Le Grand Paris et le carnaval de l’indécence

Ce n’est décidément pas la crise pour tout le monde. Si, en France, dans les PME, chez les artisans, dans l’industrie et finalement, un peu partout, les licenciements, les réductions d’effectifs, de budget et de salaire se multiplient, pour le Conseil Régional d’Île de France, pour le premier ministre et pour le secteur public, en revanche, on frôle le tennis elbow à force de déboucher le champagne et de gober des petits fours : le Grand Paris aura bien lieu.

Si vous êtes Parisien ou si vous vous tenez au courant en lisant la presse française (ou pire, vous regardez la télé), vous avez déjà au moins une vague notion de ce qu’est ce Grand Paris dont on chuchote le nom avec insistance ces derniers temps dans les couloirs de la République. Pour les autres et pour faire court, il s’agit d’un projet de construction (pharaonique) de 200 kilomètres de lignes de métro autour de Paris (oui oui, de métro, et oui oui, 200 kilomètres).

Au départ, c’était un projet porté cahin-caha par la version épileptique de Sarkozy (la version calme n’a tenu que de mai 2012 à février 2013, en gros) et qui consistait à cramer une quantité impressionnante d’argent du contribuable dans les chaudières brûlantes de l’étatisme républicain tous azimuts. Le sous-produit, un métro d’une longueur invraisemblable de plusieurs centaines de kilomètres, encerclant la capitale, n’était bien sûr qu’un prétexte à toute cette belle relance keynésienne à base d’impôts, de taxes et de dette bien joufflue. On comprend que le projet avait subi les aléas logiques et les tensions politiques inévitables alors que le pays n’était pas encore entièrement lavé par la vague rose de mai 2012.

Depuis, tout le monde s’est mis d’accord d’autant plus facilement que, d’une part, la crise continue de s’étendre et que d’autre part, la relance keynésienne par la dépense publique, ça marche du feu de Dieu (comme en atteste les résultats des 5 années précédentes et des 600 milliards de dettes supplémentaires). Le premier ministre — dont une rumeur voudrait qu’il s’agisse de Jean-Marc Ayrault — a d’ailleurs bien expliqué l’historique du projet :

« La perspective du Grand Paris avait inspiré trop de promesses non tenues, trop d’espoirs déçus. »

Moyennant quoi, comme c’était n’importe quoi, il a été conservé, refinancé et rebaptisé en « Nouveau Grand Paris » (oui, un élu socialiste qui se lâche, c’est assez violent) et d’ailleurs, le Premier nous l’assure :

« Il est d’une ambition sans précédent et il est financé »

Ouf. Ils ont trouvé de l’argent. Il y avait deux ou trois camions pleins de billets garés à Bercy qu’on avait oubliés lors du dernier inventaire (Robert et Josianne étaient tombés à court de pile sur le scanner portable, et n’avaient pas pu bipper les codes barres des bennes pleines car ils avaient été appelés par la section syndicale pour un café surprise) : on va pouvoir les utiliser pour financer tout le bazar. C’est fou, quand on y pense, on aurait pu passer à côté de plus de 30 milliards de dépenses ! Pardon, 33.5, la facture globale est en fait à peine plus élevée que celle du projet initial présenté en janvier 2011, de 32 milliards à l’origine. (Et en mode détendu du Budget Des Autres, si une modeste partie (disons 1%) du petit différentiel pouvait m’être versé sur mon compte courant, ça m’arrangerait, j’ai des projets pour les vacances.)

Le but affiché par cette carbonisation forcenée de plus de 30 milliards d’euros est, comme d’habitude, parfaitement ridicule et exprimé n’importe comment dans le langage politique approximatif habituel que je ne peux m’empêcher de vous livrer tel quel :

« Il y a aussi beaucoup d’inégalités, des départements très riches et d’autres très pauvres. C’est l’objectif de ce projet qui s’appellera le Nouveau Grand Paris »

Selon Jean-Marc, l’objectif est donc les inégalités entre les départements très riches et d’autres très pauvres. Je vous laisse interpréter comme vous voulez, moi, la purée, ce n’est plus trop mon truc. Ce qui m’interpelle plus au niveau du vécu, c’est que dans la panoplie des moyens ludiques (et très très citoyens) déployés pour financer tout ce machin, on trouve une innovation qui va, à n’en pas douter, rassembler les Parisiens dans un grand élan de joie : une jolie augmentation des amendes de stationnement des voitures. C’est intéressant à plus d’un titre puisque cette méthode de racket financement rejoint d’autres méthodes tout aussi douteuses pertinentes que j’exposais il y a quelques temps dans le cadre de la sécurité routière.

Au passage, on ne peut s’empêcher de penser que baser tout ou partie d’un financement public sur les recettes en provenances d’amendes n’est pas à proprement parler économiquement sain : d’un côté, l’État semble parti pour redresser les torts et ponctionner le mal-garé, de l’autre, on sent qu’il aurait tout intérêt à en augmenter le nombre pour boucler ses fins de mois de plus en plus tendues. Certes, la nécessaire séparation des pouvoirs (devenue, avec le temps, « ceux qui dépensent ne sont pas au courant de ceux qui prélèvent ») permet d’éviter la schizophrénie, mais il n’en reste pas moins un sentiment de malaise tant sur le plan moral que sur le plan économique. Du reste, si les gens deviennent un peu trop civiques, il va y avoir un problème : ils prendront plus les transports en commun, et de ce fait, ne prendront plus leur voiture et ne se gareront plus de travers avec. Autrement dit, le socialisme appliqué façon Hollande & Sa Brochette de Clowns revient à se positionner volontairement dans un ciseau où les dépenses augmentent en même temps que les recettes diminuent lorsque le citoyen est vertueux.

Bien joué, Jean-Marc, c’est complètement con.

Et si l’on se rappelle qu’il y a quelques jours, tu nous vantais les 32 mesures que tu comptais lancer pour la compétitivité des entreprises en France, au vu de ta compréhension générale de l’économie, la conclusion est sans pitié : tout ceci va très mal se terminer.

Et pour en revenir au « Nouveau Grand Nouveau Paris Nouveau », le problème du financement de ce bidule par temps de crise promet d’être d’autant plus aigu que se tarissent rapidement les sources de pognon frais des collectivités territoriales directement concernées par ces ambitieuses catastrophes budgétaires. Par exemple, les départements font grand cas des droits de mutations, ces petites douceurs collectées lors des reventes de biens immobiliers. Or, actuellement, l’immobilier est complètement bloqué, serré comme un piston de mobylette qu’on a alimenté à l’éther.

Cette tension déjà palpable dans les comptes des collectivités territoriales n’est cependant pas un obstacle à la bonne humeur, au détachement à ce foutage de gueule républicain si typique de ce que sont capables certains élus soigneusement détachés des contingences matérielles. C’est par exemple le cas de Jean-Marie Le Guen qui n’hésite pas, au travers d’un site pimpant, à planifier une destruction méthodique des finances de l’Île-De-France en abondant à de délicieuses sauteries festives à base de carnaval, de défilés colorés et d’homo-festivus frétillants, pour « mettre en valeur la diversité du Grand Paris ». Il est d’une aveuglante évidence qu’un « carnaval annuel de toutes les cultures » s’impose alors que la France explose les records de chômage (10.6% selon l’INSEE) et que le pays accumule 1800 milliards de dette.

On attend avec impatience le déferlement d’idées vitaminées que vont nous proposer les autres élus concernés par le tracé du Nouveau Gros Bidule, qui se bousculeront, soyons-en sûr, pour rivaliser d’inventivité communicative afin de cramer l’argent de nos impôts dans les démonstrations les plus frivoles.

Y’a pas à dire, ils ont la classe, nos élus, lorsqu’ils portent avec autant de décontraction une telle indécence !

J'accepte les Bitcoins !

1Hu3RqdgqjaXyLBuLPRcTZPRVhwmfkB1gg

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires167

    1. Théo31

      C’est vrai. On ne compte pas les dettes implicites de la retraite par répartition Pétain-Belin-Madoff, qui sont de 4500 milliards minimum.

  1. gnarf

    Entre les 30 milliards jetes dans ce trou puant, et les 20 milliards de la BPI… c’est incroyable a chaque fois que j’en parle autour de moi ils me disent: « mais comment la France peut-elle tenir comme-ca depuis si longtemps ? ».

  2. Zendog

    « homo festivus » frétillants !Une pensée pour ce merveilleux Philippe Muray disparu bien trop tôt. Son talent était assez comparable au vôtre, H 16, il en aurait des choses à dire aujourd’hui.
    Tiens vous me donnez envie de le relire !

      1. Prawn

        Vous pouvez commencer par « L’Empire du Bien », aussi court que visionnaire (1991). Personnellement j’ai commencé avec « Après l’Histoire » (1998, deux tomes), qui a changé absolument toute ma vie ensuite…

  3. Nocte

    Le Grand Paris était déjà une rumeur issue du frétillant cerveau d’Huchon à l’époque de Chirac, et c’est bien là qu’on voit que toute la classe politique française n’est qu’une nuance de rose, puisque Sarkozy avait porté le projet pour qu’il soit financé par l’Etat.

    33 Mds pour la construction, de 35 à 40 Mds une fois prises en compte les dégradations qui ne manqueront pas de venir. Et ensuite, il y a une boutade de rien du tout dont les politiques ne parlent pas : le coût de l’entretien.

  4. Flo

    De Canteloup ce matin:
    « Ils sont forts nos élus. Il se sont rendu compte qu’en multipliant par deux les amendes ils pourraient doubler les recettes…
    Heureusement qu’ils ne se sont pas rendu compte qu’en les multpliant par quatre ils pourraient quadrupler les recettes. »

      1. gem

        Ah mais le nombre d’infraction c’est facile à augmenter. Il suffit de détruire les places parking, multiplier les horodateurs, etc. Au besoin on ajoutera un ou deux règlements idiots

  5. Higgins

    Intéressante, cette idée de majorer, au niveau national s’il vous plait, le montant des amendes de stationnement pour financer cette gabegie. Comme tu le soulignes très justement, que se passera-t-il quand moins d’infraction seront commises et que, mathématiquement, la manne se tarira? Ce qui m’amène à la réflexion suivante: quelle est la finalité actuellement de ces amendes?
    Si c’est pour limiter les stationnements abusifs, c’est un échec patent car le montant de l’amende actuel n’est absolument pas dissuasif, il n’y a qu’à voir avec quel enthousiasme les prunes tombent au quotidien et le mépris affiché par l’automobiliste moyen vis-à-vis des obstacles mis au stationnement. Il convient donc soit de supprimer ce dispositif qui prouve par son inanité son inutilité, soit de majorer les amendes de manière à ce que les stationnements abusifs disparaissent complètement. Un réflexion identique peut être faite sur les contrôles radar. Si ceux-ci sont réellement efficaces (en matière de sécurité, cela s’entend), on devrait rapidement arriver à une quasi-disparition de ce genre d’infraction et les forces de police et de gendarmerie pourraient reprendre leur rôle traditionnel de doux anges gardiens.
    Comme nous le constatons au quotidien au vu de l’échec de ce genre de politique, ces amendes ne sont in fine qu’un moyen supplémentaire de ponctionner de l’argent au moutontribuable et, pour les municipalités, de créer de l’emploi fictif (les pervenches et autres services équivalents) afin de procurer un réservoir de voix pour les personnes désintéressées en charge de la chose publique. Nous sommes donc, une fois de plus, face à un complet dévoiement de ce que doit être la Loi. Ça devient, hélas, la marque de fabrique de ce pays et de ses politocards.

    1. YP

      Eh bien, je peux te dire que les excès de vitesses (même les grands) coutaient bien plus cher dans les années 90 que les tarifs actuels. Mais en pratique, il semble que le taux de recouvrement ait été faible, et c’est la raison pour laquelle Sarko avait drastiquement baissé le prix des contraventions (et celles prononcées parles tribunaux, je connait bien un exemple concret.)

      Tout ceci pour que les gens n’aient pas intérêt à contester vu le faible montant en jeu et payent leurs amendes (d’ailleurs c’est le même enculé qui a instauré le « il faut payer les amendes pour avoir le droit de les contester ».)

    1. Nocte

      Curieusement, quand c’est un agent de l’Etat qui se fait tabasser, c’est inadmissible, en revanche, quand c’est un cadre ou un employé non gréviste, les contrevenants auront le droit à une amnistie (oui, je sais, ça ne porte que jusqu’en 2012 cette loi inique, mais tout de même)

        1. lacerti

          Sauf quand c’est un flic ou un gendarme. Mais on comprend. dans le bordel ambiant, mieux vaut la mort d’un policier que celle d’un « jeune », non ?

      1. Aristarque

        T’inquiètes pas trop!
        Avec les Goodyear d’Amiens et quelques autres, la date limite va être rafraîchie fissa….

        1. Nocte

          Curieusement, je pense vmt que si un groupe d’hommes se montait pour aller casser du piquet grève et autres séquestrations joyeuses, en disant que c’est une action militante et syndicale, ce même groupe d’hommes n’aurait pas la possibilité de bénéficier de cette loi d’amnistie…

      2. YP

        Ben oui, les sales gueux ont vocation a être écrasés et à servir les « oints du seigneur ».

        Par contre, si tu est un sale gueu doué de quelque talents, tu peux éventuellement choisir d’aller servir un maître moins gourmand ou moins violent.

        Tout est une question de choix (je ne dis pas que c’est simple, mais qu’in fine, tout se résume à un choix.)

        1. channy

          Tout à fait YP c’est une question de choix, mais quand on fait un choix il faut en assumer les conséquences et le fraonçais :
          1) il ne sait pas ce que sait de faire un choix ( normal l’état à toujours décide pour lui) sauf pour choisir entre Marlboro et camel, la il sait faire son choix
          2) le fraonçais se pensant au dessus des autres ne veut que le bon coté, si son choix tourne mal, il viendra couiner que c’est de la faute de quelqu’un d’autre, par ex: du patron, des chinois etc

      3. vengeusemasquée

        Càd que c’est toujours plus grave d’agresser un agent public qu’un agent… privé. C’est très amusant je trouve. Un agent public est certainement par essence plus digne, compétent et désintéressé. Ca doit être ça.

        1. hipparchia

          Je vous rassure, vous n’avez qu’à attendre qu’il quitte son service. En tant que fonctionnaire de la République, nous sommes protégés uniquement dans le cadre de nos fonctions.

          Je sais que professeur, c’est un cas de fonctionnaire particulier, mais une année où j’étais interne parce que le lycée était bien trop loin de chez moi, j’avais eu à porter plainte contre des idiots qui avaient été renvoyés mais squattaient en emmerdant, sexuellement, sinon c’est pas drôle, certaines gamines. Ces imbéciles m’avaient prise pour une élève et m’ont demandée de les sucer parce que j’allais prendre le kiff de ma life. Je n’ai pas pu faire jouer mon statut parce que c’était mercredi après-midi et qu’en toute logique, j’étais hors du cadre de mes fonctions.

          Cordialement,

          1. vengeusemasquée

            Je ne vois pas en quoi le fait d’être fonctionnaire change quoi que ce soit à cette situation horrible… Je suis fonctionnaire également et je pense que je l’aurais terriblement mal vécu, aussi bien sur mes heures de travail que le week-end.
            Je ne comprends pas ce que vous voulez dire.

        1. vengeusemasquée

          ah oui, une femme agent public, c’est encore plus digne, compétent et désintéressé. Là c’est pas bisous du tout franchement.

  6. Yrreiht

    Nos élus ne sont pas assez ambitieux :

    Une ligne de métro Paris-Marseille, voilà qui aurait de l’allure. Ou Paris-Berlin.

    1. Aristarque

      Pour le centenaire d’août 14, cela aurait de la gueule, comme clin d’œil aux pioupious (qui n’ y sont d’ailleurs jamais arrivés).

      1. Higgins

        Je suis assez inquiet quant à la manière dont cet anniversaire va être célébré. J’ai bien peur que l’idéologie prenne le pas sur la vérité historique.

  7. mominette

    L’annonce est historique : c’est le seul projet de Sarkozy que Mollande n’a pas détricoté fissa … sans doute parce que c’était le plus onéreux !

    Doubler les amendes ne suffira évidemment pas : il faudrait l’intervention de M. Viagra, pour mettre les contrevenant aux travaux forcés et empocher le produit de leur travail, bien plus rentable qu’une contreballe.

    Bien entendu, le budget prévu ne tient pas compte de la durée des travaux, qui va ruiner toute activité commerciale ou économique le long de ces chantiers, pendant des années, au grand dam des recettes de l’Etat.

    Il y aura aussi forcément des expropriations, des blocages judiciaires, et des années de retard.

    Finalement, mieux aurait valu développer ce méga projet festif en rase campagne :-)

    1. Nocte

      Si, si, il a été détricoté : le nom a été modifié, et selon les politiques, la version Sarkozy n’était pas financée, donc ils ont tout revu en profondeur pour permettre de voir le jour au nouveau grand paris. (accessoirement, c’est comme l’allongement de la durée de cotisation retraite (pour le privé, hein), la version Sarkozy, c’était à chier, mal pensé, etc, leur version à eux, elle est tip top groove, mais bon, pour le moment, on a même pas commencé les négociations, mais la version de Sarkozy était pourrie, on vous le garantit)

    2. Flo

      En parlant de blocages attendez qu’ils proposent une gare « aérienne » (rapport au coût exorbitant d’un métro sous-terrain e très onéreux du foncier) avec vue imprenable sur des installations sensibles genre CEA pour voir la réaction des autorités en charge de la sécurité publique et de ces sites…

  8. kelevra

    budget previsionnel 30 milliards, au lancement le budget etait de 10 millards, au final la sauterie coutera surement 100 milliards en general c est le derapage standard.
    le financement se fera par les amendes, pas que. en effet depuis 2 ans deja la taxe sur les bureaux a augmente de 300% environ ce qui etait explique à l epoque dans une belle lettre jointe à la déclaration. quand on aditionne : impots fonciers 20% des loyers, taxe bureaux 10% des loyers, csg 15.5% des loyers, plus impots revenus ou impot societes environ 30% des loyers au final le montant des impots : 75% des loyers. il parait qu en tant que proprietaire je ne payes pas encore assez d impot, ah bon.
    la taxe sur les transport pour les entreprises va aussi augmente pour financer le nouveau grand paris 0.1% par an pendant au moins 3 an sur la masse salariale.

  9. vincent

    L’occasion de rappeler que:

    – Les coûts prévisionnels de ce type de projets sont TOUJOURS sous estimés. Par rapport aux premières estimations, on prend déjà 9Mds dans la figure. Et ce n’est pas fini.

    – Les coûts de fonctionnement sont également sous estimés.

    – Les trafics sont toujours surestimés.

    – Plus on s’éloigne du « core downtown » des villes modernes, plus la densité diminue, plus la densité de destinations attractives auprès des stations de transport en commun diminue.

    – Le ferroviaire ne peut donc absolument pas satisfaire de façon satisfaisante la demande de mobilité Point à point des banlieusards, sachant qu’à Paris aujourd’hui, plus de 2/3 des déplacements dom-travail se font de banlieue à banlieue.

    – Le seul moyen de satisfaire la demande Point à point en banlieue est d’améliorer la capacité du transport routier: voies et carrefours, en attendant quelques évolutions techno (driverless cars, déjà évoqué par H16) qui amélioreront grandement le « rendement » de chaque kilomètre de voie.

    – 1€ investi dans l’infrastructure routière en zone à densité faible ou moyenne produit autant de capacité de déplacement que 7 à 13€ (selon les études) dans le ferroviaire, mais avec une meilleure qualité de service au vu de la capacité « porte à porte » de l’Automobile.

    – Les TC routiers (bus, taxis – libéralisés de préférence) seraient également bénéficiaires d’une amélioration du réseau routier.

    etc, etc, etc.

    Quelques uns de ces arguments contre ce projet imbécile sont développés ici:

    http://blog.turgot.org/index.php?post/Vicent-Metro-Paris-(2)

    1. Guillaume

      Ce qui va surtout ce passer, c’est que si ce métro existe et qu’il fait réélllement gagner du temps, les gens vont aller habiter plus loin et du coup ce métro sera immédiatement engorgé. Ca ne solutionnera rien. Moi je laisserai plutot faire l’économie, qui finira par pousser les entreprises à s’installer en province (ou à l’étranger), quand elles en auront marre de peiner à trouver des salariés, de supporter les retards ou de surpayer les salariés juste pour qu’ils puissent se loger décemment…

      1. Brice

        Oui, le problème n°1 de l’Ile-de-France est probablement plus le logement (restrictions des maires sur la construction, logement social ruineux, réglementation locataire-bailleur). L’amélioration des transports n’est qu’un palliatif.

    2. Aristarque

      Quand tu dis toujours sous estimés, le vocable est faible par rapport à la réalité finale : 50% de plus apparaissent alors comme « raisonnables » mais c’est souvent bien plus. Et le recours aux PPP est souvent encore bien pire en la matière.
      Les prunes rapportant au mieux entre 6 à 750M€ selon les sources, il faudrait un coefficient de 50 minimum pour qu’elles paient le Nouveau Ancien Grand Paris. A ce niveau là, l’ amende vaudrait plus cher que bien des véhicules et perso, je ne traiterais plus le moindre client à Paris, compte tenu du risque économique en résultant. J’essaie déjà de ne plus trop y aller aux tarifs actuels…

      1. vengeusemasquée

        Vous oubliez que ce projet tel qu’il est décrit maintenant n’intègre pas encore les manoeuvres de dernière minute des élus Machintruk qui vont exiger un arrêt par-ci parce que ça les arrange, une petite boucle par là parce que ça arrange leurs copains et un détour par là-bas parce que sinon ça ferait trop de bruit pour leurs barbec l’été.
        Donc factuellement on aura des frais en plus. Auxquels il faudra rajouter les enveloppes diverses et variées pour aider les élus un peu indécis à prendre leur décision. Pour que ça ne se voit pas trop, on les arrosera de subventions avec des intitulés farfelus et sans lien apparent avec le Gland Paris et la vie sera belle.

        Ensuite, il faudra très certainement compter avec la faillite d’une boîte ou deux, surtout vu la situation économique. Evidemment, puisque le code des marchés publics exige d’allotir tout et donc de prendre des petites boîtes et connaissant les délais de paiement des collectivités, rien ne garantit qu’elles survivront jusqu’à la fin du projet.
        De toute façon, il y aura nécessairement des problèmes techniques donc du retard.

        Lalali lalala…

        1. vengeusemasquée

          sinon oui, en contrat de partenariat, ça peut être encore plus mignon tout plein généreux éco-compatible et festif.

          1. dede

            Le PPP, c’est genial : cela permet de ne pas augmenter la dette de l’Etat et de respecter les 60% de dette/PIB inscrits au traite de Maastricht.

            60%? Oouupss…

    3. oli71

      Merci pour le lien. L’étude est très enrichissante. Le genre d’étude qu’il est désormais inutile d’espérer de nos journalistes relayeurs de dépêches AFP…

  10. PhD

    Et pendant ce temps, les fonctions régaliennes de l’état ne sont pas correctement financées.
    La police est sous équipée
    Les prisons sont trop petites et tombent en ruine.
    Le mindef, abstraction faite d’une gestion parfois ubuesque, crie famine et nos armées doivent se démerder avec la bite et le couteau pour faire fonctionner des matériels quasi obsolètes (réalité bien planquée derrière quelques phares destinés à éblouir le citoyen)

    1. JS

      A ce sujet certains militaires n’ont pas reçu leurs soldes pendant plusieurs mois l’année dernière.

      Mais évidement eux ils ne séquestrent personne et ne cassent pas tout dans leur casernes quand çà arrivent…

      1. Etienne

        Rassurez-vous, ça continue, le nouveau logiciel de paye de l’armée est une telle catastrophe que plein de militaires sont payés un mois sur deux, au mieux. Le pire de tout ça c’est que personne dans l’administration n’est capable de dire qui a reçu combien, ce qui complique un tout petit peu les régularisations.

    2. Tea Party

      Juste une question perso : PhD, c’est une référence au docteur en philo, ou au groupe britannique ?  » I Won’t Let You Down ». Cette chanson reste l’une de mes préférée. (Ma compagne aimerait bien m’arracher … pas mal de choses, quand je la passe des journées entières, en boucle avec délectation !)

  11. Peste et coryza

    1 : le grand paris est une connerie sans nom, surtout avec le pic oil. Des 2CV 1 L/100 km, ça couterait presque rien en comparaison (voir rien du tout si on encourage les gens à acheter ce type de bagnoles et à garder leur familiale pour les vacances/weekend), et il n’y aurait pas besoin de plumer les contribuables.
    Des voies de circulation plus fluides, quelques parkings et des petites voitures driveless serait un mieux.
    2 : les taxis sont une profession ultra régulée, quasi une rente…
    3 : Ayrault est un prof certifié d’allemand qui n’a jamais enseigné. C’est un politicien professionnel, pire que les tribuns romains. En plus il est vieux et dépassé. On en peut même pas en faire une relique, car il n’y a de précieux dans ce gus (à titre de comparaison, le général de Gaulle est une relique).

    1. JS

      La rente des taxis, en tous cas à Paris, est bien finie.

      Au final ce système de licence se retourne contre les artisans taxi: le prix de la licence est devenue sans commune mesure avec les revenus réels qu’elle est ensuite capable de générer.

      Les taxis c’est en somme comme pour le reste des zakisociaux bien de chez nous : les générations précédentes en ont bien profité et ce sont les générations suivantes qui vont en payer le prix (fort).

  12. Brice

    Certes, ces 30 milliards, c’est beaucoup trop. Mais est-ce que tout est à jeter dans ce projet ? La rocade en proche banlieue parisienne ne pourrait-elle pas être financée par le privé ? La voiture à pilotage automatique va certainement tout changer d’ici 2020, mais un réseau de transport en commun rapide et fiable ne pourrait-il tout de même pas être rentable ?

    J’ai juste peur que la rentabilité soit un gros mot pour ce gouvernement…

    1. vengeusemasquée

      Ben oui c’est une bonne idée de développer les transports en commun, bien sûr. Mais le problème, c’est qu’une rocade de plus ne répond pas au besoin. On a déjà plusieurs rocades, en transport en commun ou en transport individuel, mais ça ne suffit plus parce que malgré le fabuleux pouvoir d’attraction de Paris, certains franciliens n’habitent ni ne travaille dans la capitale intramuros et là, c’est l’horreur pour se déplacer. Le problème est vraiment là.

      1. Brice

        Donc il faudrait quoi ? Plusieurs rocades ? Ou c’est peine perdue en TEC et il faut mettre le paquet sur les infrastructures routières ?

        1. vengeusemasquée

          Non ce n’est pas peine perdue en TEC mais il faut penser différemment, sans placer nécessairement Paris comme horizon indépassable. La rocade n’est pas adaptée. Ce qui conviendrait serait davantage une sorte de quadrillage, soit en transport ferré soit par bus, parce que c’est cela qui épouserait la réalité des déplacements de banlieue à banlieue.

          Cet argumentaire vaut aussi pour les routes ou le trio périph/A86/A4104 est totalement inadapté. D’ailleurs, ce n’est pas l’un ou l’autre. Les moyens de transport doivent être complémentaires.
          N’oublions pas que certains n’ont tout simplement pas de voiture et perdent des heures dans les TEC pour parcourir des distances extrêmement faibles en se rendant sur leur lieu de travail.

  13. Aristarque

    Les ventes d’immobilier neuf ou d’occasion étant en régression constante et importante depuis des mois, en particulier dans les zones de villégiature, je suis étonné que les zélulococos ne soient pas déjà en train de couiner sourdement à la baisse de leurs justes ressources nuisant gravement à la santé de leurs administrés quémandeurs de subsides… Et ce ne sont pas les ventes de voitures neuves ou d’occasion qui vont sauver la mise…
    Les tentes de grévistes de la faim à la sauce du trop mignon Gatignon vont se multiplier dès les beaux jours. Gnon,gnon ?

    1. Nocte

      Augmentation des impôts locaux pour ceux qui y sont soumis. Pour ça qu’ils ne crient pas.

      Ils crieront quand ils verront qu’ils sont obligés de taper sur leur clientèle.

        1. aristarque

          S’ils pensent à leur boulot de dans un an, ils vont quand même avoir du mal à y recourir trop sensiblement….
          Je connais des entreprises qui vont être réglées à la saint glinglin…

  14. pi31416

    « le problème du financement de ce bidule par temps de crise promet d’être d’autant plus aigu que se tarissent rapidement les sources de pognon frais »

    T’as rien compris, mon pauvre, non, rien (muzzique siouplé), rien de rien, non, tu n’as pigé rien.

    C’est justement par temps de crise que la relance par la monnaie de singe marche le mieux. En temps de prospérité, face à la relance, le bon populo se demande « qu’est-ce que ça cache? » et c’est déjà au trois quarts râpé pour la relance. En temps de dèche, face à l’ombre d’une promesse de relance, les mirettes du bon populo s’illuminent comme celles de l’onc’ Picsou au son du mot « dollar » et c’est in ze pocket, il ne se demande pas ce que ça cache, il est bon pour l’entubage, il en redemandera même si ça ne marche pas du premier coup. Ni du deuxième. Ni du… Moins ça marchera plus il en redemandera.

  15. Josselin

    Donc en gros, je paierai le double d’amende dans ma petite province pour financer un métro sur Paris que je n’utiliserai jamais. Classe.

    1. eheime

      Oui mais c’est pour le bien de la planette. Car une mobilette en moins a Paris c’est un arbre sauvé dans la foret (j’invente n’importe quoi, mais t’as compris l’idée). Or la planette elle t’appartient à toi aussi. DONC, c’est pour ton bien.

      Allez avoue, tu n’y avais pas pensé, hein ? C’est là où ce gouvernement est génial, il te fait du bien sans même que tu t’en rendes compte. Tous les jours. D’ailleurs Sarko aussi il nous avait fait beaucoup de bien. A hauteur de 600 milliards quand même.

  16. Taisson

    Vraiment vous êtes très méchants sur ce site ! De plus, le gourou H16 vient de se trahir: il SAIT ce qu’est une mobylette, un piston et un moteur serré ! Peut être même qu’il à une formation technique!!
    Lui et tous ses disciples ne pourront jamais être bisous/compatibles…
    Le citoyen nouveau que veulent créer nos généreux gouvernants DOIT ignorer tous ces détails encombrants, comme l’économie, la technologie , l’ histoire, et surtout le vieux bon sens pratique, autrefois hélas accessible à tous…Heureusement l’Ednat veille et les nouvelles générations seront délivrées de ces connaissances inutiles dans le monde nouveau…
    Ils pourront admirer le bouillonnement intellectuel brillant de nos gouvernants qui se décarcassent pour eux !!
    Il faut vraiment être pervers comme un libéral pour ne pas trouver génial l’idée de financer tout par les amendes…
    (Pour les mauvaises langues qui pensent qu’ il est possible que les gens n’utilisent plus leur voiture et donc n’ auront plus d’amendes, on pourra créer des amendes pour vélos, motos, piétons, et aussi une taxe spéciale pour véhicule non utilisé, etc..)
    Quand on pense à se déplacer par ces propres moyens, à créer des richesses pour améliorer son sort, que l’on veut défendre ses biens, que l’on aimerait conserver un minimum de libertés individuelles, transmettre des valeurs morales et autres à ses descendants, que l’on peut aimer son pays, on est vraiment totalement obsolète et on mérite bien des amendes…

    1. Josselin

      une taxe spéciale pour véhicule non utilisé

      Corrigé.
      Comme pour la redevance audio-visuelle, payer une taxe annuelle parce qu’on a une voiture (utilisée ou non) serait un gain majeur.

        1. vengeusemasquée

          Mais quelle bonne idée ! Une taxe encore plus élevée si on utilise pas son véhicule. Mais c’est génial ! Franchement je suis sûre que l’idée viendra un jour. Parce que bon, franchement, si t’as plusieurs voitures dont une ou deux juste parce que tu les trouves cool, c’est que tu es un enfoiré de pollueur mangeur de chatons communistes. Tu n’en as pas besoin !!! Tu dois donc payer !!!

          Décidément, quelle idée mirifique. ♥

    2. channy

      « le gourou H16 vient de se trahir: il SAIT ce qu’est une mobylette, un piston et un moteur serré ! Peut être même qu’il à une formation technique!! »

      Ben non, cela prouve que notre cher H16, a eu une adolescence comme les autres avec sa 103 sp ou 51, qu’il en avait marre de se faire « gratter »à chaque pointe par des types aux « mobs kitées » et que pour corriger le tir, il a lui aussi kité sa mob ou bien il a mis un peu d’éther dans le réservoir(voir les deux) ,pas besoin d’avoir des connaissances en mécanique ,c’était un sujet de discussion quotidien entre mecs dans les bahuts.

  17. Méjeanne

    Dans la petite ville de banlieue où j’habite, le maire PS et ses adjoints Verts font tout ce qu’ils peuvent pour dégoûter les automobilistes et… raquer un maximum. En effet, ils ont tout d’abord transformé les arrêts de bus qui, installés « en décalé » sur une partie du trottoir, laissaient donc passer la circulation. Maintenant les bus doivent s’arrêter sur la chaussée. Comme dans les 3/4 des cas il est impossible de doubler, ce sont de longues files de voitures qui se retrouvent bloquées, au point de boucher les carrefours en amont.
    Ensuite, cela fait des années qu’ils suppriment peu à peu des places de parking sous des prétextes inconnus.
    Enfin, le parking de la gare, s’il a été rénové, n’a pas été agrandi d’une seule place alors que la population de la ville a quasiment doublé. On se gare où ? Là où l’on peut, parfois très loin du point de destination. Et gare aux amendes, elles pleuvent.
    Pour finir, vous dites : « ils prendront plus les transports en commun ». Déjà qu’ils fonctionnent très mal (Train de banlieue, RER, Métro) et que les bagarres pour arriver à rentrer dans une rame se multiplient, j’imagine le spectacle !

    1. eheime

      Ah, ça ils aiment bien. Le bus, c’est le bien. En retirant les gares d’arrêt de bus, tous les méchants automobilistes font la queue. D’abord c’est bien fait pour eux. Mais en plus, ils apprennent à adminer et respecter Le Dieu Bus comme un monarque en procession.

    2. Brice

      Une fois n’est pas coutume, je vais prendre la défense des socialauds. Lorsqu’un bus se met dans un arrêt, l’ennui est qu’il peut avoir beaucoup de difficultés à en sortir à cause des embouteillages, et puis si les automobilistes doublent, ça retarde le bus au feu suivant. Et dans un bus, il y a au moins 30 personnes en heure de pointe.

      Une vision libérale sur le sujet c’est la privatisation de la voie publique. En attendant, nous sommes condamnés à un débat avec des arguments constructivistes.

      1. gnarf

        En Allemagne il y a des arrets de bus hors chausse, et le probleme est regle parce que les bus ont priorite sur le traffic. Quand un bus sort de son arret tout le monde derriere s’arrete net.
        Ils relevent les plaques de ceux qui font infraction (par camera je crois).

        1. vengeusemasquée

          Normalement c’est aussi le cas en France mais comme les conducteurs de bus sont souvent extrêmement dangereux irrespectueux dans leur manière de conduire et que, de toute façon, les automobilistes sont généralement tout autant irrespectueux, dangereux et mal élevés, ça ne fonctionne pas.
          On ne parlais pas civisme routier allemand il y 2 jours ? ;)

        2. Théo31

          dans ma bonne ville de Toulouse, la navette Aéroport doit se taper le marché tous les matins et en particulier le dimanche. Comme les commerçants rapportent des thunes à la mairie, on laisse les automobilistes se garer comme des merdes (alors que le stationnement est interdit) sur le passage du bus. Pour l’avoir fait, ce sont les clients de la navette qui descendent pousser les bagnoles pour frayer un passage au bus. Mais certains chauffeurs n’ont pas autant de scrupules : ils bousillent les voitures et ils ont bien raison.

  18. Guillaume_rc

    On pourrait peut-être aussi rappeler que si on se retrouve avec des projets ruineux à financer, c’est que, en matière de transports en commun, RIEN (ou presque) n’a été fait depuis 30 ans.
    Et dans le même temps, nos chers (c’est le cas de le dire) Zélus ont TOUT fait pour entraver la circulation automobile (et Dieu sait qu’ils ont de l’imagination).
    Résultat : des transports en commun saturés, une circulation infernale, un « ensauvagement » des comportements affolant (trottoirs plein de motos/scooters, bousculade dans les transports, voitures garées n’importe où…) et, pour couronner le tout un secteur automobile flingué. Joli score.
    Et tel des pompiers pyromanes, les zélites se posent en sauveurs…..

    1. Guillaume

      Le problème de saturation est surtout du au fait que quoi qu’il arrive, les gens iront travailler à une heure de leur foyer. C’est le temps qui est le facteur limitant (et le cout du transport), et non la distance. Donc si on fait un super métro qui traverse la banlieue parisienne, les gens iront soit travailler plus loin, soit habiter plus loin, et au final continueront de bosser à une heure / une heure 30 de chez eux et contineront de se plaindre…

      La solution, c’est que tous les sièges sociaux ne soient pas à paris, mais les grandes entreprises ont compris qu’il ne valait mieux pas s’éloigner des lieux de pouvoir…

      1. aristarque

        Avoue que c’est quand même plus pratique pour les liaisons incestueuses du capitalisme à la franchouillarde..
        Et puis, demander à des énarques de devoir aller « bosser » en banlieue ou, pire, en province au delà du périphérique…

  19. monoi

    Bande de petits joueurs. Dans ma banlieue a Londres, c’est £110….

    Bon, £55 si on paye dans les 14 jours (on en a 28 pour payer). Si on proteste et qu’on perd, ca sera £110.

  20. Yves Balle

    Toujours sympathique ce blogue. Et vraiment j’aime votre façon de décrypter : vous critiquez le Grand Paris très justement. J’en profite pour vous signaler une pétition contre le projet de loi Fioraso « ESR » qui vise à expulser la langue française de l’enseignement supérieur et de la recherche au profit de l’anglo-américain. La pétition est à signer à l’adresse suivante et à diffuser le plus largement possible :

    http://www.petitions24.net/contre_la_loi_esr_fioraso_parce_que_pour_la_langue_francaise

    Bien à vous et continuez de nous faire plaisir comme ça !

    1. Tea Party

      Le français est une belle langue, la notre, celle de nos ancêtres, des belles lettres. Elle est celle, des poètes, des philosophes, de la belle littérature, rien d’ autre.
      Redescendons sur terre avec un peu de réalisme, si possible, elle n’est absolument pas adaptée, pour la recherche, l’industrie, les services, l’informatique, la finance, en fait tout ! L’anglais permet de plus, de savoir se débrouiller dans n’importe qu’elle partie du monde. Même un autodictate, sans diplôme, sachant un peu parler et comprendre l’anglais, ne sera plus jamais chômeur ! encore faut il qu’il se sorte, les doigts du .. chaud. (Éventuellement sachant parler un peu l’espagnol, voire le chinois d’ici peu !).
      La loi du nombre sera toujours de toute façon la plus forte.

      La bataille est perdue depuis belle lurette, la loi de l’illustrisime ! Toubon, en 94 avait foiré lamentablement, car déjà à l’époque, elle était obsolète, digne de Don Quichotte.

      Certes on peut le regretter, mais aller en vain, à contre courant contre une évidence non réversible !!! nous avons bien d’autres choses à faire ! Vous devriez laisser ce genre d’utopie à la gauche, elle en raffole.

      1. eheime

        Entièrement d’accord avec vous Tea Party.
        De plus les langues ne sont utilisées qu’en fonction de la puissance économique qui l’utilise. Autrement dit, dans quelques années le français sera un dialecte.

        1. eheime

          Je précise : la diffusion d’une langue dépend directement de la force économique des pays qui la parlent. D’où l’intérêt naissant poue le chinois par exemple, alors que personne n’aurait songé à l’apprendre il y a quarante ans sous le régime communiste dur.

          1. Tea Party

            C’est connu, mais j’aime bien, surtout pour étayer nos propos, en français : pomme de terre, épluchée, coupée finement, dorée et cuite délicatement avec très peu d’huile.
            En anglais : chips !

      2. Eole

        Rien à dire, moi j’veux bien pourvu que l’anglo-américain ou anglais soit enseigné correctement et que cela ne devienne pas du pidgin.

      3. hipparchia

        « Certes on peut le regretter, mais aller en vain, à contre courant contre une évidence non réversible !!! nous avons bien d’autres choses à faire ! Vous devriez laisser ce genre d’utopie à la gauche, elle en raffole. »

        Parce ce qu’Estrosi est de droite ?!

        L’impérialisme de la langue américaine n’est pas une fatalité, cela dit.

        1. Tea Party

          Non, Estrosi, le motodidacte est à gauche, comme tout l’UMP d’ailleurs, plus au moins marqué pour certains, comme l’antiaméricanisme primaire, lui aussi très gaullien, donc tout aussi à gauche

          1. Tea Party

            @ hipparchia : Plutôt que des insultes, faciles, j’aurais préféré un argumentaire contradictoire poli, comme cela se fait entre gens bien, mais on ne peut pas vous demander l’impossible apparemment. Nous ne faisons en tout cas pas, partie du même monde.

  21. Peste et coryza

    Autre sujet sur lequel des avis seront les bienvenus :

    http://www.senat.fr/leg/ppl12-330.pdf

    Grosso modo, tous les étudiants du supérieur de France et de Navarre devront faire en parallèle un CAP ou un BEP.

    Cela pourrait être une bonne idée (reconversion des diplômés dans des voies de garage, moi même je pense à ce type de reconversion, j’ai déjà bossé comme plombier), mais vu les gus (socialistes et umpistes), il faut se méfier.

    Les premiers avis sont les suivants :

    – les employeurs pourront embaucher les titulaires de licence, master, ingés, docteurs, au niveau d’ouvrier non qualifié. Ces diplômés auront encore moins de chance de trouver un job correspondant à leur formation. Déjà que le nombre de déclassés est en hausse constante…
    – bien sur, payés au niveau CAP et BEP, faut pas déconner. Or entre un diplômé du supérieur et un ouvrier, c’est le jour et la nuit niveau connaissance, et pas du tout pareil en terme de compétences ou d’apprentissage.
    – tous ceux qui n’auront que le CAP ou le BEP seront dans la m*rde, car ils seront en concurrencer avec des gens plus compétents et plus titrés, pour des salaires égaux.

    Ce projet de loi montre aussi :
    – le niveau éducatif français s’est extrêmement dégradé, tant au niveau primaire, que secondaire et supérieur.
    – c’est reconnaitre que tous les diplômes du supérieur vendus à force de propagande aux jeunes sont grosso modo de la m*rde.
    – c’est dire qu’un diplômé du supérieur (je rappelle : licenciés, master, ingés, docteurs) ne valent pas mieux qu’un ouvrier ou un wesh en terme de compétences, savoir faires, savoir êtres, connaissances, etc…
    – que tous ceux qui ont sacrifié leur jeunesse et vertes années (mon cas…) à faire des études longues se sont fait royalement enc*lés, car ils trouveront, in fine, qu’un emploi d’ouvrier ou de manœuvre ou d’employé. Franchement, on aurait pu leur dire avant, non ? ou sélectionner en mettant un concours…
    – Seul point « positif », c’est que les socialistes reconnaissent que l’avenir de la France pour les diplômés su supérieur sera m*rdique pour quelques décennies au minimum. Sauf pour leurs mômes, bien sur.
    – les titulaires de CAP ou BEP vont se retrouver en concurrence avec bien meilleurs qu’eux, et vont se retrouver à pôle emploi.

    Qu’en pensez vous ?

    Perso, je suis assez d’accord avec les avis ci dessus, je pense que nos dirigeants nous crachent dessus sans même nous faire croire qu’il pleut, qu’il vont couler définitivement la jeunesse et exploser le nombre de voleurs et de bandits, et je pense qu’il est grand temps de me tirer de ce pays de m*rde.

    1. Grosben

      AMHA je pense qu’il y a de la demande dans le monde artisanat pour des gens éduqués mais connaissant les bases d’un vrai métier, ceci afin d’en faire des chefs d’équipe ou des repreneurs d’entreprise après quelques années. Chose impensable avec les cancres qui sont actuellement envoyés en filière pro.
      Mais après rien que le fait de rendre ça obligatoire me troue le cul…

        1. Peste et coryza

          C’est ce que disait mon oncle (patron d’une boite de plomberie à 100% d’activité à l’international, lui qui ne voulait jamais quitter son village).

          Avant, ses apprentis n’étaient pas des flèches, mais ils bossaient.
          Aujourd’hui, c’est très dur de trouver des apprentis motivés et corrects, et sans un QI d’huitre avariée (après tout, dans « artisanat », il y a le mot « art », et un plombier qui salope le boulot fait perdre le contrat). A tel point qu’il regarde attentivement leurs références, et que la plupart de ses poulains actuels sont fils de cadres.

          1. skunker

            C’est un des grands méfaits de l’EdNat.

            On envoie ceux qui bossent dans les filières générales passer des diplômes avec peu/pas de débouchées pendant qu’on remplit les filières pros avec tous les encombrants qui se tournent les pouces.
            Du coup on a :
            1- Des diplômés du supérieur sérieux et à l’intelligence affutée mais qui vont en chier bien comme il faut parce qu’ils sont trop nombreux.
            2- Des artisans/ouvriers/etc… qui ne s’intéressent pas à leurs formations du tout ou qui se retrouvent prisonniers du nivellement par le bas et du bordel ambiant que mettent des gens qui ne sont pas là pour étudier.

            Les métiers manuels s’en trouvent dévalorisés, de même que les diplômes et le plus emmerdant pour ceux qui en veulent, tu l’expliques très bien avec l’exemple de ton oncle, c’est qu’à force de tomber sur des bons à rien les gens se méfient. Pourtant sur papier un apprenti c’est l’assurance qu’après quelques années l’entreprise aura un salarié formé spécialement pour elle. Je ne suis pas patron mais j’imagine que ça peut être avantageux, surtout que le temps de la formation ça fait quand même de la main d’œuvre relativement bon marché.

            Quand on voit par exemple (extrême d’accord) le niveau des gens qui participent aux concours du meilleur ouvrier/apprenti de France on se dit qu’en séparant le bon grain de l’ivraie les « voies de garage » pourraient être autrement plus utiles et plus cotées.

            L’état a quand même un talent indéniable pour faire moisir sur place tout ce qu’il approche ….

            PS: je n’ai pas trouvé où le caser dans mon commentaire mais les filières pros peuvent très bien déboucher sur des diplômes du supérieur. Par exemple après le BAC pro hôtellerie on peut continuer sur un BTS marketing/gestion. Quand on est bosseur et ambitieux tout est possible.

    2. gem

      Je suis surpris qu’on leur demande un BEP ou un CAP. Alors qu’une activité bénévole à la section NPA la plus proche serait tellement plus utile à leur insertion dans la société telle que rêvée par nos zélites.

    3. YP

      Brillant : Faire faire de longues études pour occuper les jeunes le plus longtemps possible loin du marché du travail et ensuite les faire entrer par la plus petite porte possible.

      Afin que notre système législatif reste cohérent, je suggère à nos trous du culs inutiles sénateurs une autre loi complémentaire à celle-ci, qui obligerai les élèves préparant un CAP à faire en parallèle au minimum un DEA. Anti-discrimination oblige.

    4. JoS

      Ca ne date pas d’aujourd’hui, dans ma branche celà fait 15 ans que les CAP/BEP ont été remplacés de facto (chômage) par des bac +2.

      Par contre du fait de l’obligation de la reconnaissance des diplômes les salaires ont suivis…mais les CAP/BEP qui faisaient ce boulot sont au chomage..1er Fail

      L’Etat à donc décidé de les recaser via des filières d’apprentissage. 2e Fail: les entreprises se coltinent donc maintenant des apprentis sur plusieurs années…qui une fois formés partent ensuite à l’étranger profiter de salaires bcq plus avantageux ! (ils traversent juste une frontière en fait, pas besoin d’aller très loin pour doubler voire tripler son salaire…)

      3e Fail : Les entreprises en question obligent donc maintenant les jeunes à signer « une reconnaissance de dettes » envers l’entreprise. En gros si tu part avant 5 ans tu nous doit 20/30 000 EUR….elle est pas belle la France du 21e siècle ?!

    5. Alexandrov

      « tous les étudiants du supérieur de France et de Navarre devront faire en parallèle un CAP ou un BEP. »

      WTF ???

      Si les gens veulent se reconvertir, rien ne les en empêche. Après, quand on mène des politiques du genre « XX% d’une génération aura un Master », on a les résultats que l’on sait.

      Ce truc est du n’importe quoi de très haute volée.

    6. hipparchia

      Je n’ai pas mieux que le tôlier des lieux, mais merci. Je vais faire tourner cela.

      La France a ceci de merveilleux en ces temps que même lorsque l’on pense s’informer, on rate des menhirs.

        1. hipparchia

          A l’heure actuelle du jour d’aujourd’hui, où la filière générale est devenue la voie de garage de ceux dont les résultats ont été trop faibles pour intégrer un lycée professionnel, je crois qu’énorme est une litote.

          CPEF, ce pays est foutu, etc.

  22. vdf

    Mao avait bien compris que les intellectuels étaient faits pour travailler dans les champs.

    Pourquoi voudriez-vous que de vieux débris nourris à cette sauce durant leur jeunesse ne ressortent pas cette géniale idée de leurs neurones fatigués, torturés par des tonnes de petits fours extrafins et d’hectolitres d’alcool de prix ramassés de haute lutte au cours de carrières sans risques ?

  23. max

    J’ai bien pouffé et failli cracher le morceau de sandwich que je mâchouillais.

    Sinon, quand la piste amende sera tarie, pas de problème, une TVA plus forte sur les tickets de train et de métro. Y a pas de problèmes, que des soluces.

    Un intérimaire souhaite louer mon appart en France, la garantie loyers impayés n’est pas applicable dans ce cas, seul le FAST assure les impayés pendant 3 ans, et puis après on sait pas, rien, nada, nichts, sur leur site explique comment ca se passe si le gus ne paye plus son loyer au bout de 3 ans.

    Elle est au courant Cecilou Duflou que ça serait bien de mettre en place quelque chose pour ces locataires intérimaires qui pourtant ont des revenus corrects ?

  24. johnny_rotten

    La chose la plus délirante dans cette histoire c’est de voir tous les pignoufs qui se foutent de ce projet de transport en commun mais étudient scrupuleusement le tracé de ce gros bidule (metro express Grand-Paris) et se frottent les mains losqu’ils cnstatent qu’il est prévu une station dans le périmètre proche de leur domicile.Ces gens pensent que pour eux c’est le jackpot d’une plus-value assurée.

  25. infraniouzes

    En lisant cet excellent billet je viens de réaliser que la marionnette de Jeff Panacloc (cf. Le plus Grand Cabaret) s’appelle Jean-Marc ! Jean-Marc R-O. Vous savez cet horrible singe insolent et persifleur qui en prend plein le cul vu sa situation. Mais de quel Jean-Marc parle-je ? Je ne m’y retrouve plus…

  26. Baichette

    Mon chat qui s’appelle Gérard comprend mieux l’économie que nos gouvernants. Pourtant un chat ce n’est pas hyper intelligent, Gérard en plus a perdu quelques neurones lorsqu’il a été empoisonné… Pourtant il y arrive.
    On lui donne sa ration de croquettes le matin et rien d’autre. Au début il mangeait tout et, plus tard dans la journée, il réclamait. Pour lui apprendre, on ne lui donnait rien. En une semaine il a compris, il gère sa ration dans la journée.
    S’ils pouvaient gérer ainsi nos impôts, il n’y aurait plus de déficit.
    Je vais proposer à Jean-Marc et François de prendre Gérard pour les prochaines vacances. Ils pourront s’inspirer…

    1. aristarque

      Je ne leur proposerai pas le mien qui est sûrement un socialiste inavoué. Nous avons bien tenté de le rationner à une gamelle par jour mais il mange tout et, plus tard, quand la faim le reprend et qu’on n’écoute pas ses miaulements déchirants (c’est un vrai comédien), sa majesté ressort et va probablement pleurer famine dans les pavillons environnants, avec succès d’ailleurs puisqu’il revient souvent repu et calé jusqu’au lendemain…

  27. LeRus

    La Station Spatiale Internationale à un coût estimé à $100 milliards, des petits joueurs!

    Que l’on place Huchon à la tête de la Nasa et vous allez voir ce que relance keynésienne veut dire!

    1. skunker

      A propos de l’ISS, je cite wikipedia :
       » Sa construction, entamée en 1998, doit s’achever en 2013. Elle devrait être opérationnelle au moins jusqu’en 2020 … »

      hahaha
      100 milliards pour construire en 15 ans un truc qui ne fonctionnera que 7 ans =D

      Avec Huchon ce serait surement 200 milliards pour construire en 30 ans un truc qui ne tiendrait pas 3 ans et demi.
      En fait c’est pas à la tête de la NASA qu’il faut les installer, c’est sur la tête des fusées en partance. Direction la planète rouge !

    2. aristarque

      Pourvu qu’il n’ ait pas eu vent du projet ultra keynésien de construire une Étoile Noire, station orbitale de combat d’environ 70kms de diamètre…
      Pour le coup, ce serait le T€ qui serait l’ unité de compte mais cela en jetterait, n’est-il pas?

      1. skunker

        Sur le coup j’ai cru que c’était une blague, et puis je me suis dit que dans le film elle avait de faire largement plus de 70kms de diamètre l’étoile noire.
        Donc google -> programme étoile noire.
        Bah non, c’est pas une blague *epic facepalm*

        https://petitions.whitehouse.gov/response/isnt-petition-response-youre-looking

        Ça permet de constater que primo les gens sont cons, et que secundo, si les états n’ont généralement rien contre les bons gros gaspillages de masse il ne faut pas non plus s’attendre à ce qu’ils nous laissent choisir l’objet de la dilapidation.

        Il n’y a plus qu’à prier pour qu’aucun space opera ne cartonne au box office, sans quoi ils auront le soutien d’assez de gogos pour qu’il soit électoralement intéressant de lancer le projet. J’ai bien peur qu’on y coupe pas.

  28. labolisbiotifool

    Cherhache ( 16 ) : je savais pas que vous aviez trafiqué des Mobylettes dans vos jeunes années , comme moué :)
    Mais à l’ éther, ça, non , j’ ai jamais osé :)

  29. Florian

    Ahah, très drôle cet histoire de chat :D

    Hors sujet: Rien à voir mais ce dimanche, c’est le changement à l’heure d’été (en Amérique du nord).
    Au Québec, il y a une pétition qui circule pour abroger ce passage à l’heure d’été.
    J’ai fait quelque recherche et c’est assez vague sur le sujet.
    Que pense un libéral sur la question ? rien trouvé sur Contrepoints (je dois avoir du mal avec le moteur de recherche interne :/ )

    1. gem

      C’est pire que con. Ca traduit un sentiment de toute puissance, d’essence totalitaire. Changer les horaires des services publiques selon la saison, ce pourrait être raisonnable et légitime, mais non, ca leur suffit pas. Il faut qu’ils changent l’heure…

  30. duff

    J’avoue que pour une fois je n’adhère pas totalement à l’article. J’avoue n’avoir pas lu tous les commentaires, uniquement ceux auxquels vous avez répondu cher H16. Que le financement puisse être ubuesque, les tracés trop peu connectés aux réalités et aux enjeux, que le lien avec un un accès maritime ait été finalement oublié, je suis entièrement d’accord.

    Mais j’ai le sentiment, je me trompe peut être, que l’utilité d’un réseau qui évite aux usagers de passer pour Paris pour des transports de banlieue à banlieue est contestée. A titre personnel, pour me rendre à mon travail en première couronne partant d’une autre ville en première couronne, il me faut porte à porte 1h15 de trajet en passant par Châtelet les Halles où les braves RER B et C sont souvent en panne ou en grève. Avant que ma voiture ne rende l’âme, je mettais entre 30 et 45 minutes… Je suis convaincu de la nécessité du projet, il est également anormal que chez mes parents proches des écoles Supelec et Polytechnique, du CEA et du centre de recherche Soleil, il n’y ait que des champs et non des transports en commun! Sur ce dernier point, je reconnais que le projet du Grand nouveau Paris nouveau vient réparer une maladie française qui consiste à coup de bakchich d’implanter une école d’ingénieur dans un no-man’s land en espérant que les entreprises viendront ensuite. Je connais assez bien le truc pour être passé par Supélec, campus de Metz (mais c’est valable pour Gif sur Yvette aussi!) installé dans une cité qui pue où on a voulu monter de toute pièce un « technopole » où seules des boites publiques ont répondu à l’appel. il faut dire que la cité à côté, Borny, c’est le far west…

    Bref, ok pour dire que le montage sent la combine, les bisous et les taxes débiles mais au fond la région parisienne a super besoin d’un réseau de banlieue à banlieue. Après quand je lit que ça va créer 250 000 emplois (j’adore ce genre de chiffrage précis) je me marre il est vrai.

    Dernière chose, comment expliquer que certains RER voire des gares sur le même réseau, appartiennent à la SNCF et/ou à la RATP, qu’on a séparé RFF de SNCF etc. Quelle est a cohérence??? Si vous avez le temps, penchez-vous sur l’absurdité française de la situation du rail, si vous ne l’aviez pas déjà fait… Le sujet est tellement puissant et vaste!

    1. Le sujet du rail français est immense et permet de produire régulièrement des livres bien documentés sur ce scandale permanent.

      Maintenant, pour en revenir au Grand Tromblon, plusieurs aspects me gênent :
      – si c’est un bon projet rentable et intéressant (sur tous les plans), il y a fort à parier (éventuellement avec une petite impulsion de l’Etat) que l’initiative privée puisse s’en emparer à bon prix et faire tout ça très bien. Ce n’est pas le cas. Ceci devrait indiquer quelque chose.
      – est-ce le bon moment de claquer tant d’argent public ? Ce n’est jamais un bon moment pour faire des gros investissements, soit, mais là, maintenant, ici ? Vraiment ?
      – dans quelle mesure cette « solution » résout-elle le problème (i.e. des transports bondés, rues congestionnées) ? Deux sous-questions : a/ n’y a-t-il pas d’autres moyens moins onéreux de résoudre le problème ? b/ Qui est responsable du problème en premier lieu ? Quelle analyse peut-on faire de la cause principale ?
      – qu’est-ce qui garantit que le projet sera (a) mené à bien, (b) dans des délais raisonnables, et (c) pour un prix calculé et prévu ?

      La réponse à ces questions permet d’écarter tout doute : on va vers une catastrophe inutile.

      1. duff

        Merci de me répondre cher H16, mais hélas mes doutes ne sont pas dissipés!

        Relier les aéroports parisiens avec la Défense, je vous assure que ça fait du sens pour travailler depuis près de 10 ans dans sociétés anglo-saxonnes… C’est même socialiste de croire à l’essor d’un autre pôle d’emploi et de croissance!

        Est-ce le bon moment de l’argent publique : Il faut être court-termiste pour oser clamer que non. En aucun cas la dette publique n’est 100% mauvaise! Pourtant libéral, je me sens capable de vous clamer cette phrase autant de fois que vous le jugerez nécessaire! On parle d’investissement, du développement de la compétitivité et l’attraction de la région parisienne : C’est pourquoi j’ai dit qu’il était très c** de parler tout de suite d’emploi crées. On n’en sait rien!

        On se base juste sur le constat qu’au vu des tracés actuels, qui j’espère se basent sur des demandes évalués factuellement et non selon le social-clientélisme actuel, on va pouvoir connecter La Défense aux aéroports, et faire du banlieue à banlieue sans passer par Châtelet.

        Après le problème d’accès de la banlieue à Paris en dehors des horaires d’ouverture du RER ou du métro pose une autre question hyper méga polémique : Pourquoi ne pouvons-nous pas étendre à la nuit le fonctionnement des transports publics?

        Sachant que je travaille à Bobigny (93) et que je vis à Suresnes (92) je vous laisse imaginer la réponse que j’ai en tête…

    2. vengeusemasquée

      Je vous rejoins totalement sur la nécessité de créer des moyens de transport, qu’ils soient individuels ou collectifs, qui permettent d’éviter de passer par Paris. Simplement, la rocade ne le permet pas. C’est inadapté parce que toutes les routes ou lignes de transport se rejoignent globalement au même endroit, créant mécaniquement des goulots détranglement et une circulation en accordéon ou bien des transports surchargés à l’heure de pointe. La circulation ne peut s’autoréguler qu’avec un système le plus proche possible du quadrillage. Plus on fait de la rocade et plus on génère du bouchon.
      Perso, pour parcourir 15 pauvres kilomètres chaque jour le matin, je n’ai le choix qu’entre le périph et l’A86 et ça ne fonctionne pas, définitivement pas, et une rocade de plus n’y changera rien.

        1. Tho

          On peut faire beaucoup mieux qu’une rocade, mais depuis le temps que les 8 millions de banlieusards attendent un transport banlieue-banlieue, ceux qui seront encore vivants en 2030 (suis bête 2045 vu les retards) seront bien content de l’avoir. 200 km, ben oui une ville c’est grand… En bref le « grand Paris », nom pompeux pour désigner un RER de plus, aurait dû être terminé il y a 15 ans, on le paiera sûrement beaucoup trop cher mais c’est juste normal qu’il se fasse un jour…

  31. vivalatina

    C’est triste, heureusement que ton style est bon, j’ai pu rire! Merci. Tu me diras, ce sont des clowns, il est normal de rire, mais il en va de notre avenir.

  32. zelectron

    Il y en aura pour tout le monde (en temps opportuns, il suffira d’une « rallonge » pour satisfaire les « oubliés » ou les râleurs), il s’agit bien sûr des politiques (avec leurs prête-noms) de tous bords …

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)