On sent comme une petite déflation du bonheur socialiste

Et vlan. Élu en mai avec une cote de popularité impitoyablement normale, on apprend que le Président Grollandais de la République du Bisounoursland vient de prendre sa première gifle, largement méritée du reste puisque tout courant d’air, fut-il présidentiel, déclenche un jour le claquement brusque d’une porte.

Et la porte qui s’est violemment fermée est celle des fameux cent jours pendant lesquels la majorité et le gouvernement disposent d’une réelle marge de manœuvre dans l’opinion pour lancer les réformes profondes qui réorienteront les rails sur lequel le pays est lancé, préférablement dans la direction de la réussite, de la croissance, et des lendemains qui chantent sur fond de soleil levant et d’arc-en-ciel tolérant avec des petits oiseaux qui font cuicui sur une musique techno, n’oublions pas le côté progressiste de l’opération, merci.

Mais là, c’est donc raté, puisque pendant les 100 derniers jours, le gouvernement a, essentiellement, abrogé quelques dispositions symboliques, fait du surplace sur d’autres sujets et a bien sagement laissé le président flotter avec sa bouée Mickey au large de Brégançon pendant que Tweeterveiler tentait de museler la presse. Le pays continue donc sur les mêmes rails, dans la même direction que celle qui lui fut impulsée les quarante dernières années, avec une franche accélération depuis 2007.

Paradoxe : le bruit du claquement résonne encore dans les couloirs feutrés de l’Élysée sans qu’il soit pourtant parvenu aux oreilles des dirigeants du pays. Tout montre en effet que ces derniers, shootés à doses massives de pouvoiroïne, n’ont absolument pas pris conscience ni de l’ampleur du problème catastrophique auquel la France doit faire face, ni de l’envergure des solutions draconiennes qu’ils doivent mettre en place. Tout juste ont-ils laissé Hollande ânonner quelques couinements sur une crise un peu plus maousse que prévu en guise d’excuse.

Alors qu’Ayrault, tâcheron molasse d’un gouvernement foutraque composé d’arrivistes, de bricoleurs et d’ahuris, assaisonne ses salades d’été de tirades au lyrisme mesuré (Qui peut bien lui écrire ses discours ? Qu’il soit châtié !), que Montebourg continue de frétiller avec insistance pour toute contenance, et que Moscovici tente, sans grand succès, d’exister au-delà de ses ristournes d’épicier, les mauvaises nouvelles, économiques essentiellement, se sont accumulées. Avec constance et obstination, pour chacune d’elle, les Socialistes auront su proposer un sujet débile et sans rapport pour la camoufler.

Très concrètement, les entreprises et les patrons français ont compris que le pays n’offre plus les garanties de leur survie. Délocalisations, faillites, licenciements : la situation de l’emploi, déjà critique, va en empirant et tout indique, en plus, une pression des salaires vers le bas. Mais soyons optimistes puisque pour les jeunes, un secteur d’avenir se dégage clairement, et semble être celui de la drogue

Les habiles manœuvres de Draghi, à la BCE, ont consisté essentiellement à promettre de faire quelque chose si jamais , et, par la bande, à racheter les dettes des pays en difficulté ; cela a soutenu les marchés boursiers en apesanteur, certes, mais d’une part, ce n’est qu’une forme d’injection de papier, et de l’autre, comme les taux d’intérêts sont historiquement bas, les revenus sur le capital le sont aussi. Les fonds de pension, les assurances et tous les organismes qui dépendent d’une saine rémunération du capital (à commencer par les prêteurs pour les investissements industriels, par exemple) ne prêtent plus, ne gagnent plus assez d’argent et cherchent eux aussi à diminuer leurs frais et leurs dépenses. On a du mal à voir cela comme un point positif.

D’autres indicateurs, directs ou indirects, ne laissent guère de doute sur le pourrissement général de la situation. L’un de ceux-ci, l’immobilier, confirme s’il était encore besoin que si les banques ont des oursins dans les poches, les particuliers aussi. On apprend ainsi que le Crédit Immobilier de France s’ébroue joyeusement dans la faillite. La nationalisation est évoquée mais on sait qu’elle est inévitable : Moody’s a dégradé la note de l’établissement de crédit, notamment en apprenant que La Poste, sollicitée par le gouvernement pour étudier un éventuel rachat, s’est clairement désengagée. Il n’y a pas d’autres repreneurs et la situation sur le marché en question est tendue : la chute des ventes de logements neufs se poursuit, et rien n’indique qu’elle soit stoppée. Manifestement, de plus en plus de coquets appartements en carton ne trouvent plus preneur. Les ménages français auraient-ils fini par comprendre que les prix, stratosphériques, n’avaient plus rien de réels ou, bien plus prosaïquement, l’argent finirait-il par manquer ?

La question mérite vraiment d’être posée parce que si c’est bien cette dernière hypothèse qui se vérifie, l’assèchement des moyens financiers des particuliers signe inéluctablement le tarissement des ventes et donc une baisse de la production du côté des entreprises (et pas seulement dans l’immobilier), et une tension au niveau de leur trésorerie. Tension déjà grande compte-tenu du matraquage fiscal que le pays endure depuis quelques temps. Et si les ménages ne dépensent plus parce qu’ils n’ont plus rien, si les entreprises ne vendent plus, l’État, lui, ne récolte plus d’impôts et de taxes.

C’est ballot, en cette période où, pourtant, le gouvernement continue à parier sur une croissance non nulle pour la prochaine année, amenant ses prévisions de déficit budgétaire dans le royaume chamarré des fantasmes collectivistes les plus torrides. On a d’ailleurs du mal à comprendre comment les journalistes français peuvent relayer sans pouffer les prévisions de déficit budgétaire de 3% pour 2013 ; manifestement, Moscovici vit dans un monde parallèle où la pire des menaces est constituée par l’absence de miel dans la réserve de Winnie ou la perte de coloration des poils de queue de son petit poney.

Les Français redécouvrent la gauche

Le pompon, bien sûr, reste que malgré ces nouvelles évidemment catastrophiques, et le fait que le marché de l’emploi s’effondre en dépassant allègrement les 3 millions de victimes, le gouvernement maintient vaille que vaille le cap débile de la redistribution prodigue d’argent gratuit qu’il n’a pas, misant tout sur une nouvelle relance comme un autiste qui répéterait sans fin les mêmes gestes, aboutissant toujours aux mêmes échecs, et incapable d’en tirer la moindre conséquence. La relance n’a jamais marché, ni sur les cinq dernières années de crise, ni même sur aucune des crises précédentes, ni en France, ni ailleurs dans le monde. Les pieux mensonges keynésiens continuent de faire d’immenses dégâts, relayés par une intelligentsia dont la principale (si ce n’est la seule) source de revenus réside précisément dans ces arrosages massifs de liquidité par l’endettement et l’inconséquence calculée d’une horde de bricoleurs économiques.

Et ce qui est vrai en France l’est plus largement du reste du monde. On pourra regarder, mélancoliquement, le graphique suivant qui concerne l’Espagne et qui montre de façon assez claire que les Espagnols eux-mêmes sont convaincus que la récession, voire la dépression, va continuer : ils retirent leurs fonds des banques à grande vitesse.

Sorties monétaires Espagne 2012, milliards d'€

Et on parle d’une Espagne qui a déjà un taux record de chômage et dont les dirigeants ont déjà commencé à prendre des mesures d’économie. En France, par contraste, rien de tout cela n’a encore débuté. Et quand on voit ce même taux de chômage dans toute l’Europe, on peut continuer à s’inquiéter.

chômage des jeunes en Europe sept 2012

Cent jours après l’accession au pouvoir du président le plus normal de l’Histoire française, le constat est déjà accablant : l’absence de programme crédible est maintenant visible même pour l’électorat traditionnellement acquis à la gauche qui s’en mâchouille discrètement les extrémités en rageant intérieurement. Le gouvernement ne sera même pas parvenu à la camoufler par une avalanche de promesse de redistributions farfelues, et la pluie serrée de taxes et d’impôts, l’augmentation insidieuse de la plupart des taux fiscaux décillent les quelques naïfs qui accordaient encore un peu de crédit à l’équipe en place. Et pour le moment, toujours pas la moindre piste d’économies sérieuses en vue.

Aucunes économies, taxes et impôts à gogo, désenchantement complet, incompétence des gouvernants… Ce pays est foutu.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires92

  1. Higgins

    Thibault Doidy de Kerguelen est un habitué de Contrepoints. Je ne me souviens pas d’y avoir vu cet article: http://www.ndf.fr/nouvelles-deurope/28-08-2012/la-france-nest-plus-un-pays-riche?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+ndf-fr+%28Nouvelles+de+France%29
    Extrait: « Le PIB par habitant (celui de la France) a dégringolé à la 11e place de l’Union européenne (26 090 €), en dessous du PIB moyen par habitant de la zone euro (27 060 €) ! Cela met notre pays aux alentours (tous les chiffres 2011 ne sont pas encore publiés) de la 21e place mondiale, soit trois places de perdues en un an ! »

    1. Il me semble l’y avoir lu pourtant.
      Peu importe : la nouvelle reste que la France continue à se paupériser.

      1. Higgins

        Je n’y est peut-être pas porté attention. J’en ai pris connaissance via le site « Enquête et Débat » (http://www.enquete-debat.fr/). Ce qui est vraiment curieux, c’est qu’aucun média officiel (les meilleurs du monde) n’a repris cette information qui émane pourtant de la Banque de France. Il me semble pourtant qu’elle peut intéresser tous les citoyens de ce pays.

        1. eheime

          C’est que le début. 35 ans d’idioties (à suivre) ça ne se paye pas cash. La maison fait d’abord crédit. C’est dans les années suivantes qu’on paie la note avec les intérêts. On commence à voir les effets poindre : les gens qui ont l’argent et le savoir se sauvent, les organes essentiels de l’Etat (Justice, Police, Enseignement, Santé) sont désorganisés (encore que pour les deux derniers ça pourrait se résoudre très rapidement en déléguant au privé), jeunesse peu instruite donc peu armée, dette monstrueuse dont on ne sent pas du tout les effets pour le moment, … mais ça va venir. Bref tout ce qui fait marcher un pays est fissuré. La cause de tout ça n’est pas la seule désorganisation. La rareffection du pétrole, le vieillessement, les changements technologiques accelérés, n’ont pas d’origine politique. Mais clairement, depuis 35 ans, on a des gouvernements qui cherchent à cacher les problemes plutot que de s’y préparer.

        2. Calvin

          @eheime : bon diagnostic.

          Je me permets un léger correctif :
          « Mais clairement, depuis 35 ans, on a des gouvernements qui cherchent à cacher les problèmes plutôt que d’accompagner les changements. »
          Pour moi, la technologie, même rapide, n’est pas un problème, mais une donnée à maîtriser ; idem pour l’énergie, la démographie, etc…

        3. Higgins

          On est en plein dans « Atlas Shrugged ». Lundi matin, c’est réel, une heure de retard à Marne la Vallée pour le TGV à destination de Lille. Motif: conducteur absent! S’est ajouté à cela une rupture de caténaire du côté d’Arras sur la voie TGV obligeant les trains en provenance du nord à utiliser les voies classiques.
          Toutes les personnes à qui j’ai fait découvrir ce livre ont été surpris de savoir qu’il avait été publié initialement en 1957 tant la situation décrite ressemble à celle de la France de 2012.

        4. Nemrod

          C’est vrai que quand tu lis le bouquin de Randt, tu as une boule à l’estomac…un peu comme le type qui lit la description des symptômes d’une maladie mortelle et qui les éprouve tous depuis 2 mois…brr !

  2. Pere Collateur

    Très joli et très complet inventaire à la Prévert.

    Comme prevu, coté cure d’amégrissement de l’état, rien à espérer.
    Seul les « marchés » obligeront ces médiocres à prendre les décisions qui s’imposent. Et le plus tôt sera le mieux.

    En attendant, je ne sais pas pour vous, mais moi je me marre pratiquement tous les jours grâce à ces pigoufs.

    Je ne me priverais pas de me délècter de leur chute 😉

      1. Pere Collateur

        Certes. Mais de toute facon la chute est irrémédiable.

        Alors autant y aller tout de suite, ca nous évitera une longue agonie.

    1. eheime

      J’aimerais bien me marrer également, mais le fait est qu’on va tous payer la facture. A moins d’être vraiment privilégié, il est illusoire de croire qu’on peut totalement y échapper. Meme les riches, s’ils pretent à taux négatif, c’est bien qu’ils redoute quelque chose pour leurs propres avoirs …

      1. Pandora

        Si les riches prêtent à taux négatif c’est parce qu’ils savent que nous allons vers une dépréciation des actifs, une dépression, quoi !

  3. Le Gnome

    C’est embêtant cette notion des 100 jours, syndrôme napoléonien s’il en est. Mais les 100 jours se sont terminés à Waterloo morne plaine.

    Sinon, un grand merci à Duflot pour avoir brillament soutenu le marché de l’immobilier en bloquant les loyers.

    Un non moins grand merci aux socialistes de tout poil pour avoir montré du doigt et anathémisé les producteurs de richesses de ce pays, oubliant au passage qu’il n’y a qu’eux qui investissent et embauchent.

    Merci aussi de prouver aux investisseurs étrangers que s’ils viennent en France, ils auront les pires difficultés à en ressortir et qu’il vaut mieux aller ailleurs.

    La seule chose qui va bien marcher est la vente d’antidépresseurs, ce n’est pas nouveau, mais les ventes vont s’envoler.

      1. Calvin

        Oui, les industriels pharmaceutiques américains, allemands, suisses, etc. vont connaître un redressement productif grâce à la France Normale…

        1. zecrocwhite

          Et bien je pense que ça devrait faire plaisir aux français de savoir qu’ils aident des industries étrangères à se développer…

  4. gnarf

    On voit bien en Allemagne comment les reformes Hartz ont casse le chomage des jeunes a partir de 2004-2005.

  5. zen aztec

    étonnant d’entendre ce matin sur RTL l’histoire de cet entrepreneur qui avait décidé de ne créer une nouvelle entreprise de 400 employés a Cluse(savoie?)qu’a condition que Sarko passe,comme c’est Grostoumou il la crée en Tchéquie pour éviter la faillite dans les 5ans

  6. infraniouzes

    Cuba…. Corée du Nord… France… Même combat !
    Du socialisme, encore du socialisme toujours du socialisme qui ne marche pas mais ça fait rien…. Comme Laurent Ruquier, l’idole de la gauche, on pourra dire qu’on aura tout essayer ! Surtout ce qui ne marche pas…

    Cuba… Corée du Nord… France… Même marche en avant dans le mur, même ruine économique… même destin….

    1. Viala

      La France n’est pas reluisante mais la mettre sur le même plan de « socialisme » que Cuba ou la Corée du Nord c’est quand même être largement toc toc ou alors avoir un très gros problème pour comparer différentes situations.

        1. Pascale

          Oui et comme la direction est la même, avec un degré qui n’était pas très important mais qui a tendance à se rapprocher de lui des modèles cubain et coréen, c’est plus lent mais ça se fait de manière inexorable.

          En France il n’y aura pas eu besoin d’une révolution à la 1917 ou à la cubaine pour atteindre la forme communiste. Il aura suffit à nos communistes collectivistes d’attendre sagement que la France et les Français s’y mettent tous seuls.

      1. Morsay

        t’inquiète ça arrive à grands pas.

        récemment :
        – propagande étatique « laïque » dans les écoles
        – exit tax
        – envoi de l’armée pour tuer des civils à Marseille
        – etc

        1. Waren

          Payons a déclaré: « Pour donner la liberté du choix, il faut être capable d’arracher l’élève à tous les déterminismes : familial, ethnique, social, intellectuel, pour après faire un choix ».

        2. Aloux

          « Déterminisme intellectuel », c’est pas ce qu’on appelle la raison ça ? En même temps raisonner, c’est discriminer, et ça c’est pas du tout bisou.

  7. Deres

    Le marché de l’immobilier ne tiendra pas longtemps faute de demande. Avec 3 millions de chômeurs, la hausse de l’épargne de précaution associé et la claque de prélèvements divers et variés en hausse de tous les côtés, la baisse des ventes actuelle de 20% me semble un minimum.

    1. eheime

      L’epargne est souvent convertie en immo. En tout cas en France. Jugé plus sûr que la bourse (pas forcément avec raison). Mais l’immo (jugé gentil) est assez favorisé fiscalement face aux méchants bousicoteurs. Comme en plus ces derniers ont dérouillés …

      1. Aristarque

        Quand on dit que l’immobilier est favorisé fiscalement, je ne suis pas certain qu’on prenne en compte les taxes qui composent l’essentiel « des frais de notaire »… ni les impôts locaux…

    2. Pascale

      Je trouve quand même que la baisse des prix de l’immobilier se fait attendre. Certes le nombre de ventes chute, et même dangereusement, mais les prix restent stables surtout à Paris.

      1. sam00

        Baisser son prix lorsque l’on est vendeur, c’est tout un cheminement … ça ne se fait pas sur un claquement de doigts.

        C’est un peu comme prendre la décision de vendre ses actions quand la hausse à été vertigineuse, et que l’on repousse d’un jour, puis encore d’un jour, en espérant être celui qui aura su vendre au dernier moment pour faire le plus de gain possible.

        Et puis, quand la difficulté se fait sentir, que l’on est forcé de vendre parce que l’on a besoin de l’argent très vite, alors on baisse le prix. Le signal est alors donné, et l’effet boule de neige de la baisse s’enclenche. Et la chute est d’autant plus brutale que la hausse à été forte et rapide.

        Et puis, allez voir les agents immobiliers! Tous hurlent de ne surtout pas baisser les prix, que l’immo c’est l’avenir, que ça ne peut que monter (manque de logements, etc), … et surtout que ça les arrange que vous vendiez cher, surtout vu la baisse du volume d’affaire en ce moment (mais ça il ne le disent pas).

        De fait, l’immobilier ne peut que baisser, si on le compare aux capacités d’emprunt des ménages en ce moment … sans compter l’impact qu’aurait une hausse des taux … là ce serait l’explosion nucléaire car l’effet d’éviction lors d’une hausse des taux est clairement dévastateur (excel suffit pour faire un simulation de cela et se rendre compte de l’effet exponentiel que cela peut avoir)

        1. sam00

          Petit supplément pour ceux qui ont oublié:

          Dans les années 80 en Fraônce, les taux des emprunts à taux fixe étaient à 18% sur 15ans; et la crise était bien plus petite que celle d’aujourd’hui.

          Un taux à deux chiffre est donc parfaitement imaginable dans les temps à venir, et l’impact sur la capacité d’emprunt est dévastateur … et les prix suivent.

        2. Théo31

          les banques pratiquent depuis peu les taux variables sur les prêts, anticipant ainsi une hausse inévitable des prix pour ne pas être perdantes dans l’histoire.

      2. Théo31

        Pascale, vous êtes très méchante avec tous ces gentils fonctionnaires (c’est bien connu, les banques ne prêtent qu’aux riches) qui ne pensent qu’à l’intérêt général et qui se sont endettés jusqu’au cou avec votre épargne pour acheter un bien immobilier et qui attendent patiemment que les prix montent pour le revendre et faire une jolie plus-value.

      3. Aristarque

        C’est bien la preuve que les prix sont à la veille de baisser, même à Paris.
        Quand les acheteurs se retirent d’un marché, la perception de ce fait par les vendeurs n’est pas immédiate puisqu’il faut qu’ils constatent que les visites d’amateurs s’estompent, se raréfient voire disparaissent totalement.
        Le phénomène corollaire est que le nombre des transactions chute.
        C’est peut-être ce qui motive la Mairie de Paris à annoncer urbi et orbi qu’elle va modérer ses appétits de travaux en 2013…

  8. Deres

    En fait, les 100 jours ont été principalement remplis avec les choses vraiment urgentes pour ceux qui viennent de reprendre le pouvoir après si longtemps. Chasse aux sorcières, recherche d’un point de chute pour tous ses obligés et extension de son réseau à l’aide de ses nouvelles fonctions. Et ce n’est même pas fini car Ségolène n’est pas encore installé au chaud. La raison de vouloir limiter le cumul des mandats n’est pas tant éthique que pour permettre de libérer plein de postes pour divers clients.

    Les clients de l’éducation nationale ayant été largement servi par ailleurs, au moins en annonce, le gouvernement a largement agit sur ses principaux objectifs. La désapprobation des français vient juste qu’il se découvre cocus. La vaste majorité des français n’est pas dans les petits papiers des politiques socialistes et ne fait donc pas parti du premier service bien au contraire. le gouvernement se doit de redistribuer prioritairement à ses obligés quel qu’en soit le prix pour le pays. C’est cela la politique. cela n’a pas changé depuis l’empire romain …

    1. eheime

      « En fait, les 100 jours ont été principalement remplis avec les choses vraiment urgentes pour ceux qui viennent de reprendre le pouvoir après si longtemps. Chasse aux sorcières, recherche d’un point de chute pour tous ses obligés et extension de son réseau à l’aide de ses nouvelles fonctions.  »

      > c’est exactement ça.

      1. Aristarque

        Vous oubliez les congés d’été qu’ils n’allaient tout de même pas zapper en dépit de leur bassinage de nos oreilles quelques semaines auparavant avec l’urgence de la mise au travail pour mettre un terme à la catastrophe sarkozienne.

        Si une guerre devait débuter brutalement comme en août 1914, je ne suis pas certain qu’il y aurait beaucoup de monde sur le pont de l’Etat

  9. Deres

    Le vrai problème de la relance keynésienne c’est l’interprétation qu’en font les politiques. La relance keynésienne est censé être contra-cyclique pour amortir les crises et être associé à des amortisseurs lors des bonnes périodes pour y empêcher l’apparition de bulles. Mais comme depuis le choc pétrolier, nos dirigeants considèrent en permanence que la croissance n’est pas assez forte, nous sommes en relance keynésienne donc en déficit depuis 79 sous VGE. Cela ne choque plus personne. Cela a pour effet pervers d’amplifier au passage les bulles donc les crises qui les suivent. La déflation actuelle n’est que le remboursement de ces excès d’investissement pour nos parents …

    1. eheime

      « La relance keynésienne est censée être contra-cyclique pour amortir les crises et être associée à des amortisseurs lors des bonnes périodes pour y empêcher l’apparition de bulles. »

      > parfaitement.
      Entre les anti-keynesianistes de principe et les socialos qui ne comprennent rien, ce rappel n’est pas inutile.

  10. Théo31

    Crédit crunch, effet de ciseaux sur les recettes fiscales, on se demande ce que Flamby Couilletresmolle va faire : augmenter les impôts bien sûr. Parce 75 % sur le planfond, ce ne sera pas assez pour faire cracher les riches. Aux USA, le taux était de 91 % pendant le New Deal et cette tranche n’avait qu’un seul contribuable : Rockfeller. Une mesure qui aura donc l’effet inverse à celui recherché.

    Les socialistes ne changeront pas leur fusil d’épaule, même contraints par les marchés parce qu’ils sont obsédés par le pouvoir et tout ce qui va avec, l’argent gratuit des autres en premier. Ils mèneront, tel Gorbatchev, le pays dans le mur. Après eux, le déluge.

    La descente dans le caniveau, c’est maintenant.

    1. eheime

      Les socialistes Portuguais Grecs et autres sont ceux qui ont mis en oeivre les premières mesures impopulaires de bon sens. Je ne vois pas pourquoi les français echapperait à la règle

      1. eheime

        C’est juste qu’il faudra aller « au bout ». Impossible de faire face dans le bon ordre. Plutot tout casser avant et reagir dans la débandade. La France.

        1. Théo31

          En 1983, la Miterrandie s’est pris le mur dans la gueule. Ca n’a pas empêché le plus jeune premier ministre de la V° République de pondre l’impôt sur les grandes fortunes ni de mettre en oeuvre des réformes pour assouplir le marché du travail. Ils ont certes un peu arrêté les conneries, ils n’ont pourtant pas changé de cap, amenant la chiraquie à Matignon en mars 1986.

  11. YP

    L’image « les français redécouvrent la gauche »… Wow ! Tellement réaliste, si l’on considère que c’est le serveur qui a consciencieusement dévoré le plat avant de le servir…

    Ce peuple mérite mille fois ce qui est entrain de lui arriver !

    1. Calvin

      « c’est le serveur qui a consciencieusement dévoré le plat avant de le servir » : ainsi que les cuisiniers (les fonctionnaires), le majordome (les agences de comm), etc…

  12. Marc Aurèle

    Il n’est pas dans les comportements des parasites de se détacher du corps de l’hote tant que celui-ci offre encore du suc à aspirer. Je pense au contraire que les pignoufs qui nous gouvernent ont encore de beaux et nombreux jours devant eux. Le système que nous les avons laissé mettre en place (je te soutiens, tu me soutiens, il nous soutiens, nous nous soutenons etc.) pendant les 50 dernière années est tel, que je vois mal comment procéder à une simple ablation.

    Quand on voit par quoi il a fallu passer en 1789 pour virer du pouvoir, la royauté, la noblesse et l’église, la chute sera vraisemblablement brutale. La question est: combien de temps avant le crash et où partir?

      1. Théo31

        Pourtant le léninisme n’a mis que trois ans (1918-1921) pour prouver son inefficacité. M’est avis que le flambisme ne mettra pas autant de temps, largement précédé par une jolie palette de socialismes, officiels ou honteux. En revanche, l’agonie sera longue : il n’est pas donné à tout le monde d’avoir une des gauches les plus débiles de l’univers.

        1. Pascale

          Oui, mais le castrisme et les Jong Li sont toujours bel et bien là … M’est avis que la France se dirige inexorablement vers ce genre de société, mais sur le mode de l’histoire de la grenouille et l’eau chaude.

          Chaque gouvernement, qu’il soit de droite ou de gauche restreint nos libertés et celles des entrepreneurs créateurs de richesses et se goinfre dans des parts de plus en plus importantes avec les richesses créées par ceux qui bossent. Tous ceux qui sont élus sont moulés dans le même moule et sont quasiment interchangeables, comme si, finalement, c’était toujours le même homme ou la même équipe au pouvoir. Comme Castro ou les Jong Li …

  13. daredevil2007

    Retour en fanfare, Hash 😉

    Petite correction : le verbe « empirer » n’est pas pronominal
    « la situation de l’emploi, déjà critique, va en s’empirant=la situation de l’emploi, déjà critique, va en empirant »

  14. Jesrad

    « shootés à doses massives de pouvoiroïne »
    Aux effets constructivistes décapants, du niveau de la mescaline ou du LSD… Au point de causer des crises de moralaïque, semble-t-il.

    « Mais soyons optimistes puisque pour les jeunes, un secteur d’avenir se dégage clairement, et semble être celui de la drogue »
    Et de la prostitution, n’s’pas.

    « Tout juste ont-ils laisser Hollande ânonner »
    Laissé ?

  15. Toni

    h16 avant de vous lire bonjour,
    j’attire votre attention sur l’entrepreneur Yves Bontaz qui prévoit de délocaliser son usine au Maroc. J’attire également votre attention sur les commentaires venimeux de certains internautes, pas ici mais sur les autres sites …

    le verdict de la cours est que sans être entrepreneur, j’ai absolument aucune envie de cohabiter avec les 66% de co*nards de gauche dont est composée la France.

    Certains attendent la guerre on dirait …

  16. NeverMore

    Vous êtes très injuste.

    Ce gouvernement, sans doute dans une perspective d’économie, nous sert abondance de concepts, d’idées, de discours certes usagés, mais entièrement recyclés.

    Plus encore, afin certainement d’alléger l’empreinte carbone due notamment aux transports on nous sert tout cela sous forme allégée, quasiment complètement creuse.

    1. Calvin

      Le problème, c’est qu’on repaye le réchauffement des idées recyclées donc déjà payées. Et pas au prix du réchauffement, nonon, tout le processus de fabrication et de publicité.
      Quelle arnaque.

      Tiens, c’est un peu comme si, après avoir gagné un salaire et payé des impôts dessus, l’argent non dépensé pour vivre et qui est ré-investi dans l’économie était à nouveau taxé ! Ça serait inique, non ?

  17. eheime

    On savait que ça allait être le boxon. C’est le boxon. Au moins, de mon point de vue, et contrairement au prédesseur, je n’ai pas été trompé. Maigre consolation certes. Rendons justice toutefois à Normal-Pt. Le chomage, la dette, la pagaille dans les cités, Sarko avait promis de s’y attaquer, et il a plutôt empiré la situation que ne serait-ce qu’attaqué le problème. Au moins Normal-Pt nous lache la grappe avec la « sécurité » routière et ça me destresse la matin quand je me leve … Parce que l’autre, je crois que je l’aurais bouffé tout cru à ce sujet.

    1. Pascale

      Moi aussi. Mais je vous ferais remarquer que Normal (-Pt ?) ne détricote rien sur le dispositif répressif de Sarko quant à la sécurité routière. Vous pensez bien que s’il s’agit de rendre un peu de liberté aux citoyens, là-dessus ils sont parfaitement d’accord : c’est non.

    2. YP

      Qu’est ce qui a changé en matière de répression routière ? Absolument rien ! Et c’est bien la raison pour laquelle je n’ai pas pris de risques avec mon permis et que je suis parti en vacances en Allemagne pour limiter le risque.

      Cela dit, vous avez raison sur un point : on se doutait qu’on aurait mal au cul (et ce n’est pas fini.) De ce côté là, pas de surprise…

      1. hussardbleu

        La répression routière : je me suis pris l’autre jour à me surveiller au km près, bien que muni d’un Coyote qui m’évite essentiellement de me faire entuber pour 51 au lieu de 50 km/h….

        Et je me suis dit que finalement, nous nous trouvons peu à peu conditionnés à respecter ces oukases routières, de façon à, dans des domaines tout différents, nous habituer à nous plier identiquement à des rescrits renforcés par une police omniprésente, sauf dans les « zones de non-droit » précisément.

        C’est un « dressage » plutôt inquiétant : je dresse mes chiens de chasse avec des récompenses plutôt que des punitions, et surtout, je ne médite jamais de leur voler leurs croquettes…

        1. YP

          Ce qui est fou, c’est qu’en Allemagne, j’ai vu un seul et unique contrôle de vitesse en trois semaines et je n’ai pas apperçu un seul dos d’âne.

          Au retour, un contrôle quelques kilomètres après la frontière m’a rappelé que nous étions bien de retour à répression-land (ou a « je suis le maire et je vous emmerde »-land.)

          Quand aux vacances en Forêt Noire : très bien, je recommande : Hotellerie et restauration d’excellent niveau, personnel très axé sur le service aux clients, rapport qualité-prix meilleur qu’en Alsace (et je passe dans les 150 nuits par an dans des hotels…)

    3. Aristarque

      Je ne sais pas où vous avez vu qu’on nous lâcherait avec la Sécurité Routière.
      Pas en IDF, en tous cas.
      Depuis cette semaine, mon Wikango tinte à rythme soutenu et les radars de feu rouge poussent au rythme des champignons après l’averse

    1. La bonne blague. Comme si Hollande n’était président que les jours ouvrés. Mais, sérieusement, de qui se moque-t-on ?

  18. gnarf

    Un truc epatant, c’est a quel point les conservateurs et les socialistes sont d’accord sur les questions economiques.

    Le parti conservateur Polonais (les fameux jumeaux, enfin le survivant le pauvre) vient de presenter ses propositions… alors rabaisser l’age de la retraite qui vient d’etre monte, plus d’impots en forcant les auto-entrepreneurs a payer la TVA, supprimer la part de retraite par capitalisation pour tout mettre dans le systeme par repartition, construire des quotas de logements sociaux.

    Ce serait marrant d’informer les socialistes Francais que leur programme economique est le meme que celui des conservateurs Polonais qu’ils ne peuvent pas voir en peinture. Rien que pour voir leur tete.

    1. Calvin

      « Ce serait marrant d’informer les socialistes Français… »

      Pour cela, il faudrait une presse digne de ce nom…

    2. Aristarque

      Il y aurait des socialistes qui seraient pour un retardement de l’âge de retraite, la baisse des impôts ?????????????????

      Pas de ça chez nous, qui sommes le phare de l’Huamnité.

  19. Calvin

    Au fait, la déflation du bonheur socialiste, c’est l’inverse d’une inflation « à la Rachida Dati » ?

  20. Visiteuse

    Allez, comme je suis une bonne personne, un petit
    Pater Noster pour nos cocosos toujours convaincus :

    Enarques arnaquent

    Notre Président, qui es si creux
    Que ton nom soit normalisé,
    Que ta revanche s’accomplisse,
    Que ton ambigüité s’élargisse
    Sur la Gaule comme au Parti.
    N’éclaircis jamais ta position et
    Donne-nous aujourd’hui notre synthèse quotidienne,
    Pardonne-nous nos déviances,
    Comme nous pardonnons aussi aux anormaux qui nous ont offensés,
    Et ne nous soumets pas à la tentation anti sociale,
    Mais délivre-nous du mal financier.
    Amen …

    1. Calvin

      Joli !!

      Excepté le passage très très équivoque :
      « Que ton ambigüité s’élargisse
      Sur la Gaule comme au Parti. »
      Là, il y a ambigüité sur l’élargissement de la Gaule de ses parties…

  21. Marc Aurèle

    Vue de l’étranger, par exemple des US, la droite de notre pays est à gauche des démocrates d’Obama. Ben oui. Je suis toujours mystifié par cette perception française qui nous laisse accroire que notre droite et notre gauche sont différentes. Ne vous en déplaise, elles ne le sont que sur des degrés minimes de l’échelle socio-démocrate (le mot poli pour ne pas dire socialisme).

    Aux US, quand on est de (la vraie) droite on regarde Fox News et on écoute El Rushbo – Rush Limbaugh (l’ange de la mort pour les démocrates américains) et quand on est de gauche on regarde CNN, MSNBC et tout le reste.

    Remarquez d’ailleurs en France la haine que nombreux vouent à Fox News et qui ne l’ont pourtant jamais regardée (et ben, c’est que c’est en Anglais, quand-même), mais qui ont un avis définitivement négatif à son sujet (comme on le leur a seriné).

    – Sur FOX: critique explicite du gouvernement et de ses acteurs (parfois jusqu’à la caricature), mais bon, c’est franchement marrant de voir tous ces caciques, qui seraient absolument intouchables dans des pays comme le notre, devoir, là, rendre des comptes.
    – Rush Limbaugh, le plus detesté par les démocrates des chroniqueurs radio, parachève l’œuvre de Fox News. A longueur de son émission quotidienne il expose toutes les turpitudes de la gauche américaine, et il y en a. Son émission, parfois très ciblée lui a valu bien des critiques de la gauche, jusqu’en France ou les mêmes idiots utiles le haïssent sans même comprendre ce qu’il dit. En tout cas, bien marrant et surtout rafraichissant.
    – CNN, MSNBC et consorts, là on se croirait dans les média français: misère dans le monde, pauvreté aux USA, écologie, réchauffement, fin du monde, culpabilité systématisée, altruisme lénifiant, œuvres sociales, vie des syndicats et bien sûr, critique des conservateurs, des méchants riches et de tous ceux qui entreprennent etc… Bonjour tristesse.

    Si jamais dans une soirée en ville, vous étiez pris à partie par un petit commissaire du peuple pour avoir osé avouer regarder Fox News, surtout ne pas s’excuser, mais demander plutot un exemple précis de ce qui a déplu à votre interlocuteur. Vous ne serez pas déçu, car il ne trouvera … rien, aucun argument. J’ai essayé, ça marche très bien! N’attendez pas après cela vous en faire un ami, cependant.

    1. Stéphane

      Ah, Fox News, un vrai détecteur à abruti, qu’elle vive longtemps!

      Le pire? J’ai un frère qui vit aux USA et quand je lui parle de Fox News et de ce dont on en dit ici, ça le fait bondir. Pour lui, Fox News n’est absolument pas « républicaine ». Elle est 50/50 (en tous cas elle essaye) en invitant et en contrôlant le temps de parole équitablement. Leur devise c’est « Fair and Balanced », pas « Go Republicans!! ».

      Mais en réalité, être à 50% républicain (avec des émissions qui tirent visiblement leur épingle du jeu) est un crimepensée inacceptable pour nos biberonnés socio-démocrates européens.

      1. Oui bon c’est vrai Fox n’est pas tout pourri. Mais le traitement général de la campagne de Ron Paul (par tous les médias, Fox compris) a tout de même beaucoup laissé à désirer.

      2. Marc Aurèle

        @Stéphane
        Oui, en France Fox et Limbaugh offriraient une véritable alternative à la pensée unique débitée au kilomètre dans & par nos média. Impensable et dangereux. Du jour au lendemain, plus personne n’écouterait Radio Moscou.

  22. NeverMore

    La rentrée s’effectue, les problèmes demeurent (c’est la faute à Chatel, forcément, et 100 jours c’est trop court quand tout le monde est en vacances).

    Mais, l’ambiance, le ton a changé, les enseignants ne sont plus montées du doigt, abaissés, ils sont respectés.
    Donc, on ne va pas attaquer le gouvernement (pas tout de suite), on va pouvoir s’occuper des enfants.

    Pauvres enfants, protégez les !

  23. Alex6

    Un bon indicateur, l’activite des geometres. Apres un bon debut 2012 grace aux changements fiscaux du sieur Hollande, leur activite est en train de se contracter bien comme il faut avec une chute de l’activite ressemblant fortement a la periode pre-2008 (je n’ai pas de lien, ce sont des sources « internes » donc ca vaut ce que ca vaut bien sur)
    L’amorce de la chute de l’immobilier viendra des communes qui vont devoir tot ou tard relacher la pression qu’elles maintiennent sur les terrains soit-disant non-constructibles. Le degre d’optimisme est tellement eleve sur l’immobilier que ca ne peut que se casser la gueule.
    Il va y avoir du sang sur les murs, ca ne me fera pas pleurer tant beaucoup de « proprietaires » sont d’une arrogance rare et surtout incapables de calculer un rendement sur investissement correct.

Les commentaires sont fermés.