Duflot rate sa loi sur le logement. Same player shoot again.

Les problèmes des volailles sans tête, c’est qu’elles courent stupidement en cochonnant tout sur leur passage. Cela fait des années que la basse-cour gouvernementale française n’a plus trouvé de tête pensante et que les animaux y trottent sans but, en faisant des dégâts de plus en plus importants. Cette semaine, Cécile Duflot rate sa loi sur le logement et se prend un mur à pleine vitesse.

Rassurez-vous : l’animal n’a pas vraiment eu mal et compte récidiver. Comme d’habitude en France, tout s’est passé très vite et personne n’en tirera la moindre conclusion pourtant évidente sur le niveau moyen de nos « élites ». Pour rappel, le trajet suivi est parfaitement standard :

parcours institutionnel en République du Bisounoursland

Comme vous pouvez le constater sur le petit graphique précédent, nous en sommes à l’étape « parcours institutionnel chaotique » et compte-tenu du retoquage médiatique de sa loi par le Conseil Constitutionnel, la petite Cécile retourne donc directement à la case précédente. Notez qu’elle passe quand même par la case « Touchez 20.000 euros ». C’est vous qui régalez.

Et concernant sa loi, tout part donc d’une idée idiote : pour combler le manque cruel de logement en France, le gouvernement doit intervenir et prolonger le dispositif Scellier dont les bénéfices furent nombreux. Oui, je sais, dit comme ça, on ne voit pas pourquoi ce serait une idée idiote, mais en reprenant chacun de ses termes, on découvre que dans le joli cercueil nacré se cache un cadavre en décomposition déjà fort avancée.

Tout d’abord, il n’y a pas de manque cruel de logements en France. Il y a un manque cruel de logements en France à un prix abordable dans les zones où on trouve du travail, ce qui est très différent puisqu’alors, on comprend que le problème est à facettes multiples. Comme le marché de l’emploi national est complètement verrouillé par une montagne de lois (le code du travail est pour le moins joufflu), l’obtention d’un job suffisamment sûr devient de plus en plus difficile. Par voie de conséquence, obtenir un logement — dont le paiement (loyer ou mensualité) dépend de la sécurisation de cet emploi — devient d’autant plus difficile. S’y ajoute un marché de l’immobilier particulièrement verrouillé par une autre montagne de lois (le code de l’immobilier, de la construction, et le code bancaire concernant les prêts ne sont pas maigres non plus). Si vous voyez un motif qui se répète dans tout ça, c’est normal.

À tout ceci s’ajoute ensuite l’interventionnisme de l’état, qui d’une part agit directement dans le secteur immobilier par le truchement des HLM et logements sociaux, et d’autre part entend diriger les propriétaires et leur impose donc une nouvelle montagne de lois spécifiques. Par dessus le marché, après avoir distordu le marché de l’emploi, déformé le marché de l’immobilier, altéré le marché du crédit, corrompu la notion de propriété privée, l’Etat y est allé d’une bonne dose de création monétaire couplée à l’inflation d’une bulle par le moyen de crédits artificiellement bas.

Et ceci n’est que le début de l’idée idiote, puisque celle de Duflot consiste non pas à tenter de calmer le jeu en redonnant aux différents acteurs en place un peu de latitude, mais à en remettre une couche : le dispositif Scellier, directement responsable d’une bulle immobilière phénoménale en France, arrive à sa fin. Il était urgent d’agir devant les menaces d’une explosion immobilière qui aurait ramenés les prix du m² à des tarifs raisonnables : reflatons comme des malades, pardi !

À la suite de ces constatations, n’ayant aucune compréhension des mécanismes économiques de base et, de toute façon, un temps limité pour courir dans la basse-cour avant épuisement, notre socialiste à vernis chlorophyllien propose donc rapidement d’en venir aux lois, quitte à instaurer, dans la plus parfaite décontraction d’une hypocrite incohérente, une bonne petite niche fiscale des familles (alors que son parti est, officiellement, en lutte contre ce genre de pratiques – comprenne qui pourra).

Bien évidemment, tout ceci est enrobé d’objectifs ahurissants : 500.000 nouveaux logements par an pour Ayrault, ce qui résorberait la totalité de la demande en 4 ans, ou seulement 40.000 pour Duflot (ce qui fait tout de même un bon tiers de plus que ce que le Scellier est capable de produire), peu importe, on va construire comme jamais et le tout, alors que dans le même temps, la même ministre annonce aussi durcir la taxe sur les logements vacants avec extension éventuelle aux bureaux. Miam ! C’est d’autant plus savoureux que les professionnels du secteurs en tombent de leur chaise : Dhinin, PDG de Nexity ou Nafilyan de Kaufman & Broad (pour ne citer qu’eux) admettent, compte tenu des pratiques immobilières en France, qu’il n’existe annuellement et au mieux que 8 à 10.000 logements neufs disponibles à la vente dans les programmes livrés (les « queues de programme »). Multiplier la production par quatre promet donc un boom immobilier sans précédent. Tiens, pour rire, un graphique :

dufloludo : trouve les similitudes et écris une belle loi

On le comprend : l’idée de base étant parfaitement idiote et carrément dangereuse, il fallait faire vite. C’est donc probablement sous l’emprise de l’alcool, de cannabis ou d’un mélange médicamenteux audacieux que Duflot et son équipe auront pondu une belle proposition de loi … qui se sera faite plier au Conseil Constitutionnel. Et pas seulement sur un petit souci de parcours, mais bien sur le fait que la procédure même a été copieusement piétinée dans une précipitation brouillonne illustrant parfaitement les méthodes désinvoltes du gouvernement actuel.

Du reste, on notera le contraste entre l’aplomb phénoménal de Duflot au moment de lancer sa boulette et sa position après la bonne giroflée à cinq branches du Conseil dans sa boîte à sucette. Seule une cuistre insouciante peut ainsi parvenir à croire à ses propres balivernes alors que tout sent l’amateurisme consommé.

ayrault : j'ai merduJe passe rapidement sur le cafouillage lamentable du Premier Minustre qui continue sur sa lancée depuis le mois de mai. Jusqu’à présent, même son rôle de fusible républicain tient de l’emploi fictif tant l’inutilité du personnage cumulée à la fumisterie rhétorique dans lequel il semble s’installer avec une aisance confondante transforment chacune de ses interventions en déroute mémorable et décontractée. Ce qui est plus amusant, c’est que le gouvernement avait en réalité prévu l’explosion en vol de Duflot et son appareillage juridique rigolo et déjà préparé un nouveau texte qui sera présenté le 14 novembre en Conseil des ministres et le 20 novembre à l’Assemblée nationale.

Vous voyez : l’obstination finit par payer. Bien que tout indique que l’immobilier va décrocher sévèrement, Duflot aura sa jolie petite loi-catastrophe.

J'accepte les Bitcoins !

1K7Um2yhjZNEd5HiPvogwhptbf86472KXv

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires76

  1. Flo

    Bel effort (colossal en fait et ça se voit) pour tenter de s’exprimer avec calme mais bien qu’elle soit ministre on a toujours l’impression de voir et d’entendre une lycéenne interviewée dans la rue lors des manifs citoyennes organisées pour la défense de ceci ou contre la réforme de cela.
    Il y a encore du boulot à faire en com. Mais que font les coachs?
    Ou alors c’est le cas qui est désespéré?

  2. Josselin

    « Seule une cuistre insouciante peut ainsi parvenir à croire à ses propres balivernes alors que tout l’amateurisme consommé . »

    J’ai l’impression que vous avez mangé la fin de la phrase, peut-être par auto-censure ?

  3. kelevra

    http://www.20minutes.fr/article/1029790/coree-nord-responsable-militaire-execute-mortier-apres-avoir-fait-fete-durant-deuil-kim-jong-il

    la mise à mort a été particulièrement sordide: l’homme a été placé seul dans un lieu défriché avant qu’un obus de mortier ne vienne littéralement l’«effacer». Les ordres de cette condamnation à mort sont venus directement du nouveau leader nord-coréen, Kim Jong-un qui ne voulait «plus aucune trace de lui».

    ca fait rever!!!!

  4. Deres

    Dire que je trouvais que Boutin était nulle en ministre du logement … on n’avait rien vu. Noté qu’au final, Sarko avait jeté Boutin aux oubliettes. Vu le courage politique de Hollande et de Ayrault, il n’y a aucune chance qu’ils fassent de même avec Duflot …

  5. Pere Collateur

    En 2009, l’immobilier avait commencé la même trajectoire qu’actuellement.

    Le gouvernement avait réussi à regonfler la bulle à coup de milliards.

    Ces nouveaux dispositifs, dont les buts non avoués sont les mêmes, sont tout de même nettement moins utilisables que les précédents, car farcis de pas mal de contraintes. Sans compter que pour reflater à coup de milliards avec la situation des comptes actuels, je vois pas trop comment ca serait possible…

    J’espère vraiment que ca sera le cas et que les prix de l’immobilier iront vers un bon crash qui le rendra accessible à tous. Comme c’était le cas encore il y a 12 ans.

  6. free jazz

    A verser au lourd dossier de la grenouille Duflot: Cahuzac lui a remonté les bretelles parce qu’elle était incapable de boucler son budget. Du coup elle est allée chouiner dans la presse en criant au sexisme.
    « Les belliqueux
    Dans six cas avérés en revanche, les discussions ont bloqué. Avec Aurélie Filippetti (Culture), Cécile Duflot (Logement), Vincent Peillon (Education nationale), Michel Sapin (Travail), Delphine Batho (Ecologie), Najat Vallaud-Belkacem (Droit des femmes et porte-parolat). L’arbitrage est remonté à Matignon. Voire à François Hollande en personne, même si l’Elysée et Bercy s’en défendent. Avec Aurélie Filippetti et Cécile Duflot, l’exercice s’est révélé explosif. Aujourd’hui encore, l’incompréhension reste totale. « Aurélie Filippetti s’était fait conseiller par Jack Lang de dire non à Bercy et non à Matignon pour obtenir l’arbitrage de l’Elysée », rapporte Jérôme Cahuzac. Quant à « Cécile Duflot, elle m’a suggéré d’augmenter un impôt pour financer son budget et a refusé d’entrer dans la discussion. Elle est très forte pour parler de manière générale, en apnée ». Une lecture totalement démentie par les intéressées. « J’ai débattu point par point, mes e-mails en témoignent. Mais la réalité, c’est qu’il trouvait fatigant d’avoir à s’abaisser à passer du temps avec une souillon comme moi », ironise la ministre du Logement. »

    http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/enquete/0202279263960-ministres-au-bord-de-la-crise-budgetaire-364792.php

    1. Deres

      Ce sont de pures politique sans aucune notion de travail, de respect de la hiérarchie et de l’application des ordres. Donc devant un effort demandé, leur réaction est de palabrer pour ne pas le faire plutôt que de réfléchir à son exécution. Le problème est que cela se passe souvent comme cela à tous les niveaux de l’administration. C’est pour cela qu’au final, les plans d’économie n’atteignent que rarement leurs objectifs sauf dans la Défense, car habitué à l’exécution des ordres sans sémantique, contournement linguistique et excuses bidons.
      Si cela conteste déjà au niveau des ministres avant 2013, je vous laisse imaginer comment cela va se passer l’année prochaine …

    2. Caterina

      A chaque fois c est pareil: l idée est pourrie économiquement et lorsqu il y a ( rarement vu la clique decisionnaire) recadrage justifie, les Pleureuses sont de sortie: c est la faute au vilain machisme, à l homophobie ou au racisme, au choix.
      C est un peu trop facile. Mais visiblement, plus c est gros plus ça passe

      1. Laglute

        Lorsque l’on ne peut faire reposer la discussion sur un solide argumentaire, il suffit de basculer dans le registre émotionnel et le tour est joué, car l’émotion ne se justifie pas.

        Typique de la gauche, ça…

        Je connais le topo avec mes syndicalos-gauchos du boulot, lorsque j’argumente avec raison, ils basculent sur un autre sujet, et, au bout du dixième, finissent bien par avoir raison. Manque le bol, il ont quand même eu tord sur les 9 premiers, pas brillantes comme stats, ça…

  7. raimverd

    « mais à en remettre une couche : le dispositif Scellier, directement responsable d’une bulle immobilière phénoménale en France, arrive à sa fin. Il était urgent d’agir devant les menaces d’une explosion immobilière qui aurait ramenés les prix du m² à des tarifs raisonnables : reflatons comme des malades, pardi ! »

    Problème pour plein de gens qui ont acheté avec des crédits pas chers durant la montée de la bulle : ils se retrouvent « sous l’eau ». Davantage de crédit à rembourser que ne vaut leur logement sur le marché. La même chose qu’en Espagne et que les subprimes US. Plus tous ceux de la classe moyenne qui vont voir baisser la valeur de leur patrimoine. Effet garanti!

    Et les banques – trop grosses pour faire faillite – qui se retrouvent avec des créances douteuses. Une « Grèce » à domicile!

    C’est un des charmes des systèmes monétaires à réserves fractionnaires avec banque centrale et risque moral. Ils sont là pour durer (de bulles en bulles.)

    1. Deres

      Oui, ce phénomène bloque partiellement le marché en cas de baisse. Il devient impossible de revendre son bien car cela ne permet pas de solder son crédit (surtout quand on a en plus 3% de frais de remboursement anticipé). De plus, la location ne couvrent alors généralement pas le remboursement non plus. la seule solution est alors de louer son bien et de prendre soi-même une location moins cher et de se servir du différentiel pour continuer à rembourser son prêt … Que du bonheur …

      1. Yrreiht

        Mais comment peut-on se f… dans des situations pareilles ? Personne ne réfléchit avant d’emprunter l’équivalent de 30 ans d’économies pour avoir le droit de payer des impôts fonciers ?

        1. PAF

          pour beaucoup, l’immobilier est l’apha et l’omega de l’investissement sur a long terme.Ils ecoutent leurs parents qui, francais, n’ont pas la moindre idee de comment on adapte les fondamentaux a une conjoncture.

        2. Caterina

          C est parce que grâce à une édulcoration nationale que le monde nous envie, les français sont des quiches en économie. Il n y a qu à voir le nombre de personnes qui croient qu emprunter 100 000€ à 4% sur 25 ans coûtent 104 000€

  8. Elphyr

    J’ai du mal à comprendre l’intérêt des bulles (en général).
    On sait pertinemment qu’elles ne durent pas longtemps et qu’elles explosent. Même avec toute la bonne volonté du monde et les meilleures intentions, créer des bulles relève du criminel !
    C’est comme troquer cinq années de bonheur contre quinze de malheur ! En priant que l’économie aille mieux lors de l’explosion pour tenir le choc…

    Ca me rappelle un épisode assez awesome de South Park (Margaritaville), où d’un côté avec la crise les habitants refusent de froisser leur nouveau Dieu qu’est l’Economie (en mettant leur argent en veille et en ne dépensant que le minimum) et de l’autre l’absurdité du gouvernement qui édite des lois avec un système fort aléatoire (pensez aux poulets sans têtes du billet d’H16 !).
    Tout ca pour dire que, que ce soit les gouvernement ou les personnes lambda, les gens ont peur de ce qu’ils ne comprennent pas, et fatalement il en résulte des mesures idiotes (comme ce que fait Duflan) ou des réactions incohérentes (montée de Le Pen et Méluche aux élections).

    1. eheime

      Les bulles font parties de l’économie. Il y en a toujours eu, il y en aura toujours. Les bulles (et les crises) apparaissent quand il y a une exagération (que la cause soit « naturelle » ou fictive). En fait les bulles permettent de créer les appels. Prenons l’immo en France et supposons une pénurie au moins à certains endroits. Sans bulle, ceux qui sont logés sont heureux, et, sauf cas exceptionnel, n’ont pas vraiment de raison de bouger, y compris les vieux seuls dans un appart de 300m2. En créant une bulle, ça crée une aubaine. Ici le vieux se dit qu’après tout, c’est une proposition qu’on ne pas refuser, et que s’il vend il pourra faire le tour du monde et profiter de la vie sur la côte. Là l’investisseur se dit que il peut réhabiliter ce viel appartement tout pourri, car il va vite s’y retrouver en plus-value. Sans compter la sensation pour tout le monde que « les frais d’achat sont remboursés ». Etc..
      Idem pour la bulle internet. Sans bulle, sans effet d’entrainement, les investisseurs n’auraient pas eu peur d’avoir un train de retard sur les autres et internet aurait mis des années à avancer.
      La bulle du pétrole permettra sans doute d’essayer de nouvelles formes d’extractions, etc …
      Mais il y a aussi la bulle de la tulipe en hollande. Ici pas de création monétaire (ce qui montre que les banques centrales ne sont pas responsables de tout tout le temps). Juste la folie des hommes…
      Il y aura d’autres bulles…
      Il ne faut pas vouloir les empecher, mais seulement veiller à ne pas les entretenir de trop.

  9. Le Gnome

    Honnêtement, si j’avais des économies à placer, ce ne serait pas dans l’immobilier locatif où je serais taxé à mort, avec la perspective de loyers impayés et une galère pour récupérer mon bien. Un bon tableau d’un bon maître, une sculture, un vieux meuble de la bonne époque, ça prend de la valeur, et ce n’est pas taxé.

    C’est comme ça que marche l’économie dans ce pays…

  10. Pascale

    S’il vous plaît, cher h16, ne tirez pas trop à boulets rouges sur Zairault, des fois que Flamby se mettrait dans la tête de changer de 1er ministre. Au moins, en ce moment, on sait qui est aux manettes, on sait à peu près à quoi s’attendre, on est à peu près rassuré sur leur nullité alors qu’un changement serait plus inquiétant. Qui Flamby nous propulserait-il : Aubry ?

    1. Aristarque

      Aucune chance avec Aubry!
      Pour elle, le monde est binaire : les « gens bien » comme elle et son père, quelques autres s’ils lui sont totalement inféodés et les « nuls », les « cons » et autres qualificatifs du même tonneau pour tous les autres.
      Elle n’a cessé de dézinguer Mimolette en arrivant au secrétariat du PS après une élection super démocratique d’urnes pré-bourrées (il fallait barrer Ségolène), sur ses activités de précédent secrétaire, puis de le pourrir pendant sa « campagne électorale » des primaires.
      Dans le Nord, elle est tellement « supportée » par ses copains que ceux-ci ne rêvent que de l’éjecter ailleurs et n’a donc pas les troupes mercenaires qui lui permettraient éventuellement de peser nationalement.
      Elle n’a réussi à se faire élire à Lille le dernier coup qu’en annexant la commune limitrophe de Lomme comme Mauroy avait déjà fait le coup antérieurement en regroupant celle d’Hellemmes qui ne suffisait cependant plus…
      Sa grande amitié avec les socialistes clean type Guérini dans les Bouches du Rhône ou Dalongeville / Kucheida dans le Pas de Calais en rajoute dans l’horreur incompatible avec la République vertueuse proclamée par les repris de justice au pouvoir.
      Or Mimolette a la mémoire d’autant plus longue que l’image de Méremptoire ne lui apporterait rien de bon…
      Donc, au placard à Lille! Pauvres Lillois !

    1. .. Les deux existent :

      similitude, nom féminin : Sens Rapport, relation existant entre choses semblables. Synonyme ressemblance
      similarité, nom féminin : Sens Caractère similaire. Synonyme ressemblance

  11. Cretindesalpes

    Petite info communiquee par l’un de mes amis qui la tient d’un patron du CAC40, il serait prevu de remplacer heyrault par Pasal Lamy…..

  12. prunelle

    que tous ceux qui râlent parce qu’ils ne trouvent pas de location, écoutent et entendent quelques propriétaires. Bien sûr, il y a les sales marchands de sommeil qui louent des taudis, mais il y a aussi et surtout des propriétaires d’origine modeste qui louent leur bien pour se faire un complément de revenus et qui se retrouvent avec des emmerdes inextricables : loyers impayés, nuisances sonores et olfactives, manque total d’hygiène et pour couronner le tout déménagement discret en laissant « la petite note » et en vandalisant le bien. J’ai vu des cas où des locataires ont laissé 7000 euros d’impayés, une maison dévastée et s’en vont faire la même chose ailleurs en toute impunité. Ils ont un truc infaillible : faire intervenir un service d’hygiène et prétendre que le bien est insalubre. Une poignée de crânes d ‘oeufs payés avec nos sous débarque et épluche tout : surface, consommation d’eau etc…Quand ils tombent chez des gens modestes (ils s’abstiennent dans les quartiers chauds, pas fous!) c’est comme un contrôle fiscal, les propriétaires (quand ça tombe chez des gens âgés c’est dévastateur) en sont malades, pour gagner 300 euros par mois et compléter une retraite scandaleuse il faut avaler la couleuvre. Les crânes d’oeufs pondent un beau rapport et présentent une belle note de frais. Le locataire peut rester dans le logement gratos pendant plusieurs mois, un huissier n’y pourra rien s’il est insolvable ce qui est souvent le cas. Moralité : les propriétaires ne veulent plus louer.

    1. Nocte

      +20 000

      Il faut compter au moins 1 an (remercions la trêve hivernale + la lenteur de l’administration) pour libérer une location occupée par un indélicat, et si par malheur, on est en phase de campagne électorale, c’est encore bien plus long.

      Et c’est effectivement sans compter les dégradations (destruction est parfois plus proche de la réalité).

      Souvent, ça se solde par une revente à bas prix au premier marchand de biens qui passe

    2. John Bigballs

      …et aux employés qui ne trouvent pas de boulot d’écouter les patrons.

      Haaaa, si l’illusion d’une lutte des classes n’était pas si soigneusement entretenue…
      Si l’état n’avait pas à s’interposer entre les individus, il n’aurait pas besoin de le justifier ainsi.
      Avec des si…

  13. Super0

    Très bon et drole sur des sujets graves comme toujours : h16 président !
    La mise en bouche avec le petit graph est magnifique.
    Mais quelle bande de tarrés quand même… ils n’ont pas de conscience ou quoi ? Je ne sais pas moi, quand on fait un travail comme un cochon on a des remords. Mais non, pas chez eux : ça doit être ça leur force. Un vrai con qui s’ignore est finalement le plus heureux. Au moins ils ne font pas semblant !

  14. John Bigballs

    Et une extra bille de plus en attendant le grand TILT !

    Celà dit si après le grand tilt c’est 15 ans de misère de guerre, on regrettera peut être de ne pas avoir souhaité que la partie dure plus longtemps non ?

  15. Emma

    Bravo pour ce billet et particulièrement pour le premier graphique. Après Garot, Belkacem et Duflot, qui sera le prochain étrillé avec autant de talent ? On se régale.

  16. NOURATIN

    Ils nous coûtent un peu cher, bien sûr, et nous coûteront encore bien plus dans les années à venir mais, reconnaissons le, ils sont désopilants. Que la Démocatie ait réussi à produire une bande de clowns de ce niveau démontre bien
    l’essence profonde du corps électoral franchouille :
    un sens exacerbé de l’humour morbide!

  17. labolisbiotifool

    On ne dit pas fayot :( mais franchement HXVI vos quatre
    derniers billets que je viens d ‘ avaler en série sont
    remarquables ! Sais pas comment vous faites !
    Et Ayrault qu ‘ a merdu :)))))

    Ski m’ énerve c ‘ est les mecs qui vous balancent vos fôtes :
    je sers plus à rien , merde …

  18. Théo31

    Rappelons que la loi Scellier a permis à des épargnants de se faire plumer en investissant dans des T5 à Montauban où la demande n’existe pas.

    Rappelons que dans des villes comme Montauban, on délocalise les Bjorn du Mirail toulousain pour faire baisser les prix des terrains que la mairie refile à petits prix à ses amis promoteurs qui construisent ensuite du logement de « luxe »

    Rappelons que l’immobilier est le pilier du financement des communes. Si le marché s’effondre, les recettes des mairies suivent le même mouvement.

    Rappelons enfin qu’en France, les propriétaires n’ont qu’un seul droit : celui de se faire enculer très profondément.

    « il trouvait fatigant d’avoir à baiser [..] avec une souillon comme moi »

    Mais que faisait donc DSK ? :D

  19. simple citoyen

    Une partie du problème vient de ce que les politiques utilisent l’espace économique comme une variable d’ajustement à leurs propres problèmes. En gros, les socialistes sont les champions des collectivités locales joufflues avec des gros morceaux de dépenses clientélistes dedans. Pour payer tout ça, ils ont habilement surfé sur les droits liés à l’immobilier et signé tout un tas de contrats qu’ils ne comprenaient pas. Bref. Avec la crise qui vient et l’immobilier qui tousse, ça sent la misère et ils se font du soucis pour leurs postes. Je crois qu’on en est simplement là. Tout le reste n’est que de l’habillage à géométrie variable.

  20. Calvin

    Une erreur factuelle (ou ironique !!) dans le schéma : la facturation des contribuables a lieu à chaque étape du processus de la loi pourrie.
    Mais que ce graphique est criant de vérité !
    Drôle et déprimant, comme d’hab !

  21. Super0

    Bulle, pas bulle. Le locatif est mort c est sur. L achat est penalisé et risqué. Il y a quand même un gros besoin de logements…normaux ou autres. Mais le vrai probleme comme le dit h16 c est d avoir un travail pour ce payer son logement…c est pas gagné

  22. hussardbleu

    The government consists of a gang of men exactly like you and me. They have, taking one with another, no special talent for the business of government; they have only a talent for getting and holding office. Their principal device to that end is to search out groups who pant and pine for something they can’t get and to promise to give it to them. Nine times out of ten that promise is worth nothing. The tenth time is made good by looting A to satisfy B. In other words, government is a broker in pillage, and every election is sort of an advance auction sale of stolen goods.

    HL Mencken (il vaut Bastiat, en plus rigolo…)

  23. LL

    Je souscris totalement à l’article mais j’ai tout de même une question : comment se peut-il que les prix baissent alors que dans certaines endroits, la demande est structurellement supérieure à l’offre? Les gens vont-ils arrêter de vouloir se loger, ou bien? Merci de bien vouloir m’éclairer.

    1. johnny_rotten

      La baisse des loyers découle, à un moment ou à un autre,du trop grand écart entre le prix moyen du m2 proposé et le salaire moyen du demandeur lambda.
      Une demande très forte de logement avec une offre plus restreinte, ne débouchera pas sur la conclusion de contrats de location tant qu’il y aura un tel manque de solvabilité des postulants (et diminuer les surfaces habitables pour rendre les prix plus abordables à atteint sa limite).
      C’est le blocage des transactions qui pourra enclencher un mouvement de baisse de l’immobilier.

  24. Marco33

    La grande forme h16 !!! Excellent, poilant, désopilant : une comédie burlesque IRL mais où le billet ne se paie pas à l’entrée, mais à la fin et à la hauteur (ou profondeur?) des dégâts occasionnés…
    Sinon, dans la longue liste des faits qui empêchent d’avoir des logements à louer : la quasi impossibilité pour un propriétaire de faire partir un mauvais locataire.
    Ce qui fait que les propriétaires (ou mandataire) exigent des garanties ubuesques, et que certains mêmes renoncent à louer.

  25. Pic-epeiche

    Quel virtuose , bravo, c’est toujours un régal de vous lire, et gateau sous la cerise, je suis entièrement d’accord avec les analyses politiques

  26. johnny_rotten

    Les vieux démons gauchistes de Duflot refont surface dès que l’occasion s’en présente.
    Le PS ferait bien de se debarrasser de cette égérie représentante d’une voyoucratie aux ideaux khmer-rouges et Mai 68.
    ——————
    La ministre du Logement Cecile Duflot n’a pas exclu de mettre en oeuvre la réquisition de logements vacants, ce samedi soir lors d’un point-presse dans son ministère, où elle venait de recevoir des associations défendant les sans logis, notamment le DAL (Droit au Logement).

    Cécile Duflot http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/10/27/97001-20121027FILWWW00465-les-logements-vacants-requisitionnes.php

    1. Aloux

      En fait, l’expression exacte serait plutôt « same player, play again », en tout cas je n’ai pas souvenir d’avoir vu « shoot again » dans un jeu vidéo (puisque c’est de cela qu’il s’agit).

      Le billet aurait pu s’appeler « insert coin and press start », vu que c’est à peu près le niveau de sérieux et de conscience que les politiciens mettent dans leur oeuvre législative. C’est le contribuable qui paie leur partie de toutes façons.

      1. Woland

        J’ai l’impression que vous êtes tous fâchés avec les conjugaisons des verbes anglais. A la troisième personne du singulier on met un « s ».
        « Same player shoots again » ou « Same player plays again ».
        Par ailleurs, dans les vieux flippers (puisque c’est de cela aussi qu’il s’agit), on disait bien, il me semble « shoots again »/
        ;)

        1. Aloux

          Bah justement je me demande si ici c’est pas un impératif, donc pas de s. Pour trancher il faudrait retrouver une vieille borne d’arcade et/ou un vieux flipper en état de marche, enfin pas que le débat soit passionnant mais bon ;)

  27. Peste et corriza

    En fait, Duflot n’est pas si gourde que ça.

    Le scellier a permis à pas mal de ses amis bobos de tous bords politiques de s’enrichir à bon compte en immobilier et en tonte de locataire bon payeur (car les bobos duflot style ne louent pas aux racailles qu’ils encensent par ailleurs, NIMBY oblige). Voire en bossant dans l’immo en enculant les « primo accédants » mal léchés.
    Voyez les « robien de la colère »…
    Maintenant, il s’agit de préserver cette manne tombée presque du ciel, et donc de maintenir la bulle.

    Effectivement, il n’y a pas de pénuries de logement en France, mais de pénurie là où sont les zones de travail. De nombreux logements en pleine campagne sont disponibles à pas cher…
    Dans mon bled de naissance, pour 500 euros par mois, vous avez : ancienne ferme duplex 140 m2 + tracteur + 1000m2 terrain + vache.

    Dans un registre voisin, les modifications de la retraite par répartition, qui tapent sur les cotisants actuels et non le stock de retraités d’aujourd’hui, produiront d’ici quelques décennies des cohortes de retraités pauvres…

    1. Laglute

      Ces mêmes qui seront plus tard les retraités pauvres comme vous dites, sont déjà des travailleurs pauvres car prélevés pour payer les retraites de ceux qui ne devraient pas y être…

  28. julie@loi duflot

    bonjour,
    très belle analyse sur les mauvais côté de la duflot, cependant, vous ne citez pas le fait que sans cette loi le secteur de l’immobilier (neuf) se casse la figure et avec lui toutes les professions annexes (construction, agence immo, architecte…etc…), des milliers d’emplois supprimés et donc encore plus de chômage. Il aurait sans doute fallu ne jamais intervenir dans ce secteur mais maintenant que le mal est fait, on ne peut plus revenir en arrière.

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)