Monopoly tragique : début de partie

C’est donc officiel : la Federal Reserve Bank va injecter gentiment trois fois rien sous forme de billets tous frais imprimés avec la petite Epson Stylus de Bernanke, histoire de faire redémarrer l’économie. Et le cours du Rien est à environ 200 milliards de dollars.

Franchement, il n’y a absolument pas de quoi paniquer.

D’une part, il y a l’histoire qui est très rassurante : regardez ce qui s’est passé précédemment, et vous pourrez presque en déduire ce qui va se produire. Ainsi, l’injection de 750 milliards de dollars sur les marchés dans les semaines qui suivirent l’explosion en vol de Lehman Brothers a réellement permis de faire oublier le douloureux moment de crise… pour une infime proportion de la population, le reste se prenant une dégelée assez sévère dans la joie et la bonne humeur des cours de bourses qui faisaient le yoyo.

C’est festif, le yoyo, non ?

Cette injection n’ayant, au final, provoqué absolument aucun effet bénéfique mesurable, et ayant eu le mérite discutable de faire perdurer un certain nombre d’établissements pourris et de pratiques douteuses, il était nécessaire que les politiciens remettent le couvert : comme toutes les fois où leur aspirine ne fonctionne pas, une bonne dose d’aspirine supplémentaire est immédiatement prescrite.

La parabole de l'aspirine

Evidemment, l’injection est présentée avec le sérieux et le calme pondéré qui préside à toute opération de mise en bière d’une économie mondiale.

D’un côté, pendant que les imbéciles socialistes les taxent de turbolibéralisme débridé sans rien comprendre à ce qui se passe, les imbéciles keynésiens applaudissent sobrement : « tout est sous contrôle, rassurez-vous » expliquent-ils, une vague moiteur à peine perceptible sur leurs augustes fronts.

D’un autre côté, ceux qui ont bien compris comment tout ceci fonctionne et comment tout ceci va se terminer, à commencer par les économistes autrichiens, continuent à dénoncer les consternantes bêtises proférées avec aplomb par les brochettes d’imbéciles précédents.

Ainsi, il n’y a guère de surprise pour eux lorsqu’ils constatent que … l’or grimpe gentiment, quelque soit la monnaie de référence. Ben oui, à force de tripoter les monnaies, le papier se salit et perd quelque peu de sa noblesse d’être tant chahuté dans de sombres ruelles. Bilan : 1400$ l’once.

Cours de l'or 081110

S’il échappe plutôt bien à la vigilance sévère et quasi-martiale de la presse franchouille — pourtant dans les starting-blocks dès qu’il s’agit d’analyser finement les rouages économiques mondiaux — , ce cours attire tout de même l’attention de certain dirigeant de la Banque Mondiale au point de proposer un retour à l’étalon-or.

Oh, bien sûr, on va doucement diluer la solidité de l’or dans un peu de merdasse fiat, afin d’adoucir le propos et ne pas choquer les fiers imprimeurs centraux dont les doigts tâchés de lourdes encres sont tordus des nombreuses heures passées à enfiler des petits fours et inflater salement des escorts des monnaies souveraines.

Mais il n’en reste pas moins qu’on distingue un peu, dans le fond, quelques mouvements gênés pour faire en sorte que les rideaux pudiquement jetés sur la crise ne s’effondrent pas sur les bouffeurs de caviar.

Non non, il n’y aura donc pas d’inflation. Ou disons, trois fois rien (le cours du rien est inchangé depuis l’intro, notez bien). Evidemment, ça va rendre les vêtements un peu plus chers. Ou plus petits, au choix.

Le retour de la mini-minijupe, des pantalons très très trop moulants, des anoraks fluos trop courts est donc à prévoir. Ce n’est pas la crise, c’est un simple retour à la mode des 80s. La seule chose qui va grandir, ce sont les portefeuilles pour pouvoir contenir les amusantes masses de billets qu’on va devoir y insérer.

Les années 2011 et suivantes verront donc des armées de citoyens maigrichons habillés comme dans les années 80 rouler en voiturettes ridicules trimbalant des cabas de billets aux couleurs clinquantes. Excitant, non ?

Tsk tsk, j’exagère et vous le savez bien. Les fêtes approchent, il ne sera donc pas question d’une forte hausse de prix, hein… Monsieur Leclerc, un commentaire ?

Bon, il faut voir le bon côté des choses : avec une belle inflation bien contrôlée, bien maîtrisée par les as de la finance qui ont pour le moment tout géré de main de maître, même les pauvres vont rapidement avoir le plaisir de manipuler des billets de 500 euros, chose qui n’était pas simple quand cela valait encore quelque chose.

500 €, soit 1 café et 1 paquet de clopes

Et puis ça aura le mérite de relativiser pas mal les catastrophiques énormes visibles modestes bévues budgétaires prévisionnelles (tenez, par exemple : un A400M à 168 millions d’euros au lieu de 111, voilà une bonne affaire, non ?) : en fait, une augmentation de 50% des prix, ce n’est pas vraiment une augmentation.

C’est une inflation contrôlée.

Con-trô-lée, vous dis-je !

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires79

  1. JB7756

    Le comportement apparemment absurde de la FED est peut être contraint. En fait la FED fait tourner la planche à billet pour éviter le défaut pur et simple et pas pour relancer l’économie. En fait, la vérité est toute simple, les USA sont maintenant en faillite !

    Je suis peut être naïf mais je me plais à penser que les allemands ne laisseront pas la BCE tripoter l’Euro. D’ailleurs pour l’instant il n’y a pas de QE dans la zone Euro. La BCE achète certains bons du trésor des PIGS mais récupère apparemment l’argent d’un autre coté (enfin c’est ce qu’ils disent).
    Toutefois un jour il faudra bien choisir entre le défaut des PIGS ou la planche à billet.

    Mais après tout si les USA choisissent de détruire leur monnaie, c’est vers l’Euro que les pays excédentaires se tourneront pour placer leur capitaux. La visite du président chinois en Europe le montre. Donc c’est bueno pour nous.

    1. les allemands ne laisseront pas la BCE tripoter l’Euro.

      Je le pensais aussi jusqu’à récemment. Je crains cependant qu’ils ne laissent faire, en désespoir d’autres solutions à proposer. D’ailleurs, depuis le 9 mai, il y a bien un équivalent du QE : c’est la BCE qui achète les dettes grecques et… je ne vois pas trop d’où sort l’argent, si ce n’est d’une subtile écrire de compte (ce qui revient à faire chauffer les rotatives).

        1. Omboy

          « Certes certes, mais … comment ? »

          -> Quand une BC veut accroître la quantité de monnaie dans une économie, elle achète des titres (contre de la liquidité). Bah là, elle va vendre des titres contre de la liquidité et donc diminuer la masse monétaire.

        2. Omboy

          « Et les titres, ils sont assis sur quoi, exactement ? »

          Assis sur quoi ? Ce sont des titres d’Etat, des titres publics. La politique d’open market correspond à une situation où la BCE rachète des titres publics (-> injection de monnaie) ou vend une partie de ces titres publics qu’elle détient.(-> diminue la quantité de monnaie en circulation).

      1. johan

        Elle « transforme » la réserve des banque en « treasury ». Ce qui réduit la base monétaire. Elle peut aussi augmenter le % des fonds propres.

        1. Mr T

          C’est le % de réserves dont vous parlez j’imagine. Les banques (US surtout) en ont déjà des quantités astronomiques en excédent avec les TARP, TALF, QE 1 et autres opérations d’open market permanentes.

          Quand une banque centrale vend les titres qu’elle détient pour éponger l’excédent de liquidités, comment ça se passe si dans la pratique les titres en question ne valent plus rien (remontée brutale des taux) ?

          La BCE s’est déjà lancée dans l’équivalent du QE comme dit précédemment. Je ne sais pas par quelles opérations elle « neutralise » ces achats.

          Et en plus du QE il y a le taux d’escompte inférieur aux rendements des obligations d’état (ça c’est véritablement la soupe gratuite), le taux directeur proche de 0 qui force la BCE à augmenter son bilan, etc.

  2. johan

    Bonjour,

    la finance est toujours votre point faible 😀 Ca n’empèche de faire sourire et que beaucoup de points sont justes. Je vous avait déjà donné le lien, je vous le redonne: http://pragcap.com/qe-is-another-wasteful-government-program avec un petit bonus si vous êtes d’une humeur à vous faire mal au cerveau: http://econviz.com/balance-sheet-visualizer.html#

    Vous remarquerez sur le dernier lien que la balance sheet des ménages n’augmente pas. Pour qu’il y estait inflation il faudrait que le secteur privé augmente. Et tant que les gens continuent à se désendetter, il n y a pas encore de risque. De toute façon même sans le QE les banque pourrait se remettre à prêter de l’argent… Le risque resterait inchangé.

    Peut être même que le QE pourrait finalement aider les ménages à se débarrasser des investissement pourris…

    Pour résumer, le QE n’imprime pas de monnaie, donc pas d’inflation. Mais l’inflation peut être causé par plein de choses…l’europe n’est pas les USA…

      1. johan

        Ok, l’or augmente, comme d’hab, le dollar baisse comme d’hab.

        Une question: sachant que le bilan des entreprises ni celui des ménages n’augmentent (à cause du QE), comment les billets « fraîchement imprimés » se retrouveront-ils dans l’économie?

        1. JB7756

          « comment les billets « fraîchement imprimés » se retrouveront-ils dans l’économie? »
          Réponse : Par les dépenses de l’état !

          Il est vrai que les salaires ne sont plus indexés sur l’inflation, on aura alors des bulles diverses et variées qui gonflent et vont éclater un peu partout en étouffant l’économie (comme avec le pétrole en 2008 ou l’immobilier en 2007).

        2. johan

          Et depuis quand l’état US a besoin d’un QE pour dépenser?! L’état US dépense, ensuite la fed envoie la monnaie. Ça n’a rien à voir avec le QE! Si l’état US veut dépenser (en effet cela peut créer de l’inflation) il le fait!

          Le QE est quelque chose de différent! Comme le disent les analystes et Ben Bernanke lui-même, ce n’est qu’un « asset Swap » où le Gv n’à rien à faire!

        3. JB7756

          @Johan « Et depuis quand l’état US a besoin d’un QE pour dépenser?! »
          Sans le QE le gouvernement fédéral serait en cessation de paiement ! Cela semble de plus en plus clair. Les prêteurs habituels se sont barrés !

        4. johan

          Ouf, j’ai failli être du même avis que vous l’espace d’un instant!

          Alors, je vous invite à aller sur le deuxième lien que j’ai donné. Ensuite vous sélectionnez « government spend », puis run operation, puis « government issues debt » puis run operation. Vous recommencez l’operation jusqu’a ce que vous ayez besoin de sélectionner « quantitative easing », ensuite on en reparle. 🙂

          Attention, je ne suis pas en train de dire que c’est « bien ». Juste que les arguments « le gov » est en faillite et le QE va créer de l’inflation sont faux. C’est mathématique.

    1. Monoi

      Je ne sais pas, mais quand la banque d’Angleterre a rachete le deficit de l’etat l’annee derniere a travers les gilts, ca ressemblait vachement a de l’injection de liquidites.

      Le gouvernement depense 200 milliards de plus qu’il n’a, et la Banque d’Angleterre lui donne le fric en rachetant ses gilts. Si ce n’est pas imprimer de la monnaie ca, je me demande bien ce que c’est.

      Je ne vois pas trop la difference avec la Fed.

      Vous etes en train de dire en gros que la Fed ne fait rien, que le QE, c’est une vue de l’esprit. Il y a quelque chose qui manque.

      1. Mateo

        @ johan

        Dire qu’un Quantitive Easing ne crée pas d’inflation monétaire, c’est comment dire… du grand n’importe quoi. Je ne sais si la finance est le « point faible » d’h16, mais pour vous ca m’a tout l’air d’être l’économie. Il y a bien création de monnaie à partir de rien, servant à racheter des bons du trésor, donc backée sur le chant mélodieux du pipeau étant donné la situation budgétaire du gouvernement US et ce que ça implique, il y a bien volonté de baisser artificiellement le coût du crédit en dessous du taux « naturel » au sens autrichien, impliquant la création de monnaie basée sur aucune création de richesses équivalentes, et donc -> théorie autrichienne des cycles économiques etc. Malgré tout ce que Ben & co peuvent raconter.
        Rien d’étonnant donc que le marché anticipe une baisse du dollar et que le cours de l’or grimpe…
        Et tout ça a été correctement prévu par les économistes de l’école autrichienne.

        Ces QE sont des bombes à retardement…

  3. hardcorelibertarian

    Salut H16, même si je sais que les libéraux et surtout les libertariens ne croient pas à la propriété intellectuelle, la moindre des choses aurait été de linker le maitre du monde pour son montage de Marc Moulin (et au passage faire profiter tes lecteurs de la plume de ce grand monsieur qu’est LMDM).

    1. Eh bien j’ai essayé, mais je n’ai plus le lien sur la page en question. LMDM est dispo ici, mais j’aurais aimé linker sur la page qui contenait l’image, que je ne trouve plus.

  4. Omboy

    Sinon on n’est pas sorti de l’auberge, mon prof de macro a dit que c’était une superbe décision parce qu’on a retenu les leçons de la crise de 29. Et que bons nombres de problèmes en Europe pourraient être réglés si on pouvait accroître la masse monétaire en Europe aussi facilement qu’aux US.
    C’est tout, c’est comme ça, c’est la vie.

    1. Bah voilà c’est la vie : les gens vont continuer à croire que le papier monnaie vaut quelque chose, parce que c’est comme ça. Et puis c’est tout.
      Et les banques n’exploseront pas en vol quand il s’agira de tenir compte des défauts de paiement sur les prêts immobiliers. Puisqu’on vous le dit.
      Et tout ceci va se terminer gentiment, puisque nous avons retenu les leçons de 29, de 23, et des autres.

      Le tout est d’y croire. Très fort.

  5. kelevra

    definition du mot inflation :

    -émission excessive de monnaie qui ne correspond pas à une augmentation parallèle des richesses disponibles. Dans ce cas, la monnaie se déprécie car, avec une même quantité de monnaie, on peut acheter moins de choses: les prix augmentent.
    -Dérèglement macroéconomique affectant les processus de formation, de répartition et/ou de dépense du revenu et qui se manifeste par une hausse autoentretenue des prix. Alimentée par l’émission monétaire, elle a pour ressort la lutte pour le partage des richesses
    -déséquilibre économique caractérisé par la hausse des prix et l’accroissement de la circulation de la monnaie

    et apres ca vous dites que l injection massive de monnaie par le rachat de la dette de l etat ne cree pas d inflation!!!!

  6. JB7756

    Pour finir, en théorie, on peut dire que l’argent du QE devra être remboursée. Donc à terme il n’y aura pas d’effet inflationniste. Mais qui peut croire que ces sommes énormes seront remboursées ?

    Ce qu’il va se passer est simple :

    1) les étrangers vont se détourner du dollar, le trésor US ne trouvera plus aucun prêteur. C’est déjà plus ou moins le cas. Les USA vont se retrouver isolé du reste du monde. Le prix de biens importés va fortement augmenter.

    2) La FED va continuer sa course en avant dans un premier temps en espérant relancer la croissance pour que les déficits structuraux soient comblées. Mais on voit mal comment dans une telle ambiance de défiance et de corruption (foreclosuregate…). Si il ne sont pas comblés, l’inflation va augmenter de manière exponentielle du fait des importations, des bulles, mais aussi d’un réveil brutal des américains quand ils comprendront que leur monnaie ne vaut tripette.

    3) A la fin les USA en plein chaos social vont devoir faire défaut. Scénario + ou – à l’Argentine. Et là ce sera la grosse m… En espérant que les banques européennes aient anticipée correctement ce défaut…

    En fait la FED espère que sa politique du traitement du mal (la dette) par le mal produira un miracle de croissance. Si il ne se produit pas, sa politique entraînera un immense chaos.

    1. “Vous etes en train de dire en gros que la Fed ne fait rien, que le QE, c’est une vue de l’esprit. Il y a quelque chose qui manque.”
      Exactement

      Voilà qui me rassure donc. C’est absolument n’importe quoi.

  7. gnarf

    Desole, pas d’impression de monnaie dans cette operation. La fed emprunte aux banques US pour acheter des bonds et faire ainsi baisser les taux d’interet a long terme.
    Ainsi il y aura plus de credit aux entreprises.

    La masse monetaire totale reste la meme c’est une facon indirecte de faire baisser les taux a long terme. L’or monte parce que evidemment, si ca fonctionne et fait repartir les credits aux entreprises, il y aura une pression inflationiste. Mais c’est pas de l’inflation suite a une quelconque impression de monnaie.

    Wikipedia: « quantitative easing is sometimes colloquially described as « printing money » although in reality the money is simply shifted from member bank dollar deposits to financial instruments »

    1. Stéphane

      L’or ne monte pas et ne descend pas. Les monnaies montent et descendent les unes par rapport aux autres dans le système de changes flottants. Dans ce système, l’or, c’est les rochers de la côte.

      Si l’or « monte » c’est parce que le dollar vaut de moins en moins le papier sur lequel il est imprimé, et que les gens se débarassent en masse de leurs dollars de monopoly. L’or ne monte pas par rapport au franc suisse, par exemple, simplement parce que la BNS (pourtant très stupide) n’a pas encore fait chauffer la planche à billets.

      L’opération de la fed est un montage financier de plus pour donner l’illusion que sa monnaie vaut quelque chose.

      Ah, aussi, depuis que les banques centrales sont devenues (théoriquement) indépendantes et n’utlisent (théoriquement) plus la planche à billets, les hommes d’Etats ont trouvé un autre moyen d’augmenter artificiellement la masse monétaire, c’est à travers l’endettement public.

      Si j’ai 100 francs et que vous n’avez rien, il y a 100 francs dans le système. Si je vous prête 100 et que vous allez jouer avec au casino, il y a 200 francs dans le système: les 100 que je vous ai prêté sous forme de dettes, et les 100 avec lesquelles vous jouez aux machines à sous.

      Les déficits deviennent des emprunts d’Etats, qui reviennent à une augmentation implicite de la masse monétaire, donc de l’inflation et de la perte de valeur de la monnaie (puisqu’il y a toujours plus de monnaie en circulation pour une production économique qui ne suit pas.)

      Au Zimbabwe, les entreprises locales ont battu des records. Leurs bénéfices se chiffrent en milliards de milliards de dollars zimbabwéens!

      Vous voyez l’astuce?

      1. gnarf

        L’or a un cours flottant aussi. Quand je vous dis que l’or monte, c’est par rapport a la plupart des monnaies.

        « Si j’ai 100 francs et que vous n’avez rien, il y a 100 francs dans le système. Si je vous prête 100 et que vous allez jouer avec au casino, il y a 200 francs dans le système: les 100 que je vous ai prêté sous forme de dettes, et les 100 avec lesquelles vous jouez aux machines à sous. »

        Non, vous avez 100 francs de moins, et moi 100 pour aller jouer. Ca fait toujours 100 francs. Les banques n’ont pas le pouvoir de creer pas d’argent. Ce qu’elles vous pretent elles l’empruntent ailleurs. Sinon vous pensez bien que ce serait la fete du slip tous les jours, et on aurait de l’inflation en millions de %.

    2. Mr T

      Vous confondez impact nul sur le bilan de la fed et impact sur le système économique. Dans un cas les réserves des banques restent des réserves. Dans l’autre cas elles sont créditées sur le compte du trésor public. C’est tout sauf identique.

      1. gnarf

        Oui je vois bien que c’est different. Ces reserves sont deplacees d’un compte a un autre, et bloquees sous forme de bons du tresor.
        Dans le detail pour etre precis, la fed emprunte 277 milliards de dollars au tresor, et les 323 restants c’est pas encore clair…une partie reserves de banques une partie tresor(?)

        Mais ca ne revient toujours pas a injecter de l’argent imprime sans contrepartie dans le systeme economique.

  8. XAVIER

    excellent … moi je n’y comprends pas grand chose mais ça m’a l’air bien euh chaotique ?
    (ndlr : les sectes , prosectes , courants avaient des débats aussi fougueux et complexes ,querelelrus avec des théses antagonistes durant le christianisme (ainsi qu’a ses début) …. le rapport? Dieu était l’explication de leur monde…nous c’est wall street?) ( muliplier les pains ou les dollars faut choisir le miracle mdr)

  9. maron

    amha, je vois de l’inflation
    dans les actions, l’or, les matières premières
    l’immobilier.
    quand ces actifs serons revendus avec une plus-value
    le bénéfice ira dans l’achat d’autres produits
    de la vie courante, voiture, tv,
    et continuera son chemin vers les vêtements,
    l’alimentation.
    la demande faisant monter les prix.
    le kilo de poireaux augmentera en dernier.
    c’est une question de temps.

  10. Alex6

    http://www.cotation-immobiliere.fr/AnalysEconomieDetail.aspx?sPageId=mode-emploi-creation-monetaire-deflation-inflation-abadie
    Pour le coup h16, Johan a raison, c’est une erreur commune que de croire que les QE sont de la creation monetaire. Il faudrait une economie qui tourne a plein regime pour que les reserves bancaires passent dans l’economie reelle hors ca n’est pas le cas.
    Les hausses des mp sont dues a la baisse du dollar et du jeu des Chinois sur les changes, aucune explosion hyperinflationiste la-dedans.

    1. Mais ce n’est pas la question, en fait.

      Ce qu’on note, c’est la désaffection réelle et quantifiable du monde pour le dollar, une hausse de l’or relativement à cette monnaie, à l’euro et la livre, et une augmentation palpable des prix des biens. Qu’il y ait, maintenant, création monétaire ou pas importe très peu : si la confiance dans le papier s’effondre, même s’il y a 0 nouveau billet d’émis, les gens n’en voudront plus.

      1. gnarf

        Amicalement, l’article insiste beaucoup beaucoup sur l’impression de monnaie sans contrepartie.
        Alors on se permet de dire ce qu’on en pense 🙂

        Effectivement, tout ca est risque ca doit transpirer beaucoup a la fed. Mais pas pour les raisons qu’on croit (ca n’est pas de la creation monetaire ex nihilo).

        Les USA sont en train de relancer leur competitivite. Ils accelerent le processus de destruction creatrice. Le QE est bien plus sain que les bailouts puisqu’il s’agit d’assouplir les taux et de faire confiance a l’economie privee. Tandis que les bailouts c’etait vraiment Keynesien.

    2. JB7756

      Le QE2 n’est pas une création de billets physiques. Mais c’est comme si sur mon compte en banque je pouvais ajouter des zéros en tapant sur mon clavier d’ordinateur. Evidemment si je met d’énormes sommes, la banque pourrait avoir du mal à payer si je fais un retrait en espèce.

      Cet argent du QE2 passera dans l’économie via les dépenses de l’état, il vend ses bons de trésor pour financer ses dépenses. C’est de la monnaie « électronique » qui n’a pas de contrepartie papier et surtout pas économique.

  11. pp

    C’est très bien de critiquer les actions de la Fed, d’autant plus que c’est une critique justifiée, mais ça serai bien de parler des moyens de sortir de cette crise sous peine de se cantonner à un rôle de protestataire ronchon.
    Alors que fais-t-on ? QE pour continuer à alimenter la bulle gigantesque des dérivés, ou pas de QE et on fait exploser la bulle et advienne que pourra ?
    A moins qu’il y ai une autre solution ? Un petit Glass-Steagall par exemple ?

    1. Quelle solution ? Mais à quel niveau ? Je suis qui, moi, exactement, pour dire ce qu’il faut faire aux andouilles chevronnées qui décident à la place de tout le monde ?

      Moi, à titre perso, j’achète de l’or, je convertis gentiment mon papier en biens matériels, je me prépare pour un petit moment délicat. Le reste, je m’en cogne : le monde s’est toujours très bien passé de moi pour survivre, je pense qu’il pourra aussi se passer de moi pour s’effondrer et renaître. Faisons simplement en sorte de limiter la casse personnelle.

      1. Au fait : http://www.insee.fr/fr/themes/info-rapide.asp?id=79&date=20101109

        On observe bien une augmentation du prix du pétrole de 7,2% depuis septembre et de 8,9% du prix des matières premières importées – avec des pointes d’augmentation de +11,3% pour les métaux non-ferreux, de +34,2% pour les textiles en fibres naturelles, +20% pour le caoutchouc naturel, +11,6% pour les bois sciés, +18,9% pour les céréales, +27% pour le sucre (et 32% pour l’or sur l’année).

        Con-tro-lée, vous dis-je !

      2. pp

        Si tout se pète la gueule, ton or ne te servira à rien. Un grand champ de patates serai beaucoup plus utile (l’or est assez indigeste)… si toute fois tu arrives à le protéger d’une armée de crève la faim. Donc tu ne peux pas dire que tu t’en fout.
        Ca m’étonnerai que tu n’ai aucune idée, sinon je ne vois pas pourquoi tu tiens un blog. Pour dire au monde que Monsieur h16 n’est pas content ?

        1. a/ sur les 5000 dernières années, ceux qui ont de l’or s’en sont toujours notoirement mieux sortis que les autres.
          b/ eh oui, monsieur h16 n’est pas content. Et il le montre. Groââr.

        2. JB7756

          @H16
          « sur les 5000 dernières années, ceux qui ont de l’or s’en sont toujours notoirement mieux sortis que les autres. »

          Hummm… Exemples ?
          Certains, beaucoup même, se l’ont fait voler de différentes manières. T’inquiètes pas si l’état à besoin de sous, il saura ou les trouver.

          1. Ben justement, non : les spoliations massives de l’or par l’état ne sont pas fréquentes, parce que justement les individus s’en protègent assez bien. Et puis, se faire voler un bien, ça arrive pour absolument tout (et l’or n’est pas différent, mais pas moins bon non plus que ces autres biens). Quant à l’autre assertion, regardez le passé : l’or a toujours été considéré comme ayant une valeur intrinsèque, ce qui n’est absolument pas le cas du papier. On a déjà vu du papier, des actions ou des titres dans les poubelles. Jamais de l’or.

        3. JB7756

          A propos de l’or :
          Sur ce magnifique graphique : http://www.sacra-moneta.com/varia/coursor1.png
          On voit que l’or à perdu les ¾ de sa valeur en 2 ans au début des années 1980. Perdre 75% de ses sous, c’est pas ce que j’appelle faire une bonne affaire.

          Méfiez vous l’or, c’est comme les actions, c’est très volatile ! Et méfiez vous : si tous le monde pense que l’or c’est bien, c’est que c’est pas bien. Il y a une bulle. Et une bulle ça fini par péter.

          Si la FED change sa politique, l’or peut s’effondrer. C’est l’avis de Charles Gave, je ne suis pas d’accord avec lui sur tous mais là je pense qu’il a raison.

          1. Méfiez vous l’or, c’est comme les actions, c’est très volatile ! Et méfiez vous : si tous le monde pense que l’or c’est bien, c’est que c’est pas bien. Il y a une bulle. Et une bulle ça fini par péter.

            Vous connaissez beaucoup de gens qui, autour de vous, en ont acheté ? Vous voyez des queues rue Vivienne à Paris ? Parce qu’en 80, c’était ça.
            Là … Rien.

            Il me semble – corrigez moi si je me trompe – que si on tenait compte de l’inflation, les niveaux atteint en 80 se traduiraient par une once à 6000$ aujourd’hui. Je pense qu’on est loin d’une bulle .


            (27/05/2010)

        4. JB7756

          Le graphique précédent donnait le cours de l’or en $ de 2006 (http://www.sacra-moneta.com/varia/coursor1.png ). Globalement il avait atteint 1700 $ de 2006 vers 1981 (+ ou – 1800 $ aujourd’hui). Aujourd’hui on est à 1400 $ et le prix de l’extraction est de 600 $ (de mémoire). Il y a donc 800 $ de « bulle » (57%).
          Conclusion l’acheter à 600 $ c’est raisonnable, à 1400 $ c’est risqué.

  12. JB7756

    L’économie US est comme un alcoolique. Shootée au crédit pendant des décennies, elle en est devenue malade à en crever.
    Maintenant il faut la sevrer et donc cela passe par une phase désagréable de désendettement. Et pendant qu’on paye ses dettes (ou qu’on fait défaut) on consomme moins donc il y a stagnation voir récession.
    La crise actuelle est inévitable et tous les stimulis ne font que retarder l’inévitable. La seule vrai solution est la rigueur.

    A notre humble niveau, les choix pour sauver ses sous sont difficiles :
    – l’immobilier à Paris est bullé à 100% cad qu’il perdra à terme 50% de sa valeur. Si l’inflation n’atteint pas cette valeur, c’est perdant.
    – l’immobilier dans les trous perdus n’est pas bullé et ne perdra pas trop de valeur mais il est difficile d’en tirer un revenu (donc il coûte).
    – l’or est bullée. L’or est un actif comme les autres, ce n’est en rien un roc inébranlable. Si la FED décide de faire une politique du dollars fort comme sous Reagan, l’or s’effondrera.
    – L’intérêt de conserver des liquidités c’est qu’elles sont « liquides ». On peut les mobiliser rapidement pour faire une bonne affaire qui ne manqueront pas d’arriver en cas de panique. Bien entendu il faut que les banques fonctionnent encore.
    – Les actions peuvent être intéressantes car les entreprises sont plutôt en bonne santé. Toutefois les actions sont très volatiles.
    – Les livrets défiscalisés (Livret A…) sont indexés sur l’inflation. Donc sauf bankrun ce sont des bons placements mais limités en volume.

    Il n’y a pas de miracles, diversifier est préférable pour limiter les pertes. Si on ne diversifie pas on prend le risque de perdre beaucoup mais on peut gagner aussi beaucoup. La chance jouera un grand rôle car personne ne peut prédire l’avenir.

  13. maron

    @ jb 7756
    gave est un vendeur de papier.
    d’accord avec toi
    l’ or n’est qu’un support financier
    quand la confiance sera revenue sur les monnaies
    l’or perdra de sa valeur.
    le but c’est d’aller de bulle en bulle
    hier les actions, aujourd’hui l’or,
    demain les obligations
    il n’existe pas de placement définitif.

    1. il n’existe pas de placement définitif.

      Si. Un cercueil.

      Mais sinon, oui, évidemment. L’achat d’or est un achat raisonné pour protéger une partie de son patrimoine, pas un investissement dans le but de faire une culbute.

  14. hank rearden

    L’or n’a pas comme seul intérêt d’être un placement; il peut surtout servir d’assurance en cas d’inflation forte, conflit, marchés noirs, socialisme dur, perspectives certes pessimistes et vision des choses survivaliste mais la période s’y prête, non ?

    Je fais comme H16 en ce moment. Je convertis une partie de mon épargne en trucs concrets qui garent une valeur intrinsèque.

  15. Wijngaards

    Cher hastable je ne sais d’où sorte votre billet de €500 mais je peux vous dire qu’il est faux archi faux.
    Maintenant vu le peu de ces billet en circulation je me demande combien de personnes sont capable de dire c’est un faux la preuve vos lecteurs n’ont pas signalé ce superchèrie

  16. Alex6

    h16,
    C’est au contraire extremement important de comprendre si il y a ou non creation monetaire reelle i.e. augmentation de la masse monetaire globale. Les jeux d’ecritures ou ouvertures de lignes de credits passent rarement dans l’economie reelle puisque les remboursements les ecrasent dans le temps.
    Le probleme c’est que beaucoup disent qu’il faut acheter de l’or mais ne savent pas pourquoi. Or un investissement pour de mauvaise raisons a de fortes chances d’etre perdant a long terme. J’ai deja explique pourquoi detenir de l’or est tres risque, en cas de panique l’etat est parfaitement capable de le requisitioner ce qui rendra son usage impossible voir tres dangereux. Ensuite il y a un probleme de liquidite et du fait que l’usage de l’or n’est pas repandu. Par exemple, en cas de penurie, comment achete-tu du pain avec ton or? meme les louis sont trop gros, sans compter que personne ne pourra te rendre de monnaie autre que papier.

    Ce qu’il faut comprendre, c’est que l’explosion de la bulle immo aux us a fait disparaitre du systeme une quantite immense de monnaie « credit ». Tout QE ou autres swaps ne feront que combler ce trou sans rien ajouter a la masse de monnaie generale et permettre aux banques de pouvoir equilibrer leurs bilans.
    Est-ce que c’est bien? Comme toute action etatique probablement non mais en l’occurence il n’y a pas d’autres options. Il aurait fallu ne jamais creer la masse de credit initiale, maintenant il faut essayer de la faire diminuer sans ruiner l’economie et c’est ce que s’attache a faire la fed, bien logiquement.

    1. hank rearden

      « Ensuite il y a un probleme de liquidite et du fait que l’usage de l’or n’est pas repandu. Par exemple, en cas de penurie, comment achete-tu du pain avec ton or? »

      Avec une once d’argent, une pièce de cuivre ?

      « Tout QE ou autres swaps ne feront que combler ce trou sans rien ajouter a la masse de monnaie generale et permettre aux banques de pouvoir equilibrer leurs bilans. »

      Sauf que la perte de confiance dans la monnaie fiduciaire et l’inflation consécutive ne viendra peut-être pas des banques mais plutôt des états et de leur incapacité à réduire leurs dépenses et leur endettement et donc leur tendance à continuer à émettre de la monnaie une fois les banques requinquées. C’est d’ailleurs ce qui commence avec le QE2 de le FED, non ?

  17. maron

    @alex6
    il n’est pas obligatoire d’ acheter de l’or. chacun son chemin.
    il ne faut pas acheter de l’or ou autre chose si on ne sait pas pourquoi.
    l’or n’est pas une monnaie pour le quotidien.
    il faut d’abord le changer dans la devise de son choix.
    c’est une réserve de monnaie universelle l’état peut requisitioner l’or comme tout le reste.
    ceci dit la traçabilité est plus faible que les dépôts bancaires.
    certains pensent que l’or monte à cause du risque d’insolvabilité dû à un excès de dette généralisé et non à cause d’un risque inflationniste.
    l’un n’empêche pas l’autre d’ailleurs je partage cet avis.

  18. neuneu

    la question importante serait sûrement la suivante : pourquoi vouloir devenir riche en bloguant dans des pareils discutions ??? cogiter un peu la dessus, merde !!!

  19. Métaux précieux

    La première réponse qui vient est, inévitablement, pour se préserver des soubresauts du marché ou de l’économie, puisque les métaux précieux, l’or en particulier, ont toujours été considérés comme des valeurs-refuge. Mais encore… pourquoi devrions-nous le faire de nos jours, en particulier ? Parce que, selon de plus en plus d’analystes, le système financier actuel va littéralement imploser, entraînant une dévaluation massive des grandes monnaies comme le dollar et l’euro.

Laisser un commentaire