Le projet écono-comique de Nicolas Sarkozy

Comme prévu, c’est l’été et les choses se précisent côté campagne présidentielle. Pour la droite, ces deux mois estivaux seront l’occasion de plancher sur son programme économique. Et quand je dis travail, je pèse mes mots. Il ne faut pas oublier la difficulté d’aborder un tel sujet pour des handicapés de l’économie.

Avant tout, quelques précisions sont nécessaires.

D’une part, soyons réalistes. Quand l’UMP parle d’économie, qu’on se le dise : tout le monde sera frappé par ses mesures, et s’ils font une économie, c’est celle de lister les épargnés, puisqu’il n’y en aura aucun.

D’autre part, les programmes politiques — et leurs pendants économiques — n’ont jamais été, pour les partis et lors d’une présidentielle, que la cinquième roue d’un carrosse de Cendrillon dont le sort est scellé jusqu’à l’élection du candidat puisqu’il se transformera bien vite en citrouille passé cette date ; il serait donc naïf de prendre pour argent comptant ce qui n’est que l’habituel mélange de poudre aux yeux pour 49.9%, poudre de perlimpinpin pour 49.9%, et pipeau de grand chemin QSP 100%.

Mais comme la majorité présidentielle nous fait la joie de nous fournir quelques éléments, rigolons en les lisant. On aura largement le temps de pleurer lorsqu’une petite partie d’entre eux sera mis en route (par l’UMP ou le PS, peu importe ici : ce qui est bon pour l’un est bon pour l’autre).

Pour le moment, il ne s’agit que d’un bouquet de proposition, mais déjà, on apprend qu’il vise haut puisqu’il s’agit de faire de la France «une terre de production et de croissance». Avant d’aller plus loin, rappelons que les artistes qui s’expriment ici sont ceux qui sont responsables de l’état actuel des choses, et que l’ensemble des cascades effectuées dans le cadre de ce spectacle pyrotechnique le sont sans filet, sans répétition ni préparation et avec votre argent, et sous vos applaudissements.

Les grimaces de SarkozyLe document, véritable embryon de ce que sera le programme présidentiel lorsqu’il sera à pleine puissance (on frémit) décline quelques idées fortes :
– Les impôts n’augmentent pas. On y croit, parce que c’est du solide, du sûr, du vécu.
– Le système fiscal va être plus précis, affûté, poli pour mieux répondre aux besoins de financement actuels. La précision diabolique de Bercy permet d’envisager la chose avec un optimisme béat.
– On va « recadrer » certains mécanismes économiques qui se sont traduits par « des abus pendant la crise« . On croirait lire une facture de plombier mafieux dont le montant total explique mal les deux ou trois canalisations en pvc douteux posées à la va-vite qui montrent déjà des signes de fuites.

Heureusement, on envisage d’ajouter à ces idées fortes un « discours clair sur le respect de la trajectoire des finances publiques fixée après la crise« . Trajectoire est un mot ambitieux pour décrire le parcours parfaitement chaotique des finances françaises, sauf à le rapprocher de celui d’un gros missile chargé ras la gueule dont la partie balistique vient tout juste de commencer… Quant à considérer que nous nous plaçons à présent après la crise et plus en plein dedans, ce n’est plus ambitieux, c’est proprement comique. On croirait lire du Lagarde.

En tout état de cause, les propositions suivent et ressemblent à s’y méprendre à la tambouille électorale habituelle.

Ainsi, l’UMP préconise d’alléger les charges sociales (antienne habituelle, vœu pieux toujours relégué aux calendes grecques) et, pour compenser cette baisse qui n’aura pas lieu, d’instaurer une TVA sociale. Là, pour le coup, on peut raisonnablement compter dessus. Les taxes étant toujours payées par le maillon le plus faible, on sait déjà qui va morfler. Vous.

En parallèle de cette augmentation prévisible de la TVA sociale, on aura droit aussi à la hausse de la TVA traditionnelle, de 5 points tout de même. La sodomie fiscale prend des parfums de tournante au tabasco. Bizarrement, au moment de payer, le petit picotement au fondement sera exactement le même pour l’une et l’autre TVA, soulignant bien que la différence entre les deux bricolages est avant tout dans la tête, au contraire du reste. Et ce sont les pharmaciens qui vont faire des affaires sur les baumes et les pommades…

Comme d’habitude, le juif pardon le riche sera financièrement mis à l’amende, afin de lui rappeler la honte qui le frappe d’avoir hérité d’attributs physiques, intellectuels ou – pire – familiaux lui permettant de gagner sa vie sans dépendre de la solidarité nationale. Honni, il sera donc surtaxé. On frappera donc les bijoux (les vrais Français, patriotes, n’en ont pas et n’ont que des obligations d’état, tout le monde le sait), les chevaux, le tabac et les voitures haut de gamme, comme les Porsche Panamera. Au moins, cette partie économique sera en parfait accord avec les propositions de Hollande qui, lui non plus, n’aime pas les riches.

Là encore, pour compenser le fait de taper un peu tout le temps sur ceux qui introduisent la richesse dans le pays (au contraire de certains autres qui, eux, se contentent de la pomper), les mêmes filous experts économiques de la majorité proposent ensuite l’introduction d’une « contribution de tous » histoire de donner enfin la possibilité aux plus pauvres de participer aussi, youpi, youpi, à l’impôt républicain. Voilà qui donne la pêche, non ?

Great success !

Aucun détail n’est donné, en revanche, sur d’hypothétiques mesures anti-délocalisations (un chouilla interventionnistes), le rééquilibrage de l’impôt entre les petites et les grandes entreprises (très vaguement étatistes), et le toilettage des niches fiscales, réalisé comme on s’en doute à la marge et au micromètre près afin de transformer la jongle fiscale française en maquis inexpugnable.

Dans tout ce fatras, on peut cependant mentionner l’idée d’un impôt dont on pourrait choisir l’affectation. C’est, véritablement, la seule lueur d’intérêt que peut éveiller ce salmigondis de mesures parfaitement interventionnistes, confiscatoires et qui se contentent de redistribuer une richesse qu’elles n’arriveront jamais à produire. On peut même se prendre à rêver d’un impôt unique où chaque citoyen affecterait comme bon lui semble ce qu’il veut aux principaux ministères. L’impôt est inique, mais il deviendrait ludique en introduisant une bonne dose de concurrence entre les ministères.

Rassurez-vous cependant : cette idée amusante ne verra pas le jour. Les frictions administratives en viendront à bout.

On notera, en fil des propositions, la critique un poil déplacée d’une gauche aussi socialiste que l’UMP ; le PS n’a guère pu participer, si ce n’est au niveau des régions, au pillage du pays. Certes, les vieux débris trotskystes et les jeunes arrivistes aux idées déjà poussiéreuses ne sont pas en manque de lubies taxatoires non plus, mais l’éloignement du pouvoir leur aura permis la posture facile du « On aurait fait mieux à votre place ».

Bref. De tout ça ne restera que le fatras habituel qui sera oublié une fois l’élection passée. À lire les inepties proposées, le mal est profond, l’inculture économique totale et quoi qu’il arrive, ce pays est foutu.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires22

  1. Flo

    Oui j’ai lu ça hier et j’ai été tout aussi consterné.
    Je me disais : « bien soit encore des confiscations à venir pour les riches, les moins riches et tous les autres (TVA de 5.5 à 8 % pour les produits dits de première nécessité en voilà une mesure qui va surtout appauvrir les heureux possésseurs de Panamera), mais quand même quel est le mécanisme qui va permettre à partir de ces bidouillages taxatoires « de faire de la France «une terre de production et de croissance». »? »
    Nous avons tellement d’avance sur le reste du monde dans ce domaine qu’on aurait dû triompher depuis longtemps.
    Par ailleurs beaucoup de nos compatriotes (33 % environ?), les fumeurs, seront ravis d’apprendre qu’ils font parti des riches.
    Quel fatras!

  2. GM

    Mais si, mais si, vilain sceptique. Il aura lieu, ce projet d’impôt à affecter soi-même, allez. Et il responsabilisera l’écocitoyen de demain en le plongeant directement au cœur des priorités stratégiques du système redistributif du pays, dans l’âpreté de ces choix cornéliens qui font toute la sueur du métier de politicien. J’imagine déjà les dilemmes : subventions aux projets de déploiement des nouvelles générations d’éoliennes éco-responsables « BatKiller », ou à la création de nouvelles et indispensables manifestations culturelles qui font la richesse et la diversitude de notre patrimoine artistique? Le tout sur un beau site dédié ouvert aux propositions, genre créetonimpôt.fr : « Construis le modèle social de la France de demain »!

    1. Pere Collateur

      Ca pourrait être rigolo tout de même la mise en place de ce machin.
      Les contribuables pourraientt choisir de ne pas financer certains pans de l’état qu’il réprouvent.
      Ca pourrait donner des résultats étonnant.
      Par exemple, si une masse critique évite de financer la culture/sport/jeunesses et autre minustères fantoches, ca aurait au moins le mérite de faire des économies sur des choses de toute facon clairement inutiles.

      Tiens, j’ai une idée d’amélioration de cette idée:

      Chaque contribuable devient actionnaire de l’état avec un droit de vote proportionnel à ce qu’il paye comme impôt.
      Chaque décision du « PDG » sera donc soumise au vote des actionnaires.
      Et les actionnaires, comme tout actionnaire classique, pourraientt retirer ses billes. Evidemment cela signifie qu’il ne bénéficiera plus des « services » de la Demeard corporation, mais ca sera au moins son choix.
      Enfin, pour finaliser le truc, versement des dividendes sous diverses formes: Cash, actions, « services », droit de vote supplémentaire, autre….

      1. stilicon

        Excellent. Et puis logiquement, si l’on peut « se retirer », il faudrait ajouter un marché secondaire des titres de nationalité. (En plus d’un marché primaire déjà existant mais mal fagoté). On verrait alors les nationalités les mieux cotées; celles qui montent et celles qui baissent.
        Utopiste ? Je parie que cela finira par arriver.

        1. GM

          C’était en tout cas l’avis de Peter Drucker, qui voyait les Etats devenir à terme des organisations prestataires de service au même titre que les autres acteurs du marché, et soumis aux mêmes exigences, ce qui de facto est déjà en train de se passer du côté de la demande.

          Il y a effectivement une chance non négligeable pour que ça finisse par arriver, dans la mesure où ça permettrait d’ôter à l’Etat ce poids de réservoir à argent gratuit pour le soumettre aux exigences naturelles des organisations, en faire un véritable prestataire de services, tout en rassurant tous ces gens qui ont besoin de voir en lui un acteur puissant qui les protège. Mais ça n’ira pas tout seul. On peut certainement compter sur l’UMP pour ne pas aller trop loin dans l’expérimentation, en tout cas. 🙂

  3. Epicier vénéneux

    Le coup de l’impôt à la carte n’a pas d’avenir à long terme et ce pour une raison simplissime: qui serait assez bête pour affecter ne serait-ce qu’un euro au ministère chargé de la collecte des impôts de l’année n+1 ?

    Hop, adieu Bercy, merci, de rien, au r’voir m’sieurs-dames.

  4. Pere Collateur

    Faire de la France «une terre de production et de croissance».
    Elle est raide celle là!
    En plus c’est déjà le cas: On produit des fonctionnaires et il y a croissance des taxes.
    Par contre ca s’exporte pas très bien. C’est peut être là une explication au déficit commercial récurrent de la fRance.

    Ca pourrait être comique, si on était pas les victimes désignées de ces délires…

    Néanmoins, je remarque que nos socialistes de gauche et de droit nous font un très joli concours de perdants…
    Z’ont raison. Il ne fera pas bon être au chateau très prochainement.

  5. Pascale

    «  » »mesures parfaitement interventionnistes, confiscatoires et qui se contentent de redistribuer une richesse qu’elles n’arriveront jamais à produire. » » »
    En bref : socialistes

  6. Le projet écono-comique de Nicolas Sarkozy

    La France est un pays extrêmement fertile: on y plante des fonctionnaires et il y pousse des impôts.(Georges Clemenceau)

  7. Melkion

    Il y a du positif qui ressortira indirectement de ce programme économique : le nombre d’agoristes va sans doute sensiblement augmenter.

  8. alex6

    En gros, vaseline a tous les etages!
    Assez amusant de voir cette vieille theorie visant a taxer les « riches » qui par definition vivent de leur capital, capital qui est donc assez facilement mobile. Au contraire, les malheureux qui gagnent bien leur vie via leur travail ne pourront echapper au massacre. Faire partie de la classe moyenne en France, c’est du tout bon!
    Reste une question; Comment se fait-il, bon sang de bordel, que ce programme ne soit pas DEJA en place??! Les rigolos qui l’ont pondu sont DEJA au pouvoir! A moins que ca ne soit du foutage de gueule generalise, ce qui a le merite d’etre honnete au moins…

  9. Pascale

    pour moi, le seul candidat valable sera celui qui ne présentera pas de programme. C’est à dire un candidat qui décidera de ne rien planifier. Et qui jugera qu’il ne réformera rien sauf l’engagement de l’État dans l’économie.

  10. style

    http://www.liberation.fr/politiques/01012347304-les-senateurs-se-votent-une-prime-de-3500-euros

    Le Sénat a décidé d’attribuer fin juin une prime exceptionnelle de 3.531,61 euros aux sénateurs, selon un document de la questure dont l’AFP s’est procuré mardi une copie.

    Cette somme correspond, selon le document, «à un rattrapage exceptionnel sur un complément d’Indemnité représentative de frais de mandat (IRFM) versé en une seule fois fin juin».

    H16 vous allez apprécier cette perle,les sénateurs viennent de se faire voter une prime 3500 euros.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.