Comme HADOPI coûte trop cher et ne sert à rien, c’est qu’elle est incontournable !

HADOPI refait encore (timidement) parler d’elle. L’institution, du haut de ses deux ans d’existence, a bien du mal a prouver son utilité. Et avec l’arrivée du nouveau gouvernement qui propulse avec joie le changement maintenant et pour de bon, la Haute Autorité a commencé à se faire du souci pour sa propre existence, d’autant que la Ministre de la Culture, Aurélifilipeti, l’a clairement indiqué : tout ça coûte cher, trop même.

Comme on s’y attendait, l’Etat, aux abois, cherche de l’argent. Beaucoup d’argent. Vite. Très vite.

Dans ce genre de situation, on peut poser un geste courageux et réduire les indemnités des ministres, des députés, des sénateurs et de tous les élus qui gagnent plusieurs fois le SMIC. On peut ainsi économiser 600 millions d’euros sur les dépenses annuelles de l’Etat (et faire ainsi 65 millions d’heureux). On peut, de la même façon, couper dans les prestations sociales, les salaires et primes des fonctionnaires, bref, raboter tout ce qui constitue des postes de dépenses colossaux de l’État.

Et puis on peut aussi faire dans la chirurgie esthétique micrométrique. Ce n’est pas inutile, loin s’en faut, mais ça rend le nécessaire travail de réduction budgétaire singulièrement plus long. Et c’est cette voie, sinueuse, longue, parsemée d’embûche et des cris des petites poignées de fonctionnaires concernés, qu’a choisi Aurélie Filippetti, l’excuse qui sert actuellement de ministre de la Culture et qui est, par conséquent, en charge de la HADOPI.

Logo HADOPI : haute autorité destinée à observer les petits internautesPour rappel, cette institution a pour mission de brûler environ 12 millions d’euros en produisant un petit site internet, un gros million de courriers électroniques automatiques, et d’occuper une soixantaine de fonctionnaires pour ce faire. Ça nous fait, pour rappel, dans les 200.000 euros par an et par fonctionnaire pour une performance qu’on peine vraiment à quantifier, mais qui a déjà réussi à faire rire à de nombreuses reprises, sur ce blog et partout ailleurs dans le monde, à l’exception de la Corée du Nord (ils n’ont pas vraiment internet, là-bas) et de Cuba (ils trouvent l’idée de base intéressante).

Bref, Aurélie l’a donc ouvertement déclaré : tout ce bel argent qui pourrait aller dans la popoche des élus et qui, à la place, est dépensé dans une obscure institution pour observer les petits internautes, c’est vraiment pas génial en ces temps de disette budgétaire. Et, horreur et effroi glacial sur la colonne vertébrale de Marie-François Marais (la présidente hadopisque) et Eric Walter (le secrétaire général), Filippetti a même été jusqu’à vouloir réduire la voilure :

« Je préfère réduire le financement de choses dont l’utilité n’est pas avérée. J’annoncerai en septembre le détail de ces décisions budgétaires. »

Gasp ! Argl ! Mais c’est abôôôminable ! Vous n’y pensez pas ! HADOPI coûterait trop cher et ne servirait à rien ! Vite, lançons une mission pour marquer d’un petit pipi d’une pierre blanche cette remarque et évaluer ce qu’il est urgent de faire ! Et pour cette mission, plaçons un bon copain type compétent sur la question, qui va s’empresser de bien délimiter ce qu’il faut faire et éviter. Car il est vrai que, jusqu’à présent, et depuis la LOPPSI, la LOPPSI 2, la DADVSI, et les débats à l’assemblée sous la direction de El Gringo De Vabre puis du capitaine Anéfé Christine Albanel, personne ne s’est jamais posé la question de savoir pourquoi et comment lutter contre le vilain piratage sur internet, et comment faire pour museler réguler les nouvelles technologies.

Plaçons donc Pierre Lescure, un hacker assez versé dans les technologies peer-to-peer, qui connaît bien la scène, maîtrise bitTorrent et eMule, et à qui on ne la fait pas en matière de port knocking et maîtrise TCP ! Et puis, comme il est accessoirement l’ancien patron de Canal+, il en connaît aussi un rayon sur la télévision. Il pourra donc dérouler le tapis rouge évaluer le lobbying de ces chaînes numériques. Parce que, comprenez-bien que si l’Etat n’intervient pas très vite alors que ces nouvelles chaînes numériques débarquent en 2013,

« Si rien ne change, le téléspectateur aura rapidement accès à tout, y compris de l’illégal. »

Rendez-vous compte ! Avoir accès à tout, c’est, bien évidemment, le début des problèmes : un déferlement de culture non subventionnée, la possibilité de récupérer des contenus intéressants sans passer par les distributeurs agréés par l’Etat, avec, en conséquence, l’obligation pour les majors installées de se remettre en question, de trouver des nouveaux modes de financement, de trouver de nouvelles méthodes pour attirer les clients et les conserver, tout ceci est, on le comprend, une révolution bouleversante qui entraîne intrinsèquement, un super-gros malaise au niveau du vécu des lobbies et des élus qui en bénéficient directement ou indirectement.

Hadopi Of The Dead

Bien sûr, on présentera ça de façon détendue, édulcorée, rose avec un petit voile diaphane légèrement érotique :

« il faudrait tendre un maximum vers la gratuité de la Culture, pour apporter à la planète une richesse de contenus culturels. Mais protéger le droit d’auteur n’est pas protéger les résidences secondaires de quelques-uns. Il s’agit de financer la création pour qu’elle perdure. »

Sexy, non ? Oui, jusqu’au moment où l’on ajoute …

il faut habituer cette jeune population à payer pour une contribution culturelle, comme elle paye pour une sonnerie de mobile.

… sans essayer de comprendre pourquoi les sonneries de mobiles ont un tel succès, et le piratage, de l’autre côté, un autre magnifique succès. Ce qu’on veut, c’est l’argent des premiers sur le business-model des seconds. Fastoche, non ?

Ne soyons pas méchant : Pierre n’a pas encore rendu son verdict et peut-être décidera-t-il, lucide, que la HADOPI mérite largement d’être passée au broyeur. Mais ça n’en prend pas le chemin : pour lui, la sanction passe par l’institution, et cette sanction doit perdurer (ce qui montre au passage et comme le souligne PC Inpact que le brave Lescure n’est pas tout à fait à jour en terme de lois au sujet de la propriété intellectuelle).

Bref : tout indique que, du côté du Ministère, on a parfaitement analysé le gouffre financier et la montagne de ridicule que représente cette institution, et, du côté de la présidence, qu’on ne veut surtout pas en finir brutalement. HADOPI coûte trop cher, ne sert à rien et continuera donc à exister parce qu’incontournable (?!) pour appliquer des sanctions.

Mais au-delà de la façon particulièrement brouillonne dont est gérée l’affaire par le nouveau gouvernement (d’ailleurs dans la parfaite continuité de ce qui avait été fait jusqu’à présent), ce qui ressort de façon éclatante, c’est qu’on a, encore une fois, demandé à des gens qui ne savent pas de quoi ils parlent ni de quoi il retourne de prendre des décisions et d’analyser une situation qu’ils ne maîtrisent pas à l’aune de schémas déjà dépassés.

En attendant, Filippetti continuera de faire l’aimable potiche au Ministère, comme tous les précédents ministres à ce maroquin aussi prestigieux qu’inutile et coûteux. Avec un peu d’entregent, elle continuera à servir les plats pour les majors ce qui lui ménagera, comme à d’autres, une fin de carrière paisible. Quant à Pierre Lescure, je n’ai rien contre lui pour le moment ; les conclusions de sa « mission » détermineront le degré de cuistrerie et de compromission du personnage. Je ne m’attends cependant à aucune surprise.

J'accepte les Bitcoins !

1FmJZVdhjLQfsLKAGqZeMMgPJXuXQVaxsC

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires16

  1. Calvin

    Malheureusement, rien de neuf.
    Comme souvent, si une commission/autorité/loi/mission/connerie (rayez la-les mentions inutiles) étatique ne fonctionne pas, c’est qu’il n’y a :
    - pas assez de fonctionnaires,
    - pas assez d’argent (gratuit, pris dans les poches des citoyens),
    - pas de leader politique charismatique (sic).
    Et l’argent continue(ra) de couler…

    Un truc m’échappe.
    Comment se fait-il, malgré l’échec évident d’Hadopi, qu’aucune des stratégies habituelles de diversion n’a été employée ?
    Pas de sur-médiatision, pas de « faux-positifs », pas de statistiques moisies, pas de recherche d’objectifs à portée de main, etc.
    On a l’impression qu’à la différence d’autres échecs avérés, Hadopi semble fort peu assumé.

  2. Pere Collateur

    Ce qui va être rigolo, c’est quand les gogos qui ont voté pour cette majorité vont de nouveau être cocu (et les autres aussi).

    Je m’explique avec un peu d’anticiaption dedans:

    Lescure, au vu de son age, et de son passé chez canal est de la génération qui ne capte rien au net puisque son mental reste bloqué entre 1970 et 1980.
    Les recommendations qui seront issue de sa « mission » seront donc dans le même style que celles qui ont donné naissance à toute la série de loi débiles sur le sujet ces dernieres années.

    Ca, c’est la première partie, classique, on a déjà vu le film et on connait la fin.

    Maintenant la partie qui va faire des cocus:

    HADOPI, dans sa forme actuelle à un gros défaut, d’ailleur souligné avec justesse par la minustre de service:
    Elle coute et ne rapporte rien à l’état, à part des emmerdes.
    Soit.
    Et bien je prend les paris ici et maintenant que la HADOPI se verra autoriser à balancer des amendes (disons entre 5 et 15 euros) à chaque flashage, sur le modèle des radars automatiques sur nos belles routes de France.

    Et c’est là que ca devient rigolo, car jusqu’à présent, celui qui se fait chopper ne risquait en réalité rien.
    Mais avec ces nouvelles amendes, on transforme un truc inutile et couteux, en une véritable cash machine, avec toutes les dérives qui vont bien…
    Et là, la seule consolation, c’est de penser à la tronche du couillon qui a voté socialiste en pensant que ca s’arrangerait au moins sur ces sujets…

      1. eheime

        Ca me parait probable aussi mais pas tres socialo compatible (le telechargeur moyen est tout autant gauchiste, conservateur ou liberal). Bon mais bien enrobé ça peut passer.

        Mais ça servira toujours à rien tant qu’il n’existera pas une offre commerciale serieuse car sinon les gens feront autrement (clefs USB, chiffrement, reseaux mafieux, …).

    1. Calvin

      Tout à fait d’accord avec cette vision, qui est le prolongement de mon questionnement.
      Je crois aussi, qu’à terme, Hadopi sera le prélude à une automatisation des amendes.
      Evidemment, en plus de l’aspect pécuniaire, il faudra que la justice entérine chaque amende, donc nouvel engorgement des tribunaux.

    2. Jesrad

      Ne boudons pas notre plaisir: voir les socialistes zengagés aller de déconvenue en déconvenue c’est quand même une consolation. Et lorsque tout ce petit monde cocufié verra rouge en Septembre/Octobre, avec merguez parties syndicales dans les rues de Paris, on sort le popcorn.

      1. Théo31

        « on sort le popcorn »

        Vaudra mieux sortir les valises. Avec la gauche la plus débile et sectaire de l’univers (avec celle de Cuba et de la Corée du Nord), vaut mieux s’attendre à des grandes coups de lattes dans la gueule que des bisous pleins de guimauve à mesure que la situation partira en vrille.

  3. Zoum

    Pierre Lescure, n’est qu’un vendeur de décodeurs, c’est très rock’n’fuk.

    Le plus rigolo, dans les années 80-90, c’était de fabriquer des décodeurs en demandant à la poste de nous livrer de Belgique un composant interdit en France.

    C’était le seul plaisir parce que les nuls, seule émission qui nous faisait rire, c’était en clair… Bref, C+anal ça ne fait plus rire depuis un moment !

    Mais si Pierre Lescure nous crypte internet, cela redeviendra jouissif.

    De toute façon, il finira comme L’olivienne au nouvel ob-soléte de croissance.

    La TV connectée! cette expression nous rassure sur l’état minitéliste du développement de toutes ces têtes chercheuses depuis l’ère DADVSI!

    C’est vrai, TNT, ça faisait plutôt limité maintenant que nous avons des images en direct de Mars!

    Pas sûr cependant que les nouveaux acteurs du feuilleton Hadopi ne soient aussi comiques que les deux premières séries.

    Quoi qu’avec un jukebox-quadrupe-play ça peut le faire…

  4. Le Gnome

    Quand je vois le montant de la taxe sur les disques durs, les clés USB qui vont dans la poche de nos gentils zartistes et qui servent pour beaucoup à tout autre chose que d’y mettre des morceaux piratés, je me dis qu’à ce prix là, j’ai le droit d’enregistrer dessus tout ce que je veux.

    Dieu merci, je n’aime pas leur musique, ce qui me permet de respecter impavidement la loi.

  5. Aristarque

    UN budget de 200.000 euros annuels par fonctionnaire de la Hadopi !
    On ne se refuse rien avec l’argent gratuit des autres…
    Gageons qu’il y aura des prolongations car de si beaux fromages dégoulinants de pognon ne seront sûrement pas abandonnés sans combats violents surtout que cela peut servir à (re)caser copains ou copines, à l’occasion…
    J’incline aussi vers la transformation en cash-machine façon radars automatiques…

    A ce propos, on voit d’ailleurs que tout est mis en oeuvre pour cette cash machine puisque ayant été flashé et ayant contesté, je suis passé en justice seulement 18 mois après l’infraction mais en ayant été auditionné par la gendarmerie à la limite des douze mois de l’infraction.
    En fait, de votre déposition sur PV à l’audience, cela va plutôt vite pour une justice engorgée, paraît-il…

  6. caterina

    Bah on sait déjà comment ça va se terminer, vu que HADOPI va s’auto-évaluer. Je cite Pierre Lescure:
    « L’Hadopi doit remettre à la ministre de la Culture un bilan d’activité détaillé sur le rapport coût/efficacité, mais aussi une analyse fine sur son effet pédagogique. »
    Ca m’étonnerait que les fonctionnaires d’HADOPI se mettent à agiter les bras et à crier: « Hé les cons, regardez tout le pognon qu’on coûte et pour quel résultat pourri, feriez mieux de nous dégager ».

    1. Aristarque

      Aucun danger de ce côté là !
      L’antienne habituelle, c’est plutôt :
      Si on n’a pas de (bons) résultats c’est parce qu’on manque de moyens (entendre : prévoir 25% de personnel en plus et 40% de budget itou)…

  7. Marianne

    Un mois ?! Bon, on ne peut pas vous en empêcher, mais n’allez pas vous réfugier dans un paradis fiscal et nous oublier…
    Bonnes vacances ;)

  8. vengeusemasquée

    En toute honnêteté, je vois mal Pierre Lescure désavouer le bébé de son copainb Olivennes. Non mais soyons sérieux. A la limite, il admettra quelques besoins d’ajustements à la marge et un indéniable besoin de moyens supplémentaires mais ça n’ira certainement pas jusqu’à la contestation du bien fondé du trukmachinchoz !

  9. Nicolas

    Bonjour,

    Hadopi est un moyen comme un autre de taxer les français.
    Des moyens totalement légaux permettent le contournement du sytème de détection du peer to peer ou du téléchargement direct, il suffit de s’abonner pour quelques euros (5€) par mois à un VPN comme http://www.activpn.com .

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)