La carambouille des Tuileries ou comment Le Monde enfume ses lecteurs

Quand Le Monde décide d’expliquer l’économie, cela donne des petits moments de frayeur. Et quand Le Monde décide d’expliquer l’économie en vidéo, c’est à une tornade de facepalm qu’on doit faire face. Mais lorsque Le Monde tente la même chose pour expliquer l’économie de la Culture, la tornade se mue en ouragan dévastateur.

Décidément, le vendredi, c’est permis. On se souvient que vendredi dernier, j’évoquais une vidéo consternante de l’Union Européenne qui présentait l’Inde, le Brésil et la Chine sous leur meilleur jour. Ce vendredi sera donc l’occasion de présenter une vidéo pondue par Le Monde pour expliquer que la Culture, c’est super génial et ce, d’autant plus que c’est payé par l’État.

Joyeusement intitulée « La parabole des Tuileries ou pourquoi l’économie de la culture a ses propres règles », la vidéo se fait fort, en quatre petites minutes de bastonnade mentale feutrée, de prouver que les sept milliards et quelques investis tous les ans dans la Culture par l’État français sont une super idée et que sans ça, ce serait un peu la déroute avec de l’analphabétisme et des morts du petit cheval un peu partout.

Aaaah, qu’ils sont marrants, ces journalistes, lorsqu’ils tentent maladroitement de nous faire prendre leurs pénibles vessies pour des phares éclairant le monde. Rien qu’au titre, on sait qu’on va manger un bon discours déjà entendu. Mais si, rappelez-vous : le coup du « pourquoi l’économie de la culture a ses propres règles », c’est une variation du thème « XXX n’est pas un bien/service comme les autres » dont le corollaire presque obligé est « notre XXX vaut plus que leurs profits » que les plus frétillants bivalves de ATTAC ne renieraient pas.

Pas de doute, nous nous trouvons donc devant l’une de ces magnifiques …
Pignouferies de presse

Et comme vous brûlez d’en savoir plus, décortiquons rapidement la vidéo.

Le contexte est le suivant : un homme est assis au jardin des Tuileries. Il fait beau et chaud (ou le contraire, peu importe). Il n’y a, pendant les premières secondes de contexte, aucun SDF qui vient lui demander, plusieurs fois, un ticket restaurant ou une pièce de monnaie. Il n’y a pas de chien qui fait caca dans la pelouse. Tout est tranquille.

Notre homme a soif. Il se dirige donc vers la buvette (capitaliste) qui lui vend de la limonade. Et là, paf, révélation, l’économie selon Le Monde se met en marche, inexorablement : plus notre homme boit de limonade, moins le plaisir qu’il en tire est grand. Shazam, nous venons de découvrir l’utilité marginale décroissante d’un bien plaisir.

Partant de là, notre homme se retrouve à écouter du Schubert qu’il avait déjà entendu étant petit. Cela lui plaît. Le narrateur, enhardi par l’atonie des réactions de ses auditeurs et du commanditaire (qui aurait du, à ce point, rompre son contrat et lui demander un remboursement), nous apprend alors que, bien qu’ayant déjà écouté du Schubert (il y a 20 ans, quand il était en 4ème), la seconde écoute de notre homme-accessoire lui procure plus de plaisir. Oui, plus.

Conclusion : si, pour la limonade, il y a une utilité marginale décroissante, pour la musique (et notamment celle de Schubert), ce ne serait pas le cas… Soupir. Ici, bien sûr, la volée de facepalm évoquée en introduction s’abat sur l’auditeur un tant soit peu doué de bon sens.

Ici, je passe sur le cas où, à la place de Schubert, on nous aurait infligé un petit Cortex des familles et m’attarde tout de suite au cas moins trivial où le morceau de Schubert serait rejoué 40 fois — mettons — à notre buveur de limonade. Ou, à la place de ce morceau de Schubert, « What’s New Pussy Cat » fait l’affaire. D’ailleurs, cette vidéo illustre assez bien l’idée.

Comme on peut le constater, là aussi, l’utilité marginale décroissante s’applique parfaitement au morceau de Schubert, à la limonade et au What’s New Pussycat de Tom Jones. Patatras, les bêtises subventionnées du Monde s’effondrent, basées sur des prémisses bidons. Mais comme c’est rigolo, ne nous arrêtons pas en si bon chemin. On découvre ensuite que, partant de ce constat, plus on consomme de la culture, plus la satisfaction augmente. Évidemment, cela est parfaitement transposable avec d’autres biens et services, chacun trouvant midi à sa porte : certains ne pourront s’empêcher de collectionner les livres et les disques, d’autres seront branchés timbres, conquêtes féminines, choux à la crème, animaux domestiques ou voyages à travers le monde. Peut-on en déduire que les biens culturels sont différents des autres biens ? Décidément, non.

Mais ce n’est pas grave, continuons quand même notre écoute attentive. Vers 1:57, elle est largement récompensée par l’une de ces pignouferies de taille intergalactique que le Monde nous réserve parfois dans ses meilleurs moments. On y apprend que si notre badaud des Tuileries a aimé Schubert, c’est parce qu’il y a été exposé plus jeune et que, je cite, c’est grâce à l’Etat qui vous a offert, par le biais du professeur de musique, une première dose d’écoute gratuite.

Ici, les mots rigolos à souligner et à discuter avec le voisin sont « offert » et « gratuite ». L’État qui offre des doses gratuites, c’est du plus haut comique. Pour rappel, l’Education Nationale, c’est plus de 60 milliards d’euros, qui représentent autant d’impôts, de ponctions et de taxes qu’il aura fallu prélever. Cette dose gratuite glissée subrepticement par nos escrocs journalistes dans leur vidéo de propagande est donc, à proprement parler, une offre qu’on ne peut pas refuser si vous voyez ce que Le Parrain veut dire.

La suite de la vidéo est un festival de justesse, de bon goût et de pieds-sur-terre. Découvrant deux Américaines perdues, notre buveur des Tuileries leur indique le chemin (un Français qui vient spontanément en aide à des Américaines, on est bien dans une fiction hardie), et on apprend qu’alors (vers 2:20) le fait d’être Français procure un « capital sympathie gigantesque ». Oui. Plus c’est gros, plus ça passe. Un journaliste du Monde, ça ose tout, c’est à ça qu’on le reconnaît.

Et tout ce prestige, tout ce bon gros capital sympathie gigantesque qui vous englobe dans une épaisse couche de fanfreluche rose, qui en est responsable, hein, qui ? Mais, c’est l’Etat, pardipopette de sapristi que c’est pourtant évident ! Et voilà la vidéo d’illustrer ce qu’elle dit avec des petites vignettes comme la grande cuisine, les films de la Nouvelle Vague, du camembert, des vins prestigieux, des sculptures, des peintures, et d’autres objets tous furieusement issus d’initiatives privées dans lesquels l’Etat n’a eu la présence d’esprit de mettre ses gros doigts boudinés que bien après qu’ils furent produit (sans quoi, on ne les aurait jamais autant adulés).

Et bien sûr, pour les auteurs-propagandistes de la vidéo, pas de doute, tout ce rayonnement français à l’étranger, tout ce prestige en palettes prêt à servir, c’est grâce à l’Etat. Et c’est franco de port pour notre buveur des Tuileries, hein. Gratuit, qu’on vous dit. Les milliards à la Culture, y’a pas. Les milliards de dettes diverses, ‘existe pas. Gratuit, qu’on vous dit. C’est ce que nos barbouilleurs de l’économie appellent « une externalité positive », et qu’en économie normale on appelle l’héritage des générations qui ont bossé, elles (et une externalité positive, franchement, ça ne ressemble pas à ça).

On va attendre quelques secondes que l’avalanche de facepalm se calme un peu…

La vidéo termine enfin par une délicieuse présentation de l’Effet Multiplicateur de l’Investissement Culturel : comme l’Etat a investi de l’argent gratuit tombé du ciel pour rénover la vue, tenir propre le parc des Tuileries et faire jouer du Schubert à des musiciens, il a permis que vous dépensiez de l’argent en achetant des limonades, un CD et des cocktails à des Américaines qui vous trouvent charmant avec votre accent frenchie.

On croît rêver. Ici, Bastiat, en plein cauchemar, se mord une couille pour tenter d’en sortir. Ainsi donc, d’après les histrions fortement alcoolisés qui ont produit cette navrante vidéo, les dépenses que l’État a faites ont entraîné d’autres dépenses bien chouettes de votre part.

Mais la triste réalité occulté par les mouvements lascivo-keynésiens de nos économistes d’opérette, c’est que l’État a engagé des dépenses qui ont grévé votre budget (ou celui de vos enfants, hein, peu importe), dépenses qui vous sont imposées parce que l’État sait mieux que vous ce qui est bon pour vous. Dépenses au demeurant parfaitement maîtrisées comme en témoignent les 1.700.000.000.000 d’Euros de dette actuelle. Dépenses judicieuses puisqu’ainsi, vous n’avez plus d’argent que pour vous payer une petite limonade, au lieu d’un billet d’avion aller-retour pour une destination où non seulement, on peut avoir un beau jardin bien tenu, des cocktails et des filles enamourées par votre accent frenchie, mais aussi du dépaysement culturel et des expériences nouvelles, avec externalités positives locales, utilité marginale croissante et tout le tralala.

Et le pompon, c’est qu’au milieu de ces dépenses et de ces externalités pas du tout positives qui vous obligent à ingurgiter des limonades louches dans un parc banal et surchauffé en plein mois d’août, il y a la subvention à cette magnifique vidéo.

Elle n’est pas prestigieuse, la France ?

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires128

  1. Lib

    Rappelle moi. Le Monde, c’est celui de nos journaux de gauche qui appartient à Lazard ou celui qui appartient à Rothschild?

  2. Paulo

    Pardon, il existe un bien dont l’utilité marginale est manifestement croissante : la dope. Plus on prend, plus on en a envie d’en prendre encore et encore. Reste à savoir s’il s’agit d’un bien culturel. En fait oui, tous les biens sont culturels, y compris la limonade (plus que l’eau, par exemple). Ce qui conduit à suggérer de privatiser la fourniture des biens de première nécessité (peu culturels) et de nationaliser tout le reste.

    1. « Plus on prend, plus on en a envie d’en prendre encore et encore.  »
      Non. Pas envie, besoin (accoutumance). Il en faut même de plus en plus pour conserver le même niveau de plaisir.

      Quant à tout nationaliser, c’est évidemment une excellente idée qui a été tentée avec succès en URSS, à Cuba, au Vietnam, en Chine, en Corée du Nord et ailleurs, bien sûr.

    2. Lorg

      « c’est grâce à l’Etat qui vous offert, par le biais du professeur de musique, une première dose d’écoute gratuite »

      Ca ressemble furieusement à des méthodes de dealer.

  3. breizh06

    on devine la nervosité du « milieu » pour la pérennité des budgets 2012-13 ! Ça sent le roussit.

    Comment vont ils faire pour les subventions au « Spectacle vivant » qui vomit le liberalisme, Albanel et l’HADOPI, la gabegie et les copinages dans la restauration des « monuments historiques », l’aide à la presse (300Meuros) pour la « défense du pluralisme » (ahahaha), l’ « Enrichissement des Fonds nationaux » en art contemporain, les copinages de l’Institut pour le Financement du Cinéma, la creation de diplômes nationaux supérieurs professionnels (DNSP) de comédien et d’artiste de cirque (!), …
    Vomir.

  4. kelevra

    vous vous attendiez a quoi de la part de l immonde, ce torche cul peuplé de gauchistes a la cervelle d amibe?
    comme pour la plupart des francais actuellement, tout doit venir de l etat, l etat fait tout, doit tout, l etat vous eduque, vous torche, vous enterre.

    et 15€ par mois pour lire et voir ca, franchement c est de l arnaque

  5. infraniouzes

    Parlez de culture aux Russes qui sortent de 75 ans de marxisme pur et dur. Là on savait ce qui était bon pour vous, ce qu’il fallait lire, entendre, voir. La culture de masse, les penseurs du Kremlin, ils savaient ce que ça voulait dire.
    Mois j’aime pas Schubert, je garde des souvenirs affreux des classes de musique; on nous faisait écouter sur un vieux pick-up de la musique de chambre et le prof’ de musique fermait les yeux comme saisi par l’extase. J’ai mis très longtemps à m’en remettre. Je préfère Duke Ellington ou Benny Carter (par exemple). Suis-je donc perdu pour la culture ? Assurément.

    PS. Les auteurs ne disent pas (par modestie) que si les Américaines ont été impressionnées par ce Frenchy causant si mal l’anglais (un grand merci à l’éducation nationale) c’est parce que le Monde dépassait de la poche gauche de sa veste et qu’elles ont immédiatement compris à qui elles avaient affaire. Les codes culturels, ça existe, et c’est pas fait pour les chiens ma bonne dame.

    1. NeverMore

      Critiquez bien les Russes, c’est le must du moment, comme pour la Syrie (après la Lybie).

      N’oubliez pas que les Russes ont un niveau moyen d’éducation à faire pâlir tous les Trotskiste de l’Educ Nat.

      Un niveau supérieur qu’ils atteignent en 8 ans et qu’on a du mal par chez nous à effleurer en 12 ans.

      Et le Pékin (hem…) moyen en Russie a toujours su, même dans les pires moments ce qui était bon pour lui, et ils sont même parvenus à maintenir conte vents et marées leur âme et leur immense culture.

      Regardez, écouter ce qui se passe chez nous si vous avez encore les défenses immunitaires minimales pour vous rendre compte (vous passez par Hashtablle, vous êtes encore sauvable).

      PS : je ne défends pas les régimes bien sûr, je suis pas con à ce point là, mais n’oubliez pas les Russes eux mêmes. Aujourd’hui, d’une certaine façon, je les envie, et je me demande si ce n’est pas eux qui vont sauver NOS valeurs.

      Allez sur ce lien pour vous faire idée (et suivez aussi les liens qui y sont proposés):
      http://www.dedefensa.org/article-la_russie_centre_de_resistance_antisysteme__16_03_2012.html

      1. daredevil2007

        « Et le Pékin (hem…) moyen en Russie a toujours su, même dans les pires moments ce qui était bon pour lui, et ils sont même parvenus à maintenir conte vents et marées leur âme et leur immense culture. » Là, je pense que vous vous faites quelques idées… même si un certain nombre de russes ont conservé des racines, si le système totalitaire mis en place par Lénine et Staline n’est pas parvenu à éradiquer complètement l’âme russe, leur culture ne se porte pas si bien que cela (alcoolisme, violence, etc) et surtout leur économie est totalement dépendante du pétrole… Par ailleurs, le sieur Poutine a dit un jour que pour lui, le pire jour de sa vie avait été l’effondrement de l’URSS (ne pas oublier qu’il fût colonel du KGB!)et je vous ferai grâce de ses propos concernant les tchétchènes… Il ne faut pas non plus oublier leur nationalisme quelque peu exacerbé!
        Donc, d’accord avec vous pour ne pas leur tomber sur le râble comme certains à la recherche de boucs-émissaires faciles mais raison garder, il faut également savoir 😉

  6. rafoudol

    Merci bien de faire des articles pareils qui nous change de la lobotomie qu’on nous inflige tous les jours !
    Faut regarder les réactions sur lemonde.fr on voit ça tout de suite !

  7. Karizoc

    Et avec la page Wikipedia de facepalm qui montre la statue de Caïn au jardin des Tuileries, la boucle est bouclée !

    Encore bravo pour cet article.

    Et c’est vrai que les commentaires sur le site du monde sont absolument … facepalm. Jusqu’à l’ancien prof qui vient dire qu’il faudrait que l’économie soit enseignée comme cela à l’école ! Mais elle l’est déjà, et c’est bien ça le problème.

  8. yp

    Vu sur l’immonde, en tête de gondole de la section CULture, « La difficile équation d’Einstein on the Beach » :

    Citation :  » Il ne fait pas mystère du coût des trois représentations des 16, 17 et 18 mars : 750 000 euros. La recette de billetterie ne pouvant excéder, vu la jauge, les 150 000 euros, il a trouvé 250 000 euros grâce au mécénat. La dépense restante devrait sans doute être compensée par l’énorme impact médiatique qui va faire pour quelques jours de Montpellier la capitale française du monde artistique.  »

    Source (immonde) > http://bit.ly/zqcfZg

    1. Raoul

      Eh oui… Mais, rassurez-vous, cet évènement mis à part, les budgets alloués à la culture par la collectivité sont là pour soutenir la création de petits artistes du crû! N’allez surtout pas croire que vous subventionnez des superproductions américaines.

    2. Pandora

      C’est ça le pire avec la culture : l’argent gratuit des autres (de tous les français) finance des spectacles pour que certains privilégiés ne paient pas le coût réel.

  9. scaletrans

    Je ne sais pas pourquoi (enfin si: c’est la fessée à chaque fois pour les c…s qui se croient des maîtres à penser) mais tous les matins, ça me fait du bien de vous lire.

  10. Before

    « au lieu d’un billet d’avion aller-retour  »
    Non mais savapalatête ? Et l’empreinte-carbone-du-réchôffement-climatik ?

    Heureusement qu’on ne peut se payer qu’une limonade….
    Encore que.
    Y a pas du gaz carbonique dans la limonade ?

    1. nebukanetsar

      Si! %ais comme elle n’est pas produite dans le jardin des Tuileries et qu’elle vient donc d’ailleurs, paf pour l’empreinte carbone…

  11. daredevil2007

    « Plus c’est gros, plus ça passe. Un journaliste du Monde, ça ose tout, c’est à ça qu’on le reconnaît. »
    Tout simplement géant 😉

    Petite correction : »c’est grâce à l’Etat qui vous offert = c’est grâce à l’Etat qui vous a offert »

  12. infraniouzes

    Marx disait, en son temps, « la religion est l’opium du peuple ».

    Aujourd’hui on peut dire que « la culture de masse », nouvelle religion de la gauche, est le LSD du peuple. J’irai même jusqu’à dire le GHB du peuple.

    Pauvre vieux barbu, dont les idées ont été dépassées à peine couchées sur le papier, tu dois te retourner dans ta tombe. . . .

  13. GM

    J’ai quand même du mal à m’empêcher de voir du positif dans cette tentative grossière de lier à la croissance les sommes astronomiques déversés dans le sanctuaire de la fumisterie. Il y a là quelque chose qui tient du réflexe de survie face à une menace perceptible, et qui nécessite pour s’exprimer de laisser suinter la propagande à travers le vernis d’entertainment.

    Tout le monde sent bien en haut lieu que la fête touche à sa fin, et les médias deviennent de plus en plus le théâtre d’une vaste foire d’empoigne où chaque petit secteur protégé y va progressivement de sa plaidoirie pour maintenir le robinet ouvert. Atlas Shrugged en plus vrai que nature.

    1. Higgins

      Au sujet de la décadence accélérée de ce pays, le billet de Frank Boizard ,dont je partage le point de vue, tombe à pic: « La décadence de la France est intellectuelle et morale : il n’y a aucun mystère, la politique pour sortir de la crise est connue par ceux qui se donnent la peine de s’informer et de réfléchir. Le problème est là : on s’enferme, on ne s’informe plus et on ne réfléchit plus. » (http://fboizard.blogspot.com/2012/03/la-france-decadente-fait-sa-comedie.html)

  14. gnarf

    HS, mais je suis sur que ca va vous faire delirer.
    Etant a l’etranger je decouvre qu’il existe des postes de radio internet (un poste radio qui accede aux radios via WIFI…donc pratique pour avoir toutes les radios du monde la ou il n’y a pas de PC).
    Je trouve une annonce sur un site de vente en ligne…
    http://allegro.pl/imagic-radio-internetowe-10w-rms-pl-wifi-fm-usb-s-i2209519110.html

    Regardez la troisieme photo (le dos de l’appareil). Y’a une legislation specifique a la France qui interdit l’usage de ces appareils en dehors des batiments!!! Qu’est ce que c’est que ce delire?

    1. NeverMore

      Je crois que c’est pour ne pas diffuser par exemple de la musique en public, et échapper aux droits d’auteur.

      Vous inquiétez pas, ce n’est qu’un début. Et pour continuer à répondre à infraniouze (voir commentaire plus haut), ce qui s’est passé en Russie, même au pire moment n’est qu’un amuse bouche à côté.

      1. Before

        Mais les postes de radio (notamment ceux qui accompagnent parasol et bob Ricard sur la plage), c’est interdit aussi ?

  15. something

    « c’est grâce à l’Etat qui vous a offert, par le biais du professeur de musique, une première dose d’écoute gratuite. »

    Ah bah non, perdu… Moi c’est ma mère qui en écoutait et même si je ne dédaigne pas un peu de Chopin aujourd’hui j’ai opté tout seul pour les Beatles, Steely Dan ou le Grateful Dead… Partant, c’est bien l’état qui m’a offert ma première dose de socialisme et d’antiracisme, autant de choses que je vomis depuis toujours.

    Cadeau pour tous ces connards :

    1. Paf

      exactement pareil: ce sont bien les parents qui donnent aux enfants leur premiere dose d’art, pas l’ednat.

      1. something

        De nos jours, les Inconnus passeraient plus souvent au tribunal qu’à la télé. 🙁

  16. T-Buster

    Il y a une grosse erreur à la fin de l’article.

    Il aurait du finir par un:

    Ce pays est VRAIMENT foutu

    );-)

  17. Alecton

    « On croît rêver. Ici, Bastiat, en plein cauchemar, se mord une couille pour tenter d’en sortir. »
    Merde j’en ai renversé mon café sur le clavier, c’est une vraie boucherie maintenant…. 😉
    Merci pour cet instant priceless….

  18. Whynot

    L’imMonde croit aux intouchables, mais pas aux insaoulables. À les écouter, plus on goûte d’un art, plus on a envie de toutes les représentations de toutes les formes d’art.

    L’imMonde croit que quand Les-tas leur donnent mon fric, c’est gratuit. Par contre, allez leur demander ce qu’ils en pensent si, moi, je m’affranchis du monopole intellectuel (puisque leur business repose sur l’interdiction aux autres d’avoir des idées, même tout seuls) en partageant de mon fait avec mes semblables : ils vous diront que c’est du vol (remarquez, on a bien un journal ultra-fasciste qui se nomme lui-même Libération ; et on parle bien de journalistes n’ayant ostensiblement vu des gens d’autres pays qu’en touristes à Paris, et qui « bossent » pourtant dans un journal intitulé « Le Monde » ; alors… on n’est plus vraiment à ça de novlangue près).

    L’imMonde croit même que Les-tas sait même mieux que moi ce qui va me plaire – ah ouais, c’est sûr, la propagande, il n’y a que ça de vrai. La culture des-tas, c’est quand même bien pratique : se faire dresser en s’amusant, qui ne saisirait pas l’aubaine ? C’est quand même mieux que les travaux forcés, les coups de triques, les arrachages d’ongles, et tout ce qu’on imaginerait trouver dans des camps de rééducation fermés, non ? « Y a pire ailleurs », donc, c’est bon, quoi…

    L’imMonde est tellement à la masse vis à vis du fric qu’il croit que la plupart des gens lâchent carrément des biffetons dans la gamelle des baladins, comme ça, hop (ça fleure bon le politicard à qui on demande le coût d’une baguette de pain ; des biffetons de 10 : non mais… que la plupart des accordéonistes de métro s’estiment déjà heureux quand ils reçoivent un coup de pied au cul : non, parce que, le joli tableau des Tuileries, tout-ça, c’est mignon, mais en général, les représentations public, ça tient plus souvent de la représentation forcée en lieu confiné que d’autre chose).

    Et en cerise sur le gâteau, l’imMonde croit que, les gens d’outre notre rideau de socialisme tout rouillé nous considèrent comme d’élégants raffinés, qui n’auraient bien que le seul tort d’avoir subi les sévices d’une éducation nazionale déjà incapable d’enseigner semi-proprement notre langue elle-même – alors les autres je ne vous raconte pas, et puis de toute façon, peu importe : « c’est-nous-qu’on-est-les-meilleurs » (bon, je suis sans doute mauvaise langue : à la première sortie du pays, l’électrochoc de la désillusion ressuscitera bien deux ou trois zombies – et vu que, pour les autres, c’est foutu, de toute façon, c’est toujours ça de pris…).

    Arrivé un moment… monter des opérations commandos contre ces jean-foutres voleurs jusqu’au bout des ongles et menteurs comme des arracheurs de dents (en or), dans le but d’aller leur couper les mains… ça relève de la légitime défense, ou bien ? C’est vrai, quoi, prenons-les au mot : au fond, plus j’entends ce genre de singeries, plus ça me donne envie d’en avoir, quand même, pour mon fric. Les entendre chanter, tout en dansant avec une lame, ça ne tente vraiment personne (d’autant plus au fur et à mesure qu’on goûte leur spectacle, pour reprendre leur argumentation) ?

    1. Paf

      non, range tes fantasmes a la con.Quand leurs fans tenteront des choses on les foutra sur la gueule, mais les cynique menteurs de ce canard pour blaireau, on s’en bat.

  19. RTP

    « Cette dose gratuite glissée subrepticement par nos escrocs journalistes dans leur vidéo de propagande est donc, à proprement parler, une offre qu’on ne peut pas refuser »
    En fait, ce serait presque bien si cela était effectif. En vérité la seule chose qu’on ne peut pas refuser, c’est celle de payer. Pour le petit moment de culture « offert », c’est dans le meilleur des cas qu’il arrive. Dans la plupart des cas, le professeur de musique est en dépression, ou alors vous abreuve d’une soupe incompréhensible qu’il est bien en peine d’expliquer car sa propre « culture » et ses compétences lui en empêche.

    Moi je n’ai pas eu de professeur de musique. Mes enfants sont bienheureusement baignés dans l’apprentissage du chant et de la flute. Et détestent copieusement tout cela.

    Quant à Schubert, il était autrichien.

    1. Paf

      c’est normal qu’ils detestent, la flute c’est pas cool.La guitare electrique c’est mieux, mais Lulli n’en a jamais joue.

      1. Nord

        Il y a des guitaristes (électriques) qui jouent Paganini, Bach etc, même en version hard. Le problème, voyez-vous, c’est que ‘cool’ ou non, quel que soit l’instrument on n’y arrive qu’à force de travail, que ce soit du classique ou du rock. J’ai vu jouer des guitaristes de métal … c’est simple: depuis je pisse sur Narcisso Yepès.

        Mais il se trouve que la valeur-travail, c’est réac’ mon bon monsieur, c’est de droite donc c’est mal. Je ne suis pas de droite, notez-bien (c’est normal: je suis libéral 😀 ) mais la valeur-travail, là on commence à discuter.

        1. Théo31

          + 1.

          Si vous vous enrichissez par votre travail, c’est un crime. Pour être bien vu en France, il faut être rentier, comme fonctionnaire ou retraité.

  20. Gaël

    Pourvu que je tombe sur du Schubert la prochaine fois que j’aurai à me farcir un appel à l’une de ces administrations que le Moôonde nous envie 😉

  21. affacturage

    Ce ne sont pas tant les montants et le fait de subventionner la culture qui est un problème, mais plutôt les choix effectués dans l’affectation des financements !

      1. Paf

        he he, Affacturage et Vilegagnon decouvrent la propreté économique en l’absence d’argent gratuit, ca doit faire un choc!
        La Kulthur n’a pas besoin de subventions, qui sont un obstacle a la qualité, mais c’est probablement tres difficile a capter quand on a passé sa vie dans le bain froncais.

  22. Villegagnon

    Je lis parfois quelques articles de ce site, que j’apprécie en général. Je suis plutôt orienté à droite.

    Je ne comprends pas ce que vous reprochez à l’Etat. Qu’il investisse 60Md € par an dans l’éducation? et encore quelques autres dans la culture?

    Je trouve ça indispensable, et je trouve plus judicieux d’avoir des impôts qui vont entretenir le parc à coté de chez moi (le jardin des tuileries banal, j’aurais tout entendu!!!) ainsi que le patrimoine culturel Français plutôt que de permettre à des gros beauf de partir (et donc leur argent aussi) au club med à l’autre bout du monde… Beauf qui se fiche de la culture tant qu’il peut boire des limonades en rôtissant au soleil dans un pays « exotique »…

    Qui plus est entretenir le patrimoine culturel et faire rayonner la culture Française dans le monde, c’est aussi attirer des millions de touristes qui vont venir dépenser leur argent en France et faire rester les Français dans leur pays (et donc leur argent).

    Donc merci l’Etat de financer la culture, d’imposer judicieusement des impôt pour que les gens puissent s’ouvrir un peu l’esprit! Et ainsi d’éviter à des gros kéké de dépenser son argent à l’autre bout du monde pour « boire des cockails (se souler)… Parce que sur le coup, l’état sait ce qui est bon!

    1. « Je trouve ça indispensable »

      Concernant l’éducation : non, ce n’est absolument pas indispensable. Des dizaines, des centaines de millions de gamins éduqués par la force des individus et des acteurs privés de par le monde entier et dans toute l’histoire de l’humanité vous prouvent le contraire, d’une part. Et d’autre part, le niveau lamentable de l’EdNat actuel devrait aussi vous montrer que l’indispensable, c’est d’arrêter ce gouffre décérébrant. Filer autant d’argent (en hausse constante sur les 50 dernières années) pour un résultat pareil, il serait temps de se poser des questions.

      Concernant la culture : pas de problème : donnez tout votre argent, ou seulement une partie, ça, ça ne me gêne pas. Ne prenez pas le mien pour des culcultureries. Si vous voulez « entretenir le patrimoine culturel », montez des souscriptions, des appels à dons, faites une fondation, que sais-je. Comme ce sont des supers-trucs que vous voulez sauver, vous n’aurez aucun mal à trouver des fonds (et puis peut-être même que je donnerai quelque argent si on me le propose). Mais me le prendre de force, merci mais non merci. Et là encore, le monte entier est plein de milliers d’exemples de cas où ça marche très bien, sans coûter la moitié du pognon qu’on engloutit en France en petits fours et cérémonies.

      Enfin, votre appréciation personnelle des beaufs est assez éclairante.

      1. nebukanetsar

        Bien d’accord !
        Surtout que l’ ETA qui fait tout en fRance accepte pourtant bien volontiers et sans vergogne, les dollars des donateurs américains qui aident à entretenir le château de Versailles pour ne citer que lui.
        Même qu’il y a des plaques la rappelant, cette soumission incongrue au dieu dollar!
        Quid alors de notre exception culturelle ?

    2. Paf

      « Et ainsi d’éviter à des gros kéké de dépenser son argent »

      ben tiens, c’est tellement plus légitime quand ce sont d’autres gens qui dépensent l’argent du kéké en question, qui s’est contente de travailler pour le gagner, ce con.Cet argument est d’autant plus savoureux (et idiot) que trois ligne avant vous nous dites « des millions de touristes qui vont venir dépenser leur argent en France »; si on leur appliquait la meme logique, ils devraient rester chez eux et donner leur argent gratuit pour faire rayonner la culture Japonaise ou Australienne.
      Cette morale puante, pretentieuse et bouffie de suffisance cretine est belle et bien caracteristique du francais actuel.

      1. Villegagnon

        Ce n’est pas une question de logique à appliquer , il s’agit de promouvoir la culture Française dans le monde. Ainsi, le touriste étranger aura envie de venir dépenser son argent ici plutôt qu’ailleurs.

        D’un point de vue strictement commercial, c’est comme une publicité. C’est mieux chez nous. Venez claquez votre pognon ici. Point. Le but est justement qu’ils ne restent pas chez eux.

        Je ne saisis pas votre incompréhension, je pensais être clair?

        1. Nord

          « D’un point de vue strictement commercial, c’est comme une publicité.  » … non!

          Danone ne fait pas de publicité avec mes sous, sauf si j’achète Danone (ce que je ne fais pas: c’est de la merde selon moi) donc pourquoi l’Etat ferait-il de la pub avec mes sous? Quelle est pour moi la valeur de cette dépense, quelle est la résultante de ce supposé échange? Nul – rien – nib – peau-de-zob!

          Et en plus pour reprendre mon exemple-Danone, faire de la publicité ne rend pas le produit meilleur (ou tout simplement bon, en ce qui me concerne pour Danone – oui je sais: j’insiste mais c’est vraiment dégueulasse à mon avis) alors qu’une société privée fasse de la pub pour se produits m’indiffère car j’ai le choix de ne pas acheter. Dans le cas des Tuileries, je n’ai pas le choix et c’est bien ça qui me gonfle.

          Alors oui, effectivement il y a les retombées du tourisme. Mais je ne vois toujours pas pourquoi l’Etat devrait s’en mêler. Et ça justement c’est très logique; je conçois parfaitement que vous ne partagiez pas cette logique-là (et, oui: vous fûtes très clair!) mais concevez que d’un point de vue libéral ce que vous avancez n’a aucun sens.

          Indépendamment de ça, la philosophie libérale n’est pas de droite (pas plus qu’elle n’est de gauche d’ailleurs) même si effectivement on l’étiquette ainsi et la droite actuellement est autant libérale que je suis bouddhiste ardennais.

    3. Paf

      « Je suis plutôt orienté à droite. »
      « Donc merci l’Etat de financer la culture, d’imposer judicieusement des impôt »

      et voila, l’asphyxie francaise exposée en deux phrases.Quel pays de cons.

      1. berdol

        Il doit être tout juste à droite de Jdanov ou de Lyssenko, ce villegagnon. Quel cuistre !

      2. Higgins

        Notre sinistre de la cul-ture était invité ce matin sur Europe. J’ai coupé au bout de deux minutes. Pour le coup, le cuistre s’est amplement dévoilé. Tout y est passé, le prix unique du livre (numérique ou non), l’augmentation de la TVA qui sera inodore, l’injustice commise par les grands de l’Internet qui ne veulent pas participer aux bisounourseries nationales, etc…

    4. Théo31

      http://www.getty.edu/museum/

      Musée privé financé par l’argent du pétrole. Beau et pas pourri comme le Louvre qui ferme au public ses plus belles collections pendant l’été, juste au moment où le pape était à Paris.

      « Donc merci l’Etat de financer la culture »

      Je n’aime pas la peinture impressionniste. Pourquoi devrai-je payer l’exposition de ces peintures de merde que je n’irai jamais voir ?

      1. Villegagnon

        Pour vous inciter d’aller les voir justement, cependant, vu que vous n’aimez pas l’impressionnisme, je suppose que vous devez connaître un minimum, ce qui est déjà pas mal.

        Et oui l’état permet à tout le monde d’aller voir des expositions que l’on aime ou pas grâce à nos impôts, et il a bien raison. Je suis bien content d’aller les voir pour pas cher. Et c’est bien le but : inciter à aller les voir. Pour que les français soient un peu moins abrutis que ce qu’ils sont déjà.

        Oh mon dieu!! L’état veut dicter ma conduite! Mais quel horreur, quel totalitarisme! Où est ma « liberté » (d’être con par exemple)?

        1. Nord

          Mais pourquoi voulez-vous absolument inciter quelqu’un à aller voir les impressionnistes (qui sont mes peintres préférés entre nous)? Théo31 n’en n’a rien à caler des impressionnistes, soit! C’est son droit, il ne l’impose pas aux autres non plus, ce en quoi il est libéral.

          Vois affirmez que « […] l’état permet à tout le monde d’aller voir des expositions que l’on aime ou pas grâce à nos impôts, et il a bien raison. » mais c’est justement là qu’est l’os: si je n’aime pas je n’irai pas voir, qu’il faille payer ou non. Un ami, un esthète, me fera découvrir ce que je n’aime pas et il m’appartient de décider ensuite si je révise mon jugement ou pas. Mais pourquoi devrait-ce être avec les sous des autres (ce qui est le cas quand l’Etat s’en mêle)?

          Et pui enfin: quel est le cuistre qui peut se permettre de savoir à ma place ce qui est bon pour moi, ce qui est du « bon » art et ce qui n’en n’est pas?

          Non vraiment, votre argumentaire ne tient pas la route.

        2. Villegagnon

          Si Théo31 se fiche complètement des impressionnistes, il peut quand même s’épanouir avec d’autres activités culturelles qui, libre à lui de les choisir, seront aussi subventionnées par l’État, donc plus abordables.

          Non. Quand c’est subventionné, ce n’est pas automatiquement plus abordable, c’est même aussi voire plus cher que la même initiative privée. Et les exemples abondent.

          Vous ciblez un exemple particulier, mais les sous que les autres et moi donnons à la culture financent un éventail de programmes culturels. Si je n’aime pas tel ou tel courant artistique (je n’aime pas l’art contemporain), j’ai la possibilité d’aller voir quelque chose plus à mon goût. Si je paye pour que les autres aillent voir ou profitent une chose que je n’apprécie pas forcément, je serais content que l’impôt débloque des financements pour ce que j’aime.

          Ce raisonnement de donnant-donnant vous paraît absurde, mais moi il me paraît absurde que le privé possède les monuments publics ou le patrimoine culturel (qui n’est pas à monnayer); soit, le monde de l’entreprise à une gestion budgétaire autrement plus efficace que la fonction publique, mais ce qui appartient à la France reste à la France.

          Et pourtant, c’est comme ça depuis des temps immémoriaux et sur la très grande majorité du globe. Ah, oui, j’oubliais : l’exception tuturelle française ! Bon, elle (et d’autres choses) nous foutent dans le ravin, mais c’est pas grave. Après tout, c’est l’argent des autres, hein.

          Par ailleurs, le mécénat ou autres donations ne suffirait en aucun cas à entretenir le patrimoine existant, ni ne pourrait organiser des événements culturels à grande échelle, le tout à des prix accessibles. Même aux USA, les subventions publiques sont 2 à 3 fois supérieures aux donations privées.

          Pure pétition de principe. En plus, c’est faux.

          Enfin, par rapport à votre dernière remarque, vous présupposez que tout le monde est entièrement responsable, cad que la situation (financière, santé, éducation) est le fruit des propres choix de Mr lambda. Je ne vois pas du tout cela du même oeil, que si vous avez eu la chance d’avoir un certain esprit et une bonne éducation (je ne puis juger sur d’autres points), ce n’est pas le cas de tout le monde. L’être humain ne naît pas forcément éclairé de ce qui est bon ou non pour lui. C’est pour ça que l’environnement, dont l’État fait partie, doit être là pour guider les individus dans ce qui peut leur être bon ou non. Libre à l’homme de suivre ces préceptes et de se responsabiliser par la suite.

          Mais bien sûr. L’homme adulte est un enfant pour l’Etat qui sait ce qui est bon pour lui, le guide gentiment. C’est mignon et très étayé par les faits. En plus, l’Etat, composé d’hommes parfaits et surtout, emplis d’abnégation et du désir de servir, est aussi omniscient ce qui lui évite plein d’écueils comme les guerres, les gabegies, les spoliations. C’est beau.

        3. Higgins

          « L’État, c’est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde. » Frédéric Bastiat (http://bastiat.org/fr/l_Etat.html)

          Je vous engage vivement à lire les écrits de Frédéric Bastiat. Ça vous fera le plus grand bien.

        4. Théo31

          C’est moi qui subventionne intégralement mes activités culturelles. Je suis le seul à savoir ce qui est bien culturellement pour moi. Je n’ai pas besoin d’un scribouillard dans un ministère pour m’inciter avec mon argent à aller voir telle ou telle exposition. Si des gens aiment l’impressionnisme, qu’ils paient intégralement.

          « si vous avez eu la chance d’avoir un certain esprit et une bonne éducation …, ce n’est pas le cas de tout le monde »

          C’est vrai, les socialistes de tous bords sont l’élite du bon goût. Ils savent tout mieux que tout le monde, ce sont les Pic de la Mirandole du nouveau siècle. Faut aller voir les expos qu’ils financent avec l’argent gratuit des autres. Vous m’excuserez de préférer les arts de l’Antiquité à l’impressionnisme. Vous ne m’avez toujours expliqué pourquoi je devrai payer pour un truc que je n’aime pas.

        5. Villegagnon

          @ Higgins :

          « L’État, c’est Dieu sur terre. » Georg Wilhelm Friedrich Hegel.

          Voilà, moi aussi je balance des citations en accord avec mes opinions, mais ça n’avance à rien.

          @ Théo31 :

          « Si des gens aiment l’impressionnisme, qu’ils paient intégralement »
          Bien sûr c’est à la portée de tous les amateurs d’impressionnistes. J’imagine que si vous subventionnez intégralement vos activités culturelles, vous devez avoir les moyens conséquents, ou sinon elles se réduisent à pas grand chose. Et comment je fais si je m’intéresse à quelque chose qui n’est pas financé par les mécènes ou les donations? Je l’ai dans le baba?

          Si je vous ai expliqué pourquoi vous payez pour quelque chose que vous n’aimez pas. Comme vous n’êtes pas seul au monde, d’autres personnes participent aussi par le biais de l’impôt au financement culturel, qui regroupe aussi les arts de l’Antiquité, et cette mise en commun vous offrira sûrement de quoi vous divertir. Vous payez pour les autres mais les autres payent pour vous. Au vu de vos opinions, je suppose que l’idée de payer pour des personnes à plus faible revenus que les vôtres vous donne des boutons.

          1. Si votre opinion, c’est que l’Etat, c’est Dieu sur Terre, alors vous n’avez plus rien à faire ici.
            Lamentable.

            Et puis tant qu’on est aux citations, évoquons Mario Vargas Llosa

            La chose la plus importante que j’ai apprise est que les cultures n’ont pas besoin d’être protégées par les bureaucrates et les forces de police, ou placées derrière des barreaux, ou isolées du reste du monde par des barrières douanières pour survivre et rester vigoureuses. Elles doivent vivre à l’air libre, être exposées aux comparaisons constantes avec d’autres cultures qui les renouvellent et les enrichissent, leur permettant de se développer et de s’adapter au flot constant de la vie. La menace qui pèse sur Flaubert et Debussy ne vient pas des dinosaures de Jurassic Park mais de la bande de petits démagogues et chauvinistes qui parlent de la culture française comme s’il s’agissait d’une momie qui ne peut être retirée de sa chambre parce que l’exposition à l’air frais la ferait se désintégrer.

        6. Théo31

          « Et comment je fais si je m’intéresse à quelque chose qui n’est pas financé par les mécènes ou les donations? »

          Moi, je fais comme des milliards d’être humains : je travaille. Je travaille pour financer ma voiture, mon alimentation, ma culture. Pas vous ?

        7. Nicolas

          « Et oui l’état permet à tout le monde d’aller voir des expositions que l’on aime ou pas grâce à nos impôts, et il a bien raison. »

          Du Pain et des Jeux donc..
          Désolé, mais vu les budget des français, ce n’est pas un musée payé à son vrai prix qui va les bloquer..
          Et non, la culture ne doit pas être accessible à tout le monde.

          « Je suis bien content d’aller les voir pour pas cher.  »

          Pas cher ? Comment le savez vous puisque vous ne payez pas le prix directement ? Tenez, c’est pris sur votre futur soin de votre cancer : on ne vous soignera pas.

          « Parce que sur le coup, l’état sait ce qui est bon! »

          Tu m’étonnes ! Du reste je discutais de cela avec un médecin très à gauche d’un hôpital. Il était farouchement pour la sécurité sociale. Mais je lui ai fait remarquer que l’Etat refusait de soigner de plus en plus les malades. Il m’a dit que bien sur, on n’allait pas soigner un malade qui n’a que 5 ans d’espérance de vie, POUR SON PROPRE BIEN. Le fait que le malade ait donc cotisé toute sa vie pour rien et qu’on le condamne à mort ne l’a absolument pas choqué..

          Lors de la canicule aussi, l’Etat à su ce qui était bon, et à sélectionné avec le plus grand soin 10% de ceux qu’il allait soigner… Combien de morts déjà ?

          Parce que sur le coup, l’état sait ce qui est bon! Oui, le fonctionnaire, lui, il sait. Il sacrifie un poulet, et des informations connu de lui seul et pas des professionnels, pas des clients, tombent du ciel. Et même s’il n’y connaît rien, il sait quoi faire. Le XXéme siècle l’a bien prouvé.

          « Et c’est bien le but : inciter à aller les voir. Pour que les français soient un peu moins abrutis que ce qu’ils sont déjà. »

          Vous voulez dire que les 20 ans d’études « gratuites » merveilleuses par l’Etat ayant complètement échoués, on tente une solution de dernière chance avec des musées complètement bidons ou l’on expose aucune culture mais des truc qui parle au gens, comme leur instruments de travail (puisque, comme vous le savez, la fréquentation des vrais musées par les français est stable depuis des décennies) ?

          Et les shadoks pompaient, pompaient, pompaient..

        8. Aloux

          Toute cette conversation me fait penser à l’interview de Daniel Tourre parue sur Contrepoints il y a quelques temps, je ne sais plus sur quelle radio il était passé mais les réactions des journalistes quand il avait abordé la question de la culture étaient édifiantes : le point de vue socialiste de base, c’est que les gens sont naturellement trop cons, incultes et égoïstes pour apprécier l’art et s’organiser pour soutenir l’art et les artistes qu’ils apprécient. Que si il n’y avait pas de ministère de la culture à 7 milliard/an alors les amateurs de jazz, d’opéra ou de Justin Bieber garderaient leurs sous pour s’acheter une nouvelle voiture, se payer des restos et pirateraient les albums sur internet plutôt que d’aller à des concerts ou de prendre des initiatives pour soutenir leurs artistes préférés, que ce serait instantanément la mort de toute culture, je sais pas Vincent Delerm par exemple.

          Quand même très révélateur cette vision de l’homme comme un être cupide et vil, que dans d’autres bouches les mêmes socialistes taxeraient sans doute… »d’ultra-libérale ».

    5. gnarf

      Versailles a ete finance par les USA. Ils ont beaucoup paye depuis 1 siecle. De la restauration au replantage des arbres du parc. Ce sont des dons, des souscriptions privees, des mecenes prives.

      L’Etat Francais s’occupe de la culture non pas parce que ca fonctionne mieux que les souscriptions volontaires, mais parce que ca permet de caser tous les copains, de faire des petites sauteries et d’utiliser une grosse partie des fonds a des trucs pas du tout tuturels.

    6. Villegagnon

      « Concernant l’éducation : non, ce n’est absolument pas indispensable. »

      C’est une blague? Vous auriez peut-être du y rester un peu plus longtemps?

      « Musée privé financé par l’argent du pétrole. »

      Super, mais la France n’a pas de pétrole… Mais oui bien sûr les mécénats et les fond privés…

      Messieurs (Mesdames?) je crois avoir fait une erreur d’appréciation sur ce site. L’article m’a interpellé, j’y ai donc posé un commentaire, mais je ne pensais pas avoir affaire à une clique d’ultra-libéraux (je me permet ce terme, même si je ne l’aime pas, car je pensais être assez libéral…). Au temps pour moi. Ceci dit, je suis ouvert à toute discussion, car j’ai toujours été confronté à des individus à ma gauche, rarement plus libéral que moi.

      Ce qui me rassure, c’est votre admiration pour les USA et votre haine du système Français actuel, qui je l’espère, vous fera émigrer.

      En tout cas, je retire mon jugement : ce site ne s’adresse ni aux « beaufs » ni aux « kékés ».

      1. Nord

        « […]je pensais être assez libéral[…] »

        Bah non, vous ne l’êtes pas du tout et votre citation de l’amusant « ultra-libéraux » confirme cette évidence. Car voyez-vous, on est libéral ou on ne l’est pas, ce en quoi les « ultra-libéraux » ne sont pas … libéraux. « ultra-libéral », ça n’a aucun sens à part pour le Monde (surtout le monde-diplo).

        Lisez Bastiat, Say, Franklin, Molinari que diable (et si vous tenez le coup, Mises, Hayek, Friedman et Rand)

        Je crois que votre erreur d’appréciation procède de la doxa actuelle qui amalgame « droite politique » et « libéraux » alors que je n’ai pas encore rencontré un seul libéral qui soit politiquement de droite. Et comme je vous le signifiais plus haut: le libéral n’est pas plus de gauche non plus!

        1. something

          Friedman pour débuter c’est pas mal, d’autant que le bonhomme est infiniment sympathique. Mélenchon (ou Hamon, ou Sarko ou n’importe lequel de ces trouducs) seraient pulvérisés en 3 secondes face à tant d’intelligence et de malice.

        2. Villegagnon

          Très bien, je vais les lire incessamment sous peu. Ceci dit, il n’est pas très difficile de torpiller tous nos joyeux candidats en deux temps trois mouvements.

      2. Toni

        Villegagnon, quand Fraisibabar sera élu par des gens comme vous, je ne donne pas un an à François Hollande pour se faire sonner les cloches par le FMI. Bien beau de vivre à crédit mais à un moment il faut songer à payer l’addition …

      3. gnarf

        Villegagnon, il me semble que vous croyez que les gens ici ne veulent pas qu’il y ait d’investissement dans l’education ou dans la culture. Alors que c’est pas du tout ca.
        Le probleme avec cette video, c’est qu’elle est grossierement fausse:
        – l’utilite marginale decroissante s’applique aussi aux produits culturels.
        – les subventions etatiques ne sont pas le moteur de l’economie.

        Musique classique a l’ecole, OUI. Entretenir les parcs et les monuments, OUI. Essayer de demontrer que c’est generateur de moultes richesse…faut pas deconner.

        On sait tres bien vous et moi que cette video utilise des exemples consensuels d’entretien du patrimoine pour justifier des gonflements de subventions dans des evenements culturels foireux. On a tous eu dans notre region un evenement a 50 000 euros totalement abscons, sans public, avec un artiste ayant beaucoup de relations, paye par le conseil regional.

        1. Villegagnon

          « Villegagnon, il me semble que vous croyez que les gens ici ne veulent pas qu’il y ait d’investissement dans l’education ou dans la culturez »

          Ben si justement, en lisant certains propos c’est bien ce que je crois, et c’est ça qui me pose problème. Le fait de savoir si la vidéo est correcte d’un point de vue économique est une autre histoire, je suis d’accord avec vous sur le fait qu’elle soit grossièrement simplifiée.

          1. Elle n’est pas « grossièrement simplifiée ». Elle est FAUSSE, complètement fausse sur le plan économique. Faux, comme dans « ce qui est dit est le contraire de la vérité », comme dans « ce qui est décrit n’est pas ce qui est nommé, la définition, c’est pas ça », faux comme dans « il n’y a pas de lien de causalité prouvé », faux comme dans Propagande.

            Et l’investissement dans un domaine doit être du ressort des individus intéressés à ce domaine, sans coercition. Les seules exceptions sur lesquelles ont peut ouvrir le débat sont les domaines régaliens (j’ose espérer que vous voyez de quoi je parle).

        2. Villegagnon

          @ h16 :

          « Les seules exceptions sur lesquelles ont peut ouvrir le débat sont les domaines régaliens »

          A quand même. J’ai eu peur un moment par rapport à votre opinion concernant le rôle de l’État. Je suis rassuré tout de suite. (Et encore il faudrait en débattre!!)

          « j’ose espérer que vous voyez de quoi je parle »

          Je suis cuistre, dites vous? Vous n’êtes pas moins pédant et grossièrement sûr de vos positions. Élevons un peu le dialogue plutôt que de rester sur cette joute verbale ridicule.

          1. Dites, va falloir apprendre à lire. « cuistre » n’est pas de moi, et d’une. De deux, compte-tenu des affolants sophismes (il y a absolument tous les poncifs habituels sur le sujet, il ne doit pas en manquer un) que vous avez débité jusqu’à présent, oui, je préfère ne partir d’aucune évidence vous concernant. La première impression étant souvent la bonne surtout quand elle est mauvaise, c’est à vous de faire un effort pour montrer que vous êtes capable de comprendre les concepts qu’un certain nombre de personnes tentent de faire passer ici.

            Évidemment, ça change du discours kikoulol et autres petits bisous dont vous avez certainement l’habitude ailleurs, mais faut s’y faire.

        3. Villegagnon

          @ h16 :

          Pouvez vous m’indiquez « les sophismes affolants que j’ai débité »? J’imagine qu’ils se réfèrent à mes commentaires précédents.
          Le point sur lequel vous avez raison est que j’essaie de faire un effort pour comprendre les idées et raisonnements des personnes de ce site. Expliquez moi donc, face à mon incompétence, et Dieu sait qu’elle est grande, où pensez vous que je me fourvoie. Ne loupons pas une telle opportunité de débattre un peu. Je souhaite comprendre votre opinion, la confronter à la mienne.

          « La première impression étant souvent la bonne surtout quand elle est mauvaise[…] »

          Par contre je ne pense pas que de tels dictons soient très aptes à construire un raisonnement constructif, ni à argumenter quoique ce soit.

          1. Un exemple de sophisme : l’Etat investit dans la culture, personne ne l’aurait fait sinon et ça produit des richesses dont le bilan est favorable à l’investissement initial. Ca a été démonté des douzaines de fois ici et ailleurs.

      4. bibi33

        « Super, mais la France n’a pas de pétrole »

        Mais la Fraônce a des gaz de schistes.

        1. Villegagnon

          Dommage, comme l’auteur du blog (qui m’a d’ailleurs fait l’honneur de répondre directement à un de mes commentaires) nous affirmait dans un précédent article que l’exploitation des gaz de schistes ne seront pas exploités en France jusqu’à nouvel ordre. J’eusse été d’accord avec ces propos, mais bon tant pis c’est mort.

        2. Théo31

          Jusqu’en 1863, le pétrole n’était pas exploité aux USA. La culture n’existait donc pas dans ce pays avant. CQFD.

          Les hommes n’ont pas attendu l’Etat en France pour aller admirer les fresques de Lascaux.

      5. Nicolas

        « Ce qui me rassure, c’est votre admiration pour les USA et votre haine du système Français actuel, qui je l’espère, vous fera émigrer. »

        Ca serait triste de quitter la France comme il aurait été triste de quitter la Grèce il y a 4 ans : il y a un certain plaisir à voir les inférieurs périr de leur propre stupidités..

      6. Pandora

        Les « ultra-libéraux » n’existent pas : on est libéral ou on ne l’est pas..
        C’est un terme employé par les non libéraux, pour les dénigrer.

        Correction : au temps pour moi ne veut rien dire.
        = autant (adverbe) pour moi

    7. daredevil2007

      Et quand allez-vous rétablir le contrôle aux frontières, voire (mieux) faire reconstruire le rideau de fer tout autour de notre si merveilleux pays pour empêcher ces « gros beauf » d’oser aller dépenser l’argent qu’ils ont gagné par leur travail – pas le vôtre! – là où bon leur semble?
      Affligeant!

      CPF

      1. Villegagnon

        Il y a une différence entre l’incitation et la coercition. Qu’ils aillent où bon leur semble avec leur pognon (après imposition bien sûr).

        Reconstruire le rideau de fer? Je n’ai jamais su que la France eut été un pays satellite de l’URSS.

        1. daredevil2007

          Lisez plus attentivement, voulez-vous! J’ai écrit : « reconstruire »
          Pour ce qui est de la coercition, elle peut prendre de nombreux visages – à ce propos, je vous conseille le fameux ouvrage de Gustave Le Bon :
          http://envole.net/enote/doc/20080418_Gustave_le_bon_psycho_des_foules_alcan.pdf

          Et pour en revenir au financement de la culture par l’état, il suffit de voir comment fonctionne le système de subventions du cinéma (à titre d’exemple) pour comprendre quelle est l’origine du problème… Quoi qu’il en soit, comme les autres, je ne vois pas pourquoi l’état devrait subventionner via les impôts ce secteur!
          http://fr.wikipedia.org/wiki/Minarchisme

        2. daredevil2007

          Par ailleurs, j’ajouterai encore ceci : avec la dette qui est la nôtre que, comme la Grèce, nous serons bien incapable de rembourser, ce genre de questions ne sera tout simplement plus d’actualité… Ce genre de gabegie est le luxe des pays riches!

        3. Toni

          Merci du conseil Villegagnon, j’ai toujours pensé qu’il n’est pas raisonnable de trop se surmener et de trop investir de sa personne en France.
          Investir de mon temps et de mon argent pour des gens comme vous ? Franchement non merci, ne parlons pas de relations plus intimes. Le hic est que 66% des gens comme vous et vont voter pour Flamby.
          Et bien ici les gens ne veulent que des gens comme vous viennent leur expliquer comment ils ont à gérer leur vie.

      2. Paf

        le simple fait de separer la population entre gros beaufs et autres est un aveu d’insuffisance intellectuelle.

  23. Pangloss

    Moi, la question que je me pose, c’est celle de savoir si Frédéric Mitterrand sera aussi ministre de la Culture quand Hollande sera président …
    Question subsidiaire: … ou si on devra supporter une nouvelle fois Jack Lang.
    Mais bon, merci! J’ai bien rigolé. Preuve qu’on peut avoir un titre écrit en gothique et concurrencer l’Almanach Vermot ou (pour les plus vieux) le Hérisson.

      1. sam00

        l’un dans l’autre … comme vous y allez … c’est jack qui va pas être heureux pour le coup :-p

        A moins que je ne sois pas au courant qu’il soit à voile et a vapeur?

  24. MIA

    Je vous lis depuis quelques mois et je dois dire que vos articles sont percutants et bien écrits.

    La consécration de The Artist a amené la presse nationale à faire l’apologie du modèle de subventions à la culture. (Même la presse italienne s’y est mise avec un article dans Courrier International cette semaine). Comme si quelques succès faisaient oublier la multitudes de navets qui sortent dans nos salles depuis des années, financés à nos frais. Ou bien oublier que les intermittents du spectacle son responsables d’un tiers du déficit de la caisse d’assurance chômage.

    Mais critiquer cette caste revient à s’exposer à la légendaire « solidarité/fraternité » française.

    1. Higgins

      Qui plus est, « The Artists », que j’ai personnellement beaucoup apprécié, a été récompensé car, avant tout, il tourne le dos aux poncifs habituels de la production nationale. Il est très américain dans son traitement.

  25. fab

    Je suis effaré par tant de lavage de cerveaux et désinformation. Ce qui me gêne le plus c’est de ne pas pouvoir partager cette vidéo ou ce billet, 99% des gens dans mon entourage ne comprendraient pas ou me prendraient pour un déviant à mettre directement au bûcher. Heureusement la blague du What’s new pussycat m’a rendu le sourire… jusqu’a votre prochain billet.

  26. Curmudgeon

    Dans la vidéo on entend « Or qui vous a offert ce prestige, sinon le travail multiséculaire de la culture française ? ». On part de l’idée d’amorçage par l’Etat, qu’on peut discuter et analyser tranquilement, et puis sans crier gare, on glisse vers tout autre chose. En effet, un peu plus loin, vers 2’30, on voit une petite illustration de cette culture française, où, pour faire accrocheur, figure en bonne place « la littérature libertine ». Et on peut observer la couverture d’un livre de Sade, avec, en supplément, L’Odalisque brune de Boucher, les fesses à l’air, jouxtant une boîte de camembert. Quel est le lien avec l’Etat ? Ne parlons même pas du peu libertin Sade, plutôt un sinistre nihiliste, coqueluche de certains intellectuels qui prennent la pose de l’affranchi, mais par exemple, quand Boucher a peint son tableau, il est peu vraisemblable qu’il ait été obnubilé par la grandeur de son pays et la gloire du monarque, et les auteurs de la vidéo le savent bien. Notre Frenchie, « debout sur la place de la Concorde » fièrement planté devant les deux Américaines en extase, « n’a pas déboursé le moindre centime » (2’40) pour ces merveilles. Oui. Mais si tout le legs culturel multiséculaire est assimilable à un bouquet d' »externalités positives », alors on n’a pas fini : par exemple, je dois la langue que j’écris au modeste auto-entrepreneur Julius Caesar, à qui je n’ai pas payé un sesterce, et ce sympathique philanthrope a opéré bien avant que ne flotte le drapeau tricolore en haut d’un mât (mon cœur de patriote s’emballe quand je vois cette image sur la vidéo). Bizarre : des gens qui n’ont pas de mots assez durs pour stigmatiser la « marchandisation » du monde, finissent par voir tout à travers des lunettes économiques. Seulement voilà, comme elles sont étatistes, le paysage devient subitement riant.

    Pour une tentative d’estimer les retombées économiques de l’activité d’un opéra, sur les détails de laquelle je ne trouve rien, voir :
    http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5hVd-Clx-mR8QEiB0jsLTYHuDNtjA?docId=CNG.b6de9c99139f757a7075e82ea6be9bd3.21

    1. something

      « le legs culturel multiséculaire »

      C’est curieux mais ce sont les mêmes qui nous assènent que la France c’est pas un pays, c’est pas un peuple, c’est pas une culture, c’est pas une Histoire… Le gôchisme est un des pires fléaux auquel l’humanité aie jamais du faire face…

      1. Nicolas

        « Dans la vidéo on entend « Or qui vous a offert ce prestige, sinon le travail multiséculaire de la culture française ? ». On part de l’idée d’amorçage par l’Etat »

        La « Culture Française », ca n’existe pas : il n’existe que DES INDIVIDUS qui ont été de grands créateurs. L’Etat ? Ca fait rire les impressionnistes, ca, l’Etat ! Sans les riches pour leur acheter leur tableau politiquement incorrect, c’est pas l’Etat qui les aurait fait vivre..
        Doit on citer tous les artistes qu’on n’en rien à foutre de l’Etat depuis des siècles ??

        « « le legs culturel multiséculaire » »

        Oui, enfin pour les USA, la France, c’est « Un américain à Paris », autrement dit, une fiction US des années 50 qui était déjà bien loin de la réalité.

        « C’est curieux mais ce sont les mêmes qui nous assènent que la France c’est pas un pays, c’est pas un peuple, c’est pas une culture, c’est pas une Histoire… »

        Oui, ils sont pour l’héritage lorsque ca les arranges. Un héritage qui n’est du reste pas à eux. Des cons, quoi.

         » Quel est le lien avec l’Etat ? Ne parlons même pas du peu libertin Sade »

        Mais si : c’est bien grâce à l’Etat que le Duc de Sade à écrit ses « romans » !
        Pourquoi n’ont il pas ajouté les mémoire d’Anne Frank, mystère, mais vive l’Etat !

    1. Nicolas

      « Les musées ne sont pas à vendre »

      Le Musée Eugène Delacroix, à Paris, doit être vendu.
      5 employés présent, pas une seule toile de Delacroix.. Mais bien situé.

  27. Martini

    Je jouais déjà convenablement du violoncelle avant d’entrer au collège, donc ce n’est pas le prof de musique de l’ed-nat qui a fait ma culture musicale, mais celui, bien privé, qu’avaient choisi et payé volontairement mes parents.

    Non que je dénigre ce cher monsieur enseignant la musique au collège: il aura fait découvrir Pink Floyd ou les classiques du jazz à certains des mes « petits camarades » d’alors. Il s’est donné bien du mal, et son enthousiasme était communicatif. Il avait, en quelques années, gagné notre respect, même auprès des plus cancres. Toute sa carrière, en récompense de ces bons services, l’état lui a payé un salaire de merde (quand je compare avec le salaire horaire pratiqué pour les cours privés), et aujourd’hui il a une retraite en carton. Merci l’état.

  28. Toni

    Et Nicolas, heureusement que l’on n’est pas à Noël avec dans mon cas l’entourage composé de nombreux gauchistes, je peux vous dire que vous n’avez pas envie de rester à table longtemps.

    Nicolas a écrit : « Ca serait triste de quitter la France comme il aurait été triste de quitter la Grèce il y a 4 ans : il y a un certain plaisir à voir les inférieurs périr de leur propre stupidités.. »
    Très Juste … On aura un ou deux films Américains gratuits.
    Je dirais même qu’on devrait organiser une réception avec du champagne et du foie gras. Faire crier les gauchistes est un de mes passes temps favori. Pas d’appel à la violence mais si le FMI sonne la fin de la récréation et bien je ne me bouge pas pour l’état Français … En fait étant gangréné par les organisations syndicales il peut crever la gueule ouverte … sans que ça ne m’empêche de dormir.

  29. Joelle

    @Villegagnon : j’aime l’architecture 1900 mais pas l’art moderne. Mes impôts servent à payer des artistes en carton que j’exècre mais le jardin des plantes est laissé à l’abandon et les serres d’Auteuil vont prendre cher. Comme dirait Bernard Thibault, « le compte n’y est pas ». Mais heureusement, l’Etat sait ce qui est bon pour moi, c’est-à-dire Felice Varini mais pas Hector Guimard. CPEF.

  30. fifou

    Je comprends pas pourquoi tout le monde s’excite sur Villegagnon, ses commentaires ne sont bien evidemment pas a prendre au premier degre, il joue les decales intellectuels pour faire reagir, ca serait grave sinon

    1. Nord

      C’est parce que les libéraux adorent exploiter les faiblesses des autres et se repaître de leurs cadavres 😀 (enfin c’est encore mieux avec des chatons, mais on n’en n’a pas toujours sous la main.)

      1. fifou

        Oui mais la il en fait trop, il est bien evident qu’il est ironique, ca doit etre un ado qui joue les postiers de Neuilly en forcant bien tous les cliches

        1. Nord

          Moui … c’est pas évident. Des comme ça, il en passe plein par ici, mais j’admets que son orthographe est trop bonne pour un simple troll, même de Neuilly 😀

  31. Kassad

    On se souvient des déboires de Bernard Arnault pour faire une exposition d’art contemporain avec SES sous, d’ailleurs dernièrement un permi de construire à été invalidé au bois de Boulogne il voulait, horreur, construire un musée privé… Le gentil nÉtat n’aime pas la concurrence.

    1. Aristarkke

      Bernie s’ est visiblement débrouillé pour retoucher sa demande de permis afin que chacun des protagonistes de la decisionnure touche de son projet, là où il fallait.

  32. ModernGuy

    H16 négliges volontairement la conclusion que tout bon socialiste devrait tirer de tout ça: il est urgent de subventionner les producteurs de limonade !
    (Remarquez d’ailleurs l’improbable fibre patriotique de notre charmant touriste parisien: au lieu de commander une bière allemande (bouh c’est mal sécurité routière toussa) ou pire, un affreux coca cola, symbole de l’imperialisme capitaliste US. Mais au lieu de ça, il a habilement choisi une limonade …)

Les commentaires sont fermés.