Tango & Valls, un Manuel de combat

Et le mois d’août est là. L’entreprise France est à présent fermée, les lumières éteintes et les machines bâchées : les employés sont en vacances, les patrons sont partis, et le panneau à l’entrée indique « Fermeture annuelle – Réouverture en fin de mois ». Le pays peut maintenant s’assoupir. Pour des raisons d’apparat, le patron se refuse à la totale vacance du pouvoir, au contraire de l’année passée (cela avait fait jaser), ce qui est, si on y réfléchit deux secondes, bien dommage puisque plus les ministres sont présents, plus les dégâts s’accumulent. Cette année donc, les ministres resteront joignables. Surtout Manuel Valls.

Eh oui : le petit Manuel n’a pas perdu le Nord ni de temps pour profiter de son « insolente » cote de popularité. Bien sûr, je ne parle pas de ses 5% récoltés lors d’une primaire socialiste mollassonne qui donna le ton de ce que serait, finalement, la présidence future, mais bien de son actuelle réputation dans la population française, au travers de ce que les médias en disent. Et la bonne humeur est en effet de rigueur pour lui puisque selon un sondage IFOP pour le JDD, 47 % des Français pensent que Manuel Valls ferait un « bon Premier ministre » … Ou en tout cas, meilleur que l’actuel, ce qui n’est pas dur : qu’il montre plus d’autorité ou de poigne qu’Ayrault semble assez facile à admettre tant le niveau a été fixé bas par l’actuel intermittent du spectacle à Matignon.

Et le voilà donc lancé dans le délicat exercice d’équilibriste entre d’un côté son ambition d’être appelé « aux plus hautes fonctions du pays », c’est-à-dire, en substance, remplacer Ayrault, son actuel patron, et de l’autre, l’obligatoire loyauté qui lui évitera les embuscades et les pièges tant du côté du président que du côté de toute la hiérarchie socialiste qui n’attend qu’un faux pas du ministre pour le laisser tomber, son ascension trop vigoureuse en agaçant plus d’un. Mais pour le moment, popularité oblige, il reste à l’abri d’un mouvement d’humeur politicien.

À bien y réfléchir, on se demande ce qui justifie cette notoriété positive pour le ministre de l’Intérieur.

tango et valls : l'un des deux va devoir se taper tout le travail et ce ne sera pas Valls...

Bien sûr, il aura su utiliser un bel organe, sa voix, pour montrer à quel point il savait faire preuve d’autorité. Rien de tel que déclarer, au su et au vu de tous ceux qui comptent (journalistes, surtout), que « La sécurité n’est ni de droite ni de gauche ». Cela flatte avantageusement son image lorsqu’il déclare, je cite :

« Nous vivons une crise de l’autorité. La voix des parents, de l’enseignant, du juge, du policier, de l’élu est trop souvent contestée. Il faut restaurer pleinement l’autorité. Les relations entre les forces de l’ordre et la population doivent être des relations de confiance. »

Eh oui, ma brav’dame, mon bon môssieu, il n’y a plus de saisons, les jeunes sont de plus en plus indisciplinés et les petits insolents répondent quand on s’adresse à eux, les filous ! Pour une population qui voudrait bien qu’on règle les problèmes de sentiment d’insécurité, et de préférence, autrement qu’en les passant sous silence, ces petites saillies ministérielles sentent bon la détermination et le petit mouvement de menton vers le haut. De ce point de vue, il semble bien que le peuple, et d’autant plus l’image qu’on peut avoir de lui par les médias, oublie très vite ses précédentes erreurs. Parce que concrètement, le Manuel laisse autant songeur que son illustre prédécesseur auquel il fait penser ; par exemple, concernant les émeutes de Trappes, il déclare fermement

« Ceux qui continuent à prôner le port du voile intégral dans l’espace public défient les institutions. L’islam de France doit être plus fort. Aujourd’hui il y a trop d’espace pour ceux qui le contestent, mais contestent aussi la République. »

… ce qui se traduit par « Des gens font des choses interdites et contestent la République. Je ne suis pas content. » ; on avouera qu’une fois sortie de sa gangue de novlangue politicienne, l’appel à une action, quoi qu’elle puisse être, est ici si diaphane qu’on n’en voit pas le début d’une. Impression de gros brassage d’air chaud d’ailleurs confirmée par la suite lorsqu’il déclare :

« Après les oppositions permanentes entre les Français, après les amalgames ou encore après l’affrontement entre la police et la justice, il faut tout reprendre. »

Reprendre où ? Comment ? Pourquoi ? Avec qui ? Dans quel contexte ? Questions palpitantes que nos folliculaires se seront empressés de ne pas poser, sachant probablement que les réponses seraient aussi vides que le reste. À l’évidence, de la même façon que ces mêmes médias construisirent en Sarkozy un volontaire déterminé, alors qu’il ne fut qu’une girouette ébouriffante de moulinets oratoires impuissants et creux, de la même façon que les médias firent et défirent l’opinion du peuple vis-à-vis du précédent président, tout indique qu’ils nous rejouent la même partition usée pour le petit Manuel : lentement mais sûrement, ils nous brossent avec l’actuel ministre de l’Intérieur le portrait d’un homme à poigne, d’un type qui, s’il sait manier un peu mieux la discussion et le consensus qu’un Sarkozy décidément trop rentre dedans, n’en demeure pas moins audacieux et décidé. En gros, avec Valls, ça va swinguer.

Et voilà donc que les articles s’enchaînent pour nous présenter un Manuel de combat qui « enclenche la seconde » — ce qui est d’autant plus facile qu’il suffit de laisser remonter à la surface l’une ou l’autre crapulerie, ignominie banale ou déroute sociale habituelle dans ce pays pour qu’immédiatement le ministre puisse se mettre en scène. Mieux encore, on aura tôt fait, toujours dans les mêmes médias, de rapporter les propos critiques (forcément et férocement critiques) de l’opposition, de préférence portés par n’importe quelle gourdasse fade, pour le présenter, par contraste, comme une solution crédible aux problèmes de sécurité et d’autorité français. Pour une NKM dont seule la campagne parisienne justifie encore qu’on puisse vaguement parler d’elle, surtout dans ces mois d’été, pas de doute :

« Le problème, c’est que Manuel Valls, il parle beaucoup, beaucoup. »

nkm tance valls

Oui, c’est exact, il fait finalement la même chose qu’elle : parler, parler beaucoup. Et comme les journaux se font un devoir de nous rapporter les petits couinements, les gros borborygmes et les vagissements inutiles de ces politiciens, la politique française n’est plus qu’une étable bruyante remplie de ces mugissements bêtes d’animaux de foire au vocabulaire de plus en plus étroit. NKM, ministre sous Sarkozy, parfait inutile d’un quinquennat perdu, reproche le manque d’action de Valls, ministre remuant d’un président incompétent, perdu et mollasson dont la plus belle occupation semble être de regarder les trains (de la SNCF et de l’économie) dérailler en broutant l’herbe verte d’un château élyséen sagement assoupi.

Pire : lorsqu’il s’exprime sur autre chose que les petits tracas sécuritaires français, c’est pour sortir les mêmes appels à vengeance judiciaire contre les impétrants qui pensent mal, qui utilisent leur liberté d’expression pour être trop libres, et pour ajouter au bruit ambiant ses propres rodomontades de pandore de location.

Finalement, Valls est un socialiste comme les autres : il en a les mêmes réflexions, les mêmes tics. Il a la même foi chevillée au corps que l’action politique, essentiellement celle de ses muscles buccaux, pourra résoudre des problèmes qui ont tout à voir avec cette foi si mal placée. Il a les mêmes penchants pour le vide bruyant, l’inaction énergique finement médiatisée, qu’un précédent essai dont les résultats, parfaitement nuls, donnent déjà une excellente estimation de ce que vaut l’actuel ministre de l’intérieur : rien.

valls  : bousculade

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires109

  1. Higgins

    Je crois sincèrement que notre impétrant deviendra à plus ou moins brève échéance chef de l’état. Ce n’est pas ce que je souhaite mai je suis frappé de voir comment il se met et surtout il est mis progressivement sur orbite dans cette perspective. Il est relativement jeune, il a une tête sympa, il sait flatter le bon peuple comme tu le démontres dans ton article, il possède une grande ambition qu’il sait habilement dissimuler, il est membre affiché d’une obédience puissante sous Mimolette 1er et, jusqu’à présent, son parcours est plutôt un sans-faute, l’opinion ayant, grâce en partie à nos journaleux patentés, une absence de mémoire et d’esprit critique stupéfiante. En clair, il fait sérieux par rapport à beaucoup d’autres (c’est un des rares socialistes qui donne l’impression d’être un tant soi peu crédible) et surtout, il n’y a personne en face de lui. Je le verrai bien faire un passage à Bercy avant Matignon pour prendre l’exact mesure du malaise. A voir pour la prochaine présidentielle ou la suivante.

    1. vengeusemasquée

      Je suis sincèrement d’accord avec toi. Il en faut peu aux Français, surtout vu le niveau actuel, et il donne l’illusion de la fermeté et de l’expertise, un peu comme Sarko avant d’être élu, en réalité. De surcroît, il est plutôt beau gosse, ce qui ne gâche rien, et à ma connaissance, il n’est pas trop trop mouillé dans des scandales exceptionnellement dégueulasses – quelques marchés publics accordés n’importe comment, un brin de népotisme dans l’attribution des postes et une efficace protection maçonnique, rien que de très classique.
      Non vraiment, il a tout pour réussir dans les sables mouvants de la politique française, dans lesquels il finira de toute façon par être enseveli puis remplacé par un clone quelconque.
      Bon, pas très enthousiasmant tout ça.

      1. Higgins

        J’ajouterai que lorsque je parle de la manière dont il est placé sur orbite, j’ai la nette impression de d’être face à une manœuvre d’ensemble savamment conduite, l’idée étant de bien faire rentrer dans les neurones du bon peuple l’évidence que Manuel Valls représente. Cela dépasse, et de loin, la simple mais si importante et si influente obédience à laquelle il appartient. La lecture de « Propaganda » d’Edward Bernays y est sans doute pour quelque chose (http://fr.wikipedia.org/wiki/Edward_Bernays)

          1. Nyamba

            Vous êtes vache : vous omettez tous (sciemment?) sa fossette au menton (qu’il a volontaire, par ailleurs). Il poserait bien de profil sur du papier-monnaie.

          2. Romain

            Vieille blague que les belges faisaient sur nous:
            « Pourquoi les femmes françaises ont de tous petits seins avec de gros tétons? »
            « Parce que les français ont une grande bouche et de toutes petites mains ».
            Et ça n’a pas changé.

    2. bobo13000

      Cher Higgins,

      Merci pour votre analyse.

      J’ai quelque raison d’espérer que votre triste prophétie n’arrivera pas.

      Certes il est beau gosse, il fait un parcours sans faute (médiatico-politique s’entend!) en se plaçant consciencieusement sur orbite tout en n’en ayant surtout pas l’air, il a l’air d’un dur mais qui n’aurait pas oublié la justice sociale : le gendre idéal que la république attend en somme.

      Mais je veux croire que les français ne seront pas dupes de son inaction en matière de sécurité ; ils se souviendront également que les opposants au mariage pour tous ont été autrement plus maltraités que les casseurs du Trocadero.
      Ils ont eu aussi l’expérience de Sarkozy dont ils n’ont jamais vu le karcher en action. Ils ne croient plus désormais à la fermeté dans les paroles.

      Une attitude juste arrogante sans rien derrière ne leur fera pas croire que c’est un personnage fort et crédible.

      L’insécurité n’est pas vécue par les hommes politiques de cet accabit, ils ne la mesurent pas et ne mesurent donc pas le peu de crédit qu’ils génèrent.

      Les sondages sont complaisants (voire truqués?), la réalité elle ne ment pas et finit par se rappeler à celui qui veut l’ignorer.

    3. Yves

      Le vrai chef Alain Bauer est dans l’ombre … les politiques (Sarkozy, Valls) ne sont que des girouettes, c’est leur seule fonction, leur seule compétence, faire du vent ou se mettre dans le sens du vent. Ce pays est foutu.

  2. Le Gnôme

    « Le père s’habitue à devoir traiter son fils d’égal à égal et à craindre ses enfants, le fils s’égale à son père, n’a plus honte de rien et ne craint plus ses parents, parce qu’il veut être libre ; le métèque s’égale au citoyen et le citoyen au métèque, et la même chose pour l’étranger.
    À tout cela s’ajoutent encore ces petits inconvénients : le professeur, dans un tel cas, craint ses élèves et les flatte, les élèves n’ont cure de leurs professeurs, pas plus que de tous ceux qui s’occupent d’eux ; et, pour tout dire, les jeunes imitent les anciens et s’opposent violemment à eux en paroles et en actes, tandis que les anciens, s’abaissant au niveau des jeunes, se gavent de bouffoneries et de plaisanteries, imitant les jeunes pour ne pas paraître désagréables et despotiques.  » Platon, La République.

    Rappelons, pour ne pas se faire incendier par des trolls en goguette, que le métèque désigne dans la Grèce antique une personne qui habite une cité dont il n’est pas originaire.

  3. Karamba!

    Valls est payé pour faire diversion et dégager le terrain pour que Taubira impose le dogme socialiste sans trop se mettre la droite à dos. Mais la situation en France est tellement catastrophique que même avec une permissivité évidente à l’adresse des minorités encartées, même en niant toute idée d’autorité avec comme résultat un nombre record de policiers se faisant malmener, les prisons françaises restent pleines et explosent carrément leurs statistiques d’occupation. On aimerait avoir les statistiques de la délinquance actuellement pour remettre le petit toréador à sa place…

  4. Aristarque

    Il finira bien par nous faire une tendinite à la mâchoire tellement il serre les dents d’ exaspération feinte quand les caméras sont dans les parages. Les malfrats en sont-ils tout impressionnés par cette mâle attitude? Que nenni! Cela défouraille à la kalach à qui mieux mieux, les cambriolages augmentent comme jamais, etc… Mais les automobilistes, éternels délinquants de crimes sans victimes, sont bien surveillés et gardés et bordés sur les routes de France…
    Il faut qu’on voit un minimum à quoi nos impôts servent…

    1. Pascale

      Il vaut bien MoiPrésident qui serre les lèvres et fronce les sourcils pour faire croire que c’est un dur et qu’il ne s’en laissera pas compter (par Merkel ?)

  5. duff

    Comme je l’ai déjà écrit une fois, que Valls trouve grâce auprès de tant de français (enfin parmi les « sondés »…) voilà qui prouve qu’ils ne se font plus la moindre illusion sur les qualités et compétences du N+1 et du N+2!

  6. BA

    Vendredi 2 août 2013 :

    Pour les Français, la situation s’aggrave.

    Sept français sur dix estiment que la situation économique s’aggrave, selon l’opinion exprimée dans un sondage CSA (pour l’Institut Montaigne et Les Echos) qui tranche avec l’optimisme affichée par François Hollande.

    70% des Français ont « personnellement le sentiment que la situation économique en France est plutôt en train de s’aggraver », tandis que 25% considère qu’elle est « plutôt stable », et seulement 4% qu’elle est « plutôt en train de s’améliorer ».

    CSA note que le pessimisme « est assez homogène dans la population au regard des catégories d’âge ou de profession », même si l’on constate tout de même une plus grande inquiétude chez les ouvriers et employés (76% voient une dégradation, au lieu de 62% chez les Cadres supérieurs) et les femmes (75%, au lieu de 66% chez les hommes).

    « L’écart reste grand entre le pessimisme des Français vis-à-vis de la situation économique, s’exprimant nettement depuis le début du quinquennat de François Hollande, et l’optimisme affiché par celui-ci concernant le retour de la croissance et l’inversion de la courbe du chômage », analyse l’institut de sondage sur son site.

    « L’impopularité actuelle du chef de l’État se nourrit probablement en grande partie de cette distorsion »

    La devise de François Hollande :

    1. duff

      Vous plaisantez? Où avez-vous déniché le moindre indicateur prouvant que l’action de Valls se traduit concrètement sur l’évolution de la délinquance ? Que cache selon vous les ZSP ? Une formule magique de poudre aux yeux ou un vrai déploiement de forces de polices/douanes coordonnées et dotées de moyens renforcés pour éradiquer les mafias locales? J’ai une petite idée sur la question, c’est le même principe que les ZEP : On crée une « zone kipu » et 10 ans après bin rien n’a changé et c’est même de pire en pire.

      1. Serge Cheminade

        Non je ne plaisante pas. Réduire la vraie délinquance est-ce le but de Valls? Les prisons n’ont jamais était aussi pleine cela ne devrait-il pas interroger? Les délinquances fiscales, du travail au noir, du refus d’obéissance aux lois liberticides (niqab…)… sont-elles vraiment des délinquances pour nous? et pour lui?

        1. Jean

          On se fiche bien que les prisons soient pleines, ce n est pas une preuve d efficacité. La preuve serait la baisse de la délinquance et c’est le contraire.

          Faites des stat, ca vous fera du bien

        2. Aristarque

          Les prisons débordent non pas à cause d’ une sévérité pénale exacerbée mais tout bonnement par manque de places pour y loger tous les « locataires ». Cfr le nombre de peines de prison de moins de deux ans, sauf militants anti-mariage inverti, qui ne sont pas exécutées pour cette cause.

        3. parisien9999

          En France les prisons sont pleines malgré le laxisme judiciaire (non application des peines de prison de moins de 2 ans, sauf quand on participe à la Manif pour tous…) tout simplement parce que la France :
          – a un nombre de place de prisons très faible comparé à sa population
          – a une forte délinquance

    2. Jeanpierre

      J’ai lu ton texte. Je n’ai pas été convaincu par ton propos. En effet, je ne considère pas l’autorités d’influence et absolu comme tu les décrit comme antagonistes. Il me semble qu’on peut décrire l’autorité comme une influence du supérieur vers l’inférieur au sein d’une hiérarchie. Précision : la hiérarchie telle que je l’entends découle d’une supériorité, quelqu’elle soit : morale (professeur, « vieux sage »), administrative, caractérielle (« autorité » naturelle), circonstancielle (connaissance du terrain). Ensuite viennent les modalités d’exercice de cette autorité : elle peut être directive ou souple et d’incitation. Directive : ordre avec description détaillée de l’application. Souple : ordre et l’application ad libitum. Incitation : pas d’ordre mais une incitation. Ces différentes méthodes s’appliquent en fonction des circonstances et les opposer est une erreur. Ce sont des outils. Et aucun terrassier n’a jamais opposé une pelle à une pioche et ce sont tous les deux des outils de terrassement. Je pense qu’opposer autorité absolue et autorité d’influence, c’est mettre la pelle et la pioche en contradiction.
      Après, ces méthodes d’exercice de l’autorité sont très importantes à cerner. Mais c’est un autre sujet.

    3. libercité

      Faire son argumentaire sur des sondages montre une certaine mauvaise foi, à tout le moins une naïveté certaine. Qui croît Hollande et Valls croît aussi Cahuzac.

  7. Serge Cheminade

    Cela fait de la publicité pour les avions que la France a du mal à vendre. 😉 (J’ai vu trop tard que j’avais oublié de mettre le verbe au pluriel). Ceci dit, l’efficacité se mesure par rapport aux objectifs.

    MACON : 3 voleurs relaxés, parce que courir en sortant d’un magasin n’est pas un délit
    http://www.creusot-infos.com/article.php?sid=47637

    Le cambrioleur professionnel relaxé
    http://www.lunion.presse.fr/region/le-cambrioleur-professionnel-relaxe-ia18b0n36501

  8. Pere Collateur

    Pffff. Consacrer un article à ce bonhomme, c’est trop d’honneur que vous lui faites.

    Evidemment qu’il fait du vent. Que voulez vous qu’il fasse d’autre?
    Ce pays est bourré de caisses de dynamites et des fous furieux se baladent partout avec des allumettes.
    Tout type en charge de l’intérieur dans ce pays ne peux que marcher sur des oeufs en espérant qu’aucune caisse ne pète pendant son mandat. Et après lui, les mouches!
    On aurait mis une chèvre à sa place, qu’elle froncerait les sourcils pareil.

    Tiens c’est une idée ca. Une chèvre. Ca coute moins cher qu’un ministre ca non? Et en plus ca produit du lait… Il produit quoi Valls déjà?

    1. Pascale

      Bah, on a eu des article sur Najat, Bufflot et Peillon. Et ça a été l’occasion à chaque fois d’une franche rigolade comme pour cet article. Autant en profiter pour rire un bon coup.

      1. Stephane

        C’ est vrai, dans cette étable, c’ est le Valls qui rit!
        Maintenant, quand je le vois dans les médias, je devine à sa tronche de minustre très sérieux qu’ il serre vachement les fesses. Je pense qu’ il a la pétoche, il sait à quel point la France ressemble à une cocotte minute.

        1. eheime

          Ca se trouve, meme pas. Il ne frequente pas la meme France que toi. La sienne est faite de salon dorés et s’étend aux seuls premiers arrondissements de Paris et à quelques chiffres sur des feuilles de papiers.

          1. fangshuo

            Duff, votre vidéo est tout simplement incroyable..
            Enfin, « incroyable » pour quelqu’un qui vit à l’étranger.

            Je suppose que ce genre d’images ne passe pas au 20h. ça pourtant ce serait du journalisme !

          2. Duff

            En France on a multiplié les chaînes TV grâce à la TNT. Alors il faut meubler, par de la télé-réalité pour cerveaux débranchés, des séries US pour des cerveaux chétifs, pour les autres, il y a de tout et en particulier des reportages recalés par TF1 et M6 (propriétaires de ces « petites » chaînes).

            C’est toujours pareil, cet exemple je l’ai trouvé complètement au hasard mais c’est fidèle à ce qu’on voit le samedi vers 14h. Je pourrais aussi vous raconter le cas de l’immeuble avec les ascenseurs condamnés et les cages d’escalier barrées avec des caddies pour retarder les mouvements de police, les gamins de 10 à 14 ans payés pour faire le guet que la police appelle des « sonnettes » etc.

            Si un gouvernement veut vraiment reprendre le contrôle de ces quartiers et non pas acheter la paix sociale en fermant les yeux sur les trafics comme Manuel Balls, bien sûr qu’il faudra envoyer l’armée. Et ce sera pas beau à voir.

          3. Aristarque

            Mais non! Figurez-vous que M. Valls habite dans le 11me, rue de la Roquette, à deux pas de la Bastoche… Elle est devenue très refrequentable comme rue! Plus un clodo à l’ horizon depuis que Mme aurait été importunée par l’ un d’ entre eux dans sa supérette préférée… Le mystère des plus égaux que les autres a encore frappé…

          4. Duff

            Malheureusement en socialie active et au torse bombé une injustice en chasse une autre, un ami vivant dans la rue de la roquette m’a confié que chaque mois, il y a un cadavre retrouvé le dimanche matin, un clodo ou un étudiant ayant poussé trop loin le concept de fête parisienne bobo avec un grammage alcoolique fatal.

            Sans stats ni vécu, mais en ayant passé plusieurs jours dans le barrio alto de Lisbonne, je me pose quelques questions. A Lisbonne où il n’est plus possible curieusement de payer autrement qu’en cash, où la drogue vous est proposée avec une décontraction frisant l’insistance, le litre de mojito (bien chargé en alcool) vous revient à euros. Même à 5h du matin durant 4 jours de juillet je n’ai pas vu d’hommes en perdition manifeste.

            Je n’en tire aucune conclusion sociologique précisément parce que je me demande comment à Paris où les prix sont exorbitants on arrive à des situations possiblement pire qu’à Lisbonne.

            ça mériterait un reportage d’enquête exclusive avec Bernard de la Villelumière.

            (Les amateurs de « Hors Jeu » comprendront)…

          5. Duff

            oups j’ai oublié le chiffre qui dit tout! 5 euros le litre de Mojito. Véridic. ça prend la forme d’un saut, vous en prenez un vous avez déjà un pied dans le lit. 2 en moins d’une heure, vous êtes mort.

  9. Pascale

    Durant les primaires socialistes le bonhomme m’avait pourtant agréablement étonnée en faisant une réflexion un chouillat libérale lors d’un débat qui rassemblait tous les colistiers. A l’époque je m’étais fait la remarque qu’il était le seul, droite et gauche confondues, à lancer une idée qui sortait des chemins battus de l’étatisme effréné.
    Aujourd’hui, il semble bien rentré dans le rang du politocard conventionnel.

  10. Peste et coryza

    Les publics criminogènes et les solutions pour y remédier sont connues de longue date, « quand même ! »
    Certifié par deux moustachus et un chauve bridé.

    Valls est juste un communiquant, et un type qui doit tout au réseau qu’il ne faut pas nommer.
    Un coup de menton, et il fait croire que tout va bien.
    Pendant ce temps, la gendarmerie n’a plus de quoi entretenir ses bagnoles…
    (note pour les anti PV : les BRI sont dissoutes : plus de pognon)
    Les flics ne demandent qu’à aller au charbon, pour peu qu’on leur lâche la bride…

  11. ironbooboo

    Valls n’est pas le plus irritant.
    Si on ne fait pas dans le socialist bashing de base on peut au moins lui reconnaitre la vertu de ne pas instrumentaliser tous les clivages possibles comme ses prédécesseurs.
    C’est même une sacré qualité si on prend en compte le fait qu’un politicien ne vit que des tensions sociales qu’il prétend apaiser.

    Après il lui reste tous les autres défauts des petits potes de sa caste.
    Se prenant pour l’élite ils sont bien incapable de reconnaitre une incompétence dans quelque domaine que ce soit, tout comme ils sont incapable de réduire leurs prébendes, leurs domaines d’interventions ou de remettre en question la pertinence de leurs actions.

    Vous voudriez qu’il fasse quoi Valls ?
    Même en admettant qu’il ait un minimum conscience des réalités, il a Taubira derrière qui a bien l’air de vouloir vider les prisons, qui sont pleines de toute façon. Ils se reposent sur des administrations foutraques et indolentes. Et finalement c’est peut-être aussi bien vu comment la justice est appliquée …

    1. « Vous voudriez qu’il fasse quoi Valls ? »
      Oh, moi, je m’en fous complètement.
      Je note simplement qu’il ne fait rien mais que la presse le gratifie d’une prestance et d’une qualité d’action qui ne sont pas corroborés par des faits.
      Or, on a déjà connu ça. Et on a vu le résultat.

      1. ironbooboo

        « Oh, moi, je m’en fous complètement. »

        Vous avez le profil pour devenir ministre =D.

        Blague à part, je ne pense pas que quiconque ferait mieux à sa place. On lui donne beaucoup d’importance mais il est coincé entre le cadre législatif que définissent nos chers députés, l’action du ministère de la justice et les limites des forces de l’ordre.
        Il n’a pas le pouvoir de mener une action qui puisse être ressentie au niveau de la population, il peut faire yoyoter les chiffres d’un pourcent ou deux, mais ce sera tout. L’essentiel de son rôle c’est de donner un visage idéologique à l’action policière, et à ce niveau là je suis plutôt satisfait de son travail.
        Il arrive à nous épargner une partie des habituelles conneries démagos de son parti, c’est déjà mieux que ce que beaucoup ont fait à sa place.

        1. Mais peu importe, ce n’est pas le sujet. Ici, il s’agit de montrer qu’il ne vaut quand même rien comme futur président ou premier minustre.

        2. yp

          Il n’a surtout pas l’envie de mener quelque bataille que ce soit contre ses électeurs potentiels ; il a, par exemple, très bien su faire gazer de dangereux terroristes armés de poussettes.

          Cette sous-m*rde est un traître encore pire que les autres, mis à part (peut être) Taubira… Et encore – cette dernière, au moins, n’avance pas masquée.

          1. Peste et coryza

            Rappelons que Manu le chimique :
            – n’est pas un français : il a été naturalisé.
            – il revendique à fond « catalan + Israël quand même »
            – licence d’histoire, mais diplôme de conseiller en communication : en sent l’esbroufe…
            – carriériste à fond : il entre en politique à 17 ans…
            – et de bons amis : Mitterrand, Bauer, etc… Valls doit tout à son réseau.

            Le gus à 51 ans : 51-17= 34 ans payé par les contribuables à brasser du vent.
            Sans son réseau, et s’il était de la génération Y, Valls aurait fini comme la plupart des licenciés d’histoire aujourd’hui : caissier chez Auchan, archiviste ou prof au mieux.

      1. ironbooboo

        @ Philippe :

        Bon, puisque mes propos ont l’air d’un tantinet vous émoustiller je vais bien préciser que je ne défends pas le ministre. La critique est juste, je trouve simplement l’article plus corrosif que mérité.

        En ce qui concerne l’affaire Méric je ne peux que vous concéder que Valls à eu tort de travestir la réalité, cependant j’arrive à comprendre sa prise de parti.

        Sans vouloir légitimer l’existence de groupuscules violents, je remarque qu’on a d’un côté des humanistes et de l’autre des suprématistes blancs.
        Ce n’est qu’un avis personnel, mais je pense qu’on peut excuser la bêtise des premiers et la mettre au compte des errements de jeunesse alors que les seconds m’apparaissent odieux.

        En l’occurrence c’est le crétin qui meurt alors que c’est lui l’agresseur et on plaindrait presque ce pauvre nazi pacifique.

        Et bien à la place de Valls je ne sais pas si j’aurais résisté à l’envie de camoufler un peu les faits pour éviter une « bonne » pub à des dégénérés.

        PS: je vous avouerai qu’en écrivant mon premier commentaire j’avais plutôt en tête les arrestations d’intégristes religieux du début de quinquennat qui ont, d’après les échos que j’ai pu avoir dans mon entourage, été bien accueillies par les musulmans eux même.

        1. D’un côté les suprémacistes, de l’autre les humanistes ? C’est une blague, de l’ironie ? Ou du foutage de gueule naïf…

          1. Duff

            On a d’un côté des abrutis et de l’autres des abrutis. Conclusion de l’histoire, un abruti est mort. C’est triste mais il n’y a pas de gentils et de méchants dans cette affaire, que des abrutis. Point.

          2. hussardbleu

            Petit point d’Histoire :

            Je viens de lire le livre de Assi (Hans) Hahn, Flammarion 1953, titre français “Du ciel aux enfers” pour “Ich spreche die Wahrheit » dans le texte… ce Major de la Luftwaffe, Ritterkreuz de 29 ans avec 106 victoires dont 63 contre des Spitfires, fut abattu début 1943 sur le front russe.

            Il raconte sa captivité, et point de la tartelette ne fut-ce… mais ce qui est intéressant – par delà l’aspect historique de sa captivité sur lequel je n’avais naturellement pas d’illuses, Tambow est bien connu – c’est la mention (page 41) des « Anti-Fa » de l’Ecole Anti-Fa de Krasny-Gorsk…. Pure création NKVD : je me demande si les jeunes gauchos à la Méric – ce haineux roquet provocateur, amateur de traîtreuses attaques – sont conscients de ce que leur « enseigne » est copyright de ces Stals qu’ils font profession de détester ?

            The murderous self-righteousness of the loony Left…

          3. ironbooboo

            Je caricature à peine.
            Vous voudriez les politiser outre mesure alors que ça reste un ramassis de jeunes idiots sans autres idées que « le racisme c’est pas bien ».

            J’en arrive à la même conclusion que Duff, mis à part que j’aurais tendance à trouver la mort du crétin bisou-compatible plus cruelle que celle du crétin d’extrême droite. Ça n’engage que moi.

            1. Vous ne caricaturez pas « à peine », vous tombez complètement dans l’angélisme naïf.
              Renseignez-vous sur ce que font les amis de Méric à leurs heures perdues, et pointez les différences factuelles avec les nazillons de l’autre bord, pour rire.

              C’est exactement la même soupe. Des fachos emmerdent des fachos. Des fachos répondent. Un facho meurt. Il n’y a guère à épiloguer, et encore moins à trouver de pathétiques excuses pour un des groupes parce qu’il prétend être « humaniste » (lol x 1.0E8), excuses qui ne ravissent que les idiots utiles.

          4. Duff

            @ironbooboo

            Franchement expliquez-nous en quoi on peut – et je ne dis pas on doit comme les médias nous l’imposent – établir un distinguo entre ces extrémismes?

            Les gens qui dissertent pour expliquer que le stalinisme était moins pire que le nazisme m’ont toujours fait rire, sur tweeter Gérard Filoche a autant de followers libéraux que de cocos pour cette raison : Il n’y a pas de hiérarchie dans l’horreur totalitaire et donc les propos de gégé font rire – ou pleurer c’est selon – d’où le marquage à la culotte.

            Je trouve que c’est d’une paresse intellectuelle inouïe que de croire qu’il y avait un camp du bien ou humaniste comme un internaute imprudent à pu dire, ou quoi que ce soit d’un peu positif du côté des antifas.

          5. ironbooboo

            @ Duff :

            Parce qu’encore une fois vous leur prêtez des idées politiques qu’ils sont loin d’avoir. Qu’on me montre un antifa qui chanterait l’internationale comme un skin ferait le salut nazi et je change d’avis.

            1. Vous parlez idées, patati, patata. Moi, je vous parle d’actions, de faits, de ce qu’ils font, concrètement.

              En gros, ils peuvent bien tabasser des gens qui sont opposés à leurs idées, comme ils ont bon fond ou des idées humanistes, banco, ça roule ?
              Détestable attitude.

          6. Peste et coryza

            Quelle belle affaire :
            – Meric, FDS, fils de profs, en vrai rebelle et antispeciste (je ne savais pas que l’on pouvait avoir le crane vide, décrocher un bac S mention TB, et faire science po) fréquente la CNT, les antifas et autres clubs étudiants de gauche, attaque la bête immonde, alias…
            – Esteban Morillo, fils d’artisan, descendant d’immigrés espagnols, vigile.

  12. Hussardbleu

    Cela fait plusieurs fois que je rencontre ici un mot qui semble revenir à la mode, bien que solécisé :

    IMPÉTRANT, -ANTE, subst.
    DR. Celui (celle) qui a obtenu de l’autorité compétente ce qu’il (elle) avait sollicité (charge, titre, privilège). Il adressa au pape une supplique pro apostasia (…) le pape lui octroya gratis (…) la composition des bulles d’absolution. Il n’en coûta à l’impétrant que l’expédition (A. FRANCE, Rabelais, 1909, p. 108). Une fois l’impétrante relevée et embrassée par la princesse, celle-ci se rasseyait, se remettait à sa patience (PROUST, Guermantes 2, 1921, p. 455).
    En partic. Celui (celle) qui a obtenu un diplôme universitaire. Un certificat constatant que l’impétrant est digne, par sa moralité, de se livrer à l’enseignement (Recueil textes hist., 1833, p. 205). Les certificats d’aptitude relatifs au second examen, signés par le doyen, sont transmis au recteur de l’académie, qui, par délégation du ministre de l’Éducation Nationale, les ratifie et les délivre aux impétrants (Encyclop. éduc., 1960, p. 213).
    P. plaisant. Ledit autobus était complet, plus que complet même, oserai-je dire, car le receveur avait pris en surcharge plusieurs impétrants (QUENEAU, Exerc. style, 1947, p. 43).

    Merci l’ATILF…

    Ceci dit, et sur le fond, notre petit Valls – étrange hybride helvético-catalan – malgré sa « popularité » qui ne tient qu’à des attitudes où le storytelling biaisé a autant d’importance que l’artificiel médiatique surjoué, va connaître le sort de ces ministres de l’Intérieur d’un passé récent, dont la cote d’amour s’effondre dès que Pecus a pris la mesure de l’imposture : comme le disait Lincoln « Vous pouvez tromper quelques personnes tout le temps. Vous pouvez tromper tout le monde un certain temps. Mais vous ne pouvez tromper tout le monde tout le temps. »

    On verra vite que petit Manuel est tout nu, et que la tétanie des mâchoires qui le guette est sans profit … Il faut vraiment avoir d’épaisses oeillères idéologiques pour le créditer d’une quelconque réussite dans son ministère : il ne suffit pas de se prendre pour Fouché…

    1. Pascale

      Je ne crois pas que les électeurs s’apercevront un jour que Valls est tout nu. Ils ne se sont pas rendu compte que MoiPrésident n’était qu’un capitaine de pédalo et pourtant, même ceux de son bord le savaient et le disaient depuis belle lurette …

    2. Aristarque

      Ou Clémenceau! Mais si, celui qui combattait vigoureusement les socialistes de son époque en disant qu’il reconnaissait un discours de Jaurès rien qu’ au fait que tous les verbes y étaient conjugués au futur…
      Drôle de modèle de référence pour un adepte proclamé du socialisme, ce qu’il n’ est peut-être que pour arriver à l’ Olympe français…

  13. johnny_rotten

    Selon un nouveau sondage, les analyses optimistes de Caramel-Mou 1er sont rejetés par 70% des français qui estiment qu’il y a aggravation de la situation économique.
    Il n’y a qu’un très faible pourcentage d’imbéciles (ou d’apparatchiks du PS) qui sont de son avis et voient la sortie de crise.

    Ce cap des 70% franchi, cela devrait marquer un tournant social important. Le mensonge ne peut plus durer, en tout cas, pas pendant encore presque 4 années.

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/08/02/20002-20130802ARTFIG00298-pour-les-francais-la-situation-economique-s-aggrave.php

  14. Philippe

    Quel crédit accorder aux sondages ? Quel français y croit encore ? Cela me rappelle les « personnalités préférées des français » !!

    Ce ministre est l’illustration même de la pusillanimité. Gonflé artificiellement par les réseaux, il me rappelle furieusement notre ancien président de la république. Il ne fera jamais rien. Je crois que dans certaines régions de France, on dirait de lui « grand diseux mais petit faiseux ». Certes à côté des pitres de ce gouvernement, il apparait comme une pépite. Mais avouons que n’importe quel morceau de strass à l’apparence du diamant mélangé à cette médiocrité.

    1. Duff

      Vous comprenez mieux maintenant pourquoi dans le fameux top 50 des soit-disant personnalités préférées des français, on retrouve chaque année sur le podium des évadés fiscaux notoires qui de temps en temps passent sur les plateaux TV pour nous donner des leçons de morale et de bons contribuables. Je crois que n’exagère même pas.

  15. Duff

    Au fait ce soir, je viens de recevoir « Egalité Taxes Bisous ». Alors que ce sera un cadeau, je n’ai pas résisté à commencer à le lire. Franche rigolade quand on a franchi le seuil de douleur sur la décrépitude galopante de la France et surtout quand on en a bien saisi les causes dont les forces ne sont contrées par rien ou personne (ou presque).

    Service impeccable des Belles Lettres et de Amazon. Aux amateurs du « c’était mieux avant », repensez-y.

  16. vegeta

    La manière forte ! Le préfet de l’Hérault Pierre Bousquet de Florian a adressé une lettre aux treize maires des communes du littoral du département pour leur demander de verbaliser les vacanciers en infraction qui ne respecteraient pas le drapeau rouge.

    La semaine dernière, des surfeurs avaient écopé d’amendes de 35 euros pour avoir surfé malgré l’interdiction sur une plage de Valras (Hérault).

    http://www.leparisien.fr/montpellier-34000/herault-des-amendes-pour-les-baigneurs-qui-defient-le-drapeau-rouge-02-08-2013-3026253.php

    nouvelle taxe sur la baignade elle est pas belle la France pour oser mettre les pieds dans l’eau il faut payer maintenant

    1. Duff

      Quand on s’appelle Bousquet, on est facilement enclin à appliquer les directives de tout occupant qu’il fusse intellectuel ou physique…

    2. channy

      Bof , bientot une amende pour ceux qui skient hors pistes et au moindre pepin comme une petite entorse demandent l evacuation en helico au frais de la collectivite parce que apres tout j y ai droit…non?
      La solution radicale c est de faire payer le cout du sauvetage …
      Bref ces amendes ne dissuaderont personne

      1. Pascale

        Ou bien que ces gens souscrivent librement à une assurance qui les protègent individuellement pour les risques qu’ils prennent individuellement.

        1. harrisburg

          @Pascale
          Quand tu suggéres que ces gens souscrivent librement une assurance individuelle sauvetage, tu imagine que ce sont des responsabilisés. Or ce sont pour la plupart des irresponsables notoires.
          Sais-tu, toi qui, ( je suppose) , est contre le système actuel d’assurance maladie obligatoire par la sécu , qu’un nouveau système non obligatoire et volontaire d’assurance maladie privée verrait environ 30% d’individus – surtout, dans la tranche 20-35 ans- qui ne s’assureraient pas.

          1. Et donc ? Des gens qui ne s’assurent pas, ça existe, ce n’est pas un malheur. Enfin, c’en est un s’ils ont une tuile ensuite, mais après tout, c’est justement tout le sens de la responsabilité, non ?

          2. harrisburg

            La réponse d’H16 n’est pas satisfaisante sur le plan sociétal.
            Cette question, de la non-assurance maladie, qui créerait un déséquilibre, est d’ailleurs l’argumentaire principal des opposants à la fin du monopole et de ceux qui ont mis en place la CMU.
            On ne peut, en aucun cas, poursuivre le débat sur la fin du monopole en occultant le problème des gens (et même parmi eux, beaucoup, qui ont des revenus normaux) qui ne voudront plus s’assurer.
            Il s’agit là d’un problème majeur que les libéraux refusent d’aborder.

          3. Duff

            @harrisburg

            perso je serais favorable à un compromis mixte. Après tout on vit bien dans une économie mixte et très peu de monde est favorable à un système anarcho-capitaliste, il faut un peu d’état. Qu’une forme de solidarité qui prélèverait à tous un petit peu pour que ceux qui n’auraient pas accès à une assurance privée ne me dérangerait pas. Cette solution exigerait un contrôle sérieux et surtout d’éviter les abus et les tentatives politiciennes d’étendre le système. ça me semble tout de même mieux qu’un système 100% communiste sans contrôle des gaspillages ou presque.

          4. Tyrion

            @harrisbourg: pourquoi ne pas laisser ces individus qui refusent de s assurer tranquille? C est leur choix et il faut le respecter. Tout le monde n est pas tétanisé par les risques multiples inhérents à la vie, qui se termine d ailleurs dans 100% des cas par la mort…

          5. Peste et coryza

            @H16

            A mon avis, vous oubliez quelque chose de très important.

            Intelligence, sens des responsabilités, séduction, etc… ne sont pas équitablement répartis dans la population.
            Toutes suivent des distributions gaussiennes.

            Prenons le sens des responsabilités : on a 10% de gens très responsables, 40% de responsables, 40% de peu responsables et 10% d’irresponsables.
            Pareil pour l’intelligence : 10% de très intelligents, 40% d’un peu intelligents, 40% de cons pas trop cons, et 10% de très cons.

            Allez mixez avec ces deux critères (intelligence, responsabilité), et voyez si vous pouvez avoir une majorité des gens intelligents et responsables (d’après ce que j’ai compris, c’est indispensable pour construire un système libéral, car les gens doivent savoir s’autogérer : des cons responsables ou des intelligents irresponsables, ça ne marche pas).
            Lorsque vous parlez de libéralisme, vous devez penser que vous vous adresser à cette distribution de population.

            En socialie, ça ne sert à rien de parler au gens intelligents et responsables : ils sont trop peu nombreux…

            Rappel d’un expert sur le sujet :
            http://www.youtube.com/watch?v=t55CC7U82nc

            Pour corriger cela, il faudrait intervenir auprès de l’educnat… c’est mal barré… puisque nos dirigeants favorisent la production de cons irresponsables.

            1. Vous prenez le truc par le mauvais bout. La responsabilité, c’est ce qui fait que vous existez. Les générations actuelles ne sont que le résultat de gens très globalement responsables, ou en tout cas suffisamment pour qu’ils survivent.

              Actuellement, on a donné à l’état le rôle de gros oreiller mou d’amortissement, enlevant la responsabilité des gens. Les plus cons et les moins responsables survivent donc aussi. C’est, évidemment, une erreur tragique. Les erreurs tragiques ne durent jamais très longtemps.

    3. Eole

      Peut-être pas une nouvelle taxe sur la baignade interdite et qui met en danger les sauveteurs mais faire payer un maximum ceux qui ont été justement sauvés. Si les gens sont assez crétins pour se mettre en danger, c’est à leurs risques et périls, cela fera toujours des crétins en moins sur cette terre et… c’est pas négligeable!

  17. mario

    Surprenant mais personne n’évoque ici la dernière lubie de Valls (oui, je sais, ce n’est pas de sa faute : le pauvre qui n’a aucun pouvoir, ne ferait que suivre les recommandations d’une énième commission d’experts qui veille sur nous pour notre bien) de baisser les limitations de vitesse déjà pas bien hautes…

    Pourquoi n’évoquerait-il pas une mesure qui combattrait vigoureusement le chômage : faire précéder en ville et ailleurs toute automobile par un piéton porteur d’un drapeau rouge et d’une corne de brume ? La mortalité routière avec des vitesses de pointe à 10 km/h devrait chuter à zéro, exception faite des ouvreurs écrasés par le chauffard à 12 km/h auquel qui ils ouvrent la route (un instant de négligence est si vite arrivé…)

  18. NeverMore

    Ces morceaux volés chez le plouc-em’

    « Prince du Trocadéro, comte de Brétigny, modérateur de Brive, médiateur de Trappes, protecteur des Bousculades, chef de rang honoris causa de la rupture du jeûne, porte-chandelier idem des diners du CRIF… »

    « Le menton est volontaire et la mâchoire serrée, le gardien de la paix civile ne cèdera pas face à la montée de l’haleine fétide qui menace le Vivrensemble™ apaisé. Son regard noir ne trompe pas : c’est celui, perçant, de l’aigle, grand rapace impérial volant de clocher en clocher vers la gloire (Ou peut-être le regard fixe, cruel et idiot du gallinacé assez couillon pour croire naïvement qu’il pourra loger ses œufs au sommet du minaret …) »

    Je penche pour le gallinacé …

      1. Nihilo

        Attendons que Valls devienne président d’opérette en jouant du pipeau (ou de la grosse caisse), il aura atteint son point d’orgue et la messe sera dite !
        Ach, une fausse note.
        Ok je sors.

  19. Tea Party

    En dehors de l’incompétence crasse de Valls, (qui va croire qu’un homme de gauche, va stopper le laxisme, et l’excuse perpétuelle envers toutes les racailles, base intangible de son dogme), ce qui m’inquiète vraiment, c’est sa hargne, teintée de méchanceté lors de toutes ses interviews, la mâchoire serrée, a dit excellemment NeverMore plus haut ). Même lors de ses prises de paroles durant  » la séance des questions au gouvernement » à l’assemblée nationale, c’est identique. Lors de ces dernières, en cours d’année, embarqué dans sa diatribe, il accusa la droite d’être  » responsable du retour du terrorisme en France ». Atterrant de connerie !! dans d’autres pays, cela aurait grillé à vie, l’homme politique qui aurait proféré de telles inepties, en plein parlement, mais on est en France … ou ce qu’il en reste.

    1. Duff

      Le mouvement médiatique est en marche, il sera probablement le dernier premier ministre avant une cohabitation et que changera-t-il? Rien. Pas plus que son successeur UMP parce que pour le moment l’UMP s’évertue à ne pas chercher les vraie causes de la crise et donc fatalement ne trouve aucune bonne solution.

      Il paraît que Fillon a un discours libéral ce qui pour un ex-souverainiste est étrange, moins qu’on y réfléchit, mais 2017 c’est loin, très loin. Le Maire ne raconte pas que des conneries aussi, NKM sera battue par socialisme mimétique…

      2014 : l’année de toutes les révélations à n’en pas douter !

  20. Fausto Consolo

    Harlem Désir d’Avenir ?
    Valls premier ministre = Valls cramé. Beau gosse, Villepin l’était, ça suffit pas. Sarko a tué la Chiraquie vieillissante, fait la rupture, pris le parti et Valls devrai en passer par là s’il voulait jouer au président. La rupture avec un PS obsolète, détruire le Mélenchon, piquer les électeurs UMP (parce que bientôt il n’y aura plus d’électeurs UMP) et chasser sur les terres à Marine. Il aurai beaucoup de chance de réussir tant gauche et droite sont minables et le peuple désespéré. Mais il ne fera rien, sa médiatisation procède de faits divers sur lesquels il essaie de surfer, pas d’une stratégie de conquête. Il est aux ordres, content à l’Intérieur, cramé si 1er. Valls est un perdreau, comme Montebourg. Martine, Ségo ou Laulau le tueront en un mois.

  21. Emma

    « Et le mois d’août est là. L’entreprise France est à présent fermée, les lumières éteintes et les machines bâchées : les employés sont en vacances, les patrons sont partis, et le panneau à l’entrée indique « Fermeture annuelle – Réouverture en fin de mois ».

    Terrible constat H16, pendant ce temps-là, les autres travaillent, produisent alors que le Valls roule son regard noir d’hidalgo en serrant les mâchoires ne change rien : ce pays est foutu.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.