Puisqu’on vous dit qu’internet est dangereux pour la santé !

On ne rigole pas avec la santé. D’autant qu’en France, s’il est acquis qu’elle n’a pas de prix, elle a un coût largement supporté par la collectivité et les générations futures. Et c’est donc avec le sérieux qui s’impose pour un tel sujet qu’une Commission sénatoriale a récemment rendu un rapport dans lequel elle s’inquiète, notamment, du rôle trouble que peut jouer … Google dans le dévoiement des patients français face à la médecine scientifique.

Du sénateur, de la technologie de l’information à base de chats rigolos, un sujet de société : pas de doute, nous avons ici tous les ingrédients pour une solide rigolade que seule la haute assemblée républicaine du Bisounoursland est capable de nous fournir, avec cette précision et cette régularité qui la caractérise. On savait en effet (et de précédents billets mémorables, ici ou ailleurs, nous le rappellent) que nos sénateurs ont à la technologie le même rapport qu’une poule peut avoir avec un couteau, et que cela se traduit assez régulièrement par des tempêtes de facepalm à s’en décrocher la mâchoire.

Cette fois-ci, probablement pour le plaisir du LOL, nos sénateurs se sont donc penchés sur les sectes et leur impact dans le domaine de la santé. Le rapport s’étale langoureusement sur les évidences habituelles, les dérives thérapeutiques connues ou non de certains groupuscules qui entendent guérir du cancer par bains de pieds ou ses variantes. Jusque là, rien de vraiment palpitant : on est en terrain connu et les sénateurs sont dans leur zone de confort qui, si elle ne permet pas d’éviter complètement les grosses approximations baveuses, leur évite le ridicule propret qui déclenche hilarité et billet amusant chez les petits moqueurs.

Au détour de la page 113, cependant, les ventripotents élus tentent un doigt de pied dans le grand bain de la nouveauté : dans un paragraphe finement intitulé « LA DIFFUSION EN TOUTE LIBERTÉ D’UNE OFFRE DE SOINS NON MAÎTRISÉE SUR INTERNET » (oui, ces majuscules, ça braille, mais le sénateur est tribun et ne se satisfait pas d’un chuchotement pondéré), ils détaillent l’abominable situation de diffusion d’informations thérapeutiques de façon absolument non contrôlées par l’État (i.e. : eux-mêmes) , avec force captures d’écran dont on sait qu’elles ont été réalisées par un petit fils un peu doué pour ce genre de manipulation de haute technicité.

Tout part du constat que, zut et flûte, « un patient sur cinq environ consulte un site Internet pour rechercher de l’information médicale ou de santé. » Sang et tripe, où va le monde ? Le problème est que les résultats de recherche fournis par les moteurs (Google est cité, pourquoi le Sénateur refuse-t-il ainsi de taper aussi sur Bing ?) ne permettent pas de discriminer entre les réponses issues de publicités, de sectes, de particuliers, de forums douteux d’un côté, et les réponses validées par l’Académie, estampillées « Médecine Officielle » de l’autre.

Là où ça se corse d’un coup, c’est que nos sénateurs entendent illustrer leur trouvaille par une recherche finement calculée : en tapotant « cancer médecines naturelles », ils tombent sur plein de pages pas assez bisou selon leurs critères puisque l’une est un blog à résonance karmique colloïdal (cherchez pas, c’est complexe) et l’autre est un article de France Soir daté du 29 septembre 2010 (belle fraîcheur) intitulé « Cancer – les médecines douces font leurs preuves ».

Moui. Autrement dit, ils s’étonneraient de taper « explications alternatives 911 » et de tomber sur une palanquée de sites complotistes.

Facepalm

Pour autres exemples, les sénateurs constatent qu’en entrant fébrilement l’expression « biologie totale » dans Google, « la fiche du ministère de la santé n’apparaît qu’en milieu de deuxième page, soit en quinzième position, après d’autres sites ou vidéos faisant la promotion de cette pratique, dont le témoignage de la chanteuse Lara Fabian. »

C’est, on peut le dire, atroce.

Des internautes sont donc susceptibles d’écouter avidement, pour leur cure contre le cancer, le témoignage palpitant de Lara Fabian et de s’en remettre à son expertise pour se soigner. A contrario, ces mêmes internautes douteront donc de la parole médicale qui leur sera fournie par l’éventuel spécialiste qu’ils iront voir (avant ou après, peu importe). Les sénateurs semblent désolés de cet état de fait. Cependant, j’aurais tendance à voir l’autre côté de la pièce : selon toute vraisemblance, il est probable que si les couinements de Lara Fabian n’achèvent pas les malades, les méthodes proposées y parviendront au moins aussi efficacement. En définitive, des internautes à l’esprit manifestement affûté comme du beurre chaud vont périr. C’est fâcheux, mais, statistiquement, ce n’est pas si différent de ces personnes qui n’iront voir le médecin et ne s’inquiéteront de leur santé que bien trop tard, ou auront eu, toute leur vie, des comportements à risques en toute connaissance de cause.

Heureusement, comme le signale un article de Numérama consacré à ce rigolo rapport, les sénateurs n’entendent pas interdire ouvertement la publication de méthodes « thérapeutiques » aussi farfelues que dangereuses sur internet. Pour le moment, ils se contentent donc de demander à « renforcer la sécurité de l’information des internautes en garantissant que toute recherche ayant un lien avec les pratiques thérapeutiques non conventionnelles débouche en premier lieu sur les messages officiels provenant d’autorités telles que le ministère de la santé, la Haute Autorité de santé ou la Miviludes ». Autrement dit, et même si ce n’est pas demandé franchement ainsi, nos sénateurs aimeraient bien que Google et les autres moteurs affichent en premier les résultats officiels, adoubés par le gouvernement et les institutions officielles.

En attendant qu’une contrainte plus forte soit sortie d’un carton et tant que la liberté d’expression reste, malgré tout, une priorité sur internet (au grand dam de nos législateurs compulsifs), le rapport se rabat sur une demande d’amélioration du SEO des sites publics et reconnus, histoire d’éviter que les belles pages de Savoir Officiel soient reléguées après d’obscurs blogs douteux.

On comprend ici qu’encore une fois, un pan entier de la connaissance et de l’information commence à échapper largement aux contrôles de l’État et que ça enquiquine énormément ses thuriféraires. Malgré cela, on voit mal pourquoi les gens, en ce qui concerne leur santé, devraient être obligés de suivre telle ou telle technique médicale. Après tout, s’ils estiment qu’ingérer de grandes quantités de carottes bio va les sauver, qu’y faire ? C’est aussi le droit de chacun de se comporter de façon parfaitement irresponsable avec son corps, aussi rageant cela soit-il pour ceux qui sont autour ; c’est même, à bien y réfléchir, l’une des rares libertés que l’État et ses sbires ne pourront réellement pas restreindre, l’interdiction du suicide (fût-il à coup d’onguents bizarres) étant aussi stupide qu’improductive.

Et cette peur trouble de la perte du pouvoir qu’accompagne la perte du contrôle de l’information, on la retrouve aussi dans la bouche de certains médecins. L’un d’eux s’est ainsi fendu d’un petit texte sur l’une de ces pages du Monde mensongèrement intitulées « Idées » : pour lui, à n’en pas douter, « Internet est à la médecine ce que la pornographie est à l’érotisme » parce que comprenez-vous, ce médium déballe le diagnostic sans fard, sans pincettes et sans précautions et donnera toujours raison à l’hypocondriaque. S’en suit une brochette de paragraphes confus visant à rappeler que l’important est la relation patient – médecin, relation qu’internet ne parvient pas à remplacer (la belle découverte).

Facepalm

Décidément, si Internet ne permet pas d’assurer à tous ses intervenants une culture et un accès au savoir optimaux, il reste un puissant détecteur de pouvoir mal assis ou mal compris. Et pour une fois, le rapport n’aboutit pas tout de suite à une restriction de liberté. Souhaitons-lui de finir sa courte carrière sous une armoire : c’est là qu’il fera le moins de dégâts.

J'accepte les Bitcoins !

1EPpGLKALdyfmDzDfNWWsge7zExNcJPEcN

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires60

  1. Zendog

    On nage en pleine hypocrisie. Comme si la relation patient-médecin existait encore alors que le médecin n’a que 15 minutes à accorder le plus souvent, comme si il n’y avait pas de médecins incompétents ou dénués de toute psychologie…On ferait mieux de se demander en haut lieu si le fait que tant de personnes se réfugient dans des médecines bizarroïdes n’est pas dû à leur déception concernant la médecine officielle. Et il est vrai que le pouvoir politique ne supporte pas la liberté que confère internet pour le mieux et pour le pire d’accord mais liberté tout de même. Soyons attentifs à toute décision liberticide !

    1. Pere Collateur

      En effet, la relation patient/médecin ça eu existé, mais c’est bien mort de nos jours ou on devrait plutôt parler de relation commerciale banale.

      J’ai eu à faire à la médecine actuelle en 2007 après 20 ans sans une seule maladie ou bobos.
      Dans mon souvenir, c’était le médecin de famille à la campagne, qui faisait ses visites en 2 CV.
      Je vous dis pas le choque des cultures, quand en l’an 2007 de notre ère, j’ai du voir plusieurs médecins et spécialistes pour un bobo au genou:

      Relation purement commerciale, expédié en 10 min chrono, diagnostique foireux, que même moi, inculte en la matière, par déduction et bon sens, a pu comprendre rapidement que ça valait pas un pet de musaraigne dans un mouchoir de poche.

      Le pire c’est les spécialistes: Ne s’occupent strictement que de la partie que le confrère précédent leur a demandé d’examiner. Aucune prise en compte de l’ensemble du corps, qui dans mon cas était primordiale pour faire un diagnostique correcte. Pitoyable.

      Un mot rapidement sur les cabinets de radiologie:
      Ces machins sont devenu de pure usines à faire de fric, ou vous êtes traités comme du bétail. Ces gens font juste la « photo » de votre anatomie interne, mais fini l’analyse, fini le diagnostique, qui est laissé au toubib ayant prescrit les radios.
      Ces cabinets doivent être très très rentables et fatalement, on peut probablement tabler sur quelques dérives par rapport à notre bonne vieille sécu…
      Si il reste un pet de journaliste digne de ce nom dans ce pays, se pencher sur ces vaches à lait pourrait être l’occasion de faire son boulot pour une fois.

      Bref, le plus loin je pourrais rester de la maladie, le mieux je m’en porterais ^^
      Et je suis bien content de pouvoir me renseigner un peu avant d’aller voir le docteur Knock du coin.

      1. aristarque

        Vous oubliez aussi la cupidité de certains médecins qui ne voient dans la médecine qu’une méthode pour engranger un maximum d’honoraires, peu importe le service réel aux patients. Il n’ y a pas que Cahuzac dans cette configuration.

        1. Higgins

          Je plussoie. C’était l’idée de mon commentaire plus bas. Pour la « légèreté de certains spécialistes, j’ai un cas précis dans ma famille avec un rhumatologue. 46 euros pour 10 minutes de consultation pour s’entendre qu’il n’y a qu’à prendre des chaussures orthopédiques (logique, c’est un rhumatisme articulaire centré sur … sur les mains!!!) et qu’il fallait aller revoir son généraliste pour avoir la prescription, le rhumatologue ne pouvant l’établir. Bienvenue en soviétie française.

      2. Black Mamba

        Les bons médecins et les bons spécialistes sont connus par le bouche à oreille.
        Cette semaine j’ai revu un spécialiste qui m’avait fait mauvaise impression il y a déjà 8 ans, toute la description ci dessus, mais cette fois ci je fus ravis du changement, un autre homme, un véritable diagnostique avec le temps nécessaire, et pas de bousculade dans la salle d’attente, le personnel heureux et un médecin heureux et fière de faire correctement son travail.
        La différence était que ce médecin avait fait le choix de déménager son cabinet dans une ZONE FRANCHE. Qu’est ce que c’est me direz vous. Et bien, les médecins qui sont installer là pendant 5 ANS, ils ne paient pas les mêmes charges que le commun des mortels.

      3. hipparchia

        Le plus triste dans cette histoire c’est que certains médecins qui déplorent, très sincèrement en plus, cette non prise en compte de la globalité du patient s’imaginent, tout aussi sincèrement, que c’est la très grande faute du méchant libéralisme. Se tromper d’ennemi, ce n’est jamais très bon.

      4. kobus van cleef

        J’entend bien votre amertume sur les cabinets de radiologie
        Je suis d’ailleurs radiologue
        Dire qu’il s’agit d’usine à fric est un peu exagéré
        mais bon, c’est votre opinion, pas mon karma d’essayer de vous en défaire
        Sachez seulement que le médecin radiologue essaie de répondre à une question, un problème qu’on lui pose
        Évidemment, si on ne lui pose même pas de question….. car bien des prescriptions sont rédigées ainsi  »écho abdo »
        Pour qui, pour quoi, comment, vous pensez à un truc particulier ?
        Non, répond le patient, c’est pour se rassurer….
        Ha, du moment que c’est pour la paix de l’esprit….

  2. sun

    … de l’infantilisation de la société. Lorsque l’état se mets en charge de choisir quel traitement est bon ou mauvais moi je vois poindre a l’horizon de beaux scandales sanitaires (« aaaah mais on m’avait dit que c’était bien ça ! »)

  3. Black Mamba

    Pour le moment, ils se contentent donc de demander à « renforcer la sécurité de l’information des internautes en garantissant que toute recherche ayant un lien avec les pratiques thérapeutiques non conventionnelles débouche en premier lieu sur les messages officiels provenant d’autorités telles que le ministère de la santé, la Haute Autorité de santé ou la Miviludes ». Autrement dit, et même si ce n’est pas demandé franchement ainsi, nos sénateurs aimeraient bien que Google et les autres moteurs affichent en premier les résultats officiels, adoubés par le gouvernement et les institutions officielles.
    Oui, en effet, il serait parfois souhaitable que certaines idioties thérapeutiques ne soient pas mis en avant, mais l’Etat n’étant pas lui même impartiale, il a la fâcheuse tendance à se substituer au médecin comme l’obligation de prescription de générique.
    Céder à la pression de l’Etat, c’est lui donner encore un peu plus de pouvoir, car en dehors de notre bien être médical , il s’occupera aussi de notre bien être mental, en nous interdisant notre dose quotidienne de HASHTABLE, à consommer sans modération

    1. Bisounours

      « Céder à la pression de l’Etat, c’est lui donner encore un peu plus de pouvoir, car en dehors de notre bien être médical , il s’occupera aussi de notre bien être mental ».

      Roh ça en devient presque insultant pour nos bons politiciens… L’état sait mieux que nous de ce dont nous avons besoin voyons! Ils ont raisons, et peu importe que certains préfèrent agir autrement dans tous les cas ce ne sera pas la bonne option.

      Que l’individu puisse rechercher l’info par lui même c’est porter atteinte à cette merveilleuse institution qu’est l’étatisme. Ca permet de voir qu’il y a d’autre choix que ce que l’ont nous impose jusqu’a présent, et comme tout le monde le sais la concurrence ça n’apporte que des soucis…

  4. JS

    Encore un très bon billet…

    Quand on lit ce genre de news on se demande toujours si c’est un poisson d’avril…mais non c’est en France, c’est maintenant et c’est réel..

    Voir tous ces bouffons se débattre avec la révolution internet qui en est juste à ses balbutiements c’est juste hilarant, sauf que çà va encore nous couter un bras !

    Une fois de plus internet est la réponse des patients, pour les patients, par les patients. Je ne compte plus le nombre de cas autour de moi de personnes ayant trouvé une réponse en terme de diagnostic sur internet qu’ils n’avaient pas pû trouver via notre système de santé classique.

    Bon dimanche

    1. estienne

      Sans compter que les médecins sont souvent les premiers à consulter internet pour y trouver des références utiles. Il faut vraiment que les sénateurs interviennent !

  5. Higgins

    Nous avons tous en tête la connaissance de médecins parfaitement incompétents bien plus intéressés par la gestion de leur porte-feuille que par le bien-être et la santé de leurs patients (sur ce point j’aime bien ce blog http://julienbezolles.blogspot.fr/). Je fais partie de ces gens qui considèrent que que ce nombre de praticien est en augmentation vu la politique mise en place par ce cher Etat depuis soixante ans. Les locataires du palais de Luxembourg feraient bien mieux de se préoccuper de cette évolution et de déverrouiller un monde médical en pleine fossilisation (par exemple, en faisant sauter le numérus clausus) plutôt que de tartiner des rapports imbéciles dont le citoyen se contrefout. Une fois de plus, ce pays s’enfonce au lieu de s’élever. On en a malheureusement l’habitude mais franchement, ça devient lassant. foncecreuse

    1. Pandora

      Comment ? Lever le numérus clausus ?
      Mais vous n’y pensez pas ! Les hôpitaux auraient pléthore de candidats et n’embaucheraient plus de médecins étrangers au rabais, sous prétexte de limiter leurs déficits.

  6. Higgins

    Rien à voir mais l’écoute de l’Esprit public sur France Culture de ce jour vaut son pesant de cacahouètes. L’ineffable Philippe Merieux en est l’invité et jamais la célèbre phrase de Bossuet,  » Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes « , n’a été aussi juste. Alors qu’il est un des fossoyeurs de l’EdNat actuelle, la faute incombe évidemment au …. libéralisme. Impressionnant et inquiétant.

    1. Calvin

      Franchement, vous arrivez encore à écouter du Mérieux ??? Moi, rien qu’à lire son nom et savoir qu’un micro a essayé de récupérer certaines de ses élucubrations, cela me donne le tournis et la nausée…

  7. Eole

    Il y a une année, ma voisine m’informe qu’elle est atteinte d’un cancer du pancréas. Mon beau-fils en était mort assez rapidement après qu’il eut été décelé. Je compatis donc. Comme nous habitons une région où les « sommités » médicales ne sont pas nombreuses, je veux lui communiquer quelques adresses, et là, elle me répond que ses oncologues français lui ont INTERDIT d’aller faire des recherches sur Internet. Elle n’est plus de ce bas-monde pour témoigner.

  8. Grosben

    L’hiver dernier je suis allé voir un généraliste car j’avais les doigts qui gonflaient et me grattaient. J’en suis reparti avec une ordonnance pour un traitement anti-allergique. Devant l’inefficacité du traitement j’ai fait une recherche Google Images avec le terme « doigts enflés », il m’a fallu 30s pour trouver des symptômes similaires et en déduire qu’il ne s’agissait que de simples engelures !
    Google 1 – Médecine fonctionnarisée 0

  9. aristarque

    Ne serait-ce pas une nouvelle attaque, biaise et moins frontale, pour faire cracher Google au bassinet des taxes et impôts: ou vous mettez en place une indexation paramétrée de telle sorte que les sites officiels estampillés RF ressortent en premier ou contre une généreuse participation aux dépenses festives de cette même RF, nous deviendrons plus évasif à votre encontre… Puisque finalement Google établit son classement en fonction des nombre de contacts par site et révèle cruellement que les officiels ne sont pas dans les plus consultés…
    Autres questions: mise en accusation unique de Google alors qu’il n’ est pas le seul moteur de recherche bien que le plus connu ?
    Pourquoi ne pas étendre cette suspicion aux magazines qui évoluent dans ce domaine de vulgarisation médicale en exploitant tout autant les hypocondriaques qu’ internet ou en suscitant de fausses angoisses aux candidats?

  10. aristarque

    Dans son article relatant à quoi passent leur temps, ces gérontocrates assemblés, H16 évoque le danger que constitueraient à leurs yeux, les sectes. Or, j’ ai remarqué depuis des années que quand un gouvernement rencontre des problèmes qu’il entend minimiser ou faire oublier à ses serfs, les sectes ressortent des placards pour être agitées en chiffon rouge de détournement d’ attention. Et la Mivilude par ci, et l’ Adefi par là et on s’excite beaucoup pendant huit jours, le temps que l’ effet distraction ait lieu…
    Ne sommes nous pas pourtant dans le PDDDLHEDC dans lequel la liberté d’opinion et de croyances religieuses ou autres est garantie par la Constitution?
    C’est-à-croire que seules les opinions autorisées sont libres et nos thuriféraires senatiques sont en train de nous le rappeler.

  11. gem

    Sacres senateurs… :-) .
    Faut dire aussi que la medecine est nulle. A peine moins que du temps de Moliere. Elle ne sait toujours pratiquer que l’extermination et l’amputation (de microbes, de parties « malsaines » du corps…) et meme quand ca marche elle ne pas vraiment pourquoi. Elle est toujours infoutue de produire un substitut meme approximatif du sang. Etc.
    Alors forcement sa credibilite n’est beaucoup plus grande que celle des autres charlatans.

    1. ESse

      C’est un peu dur de dire ça, remplacer ou supprimer des morceaux du corps cela peut sembler basique mais c’est mieux que rien.

      On ne peut pas dire que remplacer un morceau du corps avec un bout de plastique sculté à l’identique par une imprimante 3D, opérer avec très peu d’incisions grâce à l’endoscopie ou opérer très précisément avec des robots soit comparable avec les amputations d’il y a un siècle.

      Mais c’est vrai qu’on peut s’attendre à des progrès majeurs les décennies qui viennent.

    2. druide

      L’art médical se raréfie du fait d’un numérus clausus trop oppressant et qui au lieu d’amener au résultat escompté, s’est transformé en une voie d’avenir faussement sélective pour tous ces débris qui souhaitaient ascensionner socialement.

      Pas étonnant que les aspirations entre patients et prescripteurs s’opposent. Pas étonnant non plus que ces patients préfèrent s’en remettre incidemment à ces charlatans et leurs amulettes 2.0.

  12. Aristarque

    « Cette meilleure visibilité se traduit aussi par l’augmentation importante
    (+ 20 % en un an) des signalements à la Mission dont 80 % lui arrivent
    par Internet. »

    Tiens, dans ce cas d’incitation à la délation, internet est très bisou…

    (Page 5 du rapport 2011-2012 de la Miviludes disponible ici pour ceux que cela intéresse quant à l’usage de notre argent gratuit :

    http://www.miviludes.gouv.fr/sites/default/files/publications/francais/rapport_annuel_2011_miviludes.pdf)

  13. Théo31

    « Vous proposez d’établir un ordre social fondé sur le principe suivant : que vous êtes incapables de diriger votre vie personnelle, mais capables de diriger celle des autres; que vous êtes inaptes à vivre librement, mais aptes à devenir des législateurs tout puissants; que vous êtes incapables de gagner votre vie en utilisant votre intelligence, mais capables de juger des hommes politiques et de les désigner à des postes où ils auront tout pouvoir sur des techniques dont vous ignorez tout, des sciences que vous n’avez jamais étudiées, des réalisations dont vous n’avez aucune idée, des industries gigantesques dans lesquelles, selon votre propre aveu, vous seriez incapables d’exercer les fonctions les plus modestes. »

    Who’s John Galt ?

  14. Aristarque

    J’ai cliqué trop vite.
    Voici ce que je voulais insérer :

    Cette meilleure visibilité se traduit aussi par l’augmentation importante
    (+ 20 % en un an) des signalements à la Mission dont 80 % lui arrivent
    par Internet.

    Internet qui ouvre de belles fenêtres sur le monde mais peut aussi charrier le pire : théories complotistes, pseudo-conseils psychologiques ou thérapeutiques derrière lesquels se cachent dangereux gourous et vrais prédateurs.
    C’est pourquoi en 2013, notre réflexion portera sur la question des
    « dérives sectaires et Internet » et nous nous attacherons au développement de notre action internationale en particulier avec la Fécris qui a assuré une belle réunion de tous nos amis européens à Salses le Château afin de dénoncer la menace des sectes apocalyptiques, qui ont tenté sans grand succès de profiter de la rumeur d’une « fi n du monde le 21/12/2012 ».

    Il semblerait que certains sénateurs aient lu ce rapport…

  15. hipparchia

    Pas grand chose à voir mais tout de même un peu connexe, notre bon ami Pierre Lescure devrait rendre lundi son rapport à lui sur la réglementation de l’Internet qui contiendrait pas moins de soixante-quinze propositions – il a taffé sec le mec – qui ont l’air parfaitement surréalistes.

    http://obsession.nouvelobs.com/high-tech/20130507.OBS8431/ce-qu-il-faut-attendre-des-75-propositions-de-la-mission-lescure.html

    Histoire de, moi j’aime beaucoup ce point :

    « Selon « Libé », l’envoi d’e-mails d’avertissement pourrait être conservé, mais la sanction de la coupure serait supprimée. La punition pourrait alors être remplacée par un principe d’amende automatique de 140 euros, sur le modèle des radars automatiques. Un système de « contraventions » défendu par la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (Sacem) et le Syndicat de l’industrie du disque (Snep). « 

  16. max

    Les sectes n’ont pas attendu internet pour recruter. Certaines sont relativement inoffensives, d’autres beaucoup plus risquées. Les médecins sont souvent totalement impuissants face à certains troubles de la santé, donc ils bottent en touche à coups de médocs ou de spécialistes tout aussi impuissants. Cette idée de tri de l’information par des élus sans compétences dans le domaine du soin est ridicule. A chacun de se renseigner, de faire ses recoupements et de voir ce qui peut lui convenir sans tomber dans la croyance sectaire démente.

    Sinon, une technique d’imagerie prometteuse pour appréhender les tissus humains et leurs dysfonctionnements possibles, donc leurs traitements :

    http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0221036309757257

    http://www.paristechreview.com/2012/06/28/imagerie-medicale-frontiere/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+paristechreviewfr+%28ParisTech+Review+-+Latest+articles+in+French%29

  17. Calvin

    Bon, je sais que ce n’est pas le lieu, car peu de membres de « l’élite » viennent ici (sinon, ils auraient des idées, et ce n’est pas le cas), mais j’ai un ou deux trucs à ceux qui pensent que Google et autres indexeurs doivent modifier leurs algorithmes pour que les sites officiels soient en première ligne :
    - un, payer une redevance, et cela coûtera moins cher que leurs pompeuses, pardon, fumeuses campagnes de pub,
    - deux, offrir des sites utiles et attrayants, du coup, les utilisateurs viendront de plus en plus, et ils seront en tête de recherche.
    C’est idiot, mais c’est comme cela que cela marche.
    Mais, non, il paraît que ce qui s’applique à Tous (y compris le mariage) ne s’applique pas à la tête de l’Etat…

  18. Philippe

    C’est à peine croyable. Bon, je me doute que ces sénateurs ne sont pas aussi idiots qu’ils en ont l’air mais simplement qu’ils subissent (ou non) la pression de différents lobbies. Je suis justement en train d’écrire deux articles sur les miracles de la médecine officielle :)

        1. jc

          Avant on payait une place de cinéma 3 fois:
          - en achetant son billet.
          - en cotisant à son assurance-chômage.
          - en s’acquittant de ses impôts sur le revenu.
          Il faudra en rajouter une 4ème:
          - en payant une taxe sur son smartphone.
          On n’arrête pas le progrès avec nos socialistes!

          1. Nocte

            C’est déjà le cas pour la 4ème taxe. Elle s’appelle contribution copie privée, et tu la trouves sur tous les périphériques de stockage, media vierges et systèmes électroniques capable de lire du contenu multimedia avec un stockage interne (GPS, autoradio, Téléphones mobiles, tablettes, baladeur multimedia).

            Vous ne le saviez pas ? c’est normal, cette contribution est parait-il trop difficile à faire apparaître sur les étiquettes… (pourtant on a réussi pour l’éco contribution…)

      1. Aristarque

        Et ça continue encore et encore
        Déjà plus le début d’accord, d’accord…

        L’instant d’après le fisc se déchaîne
        Les impôts s’allongent comme des semaines
        Ta sueur de les gagner tombe à terre
        À frémir à chaque appel de tiers
        Et ça continue encore et encore
        Toujours encore plus, d’accord, d’accord…

        [Refrain] :
        Un bordererau vient de tomber
        A ajouter à ton fiscal dossier
        C’est toujours le même film qui passe
        T’es toute seul pour faire face
        T’as le moloch devant…

        :-)

    1. Nocte

      y a déjà la taxe copie privée… j’imagine que la moderniser signifie : augmenter la ponction et bien entendu échapper à Bruxelles… un certain temps… (en revanche l’adaptation au marché, ça n’est toujours pas au programme. Avoir une offre de qualité non plus…)

      Enfin bon, en même temps, je m’attendais à ça de la part de Lescure…

      Je vais avoir de la lecture avec son rapport.

      1. Aristarque

        Il est tout à fait probable (au hasard des commentaires glanés) que la taxe sur la copie privée soit retoquée en définitive par Bruxelles et que cette nouvelle mouture serve à maintenir la machine en route mais sous une nouvelle forme obligeant Bruxelles à recommencer, d’où des mois d’encaisse de gagnés en loucedé…
        Quel argumentaire de haute volée de la part de ce Lescure : puisque les consommateurs acceptent de payer 600 euros un smartphone ou une tablette, ils pourront bien payer une taxe en plus (comme si la TVA n’existait pas, au passage…
        Transposons cette brillante pensée logique en : puisque les consommateurs acceptent de payer des impôts hors de proportion, ils pourront bien payer quelques suppléments à ceux-ci… Non ?

        1. Nocte

          C’est clairement le but. Les poursuites s’éteignent puisque la cible est détruite.

          Quant à la nouvelle taxe (j’imagine barème à la hausse), vu le temps qu’il a fallu pour que Bruxelles tombe sur la gueule de l’Etat Français, les ayants droits sont tranquilles pour un petit moment (et l’Etat aussi puisque la dernière fois que j’ai jeté un oeil sur le sujet, la TVA s’appliquait sur le prix HT + Copie Privée, une méthode comme une autre pour augmenter la TVA sans en avoir l’air)

      2. Aloux

        La politique culturelle française est devenue un racket mafieux tellement évident que je ne comprends pas pourquoi les gens sont comme deux ronds de flan quand je dis que selon moi il ne devrait juste pas y avoir de ministère de la culture.
        Enfin bon, quand vous parlez avec une étudiante à Hec (donc a priori pas trop bête et les pieds un minimum sur terre) qui vous dit qu’elle est plutôt satisfaite de Hollande, qu’il fait ce qu’il avait dit et que de toutes façons c’est pas si catastrophique, c’est les gens qui sont jamais contents… ça m’a mis une bonne piqûre de rappel, après plusieurs mois à l’étranger.

          1. bob razovski

            Moizossi…

            A cela je rétorque toujours que les rares pays, à part la fraonce, à s’être dotés d’un ministère de la culture sont:

            - l’Allemagne époque heures sombres
            - l’URSS

            Rien de fachiste chez ces gens là, qu’on se rassure…

  19. Alex6

    En meme temps tout cette deferlante taxatoire est plutot maline (mais maligne): Comme il n’y a plus d’argent en France, pourquoi ne pas tenter par tous les moyens de taxer les boites qui marchent ailleurs? Et paf, on pompe tout ce que l’on peut chez les grands de l’internet US!
    J’attends le jour ou les americains vont en avoir ras-le-bol et decider: « on coupe internet aux frenchies ». C’est pas comme s’il n’y avait pas d’alternatives dans l’hexagone….

  20. Karizoc

    Ceci ma rapppelle un billet de notre cher h16 qui parlait de Watson, cet ordinateur qui bat les meilleurs humains a Geopardy. Il y evoquait la possibilite de l’utiliser pour du diagnostic medical. La voila l’evolution …

  21. JLT

    Si les sénateurs s émeuvent autant de la diffusion de contrevérités scientifiques, ils devraient commencer par le climat et s’attaquer ensuite au bio !!!

  22. Florian

    Attention, dans un proche avenir, ils feront le même rapport non pas sur la médecine mais sur l’économie / la politique et ils cibleront les blogs aux idées saugrenus tenus par des gens portant un masque à gaz.

    En écrivant cela, je me rend compte que cela pourrait vraiment arriver :fear:

    1. Nocte

      Lescure souhaiterait étendre le pouvoir du CSA à Internet (il n’est pas tout seul), en fait, la question n’est pas de savoir si ça va arriver, mais QUAND…

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)