Pénurie : répétition générale

S’il y a bien une chose qu’on peut reconnaître aux socialistes, c’est leur capacité naturelle d’organisation dans deux domaines : le groupisme social et ses happenings géants, qu’ils soient plein d’alcool ou de merguez, et, bien sûr, la pénurie, qui est au socialisme ce que la prostitution est à la maladie vénérienne: un vecteur évident. L’actualité illustre fort à propos ces deux talents naturels, et le pays est tout entier convié à une nouvelle répétition générale, dans la joie, la bonne humeur et les cernes sous les yeux.

C’est ainsi qu’on apprend qu’après les pénuries de trains, les Français vont avoir l’occasion d’être entraînés à différentes pénuries à commencer par celle de carburant, puis, très rapidement, d’argent et d’emplois, cette dernière pénurie n’étant en réalité qu’une version étendue des disettes régulières que le pays subit depuis plus de trente ans.

Avec la précision diabolique des syndicats pour frapper directement sur les vilains privilégiés, les stations services de la capitale et d’une partie du territoire commencent à afficher de bien tristes panneaux « Pompes vides » : on peut être sûr, en effet, que seuls les riches (qui habitent à 5 minutes à vélib de leur travail), les députés, les ministres et le président (dont les voitures roulent sur les réserves militaires) vont subir les difficultés d’approvisionnement. Les pauvres, les malheureux, les sans-grades, la France du bas qui se lève le matin pour aller travailler, bref, tous ces salariés qui luttent sentent déjà venir leur revanche : ah, ils vont en baver, les politiciens !

On comprend dès lors pourquoi nos ministres, confrontés à la terrible perspective d’avoir à pousser à mains nues des berlines gourmandes et encombrantes, se fendent de communiqués lénifiants où, contre toute attente, ils annoncent, bravaches, que même pas mal d’abord, il n’y a pas de pénurie.

Qu’ils sont pathétiques : à entendre nos ministres expliquer que le pétrole coule à flot, on croirait voir Alain de F.O. compter des manifestants avec la méticulosité quasi-compulsive qu’on lui connaît.

Alain, de F.O., compte. Il est méticuleux, Alain de F.O.
Alain, de F.O., vérifiera les comptes.

Mais il faut comprendre qu’en ces périodes délicates et troublées, avec une crise qui n’en finit pas de faire des ravages, tout ce que la France compte de personnes responsables et affûtées aux problèmes sociaux se doit de préparer le peuple à ce qui l’attend, une fois que tout le système sera enfin correctement régulé, passé en système planifié.

L’entraînement continue donc aujourd’hui et les prochains jours, avec le chapitre sur la Pénurie de Routes Praticables : il va devenir de plus en plus dur de rouler faute de carburant, certes, mais lorsqu’en plus, on va devoir pousser des véhicules à sec, il faudra le faire exclusivement sur les tronçons laissés libres par nos amis les routiers, qui sont sympas (mais est-il nécessaire de le rappeler ?), certes, mais très très déterminés à enquiquiner les vilains politiciens qui se déplacent en hélicoptère et jet privé.

Encore une fois, les pauvres, les malheureux et les sans-grades seront enchantés de voir les gouvernants, complètement autistes aux affres de rachitiques leaders syndicaux, confrontés à des problèmes concrets.

Routiers malheureux, pauvres et décharnés
Routiers décharnés en lutte, début XXIème siècle, France.

D’autant que, il ne faut pas l’oublier, le but de ces (in)actions syndicales est exclusivement d’atteindre le pouvoir, de faire plier ceux qui ne veulent pas entendre ; loin des leaders l’idée de chercher à paralyser le pays, ou de frapper ceux qui ne peuvent, finalement, que subir ! Ils sont tous là, je vous le rappelle, pour sauvegarder de l’emploi, pour se battre pour les salariés !

Tout comme Didier Le Reste, qui déclare promettre « des actions qui feront mal en terme de conséquences économiques« , on sait très bien que le but ultime de ces organisations de travailleurs est de donner à la France, enfin, un système social qui lui permette, littéralement, de ratiboiser la concurrence, de s’assurer une croissance et un emploi durable : tout, ici, est évidemment fait pour que la richesse abondante et naturelle créée par ces mouvements sociaux retombe en pluie vivifiante sur l’ensemble de la population !

Il est donc logique que, pour sculpter le corps social et faire ressortir ses muscles salariaux turgescents, il soit nécessaire de l’entraîner massivement à des périodes de stress : tout comme la musculation nécessite des efforts, la société française doit, dès maintenant, faire des abdos et des pompes en quantité pour assurer la croissance, l’emploi et la richesse pour tous (et aussi pécho grave l’été venu).

Evidemment, toutes ces actions se feront dans le respect logique et indiscutable de la démocratie, fondement de la république et du pacte citoyen qui lie nos syndicalistes avec les gens qu’ils représentent. D’ailleurs, Jean-Claude Mailly, le leader de F.O., l’explique très bien : « ce n’est pas parce qu’une réforme est votée qu’elle s’applique« .

Eh oui : manquerait plus que ce soient les représentants élus qui fassent la loi, et ce serait le début de la fin !

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires41

  1. The-Black-Doll

    Ca sent le sapin… C’est pour quand la guerre civile? Parce que je suis sûr qu’il y a des gens qui en ont plus que marre de toutes ces conneries qui au final ne mènerons à rien d’autre qu’une situation déplaisante à une situation catastrophique. Les gens ne pourrons plus bosser à causes des manifestations, des blocages de transport en commun, de la pénurie d’essence…
    C’est tellement drôle ces agitations!

    1. Flak

      la guerre civile c’est pas rigolo j’espere que tous ceux qui l’appellent de leurs voeux en prendront plein la gueule.

        1. The-Black-Doll

          Qu’est-ce qu’on serait sans les jeunes déçus quand même?
          Aller quelques factions par-ci, un révolutionnaire marxiste par là, une pincée de poivre et on l’aura notre guerre civile

  2. Joe

    On commence à attendre une petite musique dans la bouche des politiciens : droit de grève n’est pas droit de blocage. Le droit de grève est théoriquement très encadré, les occupations de l’outil de travail, l’obstruction aux non-grèvistes, … sont interdits. Pourtant, personne (média, politiques,…) ne semble se souvenir de la loi.

    Il est également intéressant de noter que la grève a pour but de rétablir le rapport de force entre salariés (divisés et fragiles financièrement) et l’employeur (unique et donc coordonné, aux poches profondes). Pourtant, si on regarde attentivement les grèves des dernières années, à l’exception de cas isolés, les grèves ne sont plus un moyen de s’opposer à son employeur (but légitime de la grève) mais plus un moyen politique, d’influer sur les grandes orientations du pays.

    Bref, comme de nombreux concepts initialement beaux et purs, telle que la solidarité, l’égalité, … la grève a été complètement dévoyée.

    1. Théo31

      100 % d’accord vous Joe. Ce n’est pas un conflit social entre un employeur et ses salariés qui se passe en ce moment mais un conflit politique entre les nervis syndicaux de la mafia rouge-rose-vert et le gouvernement.

  3. NeBu

    Avec mes 5000km mensuels, je suis bien content de quitter ce pays dans moins de 3 mois. Pfiou, qu’ils vont être longs ces mois…

  4. kelevra

    les syndicats sont totalement noyautes par le partis de l ultra gauche qui les utilisent comme effet de levier pour foutre la merde, il n y a pas d autres mots. les responsables syndicaux de bas en haut de l echelle sont des privilegies, il suffit de voir dans n importe quelle entreprise le delegue syndical se les roulent joyeusement dans son bureau couvert des glorioles passees. la CGT a toujours ete le bras arme du PC, FO et SUD de LO et NPA. l etat finance l ultra gauche via les syndicats avec nos impots bien sur.
    qd a nos gouvernants actuels, je le dit depuis toujours sarko est un blablateur et ca ne va pas changer maintenant, il devait faire des miracles, mais tout par en quenouille, chomage, deficit, deliquance etc etc
    comme disait Einstein : »on ne peut pas demander a ceux qui ont crees les problemes de les resoudre »
    en elisant sarko, les francais ont ecoute ses belles promesses car ils voulaient du changement, voila le resultat.
    quid maintenant, la greve s enlise? comme pour le CPE sarko lache la reforme des retraites?
    de toute facon, la retraite par repartition est amenee a exploser en plein vol d ici quelques annees, faute de cotisants par rapport aux beneficiares.
    la note AAA de la france est en sursis, les agences de notation ne bougent pas mais ca peut etre demain, dans une semaine, un mois, et la personne pour essayer de nous sauver comme la grece. la derniere banqueroute de la france date de 1797, peut etre la solution de tout remettre a plat mais ca depend de qui le fera!!!!

  5. JB7756

    Adolphe (Thiers) revient !

    Thiers c’est le type qui avait fait buter entre 20 000 et 30 000 manifestants pour débloquer Paris en 1871. Après c’était peinard.
    Par un curieux hasard ces évènements (la Commune de Paris) se trouvent en fin de manuel scolaire de 4ème . Ce qui fait qu’il n’est jamais étudié car on arrive en fin d’année.

  6. Herstal

    Quel dommage de ne pas avoir poussé le questionnement au delà du jerrycan (à moitié plein).
    On a pu entrendre en un week end des choses bien intéressante pourtant :
    – L’UMP annonçant qu’après 2013 il faudra aligner les taxes du capital sur celle du travail, pour rembourser la dette.
    – Les parlementaires refuser à la quasi unanimité (ça doit être ça la solidarité) d’aligner leur régime de retraite sur le régime général ; bel esprit de caste.
    – Et villepin avec des trémolos, se déclarer comme le candidat qui poursuivra l’oeuvre immigrationniste, quel qu’en soit le prix ; pour la plèbe.

    Donc ça grogne, et pour qui est attentif ce qui se joue en se momment c’est un des effet du renversement du monde. Celui que nous avons connu est mort ; il ne reviendra pas.
    La bulle de crédit gonflée à bas taux va sous peu s’arrêter.
    Les dix ans à venir seront ceux du remboursement ; et également ceux du chomage.
    Et c’est donc le million de chomeur supplémentaire, qui se décide en ce momment ; si on rallonge la durée du travail.

    Les impôts non payés depuis trente ans, sont la dette d’aujourd’hui.
    Le décalage des niveaux de richesse entre générations, sont la réalité d’aujourd’hui.
    Il va falloir renégocier le statu quo, avant que l’hémoragie de capital ne nous paupérise tous ; c’est notre opium.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Premi%C3%A8re_guerre_de_l'opium

    1. – aligner les taxes, les impôts, etc… du capital sur le travail : youpi, ça va aider les gens à investir dans les entreprises.
      – le refus des parlementaires sur les retraites est une blague démagogique : ce genre d’amendement n’est pas constitutionnellement valable. Il ne pouvait être QUE refusé.
      – villepin est un clown

      Les dix ans à venir seront ceux du remboursement ; et également ceux du chomage.

      Pas que du chômage. Il y aura aussi de la misère, des grincements de dents, des pénuries et des infusions Thé L’Eléphant.

      1. flak

        l’histoire des parlementaires est un exemple de plus de la veulerie des journalimstes froncais qui sont vraiment des gros nuls, exactement pile poil dans la meme lignee que l’histoire du blaireau multirecidiviste irresponsable et cretin qui se fait arreter apres avoir poste ses aneries sur facebook: gros titres qui n’ont rien a voir avec la realite, maintient du lecteur dans l’ignorance des faits reels et tres important pour comprendre.
        le journamimse a la froncaise c’est pignouferie sur pignouferie.

  7. Obsédé Textuel

    Avez vous vu un infirmier psychiatrique raisonner un de ses schizophrènes ?
    Rien ne sert de tenter le dialogue argumenté avec des endoctrinés aveugles volontaires. Les gauchistes sont dans une telle pauvreté misérable qu’ils n’en sont pas conscients !

    Par exemple avec ces enseignants toujours aussi imbus de leur petite supériorité flattant leur ignorance crasse, je n’oppose qu’une indifférence polie… la pire.
    Au bout du chemin de la démagogie c’est eux qui paieront la note finale.
    Alors attendons…
    Attendons qu’ils se prennent tous quantité de « pains » dans la gueule, et lorsqu’ils auront tari toutes leurs larmes, ils viendront à nous tous seuls.
    Cela a déjà commencé.
    Aux dernières présidentielles et législatives près de 18% ont voté FN

    1. Higgins

      Je m’inscris en faux contre ces assertions. Il existe dans ce pays des enseignants respectables. Depuis plusieurs jours, j’entends régulièrement à la radio que des membres de cette honorable et estimable corporation encadrent de fort bonne façon des élèves. Avec une pédagogie des plus modernes, sans compter leur temps précieux, ils veillent avec amour à l’éclosion de ceux que la Nation, dans sa bienveillance coutumière, leur à confié. Grâce à cet enseignement que le monde entier (ne) nous envie (pas), nos petites têtes blondes progresseront sans coup férir sur le chemin de la connaissance. Il est vrai qu’ils encadrent uniquement les boutonneux, pardon, les lycéens qui manifestent !!! Il faut bien un début à tout. On rêve de les voir appliquer leurs méthodes révolutionnaires dans leur métier annexe : l’enseignement des matières classiques type Maths, Français, Histoire, SVT, Philo, Economie, etc… Le niveau du Bac péterait les high-scores.
      Sinon, les élèves de moyenne section de l’école maternelle Léon Trotsky appellent, avec leurs encadrants, au blocage des classes de petite et grande section.

  8. Un prof

    Les enseignants sont responsables (avec leur administration) des exactions des élèves qu’ils ont sous leur responsabilité aux abords des établissements. Il est peu probable, donc, qu’ils les incitent à commettre des exactions qu’on pourrait leur reprocher par la suite.
    Les enseignants ont un rôle éducatif, et « aider » à organiser une grève peut être un acte éducatif. tout vaut mieux que des débordements. Vos réflexions montrent bien que vous ne fréquentez plus des jeunes depuis bien longtemps. La jeunesse est excessive et il faut bien la canaliser d’une façon ou d’une autre : un jeune de 15 ans ne pense pas comme vous, il se cherche, et nous devons lui donner les moyens de se trouver. Même si parfois son choix sera « bête » selon vos critères.
    A chacun son métier : non, tout le monde ne peut pas être prof! Vous jugez de l’extérieur, et c’est bien facile. Est-ce que je viens faire des commentaires sur vos professions respectives? Non. Et pourtant, les compétences que l’on demande d’acquérir à un enseignant sont bien plus complexes que celles que vous exercez.
    Peu d’humanisme chez vous. si vous ne croyez pas en la jeunesse et en ceux qui tentent de former son esprit critique, vous êtes déjà de vieux cons pleins de certitudes. Avec cette réforme des retraites, je vous promet bien des aigreurs.
    Vos réflexions sont consternantes. Parce qu’elles sont nombrilistes.

    1. yoook

      Les enseignants sont responsables (avec leur administration) des exactions des élèves qu’ils ont sous leur responsabilité aux abords des établissements.
      >> Je ne pense pas que ça se soit déjà vu…

      Les enseignants ont un rôle éducatif, et « aider » à organiser une grève peut être un acte éducatif.
      >> Pour contester, il faut un minimum d’éducation, de lectures et de réflexions. C’est précisément ce qu’il leur manque. Commencez par ça.

      La jeunesse est excessive et il faut bien la canaliser
      >> Ha, je croyais que c’était le rôle du théâtre, de l’expression corporelle, de l’expression artistique et du vivrensemble.

      A chacun son métier : non, tout le monde ne peut pas être prof! Vous jugez de l’extérieur, et c’est bien facile.
      >> C’est encore plus dur quand on est à « l’intérieur » je pense.

      Est-ce que je viens faire des commentaires sur vos professions respectives? Non.
      >> Heureusement que vous en avez le droit, ne l’oubliez pas.

      Et pourtant, les compétences que l’on demande d’acquérir à un enseignant sont bien plus complexes que celles que vous exercez.
      >> Comment le savez vous ?

      Peu d’humanisme chez vous.
      >> C’est vrai, personne ici ne peut résister à un enfant roti.

      si vous ne croyez pas en la jeunesse et en ceux qui tentent de former son esprit critique, vous êtes déjà de vieux cons pleins de certitudes.
      >> Former un esprit critique est un tout petit peu plus complexe que d’organiser une manif.

      Avec cette réforme des retraites, je vous promet bien des aigreurs.
      >> le vin blanc s’en chargera.

      Vos réflexions sont consternantes. Parce qu’elles sont nombrilistes.
      >> C’est celui qui le dit qui y’est.

    2. Alex6

      Le coup du « prof-proche-du-jeune », cf Le peril jeune pour la parodie.
      Merci d’etre venu ici, avec vos propos adolescents, justifier tout le mal que l’on est en droit de penser du corps enseignant francais.

  9. Laetitia

    A vrai dire, je crois que la moyenne d’âge n’est pas très élevée ici, et j’étais moi même une adolescente qui se cherche etc, il n’y a pas si longtemps.

    Personne n’a dit non plus que TOUS les profs étaient à mettre dans le même sac….

    Ceci étant précisé, nous autres vieux cons avant l’âge savons que dès lors que les parents fournissent un justificatif d’absence ( obligatoire dès lors que l’enfant n’était pas dans l’établissement, pour le moins dans l’institution catho dans laquelle j’ai été séquestrée jusqu’au bac), les enseignants, pas plus que l’établissement, ne sont responsables des actes des élèves….

    Et quand on sait que la jurisprudence ne reconnait pas la responsabilité d’un syndicat pour les abus de certains de ses membres….on se dit que par extension, votre rude responsabilité quant aux actes des élèves s’approche du néant.

    D’aileurs je doute fortement qu’un quelconque enseignant soit poursuivi pour les divers actes de vandalisme commis ces derniers temps par des lycéens. Ce sont les parents qui vont douiller, à condition de retrouver les vrais coupables bien sur.

    Et concernant la critique de l’instrumentalisation des gamins j’approuve totalement.

    C’est immonde de s’en servir pour défendre ses petits intérêts égoistes, profitant de leur ignorance et surtout de leurs variations hormonales.

    On croirait un mauvais remake de mai 68 (déjà que l’original n’est pas très ragoutant…).

    Les lycéens feraient mieux de savoir lire et écrire correctement avant de s’engager dans des choses qui les dépassent. Ce ne sont pas la délinquance et le blocage qui vont renflouer les caisses.

    Il n’y a plus de pognon cher ami privilégié. Tout le monde devra faire des sacrifices. La fête est finie.

    1. Un prof

      Désolé, je n’avais pas compris, parce que je ne m’y suis pas attardé, que sur ce blog, l’argent remplaçait le cerveau.

      Au moins reconnaissez-vous que tous les profs ne sont pas à mettre dans le même panier. J’en connais plusieurs qui ont réellement peur pour leurs élèves quand ceux-ci sont livrés à eux-mêmes dans la rue. La conscience professionnelle existe encore, heureusement.

      Vu les CSP dont est issu le public que j’ai quotidiennement devant moi, j’ai conscience d’être un privilégié. Je ne manifeste jamais pour une augmentation de mon salaire. je suis prêt aux sacrifices parce que je suis patriote (d’où mon choix d’être fonctionnaire). Mais il est toujours plus facile de « faire des sacrifices » quand on a beaucoup que quand on n’a plus rien.

      Allez! Descendez dans la rue! Ça pue? C’est la vraie vie! Vous l’aviez oublié? Mais l’aviez-vous connue? Quand il n’y a plus de pognon, c’est justement le moment de faire la fête!

      1. Flak

        la vie de prof c’est trop dur!
        breaking news pour toi prof: ici il n’y a quasiment que des libertariens, qui conchient ton Ednat et le resultat lamentable de ses exactions orthographiques.
        Ce que tu appelles le dur metier de prof c’est de la gnognotte pour glandeur dans le monde des gens qui bossent pour de vrai.
        Au passage prof, attrape-toi un peu de culture (tu sais le truc que les profs ils doivent avoir) et sache de quoi on parle ici avant de nous ramener tes sorties rances sur le pognon et les gens qui ne connaissent pas la rue, ca t’evitera de passer pour une copie carbone des soixante millions de perroquets francais abrutis par le brainwash antiliberal ambiant retardé

        1. DCA

          breaking news pour toi prof: ici il n’y a quasiment que des libertariens, qui conchient ton Ednat et le resultat lamentable de ses exactions orthographiques.
          >> Je ne vois pas trop en quoi le commentaire de UnProf mérite un tel déluge de grossièreté. On se croirait sur Agoravox.
          Ce que tu appelles le dur metier de prof c’est de la gnognotte pour glandeur dans le monde des gens qui bossent pour de vrai.
          >> Va travailler une semaine dans un collège de Bondy et on en reparlera.
          Au passage prof, attrape-toi un peu de culture […]
          Vu comment que t’écris toi, c’est l’hôpital qui se fout de la charité.

        2. Laetitia

          Laissez donc ce cher Flak tranquille….

          Il ne fait pas dans la dentelle mais c’est ce qui fait l’intérêt de sa personnalité.

        3. Théo31

          Va travailler une semaine dans un collège de Bondy et on en reparlera.

          Tiens, ça faisait longtemps qu’on avait pas eu droit à la rengaine du prof : venez passer une semaine…

          Mais bien sûr. Allez donc passer une semaine à la caisse d’un supermarché à devoir supporter tout un tas de gros connards de clients, dont plein de profs et on en reparle. Allez construire des routes par 50 ° C au soleil en respirant l’odeur infecte du bitume et on en reparle , allez vider 10 tonnes de bagages d’un charter sous une pluie diluvienne et on en reparle…

          Je continue ?

        4. fifou

          Allons allons, un peu de respect des opinions divergentes

          La qualite de ce blog vient aussi de la diversite des profils attires par la finesse de la plume hashesque

      2. Théo31

        « Au moins reconnaissez-vous que tous les profs ne sont pas à mettre dans le même panier. »

        Personne n’a jamais dit le contraire. Des profs bien, il y en a plein. La différence, c’est qu’ils ne sont pas souvent dans la rue et qu’ils ont bien plus intéressant à faire que défiler avec des pancartes aux slogans débiles et bouffer des merguez.

      3. Laetitia

        « sur ce blog, l’argent remplaçait le cerveau »

        Mais que voulez vous dire? Ou est le rapport? Les caisses de l’Etat sont vides, c’est un fait.
        Des décennies d’argent balancé par les fenêtres par des politiciens assoiffés de pouvoir (rêve de réélection, quand tu nous tiens) et irresponsables (dans tous les sens du terme) nous ont conduit au bord du gouffre.

        Le réformette prévue par le gouvernement sur les retraites est loin d’être une décision anodine: ils n’ont pas le choix. Ils sont obligés de prendre ce risque politique, parce qu’on ne PEUT pas faire autrement.

        C’est sur, il y a des décus…..Ca ne change rien aux faits. Tout le monde devra faire des sacrifices parce qu’on ne peut pas demander à une seule catégorie de personnes de payer pour les autres. Ce ne serait même pas matériellement possible, même si c’était éthiquement souhaitable.

        Et je persiste dans l’idée que ce n’est pas en bloquant tout le monde, en détruisant et hurlant des slogans incohérents que l’on arrangera les choses.

        Vous avez dit très justement qu: « il est toujours plus facile de « faire des sacrifices » quand on a beaucoup que quand on n’a plus rien. »

        J’aimerais que vos « collègues » de la SNCF et autres nids de totalitaires déconnectés de la réalité vous entendent avant de prétendre défendre les intérêts du petit peuple.
        Hé oui, c’est un fait: eux, les pious pious chéris de l’Etat, peuvent se permettre de faire grève TRES souvent. Ils savent qu’ils vont bénéficier d’avantages illégaux aux frais du contribuable. Ils s’en foutent.

        Ils veulent continuer à glander sur le dos des autres, parce que l’idée même de prendre leur vie en main tout seuls et de devoir faire des sacrifices comme tout le monde leur est complètement étrangère.

        Idem pour les étudiants bloqueurs: on ne veut pas bosser alors on emmerde tout le monde et on détruit pour avoir nos diplômes au rabais.

        Ben voyons..

        Alors vous m’excuserez, mais « la rue », très peu pour moi. Pendant ce temps je fais ce qu’il faut pour ne pas devenir comme ceux que je méprise.

        1. Allons, la rue, c’est chouette et plein de profs responsables qui encadrent leurs élèves :

          http://www.leparisien.fr/economie/retraites/en-direct-manifestations-lyceennes-une-jeune-fille-de-15-ans-blessee-a-paris-19-10-2010-1115204.php

          http://www.leparisien.fr/faits-divers/un-college-detruit-au-mans-l-incendie-serait-criminel-19-10-2010-1115190.php

          Aux portes de Paris, « scènes de guérilla urbaine » (AFP)

          Les classes vertes, cette année, seront placées sous le signe de la pyrotechnie.

        2. Laetitia

          J’ai bien aimé la petite intervention de Michèle Coco-Cuicui:

          « Bon ca suffit maintenant. Olivier, arrête de casser les jouets de Charles-Henri!!! Je sais que tu es frustré parce qu’il en a de plus beaux que toi mais tu n’a pas le droit de les casser!!! On a déjà exigé de ses parents qu’ils contribuent à acheter les tiens, et c’est aux grands de décider de ces choses là.

          La prochaine fois ce sera le piquet et tu seras privé de dessert, na!!!

          (Olivier casse un autre jouet et fait une crise de nerfs)

          Non arrête, ne pleure pas. Viens me faire un bisou (piou-piou).  »

          (Bon ok je me casse)

    1. Je peux toujours essayer, mais je crains que la tendance du moment ne soit pas favorable aux méchants capitalistes.

      1. NeBu

        Il n’empêche que la qualité des articles vous permettrait de tirer votre épingle du jeu!
        Peut-être que les juges ne jugeront pas que sur le fond (gageons que les juges seront tous des bisounours) mais également sur la forme. Et vous excellez en la matière! 🙂

    2. Franck

      Je ne laisse pas souvent de commentaires sur ce blog mais, lecteur tout de même assidu, j’ai voté avec grand plaisir en sa faveur!

Les commentaires sont fermés.