La SNCF donne d’avance des retards à ses trains d’idées

L’année 2013 vient de débuter pour tout le monde, et pour les grévistes de la SNCF, il eut été dommage de ne pas se rappeler aux bons souvenirs des usagés de leurs sévices publics. C’est pourquoi la vieille dame incontinente nous propose, en ce début de semaine, un bouquet de grèves fraîches.

Et cette année innove un tantinet puisqu’à la bonne grosse grève qui paralyse le pays pendant plusieurs jours voire plusieurs semaines et permet à certains ministres de se découvrir des facilités d’acrobates russes pour courir prestement le pantalon sur les chevilles (hat tip Alain Juppé), les habituels rouspéteurs aigris de la SNCF ont substitué la grève sur une journée, pendant plusieurs semaines — ou plusieurs mois, si l’envie leur dit, et par région, au petit bonheur la chance.

Et pour savoir exactement qui fait grève, où et pourquoi, il faut éplucher les annonces diverses et variées d’une presse qui a bien du mal à y retrouver ses petits.

Ainsi, en Aquitaine, ce sont les lundis et mardis qui sont perturbés. C’est comme ça. (Les raisons sont laissées à l’imagination du lecteur). On ne sait pas combien de lundis seront concernés, mais on en présage un bon paquet si on s’en tient aux habitudes des autres régions.

Et bing le train !Ainsi, entre Poitiers et la Rochelle, ce sera la même chose, dans la bonne humeur qu’on pressent déjà, accolades chaleureuses entre voyageurs compréhensifs et conducteurs / contrôleurs / acrobates du rail divers. Les papouilles humides des uns sur les tronches des autres rougies par le froid et les rudes conditions du sacerdoce du chemin de fer seront à n’en point douter un véritable baume tant on sait que c’est aussi pour les salariés du privés qu’ils luttent ainsi pour de meilleures conditions de tout.

Ainsi, en Midi-Pyrénées, on a aussi une grève hebdomadaire. L’article, écrit dans le style journalistique habituel (confus et hâché) parle d’un sixième lundi de grève pour les agents de conduite (qui ont les yeux tout humides à cause de la rénovation des lignes, de salaires trop petits et d’effectifs trop faibles), et évoque aussi la grève des contrôleurs les vendredis. Car en matière de grève hebdomadaire à la SNCF, le panachage, c’est possible.

Ainsi, relier une ville de province à la capitale est devenu un véritable parcours du combattant cauchemardesque qui permet à chaque contribuable, confronté à l’absolu mépris de la société nationale vis-à-vis du contrat de transport passé avec lui, de bien comprendre la notion de prise en otage, de spoliation, d’extorsion de fonds par voie armée (eh oui, les impôts, c’est aussi ça), le tout dans un package simple avec un joli logo et un slogan aguicheur.

Bien sûr, on retrouve de méchants actes de malveillance qui semblent excuser sans expliquer (ou expliquer sans excuser ?) les retards homériques subis par les trains de la société nationale. On trouve aussi des pannes inattendues de matériel. Des pannes, plus attendues, de personnel. Des pannes de contrôleurs. Des pannes de sandwich. Des pannes de guichets. Des pannes de poinçonneuses. Bref.

Petit à petit, de merdages mémorables en naufrages du rail au retentissement national (voire international), la compagnie de trains se mue en location de taxis et de car interurbains pour déplacer les myriades de gogos captifs clients qu’elle s’était pourtant engagée à faire voyager en train. Les retards conséquents sont maintenant légions. Tenez, pour rire, j’ai fait une recherche sur « retard 5h sncf », et je suis tombé sur ces quelques occurrences :

8 février 2010
5 mai 2012
2 novembre 2012

En fouillant plus, on doit trouver sans problème une intéressante collection de dépêches et autres brèves AFP pour les années précédentes, et, en affinant (en prenant en compte tous les « petits retards » de moins de 5h, en incluant les retards sur le réseau français des compagnies-sœurs comme Eurostar ou Thalys), on aura une meilleure idée de la ponctualité et du sérieux de la SNCF. Un exercice avait d’ailleurs été lancé en 2011 par la CFDT qui avait trouvé qu’un tiers des trains … arrivaient à l’heure (oui oui, seulement un tiers).

et boum le train

Il est intéressant de constater que cette dégradation n’est pas seulement technique et physique, mais bel et bien un phénomène structurel, que la société de chemins de fer vit de l’intérieur et parfaitement visible dans l’utilisation de slogans de plus en plus éthérés et loin de la réalité du rail (ou duraille) que tout client connaît. Ainsi, en 1970, la SNCF, c’était un «Prenons le train» bien factuel. En 83, on restait là encore dans le terre-à-terre un peu basique avec «Le train, du bon temps à petit prix». À partir de 1988, on a commencé à voir émerger une entreprise qui vendait du rêve, des voyages lunaires et des concepts acidulés et rigolos, avec son «SNCF c’est possible» qui aura fait date. En 1991, il n’était plus question de trains, mais de progrès, qui ne valait que s’il était partagé par tous (comme la facture, salée). En 1995, la SNCF tentait de nous faire préférer le train, et paralysait le pays dans une grève qui coûta à la nation plusieurs milliards d’euros (dont un demi rien que pour la SNCF et la RATP). Depuis 2005, la SNCF s’échine à donner à ses trains des idées d’avance, sans que ceux-ci semblent en trouver.

Pendant ce temps, les subventions, soultes et autres bail-out bedonnants d’une société de chemins de fer en quasi-faillite ne s’arrêtent pas (avec les mêmes effets que tous les autres secteurs subventionnés : la déroute) ; malgré ces rivières d’argent public en pure perte, la grogne monte de plus en plus chez les usagers excédés d’un service lamentable. Si l’on y ajoute, comme révélé par Philippe Herlin sur son blog, la gestion non plus fantaisiste mais carrément criminelle de l’argent injecté dans des montages financiers qui ont prouvé (en Grèce par exemple) leur nocivité, on comprend que l’avenir pour la société nationale est catastrophique.

La SNCF, comme je le disais en introduction, est une vieille dame complètement incontinente des vastes océans d’argent du contribuable qui lui sont attribués tous les ans et qui partent dans une myriade de postes divers, sans que le client, le contribuable ou l’usager puisse constater une quelconque amélioration des conditions de transport : les rames vieillissent, les horaires sont passés d’indicatifs à facultatifs, les services à bord frisent souvent l’humoristique, et les tarifs sont maintenant une référence en matière d’opacité (à côté de Black/Quadri, Pantone va insérer Tarifs/SNCF dans ses nuanciers).

À l’heure où les finances et les économies des uns et des autres se font plus tendues, il devient plus qu’urgent de remettre en question les statuts et les habitudes des vieilles institutions qui ont largement démontré leur totale incapacité à faire des réformes en profondeur. À ce titre, la SNCF n’échappe pas à la règle. Quand on revient, comme je viens de le faire, sur tous les éléments consternants qui caractérisent maintenant le rail français, on ne peut aboutir qu’à une unique conclusion : il faut en finir avec cette abomination. La libéralisation du rail français, timidement envisagée par la contrainte européenne, n’est plus seulement souhaitable, mais elle devient nécessaire, indispensable et urgente : chaque jour qui passe, cette entreprise accroît mécaniquement ses pertes et donc le malheur autour d’elle. Chaque année supplémentaire sans la moindre remise en cause ajoute à la pile des vexations, des frustrations, des déficits, des dettes, des problèmes non traités qui débouleront un jour, inévitablement, tous ensembles.

Ce jour approche, soyez-en sûr. Et ce jour-là, ne prenez pas le train (même en marche).

J'accepte les Bitcoins !

1CL2qUJnVw4db6YM5CmgsW4bQBNyoN1uea

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires96

  1. Nemrod

    Implacable, comme d’habitude.
    Il est d’ailleurs interessant que le rail est le secteur économique le plus décrit dans « la grève ».
    Livre prophétique s’il en est.
    Je pense pas que les conducteurs de train désertent petit à petit comme dans le bouquin.
    Ils s’accrocherons au contraire et resterons seuls…sans passagers, sauf s’ils sont en grève bien entendu.

  2. Higgins

    Je confirme pleinement cette analyse. J’ai en permanence au moins trois dossiers en attente au service ad-hoc pour des retards supérieurs à 20 mn (avant, c’est un retard normal. Dernier en date, vendredi 4 janvier, un petit…55 mn, excusez du peu. Le 2 janvier, 20 mn de retard pour un train parti à 250 km de ma gare. Comme le dit Anne Roumanoff: « Enjoy! »). Un vendredi sur deux, en moyenne, le train a au moins 10 mn de retard si ce n’est plus. Motifs invoqués: problème technique, régulation des trains, travaux sur la ligne (elle marche bien celle-ci), etc… Je renvoie en moyenne un billet par mois pour un retard supérieur à 20 mn. A ceux qui seraient également concernés, je suggère de se procurer un stock conséquent d’enveloppes pré-imprimées, celles-là même qui ne sont que rarement distribuées et qu’il faut aller quémander, tel le gueux moyen, auprès du bon guichet (si ce dernier est ouvert, bien évidemment et si l’employé le veut bien). A de rares exceptions, le personnel s’en fout royalement et invoque évidemment la libéralisation comme cause première de ce naufrage programmé.
    Au niveau fonctionnement interne, un ami à moi était rentré dans un service commercial. Il a tenu trois mois et a préféré démissionner.
    Le champagne coulera le jour où la SNCF disparaîtra.

    1. Pere Collateur

      « Au niveau fonctionnement interne, un ami à moi était rentré dans un service commercial. Il a tenu trois mois et a préféré démissionner. »

      J’ai parmis mes connaissances, une personne qui est cadre à la SNCF et dont l’une des fonctions principales est de gérér les controleurs.

      Et bien c’est pas triste ce qu’il raconte du fonctionnement interne du mondor SNCF.
      Népotisme, gaspillage, fainiasserie extrême, bordel couvré.
      Des fois je me demande comment il peut y avoir encore des trains qui roulent dans ce pays.

      C’est un peu comme ce livre d’une certaine Zoe Shepard sur les fonctionnaires territoriaux.
      Chaque ligne est une claque donné au contribuable qui finance, bien malgrès lui, ces parasites.

      Tout simplement inadmissible.

      1. Deres

        Surtout que le transport ferroviaire est particulièrement vulnérable à ces débordements. Avec un unique conducteur et un unique contrôleur par train, leur absence ou retard est rédhibitoire. Bien entendu, l’organisation en rajoute un maximum dans la non-flexibilité comme des habilitations des conducteurs par ligne associé à une formation spécifique et renouvelable, des horaires à distribuer longtemps en avance sinon les syndicats pose le sac, etc …

        D’après mes sources, le problème est aussi la guerre larvée et permanente entre la direction et les syndicats qui voudraient diriger de facto la SNCF à sa place. Un salarié qui ferait preuve de flexibilité et de bonne volonté subit alors une double peine. Il est puni par le syndicat et les autres salarié. Dans le même temps, le syndicat va empêcher le patronat de le récompenser de quelques manière que cela. Avec un tel système, les employés de la SNCF comprennent vite qu’il y a une prime au plus con et s’adaptent rapidement quelque soit leur mentalité d’origine …

    1. Tridir

      Je confirme, j’ai voyagé une demi année là bas, et s’il y a bien une préoccupation qui a disparu, c’est le retard: ça ne m’est jamais arrivé, c’est assez incroyable.

      Par contre les billets sont plus chers.

      1. Jesrad

        Plus chers, vraiment ? Ou bien vous ne comptez pas les 200+ euros que vous mettez dans la SNCF chaque année malgré vous via l’état ?

      1. Jeanpierre

        Je ne connais pas les chemins de fer Japonais, mais le chiffre de 99,9% me parait irréalisable : les conditions météo, les problèmes techniques et autres déboires impondérables n’arrivent pas qu’en France. La SNCF les utilise peut être à outrance pour masquer une incompétence chaque jour plus flagrante, mais ils existent.

        Le Japon n’est peut être pas un pays de con mais il ont quand même une super dette, comme tout le monde. Je ne sais pas si elle est due à une gabegie subventionniste, mais vu sa taille, il ont aussi des petits problèmes de gestion.

        En attendant, comme la régularité et la ponctualité sont des compétences nécessaires à une compagnie de transport, je suis pleinement d’accord avec la nécessité de réformer la SNCF.
        Sujet connexe : j’avais entendu dire que la filière transport de marchandises était bien pire que le secteur voyageur. Si c’est vrai, j’ose pas imaginer le foutoir.

        1. jm

          « sa grande ponctualité : en 2003, le retard moyen à l’arrivée, par rapport à l’horaire, se chiffrait à 0,1 minute soit 6 secondes. »

          C’est impressionnant même si le Shinkansen ne représente qu’une part du trafic.

  3. mominette

    Un bon lock-out, et la privatisation du mammouth !

    C’est ce qu’on fait les anglais, et si les premières années ont été dures, en raison du réseau totalement délabré, les trains sont désormais nickel, d’une ponctualité remarquable, et on ne peut y écrire du doigt sur des vitres crasseuses, comme sur le Thalys !

    Les gares sont ravissantes ou superbes, le personnel empressé et souriant, et les rames arrivent à l’heure.

    1. infraniouzes

      Vous êtes fou de dire une chose pareil ! Vous voulez vous faire écharper ? La SNCF est le meilleur transporteur ferroviaire du monde, qui en est fier et qui entend le rester ! Tout n’est que calomnie et mensonge. J’en parlais il y a peu à J-L Mélenchon qui me confirmait la formidable vitalité de ce puissant corps social et que si on touchait à un seul cheveu de leur statut il était prêt à démarrer une Bataille du Rail comme en 1944.
      Non ami lecteur, c’est ta pensée qui déraille et non cette formidable invention anglaise revisitée par les ingénieurs français et améliorée sans cesse par les syndicats qui encadrent fermement cette valeureuse corporation.

    2. Théo31

      Je confirme : un voyage depuis Londres vers le pays de Galles avec une correspondance à Birmingham sur deux compagnies. C’était très cher (35 livres pour deux heures de trajet) mais les trains étaient à l’heure.

      1. Linriel

        un Paris-Lyon, 2 heures de voyage, par la SNCF, c’est 60 à 90 €, alors que 35 livres, c’est juste 43€ donc moi, ça ne me parait pas si cher que ça, le train anglais…

    3. scaletrans

      Je confirme, et j’ajoute en avoir été surpris, ayant circulé par train au Royaume Uni dans les années 60 et 70: quelle différence !

  4. Jesrad

    Moi j’attends toujours avec impatience le moment où les employés SNCF réaliseront qu’ils n’auront pas de retraite, celle qui leur a été promie n’ayant jamais été vraiment provisionnée et dépassant de plusieurs grandeurs en volume leur capacité de cotisation. Peut-êter qu’alors ils considèreront leurs syndicats d’un autre oeil.

    1. Anankè

      Je crains malheureusement que ce jour n’arrive jamais et qu’au contraire, comme c’est déjà la cas aujourd’hui, ce soit la solidarité forcée des employés du privé qui compense la différence.

    2. Nemrod

      Tant qu’il existera des cons pour bosser plus longtemps et leur payer leur retraite précoce…
      J’en connais pas mal des retraités SNCF.
      Profil type : tirent tant que ça peut sur la caisse de sécurité sociale vu « quisyontdroit » et qu’ils s’emmerdent avec leur retraite dans la fleur de l’âge.
      Se trouvent tout un tas de maladie qui les occupe…

    3. Deres

      Malheureusement, ce sera plutôt les employés du privé qui découvriront que leurs retraite sont très faibles car ils ont financé toute leur vie les retraites non équilibrés de la SNCF au lieu de mettre de l’argent de côté pour leurs vieux jours.

      1. Higgins

        Anecdote rapportée par une amie infirmière qui a travaillé dans le service « médecine du travail » de la SNCF (elle aussi n’a pas tenu et c’est assez compréhensible): la visite médicale étant obligatoire, certains valeureux travailleurs attendent qu’on leur prenne leur RV annuel. Eux refusent de le faire. Quand celui-ci est pris, on peut être sûr que l’intéressé sera absent au minimum une demi-journée de son travail, voire la journée entière. Si des investigations complémentaires doivent être faites par un spécialiste, l’intéressé attend qu’on lui prenne le RV. Certains poussent le bouchon à réclamer qu’on vienne les chercher chez eux en taxi pour se rendre à ces RV. L’assistanat soviétique dans toute sa splendeur.
        Qui plus est, pour faire écho à un autre commentaire, il ne fait pas bon se mettre en travers des syndicats, c’est la mort assurée. Harcèlement moral, vexations, refus d’augmentation. J’ai un cas identique à EDF. Il a fallu menacer d’un procès pour que ça cesse.

    4. breizh06

      Pour rappel, c’est le turbo-libéral N. Sarkozy qui « adossa » le régime très privilégié de la RATP sur celui du régime général.

      Ils feront la même chose avec la SNCF :-(

  5. Le Gnôme

    Et dire qu’il faut une autorisation gouvernementale pour ouvrir une ligne de car entre deux villes pour éviter de concurrencer ces rigolos. C’est plus long, certes, mais c’est moins cher et il n’y a pas de grèves.

    1. Deres

      Sauf quand ils font des travaux ou des grèves. Là, ils ont le droit immédiat de faire de nouvelles lignes de bus … Ou pas d’ailleurs. Lors de certaines coupures pour travaux, rien n’est mis en place. La solution proposée est : prenez un billet un autre jour !

  6. Josselin

    D’autant plus qu’ils suppriment énormément de lignes directes Corail (assez cher) au bénéfice du TGV (méga cher).

    Exemples :
    – Metz-Lille => Passage par Paris en TGV
    – Lyon-Metz, Lyon-Strasbourg => Passage par Paris en TGV

    Quand on sait qu’un aller simple Lyon-Paris est de 70 euros minimum…

    Ou de trains directs qui n’ont pas plus d’une occurrence par jour sur des trajets pourtant reliant des grandes villes :

    Lyon-Toulouse => Correspondance quasi-obligatoire à Nimes, Montpellier ou Narbonne

    Mais comme ce n’est pas relié à Paris…

    1. Deres

      La suppression de ligne non rentable ne me choque pas. Ce qui me choque, c’est que les lignes de car intérieure privées soit quasiment interdites. Du point de vue sociale qu’affectionne nos dirigeants socialistes de tout bord, c’est en plus une absurdité. En effet, le car est moins cher en échange (parfois) de contrainte plus importante. Si des gares routières sont construites en limite des villes mais accessibles par transport en commun ferrés, les bouchosn deviennent même rarement un problème.

      L’autorisation généralisée des cars n’aurait donc que des avantages :
      – augmentation du pouvoir d’achat
      – embauche de personnel (conducteurs, mécanos, caissiers, …)
      – nouveaux services (horaires/dessertes)
      – suppression possible de desserte ferroviaire non rentables

      A noter que pour les quelques milliards nécessaires pour une modeste ligne TGV de 100 km, on peut très bien construire des centaines de gares routières très correctes dans tous le pays.

      J’ai aussi déjà remarqué à l’étranger que ces lignes intérieures inter-cités améliorent aussi grandement la desserte de la « grande banlieue » des agglomérations. En effet, il est aisé de mettre systématiquement 3 ou 4 arrêts vers les extrémités de la ligne. Ces arrêts concernent peu de monde et ne serait pas rentable pour des transports urbains. En France, il n’existe tout simplement pas.

      La résistance vient donc uniquement de la défense des intérêts spécifiques de la SNCF et des syndicats bénéficiant également de cette situation de monopole.

      1. channy

         » Ce qui me choque, c’est que les lignes de car intérieure privées soit quasiment interdites. »
        Tiens pas un Troll pour nous dire que le bus c’est sale et pas écolo,au moins le train c est propre..tiens cela me fait penser qu’il y a 10 ans on ne parlait que de ferroutage!

        On se rappellera aussi les années 90 quand les Air liberté et AOM se sont fait couler pour avoir osé exploiter la libéralisation du ciel français( mais bizarrement il a fallu sauver le fleuron national Air France. qui du reste fut redresser et remis sur de bon rails par Christian Blanc)

        Je crois qu en Italie on dit que seul un politocard complètement cinglé peut croire faire arriver les trains à l’heure

        1. Deres

          Au niveau de la pollution, c’est en fait difficile de comparer facilement les moyens de transport car cela dépend de beaucoup de paramètres. En particulier le taux d’occupation est un facteur crucial. Pour avoir un ordre de grandeur par passager, une voiture consomme 2 fois plus qu’un TGV et un avion 4 fois plus.

          Au final, un avion plein consomme autant par passager qu’une voiture à moitié pleine ou qu’un TGV avec très peu de monde … De ce point de vue là, le car est très intéressant car il apporte une flexibilité permettant d’optimiser le remplissage. Un TGV, c’est 1000 ou 2000 places pour les doubles. Si ils savent que la demande sera de 500 ou 1500 places, ils ne peuvent pas s’adapter plus finement.

      2. Pandora

        Les hommes politiques aiment tellement le « Chemin de Fer », moyen de transport du XIXème, qu’ils interdisent toute progression ou concurrence des autres (automobile).

        Il faut rajouter que certains syndicats verraient leurs financements (via le CCE) diminués si on remettait en cause le monopole de la SNCF. Et personne ne voudra s’y attaquer.

  7. Guillaume

    Le problème que personne ne veut s’avouer, c’est que le train est non rentable actuellement :
    – Les trains pour les dessertes interégionales pourraient avantageusement être remplacés par des bus, beaucoup moins chers à exploiter. Heureusement qu’un monopole sur ces dessertes protège encore la SNCF, sinon elle aurait disparu depuis longtemps. En outre, les dessertes interégionales et leur réseau ferré hors de prix à entretenir permet de siphonner les régions.
    – Les trains nationaux ne sont guere rentables non plus. D’ailleurs, ils deviennent le plus souvent un moyen de transport élitiste pour cadres pressés et jeunes travailleurs provinciaux qui démarrent leur carrière à Paris, et rentrent le WE. Les familles (surtout les plus pauvres) ont fui depuis longtemps ce moyen de transport hors de prix (bien que largement subventionné!).

    La vérité, c’est que le transport ferroviaire dans un pays dont la jonction Nord-sud est quasiment faisable dans la journée par la route, est inutile.

    On aura beau tourner le problème dans tous les sens, le transport ferroviaire francais ne survit que par son capital sympathie qui existe dans la tête des gens, car il est le dernier représentant d’un passé ou l’on savait vivre ensemble, luttes syndicales etc…

    Tout le monde veut toujours plus de rail partout, mais de moins en moins de monde l’emprunte.

    1. Higgins

      « …le transport ferroviaire francais ne survit que par son capital sympathie qui existe dans la tête des gens… ». Bien que j’apprécie énormément l’acteur, le réalisateur et le film, Jean Gabin et Jean Renoir ne nous ont pas rendu service avec « La Bête Humaine ».

    2. paf

      moi quand je suis en fRance je ne prends plus que l’avion.Toutes les lignes de trains passent par Paris et ca prend un temps epouvantable pour traverser le pays.Pour a peine plus cher et meme parfois moins, c’est fait en 1h en avion.
      Et le personnel est plus agreable, quoi que toujours francais ( donc parfois limite pas pro et qui merite des claques mais c’est plus rare que dans le train ou l’on croirait qu’ils selectionnent uniquement les pignoufs.)

      1. Yrreiht

        Euhhh… en une heure ?

        le temps d’aller à l’aéroport, de s’y garer, et sachant qu’il faut arriver au moins 40 minutes avant le décollage, et qu’à l’arrivée vous serez à 30 minutes du centre ville.

        Comptez deux grosses heures.

        1. Exact. Alors qu’avec le train, vous arrivez 10 minutes avant, vous embarquez, votre train, quand il arrive, part 15 minutes en retard, s’arrête 1h en rase campagne, casse sa motrice, change de voie, prend 2h pour réparer, vous laisse à la mauvaise gare, et le tout pour un montant modique.

        2. Florian

          J’Adore l’exemple de h16 ^^

          Certes les gares sont souvent en centre ville… mais encore faut-il habiter en centre ville.
          Parfois, c’est plus rapide d’aller à l’aéroport.
          Juste un exemple, je regardais comment faire Nantes-Marseille au début de l’été.
          En avion, il faut compter 1h30 grand max (aller 4h en comptant le trajet, le temps avant embarquement, etc.), le tout pour moins de 50$…
          En train ? Passer par Paris et prendre deux TGV et bien sur transférer de Montparnasse à gare de Lyon..
          Ou il existe un corail qui fais le direct… en 5h minimum je crois .
          Bien sur, la solution train est beaucoup plus cher.

          Conclusion: oui l’avion est moins cher et plus rapide.

        3. PAF

          @Florian: ben oui, j’ai deja fait la traversee plein de fois en train quand j’etais pas expat et encore pauvre, c’est clairement l’avion qui gagne, peu importe quels obstacles on met sur ta route.
          Et il y a aussi l’avantage que avec le train on fait un maximum de marche a pied avec des bagages, alors que pour l’avion les trajets a pied avec bagages sont beaucoup plus reduits.Quand il faut en plus voyager avec un bebe la question est reglee vite fait.
          D’autre part, il y a aussi la population, plus selecte en avion, et je n’ai pas besoin de passer par les gares sales, ni les sous-terrains crados, puants et racailleux de la RP.
          Ne pas non plus avoir a dealer avec des employes de la sncf est un plus fondamental: mes derniers contacts avec ceux-cis furent execrables et je ne pense pas que ca se soit ameliore depuis.

    3. Deres

      N’exagérons rien. Le train et le TGV peut être la bonne solution dans certaines configurations, sur certaines liaisons, pour une partie des clients. En transport urbain dense, le métro est sans rival par exemple.

      Le vrai souci, c’est que dans sa vision centralisatrice habituelle, l’Etat français cherche à nous caser une solution unique sans vraiment étudier le problème. Son objectif est comme d’habitude plus la protection et le développement d’intérêts clientélistes que l’intérêt général. Et l’intérêt général passe généralement par une multitude de solutions en concurrence qui fait que chaque demande trouve son offre plus ou moins rapidement.

      La loi de l’offre et de la demande garantit que le marché va tendre vers un équilibre. Le travail du régulateur n’est pas de choisir l’équilibre obtenue mais de se débrouiller que celui-ci soit un des meilleurs. Et la meilleur façon de faire cela est de garantir une concurrence saine.

      Mais nos Enarques de dirigeants n’ont appris qu’une chose dans leur école. A chaque problème, il faut faire une note d’étude qui trouve une solution unique et définitive. Et à la rigueur, on peut remplacer cette note par une apparence de concertation entre pleins d’intervenants à grand coup de champagne et de petits fours …

      1. Deres

        J’ajoute que les grands travaux d’infrastructure, dans certaines limites, peuvent aussi être vus comme des fonctions régaliennes. En effet, certains investissements très coûteux et à long terme sont difficilement envisageables par les secteur privé. Les infrastructures de transport sont bénéfiques à l’ensemble de la société de manière indirect de la même manière que la stabilité venant de la protection militaire du pays. Le souci est que comme d’habitude, nos dirigeants allègrement outrepassent ces objectifs et s’en servent d’argument pour faire n’importe quoi.

        1. monoi

          Les compagnies de chemins de fer ont ete nationalisees en 38 il me semble. Donc l’idee que les investissements soient impossibles pour le secteur prive me paraient un tantinet fausse.

      2. PAF

         » le métro est sans rival par exemple »

        le deux roues est un rival serieux.Du genre qui gagne.Il faut pouvoir s’en servir bien sur, donc exit les vieux, les cruches et ceux qui ont peur de la pluie.

      1. Fergunil

        Les chauffeurs de tram à grenoble on fait grève 2x59mn par jour durant presque 6 mois il y a quelques années.
        Évidement, il faisaient ça vers 9h et vers 18h en accord avec la loi de l’emmerdement maximum.
        Pourquoi 59mn? Parce que si ils avaient arrêté de bosser une minute de plus, il n’étaient pas payé pour leur journée …

  8. Ron Paul

    Le film a surtout rendu service à tout le personnel de la SNCF,dont le cerveau, c’est définitivement bloqué au temps des escarbilles dans les yeux, prime disparue bien après l’arrêt du charbon, en oubliant que c’était surtout les passagers, entre autres lors de passages dans les tunnels qui en prenaient le plus. Les plus jeunes d’entre nous ! s’en rappellent même s’ils étaient enfants à l’époque.

    Par contre pour une fois un grand bravo, à tous nos journaleux de caniveaux qui lors de reportages sur des grèves , font preuve d’un grand art : ils n’interviewent que des passagers ‘’ qui comprennent ‘’ voire qui approuvent ! Surement d’autres fonctionnaires, ayant pour une fois une bonne excuse pour arriver en retard.

    Quand on est sur place, dans une gare, où est annoncé une sempiternelle grève, tout le monde râle très fort (rassurez-vous, quelques mois après, ils oublient et vont voter en cœur socialos ainsi que pour leurs clones ‘’ partenaires sociaux’’) mais là, les endoctrineurs patentés des mass médias, font vraiment un vrai travail fastidieux d’investigation.

    1. Waren

      Il est vrai que ces radio-trottoir sont tout simplement insupportables avec leur « ils ont raison » ou leur « c’est normal, ils défendent leur zakizosio ». Je prend le train régulièrement et je vois beaucoup plus d’agressivité de la part des « clients » que de la sympathie envers ces bolcheviks.

  9. peste et coryza

    Il y a aussi la nouvelle excuse : CD-ROM…
    On me l’a sorti sur l’aller Lyon-Massy pour expliquer un retard de 20 minutes…

    D’après la SNCF, les trains TER et TGV doivent ralentir à 15km/h près des camps connus pour ne pas risquer de shooter un rom qui passe par là, sans parler des vols et dégradations, qui occasionnent aussi des retards.

    Ayant vu l’efficacité avec laquelle les polices d’Europe de l’est traitent le problème des dégradations ferroviaires sans dépenser autre chose que quelques litres d’essence et de l’huile de coude, je pense sincèrement que c’est une excuse bidon de plus de la SNCF pour tenter de justifier ses retards.

  10. Fwh

    HS, une fois n’est pas coutume : Aurélie Filipetti a encore ouvert sa bouche publiquement.

    Le résultat est un vomi d’idioties, comme on pouvait s’en douter : http://www.leparisien.fr/economie/virgin-aurelie-filipetti-denonce-la-concurrence-deloyale-d-amazon-09-01-2013-2466109.php

    Morceau choisi :

    Les magasins qui vendent de tels produits sont «soumis à une véritable révolution et à une concurrence déloyale qui est le fait, il faut bien le dire, de certaines grandes entreprises de type Amazon», celles-ci n’étant «pas soumises à la même fiscalité que les entreprises localisées physiquement en France», a affirmé la ministre.

    Oh non, de la concurrence ! Vite, nationalisons les magasins et interdisons toute concurrence « déloyale » en interdisant la vente par internet !

    1. gem

      Pourquoi seulement la vente « par internet » ? Tu es un hérétique suppôt de ma marchandisation, ou simplement un tiède réaliste ? Je te rappelle que « La Culture n’est pas une marchandise », que diable.
      Interdisons la vente (tout court).

      Des fournisseurs officiels (mais pas des magasins d’état, faut pas confondre), soigneusement choisis au terme d’un processus démocratique, distribueront la vraie culture, agréée, en échange d’une juste taxe, qui permettra de payer les « employés d’avenir » (issus de la diversité) chargés de ce service publique de la culture ; ainsi, accessoirement, que le service de répression des fraudes, comme la distribution de culture cachée (oui, cette boite de Zan, là, c’est de la culture, monsieur : de quel droit vendez vous cela ?) ou, pire, la contrebande de substituts interdit à la vraie culture (c’est quoi cet exemplaire de « la richesse des nations » ? mais ce n’est pas l’édition officielle revue et annotée par Bruno Latour, ça, c’est interdit !).

      On assurera ainsi tout à la fois : l’emploi, la culture, et l’égalité « pour tous » (comme le mariage du même métal), tout en se protégeant des infâââmes manœuvres des marchands de « produits » (beurk) prétendus culturels, nervis de l’impérialisme marchand ultra-néo-liber-Ricain.

      Que du bonheur.

    2. Deres

      Dans la novlangue socialiste qui « colle » définitivement des adjectifs aux mots, le mot « concurrence » est toujours suivi de l’adjectif « déloyale ». Je pense que dans leur esprit, une « concurrence loyale » est synonyme de « monopole de service public » …

    3. Higgins

      On avait déjà droit à une potiche (vase chinois époque Ming pour rester poli), nous voilà avec le plat ébréché en faïence (de Delft pour rester poli également). Elles n’en louperont décidément pas une.

    4. Aristarque

      Amazon, Amazon, ce n’est pas cette petite Start up d’il y a vingt ans qui se fait subventionner à donf l’implantation de ses entrepôts provinciaux par la Puissance Publique, laquelle découvre maintenant qu’elle ferait une inamicale et déloyale concurrence et ne paierait en sus pas assez d’impôts???
      Il me semblait avoir lu cet été qu’elle était bisounoursesque d’embaucher K salariés dans le territoire de Descenhameau…

    5. Sansintérêt

      « celles-ci n’étant pas soumises à la même fiscalité que les entreprises localisées physiquement en France, a affirmé la ministre. »
      Quoi ?! Inégalités fiscales ?! Sur des critères arbitraires ?! Pas en France !

  11. ceedee

    Un peu HS, mais votre slogan est même repris par vos (plus imbéciles) opposants. En direct de Seb Musset :

     » tous ces ce-pays-est-foututistes n’ayant pour eux qu’un individualisme carnassier et des tombereaux de pessimisme pour les autres  »

    Moqueurs s’abstenir…

    1. Pauvre Musset. Cela ne doit pas être facile d’être à la fois aigri, sans talent, et socialiste : il vote pour toujours plus d’ennuis, les obtient largement, et pleure ensuite de grosses larmes salées. Il m’attendrirait presque.

    2. Deres

      Surtout que c’est l’inverse. La description permanente des travers de notre pays est en fait une forme d’optimisme et d’altruisme. Chercher à énumérer les problèmes et les décrire activement veut dire qu’au fond de nous même il serait possible de les corriger pour le bien commun. Le vrai pessimisme est la passivité consistant à laisser les autres s’enfoncer dans leur problèmes en détournant les yeux.

    3. Aloux

      Le blog de Musset est un des trucs les plus débiles qu’il m’ait été donné de lire sur le net ces derniers temps. Enfin ex-aequo avec un autre blog tenu par des « communistes féministes » que quelqu’un avait cité ici il y a quelques semaines. Rien qu’à voir la tronche qu’ils tirent tous sur leur bannière on sait qu’on va passer un sale quart d’heure.

        1. Flo

          C’est vrai qu’en survolant quelques uns de ses « billets » on se demande s’il ne fait pas une fixation le garçon.
          Il aurait quelque chose de personnel contre les (sales) riches que ça ne m’étonnerait pas :-)

        2. Waren

          Moi j’aime bien Politeeks, ex intox2007, un type obsédé par les libéraux. N’hésitez pas à le provoquer sur Twitter, c’est un régal.

        3. Aloux

          Je l’ai retrouvé ! http://lartetlamaniere.wordpress.com/

          Et purée c’est pas triste, les derniers articles parlent d’économie, avec des sujets chers aux libéraux tels que la dette ou le rôle des « riches » dans l’économie, mais traités sur un mode que l’on qualifiera pudiquement d’alternatif.

          En 5 minutes de lecture (j’ai pas que ça à faire faut pas déconner) on remarque déjà que l’auteur affectionne particulièrement le thème du lynchage, puisqu’en parcourant quelques lignes distraitement j’ai déjà trouvé plusieurs mentions plus ou moins explicites de passage à tabac, de strangulation, et même de guillotine.

          Enjoy !

  12. peste et coryza

    Cela ne concerne pas les contractuels… qui forme tout de même le quart des effectifs.
    Je suis bien placé pour le savoir.

    En fait, cette mesure est faite pour les fonctionnaires de catégorie C. Cela tombe bien, ils votent socialiste…

  13. mominette

    J’ai découvert le paradis des lignes de bus … en Turquie !
    A ma question concernant les horaires, regards incompréhensifs : il n’y en a pas, vu qu’un mini-bus passe toutes les deux minutes en moyenne …

    Où qu’on soit, on lève le bras et il s’arrête.

    Et en entrant en ville, il suffit de lui demander l’arrêt … exactement où on se rend !

    Pour un prix ridicule, musique, pompons décoratifs, et sourires …

    Le secret ? L’Etat ouvre la ligne, mais ce sont tous des indépendants qui l’assurent ! On voit même des turcs laisser passer un bus pour monter dans le suivant, conduit par leur cousin.

    Privatisation, place que TPME, et marre aux gros machins pourris.

    1. monoi

      « On voit même des turcs laisser passer un bus pour monter dans le suivant, conduit par leur cousin »

      Si c’est pas de la concurrence deloyale ca! Allez zou, on leur envoie Aurelie, ca leur apprendra.

    2. JG2433

      j’ai posté un commentaire sur Contrepoints.fr sous l’édito de h16.
      Je le copie ci-dessous :

      Christian Gérondeau : « Écologie, la fin : Vingt ans de décisions ruineuses, Éditions du Toucan, 2012.

      Chapitre 9 – p. 247 :
      « […] Alors qu’ils ne répondent qu’à 5% de nos besoins nationaux de transports, les chemins de fer coûtent chaque année 11 milliard d’€ au moins au contribuables français, au nom d’une notion erronée du « service public. […] »

      https://www.amazon.fr/%C3%89cologie-fin-Vingt-d%C3%A9cisions-ruineuses/dp/2810004951

      Pour mieux « coller » au post de miminette, j’ajoute cette citation tirée du même livre (p. 262) :

      « Si nous connaissons cette situation [désaffection des TER + aberration financière], c’est à cause d’un décret-loi de 1934 toujours en vigueur de facto,
      qui interdit de créer librement en France des lignes d’autocars […]. Les seules lignes d’autocars qui existent aujourd’hui en France sont celles que la SNCF a autorisées car elles lui rendent service […] »

      1. mominette

        JG2433, peu importe, même si tu m’appelles momonette !

        Je retiens surtout que tu apportes au puzzle la pièce qui me manquait : 5 % de bénéficiaires, pour 11 milliards de prélèvements fiscaux !!!

        Ne serait-il pas plus économique de mettre à disposition de chaque usager une Rolls avec chauffeur :-)

  14. retro

    Aujourd’hui Virgin Megastore depose son bilan avec des magasins qui vont fermer et des centaines de licenciements à prevoir (merci la musique gratuite sur internet)
    H16 evite soigneusement d’en parler
    ça aurait été différent s’il s’etait agi de la FNAC où il n aurait pas hesité à pousser des gloussements
    Mais là une multinationale anglo-saxonne créé par un liberal pur jus ,faisons profil bas Hein ! !.

    1. Même pas. Je n’en parle pas parce que les dinosaures qui gémissent ne m’intéressent pas. Et les propos de Filipetti sont consternants à ce sujet.

    2. Ron Paul

      Charles Branson qui effectivement se déclare ouvertement libertarien, horreur, grandeur et décadence ! à fait ses preuves, et quelles preuves ! pas comme notre gouvernement actuel !

      J’avais lu dans des revues financières, quand il a vendu les Mega Stores, que justement, il fallait que le fond de pension, s’adapte malgré tout aux nouvelles données d’internet.

      Tout faux le post de notre ‘’ ami ’’, mais quand on déteste, on ne compte pas, on va au bout du bout.

    3. channy

      Tiens un Troll!
      Ne vous inquiétez pas « rétro » au train ou vont les choses bientôt la Fnac prendra le même chemin que Virgin. Et ce n est pas en vendant du petits électron-ménager que la Fnac va remonter la pente.
      D’ailleurs H16 je vous suggère de faire un papier sur le scandaleux retrait de la Fnac en Grèce qui a laissé plein de salarié sans travail tout cela parce que à cause de la crise les gens n’achetaient plus de livres et CD..
      pour une fois qu’une gentille entreprise française se comporte comme des capitalistes anglo-saxons,cela vaut bien un papier

      Aux Usa » Tower records  » qui était la Fnac Américaine avait déjà été mis en liquidation dés 2006.
      C est tout un secteur qui est condamné à disparaitre s’il ne réinvente pas rapidement! et vu les fossiles qui dirigent ces boites..
      La seule chose qu ils demandent c est plus d’hadopi, de règles anti ceci ou cela.

  15. peste et coryza

    Que Virgin Megastore crève.

    La valeur d’un magasin qui ne vend que du strass en période de crise devient celle d’un magasin en temps normal qui ne vend pas : 0.

    Ce qui me mettrai les glandes par contre, c’est que l’équipe dirigeante de ce bouzin se tire avec un bonus bien gras, alors que n’importe quel patron de PME finirait en slip.

  16. loi duflot

    en parlant de la sncf, l’autre jour j’ai pris le train,il avait 1heure de retard. Il faut savoir que les retards de plus de 30min donne droit à un dédommagement et ceux de plus d’une heure à un plus gros dédommagement encore. Seulement , c’est la sncf qui décide de la durée du retard en l’occurence quand c’est une heure de retard, ils indiquent 58min pour éviter de dédommager plus.

  17. mominette

    Si un euro retiré devient 3 euros de non-consommation, c’est tellement on bourre le crâne des gens avec « la crise »?
    On voit tous les jours des gens annoncer qu’ils se serrent la ceinture, alors que leurs moyens sont parfaitement inchangés.

    La crise est avant tout psychiatrique, surtout en France. En Belgique, où les gens sont moins perméables, ce sont nos exportations vers la France qui trinquent. Par contre, les agences de voyages voient une haussé de près de 20 % de leurs ventes, pareil pour les commerces, etc.

    Le FMI fait de la gestion, pas de la psychiatrie …

  18. La Coupe Est Pleine

    La « grève flottante » … Fallait y penser ! Chez moi on constate depuis le mois d’octobre qu’aucun trains ne circule entre Tarbes et Toulouse du dimanche soir 20h au mardi matin 8h, et du vendredi 14h au samedi matin 9h …. Mais les trains sont pourtant toujours annoncés en gare …. Pas d’explication de la part des employés …. Consternant !!!!
    Résultat des embouteillages monstres sur Toulouse pour acheminer les étudiants en bagnole le lundi matin et les récupérer le vendredi soir !

    Sinon pour les retard, la SNCF a LA solution et a commencé à la déployer dans certaines gares (depuis 10 ans faut pas être pressé)
    En fait on ne donne plus d’horaires prévus mais des cadences de trains par jours. Une boite de Bretagne met en place des systèmes qui prévoient l’arrivée du train selon sa position un ou deux arrêts avant la gare où l’on se trouve … C’est là toute l’astuce ! Le train n’est annoncé que lorsqu’il arrive effectivement ! Pas de retard annoncé !

    Belle ruse sur le réseaux denses, mais pour les trous de plus d’une journée …. Pas de solution !

  19. Redsparks

    Je prends régulièrement les bétaillères de la SNCF depuis 10 ans pour mon boulot.
    C’était déjà pas brillant il y a 10 ans. Maintenant c’est horrible.
    J’ai une correspondance à Paris et j’ai peu de marge en cas de retard.
    Et bien, il m’arrive régulièrement de devoir faire la course pour attraper ma correspondance.
    Une fois un contrôleur m’a affirmé que la SNCF ne garantissait pas les correspondances à Paris.
    Sur les 4 trains (dont 2 TGV) que je dois prendre chaque semaine sur un aller-retour, il y en a chaque fois au moins un qui a un retard d’au moins 10 mn.
    Parmi le top des excuses de la SNCF (quand elle daigne nous informer) : les travaux sur les voies, les problèmes de signalisation, les problèmes de préparation des trains et la mise à disposition tardive de matériel.
    Sur l’un des trajets, pendant tout l’automne et quasi-systématiquement, le même train que je prenais chaque semaine a eu du retard (jusqu’à 25 mn) parce qu’il fallait attendre un car SNCF de substitution (pour cause de travaux).
    Plusieurs fois le train a été retardé (jusqu’à 45 mn) car la locomotive n’était pas arrivée. Les annonces de retard sont systématiquement sous-estimées (initialement 10 mn pour finalement 45 mn).
    L’Intercité que je prends régulièrement a environ 2 voyageurs par voiture et la plupart du temps il n’y a pas d’eau dans les toilettes (que de toute manière je ne recommande à personne).
    Il m’est arrivé plusieurs fois d’être obligé de passer la nuit à Paris à cause d’une correspondance ratée (train en retard). Une fois j’ai été logé au Mercure et on m’a donné un billet de 1ère. Je ne m’en plains pas mais j’imagine que ça coûte un pont si ça arrive souvent…
    Je ne parle pas des grèves que je suis obligé de subir tous les automnes et printemps avec une régularité de métronome.
    Les remboursements en cas de retard (ceux qui sont imputables à la SNCF, je précise, sinon tu peux te brosser) sont une vaste blague : uniquement des bons de transport largement en-dessous du prix du billet et utilisables uniquement aux guichets SNCF que je fuis comme la peste.
    Ah oui, tiens, la cerise sur le gâteau, certaines cartes de réduction (jeune ou senior par exemple) à 50 ou 75 € par an donnent droit à des réductions au bar TGV. En revanche, les couillons comme moi, qui payent une carte fréquence à 175 € par trimestre pour ne payer son billet que 50 % du prix, eux n’ont droit à aucune réduction au même bar.
    Bon, là j’arrête, c’est pas bon pour ma tension…

    1. Sansintérêt

      « Seule limitation: la concurrence serait restreinte si elle affectait un contrat de service public.

      Ce texte s’inscrit dans un vaste mouvement de libéralisation du transport ferroviaire en Europe. En France, le fret l’est depuis 2006, le transport de passagers à l’international depuis 2009. Et il est déjà acté que les TER devront s’ouvrir à la concurrence d’ici à 2019. Pour ce qui est du trafic national, les États membres et les eurodéputés devront encore approuver le texte préparé par la Commission. »

    1. Florian

      Aller juste pour rigoler:

      www(POINT)guillaumelelong(POINT)fr/blog/europe/privatisationsncf/

      Il existe un article/dossier sur contrepoints pour les bons côtés (chiffres à l’appui) d’une libéralisation du rail ?
      Car on entend toujours les mêmes arguments des socialistes..

  20. hazère-tyuillope

    …A côté de Black/Quadri, Pantone va insérer Tarifs/ SNCF dans ses nuanciers… ouarf et re-ouarf! C’ est pour des phrases comme ça ça qu’ on vous aime H16 !

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)