Une courte histoire de prix qui baissent

Et pendant que la France continue avec persévérance son chemin vers un socialisme plus pur et plus complet, le reste du monde, lui, a choisi de tester les voies du (vilain) capitalisme et des (méchantes) innovations technologiques qui remettent progressivement en cause les acquis tenus pour certains. Aujourd’hui, plutôt que m’appesantir sur le sort d’un pays de toute façon condamné à la décrépitude, j’ai décidé de partager avec vous quelques articles éclairant cette tendance réjouissante.

Avant de rentrer directement dans le vif du sujet, je suis tombé sur cet intéressant article de Business Insider qui a eu l’idée de rassembler quelques graphiques montrant la variation de prix, dans le temps, de différents biens et services, exprimés en once d’or.

Si cet exercice peut sembler relever d’un pur amusement mathématique puisqu’en pratique et de nos jours, il semble pour le moins délicat (si ce n’est impossible) d’acheter ou de vendre directement des biens et services en or, il n’en reste pas moins une illustration assez claire d’une part que la manie d’imprimer des petits billets (verts comme le dollar, en l’occurrence) ne crée pas de richesse au contraire de ce que semblent croire les keynésiens, et d’autre part, les courbes issues de l’exercice en question permettent de tempérer grandement l’affirmation maintes fois entendue que tout deviendrait plus cher (ma brave dame) et que le monde court à une perte certaine, ses ressources s’épuisant – ce que traduirait logiquement un prix qui grimpe, la pénurie approchant.

En pratique, si l’on prend deux biens relativement standard, l’essence et le café par exemple, on se rend compte qu’exprimés en grammes d’or, leur prix diminue. Cela tient tout autant à l’effondrement de la valeur du dollar qu’à la capacité accrue ou améliorée de produire ces deux substances.

gas and coffee in gold

Si l’on regarde l’énergie en général et l’électricité en particulier, exprimé en or, les prix décroissent là aussi :

electricity in gold

On m’objectera (à bon droit) que, compte-tenu de la variation des prix de l’or sur les 10 dernières années (l’once a plus que doublé dans cette période), l’écrasement vers le bas des prix exprimés en or démontre surtout la baisse du dollar. C’est en partie vrai, comme je l’ai dit plus haut, mais pas seulement. Lorsqu’on regarde les prix de la nourriture, en terme mondiaux (et donc, toute monnaie confondue), on retrouve cette même tendance à la baisse. En revanche, le cas du revenu moyen américain, lui, illustre exactement la dégringolade du dollar et la déconfiture du pays dans sa chute vers un socialisme de plus en plus assumé :

food and income in gold

Ces graphiques montrent à mon goût assez bien une idée importante : le prix, cet attribut de marché qui représente notamment la disponibilité d’un bien, exprimé avec un étalon régulièrement utilisé depuis plusieurs milliers d’années, a tendance a diminuer pour un grand nombre de produits dont on entend pourtant souvent qu’on va manquer ou qu’ils deviennent plus chers. Les manipulations actuelles sur les monnaies fiat rendent très délicates les comparaisons et les études de tendances de prix sur le long terme lorsqu’ils sont exprimés avec ces monnaies. Si tant est que le marché de l’or n’est pas lui-même complètement manipulé (ce qui semble de plus en plus douteux), les tendances globales à la baisse permettent d’estimer que, malgré tout, l’humanité croît, produit mieux, plus facilement et en plus grande quantité.

Bien évidemment, je pourrai me contenter de le dire, mais d’autres éléments s’accumulent, tous les jours, pour prouver cette affirmation. Chacun n’est pas, en soi, une révolution et ne constitue au mieux qu’une petite amélioration, une évolution vers une situation un peu meilleure. Mais pris dans leur ensemble, ces éléments brossent un tableau dont il est difficile de ne pas ignorer les accents optimistes.

Ainsi, jusqu’à récemment, la production de titane souffrait d’un défaut majeur : bien que métal abondant sur la surface de la Terre, son raffinage le rend coûteux, certes moins que l’or, mais bien plus que l’acier. Le titane est un métal qui, dans différentes industries, dans différents alliages ou pour différents usages, permet de réels gains de résistance, de légèreté, de résistance à la corrosion ou à l’érosion. C’est un métal biocompatible et dont les propriétés mécaniques sont communément utilisées pour des pièces fines et légères.

Cependant, et comme le dévoile un article de The Economist paru récemment, de nouveaux procédés de production sont en cours de développement qui permettront de diminuer de plusieurs ordres le coût du métal, dont on pourra multiplier les usages. Par une amélioration drastique des procédés de production et d’exploitation, c’est comme si l’humanité venait d’accéder d’un coup à une nouvelle source de métal fort pratique et peu coûteux. Mieux : ce qui est vrai pour le titane semble pouvoir se transposer au tantale ce qui ouvre la voie à des condensateurs bien moins chers et pourrait modifier de façon importante le marché de l’électronique dans lequel ce métal est notoirement utilisé.

On a parlé de produits et de biens, on peut aussi parler services. Et s’il y a un service pour lequel les gens sont prêts à payer des fortunes, c’est bien celui de la santé. Tous les ans, les comparaisons mondiales, depuis les plus pauvres des pays jusqu’aux pays industrialisés, montrent que des fortunes sont investies pour améliorer notre existence, diminuer, soigner, réparer, prévenir un nombre croissant de maladies.

depenses santé par habitants, 2008

Et tout comme les produits sont sujets à des améliorations constantes dans leur mode d’extraction, de production, de raffinage, de distribution ou de mise sur le marché, les services connaissent aussi, au niveau mondial, ce perfectionnement continu que chaque acteur s’emploie à appliquer pour augmenter son profit (eh oui, décidément, les vils capitalistes sont partout et œuvrent égoïstement, sans la moindre vergogne, à l’amélioration du sort de tous, les fourbes).

La santé n’échappe pas à la règle : non seulement, la médecine progresse tous les jours, mais elle est en passe de connaître une révolution fondamentale dans les prochaines années puisqu’IBM envisage par exemple d’assister les praticiens à l’aide de Watson.

IBM WatsonWatson, pour ceux qui ne le savent pas, c’est cette réalisation informatique, mélange d’une architecture matérielle puissante (des milliers de processeurs en parallèle) avec un ensemble de logiciels dédiés à la résolution de différentes tâches complexes qui permettent à l’ensemble de résoudre des problèmes exprimés de façon humaine, c’est à dire lacunaire, imprécise, fausse ou ambiguë. Watson s’était illustré en remportant haut la main le jeu Jeopardy il y a quelques années, jeu dans lequel il s’agit de trouver le sujet répondant à une définition, généralement alambiquée, éventuellement pleine de jeux de mots ou d’ellipses volontairement humoristiques ou confuses.

Les ingénieurs d’IBM, après le succès de leur création dans ce jeu éminemment humain, ont entrepris de modifier et spécialiser les bases de données et référentiels de Watson dans le domaine de la santé, afin d’en faire un outil de diagnostic puissant et précis. Le service proposé par Watson serait ensuite accessible via téléphone mobile, et relativement simple d’emploi pour le praticien désirant un avis sur un ensemble de symptômes rencontrés.

Si les performances de Watson sont aussi bonnes que lors du Jeopardy (et tout indique qu’elles seront certainement excellentes, cet ordinateur n’oubliant aucun cas, aucune étude médicale, aucune interaction médicamenteuse), on peut s’attendre à la diminution drastique des coût d’un service (celui du diagnostic médical), auparavant fort coûteux car réservé à un ensemble d’individus restreint, à la formation longue, complexe, et dont le prix nécessite des investissement (financiers, temps, travail) importants.

Cela va plus loin : chaque ajustement qui permet d’économiser, chaque évolution qui évite une dépense, reporté sur des millions, des milliards d’individus, sur des milliers de dollars par tête de pipe, se traduit mécaniquement par des sommes colossales qui sont redirigées vers d’autres secteurs. La diminution des sommes consacrées à la santé se traduira par une augmentation sur une multitude d’autres secteurs que je laisse à l’imagination de chacun.

Pessimistes de tous pays, il va falloir vous faire une raison : la décroissance n’est pas pour demain. Et pire encore : c’est la faute au capitalisme.

Place St Pierre, Rome : 8 ans d'innovations

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires158

  1. dede

    Je suis sceptique en ce qui concerne les illustrations en onces d’or : ma premiere reaction sur les graphiques etait « la periode de 15/20 ans est-elle pertinente? » puis le dernier graphique me semble confirmer mon questionnement : les revenus passant de 1000 en 1945 a 3000 en 1970 puis 500 en 1980 puis de nouveau 3000 en 2000 puis se rapprochant de 500 en 2012, j’aurais tendance a conclure que le cours de l’or, c’est du grand n’importe quoi et qu’il n’est pas possible de l’utiliser comme un quelconque instrument de mesure…

    J’aime beaucoup plus la place Saint-Pierre (ou du moins les deux dernieres photos)

    1. Comme je l’ai évoqué dans l’article, l’intérêt des courbes exprimées en or est que ça montre autant la variabilité du dollar (pour une monnaie de référence, ce n’est guère pratique) qu’une tendance, justement, à la diminution des prix lorsqu’on parle mondialement (indice FAO, par exemple), contrairement à l’idée répandue que tout augmente, « ma brave dame ».

      Mais je reste cependant parfaitement conscient des grosses limitations de ces calculs et de ces graphiques 🙂

      1. aristarque

        Peut-être avons nous l’ impression que tout augmente parce que nos revenus réels et disponibles, après prélèvements sociaux et fiscaux ne cessent de stagner ou de baisser. Il ne semble pas qu’on puisse entreprendre la énième distillation du socialisme pour le faire accéder à une quintessence et s’enrichir dans le même temps. Il faut bien payer le combustible nécessaire au laboratoire et surtout les laborantin(e)s…

        1. Voilà. En pratique, les biens et services ne sont pas plus cher (et c’est facile à montrer). En revanche, les contraintes administratives, sociales, collectives engendrent des coûts de plus en plus importants qui réduisent nos marges et rendent le reste à vivre microscopique.

          1. Buchanan

            Effectivement, contraintes administratives et inflation législative. On peut citer en exemple la norme UE sur le bien être des poules pondeuses qui a fait flamber le prix des œufs l’année dernière et augmenter les importations en provenance des Etats Unis , du Mexique et de la Turquie.

          2. channy

            « la norme UE sur le bien être des poules pondeuses qui a fait flamber le prix des œufs l’année dernière »
            oh la, Attention les éleveurs de poules étaient au courant de ces nouvelles normes depuis plusieurs années, seulement ils ont budgétés volontairement le tiers des sommes requises pour ces travaux, pensant que l’UE comme d’habitude leur accorderaient une dérogation de quelques années supplémentaires pour se mettre en conformité..manque de bol pas de dérogations et il a fallu sortir le pognon d’un coup
            Je bosse en GD..pendant quelques mois les oeufs venaient d’espagne( ou les normes n’étaient pas respectés) , les prix ont enflés jusqu’à 0.05 cents par oeuf!
            Du coup on a cherché dans la région et on a trouvé un petit groupement d’éleveurs de notre région, qui lui n’avait aucun problème de conformité et en plus les prix étaient plus bas que les oeufs importés

          3. aristarque

            Le bien-être des pondeuses a de l’ importance puisqu’il est très probable qu’une poule convenablement traitée pondra mieux et de meilleure qualité, notamment pour l’ épaisseur de la coquille. D’autant que les meufs ne sont des ingrédients parmi les plus onéreux pour le Client.

      2. aristarque

        Oups! Tout le monde a bien compris que je parle des Oeufs sans être cannibale. Chérie, pitié, pas le rouleau à pâtisserie….

  2. Marco33

    Magnifique photo!
    Sinon, en lisant l’article, je me suis posé la question d’une forme de plafond technologique, où plutôt d’une rupture s’accroissant entre ceux qui auront la connaissance, la compréhension et la maîtrise d’ordinateurs d’une incroyable puissance, et ceux qui n’essaieront même plus de comprendre : la barrière intellectuelle et le temps nécessaire à la compréhension (et à la formation) devenant de plus en plus difficile à atteindre.
    Sinon, et comme d’hab, très bon article qui démontre combien l’idée de progressisme allié au socialisme n’est qu’un mensonge de plus.

    1. Flo

      Mais un smart phone ou une tablette n’est-il déjà pas un ordinateur d’une incroyable puissance?
      A en croire les photos, à moins de supposer qu’un congrès d’informaticiens se soit brusquement déversé sur la place Saint Pierre la barrière technologique ne paraît pas évidente.
      Je serais plus en phase avec la notion de « plafond » au sens où toutes les imbécilités testées par les socialistes de tous bords neutralisent une partie des extaordinaires progrès technologiques.

      1. Marco33

        Pour être plus précis : je pensais non pas en termes d’utilisateurs mais de concepteurs.

    2. vengeusemasquée

      Moi aussi j’adore cette photo. Elle est tellement révélatrice et, finalement, poétique.

    3. Simon

      Effectivement, il ne s’agit pas de plafond mais bien de ruptureentre deux populations. Le problème est que la moitié droite de la courbe de Gauss est de moins en moins la moitié, si elle l’a jamais été.

      1. paf

        rupture? oh non! vite , vite, il faut egaliser pour rendre tout le monde pareil et n’oublier personne!

  3. aristarque

    Toujours aussi étonnant, n’ est-il pas, que ce soit une égoïste recherche du profit pécunier et de notoriété qui aboutisse à autant de bénéfices pour tous en final de l’ histoire.
    Qu’apportent au monde tous nos brillants socialistes qui lui soit utile?
    Que retenir comme inventions des 70 ans de paradis des travailleurs en ce sens si attaché, en bla bla de propagande, au bonheur de humanité? Par ordre d’apparition, le goulag, l’AK 47, des Mig et des fusées d’exploration spatiale et c’est à peu près tout ce qui vient à l’esprit. Y a-t-il seulement des Russes de l’ URSS qui ont eu des distinctions telles que prix Nobel, médaille Fields et autres autrement que très très rarement par rapport à d’autres infâmes pays vendus au Grand Kapitâââlllleu?…

    1. max

      Les russes ont produit tout de même un bon paquet d’excellents physiciens et mathématiciens, le dernier renommé en date étant Perelman.

      1. aristarque

        Peut-être en recherche fondamentale mais le billet discute autour d’inventions concrètes et palpables sinon par tous, du moins par beaucoup.

        1. Aurel

          Vil sophiste. Vous parliez dans votre commentaire des médailles Fields : 12 pour les USA, 11 pour la France, 9 pour l’URSS/Russie.

          Cela s’explique aisément :
          – les mathématiques ne requiert qu’un faible investissement matériel (la plupart des découvertes se font avec du papier et des crayons)
          – le dirigisme est efficace pour produire en masse des gens compétents dans un domaine spécifique. L’autorité centrale alloue des moyens considérables sur le domaine qu’elle juge prioritaire au détriment des autres. Bien sûr cela n’a été efficace en URSS que dans la mesure où les maths sont assez neutres idéologiquement. Le pouvoir soviétique n’avait aucune raison de s’immiscer dans les résultats des mathématiciens. (La surperformance en maths est corrélée à une sous-performance dans d’autres domaines. Coté Pile : Gromov et co. Coté face : Lyssenko)

          Pour ce qui est du vol spatial, ce fut une prouesse de premier plan. Citons aussi Tétris dans les grandes inventions soviétiques 😉

      2. Laurent

        Produire c’est une chose, innover en est une autre. Dans quel domaine les russe (ou les chinois) on innover dans les 100 dernières années (je suis gentils j’aurais pu dire dans les 1000…)

    2. gem

      Fait gaffe quand même, le socialisme a toujours été et reste très bien porté chez les grand esprits qui ont effectivement apporter des choses.

      1. aristarque

        Ils ont tendance à imposer leurs solutions quand, par hasard, ils n’ imposent pas les tirelires, plutôt que de laisser l’ humanité décider toute seule, comme une grande, de retenir leurs « inventions »…

    3. Franciskus

      Rrrhoo, vous oubliez tout de même ce brillant généticien soviétique, Monsieur Lyssenko.

  4. Peste et coryza

    Non seulement il y a un décalage technologique impressionnant entre les générations, mais même au sein des jeunes générations !
    Ne parlons même pas des métiers techniques, où les gens sont spécialisés.

    Et on ne parle même pas de compétences approfondies… rien que les logiciels de bureautique sont des outils puissants.

    1. paf

      c’est vrai! par exemple les plus de 30 ans savent encore comment fonctionne un ordi; dans les nouvelles generations, ils s’en foutent, n’y comprennent rien, et aiment passionement les interfaces fisher-price avec de gros boutons colores.

      1. Franz

        Exact.
        Et par dessus le marché, les moins de 30 ans sont convaincus qu’ils sont des « digital natives » et que les plus de 30 ans n’y comprennent rien.

        1. Nocte

          En informatique peu importe l’âge. Il ya ceux qui veulent comprendre,ceux qui utilise l’outil pour leur besoin , ceux qui sont à l’ouest dès que ca demande un effort de réflexion supérieur au clic sur la souris, ceux qui croient savoir et ceux qui sont fondamentalement réfractaires.

          Comme partout en fait…

  5. Lib

    Intéressant, le plus fantastique c’est Watson. Mais au lieu de l’utiliser bêtement pour des tâches secondaires comme la médecine, il faudrait le focaliser sur les sujets importants : comprendre la fiscalité des PME et interpréter le code du travail.

    Les graphes sont très parlants. Le dernier est troublant mais c’est probablement à cause de l’échelle. Les autres couvrent les 15-20 dernières années quand le dernier couvre 70 ans. Du coup, ça serait intéressant d’élargir les autres graphes à une période plus longue pour voir si la décroissance constatée n’est pas « conjoncturelle ».

    1. « il faudrait le focaliser sur les sujets importants : comprendre la fiscalité des PME et interpréter le code du travail. »
      😆 oui !

        1. aristarque

          On ouvre les paris sur l’ incapacité du (Dr) Watson à expliquer convenablement le code du travail, celui des impôts et celui de l’ urbanisme/construction qui est pas mal gratiné aussi…
          Peut-être que de l’ envoyer à l’ ENA pourrait être envisagé, voire totalement indispensable pour sa compréhension du français administratif?

          1. YP

            « La loi de Moore à l’épreuve de l’absurde »

            ou

            « Le rationnalisme scientifique à l’épreuve de la bêtise humaine. »

          2. Tea Party

            Faire parler Watson le langage administratif français ?
            Lui faire analyser tous nos codes, nos lois, nos directives, plus celles de l’Europe, avec des articles souvent complètement contradictoires ?
            Vous êtes des pervers sans aucune pitié, il va exploser, où s’auto-détruire face à autant de conneries utiles, car je suppose qu’il ne peux pas se faire Hara-Kiri ?
            Dans le meilleur des cas, I.M.B, sera obligé pour le reposer, de lui faire analyser le vide sidéral d’un cerveau de n’importe quel socialaud.

    2. gem

      il n’y a pas besoin de Watson pour les deux seules conclusions qui s’imposent face à ces monuments de la légistique française :
      1) vous avez tort parce que
      a) c’est interdit
      b) c’est obligatoire
      2) Payez.

      1. aristarque

        L’outsider Payézéfermailah va bientôt doubler ces deux favoris. Il y travaille dur.

    3. Pandora

      La décroissance constatée n’est pas conjoncturelle.

      Sur données longues (depuis 1665 au Royaume-Uni et 1800 aux Etats-Unis), les périodes de hausse de prix ont été corrélées à la guerre : à chaque fois, les Etats payaient des improductifs (ou plutôt fabriquaient de la fausse monnaie pour payer des gens qui ne produisaient pas de biens concrets et donc de richesse).

      A partir de 1945, les économies développées sont entrées dans une période d’inflation permanente due à la fin des étalons de convertibilité.
      Aujourd’hui, l’inflation a disparu car les épargnants ont fini par comprendre qu’ils se faisaient gruger par les gouvernements en acceptant des taux d’intérêts largement inférieurs aux taux d’inflation.

      Mais dans un système capitaliste, la règle est la baisse tendancielle des prix à cause du progrès technique : on produit plus avec de moins en moins de ressources nécessaires.

      1. Nocte

        « dans un système capitaliste, la règle est la baisse tendancielle des prix à cause du progrès technique : on produit plus avec de moins en moins de ressources nécessaires. »

        A mettre sur les fronts des gaucho et autres escrologistes…

        Merci Pandora et merci H16 !

      2. Laurent

        c’est d’ailleurs ce qui s’est passé durant tout le 19 iéme siècle, une lente baisse des prix continue

    1. Le phosphore, on peut l’extraire assez facilement … de l’urine. Ça le rendrait plus cher, mais pas moins abondant.

      1. La Coupe Est Pleine

        Une prochaine génération de PGM sera capable d’exploiter les phytates naturelles des sols. Plus besoin d’apports de P soluble dès l’instant que la plante est dans un sol…… Mince la transgenèse encore une affabulation de méchants capitalistes assoiffés de sang humain !

        1. Pandora

          Les briseurs de machine qui prétextaient que les robots détruisaient l’emploi sont apparus en même temps qu’elles : les luddites au Royaume-Uni.

        2. BN

          1 contre-exemple suffit à démontrer qu’une loi est fausse (dans une science exacte). L’économie n’étant pas une science exacte, on peut tolérer quelques « exceptions qui confirment la règle », mais pour ça, j’aimerais bien avant avoir un exemple de pays qui est arrivé au plein emploi grâce à l’interdiction des machines (et des importations, qui reviennent au même).

          Sinon, vous avez manqué l’essentiel : le lien fourni. C’est un extrait de Bastiat, qui démontre que non, les machines ne créent pas le chômage. Une belle démonstration logique, dont, oui, on peut tirer une loi générale.

          1. max

            Je n’évoque nulle part l’interdiction des machines, c’est vous qui en parlez.

            Je pose la question de quels seront les emplois nouveaux. Les services, femme de ménage ?
            Il y a de plus en plus de robots ménagers, sortes d’aspirateur et de serpillière électronique, j’en ai deux pour nettoyer mes sols et ça marche bien, je les pose par terre, reviens 1 heure plus tard, les sols sont propres, temps de mise en œuvre pour moi, 5 minutes et en plus ludiques, car c’est rigolo à faire marcher ces robots comme de piloter un avion radiocommandé, un jeu plus qu’une corvée.

            Aide soignante ? De plus en plus de robots feront une bonne partie de leur boulot.

            Là où je bosse en DE, plusieurs usines sont entièrement automatisées, des machines d’assemblage, de moulage, d’extrusion, des transporteurs sans pilote cariste, tout automatique. 3 gus seulement sont là sur une surface de la taille d’un terrain de foot. Et je suis bien payé pour qu’il y ait bientôt plus qu’un gus.

            Programmer des ordis, ça ira dans le même sens, et va t on transformer tous les sans emplois en informaticiens de haut vol, es docteurs en sciences, polytechniciens majors ?

            Si vous avez des idées de quels seront les nouveaux jobs, alors dites le au lieu d’affirmer que demain sera comme hier.

            1. Il y a 20 ans, qui pouvait imaginer que Community Manager serait un job d’avenir ? Qui pouvait prétendre que spécialiste IHM aussi ? Qui pouvait imaginer ce qu’est un webmestre ? Il y a 30 ans, qui aurait parié sur les nanotechnologies ? Etc.

              Les jobs de demain, vous ne les connaissez pas encore. Ce n’est pas parce que nous n’avons pas d’imagination qu’ils n’existeront pas.

          2. max

            Les jobs nouveaux seront liés à de nouvelles formes de contrats et redéfiniront la valeur ajoutée comparée humain versus machine. Les nanotechnologies sont un domaine confus, taxonomie très floue, la chimie d’il y a bien plus que 30 ans était déjà une nanotechno, étymologie nanomètre, comme tout ce qui est produit relève in fine de l’échelle du minuscule, jusqu’au quantique. Ce que je dis, c’est qu’il ne suffit pas d’attendre la révélation de ces jobs un cierge à la main mais de tenter de les déceler, le job d’un entrepreneur en fait.

          3. Sansintérêt

            Les propriétaires de robots sont comme tout le monde : capables de payer pour de l’art, du sexe, des jeux, du savoir… Si nos actuels besoins vitaux étaient tous satisfaits, il deviendrait encore plus indispensable de se rincer l’œil, de bien manger, d’élever le dernier Tamagotchi à la mode ou de découvrir la vérité du monde. Cela fait très longtemps qu’une bonne partie de l’économie ne s’occupe plus du vital. L’homme s’occupe, nécessairement, et moins ses bras valent, plus il est divertissant.

    2. Fergunil

      Exactement !
      Donnons des cuillères aux cantonniers pour remplacer les pelleteuses, cela va résoudre le chômage !

      1. La Coupe Est Pleine

        Les écolos ont une idée similaire pour la suppression des désherbants de synthèse.

    3. Jerome

      C’est faux, le constat est le suivant : plus le nombre de machine est important, plus le nombre d’employés du secteur concerné est important (cf comparaison FR/Italie). La montée du chômage en France est la conséquence du manque de profitabilité des entreprises provenant de taxes « exubérantes » rendant le rapport qualité – prix non compétitif.
      Les entreprises ont alors 2 choix :
      – partir
      – faire faillites.

      1. max

        La France y viendra aussi un jour. La robotisation s’étend partout, en Chine aussi, et n’a pas de frontières.

        Il y a seulement des pays qui ont pris le train plus tôt et en bénéficient pour le moment, mais globalement tous les pays s’y mettront et vous allez m’expliquer quel seront les revenus de ceux qui seront remplacés par des machines.

      2. max

        Ceci dit, la situation éco de l’Italie, malgré ses robots, n’est pas reluisante, en voilà un beau contre exemple de la Corée du sud… Comme quoi corrélation localisée n’est pas causalité.

        1. Théo31

          L’italie, c’est un Etat surendetté en faillite qui pratique l’austérité qui ne fonctionne pas, à savoir faire maigrir le secteur privé pour se maintenir.

    4. tintin

      « La montée du chômage depuis quelques décennies en est en partie la conséquence. On a pas encore trouvé les nouveaux emplois qui remplacent les anciens. »

      Ils n’ont qu’a se reconvertir en marchands de chandelles.

    5. Nocte

      tant que nous y sommes sur les reflexions café du commerce :
      Les femmes à la maison ca fera du boulot pour les hommes.
      Dehors les immigrés ca fera du boulot pour les gens du cru.

      ah? j’ai pas le droit ? bon bah… les machines à la benne ca fera du boulot !

      je peux avoir ma carte du syndicat rétrograde, maintenant ?

      plus sérieusement… vous pensez que le tourisme était développé à ce point début 20eme ? l’informatique aussi ? Internet ? les centres d’appel ( merde mauvais exemple… les centres sont déportés dans des pays du Maghreb parce qu’ il impossible en France d’avoir un centre ouvert 7/7 de 8 à 22h pour un coût raisonnable… sauf à le facturer très cher au client final… merci le code du travail rigide et les syndicats)…

      C’est sûr si votre vision des choses, c’est un boulot de manutention pour un autre boulot de manutention, on est très mal parti… ou alors on peut se sortir les doigts, connecter ses neurones, s’ ouvrir au monde, se documenter, et apprendre autre chose, non ? en plus ca permet de découvrir que bah finalement, oui, des métiers disparaissent mais ils sont remplacés par d’autres mais pas poste pour poste et à condition que la législation ne soit pas rigide !

  6. Before

    Watson, l’aide au diagnostic informatisé, exemple parfait pour le jour de la diffusion du dernier épisode en France de Dr House …
    Probablement moins drôle, mais certainement plus accessible.

  7. simine

    Comme le disait à l’instant Alain Madelin sur le plateau des « Experts » (BFM Business), la matière grise est infinie et renouvelable.

    1. mlallier

      Et le dernier intervenant suggérait de remplacer les institutions européennes par un robot.

      IBM va-t-il proposer Watson ?

  8. Egomet

    Il y a d’autres indicateurs statistiques qui permettent d’aboutir aux mêmes conclusions:
    – taux d’équipement des ménages (qui n’a pas la télé? Moi, mais ça ne veut rien dire!)
    – taille des logements
    – temps de travail
    – temps de travail nécessaire pour se procurer tel ou tel bien.
    – etc.

    1. vengeusemasquée

      « qui n’a pas la télé? Moi, mais ça ne veut rien dire! »

      Moi non plus et au contraire, je pense que ça veut dire quelque chose, peut-être quelque chose d’autre que le sujet du jour mais enfin… 😆

  9. peacefulJoe

    N.B.: Le graphique indique les prix du « Gasoline » (soit l’essence et non le gaz comme indiqué à tort dans le texte).

  10. Martin T

    Et si on remplaçait le gouvernement de pignoufs par Watson?

    Nous aurions probablement de biens meilleurs diagnostics mais aussi une meilleure conduite des affaires de la nation, mais chut, c’est élémentaire mon cher Watson…

  11. bibi33

    Le deuxième graphique ne mentionne pas les prix du gaz mais de l’essence (gazoline).

    Il y a une petite coquille
    a tendance a diminuer (à diminuer)

  12. Jacques

    Juste pour info, serais-ce possible de corréler les revenus avec les prix ?
    Je serais déjà curieux de voir ma courbe de « progression » salariale en mg d’or…

    1. Jacques

      Quand j’ai été recruté dans mon emploi actuel, fin 1990, je touchais l’équivalent de 4,5 onces d’or par mois, maintenant, j’ai du mal à avoir l’équivalent à 1.5 onces…

  13. NoName

    Superbe Billet H16. Je sais que je le dis souvent, mais celui-là l’est plus encore que d’habitude.

    Je suis, définitivement c’est sûr, certain que il n’y a pas de problèmes que nous ne saurons jamais prévoir à quoi ressemble le futur.
    Chaque jour, des inventions, des idées germent et petit à petit, vont changer radicalement notre mode de vie. J’essaie de dresser une liste, mais sérieusement, je crois que c’est pas possible. J’ai récemment entendu parler des batteries au graphène-je-sais-pas -quoi qui devraient permettre de rendre les batteries bien plus performante et donc viable. Tout ça grâce aux affreux capitalistes apatrides mangeurs-d’enfants (ce qui me fait peut-être le plus plaisir d’ailleurs, c’est que ça va faire chier les khmer verts).

    Oh, au fait, quelqu’un sait ce qu’il advient du Neverwet ?

      1. Franz

        La droite ? Quelle « droite » ? Et ça veut dire quoi, « droite » par rapport au libéralisme ou au capitalisme ?

        1. NoName

          Oh là mein Gott, j’ai un bout de phrase qui a sautée (-é ?-ée ? :S)
          « Je suis, définitivement c’est sûr, certain que il n’y a pas de problèmes que nous ne saurons jamais *régler* et que nous ne pourrons jamais prévoir à quoi ressemblera le futur. »

          1. hussardbleu

            Je pense que nous sommes proches du Flash Point : je ne sais quelle forme il prendra, l’histoire ne peut nous l’enseigner, mais un beau jour, on va commencer à couper les gorges….

            Il y  avait une métaphore de Jacques Bainville, ce profond analyste mort trop jeune : celle des poissons rouges dans leur bocal, qui voient les choses déformées par le verre, sans comprendre qu’il n’y a qu’une mince paroi qui les protège.

            Il voyait les hommes ainsi, incapables de voir arriver ce qui va exploser leur bocal, parlant de la Révolution – imprévisible en 89 sous la forme qu’elle assumera en 93 – ou la guerre de 14 qui nous arriva dans la tronche, alors que nos grands-parents ne s’inquiétaient que du procès de Mme Caillaux, pendant qu’un Archiduc se faisait assassiner dans la lointaine Bosnie….

        2. DiasW

          Je me mets à la rhétorique gauchiste de base : mépriser l’interlocuteur, lui affubler de tout les adjectif repoussoirs, et ne pas s’attaquer aux arguments.

          (sinon j’adore cette police de caractères pour les commentaires, façon comique avec ms)

  14. christo

    D’abord concernant la photo. Le symbole est en effet beau et/ou saisissant… mais c’est bidonné… dans le sens ou la première a été prise lors de la procession funéraire de Jean-Paul II…. donc pas exactement les circonstances du second cliché.
    Ca ne devait pas être ambiance stade de foot, avec mitraillages d’appareils photos…

    Ensuite, sur le prix de l’or pour juger d’autres prix…

    C’est faire fi du contexte. Et c’est peut-être tomber dans le piège causalité / corrélation.

    Je m’explique : faites le même graphique pour l’Allemagne… en 1923.
    Magique ! Là aussi vous pourriez en conclure que les prix avaient alors (très fortement) baissé.
    😉

    Enfin, plus largement, on ne peut pas mettre sur le même plan… deux biens aussi différents que café… et l’essence, afin d’en tirer des conclusions identiques.

    Le premier, s’il en manque, vous en plantez davantage (hausse de la production facile à atteindre, et donc baisse des prix), le second… fonctionne légèrement… différemment !

    Bref, sorry H16, mais je trouve votre article un peu tiré par les cheveux.

    1. a/ pour la photo, désolé, mais vous noterez qu’il y avait bien des gens qui utilisaient leur portable. Seulement, il y en a beaucoup moins. Et la place St Pierre et l’arrivée de François, c’était tout sauf ambiance stade de foot. Vérifiez les dates : ce qu’illustre le rapprochement, c’est qu’en 8 ans, la technologie a fait des bonds de géant. Vous pouvez pinailler les photos, il va vous être bien compliqué de pinailler le message.
      b/ faire fi du contexte ? J’en parle clairement dans le billet et dans les commentaires. En revanche, je ne me suis pas risqué à comparer avec 1923 (hyperinflation). Je laisse ça aux hardis qui aiment commenter un peu vite.
      c/ essence & café : il y a d’autres courbes si vous voulez. Ce qui est intéressant, c’est que justement, ces deux biens sont produits de façon différente, mais que, quand bien même, les prix en or diminuent.
      d/ aucun commentaire sur Watson ? C’est dommage : c’est tout l’intérêt du billet.

      1. raimverd

        « aucun commentaire sur Watson ? C’est dommage : c’est tout l’intérêt du billet. »

        oui, oui.
        Je découvre et c’est très perturbant. Impossible de commenter à la volée. Ouvre une longue réflexion.
        Intelligence artificielle. Univers indéterministe, ouvert, changements, évolution/mutations, adaptations contre univers déterministe, clos, statique, même si immense.
        Exemple : Deep Blue et les possibilités du jeu d’échecs en nombre fini même si immense, contre l’intrusion d’une nouvelle rangée, une nouvelle pièce, un minuscule changement de règles.
        Watson : petit fils de Deep Blue? ou une petite fenêtre sur autre chose, à notre échelle humaine.

        A propos des indicateurs, un indicateur très simple à propos du prix de la nourriture : la montée de l’obésité.
        A+

        1. Nocte

          Watson tient plus de la porte que de le fenêtre.

          Les « assistants » comme Siri ou S-voice, bien que très limités comparés à Watson, se basent sur la compréhension du langage humain ce qui n’était qu’un rêve ou un fantasme de SF il y a 10 ou 15 ans et on trouve désormais cela dans des smartphones.

  15. Jopechacabri

    je n’ai pas le temps mais ce serait interressant de faire le même calcul en réference de baguettes de pain ou de kg de mil ou de manioc… ?

  16. Positron63

    Excellent, et encore bravo pour cette rare note d’optimiste à laquelle j’adhère.
    J’ajouterais que nos problèmes sont historiquement bientôt terminés.
    Je ne prétends pas que la crise est derrière nous, mais que le changement, c’est pour bientôt.
    Si je regarde l’histoire des peuples sur les 100 dernières années, il m’apparait que la durée moyenne d’un état est de l’ordre de 70 ans. L’ex URSS étant la caricature de cet exemple.
    Bon, et pour nous, disons que l’état actuel a commencé en 1945. 1945+70=2015.
    Aller, plus que 2 ans à ternir. Ensuite, youppie, en route pour le monde d’après…

    1. Franz

      Sauf que malheureusement le monde contemporain, le régime actuel en France doit dater de 58 au mieux (la Vè ripouxbique), de 68 plus probablement (pour l’idéologie chez l' »élite ») ou de 1973/74 (pour le reste de la population et la mise en place des politiques « publiques » délirantes).

      Ce qui nous laisserait encore bien des années de délires catastrophiques.

  17. MadeInCH

    IBM va recevoir pleins d’investissements de Big Pharma pour aider au développement de Watson!

    Comment Watson fera pour savoir si il devra prescrire du Dormator(c) ou du SchlafanTief(tm)?

    Voyons, ce sera Sandoz ou Ciba-Geigy qui aura le plus contribué?

    Et puis, il faudrait écarter les « recettes de grand-mères », pas assez officiellement étudiées, pour promouvoir le nouveau TuladenlKu(r), acclamé par 35 recherches subventionnées!

    Big Pharma n’aura plus besoin d’offrir pleins de séances d’informations dans des hôtel 5 étoiles aux médecins pour leur parler de leur nouveaux emballages, pardon, je voulais dire médicaments.
    Il suffira de proposer quelques séances de discussions au Bahamas, tout frais payés, à quelques décisionnaires.

    1. JS

      Watson et les nouvelles technos medicales vont rendre la medecine et les soins accessibles a des millions de personnes qui ne pouvaient mm pas en rever jusqu’a….mais cela est un detail pour vous j’imagine.

    2. Franz

      Quand les médecins sont des para-fonctionnaires et que cette profession « réglementée » met des barrières à l’entrée partout, prétend collectiviser la réussite (prix des consultations fixe) et privatiser l’échec (procès pour la pomme du médecin), alors la corruption est inévitable et conduit les « big pharma » comme vous le dites à mettre en place ces « politiques ». En outre la « propriété intellectuelle » permet d’éviter en grande partie l’arrivée de concurrents niveau production.

      Mettez les médecins en concurrence avec Watson. Puis Watson avec l’équivalent développé par Google, puis celui d’Apple, voir un chinois ou un indien… Hop, ça devient plus difficile. Parce que pour avoir la plus grosse part du marché réellement intéressant (là où il y a peu de médecins, justement) il faudra être le système dont les diagnostiques seront les plus justes (simple) et dont les traitements proposés seront les moins chers et les plus efficaces.

      Bref, je serai IBM, sur ce projet je rentrerai plein de plantes médicinales, de remèdes de grand-mère, de génériques, etc. dans la base… D’ailleurs, Big Pharma v. Big Blue, c’est p’tet pas les premiers les plus Big !

      1. N’oubliez pas un truc fondamental :
        – année N : Watson est presque aussi bon qu’un médecin
        – année N+16 mois environ : Watson est un peu meilleur qu’un médecin (2x plus rapide, 4x plus de données disponibles et accédées)
        – année N+32 mois : Watson est meilleur que n’importe quel médecin.

        Certains ne vont pas voir venir la vague.

        1. raimverd

          Beaucoup trop optimiste h16.
          Ce sera bon pour de la médecine vétérinaire. Pas pour nous de plus en plus égrotants complexes à la longue agonie. Pas « compliqués », « complexes ».
          La médecine vétérinaire est excellente mais pas faite pour des décennies passé le temps de la retraite « en bonne santé ».

  18. MadeInCH

    Ghandi avait dit:
    L’inde a beaucoup de chance: Elle est capable de nourrir et habiller toute seule toute sa population.
    L’Inde a un gros problème: Elle n’a pas besoin de toue le monde pour atteindre ce résultat.

    Demain, il y aura besoin de encore moins de monde.
    Prix réduit de certains services et produits.
    Moins de gens gagnants assez pour payer ces prix réduits.

    1. aristarque

      Bien le bonjour Malthus.
      H16, dis nous : on lui répond ou tu considère que tes Go sont trop précieux pour les utiliser à démonter ses sophismes détruits par l’ histoire depuis qu’il les a écrits ?

    2. bibi33

      En 1950 population mondiale: 2.5 milliards malnutri 1 milliard (40%)
      En 2012 la population mondiale : 7 milliards malnutri: 1 milliard (16%)

    3. bibi33

      En 1950 population mondiale: 2.5 milliards malnutri 1 milliard (40%)
      En 2012 la population mondiale : 7 milliards malnutri: 1 milliard (16%)

    4. Pandora

      On t’a reconnu, le keynésien !

      Tu ne peux pas approuver le gain d’argent pour la population à cause de la baisse des prix sans regretter le manque d’interventionnisme de l’Etat qui distribue l’argent gratuit des autres.

      Le capitalisme et l’individualisme se chargent d’améliorer le bien-être des populations sans son « aide ».

    5. Franciskus

      Ghandi, le type qui écrivait à Hitler en 1941 : « Nous ne doutons pas de votre courage et de votre amour pour votre patrie et nous ne croyons pas non plus que vous soyez le monstre décrit par vos adversaires »
      Zut, un point godwin.
      Enfin bref, c’est pas parce que c’est Ghandi qui le dit que c’est vrai. Il était philosophe, pas économiste.

      1. mario

        Ghandi était avocat, à la base, d’ou des plaidoyers pas toujours appropriés.
        Et puis quelqu’un qui faisait la guerre à la G B ne pouvait pas être entièrement mauvais de son point de vue…
        Peut-être?

  19. JF

    Pour l’or, je rejoins d’autres commentaires pour dire que ce n’est pas un très bon référentiel notamment du fait que c’est une valeur hautement spéculative et que son prix ayant fortement augmenté ces 10 dernières années (x2 par rapport à 2003), les prix de biens indexés sur l’or ont fatalement tendance à baisser (ex: prix du café, de l’essence, de la nourriture quasiment divisé par 2 par rapport à 2003), sauf effet contraire. Seuls l’électricité et le dollar semble avoir baissé plus.
    « ce que traduirait logiquement un prix qui grimpe, la pénurie approchant. »
    Au delà du fait qu’indexés sur l’or, les prix ont fatalement tendance à baisser et que donc les courbes présentées ne montrent rien, une pénurie dans 50, 100 ou 200 ans n’a pas forcément une incidence sur les prix aujourd’hui…L’utilisation d’une ressource finie sans réutilisation possible (pas de recyclage recyclage) fait fatalement tendre le stock vers 0 ! La question est de savoir d’après le stock initial et la consommation, à quelle échéance on arrive à 0…Je pense qu’il est avéré que certaines ressources vont s’épuiser à moyen terme (50 ans). L’exemple indéniable est l’hélium dont on constate déjà une pénurie, ce qui est très fâcheux car il est irremplaçable pour certaines applications scientifiques…Il est donc dommage d’en faire des ballons ! Mais cela est surement valable pour d’autres matières premières et je trouve dommage de cramer 10 L d’essence quand on peut en cramer 5 L mais bon…
    Sinon pour Watson, je trouve ça passionnant, on se rapproche de SF tel que « les robots » où un super-ordinateur résout les problèmes à la place des humains…
    Une prochaine révolution pourrait aussi être les transistors à base de diamant synthétique dont les propriétés de dissipation thermique pourrait énormément améliorer les processeurs…

    1. La pénurie d’hélium, quel exemple choisi avec soin 😆 ! Pour information, l’hélium est le second élément le plus abondant dans l’univers, donc je ne m’inquiète pas. On est encore ici dans le cas malthusien habituel. Il s’agit non pas d’une pénurie par manque de matériau, mais d’une pénurie par manque de matériau à niveau de prix donné. Autrement dit, si on augmente de façon sensible le prix du litron d’hélium, croyez moi, la pénurie disparaîtra. C’est d’ailleurs exactement le même cas que pour le titane (exemple pris dans ce billet).

      1. YP

        Réserves juste gigantesques sur le champ de North Dome/South Pars. Pas de pénurie en vue au niveau mondial. Cela dit, pas sur que les ressources soient pour nous (occidentaux), vu que nous payons en monnaie de singe.

      2. JF

        Bon je viens de faire une recherche un peu poussée sur l’hélium et…la théorie de la pénurie semble venir essentiellement d’une personne, Robert Richardson, Prix Nobel de physique en 1996. Information très largement relayée dans la presse mais visiblement pas vérifiée, comme d’hab quoi…J’ai trouvé ce lien:
        http://minerals.usgs.gov/minerals/pubs/commodity/helium/mcs-2009-heliu.pdf
        On y apprend que les réserves américaines (l’hélium déjà extrait et stocké) sont de 4 milliards de mètres cubes soit plus de 20 ans de consommation mondiale et que les ressources estimées aux US sont de…20 billions de mètres cubes (dont 5 billions mesurés) soit un paquet d’années…d’ici la on devrait donc avoir colonisé l’ensemble de l’univers ou disparu…
        Autant pour moi…

        1. Peste et coryza

          Faut voir…

          Mon labo a galéré pour en trouver l’année dernière. Et il parait que le problème était mondial.

          Si ce n’est pas une pénurie, alors il y a eu un problème approvisionnement (ce qui ne m’étonnerait pas avec un gaz qui ne se liquéfie que vers 0°Kelvin).

          1. Encore une fois, il n’y a pas de pénurie sur le deuxième élément le plus abondant de l’univers. C’est comme une pénurie de carbone ou d’hydrogène, c’est juste ridicule. Des problèmes d’approvisionnement, oui, certainement. Une mauvaise gestion des stocks, peut-être. Mais une pénurie, non.

    2. PAF

       » valeur hautement spéculative et que son prix ayant fortement augmenté ces 10 dernières années (x2 par rapport à 2003) »

      facepalm.

      1. JF

        pouvez vous argumentez ? sur quoi n’êtes vous pas d’accord ? ça valeur n’est spéculative ? qu’est ce qui explique que ça ait pris 50% en un 1 an et demi ? son utilisation a augmenté d’un coup (industrie, fabrication de bijoux,…) ou alors tout le monde se rue dessus parce que c’est une valeur refuge ?

    3. docludo

      a propos des transistors en diamant, non les applications visées ne sont pas les processeurs mais les applications hyperfréquences hautes puissances comme les radars.

  20. JS

    Tres bon billet.

    Pour ceux qui ont deja eu affaire au titane, c’est un materiau incroyable : legerete, robustesse, resistance a la corrosion, etc. L’alu peut aller se rhabiller !

    Vous citez The Economist dans le billet, si j’etais milliardaire j’en financerais une version Fr…

    (et j’abonnerais tous les foyers Fr au Canard Enchaine..) 😉

  21. NOURATIN

    Le seul inconvénient de tout cela c’est que ça ne se passe pas chez nous.
    Forcément, nous, c’est le socialisme et le socialisme on l’a vu à l’oeuvre,
    on en connaît bien les résultats en termes d’innovation et d’augmentation de la richesse. Donc nous regarderons le train passer…comme la vache!

  22. Olivier Vitri

    Hors sujet mais ça vaut le coup…
    http://bit.ly/WBGXez : Hop un de moins.
    A présent, attendons le psychodrame de ces c**s de Moralistes Péhesse qui ont du mal à choisir leurs amis.

      1. aristarque

        J’ espère que quand il jurait à qui voulait l’ entendre qu’il n’avait JAMAIS eu de compte suisse, il ne le faisait pas sur la tête de Madame. Parce qu’en plus, il est maintenant veuf…
        Peste soit de toutes ces grandes théories que l’ on professe en n’ imaginant pas devoir passer aux travaux pratiques…

      2. mario

        Futur repris de justice qui agrémentera bien le stud book Mollande ? Il en a l’ étoffe!

      3. Sylvain Jutteau

        Allez, Toreton, siouplé, un chti n’article sur les méchants qui échappent au fisc.

        Déjà quand on s’échappe légalement, ça t’énerve, là avec le planteur de cheveux, ça devrait te chauffer grave.

        Allez, sois cool, Toreton, juste pour me faire plaisir…

  23. BA

    Mardi 19 mars 2013 :

    Coup de tonnerre à Chypre !

    Attention, attachez vos ceintures !

    ALERTE – Chypre : le Parlement rejette le plan de sauvetage de l’Union Européenne.

    Le Parlement chypriote a rejeté mardi un très impopulaire plan de sauvetage conclu samedi avec l’Eurogroupe et censé éviter une faillite de l’île, par 36 voix contre, 19 abstentions, et aucune pour.

    Le projet a été rejeté, a affirmé le président du Parlement Yiannakis Omirou.

    Le vote contre le plan qui prévoit une taxe exceptionnelle et sans précédent sur les dépôts bancaires a été accueilli par une explosion de joie par des milliers de manifestants réunis devant l’Assemblée.

    http://www.romandie.com/news/n/_ALERTE___Chypre_le_Parlement_rejette_le_plan_de_sauvetage_de_l_UE60190320131936.asp

  24. Aristarque

    Et un gouvernement de gauche [le Président Kristofias est un (« ex »?) communiste] qui se vend au Graaaaaand Kaaapiiitââââââlllleu.
    Heureusement qu’il est estampillé, celui-là, pur (ex) paradis des travailleurs.
    Cela atténue la douleur inévitable…

  25. pi31416

    Lu chez Bloomberg.com:

    Venezuela will start auctioning dollars to importers, especially of medicine, food and industrial equipment… The dollars will be cheaper than in the black market, where they sell for as much as 23.5 per bolivar

    HEIN???

    Avec de pareils experts on est sauvés, pas de bile à se faire, ce n’est pas le pays qui est foutu, mais la planète toute entière.

  26. gnarf

    Pour eviter les effets lies a l’augmentation/baisse de l’or, le mieux est d’exprimer le cout de tous ces produits en heures de salaire. C’est vraiment a ce moment-la qu’on a un chiffre qui s’affranchit des effets de monnaie.

    1. Sylvain Jutteau

      @ gnarf

      OUI !

      En 1970, le smic est à 3.27 Fr. Divisé par 60 mn, cela fait 0.0545 Fr
      La baguette est en moyenne à 0.57 Fr.
      0.57 Fr / 0.0545 = 10.45 mn de travail.
      En 1980, il faut 7.26 mn pour acheter une baguette.
      En 1990, 6.28 mn suffisent.
      En 1998, on passe à 6.04 mn.
      En 2010, on passe en dessous des 6 mn avec 5.85 mn pour pouvoir apporter une baguette sur la table.

      Source : http://www.boulangerie.net/forums/bnweb/prixbaguette.php

      Grosses Bises.

  27. raimverd

    « Les statistiques ne sont pas d’accord avec vous. La logique non plus. »

    Merci h16.
    Toujours intéressant et stimulant.
    Tu m’as stimulé pour travailler et ne pas me fier uniquement à ma mémoire.
    Je n’ai pas trouvé de contradiction avec les stats.

    évolution des coûts, répartition par âge et pathologies, durée de vie, durée de vie en
    bonne santé, …

    http://www.universcience.fr/fr/science-actualites/expo-dossier-
    as/wl/1248100540029/economie-quel-est-le-cout-de-la-sante/ coût santé
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Esp%C3%A9rance_de_vie_en_bonne_sant%C3%A9
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_l'esp%C3%A9rance_de_vie_par_pays
    http://www.touteconomie.org/jeco/46_247.pdf coût santé âge

    Quand à la logique, trop compliqué, je laisse tomber.
    Le sujet est trop emberlificoté entre les consommateurs de santé, les fournisseurs de
    soins, produits, matériels et l’Etat pour être le domaine de la logique rationnelle qui est
    certainement celle que tu as en tête.

    Gustave Le Bon dirait que l’on est dans le domaine des logiques sentimentale, affective, collective, mystique.

    « logique spéciale, ce terme étant pris dans le sens d’enchaînement déterminé des
    phénomènes….
    La logique affective dirige les sentiments et les instincts qui nous mènent. La logique
    collective conditionne la morale et la vie sociale. De la logique mystique sont nés les
    dieux et les croyances. La logique intellectuelle enfante les découvertes qui transforment
    l’existence des hommes. » (Enseignements psychologiques de la guerre européenne)

    1. Bon, les statistiques que tu fournis ont un défaut majeur : elles sont pour des pays dont
      a/ la population vieillit
      b/ pas mal gangrenés par le socialisme et un effritement global des niveaux de vie.

      En revanche, si tu regardes à l’échelle de l’humanité (ici, c’est bien de ça qu’il s’agit, pas juste de la France), l’espérance de vie augmente, et l’espérance de vie en bonne santé aussi (tu peux faire joujoux avec Gapminder si tu veux). Et la logique corrobore : il y a de moins en moins de guerre, de moins en moins de famines, de plus en plus d’humains riches, de plus en plus d’accès à la santé, et une population qui augmente. Ça plus la transition démographique, la conclusion est implacable : on vit plus vieux et en meilleure santé.

      Comme, d’ici à 20 ans, il va y avoir des bouleversements particulièrement importants (et très très au-delà de ce que la plupart des humains peuvent imaginer), je maintiens ce que j’ai dit.

      Juste comme ça, pour donner une idée du changement : imagine des « machines pensantes » avec un QI moyen de 200 (année N) qui travaillent 24/24h et 365/365j sur les problèmes qui ont occupé l’humanité depuis des siècles. Imagine que ces machines sont à 1000$ pièce (année N). Imagine qu’en N+2, le QI est de 400 ou, plus simplement, leur prix de 500.

      Je te laisse tirer la conclusion que tu veux, mais « Ce sera bon pour de la médecine vétérinaire. «  est juste … rigolo.

      1. Greg

        Petite faille logique néanmoins H16 je le crains :
        La part de population mondiale plus vieille et en bonne santé actuelle est plus importante que par le passé, certes, mais ce sont donc des gens qui ont mieux vécus par le passé pour être dans ce meilleur état au présent.
        Rien ne dit que les jeunes d’aujourd’hui seront par la suite encore plus vieux et en encore meilleure santé…
        Personnellement j’en doute même fortement, parce que les jeunes d’aujourd’hui sont en nettement moins bonne santé que les vieux d’aujourd’hui ne l’étaient jeunes.
        Me fais-je bien comprendre ?
        L’armée suisse tient des statistiques de santé et forme physique des hommes de 20 ans depuis plus de 40 ans : les jeunes d’aujourd’hui ne valent pas tripette par rapport à ceux d’il y a 40 ans, ni physiquement ni mentalement, ni même en terme d’alphabétisation.

        L’avenir nous dira ce que nous ferons dans le futur, hein… !

        1. Encore une fois, ce que vous dites est peut-être vrai à l’échelle des pays occidentaux (encore que j’en doute), mais à l’échelle de la planète, l’écart est tellement important (en nombre et en qualité de vie à atteindre) que la moyenne et la tendance restent les mêmes : à la hausse.

  28. Greg

    Simplement en ce qui concerne la Suisse, le médecin chef de l’armée à fait sensation l’année dernière :
    les jeunes de 20 ans aujourd’hui peinent à marcher 10kms, peinent à porter 10 minutes leur paquetage de 30 kilos sur le dos…
    Les recrues ont maintenant plus d’heures de sommeil qu’il y a à peine 20 ans à leur disposition sous peine de s’effondrer, il a fallu ajouter plus de choix au petit-déjeuner, ils ne supportent plus de dormir à 20 dans un dortoir et sont par chambres de 6, sont perdus quand ils ne peuvent consulter leur téléphone cellulaire plus de 3 heures d’affilée, pètent les plombs à la moindre frustration…

    Le médecin chef avait résumé ainsi dans les journaux : les recrues sont des mauviettes !

    http://www.rts.ch/emissions/temps-present/societe-moeurs/2959360-une-armee-de-mauviettes.html

    1. Ceci prouve que, les années passant, les gens s’habituent à leur petit confort, oui. Bon. De là à dire que leur santé décline, ah ah ah.

Les commentaires sont fermés.