Petites dépenses entre amis des communes aux bancs de l’assemblée nationale

Les mois d’été, traditionnellement plus calmes, sont l’occasion de s’attarder sur des sujets qu’on n’a pas toujours l’occasion de traiter dans le flot normal de l’actualité trépidante des autres mois de l’année. Je profite donc de ce début de mois d’août pour revenir sur les récentes péripéties de nos élus concernant l’utilisation souvent douteuse de ces fonds qui leurs sont généreusement attribués…

Bien sûr, ici, je pourrai revenir en détail sur les affaires récentes qui ont vaguement secoué le parti socialiste. Guérini, Andrieux, Kucheida, tant de noms qui sentent bon le terroir et la solide corruption politique, et qui n’ont pourtant entraîné aucun vent de panique dans le Camp du Bien, faiblement impacté par de tels scandales. Je dis faiblement, puisqu’apparemment, le fait que des députés soient mis en examen et condamnés, éventuellement plusieurs fois de suite, ne semble pas émouvoir les instances dirigeantes de ce parti.

Ainsi, Harlem Désir, toujours très prompt à jouer le Petit Père La Morale lorsqu’il s’agit de juger des politiciens des autres partis, a toujours fait preuve d’une souplesse de gymnaste ukrainien dès que l’affaire concerne un membre de sa propre écurie et il ne faut sans doute pas y voir une coïncidence puisque c’est probablement ce trait de caractère qui lui vaut, maintenant, d’en être le patron. Je dis ça avec d’autant plus d’assurance qu’on constate la même souplesse et le même détachement face à l’honneur et à la décence chez son prédécesseur, François Hollande, lui qui s’étonnait récemment que Guérini, justement, soit encore membre du PS alors qu’il traîne toute une batterie de cuisine derrière lui. On attend de voir sa surprise quand il sera mis au courant que Sylvie Andrieux a été condamnée mais est toujours sur les bancs de l’Assemblée.

Malgré ces rappels, croustillants s’il en est et qui montrent fort bien à quoi servent effectivement vos impôts, le but de ce petit billet n’est pas de repasser en détail chacune de ces affaires, ou de revenir, une fois encore, sur le feu d’artifice qui nous fut offert par Cahuzac. En réalité, je voulais évoquer ces cas plus discrets de détournements de fonds, de gabegies, de gaspillages honteux qu’on trouve tant chez les parlementaires nationaux que dans les communes dont la taille, restreinte, et la notoriété, modeste, leur permet de passer sous le radar de l’actualité nationale. Vous, lecteur, en connaissez certainement pas loin de chez vous et si vous avez des liens sur des articulets de presse, je suis toujours intéressé pour faire un pot-pourri de ces petites largesses que tel ou tel élu s’accorde pour édifier le bon peuple sur sa gloire locale et assurer sa réélection.

corruption.jpg

À titre d’exemple, je vous propose le cas, récent et assez symptomatique, de Cugnaux.

Pour Cugnaux, charmante commune de Haute-Garonne proche de Toulouse et comptant 15.000 habitants, quelques faits furent rapportés dans les journaux locaux concernant les dépenses somptuaires du maire. Ce dernier, à la tête d’une commune que la crise ne semble pas avoir touché ni de près, ni de loin, vit suffisamment dans l’opulence pour proposer d’endetter fermement sa commune auprès des banquiers habituels (Crédit Agricole, Banque Postale et Caisse d’Épargne) pour y bâtir un magnifique Pôle Culturel Qui Construit l’Avenir Avec Une Belle Dette Qui Ronfle. Je ne connais pas la nature des prêts qui sont envisagés ; espérons simplement que ceux-ci ne sont pas indexés sur le Franc Suisse comme certaines autres communes dont les maires, incompétents notoires, viennent maintenant pleurnicher devant les sommes faramineuses à rembourser. Mais à lire les articles consacrés aux débats sur ce Pôle Culturel, on comprend qu’il s’agit bien là, à 13.000.000 d’euros (excusez du peu) d’une dépenses que certains n’hésitent pas à qualifier – oh ! – d’inutile.

Et il est vrai qu’à bien y réfléchir, on se demande ce qui justifie exactement d’endetter 15.000 personnes, d’un coup, pour un bidule cultureux dont manifestement, ils se passent assez bien. Et puis en ces temps de crise, on se demande si ces habitants ont les moyens de claquer chacun 900 euros supplémentaires pour une telle réalisation… En tout cas, du point de vue du maire dont la réélection n’est pas assurée et alors que les municipales approchent, la réponse est, elle, toute trouvée : il faut ce pôle.

Cette désinvolture dans la dépense des fonds publics, lorsqu’elle n’est pas, justement, placée sous les feux médiatiques, se retrouve tout autant à l’Assemblée Nationale. C’est logique, du reste, puisque les députés sont souvent des maires qui sont « montés en grade » à la faveur d’une élection. Les habitudes contractées dans une communes ne se perdent donc pas si facilement (surtout les mauvaises), et on les retrouve rapidement dans l’hémicycle. Et ce, d’autant plus facilement qu’un mécanisme particulièrement choupinou leur permet justement de se lâcher sur le sujet.

Il s’agit de la réserve parlementaire.

Si vous ne savez pas de quoi il s’agit, disons simplement que c’est une dotation financière utilisable par les sénateurs et députés, issue du budget de l’Assemblée nationale et du Sénat, qui sert à financer des associations et des collectivités de leur circonscription. Quelques mots ont filtré à ce sujet pendant le mois de juillet, à la suite de la parution plus ou moins volontaire de l’emploi de ces sommes dans différents documents. Parution qui avait permis au journal Le Monde de produire une infographie, et à deux ingénieurs, Charles Miglietti, Kilian Bazin, de réaliser un site web, ReserveParlementaire.fr, interactif et illustrant assez bien comment et par qui est utilisée cette réserve d’argent public qui échappe assez bien aux tensions médiatiques habituelles dès qu’on parle d’argent en France.

réserve parlementaire

Il faut comprendre qu’on parle de 150 millions d’euros dans lesquels piochent gentiment nos élus, pour aider qui sa commune d’origine, qui telle école, institution ou monument qui en aurait besoin. L’utilisation des fonds est à discrétion des élus et personne ne s’inquiète vraiment de savoir si tout ceci est bien règlementaire. Sur le papier, ça l’est, bien sûr : chaque député, chaque sénateur, va venir attribuer un montant, plus ou moins gros, pour telle réalisation à tel endroit. Très généralement, la somme est bien employée pour ce à quoi elle est destinée, et le tout se fait avec, on le suppose, le minimum de contrôle qui évitent que certains indélicats se servent au passage (chose purement hypothétique, je vous l’assure, tant est rikiki le nombre de cas d’un député ou d’un sénateur ayant fraudé).

Mais on ne peut s’empêcher de se demander pourquoi cette réserve fut si longtemps gardée secrète, et pourquoi elle continue d’exister à l’heure d’une crise sans précédent où l’État, on le rappelle, se doit à la fois de réduire ses dépenses et montrer l’exemple en matière de transparence fiscale. On peine à comprendre pourquoi aucun mouvement d’agacement franc et massif ne s’est fait jour dans la presse lorsqu’on a appris, à la suite de ces jolies « data-visualisations » du Monde et de ReserveParlementaire.fr, par exemple,

  • que les députés sont très généreux pour leurs propres communes, et les sénateurs encore plus, alors que ceci pourrait bien constituer un beau conflit d’intérêt,
  • qu’il y a une dizaine de communes qui ont reçu des financements venant de personnes qui ne sont élues ni de l’assemblée Nationale ni du sénat.
  • que les ministres et le président utilisent aussi cette réserve, malgré là encore quelques évidents conflits d’intérêts, et le tout, dans l’opacité la plus complète.

Rassurez-vous : ce système, parfaitement inique, de distribution de bonbons aux frais du contribuables, perdurera tant qu’il sera possible. Bien sûr, les parlementaires eux-mêmes reconnaissent volontiers que « ce n’est pas acceptable d’utiliser ainsi l’argent du contribuable ».

Mais, on le comprend aisément, s’il fallait qu’une habitude soit légitime et saine pour durer, il n’y aurait rapidement plus aucune incitation à devenir élu.

Assemblée : CPEF

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires81

  1. Pascale

    «  » »Et il est vrai qu’à bien y réfléchir, on se demande ce qui justifie exactement d’endetter 15.000 personnes, d’un coup, pour un bidule cultureux dont manifestement, ils se passent assez bien. » » »

    Il espère ainsi passer à la postérité et que son nom soit à jamais associé à ce bâtiment dont il aura affublé sa ville. C’est son Versailles à lui.

    1. Othela

      Cugnaux est à moins de 10 mn à vol d’oiseau de la place du Capitole qui est le centre ville de Toulouse….
      Ce n’est pas la peine de faire des centres culturels… il y a ce qu’il faut à Toulouse, suffisamment achalandée!
      Brr, j’ai failli habiter à Cugnaux au début de l’an passé! heureusement que ma fille m’a dissuadée d’y aller…. faut dire que Cugnaux est sinistre! personne n’a envie d’y demeurer; on y est loin de la vivacité toulousaine…. quoique, depuis que la gauche a investi la ville aux dernières élections, ma bonne ville Rose est devenu sinistre… la preuve, le caillassage des ambulanciers hier encore!

  2. Aristarque

    Soyez indulgents avec mon ignorance mais c’est quoi un pôle culturel? Une super médiathèque? Ou un complexe médiathèque + salles de cinéma + théâtre + opéra + plateaux de tournage +esplanade pour cirque et autres arts de la rue + imprimerie + ateliers de lithographie + … +…+ atelier de poterie…

    1. vengeusemasquée

      Ahah ! c’est un truc qui ne sert à rien d’autre qu’à divertir les personnes âgées et oisives et donner des postes aux copains. On y trouve généralement un directeur aux affaires culturelles avec des chefs de service pour chaque branche de la médiathèque mais aussi pour l’organisation et le financement du spectacle vivant parce qu’un pôle culturel sans spectacle vivant n’aurait aucun sens (et plein de chargés de missions, de projets etc. etc.)
      C’est donc grâce à vos sous que des pseudo-stars des années 80 ou 90 sur le retour parviennent encore à gagner assez pour vivre en se produisant dans de coûteux concerts « gratuits » ou presque. Le reste du temps, bien sûr, ils peuvent toujours émarger au système des intermittents du travail/spectacle (rayer la mention inutile).

      1. Aristarque

        Merci pour cette lumière. En fait, il semble que ces artistes émargent continûment aux intermittents du spectacle et, très accessoirement bien qu’ indispensablement, ils assurent quelques dizaines d’ heures de travail/spectacle pour gagner le droit au nouveau tour annuel de manège… Il me paraît plus judicieux de présenter les choses ainsi, même si cela nous coûte, à tous les sous-entendus de la locution… :'(

        1. vengeusemasquée

          Techniquement, ce sont 507h de travail par an qui donnent droit aux indemnités, sachant que les boîtes de prod se font vraiment plaisir sur la manière dont sont déclarés les intermittents.
          L’intermittence est un régime extrêmement intéressant, tant pour les boîtes que pour les intermittents eux-mêmes. Une importante proportion des embauches du milieu du spectacle sont en fait des CDD voire des CDI déguisés. En effet, quel pied que de pouvoir embaucher quelqu’un et le payer pour le tiers de l’année quand on veut tout en lui laissant la possibilité de faire ce qu’il veut le reste du temps ? Certaines boîtes de post-prod qui n’ont même rien à voir avec le spectacle lui-même (traitement DVD/Blu-Ray par exemple) ne vivent que grâce à ce système à vomir. Et tout ça grâce à vos impôts !
          J’ai entendu un jour un intéressé me sortir qu’il fallait toujours mieux ça à « plein de gens qui font des trucs qui ne les intéressent pas ». WTF?! j’ai laissé tombé. Nous ne vivons pas dans la même réalité.

        2. vengeusemasquée

          Et je rajouterai que bénéficier du régime de l’intermittence est comme le graal dans un milieu qui se divise clairement entre ceux qui touchent et ceux qui ne touchent pas. Atteindre les satanées 507h de boulot effectif dans ce régime n’est pas donné à tout le monde. Les places sont chères et, comme toujours dans ces cas-là vous vous en doutez, toujours accordées aux plus méritants ! :mrgreen:

      2. Calvin

        « des intermittents du travail/spectacle (rayer la mention inutile) »
        C’est plutôt des intermittents du chômage/spectacle !

    2. Calvin

      Salles de cinéma ?
      Va voir sur le site officiel, le cinéma est fermé pendant la période estivale.
      Remarque, la salle ne doit pas être climatisée…

      1. vengeusemasquée

        La plupart des salles de ciné municipales sont fermées l’été. Bah oui quoi !!! Les agents ont aussi le droit aux congés merde ! Comme dans les piscines d’ailleurs. C’est vrai que ce n’est pas du tout pendant l’été que les gens, surtout les jeunes, ont besoin de piscine ou de ciné.
        Surréaliste.

          1. hussardbleu

            Mais qu’est-ce que c’est que cette mauvaise querelle que l’on cherche à VengeuseMasquée, elle dont l’avatar tuyauté est un régal pour les yeux ?
            Pour ne rien dire de ses propos d’une délicieuse méchanceté ?
            Continue, ma belle, tu as des groupies ! et le chant du (vieux) boug n’est pas une tragédie….

          2. vengeusemasquée

            Réponse parfaitement appropriée de h16 (et merci Hussardbleu, c’est sympa !). Je n’ai rien de plus contre les vieux que contre les jeunes mais certaines villes ont des politiques clairement orientées vieux cons et je trouve ça particulièrement infect. Je vis dans l’une de ces villes, je sais de quoi je parle. J’ai des parents, ils sont un peu âgés mais pas vieux dans le sens « vieux con ». Je ne suis pas sectaire.
            Cordialement

  3. Leolelor

    Quand l’argent public ne suffit plus, le mécénat permet d’aller au delà.
    http://www.fftt.com/ttdirigeants/mecenat.pdf
    par exemple, cette année, j’ai croisé à Garnier une entreprise qui avait invité beaucoup de clients (<100), des maires selon le catalogue de la soirée…
    Un médecin, ne peut pas accepter un cadeau de plus de 10€ d'un laboratoire!
    Encore une fois, le monde à deux vitesses, les élus et les autres.

    1. jacqueshenry

      Un médecin ne peut pas accepter un cadeau de plus de 10 € ! Je me demande où vous avez trouvé cette information. Il suffit de se souvenir de Cahuzac qui recevait de somptueux émoluments de laboratoires pharmaceutiques pour des supposés conseils … Un de mes anciens collègues médecin (je n’ai jamais été médecin) allait tous les ans en vacances dans une île des Caraïbes tous frais payés par un laboratoire qui lui fournissait des traitements pour la peau qu’il essayait sur ses patients dans le cadre d’essais cliniques déguisés. Avec 10 € il aurait à peine pu se payer un café dans l’hôtel où il se trouvait !

      1. Black Mamba

        Oui, les avantages en nature étaient monaies courantes autrefois.
        « Autrefois » entre guillemet qui est important, ce n’est plus le cas maintenant.

          1. topolou

            10 euros, exact. depuis peu.. si le toubib accepte un cadeau de plus de 10 euros, il doit le déclarer.
            par ailleurs cela fait des années que les labos ne  » donnent  » plus de post it, stylo et babioles aux médecins..

          2. Tea Party

            Tout faux ! C’est une nouvelle fois, une absurdité de la loi française mal ficelée. Les cadeaux de plus de 10 €, sont interdits, mais les  » séminaires »  » congrès », toujours dans des endroits paradisiaques, ne sont pas interdit (certes, avec quelques contorsions, mais légalement). Mieux, lors de ces  » réunions » là, les cadeaux sont autorisés !! Merci de ne pas répéter à ma compagne qui cherche désespérément son cadeau de séminaire, cet été, un stylo avec un flocon blanc au dessus, valant plus que 10 € ! que c’est moi, qui l’est à mon bureau, pour ne citer qu’un exemple, parmi cent autres.

          3. Tea Party

            Ce que j’aurais du préciser, c’est que les labos effectivement, ne donnent plus de gadgets, hors qu’avant ils inondaient, tout le personnel de l’hôpital, de babioles.

            Ce qu’ ils appellent les  » staffs », réunions dans les services, pour présenter leurs produits, avec petits fours d’un traiteur de renom ! Bonnes boisons, continuent comme avant. J’ai même vu ! toujours ma même compagne !! revenir un jour, avec un bouquet que je ne lui aurais jamais offert !! (trop grand, donc trop cher ! et de plus il fallait le mériter !! ) Figurez vous, que pour égayer la salle de réunion, parfaitement légalement, le labo avait mis autant de gros bouquets que de convives, et qu’en final bien sur, il aurait été idiot, de les laisser pourrir sur place !!! mais ce n’étaient pas des gadgets de plus de 10 € donc parfaitement autorisés !
            Ceci, dit, c’est la libre concurrence naturelle, à condition que les labos, ne gonflent pas leurs prix de vente, mais là, c’est une autre histoire.

          4. Peste et coryza

            Un commercial d’un labo qui ne fait de cadeaux, ça existe ?

            Celui que je vois tout le temps (Thermo) envoie toujours une boite de chocolats avant de venir…

  4. Stephane

    Merci!!
    Il y a un autre truc que je ne m’ explique pas, sauf en considérant que nous sommes gangrénés par la mafia, c’ est le prix de tous ces ouvrages. Ils sont hors de proportion avec les travaux privés. C’ est du simple au double, triple, quadruple….etc.
    Dans mon petit bled, il y a douze ans, le département à rénover une petite passerelle  » trottoir » au dessus d’ un canal, d’ une longueur de 7 mètres tout au plus… 80000 euros pour deux jours de travail. Je dis deux jours pour une entreprise privée, hein? Parce que ça a pris une semaine!!

    1. Aristarque

      Vous ne savez pas compter : 15.000 euros de travaux et le reste pour le dossier administratif et les « autorisations » diverses à tous les échelons… 🙁

    2. amike

      Pour un escalier à mon domicile (colimaçon, métal, montage), j’ai eu un devis de 5000€
      Alors pour un ouvrage particulier, en extérieur, avec passage d’un public divers, et sans compter les normes, alors oui, cela ne me choque pas.

      Mais vous avez peut-être fait une petite enquête ?

      1. Stephane

        Je suis artisan, disons que je suis complètement crétin et ignare de ce que coûte un ouvrage à ma portée. Mince alors, ça me choque quand même.

    3. Théo31

      A la station de métro de Toulouse que je prends tous les matins, réalisation d’un simple escalier d’une trentaine de marches : déjà 8 mois de travaux et c’est toujours pas achevé.

      1. Fred

        Création d’un escalator sur la ligne de tramway T2 du réseau parisien a la station Parc de Saint Cloud : début des travaux en 2011, fin de ces derniers début 2013, et ne fonctionne toujours pas….. Dans un bled du Massif Central, où mes parents résident, il a été fait un rond point minuscule de 1 mètre de diamètre pour 50000 Euros la première fois. Le chantier a duré 6 mois…. Il a été refait quatre ans plus tard, pour y rajouter du pavé et un bac à fleurs… Plus de 6 mois de chantier également…. Une honte !

  5. Aristarque

    H16, tu nous induis en erreur en rapportant mal le contenu des articles ! Ce n’est QUE la Première tranche des travaux, soit la médiathèque + des locaux pour d’autres activités artistiques qui sont envisagés. Si on prend le tarif récent de Montpellier, un enfin pareil signé d’ une internationale pointure de l’ architecture moderne va aller chercher dans les 4.500 euros du m2 construit (quasi le triple d’un immeuble d’ habitation). On est donc dans les 3.000/3.500 m2 au minimum, ce qui apparaît comme très confortable en locaux. Si on est plus modeste dans la signature des plans et la complexité du projet, donc dans les 2.500 euros/m2, on passe allègrement la barre des 5.000m2… Tu cherchais donc à minimiser ce projet somme toute plus que raisonnable axé sur la Kultur, ce qui ferait frétiller d’aise Meremptoire qui y est très attentionnée mais qui ne peut plus prononcer le moindre discours pompeux des habituelles et grandiloquentes niaiseries d’ inauguration sans se faire conspuer, heu, je veux dire chahuter par des sauvageons issus de ses réservoirs à électeurs… Les ingrats, après tout ce qui est fait pour eux…

  6. vengeusemasquée

    Je vous propose de jeter un oeil sur les protections phoniques A4/86.
    Ce projet, porté par le ministère de l’équipement, euh pardon, du développement durable, est financé par la Région pour l’essentiel.
    Résumé : http://www.enroute.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr/protections-acoustiques-sur-a4-a86-r105.html
    Pour un coût global de 19,6 millions d’euros, le projet concerne les villes de Créteil, Maisons Alfort, Champigny et Saint-Maurice.
    Ici, une brochette d’incompétents notoires, y compris mon maire, inaugure le chantier pour la tranche la plus proche de mon domicile :
    http://www.unionpoursaintmaurice.fr/spip.php?article137
    Les travaux sur ma commune nécessitaient la suppression d’une voie sur chaque bretelle (accès/sortie) et la fermeture momentanée mais complète d’une sortie et d’un accès. L’ensemble de l’opération devait durer à peu près un an pour pouvoir faire baisser le niveau sonore autour de l’A4n, càd là où il n’y a pas d’habitation. La sortie Saint-Maurice devait être rouverte en juin 2013.
    Explications : http://www.enroute.ile-de-france.equipement.gouv.fr/IMG/pdf/Cdp_12-10-18_ecrans_St_Maurice.pdf
    Les travaux n’ont jamais commencé mais les voies sont supprimées et la sortie fermée. Ca fait un an que ça dure.
    En revanche, côté Créteil, c’est presque fini.

    1. vengeusemasquée

      Je pense que nous ne reverrons plus jamais les voies supprimées et n’auront jamais les protections phoniques mais nous sommes très heureux de voir que les populations défavorisées de Créteil, bien plus exposées aux nuisances sonores que les quartiers résidentiels de Maisons-Alfort ou de St-Maurice, seront désormais mieux protégées. 😉

    2. Aristarque

      Si ces travaux vont aussi vite que ceux d’ aménagements de l’ A104 au passage de la Seine à Corbeil Essonnes, tu peux prévoir cinq à six ans de patience…
      Les entreprises payées au lance-pierres mettaient au mieux une douzaine de gars sur le chantier juste pour empêcher qu’ on leur oppose un « abandon de chantier »…
      Pour mémoire, la durée prévisionnelle était de 18 mois…

  7. johnny_rotten

    Chaque jour qui passe révèle un nouveau scandale.
    Le maire de cette petite ville proche de Toulouse, mais dont peu de gens connaissait l’existence sur une carte, qui se permet de « claquer » 13 millions d’euros……. pour du divertissement.
    Du gaspillage, non pas pour financer de l’indispensable mais pour financer de la futilité.
    Je connais moi-même des gens qui se battent depuis 15 ans pour qu’on leur installe dans leur rue, un branchement aux égouts mais on leur demande de participer à 50% de la dépense, alors qu’ils payent des impots qui sont dilapidés de la même façon en constructions de lieux culturels surdimensionnés pour y donner des spectacles ringards.
    Ces gens en ont marre de payer tous les ans des camions citernes pour vidanger leurs fosses septiques, et n’en ont rien à foutre de la médiathèque et de l’auditorium municipal.

    1. Aristarque

      Un des essentiels adages de maire est que les égouts ne s’ inaugurent pas et sont invisibles, à défaut parfois d’ être inodores… Voila pourquoi ce type d’engin flatteur est davantage prisé des édiles qu’ un bon réseau d’ assainissement pourtant bien plus indispensable à la vie communale,,,

  8. Geneviève

    Cher Monsieur,

    Votre article est excellent ! Chez nous, Aubagne ville socialo-communiste depuis des « lustres » la Chambre Régionale des Comptes vient, enfin !, d’épingler un budget insincère ! voir notre article sur ce sujet : http://contribuables.aubagne.over-blog.com/les-contribuables-aubagnais-ne-paieront-pas nous allons supporter une hausse d’impôts communaux de 4,68% cette année ! lors du Conseil municipal extraordinaire il fallait voir l’arrogance de ces gestionnaires minables !! quand descendrons-nous dans la rue pour crier notre colère ! quand !

  9. Nicobos

    C’est lamentable.
    Que faut il faire pour que cela cesse ?
    Aller s’expliquer avec le maire ? Intenter une action en justice ? Je me demande si on pourrait agir en justice contre eux…

    1. johnny_rotten

       » Intenter une action en justice  »
      Voilà quelque chose qui n’est pas possible en France et qui serait indispensable à la véritable démocratie.
      Les contribuables devraient pouvoir faire bloquer des dépenses inutiles par la justice lorsque la commune est endettée et doit encore emprunter .
      Or ce n’est pas possible en France, car avec cette saleté qu’est le pouvoir de représentativité, seul un vote contre des élus municipaux peut dire non à la gabegie. Et quand un maire décide d’un projet, les larbins captifs du conseil municipal votent forcément :Pour

      je pense qu’un jour, il va bien falloir redonner un vrai pouvoir de veto à ceux qui payent.

      1. Emma

        « je pense qu’un jour, il va bien falloir redonner un vrai pouvoir de veto à ceux qui payent. »

        Cela s’appelle le suffrage censitaire.

    1. doh

      MER IL ET FOU!!!!
      4 écoles maternelle et 4 écoles primaire plus un collège et un lycée, c’est pas mal non plus pour 15 000 gus. Ils sont combien, 20 par classes?

      La crise n’a définitivement pas touché cette charmante bourgade.

      1. eheime

        Aucun rapport avec la folie. Relisez la texte de H16. C’est juste le produit de la corruption. Chaque petit rond point, chaque HLM, l’élu touche sa part. Ca parait incroyable que ce soit généralisé à ce point. Mais ouvrons les yeux. Regardez le nombre d’élus ou membres de partis politiques qui se font chopper. C’est juste énorme. Connaissez vous un corps de métier avec un taux de malhonneté aussi élevé ? Et il faut se dire que ceux qui se font choper sont certainement les plus stupides. Derriere il y a certainement une grosse majorité n’est pas inquiétée et sait se proteger.

        1. eheime

          Reflechissez. Comment expliquer que un type comme Sarko ait simplement l’idée de placer son fils à la tête d’un organisme dont il n’a absolument pas les compétences requises ? Comment se fait-il que Hollande place son ex à la BPI alors qu’elle sait à peine compte sur ses dix doigts ? Comment se fait-il que Cahuzac ait hésité à se retirer de l’assemblée (au lieu de se confondre en excuses et sortir la queue basse ) ? Pourquoi le PS a autant de brebis galeuses au sein de son parti, sans prendre aucune mesure d’éviction (ou très rarement) ? Pourquoi des mecs que Woerth resistent aussi longtemps alors que tous les elements sont contre lui ? Pourquoi est-il soutenu ?
          Pourquoi ?
          PARCE QUE C’EST COMME CA QUE FONCTIONNE LE SYSTEME.

  10. NOURATIN

    Que voulez vous, c’est la démocratie qui veut ça. C’est si beau la démocratie, vous ne voudriez tout de même pas que nous revenions aux affres de l’Ancien Régime?

    1. hussardbleu

      Mencken :

      I propose that it shall be no longer malum in se for a citizen to pummel, cowhide, kick, gouge, cut, wound, bruise, maim, burn, club, bastinado, flay, or even lynch a [government] jobholder, and that it shall be malum prohibitum only to the extent that the punishment exceeds the jobholder’s deserts.
      The amount of this excess, if any, may be determined very conveniently by a petit jury, as other questions of guilt are now determined. The flogged judge, or Congressman, or other jobholder, on being discharged from hospital — or his chief heir, in case he has perished — goes before a grand jury and makes a complaint, and, if a true bill is found, a petit jury is empaneled and all the evidence is put before it.
      If it decides that the jobholder deserves the punishment inflicted upon him, the citizen who inflicted it is acquitted with honor. If, on the contrary, it decides that this punishment was excessive, then the citizen is adjudged guilty of assault, mayhem, murder, or whatever it is, in a degree apportioned to the difference between what the jobholder deserved and what he got, and punishment for that excess follows in the usual course.

    2. Aristarque

      Bien sûr que non pour payer des impôts pouvant se monter jusqu’ à 10% du PIB de l’ époque! Ce serait complètement insensé, voyons!

      1. Philippe Leménager

        Les photographes de presse prennent des dizaines, voire des centaines de photos sur un événement.
        Jadis, la fonction présidentielle était respectée et les médias ne publiaient que des photos donnant une certaine prestance au président.
        Mais le respect, ça se mérite… !

  11. Fausto Consolo

    Citons les communautés de communes, crées pour amplifier les crédits et les dépenses, dont toute première action est de faire construire un remarquable et remarqué Hôtel de la communauté de communes. Les communes se regroupent à 15, 20, 30 et les dépenses, ça continue encore et encore (oui, c’est que le début, d’accord ?). La France a réussi la transition communiste légale par les urnes là où en Russie en Chine en Corée et dans les « pays de l’Est » ce même communisme du s’imposer par de meurtrières guerres civiles, des coup d’états et l’extermination d’une part importante de leur population. Vive la France, qui est foutue certes, mais avec quel talent !

  12. Peste et coryza

    Tout cela est fort simple : clientélisme électoral.

    Par exemple, vous êtes maire dans le Languedoc Roussillon.
    1 an avant les élections, hop, un petit institut histoire de promouvoir les langues locales dont tout le monde se fout (et vous aussi, soit dit en passant), mais ça fait plaisir au lobby des langues locales… donc ça ramasse des voix.
    Notre dame de paris est un expert dans ce domaine.

    Mon « fumier local » (Michel Baffert, maire de Grenoble) fait différemment : verser de la thune pour créer des marchés publics à Seyssins, pour remplacer des équipements qui existent déjà : 460 000 euros, bien entendu captés par certains copains du BTP…

  13. olivier r

    J’ai essayé de telecharger la base de données su Monde sur la reserve parlemantaire, question de voir à qui donnait mon cher député mais je me retrouver avec un fichier csv inutilisable… quelqu’un sait comment extraire ces données de manière efficace?

    1. Philippe Leménager

      Un fichier CSV est ouvrable par un éditeur de texte, mais c’est chiant à lire, ou par un tableur type Micro$oft Excel ou Libre Office Calc.
      Sauf s’il est trop gros, il faut alors l’injecter dans une base de données relationnelle et faire des requêtes SQL pour l’interroger.

  14. olivier r

    Ah Fausto, c’est tellement vrai pour les communautés de communes… d’ailleurs la mienne recrute! LOL http://www.agglo-sudpaysbasque.fr/article/lagglomeration-sud-pays-basque-recrute.html

    et il est pas beau le siège?!!

    http://www.google.fr/imgres?
    um=1&hl=fr&biw=1382&bih=675&tbm=isch&tbnid=0lqeHaPVAxntiM:&imgrefurl=http://www.archi-guide.com/AR/arotcharen.htm&docid=YUb6FeY2CWR1AM&imgurl=http://www.archi-guide.com/PH/FRA/SJL/UrrugneSiegCCAr.jpg&w=700&h=429&ei=pn3_UbLxK5GKhQeXgoG4Dg&zoom=1&iact=hc&vpx=2&vpy=371&dur=2516&hovh=176&hovw=287&tx=178&ty=86&page=1&tbnh=132&tbnw=230&start=0&ndsp=24&ved=1t:429,r:18,s:0,i:134

  15. Philippe Leménager

    Le maire de Cugnaux espérait qu’un studio de cinéma allait remplacer une partie de la base aérienne située sur sa commune :
    http://www.ladepeche.fr/article/2012/06/16/1379121-granja-le-dossier-des-studios-est-pret.html

    Mais l’appel d’offre bidon de l’état pour la vente des terrains de la base aérienne a rejeté le seul candidat ayant déposé une offre sérieuse – le promoteur du projet de studios de cinéma !

    Alors il doit vouloir vite compenser cet échec par une folie* cultureuse en remplacement.

    * Voir les différentes définitions du mot « folie », cet tout à fait ça !
    http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/folie/34399

    1. Aristarque

      Il est à enfermer d’urgence chez les débiles profonds, ce maire !

      Des studios de cinéma au fin fond de la Haute Garonne quand le vivier des artistes de tous calibres, professionnels de la chose est au maximum localisé en IDF…

      Cela rappelle l’histoire de Peyrefitte dans le Mal Français où il évoque la création d’aciéries dans la Seine et Marne, paumées à la fois quant aux sources de coke et aux sources de minerai (qui ne pèsent rien au M3, comme tout un chacun le sait)…

      1. Philippe Leménager

        En l’occurrence, la création des studios de cinéma n’était pas le fait du maire mais une initiative individuelle d’un architecte cinéphile qui a pensé à des studios en voyant les hangars à avions. Il a commencé à monter un projet de transformation de la base aérienne en studios de cinéma et est allé proposé son projet à Hollywood. Ça a intéressé Raleigh Studio qui s’est associé au projet, au moins sur le plan technique. Ce projet était, d’après son concepteur, faisable et viable. Le maire de Cugnaux était évidemment intéressé par le projet, vu le nombre d’emplois potentiels directs et indirects que cela pouvait créer sur sa commune.
        Après rejet du projet par l’état pour des raisons à mon avis un peu bidon, le projet s’est reporté sur la commune de Pamiers, en Ariège, à 45mn de Toulouse, mais silence radio depuis plusieurs mois sur l’avancement du projet.
        À suivre sur https://www.facebook.com/pages/Raleigh-Studios-Pamiers-Toulouse/201904849906593

  16. mcmnl

    Je vous bats tous avec ce très beau projet intercommunal d’envergure nationale.
    La communauté de communes « campagne de caux » (qui comme son nom l’indique est située près du Havre, avec pour capitale Goderville), 22 communes pour 17 750 habitants, va se doter, pour la modique somme 2 785 000 €, d’un…. dojo intercommunal (lieu de pratique des arts martiaux japonnais et de méditation zen) !
    Rassurez vous, le précédent Président de la République a financé à hauteur de 100 000 €, avec David Douillet en émissaire spécial ! Le cout de la chose (après 780 000 € de subventions) est donc ramené à 113 € seulement par habitant ! Ouf !

    La Judo, art martial le plus pratiqué en France, comptant 600 000 pratiquants (environ 60% du total) sur l’ensemble du territoire, on doit avoir environ 300 pratiquants dans la communauté de commune… On arrive donc à un coût pas du tout astronomique de près de 10 000 € par pratiquants 😉

    1. Aristarque

      Avec des cotisations à 200 euros l’an, il suffira de 50 ans pour amortir théoriquement ce magnifique ouvrage, pile au moment où il faudra le reconstruire…
      Ce que vous êtes mauvais esprit devant ce déferlement de bonnes initiatives faites avec votre pognon, certes…. 😉

    2. vengeusemasquée

      Même si je suis totalement d’accord que le coût est exorbitant, je me fais un tout petit peu l’avocat du diable dans ce dossier en précisant que ce qu’on appelle maintenant Dojo est essentiellement une salle de sport quand laquelle on ne pratique pas que des arts martiaux. Dojo, ça fait plus chic que « gymnase » mais c’est en fait la même chose. Ce sont des salles polyvalentes dont les appellations désignent, normalement, plus la taille que la destination finale.
      Je peux toujours me tromper mais je dirais que l’infrastructure pourra être utilisée pour autre chose que du judo… -_-

    3. Philippe Leménager

      Encore un coin que je connais bien puisque je suis né au Havre et que j’ai passé beaucoup de temps à Hermeville, mon frère s’occupant encore des colonies de vacances qui se déroulent au château, ainsi que d’autres activités.

      Où pratiquent-ils leur art, les judokas du coin ? Sont-ils d’un niveau si exceptionnellement prometteur qu’il leur faille un nouveau dojo top niveau ? Car après tout, un dojo, c’est une salle avec des tapis par terre, des vestiaires et des douches. Ça se pratique aisément dans des salles polyvalentes, des gymnases…

  17. ANT1

    Cher H16
    Rien ne me ferait plus plaisir que vous utilisiez votre verve pour un article sur le tramway de Douai (ma ville). Il s’agit d’un syndicat de transport vereux et un maire en mal de reconnaissance qui ont claqué 200 millions au frais du contribuable pour un tramway non homologué en France, qui a déja montrer ses problemes dans la ville d’Eindhoven, et qui marche avec des roues et un moteur diesel… La ville est maintenant defigurée et les trams ne circulent plus car le fabricant a fait faillite et ils sont tous en pannes…
    L’arche de feu a 700k€ place de la gare, qui ne marche pas non plus, parait bien anecdotique a coté de foirage d’anthologie.

    1. Il faudra que je recense les différents éléments qui m’ont été envoyés suite à cet article pour faire un petit billet, oui.

    2. Aristarque

      L’exploitant local, c’est la SNCF ?

      « Bonus : même la neige a réussi à mettre à mal le “tram” de Douai. Avec les derniers épisodes neigeux, des soufflets se sont déchirés et les pannes se sont multipliées. »

Laisser un commentaire