École : quand le sexisme fait rage ! Groaaar !

Il n’y a maintenant plus aucun doute à avoir : si les administrations françaises semblent accélérer sur le chemin cahoteux du n’importe quoi, et si le gouvernement montre des signes clairs d’hésitation voire de panique sur bien des sujets, rien n’équivaut la totale perte de contrôle qu’on constate sur l’Education Nationale. Le désastre prend des proportions bibliques.

La presse en parle peu.

Ce sont les vacances, et la rentrée sera l’occasion, peut-être, de revenir sur le sujet moyennant un ou deux éditos un peu mou, quelques citations de ministres et une déclaration de l’une ou l’autre association de parents d’élèves. Ensuite, on reparlera fournitures, poids des cartables, introduction des nouvelles technologies à l’école et autres marronniers de circonstance.

Pourtant, l’obstination pathologique de quelques uns, à commencer par Peillon et Vallaud-Belkacem, semble porter ses fruits pourris : l’Éducation Nationale va, dès la rentrée prochaine, introduire de bon gros morceaux d’études du genre sous couvert d’égalitarisme dogmatique.

Contrepoints le notait déjà à la fin de l’année scolaire précédente : grâce au rapport du SNUIPP (du 15 mai 2013), on apprenait en 193 lourdes pages de réflexions théoriques que l’école serait le prochain champ d’expérimentation pour de nombreux professeurs visant à engager leur classe dans la « lutte contre l’homophobie et les stéréotypes du genre ». Depuis mai, de l’eau a coulé, et le Figaro du 19 août dernier nous apprend que, ce qu’on ne trouvait au départ que dans ce document syndical, on le retrouve globalement dans un rapport de l’Inspection Générale de notre Édulcoration Nationale, remis à Peillon et publié dernièrement.

Il y a de quoi lire, il y a de quoi rire, il y a de quoi frémir, et ce, dès la troisième page, à laquelle le carpet-bombing idéologique commence, avec un avertissement ressemblant furieusement à une excuse plate pour avoir employé le masculin-pluriel des grades et fonctions comme le veut les règles grammaticales françaises (inégalitaires, pachydermiquement sexistes et gravement genrophobes).

genre : golum

Une fois la page de garde franchie, s’ouvre un vaste Luna Park lumineux, festif, citoyen et bruyant de concepts croustillants, de recommandations étonnantes et d’évidences camouflées dans un sabir méticuleusement dosé pour faire passer une pilule qui, si elle était présentée brutalement, manquerait de faire s’émouvoir quelques parents rétrogrades, ceux-là même qui ont encore, imbéciles conservateurs, la honteuse prétention d’inculquer la lecture, l’écriture et le calcul à leur progéniture. Et ça, des parents qui s’émeuvent, qui alertent la presse, qui bondissent devant les conneries consternantes qu’on tente de faire passer dans le crâne de leurs mômes, on voudrait éviter au maximum. Que voulez-vous : la fuite vers le privé a tendance à se voir, et accroît encore l’écart des heureux rescapés avec la marmaille décérébrée soumises aux bidouilleurs de l’EdNat.

En quelques 109 pages d’une prose rigolote comme un annuaire dont certains paragraphes ont été manifestement confectionnés à la truelle, le rapport (écrit par 6 femmes et 2 hommes seulement, l’égalité, c’est pas maintenant) nous propose un état des lieux de l’égalité Filles / Garçon dans les établissements scolaires. Surprise bouleversante : le constat est sans appel, puisque l’inégalité se niche partout. Le rapport est dès lors – et c’est stupéfiant – très favorable à l’aplanissement égalitariste des sexes qui dépassent.

Poussant sous le tapis et avec brio les enquiquinantes réalités de terrain constatées partout dans le monde (par exemple, les femmes s’obstinent à ne pas faire d’informatique et se bousculent dans le droit, partout dans le monde, c’est vraiment indécent !), l’épaisse littérature de l’Inspection bondit sur l’évidente conclusion : c’est rien que la fotalaculture. Partout dans le monde. Oui oui. Et pour le reste, on a encore cette délicieuse impression de relire ces déjà vieilles études mal boutiquées et pratiquées à l’emporte-pièce par la fine fleur des « sociologues » de l’école française de sociologie, c’est du Français, c’est du Made In France, c’est de la qualité française, etc… Pas de doute, les profs traitent les garçons « de manière préférentielle, tout en étant convaincus d’être parfaitement équitables » (même quand ce sont des femmes, traîtresses !) ; les filles recevraient plus de questions fermées, gnagnagna, et les garçons seraient mieux considérés, gnignigni.

« Quels que soient les injonctions et les efforts, les progrès sont restés modestes »

Et le rapport de constater, tristement, que malgré tous les efforts entrepris depuis tant d’années, les filles ne se bousculent toujours pas dans les filières scientifiques et techniques (zut et rezut). Et s’il en est ainsi, ce n’est pas parce qu’il y aurait, à la base, une tendance naturelle des uns et des autres à s’orienter ainsi, mais c’est évidemment parce que ces efforts n’ont pas été assez fort. Tout ceci nous rappelle des postures similaires, pour d’autres problèmes, avec les mêmes résultats…

aspirine.jpg

À vue de nez, je pense que ce rapport, s’il est vraiment lu, sera chaudement accepté par le corps enseignant français, qui y passe pour une belle bande de gros machos ou de trop mous de l’orientation. C’est très diplomatiquement enrobé, mais c’est exactement ce que ça veut dire.

La racine du mal ? Fastoche. « Les stratégies des élèves sont largement influencées par leur appartenance de genre » Eh oui, que voulez-vous. Kevin est un gros lourd qui refuse de devenir sage-femme. Et Jennifer s’entête à devenir infirmière alors qu’un poste de grutier l’attendait pourtant de façon évidente ! Vraiment, ce monde est désespérant qui ne veut pas s’adapter à l’égalitarisme au cordeau de nos fiers inspecteurs.

Cependant, malgré la déception décelable dans leurs propos, la fine équipe d’inspectrices / sociologues / constructivistes se prend à aligner quelques recommandations qui commencent à partir de la page 84. C’est, véritablement, un feu d’artifice. Chaque paragraphe pourrait faire l’objet d’un billet séparé.

outils playskoolMais pour se concentrer sur l’essentiel, retenons en substance qu’il faut  » qu’au plus tôt dans le parcours scolaire les stéréotypes de genre soient déconstruits et mis à distance « . Ah, qu’elle est belle, la formulation de la frétillante équipe ! On goûtera la déconstruction des stéréotypes de genre, avec la petite clef de 12, le petit tournevis, le marteau en caoutchouc, couic couic, c’est mignon. On déconstruit les enfants, parce que « détruire les stéréotypes », c’est trop violent (la violence ne passera pas par nous : le tabassage se fera avec des battes de baseball, certes, mais recouvertes de mousse). Et puis, une fois tout ceci détruit déconstruit, on va « mettre à distance ». C’est-à-dire éloigner, ostraciser le méchant stéréotype de genre qui fait tant de mal à la société ! Regardez comme la société allait mal il y a dix, vingt ou trente ans ! Regardez les progrès déjà visibles, les vagues bouillonnantes de bisous baveux qui s’accumulent maintenant qu’on s’attaque à ce vrai problème à l’école ! C’était donc indispensable !

Autre recommandation : en plus de la multitude d’impératifs pédagogiques déjà présents, d’une avalanche de matières toutes plus indispensables les unes que les autres en plus des matières qu’une époque arriérée qualifiait bêtement de fondamentales, en plus de l’impératif civique, citoyen, festif, démocratique et aplanissant, on aura droit à cette fumisterie supplémentaire. En effet, les programmes ont « insuffisamment intégré la question du genre » (on se demande bien pourquoi, tiens !) ; il reste encore trop de lecture, d’écriture et de calcul ! On passe trop de temps sur l’histoire, la géographie et les mathématiques et pas assez à expliquer qu’un homme a le droit de porter une robe bien au-delà de l’Écosse, de se faire appeler Gertrude dès son plus jeune âge et de fréquenter les vestiaires des filles pour d’autres motifs bien plus avouables qu’une concupiscence mal placée.

genre : la leçon n°2

Chaque page de ce rapport est un monument au constructivisme social le plus débridé, au découpage du sexe des anges en quatre pour mieux justifier de sa propre existence, une véritable ode à l’injection d’argent gratuit des autres dans les mains de gens très clairement dérangés (et bientôt dégenrés) auxquels on aura accordé bien trop d’attention et de pouvoir. À titre d’édification, je vous encourage à lire les pages de l’annexe 4 du rapport (p.94 et suivantes) qui recensent quelques actions locales, prouvant s’il le fallait que ces lubies ne sont plus théoriques, mais clairement mises en pratique, déjà, à l’heure qu’il est.

Dans une école de la République où le niveau dégringole toujours plus vite d’année en année, il n’était vraiment, mais alors vraiment pas utile d’ajouter ces foutaises sociologiques bancales au corpus de savoirs que l’enseignant, déjà débordé, doit faire passer à ses élèves. Mais à voir ce qui est déjà entrepris, l’inertie de la machine est telle qu’il y aura déjà des dégâts.

Et vu le peu de cas que semblent en faire les médias, au mieux muets, au pire délicieusement favorables à la cause, pas de doute : ce pays est foutu.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires233

  1. Aristarque

    Ce qu’il y a de bien avec les élites françaises, c’est qu’elles connaissent tout sur tout et le contraire. Dès lors, quand bien même nous sommes seuls dans une posture, une méthode, un projet douteux aux retombées calamiteuses : c’est simple! Nous avons raison et les autres tort. Et énoncé sans le moindre doute, la moindre hésitation! 1% a systématiquement raison contre 99% des autres Terriens. A se demander pourquoi nous ne sommes pas les maîtres de cette Terre depuis toujours?

    1. Tribuliste

      [i]A se demander pourquoi nous ne sommes pas les maîtres de cette Terre depuis toujours?[/i]

      A mais nous le [s]sommes[/s] fûmes il n’y a pas si longtemps, du moins les livres d’histoire le disent 😛

      Problème, 10% de nos facultés mentales (raccourci hein) seraient utilisés, si on rapporte ces 10% au 1% de crétins qui nous gouvernent on comprend que la vérité soit compliquée à mettre à jour 😀

    1. vengeusemasquée

      Si un jour j’ai des enfants, jamais ils ne s’approcheront de ces conneries. Dire que mes parents avaient déjà peur du contenu de l’enseignement quand j’étais gamine, et c’était déjà du bon gros n’importe quoi estampillé bonne conscience, et allaient jusqu’à venir à l’école contester pas mal de trucs, j’imagine que maintenant, ils feraient la même chose mais armés d’une double mortensen.

      http://www.penofchaos.com/warham/fenryll/trollberserk.jpg

      1. Aristarque

        L’ AK 47 serait largement aussi efficace et beaucoup plus facile à se la procurer. Tu n’ es visiblement pas de Marseille ou environs pour négliger ainsi un tel outil. 😛

        1. vengeusemasquée

          Certes mais c’est moins funky. C’est trop définitif.
          Et non, je ne suis pas de Marseille, fort heureusement !! mais pas de très très loin en fait.

          1. Aristarque

            Pour lutter contre les mauvaises herbes et leur renouvellement, il y a très peu de traitements bisoucompatibles. 😛

          2. zecrocwhite

            Remarquons qu’un Troll de colline Berserk a bon goût, commençant d’abord par tabasser un ménestrel 😀

            1. Nyamba

              « Oh gentil, gentil troll
              Laisse-mes amis passer leur chemin
              Nous sommes de joyeux compagnons
              Tralala lalala lalala la… »

      2. Nocte

        Suffit d’interdire tant l’école à la maison que les écoles privées qui pourraient encore échapper à ces barbares.
        Rendre l’école obligatoire dès 2 ans et pas de sortie du cycle général avant 18 ans (Attention, tout enfant présentant des signes de vivacité intellectuelle supérieure à celle d’une paramécie décédée, sortira du cadre pour être déconstruit).
        Bien entendu : remise à l’Etat de tout enfant dont les parents exerceraient une influence néfaste, non pas les violant, ou en les vendant/louant au voisin, mais en leur refusant le vivrensemble à la française.

        1. vengeusemasquée

          Tu ne crois pas si bien dire… l’interdiction des écoles privées n’est qu’une question de temps, j’en suis convaincue.

          1. Peste et coryza

            Le privé…. pas sur.

            Le privé sous contrat se doit d’appliquer le programme de l’ednat.
            Reste le privé hors contrat : il pèse 17% de l’enseignement en France (plutôt dans l’ouest d’ailleurs)

  2. Woodi

    Terrible époque où les « pondeurs de rapports » et les « décideurs qui décident de tout » découvrent, effarés, que :
    1. les garçons sont des garçons
    2. les filles sont des filles
    J’attends avec impatience la suite de ce non-débat sur le genre et je prédis que quand tout cela va se concrétiser dans les écoles primaires, ça va clasher sévère avec certains parents… où quand le politique et le sociologue se heurtent aux gens et à la réalité hors les murs.

    1. gem

      3. et c’est un scandale. garçon et fille devraient être … devraient être … heu …
      Il n’y aura pas de clash parce que tout cela se fera en cachette et en le niant. Exactement comme officiellement il n’y a pas , il n’y a jamais eu de « méthode globale ».

  3. Pascale

    Et malgré toutes les bisounourseries que ces tarés concoctent pour nos enfants, l’agressivité souvent à caractère sexuel ne cesse d’augmenter dans les classes, même dans les maternelles.

    Je ne vous parle pas d’un fantasme sorti tout droit de mon cerveau mais des témoignages de mes enfants (qui ont des enfants scolarisés en maternelle) et de mes amis enseignants qui me rapportent les insultes d’une vulgarité abyssale directement tirées de films porn que subissent les filles. Je vous passe les détails des termes employés et l’agressivité exercée contre les filles qui sont maltraitées.

    Il semblerait bien que la bisounourserie de nos gouvernants soit inversement proportionnelle à ce qu’il se passe réellement dans la vraie vie. Mais ça, on le sait depuis longtemps.

    1. Pere Collateur

      En effet, il semble que la réaction obtenu à toutes ces conneries soit non seulement inversement proportionnelle aux objectifs escomptés, mais en plus un coefficient multiplicateur semble être de la partie.

      En gros, prenons au « hasard » une banlieue lambda majoritairement composée de gens qu’affectionnent nos socialistes bobo (mais de très très loin hein, faut pas déconner), quand une prof/institutrice prône une connerie genrée, en réaction, on obtient N fois plus de réactions violentes envers les filles.

      Quels beaux résultats! Et je remarque même que ça se diffuse dans toutes les strates de la société. Plus les constructivistes mettent le paquet sur les sujets sociétaux, plus on accentue le rejet de ceux qu’on veux « protéger »:

      * Le célèbre SOS racisme, voulant officiellement protéger les immigrés Africains de tous poils, qui va probablement nous conduire à une guerre ethnique.

      * L’égalité des sexes, qui aboutit à monter les hommes contre les femmes. Je ne sais pas si on aura droit à une guerre des genres, mais autant prévenir toute de suites ces dames, ne vous lancez pas là dedans, car mère nature, cette grande comique, a fait les hommes plus forts, plus rapides, et surtout très très agressifs. L’issue de la bataille ne fait aucun doute. Pour les femmes, c’est le retour au moyen age directe et au status d’objet. Au mieux!

      * Les mariage homo, qui dans un pays ou l’homosexualité ne faisait pas de vagues (le Français s’en foutaient tant qu’on venait pas revendiquer sa « fierté » sous son nez et devant ses gosses) , vient de rendre d’un coup la France pas vraiment « Gay Friendly » avec ratonnade d’homo si affinités.

      D’ailleurs d’une manière générale, je me demande si un jour dans le monde, des constructivistes, ont pu obtenir les résultats qu’ils prévoyaient en réponse à leurs « actions ».
      Comme ça, je ne vois pas.

      1. PhD

        Au Moyen Age, les femmes avaient beaucoup plus de droits et de pouvoir qu’après le code civil napoléonien qui les a réduites au rang de mineures sous tutelle.
        La déformation de l’Histoire est aussi une arme de cette vermine rose et verte pour décérébrer nos enfants

          1. Peste et coryza

            @Pere collacteur

            Replongez vous dans un livre d’histoire sur le moyen age.
            L’époque est bien mieux que ce qu’on nous a dit à l’école…

            Ce qui ne revient pas aux socialos c’est le triptyque médiéval :
            – une église surpuissante (c’est pas « doigt de l’homme » tout ça), qui faisait du social et de l’éducation…
            – un roi et une aristocratie guerrière (elle est où la république qui doit changer le monde ?).
            – des gens très enracinés et pas socialistes du tout.

      2. Nocte

        Disons que Mère Nature a créé les hommes plus rapides, plus agressifs et plus forts (avec un système reproducteur en guise de point faible), mais, avec une Kalach’, les constructivistes ont un poil plus de poids

    2. Higgins

      Je crois que le mot « taré » est le mot juste. Ces gens-là sont « tarés ». Le problème, c’est qu’ils ont le pouvoir et que plus rien ne les arrête. Après eux, le déluge, semble-t-il.
      Je ne résiste pas à vous soumettre ces paroles de Boris Cyrulnik, neurologue, psychiatre, psychanalyste: « Je pense que le Genre est une idéologie. Le refus de la différence entre hommes et femmes est le fait de pervers.”
      Tarés et pervers et ils président à nos destinés!!!
      CPEF

    3. Lemiere

      Ma chère Pascale, vos amis enseignants et (ou) vous même, avez voté socialiste ( certes, je vous l’accorde, pour enfumer le petit führer), cette fois-ci, ne dites pas le contraire..alors maintenant, Vous êtes surpris ?

  4. Tom

    Que les gens souhaitant changer de sexe (genre ?) puissent le faire est une bonne chose. Que l’EN s’applique à devoir expliquer, déjà on peut se poser la question si c’est son rôle et dans ses capacités. Mais quand on écoute les promoteurs décrire la situation actuelle comme inégalitaire et sexiste là il n’y a plus de doute possible : Socialisme. « Donnez-nous des subventions et des raisons d’exister » devrait être le sous-titre de ce rapport.

  5. Britt

    l’educ nat n’est pas très égalitaire, il n’y a qu’à regarder le rapport professeur _ professeure (vous notterez non effort de distinction de genre).
    Et côté inquiétude, on le sera quand on verra les racailles avec des robes.

  6. Aristarque

    Selon ces idéologues, tout rejeton de l’ espèce humaine (je vais bannir de genrer précisément mon propos pour rester dans la ligne 😉 ) a le droit le plus entier de projeter d’ exercer le métier qui lui plaît ou éventuellement, vu l’ ardeur générale, celui lui déplaît le moins. Las, certains abominables, le plus grand nombre, ne font que choisir majoritairement les métiers exerçant un fort attrait dur les autres quidams du même bord genré au lieu de se repartir harmonieusement en allant exercer un métier davantage retenu par les certains quidams de l’ autre bord genré. Au mépris de la plus parfaite parité, objet et but insurpassable de nos idéologies. Heureusement que le Créateur n’ a retenu que deux genres pour les êtres vivants. S’Il en avait prévu cinq ou six, je n’ ose imaginer le nirvana que cela constituerait pour nos constructivistes et le désarroi dans lequel leurs animaux d’ expérimentation, c.a.d. nous, serions plongés de devoir assumer autant de genres en une seule personne, libre, autonome, responsable et indépendante comme il se doit pour ces sicaires de la bien-pensance, aveugle à certaines contradictions entre le but et le résultat.
    Il faudra leur dire également de reconstruire toute la langue française qui fait rien que de genrer ses termes alors que c’est insupportable. Comment exprimer convenablement la quintessence de sa pensée dégen(e)rée dans de telles conditions ?…

    1. hipparchia

      Attention, dans le petit monde de la théorie du genre, l’opposition entre deux sexes est déjà une construction culturelle. Après, ils ne sont pas d’accord sur le nombre : 3, 5, 6 ou une infinité !

      1. David Jeames

        Il y a déjà des études scientifiques qui expliquent que 2% de la population n’est génétiquement ni XX, ni XY, et qu’il y aurait 26 sexes différents.
        Ces études sont bien entendues utilisées par les pro-théorie du genre pour mettre à mal les arguments des anti.
        On va donc mettre en place – en France – un lavage de cerveau qui rendra une bonne partie des gamins schizophrènes …

        1. Peste et coryza

          Vous avez els publis ? que je me marre…
          – 26 sexes différents ? et puis quoi encore ? il n’y a que trois types de sexualité dans la nature : sexué male/femelle, hermaphrodite, asexué). L’asexué n’a pas besoin de partenaire pour se reproduire : en général un simple gonflement et une division par deux suffit.
          – ni XX, ni XY ? ça s’appelle des anomalies génétiques. Et ce n’est pas forcement drôle pour ceux qui les ont :
          http://fr.wikipedia.org/wiki/Syndrome_triple_X
          http://fr.wikipedia.org/wiki/Syndrome_47,XYY
          http://fr.wikipedia.org/wiki/Syndrome_de_Turner

          1. « il n’y a que trois types de sexualité dans la nature »
            Non.
            Il y a des espèces qui ont plusieurs centaines de sexes différents. Ok, on parle d’êtres vivants très frustres, mais bon.

            1. hussardbleu

              Avec des centaines de sexes différents, ils seraient frustres ? Sac à papier, on m’a caché des choses !

      2. yann

        C’est la théorie du non-genre qui est défendu par les socialiste… pas la théorie du genre, justement pour eux il n’y en a pas.

        Pourtant il suffit d’avoir dépassé la 4ème, c’est la qu’on nous apprends que les hormones influes sur le comportement il me semble, pour comprendre que cette théorie est juste… ridicule.

    2. Greg

      Le soleil et la lune, certes, aber die Sonne und der Mond.

      Ils, pardon Ils/Elles en pensent quoi, les adeptes de la déconstruction genrée bilingues français-allemand ?

  7. Tribuliste

    J’imagine le prof en banlieue défavorisée et islamisée, expliquer que la femme étant l’égal de l’homme celle-ci doit accéder aux études et aller au turbin pour nourrir sa famille…
    Pauvres profs, dur métier que d’enseigner les mensonges d’État 😆

    1. hipparchia

      Bah, c’est bien ce que l’on fait déjà. La différence c’est qu’il n’est pas nécessaire de parler de sexualité pour se faire. Je précise tout de même que, majoritairement, les garçons réagissent ainsi parce que leur avenir est tellement pourri que pour eux travail = force physique.

      1. parisien9999

        Ouais enfin travail = force physique, pas parce que leur avenir est pourri mais parce que travail = effort intellectuel nécessite au départ de savoir lire, écrire, compter et de posséder un minimum de savoir-être (politesse, respect) dont ils sont souvent dépourvus.

  8. Pascale

    Je suppose que tout le mode la connait mais je ne résiste pas au plaisir de poster la théorie du genre par les Monty Python :

      1. hussardbleu

        John Cleese est toujours grandiose… comme il dit, et qui peut être considéré comme le mot final de ce débat : « what’s the point » ?

        Rem acu tetigisti, old man !

        Pour les rédacteurs(trices) du rapport, j’ai mon idée : let them walk point in the minefield….

      1. Black Mamba

        Je vais faire tourner la vidéo aux copines de la paroisse.
        Je sens qu’elles vont encore se plaindre au Padré.
         » Mon père vous avez vu ce que Mme BM nous a envoyé ! »
         » Oh! Mais arrêtez de vous plaindre de Mme BM , elle respire la jeunesse et la jovialité !
        Prenez exemple sur elle! »
        🙂

    1. Aristarque

      Toujours le coup de l’ égalité pour tous mais pour certains plus que d’autres… S’ il faut commencer à appliquer pour soi ce qu’ on impose aux autres sans leur avis demander, agréable ce n’ est pas. 🙁

  9. Aristarque

    Ce qui ne cesse jamais de surprendre sur le Titanic qu’ est l’ EducNat, c’est le nombre de matelots et autres stewards, indifférents au naufrage en cours mais qui passent leur temps à vouloir remettre les tableaux de la grande salle à manger d’ équerre avec le plancher de ladite pour que l’ harmonie demeure en ce lieu…

    1. parisien9999

      C’est parfaitement résumé.
      En même temps, la chute des vocations montre soit :
      – que le niveau réclamé pour avoir l’exam est devenu trop élevé (augmentation du niveau demandé)
      – que les jeunes ont compris (peut-être après avoir eux-même participé à des pourrissages de profs 😀 ) qu’à moins d’être maso, ce métier risque de conduire au suicide.
      Ou une combinaison des 2.

  10. Black Mamba

    J’adore les hommes en kilt!

    http://www.democratic-republicans.us/images/sean-connery-in-kilt.jpg
    Blague à part 😉
    Ayant des origines « arabes » , les guillemets sont importants car je me vois déjà recevoir des cailloux pour oser confondre les libanais avec le reste de la communauté arabe , je ne suis pas contre à cette histoire du genre .
    Pourquoi?
    Tout simplement de nombreuses cultures autre que Européenne considèrent encore la femme comme un être inférieur .
    J’ai été élevé par une grand mère despotique qui me faisait comprendre que les filles étaient de la M***E.
    Pour ces cultures élever une fille ou pire des filles cela représente une perte en temps et en argent . La richesse d’une famille est avant dans le nombre de garçon car se sont des bras qui vont pouvoir être utile pour la famille. C’est une malédiction d’avoir des filles , que des filles.
    La France semble avoir de plus en plus des immigrés arabes donc il me semble opportun de leur faire un schéma que
     » Non! Il n’y a pas de honte d’avoir des filles!
    Oui! Elles ont droit au même enseignement que les garçons.
    Oui! Elles peuvent créent de la richesse .
    Et vous les hommes vous pouvez aussi faire la vaisselle et préparer le repas ce n’est pas que pour les femmes!
    Voilà pour mon coup de colère…
    Sinon à part cela j’ai adoré l’article et j’ai bien ris
    Je me répète j’adore les hommes en kilt!
    🙂

    1. Nyamba

      Cette grand-mère despotique a-t-elle réussi à vous convaincre que vous valiez moins qu’un homme ? Un enseignement à l’école vous assénant que fille ou garçon, c’est _pareil_ et ça doit vivre de la même façon (si j’ai bien compris l’objectif de ce magnifique et bisou-compatible n’importe quoi), vous aurait-il sauvée d’une vie de femme soumise (et les dieux savent que vous semblez soumise, à vous lire…) ?

      Les lanceuses de poids sont-elles donc des exemples exceptionnels de femmes qui ont transcendé la réalité biologique ? (elles auraient pu s’en passer, au passage, mais ce n’est que mon avis partial…) Ai-je vraiment envie de voir mon coiffeur s’habiller en mini-jupe tous les jours (ça lui irait mieux qu’à moi, où serait-donc l’égalité ?) ?

      Ou alors, si on arrêtait de se poser des problèmes (à la con) et qu’on s’occupait de l’illettrisme au collège ?

      Et les hommes en kilt, oui, mais quand ils sont virils 😛

      1. Aristarque

        BM soumise ? Vous recensez les posts où M. BM dont on sait tout au plus qu’il existe comme géniteur approvisionneur en tentant de survivre à grand peine aux escadrilles de casserole, a été autorisé à poster sur ce blog… et on en reparle… 😛 😛

        1. Nyamba

          M. Aristarque, vous me surprenez : faites-vous du 3ème degré quand je faisais du second ? ou alors pensez-vous que j’étais sincère ?
          Je sais bien que je suis encore verte, sur ce blog, mais enfin j’ai bien compris de quel côté penchait la balance du pouvoir ! 🙂

      2. Black Mamba

        Je suis loin d’être soumise au grand regret de mon époux.( par contre dans l’intimité c’est le contraire sauf les jeux de rôle 😉 )
        Pour ma grand mère je suis l’horrible mouton noir de la famille et mère nature m’a bien gâté car je suis black aussi plus café au lait , mais pour ma grand mère qui est raciste, elle ne voit pas de différence.
        Non elle n’a pas réussi à me convaincre qu’une femme est moins qu’un homme et elle regrette de m’avoir si méchamment élevé car du jour où elle a vu notre « richesse » je suis devenue sa petite fille préférée….
        Et quand elle me dit heureusement j’ai eu au moins fils sur mes quatre enfants ….J’oublie d’être charitable dans mes paroles. ..

          1. Istvan

            itou, surtout quand vous écrivez vos commentaires (par opposition à des phases lien vers des images qui en plus abîment le HTML amoureusement ciselé par H16 quand leurs urls sont trop longues 🙂 ).

    2. parisien9999

      Justement, moi qui suis un homme, j’essaie désespérément de faire comprendre à ma femme que, par souci d’égalité, elle devrait participer un peu plus aux tâches ménagères (c’est moi qui fait presque tout), surtout quand elle passe son temps vautrée dans le canapé.

      Je suis preneur d’une femme arabe 😉

      1. Higgins

        Dans ces cas-là, je pense à la chanson de Ricet Barrier « Vla l’printemps » (http://www.youtube.com/watch?v=vYaJrR99ImA) où il demande à sa femme Isabelle d’aller chercher l’enclume pour ferrer le cheval ou, mieux, de tenir le taureau pendant qu’il va chercher la vache!!! Ça, c’est l’égalité.

          1. Higgins

            Il faut simplement entrer « Ricet Barrier » dans la rubrique vidéo de G… Pour info, il y a juste la chanson.

            1. Black Mamba

              C’est mon IPAD , il ne veut rien savoir aujourd’hui .
              J’essaierai avec mon Galaxi 4 quand il sera rechargé.
              Merci !

    3. MonNom

      Je veux pas dire du mal, mais ce serait pas mieux de remettre en question ces « nombreuses cultures autre qu’européenne » plutôt que de nier l’existence des sexes (« qui ne sont qu’une construction genrée », etc.) et plonger dans le délire du Gender? C’est un peu comme faire exploser une bombe atomique pour tuer les moustiques.

  11. Greg

    Zappa, Frank, avait dit, de mémoire :

    Si vous voulez que vos enfants deviennent des être humains, tenez-les éloignés de toute école, et surtout très éloignés de toute église.

  12. Simorgh

    Ce sont les gens qui se mettent des barrières, et non la société. Et les féministes sont les plus intolérantes à ce sujet : osez dire à une féministe que vous avez été réserviste, la réaction ne se fera pas attendre !
    Pauvre pays. Tout fout le camp (l’éducation, les capitaux, les gens…).

      1. Simorgh

        Une de mes amies, féministe très engagée, a souvent des réactions très « surprenantes » lorsque je mentionne cela ou mes centres d’intérêt : « Mais t’es malade, c’est des trucs de mecs! ».
        Tout ça pour dire que la classe dirigeante et les féministes voient le « maâââle » partout.

        1. Nyamba

          Aaaah, donc c’est pas « les féministes » mais « une féministe » 🙂
          Elle vous reproche de faire des « trucs de mec » ? Ca dépend, si vous êtes une femme et que vous aimez le lancer de marteau, en effet, son exclamation semble légitime (à mes yeux). Mais uniquement dans ce cas de figure ! 😛

          1. Simorgh

            Pas de lancer de marteau, mais ca viendra 😉 Je jette souvent un œil aux forums et pages FB des féministes : et ça fait mal. Je ne m’y reconnais pas, leurs combats me semblent superficiels.

            1. Nyamba

              Superficiels ?! Alors que c’est grâce au combat de ces femm… de ces personnes, d’un genre caractérisé de façon tout à fait fortuite par une double paire de chromosomes X, que l’on SAIT, de façon certaine et catégorique (oui, c’est redondant, c’est dire si c’est important!) que l’épilation des aisselles n’est *pas* obligatoire, mais que si on est contre c’est qu’on aime le moche ?!

              Plus sérieusement, je suis reconnaissante à ces femmes qui ont permis de redéfinir la femme, non pas comme une pondeuse ou un faire-valoir de l’homme, mais comme un être humain – qui peut voter (et grand bien ça a fait… bref…), bosser, et même s’assumer en toute indépendance.
              En revanche, je ne comprends pas cette lubie de vouloir à tout prix « l’égalité ». Le féminisme contemporain doit être socialiste…

            2. Black Mamba

              @ Nyamba
              Je pense que ces féministes veulent surtout l’égalité de salaire à poste égal .
              Avant de commencer à s’occuper vu genre , ces minustres devraient s’occuper de l’égalité entre le public et le priveé .
              Exemple les retraites …
              Ah! Non! On m’envoie des cailloux pour me faire taire…
              Quoi! C’est un sujet tabou !
              Rhhhooo! Autant pour moi…
              Bon j’ai rien dit

              http://tarakini.t.a.pic.centerblog.net/o/10058479.jpg

            3. Nyamba

              @ Mrs BM : C’est bien ce que j’entendais par « redéfinir la femme comme un être humain ». Mais je pense que Mme Simorgh faisait référence à d’autres sujets (je ne crois pas que le statut professionnel soit un sujet « superficiel » 🙂 !)

              Cette absence d’égalité de traitement et de salaire, je l’ai vécue en direct dans mon premier boulot (encore que je n’aie jamais compris si je subissais à cause de ma couleur de peau, de mes chromosomes ou du fait que je sois nulle en négociations salariales… probablement un peu des trois), et j’y suis sensible. Pour autant, je ne m’offusque pas de ne pas être l’égale physique ou intellectuelle de mes collègues masculins ; et heureusement, sinon c’est moi qui me taperait le boulot physique avec mes muscles en mousse, au lieu de les diriger depuis le coin à l’ombre ! :3

            4. Simorgh

              Ah mais je suis bien d’accord : les différences de salaire H-F, à compétences et ancienneté égales, ne peuvent être justifiées. Quant au droit de vote, il était accordé aux femmes dans certains pays musulmans bien avant que la France ne s’y mette aussi. Et les féministes n’y étaient pour rien dans ces pays là. Je salue leurs actions lorsqu’elles sont louables, mais c’est de plus en plus rare (franchement, je m’en fichais qu’on m’appelle Mademoiselle…).

  13. tess

    On doit tout de même noter que la convention Européen d’Istanbul de 2011 à l’initiative de la france donc de Sarkozy à ouvert la porte à la théorie du genre. Mais ils ne s’en vantent pas. Par conséquent, la théorie du genre à l’école n’est pas du fait du gouvernement hollande mais bien de l’ancien gouvernement.

    1. Aristarque

      Et cela doit nous consoler qu’ une connerie du dernier dextrosocialo soit reprise et entérinée par l’ actuel senestrosocialo ?????
      Certes on pensait avoir compris que tout héritage sarkozien ne méritait que la poubelle mais visiblement il y a des loupés dans la mise en oeuvre.

    2. PhD

      Exact, c’est bien sous la gouvernance de luc chatel* que la théorie du genre a été introduite dans les programmes de première
      * pas de majuscule aux enflures

  14. Aristarque

    La contamination de Peillon par le virus de la degen(e)ration est quand même récente. Figurez-vous qu’ il a commis deux spécimens de la même espèce mais du genre différent avec un membre de la même espèce mais du genre différent . Puis deux spécimens de la même espèce et du même genre cette fois mais avec un autre membre de la même espèce que celui de la première fois, la encore du genre différent cependant. Il est vrai qu’ à ce jour, l’ alliance entre deux membres de la même espèce et du même genre n’ a toujours pas produit de résultats probants sous ces rapports… Il va falloir changer tout cela fissa pour que le réel se plie à la théorie.
    Doué comme il l’est assurément pour être ministre, il va croire qu’il y a des spécimens de même espèce mais de genre différent pour sous produire d’autres spécimens de même espèce mais de genre différent et qu’il y a des spécimens de même espèce mais de genre différent pour sous produire d’autres spécimens de même espèce et de même genre. N’y aura-t-il personne en dehors de moi pour lui expliquer que c’est son genre qui détient l’abominable privilege de genrer la production .
    Je sais, c’est mal fait, mais c’est ainsi et si vous le demandez gentiment, je vous conterai l’ histoire des Papous à poux et des Papous pas à poux… 😛

    1. Eole

      @Aristarque: Vous vous surpassez. J’ai rarement autant ri. Faites- vous un concours avec H16? 🙂

    2. Higgins

      Moi, ce qui me sort par les yeux, ce sont tous les journalopes qui se vautrent consciencieusement et en bon mouton de Panurge dans le politiquement correct en féminisant tous les mots de genre masculin. Jusqu’au jour où, à la radio, un des ces imbéciles, qui interviewait une chanteuse, a voulu féminiser « auteur-compositeur-interprète ». Trop c….

      1. Black Mamba

        Hier soir je regardais Start Treck  » la colère de Khan »
        Et je me délectais d’écouter Mr Spok demander à son capitaine en second de prendre le commandement en disant « Monsieur ,prenez le fauteuil du commandant  » et il s’adressait à une femme vulcaine.
        C’est une autre époque.
        🙂

        1. Aristarque

          C’est vraiment de la science-fiction, surtout ! 😛 😛 😛

          Non, pas les marmites, s’teplaît !…

  15. parisien9999

    Quand je pense que le gouvernement pleure parce qu’il n’arrive pas à avoir assez de candidats au suicide heu au poste de prof de primaire, collège et lycée… Ca ne va pas arranger de chercher à faire passer encore plus de propagande aux élèves qui ont une culture à l’opposé de ces valeurs gauchistes.

  16. Tribuliste

    Nous étions déjà sous tutelle, nos comptes et biens ne nous appartenant que de moins en moins, les ponctions s’amplifiant de jour en jour.

    Nous voici aujourd’hui, enfin les jeunes générations, confrontés à la curatelle et à ses dérives. Personne physique et intellectuelle, le citoyen devient asexué, lobotomisé, exploité.

    Ainsi l’école parachève l’oeuvre en devenant le fer de lance de l’abêtisation et de la normalisation stéréotypée.

    Les actifs fuient, bientôt les parents et sous peu les retraités…Ah mais je perçois du changement en effet!

  17. Fred

    Quand je vois la décadence (car il ne s’agit bien de ça) de la société française, alors oui, la question pour moi est venue de savoir si je ne devais pas émigrer…. Je remercie mes parents en tout cas de m’avoir extirpé de l’enseignement public quand j’étais en CP, même si l’heure de catéchisme hebdomadaire dans le privé me fatiguait….

    1. vengeusemasquée

      Encore un candidat à la fuite ! On en parle de plus en plus dans les commentaires de ce blog. Où aller ? Comment s’y prendre ?
      Nous sommes quelques uns à envisager très sérieusement le Canada pour bientôt.

      1. Fred

        En ce moment, je refais faire mon passeport et perfectionne mon anglais défaillant. J’ai déjà une idée du pays où je souhaite aller…

      2. vengeusemasquée

        Le passeporc… je viens d’en finir avec cette épreuve. J’ai cru déposer une bombe à la mairie… mais enfin, j’en ai terminé !
        L’anglais, ce n’est pas un problème. Ca s’apprend sur le tas. Et pour se préparer ? On va au ciné et on regarde des séries TV. C’est comme ça que j’ai appris moi, vu le niveau de ce qu’on m’a enseigné à l’école. 😆

      3. Totallystone

        Moi je pars l’an prochain pour l’australie.

        C’est un pays vraiment dynamique où on vous donne votre chance.
        Le Canada c’est un peu froid pour moi…

        Mais si vous n’avez pas envie de partir trop loin tout le nord de l’Europe fera l’affaire. C’est « l’avantage » d’habiter en fRance, beaucoup de pays proposent déjà une amélioration conséquente…
        Mais quitte à partir autant chercher une liberté maximale

      4. vengeusemasquée

        @Totallystone :
        Bonne décision ! J’aurais été très intéressée par l’Australie mais l’ennui c’est que le PVT n’est possible que jusqu’à 30 ans dans ce pays, sauf erreur de ma part. Pour le Canada, c’est possible jusqu’à 35 ans.
        De plus, c’est vrai que le Québec n’est pas le coin étranger le plus libéral mais on peut envisager les choses par étapes, sinon.

        1. Totallystone

          Pourquoi s’arrêter au PVT? J’ai déjà utilisé mon PVT il y a 5 ans, maintenant je demande un visa de compétence et je vais aussi tenter un visa sponsorisé.

          Si vous voulez vraiment aller au Canada allez de l’autre coté, ça bouge bien, le Québec, c’est vraiment la petite sœur de la fRance en ce qui concerne le socialisme.

          1. vengeusemasquée

            Ca y est, j’ai trouvé votre message !
            Donc effectivement, je sais tout cela au sujet du Quebec. C’est simplement la solution de facilité parce que je me dis que j’arriverais plus facilement à me vendre au Quebec pour un premier emploi à l’étranger. J’essaye d’être rationnelle. Puis je connais un peu Montréal et pas du tout le reste du Canada, même si un voyage de tourisme est prévu en octobre.
            L’idée du PVT est de le faire déboucher sur une résidence permanente, la citoyenneté et tout cela sans nécessairement rester au Quebec bien sûr.
            Je crois que je ne suis pas excessivement frileuse, au sens figuré héhé, mais je voudrais essayer d’éviter de trop trop me violenter, en fait.

            1. Totallystone

              Utilisez google, , c’est très efficace.

              Le risque de la solution de facilité c’est de rester coincé la où on commence, parce qu’on s’y fait du réseau, on commence à connaitre les entreprises et donc c’est là que les opportunités apparaissent. Je pense qu’il est important d’aller directement là où on veut finir. Avec un peu d’énergie et un peu de cerveau il n’y a aucune raison que vous n’arriviez pas à faire votre trou en Australie ou dans le Canada anglophone, n’ayez pas peur et allez-y. C’est pas parce que vous êtes fonctionnaire qu’il faut avoir aussi peu confiance en soi!

              En tout cas, bonne chance!

  18. Théo31

    Peillon est le digne représentant de cette gauche soixante-huitarde dégénérée au dernier degré et ultra-débile. En plus, il est dangereux. Bela Kun n’est pas mort.

  19. Istvan

    Page 95 du rapport, dans les objectifs :
    « Agir sur les comportements pour aller vers plus d’égalité »
    AGIR SUR LES COMPORTEMENTS : maintenant c’est écrit noir sur blanc.
    Je trouve que l’ensemble emprunte beaucoup au langage médical/psy. Et c’est inquiétant car les enfants ne sont ni des patients ni des déviants.

    Page précédente du rapport : « Unanimité des élèves pour le constat des différences mais pour l’action ultérieure :
    les filles sont militantes, cela est moins vrai pour les garçons ».
    Et ben voilà, c’est pas compliqué de créer des militants. La manipulation mentale à l’échelle d’une classe d’âge entière.
    C’est intéressant de mettre ces éléments en rapport avec le ballon d’essai de Libé sur l’abaissement du droit de vote à 16 ans…

    1. Fred

      Ce gouvernement, qu’on le veuille ou non, est bien de nature totalitaire. Ceci est véritablement inquiétant…

      1. Zlatan

        Bonsoir. C’est sur qu’on reconnaît dans ces mesures le goût des socialistes pour le formatage de cerveau, mais je me demande si ces histoires de genre, comme la ‘laïcité’ et les cours de morale, ne servent pas surtout, concretement, a accélérer l’assimilation des immigrés. Comme dit plus haut, C’était une idée de l’UMP au départ… Je ne dis pas que c’est une bonne justification!

    2. Pascale

      C’est en effet, cet « agir sur les comportements » qui me glace le sang. Je ne sais pas s’il se rend compte de ce qu’il dit, ni de ce que cela implique derrière cette affirmation, mais ce type est un véritable nazillon. Désolée pour le point Godwin.

      1. PhD

        Non, ce type et ce gouvernement sont réellement socialistes.
        Ils veulent refaire un monde idéal avec des hommes nouveaux, éduqués selon leur idéologie, de gré ou de force.
        Dans nazi, il y a national, ce qui n’est pas du tout le cas de ces crevures, cf. le rapport de terra nova

          1. Nocte

            Hélas non, ils ne se contentent pas d’être nazes, ils font tout pour appliquer leur vision du monde.

            1. Peste et coryza

              Les socialistes ne peuvent pas être nazis.
              Leur modèle d’homme idéal est complétement différent.
              Les uns veulent des spartiates nouveau régime, les autres….

        1. vengeusemasquée

          Moi je trouve qu’au contraire, tout cette liturgie du made in fRance est très nationaliste…

          1. Théo31

            Le socialisme ne peut être que nationaliste : il faut pouvoir mettre chaque individu dans dans une case.

        2. Pc

          « Dans nazi, il y a national, ce qui n’est pas du tout le cas de ces crevures »

          Je pense qu’on va finir par y arriver. Quand l’UE et tous les autres pays du monde vont nous tomber dessus pour incompétence économique et fossoyeur de la zone euro, les socialistes vont vite construire un nationalisme de l’exception culturelle : la France seule, visionnaire et à l’avant-garde de la révolution de l’égalité, dernier rempart contre les méchants turbo-libéraux qui veulent du mal aux pauvres Français.

          L’évolution à venir des discours vis à vis de l’Allemagne devrait être un bon baromètre.

  20. Taisson

    De nouveau, voici, si besoin était, la preuve que, ou en douce par le biais du noyautage de tous les organes de fonctionnement de l’état, ou au grand jour quand ils pensent en tirer profit, toutes les idées destructrices du consensus le plus général dans ce pays seront détruites!
    La clique au pouvoir va imposer le mode de vie imaginaire qui trotte dans les cerveaux malades des prétendus « intellectuels » depuis plus de 40 ans! Il n’y à aucune surprise, puisque c’est leur raison d’être et qu’ils pensent avoir été élus pour ça!
    Les équipes gouvernementales précédentes n’ont rien fait contre ces délires pour avoir l’air « progressiste » , et aussi par manque de courage! mais avec hollande on à passé la surmutipliée !
    Comme dit la chanson,  » du passé faisons table rase » et surtout pour ce qui à toujours marché!
    Mais tout ça ne va pas durer bien longtemps: Leurs amis mahométans vont nous régler ça dans quelque temps, et ça va venir bien plus vite que l’on pense !
    La France est bien finie, tout se déroule dans les grandes lignes comme je l’avais prévu il y à une bonne vingtaine d’années, quand tout le monde rigolait lorsque j’annonçais  » ce pays est foutu ».
    Et à l’époque, ce n’était pas du tout par référence à l’état de l’économie!
    Aujourd’hui, pour les jeunes il ne reste que la fuite, pour les autres, le désespoir, car pour l’instant la résistance n’est pas bien vue…
    Mais qu’est ce que je suis content de n’avoir pratiquement jamais mis les pieds à l’école, j’ai pu garder ma liberté de penser, ce qui n’est pas le cas de la plupart de ceux de ma génération, et encore moins des actuelles et à venir réellement écrasés de propagande!
    Merci H16 pour ces articles, on se sent moins seuls…

    1. Pascale

      Comme visionnaire j’étais en avance sur vous. En effet, mes enfants sont nés au début des 80s’et c’est pile à ce moment là que j’ai vu le pays basculer. Depuis leur plus jeune âge, donc depuis le début des 80s’ je dis à mes enfants de partir.
      Je ne sais pas si ceux de ma génération sont comme moi et considèrent 1981 comme l’année charnière et où ça s’est remarqué dans la vraie vie.
      A ce moment j’ai commencé à pressentir des hordes barbares dans les villes et il s’avère que je n’étais pas loin de la vérité et que celle-ci est en train de s e réaliser.
      Certes on avait les Inconnus, Coluche et encore de la bonne musique, mais ça commençait à sentir le roussi.

  21. Jesrad

    Je crains les mesures qu’ils prendront une fois établi que même celles-ci ne permettent pas d’atteindre les objectifs qu’ils se sont fixés…

    1. Nocte

      Pareil… désormais, j’essaie d’entrevoir ce qu’ils peuvent projeter derrière telle ou telle avancée de pion.

  22. LaM

    C’est fou ce refus systématique de regarder du coté de la Scandinavie qui a bien 10 coups d’avance sur la France sur à peu près tout.

    Pire, on recycle tout ce qui n’a pas marché là haut (politique d’immigration, taxes idiotes, théorie genre …) pour retenter le coup en France, tout en évitant soigneusement tout ce qui fonctionne très bien là haut (à commencer par la transparence des politiques et la qualité de l’éducation).

    On est un pays en pleine crise d’ado, qui refuse d’écouter les conseils des grandes personnes et préfère faire ses propres erreurs tout seul. Touchant.

      1. Istvan

        @gem : je n’en suis pas si sûr.
        Je suis toujours surpris des remarques de mon entourage :
        – « oh c’est pas une si mauvaise idée »
        – « moi je trouve que c’est un mal pour un bien »
        – « oui, mais imagine toi à la place de ces gens, tu ferais quoi ?(euh pour commencer, je ne me mettrai pas dans leur situation – je ne parle pas des accidents et maladies etc.) »
        – « je sais mais tu fais quoi, tu laisse ces personnes crever sur le bord de la route » (l’idée que les gens puissent faire preuve de solidarité VOLONTAIRE ne les effleure même pas)

  23. Eole

    Heureusement que je n’habite pas la France et ne suis plus en âge d’avoir des enfants et n’ai pas de petits enfants en Fraônce, car je serais malade de les savoir fréquenter des écoles qui en font sciemment des crétins.

  24. yoyo6963

    Je reste estomaqué par « l’initiative locale » page 98 sur le cours de français:
    « Fonctionnement des cours :
    – Féminisation du pluriel si les filles sont majoritaires dans la classe (exemple,
    « vous serez toutes évaluées le xxxx »). Argumentation : la majorité l’emporte en
    démocratie. Réactions : surprises, acceptation amusée des garçons. »

    Quant à l’ouverture à la danse des filières STI, avec la mention « beaucoup de réticences » (tu m’étonnes…), rien que d’imaginer ça me fait sourire…
    Remarque une fois programmée la machine outil numérique, y’a peut-être du temps pour faire quelques entrechats…

  25. Pascale

    Ce qui ne cesse de m’étonner c’est qu’il paraîtrait que nos diplômés soient très prisés à l’étranger. Ca commence à s’améliorer à partir de quand dans le cursus scolaire-universitaire pour que nos jeunes arrivent aussi facilement à s’expatrier ?

    1. vengeusemasquée

      Cette affirmation est à relativiser. En effet, il ne faut pas oublier que généralement, ceux qui s’expatrient sont les plus motivés et ipso facto les meilleurs éléments parce que les plus énergiques et les plus adaptables.
      Par ailleurs, il ne faut pas oublier que malgré tout, nous avons quelques bonnes formations supérieures, notamment en ingénierie, qui rendent nos jeunes séduisants. Pour autant, tous les jeunes ne sont pas désirés à l’étranger. N’étant pas ingérieur, j’avoue que, personnellement, je suis moins optimiste sur ma capacité à trouver facilement que les scientifiques qui constituent mon entourage, par exemple.

      1. Duff

        Tout à fait. Ceux qui partent aux USA ou à Londres ce n’est pas travailler au mc do, les ingénieurs français sont appréciés leur niveau en maths ce qui est assez utile en finance par exemple. Mais il y a une grande part de mythe, beaucoup partent via des filiales étrangères de grands groupes français. Dans le top 50 des plus grosses capitalisations, il y a plus d’entreprises françaises qu’allemandes par exemple. Ça fait longtemps que les vilains méchants patrons français ont pigé qu’il fallait partir à l’assaut du monde plutôt que de se regarder le nombril en songeant comment transformer les filles en camionneuses et les mecs en crétins androgynes.

    2. gem

      en prépa, pour ceux qui y passent et qui sont triés sur le volet. Note que c’est pareil aux USA : les « undergraduates » sont nuls, par contre aux « college » (en fac) ils bossent comme des malades ; il faut dire qu’ils payent cher pour ça et que du coup …

      1. vengeusemasquée

        Cela dit, je pense qu’on peut vraiment trouver sa place même si l’on n’a pas de diplôme d’ingé. J’ai surfé sur des offres d’emploi au Canada et je vois des boulots très subalternes payés comme des boulots d’ingé ici donc bon, si on est motivé et prêt à se démener, il n’y a pas de raison que ça ne le fasse pas.
        Evidemment, si on arrive à l’étranger avec la bonne mentalité franco-française et qu’on se dit que ça doit venir et qu’on attend que ça se passe, qu’on chouigne dès qu’il faut faire plus de 35h par semaine ou qu’on considère le boss comme un connard par nature, on risque fort d’être renvoyé chez soi. En vérité, il n’y a pas beaucoup de pays qui, comme la fRance, acceptent à bras ouverts des candidats à l’émigration qui leur crachent dessus et ne sont disposés à faire aucun effort pour mériter la place qui leur est offerte…

      1. Istvan

        Même si le concept est quasi-absent à l’étranger, je veux dire par là qu’à mes yeux, la majorité (pas la totalité bien entendu) des étudiants « sauvables » et donc « exportables » se trouve sur les bancs des prépas.

        1. vengeusemasquée

          Je suis tout à fait d’accord et c’est paradoxal parce que je reste convaincue que le système de la prépa n’est pas un bon système, non pas parce qu’il est trop élitiste mais parce qu’il est trop inutilement pénible, surtout comparativement à ce qui attend les étudiants une fois les grandes écoles intégrées.

          1. Istvan

            Pénible… comme toujours, ça dépend. Pour moi ce furent deux excellentes années, avec pour seule ombre au tableau l’incertitude (relative, les accidents comme les bonnes surprises sont finalement assez rares) du concours.
            Lorsque je recrute, je jette un oeil au diplôme et je me dis que prépa (groupe 1 ou top du groupe 2) : le type et capable de travailler beaucoup, vite, et bien s’il le faut => il sait réfléchir. Finalement, son école n’est qu’un moyen de connaître son niveau en prépa 😀
            (bon, j’exagère mais vous voyez l’idée je pense).

            Pour ce qui est de l’utilité, une petite anecdote – bon souvenir de prépa – : première semaine de prépa, on se retrouve avec 300 mots de vocabulaire d’allemang LV2 à apprendre par coeur du mercredi pour le lundi.
            On a tous passé la moitié du weekend sur ces fichus mots à apprendre. 5,6,7…10 heures pour certains. 3 mois après, nous apprenions (presque tous) une liste de 300 mots de vocabulaire en moins de 1h30.
            La prépa, ça sert à :
            – apprendre à apprendre
            – apprendre à prioriser (comme savoir 80% d’un sujet en 20% du temps)
            – apprendre à gérer la pression (cf ci-dessus)
            – se montrer une fois dans la vie ce dont on est capable intellectuellement.

            1. vengeusemasquée

              Je suis d’accord. Moi aussi j’ai été en prépa mais je trouve malgré tout que c’est déséquilibré par rapport à ce qu’on fait après et ce qu’on fait avant. C’est une sorte d’OVNI dans la scolarité, c’est tout.

  26. vegeta

    pour apprendre la théorie du genre et autre ineptie il faut que les prof soit déjà présent et non en grève, congé maternité, arrêt de maladie, vacances etc …

      1. vengeusemasquée

        Ouais et surtout les contractuels parce que bon, les TZR aussi sont en grève, congé mat, arrêt de maladie, vacances, décharge syndicale (ne surtout pas oublier !)…

  27. Lambda expression

    Sors de derrière ce masque a gaz Eric Zemmour !
    Enfin je te tiens.
    Reste que tu as bien raison.

          1. Nyamba

            J’aime beaucoup le modèle.

            Par contre, le machin qu’il porte, c’est très nippon dans le concept, non ? 🙂

      1. hussardbleu

        On remarquera que ces demoiselles ne portent pas le sgian dubh, discrètement arboré dans la chaussette du danseur central du cliché précédent…
        Je me demande au reste comment ces soldats peuvent se promener ainsi armés dans des Iles Britanniques aussi farouchement anti-weapons

      2. Aristarque

        Pfûûûûhhh!!!
        Quatre femmes sur le même plateau et tout de suite, on parle chiffons sur ce blog de haute tenue, pourtant.
        Et dans un sujet sur le genre à uniformiser, en plus.
        Bref, je serais à la place de Peillon, je considèrerais que ce n’est pas gagné…

        1. hussardbleu

          me demande ce que Pascale voulait dire… d’autant que sous le kilt, on ne porte rien….

          1. Nyamba

            Elle parlait, bien évidemment, du modèle femme.
            Ou « double X ».
            Bref, celui qui expose plus généreusement les cuisses pour des raisons esthétiques (mais traîtresses lorsque lesdites cuisses sont jambonesques).

          2. hussardbleu

            tiré de « Butt and Ben » de Donald Sutherland :

            Quand il faisait très chaud, on ne portait pas de chaussettes et des mocassins remplaçaient les brodequins. Les garçons des Highlands ne portent rien sous le kilt. Mais les vêtements « du dimanche » signifiaient que je devais porter un kilt neuf empesé, une veste de drap vert assortie au kilt avec des boutons d’argent en losange portant les armoiries, un Sporran en peau de loutre, un col Eton avec cravate, des chaussettes jacquard à la couleur du tartan, un sgian dubh spécial, émoussé, avec une pierre de Cairngorm montée en argent en bout de pommeau, des chaussures vernies avec boucle, et des gants. Oui, des gants… Et, pour rendre les choses plus intolérables encore, un bonnet Balmoral …

          3. Pascale

            Après un grand éclat de rire je trouve enfin le moyen de vous répondre qu’il faut bien être un homme pour avoir voulu sous-entendre dans mes propos une tournure que je n’avais absolument pas voulu leur donner. J’ai remarqué que c’est systématiquement ainsi que les mâles interprètent certaines paroles « innocentes » prononcées par les femmes et je trouve cela infiniment drôle.

            1. hussardbleu

              Moi, je voulais simplement dire que tout le monde avait été gaulliste à un moment ou un autre : tu as compris quoi, exactement, Pascale ?

  28. christophe

    « dérangés »
    « dégénérés »
    et le fameux « dégenrés »

    En trois mots, vous clouez le sujet H16. Bravo.

    Pour le reste, comme d’hab’ : envie de pleurer à gros bouillon, envie de se jeter tout nu dans la Seine une nuit de janvier, envie d’en finir avec toute cette merde.

    Franchement.

    Mais d’ici là, dansons au-dessus du volcan.

    1. vengeusemasquée

      Avant de se jeter dans la seine, on peut se casser du pays, se sauver et éventuellement sauver sa progéniture !

  29. hussardbleu

    Nous sommes d’accord, ce sont des malââââdes dans leurs pauvres têtes, mais je me demande quelle est l’influence réelle de ces théories sur les enfants qu’ils souhaitent modifier dans une optique lyssenkiste.

    Une des réactions rapportées me semble encourageante, celle de la réaction ironique des petits garçons qui se voient opposer une féminisation forcée du pluriel au nom du sex ratio de leur classe…

    Personnellement, je vois toujours chez mes petits-enfants les antiques spécialisations qui font que les petits garçons se livrent à des jeux d’action, tandis que les petites filles préfèrent leurs poupées ou leurs livres romantiques. Et je ne crois pas que le « genre » puisse forcer la nature…

    1. vengeusemasquée

      Puis les jouets de fille, c’est joli. C’est quoi leur problème franchement ? Il faut jeter tous les jouets de fille parce que c’est le mal ? Fuck! moi j’ai joué avec des poupées quand j’étais gamine et je les aime toujours. Voilà c’est dit. Mais effectivement, du coup je ne suis pas dans le moule. Tout doit venir de là.

      1. tess

        Dans ma famille, on aurait été des enfants modèles pour ces cinglés! Quand j’étais petite, je jouais à la poupée, la marelle mais aussi, je jouais billes, je montais aux arbres et jouais au foot avec mon frère. Quant à mon frère, il était fana de foot, mais il adorait faire la cuisine et c’était le seul dans la famille à savoir utiliser la machine à coudre (mais il ne s’est jamais confectionné de robes :-D). En fait, on était super en avance ! Précoces même !!!

  30. alecton

    Il ne me semble pas avoir vu de lien vers cette splendide vidéo qui massacre la fumeuse théorie genrée : http://youtu.be/wBkZU0EGRE8

    Reportage perpétré par un norvégien plutôt marrant ; il semblerait que la diffusion de ce brûlot ait justement brûlé les ailes du genrisme en Norvège…

    1. hussardbleu

      Je l’ai vue, et peut-être même grâce à un lien de ce Blog : mais en fRance, comment 1/ trouver un journaliste honnête et courageux
      2/ introduit utilement dans le Mainstream
      3/ prêt à risquer sa carrière en faisant le même reportage
      4/ tout cela en posant en hypothèse que le Mainstream susdit passera son reportage…

      S’il n’y avait pas l’Internet, et que l’on en soit réduit à la maigre pitance de notre Presse subventionnée et donc servile (si elle ne l’était pas déjà par vocation), nous ne serions pas même avisés de l’existence de ces folies, sinon à titre individuel par nos enfants, et donc sans possibilité de réaction…

  31. vengeusemasquée

    Tenez, histoire de dégueuler un peu. Un poil HS mais pas tant que ça :
    http://www.lexpress.fr/culture/livre/claude-hagege-imposer-sa-langue-c-est-imposer-sa-pensee_1098440.html

    Argumentation pathétique mais habituelle des constructivistes qui pensent qu’il suffit d’agiter les bras en faisant de gros moulinets pour changer la réalité et la façonner sa petite image mesquine. Si le français est en perte de vitesse, ce n’est pas du fait de l’impérialisme américain ou d’une pseudo-idéologie ultra libérale (ultra-LOL surtout) mais à cause de la décadence de notre pays qui ne vaut plus rien, qui se vautre dans sa médiocrité et qui n’intéresse plus personne. Si la France valait un peu mieux, alors le français serait plus utilisé. Personne n’impose la langue anglaise. Elle s’impose d’elle-même face à la médiocrité de nos Etats européens en faillite, tant financière que morale. Le constat vaut pour le français tout autant que pour l’italien ou le néerlandais. Si ce n’est pas le cas de l’espagnol, ce n’est vraiment pas grâce à l’Espagne.

  32. fang shuo

    « Catherine Patinet, professeure agrégée d’EPS et docteure en STAPS (Équité sexuée et centrations attentionnelles des enseignants d’Éducation Physique et Sportive en contexte mixte, thèse, Université d’Amiens), fait porter ses recherches sur la subjectivité des enseignants lors d’expériences professionnelles de mixité. »

    Ce qui est tragique c’est que la dette ne sert même pas à construire des autoroutes inutiles, des palais dispendieux, ou pourquoi pas des navettes spatiales. Non, elle sert à produire ce genre de fusées consternantes.

  33. hussardbleu

    Pour une fois, je ne partage pas ton indignation : une Eglise n’est pas atteinte par l’indignité de ses desservants.

    En tant qu’ancien linguiste professionnel (dégoûté de l’enseignement au bout d’un an, je suis « reparti » en Droit, pour y trouver mon « bonheur ») je me trouve en accord avec Hagège, et son exemple des séances de travail en anglais est parlant : cela fait 50 ans que je fais de l’anglais, par exemple, et je pense la moitié du temps en cette langue, mais si je devais m’engager dans une transaction professionnelle avec un anglo-saxon, je demanderais un traducteur (ne serait-ce que pour le temps de réflexion supplémentaire…).

    Par surcroît, j’ai beaucoup de respect pour Hagège (et j’en aurais encore davantage s’il n’avait la ridicule coquetterie de se teindre, comme la plupart de nos politicards, hélas… la tyrannie de l’apparence…)

    1. vengeusemasquée

      Je pense que tu mélanges deux choses. Corrige-moi si je me trompe (je sens que m’expose à une vanne avec cette petite phrase mais bon… 😆 ) Je ne parle pas de la richesse du français en tant que telle. A titre personnel, j’aime ma langue, j’en suis fière et je n’ai aucune envie de la voir disparaître.
      Pour autant l’analyse de Claude Hagège sur les causes de sa régression au plan international sont fausses. Il semble vouloir dissocier la langue et la culture, càd plus largement la civilisation, alors que la réponse est là. Aussi appréciable soit notre langue, on ne la parle plus en dehors de la France, de l’Afrique et du Canada (ce qui n’est déjà pas mal quand on y pense) parce que la France est devenue une puissance mineure dont tout le monde se gausse. Dès que les Anglais font un article sur nous, c’est pour se moquer. Quant aux Américains, pour eux la France se limite au luxe et au vin. C’est malheureux mais c’est ainsi. Le Français ne pourra revenir au premier plan que lorsque les abrutis qui nous gouvernent auront cessé de détruire notre beau pays.

      Et effectivement, j’ai horreur des hommes qui se teignent les cheveux. Au risque d’être affreusement réactionnaire, les couleurs de cheveux, c’est juste pour les femmes. Et toc !

      1. hussardbleu

        Mais on reviendra plus jamais au premier plan, à vue humaine tout au moins… et je ne réclame pas davantage l’antique primauté de la langue française, celle dont pourtant l’académie de Berlin avait couronné l’essai de Rivarol sur l’universalité de ladite…

        Que les Anglais se moquent, pourquoi pas, c’est la tradition depuis la Guerre de Cent Ans, mais cette guerre s’est terminée à Castillon la Bataille…
        Les Yanks ? j’ai le sentiment que leur pays s’enfonce dans la crise, et vire totalitaire.
        Chez nous, certes on se rue en klaxonnant dans le mur, et avec toute l’arrogance de l’automédon de l’Empire du Bien.

        Mais je ne vois pas en quoi l’analyse de Hagège sur les origines de la primauté actuelle de l’anglais – ou du globish en fait – est erronée.

        1. hussardbleu

          Sur la langue, autre exemple différent, hélas, et sur le kilt, pour le même prix : toujours Sutherland (traduction personnelle) :

          « Je n’ai jamais réussi à parler plus de quelques phrases en gaélique. Mon père le comprenait parfaitement, et le parlait un peu. Mais parmi les fermiers et métayers, c’était le gaélique qui était parlé, et vous n’entendiez rien d’autre sur les marchés aux bestiaux, ou dans les pubs après les ventes.

          En 50 années, toutefois, le dialecte a pratiquement disparu, en dépit d’efforts courageux pour essayer de le maintenir. Sauf dans les îles, de nos jours, le gaélique n’est plus pratiqué, et celui qui s’est essayé à l’orthographe gaélique comprendra facilement pourquoi. Il n’y a pas de littérature gaélique, ou peu s’en faut, et une langue sans littérature n’a pas de racines.

          Enfin, un dernier mot au sujet du costume. Nous portions le kilt.

          C’est un vêtement excellent. Il favorise l’hygiène, durera aussi longtemps que n’importe quel vêtement en bonne laine, chaud en hiver et frais en été. Il permet une grande liberté de mouvements, et, habituellement porté, est aussi élégant que n’importe quel autre, pour autant que celui qui le porte ait des jambes correctes.

          Ceux qui y avaient droit portaient des kilts aux couleurs du tartan de leur clan, et vous pouviez ainsi identifier de loin un Campbell à son kilt vert.
          De nos jours, les tartans sont tissés dans les Lowlands où des boutiquiers avisés font leur affaire d’en vendre chaque jour davantage. Ils y font fortune et ont même inventé des tartans inconnus il y a 20 ans : en croisant les carreaux et les couleurs, ils sont maintenant en capacité de fournir un tartan à tout le monde : « Rosenberg » ? facile, « Montrose » c’est le clan Graham, et Mme Rosenberg de porter une jupe aux couleurs du clan Graham…
          .
          Que vous soyez Vanderbilt, Habsburg, ou Valois, les marchands d’Édimbourg vous équiperont sans difficulté d’un tartan de clan
          Les Anglais ne font même plus semblant, et ils portent des tartans de clan « pour faire honneur aux Écossais ».

          Un Anglais, à Perth, se permit même un jour de porter le tartan de la Garde Noire, pour « honorer le régiment », jusqu’au moment où, un soir, dans un pub, deux soldats dudit régiment arrachèrent le kilt, et le mirent en dehors en chemise.

          Mais toutefois, tout le monde peut légitimement porter un kilt : il suffit de renoncer au tartan, et de choisir un tweed. Un kilt en tweed est très élégant aussi bien, et c’est ce que portaient les locataires de chasse anglais à cette époque.
          Et si vous tenez absolument à vous singulariser, vous pouvez vous faire tisser un tweed spécial, et même en donner des coupons à vos amis : c’est exactement ce que faisaient GeorgeV et GeorgeVI pour leurs compagnons de chasse.

          Mais, s’il vous plaît, pas de tartan ! Nous autres, Highlanders, avons une opinion résolue sur la question. Le tartan, c’est le vêtement d’honneur des clans Highlanders, et seuls des Highlanders ont le droit moral de le porter.

          Nous n’apprécions pas les « compliments » spécieux. Bien qu’en Écosse on puisse emprisonner quelqu’un pour avoir usurpé les armoiries d’un autre, il n’y a pas de protection légale pour le tartan, qui est pourtant la dernière manifestation pratique de l’Héraldique.
          Ce n’est pas un crime que de porter le tartan d’un autre, mais, pour un Highlander, il n’existe pas pire faute de goût. »

            1. Peste et coryza

              @Aristarque

              Vous occultez le rôle de la monnaie.
              – Sparte avait une monnaie de fer. Même les putains n’en voulaient pas.
              – Athènes avait une monnaie d’argent très stable. Acceptée par tout le monde antique (jusqu’en Inde°

            2. Peste et coryza

              La monnaie argent Athénienne était la plus courante et la plus échangée.
              Celle de bronze est plus tardive.
              La monnaie or est plus rare.

          1. vengeusemasquée

            Ca se défend mais je ne suis pas d’accord. A mon avis non linguiste, la cause primaire est le fait que nous n’exportons que de la merde subventionnée qui n’intéresse pas grand-monde. Même les Français lisent principalement des romans américains ou anglais. La production cinématographique est lamentable. La musique, n’en parlons pas.
            Non vraiment, je reste convaincue que la langue française est tuée, comme toute la culture de notre pays, par la subvention et le socialisme. Etouffer le talent aura étouffé notre langue.
            Ce n’est peut-être pas valable pour toutes les langues mais pour la nôtre, je pense que l’explication est là.

            1. Aristarque

              C’était la thèse de JF Revel de considérer que vouloir mettre Sa culture sous cloche et sous protection ne fait rien d’autre que de la faire mourir à petit feu dans le cas le plus favorable…

              Il citait en exemple Sparte qui se targuait de la « hellènitude » la plus accomplie et la plus pure mais qui n’a jamais produit autre chose que des militaires d’élite en opposition à Athènes qui produisait penseurs et artistes à la pelle, qui était LA référence antique du summum de la culture et qui pourtant était ouverte à tous les vents du monde méditerranéen à un moment où le copyright et les droits d’auteurs n’étaient encore que de la SF…

            2. Peste et coryza

              @Aristarque

              Certes, mais :
              – tout le commerce, le savoir et la culture d’Athènes ne lui ont pas empêché de se faire écraser par Sparte, cité peu commerçante et peu intellectuelle, mais avec ses redoutables hoplites lourds (Haou !).
              – Les romains, peuple opiniatre et belliqueux, dont les intellectuels étaient avant tout intéressés par la guerre et la domination (au contraire des grecs, qui théorisent déjà la machine à vapeur et la mécanique) ont écrasé tous les grecs et les macédoniens, spartiates et athéniens itou.

              Moralité : la seule chose qui compte, c’est la force. Pas seulement militaire, mais aussi commerciale, politique, technique, etc… mais avoir une bonne armée est le premier point.

  34. hussardbleu

    Je répondais à VM !

    @BM (dont j’ai découvert récemment par l’une de mes filles que c’était le nom d’une des tueuses dans un film du nom de « Kill Bill » ?) : arrête ! tu te plains des assiduités navrantes de deux ou trois barbons plus ou moins caducs, et tu n’as de cesse de les provoquer !

      1. hussardbleu

        Ah! je me disais aussi… lent à répondre notre Aristarque, aujourd’hui… mais l’étymologie t’est contraire, puisque aussi bien je suis un « brave à trois poils », en bon Hussard. Jamais toutefois osé les cadenettes, j’ai honte, un peu…

          1. Pascale

            Ah, « Les Duellistes » de Ridley Scott ! Un de mes films préférés pour tout : la beauté des images, les plans d’une lenteur infinie et les valeurs qu’il véhicule.

          2. hussardbleu

            Je suis davantage dans le look d’Hubert…. mon avatar…. en plus jeune hélas… « Duellistes » ? magnifique, bien sûr ! tourné à Sarlat et plus largement en Périgord…

            Les cadenettes (et le catogan, au reste) servaient à parer les coups d’estoc.

    1. Black Mamba

      La première fois que j’ai voulu prendre un avatar j’avais pensé à Black Adder interprété par Rowan Atkinson car j’adore ce monsieur .
      D’ailleurs je trouve regrettable qu’il soit plus connu dans le rôle de Mr Bean .C’est vraiment un délice d’humour noir que de le suivre dans les aventures de la vipère noire, je vous le conseille si par hasard pour ne l’avez jamais vu.

      http://i2.cdscdn.com/pdt2/1/6/2/1/700×700/3384442032162/rw/dvd-black-adder-la-vipere-noire-et-sa-dynastie.jpg
      🙂

  35. tyrion

    Hs mais le taux d emprunt de la France à 10 ans est passé vendredi aprem à 2,5257%, plus haut niveau depuis un an. Winter is coming…

  36. jyb

    AGIR SUR LES COMPORTEMENTS. Je ne vois qu’une solution : Puisque ces idiotes persistent à ne pas s’intéresser aux métiers d’hommes, s’opposant ainsi à une société plus juste, plus câline, plus bisous, il faut obliger les filles à faire maçonnerie, chaudronnerie et agriculture à coups de pompes dans les fesses. Les récalcitrantes se verront privées de shopping.

    Concernant le video pointée par alecton, la fin (à partir de 33mn) est absolument stupéfiante au point que j’ai sursauté sur ma chaise. En deux minutes, les homologue/eus de notre Najat Vallaud-Belkacem explosent en plein vol dans une apothéose de tirs dans le pied qui ne laisse plus aucun doute sur leur honnêteté intellectuelle.

    Ms Egeland : mes bases scientifiques? euh….. j’ai ce que vous pourriez appeler une base théorique, il n’y a pas de place pour la biologie pour moi.

    Mr Lorentzen : comment pouvez-vous dire qu’il n’y a pas de différences innées? Mon hypothèse de départ est qu’il n’y en a pas.

    Gros facepalm.

    1. Istvan

      C’est vrai que ce sont deux moments très croustillants.
      Et on voit bien que la réalité n’a aucune prise sur l’idéologie. Même mis face à l’évidence, rien à faire, ça ne colle pas avec leur vision du monde. Face à la caméra je peux le comprendre, mais je mets ma main à couper que cela n’a rien changé non plus dans leur esprit a posteriori. A part peut-être le sentiment que le monde prend le chemin des ténèbres et que la lumière dont ils sont les gardiens s’affaiblit face aux méchants machos qui veulent « frénétiquement » introduire de la biologie dans l’explication des différences de genre…

  37. pi31416

    La déliquescence ne date pas d’hier. J’ai été prof. Deux ans. En 1968 et 69. En 68 j’ai enseigné le français dans un pays anglophone. En 69 le français, le chinois et le latin, dans le même pays, mais dans une école privée de friqués.

    Dès 68 ça déconnait dur. J’ai vu une méthode pour apprendre à lire. Il y a quarante et quelques phonèmes en anglais, les auteurs de cette méthode n’avaient rien trouvé de plus intelligent que d’imprimer en quarante couleurs, une par phonème. Dois-je vous faire un dessin?

    Quelques années plus tard, doctorat en poche… ce devait être dans les années 80, je tombe sur une discussion sur le genre. Attention! pas le genre tel qu’on l’entend aujourd’hui, mais le genre grammatical et que faire quand il ne correspond pas au sexe. Avec tout le bataclan: auteure, professeure et patati et patata. Alors, moi, je me fous de leurs gueules:

    — C’est bien vrai tout ça. Tenez, une sentinelle. 99 fois sur cent, c’est un homme. Alors, comment l’appeler? Moi je propose « sentineau ». Ditto pour estafette. Un estafette, un estafet. Mais il ne faut pas se limiter à l’armée. Les animaux par exemple. Une hyène… un hyen. Une baleine, un balein. Et les flics? Il y a des flics et des fliquettes, non? Alors, les cognes? Eh bien une cogne, un… coing! D’où nous tirons commissariat de police: « cognassier ».

    Cela m’a valu une réponse d’une Québéquoise instit dans une école primaire

    — C’est pire que vous ne l’imaginez. Il nous est interdit de vouvouyer les enfants, il faut les tutoyer, en dépit du bon sens. Par exemple, on leur fait danser une ronde. Il ne faut pas dire « vous vous tenez par la main » mais « tu te tiens par la main »

    J’ai cru qu’elle se foutait de ma gueule dans les grandes largeurs mais elle m’a juré que non, et qu’elle en avait marre, mais marre…

    1. hussardbleu

      Bien aimé tes démonstrations par l’absurde ! on peut considérer que beaucoup de ces conneries ont commencé avec le Hyen Dactylographe et son Castore, surtout

  38. Fausto Consolo

    I have a dream,

    Grigny, Essone. Collège Jean Vilar quartier de la Grande Borne.
    30% des élèves, 15 ans, dealent et pratiquent les MMA depuis quelques années. Ils écoutent la « théorie » et questionnent « mais vous vous êtes pédé jveux dire homo vous monsieur/ mademoiselle ? Non ça change rien, jveux dire tout le monde est libre msieur » rires dans la classe, les filles gloussent, les caïds font les coqs : « le prof il est pédé c’t’enculé ? le gros pédé jvais lui faire manger sa race ! c’est quoi ça ? Le samedi suivant, à la mairie, l’imam vient apostropher le maire PCF sur le prosélytisme homosexuel à l’école. Entretemps le prof se fait bousculer toutes les 5 minutes et entends « HÔ pardon mademoiselle ! » HA ! HA ! HA ! Ca va bien se passer sur le terrain ! Enfin le Qatar va débloquer X millions d’euros pour financer des écoles coraniques demandées depuis longtemps. Homosexuel apprécies : le changement c’est maintenant ! Et remercies tes bons amis qui te lancent en première ligne au Chemin des Dames !

  39. André Rosa

    Je me réjouis qu’un libéral comme vous ouvre les yeux (les siens propres et ceux de ses lecteurs) sur cette dérive idéologique – foncièrement liberticide – du gouvernement autour des questions sexuelles. Les gens qui ont manifesté en France le 23 janvier, le 24 mars, le 26 mai n’ont cessé d’avertir à ce sujet.
    Mais comme il y avait parmi eux beaucoup de catholiques on a eu vite fait de brouiller les pistes en les accusant eux d’être de dangereux tueurs de chatons rétrogrades opposés aux libertés des autres.
    Etant moi-même catholique, j’ai confiance en les libéraux pour aider tout le monde à ouvrir les yeux sur la mélasse fusionnelle qui sert de ligne conductrice, de schème de pensée à nos gouvernants. Car il y a un point commun fondamental entre les chrétiens et les libéraux: le réalisme.
    La haute maîtrise de la rhétorique d’H16 lui fait promptement déceler les phrases creuses et les ritualismes baveux. Un très grand merci pour ce travail fidèle.

    1. « ouvre les yeux »
      En fait, cela fait un moment que je parle de l’EdNat, et pour la dérive du genre, l’arrivée de Najat & Vincent auront été l’occasion de pondre quelques articles au cours de l’année écoulée, quasiment dès leur arrivée.
      Il est vrai que l’introduction de ces délires est moins récente, mais elle a pris une forte accélération il y a quelques mois seulement…

  40. hussardbleu

    La décadence romaine, et la chute de l’Empire d’Occident, vont nous paraître bientôt des bergerades, à ce compte… Et les Barbares ont déjà franchi le Limes….

  41. Pc

    Sur le fond, le rapport est assez vicieux, des petits paragraphes tentent de nous faire croire que ce n’est qu’une mesurette. Naïvement, on se détend un peu, et on se dit que finalement on est un peu parano.

    Puis on tombe sur des petites choses comme :

    p26
    « une action publique centrée sur les enfants de zéro à 3 se heurte à un certain nombre de limites ou de contraintes.
    Ainsi, NOMBRE D’ENFANTS DE CETTE TRANCHE D’AGE SONT ELEVES QUASI EXCLUSIVEMENT PAR LEURS PARENTS OU UN MEMBRE DE LEUR FAMILLE et « ECHAPPENT » AINSI A L’INFLUENCE DE L’ACTION
    PUBLIQUE »

    p36
    « La CEDEF (…) engage les différents Etats signataires (1981) à ELIMINER toute conception stéréotypée des rôles de l’homme et de la femme. »

    « Ce droit ne saurait être atteint sans LIBERER les enfants, et les adultes qui les éduquent, du pois des stéréotypes liés au genre »

    « Favoriser une redéfinition des rôles non discriminatoires dans TOUS les domaines de la vie (…) est essentiel »

    p42
    « Cette absence de conscience et même de DENI d’une socialisation différenciée invite la mission à VEILLER (…) à en permettre une appropriation sereine par les acteurs »

  42. Grojeff

    je suis moins pessimiste que beaucoup à la lecture du rapport. je trouve que cet ouvrage est plein d’humour. certes je n’ai pas tout lu, je suis allé directement à l’annexe 4, et qu’y lis-je?
    « Annexe 4 : Mise en lumière de quelques actions locales dans l’académie de Lyon »
    Lyon, les frères Lumières…. ce texte n’est qu’une vaste plaisanterie, il faut lire entre les lignes, c’est l’almanach Vermot 2013.

    1. Peste et coryza

      Les 0-3 ans aussi ? Les truelliste se déchainent…

      Staline lui même n’aurait pas osé aller aussi loin.
      On me chuchote que le contexte était différent : la rudesse de la vie en URSS faisait qu’il fallait des hommes durs.
      Aujourd’hui, il ne faut ni hommes ni femmes : juste des fiottes.

      Un point positif : les noirs qui surjoueront (auront-ils besoin de surjouer?) la virilité auront autant de femmes qu’ils le voudront.

  43. Mominette

    Allons, les enfants, un peu de bonne volonté !

    Interdire les salles de boxe ou de culturisme aux clients qui n’ont pas leur diplôme d’esthéticienne, installer des urinoirs dans les toilettes dames, offrir aux hommes (enfin, ceux qui le sont ce jour là) un congé de grossesse, ce n’est tout de même pas chinois ?

    1. hussardbleu

      Il est vrai que « Bradley » faisait un peu trop viril

      http://en.wikipedia.org/wiki/M2_Bradley

      Chelsea, en revanche, évoque davantage un sport de tafioles, le Foutebole…

      Donc, bon choix, mon garçon… oh! pardon, madame !

      Ceci dit, pour faire ce qu’il a fait, et que j’approuve sur le fond totalement, il fallait des cojones…

Les commentaires sont fermés.