Gaz de schistes et gomme de guar

Comme le faisait remarquer un récent (et excellent) article de Contrepoints, on ne manquera pas d’énergie avant un moment, et ici même, j’évoquais la piste des gaz de schiste, piste qui n’a pas manqué d’allécher le troll verdoyant sur mes terres pour une partie de chasse musclée. Aujourd’hui, je voudrais vous entretenir d’un effet secondaire intéressant de cette exploitation.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, rappelons rapidement ce qu’est le gaz de schiste et comment on procède pour l’extraire.

Essentiellement, il s’agit de gaz naturel (du méthane) qui est piégé dans des roches poreuses (argileuses) suite à la décomposition de matière organique. Pour le récupérer, le procédé le plus couramment évoqué est celui du « fracking » : cela consiste essentiellement à effectuer des forages horizontaux dans la roche favorable en y injectant de l’eau sous forte pression. Cette dernière va provoquer un grand nombre de micro-fractures qui vont permettre au gaz de remonter par les forages effectués.

La gomme de guam dans l'eau pour gaz de schiste

Pour optimiser l’efficacité des forages et de la fracturation, le procédé emploie de l’eau préalablement traitée avec différents composés dont la liste est disponible en détail dans ce PDF. Comme le montre l’image ci-dessus, on trouve ainsi de l’acide, de l’isopropanol, du distillat de pétrole, du sel (de potassium et de sodium), divers autres produits chimiques dont la liste exhaustive est fournie dans le PDF, et … de la gomme de guar.

guarLe guar, c’est une plante qui produit des gousses et dont on peut extraire une gomme aux vertus laxatives. C’est aussi un épaississant (le E412) utilisé dans l’industrie alimentaire. Et c’est donc un végétal à partir duquel la farine extraite est utilisée pour épaissir l’eau d’injection, essentiellement afin de s’assurer que le sable qui y est ajouté reste en suspension lors de son transit jusqu’aux points où il servira à pénétrer la roche poreuse. Les propriétés chimiques de la gomme de guar font qu’elle est un produit naturel intéressant, bon marché et sans danger pour l’environnement (c’est un polysaccharide, totalement biodégradable).

Là où l’affaire devient directement intéressante pour mon billet, c’est que cette plante est essentiellement (à 80%) produite en Inde (Rajasthan, Punjab, …), qui en exporte autour de 600.000 tonnes par an. Et sur ces 600.000 tonnes, la majeure partie est utilisée par … l’industrie gazière.

Or, l’exploitation des gaz de schistes est actuellement en pleine croissance, d’une part aux Etats-Unis, et partout ailleurs dans le monde d’autre part, à commencer par l’Europe avec des gisements en cours de forage en Pologne.

Rassurez-vous : les secondes réserves les plus importantes, en France, ne seront consciencieusement pas exploitées pour permettre au pays de rester dépendant de ses importations, ne pas créer les milliers d’emplois correspondants et conserver des prix du gaz très supérieurs à ceux en vigueur dans les pays qui exploitent leurs ressources ; en effet, si le socialisme venait à manquer de pauvres et de chômeurs, l’économie du pays deviendrait subitement florissante et les électeurs renverraient les barons du collectivisme à leurs études, fort mal payées.

Pendant qu’en France, on s’évite ainsi de frôler le succès, les États-Unis ont stupidement décidé de devenir indépendant énergétiquement et sont en passe d’y parvenir. Cette croissance des exploitations et l’aubaine que représente une énergie pas chère auront permis la création de nombreuses richesses, à commencer par celle … des paysans indiens qui cultivent la fameuse plante verte.

« Le guar a changé ma vie », explique Shivlal, un petit producteur local qui s’est fait 300.000 roupies (5.400 $) — cinq fois son revenu annuel moyen — en vendant les graines qu’il avait plantées sur deux hectares de sol sablonneux dans l’état du Rajasthan. Ce petit capitaliste éhonté a spéculé comme un malade en plantant ses graines il y a quelques temps et a bénéficié d’une multiplication par dix des prix du guar, ce qui est, on en conviendra, assez scandaleux puisqu’il dispose maintenant d’une maison en dur et d’une télévision couleur, et envisage, toute honte bue, de faire même pousser les graines sur son toit. La cupidité de ces gens est sans borne.

Eh oui : d’un côté, des capitalistes sans freins ni lois percent le schiste et produisent du gaz à pas cher au point de reléguer les peurs de pénurie énergétique au rang de vaste blague malthusienne qu’elles n’ont jamais cessé d’être.

De l’autre, d’autres capitalistes profitent directement de l’hubris des premiers en produisant les produits qu’ils payent le prix fort sur le marché international, et sortent ainsi de la pauvreté tout en montrant que la mondialisation est bien ce monstre hideux dépeint par les humanistes poignant des mouvances socialisantes.

C’est, véritablement, scandaleux !

Pensez, une seconde, à toutes les générations futures qui ne payeront pas leur gaz à des prix stratosphérique ! Pensez à ces autres générations futures, issues des familles de paysans pauvres dont les enfants ne mourront pas dans d’atroces souffrances de la faim, de la dysenterie, du choléra ou d’autres maladies parce que leur père aura eu les moyens de s’acheter les équipements sanitaires et médicaux pour l’éviter ! C’est, véritablement, une catastrophe à la fois humanitaire (si l’on se rappelle que cela fera autant de bouches à nourrir plus tard, hein) et écologique (en notant que tout ce gaz qui va servir à produire de la chaleur et de l’électricité, c’est forcément autant de gros degrés celsius ajoutés à une atmosphère déjà irrespirable, voyons).

Autrement dit, tout indique ici que l’exploitation maintenant musclée du gaz de schiste provoque des effets de bords notables sur les individus qui exploitent les gaz d’une part, et sur les individus qui aident ces individus en leur vendant les produits dont ils ont besoin. Au fur et à mesure que les premiers mettent sur le marché une énergie à bas prix, les seconds sortent de la pauvreté de façon à la fois rapide et inattendue.

Nul doute que ce scandale trouvera un nouveau Josh Fox pour dénoncer le gaz de schiste au moyen de quelques torsions de faits vigoureuses, ou un nouveau Michael Moore pour dénoncer les impacts néfastes de l’enrichissement sur la société indienne du Punjab ou du Rajasthan.

En attendant, permettez-moi, avec toute la naïveté confondante du libéral capitaliste qui grignote des beignets d’enfants communistes en regardant des vidéos sur youtube, de penser que tout ceci améliore nettement le sort de l’humanité.

J'accepte les BTC et BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BTC : 1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
ETH : 0x8e2827A89419Dbdcc88286f64FED21C3B3dEEcd8
 

Commentaires76

  1. Tonton Jack

    Superbe !

    Merci pour les liens, notamment sur la composition fracking.

    Au passage, je ne peux m’empêcher de penser que si d’ici quelques années les USA sont indépendants énergétiquement, cela risque de tanguer au niveau des relations internationales, notamment au Moyen Orient.

    L’Oncle Sam pourrait en effet s’amuser à laisser un joyeux bazar par là bas pour que certains pays amis comme la Chine goûte aux joies de la pénurie énergétique…

    Cordialement

  2. zen aztec

    Si je vous avait pas ts les matins il y a longtemps que je me serais flingué
    « qui grignote des beignets d’enfants communistes »
    trempés dans le café au lait?

    1. Mmh. C’est malin, j’ai le ventre qui gargouille, maintenant. Je vais aller croquer un truc, tiens.

  3. infraniouzes

    Vous laissez entendre qu’on se prive de l’énergie potentielle du gaz de schiste…. Attendez un peu.. Je sens, je vois, je subodore l’émergence d’une énorme société NATIONALE, présidée par un Vert (pour calmer les opposants), encombrée de quelques dizaines de milliers de hauts-fonctionnaires qui se chargera de montrer au monde qu’on sait – sous un régime socialiste – faire aussi bien que les affreux pays capitalistes. On exploitera donc du gaz de schiste- suivant une méthode française à la con – qui nous reviendra deux fois plus cher que le gaz naturel, le pétrole, ou ce que vous voulez mais qui donnera l’illusion de l’indépendance énergétique de la France.
    On aura créé une usine à gaz pour le bonheur de faire comme (mieux que) les autres.
    En France, Monsieur, on a des idées et le PS pour les mettre en oeuvre.
    Les ressources naturelles exploitables sont un problème annexe.

    1. Deres

      Nous n’aurons surement pas le choix que d’utiliser du matériel français de toute façon. J’avais lu que la plupart du matériel d’exploitation pétrolier est d’origine américaine. Hors certains équipements haute pression doivent faire l’objet d’une autorisation spécifique en France. Les administrations françaises demandent donc les plans et fonctionnements détaillés pour analyser les matériels et donner les autorisations. Les fabricants américains, leaders incontestés sur ces produits, considèrent que ce sont des secrets de fabrication et refusent de donner ces informations. En France, il faut donc se débrouiller sans le matériel que tout le monde utilise dans le monde entier. C’est aussi cela une administration performante que le monde nous envie. Elle arrive à interdire ce qui est autorisé partout ailleurs …

      1. YP

        Il y a néanmoins une boîte, en France, qui est très bien placé sur les tube de forage horizontal : Vallourec…

        Cela dir, nos politicens vont nous appauvrir tellement, que ce seront les pays du golfe qui apporterons les capitaux nécessaire à l’exploitation du gaz de schistes en france, et nous revendront le gaz produit sur place…

        1. Sanksion

          Ce sont les seuls qui ont survécu au carcan régulatoire, pour un marché concurrentiel régulé !

        2. fifou

          La France a une grosse industrie et beaucoup d’experience dans le forage.
          Tout ne se fait pas ailleurs avec du materiel US, loin s’en faut, il y a aussi les allemands, les italiens, les japonais etc…

        3. Homo-Orcus

          « La France a une grosse industrie et beaucoup d’experience dans le forage »
          Comme le BRGM et la fameuse géothermie ?

    2. Higgins

      Que faire d’autre qu’une usine à gaz avec du gaz de schiste (surtout au Frankistan)?

  4. Sanksion

    Mais, mais, mais, vous allez faire mal aux roches avec vos idées ! C’est inconscient, la planète ne s’en remettra jamais !

  5. Deres

    Cette histoire de danger du gaz de schiste est une fumisterie. Les risques sont similaires à ceux d’une exploitation pétrolière habituelle … Il n’y a pas plus de problème que lors d’une exploitation pétrolière classique qui peut être très polluante quand on fait n’importe quoi. Il suffit d’établir une réglementation qui définit les précautions à prendre. Au contraire, on devrait remercier les autres pays qui ont fait les erreurs de débutant que nous n’aurons pas à reproduire pour apprendre cette technique. Les problèmes dénoncés par les écologistes provenaient des premiers essais où ils découvraient les difficultés. Depuis, les précautions à prendre en terme de marge de sécurité et de distance aux nappes phréatiques ont été clairement définies.

    De plus, le coup des additifs est démentiel. Si la pression pousse les liquides de la couche bitumeuse vers la nappe phréatique, la pollution ne viendra pas spécialement des additifs mais des produits pétroliers organiques très variés venant des schistes qui seront en bien plus grande quantité …

  6. rocardo

    Et tout le monde attend le bon gros troll verdâtre pour qu’on rigole un bon coup!
    « La cupidité de ces gens est sans borne ».C’est malin,je suis tombé de ma chaise et j’ai un gros bleu!Salopard de turbo-ultra-libéral!

  7. Homo-Orcus

    Je remplacerais la pulvérisation de la flotte par la pilvérisation Duflot, c’est plus con_sistant, mais peut-être moins biodégradable ?
    Cette pouffe pastèque, ministre en exercice, payée par le contribuable pour sauver la planète, n’a rien d’autre à faire que de se rendre sur les lieux du drame pour le sauvetage d’une autre pouffe. Putain, ce pays est vraiment foutu !

  8. andré

    peut être un peu hors sujet; mais néanmoins relatif au gaz de schiste:
    la vraie raison de l’interdiction en france d’exploiter le gaz de schiste, est que le gouvernement français a signé un accord d’achat sur vingt ou trente ans avec la Russie, et ce tenez-vous bien à un prix indexé sur le baril de brut!!!

    et la cerise sur le gâteau, c’est que l’on ne peut faire machine arrière, car le contrat porte sur des volumes PAYABLES QUE LE GAZ SOIT EFFECTIVEMENT ACHETÉ OU PAS !!! autrement dit nous sommes liés aux c…, et le prix est actuellement environ 14 fois plus cher que le gaz de schiste américain, quant bien même son coût d’exploitation ne soit pas gratuit…
    on trouvera la source de ceci en cherchant sur le net; on ne s’en vante guère en haut lieu, c’est tellement plus facile de mettre une raison écologique en avant….

      1. Billie Talon

        Pour avoir l’expériences de contrat avec des boîtes publics, un telle types de contrat ne m’étonne pas du tout, j’en est déjà eut à faire à se genre de proposition, ces gars-là sont purement et simplement en dehors de la réalité.
        Si croyez encore de l’Etat à la moindre chose à faire dans l’économie allez faire un stage en entreprise publics…

        1. paf

          « boîtes publics, un telle »
          ouch
          « j’en est déjà eut à faire à se genre »
          aie
          « entreprise publics »
          ouhla

    1. gem

      Les gens normaux, quand ils ont signé un contrat qui s’avère désavantageux parce que les conditions ont changé, il le renégocie.
      Il parait que les gens normaux sont au pouvoir, on va bien voir

    2. Le gaz français est importé à 95%, et les importations se répartissent ainsi : Norvège (36,8 %), Pays-Bas (16,8 %), Russie (16,1 %) et Algérie (15,4 %). Bref, ce n’est pas la Russie le principal importateur, mais la Norvège. Toute cette information sent un peu l’intox. Il faudrait des liens.

      1. fifou

        Le contrat avec la Norvege comprend l’obligation d’importer 37% de notre gaz de la-bas ET d’importer Effa Choly sans taxes…

  9. Unkn0wn

    Quid du charbon que l’on utilise encore dans nos centrales thermiques et qui vient de Chine, alors qu’il doit bien en rester quelques centaines de milliers de tonnes dans le sous-sol du NAURR PÔ D’CÔLET…

    1. nebukadnetsar

      Surtout du Pas de Calais ainsi qu’en Lorraine.

      Mais c’est sale et cra-cra et en plus on ne veut plus de Zola

      1. gem

        C’est surtout trop cher. On importe du charbon parce qu’il est produit à ciel ouvert pour des couts ridicules et que son transport coute peanuts ; en fait ça coute probablement moins cher –et moins d’énergie, pour ceux que ça préoccupe — de faire venir le charbon d’Australie ou d’Afrique du sud pour le bruler à Dunkerque que de le faire remonter d’une vieille mine française.

        1. jmdesp

          Euh, non, le transport pas cher ça marche pour les produits manufacturés, mais pas pour le charbon. Pour alimenter une seule centrale à charbon, la consommation annuelle se compte en centaine de milliers de tonnes. Le charbon fait partie des quelques produits comme le sable pour le béton qu’on ne transporte normalement jamais sur de longues distances.

          Je ne dis pas que c’est impossible à faire, on en est effectivement arrivé là (les allemands en particulier qui en importent le double de nous, parce qu’au total ils en consomment 7 fois plus), mais ça a des conséquences très notables en terme de surcout et rendement.

          Il se peut que ça reste plus rentable que les mines françaises, mais c’est plus à cause du fait que les normes de sécurité et de pollution applicables sont inatteignables en France.

  10. dede

    Effectivement, vous mettez bien le doigt sur le noeud du probleme : la richesse, dans l’absolu, cela n’existe pas! Afin de se sentir riche, il faut bien qu’il y ait un pauvre afin de creer un etalon. Si les pauvres deviennent riches, qu’allons-nous devenir?
    Pauvres!

    1. fifou

      Du vecu, discussion avec ma belle-mere ex 68arde socialo-bobo cliche comme on en fait peu: Elle fustige le liberalisme car c’est un nivellement ‘par le bas’
      je lui dit, ben non c’est un nivellement tout court le niveau de vie des europeens baisse un peu et ils doivent se bouger le cul, en echange le niveau de vie des Chinois et sud americain augemente, ils ne crevent plus de faim, tu devrais etre contente toi qui te plaint toujours que c’est injuste de tapper sur les pauvres et de ne pas taxer les riches… Sauf quand le riche a tapper c’est toi?
      ca s’est pas bien fini…

      1. nebukadnetsar

        Avec les belles-mères, que veut-on obtenir de plus une fois qu’on lui a arraché sa fille(à priori, consentante une fois)?

  11. fifou

    Ca ne me derange pas que le gas de schiste ne soit pas developpe en France. Vu le niveau global de corruption, des contrats seraient signes a des conditions super avantageuses avec des copains ou fils de copains, retro-commissions a tous le niveaux, arrosage en regles des politiques et syndicats, resultat: on foutrait en l’air tout le paysage pour faire grossir des comptes offshore…
    Les 3 miettes qui retomberaient dans l’escarcelle publique ne compenseront rien…

  12. nebukadnetsar

    Ayrault devrait songer à créer un statut de précarité fiscale pour ceux (et j’en suis et sûrement pas le seul) qui consacrent plus de 10% de leurs revenus à notre bien-aimé Trésor Public (IR+TH+TF), sans pour autant atteindre la classe des riches selon Guimolle le Conquérant.

    Et si j’additionne le gaz, l’électricité et le coco à mettre dans le moteur de voiture, je suis aussi un précaire énergétique.

    Merci de nous apprendre autant de choses, H16!

  13. Progrès

    N’y aurait il pas un moyen d’utiliser les enfants communistes pour en extraire du carburant, plutôt que d’en faire des beignets ?

    Ca réglerait tous les problèmes :

    – moins d’enfants communistes à nourrir, ça va dans le bon sens (et oui toutes ces bouches à nourrir ça fait mal à Gaïa)..
    – pas de pollution par la dangereuse gomme de guar !!
    – pas d’enrichissement de pauvres, donc notre référentiel social est sain et sauf

    Et là Tac, on sauve la planète et nous avons du carburant pour aller regarder les vrais pauvres dans des pays pauvrissimes (et oui du coup ils l’ont bien profond, ne pouvant pas nous vendre leur poison à prix d’or) !!!

    Bon c’est sur que les parents communistes risquent de ne pas être d’accord …. Mais bon on peu pas gagner sur tous les fronts.

    Bon petit bémol, il ne reste plus qu’à trouver le procédé d’extraction …

  14. nebukadnetsar

    @H16

    Evidemment que ce n’est pas bien que les Indiens puissent s’enrichir indirectement du gaz de schiste.
    Ce n’est pas notre Etat normal qui va leur en acheter puisque le gaz de schiste n’est bon que pour les autres.

    Quels autres ? Notamment le grand satan hypercapitaliste que sont les Etats unis qui corrompent sans vergogne la belle mentalité des pauvres Indiens heureux de l’être (pauvres, enfin c’est ce qu’on imagine, vu du 8me arrdt ou du 6me),pour satisfaire leurs débauches énergétiques immondes.

    La France,elle, surpaie du gaz algérien parce qu’il faut bien aider les pays en voie de développement, même gorgés de pétrole et de gaz, et offre des séjours hospitaliers de pointe au conchieur qui les dirige?
    Là, c’est top parce que c’est fait avec de belles intentions alors que ces affreux US veulent s’en mettre plein les bonbonnes grâce à l’exploitation éhontée de pauvres indiens qui améliorent leur ordinaire, voire s’enrichissent ? pouah, le vilain mot !
    Saisirez vous donc la différence entre un comportement hautement estimable et un autre hautement commercial, vil voulais-je dire!

  15. Pandora

    J’ai personnellement dépensé 22% de plus au m3 entre 2010 et 2011, chauffée au gaz.
    Je suis passée à l’électricité (caca, plein de nucléaire mais qui est toujours à 0.13€ le kWh….)

    1. jmdesp

      Comment cela caca, il produit nettement moins de CO2 🙂 Surtout quand on compte l’impact du méthane qui fuit des gisement de gaz.

  16. channy

    un petit podcast des plus intéressant sur la gomme de guar
    Du reste cette émission de RFI est excellente
    « Le prix de la gomme de guar fabriquée en Inde a plus que doublé en moins d’un an.

    Le guar, c’est une légumineuse qu’on ne trouve pratiquement qu’en Inde. De simple fourrage pour les animaux, la plante est devenue l’une des plus convoitées par l’industrie : de ses fèves, on extrait des graines broyées pour leur farine, que l’on transforme en gomme. Cette gomme sert d’émulsifiant dans les shampoings, elle sert d’épaississant non calorique à l’industrie agro-alimentaire. Mais elle est aussi très recherchée par l’industrie pétrolière : c’est un produit qui améliore la viscosité des boues de forage et qui évite les pertes de fluides dans les terrains traversés par les puits.

    A l’heure où les découvertes d’hydrocarbures se multiplient aux quatre coins de la planète : mer de Barents, mer du Nord, Méditerranée, Golfe du Mexique, Ghana, Tanzanie, Guyane… et alors que même les compagnies para-pétrolières se lancent dans la prospection, les besoins en gomme de guar explosent. L’Inde aurait exporté près de 300 000 tonnes de gomme de guar l’an dernier contre 220 000 en 2010, avant tout vers les Etats-Unis, la Chine et l’Europe. Pour les fabricants indiens de gomme de guar, c’est le jackpot. En six mois, le prix de la tonne est passé de 4 200 dollars à près de 10 000 dollars, soit un coût plus élevé que celui d’une tonne de cuivre! C’est pourquoi les usines de gomme ont doublé leurs capacités.

    Quant aux paysans indiens, ils devraient planter des surfaces record de guar cet été, de l’Uttar-Pradesh au Rajasthan. Attention à la surproduction qui pourrait inverser la tendance, avertissent les négociants. Car certains acheteurs dans l’agro-alimentaire (notamment les fabricants d’aliments pour les animaux domestiques) ont déjà trouvé des substituts moins chers, comme la gomme de xanthane, issue de la fermentation de l’amidon. Pour l’instant l’industrie pétrolière, forte d’un baril à plus de 110 dollars, ne jure que par la gomme de guar dans ses additifs, mais jusqu’à quand et jusqu’à quel niveau de prix ? Rien qu’au cours du mois écoulé, ils ont augmenté de 55% !
     »
    a télécharger ici pour l’audio
    http://telechargement.rfi.fr.edgesuite.net/rfi/francais/audio/modules/actu/201202/OK_DIFF_6_2_CHRO_MAT_GUAR.mp3

    1. Stéphane

      Bah, quand l’offre et la demande finiront par se rejoindre à un niveau moins élevé, il y aura bien des reporters pour dénoncer la mondialisation et la ruine de ces paysans indiens qui-ont-cru-à-l’eldorado-ultralibéral-mondialisé et qui y ont laissé des plumes…

  17. something

    En France on se chauffe au gaz de gau-schiste et, le moins qu’on puisse dire, c’est que ce n’est pas très performant.

  18. Alexandrov

    Merci de mettre le doigt là-dessus : la vilaine mondialisation qui menace chaque jour un peu plus notre « mode de vie » a permis et permet encore d’extraire des (très) pauvres d’une misère qui nous paraît insupportable, enfin surtout quand on la voit à la télé sur Canal + avec une voix-off qui nous explique à quel point le capitalisme exploite tous ceux qui n’en sont pas « protégés ».

    Pourtant les inégalités « inacceptables » entre les grands patrons et les fonctionnaires sont bien moindres (service public pris en compte) qu’entre les fonctionnaires français et les indiens « moyens ». Mais voilà, la solidarité a ses limites, et elles se confondent souvent avec les limites des territoires électoraux. Notre Ministre du redressement priapique en a fait la preuve quand il nous a expliqué, une semaine avant les législatives que déplacer un centre de vacances de la Saône-et-Loire (sa circonscription) vers l’Hérault, c’était de la « délocalisation ». Les chômeurs montpelliérains ont adoré.

    Cette seule contradiction devrait suffire à discréditer tous les tenants d’une politique menée par l’idéologie cantonnée à un territoire. Mais non, les français votent pour eux, allez comprendre…

    1. Flo

      D’autant qu’on aimerait connaître le solde « migratoire » naturel et l’évolution des populations entre la Saône-et-Loire et l’Hérault depuis quelques années.
      Pour les inégalités, l’auteur d’ « Etre riche, un tabou Français » donne l’exemple d’un type perclu de douleurs, qui fut malade presque toute sa longue vie et qui vivait dans une bâtisse mal chauffée, pas isolée, sans eau courante ni électricité etc etc…Conditions que très peu de Français connaissent aujourd’hui (fort heureusement).
      Il se trouve que ce type à la situation fort peu enviable selon nos critères et à l’hygiène bucco-dentaire (et de vie) déplorable fut le Français probablement le plus « riche » (même si c’était de l’argent des autres) de tous les temps : Louis XIV.

  19. Pelvoux

    Peut-être que h16, avec son doctorat de géophysique en poche, nous expliquera plus en détail pourquoi les bouseux Français refusent que le forage de gaz de schiste se fasse près de chez eux.
    Après tout, avec l’argent gagné pourra ensuite être dépensé pour dépolluer les nappes phréatiques et réparer les dégâts causés.

    1. a/ argument d’autorité. Patatras, l’argument ne vaut donc rien.
      b/ une fois a/ écarté, que reste-t-il ? Des affirmations sans substance.
      a + b => troll en petit slip.

      1. Pelvoux

        Argument d’autorité? Que nenni!
        ah bah si. Donc pas d’argument.

        Essayez au moins d’évoquer, ne serait-ce avec mépris et condescendance si cela vous enchante, les problèmes liés à la fracture hydraulique.

        Pourquoi ? Le but du billet est de montrer que des paysans indiens sortent de la pauvreté. Ca vous emmerde prodigieusement parce qu’en vous battant stérilement et stupidement contre la technique sous-jacente, vous laissez ces gens dans la merde, et vous n’arrivez pas à l’assumer. Soit. Mais je n’ai pas à border le lit de vos contradictions pour que vous puissiez vous endormir sereinement sur vos préjugés et vos idées fausses.

        Il est trop simple de tourner au ridicule les décisions de nos élus sans détailler les raisons pour lesquelles elles ont été prises (expliquer cela par l’aversion des français au changement n’est pas très convaincant).

        Et pourquoi dans le reste du monde, les élus pensent furieusement différemment ? Sont cons, tous ces étrangers, hein ! Et surtout, leurs élus sont tous corrompus. Pas comme les nôtres, hein !

        Pourquoi vous fiez vous qu’à un seul rapport (que je vais lire dès que possible) alors bien plus s’alarment sur les risques environnementaux de la fracture hydraulique?

        Parce les autres sont remplis de conneries. Quand tu sais pas, tu demandes.

        Pour appuyez vos affirmations, vous ne vous basez que sur des éléments allant dans votre sens tout en méprisant et en négligeant les arguments contre vos propos.
        Si je vous sors un quelconque article sur les dangers de la fracturations hydraulique, allez vous me croire sur parole?

        Non, parce que vous êtes un troll et que vous n’avez rien compris au propos de l’article.

        1. Pelvoux

          Pourquoi faudrait-il evoquer ces risques? Parce que vous le vouliez ou non, ils existent! Allez vous renseigner en Pennsylvanie!

          Les risques existent aussi pour le nucléaire, les barrages hydroélectriques, les mines de charbon, les éoliennes off et on-shore, le photovoltaique, etc… Et quand je parle de risque, je parle de truc vraiment risqués, même pas de pollution, mais des choses avec morts d’hommes. Si le fracking, c’est moins de risque que le nucléaire, je dis banco. A minima.

          Arretons l’hypocrisie : vous comme moi, vous vous fichez bien

          Non. Toi, tu t’en fiche. Moi pas. Ces pauvres qui sortent de la pauvreté, c’est précisément la preuve que le capitalisme fonctionne et que l’humanité en a besoin. Et j’ai suffisamment de billets sur ce blog concernant précisément ce genre de phénomènes pour n’avoir plus à me justifier.

          si le paysan Indien sera plus riche qu’avant ou non, sinon pourquoi ne pas investir partout ou les gens sont misereux?

          C’est ce qui se fait dès lors que l’état ne l’empêche pas.

          Ce n’est pas moi qui laisse ces gens dans la merde, et je ne suis pas responsable s’ils le sont. Si je peux collaborer avec elles pour qu’elle sortent de la pauvrete tant mieux, mais je ne fais pas dans le social, et vous non plus. Vous nous dites que le gaz de schiste, c’est bien, les pauvres indiens sortent de la pauvrete : c’est ridicule, vous en avez rien a faire, pas plus que moi.

          Non et non. Tu n’en as rien à faire (et ton argumentaire le montre). Que tu me colles tes petites névroses et ton égoïsme, c’est assez minable, comme procédé rhétorique.

          Ce que je trouve deplorable, c’est que vous etes tellement obnubilite

          Obnubilité. Oui. Ca doit être ça.

          par l’extraction du gaz de schiste que vous refusez de considerer tout risque quelqu’il soit, jusqu’a affirmer avec pretention que les autres papiers sur le sujets sont remplis de connerie, or je suppose que vous n’avez pas de qualification particuliere dans ce domaine pour soutenir aussi assurement cela.

          Encore un argument d’autorité. Mais mon brave, tu n’as pas compris. Ni le billet, ni les arguments alignés, ni les remarques qui te sont faites. Tu me colles tes petites turpitudes pour feindre de comprendre comment je marche, et pour ensuite utiliser ce procédé afin de me traiter, calmement, d’hypocrite. Assez de trolling. Au revoir. Tu auras tout le temps que tu veux d’éplucher la conversation et le billet pour comprendre pourquoi j’ai dit ce que j’ai dit et pourquoi tu viens de te faire jeter comme un gros mal poli. Peut-être d’autres auront la bonté de prendre le temps de t’expliquer. Moi, j’ai une vie.

    2. T-Buster

      N’oublions pas que les français sont des moutons grégaire, conservateurs et peureux.
      Donc toute nouvelle idée, surtout si elle vient de l’étranger, et particulièrement d’outre atlantique, ne peut que être mauvaise et dangereuse.
      Donc évidemment pas une seconde de réflexion. On fonce avec le premier qui bêle, sans même réfléchir.
      Et vu que, comme toute les religions, l’Ecologisme ne pousse ni à la réflexion ni à l’intelligence. Tout à été bloqué avant d’avoir été étudié ou testé.

    3. Calvin

      Ouf ! J’ai cru qu’il n’y aurait pas de troll !
      J’allais me plaindre auprès de notre hôte pour publicité mensongère !

    4. Calvin

      J’ai oublié de répondre au troll !!!

      Expliquez-moi le rapport entre un doctorat de géophysique et l’explication sociologique de la perception des Français avec leur environnement ?

      Mais soit, parlons donc du fait que les Français seraient contre les gaz de schiste.
      Je dis bien « seraient », puisqu’aucune étude n’a été faite à ce sujet, les écologistes ayant décrétés que LE français était contre. Manifestement, il n’y a qu’un français qui décide dans ce pays pour tous les autres.
      Ce refus me fait penser aux antennes de portable. Cet appareil est plébiscité pour le service rendu, mais la pose des antennes relais est problématique : personne n’en veut près de chez soi (ce qui est complètement stupide, puisque moins il y a d’antennes et plus le portable bombarde d’ondes…).
      Le français (puisqu’il n’y en a qu’un) veut le service, à pas cher, mais pas le désagrément qui va avec. Le beurre, l’argent du beurre, mais pas le paysan qui exploite la vache…
      Avec comme exemple, puisque la France est représenté par le coq, ce citadin, allé vivre à la campagne, portant plainte contre son voisin possédant un volatile bruyant au lever du jour.

      Donc le français actuel, drogué à l’argent public, infantilisé, réfractaire à l’effort, effectivement refuse tout principe de réalité, protégé qu’il se sent par la plus grosse escroquerie : le principe de précaution.
      Mais demain, une fois qu’il devra rembourser, et pourtant survivre, il devra se rendre à l’évidence : la réalité, plus on la nie, plus ses effets redoublent.

      1. fifou

        Une question que je me pose: du gaz de schiste il y en a en Allamagne, en angleterre, en Belgique etc… Personne ne l’exploite? pourquoi?

        1. Calvin

          En Allemagne, RU et Roumanie, autant que je sache, les plans d’extraction sont étudiés, petit à petit, pour ne pas heurter les populations souvent manipulées par les lobbies.
          En Europe centrale (Pologne, Hongrie plus Autriche), l’extraction est en cours.
          C’est la Suède qui aurait la plus grande réserve (connue) de GdS, mais là, le lobby écolo veille au grain.
          Pour la Belgique, je ne sais pas.

  20. wpe

    Mais, tout cela m’inquiète, à force de piller mère nature ne risque t-on pas un jour d’atteindre le peak guar ?

  21. Sébastien R.

    hors sujets consternant :

    – le FSI investit dans des entreprises rentables (balaise comme phrase qd même) : http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2012/06/12/20002-20120612ARTFIG00701-gilet-nous-investissons-dans-des-entreprises-rentables.php
    NICOX en est un bon exemple !

    – Montebourbe : http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2012/06/12/97002-20120612FILWWW00453-seafrance-interessant-montebourg.php
    Quand on pense au feuilleton seafrance avec ses syndicats, c’est juste à gerber.

    voilà, dans le Fig’ en+

    CPEF

  22. opticien en ligne

    Ces vrai que les dangers du gaz de schiste sont un peu trop décriés avec passion. Je crois malheureusement que l’on devra attendre la fin des réserves pétrolières pour voir clair dans cette histoire, pour le moment trop d’intérêt sont en jeu.

  23. Necties

    H16, vous faites erreur : le problème du réchauffement climatique est résolu ! La preuve, depuis le 7 mai, il pleut tous les jours !
    CQFD – CPEF

  24. eiram

    si on payait les maires et les agriculteurs pour laisser faire l’exploitation des gaz de schiste sur leurs sols,comme on les a payés pour y mettre des éoliennes,peut être,seraient-ils tout à coup convaincus?

  25. Poulpe

    H16, les données chimiques que tu présente au début de ton article sont un peu trop vulgarisées et proviennent surement de plaquettes publicitaires diffusées par les industriels. Avec les dénominations complètes:
    (source: http://www.netl.doe.gov/technologies/oil-gas/publications)

    TYPE D’ADDITIFS – PRINCIPAUX COMPOSES CHIMIQUES – %
    1 Eau 90
    2 Agents de soutènement Silice cristalline, billes de céramique 9,51
    3 Acides forts, dissolvant les métaux Acide chlorhydrique 0,123
    4 Agents réducteurs de friction Polyacrylamide, huiles minérales 0,088
    5 Surfactants (agents diminuant la tension superficielle) 2-Butoxyéthanol,Isopropanol, Octylphénoléthoxylés 0,085
    6 Stabilisants de l’Argile Chlorure de potassium Chlorure de tétraméthylammonium 0,06
    7 Agents gélifiants Bentonite , Gomme Guar, Hydroxyéthylcellulose 0,056
    8 Inhibiteurs des dépôts dans les canalisations Ethylène-glycol, Propylène-glycol 0,043
    9 Agents de contrôle du pH Carbonate de sodium, Carbonate de potassium, Chlorure d’ammonium 0,011
    10 Agents de tenue des gels Hémicellulase, Persulfate d’ammonium, Quebracho 0,01
    11 Agents de maintien de la fluidité en cas d’augmentation de la température Perborate de sodium, Borates, Anhydride acétique 0,007
    12 Agents de contrôle du taux de Fer Acide citrique, EDTA* 0,004
    13 Inhibiteurs de corrosion Dérivés de la Quinoléine, Diméthylformamide (DMF), Alcool propargylique 0,002
    14 Biocides (antiseptiques) Dibromoacétonitrile, Glutaraldéhyde, DBNPA** 0,001

Les commentaires sont fermés.