Ce réchauffement qui n’en finit pas de nous les geler

Décidément, les médias ne veulent pas décoincer de cette histoire de neige. De la neige, des perturbations, du froid, des gens qui rouspètent (surtout à Paris) : on se croirait en hiver !

Il est vrai que l’événement d’un Noël Blanc est tout de même incongru. Dans l’image d’Épinal, Noël se déroule toujours sur une plage de sable fin et le Père Noël, habillé d’un slip de bain rouge aux bordures d’hermine blanche, place ses lunettes de soleil avec les gros doigts potelés de sa main gauche dans une abondante coiffure retenue en queue de cheval, un ballon de beach-volley coincé sous son bras droit.

Là, patatras, on va devoir sortir les pelles, le sel et les pneus neige. Voilà qui fiche un peu en l’air les bonnes habitudes qu’on avait prises sur les dernières années. Ah non, pas l’année dernière (il a neigé aussi). Ni celle d’avant (il a neigé encore).

Père Noël traditionnel

Mais bon, globalement, on nous avait bien dit que la Terre se réchauffait. On nous avait même clairement annoncé que la neige, les gerçures et les patinages artistiques en voiture appartiendraient rapidement au passé ; il n’y a qu’à lire ce charmant article paru dans The Independant en mars 2000 (dix ans, déjà) pour se le rappeler. On notera d’ailleurs que l’auteur ne prenait pas de risques :

Heavy snow will return occasionally, says Dr Viner, but when it does we will be unprepared. « We’re really going to get caught out. Snow will probably cause chaos in 20 years time, » he said.

Il n’aura pas fallu 20 ans. Dix auront suffit pour que le retour de la neige, trois années de suite, fiche un bien complet bazar sur l’Europe. Eh oui : à force de brailler au réchauffement climatique, les politiciens ont fini par y croire ! Bilan : désorganisation, merdouillages à tous les étages et atermoiements pathétiques des autorités devant ce qu’il est pourtant convenu d’appeler un phénomène météorologique pas complètement inattendu en hiver dans nos régions.

Soit, les quantités sont un peu inhabituelles. Très, si l’on considère tout le fatras d’hypothèses réchauffistes, et seulement un peu si l’on regarde les données sur les cent dernières années : effectivement, on a des records de chutes ou de froid pour la période, mais désolé de le dire : la neige en décembre, c’est du déjà vu, plusieurs fois, dans l’histoire récente de l’humanité.

Pourtant, on continue à nous bassiner avec ces histoires de réchauffement : le réchauffement est une affaire de climat, qu’on vous dit. Et pour le froid polaire un peu partout, c’est juste de la météo. C’est pourtant simple à comprendre : quand les éléments se déchaînent contre les hypothèses du groupement de politiciens et d’écolos new-age du GIEC, c’est purement météorologique. Et quand il fait chaud quelque part, qu’un iceberg se détache de la banquise, c’est le climat.

Et même lorsqu’il neige en Australie : si, en plein milieu de leur été austral, ils se pèlent les miches, c’est parce qu’il fait de plus en plus chaud.

Alors évidemment, on peut comprendre que les prévisions donnent des résultats un peu faux, basées qu’elles sont sur les excellents modèles climatiques qui permettent de prévoir plein de degrés Celsius et de centimètres marins supplémentaires dans 50 ou 100 ans. Finalement, Météo France n’y est pour rien même si les journaux commencent à se poser des questions : ils font du climat, pas de la météo. C’est tout. Et ceux qui n’ont toujours pas compris qu’on va tous mourir grillés ou d’un cancer de la peau n’ont qu’à bien se tenir.

Time Cover / global warming

En attendant les nécessaires ajustements micrométriques dans les extraordinaires modèles climatiques pour qu’ils donnent une météo à peu près fiable, on a cependant un petit souci : les prévisions étant un peu fausses sujettes à une forte marge de progression, on ne fait pas tous les stocks nécessaires de pneus, dégivrant ou de sel… Et cette obstination à prévoir des hivers doux, à ne pas prendre ses précautions fini par coûter cher : c’est la pagaille, on ferme des lignes de train, d’aéroport, des routes…

Côté politique, c’est l’ahurissement, la consternation, l’incompréhension : personne ne nous avait prévenus, on ne pouvait pas prévoir, il était impossible de s’imaginer qu’il allait neiger en décembre.

Cependant … ce n’est pas tout à fait exact. Il semble même que certains politiciens n’ont pas été totalement pris à revers par cette neige. Car il apparaît que certains climatologues, qui basent leurs travaux sur une influence prépondérante du soleil, avaient prévu ce qui se passe actuellement avec suffisamment de précision pour qu’on puisse en tirer les conséquences en terme d’organisation.

Piers Corbyn arrive en effet à fournir, au travers de son site, Weather Action, des prévisions météorologiques qui s’avèrent régulièrement meilleures que celles, officielles, du Met Office anglais. On prendra par exemple son bulletin du 29 novembre qui ne laissait guère de doute : 80% de chance d’avoir le mois de décembre le plus froid et le plus neigeux sur 100 ans… Couillu, vu du 29 novembre… Pendant ce temps, Météo France prévoyait des chutes de neige modérées.

Dans le même temps, des expériences avancées sur la théorie de Svensmark ont récemment permis de vérifier certaines hypothèses du chercheur sur l’importance de l’activité solaire dans la formation des couches nuageuses. Pendant ce temps, de doctes légumineux nous expliquent que si l’on grelotte, c’est parce que la Terre se réchauffe.

De mon côté, je vais vous faire quelques prédictions : dans dix ans, le réchauffement climatique anthropique sera oublié ou rangé sagement dans les poubelles de l’histoire des théories fumeuses. On sera, partout, arrivé à un compromis pour ne froisser personne, disant en substance que les années 1990-2000 furent très chaude, et puis c’est tout. Mais un pays résistera contre vents et marées et continuera à défendre la théorie du réchauffement anthropique.

Bien sûr, ce pays sera foutu, depuis longtemps.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires33

  1. Boutros

    (« se le » rappeler)
    Vous n’avez véritablement rien compris. Ils avaient prévu, avec une précision chirurgicale, qu’il ferait moins modérément tiède. Et mon thermomètre qui s’obstine, bêtement, à afficher des températures complètement fantaisistes qu’on sait pas d’où qu’il est allé les chercher… La météorologie serait-elle atteinte du syndrome politicorrect : quand on pouvait retourner sa veste, on va pouvoir retourner son slip de bain.
    Et je vais casser mon thermomètre, ce faux frère.

  2. Sébastien CERISE

    Pour le climat, on n’est vraiment dans l’affrontement entre les chercheurs « dans le rang » et les chercheurs qui cherchent… et trouvent.

    Le GIEC est attaqué par d’éminents scientifiques du monde entier (je crois 1000 signatures contre leurs conclusions) et pourtant, on ne nous sert que du GIEC, à toutes les sauces…et tous les autres sont traité comme de sombres crétins…

    Il me semble que certains scientifiques ont oublié qu’il n’y a pas si longtemps, le consensus « scientifique » pensait que la terre était plate ou que les saignées étaient le MUST de la médecine…

    La science c’est peut-être « la vérité jusqu’à ce que d’autres prouvent le contraire »…

    Je crois que le scientifiques devraient être extrêmement humbles face au gouffre des connaissances qu’ils n’ont pas et se souvenir parfois de l’histoire des sciences, qui n’est parsemé que d’erreurs… ce qui n’enlèverai rien à leur mérite, bien au contraire.

  3. Bof

    Bravo pour ce billet, et d’accord avec votre double pronostic: dans 10 ans, cette histoire de « réchauffement-que-c’est-la-faute-à-l’homme » fera rire (déjà aux US: plus que 34% des américains pour y croire). Sauf en France, où nous nous trainerons comme des boulets les derniers « journalistes » et « experts » s’accrochant de toutes leurs dents à ce qui est leur unique gagne-pain.

    1. stilicon

      Il n’y a pas que les journalistes/propagandistes et autres « experts » qui s’accrochent toujours aux théories fumeuses du GIEC, il y a aussi les politicards umpistes. Je me rappelle d’une courte interview tv de la cocotte Lagarde qui annonçait une future taxation (je ne me rappelle laquelle) en vu de financer cet inévitable réchaffement climatique anthropique.
      Dans dix ans, quand toute cette histoire sera oubliée, je parie qu’on paiera encore cette nouvelle taxe, un peu comme la vignette automobile à la fin des années 50 du siècle dernier…
      Ce qu’il faudrait c’est crée une taxe sur les retraites des sénateurs et des députés … ça leur ferait les pieds.

  4. Kelevra

    hier soir emission « c dans l air », l inenarable jouzel « expert climatologue » et romejko qui presente la meteo sur france 2 et a l occasion « les chiffres et les lettres », face a serge galam (physicien) et andre brahic (astronome). au fil des emissions sur le sujet, le clan des rechauffistes se prend des claques de plus en plus violentes. hier soir, ca faisait pitie de voir jouzel se faire demonter par ses contradicteurs, lui expliquant qu en ne tenant compte ni du soleil ni de la vapeur d eau (les nuages) ni du mouvement des planetes etc etc il etait bien difficle d etablir des modeles fiables. malgre son physique clownesque, serge galam a porte les coups les plus pertinents avec un humour a l image du personnage.
    les rechauffistes sont devenus changementistes, en effet ils ne parlent plus de rechauffement mais de changement climatique.
    une petite breve pour la fin (le parisien de ce matin), la region idf et la ville de paris sous l egide de denis baupin (le vert qui a de l eau a la place du cerveau) veulent veulent mettre en place l interdiction de rouler des 4×4 et diesels dans certaines partis de l idf. paris bien sur c est propose de mettre en place la chose des mi 2012. ils hesitent encore pour determiner les zones d interdiction, soit a l interieur de la zone delimitee par le peripherique, soit plus large par l A86.
    sachant que 75% des vehicules sont diesels, et que les transport en commun prouvent chaque jour leur efficacite, ca va etre un beau bordel.
    apres le velib, l autolib, voila le horselib, vous pourrez loue votre cheval ou caleche pour vous deplacez dans paris, et ne vous inquietez pas quand vous marcherez dans le crottin, il parait que ca porte bonheur. surtout du pied gauche!!!

    1. Boutros

      Oui mais « la contribution de l’élevage au réchauffement climatique est plus élevée que celle du secteur des transports ». Une question me taraude : quand on fera de la pédale à cheval, où branchera-t-on le GPS, et la radio ? Et la clim ? parce qu’il fera chaud. Bon, je vous l’accorde : une fois tout cela branché, la pauvre bête ne pourra plus péter, c’est toujours ça de gagné en méthane. Ca existe les sabots neige ?
      Sauvez la planète : mangez un écolo, même hallal.

    2. JG2433

      inenarable jouzel, en effet…

      Les propos que tient M. Jouzel à la télé sont toujours débités de manière laborieuse. Lui est-il si difficile d’être clair ? Pour ma part, il m’est très pénible, voire même souvent impossible, de suivre son raisonnement.

      Et puis, son éternel « petit sourire condescendant, celui qu’on arbore quand on parle aux simples, à ceux qui ne savent pas » [citation de Marot, posteur sur Skyfall.fr]

      1. Higgins

        C’est vrai que dans les entretiens que j’ai vus et où il était face à Vincent Courtillot, il faisait pitié. Je subodore son contradicteur de ne pas avoir trop enfoncé le clou volontairement.

      2. Marot

        Qu’il sourit ou qu’il parle m’indispose, m’agace, m’irrite, me crispe, m’énerve, me hérisse, m’excède, m’exaspère, m’horripile.

  5. Winston (l’autre)

    Question aux réchauffistes :

    Votre médecin vous dit : « on ne sait pas bien ce que vous avez mais à tout hasard et pour ne pas dire qu’on n’a rien fait, principe de précaution oblige, on va vous amputer de la jambe, d’ailleurs j’ai consulté 10 confrères et 9 sont d’accord ».

    a) vous lui dites « oui »
    b) vous lui dites « merde »
    c) vous courez consulter le confrère qui n’est pas d’accord avec les 9 autres

    (plusieurs réponses possibles)

  6. Vallenain

    Le gros problème c’est cette sur-médiatisation, c’est à peine croyable. Parce qu’à Paris ils découvrent la neige cette année, on a le droit à des images en boucle de flocons sur toutes les chaînes, on a même droit à des débats, des déclarations de 1er ministre. Il serait temps que les temps découvrent la région Rhône-Alpes, ou les Pyrénées, ou l’Auvergne, ou toutes ces régions où il y a de la neige tous les hivers, et qui n’en font pas tout un plat.
    2 jours de neige ne va pas tuer le Parisien !

    1. JG2433

      2 jours de neige ne vont pas tuer le Parisien !

      … ni le ridicule de la sur-médiatisation, malheureusement !

  7. spitfire

    ça me rappelle la bourde de Jérôme Bonaldy ou il officier encore sur canal plus.

    Si il neige c’est a cause des centrales nucléaires qui rejettent trop de vapeur dans le ciel.

  8. InOut

    Pour la peine, Hashtable vous aurez deux taxes supplémentaires!

    Une pour le réchauffement climatique, et une autre pour le non réchauffement climatique !

    Depuis l’invention du casino financier, même avec les prévisions météo tu gagnes à tous les coups. Et dire que certains se font encore un loto! Voir pire un Euromillion…

  9. VinceDeg

    « On se les caille à Paris depuis trois hivers, et puis en Australie il a neigé au début de l’été dans une station de ski, truc de ouf, donc le réchauffement climatique mondial c’est nawaque »

    On regarde un peu les cartes climatiques mondiales, pour rigoler ? En janvier dernier, c’était un peu le même scénario, gros froid en Europe et en Sibérie, heureusement ils avaient chaud pour nous ailleurs, voir la carte des anomalies thermiques mondiales : http://bit.ly/i2rROe
    Et on n’a pas encore les données pour décembre, mais en tout cas pour novembre 2010 la carte est là : http://bit.ly/eqShWv . Ce ne sont pas des cartes de prévision mais d’observations.

    Non, sérieux, faut arrêter, quoi. La planète globalement (avec des disparités locales) se réchauffe, c’est un fait, sauf à dire que les thermomètres sont manipulés par le GIEC. Ça sert à rien de le nier. On peut par contre discuter pour savoir si c’est une tendance qui va se continuer à moyen terme, quelles en sont les causes, si les GES y sont bien pour quelque chose, et même si c’est le cas on pourrait aussi dire qu’on s’en fout complètement et que les écosystèmes et les sociétés s’adapteront. Mais bon, qu’on discute à partir de chiffres et de faits, pas de généralisations foireuses.

    1. Tiens, des liens :
      http://wattsupwiththat.com/
      http://skyfall.fr/

      La planète globalement (avec des disparités locales) se réchauffe, c’est un fait, sauf à dire que les thermomètres sont manipulés par le GIEC

      Bien joué, mais le débat n’est pas là.
      a/ la notion de « température moyenne de la planète » est une fumisterie
      b/ une bonne partie des stations thermométriques est sujette à caution (cf Anthony Watts)
      c/ le débat porte sur la nature anthropique de cet éventuel réchauffement.

    2. Higgins

      C’est curieux, Vincent Courtillot (et il n’est pas le seul au sein du monde scientifique) pencherait plutôt vers un refroidissement (http://www.canalc2.tv/video.asp?idVideo=8895&voir=oui&mac=yes&btRechercher=&mots=&idfiche=). Il est vrai qu’à la différence de ses contempteurs, il admet qu’il faut attendre encore une bonne quinzaine d’années pour en être sûr. Qui plus est, si vous visionnez l’intégralité de sa conférence (1h40), vous verrez que la notion de t° moyenne ainsi que les moyens utilisés par le GIEC sont plutôt sujet à caution au point de vue scientifique.
      Ça sert donc à quelque chose à nier ce qu’on veut nous imposer comme vérité absolue. « Je pense qu’il est bien imprudent à l’homme de vouloir borner le possible et juger l’avenir, lui auquel le réel et le présent échappent tous les jours, et qui se trouve sans cesse surpris à l’improviste par les choses qu’il connaît le mieux » Tocqueville

    3. Théo31

      C’est marrant, les zones « anormalement chaudes » sont peu ou pas habitées. Ma main à couper que c’est la faute à une conspiration de caribous et de phoques pêtomanes.

  10. Théo31

    « il était impossible de s’imaginer qu’il allait neiger en décembre. »

    Qu’est-ce ça va être quand le grand froid tombera sur le AAA de la dette de la France ?

  11. SC

    Ha ben c’est vrai qu’avec une europe couvrant en gros 2% de la superficie de la planète, on a une bonne idée de ce qui se passe globalement.

    1. Et pourtant, quand il y fait chaud, on a droit exactement à ce même discours : »raaha, il fait chaud, c’est la canicule, DONC c’est le réchauffement climatique, DONC c’est la fotalumain, etc… »

  12. Curmudgeon

    « L’Europe traverse une phase ‘froide’ dans le réchauffement global », la Libre Belgique, 21/12/2010.

  13. Nebu

    Il peut être intéressant de lire le dernier sciences et vie, qui explique que l’activité solaire n’a jamais été aussi faible.
    La cause anthropomorphique d’un potentiel réchauffement climatique, c’est peanuts par rapport aux forces naturelles qui nous régissent.

  14. Tom Roud

    Je sais que ça ne sert à rien, mais je vais juste réagir sur certains commentaires dans le billet .
    L’admiration de Galam par certains me laisse sans voix. Ce type raconte n’importe quoi épistémologiquement en se faisant passer pour un expert de l’épistémologie. Dans le C dans l’air en question, ce fut un festival. Il y a d’abord eu le fait qu' »on n’a qu’une Terre, donc on ne peut pas faire de science du climat ». Les biologistes de l’évolution apprécieront de savoir qu’ils ne sont pas des scientifiques, vu qu’il n’y a eu qu’une seule histoire évolutive. Le corollaire, c’est que Galam ne comprend manifestement pas a différence entre prédiction scientifique et prédiction du futur. En d’autres termes, une prédiction peut être une « rétro »diction d’un événement non encore observé. La notion de prédiction et de falsification est beaucoup plus complexe que ce qu’en dit Galam à la TV, soit il trompe les spectateurs, soit il ment, soit il est incompétent. Dans les 3 cas, c’est lamentable.
    Galam nous explique ensuite constamment qu’on ne peut pas prédire le temps parce que c’est trop complexe. C’est le même type qui affirme qu’il est capable de prédire le résultat des élections sur sa page web : http://www.crea.polytechnique.fr/LeCREA/fiches/Galam.htm . Il utilise à son avantage cette fois ce biais commun à vous autres : il neige en Australie et en Europe donc le climat se refroidit, son modèle a prédit Le Pen au 2ième tour en 2002 donc il est juste . (d’ailleurs moi aussi j’avais prédit Le Pen au 2ième tour en 2002, je l’avais lu dans le Monde 3 jours avant, ça veut sûrement dire que Le Monde est capable de prédire les résultats des élections à coup sûr).
    Je crois que dans C dans l’air, il a été jusque sortir qu’on peut mieux prévoir les évolutions économiques que le climat, ce qui est juste incroyable : la différence entre l’économie et le climat est que les modèles climatiques se basent quand même sur une physique universelle . Le réchauffement climatique, c’est essentiellement un bilan énergétique, avec un flux entrant de chaleur et un flux sortant (et éventuellement un stock). La physique, c’est des affaires de baignoires énergétiques, les modèles climatiques ne sont que des raffinements élaborés. C’est tout le sens de la sortie de Jouzel sur la fin de C dans l’air sur le réchauffement des basses couches de l’atmosphère. Ça me fascine toujours que les climato-sceptiques glosent sur le flux entrant (baisse de l’activité solaire) mais considèrent qu’il est hérétique scientifiquement de parler du flux sortant (effet de serre du au CO2, Tyndall 1859). Finalement, pour revenir sur Galam, dans C dans l’air, sa sortie sur les transitions de phase était aussi un peu juste pour un physicien .

    Le mème « on ne peut pas prendre de température moyenne » a aussi quelque chose d’assez fascinant. Pourquoi ne pouvez-vous pas prendre une température moyenne ? La plupart des arguments utilisés en réponse à cette question montre en général que les gens n’ont soit aucune idée de ce qu’est une mesure scientifique sur un sytème complexe en général, soit n’ont aucune idée du fait que tout est linéaire quand les écarts sont suffisamment petits et donc qu’il est tout à fait légitime de faire une moyenne. Ajoutons finalement que tout le monde s’accordera à dire qu’il fait plus chaud en été qu’en hiver, ou à Marseille qu’à Paris; ces affirmations seraient-elles non scientifiques selon vous parce qu’on ne peut pas prendre de température moyenne ?

    Sur ce, bonne année 2011, je crois qu’elle sera rude pour la science malheureusement.

Les commentaires sont fermés.