Espérer Hollande ? Allons ! Un peu de sérieux.

À l’heure actuelle, personne ne peut prédire le résultat final de l’élection présidentielle de mai prochain. D’ailleurs, à plus forte raison, le premier tour semble encore très peu fixé. Cela n’empêche cependant pas certains de se comporter déjà comme si Hollande avait gagné, et d’autres, plus raisonnables, n’en émettent pas moins bruyamment leur désir de voir accéder à la présidence le candidat officiellement socialiste. Une question me taraude : pourquoi ?

Oui, pourquoi, aussi ardemment, espérer Hollande à la présidence ?

Avant de s’attarder sur le personnage Hollande, examinons calmement, à froid, les arguments rationnels qui existent en sa faveur.

Par exemple, on pourrait ici évoquer le fait que Sarkozy a été, pendant cinq longues années, le président le plus catastrophique de l’histoire de la 5ème République. On ne compte plus les citoyens qui se sont découverts des talents de pamphlétaires à la suite de son accession au pouvoir, et qui nous ont infligé leurs profondes analyses et intenses réflexions sur le personnage quasiment chaque jour pour, justement, nous prouver à quel point ce type, bien que démocratiquement élu, était une plaie quasi-dictatoriale.

On pourrait plus prosaïquement constater que la France est à droite depuis 17 ans. Certes, la différence avec une France à gauche tient dans l’épaisseur d’une feuille de papier à cigarette (dont le tarif n’arrête pas d’augmenter, au passage) mais les plus benêts d’entre nous sont persuadés qu’une alternance va miraculeusement remettre la France sur la bonne voie, même si les marges de manœuvres sont microscopiques. Que voulez-vous, il faut parfois des buts simples pour les esprits frustes, ça les motive à avancer, même si c’est souvent vers l’abattoir.

Ces raisons permettent, vaguement, de trouver une motivation d’aller voter Hollande. Mais aucune d’elles ne permet, même de loin, d’y faire poindre les prémices de l’enthousiasme. Si on les utilise pour glisser un bulletin Hollande dans l’urne, c’est par dépit plus que par conviction : on est dans le damage control, le pis-aller, certainement pas dans le transport allègre vers des horizons qui chantent avec des élans de joie bouillonnante.

En fait, ces raisons sont plutôt une analyse en creux, fondée sur la réponse à la question « Pourquoi tout faire pour que l’actuel Président s’en aille » et non une analyse positive sur les bonnes raisons d’avoir Hollande en poste.

Hollande, un homme sain dans un corps sain. Mais socialiste.

Pourtant, des bonnes raisons doivent exister !

Comment ne pas s’enthousiasmer pour ce gentil père de famille recomposée, dont la crise de la quarantaine cinquantaine s’est traduit par une remarquable perte de poids ? D’ailleurs, il a réussi à se débarrasser, dans une période assez courte, d’un peu de ventre et d’un gros boulet. Comme Sarkozy, tiens. Et il a maintenant une femme qui, bien que ressemblant pas mal à sa précédente, se fait fort de ne pas intervenir dans ses affaires. Comme Sarkozy aussi, tiens. Et il aime bien cogner sur les riches, même s’il en est un lui-même (comme Sarkozy du reste).

Moui. Tout ceci n’est pas, à proprement parler, du bonheur en barre. On est même dans la banalité limite gênante tant elle dépeint un parcours balisé de ces hommes en quête avide de pouvoir plus qu’une virile volonté de bousculer les choses, remettre en question les évidences et tutoyer l’univers. Là, on sifflote doucement avec le présent et on vouvoie respectueusement le passé.

Si l’on s’écarte de Sarkozy, tant honni, on peut aussi se dire que Hollande, à la suite des précédents candidats socialistes, marque un vrai renouvellement… On sait qu’avec François, un éventuel débat avec Nicolas n’aurait pas ce parfum de n’importe quoi ahurissant qu’une Ségolène Royal avait réussi à amener avec elle, débat dans lequel on découvrait qu’elle envisageait sans rire de faire raccompagner toutes les gendarmettes par des gendarmes, qu’elle n’avait aucune idée du mix énergétique français, et qu’elle balançait d’énormes absurdités comptables en lieu et place de programme économique (à ce sujet, on se demande encore comme Sarkozy avait pu rester aussi stoïque ce soir là – ce fut d’ailleurs la dernière fois qu’il le fut).

Non, pour sûr, avec François, on aura droit à un beau débat de second tour, avec des graphiques, des chiffres, des phrases pas trop longues ni trop courtes, des arguments sans aspérités, bien polis, bien lisses. Ce sera un échange d’amabilités sur le mode camomille avec un peu d’arguties politocardes et quelques petites piques faciles sur le bilan sarkozien. On entend déjà le frottement des pantoufles et le ronflement paisible des électeurs.

Hollande, c’est aussi l’assurance d’arriver au second tour, mes amis. Et ça, ça compte autant qu’un Nuts, un Raider ou un Mars, et bien plus qu’un Jospin atomisé au premier tour d’une funeste année 2002. Jospin, l’homme qui valait 3 dollars, le Steve Austère de la politique, rigolo comme un piquet de grève CGT sur un quai de gare SNCF en plein hiver, avait réussi à parcourir ses troupes de ce désir d’avenir politique si puissant que les militants et sympathisants PS étaient tous partis à la pêche au lieu de voter pour lui. Traumatisme qui aura d’ailleurs propulsé la dinde poitevine au second tour 2007, dans le grincement audible de leurs dents.

Avec Hollande, pas de grincements de dents. Tous, comme un seul homme, ils voteront pour le poussah tranquille qui a su conserver la ligne malgré quelques plantureux repas à 140€. Tous prétendront oublier, dans l’hypocrisie nécessaire des petits militants bien obéissants, l’arrivisme, les mensonges et tergiversations ou les clips ridicules du candidat ou de son équipe de campagne. Et pour faire taire les derniers scrupules, on brandira une Marine ou deux en second tour pour faire semblant d’enflammer les troupes…

Mais il n’y aura aucune galvanisation, il n’y aura pas d’enthousiasme, pas de folie heureuse, pas de force farouche poussant l’électeur à glisser un bulletin Hollande dans une urne aussi transparente que le personnage en question.

Décidément, pas de doute ! Si vous lisez, quelque part, que certains espèrent Hollande, que d’autres le désirent en tant que président, soyez-en sûr : c’est du flan.

J'accepte les BTC et BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BTC : 1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
ETH : 0x8e2827A89419Dbdcc88286f64FED21C3B3dEEcd8
 

Commentaires57

  1. Précis

    140€, ce n’est pas le prix du repas complet, mais celui de la salade de mâche aux truffes. Le menu de saison est à 165€.

    Soyons précis. Par ailleurs, il faudrait être bien naïf pour croire qu’un haut fonctionnaire comme Hollande (donc avec la paye qui va bien) a le style de vie d’un ouvrier.

    1. Keynes, Raymond Keynes

      Le prix du repas ne m’importe pas.

      Ce qui me glace est que FH fréquente BHL, lequel passe sans états d’âme à un autre âne pour faire valoir ses propres intérêts et « valeurs ».

  2. YP

    J’en suis à me dire que plus clientéliste sera le programme, plus vite on se prendra le mur ; Au point ou en est, le mieux est de voter Hollande, qu’on se prenne le mur une bonne fois pour toutes et qu’on se rélève enfin.

      1. dkdan

        D’accord avec YP. Hollande, et tous ses ministres, avec une règle d’or européenne, vont se prendre le mur plus déception populaire. Ce sera très pédagogique! On peut même espérer quelques déboulonnages aux élections locales!
        (Signé : l’optimiste.)
        Pour la compétitivité, faudra attendre!…

      2. YP

        La probabilité du nazional-socialiste ou du nazional-communiste d’arriver au second tour est faible. Par ailleurs, même si la dette n’est pas uniquement de son fait, il serait juste que ce soient les descendants du Mitteux qui soient aux manettes pour la chute finale.

      3. daredevil2007

        Il ne faut pas non plus oublier que voter pour ce tout mou signifiera aussi la mise en place du fameux vote des étrangers… qui aura de sacrées conséquences sur les élections ultérieures!
        Où que se tourne le regard, il n’y a que tristesse et désolation jacobino-étatiste!

        1. Deres

          La bernique, une fois accrochée au rocher, elle s’en fout de l’état de la mer. En plus, elle peut attendre tranquillement la fin de la tempête. C’est ce qu’à fait Mitterrand, rappelez-vous. Face à la crise et à l’enthousiasme populaire, une immense plan de relance par la dépense et la consommation plus matraquage de ceux qui font l’économie. Suite à la débandade économique (inattendue ?), virage vers la rigueur qui font sa défaite aux élections et la cohabitation. Mais cela ne l’a pas empêché de rester au pouvoir et de continuer les nominations de ses amis dans les fromages de la République réservé au Président. Ensuite, souvent français varie, donc la gauche a repris les contrôle total …

        2. Deres

          L’argent gratuit, il y en a encore. La quantité peut même encore s’accroître comme le montre les augmentations d’impôt. Il n’y a qu’à se servir. Et quand il n’y a plus de laine sur les moutons, on peut manger la viande … Il faut bien comprendre que nos élites vivent en prélevant sur le flux. La richesse globale n’a aucune influence. La redistribution est donc leur leitmotiv. Le mieux, c’est de prélever pour reverser au même individus. C’est ainsi que la classe moyenne française quémande en permanence sans se rendre compte qu’elle se fait tondre. Les prélèvements massifs sont cachés dans les feuilles de paie, les tickets de caisse, des impôts multiples et indépendants. On ne voit plus que l’argent que l’on touche. C’est exactement le principe de la cour du Roi Soleil. Au lieu de gérer leurs affaires correctement chez eux, les nobles passaient leur vie à tourner autour du Roi pour grappiller quelques menus avantages.

        1. Pod

          mais juste pour rigoler…

          Si tant est qu’on en ait encore les moyens (de rigoler j’entends, car niveau pognon, ça va devenir très très tendu si on n’est pas smikard)…
          Autant devenir pauvre tout de suite, il n’y aura ainsi pas de surprise…

  3. Le Diable probablement

    Ce qui me frappe le plus chez Hollande, et ce à quoi les journalistes semblent le plus aveugle, c’est son absolue nullité oratoire. Ce type est infoutu d’improviser correctement une phrase de plus de trois mots sans se perdre dans les méandres de sa non-pensée, ou sans faire des pauses de 10 secondes pour aboutir à un résultat dénué de tout sens la plupart du temps. Ses discours préparés sont étonnamment du même acabit. Et pourtant on persiste à nous le présenter comme un esprit subtil : difficile à croire quand on voit le niveau cour de récré de ses piques contre Juppé. On est loin de l’esprit Mortemart.

    (Petite correction : les esprits sont « frustes » et non « frustres »)

  4. Pere Collateur

    « Et ça, ça compte autant qu’un Nuts, un Raider ou un Mars »

    Juste une précision: Raider ça s’appelle twix maintenant.
    Et aussi, (mais rien à voir) GrosQuick s’est fait malheureusement viré il y a pas mal de temps et a été remplacé par un lapin aussi fade que la candidature Hollande…

    Sinon, vous avez mis des mots précis derrière un ressentit que j’avais: Le pauvre François H ne soulève pas les foules… Ok ça non…

    1. Ah mais je maintiens « raider ». On est resté, avec Hollande, dans les méandres des années 80. Pas après.

      1. Théo31

        + 1000.

        GrHollande rêve de refaire 1981, avec tout plein d’argent gratuit des autres.

        Il n’empêche que pour un gars qui a posé son gros derche à la cour des comptes, ne pas savoir compter pour chiffrer son budget EdNat(8 milliards de plus alors qu’il a annoncé 2,5), ça en dit long sur la nullité du personnage.

        1. Deres

          1981 on sait comment cela s’est finit : le tournant de la rigueur de 1983. Pour camoufler tout cela, ils ont alors fait une mesure de gauche à paiement différé : la retraite à 60 ans.

          Quand on regarde de près, on en est encore à défaire les erreurs de 1981 : retraite à 60 ans, ISF, diminution du temps de travail (hebdomadaire et annuel), contrôle des prix et des salaires, décentralisation sans contrôle, relation bailleur-locataire, contrôle des terrains à bâtir, régularisation des étrangers en situation irrégulière (131 000 personnes), allocations tout azimuth, réglementations de tous les côtés en particulier au travail … plus les petites perles indispensable de type fête de la musique, budget du ministère de la culture, , CSA, …

  5. rocardo

    Hollande=droit de vote aux étrangers pour les élections « locales »…ça n’existe pas…bref,comprenons municipales:concrètement,comme 99,9% des zétrangers en fRance sont des muzz,cela signifie l’entrée d’islamistes modérément modérés dans les conseils municipaux,donc dans les grands électeurs du Sénat,une instance qui dicte la loi et peut réformer la constitution.
    Si ça ne vaut pas 12 balles dans la peau…
    C’était ma rubrique:Breivyk est-il un camarade qui se trompe tant que ça?

      1. daredevil2007

        Qu’est-ce qui est « n’importe quoi »? Le fait de faire entrer le loup dans la bergerie?

        1. Paf

          les histoires de balles et la comparaison avec ce tare psychopathe de Breivyk.faux arreter des fumer des joints.On a le droit de pas etre d’accord mais faut pas abuser

    1. Deres

      Cela signifie juste que les municipalités vont devoir revoir leur attitude face aux autorisation de constructions de mosquée et de subventions aux associations musulmanes. C’est déjà tout un programme …

      1. rocardo

        Je vous rassure,paf et Botafoin,je ne suis pas pour les balles et l’explosif…le goudron et les plumes me suffisent.

  6. Pascale

    «  » »(à ce sujet, on se demande encore comme Sarkozy avait pu rester aussi stoïque ce soir là – ce fut d’ailleurs la dernière fois qu’il le fut). » » »

    À l’époque je m’étais fait la même réflexion tellement Royal était horripilante et crispante surtout avec sa « sainte colère » préfabriquée sur mesure. D’ailleurs à un moment du débat, devant les idioties de Royal, Sarkozy a prononcé dans sa barbe pour lui même, c’en était presque inaudible, mais il avait l’air sincèrement catastrophé : « on n’y comprend rien ».

    Je crois qu’il a été élu grâce à ce débat et surtout à la manière avec laquelle il resté stoïque comme vous dites face à des idioties dignes d’une cours de récré. Les Français ont vu en lui un homme franc et direct, et moi la première.

    Malheureusement le type a tellement déçu et ce dès les 1ers jours avec son ouverture à gauche, puis tout le long de son mandat avec ses trahisons incessantes vis à vis de son programme ou de ses promesses précédentes. Dont voici quelques exemples :
    – je n’ai pas été élu pour augmenter les impôts
    – il n’est pas question que l’on retire les panneaux indiquant les radars (au moment de l’installation de ces derniers)
    – le référendum européen
    – Mayotte
    – Hadopi

    Etc, etc

    1. Sarkozy a voulu le pouvoir pour le pouvoir. Une fois obtenu, il ne savait absolument pas quoi faire avec. Un gamin.

      1. Pascale

        Oui, je crois qu’il a voulu épater la galerie avec des actions qui sortaient de l’ordinaire (ouverture à gauche pour un homme élu par la droite).

        1. Paf

          moi ce qui m’epate ce sont ses chaussures hitech pour le faire paraitre plus grand, elles ont l’air vraiment cool.

  7. Pascale

    Ceci dit Hollande n’aura pas ma voix, ni Sarko non plus d’ailleurs.

    Mais c’est vrai qu’avec un président, un gouvernement, une assemblée nationale, un sénat, la majorité des régions et des municipalités de gauche, qu’est-ce qu’on rigolerait ! Franchement je me demande si ce ne serait pas souhaitable. Et là, pour le coup, on pourrait vraiment parler de l’exception française quand on sait que toute l’Europe vire à droite toute.

  8. Maleypart

    Quand je vois ce qui est arrivé à la dernière personne à avoir osé s’écarter de la doxa socialiste que tous nos élus tiennent, de l’extrême gauche à l’extrême droite, je me dis qu’effectivement nous sommes très très loin du compte…

    « Il ne faut pas tout attendre de l’Etat. » L. Jospin

  9. Maleypart

    Sinon, un (début de ) débat intéressant entre Hollande et Pascal Salin, sans doute déjà passé ici:

  10. infraniouzes

    Si vous voulez mon avis, et si vous n’en voulez pas je le donne quand même, Hollande est plus lucide qu’on croit. N’étant pas le benêt qu’on dit, il a pigé que le PS et toute la gauche allait au devant d’énormes difficultés vu l’état financier de la France. Et comme personne, au PS, ne parle de réduire le nombre de fonctionnaires, le train de vie de l’État, les flux migratoires, il va falloir trouver de l’argent dans un pays qui glisse doucement vers une récession carabinée.
    Personne n’y pourra rien, sauf l’évêque de Lourdes, et encore, dans un bon jour.
    Donc Hollande, qui a compris cela, fait une campagne sans conviction, en traînant les pieds. Il n’y croit pas; le socialisme c’est formidable quand les caisses sont pleines. Sinon, c’est la galère et personne n’y veut aller ramer. C’est bon pour les manants. Les bobos de gauche ont mieux à faire. Tiens BHL, qu’est-ce que tu fais ce WE ? Ah, tu vas sauver la Syrie ? Excellent… Tu passes quand à la TV ?

    1. Hollande est plus lucide qu’on croit.
      A le voir, j’aurais dit qu’il est plus glucide.

      L’hypothèse qu’il ne veut pas aller au casse-pipe est possible, mais je n’y crois pas : ces gens là sont détachés, complètement, des réalités. Ils aiment, ils adorent, ils sont prêts à tout sacrifier (y compris leur premier né) pour Le Pouvoâââr. Et que la France aille dans le mur, ils s’en foutent.

      1. Théo31

        « Et que la France aille dans le mur, ils s’en foutent. »

        C’est évident. Je le répète, mais l’intérêt bien compris d’un polioticien est de proposer des solutions qui échoueront systématiquement. Faut bien qu’ils justifient leur utilité comme jadis leurs prédécesseurs se sont servis du keynésianisme pour justifier leurs politiques.

        Et comme la situation ne vas pas s’arranger, les peuples européens doivent se préparer à s’en prendre plein la gueule et le cul. Les oligarques ne lâcheront pas le morceau facilement. Et ce jour-là, des valises, de l’or et du plomb seront d’une grande utilité.

        1. eheime

          Je pense que ca doit le faire flipper. S’en fiche vraiment en pleine tempete, c’est pas si facile a mon avis. En un instant toute la population va descendre sur terre : quand les fonctionnaires n’auront pas percu leur salaire a la fin du mois, que les retraites ne seront pas payees, que se sera la merde totale, il faudra gerer. Et les petites phrases ne suffiront plus. Les gens seront dans la rue. Enragés. Meme de Gaulle y a perdu son tact quand la rue s’est souleveee. Qu’est ce qui a fait tomber le regime tunisien ? La rue. Et Berlusconi ? Il a carrement accepte de passer la main. Tout de meme. Je vois mal un type comme lui renoncer au pouvoir s’il ne le souhaitait pas lui meme. Dans un moment de realisme.

          Moi aussi je pense que Hollande est plus lucide qu’on ne le pense. Il a tres bien compris ce qui se trame. Et a mon avis il a les jetons. Il n’est pas megalo comme l’autre en face. Ca veut dire qu’il sait ce qu’il vaut : rien. Pour moi, il est comme un ouvrier qui se retrouve par hasard a la tete de l’entreprise. Le truc dont il a toujours reve car il a vu que le bon cote des choses. Mais il realise que, pas de chance, ca va etre plus complique que prevu. Juste quand il arrive. Et l’autre avant a bien fait expres de lui laisser tout en chantier, dégouté de voir qu’il refera pas un quinquenas.

          Ce quiquenas ne sera pas de tout repos. Meme pour celui qui s’en fiche.

      2. Pascale

        Bien sûr. L’important et je dirais même le seul but pour eux c’est d’avoir le pouvoir, caisses vides ou pleines. Car même les caisses vides ils savent que, eux, au pire, ils seront planqués et à l’abri, au mieux, ils trouveront toujours le moyen de trouver de l’argent à se distribuer à eux et leurs copains (et à mon avis, c’est la seconde solution qu’ils envisagent).

        1. Pascale

          Et puis, il y a l’ivresse du pouvoir… C’est certainement ce qui a fait disjoncter Sarko, d’ailleurs.

      3. daredevil2007

        Sauf que si ça vire vinaigre, façon fuite de Varennes, il aura quelques soucis à se faire parce que le fusible, ce sera lui 😉 😉

    2. Deres

      S’il applique son programme, je pense qu’il faut s’attendre au pire. Tout cela entraînera des déficits commerciaux encore plus élevé que les chiffres navrants actuelles. Il y aura alors des politiques de « acheter français » et de hausse des prélèvements encore plus massifs, qui seront en fait de la répression sur notre pouvoir d’achat. Couplé aux mesures confiscatoires sur la classe moyenne, cela va entraîner une fuite des capitaux et des cerveaux tout azimut. Le gouvernement réagira surement à tout cela par une chasse au sorcière et des mesures liberticide contre les « mauvais français ».

      1. Aristarque

        10 mois après, on peut dire que c’était bien anticipé!
        quant aux mesures liberticides, les soi-disant héritiers de 1989 en reviennent à la restauration du servage, sous les applaudissements des socialistes de droite, y compris certains inattendus dans cette posture!

  11. BA

    Dimanche 5 février 2012 :

    Aucun accord n’a été trouvé dimanche entre les chefs des trois partis de la coalition gouvernementale en Grèce et la troïka des bailleurs de fonds du pays sur les réformes, et la réunion chez le premier ministre reprendra lundi, ont indiqué deux chefs de parti.

    La troïka demande encore plus d’austérité, que le pays est incapable de supporter, a déclaré le leader de la Nouvelle Démocratie (droite) Antonis Samaras en sortant d’une réunion de cinq heures chez le Premier ministre grec.

    Le leader d’extrême-droite Georges Karatzaferis a fait valoir qu’il ne voulait pas contribuer à l’explosion d’une révolution en acceptant les mesures demandées.

    http://www.romandie.com/news/n/_ALERTE___Grece_pas_d_accord_avec_la_troika_la_reunion_reprendra_lundi_050220122002.asp

  12. eheime

    Encore un element qui montre que le quinquenas a venir va etre sportif. Il fautdrait un Churchill, un de Gaulle, un Thatcher… mais on a pas en magasin. Ca va faire exactement comme en Grece. Ils sont pas de taille.

  13. Sanksion

    un Raider

    -> Megalol on dirait ma demi-soeur, sors de ta grotte, ça s’appelle un Twix depuis 15 ans !!!

    1. bbph

      On leur parle de Hollande, et le truc qui retient le plus leur attention, c’est le Raider… Le cas Hollande est-il chiant à ce point, ou c’est juste la manière des franchouilles d’appréhender les élections? Ça expliquerait qu’on se tape que des buses depuis le temps des Raiders (et encore, je suis gentil).
      Le plus effarant dans cette histoire, c’est que y’ait des millions prêts à voter Flamby, que y’en ait d’autres qui ont cru le petit père Sarko y’a 5 ans, et que l’offre politique, de Le Pen à Mélanchon, se limite au socialisme.

      La connerie la plus fascinante dans cette affaire, ce n’est pas celle des élus, mais celle de leurs électeurs. Faut bien reconnaitre au Flamby et à ses copains la lucidité et le talent qu’ils ont d’exploiter le filon sans que personne ne bronche.

      1. Sanksion

        Les élections, c’est un non problème, le changement du nom de marque de Raider, c’est quand même une rupture importante. Une rupture dont les conséquences, encore aujourd’hui, sont désastreuses, pour tous les gens qui vont aux kiosques à journaux pour demander un Raider et tomber sur le regard hagard du commerçant, « mais de quoi parlez-vous ? »
        Là, c’est le choc, le monde paraissait stable, et soudain, on s’apperçoit qu’on vivait dans l’illusion depuis des années.
        Tel Neo devant la pillule rouge : Le Raider est désormais le Twix. Bienvenue aux pays d’Alice aux pays des merveilles.

        ça, comparé au political reality show, c’est quand même autrement plus important pour mener sa barque sur le long fleuve de la vie.

Les commentaires sont fermés.