Expulsons de la nonagénaire !

La presse s’est à peine remise de ses émotions culturelles avec la panique cinématographique provoquée par un producteur franc du collier et le départ fiscal d’un Depardieu déjà accueilli en Belgique et en Russie que voilà déjà une nouvelle polémique dans les tuyaux : une maison de retraite privée a expulsé une nonagénaire pour défaut de paiement !

Les médias citoyens lourdement conscientisés expliquent bien les tenants et les aboutissants de l’affaire. Que ce soit Le Mâonde, Labération, ou encore le Nouvel Obturateur, ou tous les autres qui relaient avec plus ou moins d’emphase indignée la vibrante dépêche AFP, tous s’accordent à dresser le constat accablant suivant :

Dans la petite ville de Chaville (Hauts de Seine), on ne rigole pas avec les paiements des prestations des maisons de retraites, surtout lorsqu’elles sont privées. Un petit arriéré, et la sanction tombe. Si vos enfants sont joignables, un ou deux gros bras ira leur péter un genoux ou deux. Et si ce n’est pas le cas, la direction appellera le ramassage des encombrants à la Mairie pour qu’on vous jette avec violence dans l’hôpital le plus proche, splatch.

Oui, bon, j’exagère un tantinet, mais il faut bien comprendre l’effroi des journalistes lorsqu’ils se sont jetés sur l’affaire : une expulsion d’une nonagénaire, depuis une maison de retraite privée, pas de doute, on tient là un beau sujet ! Et puis, à l’évidence, le directeur est un gros capitaliste faisant passer les intérêts de son établissement privé bien avant la dignité humaine, voilà qui mérite largement d’aller interroger la ministre qui s’ennuyait, Michèle Delaunay, qui, comme chacun le sait, est en charge des personnes âgées. Par « en charge », on ne veut pas dire que c’est elle qui s’occupera des personnes âgées expulsées des maisons de retraites en les prenant chez elle, non. « En charge », ici, veut dire « en charge de toucher un rondelet salaire pour occuper un fauteuil empire confortable et effectuer quelques déclarations fracassantes ou ridicules (ou les deux) aux premiers micros mous qui se présenteront ».

Et en matière de déclaration fracassante, ça fracasse trois pattes à un canard :

« Une personne vulnérable a été expulsée sur décision du directeur à la veille d’un week-end, en période hivernale. Tous les feux sont au rouge. »

Il semble donc que pour Delaunay, c’est moins grave de se faire jeter un mercredi en juillet. Quant aux feux rouges, on ne voit pas à quoi elle fait référence. Après les clignotants au vert de Lagarde, on a maintenant les feux au rouge à cause des expulsions par Delaunay. Manifestement, ce ne sont pas ces feux-là que les ambulanciers ont rencontrés lorsqu’ils ont raccompagné la vieille dame chez son fils puis aux urgences de Châteaudun. Mais baste, passons : on comprend le courroux de la ministre puisqu’on a osé déplacer quelqu’un sans prévenir son cabinet ou son secrétariat.

Maintenant, une fois qu’on lit la dépêche et qu’on analyse un tant soit peu à froid la situation, on se rend compte que, si cette expulsion, en elle-même, est aussi inhabituelle que manifestement inappropriée, elle n’en reste pas moins un révélateur d’une situation épineuse que les politiciens (et, il faut bien le dire, les journalistes aussi) se sont empressés d’oublier. Tous se sont en effet retrouvés pour pointer du doigt les errements du directeur de l’établissement, en soulignant à la fois sa décision motivée à l’évidence par un goût des bilans équilibrés par trop développé et forcément au détriment de l’humain. Ils n’ont pas hésité à retranscrire les montants d’arriérés (40.000€, voilà le prix de la tranquillité pour une nonagénaire en maison de retraite, c’est une somme, mon pauvre ami, c’est une somme !) ainsi que le coût de cette maison de retraite, à la journée (124€, rindez-vous compte ma bonne dame !).

On connaît maintenant sans mal le nom de l’établissement fautif, le nom de son directeur, les tarifs (indécents, je vous le dis, indécents autant que capitalistes et inhumains, c’est une évidence !) et même le prénom de la malheureuse pensionnaire ainsi jetée dans la froidure et l’opprobre en plein mois de janvier à l’orée d’un week-end (celui de la galette des rois, en plus !)… On en sait peu, en revanche, sur la famille de la vieille dame. Tout juste sait-on que le fils est un praticien de l’hôpital privé d’Anthony, qu’il a su rester très discret, qu’il a les moyens de régler la facture, et que les demandes et appels de la maison de retraite sont restés sans réponse.

Lorsqu’on demande son avis détaillé à Laurent Boughaba, directeur d’exploitation du groupe propriétaire de la maison de retraite privée de Chaville, on se rend compte que l’établissement en question avait tout de même pris quelques mesures pour tenter de dénouer la situation. Ainsi, les enfants de la vieille dame placée là depuis deux ans n’auraient quasiment jamais réglé les frais d’hébergement de leur mère :

« La situation ne pouvait plus durer. Il y a un mois et demi, pour les faire réagir, nous n’avons pas trouvé d’autre solution que de rompre le contrat. Nous avons écrit plusieurs lettres recommandées au fils qui s’occupe administrativement de sa maman pour lui demander de la prendre en charge. Nous lui avons téléphoné une dizaine de fois. Mais il n’a pas réagi. Nous avons alors pris l’initiative de faire reconduire sa mère à son domicile, à Brou. »

La conclusion est évidente : c’est la faute du directeur. Forcément, c’est un établissement privé. La ministre, le défenseur des Droits de l’Homme (Dominique Baudis), le parti communiste (oui oui, lui aussi), tous se sont emparés de l’affaire pour faire rendre gorge à ce gérant trop près de ses sous. Pas un pour se demander si le fils n’est pas un tantinet responsable de la situation. Pas un ne semble vouloir demander plus d’explication avant de condamner l’établissement. Pourtant, une facture de 40.000€, à 124€ par jour, cela nous fait plus de trois cent jours de battement, durée pendant laquelle on suppose que les uns et les autres auraient pu se concerter.

On regrette qu’une telle cohorte de gens offusqués ne se soit pas réveillée lorsque, par exemple, Marcel, 81 ans, qui produit lui-même son électricité depuis des années grâce à la rivière qui passe dans son jardin, a été déconnecté d’EDF à cause d’une installation jugée non conforme. Le voilà sans chauffage en plein hiver, mais là, la dignité humaine tagada tsoin tsoin.

Toute cette affaire montre de façon claire plusieurs choses troublantes : d’une part, il semble bien plus facile de trouver dans le directeur d’un établissement privé un solide bouc-émissaire alors que, dans la situation présente, la famille de la nonagénaire semble pourtant directement responsable de la situation ubuesque et des arriérés calamiteux. D’ailleurs, les premières prises de paroles du fils discret montrent bien qu’il est tout froissé du traitement réservé à sa mère, qu’il choyait, mais dont il ne payait pas les factures oh pardon c’est un petit oubli sur deux ans je vais y penser promis juré craché.

Finalement, cette affaire (et chaque cas de maltraitance sur des personnes âgées) montre assez bien l’état de déliquescence assez nauséabond dans lequel la société française a sombré dans sa gestion de la vieillesse. L’Etat-nounou s’occupant de tout, la population a pris pour habitude de s’en remettre à lui pour s’occuper des ancêtres. C’est l’État qui pourvoit à la retraite, c’est aussi l’État qui pourvoit aux frais de santé, il est donc logique qu’une personne âgée (et encombrante pour une famille « moderne ») soit, in fine, à la charge de l’État. Les actifs, les moins vieux ou les plus jeunes peuvent donc vaquer à leurs occupations et tout, dans les réactions — ministérielles et autres — montre qu’on a complètement intégré cette réalité.

En attendant, cette histoire illustre à merveille que le coût des personnes âgées continue de grimper pour la collectivité à mesure que l’espérance de vie augmente. Et on aura tout fait pour : entre la retraite (collectivisée) qu’il faut bien payer (alors que le nombre d’actifs diminue) et les coûts de santé (collectivisés) de plus en plus astronomiques — parce qu’en plus, ils gobent de la pilule comme des cacahuètes à l’apéritif, ceux-là ! — on comprend que vivants, ils sont une foutue charge pour l’État. Alors qu’objectivement, morts, ils rapportent gros : frais de concession au cimetière, taxes et frais d’inhumation, impôts sur la succession, revente des biens immobiliers qui remettent des maisons sur un marché toujours présenté comme en pleine pénurie, récupération des assurances-vie oubliées et des comptes bancaires perdus, tout ceci rapporte un joli pactole à cet État qui a de plus en plus de mal à cacher son cynisme.

En fait, si vous êtes vieux et socialiste et que vous désirez vraiment sauver l’état social-démocrate, il vous reste une solution idéale : suicidez-vous !

Vieux socialiste ? Suicidez-vous !

J'accepte les Bitcoins !

15bCHk5Aoqh4Yot1zUaeqUPpCX1a3fBLsX

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires125

    1. Stéphane

      Ce sera « l’euthanasie citoyenne ». Elle sera accordée après N années de retraite* et après, couic.

      La retraite c’est bien, en abuser ça craint.

      * sauf pour certaines catégories, comme les retraités du service public, politiciens et autres âmes nobles ayant consacré leurs vies au bien commun

      1. Pythagore

        Vous me rassurez: « la retraite c’est bien , en abuser ça craint » sauf (….)comme les retraités du service public, (…….) ayant consacré leurs vies au bien commun…!!!
        Je vous annonce que dans quelques années je serai en retraite… du secteur public…
        donc à vous lire: « en retraite ce sera bien, et en plus JE POURRAI EN ABUSER sans que ça craigne…. »!!!!
        Waouhhh…..merci, merci, merci, je suis rassuré….
        Je ne serai pas euthanasié citoyennement…
        J’ai donc encore de longues années devant moi….et tranquille !!!
        Je vous inviterai à mon pot de départ en retraite….n’oubliez pas de me laisser votre adresse !!
        Bien cordialement

    2. Aristarque

      Notre gentil gouvernement bisounoursesque n’a t’il pas dans ses projets sociétaux de légaliser l’euthanasie?
      S’il s’inspire des Grecs et de leurs 580 métiers « pénibles » ouvrant droit à la retraite anticipée pour définir les cas légaux d’euthanasie, les octogénaires ont du souci à se faire quant à leur longévité potentielle…

    3. Higgins

      « C’est la piqure finale
      qui sauve nos retraites.
      La piqure finale
      sera pour vous demain »

      sur l’air bien connu de la mondialisation prolétaire.

  1. Fergunil

    C’est normal d’accuser le directeur d’établissement : il ne s’intéresse pas qu’aux faibles (réels ou imaginaires), partant de la, c’est un traite à la France.
    En socialie, non seulement il faut se saigner pour les autres, mais il faut en plus leur dire merci pour nous avoir donné l’opportunité de les aider, et les remercier encore une fois quand on se fait cracher dessus (car on aurait pu se prendre un caillou)
    Pays de merde

  2. zen aztec

    On peut aussi se demander si la vieille dame n’avait pas distribué ses biens à charge de ses enfants d’assurer ses vieux jours,comme vous je pense que les e…..s c’est eux

  3. Higgins

    Sur Europe, ce matin, on a eu droit au plaidoyer larmoyant d’un des enfants qui, évidemment, ne comprend pas le pourquoi de cette mesure inique!!!
    Nos chers journaleux, toujours prompts à nous faire pleurer sur le sort de ces pauvres vieillards abandonnés, oublient de mentionner que, dans bien des cas, le fameux vieillard n’a été qu’un très sale c… tout au long de sa vie et que s’il est seul au seuil de sa vie, c’est qu’il a consciencieusement fait le vide autour de lui les années précédentes. Il ne paie là que la rançon de son attitude. Ça n’exonère pas la progéniture de ses devoirs mais l’explication se limite souvent à cela. Sinon, l’autre potiche aurait mieux fait de la boucler et renvoyer les intéressés devant leur responsabilité. L’assistanat institutionnel n’a que des effets pervers.
    La conclusion de ton billet m’a rappelé une nouvelle de Richard Matheson où un « vieux », ayant reçu son titre d’euthanasie, refuse d’obtempérer. Une amie de ma fille (20 ans), socialiste pure et dure si ce n’est pas Front de Gauche ou plus extrême, trouve normale de supprimer les personnes devenues inutiles à la société!!! Nous allons droit vers un sympathique « meilleur des mondes ». Serais-tu devin?

      1. La Coupe Est Pleine

        c’est le nom original de « Soleil Vert » avec Charlton HESTON
        http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=300.html

        En fait dans un futur proche l’humanité est en proie à une surpopulation, combinée à une destruction de son environnement (soit la prophécie des pastèques escrologistes) La seule solution restante pour donner à manger à la grouillante population : lyophiliser les morts pour en faire des petites galettes vertes (Green Soylent) et distribuer les galettes gratuitement.

        Le scénario est assez vite expédié, l’intrigue bâclée. Comme dans beaucoup de films des années 70, en somme …. ça me rappelle un sujet récent de ce blog ….

    1. Aristarque

      De mémoire, l’amie de ta fille veut qu’on applique concrètement les recommandations du camarade wladimir Ilitch…
      Rappelons qu’il était possible de s’en aller de la RDA, une fois à la retraite, sans conserver évidemment le chèque à la fin du mois…

      1. Théo31

        Rappelons que pendant la famine de 1891-1892, le camarade Vladimir Ilitch refusa de porter la moindre aide à ses frères humains qui crevaient dans la rue au motif que ça retardait la naissance du prolétariat et la révolution socialiste.

    2. vengeusemasquée

      Nos chers journaleux, toujours prompts à nous faire pleurer sur le sort de ces pauvres vieillards abandonnés, oublient de mentionner que, dans bien des cas, le fameux vieillard n’a été qu’un très sale c… tout au long de sa vie et que s’il est seul au seuil de sa vie, c’est qu’il a consciencieusement fait le vide autour de lui les années précédentes. Il ne paie là que la rançon de son attitude. Ça n’exonère pas la progéniture de ses devoirs mais l’explication se limite souvent à cela.

      Bah ouais. Ma grand mère est passée de vie à trépas toute seule. Ni mes parents ni moi-même n’avons déboursé un sous, et l’ensemble sans le moindre scrupule. C’est pas bien de dire du mal des morts mais elle l’a bien cherché, radasse.
      Personnellement, j’espère que l’Etat n’a pas dépensé un sous pour elle et cela ne m’aurait pas choquée que l’agonie soit écourtée. :lol:
      Oh que c’est vilainpabisou !

  4. infraniouzes

    124 € par jour ? Intéressant…. Et on a droit à quoi pour ce prix là ? Un Flamby au dessert, une compote pas trop sucrée ?
    Je suis d’accord, les enfants ont poussé le bouchon un peu loin. Mais qu’on se penche un peu plus sur les tarifications « à la gueule du client » que pratiquent ce genre d’établissement. Il y a des mouroirs à 2 balles dont un chien ne voudrait pas et des établissements si luxueux qu’on se croirait dans un cénacle d’hommes politiques en séminaire.
    Le fils de cette dame a peut être pété plus haut qu’il n’a le c… ? Et quand sa femme a réalisé le coût exorbitant de la pension ad vitam elle a dû dire à son Jules; c’est MOI ou ta mère….

    1. Aristarque

      Sur les 124 euros, il y a déjà 7 euros minimum de TVA qui est encore à 5,5% après qu’il y ait eu de la bagarre sur le sujet lors du relèvement à 7%. Mais il y a peut-être plus de TVA en réalité parce que l’administration fiscale considère que les locaux mis à disposition des pensionnaires autres que leurs chambres (restaurant collectif, séjour collectif, etc…) doivent être taxés, eux à 19,6% pour leur quote-part dans le calcul du coût journalier …

    2. Lameador

      La maison de retraite de Chaville est pas TROP mal (je la connais un peu). Ca reste une maison de retraite, c’est à dire un mouroir chic, où les pensionnaires ont moins de chance de ressortir vivants qu’à Alcatraz.

      Avez vous une expérience dans le soin aux personnes agées dépendantes ? Pourquoi n’ouvrez-vous pas votre propre maison de retraite à but lucratif ?

      S’occuper de personnes lourdement dépendantes nécessite énormément de moyens humains, de compétences médicales et non médicales. Si vous voulez des médecins, des infirmières et des techniciens, avec un employé pour 4 personnes, bonne chance pour créer une maison de retraite sous ce prix la.

  5. lapin malade

    Et comme à chaque fois , les journaleux se jettent sur l’info sans réfléchir , sans prendre de recul . Aucune analyse , que de l’émotion .
    Et puis vous écrivez que les ambulanciers ont « raccompagné la vieille dame chez son fils puis aux urgences de Châteaudun ». Pourquoi n’a t’il pas gardé sa mère ?

    1. Aristarque

      Quand on case mamie à Chaville et qu’on habite dans le secteur de Chartres (soit un AR de 120 kms à peu près), cela indique bien qu’on n’a guère envie de passer tous les jours la voir, ni même souvent…

      1. YP

        Si ça se trouve, il s’est établi sur Chartres depuis un moment pour son activité pro, et mamie ne voulait pas quitter la région ou elle a vécu toute sa vie.

        Ca n’excuse pas grand chose, certes ; mais cet argument précis ne me semble pas très solide.

        1. Aristarque

          A nonante et quelques années, la plupart de vos ami(e)s de la même génération savourent les pissenlits par la racine…
          Il n’est pas dit si Mamie a encore toute sa tête mais il me semble que l’EHPAD devient l’horizon quotidien de ses pensionnaires de cet âge qui n’en sortent plus que pour rejoindre le cimetière…
          A en juger par l’histoire présentée par les journaux (ainsi que par RTL où ça larmoyait fort hier soir après les Grosses Têtes), les enfants n’avaient visiblement pas pour objectif principal ni même secondaire de tenir compagnie à Mamie…

  6. FloC

    Merci pour ce post H16! Quand j’ai vu cette info, j’attendais impatiemment les réactions des journalistes, politiques etc…alors un post dessus!
    Je suis moi même directeur d’un ehpad, vrai nom des maisons de retraite et je suis atterré par les réactions condamnant le directeur…je m’explique, tout d’abord le tarif de 124€ jour dans le 92 n’a rien de scandaleux, ce sont les tarifs de paris et idf pour l’hébergement auquel vous ajoutez environ 6€ pour la dépedance, soit 130€ jour, 3900€ le mois et donc plus de 10 mois d’arriérés! Si les enfants ne peuvent pas payer, il y en a des nettement moins chère en province (60€ jour).
    Ensuite je ne sais pas si les enfants ont lus le contrat de séjour mais c’est une des clauses de résiliation prévue dans tous les contrats de séjour. En cas de non paiement répété des factures l’établissement peut résilier le contrat après une mise en demeure en lrar restée sans réponse pendant un mois…vu la durée des impayés, j’ose imaginer que le directeur avait entrepris différentes démarches avant d’en arriver à cette extrémité.
    Si la procédure a été respectée, aucun problème pour moi, je précise à la personne en charge de ce domaine (je préfère ne pas citer son nom, ça lui ferait de la pub) qu’il ne s’agit pas d’un bail locatif mais d’un contrat d’hébergement! Enfin à tous ceux qui sont scandalisés du prix d’un ehpad, venez voir la tonne de réglementations à respecter et vous comprendrez pourquoi c’est si cher…

      1. FloC

        Je vous en prie, c’est bien normal et on rigole assez quand je dis mon métier pour pouvoir un peu la ramener aujourd’hui.
        Au passage si 124 € c’était trop cher pour lui, l’établissement propose des chambres à 99€…

  7. daredevil2007

    Comme toujours, je me suis régalé ;) Un grand merci donc!
    Petite question : « 124€, rindez-vous compte ma bonne dame » = rindez ou rendez?

  8. Pandora

    Pas d’accort avec la conclusion :
    Les morts rapportent beaucoup à l’Etat mais ce sont toujours les vivants qui payent (encore et toujours plus)!

    Les vivants rapportent beaucoup plus à l’Etat tout au long de leur vie que les morts.

    1. Les actifs, oui. Les imposables, les consommateurs, oui. Mais les vieux grabataires, franchement, je ne pense pas : ça consomme peu et mal, et ça coûte un pont. Le bilan doit être très négatif.

      1. gillib

        Oui mais ils consomment français :)
        Les zactifs y consomment chinois.
        C’est l’avenir de la fraonce, des vieux soignés par des futurs vieux.

        1. Que la France devienne un mouroir, oui, c’est effectivement son avenir à n’en pas douter. Mais si les vieux rapportaient plus qu’ils ne coûtent, la France serait en croissance constante. Ce n’est pas le cas. Ergo …

      2. Pandora

        Les vieux rapportent aussi, même s’ils sont grabataires : il faut bien payer les soins (de plus en plus techniques et coûteux, ce qui permet de faire progresser la médecine par ailleurs) et la France a fait le choix de « collectiviser » ces dépenses = les actifs payent (comme toujours) !

      3. babarabobo

        « Le bilan doit être très négatif. »

        Cela dépend pour qui H16… Pendant 150 ans les médecins ont bataillé pour mettre les bonnes sœurs à la porte de l’hôpital… Ils les ré-invitent depuis 10 ans, maintenant que s’ouvre le débat sur l’euthanasie et l’acharnement thérapeutique…
        Un vieux vivant, ça occupe un lit dont la concession par l’État est supérieur au cimetière.
        Bisous

        1. Encore une fois, du point de vue du médecin, de l’établissement, le bilan est peut-être positif. Du point de vue de l’Etat qui doit payer pour le lit, pour le médecin, pour l’établissement, pour la retraite et les remboursements des frais médicaux, le bilan est négatif.

  9. Pierre

    C’est de la racaille ces fils. Les mecs ne payent pas et se plaignent ensuite.
    A votre avis, à quoi s’apparente un tel comportement?
    Et bein à du socialisme.
    On a des droits, et pas de devoirs.
    Puis, comme on est des humains, on a le droit de profiter des services sans payer. Bein oui, la gauche n’a de cesse de défendre les pauvres victimes d’un pays trop méchant.

    Une honte ces enfants!

    1. Comme mentionné plus haut, il y a probablement la responsabilité des enfants, mais il n’est pas impossible que la vieille fut infernale et que les enfants voulaient s’en éloigner. Ca existe aussi. Légalement en tout cas, ce sont bien les enfants qui sont responsables, bien avant le directeur d’établissement.

  10. Ron Paul

    La nonagénaire avait des biens gérés par ses enfants, et elle n’était pas sous curatelle. Cela sent la spoliation à plein nez.

    Ce sont les enfants solvables les pourritures, qui osent après se plaindre sur les ondes.

    L’un de mes premiers rendez-vous, fraîchement sortis de la FAC, fut deux couples, bien sous tous rapports, accompagnés de leur gentille progéniture, qui me demandaient comment virer leur mère, pour récupérer ses biens, et la mettre en maison de retraite, car le père venait de disparaître.

    Jamais je n’oublierais la tronche rigolarde du big boss, mon mentor, que je rejoignis dans son bureau, face à ma mine déconfite, qui m’annonça ‘’ Bienvenu dans la vraie vie, celle que l’on côtoie tous les jours, mais que l’on n’apprend jamais dans les livres’’.

    Pas loin de la retraite, rien n’a changé, bien au contraire, je ne m’étonne plus de rien… et même plus !

  11. mominette

    Pourquoi réchigner sur le tarif d’une maison de retraite palacieuse, quand de toute manière on n’a pas l’intention de payer ?

    Mieux encore, il suffit de laisser pourir la situation, et d’en appeler aux média (toujours prêtes comme des scouts)pour stigmatiser un traitement « indigne » – une balade en ambulance avant d’arriver dans un hôpital – en omettant soigneusement le devoir d’assistance des enfants à leurs parents.

    Mais dans la logique bisounours, le propriétaire doit héberger gratuitement les cas sociaux tout en payant le foncier, les taxes et en renonçant à tout rendement de son capital, l’hôtelier doit recevoir des familles en pension complète sans contrevaleur, et les homes privés tourner sans argent.

    Mon seul regret est que le directeur du home en question se soit excusé !

  12. ludo44270

    Entendu ce matin à la radio, il semblerait qu’ en deux ans, la vieille dame n’ait reçu que 2 visites et également que sa pension de retraite couvrait largement les frais de sa maison de retraite. Je n’ai pas entendu la suite, mais cela corroborer que le problème et avant tout familial.

  13. Nocte

    Je vois que je ne suis pas le seul à avoir remarqué cette pression sur le terme « privé ».

    Maison de retraite « privée »
    Etablissement « privé »

    Chaque journaliste que j’ai entendu pointait toujours du doigt le côté privé de l’établissement, ainsi que la somme d’arriérés (face à une pauvre femme sans défense lâchée honteusement par l’ogre privé capitaliste).

    Ca fait froid dans le dos.

    Pire encore, le message sous-jacent : vous pouvez ne pas payer, l’Etat tapera sur le privé… sans compter qu’on a pu deviner l’idée d’un glissement d’un contrat d’hébergement vers un bail locatif, dans le but de contrer un potentiel nouvel épisode d’expulsion hivernale.
    Actuellement, le gouvernement sait qu’il ne peut agir, donc il fait ce qu’il sait faire le mieux : s’agiter en tout sens sur la scène, en s’apostrophant de la situation, en dénonçant le faux coupable. M’est avis que la réglementation va bouger dans les prochains mois.

    1. Pandora

      C’est un cas concret de spoliation de la propriété privée au sens de F.Bastiat (le droit qu’à le travailleur sur la valeur qu’il a par son travail).

      Et on peut aussi remarquer que la Justice, institution nécessaire pour faire respecter la propriété privée, n’a pas du tout réussi à faire payer les débiteurs malgré leur condamnation.

    2. YP

      Oui, « privé » c’est le mal. Diabolisez le mot et vous pourrez enfin faire sauter cette satanée propriété « privée » qui embête tout le monde…

  14. doumet

    Sur RMC, ce matin, on a eu droit à la visite du directeur de l’établissement, ce devait être un débat avec le fils, mais il avait (encore) fait faux bond… Il s’avère que les chiffres donnés par le directeur sont encore plus éloquents, puisque le débit serait bien de 40000 euros, mais sur 18 mois, et qu’il faut ajouter que la pov’dame a droit à une retraite de 2700 euros par mois. Elle gagne donc assez pour payer sa maison de retraite toute seule ! Et de rajouter (sournoisement, on voit bien que c’est un réac qui ne sait pas ce que c’est qu’un famille modern’) que la dame n’avait reçu, depuis qu’elle était là, que deux visites…

    1. Before

      Un des fils interrogé sur Europe 1 (le même qui a fait faux-bond à RTL ?) affirmait qu’il lui rendait visite une fois par semaine; mais que ce n’était pas lui qui gérait les affaires de sa mère.
      Je ne pense pas qu’on connaisse un jour la vérité, c’est pas vraiment important d’ailleurs, mais c’est la Pignoufferie de Presse(c) sous-jacente qui est intéressante.

    2. Aristarque

      A 2.700 euros/mois (pension tout de même confortable que bien des actifs qui font tourner le système n’ont pas à la fin du mois) Mamie n’en avait pas assez pour payer une facture de 3.900 euros environ…
      Mais le Code Civil est formel, il y a obligation d’assistance des enfants envers les Parents et la Cour de Cassation est toujours restée intraitable sur ce principe, depuis Napoléon…
      Le directeur de l’EHPAD aurait peut-être dû assigner les enfants à ce titre mais il faut reconnaître que cela ajoutait immédiatement des frais à l’arriéré et pendant de longs mois avant de pouvoir espérer toucher les paiements.
      Quant aux enfants, honte à eux surtout sur celui qui est médecin, profession pas particulièrement maltraitée en rémunération, même en milieu hospitalier…

      1. doumet

        Enfin, tout de même, ce qui est choquant, c’est que non seulement sa famille n’a pas payé la différence, mais qu’en plus quelqu’un a touché les 2700 euros en question, tous les mois, et ne les a pas utilisé pour payer au moins une partie de la facture de mamie…

        1. simple citoyen

          Si les chiffres donnés ici sont corrects, il n’y a pas grand mystère. 3900€ par mois et 18 mois d’arriérés, ça ne pouvoir dire qu’un chose: que les enfants ont affecté la retraite au paiement des factures mais n’ont pas abondé la différence, sinon il s’agirait d’arriérés sur une période plus courte de 11 mois. 40k€ sur 18 mois ça fait 2222€/mois. Ils ont donc payé 1678€ par mois sur les 3900€. On peut imaginer que le reste de la retraite a servi à payer les impôts et autres charges. Je ne serais pas étonné qu’il y ait un peu d’immobilier dont elle refuse de se défaire ou occupé par un des enfants, et nous sommes dans le cas classique d’une affaire de famille… Pas de quoi justifier l’envolée lyrique de nos bien-pensants, sauf si c’est l’occasion de nous préparer le terrain pour une nouvelle loi bien clivante et son déroulé en mode « malhonnêteté intellecutuelle » histoire de détourner l’opinion des sujets qui fâchent vraiment.

  15. John Bigballs

    Les réactions de nos médias, politiques, syndicats, personalités publiques,
    scénarios de films … sont tellement toutes téléphonées d’avance, pavloviennes, carricaturales, robotiques, totalitaires.
    qu’il n’y a plus aucun besoin d’allumer télé, radio, ni d’ouvrir un journal pour savoir ce qui va être dit ou pas.

    Jamais rien de nouveau, de surprenant ou d’excitant, juste une sempiternelle soupe sans saveur, un horizon dont la couleur varie du rose clair au rouge foncé.
    Et après ça prétend en toute bonne fois que les raisons de la crise sont complexes !

    Je me demande avec quelle facilité on pourrait remplacer tous ces colporteurs de la pensée étatique qui les nourrit grassement par un programme informatique qui prédirait le traitement d’une dépèche à partir de simples mots clés.

    privé -> finance mondialisée apatride -> capitalisme -> liberalisme -> mal absolu.
    public -> justice -> égalité -> gratuité -> exception culturelle …

    Surement un peu plus compliqué que ça.
    On pourrait faire appel à 2 ou 3 spécialistes internationaux du langage et de la logique.
    Pour quelques millions d’euro de frais de conception (soyons fous !), on tiendrait un portail de news rentable qui remplacerait avantageusement tous ces milliards de subventions annuelles et les sbires que ça génère.

    1. Calvin

      Ta dernière phrase tue tout ton raisonnement : AUCUN homme politique vivant ne supprimera de subventions qui lui permettent d’être ré-élu.

      1. John Bigballs

        En fait c’est juste une idée, qui serait bien sûr écrasée par une nuée unanime de « touche pas à mon étatisme » , mais que je trouve quant même vertigineuse, affolante :
        l’idée que techniquement, on pourrait allègrement remplacer tout cette propagande, toutes ces subventions, ce ‘travail’ quotidien de milliers de perroquets par un seul petit programme informatique, limite conçu par un seul gars au fond de sa piaule en quelques jours,
        sans qu’il n’y ait vraiment de perte de valeur ajoutée pour le spectateur.

  16. Lib

    Ce qui est magnifique, c’est que l’établissement est le seul à avoir été généreux dans cette histoire.

    Ils ont hébergé la vioque (quasi) gratuitement pendant 18 mois, lui faisant un cadeau (ou au minimum un prêt) de 40000 boules. Je serais personnellement assez surpris qu’ils arrivent à récupérer leurs sous.

    La vioque n’a pas payé. Les enfants n’ont rien payé. Les medias n’ont rien payé. Les politiques n’ont rien payé.

    Bienvenue en socialie. Ceux qui ne donnent rien et n’envisagent absolument pas de donner insultent ceux qui donnent parce qu’ils ne donnent pas assez.

    Priceless.

    1. PAF

      C’est vrai!
      C’est pile-poil a l’image du reste: si vous etes dans la classe moyenne et que la vie est dure, tout va bien.Mais si jamais vous dites payer trop d’impots, subitement vous devenez un sale riche qui merite de cracher.

    2. Théo31

      « Les medias n’ont rien payé. Les politiques n’ont rien payé. »

      Evidemment, aucun de ces enculés de crevards de journaliste et de politocards n’a proposé de payer une partie des frais. En revanche, pour se faire de la thune et de la pub sur le dos de la vieille dame, le proxénète qui sommeille dans chaque socialiste est toujours à l’affut.

    3. Sansintérêt

      Ça vaut le coup de bien choisir son métier. Éviter tout ce qui a une utilité sociale, les socialistes ne vous lâcheraient pas !

    1. Calvin

      Oui, mais ils ont eu la présence d’esprit d’insérer ça et là des mots différents pour qu’on ne croit pas à un repompage en règle.
      C’est que ça bosse dur un journaliste de la presse nationale française !

  17. PAF

    une chose de plus: le bon sens a l’air d’etre present dans les commentaires des articles; ceux-cis sont meilleurs du point de vue editorial que l’article lui-meme.
    Conclusion: les journalistes francais officiant dans les grands propagandistes ideologiques sont des gros enculés.
    Ca n’est pas nouveau.A mon avis il convient de le rappeler souvent.
    Le bulletin de vote ‘Bande D’Enculés’ de H16 merite une adaptation destinee a la presse francaise.

    Un truc qui pourrait marcher ca serait un autocollant waterproof avec la tronche de Joffrin (ou plutot devrais-je dire Mouchard)et de Plenel, a coller au fond des chiottes.

  18. Robert Marchenoir

    Vous avez tout faux. Ce directeur est évidemment un salopard. On ne jette évidemment pas un vieillard de 90 ans à la rue comme une vieille loque quand le loyer n’est pas payé.

    On a recours à la justice. Il y a des lois, dans spéhi.

    Ou alors, on ne fait pas maison de retraite. On fait Franprix, McDonald’s, Bar des amis, trader à la Société générale, blogueur libéral… C’est très bien aussi. C’est très respectable.

    Quand on veut se lancer dans le business de la maison de retraite, il faut accepter les contraintes du marché et de la clientèle. Dans le marché de la maison de retraite, les clients sont vieux. C’est bien ce qui permet à ce directeur de faire de l’argent. Si les vieux n’étaient pas faibles et démunis, on ne pourrait pas faire des bénéfices avec une maison de retraite.

    La contrepartie du fait qu’un vieillard rapporte de l’argent par sa faiblesse même, c’est qu’il peut aussi être difficile de percevoir le prix de la chambre, pour toutes les raisons que chacun a en tête.

    Par conséquent, on prévoit le cas avant. On en tient compte pour monter son business. On agit avec professionnalisme, tact et dignité.

    Dans le cas présent, il semble que les enfants soient également en faute. Ils sont solvables, ils ne payaient pas.

    Eh bien il faut engager une procédure, et pas seulement « envoyer des lettres recommandées ». Envoyer des lettres recommandées, c’est ce que fait un pauvre sans moyens quand il se fait arnaquer par une grosse boîte. Une entreprise a d’autres recours.

    Ca prend du temps ? Bien sûr que ça prend du temps. Et donc ? Ce sont les risques du métier. Si on ne les accepte pas, on fait un autre métier.

    Quand vous êtes médecin et qu’on vous amène un type évanoui, vous ne lui demandez pas sa carte bleue avant de le soigner. Vous le soignez. Il vous fait un enfant dans le dos et ne vous paie pas ? Oui, c’est possible. Ca peut arriver. C’est compensé par l’écrasante majorité des patients qui payent. Vous lui ferez un procès plus tard, si vous y tenez.

    Quant à ceux qui suggèrent que c’est bien fait pour la gueule de la vieille parce que c’était sûrement une salope du temps de sa jeunesse, les mots me manquent pour qualifier un tel cynisme.

    Le libéralisme a bon dos.

    Accessoirement, c’est à cause d’attitudes de ce genre que la plupart des gens dans spéhi assimilent le libéralisme à un égoïsme révoltant.

    1. Vous avez lu les dépêches au lieu de sortir des bêtises ? Les procédures ont été engagées. La justice a été saisie. Et les enfants s’en foutaient. Il ne semble pas que les enfants soient en faute. Ils le sont. C’est ainsi. Il y a la réaction, dans les commentaires ici présents, d’un responsable de maison de retraite. Regardez ce qu’il en dit.

      Bref : votre réaction est assez pathétique, surtout lorsqu’on lit tout ce que les responsables de l’établissement expliquent.

      1. Matthieu

        Techniquement on a pas le droit d’expulser quelqu’un de plus de 70 ans.
        Ca peut se comprendre, tous les vieux n’ont pas des enfants pour payer leur purgatoire, même si c’est plus de leur faute que de la notre évidement.
        Ensuite même si le directeur fait en sorte dans son discours de faire croire qu’il s’agissait d’une simple balade, c’est qu’il sait très bien qu’il ne peut juridiquement pas la foutre dehors et il tente de se couvrir. (le boulet ^^)

        1. Sauf que merci de relire le témoignage ci-dessus de FloC qui ne va pas du tout dans votre sens et qui en sait manifestement un peu plus long que vous sur la question.

      2. Gougnafe

        L’un des fils de cette dame est gynéco à l’HPA (Hopital privé d’Antony), l’autre est gestionnaire de patrimoine.
        Ils sont très loin d’être dans le besoin.
        Si indignité il y a je trouve qu’elle est plutôt de leur côté !

    2. PAF

      « Vous avez tout faux. Ce directeur est évidemment un salopard. »

      Robert avais deja atteint ses limites sur les question liees a l’immigration, la on sent qu’il a passe le cap et pedale dans la semoule, pauvre Robert.

    3. monoi

      Surtout qu’elle ne s’est pas retrouvee dans la rue, genre marchande d’allumettes, mais a l’hopital.

      Ceci dit, c’est vrai qu’il y a beaucoup de gens qui meurent dans les hopitaux.

    4. Elphyr

      Quand l’opération du malade demande 40’000€ (ie énormes moyens logistiques, un peu comme soigner des retraités pendant 1 an et demi…), oui, on lui demande une garantie de paiement ; pas instantanément, mais qu’on ne lui sauve pas la vie pour qu’il crève au final sans rien n’avoir rendu (c’est de la logique, pas du libéralisme).

    5. Sansintérêt

      « C’est compensé par l’écrasante majorité des patients qui payent. »
      Vous avez oublié « plus cher » à la fin de votre phrase. « Ah mais non! c’est déjà trop cher ! »

      « Ou alors, on ne fait pas maison de retraite. On fait Franprix, McDonald’s, Bar des amis, trader à la Société générale, blogueur libéral… C’est très bien aussi. C’est très respectable. »
      C’est bien ce qui se passe ! Ne vous étonnez donc pas qu’il n’y ait pas assez de maison de retraite, c’est à dire de gens prêt à s’y investir et que les prix soient si élevés.

  19. peste et coryza

    Pour avoir de la famille travaillant en maison de retraite en province, je peut apporter quelques éléments :

    – le marché des maisons de retraites a été massacré sous Sarkozy.
    – la plupart des clients sont vieux, dépendants voire grabataires, et pas solvables au vu des prix pratiqués par les établissements.
    – les vieux sans enfants par choix ou contrainte (sale gueule, troubles divers, vieux paysans arriérés, grands timides), il y en a. Quand ils sont en maison de retraite, c’est qu’ils y ont été placés sur décision administrative. Ils sont insolvables en général.
    – la plupart des enfants de vieux placés ne sont pas solvables au vu des prix pratiqués par les établissements.
    – un vieux qui est dépendant (Alzheimer) coute la peau du cul, et la famille ne peut pas s’en occuper…
    – on voit pas mal de cas de familles vendant la maison du vieux voire la sienne (celle de la famille, hein !) pour payer la maison de retraite.
    – la famille en a parfois rien à secouer… ou cherche à piquer l’héritage.
    – il y a différentes qualités d’établissements de retraite. Certains font une étude sur leurs clients et leurs familles pour déterminer leur solvabilité.
    – pour les clients insolvables, il y a la socialie.
    – maintenir le vieux dans sa maison, au besoin en faisant appel à une infirmière (comme cela se fait dans beaucoup de pays), coute bien moins cher que le placement en maison de retraite, pour la famille comme pour l’état.

    Dans le cas décrit dans cet article, on a plusieurs éléments contraires à ces généralités :
    – la vieille est dépendante
    – elle est thunée, ses fils encore plus.
    – les fils en ont rien à secouer.

    On ne le répétera jamais assez, mais le meilleur système de retraite est connu depuis des millénaires :
    – maison familiale.
    – les vieux à la maison et s’occupent des petits enfants
    – les parents au boulot
    – faire des chiards pour avoir quelqu’un pour s’occuper de ses vieux jours, sinon, priez pour rester en bonne santé jusqu’au moment de casser sa pipe.
    Pourquoi croyez vous que les mariages arrangés, les filles qui restent auprès de la famille du mari et autres systèmes du genre ont été la norme jusqu’à il n’y a pas si longtemps ?

    1. Enjoy

      Bravo pour ce rectificatif , je suis rassuré d’avoir fait deux garçons …lol .. et je prévois de longue date d’accueillir mes parents a casa lorsqu’ils seront trop vieux , j’aurai juste à faire agrandir un peu le pool house .

    2. vengeusemasquée

      Dans mon 30 m² en région parisienne que je surpaye grâce à la pénurie entretenue par l’Etat, c’est pas moi qui risque d’accueillir mes parents s’ils finissent par en avoir besoin hein… :lol:

    3. channy

      @peste et coryza
      Ce système est en application pour plus de la moitié de l humanité et pour le voir de près il marche très bien.
      Encore merci pour votre commentaire qui fait l’effet d une piqure de rappel.

    4. Alex6

      « les vieux a la maison », ca va pas bien non??!?
      Quand je vois a quel point ils peuvent etre gonflants en se melant de tout ce qui ne les regardent pas quand ils passent quelques jours a la maison…
      Les parents qui font des gosses pour leurs pourrir la vie ensuite avec leurs propres problemes, merci bien.

      1. channy

        Le pire Alex6 c est que vous deviendrez vous aussi vieux(la loi de la vie) et gonflant pour vos enfants et petits enfants

        Priez pour que le système de retraite perdure ou alors faites de grosses , mais alors très grosses économies et priez pour que tout se passe bien!

  20. Porfirio

    Et ben encore une farfulitude bien de chez nous, je suis étonné d’être passé à côté.
    En tout cas, 40 k€ d’arriérés, mazette, c’est loin d’être rien.
    Petite question comme ça: les frais de maisons de retraites ne sont-ils pas, tout ou partie, retranchables sur les déclarations de revenus des descendants lorsqu’ils y participent?

    J’en profite pour souhaiter une bonne année à l’hôte de ces lieux (et aux siens par la même occasion :))

    1. johnny_rotten

       » Petite question comme ça: les frais de maisons de retraites ne sont-ils pas, tout ou partie, retranchables sur les déclarations de revenus des descendants lorsqu’ils y participent? »

      Oui c’est deductible des revenus dans la rubrique: aide aliùe,taire à ascendant.

      1. Porfirio

        C’est bien ce qu’il me semblait, merci :).

        Compte tenu des profils de rémunération de la progéniture, telle qu’elle nous fût présentée, on peut imaginer l’effroyable dilemme « citoyen » (cornélien c’est ring’) qui a dû l’emparer :
        Pour quelle maman se saigner, Mamie ou Lestat?

  21. artaxerxes

    Ce qui m’inquiète le plus, ce n’est pas que l’on tape sur le privé, l’argument est fallacieux nous sommes d’accord, mais que des journalistes et des politiques se sentent suffisamment fort pour sortir de tout sens commun et accusent l’établissement privé et non les enfants. Car on peut imaginer un barouf identique si les politiques et les journalistes avaient posé des questions aux enfants, non? les journalistes vendent alors autant de papelard et occupent autant de temps d’antenne pour faire chialer la ménagère! et les politiques font parler d’eux et justifient leur postes ( enfin vous voyez ce que je veux dire).

    Il s’agit bien d’une manipulation pour déphaser le débat et l’orienter sur un terrain idéologique : le « privé » doit payer, un point c’est tout!
    Si ce glissement de terrain (si j’ose dire) se fait sans réactions majeures des gens, au détriment du sens commun, alors il ne reste plus qu’à prendre ses jambes à son cou…

  22. amertume

    @ artaxerxes
    « Il s’agit bien d’une manipulation pour déphaser le débat et l’orienter sur un terrain idéologique : le « privé » doit payer, un point c’est tout! »

    On n’ose imaginer les délires haineux de certains s’il s’était ,en plus, agi d’une maison de retraite privée « catholique » (comme il en existe beaucoup ).

  23. channy

    « cette affaire montre assez bien l’état de déliquescence assez nauséabond dans lequel la société française a sombré dans sa gestion de la vieillesse,C’est l’État qui pourvoit à la retraite, c’est aussi l’État qui pourvoit aux frais de santé, il est donc logique qu’une personne âgée (et encombrante pour une famille « moderne ») soit, in fine, à la charge de l’État. Les actifs, les moins vieux ou les plus jeunes peuvent donc vaquer à leurs occupations et tout, »

    Tout est dit dans ce passage..dans de nombreux pays occidentaux, les vieux ne sont plus que des boulets pour leurs enfants et petits enfants.Si c’est cela être une « famille moderne », je préfère avec mon épouse rester une famille « rétro », »traditionnelle » ou « has been » au choix
    Il me semble avoir lu ici,qu’à l’époque de la création de notre système de retraite un politicien français( je ne me souviens plus de son nom) avait alerté sur le fait que ce système pourrait dégrader très fortement les liens inter-générationnels dans les familles;Rien n’obligeant plus( ou presque) les enfants à prendre soin de leurs vieux parents.
    On y est et avec l’augmentation du nombre de « Vieux » ce genre d’affaire ne fera que se développer

    Si cela ce serait passé en Asie ou la notion de famille est(encore) très forte vous pourriez être sur que les enfants auraient eu leurs portraits dans tous les journaux avec l’étiquette fils(fille)indignes.
    Tient je vais faire lire cette article à mon épouse resté en Asie pour s’occuper de ses vieux parents..elle va surement rire jaune!
    Bon on est en France et seul les vilains capitalistes ont droit à la » honte » dans les merdias..et peut être que l on vous dira que si la mamie Anne ne recevait que si peu de visites c est parce qu’elle pique quand on l’embrasse!
    Pauvre France!

  24. letoxis

    Bonjour,

    selon la ministre, on ne peut pas se faire justice soi-même (on n’est pas au texas) et donc expulser une pauvre grand mère (qui est bien la seule vrai victime de cette affaire)sans le juge est illégal !
    Je travaille en maison de retraite et n’ai jamais vu un juge expulser une personne âgée.
    la maison de retraite doit donc passer les dettes en perte et profits ou attaquer en justice, ce qui est long et couteux, et hasardeux du fait que la personne décède souvent avant le jugement.
    Souvent, la maison de retraite tente de répercuter les pertes dans le prix journalier.
    C’est les autres (les vieux riches) qui paient.
    Vive la (maison de) retraite par répartition
    A+
    l

    1. vengeusemasquée

      Ben on fait pas justice soi-même au Texas. Je pense qu’on fait justice plus justement que dans notre juste démocratie du juste prix de la socialie fRançaise. :lol:

        1. vengeusemasquée

          Je me doute mais ça me donnait l’occasion de raconter des conneries et comme on a de moins en moins la possibilité de le faire, dans notre beau pays, je saisis toute occasion !!

    2. « la maison de retraite doit donc passer les dettes en perte et profits ou attaquer en justice,  »
      C’est fait, elle a attaqué, a obtenu gain de cause en référé et … rien. Parce que dans le monde réel pas bisounours loin de la ministre, LA JUSTICE FRANCAISE C’EST DE LA MERDE.

      Il faut lire les éléments présents dans les dépêches.

      1. letoxis

        je ne serais pas étonné que sur les 124 euros/jour, un ou deux servent à compenser les mauvais payeurs.
        les maisons de retraite sont encore rentables (il suffit de voir les résultats des groupes privés).
        La justice donne dans ce contexte rarement raison aux maisons de retraites, ce qui est honteux!(je suis plus soft qur H16)
        Encore une fois, c’est les autres résidents qui vont payer !
        Vraiment, il fait pas bon être vieux (et riche) en maison de retraite.Dans toutes ces histoires, la victime est toujours la même…………..
        L

    3. PAF

      en France on ne fait pas justice soi-meme car de toute facon la justice est en rupture de stock, alors on fait faire de l’injustice par d’autres, ce qui est beaucoup mieux.

  25. peste et coryza

    Sachant que des maisons de retraites correctes et pas trop chères, il y en a toujours…

    De toute façon, on observe déjà en France la même situation qu’en Grèce : des couples confortables, avec 3000 euros nets mensuels de revenus obligés de regrouper la famille car :
    – les taxes pleuvent
    – les salaires ne suivent pas l’inflation
    – le fiston est au chomdu et paye plein pot sa piaule parisienne.
    – l’énergie coute chère (taxes itou)
    – la maison de retraite coute cher

    Le vieux revient donc à la maison, avec le fils de 30 ans.

      1. peste et coryza

        Pas forcement… si tu as la surface pour !

        J’ai une amie infirmière qui possède une maison de famille de 2 étages dans la campagne bourguignone.

        Les vieux vivent au rez de chaussée, ses parents au 1er, elle au second.
        Le grand frère chômeur est devenu auxiliaire de vie…

  26. mominette

    J’adore les couinements incriminant la maison de retraite, pour dédouaner le comportement de la famille, qui n’est jamais que de la grivèlerie (un délit).
    Avis d’une amie qui travaille dans une maison de retraite : 20 % de nos résidents ne reçoivent jamais aucune visite de leur famille, mais celle-ci fait un saut tous les mois au bureau, pour empocher la retraite (pas le temps de monter voir l’ancien). Tout est raflé, et il ne reste même pas d’argent de poche pour que la personne âgée puisse se payer un petit extra.
    Autre cas : une vieille dame que je connais, toujours chez elle mais partiellement paralysée (et fort riche) a toujours eu quelques fleurs dans un grand bac devant sa fenêtre. Cet été, elle a eu vue sur de la terre nue : ses enfants ont estimé « inutile » de repiquer quelques annuelles à 1 euro pièce.
    Continuons à encourager ces maltraitances banales, ces détournements de patrimoine, et crions harro sur le baudet, ce « sale capitaliste qui ose diriger une maison de retraite » et qui en trouve évidemment les moyens sous les sabots d’un cheval.

  27. do

    vendredi, j’ai rencontré une antillaise, un peu vieille, qui fait des ménages chez des vieux malades infects, racistes et parfois violents, et qui, dans une ville un peu grande, dans son appart pourri et avec son smic partiel, héberge sa vieille maman qui digère rien, qui a une jambe coupée et qui s’est cassée l’autre dernièrement. l’autre jour, elle est à moitié tombée (90 kgs) et la fille a passé 30 mn à la tenir en appui contre le lit pour qu’elle se finisse pas de se bousiller la jambe valide, sans pouvoir bouger en attendant le kiné qui devait venir et qui a pu les décoincer. genre c’est pas tous les jours évident.

    je crois que notre problème avec les vieux vient d’ailleurs: de nous, un peu quoi. et d’eux qui nous ont mal élevés parce qu’ils ont voulu nous donner tout ce qu’ils n’avaient pas pu avoir.

    en Afrique, certains ont des cases plus petites que nos studios parisiens, des maris plus machos que les plus machos des français, pas grand chose à donner à manger à leurs gosses, mais ils nourrissent leurs vieux.

    si les maisons de retraite peuvent se permettre de tels tarifs, c’est avant tout parce que les couples préfèrent débuter dans la vie en habitant 22 m² à Paris et gagner plein de thune pour pouvoir aller au cinéma ou en voyage, que d’avoir un seul salaire moitié moindre en province avec de la place pour un parent et du temps pour des enfants.

    certains font le choix inverse, j’en connais plein (j’habite loin), et aucun de ceux que je connais ne le regrette. même si la plupart n’ont pas eu d’autre choix que de fabricoter une entreprise qui gagne juste de quoi les faire vivre en bossant dur et physiquement, malgré des études de niveau bac + 5.

    je crois qu’on devrait étudier plus sérieusement ces solutions, parce que ces gens là sont *tous* vraiment plus heureux.

    1. Aloux

      La grande classe ! Par contre quand elle dit qu’elle ne la rendra publique que par l’intermédiaire d’un avocat, ça veut dire quoi ?

  28. JP

    « ils gobent de la pilule comme des cacahuètes à l’apéritif, ceux-là !  »
    a putain c bon d’avoir des lectures saines parfois
    MERCI

  29. johnny_rotten

    Encore une affaire du même type dans une école du Pays Basque cette fois !
    Avec bien entendu, reportage complètement orienté contre une école catholique , au 20 H de France2 et intervention du Ministre Peillon qui se scandalise de cette affaire.
    Mais où va t-on ?

    Résumé objectif de l’affaire.
    Comme souvent il s’agit d’impayés.Cette fois-ci, ce sont des parents divorcés qui pensent que les frais de nourriture de leur fille à la cantine de cette école catho sera payé par « l’argent gratuit » des autres.
    La direction de l’école envoie des lettres d’njonction à payer les arrièrés de repas.Sans succès.
    Alors elle demande aux parents de retirer leur fille de la cantine à partir de la rentrée de janvier et donc de venir la chercher à la sortie de midi pour l’emmener dejeuner au domicile.
    La mère accepte mais comme de bien entendu ne vient pas chercher l’enfant à l’heure prévue.
    L’enfant se retrouve donc seule, et la direction fort justement demande à la Police Municipale de s’occuper de son rapatriement vers le domicile des parents.
    Mais ce fait banal monté en epingle par nos merdias et un ministre devient « une enfant emmenée par la police car ses parents ne peuvent plus payer la cantine ».
    A force de se foutre des français,tout ça va mal se terminer.

  30. johnny_rotten

    Pour les élus d’Ustaritz, la volonté d’épargner la petite est la seule qui a prévalu dans l’esprit des agents municipaux qui n’ont jamais voulu la stigmatiser. « C’est plutôt le contraire. Cette enfant est prise en otage par ses parents qui, ni l’un ni l’autre ne veulent payer les 0,96 euros de repas de cantine, alors que le père en a les moyens financiers ».

    http://www.sudouest.fr/2013/01/10/fillette-emmenee-par-la-police-a-ustaritz-64-comment-en-est-on-arrive-la-930335-4018.php

    1. Aristarque

      A ce prix là, on n’hésite pas à payer la cantine puisque n’importe quel parent qui fait les courses sait bien qu’il faut plus d’un euro de simple ravitaillement pour un repas standard, même d’un enfant…
      Mais bon, quand il s’agit d’étaler sa bêtise, on voit que certains n’hésitent pas à la démontrer dans les grandes largeurs…

  31. Aristarque

    http://www.atlantico.fr/pepites/nonagenaire-expulsee-maison-retraite-directeur-suspendu-provisoirement-602650.html

    Enfin une mesure de bon sens de la part des propriétaires de la maison de retraite!
    Le dirlo ayant agi contre leurs intérêts de propriétaires en osant mettre fin au contrat d’une cliente débitrice par la faute des ses enfants éplorés et nécessiteux (rendez-vous compte ma bonne dame ! l’un des deux n’est qu’un petit médecin spécialiste gynécologue dans un hôpital PRIVE! Il n’a donc pas les moyens, avec son métier quelconque, d’ assurer le complément financier pour la pension de sa mère qu’il chérit pourtant visiblement lors de ses deux belles visites annuelles!), il est nécessaire de montrer qu’il a eu tort et qu’ils affectionnent les client(e)s à déficit…
    On trouve décidément des socialistes dans toutes les strates de la société, même les plus inattendues…

    Soyons aussi lucides : il y a pu y avoir d’amicales pressions de la Puissance Publique quant au renouvellement de l’agrément de la maison de retraite, privée donc pestiférée….

    1. johnny_rotten

      Sutout qu’à la suite de cette affaire,ce seront les futurs demandeurs d’une place et leurs familles qui seront pénalisés car les maisons de retraites privées vont être de plus en plus méfiantes lors des dépôts de dossiers d’inscription.
      Il est à craindre qu’ils vont faire appel à des cabinets d’avocats spécialisés pour rédiger de nouvelles conditions d’admission « bétonnées » qui seront encore plus draconniennes.

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)