Mélenchon : Et si ?

Aujourd’hui, faisons dans la fiction, la friction et l’affliction en même temps : plaçons-nous dans l’hypothèse pas complètement invraisemblable où le candidat Hollande, décidément trop mou et trop peu fédérateur, se retrouve oublié au second tour au profit d’un Jean-Luc Mélenchon pétaradant…

De la même façon que poser comme hypothèse la réélection de Sarkozy suivie d’une cohabitation douloureuse et sclérosante était une proposition hardie mais du domaine du possible, l’élimination en rase campagne présidentielle du candidat du parti socialiste est certes une hypothèse couillue mais n’est finalement pas invraisemblable comme l’histoire récente l’a prouvé.

Sur le plan statistique, on comprend que cette éventualité reste particulièrement faible : d’une part, il y a loin des 15% (au mieux) dont le candidat du Front de Gauche est crédité actuellement aux 25% qu’il lui faudra pour atteindre le second tour. D’autre part, le fait même que cette hypothèse soit évoquée dans certains médias (ici, ou par exemple), pour attirer le chaland alors que le suspens monte à l’approche du premier tour, est un signe assez révélateur de la faiblesse des probabilités en jeu.

Mais, comme je l’ai déjà souligné, en 2002, le second tour était joué : ce serait Chirac contre Jospin, tout le monde savait ça. Et seuls quelques articles évoquaient, de loin en loin, un second tour inhabituel à quelques jours du scrutin.

Mélenchon, sympathique et jovialAfin donc de ne pas écarter trop vite cette hypothèse, penchons-nous rapidement sur ce cas de figure imprévu.

Par exemple, suite à une maladresse de dernière semaine, Hollande perd toute crédibilité, et Mélenchon rattrape admirablement l’opportunité pour lui, pendant que Marine Le Pen continue de s’enfoncer. Bref, le voilà à 20% d’intentions de vote, qualifié pour un second tour inouï.

Sur cette base, on peut imaginer ce qu’on veut, comme par exemple que la gauche traditionnelle, socialiste mais pas révolutionnaire pour une cacahuète, effondrée, explose en gémissements et autres sanglots longs et langueurs monotones. Le débat d’entre deux tours peut avoir lieu, devant des journalistes à la fois excités comme des puces devant cette actualité inédite et largement pris de cours, n’ayant pas préparé les « bonnes » questions à poser au nouveau candidat.

Ça, c’est pour la partie cosmétique, flonflons et petits fours. Pour l’aspect plus politique, on se retrouve donc avec un candidat socialiste de droite modérée, et de l’autre, un révolutionnaire jacobin en pleine poussée d’hormones mâles.

Évidemment, une partie des électeurs socialistes traditionnels ira rejoindre le candidat du Front de Gauche, certes, mais une autre partie, certainement plus importante, les larmes dans les yeux et les pinces à linge sur le nez, ira voter Sarkozy au second tour ou s’abstiendra massivement. Sarkozy, dans une telle hypothèse, est donc réélu avec un score solide. Le calme peut revenir dans les foyers (youpi youpi).

Tout ceci est bel et bon, mais se construit avec un Hollande éliminé. On peut aussi se retrouver avec … un Sarkozy proprement remballé, et Hollande devant s’organiser pour un débat de second tour proprement ahurissant puisqu’opposant deux personnages du même bord idéologique.

Et ici, c’est évidemment la Grande Foire Nationale du Slip Collectiviste qui ouvre ses portes. Dans une telle hypothèse, les deux clowns se battront pour offrir des rasages gratuits, des lendemains qui chantent en chorale à 120 dB, et du bonheur sucré payé avec une planche à billets équipée d’un turbo et de deux réacteurs nucléaires. Le vote du second tour affichera un score d’abstention phénoménal, pendant que le CAC40 prendra de l’avance sur sa dégringolade de Juin. Seul point positif : l’agonie française sera écourtée de quelques années.

Redescendons sur Terre à présent.

Ces deux hypothèses, aussi peu probables soient-elles, permettent cependant d’évoquer une tendance de fond de la société française : par la présence d’un candidat vitupérant, révolutionnaire et agitateur au second tour, elles illustreraient fort bien le désir permanent, plus ou moins fort mais toujours présent, d’une partie du peuple français de renverser l’ordre établi, dont, par exemple, 2002 fut un avant-goût. La France, depuis ses années révolutionnaires, n’a jamais su dépasser le cadre du poing levé, toujours prompte à remettre sa constitution à plat (une quinzaine depuis 200 ans, soit une tous les quinze ans en moyenne) à la faveur d’une irritation populaire quelconque. Et dans tous les cas, le jacobinisme centralisateur galopant aura tôt fait de reproduire les mêmes erreurs, institutionnalisant d’une façon ou d’une autre le collectivisme au cœur de la société.

Dans quelques jours, nous serons fixés. Mais comme vous le verrez, quel que soit le résultat du premier tour et que le candidat Mélenchon soit présent ou non, la question se résumera à savoir si la France doit partir dans une combustion lente ou une explosion spontanée.

L’hypothèse d’une solution raisonnée est, elle, tout à fait impossible.

J'accepte les Bitcoins !

12p1pxNQjgR8fzMdm75S6ZMEiiLbNseMm8

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires100

  1. Calvin

    Article intéressant, mais qui fait l’impasse sur un autre scénario, aussi crédible que celui-là (donc faible).
    En cas de second tour Sarkozy-Mélanchon, et comme chaque élection, les deux candidats vont se recentrer pour chercher des voix.
    Or, je suis plus enclin à penser que la majorité des voix du FN iront vers Méchancon que vers Sarcoco, et que, vu le rejet de ce dernier, il en aille de même des voix du PS, des petits partis.
    Même Bayrou, au final, il a plus dit de mal de NS et FH que de JLM. Il pourrait même être le premier ministre du Président Méluche 1er (ce qui est plus crédible que PM de Hollande ou Sarkozy, qui, eux, ont pléthore de candidats au poste). Et donc offrir son soutien !!

    1. Ernest

      Bayrou PM de Mélenchon, impossible. Il faudrait pour cela que Méluche y soit forcé, donc que le Modem ait remporté les législatives, hypothèse colorée mais peu probable.
      Je pense qu’ils ne manquent pas de premier-ministrables au fdg ; encore faut-il, là aussi, que le fdg remporte les législatives, hypothèse tout aussi colorée et improbable.

      Quant à Mélenchon PM de Hollande, mon avis est qu’il a tant répété qu’il ne serait jamais d’un gouvernement Hollande que s’il acceptait il cramerait une bonne part de sa crédibilité.

      Un deuxième tour Sarko-Mélenchon serait sympa. Entre les millions de personne qui veulent virer le nain et les gens que le seul mot « communisme » (des millions, des milliaaaards de morts on vous dit!) fera fuir, l’abstention serait en effet énorme et le résultat hautement imprévisible. Amis au moins on se marrerait!

      1. Calvin

        Les scénarii sans Hollande au 2nd tour sont déjà assez durs à imaginer…
        Dans le cas d’un 2nd tour Méluchon-Hollande (Ou Le Pen-Méluchon) avec Méluchon gagnant, effectivement, le FdG peut faire ce qu’il veut avec qui il veut.
        Le vrai problème, c’est un 2nd tour Mélanchon-Sarkozy, où, là, pour être élu, JLM doit recentrer son discours et récupérer des voix chez le Modem.
        C’est la grande inconnue, car le PS se répartira à 50-50 entre les deux finalistes. Le Modem devient crucial.
        Mais, je te l’accorde, c’était osé pour Bayrou !

        En réalité, quelque soit le prochain président de gauche, à mon avis, il y aura une alliance PS-FdG forte.
        C’est la seule possibilité d’offrir à leurs électeurs un vrai « changement » (au sens hollandien bien sûr, ce qui signifie « retour vers 1981″).
        Et je pense que cela se fera au détriment des Verts.
        L’écologie n’est plus en pointe et la décroissance n’arrange pas le futur président,

    2. BobbyBob

      Les voix du FN vers Melenchon? Houla. Avez vous écouté ne serait-ce qu’une bribe de ses discours? je vous l’accorde, c’est un dégueulis assez abject de démagogie, mais entre deux propositions démagogiques, qu’est-ce qu’il chie sur le FN! D’ailleurs, le Petit Journal de Canal + avait décortiqué ses discours, et établi qu’il passait plus de 20% de son temps à parler du FN, et pas pour en dire du bien! Et comme Marine à déclaré qu’elle ne donnerait pas de consignes de vote, je pense que son électorat s’abstiendra massivement, ou alors ira s’adonner à quelques ratonnades, comme ici : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/04/03/97001-20120403FILWWW00670-un-cadre-du-fn-poursuivi-pour-violence.php

      1. Paf

        je connais un certain nombre de papys qui ont passe leur vie a osciller entre PCF et FN.La diabolisation du FN (comme cet article du Fig) est un truc relativement recent (depuis Mimitte)

        1. Calvin

          Bah, oui, je pensais à cela.
          Dans ma ville, j’ai connu transfert progressif et directdu PCF vers le FN (sans passer par un autre parti).
          Même si Le Pen vomit sur Mélanchon et inversement, ils ont globalement le même type d’électorat.

        2. gem

          Ne dit pas n’importe quoi. le FN est conservateur, moraliste, partisan de l’ordre et nationaliste ; si ça ce n’est pas la droite…
          L’anomalie doit se lire en sens inverse : c’est le PC qui est un parti d’extrême droite ; populiste à en être même raciste anti-riche, mais de droite quand même : partisan d’un gouvernement fort et centralisateur + partisan de l’ordre + moraliste + conservateur + socialement paternaliste. Et en fait quasiment tout ce qu’on appelle la gauche est de droite ; ne sont vraiment de gauche ( contre le gouvernement + décentralisateur + assume le désordre + amoral + anti-traditionnaliste + socialement autonomiste) que ce qu’on appelle la « deuxième gauche », les libertaires/autonomistes/autogestionnistes), très minoritaire. Tous les candidats du PS à la présidentielles depuis 1958 sont issus de famille de droite et continuent à en partager les valeurs les plus « petit bourgeois » (gout de l’ordre, de la norme et de la morale, frustration de puissance, jalousie du riche et mépris du populo, petites ambitions…). Inversement les américains ont parfaitement raison de ranger les « liberals » à leur extrême-gauche ; ce serait notre place naturelle si notre système politique n’était pas si déformé et même informe.

  2. vincent

    L’hypothèse la plus plausible selon moi est Hollande au second tour mais avec un gros score de méluche au premier, lui permettant de négocier des investitures et, pourquoi pas, le poste de 1er ministre après les législatives… Méluche en position de force pour un raidissement à gauche du PS façon programme commun de 81, du moins pour toutes les mesures législatives n’induisant aucun décaissement direct.

    cf: http://www.objectifliberte.fr/2012/02/hollande-bluffe-t-il.html

    Catastrophe financière en vue.

    1. eheime

      « du moins pour toutes les mesures législatives n’induisant aucun décaissement direct. »

      Bof, il s’en fiche. Un fois élu Président il est pénard pour 5 ans. Il aura beau jeu de dire « les marchés m’empechent de ceci ou cela et donc je ne peux pas appliquer le programme comme promis ». Avec un taux à 6 ou 7%, le débat ne sera de toute façon plus axé sur la foire du smic, mais plutot comment debusquer et dépouiller quelques riches, et comment faire revenir au boulot les grevistes de la fonction publique mecontents de n’avoir pas obtenu le 17ème mois de salaire et qui en attendant bloquent tout le pays, pour rassurer un peu les méchants marchés.

  3. sam00

    Moi franchement, je rêve d’un second tour Mélanchon vs LePen.

    Là au moins, on se marrerait très fort au moment du ou des débats, et encore plus fort le soir du second tour.

    Dommage que ce soit improbable.

    Dans tous les cas, on va bien rire … abstention, campagne navrante, candidats tous communistes, économie en décrépitude, coupes drastiques dans les budgets et explosion des impôts en vue … ça va être rock’n’roll

    Heureusement qu’il nous restera H16 pour s’extraire du gris quotidien (enfin, si le futur président ne nous coupe pas internet).

      1. Nemrod

        Ou un 21 Sarko; 20 Le pen; 19 pour Les 2 PS.
        Ca serait fun aussi; avec Merluchon qui devrait appeler à voter Sarko, les soc ( officiels…) qui glisseraient un bulletin sarko dans l’urne avec des pinces à linge sur le blaire.
        Les manif citoyennes et festives, la tronche des serveurs de soupe cathodiques, la une de libé…miam !
        Ah le pied que je prendrais avant le grand boum.
        Autant que ce soit drôle.
        l’humour est la politesse du désespoir !

        1. eheime

          on s’était bien marré en 2002 déjà avec le gros Le Pen qui fanfaronnait et Chichi qui essayait d’adopter la stature de Churchill pendant la guerre de 40 (avec la joie interrieure à peine contenue d’etre elu quoi qu’il arrive).

          je crois que le fun ce coup là il repose en ce qu’à part les 20% de socialos-bobos PS purs et durs , tout le reste est à peu près prêt à voter n’importe quoi pourvu que ça mette la pagaille.

          faut dire que les français , la pagaille ils connaissent. Ils l’ont meme breuveté !

          Alors peut-être qu’on l’aura !

  4. Nemrod

    Voyons voir.
    Merluchon/Hollande : Hollande passe en se recentrant pour la galerie.
    Doit composer encore plus avec la gauche du partie sinon le PS explose en vol.
    The end à 2 ans.

    Merluchon/Sarkosy : Sarkosy passe dans un fauteuil mais manque le virage libéral en bonne girouette.
    Troubles sociaux, manif, emeutes.
    The end à 3-4 ans.

    Hollande/Sarkosy : avec bon score de merluchon; Hollande gagne en se recentrant mais pas trop ( du compromis à la fraise des bois dont il a le secret); doit donner des gages pour que le ps n’explose pas.
    Troubles sociaux, émeutes, manif au virage de la rigueur.
    The end à 3 ans.

    je préfère le 1.

  5. Deres

    Mélanchon, ce n’est que du flan …
    Membre du PS jusqu’en 2008, mitterandien des origines, candidat au secrétariat du PS face à Hollande en 1997, membre du gouvernement Jospin, soutien du oui à Maastricht. Bref, on se fout encore de notre gueule avec un candidat qui veut nous faire croire qu’il n’est pas du sérail alors que c’est un vieux renard du PS. Il a juste raté son coup au niveau du parti, donc l’a quitté en vue des élections afin de fonder le sien en tenant compte de l’élection de 2007 avec son débordement par la gauche. Ajouté à cela la disparition de Besancenot, le choix suicidaire d’Eva Joly et le ralliement du PC et vous vous demander presque pourquoi Mélanchon de fait pas des scores plus importants …

  6. Deres

    A noter que Hollande semble désespéré dans ses agissements à moins d’une semaine de l’élection :
    – promesse d’un coup de pouce au SMIC à court terme (donc achat de 10% des salariés soit 1.6 millions de français)
    – promesse d’embauche de 1000 maîtres à court terme en précisant lesquelles quasi nommément pour que ceux-ci et leurs proches sachent pour qui voter
    – bisbilles avec les agences de notations (les thermomètres ne sont pas les amis des leaders éclairés)
    – discours volontaristes mais complètement dans la lune vis-à-vis de l’Europe et de l’Allemagne (les sales boches ?) qui serait maniés comme des pantins
    – appel nostalgique à la mémoire de Mitterand et de 1981 pour minimiser les effets économiques de sa possible élection en oubliant opportunément les dévaluations, la dégradation de la balance commerciale et du budget, l’augmentation du chômage qui a suivi …

    Bref, il fait feu de tout bois. Rien de tout ceci n’est bon signe si il est élu. Il sera enchaîné par ses promesses électorales contre-productives à tout le monde, va nous fâcher avec le monde entier et nous assaillir de bien-pensance pour enrober le tout de guimauve citoyenne …

    1. JG2433

      « Il sera enchaîné par ses promesses électorales »

      Il y a déjà belle lurette (1949), George Orwell avait dit — il me semble — ceci :

      « Pour un parti de gauche au pouvoir, le plus redoutable est sa propre propagande passée. »

      1. Nemrod

        De toute façon le socialisme de droite ou le socialisme de gauche est nôtre avenir à court terme.
        L’initiative individuelle et la prise de risque sont laminées dans ce pays.
        Les seuls domaines ou les gens se lancent sont ceux ou ils peuvent faire du « black » tout seuls dans leur coin.
        Tous les gamins veulent être fonc version planqués, c’est symptomatique…
        Pas fou les mômes.
        J’en cherche toujours un qui rêve d’un grand avenir industriel…espèce éteinte.
        On va salement dérouiller.
        La lumière est au bout du tunnel mais prévoyez un max de batteries pour les lampes torches.

        1. sam00

          On me signale que la lumière au bout du tunnel devrait à l’avenir être éteinte dans le but de faire des économies d’énergie et préserver Gaïa …

        2. Paf

          Apres le Sarko hystérique et faussement autoritaire, le flan aux oeufs mou est parfaitement adapte aux francais comme chef d’etat. Ca serait bien qu’il passe car je suis curieux de voir comment un fromage fondu dirige un pays.

        3. gem

          ben il ne dirige pas : il laisse la bureaucratie (c’est à dire Bercy) fonctionner, en suivant l’air du temps soufflé par les lobbies et en privilégient toujours la satisfaction immédiate du gueulard contre l’intérêt à long terme de tous.
          exemple : Delanoë à Paris.

  7. nondit

    Allons, fâchons-nous encore une fois, h16.

    Un sondage avec 30 à 40% d’indécis est une probabilité aussi précise qu’un mec complètement bourré visant la lunette d’un WC sans y mettre une seule goûte en dehors.

    Pourquoi tenir compte de tels sondages et autres pinoufferies de presses, subventionnés de surcroît, alors que tu constates par toi-même les dérives de ce système.

    Pourquoi suivre et donc donner une once de crédit aux grands marabouts de la science politique aussi pertinents qu’une diseuse de bonne aventure lisant dans son mare de café?

    Que cela arrange-les sans-programmes de parler de la pluie et du beau temps, nous pouvons tous le comprendre, mais n’avons nous pas mieux à faire ?

    Peu importe le grand gagnant de ces élections, car nous connaissons tous les vrais perdants.

    1. Il y a une phrase, la première de ce billet, qui explique bien l’idée : politique fiction. J’ai un blog, et je m’amuse à évaluer différentes hypothèses, c’est tout. Pourquoi ça te gêne ?

      1. nondit

        « Pourquoi ça te gêne ?“

        Ta plume aussi aiguisée que pertinente se doit de chatouiller là ou ça fait mal. Vraiment très mal.

        Elle produit un rire jaune acide sur les cibles vertes de rage et, pour les autres, un sourire aussi réconfortant que malicieux, comme un rayon de soleil entre deux averses.

        Surtout, elle bouscule les idées reçues, questionne chacun d’entre nous, ouvre de nouveaux horizons, prouve que l’ aventure vaut la peine d’être tentée, même si on n’y laisse une plume ou deux…

        L’exemple ne suffit pas, mais l’ironie fait l’histoire.

  8. Talleyrand

    Mais Hollande élu grâce à un Mélanchon à 15%, ça donne quoi à votre avis ? une bonne négociation dans l’Isba, et dans le même temps une assemblée réac à droite ? Je me marre, je me bidonne, la France est la terre de toutes les conneries pas possible.

  9. NEV

    Je reviens de France là et j’ai été surpris, on voit mélanchon partout (je n’ai pas été dans les grandes villes) je ne serais pas surpris qu’il arrive au second tour, un Flamby – Mélanchon me semble relativement possible… Les Français ont bien élu Sarkozy, tout est possible.

    1. Nemrod

      Une grande partie de l’électorat est très volatile.
      Ils vont « veauter » car il y croient encore mais ne savent pas pour qui.
      Toute cette frange se cristallise dans l’isoloir…
      Tout dépend de ce qui se passe dans la semaine.
      – une marée noire ou des poulets aux hormones : verdâtres
      – un salaud de riche qui gagne trop de pognon, une grosse boite qui ferme : merluchon.
      – une ratonnade à l’envers ou une bombe dans le métro : FN
      Nous en somme là.
      De toute façon le chemin qui nous envoie dans le mur est accessoire.
      Nous y allons, seul le temps que nous mettrons pour y aller est variable.
      Je souhaite le plus court.

      1. Paf

        une ratonnade a l’envers ca arrive tous les jours et personne n’en a rien a foutre.A chaque fois que je retourne dans le sud c’est la meme histoire: des bandes de petites crottes racaillesque qui foutent la merde par ennui, tout le monde les connait, s’offusque en prive mais personne ne dit rien; et si jamais un ‘courageux’ moufte la police locale etouffe l’affaire.
        c’est Sarko qui va passer car les francais ont une peur bleue du changement et que la gauche est un foutoir, passe a la presidence presque par hasard en 81.

        1. Nemrod

          Pas faux.
          Alors une bombe Al quaidesque ou un groupuscule de tarés genre Mehra…ça les lucarnes sont obligées d’en parler.
          Oui, oui le candidat ps de droite peut encore coiffer les autres dans la ligne droite, c’est une des options.
          Seul le bout du chemin est écrit…pas la manière d’y arriver.

    1. Pascale

      Il est évident que le service de presse de Mélanchon est bien meilleur que celui de MLP.

      Mais ce qui est étonnant (je plaisante, bien entendu) c’est que personne parmi les journalistes, les zartistes ou les politiques ne pousse de cris d’orfraie devant la poussée mélanchonne, quand l’on sait les millions de morts causés par le régime communiste …

      En fait je suis étonnée par la qualité de la propagande pro communiste qui a sévit dans notre pays depuis plusieurs décennies et qui aboutit à ce résultat : un candidat communiste est capable de réunir 15% d’électeurs au XXIème ! Chapeau !

      1. BobbyBob

        Mouais. Je ne suis pas communiste, loin de là. Mais je trouve toujours grotesque cette propension qu’ont les commentateurs politiques de tout genre à faire un amalgame grossier entre le Front de Gauche et le communisme. Sous entendant en plus souvent le communisme soviétique (h16 lui même s’y laisse aller). Déjà, il faut rappeler que Melenchon n’est pas le candidat du Parti Communiste. Il est le candidat soutenu par le parti Communiste parce qu’il n’est pas issu de ses rangs. Ensuite, cela fait bien longtemps que le communisme européen (Allemand,Italien, …) est sorti du giron Soviétique. Alors oui, fut un temps où les communistes d’Europe étaient téléguidés par Moscou, mais ce temps est fini depuis les années 80 si ce n’est avant.

        Alors oui, Melenchon est un type d’une grande dangerosité pour la démocratie, parce qu’il est jacobin, parce qu’il n’est sans doute pas au fond de lui, le plus grand démocrate à se présenter aux élections présidentielles, parce qu’il est démagogique et ment éhontément aux français.

        Mais si il y a bien une raison qui ne cause pas sa dangerosité, c’est bien son (supposé) communisme.

        Le communisme en France, c’est juste le flanc gauche du socialisme. Rien de plus, rien de moins.

        1. « Le communisme en France, c’est juste le flanc gauche du socialisme. Rien de plus, rien de moins. »
          Ah bon, alors c’est tout à fait rassurant.

        2. Ernest

          Je partage le même avis. Comment peut-on crier au loup en lisant l’étiquette « communiste » et faire référence aux millions de morts qu’il a engendré, alors que le PC français est aussi communiste que le PS est socialiste?? Qui peut imaginer l’ouverture de goulags si mélenchon est élu?
          Il ne parle même pas de collectivisation de tous les myens de production (encore heureux), ce que Besancenot osait parfois.

        3. Marco33

          Je vous trouve un peu naïf sur le coup : bien sûr qu’ils n’auront pas le temps de construire des goulags.

          Mais ils auront le temps de mettre le pays à genou.

          Faut-il être …quoi?….c.n? j’avoue que je ne comprends pas comment en 2012, on puisse oser commencer à penser que les idées de cette gauche (communiste, néo-communiste, trotkiste, socialiste, altermondialiste, etc, etc … : faites votre choix) puissent être présentés et défendues!!!!!
          A défaut de logique, l’Histoire contemporaine devrait pourtant éclairer sur ce tronc commune idéologique, non?
          Et bien pas en France….

        4. Alexandrov

          Tatillons comme sont les journalistes sur la forme, on se demande quand même pourquoi ils ne demandent pas d’explications à la présence de drapeaux cubains et soviétiques dans ces meetings.

          Il y a fort à parier que la présence d’un drapeau nazi dans un meeting du FN provoquerait un tollé bien au-delà de nos frontières.

        5. Anti COCO 1er

          Cher ami,
          Sachez que les plus efficaces des dictateurs communistes ont « appris leur métier » auprès de « professeurs français » que ce soit dans nos universités ou chez eux dans les anciennes colonies. Cette intelligentsia française est toujours aussi active et prête à produire les futurs leaders, ne vous y trompez pas.
          Quant à l’ouverture de goulags en France, peut-être pas dans un 1er temps, mais des confiscations de patrimoine, des redressements fiscaux monstrueux, des procès sur des accusations non fondées vous conduisant à l’isolement OUI ! Les hôpitaux psychiatriques n’ont jamais autant été remplis de gens normaux internés d’office que sous les régimes du socialisme populaire et démocratique.

        6. ph11

          Pour rappel, le PCF est un des derniers partis communistes au monde à ne pas avoir rejeté l’URSS et les crimes communistes.
          Donc, non, le PCF n’est pas un PS plus gauchisant.

    2. Deres

      En parlant de drapeau au meeting de Hollande, on voit plusieurs drapeaux pas de chez nous devant lui dans la foule sur certaines photos, par exemple sur le « 24 heure photo » du figaro … J’ai identifié le jaune/vert/bleu vertical comme le drapeau berbère. Il reste un drapeau avec un bande blanche verticale à gauche et des bandes rouge et turquoise horizontales à droite que je n’arrive pas à identifier. Si certains ont des idées, je suis preneur …

      1. Calvin

        Deres : « drapeau avec un bande blanche verticale à gauche et des bandes rouge et turquoise horizontales à droite »
        Je connais un drapeau du même genre, mais le turquoise doit virer au vert : Madagascar.

  10. Pascale

    Si Mélanchon est au second tour je propose d’organiser une grande marche « républicaine et citoyenne » pour faire barrage au communisme comme celle que nous avons eue en 2002 pour faire face au « fascisme ».

    1. Before

      Je crains que le nombre de participants ne soit qu’une cruelle désillusion…

      Quant à votre (simulé) étonnement face à l’absence de réaction vis à vis du communisme, il y a deux réponses qui me viennent à l’esprit :
      1. le formatage omniprésent des cerveaux qui a eu lieu depuis le début de la guerre froide perdure encore.
      2. la réponse classique toute faite : « le communisme qu’on a connu n’est pas le vrai, salaud de Staline, le vrai communisme ça marche »

    2. Talleyrand

      Mais le socialisme est un parti fasciste, par excellence, si je puis dire. Un pouvoir fasciste c’est étatisme et dirigisme. Etudiez Mussolini et Hitler, des socialistes…

      1. Paf

        vous allez biennn trop loin pour les francais.Les communistes sont alter, anticoncurrence, ils ont la peau douce et il sont gentil avec le prolo.Les communistes sont des socialistes, donc sympas, mais moins capitalistes que les socialistes qui sont un peu vendus.Voila ou en est la culture francaise.
        Dans n’importe quel pays non francophone un peu developpe le communisme est vu comme la peste et les gens en connaissent l’histoire.En france il n’y a que deux faits historiques importants: la revolution en 89 et les nazis en 39 et that’s it.

  11. Chardon

    Juste en passant :

    Autant j’aime lire ce blog qui me donne de quoi préciser ma compréhension de certains sujets, autant je peux apprécier l’envie de passer par la case fiction déconnante,

    Autant les CPEF de pleureuses assénés régulièrement ( donc lourds, forcément )ajoutés aux images d’un goût plus que douteux, à commencer par la première ( et même pas drôles, faites un effort )vous replacent immédiatement dans les mêmes outrances que ceux dont vous attaquez les idées.

    Juste en passant… c’est juste mon impression à la lecture.

  12. poney

    « Dans une telle hypothèse, les deux clowns se battront pour offrir des rasages gratuits, des lendemains qui chantent en chorale à 120 dB, et du bonheur sucré payé avec une planche à billets équipée d’un turbo et de deux réacteurs nucléaires »

    Correction : il s’agira plus certainement d’une planche à billet équipée d’un moteur thermique par le sol et d’une centaine d’éolienne off-shore. Le nucléaire say mal, le turbo, les moteurs, les CO2, toussa, aussi.

  13. Zephirlevis

    Je suis hors-sujet s’agissant de ce billet, mais sans doute pas eu égard aux préoccupations d’h16. Aussi aimerais-je partager avec les visiteurs de ce blog une prévision, ou une hypothèse, que je fais à mes connaissances helvètes depuis un bout de temps : dans quelques années (5 ans au plus, désormais), je pense que la Suisse devra affronter un problème militaire sur sa frontière française. J’imagine que les virées de délinquants rhône-alpins en Suisse romande atteindront une telle intensité que les forces de police cantonales n’y suffiront plus. Je pense à des émeutes d’une ampleur débordant la frontière, ou à des cohortes de réfugiés économiques français fuyant leur pays et cherchant à trouver refuge par ici. Il faudra une réponse militaire (un déploiement de troupes serait excessif, mais une présence militaire dans les gares et des passages frontières plausible). Il faut dire aussi que notre criminalité indigène prospère. J’ai lu qu’il manquerait 1’500 policiers dans le pays. A Lausanne, où je travaille, la situation est déjà bien dégradée. Le gouvernement municipal, socialiste, affiche une constance imperturbable dans le laxisme. La police locale a fort à faire. Les gens du terroir marronnent un peu, le Vaudois est de toute façon très lent à la détente, et le bourgeois a l’air de s’en f… Bref, je conclus de ces propos rapides et un peu décousus que ça pourrait prendre un sale tour au Nord du Léman.

    Zephirlevis

    1. Mateo

      Vous exagérez.

      Pour y avoir travaillé quelques temps, le plus grand danger qui guette la Suisse, ce n’est pas les racailles qui traversent la frontières pour foutre le b***el et voler, c’est la francisation des esprits, qui a déjà commencé.

      Vous en avez déjà des applications concrète avec le votation pour la limitation des résidences secondaires qui a été approuvée, alors que les cantons concernés (notamment le Valais) ont voté contre. Triomphe du collectivisme et du dirigisme (foncier). Principe de subsidiarité -> à la poubelle.
      Et en discutant avec des Suisses, on s’aperçoit que la haine des riches commence à s’installer, riches qu’il « faut taxer plus ».

      On peut multiplier les exemples de francisation des esprits comme ceux-ci.
      Bref, ce qui a fait la force de la Suisse, ses taxes modérées, son système politique assez libéral se reposant sur le principe de subsidiarité, sa liberté d’économique etc. est en train de se perdre. Si vous n’inversez pas la tendance, dans 20 ou 30 ans, la Suisse n’aura malheureusement rien à envier à la France.
      Pour vous ce n’est pas trop tard, mais il ne faut pas céder un pouce de terrain face au collectivisme, à l’étatisme, au dirigisme, à l’égalitarisme.

      1. Zephirlevis

        Je suis entièrement d’accord avec vous sur la francisation des esprits en Suisse (surtout romande)et sur le fait que le délitement moral du peuple est le plus grave danger (pour l’historien Toynbee, une civilisation, le plus souvent, n’est pas détruite par les coups d’un ennemi extérieur, mais en raison d’un effondrement intérieur). En l’occurrence mon propos n’est pas d’identifier quel danger menace le plus gravement mon pays (c’est, comme presque partout en Occident, le socialisme-étatisme, et son corollaire : l’habitude prise par de plus en plus de gens de tétiner à la mamelle étatique), mais de me figurer un des aspects du retentissement qu’aura en Suisse la « lente décomposition » de la France, qui nous attriste tous.

    2. Stéphane

      Vous avez une très haute opinion de la classe politique suisse et des décisions qu’elle serait susceptible de prendre, mon ami.

      Je pencherai plutôt pour un prêchi-prêcha genre « ah vous n’avez pas une assurance avec une société de sécurité privée, une porte blindée et une serrure six points, si vous vous êtes fait cambrioler c’est de votre faute », dans la droite ligne de ce que l’on nous sert en ce moment.

  14. Deres

    Hors sujet sur l’immonde.
    Sa version en ligne devient hallucinante dans le suivisme PS et l’anti-sarkosime.
    Aujourd’hui :
    – EN UNE Nucléaire : Sarkozy réécrit ses relations avec Kadhafi
    – Les contre-vérités de Sarkozy sur les « fadettes » des journalistes
    – André Vallini : « La gauche devra mettre fin au soupçon de partialité qui ronge l’autorité de la justice »

    Dans l’autre sens :
    – Nous, économistes, soutenons Hollande
    – Corinne Lepage annonce son soutien à Hollande
    – Azouz begag votera François Hollande
    – Martin Hirsch: « J’ai l’intention de voter pour François Hollande »

    Le soutien médiatique au PS est clair, les journalistes louant déjà le prince. Le Figaro de son côté semble avoir peur de vraiment s’engager : Hollande les a déjà menacé …

  15. kelevra

    a quelques jours du scrutin, tout n est qu incertitude. les sondages sont completement deconnectes de la realite. il y a un ras le bol generalise, je suis pas sur que sarko et hollande soit au 2ieme tour. bcp de gens de droite vont voter marine meme si elle raconte des conneries, a gauche idem, hollande pas assez a gauche se fait deborder par mechancon.

    la marge d erreur des sondages est comprise entre 2 et 4%. ca vous change une election.

    un second tour marine/jean luc, ca me plairait bien. ca serait vraiment fun. ca aurait du panache. le bordel generalise.

      1. Nemrod

        Investir dans les mines de plomb et de cuivre…ou les procédés de recyclage.
        C’est les composants principaux des FMJ…l’avenir

    1. hermes

      La guerre civile n’est pas pour demain en fRance, pour qu’il y ait guerre…il faut deux camps ! Si la racaille fout la zone dans le pays, les fraônçais baisseront les yeux en disant, mais que fait la police, avec un gouvernement tétanisé par la « peur de la bavure ». Nous avons le cas récent des émeutes en Angleterre, avez-vous vu le bon peuple se rebeller contre la racaille qui foutait a feux et a sang la moitié du pays !

      1. Heu. Renseignez-vous, car effectivement le « bon peuple » a bel et bien organisé des milices et remis de l’ordre là où la police ne faisait pas son travail.

  16. Toni

    L’aide du FMI avec ses futurs sanctions financières avec prêts sous conditions … Le FMI pourrait s’avérer un allié précieux dans la lutte contre le communisme.

    1. Deres

      Au contraire, l’argument de l’ennemi extérieur risque d’être l’excuse facile pour franchir le pas dans la prise de contrôle complète du pays et le repli sur soi. La deuxième étape sera de s’attaquer aux ennemis intérieurs … Renseigner vous un peu sur la réalité des régimes démocratiques de Allende et de Chavez … bien entendu pas dans le Monde Diplomatique qui chante leurs louanges éternelles …

  17. Nemrod

    Ah ça s’accélère!
    Une TVA sur les produits de luxe à l’horizon( un petit billet Hash ?)
    L’agonie sera courte.
    La longue et terrible maladie se mue en courte maladie rigolote.

      1. Paf

        « Free a pu non seulement bénéficié des infrastructures réseaux payés »

        trois fautes dans la meme phrase il fallait le faire

    1. Deres

      « rédacteur en chef de Marianne2.fr et co-responsable du service politique » et cela écrit :
      « son pied d’estalle »
      « cravatte  »
      C’est un canular du 1er avril ou quoi ? Même les correcteurs orthographiques les signalent ces fautes …

    2. J’ai vu ça passer, effectivement. Le povtichou se fait bousculer par Free, dirait-on. En plus, l’article de Marianne est un torchon, plein de fautes d’orthographes.

  18. Théo31

    « le second tour était joué : ce serait Chirac contre Jospin, tout le monde savait ça »

    J’étais certain dès janvier 2002 que Yoyo serait éliminé dès le premier tour. Celui qui accepte de cohabiter est un traître. Et comme Yoyo avait trahi deux fois plus longtemps que ses deux prédécesseurs au poste, il s’est pris une méga-taule dans la tronche.

    1. Deres

      De ce point de vue là, Sarkozy est perdant car avec sa politique d’ouverture, il s’est mis spontanément dans la position du traître qui cohabite …

  19. bibi33

    Le seul résultat qui puisse être drôle c’est l’élection de Hollande et la débandade financière avant les législatives entraînant une victoire de la droite l’obligeant ainsi à nommer Sarko à Matignon.

    1. gem

      Drôle mais impossible ; outre que la défaite de Sarko laisserait la droite sans leader (Sarko HS et Copé, Bertrand et Fillon — entre autres — se tirant la bourre), le FN causerait assez de triangulaire pour que le PS ramasse la mise

      1. Hollanchon

        Meluche, il a la grosse tete. Se voit deja en haut de l’affiche et vise 2017. Il va consolider son mouvement avec les cocos et autres braillards et negocier un gros paquet de circonscriptions. Pas de poste au gouvernement. Il fera tout pour s’assurer du naufrage du France. A la moindre anicroche, il mettra tout sur le dos de Flanby de sa belle voix de bariton enroue. La messe est dite. On aura enfin le president que notre beau pays merite et appelle de ses voeux depuis si longtemps. On parie une biere?

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)