Verdir l’économie, jaunir les citoyens

Les prochaines semaines s’annoncent tendues. Certes, d’après Gaston Christine Lagarde, la crise des dettes souveraines est derrière nous, et les sourires se font moins crispés ; on entend même, dans le fond, le « pop ! » caractéristique du Champagne qu’on ouvre pour détendre l’atmosphère. Il n’en reste pas moins que les prix des matières premières flambent. Il va falloir trouver un truc pour faire passer la pilule…

Il y a en effet une chose que nos élites ont bien intégré : lorsque la nourriture est plus chère, ça exaspère rapidement les honnêtes gens. Par exemple, ça fait gargouiller les ventres des Tunisiens et des Egyptiens, ce qui est très mauvais pour le tourisme et l’agenda – déjà chargé – des dictateurs honorables leaders de ces pays.

On comprend donc que d’autres dictateurs démocrates charismatiques, comme les Chinois, mettent en place quelques précautions sanitaires de base pour éviter un éventuel débordement qui ruinerait la saison hivernale.

En France, la pénurie est encore très loin : malgré un non-travail de fond méticuleux d’une certaine quantité de branleurs CGT dans les rares ports français encore en activité, on a toujours du pétrole, et surtout, on a aussi des idées pour attendrir la couenne du moutontribuable lorsqu’il s’agira de lui serrer la ceinture.

C’est ainsi que le Centre d’Analyse Stratégique nous prépare, grâce à son dernier rapport, à nous la jouer Soupe Aux Cailloux, Flûtes en Roseau et Elevage de Chèvre Bio-Compatible.

Pour rappel, le Centre d’Analyse Stratégique est l’une de ces innombrables émanations du gouvernement, payé avec de l’argent gratuit trouvé dans vos poches, et, dans le cas qui nous occupe, destiné à fournir une aide à la décision de nos dirigeants.

En soi, c’est déjà énorme : si on s’en tenait aux décisions prises par les différents gouvernements qui se sont succédés depuis 30 ans, il serait plus que temps de dissoudre ce Centre et de traduire ses membres dans une Cour Pénale Internationale. Malheureusement, ce n’est pas ce qui a été fait, et ils continuent donc de sévir.

Je dis bien sévir, parce que c’est tout de même assez incroyable ce qu’on peut réaliser comme feu d’artifice de crétineries bien-pensantes écoloboboïdes et surdosé en moraline de synthèse avec l’argent des autres : en effet, les explosions bigarrées d’alterpensée commencent dès l’introduction du pesant document qui s’étale sur plus de 180 pages d’un bonheur verdoyant de niaiseries éco-consensuelles, au mieux mièvres, au pire frôlant la rage taxatoire. À côté, les borborygmes électoraux de Nicolas Hulot feraient presque figure d’oeuvre philosophique majeure.

Tout, dans le document, est donc destiné à bien nous faire comprendre qu’on va devoir sauver la planète, et que, pour ce faire, il va falloir rapidement revoir nos modes de consommations. Moyennant une nouvelle avalanche de taxes et de ponctions, couplée à d’intelligents systèmes de subventions finement ouvragés par une brochette de fonctionnaires affûtés comme du beurre chaud, on va enfin tailler à coup de burin un homme nouveau à la consommation durable dans l’albâtre nacré d’une société harmonieusement décarbonée.

Save the planet !

On pourrait éplucher le document, qui fournit près de deux cents pages d’un sabir technocratique baigné dans des litres d’huile écologique, où l’on nous vante les pertinentes actions de l’état pour favoriser ceci ou encourager cela, sans jamais mentionner que ces petites faveurs et ces gros encouragements coûtent des ponts qu’on n’a absolument pas les moyens de payer actuellement.

Heureusement, les pénibles auteurs de cette performance nous proposent un petit résumé de leurs injonctions recommandations éco-citoyennes. À les lire, on croirait un tract WWF ou Ushuaïa en quadrichromie sur 120g pelliculé. C’est dimanche, certes, mais je ne vais pas me cogner les 25 (oui, 25) idées qui leurs sont passées par la tête ou ailleurs. Je vais m’attarder sur certaines, particulièrement éclairantes sur l’idée générale.

Ainsi, et en tout premier ce qui ne manque pas d’éveiller l’attention, nos accoucheurs d’aides décisionnelles veulent intégrer les bases de la consommation durable dans l’enseignement dès le plus jeune âge et dans la formation professionnelle. Eh oui : c’est bel et bien à l’école d’apprendre aux jeunes têtes blondes que polluer son environnement, saymal, qu’il ne faut pas consommer trop,  mettre des lampes fluocompactes, trier ses déchets en séparant bien le polyuréthane du polyvinyle, et recycler les pelures de pomme pour faire du compost.

Evidemment, tout endoctrinement commence par celui des enfants des citoyens. Ensuite, on s’attaque aux voisins, et après seulement on introduit les formulaires de délation. On pourrait croire que j’exagère, mais les points suivants (jusqu’au 5) sortent littéralement d’un bréviaire de petit propagandiste préfacé par Goebbels version Verdoiement au Bisounoursland : campagnes de sensibilisations sur des publics spécifiques, messages adaptés aux individus en fonction de leur âge, importance des effets de groupe, nécessité de pionniers, etc…

Une fois le lavage de cerveau proprement appliqué aux individus, on passe aux entreprises ( points 6, 7 et 8 ) avec les traditionnels encouragements aux investissements socialement responsables ; oui, on est déjà un peu plus loin que la simple sauvegarde de Gaïa, mais ce glissement, qu’on observe comme un mouvement de balancier dans tout le document, est parfaitement logique : tant qu’à bourrer le mou de tout le monde avec la récupération des piles, le zéro-papier et le recyclage compulsif, autant en profiter avec quelques pépites d’égalitarisme, de gentillesse fluffy et de non-discrimination socialement responsable. Après tout, c’est le même prix.

Puis on n’oubliera pas non plus de faire intervenir la main bienveillante de l’état pour réguler les stickers Bio-Bidule, Economie Durable, Recyclable, Vert & Fluffy, et jusqu’à « Made In France » , ou investir (avec nos sous) dans l’innovation technologique mais aussi sociale (le champ des possibles pour cette innovation sociale est tellement vaste qu’on trouvera bien un turbo-encabulateur de mouche éco-conscient à valves synchrones, labellisé officiellement par le gouvernement, à ce tarif là).

C’est formidable : la seule limite réelle, dans ce genre de propositions, reste l’imagination de ceux qui se lancent, à corps perdu, dans la production des prochaines tables de la Loi, avec non pas 5, non pas 10, non pas 20 mais 25 commandements supplémentaires, Gaïa frendly, et directement applicables en petites mensualités douloureuses prélevées par Bercy.

Et bien sûr, on n’oubliera pas, pour enrober le tout, de continuer les abrutissantes stupidités carbono-centrées : même si la bourse au CO2 est une fumisterie coûteuse, le train de l’état ne s’arrêtera pas en gare du bon sens et filera dans la campagne paisible, en sifflant trois fois, vers l’horizon de son prochain désastre budgétaire.

En fait, si chacune des 25 propositions est mise en place, la France va devenir un petit enfer gluant, comme une migraine permanente d’écologie frétillante ; les recommandations 16 à 19 ressemblent à une séance chez le dentiste sans anesthésie :

16 – Donner un prix au carbone émis et afficher la valeur envisagée sur le long terme afin d’envoyer un signal fort à tous les acteurs concernés.
17 – Donner un signal-prix fort aux biens et services durables par des actions financières directes (taxation, bonus-malus, normalisation, subventions, etc.).
18 – Étudier une révision des tarifs de l’eau et de l’électricité afin d’inciter les consommateurs à utiliser ces ressources de manière plus efficace.
19 – Faire financer les écolabels par les entreprises non labellisées, suivant le principe « pollueur-payeur ».

Ce n’est pas compliqué : si tout à l’heure, on titubait dans les laboratoires glauques des manipulateurs de cerveau en gants caoutchoutés, là, on est sur le parcours du combattant du moutontribuable en milieu hostile ; le pouvoir d’achat y est méticuleusement haché menu, et ceux qui pleureront seront simplement de mauvais éco-citoyens, et que la peste biocompatible et les vers de compost les emportent !

Ce rapport est passé, pour ainsi dire, inaperçu. Les événements géo-politiques mondiaux sont une excellente raison, mais gageons qu’ils sont aussi une formidable opportunité pour nos décisionnaires qui pourront ainsi faire passer leur message catastrophique aux décideurs. Ceux-là ne manqueront pas d’y trouver d’excellentes idées pour nous étriller un peu plus.

L’écologie est devenu cette magnifique machine à faire perdre du temps, des occasions, et de l’argent à tout le monde, sous des prétextes de plus en plus creux. La sauvegarde de l’environnement est devenue l’excuse pratique de toutes les sodomies fiscales vigoureuses, et seuls les politocards y trouvent encore leur compte, lors des élections.

Propaganda

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires30

  1. rocardo

    Le CAS est le machin qui a remplacé un autre bidule:le Kommissariat au Plan,supprimé par Jospin.
    Supprimer tout simplement une bouse technocratique,c’eût été trop simple,et,ô sacrilège,ça aurait pu faire des économies.Vite,il fallut lui substituer un autre caca tout chaud.

  2. Charles

    « Moyennant une nouvelle avalanche de taxes et de ponctions, couplée à d’intelligents systèmes de subventions finement ouvragés par une brochette de fonctionnaires affûtés comme du beurre chaud, on va enfin tailler à coup de burin un homme nouveau à la consommation durable dans l’albâtre nacré d’une société harmonieusement décarbonée. »

    Vous avez tout de même un fameux talent!

  3. channy

    « e Centre d’Analyse Stratégique est l’une de ces innombrables émanations du gouvernement, payé avec de l’argent gratuit trouvé dans vos poches, et, dans le cas qui nous occupe, destiné à fournir une aide à la décision de nos dirigeants. »

    Ah bon? j’ai toujours pensé dans ce genre de bidule on y recasait des grabataires de la pensée comique pardon économique, et que leurs rapports, étaient destinés a faire tourner l industrie du papier recyclé et offrir une subvention cachée aux stylos bic.

  4. JG2433

    « moutontribuable » aussi appelé “mougeon”, hybride issu du croisement entre mouton et pigeon ; normalement stérile, mais qui, pourtant ne cesse de se multiplier !

    « tout endoctrinement commence par celui des enfants » […] « délation » :
    Un exemple tristement célèbre, celui du pionnier Pavel Morozov, qui avait dénoncé son père (ce dernier avait caché du grain) lors de la grande famine provoquée artificiellemnt en Ukraine (1932-33) ; douloureuse période appelée “Holodomor” – soit la famine génocide – dont il n’est pas souvent fait mention dans notre beau pays… 🙁

      1. JG2433

        P.S. : En toute honnêteté, je tiens à préciser que je n’en suis pas ‘l’inventeur »… J’ai seulement, à ma façon, explicité ici son étymologie.
        Comme vous, j’en avais apprécié l’inventivité ! 🙂

  5. Higgins

    Pour l’endoctrinement, c’est déjà fait au sein de l’EN. Le réchauffisme y a droit de citer et gare à celui ou celle qui s’écarte de la Doxa officielle. Idem en matière de repentance, etc…. L’indigence des programmes d’histoire en vigueur est tout simplement incommensurable.
    « Evidemment, tout endoctrinement commence par celui des enfants des citoyens. Ensuite, on s’attaque aux voisins, et après seulement on introduit les formulaires de délation. » La délation, on n’en est pas très loin.
    Comme tu as malheureusement raison. L’enfer est pavée des meilleurs intentions mais ça reste l’enfer.

    1. adnstep

      Tout système vivant attaqué produit des anticorps. Le fait que leur propagande centenaire (bientôt !) se casse sur le mur des réalités, et n’ait droit de cité que dans une poignée de pays (le Zimbabwe, la France, Cuba, la Corée du Nord, …) montre que de toutes façons, ils ont perdu. Mais ils entraîneront leurs victimes avec eux.

  6. Un parent d’élèves

    Merci H16 pour ce brillant article !

    Cependant, les ecolos n’ont pas attendu un tel rapport pour intervenir dans les écoles.
    Ils interviennent déjà dans les classes, pour inculquer à nos petites têtes blondes comment être de bon éco-citoyens.

    Ici en Provence, c’est le Réseau Ecole et Nature et ses associations qui dans les classes demandent à des enfants de CP de ne pas prendre de bain pour économiser l’eau.
    Pire, ils les invitent à ne pas tirer la chasse des WC et même de faire pipi sous la douche.

    Le Réseau Ecole et Nature :
    http://reseauecoleetnature.org

    Lire leur texte d’orientation politique :
    http://reseauecoleetnature.org/fiche-ressource/l-eedd-au-coeur-du-paradoxe-21-texte-d-orientation-politique-08-10-2009.html

      1. Epicier vénéneux

        Enfin une mesure de bon sens!

        Il faut martyriser les profs jusqu’à ce que tous les gauchistes aient littéralement peur d’aller enseigner devant les foules hargneuses qu’ils ont appelées par leur vote.

        Puis apparaîtra un Prof Nouveau, sorti de la cuisse de Bernard Lugan, qui élèvera les chers petits et les familiarisera avec la pensée critique à coups de dictées, de calcul mental et d’oeuvres classiques à apprendre par coeur.

    1. nordyck

      Idem pour les hôpiteaux:en materninité,on aprend aux jeunes maman que 3 bains par semaine sont suffisant,et de ne pas trop utiliser l’eau pour la toilette. La nature est si bien faite!
      En service,hygiène minimum,pansements »à l’eau »(pour l’instant encore stérile-quoique…):la nature fait bien les choses,n’interférons pas!

      On marche sur la tête ,et dans la joie .

      1. simple citoyen

        Ce serait oublier la schizophrénie latente de ce paté d’andouilles. Les mêmes ont interdit la diffusion du purin d’orties…

  7. Winston (l’autre)

    ce genre d’offensive outrancière ressemble de plus en plus au coup de bluff d’un joueur en mauvaise posture qui sent que la partie lui échappe. En 1945, plus l’Armée Rouge se rapprochait de Berlin, plus les communiqués allemands étaient optimistes (on les laisse approcher pour mieux les refouler).
    Alors peignez moi tout ça en vert !!! Vert fluffy ou vert charia, peu importe, mais faites vite, pasque là ça sent le vert sapin et la volée de bois vert.

  8. Nord

    Eh bien, je viens de le terminer ce rapport … c’est du lourd, du sérieux, y a d’la révolution dans l’air les aminches, j’vous l’dis moi!

    Ca me fait un peu penser à l’Apocalypse de M. Saint-Jean, mais en plus hypocrite encore. Ah! ce graphique qui montre les inégalités en dépeignant les pays émergents écrasés entre les gros vilains capitalistes (en rouge! étonnant, non?)

    On aurait tort, je pense, de prendre ce genre de truc à la légère, et pour paraphraser le cher Huntington (dont je ne pense pas que du bien, mais soit!) n-ils nous préparent une belle petite guerre de civilisation. Car ce dont il s’agit (et là je dis merci à MM. Bush, père et fils) c’est clairement d’une opposition bien-mal et en recoupant avec le sujet de l’endoctrinement de nos chères têtes blondes, je ne vois vraiment pas comment on peut encore hésiter de qualifier cette … chose de totalitarisme.

  9. Bof

    « le train de l’état ne s’arrêtera pas en gare du bon sens et filera dans la campagne paisible, en sifflant trois fois, vers l’horizon de son prochain désastre budgétaire. » – celle-là, je la garde, bravo !

    Merci pour ce billet. non seulement pour le style réjouissant, mais aussi pour nous mettre sous les yeux cette m…e, payée avec nos impôts. Un citoyen averti en vaut deux.

  10. Salatomatonion

    Même repeint en vert, un communiste reste dangereux.

    Il y a à peine 10 ans, aurions-nous imaginé un instant que les moindres caprices d’adulescents pourris gâtés qui n’assument pas le confort moderne et souhaitent combler la vacuité de leur existence se transformeraient en diktat qui pourrissent très concrètement l’existence de chacun ?

    Il suffit par exemple de demander aux gens qui ont un vrai travail combien de temps ils mettent désormais pour faire leur trajet domicile – lieu de travail en voiture en comparant à ce qui se passait il y a quelques années (je m’y étais amusé sur un groupe d’une trentaine de personnes de mon entourage).

    La réalité crue des chiffres est à la hauteur de l’aveuglement des personnes interrogées quant aux raisons de cette augmentation (jusqu’au doublement en majorité). Le plus désespérant étant leur résignation à voir partir dans le gouffre des part entières de liberté bien fraîches.

  11. Emmanuel M

    @Salatomatonion : tu as raison, faire remarquer aux gens de son entourage à quel point des étatistes leur pourrissent la vie de façon concrète (pas de théories libérales) est l’un des moyens les plus efficaces de sensibiliser les gens à ce qu’est vraiment l’état

  12. Flo

    Et voilà où nous en sommes :

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2011/01/30/04016-20110130ARTFIG00246-financements-innovants-sarkozy-repond-a-bono.php

    Nos zélites commencent une correspodance épistolaire avec des stars du rock altercomprenantes (et homme d’affaires très avisé paraît-il).
    Pour pousuivre l’excellent petit glossaire de novlangue de Pierre il y a quelques jours :

    Financements innovants (= »Taxes ») pour l’aide au développement des plus défavorisés (= « sur les transactions financières »)

    Et, ô suprise! Christine est « pour une taxe »:

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2011/01/31/04016-20110131ARTFIG00344-lagarde-pour-une-taxe-sur-les-transactions-de-change.php

  13. LAROCHE

    Bravo.
    Dévastateur et réjouissant.
    Qu’il est bon de se sentir moins seul !
    Mais s’il est vrai que tout organisme attaqué sécrète des anticorps, je me verrai bien en macrophage !

  14. miniTAX

    « Le CAS est le machin qui a remplacé un autre bidule:le Kommissariat au Plan,supprimé par Jospin. »
    ————————
    Tout à fait, sauf que le Kommissariat au Gosplan version franchouillarde n’a pas été supprimé mais simplement renommé en Centre d’Analyse machin et qu’il n’a pas été renommé par Jospin mais par… De Villepin, grand libéral de droiche (à moins qu’il ne soit de gaute) devant l’éternel.

    Pour la petite histoire, un des grands penseurs de cet illustre Kommissariat à la Divination qui a prédit exactement zéro événement d’importance qui s’était produit lors de nos deux siècles passés et à venir, que ce soit les chocs pétroliers et leurs contrechocs, la mondialisation, le PC et l’internet, la chute du Mur, les guerres du Golfe, la percée de la Chine, et bien sûr récemment la partance en c.uille des dictatures arabes, est un certain… Maurice Duverger, une sommité de l’intelligentsia françouaise qui nous a pondu dans les années 1960 cette fulgurance incommensurable de la pensée gauchiste : « la supériorité du mode de production socialiste est un fait massif et incontestable ».

    Maurice, Kommissariat, Plan… c’est cohérent, ça se tient.

  15. Guluxite2

    Me rapelle cette émission vue samedi matin sur Arte (contraction de « Arrêtez » en fait).
    On y voyait bobonaldi en train de visiter une maison cubique mi béton mi verre, avec un peu de bois pour bien faire.
    Le proprio, un type bien aisé, à un coin de rue dans le 20ème. Maison trois étages s’il vous plait. Question de bobonaldi: c’est pour votre famille nombreuse ? L’intéressé : oui, moi, ma femme et ma fille. M. Chapuis qu’il s’appelle, mais il avait surtout la tête à un cousin d’Alain Chabat… enfin bon.
    Le secret de sa maison ultra-moderne ?

    Domotique !

    Contrôlez tout dépassement d’énergie depuis un simple panneau au RDC.

    Je passerai l’aspect comique de voir à quel point sa vie en était simplifiée, à tel point que pour transférer un signal télé d’un étage à un autre, le type nous ouvrait un grand placard blindé d’appareils, type central de calcul avec spaghettis. Et voilà qu’il nous débranche un câble au pif et en rebranche un autre dans le même trou et voilà ! C’est génial !

    Quel crétin.

    Bon sinon dans le genre fascisme qui sent le gazon, l’Angleterre se pose bien là. Evidemment les CCTV poussent sur un terreau(risme) fertile. Il faut garder un oeil sur ce que les voisins mettent dans leur poubelles, pour s’assurer qu’ils trient bien leurs ordures.
    Bientôt, votre borne de conso électrique reliée par satellite, pour mesurer au demi-watt près votre mode de vie. Attention au gâchis !

  16. Intelligence Financière

    Pierre Jovanovic décrit Christine Lagarde, la nouvelle directrice du FMI, comme un personnage à deux faces, tel Janus. Selon qu’elle s’exprime en Français ou en Anglais, son discours n’est pas le même. Dans le premier cas, elle materne son auditoire francophone en assurant que les banques françaises possèdent des liquidités, et la semaine suivante elle adopte une attitude plus masculine en les appellant en Anglais à recapitaliser sans tarder. Qu’est ce que vous en pensez ? voici le lien : Analyse Financière

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.