Nouvelles d’un monde qui pleurniche en économie

Suite de ma revue de presse, orientée, méchamment libérale, avec des dents et pas de bisous. La troisième partie est programmée juste avant le repas, histoire de donner de l’appétit :)


Ici, parlons Economie !

Et comme par hasard, question Économie, ça pleurniche aussi !

Ouiiiin aussi

Là, ce sont les départements qui trouvent vraiment trop injuste de ne pas être autorisés à faire des budgets en déficits, comme Papa État qui, lui, peut (et n’hésite pas). Et d’ailleurs, si l’État ne reportait pas des charges supplémentaires sur les départements, son budget serait encore plus en déficit sans pour autant garantir que celui des départements se porterait mieux.

Bref : ça pleurniche, très fort. Jugez-vous même : Claudy Lebreton, président de l’ADF, explique qu’il a dû, dans son département, baisser de 10% le budget de la culture ! C’est insupportable ! C’estorrible.

Rappelons que dans certaines familles, les hausses de taxes et d’impôts provoquées par le bail-out de banques en collusion constante avec l’État vont provoquer une baisse de 10% dans leur budget bouffe. Les petits atermoiements de Lebreton sur son budget culture sont un véritable camouflet aux salariés de ce pays qui, par leurs efforts constants, payent les cacas thermomoulés et autres réceptions festives, citoyennes et strictement sur invitation que cette andouille effervescente et ses acolytes nous imposent régulièrement.

Et puis de toute façon, ça va bien deux minutes de pleurnicher pour les zartistes maltraités, mais il va bien falloir faire de furieux efforts : la Cour des Comptes elle-même s’alarme franchement du déficit public de ces lambeaux de pays qu’on appelait jadis France.

Elle déclare ainsi que :

«Hors mesures du plan de relance, on constate un rythme d’augmentation des dépenses publiques de 2,4%, loin du 1% prévu dans la loi de programmation des finances publiques pour 2008-2012»

Déjà, 1% d’augmentation alors qu’objectivement, on devrait surtout diminuer de plusieurs pourcents pour arriver à tenir suffisamment longtemps pour espérer sortir du trou, c’était déjà du moquage de visage. Avec ce 2.4%, on est dans la version cinémascope, 3D et Dolby Surround. Lorsque la pelloche va casser, il va y avoir un grand moment de solitude pour ceux qui nous gouvernent.

Et cette brisure du film que nos élites se jouent en direct risque d’intervenir bien plus tôt qu’ils ne le redoutent, au point que la BRI (Banque des Règlements Internationaux), pas réputée pour ses prédictions alarmistes, estime que le risque dépasse de loin celui de la Grande Récession, notamment sur les obligations d’État (comme c’est étonnant).

Ceci explique sans doute les agitations de plus en plus frénétiques qu’on observe au plus haut sommet de l’état pour annoncer qu’on va faire des réformes et des réformes et encore des réformes, alors qu’il y a quelques semaines, il n’y avait pas de risque pour la notation de la France, que la situation était sérieuse mais pas grave, et que tout se passerait dans le rythme lent et chaloupé qui préside aux changements d’importance en France (eh oui, on ne fait pas faire comme ça, en deux temps trois mouvements, de claquettes à un pachyderme).

Si je peux me permettre, avec une gestion stricte de bon père de famille, un équilibrage systématique des comptes et un recentrage drastique de l’état sur ses seules fonctions régaliennes au lieu d’un éparpillement sur tout et n’importe quoi, on n’en serait pas là.

Mais comme tout le monde a réclamé, voté et tout fait pour que cela soit comme ça, une seule conclusion s’impose : « Bien fait. »

J'accepte les Bitcoins !

1B7AsqjtcNVR3WWp6XNNwbRG92d2tpkwrz

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires21

  1. daredevil2009

    Amusant ce que vous dites, Hash, à propos des obligations d’état – d’ailleurs JP Chevallier le répète depuis pas mal de temps, comme quoi vous n’êtes pas le seul à être pessimiste. Cela étant dit, ce qui me sidère le plus, c’est l’indifférence quasi générale pour ne pas dire le déni dans lequel sont une majorité de personnes : elles préfèrent ne pas y penser ni voir le mur qui se rapproche dangereusement… Et, en plus, ça y va de sa petite manif pour les retraites aujourd’hui alors qu’au train où vont les choses, il n’y en aura plus sous peu… Tout ceci est fascinant…

    1. Dissonance cognitive, autrichite, stupidité, incompétence, ou tout simplement cynisme … On ne saura pas, mais nos dirigeants nous emmènent au gouffre.

      1. daredevil2009

        A vrai dire, je pencherais pour un mélange, genre globi-boulga ;)
        Mais explosif! Et quand ça va leur exploser au nez, ça ne sera pas festif du tout…

    2. scaletrans

      Ah je dois dire que ces liturgies syndicales organisées par des Néanderthaliens (au fait, qui est le coiffeur de Bernard Thibault?) ont de quoi frapper d’étonnement toute personne normalement constituée… c’est à dire plus grand monde apparemment.

  2. Mateo

    Devinette (interdit de chercher sur le net!): qui a dit « les fonctionnaires, c’est comme les livres d’une bibliothèque: ce sont les plus hauts placés qui servent le moins »?

    Indice: il est également l’auteur d’une autre citation célèbre sur les fonctionnaires.

        1. Mateo

          Et c’est une bonne réponse de Winston! :)

          Tu le savais, tu as cherché sur le net ou tu as deviné?

          Pour info, son autre citation célèbre sur les fonctionnaire est: « La France est un pays extrêmement fertile. On y plante des fonctionnaires, il y pousse des impôts. »

        2. Winston (l’autre)

          Je ne le savais pas, c’est Sher Khan qui m’a mis sur la voie. J’avais pensé d’abord à Michel Fourniret qui utilisait ce « petit nom » dans sa correspondance avec Monique Olivier. :-D

  3. bruno

    le probleme est que la grande majorite des francais n y comprend rien, et ils croient que l etat cet etre supreme fabrique des billets quand il en a besoin, ils ont pas encore compris que c est les impots qu ils payent que l etat depense, mais il est vrai que la moitie des foyer fiscaux ne payent pas d impots directs. quand au probleme de la culture, il suffit de parler des fonds regionaux d art contemporain, les fameux FRAC, une gabegie sans nom de plusieurs dizaines de millions d euros par an, ou entres copains/coquins sous pretexte d art contemporain les regions « achetent » des « oeuvres d art » style boite de conserves empilees.

    1. scaletrans

      Souvenez-vous du dîner de Koons organisé au château de Versailles grâce à un « Aillakoons » malgré tout reconduit dans ses fonctions après ce scandale: non seulement c’était une exposition de « cacas thermoformés » (brevet H16), mais aussi une façon de nous dire « nous conchions votre culture ». Ce genre de manifestation « festive » a aussi pour but de faire monter artificiellement les cours… demandez à Pinault (là je me retiens par égard pour H16) ce qu’il en pense.

  4. Flo

    Voua avez raison ça pleurnichait ce matin suite aux brillantes statistiques du chômage.
    Cette fois c’est le BTP qui couinait comme quoi il y aurait 45000 salariés en trop (c’est amusant il y a trois ans ils se plaignaient qu’il manquait 500000 personnes dans ce secteur. Auraient-ils embauché 545000 personnes depuis?)
    et que c’était la faute de l’Etat (encore lui) car des chantiers prévus par le plan de relance aucun n’avait commencé. En ragardant les comptes publics, l’argent a pourtant bel et bien été dépensé lui.

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)