiable (comme ceux des centrales nucléaires et hydroélectriqus): bravo pour votre lucidité

    « la grille du réseau standart » : est ce celle de votre grille pain?

    ce qui coute cher en perte ce n’est pas de redresser ou de transformer en tension l’électricité, c’est de la transporter!

    remarquer que c’est pour ça que les satellites sont équipés avec panneaux photovoltaïques!

    quant au cout du photovoltaîque, on en reparlera dans 10 à 20 ans, ainsi que celui du cout du pétrole et du recyclage des centrales nucléaires (parce ça c’est pas beaucoup prévu dans le prix de l’électricité)

  11. karl34

    « achetable » (par le lobby nucléo pétrolier)

    Et quand on est à court d’arguments, on en vient à l’ad hominem. Habituel.

    vous devriez parler du programme ITER de développement de la fusion nucléaire : dernière estimation environ 15 milliards d’euros sur 10 ans, et on est même pas sur que l’on produise le moindre KWH,
    mais non il fera comme ses ancêtres, il attend que le ciel lui tombe sur la tête!

    Si vous aviez deux sous de cohérence, vous auriez compris que je ne peux pas favoriser ce genre de programmes ridicules.

    Bien. Ceci posé, je note que vous continuez votre fuite dans les manoeuvres dilatoires sans répondre à mes questions, pourtant essentielles et fort simples : si c’est rentable, pourquoi subventionne-t-on ? Si ce n’est pas rentable, pourquoi inciter les gens, et faire des pertes ? Si vous ne répondez pas à ces questions, je vous considèrerai comme un troll et sucrerai vos prochaines interventions.

  12. Bob

    > vous devriez parler du programme ITER de développement de la fusion nucléaire : dernière estimation environ 15 milliards d’euros sur 10 ans, et on est même pas sur que l’on produise le moindre KWH,

    C’est un programme de recherche, c’est pas censé être un système en prod.

    Par ailleurs le lobby nucléo-pétrolier c’est souvent le même que le lobby éolien :
    – Areva -> Multibrid
    – Total ->  Tenesol et Photovoltech
    – GDF/suez -> Photovoltech aussi

    Donc quand je vois des environnementalistes venir nous bassiner avec le lobby nucléaire tout en défendant les merveilles de l’éolien alors que tous le monde sait que c’est une méthode foireuse tant qu’on ne saura pas stocker l’énergie, je me marre.

  13. gnarf

    Ca marche aussi avec les petites turbines hydroelectriques quand on a un cours d’eau meme modeste qui passe au fond du jardin.
    Et ca c’est beauuuuucoup moins cher a installer qu’une eolienne.
    Un petit cours d’eau pousse autant sur une petite roue que le vent sur une grande eolienne….et en plus l’eau coule quasiment tout le temps. Je connais au moins une personne qui se rajoute un demi salaire comme-ca depuis au moins 15 ans.

    Quels sont les chiffres…combien d’hydroelectrique vendu par les particuliers a EDF?

  14. Robert Marchenoir

    Il y a peu, le magazine Mieux vivre Votre argent publiait, dans sa rubrique « Les finances d’une famille », le cas d’un ménage de contribuables qui avait explosé depuis longtemps le seuil de l’ISF… sans jamais l’avoir payé.

    Cette rubrique a pour objectif de soumettre les finances d’une famille à l’analyse des journalistes spécialisés du magazine. Ceux-ci donnent ensuite des conseils pour réorienter la gestion du patrimoine étudié. En l’occurrence, il s’agissait d’expliquer à ces lecteurs comment rentrer dans la légalité sans trop de dommages.

    Les agriculteurs en question s’étaient lancés dans un gros programme d’implantation de panneaux solaires. A lire leurs explications, il s’agissait d’une espèce de martingale où il suffisait d’emprunter de l’argent aux banques pour que celui-ci revienne en flots serrés, augmenté au décuple.

    On comprend l’assurance de cet « entrepreneur » : c’est facile d’investir sans risque quand le business-plan consiste à voler ses concitoyens par le biais de l’Etat.

  15. René de Sévérac

    Je n’ai pas lu tous les commentaires.
    Alors si il y a doublon, ne m’en veuillez pas.

    Pourquoi ne pas faire un petit montage (en principe simple, a moins que nos énarques aient songé à une parade !) permettant d’acheter à 12c et d’insuffler vers le deuxième compteur afin de vendre à 40, 42 ou 58 c. Why not ?

  16. panneaux photovoltaïques

    Aujourd’hui l’impact climatique pourrait être réduit dès la construction des maisons en mettant en place des panneaux solaires sur les toitures des maisons fortement exposées au soleil. En plus, ca permettrait à chacun de revendre son énergie à edf en mettant en place directement le systeme proposé par René 😉
    Bon après le problème, c’est que si tout le monde revend son énergie à edf, edf la rachètera de moins en moins chère..

    Non, le problème, c’est qu’EDF, pour racheter cette énergie produite, est obligé de la refacturer aux autres clients. Autrement dit, c’est un vol déguisé. Bien joué, non ?

  17. Nocif

    Un truc: l’installation des panneaux permet aussi à edf de ne pas devoir investir (voir coût) directement dans de nouvelles structures… Autrement dit: c’est le particulier qui devient l’entrepreneur déguisé…
    Fonction des risques et résultats pris par le particulier à la place de l’état et d’edf.
    Quand le système sera saturé, l’état reprendra ses droits dans le sens qui lui conviendra.

    Nocif

  18. Nocif

    En Belgique ils font plus fort encore: la facture d’électricité comprenais des frais pour démembrement des centrales nucléaires… Ces centrales ont été revendues y a quelques années à edf … Où sont passés les frais de démembrement… y a pu!… pfouttt!
    Après nous, les mouches: disent-ils en coeur!

Les commentaires sont fermés.