Une nouvelle solution : la relance de la taxe ?

Mes petits amis, aucun doute : le gouvernement a vraiment besoin de relancer l’activité fissa fissa. Pour cela, il va utiliser deux leviers, qui, manipulés avec délicatesse et la précision millimétrique du paysan trayant la proverbiale vache grasse, assureront un résultat parfait. Démonstration.

Pour ces deux leviers, on trouvera d’un côté de la bonne grosse relance par la consommation (miam, ça marche toujours, la relance, hein, n’est-ce pas mes petits amis ?) et de l’autre, l’installation d’une nouvelle taxe (miam, ça marche toujours, une nouvelle ponction, hein, n’est-ce pas mes petits amis ?).

traire les contribuables : méthode

Pour la première partie, c’est assez simple et même si cela a été voté en urgence, on sait que c’est du solide, du concret, qui va améliorer la situation et nous faire sortir de la crise. Un peu. S’il vous plaît. Allez, quoi. Bon. Bref : il s’agit de libérer l’épargne salariale des Français, épargne qui dort dans des comptes bloqués et qui représente des sommes qui sont colossales pour les contribuables (14 milliards d’euros) ou rikiki pour les services de l’Etat (c’est moins de 5% du budget, mon brave, une broutille !).

On va donc libérer l’épargne salariale, mais attention ! Pas n’importe comment ! Libérer des choses, comme ça, sans règles, sans loi compliquée, sans disposition fiscale ou sans décret d’application, d’un trait de plume, ce serait positivement fou, le début de l’anarchie en France ! On enrobe donc tout ça dans une bonne législorrhée et on va « flécher » les montants récupérés, c’est-à-dire qu’on va fortement inciter le consommateur (comprenez : paf sur la tête) à aller dépenser ses jolis billets tout neufs au lieu de les épargner connement.

Épargner, voyez-vous, c’est mal. Enfin, pas toujours, mais disons qu’actuellement, pour le gouvernement, c’est LE mal.

Tout d’abord parce que des Français qui mettent de l’argent de côté, c’est la preuve flagrante que même au milieu d’une crise, même lorsqu’on est bastonné toute l’année sous les taxes, les ponctions et les impôts, on peut arriver à ne pas tout dépenser. C’est, en quelque sorte, un désaveu cinglant des politiques menées par les gouvernements sur les 40 dernières années qui ont, précisément, fait exactement le contraire (et qui se sont endettés), en arguant des difficultés du moment pour justifier leur incurie.

Et puis ensuite, dans le potage confus qui leur sert vaguement de référentiel économique, nos dirigeants s’imaginent qu’épargner, c’est retirer de l’argent du circuit au lieu de l’injecter dans l’économie qui produit des biens et des services. C’est, bien sûr, phénoménalement con comme réflexion, mais il faut savoir qu’on parle de politiciens français (phénoménalement politiciens et phénoménalement français, donc). Il faudra qu’un jour quelqu’un explique à nos « élites » que cet argent, placé en banque, qui rapporte des intérêts, c’est aussi ce qu’utilise la banque (au moins en partie) pour financer les entreprises. Une épargne est aussi un moyen simple et efficace de lisser les crises (le fameux bas de laine, la poire pour la soif, le petit truc de côté au cas où, …). En tabassant l’épargne, en cognant comme un sourd sur le capital, on pousse les individus à préférer l’instant présent (la consommation) à la projection dans le futur que permet, justement cette accumulation de capital et d’épargne. L’effet d’amortissement des crises disparaît à proportion de ce changement de préférence, ce qui rend les crises éminemment plus fun, on en conviendra : au lieu de collines de hausses et de baisses sur les marchés, on a des successions de montagnes et d’à-pics bien violents. Epic Win, en quelque sorte.

epic win : zebra on a motorcycle !

Bref : ce que le gouvernement désirait, et que nos fiers députés ont réalisé avec cette libération des participations, c’était que les Français claquent de nouvelles sommes fraîches pour relancer l’activité. En achetant des smartphones, tiens, par exemple ! Le smartphone, c’est tendance. C’est trendy, fashion et c’est surtout assez cher, et superbement taxable au contraire de bidules dématérialisés comme les vidéos de chats mignons en streaming, les GIF animés ou les radios sur les interwebs qui se transforment en MP3 dans des baladeurs du diable.

Logo HADOPI : haute autorité destinée à observer les petits internautesCe qui tombe remarquablement bien, c’est que justement, un projet de taxe est à l’étude, habilement caché dans un épais salmigondis de mesures débiles et dilatoires proposé par un Lescure en pleine effervescence hadopipoteuse. Pour rappel, le brave journaliste / homme d’affaires / patron de médias ancienne génération (télé, radio) avait été missionné par l’actuel gouvernement pour occuper le terrain réfléchir à une voie de sortie des pitreries de la HADOPI auquel, il faut bien le dire, personne ne croit plus tant ses résultats sont scandaleusement nuls.

lescureIl propose à présent de créer de nouveaux bâtons dans les roues d’internet en allongeant la liste, déjà bien peuplée de taxes multiples qui touchent de près ou de loin ce secteur, d’une nouvelle occurrence de ponction. Pour faire original, notre ami taxophile propose de cogner sur les smartphones et les tablettes. Rappelons que ces engins sont déjà frappés par des taxes sur les supports numériques, taxes qui permettent de propulser gentiment le gigaoctet de stockage acheté en France à des prix défiant toute planification budgétaire, et incite les internautes un peu malin à acheter leurs produits en Belgique, en Suisse, en Angleterre ou en Espagne où ce genre d’abrutissante stupidité n’est pas en place. Un vrai gain pour le consommateur et le producteur français ! Pour rappel, ces taxes furent installées pour compenser le méchant piratage des œuvres numériques, afin de mieux rémunérer les artistes, alors que le cinéma et la vente de musique en France ne se sont jamais si bien portés. Les artistes, bien sûr, n’ont pas noté de changement dans leur rémunération. Quant aux tablettes et autres smartphones, on peut déjà parier qu’une fois la taxe en place, les Français feront comme pour le reste en allant acheter leurs produits à l’étranger. Un vrai gain pour le consommateur et le producteur français !

Dans la foulée, il est intéressant de noter que la presse frétille à l’idée que, parmi les propositions de Lescure, se trouverait l’idée de supprimer la HADOPI. C’est, bien évidemment, une baliverne. Nous sommes en France et, il faut le rappeler, ce qui est créé et coûte un fric dingue pour ne rien rapporter et qui ne sert absolument à rien n’est jamais supprimé. Les postes qui ont été attribués et qui permettent à leurs titulaires de se tourner vigoureusement les pouces aux frais du contribuable ne sont pas libérés. Les paquets de petits billets rigolos de la BCE cramés pour ce genre de Hautotorités ou Commissions amusantes ne sont jamais rendus. En lieu et place d’une suppression, il faut comprendre que la HADOPI serait absorbée par le CSA, ce qui revient à camoufler son nom et sa fonction derrière un machin plus gros, dont le fonctionnement (centralisé) et la destination (les médias traditionnels, centraux et distributifs) sont en parfaite contradiction avec la nature même d’internet (décentralisé et participatif).

Une taxe qui pénalise les consommateurs et les producteurs, collectée par une autorité parfaitement déconnectée du secteur et complètement has-been ? Tout ceci laisse augurer d’un succès flamboyant !

epic fail

En fait, avec ces deux événements disjoints, on a une mesure assez précise du guignolesque total de notre gouvernement. D’un côté, il entend « libérer » les participations des Français et les faire consommer, et de l’autre, dans un même mouvement, il entend cogner sur leur consommation pour récupérer ainsi une partie du magot. C’est parfaitement schizophrénique, contre-productif et décalé des exigences du moment qui imposeraient plutôt une baisse drastique de la fiscalité. Pire : ces démarches donnent à ceux qui observent l’actuel pouvoir en place cette impression persistante de le voir courir comme un poulet sans tête. Ce n’est pas un hasard.

C’est même, à mon avis, prémonitoire.

J'accepte les Bitcoins !

1E1E9sXFJfnEAq4y7ACucHyydEmB6uzbMz

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires113

  1. Le Gnôme

    On libère l’épargne salariale d’un côté après avoir doublé la taxe sur le forfait social de celle-ci, ce qui a conduit des entreprises à dénoncer les accords négociés avec les syndicats.

    Cette même épargne libérée filera sur les livrets A, là où est l’écureuil qui croque les éconocroques, parce que c’est encore le seul bidule non fiscalisé, ce qui ne saurait tarder.

    1. deres

      Non-fiscalisé mais bientôt sans intérêt. C’est une arnaque en 2 phases comme dans le film du même nom …
      Phase 1: on appâte le chaland en augmentant le plafond, en maintenant le taux et en sur-taxant les autres investissements
      Phase 2 : on matraque en diminuant fortement le taux d’intérêt
      Comme la, plupart des possesseurs de livret A on un faible réactivité, cela va dégager des milliards pour le gouvernement.
      Je ne parle même pas de possibilités infinies de magouilles à ajouter en légiférant comme un dégressivité de la défiscalisation suivant les montants (pour plus de justice sociale), de la non défiscalisation des intérêts dépassant le plafond, …

    2. max

      Non, il vont mettre des flèches, c’est pas ce qui manque au gouvernement :

      Pour éviter des effets d’aubaine qui viendraient alimenter l’épargne et non la consommation, les députés ont décidé, sur proposition du rapporteur PS Richard Ferrand, de « flécher » les sommes débloquées par les salariés vers « des biens de consommation ou des prestations de services ».

      Tiens, ben ils pourront se payer un conseiller fiscal.

      1. YP

        Quelle bande de racailles. C’est pas des quartiers populaires qu’il faut passer au karcher, c’est toutes les institutions « républicaines »…

    3. Pandora

      Les livrets A permettent à l’Etat de nationaliser intégralement l’épargne des français. Les montants collectés vont à la Caisse des Dépôts : ainsi l’Etat peut utiliser le peu de pouvoir d’achat disponible pour investir dans les sociétés qu’il a désignées et renforce le capitalisme de connivence.

  2. deres

    En résumé, le gouvernement libère notre épargne pour que nous puissions payer ses hausses d’impôts. C’est logique au final …

  3. Josselin

    Supprimer une hototorité, c’est supprimer des emplois alors que le gouvernement met tout en oeuvre pour lutter contre le chômage. Im-pen-sa-ble.

    « Quand aux tablettes et autres smartphones »
    => Quant

  4. carpe diem

    ce gouvernement vampire n’a plus un rond à claquer joyeusement (sauf en économies drastiques, mais n’en parlons pas). Il en est réduit à vendre les somptueux locaux de l’ambassade de France à l’ONU à Park Avenue entre 35 et 50 millions de dollars, pour financer…..le quai d’Orsay. On en est là : vendre les meubles et taxer à mort.

        1. Aristarque

          Pour l’instant, l’ambassade américaine est quitte mais on parle bien de délester l’Etat de ses participations dans différentes sociétés puisque la politique de ponction effrénée des dividendes (§ France telecom/Orange l’année dernière et cette année) ne rapporte même plus assez…
          Et ces infos n’ont pas été publiées le 01er Avril mais plus tard…

      1. Deres

        Ceci dit, une privatisation de cette « institution » serait la bienvenue étant donné la gabegie au profit de ses salariés tous cooptés …

        Environ 20 millions par an de salaires pour 250 ou 500 salariés (ce n’est pas clair), cela fait 40 000 ou 80 000€ de salaire annuels moyen … sachant que ce n’est pas une entreprise de haute technologies truffés d’ingénieurs et de doctorants mais principalement des caissiers, de vigiles et d’ascensoristes.
        http://fr.wikipedia.org/wiki/Tour_Eiffel#Exploitation_commerciale

        A noter que le personnel en CDI semble faire des journées de bureau peinard car ils recrutent des CDD pour la pause midi (11h30 à 14h30) et les soirées (17h30 à 24 h). Même pour ces postes on arrive à des salaires de caissiers à 15€ net de l’heure largement au-dessus des prix du marché au SMIC horaire à 9.40€ brut !!!
        http://emploi.toureiffel.fr/index.php?id=actualite_1_1_1&art=2

        Sans parler des arnaques locales malgré les avantages mirobolants :
        http://www.01net.com/editorial/352247/les-caissiers-pirates-de-la-tour-eiffel-condamnes/

        De plus, comme d’habitude, les syndicats veulent la direction de l’entreprise et lutte contre les modernisations si cela remet en causes de nombre de salariés (ici contre la vente de billets en ligne) :
        http://www.20minutes.fr/article/919053/salaries-tour-eiffel-mettent-cause-gestion-monument

  5. YP

    « D’un côté, il entend « libérer » les participations des Français et les faire consommer, et de l’autre, dans un même mouvement, il entend cogner sur leur consommation pour récupérer ainsi une partie du magot. »

    Je ne suis pas sur que ce soit schizophrénique :
    – on « libère » les participations (on se sert au passage.)
    – on taxe davantage la consomation (on se sert au passage.)

    En fait, j’irai jusqu’a dire que cela me semble parfaitement cohérent : on s’en fout que l’économie aille mieux, ce n’est pas le problème à résoudre ; par contre, les français ont un bas de laine et on veut se servir.

    1. J’entends bien ;)

      C’est schizophrène du point de vue de gens normaux, qui auraient tendance à se dire qu’il vaut mieux favoriser la libération des épargnes par exemple (redonner au Français le choix de faire ce qu’ils veulent avec leur argent). Baisser les taxes serait une autre idée. Pas là : nos amis du gouvernement font l’un et le contraire de l’autre. Le but est évident, bien sûr : faire perdurer le bousin. Tout est bon.

      1. YP

        Eh oui… La soupe est trop bonne pour nos hauts fonctionnaires : sans foi, ni loi !

        Ces gens-là ne comprendrons que le jour où les français leur couperont la main droite et le pied gauche. (Et ce jour là n’est pas prêt d’arriver.)

        1. Eole

          @YP, « …oÙ les français leur couperont la main droite et le pied gauche. (Et ce jour-là n’est pas prêt d’arriver.) » N’y croyez pas trop, vu l’ampleur que prend l’Islam/isme en France, je ne serais pas trop étonnée que ce jour vienne ici à plus ou moins brève échéance. Avec les bisounours qu’on a il faut s’attendre à tout, ils n’auront pas le courage de dire NON. Il faut lire de bouquin de Jeannette Bougrab.

          1. channy

            « les français leur couperont la main droite et le pied gauche. (Et ce jour-là n’est pas prêt d’arriver.) » N’y croyez pas trop, vu l’ampleur que prend l’Islam/isme en France, »

            Ah bon? parce qu’au moyen age on ne pratiquait pas dans notre beau pays chrétien l’amputation des voleurs? la flétrissure des voleurs( le marquage au fer rouge sur le front) et autres « joyeusetés »..pas besoin de fantasmer avec l’islam , on a juste besoin de faire renaitre nos traditions moyenâgeuses .

  6. deres

    Le gouvernement précédent qui avait une vague volonté de réforme s’est complètement fait démantibuler par les syndicats, les administrations dont Bercy, les élus locaux à vie et autres corps intermédiaires. Même les réformes allant dans le bon sens (RGPP, retraites, …) ont été vidés de leur contenu suite au rapport de force ou derrière les rideaux lors de leurs application. Avec le gouvernement de Flamby, directement aux ordres de ces corps intermédiaires, il ne faut pas s’attendre à la moindre tentative de s’attaquer à leur privilège. Partant de cela, ce gouvernement est sans pouvoir réelle, et ses maigres actions ne peuvent que aller vers plus des erreurs des 30 dernières années. C’est cela que Sarko a finit par dénoncer avant l’élection de 2012. Entre le peuple et le gouvernement élu, il existe en France ces fameux corps intermédiaires qui possèdent le pouvoir réelle. La volonté du peuple ou les promesses d’un gouvernement ne compte pas face à leurs envies. La RGPP a donc été un échec, du moins, pas du tout à la hauteur des objectifs (2/3 de redistribution, près de 80% à Bercy, alors que le gouvernement dans sa faiblesse avait déjà officiellement lâcher 50% …). La MAP sera un catastrophe, les premiers chiffres augurant d’une augmentation générale des dépenses de fonctionnement en 2013 de 1.9% (soit la fameuse croissance « naturelle ») alors que le gouvernement vise 0% !!! En conséquence, les impôts en 2014 devront nécessairement suivre avec une augmentation du même ordre …

    1. Elphyr

      Ces corps ne sont pas invincibles et l’avantage d’avoir un socialiste officiel au pouvoir les fait passer du mauvais côté de l’opinion publique : s’ils sont un point loyaux, ils soutiendront Hollande (et tomberont avec lui). S’ils veulent garder leur status quo il va falloir qu’ils desavouent Hollande (déjà considéré comme libéral par Méluche et dans la plupart des shows télévisés) et peut-être qu’à ce moment-là leurs contradictions seront révélées et que le peuple leur cognera dessus. Fort.

      En espérant que le peuple ne se retourne pas vers de fausses idoles de changement (FN) mais vers ce dont il a vraiment besoin.

      1. Deres

        Mais non, regarder ce qui est en train de se passer. A Bercy, ils jouent la zizanie entre les différents ministres qui s’entre-déchirent. Les fuites sur ce qui se passe dans les ministères, à l’Elysée et à Matignon sont quotidiennes. Tout cela est destiné à diminuer l’influence des hommes politiques. Les syndicats non plus ne font pas de quartier à Flamby même si cela semble paisible par rapport au quinquennat précédent. Toutes les promesses allant à l’encontre de la volonté des corps intermédiaires ont été annulés (jour de carence, plus d’embauches de fonctionnaires, …) ou repoussés aux calendes grecques (non cumul des mandats, diminution du déficit donc des dépenses publiques, …)

        1. Deres

          Le pire, c’est que le déficit prévisionnel de 3.7% en 2013 tient compte d’une maîtrise totale des dépenses qui n’aura probablement pas lieu. Si elles dérapent de 2% comme prévisible, cela amènera tout simplement à un déficit 2013 supérieur à celui de 2012 ! La prévision a bien dérapé de 0.7% en 3 mois, donc il est fort possible que la dérive totale sur l’année soit de 4*0.7% soit 2.8 % ce qui comme par magie donne le même chiffre !

      2. gem

        La « RGPP » était une foutaise. Vide. A l’origine il s’agissait de l’idée canadienne qui était sensée et qui avait bien fonctionné : baisse de 10% de la dépense et de 16% du nombre des fonctionnaires. En France ça s’est traduit par … rien. De la com. Pas une seule politique n’a été mise en cause, ni dans son principe, ni dans son mode d’action. On a juste mis une étiquette RGPP sur tous les vieux projet de l’administration, utiles ou pas.
        Enfin, je ne devrai pas dire que ça n’a servi à rien. Ça a quand même permis d’arroser de pognon les boites de consulting (et donc s’assurer du financement politique). C’est là qu’on voit que Cahuzac était un blaireau, à coté de Woerth.

        1. Peste et coryza

          Oh que si, ça a servi…

          ça a dégraissé.. les contractuels, et les postes de fonctios de domaines peu revendicatifs : police et armée, et un peu la recherche.

        2. Deres

          Soyons un peu pragmatique et pas seulement critique. Dans le diagramme suivant (la source est plutôt de gauche …), on voit bien qu’après le plan de relance, ls dépenses étaient plus basses qu’avant. Cela semble prouver que la RGPP, aussi critiquable qu’elle soit dans le détail et sa réalisation a quand même eu un effet dans le bon sens. Après, on voit facilement le gouffre séparant cette minuscule baisse des dépenses des recettes et de la baisse des recettes … J’attends de voir ce diagramme actualisé sous Hollande, cela va repartir à la hausse …

          http://www.les-crises.fr/tresorerie-budget-france/

          1. gem

            Certes, mais la (prétendue) RGPP n’a aucune part là-dedans. D’ailleurs ça se voit sur le graphique puisqu’il n’y aucun décrochement visible avant 2011, alors que la RGPP commence en réalité avant même création de la DGME en décembre 2005, et le lancement officiel de l’appellation RGPP en 2007.
            La baisse de 2011, c’est juste la fin des dépenses de relance (dont on voit les effets ….) et Bercy qui a gagné un peu plus souvent que d’habitude dans les habituels (et ridicules) bras de fer contre les dépensiers.

          2. vengeusemasquée

            La RGPP n’est pas le problème. C’était une bonne idée et si elle avait concerné l’intégralité des services publics, y compris et surtout les administrations territoriales, c’eût été un bon mécanisme. Elle aurait vraiment pu donner l’occasion à une analyse approfondie de toutes les politiques publiques avec de vraies réformes à la clef. Dommage.

          3. deres

            En tout cas, le graphique montre qu’il y a une baisse … Aussi infime soit-elle et quelque soit la méthode, cela prouve que c’est possible et que cela a déjà été fait. C’était le premier gouvernement a réalisé ce tour de force. J’attends de voir si la MAP de Flamby ne réalise que du vent …

    2. Cap2006

      cher Deres, vous écrivez « Le gouvernement précédent qui avait une vague volonté de réforme… » … vraiment vague alors…

      hadopi était basée sur un concept complétement erroné : les pirates sont aussi de gros consommateurs de produits culturels… et les principales œuvres piratés sont de gros navets bien populaires ou au contraire des pépites introuvables sur le marché…
      hadopi était basée sur un concept technologique completement débile… Et dame Albanel pantoufle confortablement chez Orange, où visiblement personne ne sait ce qu’elle fait ( ce qui finalement ne change rien)
      hadopi a un seul objectif, celui d’amorcer le controle des flux internet… pas de sauver la création dont tout le monde se fiche… Sarkozy admirait ses bon amis Lybiens, à qui il avait vendu des grandes oreilles pour tout surveiller le net… ses bons amis chinois ou russes connus pour le respect des droits de s’exprimer…

      1. Deres

        Pour les réformes, je parlais de la RGPP et des retraites. HADOPI est un naufrage, je suis bien d’accord, il n’y a aucun besoin de débat sur ce point …

      2. vengeusemasquée

        Surtout que le problème fondateur d’HADOPI, comme de toutes les mesurettes vaguement technologiques des gouvernements passés et présents, c’est que les hommes politiques n’ont aucune mais vraiment aucune idée de comment tout cela fonctionne. Dieu sait qu’ils sont totalement incompétents en économie mais en matière technologique, on touche encore bien plus le fond malheureusement.

  7. duff

    Madelin ce matin : Le gouvernement et sa majorité ont le don de transformer de l’or en plomb!

    Quand on songe en plus que l’idée de départ était déjà bidon…

  8. Lib

    La fiscalité c’est l’étatisme le plus chimiquement pur qu’on puisse trouver dans la nature. Et c’est du WTF absurde à tous les étages.

    Tous les comportements et leur contraire sont à la fois encouragés et découragés. C’est spectaculaire.

    Par exemple, ce que tu oublies de dire dans cette histoire de déblocage de participation, c’est qu’initialement, la participation a été instaurée pour ENCOURAGER L’EPARGNE. Les charges sociales étant atrocement élevées, on permet aux employeurs de verser aux salariés des sommes non chargées, A CONDITION QUE CE SOIT EPARGNE 5 ANS.

    Maintenant, ils font une exception, on peut débloquer sa participation A CONDITION QUE CE NE SOIT SURTOUT PAS EPARGNE.

    Ca n’a aucun sens. Si tu ne veux plus que les gens épargnent, tu abroges la participation (ou tu en réduis le plafond). Si tu veux que les gens consomment, tu baisses les charges sociales.

    Ben non. En France, on a un système social qui pèse lourdement sur les salaires, on crée une niche défiscalisée pour épargner et une exception à la niche pour ne surtout pas épargner.

    Là où l’entonnoir est définitivement vissé sur la tête, c’est quand on réalise qu’en fait ils n’ont pas la moindre idée de savoir si, au fond, il vaut mieux encourager l’épargne ou la consommation. Ils n’en savent rien, ils s’en foutent probablement. L’important c’est de décider pour les autres.

    Autre illustration, la taxation des plus-values, l’histoire des pigeons. Ca part d’une idée conne mais simple : aligner la fiscalité du travail et du capital. Du coup ils massacrent les investisseurs tout en bâtissant une usine à gaz ignoble. Mais ils gardent le PEA qui permet d’avoir un portefeuille en bourse totalement défiscalisé ! Ben oui, parce que le PEA a été créé pour encourager les gens à investir en actions. Alors on augmente massivement les taxes sans admettre que ça décourage à investir tout en gardant le PEA qui encourage à investir (et qui protège de toutes taxes).

    Mais chaque itération ajoute à l’absurde. Se rendant compte qu’ils ont fait une connerie avec les pigeons, ils simplifient un peu leur usine à gaz et adoucissent le coup pour les entrepreneurs (tout en gardant l’augmentation massive de la fiscalité pour le cas standard). Mais ils augmentent le plafond du PEA et créent un 2e PEA pour les PME (totalement défiscalisés)…

    Putain, quitte à vous tromper, vous ne pouvez pas au moins être cohérents dans l’erreur? Choisissez votre camp une bonne fois pour toute : c’est bien ou c’est mal d’investir? C’est bien ou c’est mal de taxer les investissements?

    1. YP

      Ne comprends-tu pas, tovaritch либ ? L’épargne, l’investissement, la liberté sont LE MAL qu’il faut absolument combattre !

      коммунизм победит !

      1. Lib

        Même pas. Si c’était ça, ce serait au moins cohérent.
        Là, ils les combattent tout en les encourageant. Une histoire de fous.

        1. YP

          Non, c’est juste que les choses évoluent. Au début, les parasites pensaient pouvoir vivre de la production courante du pays.

          Il leur en faut de plus en plus. Maintenant, ils comprennent que ponctionner la production, c’est mort. Ils s’orientent donc vers la ponction de l’épargne.

          Pour l’instant c’est discrêt : dans le cas qui nous intéresse, on incite les gens à dépenser vers des services (qu’ils ponctionnent massivement).

          Mais ça, ce n’est qu’une étape. Ils viendront se servir directement sur vos comptes.

          Soyez en sûr.

          1. Nocte

            « Mais nan, l’épargne des Français est sacrée, promis, on n’y touchera pas, parfaitement, comme il n’y aura plus de hausse d’impôts, sauf la TVA pour qui c’était prévu. »

            Euh… wait…

        2. JS

          En meme temps c’est tres bisous tout ca : on promet une chose et on promet egalement de ne pas en avoir les incovenients.

          Dans le mm style on a recemment eu le droit a « l’austerite c’est fini » mais la « rigueur continue ».

          C’est ca quand on prends ces reves brumeux pour des realites. Le socialisme quoi..

    2. Deres

      Pour eux l’important n’est pas la mesure elle même mais l’usine à gaz qui en résulte. Ils se nourrissent du flux, donc le but est de la faire passer dans plein de rouages afin de pouvoir se servir discrètement …

    3. docludo

      ils se foutent totalement des résultats. l’important pour eux, c’est de montrer qu’ ils agissent. si de manière accidentelle la situation s’améliore, ils se feliciteront « c’est grâce à notre politique active que patati patata mon cul sur la commode », si la situation est pire ils diront « nous avions des objectifs très élevés et malgré une conjoncture défavorable nous pouvons être fier de se que nous avons réalisé. » bref leur bilan est toujours bon.

  9. dede

    « nos dirigeants s’imaginent qu’épargner, c’est retirer de l’argent du circuit au lieu de l’injecter dans l’économie »

    Ce pays est foutu!

  10. Erdillian

    Petite coquille dans le dernier paragraphe :
    « En fait, avec des deux événements disjoints »

    avec « ces » deux ?

  11. Nocte

    Sérieux, une redevance de plus pour avoir des productions de qualité comme la dernière série policière sur TF1 avec Jean Reno, un album de nouvelle vieille chanson française, ou encore Taxi 5 (ou 6 ?), franchement, c’est une bonne idée, sauvons la culture Française !

    :D

    Plus sérieusement, Lescure souhaite intégrer les smartTVs dans le giron de cette future redevance. Ne parlez pas de la redevance livrée en bundle avec les impôts locaux, elle, c’est uniquement pour financer le sévice public radio/télé, et vous comprenez, c’est vraiment trop injuste pour les autres productions artistiques, donc on va à nouveau ajouter une redevance, mais à l’achat d’un appareil capable de se connecter à internet.

  12. doh

    Cher H16, je m’étonne que tu ne t’insurges pas plus sur le fait que cette nouvelle taxe serve à « protéger/sauver l’exception culturelle » française.

    On avait déjà la RCP, censée compenser les pertes car comme des cons, on achète pas un CD pour sa voiture ET la version numérique pour iPod. On ne sait d’ailleurs pas vraiment où va cet argent. Mais soit.
    Et maintenant voilà qu’ils songent à taxer à hauteur de 1% (en plus, évidemment) tout les appareils qui se connectent à internet, pour l’exception culturelle. Mais qu’est ce c’est exactement. Comment cela réparti, combien et à qui ?

    1. C’est facile : on pique dans ton portefeuille pour mettre dans la poche d’une myriade d’associations plus ou moins bidon qui ne distribuent qu’un pourcentage amusant à des artistes choisis pour savoir fermer leur gueule et rouler pour le système. Et tout le monde adore ça. Fermez le ban.

      1. Aristarque

        Nuance : (…) artistes choisis pour savoir fermer leur gueule (quand il le faut pour ne pas attirer l’attention au sujet d’une connerie du pouvoir distributeur de prébendes) ou Au Contraire, pour « savoir » l’ouvrir bien haut et bien fort (quand il le faut sur suggestion du pouvoir pour matraquer, par exemple, un acteur saisi subitement par le démon de la belgitude, acteur en plus très mal-pensant).
        Disons que l’amitié des toutous aboyeurs s’achète par la qualité des os à ronger qu’on leur donne.

  13. simple citoyen

    Comme nous ne sommes pas encore à l’étape de la confiscation d’une partie de l’épargne directement, le calcul de Bercy s’appuie simplement sur le fait que l’état sait aujourd’hui mieux taxer les flux que le capital. Quand de surcroit les sommes concernées bénéficient d’une singularité fiscale avantageuse permettant à une catégorie d’acteurs économiques parmi les « bons clients » du pouvoir politique (entendre par là les multinationales et les grands groupes du capitalisme de connivence à la française) de renforcer leur domination économique par la perversion des règles de la concurrence (ici pour l’emploi), il est clair que les sommes en question doivent d’abord être sorties de ce cadre avant d’être taxées. Mais je ne suis pas certain que ce soit l’unique idée de Bercy.

    C’est « l’urgence de la mesure » qui m’a interpelé. Je parierais volontiers que le calendrier a tout avoir avec celui de la récolte du bon impôt à venir, plutôt que tout autre. Il n’y a rien de pire que des « clients » demandant des facilités de paiement quand on est à court de trésorerie, sans compter que c’est du plus mauvais effet dans une ambiance délétère que de rappeler à ceux qui se serrent la ceinture, qui est responsable de cet état de fait…

  14. Black Mamba

    Pour mon comptable, il ne faut surtout pas épargner, il faut laisser le maximum dans la société, se serrer la ceinture

    1. Black Mamba

      Se serrer la ceinture, je veux bien, mais j’ai une belle famille qui nous prend pour la corne d’abondance, la belle famille c’est comme l’état, nous essayons d’ignorer qu’elle existe mais c’est difficile

      1. channy

        Et donc avec qui vaut il mieux se fâcher? l’état ou la belle famille?
        D’où l’importance de mettre les choses au claire avant le mariage ..

  15. Christophe

    Avouez franchement les gars… c’est jouissif.

    Perso, je bois du petit lait. On s’attendait à un festival… mais là c’est un feu d’artifices.

    La terrible règle est simple : un jour = une connerie.

    Quelle joie de les voir s’éclater la gueule sur les murs de la réalité…

    Joie décuplée à l’idée que nous nous rapprochons du moment où tout ce joyeux bordello éclatera…

    Ce pays est bien entendu foutu. Mais il faut aller au fond de la cuvette.

    Et honnêtement, plus vite on s’y précipite, mieux c’est.

    Et pour cela, confiance totale en Neuneu Hollande et sa bande de joyeux lurons.

    1. Deres

      Ils n’ont même pas besoin de la réalité pour s’éclater. Entre éléphant du PS, c’est un peu le tir au pigeon. Au ministère des finances, ils s’étripent quotidiennement. Les couacs consistent surtout à tenter de voler la vedette à ses petits camarades en parlant le premier sans savoir de quoi on parle. Ségolène est en train de foutre le souk à la BPI car elle veut la présidence et la tête du DG (http://lelab.europe1.fr/t/bpi-segolene-royal-s-interroge-sur-le-niveau-de-remuneration-de-son-directeur-general-nicolas-dufourcq-9092). Tous les élus PS flingue le gouvernement en espéranr récupérer unmaroquin lors du remaniement. ETC.

      Même avec 3% de croissance, ils arriveraient à s’entre-déchirer sans raison et à faire n’importe quoi pour attirer l’attention.

      1. YP

        Mais même avec 30% de croissance, ils foutraient le pays dans le mur.

        Nos politiciens de tous bords et nos hauts fonctionnaires ne sont pas des incapables : il s’agit non seulement de margoulins arrivistes, mais avant tout, des traitres et des voleurs.

        Il convient de ne pas l’oublier.

      2. Aloux

        Bon sang mais à chaque fois qu’elle l’ouvre maintenant c’est même plus de la baffer qu’on a envie, c’est carrément d’y aller au napalm.

        1. Black Mamba

          Napalm, c’est trop, et les dommages collatéraux, alors!
          Non, il faut la mettre avec les supporters du PSG et sans CRS s’il vous plaît .

  16. Positron63

    Mesure complètement idiote et inutile. Pas besoins d’avoir fait des grandes études pour comprend, y a qu’a regarder comment fonctionne le Franchouai :
    – soit je gère mes sous comme l’état et j’ai pas un rond en épargne salariale, des dettes et je récupère systématiquement les sommes versées par l’entreprises même en payant l’impots. Je vous rappelle que on peut toucher l’épargne salariale immédiatement mais il faut passer par la case impots. C’est ce que font TOUS les salariés qui fonctionnent depuis 40 ans comme l’état (j’ai des noms).
    – Soit je suis prévoyant et je place systématiquement les sommes sur mon PEA. Et je ne vois pas en quoi la mesure Flambiesque va me faire bouger d’un iota ! Les sommes placées vont rester placées et je ne vais pas les claquer en feu de joie pour m’acheter une charrette électrique Renault ni un smartbidulum (j’ai aussi des noms).

    Discutez autour de vous et vous constaterez que c’est en gros comme cela que ça fonctionne.
    Pour résumer, soit t’as la poche percée et t’as pas un rond ! Soit tu est économe et tu vas pas t’offrir une thérapie carte bleu (ou carte rose) ni pêter un câble sur ordre du toumou.

    Que de l’enfumage.
    Par contre, la taxe future sur les bidules à la mode, ça sera du concret.
    Et pendant ce temps, la petite dédette qui monte, qui monte…

    Ce pays est carrément foutu (droits d’auteurs).

    1. Pere Collateur

      Je me suis dit à peu pres la même chose:

      Peu de chances que ceux qui ont des comptes épargne entreprise y aient recours en ces temps troublés, sauf effet d’aubaine.

      Au final, l’effet de cette mesure sera nulle. Comme les laireaux qui l’on voulue…

      1. Positron63

        Et j’ajouterais pour enfoncer le clou que si je suis dans la situation n°2 (je suis prévoyant et j’épargne régulièrement), point ne m’est besoin d’une autorisation pour pouvoir utiliser mon épargne. J’ai un roulement de plusieurs années sous la quille et j’ai une bonne partie de mon épargne qui est déjà disponible. Seule la partie qui est dans le tunnel des 5 ans de maintien obligé dans le PEA n’est pas immédiatement dispo (sauf achat maison et autre …). Donc si je ne les ai pas encore utilisés, c’est qu’ils sont bien au chaud là où ils sont.

        Si ça n’est pas le cas, soit je viens de commencer ma carrière, soit je suis en bilan négatif depuis pas mal d’années, j’ai que des dettes, et pas un ron d’économie !.

        Je pense aussi comme « simple citoyen » ci-dessus que le but est juste générer du flux pour le tâaaxer à mort. Mais comme dirait un ancien président, ça va juste faire Pchiiit.

  17. calc80

    M’enfin ! les taxes, c’est lol, ça permet de financer la politique familiale du monde entier qui parle la France :
    http://www.valeursactuelles.com/politique/allocations-familiales-l%E2%80%99incroyable-d%C3%A9cision20130514.html
    ils en ont besoin de cet argent, tous ces charmants enfants qui parlent la France, après tous les petits bobos qu’ils se sont faits en visitant Paris hier, côté Trocadéro.
    N’oublions pas que ce sont de charmants électeurs, très bien pensants envers leur maître Sleepy 1er, chef des clowns.
    Eux au moins ne portent pas de terribles tee-shirts représentant deux adultes et deux enfants se tenant par la main…

  18. Black Mamba

    Eux au moins ne portent pas de terribles tee-shirts représentant deux adultes et deux enfants se tenant par la main…

    Le scandale s’ils en avaient choppé quelques uns…

      1. doh

        Et pourtant ils sont tous contre LMPT. Lorsque la loi a été votée, on pouvait les voir s’exprimer sur twitter (dans un français approximatif) leur envie de rentrer « au bled » suite à ça.

  19. NOURATIN

    « Courir comme un poulet sans tête », c’est tout à fait cela!
    Il faut bien savoir qu’un poulet, c’est déjà très con…un socialiste aussi, par construction. Mais sans tête, en effet, ça donne les résultats qu’on voit!

  20. Aristarque

    H16, tu oublies un gravissime manque à gagner pour notre cher (onéreux) Etat impécunieux:
    Tout le monde sait que l’immense majorité des journaux papier finissent leur carrière pour recevoir les épluchures de légumes ou pour nettoyer les vitres ou encore pour un usage encore moins noble mais obligatoire de par la nature…
    Or, le journal est vendu avec une TVA à 2,75% (TVA hyper-réduit) alors que d’autres papiers vendus pour les mêmes usages évoqués ci-dessus subissent une TVA à 19,6%.
    Je suggère donc que l’abonné paie son abonnement aux journaux papiers tout à fait normalement taxé à 2,75%.
    Pour reprendre la justification Lescure, si un quidam a encore les moyens de se payer un abonnement à un journal quotidien, il a donc les moyens de payer une taxe en plus, non ?
    Ensuite, il recevrait de son percepteur une note à payer correspondant au différentiel de TVA, soit 16,85% sauf s’il ramène les exemplaires consommés intacts et complets quant aux nombres de feuilles entre les mains du percepteur pour prouver qu’il n’a pas détourné ce papier journal de son usage noble vers un usage vulgaire et ne mérite donc pas une variation de TVA.
    Après tout, cela ne ferait que s’inspirer de la noble intention de contrôle du bon usage de l’épargne salariale que viennent d’édicter les députés censés être nos représentants…
    Donc, en reprenant des méthodes éprouvées, quels gisements de taxes demeurent encore inexplorés ! ;-)

      1. YP

        Oui, il faut faire attention aux idées qu’on pourrait donner aux fonctionnaires ou aux journalistes qui passeraient sur cette page !

    1. vengeusemasquée

      @Aristarque :
      « quels gisements de taxes demeurent encore inexplorés ! »
      Et quels gisements de postes de fonctionnaires !!!!!

  21. max

    Un truc que je comprends pas bien, c’est que celui qui a un prêt immobilier ne peut pas rembourser de façon anticipée sans pénalité quand il a une épargne plus importante que prévue ou une rentrée d’argent inattendue comme un héritage, sauf de façon très limitée sur les prêts un peu souples. Non, il doit faire moisir son épargne sur un livret A à 2% ou moins alors que son prêt tourne à plus de 3%. Pourtant un remboursement anticipé est un apport de liquidité aux banques qui en ont besoin en ce moment. Le gouvernement n’a pas l’air d’y penser et préfère demander des billets imprimés frais plutôt que de fluidifier l’épargne et les dettes.

    1. deres

      Les pénalités pour remboursement anticipés, cela se négocie. Si tu as un bon dossier, les banques acceptent souvent de les supprimer sauf dans le cas du rachat de crédit par une autre banque. Et encore, c’est diffcile à prouver dans ce cas …

  22. Dahu

    Au sujet des smartphones et autres tablettes, je suis actuellement à Taiwan, et je suis stupéfait de constater la différence de prix. Par exemple une tablette Asus à 600 euros en France, la même est à 400 euros ici.

    Je sais bien qu’on ne peut pas comparer les niveaux de vie des pays, mais tout de même, pour un produit aussi mondialisé qu’est le smartphone ou la tablette, et ou le prix devrait être le même partout, c’est là qu’on mesure à quel point on est matraqué de taxes en France.

    Je pense que ça doit avoir un rapport avec le fait qu’ici le PIB par habitant est beaucoup plus élevé qu’en France… Et que le taux de criminalité est d’environ 15% contre 60% en France…

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)