Une République de Pieds Nickelés

Il y a une paire de jours, j’établissais une courte liste, non exhaustive, de nos minustres (politiciens en charge mais définitivement pas à la hauteur). Dans les qualificatifs que j’ai utilisés, j’avais trouvé incultes, inutiles, dispendieux et corrompus. J’ai très clairement oublié que certains sont même d’ex-taulards…

Eh oui.

Avec le dernier jeu de chaises musicales qui aura apporté quelques changements lilliputiens au Gouvernement Fillon 3.5, la République, une, indivisible et manifestement sous benzodiazepine, accueille donc en son sein Alain Juppé aux Affaires Étrangères et Gérard Longuet à la place de l’autre, à la Défense.

Choix pas très étonnant que celui du chef de l’état : il a judicieusement remplacé un soudard au casier chargé par un fripon fin connaisseur des rouages de la justice côté prévenu, ce qui, pour un président qui voulait, en 2007, une République Irréprochable, revient à placer un goutte-à-goutte de whisky sur cette même République en pleine cure de psychotropes médicamenteux.

On se rappellera, méchamment mais fort à propos, que le gentil Gérard a en effet dû, en 1994, démissionner pour de vils enquiquinements de justice au sujet du financement de sa villa, de son parti, et qu’il a, grâce à son silence obstiné et à son calme dans la tempête que d’autres élus ont su apprécier, évité les gouttes en enfilant une amnistie et quelques non-lieux fort-à-propos comme d’autres les cacahuètes à l’apéritif.

Longuet, un sénateur jovial et honnête

Certes, il est clair qu’à côté du casier de Juppé, Longuet est un winner et il aura beau jeu, dans les couloirs aux ors républicains, de narguer son confrère de sa virginité carcérale toute relative.

Mon centriste préféré et blogueur Hérétique trouvait, dans un récent billet, que Juppé à la diplomatie, ce serait chic, ça aurait du chien, ça ferait une bonne nouvelle et dégotait même une qualité à l’ex-fuyard canadien, à savoir être « un homme qui ne sacrifie pas les principes« .

Juppé, un ministre honnête et sympathique

Si, dans ces principes en question, on inclut celui de l’Omerta pour ne pas enfoncer un chef, alors, indéniablement, Juppé fait l’affaire. De ce point de vue, Gérard et Alain se ressemblent ; tous deux sont déjà passés par le pouvoir ministériel, tous deux ont servi Chirac (l’un comme secrétaire d’état lorsqu’il était premier ministre, l’autre comme premier ministre lorsqu’il était président), tous deux savent taire les conflits qui les taraudent, pétris qu’ils sont d’honnêteté et pourtant témoins d’affreuses compromissions et turpides corruptions aux plus hautes sphères de l’état…

De façon plus pragmatique, on ne peut cependant pas s’empêcher de penser qu’installer à des postes à haute responsabilité des loulous au passé trouble est un mouvement fort risqué. D’ailleurs, la presse, d’habitude si difficile à faire sortir de sa léthargie quand il s’agit de dénoncer les multirécidivistes au sein de nos institutions, n’a pas tardé à soulever cette question éthique de fond : pour celle-là, Longuet devra convaincre.

On pourra au passage pouffer sur l’article du Maônde qui s’empresse d’enfoncer le clou en utilisant les informations contenues dans le livre de Martin Hirsch, lui-même pas tout à fait exempt de reproches en matière de conflits d’intérêts.

Pour résumer, nous avons donc à la Défense un type un tantinet louche dont tout indique qu’il a un nombre suffisant de casseroles pour occuper le Canard Enchaîné sur les douze mois qui nous séparent de la présidentielle. De l’autre côté, l’élite qui nous dirige aura fait le choix proprement consternant de remplacer une aficionado des régimes autoritaires correctement muselés par un lascar dont l’extrait de casier judiciaire lui interdirait tout emploi dans une administration ; la tâche diplomatique qui lui incombe promet d’être particulièrement amusante lorsqu’il va devoir expliquer au reste du monde ce qui se fait, se tolère ou ne se fait pas.

La conclusion de tout ceci apparaît évidente : il n’y a, de nos jours, plus de politicien suffisamment propre sur lui pour remplir une fonction ministérielle. Tant à droite qu’à gauche, aussi poujadiste puisse paraître cette affirmation, force est de constater que les politiciens d’envergure se sont tous pris, à un moment ou un autre, les pieds dans le tapis judiciaire, que les députés honnêtes et droits sont devenus si rares et si inconnus qu’aucun ne fait l’affaire pour diriger le pays.

Or, tout indique que le peuple s’en fiche : la presse, bien qu’un sourcil vaguement levé, n’a pas vraiment développé le sujet (ni pour Longuet, ni pour Juppé, ni pour les autres). Les associations diverses et variées n’en parlent pas. Les blogs ne s’émeuvent pas ou alors mollement.

En France, il semble acquis qu’un passage par la prison avec sursis n’obère pas ses chances pour un prochain mandat, une fois l’inéligibilité levée. Dans ce pays, être un fieffé larron, un voleur putatif, un escroc avéré, un magouilleur ou un filou plus ou moins officiel ne ferme en rien l’accès aux plus hautes fonctions. Mieux : cela semble ouvrir des portes, faire partie des prérequis.

Ne peut-on voir là une véritable marque de fabrique de la politique à la française ? Le peuple, peut-être réaliste, ne se serait-il pas dit que pour le diriger, lui, roublard, fricoteur, intriguant et à l’honnêteté douteuse, il faudrait des hommes et des femmes trempés dans la même sauce ?

Ou au contraire, ce même peuple, trop pétri de la certitude que l’élite lui veut du bien, que l’État travaille pour son bonheur, le cerveau trop lavé par l’idée que le travail pour le bien commun recouvre le mandat de l’élu, que les politiciens promettent mais ne tiennent pas car même s’ils sont de grands hommes ils sont de grands hommes faillibles, bref, trop bon et trop con, rempile à chaque occasion pour une nouvelle fournée d’aigrefins ?

Ce sont de vraies questions. Je n’en ai pas la réponse… En tout cas, dans l’une comme dans l’autre hypothèse, ce pays est foutu.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires32

        1. La presse n’ayant qu’un marteau, il lui est difficile d’analyser la situation autrement qu’en terme de clous.

    1. Heimdal

      A priori, il est à l’origine du mouvement « Occident ». Il ne peut pas être si désagréable que cela…

  1. kelevra

    le peuple il s en fout que ca soit pierre paul ou jacques. la grande majorite des francais ne se sent pas concernee par les turpides de MAM montees en epingle par les bobo-pseudo-journalistes parisiens. et dans 6 mois ca sera oublie, et MAM sera nommee conseiller special ou inspecteur general aux eaux et forets pour 10000€ par mois.

    quand on apprend le jour de la nomination de guaino comme ministre de l interieur qu il passe ses vacances en libye…ca laisse songeur

    interrogez 100 francais dans la rue, et demander leur a quoi servent les elections cantonales, et quand ces elections ont lieu. les 3/4 n en n ont aucune idee. d ailleurs parmis vos lecteurs qui peut dire les dates de ces prochaines elections. (un indice : c est cette annee)

    ma boite aux lettres commence a etre remplie de tract me ventant les merites de chacun : le sortant qu il veut etre reelu car il a fait plein de choses (quoi? aucune idee) et les autres qu ils vont faire plein de choses (quoi? toujours aucune idee), mais pour tous ca va etre du social du vert du vivre ensemble, toutes choses dont je n ai absolument rien a foutre excepte que mes impots vont encore augmentes. ah mais si j oublie le truc important, c est la derniere fois que l on vote aux cantonales et bien evidement c est super important, tout ca a cause de sarko qui l a decide « 2014 c est fini » et pourquoi pas maintenant? mystere

    1. Le Gnome

      C’est Guéant qui est à l’intérieur, pas Guaino.

      On ne sait pas encore que Guéant a été invité par Mugabe pour les fêtes de fin d’année. ( Je rigole).

  2. raph

    Non le peuple est abruti. comme dans la servitude d’hayek. il est vidé. vidé. il n’a plus d’énergie. il y aura un sursaut aux elections rpésidentielles ou lors de films + ou – identifaires( les ch’tis,Des Hommes et Des Dieux) mais sinon il est vidé. il n’a pas peur mais il sait que si il parle il payera. et cette certitude vide energiquement.

    un peu comme quand on va au boulot et que l’on vous fait chier. onr entre et on ne fous rien tellement ons ‘est batu toute la journée. et bien là c’est pareil.

  3. geante

    Cela reste du grand amateurisme. Souvenons-nous de ce président (par deux fois) qui organisa son propre faux attentat en 1959! (Attentat de l’Observatoire)

    1. scaletrans

      Quelqu’un qui a de la mémoire dans notre cher pays ? Ha c’était beau quand même lorsque à plat ventre sur la pelouse et que la 4cv entamait son deuxième tour, le futur président criait: « alors vous allez tirer Non de …? ». Le tout en forme de piège monté afin qu’une certaine affaire de bazooka ne soit pas mise au jour. Décidément, nous vivions une époque passionnante, alors qu’aujourd’hui c’est du pipi de chat.

  4. Stéphane

    Présisons, à la décharge du peuple français, que les ministres sont nommés et non élus.

    Ceci dit, on risque d’attendre longtemps l’engagement d’un candidat à ne prendre que des collaborateurs « propres » dans son équipe… 😀

    1. Before

      Mouais, on a déjà eu droit à la « République Irréprochable », alors, les engagements …

  5. flak

    et puis il y a aussi le fait que ca n’etonne personne dans les medias portomarxistes que les membres du gouvernement neocapitaliste ultraturboliberal de droite conservatofasciste soient des repris de justice.
    La purete est du cote de l’opposition, ne l’oubliez pas.

  6. Vincent

    Aujourd’hui, sauf rares exceptions, il n’est plus possible à un honnête homme de concourir à une simple élection de député (avec des chances de succès).
    Ca coûte tout simplement trop cher.
    Donc, si les ministres sont pris parmi les députés, oui, pas de quoi s’étonner de la situation que vous dénoncez.
    Mais là, pour le coup, j’y vois plus une tare du système, que des bonhommes.
    Le système sélectionne des crapules, c’est ainsi.
    ama, il faut incriminer tous ceux, y compris nous, qui avons laissé un tel système se mettre en place.
    …. Et nous devons nous bouger pour amender ce système mortifère.

    Je me permets de citer un de mes billets à ce sujet :
    http://rdlf.fr/?Conquete-maintien-et-exercice-du,10

    Bien cordialement.

  7. Le Parisien Liberal

    Les associations diverses et variées n’en parlent pas. Les blogs ne s’émeuvent pas ou alors mollement ??

    « Que cherchent-ils à prouver ? Comment peut-on devenir le chef des fonctionnaires en ayant un casier judiciaire non vierge alors qu’il est impossible de passer le moindre concours de la fonction publique si on a été condamné par la justice de notre pays ? » 28 Fév. 2011

    http://leparisienliberal.blogspot.com/2011/02/nouveau-gouvernement.html
    position « quasi » 😉 officielle d’Alternative Libérale

    1. Oui bon certes, les blogs libéraux en parlent. Mais ils sont peu nombreux, vous me l’accorderez.
      Ceci dit, ça m’apprendra à aller faire un tour pour les linker, justement 😉

  8. juni palacio

    Et bien moi je me réjouis qu’on ait nommé un authentique libéral au gouvernement. Quelqu’un qui a de de ses seules mains bâti une piscine olympique au fond de son jardin ne peut être foncièrement collectiviste . Il illustre à merveille la nécessité de la primauté de l’individu sur la collectivité en ne confondant jamais la défense de ses intérêts avec ceux du reste de la population. Je me réjouis donc qu’on distingue celui qui n’a pas de honte à dire qu’il ne pense jamais qu’à sa gueule et jamais à la vôtre (et à la mienne). A nous, à moi devrais-je dire d’en faire autant et tout ira -enfin- pour le mieux.

    1. channy

      on aurait du aussi convaincre François Léotard, plus expérimenté et lui aussi passionné de Maçonnerie

  9. eheime

    Pour beaucoup d’électeurs « la fin justifie les moyens ».
    Par exemple, percevoir des commissions si c’est pour financer un parti qui va dans le bon sens c’est acceptable si ça permet de gagner, etc ..
    Quelque part, on ne fait pas d’omelette sans casser d’oeufs.

    Mais c’est un mauvais calcul.

    Un chef efficace est un chef qui se consacre à sa tache. Et uniquement à celle-ci.

    Magouiller nécessite du temps, du temps consacré à mettre en place la magouille, à se couvrir, mais également à l’étouffer si elle « remonte ». Cela nécessite de s’associer avec des mauvaises personnes, d’en exclure des bonnes au profit de mauvaises. Enfin cela entraine la prise de mauvaise décisions au mieux voire de prendre des décisions qui vont contre l’interet de ceux à qui elles sont destinées (en l’occurence nous) plus vraisemblablement.

    Donc quand la magouille dirige, elle ne dirige contre le peuple.

    Songez par exemple au nombre d’immondices urbaines appelées « immeubles » qui ne doivent leur existence qu’à une belle commission.

    Songez aux lois improbalbles, aux décisions incompréhensibles, à l’inaction caractérisée …

    L’electeur se doit d’etre intraitable. On ne doit pas accepter de voter pour quelqu’un qui est corrompu. Meme si en apparence « ça va dans le bon sens ».

    Merci à H16 de le rappeler (et de le condamner).

    1. Théo31

      « On ne doit pas accepter de voter pour quelqu’un qui est corrompu. »

      Le problème est que ceux qui votent sont (pas tous) comme ceux qu’ils élisent. Ils sont corrompus car achetés – pognon contre voix – par les politocards. Il n’y a qu’à voir ce qui se passe au Wisconsin. La sociale démocratie, tout comme les autres formes de socialisme, c’est l’immoralisme érigé en système de gouvernement. La France de Sarkozy ressemble étrangement à l’URSS de Brejnev, avec un différence de taille : en URSS, plus personne ne croyait au système.

  10. Jp_o

    Il faut revoir le film l’aventure c’est l’aventure. Même si c’est chiant à la fin ,la scène ou Lino Ventura et ses potes malfrats choisissent de bosser dans la politique plutôt que dans la prostitution, parce que c’est plus rémunérateur est bidonnante !

  11. omer

    « En France, il semble acquis qu’un passage par la prison avec sursis n’obère pas ses chances pour un prochain mandat, une fois l’inéligibilité levée… »

    En effet, bien au contraire. C’est ce que le regretté Ph. Seguin appelait « la prime à la casserole ».

  12. Opale

    « Dans ce pays, être un fieffé larron, un voleur putatif, un escroc avéré, un magouilleur ou un filou plus ou moins officiel ne ferme en rien l’accès aux plus hautes fonctions. Mieux : cela semble ouvrir des portes, faire partie des prérequis. »

    Mieux : cela vous fait passer pour un héros. Il n’y a qu’à voir sur Bordeaux où Juppé est un demi-dieu « il a tant fait pour la ville bla-bla », ou à Nice, avec Jacques Médecin. Je vous recite pas, les paroles sont les mêmes. A la virgule près.

  13. kwak chung seok

    Aucune pitié, aucune compassion à avoir : les français ne méritent que ça et ils le méritent cent mille fois, comme partout ailleurs. Les crapules ne s’élèvent que parce ceux qui devaient parler se sont tus.

Les commentaires sont fermés.