2012, l’année de toutes les monnaies

L’année 2012 vient à peine de commencer, mais tout le monde sait déjà qu’elle sera remplie de rebondissements. Bien sûr, il y aura la fin du monde officiellement prévue le 21 décembre, ce qui devrait occuper pas mal des scribouillards en mal de sensations fortes. Mais plus sérieusement, sans tomber dans cet extrême, on peut s’attendre à quelques mouvements violents, notamment au niveau des marchés monétaires…

Sur les deux dernières semaines, les journalistes ont été forts occupés à faire de palpitants reportages sur le prix du foie gras, sur les petites phrases politiciennes des uns et des autres, sur — bien sûr — la douceur du mois de décembre forcément consécutive au réchauffement climatique (sachant que l’année dernière, les tempêtes de neiges et les froidures mémorables étaient dues … au réchauffement climatique), ou sur la nécessité de s’inscrire sur les listes électorales, sous-entendu pour avoir une chance de bouter l’affreux Sarkozy hors de France (par un geste citoyen).

On comprend qu’avec ces saines occupations, ils n’aient pas vraiment traité en profondeur les petits bruissements économiques de l’actualité.

Oh, bien sûr, on a pu trouver l’habituel article sur les bizarreries locales, comme en Galice où un village est revenu à la Peseta, ou encore sur les millions d’euros que l’Etat français va économiser lors de la démonétisation finale du Franc.

L’idée générale qui surnage ici est que si l’Euro n’est certes pas au mieux de sa forme, force est de constater que tenter le retour à une ancienne monnaie, c’est de la grosse blague au pire, ou une opération commerciale locale et pittoresque, au mieux.

Mais pendant que l’Europe (et, pour une bonne part, les Etats-Unis) se gargarisent de l’importance d’une monnaie mondialisée et surtout aussi centralisée que possible, le reste du monde (qui compte tout de même la majorité de la population, et notamment celle qui est en pleine croissance technologique et économique), lui, continue de tourner et de se poser quelques questions sur la solidité de ces monnaies. Eh oui : plusieurs signes montrent que du côté des pays émergents, asiatiques notamment, ni le dollar, ni l’euro ne semblent remplir les besoins pour faire des affaires.

Certes, pour le moment, les deux devises sont, officiellement, les plus importantes. Et, pour le lecteur assidu du Monde, du Figaro ou de Libération, l’existence même d’un mouvement ferme et tenace d’une partie du monde à vouloir se dispenser d’utiliser ces monnaies n’est pas plus qu’un entrefilet entre une petite annonce pour un trois-pièces parisien de 35m² à 350.000 euros et celle d’un homme politique recherchant circonscription douillette. Autrement dit, il n’y a absolument pas lieu ni d’en parler, ni, évidemment, de s’en inquiéter : les sauvages du tiers-monde peuvent bien tenter d’utiliser des colliers de coquillages comme monnaie, le monde civilisé, lui, va continuer à se reposer sur des monnaies solides et tangibles comme le dollar, la livre sterling et l’euro. Fini les gamineries.

Feel panic and give up
Mais si l’on persiste à fouiller un peu la presse anglo-saxonne (ultra-capitaliste et pas suffisamment subventionnée pour être insipide), on découvre tout de même que le 27 décembre dernier, dans un mutisme presque parfait de la presse francophone passablement émoussée par des caisses de champagne festif, le Japon et la Chine se sont officiellement mis d’accord pour accroître leurs échanges commerciaux libellés directement en autre chose que du dollar (pour ne pas dire du Yen et du Yuan).

Pour le moment, cette opération est surtout présentée comme un moyen de diminuer les frais qu’entraîne l’utilisation du dollar entre les deux nations. Mais n’importe quelle personne ayant deux sous de bon sens comprend que derrière cette opération présentée de façon anodine tant par les Japonais, les Chinois que le reste des gouvernants en place, se cache en réalité un mouvement global qui vise à se défier du dollar américain, et par voie de conséquence logique, de l’Euro… dont le cours s’effrite logiquement.

Quand je parle de mouvement global, je pèse mes mots puisque ce qu’on a pu observer le 27 décembre n’est qu’une étape dans l’opération. Ainsi en octobre apprenait-on que la Chine était de plus en plus intéressée par la mise en place d’une banque centrale asiatique, à laquelle participerait le Japon et la Corée du Sud.

Et ce mouvement qui implique principalement la Chine et le Japon concerne aussi l’Inde puisqu’il y a quelques jours là aussi, le Japon et l’Inde se sont mis d’accord pour soutenir la Roupie indienne et lui éviter ainsi les désagréments que lui coûtent l’exposition du pays avec l’Euro.

Si, enfin, on ajoute à ces éléments les premières émissions d’obligations de multinationale comme McDonald’s et Caterpillar, libellées en … Yuan, on comprend que les deux principales monnaies occidentales ont déjà perdu de leur superbe. Tout ceci s’explique d’ailleurs fort bien si l’on se rappelle que la Chine a tout intérêt à se détacher aussi vite que possible du dollar, afin de s’éloigner de l’épicentre d’une éventuelle implosion monétaire sous le poids de dettes incontrôlables.

Car en parallèle, la Chine aura fort à faire avec sa propre économie qui montre des signes évidents d’essoufflement, pour ne pas dire de capotage : de la même façon que les dettes américaines seront noyées dans l’impression industrielle de billets de Monopoly, de la même façon que les pays européens vont tenter de sortir de la boue gluante qu’est devenue la zone euro par la construction de radeaux en billets sauvagement inflatés, la Chine se dirige elle aussi droit vers un problème d’explosion de bulle (au moins immobilière) dont les conséquences sont encore difficiles à prévoir.

Comme vous le venez de le lire, l’année 2012 sera donc, à n’en pas douter, assez agitée.

Je vous la souhaite bonne, et pleine de courage.

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires29

  1. Galuel

    Excellent billet, très bien résumé. Ca manque toutefois de rapport à l’individu… On ne voit pas la prise en compte du paysan Auvernat, de l’entrepreneur Allemand, du bijoutier Chinois, de la mère de famille Indienne, du vieillard et du nouveau né. Comment les nouveaux entrants vont remplacer les anciens dans une telle redistribution violente des règles du jeu ?!

    A noter peut-être un oubli !? Mais le sucre Sud Américain prend lui aussi la tangente … Pourquoi ne s’attarder que sur l’Asie ?! 🙂

  2. Taux

    Sujet brûlant.

    Une monnaie de référence mondiale ?

    Regroupement de plusieurs Pays ?

    Un panier composé d’un certain nombre de matières premières ?

    Règle N° 1: Affaiblir l’adversaire, surtout si tu as le plus gros calibre.

    Règle N°2 : Ne donner aucun espoir d’un règlement amiable.

    Règle N°3 : Affamer les résistants de tous bords.

    Règle N°4 : L’argent n’a qu’un prix, celui des larmes et du sang.

    Règle N°5 : Le piège n’est jamais là ou tu l’attends.

    Règle N°6 : Pour ta survie, ne crois plus en rien et n’espère surtout pas de t’en sortir seul à bon compte.

    Règle N°7 : paye ta dette, même si tu en as pour 3000 ans…

    Règle N°8 : N’attends jamais après la loi, surtout si tu es honnête.

    Règle N°9 : Démerdes-toi de faire en sorte que tes ennemis règlent leurs comptes à ta place.

    Règles N°10: Tu es toujours injoignable quand on te cherche, et présent lorsqu’il ne faut pas.

    Règles N°11: Anonymes tu le resteras toujours.

    Régles N°12: Méfie-toi des bonnes idées faciles à mettre en œuvre.

    Règles N°13: Une signature n’est qu’une promesse qui n’engage que ceux qui y croient.

    Règle N°14 : Une constitution en appelle toujours une autre: celle du gagnant

    Régle N°15: La démocratie et la république c’est comme la monnaie: un mythe qui fonctionne comme les religions.

    RèglesN°16: Ne jamais avoir de liquide sur soi.

    Règles N°18:Le virtuel rapporte bien plus que le réel si tu sais t’en servir.

    Règles N°19: La monnaie virtuelle ne fonctionne que si tu as du jus.

    Règles N°20 : N’investis jamais comme ton banquier si tu en as un.

    Règle N°21 : Ne mets pas toutes les poules dans le même poulailler.

    Règle N°22: Voilà les flics, n’appelle surtout pas les militaires, c’est pire…

    Merci de compléter cette liste.

  3. Prophète de Mauvais Augure

    J’ai bien peur, cher h16, que la fin du monde nous attende vraiment le 21 décembre.
    Soit les craintes des Mayas se réalisent et la planète plongera dans un grand néant.
    Soit, ce qui est infiniment plus probable, la planète entière explosera… de rire !
    Bonne année et continuez à nous éclairer de vos billets!

  4. deres

    Ils nous préparent plein de sujets pour tes futurs articles. Pas de trêves des confiseurs pour nos politiques.

    Une reprise de SeaFrance digne du scandale Air Lib mais en mieux car au profit de la CGT (avec intimidation des autres repreneurs potentiels au passage). Le tout au frais du contribuable équitablement répartit sur l’Etat, la région, le département, la ville et la SNCF. Leurs sources de revenus occultes actuelles sont repérées alors il est urgent de s’en créer de nouvelles.

    Une TVA sociale calculée aux petits oignons. Si c’est comme les bonus/malus, je rigole à l’avance quand on fera les comptes dans quelques années. Je parie sur une augmentation massive des prélèvements par inadvertance … En plus, je n’y comprends rien, la Gauche est farouchement contre les mesures imaginés par ses économistes chevronnés …

    Le message personnel de Hollande. J’ai failli gagner au pipo lotto. Mais il n’a pas dit festif (mauvaise influence de H16 sur ma personne). Il faut croire que son programme n’est toujours pas écrit en tout cas, mais ce genre de chose futile peut bien attendre la fin mars. Une chose est cependant clair : des bisous pour tous le monde.

    Bonne année. D’un point de vue personnel en tout cas, car d’un point de vue collectif, je suis assez dubitatif …

  5. gnarf

    La fin du monde le 21 decembre. Enfin une bonne nouvelle. Cette annee on va enfin eviter la cohue des centres commerciaux. Pas besoin de cadeaux.
    C’est le porte monnaie qui dit merci.

  6. Théo31

    La monnaie est un sujet trop sérieux pour être confié aux clowns à roulettes.

    M’est avis que les Chinois seront encore accusés de tous les maux : ils ne veulent pas bouffer de la dette souveraine européenne, ils ne veulent pas de l’euro, ils ne veulent pas du modèle national-socialo-communiste franchouille que le monde entier nous envie. Ils sont vraiment trop méchants ces Chinois. Ca mériterait une bonne guerre contre le turbo-capitalisme des bridés. Mais on me souffle dans l’oreillette que c’est impossible : les clowns à roulettes n’ont pas de couilles.

    1. BugBreeder

      « turbo-capitalisme des bridés »…
      Fantastique formule, digne de devenir culte, H16 aurait pu le faire, et il devrait l’incorporer dans sa besace de formules percutantes.
      Y’a un copyright dessus ?

    1. Sacré papy rocard. Ce n’est plus de la réflexion, c’est un miroir grand angle. Je l’ai déjà dit, mais je le redis ici : si la vieillesse est un naufrage, Rocard, c’est le sabordage de l’Amiral Graf Spee.

  7. eheime

    « trois-pièces parisien de 35m² à 350.000 euros ».
    > deux pièces dans 35 m2 , rentrées avec un chausse-pieds, c’est déja pas mal ! Vous êtes un provincial mon cher H16 pour imaginer cela !

  8. eheime

    Vous dites tout avec humour et de façon lacunaire, comme une invitation à reflechir (beurk ..) par nous meme et a aller chercher l’info (eh oh, faut pas déconner quand meme !) . Mais heureusement vous sourcez vos analyses et mettez les liens (c’est là qu’on voit que vous n’êtes pas un vrai « journaliste »). Je tenais juste à vous remercier pour cela 🙂

  9. BugBreeder

    « L’idée générale qui surnage ici est que si l’Euro n’est certes pas au mieux de sa forme, force est de constater que tenter le retour à une ancienne monnaie, c’est de la grosse blague au pire, ou une opération commerciale locale et pittoresque, au mieux. »

    Pour une fois je suis en total désaccord avec H16.
    L’Euro comme monnaie unique pour des zones économiques très différentes est une construction purement politique qui n’a aucune viabilité économique, beaucoup d’experts comme Friedman avaient prévenu dès sa création qu’il exploserait au premier gros pépin, sous y sommes. Une monnaie n’a de sens qu’au sein d’une nation, l’Europe est une zone géographique mais pas une nation, alors les nations qui la composent ont été, sont, et seront de plus en plus déséquilibrées jusqu’à ce que le système explose. Une monnaie une nation, retarder le retour aux monnaies nationales avec un taux de change local pour l’Euro en tant que monnaie en commun est une perte de temps et rendra la conversion encore plus douloureuse.

    L’Europe en tant que super système technocratique ne tenant aucun compte des nations et des peuples s’effondrera comme l’Union Soviétique et pour les mêmes raisons, et sa monnaie unique à vocation purement technocratique avec.

    1. Eh bien vous n’êtes pas en désaccord, mais en accord avec moi. Tout le paragraphe est ironique : j’explique que les journalistes présentent un retour aux monnaies nationales comme une grosse blague ou une opération commerciale (et donne des liens).

      Pour ma part, je pense que l’euro va casser et qu’on va devoir, de gré ou de force, retourner à d’autres monnaies.

    2. Nord

       » Une monnaie n’a de sens qu’au sein d’une nation […] » là j’aimerais que vous développiez, car j’ai dû louper un épisode. L’Euro se casse la tronche, nous sommes bien d’accord, mais le lien avec la nation???

      Un petit détour par la case « définition » ne me semble pas inutile: http://www.wikiberal.org/wiki/Monnaie

      1. gnarf

        C’est une question de mecanismes d’ajustement. Quand vous adoptez une monnaie unique dans plusieurs pays, il n’y a plus d’ajustements monetaires entre ces pays: taux d’interets et change sont bloques.
        Et pourtant ces ajustements sont toujours necessaires…car il y a toujours une grande disparite economique entre pays et regions.
        Dans une zone a monnaie unique, l’ajustement c’est la mobilite des personnes, qui vont des regions defavorisees aux regions en plein essort. Et ca ne marche pas quand la zone en question n’est pas homogene au niveau langue/culture.
        Quand Detroit est sinistree par la crise, les habitants vont ailleurs chercher du travail, dans d’autres etats. Quand la Grece se plante, seule une infime minorite de grecs va se deplacer.

        C’est pour ca je crois qu’on dit qu’une monnaie unique appliquee a plusieurs nations heterogenes n’a pas de sens.

        1. Flo

          On entend quelques informations qui donnent à penser que l’infime minorité tend à devenir visible ces jours ci.
          Au point qu’un nouveua business s’est créé ex-nihilo tout juste de l’autre côté du pont qui enjambe le Rhin à Strasbourg pour acceuillir les migrants et leurs capitaux…

        2. deres

          Je suis moins catégorique que vous sur le destin funeste de l’Euro. En effet, les technocrates contrôlent aussi la BCE, qui est elle dotée si nécessaire du pouvoir quasi-divin de la création monétaire, plus des pouvoirs de prêteurs en dernier ressort, … En plus, ils peuvent encore nous inventer des mesures « non-conventionnelles » comme ils disent. Je fais confiance à leur imagination sans limite pour magouiller le système pour qu’il se maintienne tout juste à flot. Une chute de l’Euro s’accompagnerait d’une chute de l’Europe tel qu’on la connait. Je pense donc que la correspondance avec la chute de l’URSS serait correcte et donc non souhaitable car l’ex-URSS n’est pas un havre de liberté actuellement.

          Ce qui me désole, c’est que personne n’arrive a imaginer des mesures permettant de rétablir les équilibrages que des monnaies différentes apportaient. Pourtant, les banques centrales nationales existent toujours et des comptes d’échanges existent entre les pays. Je suis certain que des mécanismes économiques existeraient qui permettraient de rétablir les équilibres. Ceci dit je suis un optimiste rêveur. Je doute par contre que les technocrates qui tiennent les manettes soient doter de la moindre once d’innovation, d’imagination créatrice et de vision à long terme.

        3. Calvin

          @deres
          « Je suis moins catégorique que vous sur le destin funeste de l’Euro … Je fais confiance à leur imagination sans limite pour magouiller le système pour qu’il se maintienne tout juste à flot »
          Ce sera reculer pour mieux plonger. Au final, le destin tragique reste inévitable. On gagnera du temps, mais la chute sera plus rude.

          « Je doute par contre que les technocrates qui tiennent les manettes soient dotés de la moindre once d’innovation, d’imagination créatrice et de vision à long terme. »
          Tout à fait, d’accord… sauf qu’ils manque encore plus de culture (économique) et carrément d’intelligence.

        4. Lib

          Pas d’accord avec ça. On nous présente les tripatouillages sur la monnaie comme nécessaires pour ajuster ceci ou cela. Mais il y a plein d’autres mécanismes d’ajustements qui ne cassent pas le thermomètre : les salaires et les profits notamment.

          Si un pays est moins compétitif qu’un autre, ce sont les salaires et les profits qui doivent s’ajuster. Les tripatouillages monétaires sont un levier donné aux politiques pour planquer la merde sous le tapis et permettre au pays de vivre au dessus de ses moyens. Bien sûr, cela ne fait que retarder le jour où on se prend le mur de la réalité. Mais ça, le politique s’en fout, il ne veut pas affronter les problèmes, encore moins les régler, il vaut gagner du temps pour être réélu.

          Il y a plein d’exemples de pays qui ont vécu avec une monnaie fixe, soit indexée sur l’or, soit arrimée à une autre monnaie réputée stable (le dollar a joué ce rôle à une époque). Ils s’en sont très bien sortis.

          Les pays européens sont une très belle illustration de tout ceci. Les pays les plus hostiles aux manipulations monétaires (dévaluation, QE etc…) sont également ceux qui ont le mieux ajusté leurs économies pour les rendre compétitives. Et ceux qui sont pour la distribution généralisée de chichon gratuit ont vu leur compétitivité s’effondrer.

          L’Etat ne doit pas pouvoir manipuler la masse monétaire ou les taux d’intérêts; il a déjà largement de quoi nuire avec la fiscalité et la dépense publique.

        5. Nord

          Bof, pas convaincu: il existe une quantité de pays et de zones où le USD est monnaie officielle mais qui n’ont aucun rapport culturel avec les USA. Les peuples n’émigrent pas quand les économies se cassent la gueule? ah … ce doit être pour ça qu’il y a tant de Grecs en Australie (ce n’est q’un exemple).

          Non franchement pas convaincu par cette explication national-quelque chose.

          Par contre quand les politiques s’accordent pour foutre la m**** là …

        6. gem

          +1 avec nord
          Le monde entier a fonctionné avec une monnaie unique (l’or et l’argent) pendant la majeure partie de son histoire, et notamment pendant l’extraordinaire période de croissance de la révolution industrielle. Certes les taux de changes et d’intérêt sont bloqués, mais l’ajustement reste possible simplement par les prix, notamment ceux du travail

  10. Tablis

    L’euro ne sert plus dans les affaires en Chine depuis bien longtemps. Les usines n’émettent plus de factures sur cette monnaie. Trop de variations.
    Et le dollar de moins en moins.

    D’ailleurs depuis quelques mois, les paiements HSBC de Hong Kong vers la Chine passent curieusement par… New York ?! Entrainant un sacré bank fee au passage.

  11. Pod

    Perso, je vais passer à l’acquisition de valoches de Yuans et de roupies : y’a une culbute prévisible à faire d’ici 24 mois…

Laisser un commentaire