La Socialie n’aime pas les claques mais adore le Genre

Hier, nous avons vu que la Socialie ne s’embarrassait pas de cohérence en ce qui concerne les drogues : si l’alcool n’est pas top, si la cigarette, fut-elle électronique, est cracra, la piquouse recueille, elle, compassion voire encouragements. Aujourd’hui, attaquons-nous un peu à la petite enfance, terreau fertile d’incohérences sociétales.

Et quand je dis « attaquons-nous », ce n’est pas une figure de style, mais c’est bien au sens littéral que je fais référence. Par exemple, pour s’attaquer, nous pourrons utiliser la bonne grosse giroflée à cinq pétales dans la boîte à sucette, façon tartagueuleticon, et de préférence avec plusieurs centaines d’images à la seconde histoire de bien faire comprendre toute l’horreur du sévice.

La meute est lancée, et les articles s’enchaînent déjà avec un rythme joyeux dans une presse trop contente d’avoir trouvé un sujet pour animer ses colonnes alors que le président de la république n’intéresse plus personne tant il est nul, et que le reste de l’actualité nationale et internationale vire au gris plat et passe-partout. En pratique, cela donne un truc comme ça :

Nous avons donc :

  • un contexte très très rapidement résumé en 10 secondes de vidéo serrée comme un café georgecloonesque
  • un acte rapide et sans bavure
  • un ralenti esthétique
  • une musique dépouillée, lacrymale et au piano
  • un petit slogan propret, collé en blanc qui cogne sur un fond noir total, sans concession,
  • et un gamin qui a été solidement baffé pour dénoncer les baffes. Subtil.

Si on étendait ce concept sur trois minutes, on pourrait en faire une bande-annonce de long métrage, qu’on appelerait « La Gifle » (pour être original) et qui narrerait l’histoire bouleversante (forcément bouleversante) d’Augustin, l’enfant différent en butte avec une mère célibataire (forcément célibataire), qui, à la suite d’une altercation maternelle, s’enfuit du domicile familial armé de son petit sac à dos snoopy, son T-Rex en plastique, un sandwich au Nutella et Nounours, son fidèle nounours (forcément). Ensuite, l’histoire (parsemée de travelings et de paysages campagnards à couper le souffle, le tout sur une musique toujours dépouillée, toujours au piano, forcément) s’éterniserait pendant une bonne heure et tout finirait bien (version américaine) avec le retour de l’enfant à la maison, ou mal (version française) avec au passage un message clair de dénonciation de cette société qui devient de plus en plus individualiste, surtout à cause de la montée du libéralisme et tout ça. César assuré.

Mais bon : revenons à nos moutons pas hollywoodiens.

Le but de cette vidéo est donc, censément, de dénoncer les sévices corporels aux enfants. Cette campagne n’est pas la première, loin s’en faut. Elle suit en droite ligne celle qui fut lancée en avril 2011, qui avait porté autant sur la gifle que la fessée, et avait été le prétexte à une vidéo assez navrante. À peu près un an plus tard, en juillet 2012, la presse se déchaînait dans un cyclone de pignouferies alarmantes de bêtises suite à une étude canadienne un peu bâclée qui permettait aux journalistes, fidèles à leur longue tradition consistant à dire n’importe quoi n’importe comment, d’affirmer péremptoirement que la fessée provoquait des troubles mentaux.

cerfabobo.jpgA voir cette succession rythmée de messages et de campagnes, on comprend que depuis quelques années, la société des Bons Parents et la grande famille des Bien Pensants sont partis en lutte acharnée contre tous les sévices corporels, moraux, psychiques, psychologiques et autres, infligés aux enfants, aux animaux, aux plantes, à Gaïa et contre tous ceux qui sont libéraux, capitalistes ou tortionnaires de petits chats mignons (ou, abomination, le cumul des trois). Bien évidemment, je pourrais, comme lors des occurrences précédentes, rappeler qu’il existe une différence fondamentale entre de la violence (dont le but est de faire mal et, par définition, de laisser des traces physiques ou psychologiques) et l’éducation (dont le but est d’éduquer, c’est-à-dire donner les bornes, marquer les interdits). Je pourrais d’ailleurs, sans même prendre position pour ou contre toute forme de sanction physique envers les enfants, rappeler que leur but est avant tout d’humilier, au sens premier, c’est-à-dire de rendre humble, de ramener l’enfant à sa place et non pas comme un roi au milieu des adultes.

Et à ce titre, comparer cet acte avec celui qui consiste à refaire le portrait d’un gamin à coups de poings, le fouetter avec une ceinture ou l’attacher sur un radiateur, c’est exagérer dans des proportions monstrueuses. Oui, « monstrueuses », ce mot est choisi à dessein puisque tel est le but de ces campagnes et vidéos : transformer le parent en monstre, rien de moins. Là, pour le coup, le parent qui ose remettre son enfant à sa place sera stigmatisé, même si l’enfant n’en portera pas séquelle et apprendra, ensuite, que se rouler par terre en hurlant ne permet pas d’obtenir, systématiquement, ce qu’il veut. Oser interrompre le caprice enfantin, oser lui montrer qu’il n’est pas le chef, ni le plus fort, oser, qui sait, lui donner une tape sur les fesses, symbolique mais réelle, devient alors un acte odieux d’un parent fou, la condamnation sociétale irrévocable qui emmènera l’enfant brimé dans les bras nourriciers et protecteurs de la DASS et le parent en correctionnelle.

Même un farouche opposant de toute sanction physique ne peut prétendre mettre sur le même plan l’acte rare d’un parent excédé avec les sévices réguliers de tortionnaires et autres parents indignes : quand bien même le message initial pourrait avoir un sens et une utilité, cette comparaison implicite ou explicite le dévalorise complètement.

Mais le pompon reste quand même qu’à cette stigmatisation du parent à main leste, la Nouvelle Socialie nous oppose une société où, de fil en aiguille, on envisage de plus en plus sérieusement de laisser le champ libre à des théories fumeuses. Théories et concepts consternants qui ont, eux et au contraire de la fessée entraînant prétendument un retard mental, largement prouvé qu’ils sont mortifères.

Eh oui : alors que se met en branle une campagne pour lutter contre la gifle, la fessée et les rodomontades, les théoriciens et joyeux thuriféraires du Genre font des pieds et des mains pour pousser leurs petites lubies dans les classes maternelles, les écoles primaires, chez les assistantes maternelles, ou jusque dans les manuels d’apprentissage.

J’avais déjà évoqué, il y a quelques semaines, l’introduction de l’égalitarisme forcené dans toutes les strates de la société : dépassant allègrement le cadre de la stricte égalité salariale homme-femme, la République Française du Bisounoursland progresse en effet à grand pas vers une société où sont abolies toutes les différences, d’âge, de taille, de sexe, où, progressivement, tout se vaudra et où les tabous les plus enquiquinants sauteront joyeusement, parce que tout de même, se déclarer homme ou femme, c’est particulièrement rétrograde, conservateur et has been. Et bien évidemment, ce qui était vrai il y a quelques semaines continue à l’être encore aujourd’hui avec des expérimentations de plus en plus loufoques rendues d’autant plus possibles par l’absence compact d’écho de la presse nationale.

dark vador, parent 2 de luke

Pourtant, lorsqu’on voit le passif des tenants de cet aplatissement sexuel tous azimuts, on ne peut que se demander pourquoi le moindre crédit est attaché à leurs délires constructivistes, pourquoi ils obtiennent même des oreilles ministérielles, et pourquoi la marche forcée vers leurs expériences sociétales est-elle devenue si impérative du point de vue de nos dirigeants (ici et nommément, Peillon, Vallaud-Belkacem et Taubira qui forment la fine troupe d’éclaireurs vers ces sommets de Société Nouvelle forcément riante).

Certes, pour le moment, on peut encore en rire. Mais dans quelques années, une fois que les enfants (devenus rois, toute sanction – au début physique, ensuite psychologique ou autre – étant repérée et interdite) auront eu la tête copieusement farcie de ces théories élaborées par des pédophiles notoires et imposées par nos vaillants minustres constructivistes éhontés, … il sera trop tard.

En attendant, posez-vous la question : quelle est la cohérence d’une société qui semble vouloir tout faire pour protéger ses enfants de la moindre sanction parentale, mais qui, dans le même temps, les expose directement aux hypothèses sociétales les plus fumeuses et les plus bancales, écrites par les esprits les plus tordus ?

J'accepte les Bitcoins !

1LNGTrEfWjE6imTDV6iJgP5vbDcf9Co2Mq

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires368

  1. Riguite

    Vous dites 100 fois mieux ce que je pense de cette société complètement en dehors de ses pompes. Ça devient vraiment grave, mais ouf… Bientôt les vacances d’été. Le petit peuple va pouvoir oublier tout ça dans les vagues, les barbecues et le pastaga… en attendant la dure réalité de la rentrée.

    1. Toni

      Et moi je ne bouge que de 60 kms, dans le Velay cet été, de cette façon j estime que cela va éliminer partiellement les Kevin et leur famille pendant un mois et demi …
      je plains par contre les gens dans le midi et les espagnols.
      rien que tout à l heure au supermarché, le môme qui braille pour le contenu du caddie là j avoue que c est pas mon truc, de même que d avoir un état qui va vouloir m expliquer façon sauce Philippe meyrieux que je fais mal.

      pour être franc perpetuer les valeurs familiales je trouve cela chiant et couteux, je suis trop égoïste on dirait.

  2. Blueglasnost

    Rôh, c’est pas gentil de me faire rire tous les jours autant, h16. Le meme avec Dark Vador est tout bonnement génial (j’aime bien le formulaire aussi).

  3. Aristarque

    Puisque personne ne l’a évoquée, je serai celui-là : Opinions d’un pédagogue il y a trois mille ans environ qui avait un bon millier de femmes et concubines, dont les marmots qui vont avec, vu qu’il ne se contentait probablement pas de les regarder de loin (les femmes et les concubines) :

    Chap 1 Les proverbes de Salomon le fils de David, le roi d’Israël,
    2 pour connaître sagesse et discipline, pour discerner les paroles d’intelligence,
    3 pour recevoir la discipline qui rend perspicace, la justice et le jugement et la droiture,
    4 pour donner aux personnes inexpérimentées la finesse, au jeune homme connaissance et capacité de réflexion.

    8 Écoute, mon fils, la discipline de ton père, et n’abandonne pas la loi de ta mère.
    9 Car elles sont une guirlande de charme pour ta tête et un collier magnifique pour ta gorge

    Chap 12 1 Qui aime la discipline aime la connaissance, mais qui hait le blâme est dépourvu de raison.

    Chap 13 24 Celui qui retient son bâton a de la haine pour son fils, mais celui qui l’aime le cherche vraiment avec discipline.

    Et il y en encore des dizaines dans le même sens…

    1. Albatros08

      L’ultralibéralisme, l’atlantisme et le sionisme, idéologies mondialistes à la mode qui se dégagent de cette intervention rétragrade, sont pourtant à l’origine du nouvel ordre mondial qui imposent le gender…

  4. Agg

    Excellent article. Une pensée émue pour David Reimer qui, bien qu’il ne reçut ni gifle ni fessée, se suicida à 38 ans des suites du traitement tout progressiste du bon docteur Money. Nul doute que cet homme-là, précurseur génial des études de genre, aimait les enfants. Beaucoup. De là peut-être le murmure abject derrière les dénonciations vertueuses de notre société postmoderne : interdit de toucher aux enfants… sauf pour leur faire du bien.

  5. Albatros08

    Cet article mélange tout et c’est vraiment du gros n’importe quoi.
    Le genre et l’interdiction des châtiments corporels n’ont rien à voir entre eux. La France étant le pays le plus arriéré d’Europe en matière de corrections physiques (il suffit de lire sur Internet les commentaires des gros beaufs franchouillards, ça fait peur), même la Russie s’en inquiète dans les procédures d’adoption d’enfants confiés à des Français (environ 200 par an). Or la Russie est à 100% contre le genre, des communistes aux LDPR de Vladimir Jirinovsky !
    Mais ici, on mélange tout ! Mais c’est vrai que les « libéraux » dominent, libéral en France signifiant aussi conservateurs. Des conservateurs bien aigris qui veulent soumettre la société à la loi du fric.
    Pour ma part, je refuse le genre en tant que biologiste, donc darwinien, qui refuse la théorie du genre comme anti-scientifique.

    1. Magnifique. Heureusement que des gens comme vous, qui ne savent pas lire, arrivent pour mettre un peu d’animation sur ce blog.
      Et pour ce qui est de gros n’importe quoi, sur le simple échantillon que constitue votre commentaire, vous en connaissez un rayon.

      1. Grass

        Effectivement, et quand on est face a un grand n’importe quoi absolument compact et parfaitement homogène, en fait on a plus vraiment de prise, le mieux est de passer son chemin

      2. tintin

        « Des conservateurs bien aigris qui veulent soumettre la société à la loi du fric. »

        C’est toujours moins pire que de vouloir soumettre la la société à la loi du fisc.

    2. LeRus

      Vous vous engagez dans un terrain marécageux en parlant des châtiments corporels en Russie.

      Si la Russie fait très attention aux adoptions à l’étranger (et comptabilise les mauvais traitements et morts suspectes) c’est d’abord:
      – parce que le taux d’abandon en Russie est beaucoup plus haut que dans les autres pays.
      – parce que les familles russes n’adoptent pas beaucoup d’enfants russes,
      – parce qu’il n’existe aucune statistique sur les mauvais traitements et les morts suspectes dans les familles adoptives russes ni dans les orphelinats.

      Juste un exemple proche de ce sujet: environ 1.000 appelés meurent chaque année de bizutages, mauvais traitements et mauvais soins en Russie.

      Non, vraiment, terrain boueux.

  6. hussardbleu

    Un peu confus, en effet, notre Darwinien… devrait lire « Les queues de Kallinaos »… le mettrait de meilleure humeur, et le ramènerait à davantage d’humilité… mais, bon, on peut mettre à son crédit la caution scientifique qu’il donne – s’il en était besoin – à notre rejet des dangereuses sottises du « genre ».

    1. Albatros08

      Pour comprendre Darwin, il vaut mieux lire Darwin lui-même, mais aussi Hervé Le Guyader et Patrick Tort plutôt qu’un roman de sciences-fiction… Et le pire étant l’interprétation pseudo-scientifique de Darwin par Hayek dans Droit, législation et liberté.
      Je combats le genre parce que c’est un nouveau lyssenkysme. Mais je refuse de me mélanger, pour ce faire, à des libéraux-répressifs néoconservateurs qui nous préparent une société irrespirable.

      1. Aloux

        Albatros08, respirez un coup, (re)lisez l’article, et expliquez-nous où vous voyez « Des conservateurs bien aigris qui veulent soumettre la société à la loi du fric » et « libéraux-répressifs néoconservateurs qui nous préparent une société irrespirable ». Jusqu’à preuve du contraire les seuls à vouloir imposer à tout le monde leur vision de la société ne se trouve pas sur ce blog.

        1. Albatros08

          Je ne sais pas si le libéral Luc Châtel peut être lié (au moins idéologiquement) aux hôtes de ce blog… Mais une chose est sure : le néolibéral Luc Châtel – obsédé des compétences foireuses à l’école (pratique inventée sous Thatcher) et prônant pour un chef d’établissement transformé en « manager » de mon lu – a introduit le gender dans les programmes scolaires de 2010 et 2011, y compris dans les programmes de sciences !
          La gauche n’a plus qu’à appliquer, ce qu’elle ne se gêne pas de faire, d’ailleurs.

          1. Tea Party

            Le libéral Luc Chatel ! A la gauche, du mongaulisme, lui même à la fausse droite. Terminé, il n’y a plus rien à dire ! Un peu de sérieux, ne peux pas nuire, si l’on veut argumenter intelligemment. Le reste est à l’avenant, pas de temps à perdre, , sinon, effectivement, rajouter, que : plus on pédale moins vite, moins d’avantage on avance.

          2. vengeusemasquée

            « je refuse de me mélanger, pour ce faire, à des libéraux-répressifs néoconservateurs qui nous préparent une société irrespirable. »

            Par pitié, casse toi.

          3. Duff

            J’ai franchement ri en lisant l’application que vous les uns et les autres mis pour lui répondre. Au bout du second voire pour être sympa, du troisième message, il était clair à qui nous avions à faire. Il ne faut pas lui dire « casse toi » ça rappelle un président qu’avec le temps, les affaires, on a de moins en moins envie de revoir venir.

            Albatros ne s’est peut être pas posé ici par hasard, donnons-lui au contraire l’envie de rester et de mesurer ô combien ses pré-supposés peu libéraux ne résistent pas à l’épreuve des faits et de l’histoire.

      2. ol

        Libéraux-répressifs : je ne crois pas qu il y ait ce genre d individus ici. De plus c est comme dire écrire communiste-démocrate, ça n a pas de sens.
        Je suis d accord avec vous quand vous dites que le genre est un nouveau lyssenkisme et donc très dangeureux.
        Par contre, vivant avec une femme ayant connu le communisme, je peux vous garantir que genre et interdiction des châtiments corporels sont bien 2 sous ensembles d une même idéologie visant à couper l enfant de ses liens familiaux au profit de l État. Ce n est donc pas un gros n importe quoi.

        1. Albatros08

          Mon fils a la double nationalité russe. Là-bas, on interdit le genre et la propagande sexuelle aux enfants de 6 ans mais on lutte contre les châtiments corporels. Ils sont parfaitement cohérents, eux aussi, encore que vivant dans un monde rationnel qui échappe de plus en plus à l’occident.

          Par ailleurs, l’enfant n’est pas non plus la propriété de la famille. Je trouve très juste les lois allemandes, anglaises ou suisses qui donnent aux ados la majorité religieuse anticipée. Ainsi, en Allemagne, on est majeur religieusement à 14 ans, 12 ans en GB, c’est-à-dire que les parents ne peuvent plus intervenir dans ce domaine (sauf danger de secte)… Un libéral-non-répressif devrait accepter une telle vision juridique favorable aux jeunes, non ?

          1. Fred

            Je ne comprends pas bien votre histoire de majorité religieuse. Je pense personnellement qu’il est inutile de pondre une loi pour ceci.

          2. Albatros08

            Bel échappattoir, Fred. Alors dit autrement, les jeunes, dès qu’ils ont un entendement et un discernement propre, doivent pouvoir juridiquement refuser la religion de leurs parents.
            La liberté de conscience est pour tous, la « minorité » ne doit pas servir de prétexte à exception.

              1. gogo

                Ca veut dire qu’en France, vos parents peuvent vous imposer une orientation religieuse quand vous êtes mineur, peuvent vous refuser l’accès à votre courier quand vous êtes mineur, peuvent vous isoler socialement de vos amis quand vous êtes mineur, peuvent décider contre votre gré de votre orientation scolaire et professionnelle quand vous êtes mineur, peuvent vous empêcher de coucher avec d’autres mineurs quand vous êtes mineur. Et ils peuvent vous donner des claques quand vous êtes mineur.

                Et ce, parfaitement légalement.

                Ce n’est pas vraiment le cas dans d’autres pays.

                C’est pourtant bien simple, non?

                Pour le détail, vous pouvez vous référer à ce site (dont le language est un chouilla hargneux à mon goût, mais dont l’analyse juridique est exacte).

                http://www.pre-majorite.fr/

                1. Oh sapristi, on découvre l’eau tiède !
                  Oui, c’est parfaitement légal. C’est pour cela qu’on parle de personnes responsables et d’enfants ou de mineurs. Et, dans l’écrasante majorité des cas (en gros, 99.999% des cas) ça marche trèèèès bien. Toute tentative de faire des lois, de bricoler du sociétal pour les moins de 0.001% restant est, par nature et par expérience, une erreur.

                  Le truc du droit des zados, c’est au-delà du simple populisme ou des propositions putassières politiciennes habituelles, un excellent moyen pour ratisser le plus large possible en utilisant l’émotionnel pour manipuler les masses. Honteux.

          3. Aristarque

            Que vient faire cet aparté sur la liberté de conscience religieuse possible avant l’ âge légal de majorité plénière alors qu’ on discute d’une nouvelle idéologie à la mode qui prétend imposer de nouvelles conceptions quant à la perception des sexes par eux-mêmes ou par autrui, l’ ensemble étant basé sur des hypothèses particulièrement audacieuses pour rester courtois. En quoi le fait qu’ un olibrius de la prétendue droite française ait cru bon d’ insérer de semblables fadaises dans les programmes scolaires justifierait-il sa continuation aveugle par la gauche, par ailleurs elle-même convaincue de constructivisme? Quand la gauche estime un héritage de la droite comme inapproprié, elle ne se gêne guère pour y mettre fin dans les plus brefs délais… Et trustant tous les niveaux du Mammouth, la gauche n’aurait jamais accepté cette novation venant d’ un horrible ministre libérale (Chatel, un libéral? Vaut mieux le lire que d’être aveugle mais quand même!) si elle n’ avait elle même des pronateurs de cela.

          4. ol

            Je ne parlais pas de la Russie actuelle mais des anciens régimes communistes du bloc de l’est.
            Un libéral ne veut surtout pas mettre de règles arbitraire sur tout et n’importe quoi.

  7. Albatros08

    C’est quoi être « confus » pour vous ? Ne pas être « de drouââte » ou de « gôôche » mais sur chaque sujet avoir une pensée indépendante de cette pauvre vision binaire du monde ?

      1. Albatros08

        Ce qui est intéressant, c’est l’absence totale d’arguments cachés derrière de bons jeux de mot en forme de dérision… L’arme des sophistes.

        1. Aloux

          Pour argumenter avec vous Albatros, il faudrait déjà qu’on comprenne ce que vous voulez dire, par exemple je ne comprends rien à la réponse que vous m’avez faites plus haut : qu’est-ce que Luc Châtel (dont tout le monde se fout ici au demeurant) a à voir avec ça ?

          Le sujet de cet article, c’est comment l’Etat place ses pions pour accroître son contrôle sur l’éducation de VOS enfants, prenant ainsi le rôle d’un parent 3 ou 0. D’un côté on fait des amalgames grossiers pour culpabiliser les parents (désolé mais ici personne n’est pour battre les enfants, dire ça c’est être complètement à côté de la plaque), de l’autre on décide en haut-lieu d’enseigner à tous une idéologie officielle sans aucun fondement scientifique comme vous-même en convenez.

          Ici, personne ne voudra vous imposer quoi que ce soit concernant vos enfants, si vous voulez les élever comme des rois et dans la théorie du genre ça me semble bien mal avisé, mais c’est votre responsabilité. L’Etat ne vous laissera pas choisir, et dispose de la force publique pour vous les retirer si vous n’êtes pas d’accord. Si ça vous rappelle plus la Corée du nord que l’idée que vous vous faites du « pays des Droits de l’Homme », c’est normal.

          1. Albatros08

            C’est Luc Châtel qui a introduit le genre dans l’enseignement…

            Sinon, ne vous déplaise, les enfants ont des droits qui doivent être respectés, y compris par les parents. Cette doctrine du « élever mes enfants comme je veux » est en général brandie par ceux qui veulent les endoctriner… Les parents n’ont pas le droit d’endoctriner leurs enfants, l’Etat non plus, c’est pour cela que je suis contre le genre.

            Mais évidemment mon propos paraît incohérent car en dehors des sentiers battus de la pensée unique.

          2. Grass

            D’accord sur ce fait : interdire le chatiment corporel, je trouve ca aussi énorme que le rendre obligatoire… Le second parait absurde; qu’en est il du premier? L’est il moins? Parce qu’il parait plus « progressiste? »

          3. Aloux

            « C’est Luc Châtel qui a introduit le genre dans l’enseignement »
            Et alors ? Tout le monde se fout de Luc Châtel, c’est qui d’ailleurs ?

            « Sinon, ne vous déplaise, les enfants ont des droits qui doivent être respectés, y compris par les parents. »
            Personne n’a dit le contraire.

            « Cette doctrine du « élever mes enfants comme je veux » est en général brandie par ceux qui veulent les endoctriner »
            Juste n’importe quoi… Remettez de l’ordre dans vos idées, en commençant par ouvrir un dictionnaire pour jeter un oeil à « éducation » puis « endoctrinement » et vous devriez vite comprendre pourquoi votre réflexion est violemment périplaquiste.

  8. Eole

    @Albatros08: « …les parents n’ont pas le droit d’endoctriner leurs enfants, l’Etat non plus » Dites-moi, chez vous vous laissez vos enfants grandir tout seuls, sans vague direction? Ils sont libres de faire n’importe quoi?
    Indiquez-nous la région où vous habitez que nous l’évitions.

  9. hussardbleu

    N’étant pas en faveur de l’éradication systématique des albatros, je conseille à notre ami de faire l’effort de lire quelques pages du backlog de ce blog, afin de pouvoir se faire une idée – sérieuse – des positions de Hashtable, et des commentateurs sur les différents sujets traités.

    S’il reste sur ses positions hasardées, et sa vision caricaturale, il sera temps alors de dé-troller l’animal.

    1. Albatros08

      J’avoue que j’ai bien aimé quelques articles, notamment sur les lubies prohibitionnistes contre le tabac ; qu’ils arrêtent, en effet, de nous pourrir avec leur moralisme digne de la Comtesse de Ségur…

      Si vous voulez casser du genre, vous pouvez aller sur ce blog d’un sociologue formaté et fumeux : http://uneheuredepeine.blogspot.fr/
      Mais je vous préviens, ça censure à mort.

        1. Duff

          Je pends un exemple récent, tous mes quelques commentaires sur le site d’olivier Berruyer sont systématiquement en « attente de modération » alors qu’aucun n’étaient polémiques ou orientés politiquement et encore moins faisant l’apologie du libéralisme. A croire qu’il faut contribuer à son association pour avoir le droit d’être publié, drôle de conception de la liberté d’expression…

          A la longue c’est fatiguant et décourageant. Voilà un petit exemple parmi tant d’autres plus importants qui démontre que les défenseurs auto-proclamés de la liberté d’expression et d’opinion ne sont pas ceux qu’on croit et que ceux qui s’arrogent le titre sont hélas bien souvent les pires censeurs ou pourfendeurs de la servitude collectiviste.

          1. Duff

            J’ajoute qu’ici, sur mes commentaires les plus longs et avec des liens internet (articles et/ou vidéos) ont parfois été soumis à la modération, aucuns n’ont été frappés par la censure. C’est contre nos principes et il est appréciable de constater que les faits sont en accord avec les principes défendus. Merci H16.

            1. Je tiens cependant à préciser que je reste chez moi.
              Autrement dit, il arrive parfois que je vire purement et simplement des impétrants qui viennent chier dans mon salon (que je paye avec mes sous, hein, ne l’oublions pas).

              Le libéralisme promeut certes la liberté d’expression, mais celle-ci ne donne pas la permission d’aller taguer le mur du voisin avec ses opinions.

          2. Duff

            OK mais j’ai bien précisé que mes commentaires dans les autres boulangeries ne comportaient caractère légitimant leur rejet. Je peux faire une impression écran, des commentaires tout aussi anodins que le mien ont été publiés tandis que le mien se languis généreusement dans la file d’attente…

            Je vous envois d’ici peu une impression écran pour que les choses deviennent plus concrètes.

          3. Duff

            Merci d’avoir bien saisi mon propos d’autant plus j’ai la fâcheuse tendance d’oublier un mot ou verbe ce qui hélas nuire à la compréhension de mes propos…

            Mail envoyé. Et comme je le mentionne dedans, la semaine prochaine, je vous enverrai une sorte de photo-reportage sur la Seine-Saint Denis qui montrera la très haute estime pour le collectivisme et le bobolchévisme qui y règne en maître absolu.

            Cdlt

          4. Duff

            « j’ai la fâcheuse tendance d’oublier un mot ou verbe ce qui hélas DOIT nuire à la compréhension de mes propos… »

            Arrrr je déteste apporter sur un plateau mes propres faiblesses! Désolé!

        2. Albatros08

          J’en conviens, il suffit de comparer avec la censure du Figaro, où tout commentaire non « hors-charte » mais juste original est systématiquement censuré par les caniches de modérateurs. Je ne sais pas où ils recrutent leurs laquais, mais on dirait que plus ils sont payés au sous-smic, plus ils sont fidèles à leur maître…

          1. Fred

            J’ai voulu essayer de faire mon catho effarouché sur le site du Figaro. Mon message a été refusé, on ne sait pas trop pourquoi…. Etait-il donc si horrible que ça ? MDR
            « C’est assez marrant, mais ne serait-ce pas ce même maire qui aurait fait raser une église de sa commune sans la faire désacraliser ? En attendant, il serait intéressant d’avoir les statistiques concernant les églises vandalisées….
            sur Un symbole laïc vandalisé à Abbeville
            16:56, le 22/06/2013 Répondre Refusé »

          2. Fred

            Et là, je viens de faire mon anticlérical aigri. Message modéré….
            « Les catholiques révèlent ce qu’ils sont réellement : des gens haineux et intolérants.
            sur Un symbole laïc vandalisé à Abbeville
            17:00, le 22/06/2013 Répondre Publié, modéré
            Décidément, pour un journal que se dit de droite, je ne comprends pas trop sa ligne éditoriale… Mdr

          3. Albatros08

            Essayez aussi le message laïcard haineux versus le message laïque construit. Vous verrez le même schéma se reproduire en homothétie.

  10. Duff

    300 commentaires! Le sujet est brûlant… Je m’en rappelle d’un autre (à l’époque je ne commentais pas encore) c’est celui de la scélérate loi de 1973 « obligeant » l’Etat à emprunter sur les marchés financiers…

    J’ai entendu Nicolas Doze promettre la tenue d’une émission spéciale des experts bientôt sur le sujet. Il est quand même anormal que cette fable ait toujours cours. D’autant que quel que soit le moyen par lequel l’Etat se finance, personne ne lui a collé un revolver sur la tempe pour voter des budget en déficit pendant 40 ans!

    Quelques éléments de réflexion pertinents venant de souverainistes:
    http://contrelacour.over-blog.fr/article-loi-de-1973-critique-du-livre-de-pierre-yves-rougeyron-117178401.html

    1. Eole

      @Fred: Merci pour le lien. Effectivement ce type est extrêmement dangereux. Etant totalement agnostique, voire athée, je n’ai pas pu l’écouter jusqu’au bout.

    2. Aloux

      Pas pu aller jusqu’au bout, c’est terrible parce qu’on dirait qu’être socialiste implique nécessairement de transformer ce qu’on a entre les deux oreilles en diarrhée froide. Il est quand même en train de nous expliquer qu’il veut terminer la révolution de 1789 en faisant une révolution « spirituelle » (ça n’a jamais été tenté avec des résultats désastreux, nonnonnon), que pour ça il faut une religion républicaine pour remplacer le catholicisme, en l’occurrence la laïcité, qui attention est un type de foi, mais pas la foi religieuse, mais en fait c’est une spiritualité, et l’adhésion à une morale commune. Bref religion d’Etat, morale d’Etat, révolution spirituelle et matérielle, cocktail gagnant et bagatelle pour un massacre, le tout par un dangereux abruti qui peut écrire des livres, passer à la télé et à la radio pour raconter des bêtises qui devraient le forcer à renoncer à toute forme de responsabilité politique dans un pays normal, auquel un autre abruti au moins aussi dangereux a confié le ministère de l’Education, tout va bien…

  11. Planavallis

    « …En attendant, posez-vous la question : quelle est la cohérence d’une société qui semble vouloir tout faire pour protéger ses enfants de la moindre sanction parentale, mais qui, dans le même temps, les expose directement aux hypothèses sociétales les plus fumeuses et les plus bancales, écrites par les esprits les plus tordus ?… »
    Bien vu !

  12. Helena Blavatsky

    « Pourtant, lorsqu’on voit le passif des tenants de cet aplatissement sexuel tous azimuts, on ne peut que se demander pourquoi le moindre crédit est attaché à leurs délires constructivistes, pourquoi ils obtiennent même des oreilles ministérielles, et pourquoi la marche forcée vers leurs expériences sociétales est-elle devenue si impérative du point de vue de nos dirigeants[…] »

    Question intéressante. Le politique n’étant pas une bête douée de réflexion, je pense que la source vient de leurs entourages, des cercles qu’ils fréquentent. On disait autrefois ( Cf révolution de 1789 et les écrits à ce sujet) que « les cercles bourgeois » dominaient Paris.
    C’est toujours le cas -peut être- et les références bibliographiques des cercles des « lumières » tournent rarement autour de Rousseau… Plus du côté de chez Sade.

    L’universalisme étant la tragédie. C’est là que le libéral devrait se dresser. Et dire à ses « élites de la pensée » de garder leurs livres de chevets pour eux. Alors peut être retrouverons nous Schopenhauer, Rousseau et -soyons généreux- même Kant au centre de l’éducation des bambins de la république ploutocrate Française.

    ps : -peut être- est le mot central de mon argumentaire ^^

  13. Can-Eye

    Pour la baffe, le plus important c’est les sommations : « tu vas l’avoir, tu vas l’avoir… ».
    Et pour être cohérent, baffe promise, baffe due.
    Mieux vaut une petite baffe épidermique bordée d’amour que des bisous froids.

    1. Black Mamba

      Ha ça oui!
      Les enfants repèrent très vite que certaines personnes ne tiennent pas leur promesse, surtout s’il s’agit de leur parent.

      Cause toujours tu m’intéresse!

  14. Reynald

    D’habitude intéressé par vos articles je trouve que là vous faites fausse route. Loin d’être proche des idées socialisantes en cours dans notre pays et pour tout dire plus proche des idées libérales d’un point de vue social, étatique et économique, je ne partage pour autant pas votre avis.
    Ce n’est pas à l’Etat de dire si nous sommes de bons ou de mauvais parents mais pour autant votre approche du bon parent balançant gifles et fessées pour gagner l’autorité est plus que douteuse…
    Pensez-vous qu’une bonne baffe remette un enfant dans le droit chemin de l’éducation et en fasse un futur bon adulte respectueux des autres ? N’avez vous pas entendu parler de méthodes d’éducation plus respectueuses de l’intégrité physique et morale d’un enfant ? Je vous invite à lire Faber et Mazlish sur le sujet. Mon garçon de 2 ans et demi (en plein dans le « Terrible Two ») ne s’est jamais pris une baffe, une fessée ou une tape sur la main. Je l’aide à exprimer et comprendre ses émotions. Et vous savez quoi ? Il ne se roule pas sur le sol au supermarché, il dit merci à chaque fois, il demande s’il peut faire telle ou telle chose… L’exemplarité des parents est aussi la clé… Je ne fustige pas les parents qui ont recours à ce genre de méthode mais j’ai trouvé d’autres approches. Le pire dans tout cela c’est que mon garçon n’est pas une exception et que je ne m’estime pas être le meilleur père !

    1. Apprenez à lire.
      C’est pénible, parce que cela a déjà été abordé dans les commentaires, et le billet est suffisamment clair.

      Pour mettre les points sur les i : je n’ai rien à foutre de la méthode que vous employez avec vos lardons. Absolument rien. Et j’estime pouvoir exiger que vous n’ayez rien à foutre de la méthode que j’emploie avec les miens. C’est tout le sens du billet.

      Les sévices et tortures sont DEJA traités par la loi. Il y a DEJA tout ce qu’il faut. Depuis un bail. Le reste, c’est juste de l’immixtion dans la vie des autres pour des raisons de moraline baveuse.

      Point.

      Et ce n’est même pas le sujet du billet.

        1. Pas forcément.
          Dans la masse de lecteurs, il y en a qui cherchent et trouvent ce qu’ils veulent sans essayer de comprendre le sens général. Pour ceux-là, je devrais faire une version courte du billet, sans sous-titre, sans ironie, sans sous-entendu, texte plain, plat. Sur ce billet, cela donnerait ceci :

          « L’État n’a pas à se mêler d’éducation. L’État n’a pas à décider de la façon dont on rend les enfants sages et obéissants, respectueux de la société. Comment considérer ce système étatique qui veut se mêler de la façon dont vous éduquez vos enfants mais laisse l’État dispenser des théories fumeuses à ces mêmes enfants ? »

          Notez que je ne dis pas : « La claque, c’est bien. La fessée je suis pour » ; ça, c’est le niveau -1 d’analyse du texte (même pas 0 puisque ça n’y est pas).

          1. Black Mamba

            Donc , on peut dire que c’est votre résumé et conclusion pour ce billet.
            Nous en sommes avec moi à 357 commentaires.
            🙂

  15. Golum

    Je n’ai pas lu les commentaires, désolé. Tapper un enfant ne le rend pas fou. C’est les parents qui, eux peuvent éventuellement être fous….En Suede on va en prison pour ça. Perso, j’ai un enfant qui n’est pas réceptif à la fessée, les mots sont plus efficaces. C’est ma synthèse sur le sujet, tirée de ma propre expérience. Et tapper un gosse c’est pas trop courageux. Entre nous j’ai connu le martinet, aujourd’hui réservé aux SM. Bon, je ne suis pas plus fou qu’un autre….enfin presque!

  16. Flo B

    Cher H16, un grand merci pour me faire rigoler toute seule dans mon bureau dès que j’ai le tps, je m’éclate ! grande qualité critique, finesse d’esprit, et quel débit ! j’ai pas le tps de tout suivre ; en un mot : MERCI, car ça fait du bien ! à +

  17. nicolas

    Ce qui est vraiment surprenant c’est a quel point une ideologie a pu detruire l’education en France. Le changement est maintenant irreversible.

    La France etait un pays libre, souverain, riche.
    Les problemes, graves, a venir dans ce pays seront entierement et a 100% du fait de cette ideologie dominante dans l’education « nationale », qui s’est inscrite contre la connaissance, et donc contre la France et contre l’humanite.

    Ils invoqueront de nombreux facteurs, incrimineront tout et rien. mais la realite est que leur oeuvre, theorisee, planifiee et executee pendant de longues annees, est la seule responsable.

Laisser un commentaire