Le Pen, parrainages et distributions de bisous citoyens

Décidément, 2012 est une élection basée sur les vieilles recettes ! Sarkozy a décidé de dépoussiérer son discours de droite afin de rameuter un électorat qui semble pourtant l’avoir déjà bien déserté. Hollande, comme je le notais dimanche, a ressorti le programme de 1981 et, une fois débarrassé de sa naphtaline, tente de nous le vendre comme neuf. Et bien évidemment, Le Pen nous refait le coup des signatures…

Certes, cette fois, c’est la fille et non le père qui nous ressort le discours habituel de la complexité inouïe pour les candidats comme elle de trouver les cinq cents parrainages, mais on a déjà entendu cette musique à toutes les élections précédentes.

Ainsi donc, Marine Le Pen aurait toutes les difficultés du monde à récupérer les précieux gribouillis d’élus sur le territoire français. Rappelons que cette règle de la 5ème République impose de trouver 100 signatures, puis 500 signatures à partir de 1976, pour pouvoir se présenter aux élections présidentielles. Le but est évidemment d’éliminer les candidatures fantaisistes, car tout le monde sait que si l’on ne fait pas ça :

  • des centaines de candidats se bousculeront (mais si, puisqu’on vous le dit)
  • ils seront tous plus ridicules les uns que les autres (voyons, c’est déjà le cas avec ceux qu’on a maintenant, imaginez avec plusieurs poignées supplémentaires)
  • les Français seront incapables de faire un choix éclairé dans la masse de candidats proposés.

Et force est de constater que cette règle a plutôt bien fonctionné puisque depuis qu’elle est en place, le nombre de candidat n’arrête pas d’augmenter (seize en 2002 !). Ajoutons que lorsque la règle est passé de 100 parrainages à 500, elle aura aussi eu le bonheur d’éliminer Le Pen (le père) pour les élections de 1981, ce qui montre de façon assez claire qu’une élimination du candidat de l’extrême-droite n’est pas complètement impossible : elle a déjà eu lieu.

Bref : le parrainage, c’est trop de la balle.

Sauf que justement, la probabilité d’une élimination de Marine Le Pen avant même le premier tour laisse planer un doute sur le bon fonctionnement de la démocratie en France. Enfin, c’est un peu comme ça que François Bayrou présente la chose, en expliquant qu’il faudrait, dans l’hypothèse où la Frontiste ne pourrait se présenter, que les candidats se concertent pour discuter du problème. (Au passage, on ne voit pas trop bien ce que ces discussions et cette concertation apporterait à la présidente du Front National.)

Et voilà donc que Bayrou a sorti le chat de son sac : la question des parrainages est à présent remise sur la place publique, d’autant que le leader du Modem propose d’y substituer une version citoyenne, où 500.000 signatures d’électeurs permettrait au candidat d’être inscrit dans la course aux présidentielles.

Passer d’une distribution de bisous au niveau des élus à une distribution de bisous au niveau des électeurs, c’est effectivement un net mieux puisque les pressions politiques seraient moins importantes. Et puis, un demi-million de bisous, qui peut refuser ça ?

Egalité, Taxes, Bisous : République du Bisounoursland

Eh bien apparemment, tout le monde. Ou, disons, les principaux représentants de la politocratie française qui, eux, n’ont pas de problème pour récolter les bisous officiels des élus.

Evidemment, en pratique, ils ne se sont pas exprimés sur l’idée des signatures citoyennes de Bayrou, mais se sont contentés d’expliquer que la proposition du centriste était une nouvelle et infâme bidouille et que puisque les règles étaient claires, on ne devait surtout pas trouver un moyen d’aider la candidate à surpasser ce petit inconvénient bien légitime dans une démocratie vigoureuse mais qui sait ne pas s’embarrasser de candidats fantaisistes.

Moui.

En clair, c’est non, tant à droite qu’à gauche, le flop total pour Bayrou. Bien que tous sachent ici que Marine Le Pen représente plusieurs millions d’électeurs, aucun ne veut prendre le risque de la voir faire un score honorable voire destructeur en l’aidant à rassembler ses parrainages.

Jouant sur la fibre du « Bah, elle bluffe, elle les aura », tout le monde retourne bien vite à ses petits jeux mais ne se pose pas la question des conséquence d’une absence de Marine Le Pen au premier tour de l’élection présidentielle.

Car en réalité, Marine Le Pen absente au premier tour prouverait d’une façon claire que les pressions sur les élus existent bel et bien. Que certains des candidats ou leurs équipes de campagne remettent en cause la crédibilité même de Marine Le Pen est assez amusant : celle-ci n’a pas cessé, dans les derniers mois, de sortir tout l’attirail social-démocrate voire socialiste, tant et si bien qu’à quelques points typiquement nationalistes et là pour des raisons historiques, son programme ressemble fort à celui d’autres candidats, tant dans les extrêmes qu’ailleurs dans le spectre politique. Quant aux sondages, ils la placent suffisamment haut pour que ses frais de campagne lui soient remboursés, ce à quoi certains candidats prétendument crédibles ne peuvent pas encore aspirer, loin s’en faut.

Bref : si elle n’était pas crédible, un paquet d’autres candidats ne le seraient pas non plus et on gagnerait un temps fou en n’organisant qu’un seul tour.

Le problème de crédibilité étant écarté, le bluff ne semblant pas réaliste (l’explication des pressions étant parfaitement crédible), la réaction des candidats et de leurs appareils de campagne n’est alors plus qu’une pure question de stratégie, voire d’hypocrisie.

De stratégie puisque chacun d’entre eux a fait le calcul que des électeurs de Le Pen qui ne peuvent voter pour elle, ce sont, au moins en partie, des électeurs qui redeviennent disponibles pour eux. Pour ma part, je pense que ce calcul est risqué et probablement vrai seulement sur une frange étroite de l’électorat frontiste. Stratégiquement, Le Pen qui ne se présente pas, c’est probablement une abstention qui grimpe, et une grogne qui monterait d’un coup.

Il reste l’hypocrisie. Ici, elle me semble patente : tous ces candidats ne sont pas les derniers à parler du peuple français, à s’en réclamer. Aucun n’aimerait qu’on le taxe d’ennemi de la démocratie, ou d’adversaire ouvert à l’expression populaire. Chacun d’entre eux expliquerait sans mal, la main sur le coeur, que le peuple doit pouvoir s’exprimer aux élections, surtout aux présidentielles, si importantes. Chacun assurerait de son indéfectible soutient à la démocratie.

Mais il n’y a plus personne lorsqu’il s’agit de constater que le système ne fonctionne pas, qu’il écarte même des candidats légitimes, et qu’il contient même en son sein les prémices de troubles évidents comme la grogne des électeurs frontistes qui, à force de ne pouvoir s’exprimer dans les urnes, risque bien de le faire dans la rue…

Oui, il est assez probable que Marine Le Pen aura ses signatures. Mais oui aussi, il semble évident que sa candidature gêne énormément, tant à droite qu’à gauche, et que beaucoup sont largement prêt à piétiner la « démocratie » pour s’assurer une place plus facile dans la course au trône élyséen.

Je trouve, pour ma part, que ça en dit bien plus long sur la qualité des candidats qui ont déjà leurs grigris que sur la crédibilité de Marine Le Pen.

J'accepte les Bitcoins !

12B1HQmQgJGGD9hXYgY3sBk8BcGK8YZz9K

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires125

        1. Non erreur. Il est possible qu’elle soit au second, mais encore pour le moment peu probable… Encore qu’à voir les crispation au sujet de ces parrainages, on puisse décemment se poser la question.

  1. Le Gnome

    De Poutou à Marine, il n’y a que des socialistes. Je vais acheter une carte et une canne à pêche, celle-ci ouvre le 10 mars. Je vais nuire gravement à la biodiversité, mais je n’ai pas le choix et j’assume.

  2. Jesrad

    Je voterai peut-être La Fayette encore une fois, si j’ai le temps. Sinon à quoi bon ? De toute façon en 2013 ce sont les faits économiques qui gouverneront à la place des élus, du local au national. Et au moins, avec eux, on peut s’arranger et les règles ne changent pas par surprise.

    1. Toni

      C’est ce que les gens de gauche craignent … Que les faits économiques se mettent à gouverner. Ah oui c’est l’adversaire « finance » dont parle Mr Hollande.
      Il sont en retard de 60 ans.

      1. Théo31

        « Il sont en retard de 60 ans. »

        Normal, la gauche française est la plus débile de l’univers après la nord-coréenne et la cubaine.

  3. Li Po

    Mr 16, ce que vous faites est dangereux ! ha ha contrepoints ce média fasciste libéral tombe le masque ! parler de MLP c’est déjà l’aider et faire le « jeu du FN », ce qui evidemment nous conduira vers « les Heures les Plus Sombres de Notre Histoire  » ( HPSNH ) !
    Une campagne assez croquignolée, ça va changer de la dernière . Nouvelle tactique Bayrouiste : voter Sarkozy au premier tour, c’est faire élire Hollande au second, bref votez pour moi

    1. T-Buster

      Faciste libéral !!!
      Que de gros mot dans la bouche des français….
      Mais évidement qui ne connaissent pas le début de la définition de ces mots, par principe incompatible
      Mais cela des décennies que l’on fait peur à Mme Michu avec alors autant les assembler.

      1. Thomas

        Je pense que Li Po rigolait hein…

        A mort les pédonazi (l’image du chaton avec rape imminent était magique).
        H16, ne devriez vous pas soutenir Hollande ? Pourquoi ne pas voter pour le candidat socialiste de gauche, après tout il devrait foncer dans le mur avec une foullé plus appuyée dans la joie et la bonne humeur. (Oui tous les programmes menent au murs, mais je fais confiance à un candidat socialiste officiel pour y aller plus directement).

  4. Sancelrien

    Il serait tout à fait malsain et même dangereux qu’une personne qui « pèse » autant que Marine Le Pen ne puisse pas se présenter, et cela qu’on soit séduit par son programme ou non.
    Si on ne souhaite pas qu’elle soit élue il n’y a qu’à voter pour quelqu’un d’autre ( c’est ce que je ferai, personnellement ).
    Ou alors il faut être logique et passer au parti unique avec candidat unique et supprimer le droit de vote aux simples citoyens, ainsi que l’a déjà proposé, je crois, Mme Caroline Fourest.

  5. Flo

    Mr Moscovici poussé dans ses retranchements chez Ruquier par Natacha Polony :

    – Moscovici : Marine Le Pen représente un parti avec des idées anti-démocratiques.
    – N.P : Mais quand même si elle ne peut pas se présenter avec le pourcentage qu’elle représente, n’est-ce pas un problème de fonctionnement de la démocratie?
    – Moscovici : Mais non pas du tout, et vous m’accorderez que le principe de démocratie est un peu gazeux…
    OOOOHHHH!

    Et de Mr Bayrou ce matin :
    – Quand vous serez au 2nd tour comme ferez-vous pour devenir le fédérateur que vous aspirez à être?

    Réponse: c’est parceque je serai le fédérateur que j’aspire à être que je serai au 2nd tour…

    On est mal.

    1. Higgins

      Vous êtes surprise des propos de Moscovici, moi pas. Tout a été dit il y a trente ans: « Il n’y aura pas de retour au passé, certaines formes d’opposition auront été détruites. » Louis MERMAZ (1981)

      Ce que Bertold BRECHT a parfaitement résumé par: « Le peuple pense mal…il faut changer le peuple… »

      Heureusement, notre psychothérapeute (http://psychotherapeute.blogspot.com/) préféré (et de surcroit drôle) sait nous mettre du baume au cœur dans son dernier billet : « D’ailleurs rappelons que le libéralisme est en gros un courant de philosophie politique visant à faire reconnaître la primauté des principes de liberté et de responsabilité individuelle sur l’autorité du souverain et rien d’autre. Alors que le socialisme est un courant de pensée sympathique au premier abord puisqu’il propose le bonheur sur terre avant de se révéler terrifiant dès qu’on l’applique puisqu’il soumet la volonté individuelle aux décisions du nombre qui se trouve le plus souvent être réduite à un seul représentant. Une fois que l’on sait cela, on sait de qui les pauvres orphelins trisomiques, si tant est que de pauvres enfants puissent cumuler de tels handicaps, seraient les victimes en cas d’avènement de l’un ou l’autre de ces grands courant de la philosophie politique. »

        1. Higgins

          J’en déduis qu’en employant le mot « surprise » j’ai commis une erreur (du au pseudo. Je lis Flo). Si c’est le cas, toutes mes excuses.

  6. daredevil2007

    Une fois de plus, chapeau bas! Je partage votre analyse, Hash et pense que ce système est plus que vermoulu… à quand ce qui se passe en Grèce chez nous? ;)

    Petite correction : « Bien que tous savent ici que Marine Le Pen représente plusieurs millions d’électeurs = Bien que tous sachent ici que Marine Le Pen représente plusieurs millions d’électeurs » (subjonctif).
    J’ajouterai aussi (même si quelques grands écrivains ont pu également employer cette tournure!) que l’on doit écrire « tant s’en faut » et non « loin s’en faut » car il s’agit d’un verbe indiquant une intensité, non une distance.

  7. zeyesnidzeno

    Est ce qu’on est sur de prendre le problème par le bon angle ?

    Le coup de force de Marine Lepen, comme souvent, est de nous la faire à l’envers.

    De quoi part-on pour estimer que Marine Lepen est une candidate – non pas légitime – mais obligatoire pour la présidentielle? C’est comme ça que le problème est posé. Elle DOIT l’être. Au nom d’un principe qui m’échappe, tous les candidats doivent récolter 500 signatures et faire la démonstration d’une représentativité minimale, mais pour Marine Lepen c’est différent, qu’elle y parvienne ou pas, elle DOIT être candidate investie.

    Bien. Au nom de quoi DOIT elle absolument être investie candidate par les élus de France ? Au nom des études d’opinion. Au nom des sondages qui estiment que Marine Le Pen est haute dans l’opinion (entre 14% et 18%). Si les sondages le disent, alors le terrain (lui bien réel) doit dire la même chose. Si on pousse ce raisonnement à son extrême, la logique voudrait que l’on confie carrément aux instituts le soin de désigner les candidats. Pourquoi s’embeter avec des parrainages alors que la réponse est là, sous nos yeux, en Home de l’express ou dans les pages du nouvelobs ? L’expression démocratique ne reflète pas les sondages, corrigeons l’expression démocratique !

    Au delà de ce postulat spécieux (et finalement assez anti-démocratique), revenons un instant sur les accusations sans nuance que MLP fait peser sur un système prétendument verrouillé :
    – Comme toujours MLP est dans l’incantation et ne présente pas le début d’un commencement de preuve de ce qu’elle avance.
    – En imaginant que les élus encartés soient tenus par les partis (ce qui n’est as prouvé), il existe 14 000 maires non encartés libres de leurs faits et gestes qui constituent un vivier conséquent pour les candidats sérieux.
    – des maires ont publié une tribune pour exprimer leur lassitude d’être sollicités tous les 5 ans par des candidats qui entre deux scrutins présidentiels les ignorent royalement. Dans le même élan, ils ont déclaré faire la grève du parrainage.
    – LCP nous annonce que Marine aurait péché par excès de confiance et aurait tardivement commencé sa campagne de collecte des signatures.
    Autant de paramètres à intégrer pour analyser les difficultés rencontrées par la candidate frontiste.

    Par ailleurs, le positionnement même du FN est aussi en partie responsable de cette difficulté.
    Comme le dit tres bien Romain Pigenel dans sa note d’hier « Au fond, Marine Le Pen voudrait à la fois le fromage et le dessert, la marginalité idéologique et les charentaises institutionnelles. A un moment, il faut tout simplement assumer ses choix. » Ben oui, il faudrait savoir ce que veut ce FN, incapable de nouer des alliances, incapable de réunir en 30 années d’activité un nombre d’élus significatif. Pas d’ancrage après 30 ans d’existence, est ce que les mots « crédibilité » et « légitimité » s’imposent quand on parle d’un parti qui ressemble plus à un clan familial qu’à une véritable formation politique ?

    Bon, ceci dit, je suis d’accord, MLP aura ses parrainages. Elle les aura seule, ou elle sera aidée. La gauche a évidement intérêt à ce qu’elle se présente, et trouvera un moyen détourné de trouver les qq dizaines de signatures manquantes. Pendant ce temps là, Sarkozy et Gueant fabriquent du vote frontiste, qui jusqu’à maintenant a surtout permis de gonfler le score de Marine. Comme je le disais il y a qq jours, au nom de petits calculs politicards, et non au nom de la démocratie, Marine Le Pen, aidée par la droite et par la gauche, risque d’être la candidate la plus assistée par le système. Cocasse, non ?

    1. « Au nom des études d’opinion »
      Non. Son parti est arrivé au second tour en 2002, et a fait plus de 10% en 2007. Et ça, ce sont des élections, pas des études d’opinions ou des sondages, ce sont de vrais électeurs, bien vivants, qui se sont déplacés pour ce parti.

      Et le problème ne provient même pas du fait qu’elle doive être investie à cause de ce score, mais plutôt de noter qu’obtenir des signatures, pour elle, représente très certainement un challenge bien plus grand que pour les autres : l’élu qui l’adoube peut subir des pressions, chose dont on peut être sûr qu’elle n’arrivera pas pour une candidature EELV ou Front De Gauche.

      Quant aux preuves de ces pressions, à moins d’être un gros naïf qui découvre la politique (quelques années après ses 18 ans d’éco-citoyen conscientisé), on sait pertinemment qu’on ne les trouvera jamais (le mémo qui stipule « Si tu lui files une signature, t’auras pas la subvention », il est purement verbal et dans un bureau discret, jamais devant des journalistes et par écrit, hein).

      Oui, le FN n’est pas très ancré dans le pays parce que c’est un parti typiquement présidentiel. Mais avec la façon dont Marine a tourné toutes les voiles à gauche, pariez que ça va changer assez visiblement dans les années qui vont venir.

      1. Sancelrien

        Bien d’accord avec vous, H16. Même si elle trouve ses signatures je ne pense pas qu’elle ait des chances sérieuses pour 2012 ( et d’ailleurs je regretterais beaucoup de ne pas voir les socialistes montrer ce dont ils sont capables à part donner des leçons de morale ), mais en 2017 ce sera peut-être différent.

      2. daredevil2007

        Je confirme que des consignes ont été données pour qu’elle ne les obtiennent pas au niveau de l’UMP mais cela vaut aussi pour d’autres candidats… reste à savoir quelles en seront les conséquences!

        1. Nepenthes

          « l’élu qui l’adoube peut subir des pressions, chose dont on peut être sûr qu’elle n’arrivera pas pour une candidature EELV ou Front De Gauche. »

          « dont on peut être sûr » Ah oui ? D’accord, euh.

      3. Nepenthes

        Bon sang, je pensais pas que j’aurais eu droit à une réponse de h16 en personne, pour mon tout premier message ! C’est la grande classe ! Ça me ferait presque oublier l’aspect  » je t’aime moi non plus  » de sa relation avec les frontistes. Relation qu’on ne peut, en ce sens, clairement pas comparer avec sa passion sans ambiguïté pour une journaliste gaffeuse d’un magazine de mode ethnocentriste.

        1. Nepenthes

          Juste de la confusion que peut engendrer auprès de lecteurs comme moi (basanés) certains de vos partis pris répétés. Je ne parlais de rien de vraiment important en somme.

      4. Nepenthes

        Paf, c’était juste une allusion à ce billet ( que j’ai par ailleurs trouvé très sympathique ) : http://h16free.com/2012/02/02/12529-les-mechants-racistes-sont-partout-vraiment-partout

        D’autre part, j’ai parlé de partis pris, jamais de racisme ; h16 est indiscutablement trop subtil pour ça. C’est justement parce qu’il n’est pas con que parfois je me demande quelle satisfaction trouve-t-il à laisser transparaître, sous couvert de sarcasmes, un parti pris qui à la longue peut entraîner de la confusion. Un exemple au hasard :

        « Ce qui se passe, régulièrement, dans les cités françaises (réputées remplies de Norvégiens et de Finlandais déchaînés) est une actualité forcément fausse véhiculée par une propagande sordide sur internet »
        http://h16free.com/2011/10/12/10582-comment-la-licra-claque-largent-du-contribuable-dans-un-joli-clip-contre-productif

        Vous voyez ce que je veux dire ? C’est fin, subtil, véridique même. Mais imaginez deux secondes le frontiste-tendance-bonehead qui tombe sur ce passage, il en saisira l’ironie, mais le croyez-vous capable de comprendre toute la complexité du sujet ? Que croyez-vous qu’il retiendra excepté que les cités françaises sont remplies de Noirs et d’Arabes déchaînés ?

        h16 n’est pas responsable des interprétations que certains internautes peuvent faire de ses billets, mais flatter leurs bas instincts n’avance à rien. C’est juste mon avis, j’ai sans doute faux sur toute la ligne me direz-vous, je m’inquiète pour rien n’est-ce pas ? Allez, vous avez raison, changons de sujet…

        1. Intéressant. En gros, si je ne parlais pas du tout de ce que j’observe ou de ce que la presse ne veut pas parler, je serais moins subtil mais nettement plus sympathique, c’est ça ? Au moins, je ne « flatterai pas les bas instincts » de certains cons qui me lisent ? Et les autres, ceux qui sont capables de comprendre, je dois leur servir une soupe gentillette, parce que sinon, quand c’est trop subtil, les cons rappliquent ?

        2. Nepenthes

          « de ce que la presse ne veut pas parler »

          Il n’y a pas de système, il n’y a pas de grand complot, il n’y a pas « la presse », « les médias », qui forment un monolithe tellement solide et menaçant qu’on peut se permettre de tirer dessus à boulets rouges. Je ne pense pas t’apprendre (quel culot, je tutoie h16!) là quelque chose de nouveau. Ce qu’il y a partout, c’est des individus intègres et d’autres qui ont tout intérêt à ne pas l’être. Ce sont ces derniers, journalistes malhonnêtes, antiracistes opportunistes, politiciens incompétents, assistés incapables, corrompus de toutes sortes, les responsables de « ce que tu observes ». Ce sont eux et uniquement eux auxquels il faut s’en prendre, afin que d’observations pertinentes on ne passe pas à des actes de destructions inconsidérés ( en l’occurrence, sous la forme de pamphlets aux airs inoffensifs.)

          Pardonne moi de raccourcir en « La Presse » le descriptif un peu longuet que tu donnes, d’autant que j’ai, jusqu’à présent, eu assez de mal à trouver un organe réellement intègre. Il y en a moins malhonnêtes ou serviles à la pensée ronron du moment, mais c’est tout.

          Quoi qu’il en soit, je continuerai de lire quotidiennement ce blog car j’estime qu’il apporte + qu’il ne détruit. Nous verrons avec le temps si ma très légère méfiance était ou non justifiée.

          Si tu veux que je te rassures, je peux le faire : non, je ne vote pas FN, je n’aime ni les racistes, ni les antiracistes, et je ne suis ni l’un, ni l’autre. Mais c’est pas faute de l’avoir dit ailleurs. Il y a quelques billets dans le passé, n’hésite pas à en prendre connaissance pour te forger ta propre opinion.

        3. Nepenthes

          h16 : Le simple fait d’avoir pris la peine de répondre à tous mes messages représente énormément à mes yeux, je t’en remercie. Il ne me reste plus qu’à potasser du Mises, Hayek, Friedman, Rothbard, Hans-Hermann Hoppe (celui qui me fait le plus frissonner) pour être à la hauteur de l’attention que j’ai reçu ici !

      5. Rudy

        Hash a écrit : Oui, le FN n’est pas très ancré dans le pays parce que c’est un parti typiquement présidentiel.

        Un ami de mes parents a été candidat FN aux cantonales il y a quelques années. Il a été viré des émissions qu’il animait sur une radio locale, où il donnait pourtant entière satisfaction.

        Je crois que vous n’avez aucune idée de ce que çà coûte de militer ouvertement pour le FN au milieu des cons de franchouilles bienpensants.

  8. zeyesnidzeno

    « Un parti typiquement présidentiel »
    Admettons. Mais alors une autre difficulté pointe. Celle de constituer une majorité parlementaire. N’est pas là un nouvel argument contre la « crédibilité » de cette formation qui prétend être en mesure de présider le pays ?

    « Pas les études d’opinion, mais les scores de son père aux élections précédente. » Après le nom, après le parti, Marine Lepen devrait elle aussi hériter de la légitimité (bien réelle) de son père ?

    « Quant aux preuves de ces pressions, à moins d’être un gros naïf qui découvre la politique »
    C’est un peu court, comme démonstration. Et pourquoi ignorer les autres paramètres, eux, parfaitement vérifiables ?

    Quant au « virage à gauche », c’est un sujet à part entière, qui à ce jour, de mon point de vue, ne se vérifie pas.

      1. Pour une fois, il y a des arguments. Je ne suis pas d’accord, mais au moins, on n’est pas dans l’échange d’anathèmes et de platitudes. Donc pas troll (mais un peu de mauvaise foi, oui – dans un débat, c’est fréquent).

    1. - Si je peux me permettre, la majorité parlementaire risque de faire un peu défaut à Eva Joly, Mélenchon ou Bayrou. Sur ce prétexte, sont-ils crédibles ? Mieux : si Sarkozy est élu, rien n’indique qu’il n’aura pas à faire à une cohabitation. Sarkozy est-il crédible ? Allons. Ce n’est donc pas un argument, cette impossible majorité parlementaire.

      – je réécris ce que j’ai déjà écrit : le problème ne provient même pas du fait qu’elle doive être investie à cause de ce score, mais plutôt de noter qu’obtenir des signatures, pour elle, représente très certainement un challenge bien plus grand que pour les autres.

      – il faut être un peu cohérent : le FN n’a pas d’assise locale (vous en convenez, j’en conviens). Il lui est donc mathématiquement plus dur d’obtenir les signatures. Si l’on y ajoute les éventuelles pressions, cela devient vraiment très dur. Si vous admettez comme vous le faites la légitimité d’un précédent dirigeant de ce même parti qui a régulièrement réalisé des scores notables aux élections présidentielles, l’absence de Marine Le Pen est, démocratiquement parlant, une anomalie. Que cette anomalie s’explique en partie par l’absence d’assise, ok, mais qu’elle soit justifiable, c’est plus délicat puisqu’alors, le candidat est de facto considéré comme fantaisiste alors qu’il rassemble plus de personnes que d’autres qui ont des scores plus faibles. Voyez-vous le problème ? Ne sentez vous pas comme un souci à ce qu’un Mélenchon, une Joly ou un Villepin puissent obtenir 500 signatures et récolter quelques % de votes, et pas Le Pen qui représente plusieurs millions de personnes ?

      En réalité, le fond du problème est là : si un nouveau candidat, parfaitement sérieux, émergeait maintenant et, grâce à un bon relai médiatique, obtenait – par exemple sous forme d’adhésion directe – 500.000 membres à son parti, si ses idées dérangent suffisamment, le système électoral français permet de le tenir à l’écart complètement des élections.

      Est-ce normal ?

      Et mon billet pose la question suivante : est-ce normal et justifié que les autres candidats s’en réjouissent ?

      1. Paf

        mais bien sur puisque, mis a part le fait qu’elle soit socialiste avec presque exactement les memes idees que les autres candidats, c’est une sale fasciste-de-droite! elle est quasiment nazie!

      2. estienne

        Cet agrément nécessaire des 500 signatures de l’establishment sert trop évidemment les grands partis qui peuvent ainsi contrôler les entrées du système politique.

        Le système actuel est grossièrement verrouillé par l’establishment. Toute nouvelle expression, qu’elle soit libérale ou conservatrice, est tuée dans l’oeuf. D’où l’extrême indigence de la pensée et du discours politique dans ce pays, qui se réduit à un remake infini des mêmes clowns sur la même scène. Tout cela est très anti-démocratique et nous coûte très cher.

        Il faut être sophiste à la manière de Mr « Zeyernidzenono » pour ne pas s’en apercevoir !

        1. Before

          Le parrainage populaire existe dans de nombreux pays européens.
          Il existe même une possibilité double (en Pologne, je crois) qui permet à un candidat d’être parrainé soit par quelques dizaines de milliers d’électeurs, soit par une quinzaine de députés. On évite ainsi les fantaisistes, sans empêcher des candidatures issue de ce con de peuple qui ne comprend rien de ce qui est bon pour lui.
          Encore une fois, la France montre son retard et son ancrage passéiste dans l’exercice de la démocratie…

      3. Crucol

        D’ailleurs, Si H16 m’y autorise, je rebondis sur son propos, pourquoi 500 signatures, pourquoi pas 100 comme auparavant, pourquoi pas 1000, 256, 512, 1024, 666 ou 163 ? comment est déterminé ce nombre?

        Pourquoi est-on crédible avec 500 signatures, alors qu’on est un gros mickey avec 499?
        Tant qu’on y est pourquoi faut-il être crédible pour se présenter à la présidence, mais pas pour les cantonales, les européennes, les régionales etc…?

        Crucol

        PS: comme toujours H16, votre blog est d’excellente qualité.

  9. something

    « …suffisamment haut pour que ses frais de campagne lui soient remboursés, ce à quoi certains candidats prétendument crédibles ne peuvent pas encore aspirer »

    huhuhu
    Z’est pas chentil de ze moquer de Efa !

  10. Pangloss

    C’est vrai, le FN nous fait le coup des signatures à chaque fois. Et il les a à la fin. Mais personne ne se pose la simple question « Combien? ». Si on regarde les chiffres des dernières élections, on constate qu’il en a eu un peu plus de 500. C’est ric-rac. J’en conclus que Marine a raison de s’inquiéter et même de protester.
    Et je me dis qu’un pays où un parti qui recueille 15% des voix ne peut recueillir cinq cents signatures d’élus, n’est pas vraiment représenté par ses élus.

  11. infraniouzes

    Et si on rétablissait tout simplement l’anonymat des parrainages ? Quand on vote pour les personnes c’est, en principe, toujours à bulletin secret. A moins qu’on préfère le style AG d’étudiants où les malheureux votent à main levée (quand ils votent) sous la pressions des furieux de l’extrême gauche. . .
    Si c’est ça la démocratie, je passe mon tour. . .

      1. daredevil2007

        Non, il favorise les menaces et les pressions antidémocratiques… il faut tout simplement supprimer ce système qui permet à une oligarchie de monopoliser le pouvoir depuis des lustres!

    1. Higgins

      C’est un débat intéressant. Il me paraîtrait anormal que MLP ne soit pas présente à cette élection ou alors, il faut interdire de la même façon les représentants de l’extrême-gauche ou les nostalgiques du Petit Père des peuples. Le Rouge vaut le Brun en la matière. Mais je suis partagé en ce qui concerne l’anonymat des signataires: « Si pour contourner une difficulté venue, on recouvre d’un voile noir les décisions et les positions, alors on occulte le mécanisme de la démocratie…l’anonymat des parrainages autorisera toutes les manipulations. » (http://www.rtl.fr/blog/aphatie/je-suis-tu-es-nous-sommes-superieurs-06-12-7743195037).
      La solution la plus simple, la plus efficace et la plus démocratique serait la suppression de cette détestable coutume qui, au final « dénature l’élection présidentielle en donnant un véritable pouvoir de veto au corps des notables locaux et aux partis politiques, restreignant ainsi le caractère populaire et démocratique de l’élection. Empêcher par ce biais un candidat de se présenter, qu’il soit M. Dupont-Aignan, Mme Christine Boutin, M. Chevènement, Mme Le Pen, Mme Arthaud, représente une atteinte fondamentale à la démocratie et aux institutions de la Ve République, privant l’élection du chef de l’Etat au suffrage universel d’une partie de son sens. » (http://maximetandonnet.wordpress.com/2012/02/05/500-signatures-et-democratie/)

      1. Pour ma part l’idée de Bayrou, une fois n’est pas coutume, m’irai à la limite.
        Mais « l’anonymat des parrainages autorisera toutes les manipulations« , je ne vois pas trop pourquoi : les parrainages ne sont anonymes que pour le grand public, pas pour ceux qui examinent la validité de la candidature (le Conseil, donc) …

        1. Higgins

          On pourrait imaginer des parrainages anonymes sauf pour le Conseil Constitutionnel chargé de les vérifier et de les certifier. Le problème est que la probité du Conseil est singulièrement entachée depuis la certification des comptes de la campagne de 1995 (http://www.lemonde.fr/politique/article/2010/11/25/et-les-comptes-de-campagne-d-edouard-balladur-furent-valides_1444772_823448.html). Serait-il donc raisonnable de lui confier cette tâche?

  12. zeyesnidzeno

    Je m’excuse pour cette réponse un peu longue :

    « – Si je peux me permettre, la majorité parlementaire risque de faire un peu défaut à Eva Joly, Mélenchon ou Bayrou. Sur ce prétexte, sont-ils crédibles ? »

    Nous sommes parfaitement d’accord. Aucun(e) candidat(e) n’est crédible ou légitime à priori, il lui faut juste faire la démonstration de sa capacité à rassembler 500 parrainages. Contrainte que Marine Lepen propose d’enjamber (ou d’en modifier les règles en urgence) au nom « des millions de Français que je représente (sic)» [donc d’une certaine légitimité à priori]. C’est cette « légitimité à priori » que je conteste.

    « – je réécris ce que j’ai déjà écrit : le problème ne provient même pas du fait qu’elle doive être investie à cause de ce score, mais plutôt de noter qu’obtenir des signatures, pour elle, représente très certainement un challenge bien plus grand que pour les autres. »

    J’en conviens tout à fait. Je vous rejoins totalement : les difficultés que rencontre Marine Le Pen sont supérieures à celles rencontrées par d’autres partis, de plus ou moins fraîche formation, qui ont fait d’autres choix – celui notamment de constituer des alliances et d’asseoir un ancrage électoral (comme Mélenchon, Joly…). A ma connaissance, Dominique de Villepin (sans assisse, ni alliance lui aussi) se trouve être dans la même situation que Marine Lepen : il n’a pas a l’heure ou nous nous parlons rassembler les 500 signatures et plaide lui aussi pour une modification des règles et l’anonymat des parrainages. Même constat pour Corinne Lepage. On pourrait en déduire que, finalement, le problème est avant tout un problème de mécanisme politique.

    « Si vous admettez comme vous le faites la légitimité d’un précédent dirigeant de ce même parti qui a régulièrement réalisé des scores notables aux élections présidentielles, l’absence de Marine Le Pen est, démocratiquement parlant, une anomalie. »

    Je n’y crois vraiment vraiment pas mais imaginons qu’elle soit absente de la course, les scores de son père en 2002 et en 2007 vaudrait légitimité avec tacite reconduction en 2012, 2017 pour la fille ? La transitivité vaut elle aussi sur la capacité du père à rassembler les 500 signatures en 2002 et 2007 ?

    « En réalité, le fond du problème est là : si un nouveau candidat, parfaitement sérieux, émergeait maintenant et, grâce à un bon relais médiatique, obtenait – par exemple sous forme d’adhésion directe – 500.000 membres à son parti, si ses idées dérangent suffisamment, le système électoral français permet de le tenir à l’écart complètement des élections. Est-ce normal ?»

    Encore d’accord avec vous : C’est la meilleure façon de poser le problème. Loin d’en faire un cas particulier pour le FN, la question mérite d’être posée dans l’absolu. Même si partielle, l’emprise des partis sur une partie des élus n’est pas le vecteur le plus sain pour la désignation de candidats, j’en conviens. Je ne crois pas que les partis soient hostiles à un changement de règle (qui leur serait seulement défavorable à la marge). C’est le timing imposé par le FN (à qq semaines du dépôt des parrainages) qui ne permet d’apporter de réponse.

    Et mon billet pose la question suivante : est-ce normal et justifié que les autres candidats s’en réjouissent ?

    Je n’ai pas le sentiment qu’ils s’en réjouissent, officiellement en tout cas.

    1. « Contrainte que Marine Lepen propose d’enjamber »
      Elle propose de revenir à l’anonymat (ou du moins à la non publication des signatures). Quel principe démocratique ceci viole-t-il ?

        1. Demander à conserver l’anonymat, en quoi exactement serait-ce irréaliste ? Qu’est-ce que ça bouleverse si profondément ?
          S’il s’agissait de dire « finalement, mettons le seuil à 50 ou 100 signatures », oui, là, ça change fondamentalement le sens des parrainages. Mais l’anonymat, où est le problème ?

      1. zeyesnidzeno

        En fait je vous ai dit une bêtise :
        « Le Conseil constitutionnel, présidé par Jean-Louis Debré, rendra sa décision d’ici au 22 février. (…) Deux hypothèses sont possibles. Soit les Sages rejettent la demande du FN, estimant que la loi de 1976 sur la publicité des parrainages est conforme à la Constitution. Soit ils estiment que la publicité des parrainages est anticonstitutionnelle. Dans ce dernier cas, le Conseil constitutionnel peut décider que la décision a un effet immédiat : les noms des élus parrainant les candidats à la présidentielle ne seraient donc pas publiés pour l’élection de 2012. » La demande de MLP est bien réaliste.

        1. Deres

          Si la publicité des parrainages est anti-constitutionnelle, cela voudrait dire que toute les élections présidentielles précédentes étaient anti-constitutionnelles. Cela reviendrait donc à remettre en cause toutes les lois et nominations précédentes dont celles des membres du conseil constitutionnel … cela a donc peu de chance d’arriver …

    1. Yrreiht

      Unique argument ? Et alors ? Il est de taille titanesque ! Votre unique argument pour ne pas flotter dans l’air est la pesanteur ?

      Et il est de mauvaise foi de dénoncer l’absence d’ancrage électoral alors que le front anti-républicain qui se constitue systématiquement contre le FN l’empêche d’avoir des élus à quelque élection que ce soit, sauf les rares élections vraiment démocratiques c’est à dire à la proportionnelle.

      1. infraniouzes

        Autre exemple de front républicain; hier Nicolas Dupont-Aignan a cru bon d’aller manifester sa solidarité vis-à vis des Grecs devant l’ambassade de Grèce.
        Mais il y avait déjà des manifestants de gauche et d’extrême gauche qui faisaient leur numéro. Les noms d’oiseaux ont volé et le pauvre NDA a eu fort à faire avec des nervis lourdement encartés et syndiqués. Imaginons une seconde ce qui se serait passé si ça avait été Marine Le Pen à la place de NDA. On avait droit à un carnage. . . républicain.

  13. Panda Bourré

    Exemple concret des pressions subies sur ceux qui ont mal signé : Dimanche dernier, la Voix du Nord, quotidien régional, consacrait une demi page à détailler nom, carrière et localisation des maires de petites communes qui avaient osé accorder leur signature au père Le Pen en 2007. Juste histoire de rappeler qu’il y a des fautes imprescriptibles…

    1. Paf

      ahh, délation et fichage, cette belle coutume froncaise.Les maires qui font leur travail démocratique sont donc listés et pointés du doigt, pas du tout dans le but qu’on leur demande des comptes.Les journalistes francais sont vraiment des gros enculés.

  14. Gerge Sainsbourg

    Je ne suis pas certain que la gauche souhaite que MLP puisse se présenter, même pour des raisons tactiques. Les socialistes se sont bien servi du FN pour pourrir la droite (88 et 97) mais ce petit jeu a fini par leur péter à la gueule avec ce pauvre Jospin.

    J’ai l’impression que l’établissement est en train de tester auprès de l’opinion la possibilité d’éliminer administrativement le FN : si la pilule passe, ça veut dire que la clique au pouvoir pourra éliminer à l’avenir les candidats/partis trop gênants idéologiquement (demain, un parti libéral ?), ce qui est toujours pratique.

    C’est d’ailleurs ce qui est dit en toile de fond par les Copé, Guaino et Moscovici : si MLP a du mal à obtenir ses parrainages, c’est peut-être aussi parce qu’elle est trop extrémiste, « anti-démocratique » (quel culot!)

    1. « l’établissement est en train de tester auprès de l’opinion la possibilité d’éliminer administrativement le FN »
      C’est aussi mon avis.
      Et c’est ça que zeyesnidzeno ne semble pas trop voir ou croire.
      Mais quand on sait vers quoi on se dirige (il faudrait être assez aveugle pour ne pas le voir), on comprend que les scores du FN n’ont pas fini de défrayer la chronique.

      1. daredevil2007

        Je partage votre point de vue ce qui signifie que la suite sera une révolution pour de vrai comme seule alternative… ça donne envie ;)

  15. Deres

    Article du monde très savoureux sur le monde du pouvoir et la haute fonction publique :

    http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2012/02/14/le-ps-hesite-sur-la-reprise-en-main-de-l-interieur_1643090_1471069.html

    Glané au passage :
    – les hauts fonctionnaires sont de droite ou de gauche, aucun ne semble neutre
    – la question posée est simplement de savoir si ils font directement une chasse au sorcière à la sauvage, ou si ils font cela plus lentement dans le feutré, belle moralité …
    – les amis d’ENA de Hollande ont la garantie de récupérer de très bons postes si il gagne
    – tout ceux qui ont été virés pour résultats insuffisants ou erreurs vont revenir par la petite porte
    – En cas de victoire de Hollande, Rebsamen sera ministre de l’intérieur … encore un ours dont la peau est déjà vendu

  16. Arthus

    Et bien quel débat…

    Elu depuis des années dans un conseil municipal non encarté d’une petite commune (où le clivage droite-gauche est inexistant mais où le FN fait à peu pres un score se rapprochant de son score national moyen aux élections nationales), je peux vous assurer qu’il n’y a pas besoin de pressions pour que les maires n’accordent pas leur parrainage à Marine.

    Le simple fait que les parrainages soient publics suffit. J’ai connu plus d’un maire qui s’est fait « virer » par un concurent pour avoir accorder son parrainage à la personne qu’il ne fallait pas. Car le soucis du FN est qu’il possède un électorat assez lissé sur le territore (même dans le sud-est ou dans le nord, il ne parvient pas à avoir de majorité sur des circonsciptions pourtant très favorables). En fait, soutenir le FN, même dans un but « démocratique » vous fera perdre plus de voix qu’autre chose. Accorder son parrainage à EELV ou au front de gauche (pourtant tout aussi extrémistes, j’en conviens) n’est pas aussi mal vu dans l’électorat.

      1. JL

        Afin de clarifier le jeu politique, il suffirait de garantir la confidentialité ou de réduire à nouveau le nombre de signatures, puis de faire 3 tours d’élection. au bout du premier tour, on garde tous ceux qui font plus de 10 % et au deuxième les 2 premiers, sauf si un des candidats obtient la majorité absolue avant. Cela permettrait de connaître plus tôt les consignes de vote des petits partis et de leur donner vraiment voix au chapitre.

        1. Deres

          Je rappelle que ce n’est pas vraiment gratuit une élection …
          De toute évidence, cela coûte au moins 100 m€ par tour.
          Et encore, je ne vois pas les frais des fonctionnaires qui les organisent, impriment les cartes, organise les bureaux de vote, et font des heures supplémentaires le WE à cette occasion, achète du matériel, le stocke et le déplace … Je suppose que cela finit dans le pot commun.

          http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/documentation/dossiers-thematiques/2007-election-presidentielle/faq/financement-et-prise-en-charge-de-la-campagne-electorale/quel-est-le-cout-des-elections-presidentielles.98832.html

    1. pascale

      de quel électorat? de celui tout puissant de la seule bien pensance actuellement étalonnée : à savoir cette gauche, parleuse et bavarde, pontifiante, pépère, singulièrement égoïste et plus que tout autre soucieuse de son bien être terrorisant? Quid de la majorité silencieuse?

  17. Deres

    Quelqu’un sait si Hollande a renouvelé la relation privilégié avec la presse ? Y-a-t-il eu un nouveau déjeuner secret avec les représentants de Libération, de Marianne et du Nouvel Observateur ?

  18. Tabilore

    HS, désolé, H, mais je ne résiste pas à te donner ce lien:

    http://www.marianne2.fr/Hebergement-d-urgence-deux-ex-SDF-creent-le-115-des-particuliers_a215499.html

    Des acteurs privés se mobilisent contre la pauvreté, et selon un imbécile de journaleux autoproclamé supporter de la défense des opprimés, c’est inacceptable, car cela montre que l’Etat ne fait pas son travail.

    Dixit le crétin: « Le recul de l’État et des services publics, savamment orchestré par les puissances financières anonymes qui ont pris le contrôle du monde, conduit chaque jour davantage à transférer sur l’individu ce qui est du ressort du collectif. Jusqu’à l’inacceptable.  »

    Voilà, des initiatives privées contre la pauvreté, c’est « inacceptable ».

    Tout est dit. CPEF, comme tu dis.

    J’ai enregistré la page au cas où elle disparaitrait.

  19. pascale

    Bonsoir, pourquoi les 500 parrains de son père aux précédentes présidentielles font ils la fine bouche et trainent ils des pieds? Préféraient-ils un FN moins politiquement correct, plus corrosif, plus teigneux si c’est possible?
    Les élus, s’ils ont encore une utilité, est au moins de représenter les émois du corps électoral pour cette compète nationale, si ce n’est pas trop leur demander. la proposition du sieur Bayrou est une fois de plus vasouillarde et vous comprendrez, H16, que je ne vous suis pas sur ce plan.

    1. Calvin

      Parmi les 500 parrains du père, certains ont dû être battus aux dernières élections, et peut-être en partie à cause de ce parrainage…

  20. Pascale

    Il ne faut pas oublier que le FN, comme les libéraux et le libéralisme, est diabolisé depuis des décennies.Il existe de nombreux endroits où il est très mal vu de se dire frontiste ou libéral à moins de se suicider socialement. Par contre, personne ne vous regardera de travers ni ne vous considérera comme la pire des ordures si vous déclarez du NPA ou de LO. Quand vous avez traversé 30 années avec le mot « nauséabond » collé à vous par la doxa, c’est difficile de trouver des gens prêts à vous aider, tant notre système est un système moutonnier.

    Si elle n’a pas ses signatures, l’abstention devrait être record, enfin je suppose que de toute façon ce sera la consigne que le FN donnera. Et alors, là, la légitimité de l’élu ! Quoi que, ils ont tellement de culot et ils sont tellement dépourvus de dignité, l’élu avec 25% des inscrits serait encore capable d’affirmer avec le plus grand sérieux : « les Français m’ont choisi ».

    1. Tabilore

      En effet, se déclarer frontiste national est la porte de sortie directe, où le pauvre frontiste est raillé et déclaré ennemi du bien. Le plus marrant est que ceux qui ont tendance à si facilement excommunier les frontistes ne se rendent pas compte que MLP est une socialiste pur jus, avec en plus des idées incorrectes. (L’étranger, tout ça…)

      Je méprise la Marine.

      En revanche, les authentiques libéraux excommuniés ne sont tout simplement pas compris. On ne se risque même pas à les comprendre. Vous comprenez, ils sont le mal. On évacue leurs arguments, souvent sur internet, par la récitation bête et méchante que, voyez-vous, ils sont pour la méchante finance et pour le sauvetage des banques, qui, voyez-vous, sont très méchantes. Bullshit. Il n’y a aucune compréhension à attendre de ces gens là.

      Le salut viendra dans l’avenir, avec les jeunes qui ne seront pas trop intoxiqués par l’EN

      1. Paf

        dixit le gros enculé cite par le commentaire précédent:
        « transférer sur l’individu ce qui est du ressort du collectif »

        le francais et le libéralisme sont dans deux galaxies différentes, tres éloignées l’une de l’autre.
        Le francais, petit poulet programmé par le média, peut encore comprendre que le FN c’est le maaaal; les considérations liées au liberalisme sont hors de sa portée intellectuelle.
        J’ai récemment écouté discourir (ca n’était pas une conversation ni un dialogue, plutot un discours) un mec de droite tendance ump, avec plein de bon arguments libéroides et/ou conservateurs, qui a conclu ses raisonnements en dénoncant le libéralisme honni.CPEF

      2. Paf

        « Le salut viendra dans l’avenir, avec les jeunes qui ne seront pas trop intoxiqués par l’EN »

        je ne crois pas qu’aucun salut ne soit au programme en france au moins pour les deux siecles a venir.c’est pas pour rien qu’on s’expatrie par dizaines de milliers.

    2. pod

      « Si elle n’a pas ses signatures, l’abstention devrait être record, enfin je suppose que de toutes façons ce sera la consigne que le FN donnera. »

      J’en doute fort : hormis la base ultra, le reste ira droit chez Nico qui a de plus gobé depuis hier la base conservatrice catholique avec Boutin. Un peu ira aussi chez la Méluche ou plus loin dans le rouge mais ce sera très limité. Sarko restera le grand vainqueur. C’est bien la stratégie traditionnelle de siphonnage des Idées qui, en cette belle élection de 2012, prend un nouveau tournant avec un Guéant pétainiste comme jamais.

  21. fifou

    il y a 618384 elus en france et elle ne peut pas en trouver 500 pour la parainer? c’est une blague
    sur les 400,000 conseillers municipaux il doit bien y en avoir 500 fn non?

      1. fifou

        effectivement j’ai verifie il y en a environ 180(info vraiment dure a obtenir dis donc!) ce qui est incroyablement peu soit-dit en passant par rapport aux scores municipaux du FN, notamment dans le sud-est

        Enfin en considerant que ces 180 donnent leur parainage ca laisse 618204 elus pour trouver 320 parainages… ca demble quand meme difficile a croire. je me demande quand meme si on n’est pas dans la polemique en carton pour couvrir l’espace mediatique… voire dans la strategie politicienne a gogo…

        1. zeyesnidzeno

          La polémique en carton (recyclé) n’est pas à exclure, en effet. MLP aura ses 500 signatures, elle pourra crier victoire contre l’establishment-qui-verrouille-tout, parée de toutes les vertus démocratiques, porte drapeau des minorités politiques opprimées. Ce sera beau.

    1. René de Sévérac

      Je suis surpris de voir comment l’idéologie dominante n’a aucune difficulté à propager sa doxa.
      J’ai lu tous les commentaires et constaté une énorme quantité de remarques apparemment bien forgées par la parole officielle.

      Arrivant au bout des commentaires, de guerre lasse , je vous réponds Fifou, pour vous signaler que seuls les élus (maire, conseiller généraux/régionaux, députés, sénateurs) sont en capacité de donner leur parrainage, ce qui signifie une population de 14 000 personnes. Pensez au maire d’une petite commune dont le département « fait les fins de mois » et qui passe pour un « fasciste » à travers son parrainage (et non son soutien) et qui comprends vite le tort (peut-être imagnaire) que ce geste peut lui coûter.

      Quelqu’un a dit précédemment qu’il puisse s’agir d’une démarche volontaire du FN. Ce n’est pas exclu : le PCF lacerait les veilles d’élection ses propres affiches afin de gagner la sympathie dans l’électorat populaire (« Je voyez bien que c’est nous les réels opposants »).

      1. Calvin

        Je suis surpris.
        Déjà, il y a 36.600 maires…

        Une source l’AFP indique que « les élus (maires, conseillers généraux/régionaux, députés, sénateurs) sont en capacité de donner leur parrainage, ce qui signifie une population de  » 43.000 personnes, avec la précision que chaque élu ne peut accorder qu’une seule signature même s’il a plusieurs mandats. A la liste donnée ci-dessus, il faut ajouter les présidents d’inter-communalités.

  22. Fikmonskov

    Personnellement, j’espère qu’elle ne les aura pas : plus il y aura de candidats qui ne pourront pas se présenter, plus le vice du système et son anti-démocratisme primaire sauteront à la figure.

    Il y a déjà Boutin, j’espère qu’il y aura aussi Poutou et le Pen.

    Et puis passer la barre des 75% d’abstention à une présidentielle, ça serait la classe absolue, non ?

    1. Pascale

      Je suis un peu d’accord avec vous. Mais le problème c’est que nous n’avons pas affaire à des gens normaux. Je parle des politocards. Une personne normale devrait éprouver une certaine honte à être élue avec 25% d’électeurs dont 51% auraient voté pour elle. Mais pas les politocards qui eux, ont subi une hontectomie radicale, mais ô combien confortable.

  23. zeyesnidzeno

    @H16

    Si elle ne les a pas ?

    A l’inverse des mérites qu’elle se serait attribué en cas de victoire, elle s’exonérerait de toutes responsabilités en accablant l’establishment-qui-verouille-tout, et masquerait avec ce seul mot l’ensemble des raisons qui concourent à son élimination.

    1. Formidable.
      Je résume : si elle les a, c’est qu’elle bluffait, et si elle ne les a pas, c’est pour s’exonérer de ses responsabilités.
      Ah oui, vu comme ça, tout va bien en démocratie française.

      1. zeyesnidzeno

        Vous résumez mal mon propos.

        Je ne dis pas qu’elle bluffe, je dis que cette option n’est pas à exclure. Elle aura ses signatures, ou seule, ou avec l’aide discrète de formations politiques qui auront intérêt à ce qu’elle soit présente. Des petits arrangements politicards viendront sauver la démocratie, comme vous dites.

        Et comme visiblement la démocratie respire au rythme des humeurs de Madame Le Pen, vous serez heureux d’apprendre qu’elle se dit momentanément « soulagée » http://www.francesoir.fr/actualite/politique/marine-le-pen-repit-sur-le-front-des-parrainages-184241.html

        Et vous quelles conclusions tireriez vous si, finalement, elle disposait de ses 500 signatures ?

    1. Calvin

      Si elle n’a pas les signatures, je me demande si cela ne va pas tout simplement propulser Bayrou au deuxième tour et de ce fait être le prochain président.
      D’un, il est le seul à avoir « aidé » (dans les paroles du moins) la candidate.
      De deux, il est moins « système », car un peu en marge de l’UMPS.
      De trois, il fait du « produire français » un must en 2012, qui ne peut que résonner favorablement aux oreilles de la socialiste nationaliste qu’est Marine.

      Mais bon, d’ici le 16 mars, elle a le temps d’avoir les signatures, même sans anonymat.

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)