Stéphane Gatignon : Opération « 5.000.000 et un Mars »

Dexia, la Banque Etatique Qui Prête De L’Argent Gratuit Aux Communes Insolvables, est en proie aux pires affres financières pour camoufler sa faillite. Evidemment, les communes (qui ont eu la bonne idée de s’acoquiner avec cette banque et de se barbouiller les babines avec ses contrats incompréhensibles) se retrouvent dans un potage épais.

Ce qui devait arriver arriva : les communes gérées par les branleurs dépensiers se retrouvent en faillite.

Et dans la France de la Grande Distribution de Roudoudous Gratuits Aux Enfants En Larmes, les dépêches d’AFP se succèdent et se ressemblent pour détailler les affreux tourments de ces maires qui doivent boucler des budgets en limitant leurs déficits supplémentaires à quelques millions d’euros (seulement, les pauvres). Et pour cette semaine, on nous propose de nous pencher sur le cas de Sevran, commune sinistre sinistrée du Nord-Est parisien que les entreprises Westinghouse et Kodak ont fui bien vite à la fin du siècle dernier (et pour Westinghouse, c’était pour se réfugier à Amiens, c’est dire l’ambiance locale), la plongeant dans la misère, la tristesse et les activités socioculturelles vitaminées d’une équipe EELV branchouille mais pragmatique à base de Vie Dans La Téci et autres programmes sportivo-éducatifs moyennant quelques saines dettes solidement contractées auprès de l’Etat, de la Région et de Dexia, donc.

Bien évidemment, le travail journalistique étant ce qu’il est, nulle part n’est mentionné que le maire est en poste dans cette commune depuis mars 2001 et que s’il a peut-être hérité d’une ville plongée dans les abysses par un autre (méchant) maire peu scrupuleux, il est directement responsable de sa gestion depuis suffisamment longtemps pour ne pas pouvoir refiler la patate chaude à son prédécesseur. De la même façon, on ne saura rien de vraiment concret des difficultés que traverse la commune : elle doit boucler son budget, payer les entreprises qui travaillent pour elle, et c’est très dur ma brave dame, un petit sou mon brave monsieur, Dieu vous le rendra et tout ça. Les comptes détaillés, comme à l’accoutumée dans cette France de l’OpenData, sont impossibles à avoir, mais on comprend vite qu’avec les projets du maire (évoqués vaguement ici par exemple), à 100 millions d’euros par an pendant 10 ans (!), le redressement budgétaire est en vue, en moins de 830 ans, vous verrez. Pour une commune de 50.000 habitants, ce maire est couillu. On découvrira ensuite, en fouillant, qu’en 2001, les charges de personnel de la commune s’établissaient à 26 millions d’euros, et qu’elles sont à plus de 40 millions en 2011. 65% de hausse en 10 ans, ce maire est couillu.

La suite, on la connaît puisqu’elle est bruyamment relayée par une presse gentiment acquise à cet ancien communiste reconverti en vert (comme c’est commode) : le maire, aux abois, décide de mettre sa vie en danger dans une tente Qetchua au pied des marches de l’Assemblée Nationale et de mettre un terme à tout apport de glucose à la petite excroissance graisseuse qui lui tient lieu de cerveau. Là encore, c’est un maire couillu.

Et alors que sa tisane (sans sucre !) n’a même pas eu le temps de refroidir au fond de son abri de fortune, paf, le maire est reçu par un ministre de la ville (dont le nom est sans la moindre importance) qui, bien évidemment, cède sans le moindre effort à toutes ses pleurnicheries collectivistes.

Pas de doute, tout ce battage médiatique autour de cette pénible affaire a tout de la bonne grosse Pignouferie de Presse.

Les pignouferies de la presse

On apprend tout de même (dans cet article par exemple) que, je cite :

Le maire explique qu’il refuse « toute augmentation d’impôts locaux » ou « toute baisse des actions de service public » de la commune.

Autrement dit, on n’a plus un rond, mais il est hors de question, je répète, HORS DE QUESTION, que nous nous serrions la ceinture, non mais et puis quoi encore ? On dirait l’État Grec ou Français, tiens. On le comprend ici, le brave Stéphane n’a absolument rien à foutre du sort des contribuables du reste du pays. Il veut continuer à vivre dans sa petite commune et y être vu comme le petit bienfaiteur local qui distribue les petits travaux municipaux alors que la situation est catastrophique. Il veut continuer à distribuer l’argent des autres avec la charité et la ferveur de celui qui dépense quelque chose qui ne lui coûte rien, à lui, personnellement…

Tout ceci est fort amusant, vu de loin. Et d’ailleurs, pignouferie pour pignouferie, les choses étant ce qu’elles sont, voici la mienne.


Le kmaire vert de Sevran, ville de Seine-Saint-Denis en déficits réguliers depuis dix ans, a entamé vendredi une opération de communication culpabilisante devant l’Assemblée nationale pour demander l’argent gratuit des autres afin de renflouer sa commune suite à ses propres erreurs de gestion répétées.

« Les pétitions et les discours, ça ne suffit pas », a déclaré Stéphane Gatignon devant le Palais-Bourbon, où une centaine de bénéficiaires de ses largesses, des élus-fonctionnaires et des habitants de Sevran, s’étaient déplacés. « Je reste là jusqu’à mardi et plus s’il le faut », a-t-il prudemment ajouté, ne visant manifestement pas un mois complet de jeûne. Élu, mais pas téméraire non plus, hein.

Stéphane Gatignon réclame des tombereaux d’argent frais enveloppés dans la langue de bois habituelle de la « réforme des finances et de la fiscalité locales », soit une grosse augmentation joufflue de la distribution de solidarité urbaine (DSU), qui doit être votée mardi à l’Assemblée, les coïncidences faisant de bons comptes dodus. Le 19 octobre, il avait déjà émis quelques chouinements pathétiques en direction des parlementaires pour réclamer une aide évidemment présentée comme exceptionnelle de cinq petits millions d’euros de rien du tout pour sa commune de 50.000 habitants, soit un endettement supplémentaire de 100 euros par personnes (dont certaines n’ont pas ce genre de moyens à s’octroyer, mais baste, ne chipotons pas avec l’argent des autres). Commune à laquelle les méchantes banques refusent de faire crédit, au contraire de la période avant 2009 où c’était open-bar. « Si nous n’avons pas ces 5 millions d’euros, nous ne pourrons pas avoir des emprunts de la Caisse des dépôts et nous ne pourrons pas payer les entreprises qui travaillent actuellement pour nous », a-t-il expliqué sans rire vendredi, assis dans une tente déployée par quelques sous-fifres devant l’Assemblée nationale, tente qui aurait été violemment démontée par la police nationale n’eut été la présence fortuite d’une douzaine d’équipes de journalistes venus inopinément filmer toute la scène.

gatignon veut du pognon

Pour rappel, le ministre de la Ville dont le nom n’intéresse personne indiquait dans un courrier adressé fin octobre à Stéphane Gatignon que la DSU, qui a atteint 1,37 milliard d’euros en 2012, doit encore augmenter d’un bon gros « 120 millions d’euros » en 2013, marquant ainsi l’habituelle austérité dont l’État fait preuve en cas de soucis. Et pour adoucir encore cette terrible augmentation, le ministre machin précisait également que « la dotation de développement urbain (DDU) », réservée aux 100 villes les plus pauvres, serait elle aussi « reconduite à hauteur de 50 millions d’euros », yahou, bingo et tout ça.

Manifestement, ça ne suffit pas encore puisque Gatignon demande une hausse supplémentaire de 180 millions d’euros de la DSU parce qu’il sent que s’il ne demande pas ça, ce serait gâché en réjouissances sans lui. Et puisque la période de Noël se rapproche, il en profite pour réclamer aussi, bien détendu du budget des autres, le doublement de la DDU « de 50 à 100 millions d’euros », parce que tout cet argent ne sort pas de son propre compte en banque. Pour enrober tout ça, il tente une petite larmichette sur le mode « nous nous battons à l’euro près » (et il aime bien mener 100 millions de combats à la fois, semble-t-il). Malgré tout, il convient que cet arrosage massif n’empêche rien : « il n’y a jamais eu autant d’inégalités entre les territoires », pleurniche-t-il dans un torchon distribué vendredi. On se demande bien pourquoi on continue à tant lui donner, d’ailleurs…

Ah, qu’elle est belle, l’austérité socialiste. Qu’il est rigolo, ce pays foutu !

operation gatignon

J'accepte les Bitcoins !

1Fvyck3uNiSNSZJ8g2ZGpVmNgh3XJAwGj6

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires116

  1. Jesrad

    Comme le constatait Thatcher, les socialistes et surtout les communistes finissent toujours par se trouver à court de l’argent des autres. Il paraît que c’est même à ça qu’elle les reconnaissait.

    Game over, Stéphane. Maintenant, rembourse.

  2. Higgins

    A propos de DEXIA, voir Philippe Herlin (http://philippeherlin.blogspot.fr/2012/11/la-bombe-dexia.html. Où l’on apprend que cette « chose » ne pourra pas être liquidée avant 2099!!! Ce n’est pas une blague) ou le blog à Lupus: « Dexia est un exemple type de racket klepto. C’est la quintessence de la connivence. »(http://leblogalupus.com/2012/11/09/parlez-vous-le-dexia/ et http://leblogalupus.com/2012/11/10/nicolas-dozebfm-lcl-et-dexia-crony-capitalism-a-la-francaise/.)
    Au sujet du pitre de Servan, le Parisien Libéral est également très clair: http://leparisienliberal.blogspot.fr/2012/11/du-chantage-comme-mode-de-negociation.html

    Quant aux pignouferies de la P(a)resse, il est quand même stupéfiant, quoique nous aurions été nombreux à être surpris dans le cas contraire, qu’aucun grand média ne se soit intéressé, à ma connaissance, à la gestion de cette ville depuis 10 ans avant de donner d’offrir une complaisante et pleine tribune à ce qui apparaît être un incompétent de première?

  3. Aloux

    Quand j’ai vu cette nouvelle, j’étais sûr qu’il y aurait un billet dessus. J’ai halluciné quand j’ai vu les photos de ce guignol bleu-blanc-rouge sous sa tente, quelle honte putain… J’espère que l’histoire va tourner dans quelques média étrangers, juste pour voir les réactions.

      1. Higgins

        Un Iphone? Il cède donc aux sirènes du capitalisme international mondialisé? J’espère qu’il au moins froid et qu’il prend sa dose de particules fines (je ne serai pas surpris si j’apprenais qu’on lui apporte à bouffer en douce).

      2. Aloux

        Ils ont vraiment aucune pudeur, plus j’y pense plus j’hallucine… Ca arrive dans d’autres pays ce genre de trucs où y a que chez nous qu’ils sont assez cons ?

        1. La Belgique est pas mal non plus, de ce point de vue là. Et en Angleterre, l’Absurdie fait de belles poussées. Donc non, ce n’est pas strictement franchouille. Mais on a une certaine avance, oui.

      3. Théo31

        Ca rappelle les connards des Don Quichotte qui avaient installé des tentes le long du canal St martin et qui rentraient dormir sagement chez eux. Les cons, ça ose vraiment tout.

    1. Alex6

      Les medias etrangers n’en ont plus rien a foutre de la France, et ca n’est pas nouveau.
      Moi ca me va, ca m’evite la honte quand j’arrive au boulot le matin.

    2. Higgins

      Le titulaire de ce blog n’est pas particulièrement libéral mais lui aussi se pose quelques questions: « Mais depuis quand un maire fait-il grève de la faim pour masquer qu’il ne sait pas gérer sa commune ? Et une grève de la faim ? 4 jours… Parlons d’un jeûne, et respectons les personnes qui, elles, et pour de justes causes, ont mis en péril leur vie. Ce Gatignon est une imposture,… et les pouvoirs publics s’agenouillent… Je rêve. Dans quel pays sommes-nous ? » (http://lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr/archive/2012/11/12/gatignon-greve-de-la-faim-bidon-et-gavage-mediatique.html)

      1. vengeusemasquée

        C’est effectivement une super formule, qui traduit en 2 mots l’incroyable inculture du français moyen, et à laquelle nous sommes assez nombreux à être abonnés !

  4. Aurélien

    Proposition d’amendement à la fameuse allégorie:

    « Un jour, je me suis cassé une jambe. Alors j’ai pris une aspirine.
    Mais ça n’a rien fait, alors j’ai pris une 2e aspirine. Mais ça ne guérissait toujours pas.
    J’ai donc encore pris 1 aspirine. Et ainsi de suite pendant 2 mois.
    Puis je suis mort (gangrène). J’aurais du prendre plus d’aspirine. »

    Il convient dorénavant d’insérer en 4e alinéa la phrase suivante: « Une fois à court d’aspirine, j’ai menacé de me tuer pour en avoir plus. Alors ma mère a été en voler chez tous nos voisins, me l’a donné et j’ai tout pris d’un coup. »

  5. Pere Collateur

    Pitoresque en fait.

    Du chantage à la moraline. C’est du déjà vu.
    Et il obtiendra ses sous gratuits. C’est ca le plus rageant dans l’histoire.

    Mes impots (et les votres), donc des sous que j’ai gagné dans le privé, contre la méchante concurrence mondialisé tout ca, ces petits sous sous, extripés de la méchante mondialisation, puis injustement enlevé de mon porte monnaie par un état fat et mal géré, ne vont même pas financer des trucs utiles, mais atterrir dans les pognes d’un peigne cul incapable de tenir deux sous ensembles, et qui va s’empresser d’arroser son « peuple », qui ne rapporte évidemment pas un pet de lapin aux caisses de sa commune moisie.

    Dans un monde ou le bon sens règnerait, ce toquards serait sanctionné pour faute de gestion et irait méditer sur sa nullité crasse, quelques années au fond d’un cachot.

    Mais on est en France. Et mon petit doigt me dit qu’on va encore entendre parler dans le futur de ses petites opérations de comm…

    A gerber!

    1. eheime

      C’est la prime à la nullité. La logique voudrait que la commune soit dans de graves difficultés financieres et que les habitants en subissent les conséquences lourdement et qu’en conséquence ils sortent le Maire avec un bon coup de pied là où je pense et se mettent à réflechir avant de voter. Au lieu de ça, le Maire va revenir en héros pour tout le fric qu’il aura réussit à grapiller dans le portefeuille des autres. Et on va le remercier pour cela. Du coup, ça va donner des idées aux autres Maires qui vont faire la même chose. Du coup, il faudra aller chercher encore plus d’argent au niveau national alors qu’à ce niveau c’est déjà la disette. C’est une illusration parfaite du nivellement par le bas. En France on ne sait faire que cela depuis 30 ans. Dans peu de temps c’est l’Etat qui ira pleurer auprès de l’Europe. Hollande ira planter sa tente devant le parlement européen et chouinera avec Samaras. Vous allez voir que dans peu de temps, ceux qui n’ont pas encore été tout volés par l’Etat vont discrètement sortir leurs avoir vers des cieux moins stupides. A vrai dire, je pense que ça a déjà commencé discrètement. Ca va être le début de la fin et ça arriver d’un coup comme une grosse claque dans la figure. Ensuite .. ce sera comme en Grèce. Memes causes, memes effets.

    2. Nocte

      Curieusement, un chef d’entreprise ferait ça pour sauver sa boite et les emplois qu’il a créés, serait fusillé pour mauvaise gestion, les journalistes iraient fouiller comme des petites fouines malsaines le passé dudit « salaud » de patron (nécessairement salaud, puisque si sa société est KO, c’est bel et bien de sa faute…), on nous trouverait un camarade syndiqué prêt à tout bloquer pour lutter contre la fermeture inéluctable de l’entreprise, qui nous sortirait un petit laïus sur le chiffre d’affaire indécent de la société (ben oui, chiffre d’affaire=bénéfices, c’est bien connu à la CGT et consorts puisque c’est ainsi qu’ils gèrent leurs syndicats, et pour les pouvoirs publics, y a jamais de déficit dans les administrations, puisqu’il y a toujours l’argent gratuit des autres)…

    3. vengeusemasquée

      Mais le pire, c’est que le citoyen moyen de cette belle ville riante de la banlieue parisienne va estimer que cépassafôte ! lui il a fait ce qu’il pouvait avec ses modestes moyens. D’ailleurs, la preuve, il a fortement augmenté les moyens des services municipaux. C’est pas sa faute si les riches ne veulent pas donner plus.
      Très peu nombreux sont ceux qui se diront : mais c’est un abruti incompétent qui a fait un boulot de merde pendant 10 ans avec des méthodes pourraves qui ont fait la preuve de leur inefficacité PARTOUT où elles ont été appliquées.

      Il est tellement désolant de voir les séquanodionysiens convaincus qu’il faut voter extrême gauche parce que le territoire est pauvre alors que c’est tout le contraire. Le territoire est pauvre PARCE QUE justement il est géré par une bande de gauchistes incompétents et complètement stupides.
      Territoire maudit.

  6. Deres

    Le pire, c’est le projet d’investisement délirant du maire pour créer des emplois avec l’argent des autres. « un milliard d’euros d’investissement » sur 10 ans pour « 3 000 à 5 000 emplois ». Cela fait entre 300 000 et 200 000 euros par emplois créés soit de quoi payer un smicard pendant 11 ans ou 17 ans avec un smic mensuel de 1 425,67 euros ! L’investissement, c’est juste sa réélection à ce prix là, en additionnant 10% de la commune vivant de ce plan plus les fonctionnaires ! Ce pays est foutu ! Aucun journaliste capable de faire ce simple calcul !!!

    1. dede

      Je serais surpris que le haut de la fourchette soit realiste…
      D’apres mes calculs, le probleme est qu’il faudra aussi alourdir les annuites sur la dette (aujourd’hui a 160 euros par habitant pour 88MEUR d’endettement, cf http://alize22.finances.gouv.fr/communes/eneuro/tableau.php?icom=071&dep=093&type=BPS&param=5&exercice=2011 )qui devraient donc passer aux alentours de 1500 euros par habitant (qui sont a 500 euros d’impot aujourd’hui, soit dit en passant)

      Je me pose la question de la pertinence d’un investissement : si il parvient a lever les 1500 euros supplementaires et qu’il les distribuent a 3000 personnes, ca fait 25500 euros net de charges…

      1. zecrocwhite

        Attention, les données sur ce site sont à prendre avec des pincettes: elles ne concernent que le budget principal de la ville. Les budgets annexes (Eau, Assainissement, CCAS, ou tout autre chose qui viendrait à l’esprit d’un élu) n’y apparaissent pas.

      1. dede

        D’ou ma proposition de ne pas les embaucher mais de leur donner les sous directement. En plus, il pourrait meme y avoir une creation d’emploi indirects avec tous ces gens qui auront 2000 euros par mois a depenser!

        1. Deres

          Au final, la valeur exacte du SMIC avce charge ne change rien au calcul. Les soi-disant « investissements » seront du même ordre de grandeur que les salaires à verser. Il n’y aurait donc pas ou très peu de création de richesse puisque aucun ou peu d’argent extérieur non « gratuit » ou contraint ne viendrait acheter la production physique ou intellectuelle résultante. Cela reviendrait donc plus ou moins à payer les gens à ne rien faire.

  7. Yrreiht

    « … et les activités socioculturelles vitaminées d’une équipe EELV branchouille mais pragmatique à base de Vie Dans La Téci et autres programmes sportivo-éducatifs moyennant quelques saines dettes solidement contractées auprès de l’Etat, de la Région et de Dexia, donc. »

    Waaah ! Arrêtez j’ai mal au bide à force de rire et j’ai AUSSI besoin de travailler à mon bureau en plus de vous lire h16 !

    CPEF. Non mais sans rire c’est le remplacement intégral et sans conditions de l’ensemble du personnel politique, médiatique, financier, syndicaliste (et j’en oublie) qu’il faudrait virer d’un coup pour espérer encore quelque chose.
    Bref, CPEF et probablement pour plus longtemps que je ne le pensais…

  8. lapin malade

    C’est vrai , c’est totalement délirant . Un type dans sa situation qui parle d’un investissement d’un milliard d’euros sur dix ans pour sa ville de 50 000 habitants devrait être interné en psychiatrie .

  9. Fwh

    Il fallait l’écouter, le Stéphane, à l’antenne de France Info, vendredi.

    Je cite ce que j’en ai retenu : «Sans ces 5 millions d’euros, la commune sera obligée d’emprunter aux mêmes conditions que les particuliers ou les entreprises. Ça veut dire qu’il faudra donner des garanties, expliquer comment on compte rembourser le prêt, comme un individu normal. Vu l’état des finances de Sevran, les banques refuseront de nous prêter quoi que ce soit. Vous vous rendez compte ? Ça veut dire qu’on ne pourra plus payer les entreprises qui travaillent pour nous.»

    Donc, le Stéphane veut pouvoir emprunter de l’argent sans donner aucune garantie. Il admet même à demi-mot que ce qu’il empruntera, il ne le remboursera jamais. Emballez-moi tout ça avec un zeste de dramatisme, et ça y est, le Stéphane passe pour la pauvre victime. À d’autres.

    Et pas un journaliste pour lui faire remarquer qu’il n’y a rien d’anormal à ce qu’une commune soit traitée comme une entreprise ou un particulier devant l’emprunt.

    Et ça n’a pas l’air de le déranger, le Stéphane, de demander toujours plus d’argent des autres, et d’expliquer qu’il ne remboursera pas. Il trouve ça normal, lui, parce que c’est pour sa commune, pour le bien public, évidemment.

    J’aimerais bien savoir comment seraient traités les habitants de Sevran qui refuseraient de payer leurs impôts locaux.

    1. Théo31

      A son procès, Eichmann disait pour sa défense qu’il ne connaissait pas les gens qu’il avait envoyés à la mort. Gatignon nie connaître celui de ceux qu’il encule.

    2. Aristarque

      Donc ce mec-là, ci devant édile irréprochable d’une République nouvellement reliftée, admet, en creux, qu’il passe des commandes ou laisse s’exécuter des marchés contractuels en sachant parfaitement n’avoir pas le moindre fifrelin en caisse pour honorer les futures factures….
      Dans sa pensée, il emm… évidemment les affreux méchants capitalistes assoiffés du sang et de la sueur de ses administrés.
      Mais je ne sais pas si les salariés de ces affreux (§ ci dessus pour la suite) apprécieront le dépôt de bilan que leur boîte risque de trouver au bout de son chemin…
      Peut-être auront-ils la satisfaction de voir le Gatignon mignon faire un nouveau sit-in devant l’A.N. pour demander un effort national pour eux…

  10. Tremendo

    Mais non mais vous verrez que la faute ce sera aux banques Banque qui ne prêtent plus aux communes. Avant quand les banques prêtaient trop, la crise était de leur faute (il est vrai que Dexia a fait des conneries), et maintenant que ça ne prête plus c’est encore de leur faute.
    Qu’il ose la faire jusqu’au bout sa grève de la faim dans sa tente Quechua, allez chiche Gatignon!

  11. infraniouzes

    Les co… ça ose… C’est même à ça qu’on les reconnaît…..

    co = communistes, même déguisés en EELV….

    (Tout ressemblance avec une phrase célèbre n’est pas fortuite mais honteusement plagiée)

  12. Elphyr

    Enorme. Juste épique.
    Dans cent ans, nos enfants conteront l’histoire de la légendaire lutte d’un petit maire dans une petite ville pour une petite somme d’argent que refuse de lui donner l’Etat, un suppôt du Grand Kapital (avec un K, parce que Capital c’est une émission tv sur M6) parmi d’autres, célèbre oppresseur du petit peuple.

    1. Jesrad

      Oh non, dans cent ans, on se souviendra de lui comme du type qui s’est suicidé par inanition, dans la honte absolue et très médiatisée de sa mauvaise gestion, son incompétence et sa bêtise crasse.

      Certaines personnes n’existent guère que pour servir d’avertissements aux autres.

  13. Brice

    Je me demande bien ce que pourrait être une politique libérale pour un maire. Budget équilibré : OK. Impôts faibles : OK. Mais est-ce que cela va attirer suffisamment les entreprises ? N’est-ce pas l’État qui a le plus gros levier en matière de réduction des dépenses publiques, et donc de réduction des impôts, et donc de prospérité retrouvée ?

    Mais peut-être que je sous estime l’étendue du gaspillage dans cette ville… Un comparatif avec d’autres communes serait intéressant.

  14. MXI

    L’un des billets les plus drôles depuis un moment, la parodie d’article est juste grandiose :)

    P.S.: Legère faute de frappe, dernier mot de l’affiche

  15. peste et corriza

    Une commune gérée par un pignouf qui ne serait même pas balayeur dans le privé…. comme il y en a tant. Oligarchie sclérosée et bisous.

    Intéressez vous à ce qui se fait du coté de Grenoble. Là aussi, c’est véreux…

    Et dans mon ancienne ville, on a le maire 3 en 1 :
    - incompétent et dispendieux
    - importateur net de cas sociaux insolvables subventionnés par la hausse des impôts locaux (+100% en trois ans), que Grenoble, ville pourtant très racailleuse, exporte.
    - protecteur des voyous locaux, car son fils en est.
    Réélu depuis 15 ans sans discontinuer.

    1. hussardbleu

      « Un mars divisé par 65 000 000, ça ne fera pas grand chose par tête de pipe… »

      délibérée, l’association de « Mars » et de « pipe » ? on est dans l’argot, ou le graveleux ?

  16. NP

    J’ai entendu Montebourg expliquer que les dotations de l’Etat aux collectivités territoriales seront modifiées afin que les plus pauvres en aient davantage. Autrement dit, on réduit la dotation des collectivités les plus riches (Montebourg de citer immédiatement le méchant 92 géré par la méchante droite avec la très très méchante Neuilly/Seine) pour augmenter celle des plus pauvres.

    Quelqu’un saurait-il comment on fait pour mesurer la richesse d’une collectivité ? (Toute définition s’apparantant à un classement lui-même fonction de la couleur politique serait une honteuse tentative de discréditer l’action bienfaitrice du gvt).

    1. zecrocwhite

      La richesse d’une commune pour la détermination des dotations de solidarité est déterminée par le potentiel fiscal, égal à la somme:
      - du produit des bases des taxes foncières et d’habitation par le taux moyen national d’imposition,
      - du produit des bases de cotisations foncière des entreprises par le taux moyen national d’imposition,
      - des recettes liées à la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises,
      - des recettes perçues au titre de la taxe sur les jeux, de la surtaxe sur l’eau minérale (cpef!) et la redevance des mines (si si)…
      - du montant de la dotation de l’année précédente.

      Le détail sur l’article L2334-4 du Code Général des Collectivités Territoriales.

      Enjoy!

      1. NP

        Merci infiniment.

        En quelque sorte, cela revient à dire que les habitants vont payer deux fois pour la solidarité nationale. Si les recettes sur la VA et sur les minitaxes (jeux, …)ne présentent aucun levier, ce sont les recettes liées au foncier et à l’habitation qui vont servir de variables d’ajustement. Pour maintenir leurs budgets les collectivités dites riches, vont devoir augmenter les taux d’imposition et donc l’imposition des ménages. Mais c’est normal, ce sont des salauds de riches.

        Il me semble que la dotation devant permettre aux collectivités de prendre en charge les missions qui leur avaient été déléguées par l’Etat, cette mesure s’apparente à un marché de dupes où l’Etat délègue en donnant dans un premier temps les ressources correpondantes puis, dans un deuxième temps, supprime ces ressources en laissant l’intégralité de la charge.
        Ai-je tort ?

  17. MIA

    Il y a quand même un grave problème démocratique dans ce pays si l’on ne peut pas accéder au budget d’une commune de 50 000 habitants. Les médias ont surtout présenté les dépenses de rénovations d’écoles mais on ne s’est pas intéressé aux dépenses de fonctionnements et aux nouveaux programmes municipaux (les subventions aux associations également).
    Je trouve ça vraiment paradoxale, que des contribuables d’une commune pauvre élisent un maire Vert. Les mairies aux écolos c’est pour les bobos qui ont de la thune. Comment des gens peuvent-ils voter pour des hausses de dépenses pour bourgeois et ne pas s’attendre à des énormes hausses d’impôts (surtout vu le faible nombre d’entreprises et de foyers non imposables). Au bout d’un moment, faut assumer et on se demande aussi ce que fout l’opposition dans cette commune…

    1. Il n’est pas Vert. C’est un coco repeint pour des raisons purement électorales. Les électeurs savent ça (surtout ceux qui bénéficient de ses largesses).

    2. miniTAX

      @mia,
      Gatignon a été élu par un conseil municipal massivement à gauche : 37 conseillers municipaux PS+PC+EELV+RDG contre tout juste 7 CM dans l’opposition.

      Donc au contraire, le vote à Sevran est parfaitement démocratique : les cas sociaux votent à gauche pour avoir une redistribution de richesse… des autres. C’est pour ça que les gauchistes sont si en faveur de l’immigration surtout venant de l’Afrique, c’est parce que c’est une clientèle naturelle de leur fond de commerce électoral.

      Le système démocratique est intrinsèquement instable (mais quel système ne l’est pas). Et le fait que la balance penche toujours plus massivement à gauche malgré des années de dérive de la ville démontre qu’il peut basculer au-delà d’un point de non retour.
      Quand ceux qui profitent du système sont plus nombreux que ceux qui y contribuent, il n’y a aucune raison pour que la majorité vote contre ses propres intérêts à court terme, surtout quand sa conscience politique se limite à ce que lui dicte la propagande étatiste. Cela va continuer juste qu’à l’effondrement du système complet.

      1. MIA

        Vrai au niveau national mais on pouvait espérer autre chose au niveau local. Les communes distribuent pas d’allocs et peu bénéficient réellement de leurs prébendes. Les immigrés ne me semblent pas attachés plus que les français aux services publics.

        Donc oui élire un maire communiste ou vert (champion de la dépense publique) dans une commune pauvre:

        -A moins que votre commune ne soit peuplée à 51% de personnes non imposables
        -Que Bettencourt vive dans le quartier

        Il faut être vraiment con pour pas croire que les taxes foncières et d’habitation ne vont pas fortement augmenter.

        1. MIA

          * ne pas croire*

          PS: L’article du Parisien libéral souligne qu’il y a 37% d’HLM (ce n’est pas la majorité mais presque) mais surtout que les taxes sont plus élevées qu’à Aulnay. On pourrait s’attendre à un minimum de lucidité des habitants. Mais de toute façon, les mécontents votent avec leur pied.

        2. Deres

          Les communes distribuent beaucoup d’allocations et d’avantages directes au contraire …

          En plus d’une partie des places de HLM, il y a aussi les accès aux centres municipaux de santé (dentistes, gynéco, … à prix imbattables), les cantines gratuites ou presque, les crèches gratuites ou presques, les activités sportives, les colonies de vacances, les activités culturelles. Au final, le personnel municipal et affiliés est une grande clientèle. Donc si on ajoute à ses électeurs naturelles l’ensemble de ses clients directs, cela peut très vite dépasser 51%, surtout avec 34% de HLM …

        3. Aristarque

          Les locataires ne paient pas l’impôt foncier mais uniquement la taxe d’habitation.
          Une technique des communes de gauche est de furieusement augmenter l’impôt foncier payé par ces vils possédants de propriétaires exploiteurs du peuple et de majorer le moins possible la taxe d’habitation dans le même temps.

          Il y en a même qui raffinent le supplice de l’augmentation de l’impôt foncier en baissant corrélativement la taxe des ordures ménagères qui y est incorporée pour que ce qui soit applicable au locataire augmente le moins possible, voire baisse carrément.

          J’ai eu cela dans une commune de la banlieue lilloise pourtant dirigée par un maire de « droite », tendance Borloo tout de même…

    1. paf

      au hasard je dirais qu’il n’a aucun citoyen qui gagne sa vie et que tout le monde biberonne aux allocs et emplois publics.Ca la fout encore plus mal pour les rares qui travaillent et y payent des impots.

      1. Nocte

        C’est même un très bon signal pour ceux qui paient des impôts : BARREZ-VOUS ! (ou ne venez-pas, si d’aventure, vous aviez envisagé cette éventualité)

        Et c’est bien là qu’on voit les limites d’avoir comme base électorale des allocataires et autres produits « fonction publique française pur jus »… au bout d’un moment, les caisses sont vides et l’argent gratuit est parti (mais rassurez-vous ! une « grève » de la faim pendant 2 jours suivie par une armée de journalistes, on retrouve une voie d’accès à l’argent gratuit !)

    2. Sa ville est un peu sous sa coupe depuis plus de 10 ans et il l’a enfoncée dans la merde à coup de budgets déficitaires sur budget déficitaires. Le coup du « c’est plus dur qu’ailleurs » est assez pathétique, surtout lorsqu’on sait qu’il a, tout seul comme un grand, signé des contrats foireux avec Dexia (rien ne l’y obligeait). Quand on est à la tête d’une commune pauvre, la dernière des choses à faire, c’est claquer les thunes du contribuable.

      Du reste, mon brave Romain, tu expliques comment le passage de 26 à 40 millions les dépenses de commune ? Est-ce que Sevran, sachant dès 2001 qu’elle était une « commune pauvre » a diminué ses dépenses ? Bah non, elles ont progressé non seulement dans l’absolu et surtout, plus vite que les impôts collectés. C’est quoi, l’idée derrière ?

      1. dede

        Etes vous certain pour Dexia? D’apres les comptes, les charges financieres seraient passees de 3MEUR a 2.5MEUR, 63 a 49 euros par habitant entre 2001 et 2011 pour une dette passee de 57MEUR a 88MEUR.

        Je vois bien qu’il nage en plein delire mais si il n’est pas alle faire des emprunts dont les taux d’interets etaient indexes sur le cours du franc suisse (on se demande vraiment ce qui est passe par la tete des debiles qui l’on fait : je suppose qu’ils esperaient voir venir des evades fiscaux avec tous leurs francs s’installer chez eux), rendons-lui cela.

        1. J’ai lu qu’il avait contracté des prêts auprès de Dexia (je ne connais pas la nature des prêts). De toute façon, avec ou sans cette banque (dont je ne parle du reste quasi-pas dans l’article), le gros fumiste plantait sa commune quand même.

  18. Aristarque

    H16, tu es impitoyable!
    Ce pauvre maire brun (rouge+vert) doit gérer une commune pauvre.
    Alors si, en plus, il faut qu’elle se prive!…

    Blague à part, il me semble bien que ce distingué édile plaidait vigoureusement l’année dernière sur la dépénalisation du cannabis.

    Peut-être envisageait-il ainsi de pouvoir coller une taxe pro aux cultivateurs du coin…
    D’autre part, quel est le nombre des-z-employés municipaux ?
    Et ils sont payés combien?
    Parce que 40M€ de frais de personnel, cela doit représenter grosso modo 1.200 personnes soit un employé municipal pour 40 à 45 habitants, ce qui est coquet comme encadrement…

    1. harrisburg

       » D’autre part, quel est le nombre des-z-employés municipaux ? Et ils sont payés combien? »

      Il faut arrêter de se voiler la face sur ce problème car c’est un secret de polichinelle. Ces villes avec cités gangrénées par l’economie souterraine subissent du chantage si elles n’embauchent pas des mecs des cités pour leur assurer une couverture sociale et une couverture tout court.
      Le problème n’est pas avec Sevran ni son maire mais national.

  19. Fred

    Nouveau sur ce blog : merci H16 d’égailler ma journée, taxée,fiscalisée et prélevée,vouée à financer Notre Grande Nurserie..
    En revanche, je pense que stigmatiser ce pauvre kmaire vert nous rappelle les heures les plus sombres de notre histoire. Je pense aussi que cette démarche n’est pas très éco-citoyenne. Bref, vive les pastèques ! Quand on gratte, le vert fait apparaitre le rouge…

    1. Stéphane

      Il donne juste l’exemple de la façon dont les électeurs de sa ville vont finir: dormir dans une tente comme des clodos en faisant la manche au pied des palais des puissants, avec une grève de la faim pour essayer d’attirer l’attention.

      C’est assez moral, finalement.

      Toutes mes condoléances aux innocents qui seront aussi emportés dans la faillite.

      1. miniTAX

        « dormir dans une tente comme des clodos en faisant la manche au pied des palais des puissants »
        ————————-
        Oui, mais seulement avant les grands froids et juste pour quelques jours. Faut pas pousser non plus hein !

  20. Hermodore

    Toujours la même chanson avec ces communistes recyclés en vert (de gris): l’argent public, celui qu’ammasse le fisc, est éminamment estimable et exigeable, l’argent privé, celui de la société qui travaille pour ses propres besoins, est détestable et mal acquis.
    Ce maire est non seulement responsable mais méprisable.

    1. estienne

      Dans une Res Publica qui marche droit, ce triste édile serait couvert de honte et préférerait fuir ou se pendre. En 2012, dans notre sublime république, drapé dans sa bonne conscience, il grimpe les marches du temple, invoque l’injustice du monde, interpelle ses collègues politiques, culpabilise et menace. Et la majorité d’accourir et de s’apitoyer, montrant par là toute la folie de ce régime.

  21. JS

    Vous allez voir que les Socialauds vont finir par retourner leur veste sur le gaz de schiste pour continuer à financer leur incurie…

    Donc adieu à toute idée de réelles réformes en France, ces gabegies pourront durer encore bien longtemps.

  22. Greg

    Petite question grammaticale, je vous cite :

    « on ne saura rien de vraiment concret des difficultés que traversent la commune… »

    Sont-ce les difficultés qui traversent la commune, ou la commune qui traverse des difficultés ?

    Je vous laisse faire votre choix et le nécessaire.

    Mais ceci mis à part, excellent article.
    Cela me fait penser à un ancien « maire » de ma commune qui après des cours suivis à l’IDEHAP (Institut de Hautes Etudes en Administration Publique) clamait haut et fort :
    « De toutes façons, une commune ne rembourse pas, elle renouvelle les emprunts » : certes… tant que les prêteurs le veulent bien…
    C’est tout de même ce qui était présenté dans ces cours à la fin des années ’90. Ici en Suisse romande.

  23. laurent

    Ce misérable devrait être traîné au cachot le plus proche et subir la justice implacable qu’il mérite pour avoir ainsi disposé indûment du bien d’autrui.bref c’est un malandrin, un bandits de grand chemin qui devrait être traité comme tel…

  24. Pseudodopode

    En 2000, le smic était d’environ 1100€, il est maintenant d’environ 1450€ (notons qu’il a augmenté plus vite que les 20% d’inflation sur 10 ans). On peut supposer que chargés, cela représente 2200 et 2900€. Soit pour 26 millions d’euros 985 emplois, et une augmentation de 8 millions après 10 ans. La facture devrait être au plus de 34 millions. Si la population est restée constante.

    Entre 1998 et 2008, + 500.000 fonctionnaires et agents publics ajoutés aux collectivités, pour seulement 120.000 dus au transfert de compétence état/collectivités.

    Néanmoins, ce ne sont pas les communes et intercommunalités qui ont récupéré ces transferts mais régions et départements. Communes & co elles ont embauché 250.000 fonctionnaires et agents en plus, soit un passage de 1.250.000 à 1.500.000 cad une augmentation de 16%.

    Or la population métropolitaine (tout comme celle de Sevran) a augmenté de 7% en 10 ans. Avec une enveloppe de 41 millions, Sevran doit avoir 1175 agents, soit une augmentation de 20% du nombre d’agents…

    Avec une augmentation de 7%, la facture ne serait « que » de 36 millions !

    Or 41 – 36 = 5…

    Moralité : tu veux 5 millions de rallonge ? Vire les 120 inutiles que t’as embauché dans ta mairie !!!

      1. gem

        1 425,67 € brut qui font 1 118,36 € net
        L’état, dans sa grande sagesse, sait que tu est un con imprévoyant et pour ton bien il te décharge de la gestion de 300 € environ, confiés à Mme SS & M. Paul pour ton bien-être social. Dieu sait quelles conneries tu ferais si tu dépensais toi-même cette somme, mais grâce à la divine providence (alias :l’état) et tes zélés protecteurs, la tentation t’est épargnée. Tu ne leur est pas reconnaissant, ingrat ?

        1. Pseudodopode

          d’après certaines évaluations, http://quitter_la_secu.blogspot.fr/2004/11/comparons-les-contrats.html
          le coût d’une sécu privée serait d’environ 200 à 300€/mois pour le salarié.
          Toutefois rien n’est dit sur les charges de l’employeur (mais il m’est avis quelles doivent être sensiblement moins élevées : en France charges sociales et salariales payées par l’employeur : 40 à 60 % http://www.expert-comptable-tpe.fr/posts/view/charges-sociales-montant-salaire , alors qu’au Danemark il n’est que de 12%… http://www.metiseurope.eu/le-paradis-danois-impots-eleves-cotisations-patronales-faibles_fr_70_art_29322.html)

          Bref concernant la protection santé, l’employeur paye moins de charges, l’employé autant mais avec une tendance probable à l’augmentation du salaire.

          Pour la retraite (par capitalisation), prenons le cas de la suède (http://www.fiap.cl/mapamundi_eng/mapa_eng.html#) avec 18% de contribution, dont 10% pour l’employeur et 8% pour l’employé.
          Pour un smic de 1450€ brut, reversé en retraite à 75% pendant 15 ans et ponctionné pendant 35 années de travail (au lieu de 40 durée des études oblige), ça ferait 360€ pour l’employeur et 290€ pour l’employé.

          En combinant le système suédois et danois, pour un smic, l’employeur paye 535€ de santé + retraite et l’employé 560 à 660€. L’employeur fait une économie de 335€ par rapport aux 60% de charges sur ces 1450€.
          Si on suppose qu’il en reverse 2/3 à son employé et garde le dernier tiers comme le gros méchant capitaliste qu’il est l’employé gagne 225 de plus.

          Or 1450 (brut) -1120 (net) + 225 = 555€, soit quasiment les frais santé+retraite.

          La différence est qu’avec une ouverture à la concurrence des mutuelles, on peut espérer une régulation naturelle des prix.

          Par contre, il faudrait incorporer le calcul de la protection chômage.

  25. Robert Marchenoir

    Mais ce n’est pas nouveau. Rappelez-vous Jacques Lassale, député du Modem, qui, lui, avait fait une vraie grève de la faim à l’Assemblée, pour protester contre l’intolérable projet de délocalisation d’une usine japonaise de sa circonscription… vers la circonscription voisine, à quelques dizaines de kilomètres.

    Cela avait carrément provoqué un incident diplomatique avec le Japon, Sarkozy ayant, en gros, sommé le gouvernement japonais de ne pas laisser le député mourir.

    Il y avait eu une fausse concession de Tokyo enrobée dans un beau mensonge, le premier ministre japonais lui-même a été mobilisé, Lassale a consenti à cesser ses enfantillages, et puis je ne me souviens plus comment ça s’est terminé.

    Sinon que personne n’a déclaré que Lassale se foutait de la gueule du monde et qu’il avait déshonoré son titre de député.

    Alors qu’un communiste fasse la même chose… Business as usual.

    1. gem

      ouch, ça dépote :-)
      Rien que le sommaire est un festival :

      3.1.2. Des charges de fonctionnement importantes et non maîtrisées
      3.1.2.1. Des charges de personnel importantes qui grèvent les marges de manoeuvre de la commune
      3.1.2.2. Des charges financières élevées en comparaison de celles payées par les communes de la strate, au prix pourtant d’une dette fortement composée d’emprunts structurés

      4.1. Le non-respect des dispositions législatives dans la création des postes de développeurs territoriaux
      4.1.1. Un principe de recrutement qui s’est assoupli…
      4.1.2. … mais des emplois créés irrégulièrement

      4.2. Une procédure de recrutement non conforme aux textes.

      5.1. Le volet social de la politique de la ville : un projet trop vaste, sans réel pilotage et sans évaluation pertinente

      5.1.2. Le CUCS : un projet global peu lisible qui se décline comme un catalogue de mesures………………..23

      5.1.3. La mise en oeuvre du CUCS : un contrat sans gouvernance, un projet social de quartier difficile à faire émerger

      5.1.3.1. Du contrat de ville au CUCS, une gouvernance qui se renforce dans les textes, mais reste peu effective…………………………………………………………………………………………………………………………………..31
      5.1.3.2. Un projet social de territoire qui ne compense pas le manque de gouvernance……………………..34
      5.1.3.3. La dynamique espoir banlieue (DEB), politique de l’Etat qui n’a pas trouvé sa place……………37
      5.1.4. Une évaluation des résultats défaillante, mais des informations sur le suivi des actions………………..37
      5.1.4.1. L’évaluation de la PV : une exigence toujours renouvelée…………………………………………..

      5.2.1.2.1. Le contrat de ville : des objectifs « santé » ambitieux, une réalité plus modeste………………….42
      5.2.1.2.2. La mise en place de l’ASV à Sevran, une dynamique qui a échoué
      5.2.1.2.3. Une relance avortée de la dynamique ASV : l’absence de projet local de santé en fin de contrat de ville

      5.3. Le volet urbain de la politique de la ville : des répercussions inquiétantes pour les finances communales, un pilotage complexe et illégal, des obligations qui tardent à se concrétiser

      etc.
      Si ce n’était pas aussi triste ce serait tordant

  26. Deathtop

    Loin de moi l’idée de défendre Gatignon et sa mauvaise gestion ( même le front de gauche le dénonce , cf libé ), je me demande quel est l’opinion de libéraux éclairés sur la gestion d’un emblème du libéralisme en france , j’ai nommé M Balkany à Levallois Perret ? Seriez vous plus heureux de payer plus d’ impôts pour une politique libérale ? Ce qui me fait bien marrer c’est qu’un communiste et un libéral se fassent mettre bien profond par des emprunts toxiques , pas un pour rattraper l’autre , tous dans le même panier etc …

    Ahaha hah ahhahha Lol de chez lol. Balkany, libéral, ce gros blaireau socialiste conservateur ? T’as vu jouer ça où, exactement ? Looool.

    1. jmdesp

      Précisons donc Balkany n’est pas libéral au sens propre, juste autocrate, et effectivement lui aussi très mauvais gestionnaire.

      Pour faire bonne mesure, il y a un autre exemple, le maire de Bussy-Saint-Georges, très fier d’être à droite et de s’efforcer de ne pas laisser entrer un seul HLM sur sa commune, sauf que voilà lui aussi n’a aucune notion de gestion de l’équilibre économique d’une commune, et a passé 10 ans à construire toujours plus de logement pour de jeunes couples voulant devenir propriétaire, sans se préoccuper de faire venir aussi des entreprises (il cherche désespérément à redresser la barre maintenant).
      Sauf que font les jeunes couples ? Des gamins ! Donc des frais d’équipement qui grimpent de plus en plus pour la municipalité et qui sont infinancable dès que le rythme des construction ralentit ! Plus apparemment de toute façon des investissements excessivement couteux, et des partenariats privés-public ruineux sur le long terme

      1. « n’est pas libéral au sens propre »
        Ni au sens figuré, ni à côté, ni devant ni derrière. C’est effectivement un autocrate conservateur corporatiste typique de ce que la France produit comme édiles. Pas libéral pour un sou.

    2. Cany0n

      Je ne suis pas « libéral », ni collectiviste d’ailleurs mais je te réponds. Balkany n’est pas un libéral, c’est un oligarque. Regarde en chine, par exemple, les fortunes des pontes « communistes » qui profitent des efforts des esclaves chinois … de plus, Balkany ne sait vivre qu’à crédits et comme un bon oligarque, sur les autres, bien entendu … Il a troué d’ailleurs les habitants de sa ville de crédits. Ce mec là est une hone absolue.
      PS : « Liberal », ça n’existe nul part, on a dans le meilleur des cas, une forme de libéralisme étatique.

  27. Aristarque

    Po-si-ti-ve-ment Ra-vi ! ! !
    J’entends tout à l’heure que ce maire « gréviste de la faim » a réussi à obtenir une avance de 5 M€ pour tenter de rééquilibrer les finances de sa bonne ville.
    Ne rêvons pas, avec les déséquilibres de sa gestion, cela ne permettra de sauver la face que pendant quelque temps bien (trop) vite écoulé!
    N’empêche que je me demande maintenant ce qui va empêcher sérieusement n’importe quel maire copieusement chargé de bons petits prêts toxiques souscrits pour les largesses de mise (est-ce républicain?) avant élection, maire du 9.3 ou d’ailleurs, d’aller faire un petit tour de tente devant l’A.N. et les complaisantes caméras pour gémir et geindre en raison de la dureté des temps qui oblige un emprunteur à devoir rembourser les prêts non sollicités mais obtenus en sus à l’insu de son plein grè?

  28. Anastasia

    C’est dommage que vous n’ayez pas signalé que ce n’est pas la première fois que cet incapable ramène sa fraise et signale son incompétence notoire. Ca m’avait choqué à l’époque, lorsqu’il réclamait l’armée, alors que c’est quand même de sa responsabilité de ne pas laisser pourrir la situation jusqu’à de telles extremités.

    http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/06/03/le-maire-de-sevran-demande-a-l-etat-d-intervenir-contre-les-violences-dans-sa-commune_1531267_3224.html

    Oui, oui, je sais, la police c’est national, et le pauvre chou il ne peut rien faire et patati et patata. Avec tout le pognon qu’il a claqué il ne pouvait pas faire appel à une police municipale, et quand bien même elle ne puisse rien faire, elle ne pouvait pas occuper les immeubles pour empêcher les dealers de s’incruster ? Mais non, il est plus sage d’appeler maman Etat au secours quand c’est trop tard. Ce type mérite d’être emprisonné pour non assistance à personne en danger, et escroquerie massive.

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)