L’entreprise en France, c’est booming pour les femmes

Alors que la France s’enfonce dans un tunnel de plus en plus noir, une étude de Ernst & Young viendrait d’allumer des guirlandes de Noël clignotantes pour toute la presse mainstream que compte le pays : d’après elle, le cabinet de conseil estime que créer une entreprise en France n’est pas aussi difficile qu’on pourrait le penser. Enquête et croustillance.

En lisant les titres de la presse à la parution de l’étude, on entend presque les petits vagissements de satisfaction dans les rédactions sur le mode « Ça y est les gars, on a du solide pour prouver que la France, c’est du tonnerre de Brest ! ». Le Monde, entre deux appels indécents à massacrer du Syrien, titre ainsi « Selon une étude, créer une entreprise en France n’est pas si difficile » et explique dans un article dont la teneur est essentiellement une resucée d’une dépêche de l’Agence Fausse-Presse que la France constitue plutôt un cadre favorable à la création d’entreprise. À en croire le pigiste probablement ivre (ou pas du tout anglophile) qui a pondu l’article, l’étude serait donc assez positive et optimiste pour la France.

obstacles

Heureusement, la lecture du PDF permet de retirer les épaisses couches de maquillage qui furent apposées par les folliculaires sur le constat très nuancé pour le transformer en panégyrique gluant estampillé AFP. Rien que le titre remet sérieusement en perspective celui que Le Monde aura propagandageusement confectionné :

« France starts hearing the call of its entrepreneurs although major obstacles remain », ou autrement dit, « La France commence à entendre l’appel de ses entrepreneurs bien que des obstacles majeurs persistent »

On notera le « commence à entendre » : la France, en terme entrepreneurial, commencerait donc le long chemin qui consiste à arrêter de cogner comme un débile hydrocéphale sur ceux qui lui apportent de la richesse. Et, toujours d’après ce titre, même ainsi, il reste encore un paquet de problèmes à régler en chemin.

Après, on peut choisir la pilule rose, celle qui rend heureux : on lira le Monde, en se demandant comment, avec de telles statistiques, le pays pourrait louper le coche dans les prochaines années. À l’évidence, la prochaine Silicon Valley, la révolution industrielle qui vient et l’avenir triomphant, c’est pour bibi !

On peut aussi choisir de s’en tenir aux faits de l’étude : pour elle, le principal problème provient de l’absence de culture de l’esprit d’entreprise. Le lecteur régulier de ces colonnes pourra étouffer un petit « Non, sans blague ! » entre deux mâchoires un tantinet crispées. Bien sûr, un tel constat ne sera pas relayé dans la presse ; ainsi, alors même que, selon l’étude, cette culture entrepreneuriale est l’une des plus basse du G20, l’article du Monde parvient à expliquer qu’elle n’arrête pas d’augmenter, youkaïdi, youkaïda. Partant de très bas, effectivement, Sky Is The Limit, mais je ne suis pas sûr qu’il y ait là de quoi fanfaronner.

Si l’on y ajoute les poids habituels (et catastrophiques) de la fiscalité et des tracasseries administratives, la synthèse logique d’une telle étude est qu’il existe en France, et heureusement, des entrepreneurs de bonne volonté, mais les conditions sont encore loin d’être réunies pour faire du pays un Eldorado de la création d’entreprise, c’est le moins qu’on puisse dire.

On ne s’étonnera donc pas, compte-tenu de la médiocrité molle de la presse française en général et du Monde en particulier, de lire que l’entrepreneuriat en France est quasiment une partie de plaisir, alors même que s’empilent les mouvements d’artisans, petits patrons, dirigeants de start-up ou auto-entrepreneurs dont l’existence et les revendications répétées indiquent pourtant un certain malaise à ce sujet.

Le plus beau (ou le plus moche, c’est selon) est qu’en parallèle à cette étude, et avec une synchronicité qu’on pourrait qualifier de diabolique si elle avait été voulue (ce qui est hautement improbable vu les guignols qui nous gouvernent), le gouvernement vient de se lancer dans l’une de ses opérations de communication / sabotage / agitation délétère qu’il affectionne tendrement.

Oui : au moment même où une étude paraît pour expliquer que l’esprit d’entrepreneuriat n’est pas assez développé en France, le gouvernement se lance dans une nouvelle initiative ridicule qui revient à mettre assez spectaculairement une bonne poignée de bâtons dodus dans les roues des entrepreneurs qui auraient encore la folie furieuse de se lancer dans l’aventure.

Et encore une fois, c’est la presse qui nous apprend la nouvelle, toute heureuse de colporter les conneries froufroutantes de ces clowns coûteux : le gouvernement, tentant (on ne sait pas trop pourquoi) une « rentrée féministe« , a décidé qu’il fallait lourdement gentiment inciter les femmes à créer des entreprises.

Entendons-nous bien : je ne dis pas qu’inciter les femmes à créer des entreprises est inutile. Je dis que c’est du plus haut débile.

Et je ne dis pas ça parce que l’idée semble provenir de Najat Vallaud-Belkacem, mais bien parce que le contenu de l’idée est débile, les prémices de l’idée sont débiles, la mise en musique est et sera débile et que tout ceci s’inscrit dans le bain de débilité épais dans lequel barbotent joyeusement notre classe politique depuis trop longtemps déjà.

L’idée qu’il faille atteindre certains ratios de femmes entrepreneurs (puisque c’est de cela qu’il s’agit) est parfaitement crétin. Il suffit de transposer cette discrimination sexuelle sur n’importe quel autre critère pour comprendre la parfaire débilité du concept. Ainsi, doit-il y avoir seulement 5% d’entrepreneurs roux ou aux yeux bridés en France ? La République peut-elle se satisfaire d’entrepreneurs ayant majoritairement plus de 30 ans ? N’est-il pas scandaleux qu’on trouve plus de Parisiens dans les entrepreneurs que de Corses ou de Bretons ? Et la parité régionale, alors, merdalafin ?

najat et l'esprit d'entreprise

Les prémices sont au moins aussi débiles : apparemment, la faible proportion de femmes dans les chefs d’entreprises proviendrait d’« une faible incitation tout au long de leur scolarité à l’esprit d’entreprise » Comme on le comprend, cela revient à dire que les enseignants font un travail d’incitation ouvertement sexiste, en ne favorisant que les garçons dans la démarche. C’est, d’une part, insultant vis-à-vis du corps enseignant. D’autre part, sachant que les femmes représentent 55% de l’effectif des enseignants dans le supérieur, serait-ce à dire que ces traitresses sont sexistes ? Hum ?

Et bien sûr, à cette idée débile et ces prémices débiles, il faudra ajouter une mise en musique débile : même les journalistes n’ont pas réussi à s’enthousiasmer pour le plan-plan gouvernemental présenté par Pellerin, Fioraso et Vallaud-Belkacem lors d’un déplacement sans intérêt pour occuper le terrain médiatique entre deux « heu… » présidentiels. Par exemple, ajouter un « nouveau parcours individuel d’information, d’orientation et de découverte du monde économique et professionnel » en sixième frise le ridicule au fer chaud : la proportion croissante d’élèves ayant besoin d’acquérir de solides notions dans les matières de base encore à cet âge laisse penser qu’on met la charrue, la caravane, le traineau et la herse avant les bœufs ivres. Et puis sensibiliser les élèves à la création d’entreprise lorsqu’ils sont en sixième (vers 11 ans, donc) m’apparaît du plus haut comique, que ce soit des filles, des garçons ou des Bretons roux. Quant au reste des propositions de ce plan, elles oscillent entre le flou artistique et le parfaitement futile (mais avec, toujours, une facture attachée).

On le voit, les observateurs lucides posent des constats clairs et notamment, celui que les Français n’ont pas (ou pas assez) l’esprit d’entreprise. Et la seule méthode pour y remédier semble une tornade d’interventions gouvernementales idiotes et délicieusement hors de propos. À chaque fois. Et plus s’empilent ces interventions, plus s’amoncellent ces incitations, ces obligations, ces plans, ces législations, ces quotas, moins les Français semblent entreprendre.

Vraiment, voilà qui est curieux, non ?

J'accepte les Bitcoins !

18Ue7MpWKBumbhLgE1z1K1pXhgPgTFs2Lo

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires183

      1. Black Mamba

        Non! Point de grâce matinée ….
        Père H16 met ces billets dominicaux vers 11 heures.
        Même le dimanche dès mon réveil je regarde les derniers commentaires de la nuit avant de prendre mon petit déjeuner .
        😉

  1. hipparchia

    Lcp c’est vraiment la chaîne du gouvernement. Elle diffusait hier un reportage sur le fameux plafond de verre, la méchante société qui fait croire aux femmes que c’est à elles d’élever les mouflets, l’expansion des PAF – pères au foyer – dont l’un des représentants regrettait que la plupart des PAF ne le soient que temporairement et souhaitent reprendre leur carrière ensuite, et une magnifique incursion dans le milieu des creches-gender où l’on y voyait des garçonnets

    1. Fred

      S’il n’ y avait que LCP qui faisait de la propagande pour le gouvernement… Toutes les autres chaînes publiques font de même, dans une moindre mesure les chaînes privées…

      1. Peste et coryza

        Ben oui

        Le rôle des femmes est avant tout d’élever les mouflets, n’en déplaise à la marocaine mono neurolane.
        70 % de l’éducation d’un enfant passe par la mère (au moins jusqu’à l’adolescence).

    2. Arkh

      Il faut toujours rappeler aux gens qui parlent de plafond de verre, qu’il y a un sol en plomb.
      80% des SDF sont des hommes. Deux fois plus d’arrêt de travail pour les hommes que pour les femmes. 75% des victimes de suicide sont des hommes.

  2. hipparchia

    (suite du message, désolée) nettoyer un poupon pendant que les filles plantaient des clous. J’ai beaucoup aimé la directrice prête à pleurer parce que personne ne comprend sa démarche.

    Sinon, il était temps de parler des roux. Je compte porter plainte contre les ayant-droits de j. Renard, poil de carotte, c’est discriminant.

  3. christophe

    Ce n’est pas curieux, c’est juste la minable propagande, la réthorique à 3 francs, la propagandastaffel aussi abjecte qu’un camp de roms au bord de l’A1, de la Fraônce, de ses médias, et de ses « élites ».

    Bref, de la merde bien liquide, et en boîte, voire même en bidon.

    Il n’y a plus de limite, plus de décence. C’est le règne du nimpornawak, le Grand Bordello, l’entropie mentale, le sida mental.

    Il n’y a qu’un point positif à tout cela : nous donner l’occasion de rire (un peu) en lisant vos papiers.

  4. Black Mamba

    Ce n’est pas le tout de créer une entreprise, il faut encore survivre après toutes les démarches administratives et après toutes les normes capillotractées .
    -Savoir aussi gérer une entreprise, le personnel qui va avec.
    -Prévoir les futurs taxes et impôts qui incombent
    -Avoir de la trésorerie pour faire face aux aléas
    Notre système d’éducation passe sous silence tous ces paramètres.
    Mon époux n’y connaissait rien, mais rien.

    NADA!

    Il a eu de la chance que j’étais fille de commerçant sinon il aurait tout abandonner.
    Non ! Rien en France nous prépare à entreprendre.

    1. sam00

      N’oubliez pas :
      – l’employé qui crois ne pas pouvoir être viré parce qu’irremplaçable (et surtout à cause des lois débiles)
      – celui qui explose un claxibule et décide de se barrer sans exécuter son préavis
      – les « candidats » envoyés par paul employ qui font superbement l’affaire
      – les ultras diplômés qui sont persuadés qu’ils doivent trouver un boulot dans leur domaine et uniquement dans leur domaine (sans rancune les guss , j’y ai cru aussi)
      – les ingénieurs qui pensent valoir 5k€net sans expérience
      – etc etc etc …
      CPEF

      1. Peste et coryza

        Petite question :
        Comment veux -tu trouver un boulot ailleurs que dans ton domaine, alors que tu es hyper spécialisé avec tes diplômes ?
        Personne ne t’embaucheras… en tout cas,c ‘est ce qu’on m’a répondu, sauf pour faire des JDM.

  5. Nyamba

    C’est bien ce que je pensais : quand ce sont des gonzesses qui prennent des initiatives débiles au gouvernement, je trouve ça plus drôle.
    Je dois être une grosse macho, en fait 🙂 Ce genre de billet me met en joie, et constitue une parenthèse bienvenue entre réforme des retraites et intervention en Syrie.
    En attendant d’être touchée par la grâce gouvernementale et de me lancer, échevelée, dans la création d’entreprise paskecétrofacile, merci, M. Hash ^^

  6. parisien9999

    Il serait temps que les membres du gouvernement ainsi que leurs organes de propagande (Monde, Libé, etc.) lise 1984 d’Orwell. Ca parle d’eux, ils devraient être intéressés. En même temps ça suppose qu’ils soient CONSCIENTS de leur comportement, ce qui n’est pas gagné, surtout chez des gens de gauche, chez qui naïveté puérile, tartufferie et schizophrénie sont présentes à haute dose…
    Ca fait au moins 30 ans que le Nouvel Obs hurle contre la finance mondiale et les riches et a en 3ème de couverture une pub d’une fidèle agence immobilière spécialisée dans les demeures de charme où la bicoque la plus low cost est à 1 million d’euros (sans parler des tonnes de pub pour des montres suisses (c’est pour Julien Dray ?), des bijoux, des parfums à 150 euros, des voitures de luxe, etc.)… Ca se soigne ?

  7. DD du 60

    Encore une idée vaseuse pour se faire remarquer. C’est vrai que ça faisait longtemps que Claudine n’avait pas fait parler d’elle. Et si on sensibilisait nos jeunes à être responsable avant d’être entreprenant

  8. yp

    Tout le monde sait bien qu’ « ouvrir sa boite » en France, c’est avant tout s’exposer encore plus à une administration tatillone et aux fonctionnaires touts puissants.

    Sans compter que le cadre législatif change à tout bout de champs. Cerise sur le gâteau, le changement est parfois à effet rétroactif. La loi n’est pas appliquée à tout le monde de la même manière et il vaut mieux être une victime de la société qui a exprimé son ras le bol de la société en violant, que d’avoir eu l’outrecuidance de payer l’ URSAFF par chèque.

    Parce qu’en France, le fait de posséder quelque chose ou d’être honnête ne constituent pour l’administration que des leviers pour vous asservir.

    Forcément, tout ça n’incite pas à avoir envie d’entreprendre ici.

    (Et ça, c’est sans même prendre en compte la rentabilité plombée par des exigences normatives ubuesques ou une fiscalité et des charges sociales confiscatoires.)

    1. Toni

      yp: « Parce qu’en France, le fait de posséder quelque chose ou d’être honnête ne constituent pour l’administration que des leviers pour vous asservir.  »

      Exact et tellement vrai.

  9. hussardbleu

    « Le lecteur régulier de ces colonnes pourra étouffer un petit « Non, sans blague ! » entre deux mâchoires un tantinet crispées. »

    J’ai été bien étonné de découvrir que M. Valls était un lecteur assidu de ce Blog…

    mais, cher Maître, ce « Non, sans blaaague » me désarçonne quelque peu car j’avais tendance à penser que, dans le vocabulaire restreint de ce Ministre de l’Intérieur*, seuls les adjectifs « inadmissible » « intolérable » voire « insupportable » avaient droit de cité…

    J’en suis tout Defferé….**

    Et il connaîtrait Grock ? il est vrai que sa mère est suisse…

    *Intérieur : là d’où proviennent borborygmes, flatulences et autre rots…
    ** @Aristarque, c’est très délibéré…

      1. Fred

        Surtout que ce blog est très subversif en remettant en cause les vertus du socialisme. Ceci mérite d’être traité au plus haut degré du pouvoir…

    1. Aristarque

      😛
      Déféré, c’est ce que nous allons de plus en plus risquer d’ être… sous peu, pour délit de mal-pensance au pays des Bisounours…

            1. Black Mamba

              Quoi vous souhaitez que je meurt empoisoné ?
              Je suis fort peiné par cette pensée ,
              Je préfère occire la vie par l’arme ou l’épée
              ;-(

            2. Black Mamba

              Il est toujours intéressant le rôle des méchants
              Sans les méchants , les machiavéliques , les histoires n’auraient plus de sens!
              Comment pourrait -on consevoir un héros , un gentil sans le côté obscur .
              D’ailleurs pour les japonnais les bonnes histoires doivent très mal terminer.
              Pas de  » Happy End » .
              Oui, je suis adopter le rôle de Milady…
              😉

    2. Bassmann

      Bonjour à tous, je me régale de ce bloc découvert il y a peu.

      Walls lirait ce blog!!!???

      Mais comment le savez-vous? Comment peut on le savoir?

      Si c’est le cas c’est une bonne nouvelle, il peut voir enfin ce que le monde sensé pense de lui

  10. Black Mamba

    Le plus débile c’est de s’imaginer un professeur en train d’apprendre à des enfants comment devenir un chef d’entreprise, un capitaliste…
    L’horreur absolue pour un fonctionnaire. ..
    Ce mettre dans la peau d’un TROLL…un beurck…

      1. Nocte

        Vous ne représentez pas la majorité de vos collègues, Hipparchia.
        Et s’ ils sont comme vous alors, ils devraient se mobiliser pour autre chose que leurs rengaines habituelles.

  11. Black Mamba

    un « nouveau parcours individuel d’information, d’orientation et de découverte du monde économique et professionnel » en sixième frise le ridicule au fer chaud
    Surtout que les règles du jeu tout les quatre matins en France, arrivé en terminal leurs connaissances seront obsolètes.
    Il n’y a aucune stabilité dans leur réglementation, un chef d’entreprise a déjà du mal à suivre alors allez voir dans quel état sont nos enfants à la sortie du Bac.

      1. Black Mamba

        Bien vu!
        J’avais trouvé qu’il y avait un certain laxisme de la part des linguistes ces derniers temps.
        Il est vrai que je suis dyslexique mais ce n’est pas une raison pour ne pas mentionner mes oublies.
        Ma pauvre cervelle pense avoir mis tout les mots dans le bon ordre mais mon handicap me joue des tours. …
        🙂

        1. Aristarque

          Les oublies étaient de petits gâteaux vendus par des guinguettes de parc aux enfants. Je ne pense pas que tu évoques cela mais bien les oublis : défaut de mémoire d’une chose à faire…

  12. vengeusemasquée

    Si ce pays n’était pas aussi merdeux, j’aurais entrepris depuis longtemps. Ce ne sont vraiment pas les idées qui me manquent. Au-delà de ça, je suis fonctionnaire et je ne fous rien. Tout va bien.

      1. Duff

        De moins en moins, à force de voir arriver des français de plus en plus « français » dans le mauvais sens du terme… Et ce n’est pas des Pierre Condamin Gerbier qui vont redresser le niveau.

          1. Toni

            Ah oui le french shopping, on s’est également fait remarquer en Australie. Purée mais même quand je paie pour 2000 euros d’avion et 5000 de visas temporaires, il va encore falloir se supporter un ramassi de punks de zonards, intermittents du spectale, de kevin et lolita qui passent déjà leur temps à nous emmerder ici.

            Bon le bon coté c’est que pendant qu’ils font chier down under ou le Mexique on a une paix temporaire ici.

      2. vengeusemasquée

        Effectivement. J’espère vraiment pouvoir partir un peu plus loin, sans frontière commune avec ce pays à la con que je ne supporte plus.

  13. carpe diem

    Dans un autre registre : allez donc voir l’article édifiant sur la belle ville de Roquebrune sur Argens, publié dans le « cri du contribuable », vous n’aurez plus envie, mais plus envie du tout d’aller bosser lundi. Je résume 13000 habitants, un endettement ubuesque, une nuée de planqués employés à la mairie, un maire qui confond les porte monnaies, des cartes de carburant (207000 euros en 2011, doivent rouler en Hummer à raison de 60l/100kms?) voyageuses d’une poche à l’autre, des administrés fatalistes (sauf une), une voiture de fonction Jamesbondesque etc….du pur Courteline…en moins drôle. Le maire – interviewé par les journaleux-aux-ordres – si dit « offusqué » voire « offensé », mais  » pourquoi tant de haine »? snif bande de salauds de gueux.

    1. hussardbleu

      Roquebrune, ou la magouille institutionnalisée, mais c’est vrai de la plupart de nos communes du Midi – et d’ailleurs – si on se met à chercher les petits arrangements entre amis ou « frangins »… Les intérêts financiers sont tels, et le « laxisme » régional atteint un tel niveau, que, pour un Arreckx condamné, combien de Jousse continuent de plastronner ?

    2. vengeusemasquée

      Oh y’a vraiment pas que dans le midi. Dans la région parisienne, on a de bons spécimens aussi :
      – Issy les Moulineaux,
      – Levallois,
      – Saint-Denis…
      🙄

  14. LaM

    En fait il faudrait un kickstarter des impôts.
    Chaque citoyen aurait ses impôts à investir dans les projets gouvernementaux de son choix, et si le montant nécessaire pour réaliser le dit projet n’est pas atteint le projet capote. Si l’argent n’est pas investi à la fin de l’année il part dans une ONG ou je ne sais quoi.

    1. Pc

      « Si l’argent n’est pas investi à la fin de l’année il part dans une ONG ou je ne sais quoi. »

      Oula ! surtout pas ! On se retrouverait avec un tas d’ONG bidon avec l’Etat derrière, comme avec les associations (dont la plus subventionnée bénéficie aux fonctionnaires de Bercy – véridique-)

    1. Aristarque

      Roux et Combaluzier était une entreprise d’ ascensoristes. Elle existe toujours mais a contracté sa raison sociale au seul deuxième patronyme, très marquant!

      1. hussardbleu

        Ils étaient beaux, ces ascenseurs en bois massif… évidemment, il n’y avait pas, en ces temps heureux, de CPF pour les souiller ou les massacrer… les normes de sécurité – si exorbitantes à financer – n’existaient pas, mais je n’ai jamais entendu parler d’accidents avec ces antiques machines…

        1. Aristarque

          Si, il y avait déjà des normes de sécurité et d’ entretien des ascenseurs depuis fort longtemps, compte tenu du risque des accidents mais elles restaient raisonnables par rapport au délire actuel.

  15. NeverMore

    Ernst&Young a raison, c’est très facile de créer une entreprise en France.

    Il suffit en fait de la créer dans un pays sympa et pas trop loin, et d’ouvrir une succursale en France (optionnellement dans une zone franche*, pourquoi pas ?).

    Le système demande quelques démarches initiales mais après, votre méchant « moi étranger » peut faire bosser votre moi franco-Français de façon tout à fait optimale (surtout si ses prestations de moi étranger -expertise, dossiers, … – sont hors de prix).

    Le presse spécialisée vous découragera, mais tout est faux, analysez bien leurs arguments.

    Si avec ça vous êtes imposés sur vos bénéfices et même sur vos revenus, faudrait peut-être réviser votre chaîne de valeur :-).

    PS : ne prenez pas ce que je dis à la lettre, c’est un état de rélexions. J’ai pas fait ce que je raconte, mais je suis en train de l’étudier,

    * Dans la zone franche, si vous n’envisagez pas d’embaucher sur place, créez en plus un bureau de liaison là où ça vous arrange (à votre domicile, ça se défend).

    1. Andrelux

      @NeverMore
      Voui, bien sûr….
      Mais n’oubliez pas : zone franche=contrôle fiscal la deux ou troisième année, et on vous reprend tout ce que vous pourriez y avoir gagné, voire beaucoup plus.
      Idem : crédit impôt recherche, etc.
      Si vous voulez monter une boîte, surtout ne demandez rien à l’état.
      Vous vous retrouverez dans la liste des rendeurs de comptes, donc taxables à merci…
      Un indépendant doit rester un indépendant dans tous les sesns du terme.

      1. Aristarque

        Zone franche = loyers commerciaux délirants ou pas beaucoup en dessous…
        = bon contrat de vigiles ou super système d’ alarme…
        D’ autre part, en ce cas, ne pas avoir une activité où la clientèle doit venir à vos locaux. Effet répulsif à peu près assuré…

        1. hussardbleu

          Il n’y a pas une administration plus ou moins centrale qui va être « délocalisée » dans le 9/3 ?
          Me semble avoir lu qu’ils flippaient déjà, et réclamaient des RER dédiés ?

          Pétard, des fonctionnaires en zone franche, cela m’éjouit franchement grave….
          VM, tu le sais certainement ?

            1. NeverMore

              N’importe quoi – Relisez moi bien.
              1) zone franche optionnelle (sachant que vous n’êtes pas obligé d’y être présent physiquement)
              2) vous n’êtes pas obligé d’embaucher sur place
              3) vous ne louez pas de locaux, mais des boîtes au lettres
              4) parlez-moi des contrôles fiscaux sur les succursales de sociétés (maisons mère) étrangères.
              … etc …

              Je ne vais quand même pas en plus vous faire un dessin je suis un républicain irréprochable, moi.

              Et puis après-tout, renseignez vous par vous même, mais un conseil : vu vos remarques, évitez d’entreprendre, même en rêve.

            2. Aristarque

              A Never more. C’est à moi que vous dites d’ oublier d’ entreprendre, même en rêve?
              Pour votre gouverne, j’ en suis a la troisième édition de boites commerciales sans compter quatre SCI.

    2. yp

      Ne faites surtout pas ça ! C’est un très mauvais plan. J’insiste : TRES MAUVAIS PLAN.

      Si vous êtes résident FR et que plus de la moitié de votre clientèle est française, votre activitée sera « requalifiée » et vous serez « assujetti » non seulement aux impôts, mais à l’URSSAF, sur l’intégralité de votre activité à l’étranger…

      Si vous tentez quand même en vous disant que vous serez discret, ne montez surtout pas de filliale FR avec actionaire étranger, fiscalement, ça revient à se ballader nu avec un gyrophare sur la tête et c’est un appeau à vampires si l’actionnaire, le gérant ou le bénéficiaire économique du compte bancaire de la société étrangère est résident fiscal FR…

      Pensez aussi au fait que vos clients sont des failles potentielles de votre montage (par exemple, en cas de contrôle d’un de vos clients, s’ils ont payés des factures à une société dans une juridiction « trop » favorable, les agents du fisc leur feront cracher le morceau, de gré ou de force…)

      Si vous voulez « jouer » à ce jeu là, prenez des conseils chez un avocat spécialisé et expérimenté dans le domaine de ce genre de montages. Même si cela semble cher c’est encore cadeau, car Bercy est extrêment fort dans le jeu ou il fixe les règles. (Et on trouve beaucoup de con-seillers alakon sur le net.)

      Sans compter que si vous avez réussi à faire un montage sans aspérités, vous aurez un problème pour profiter de votre pognon. Si l’option du contournement fiscal vous tente, vous allez apprendre à devenir paranoïaque…

      Il n’y a qu’une seule façon d’échapper au fisc francais : devenir résident à l’étranger (et encore, ça ne va pas durer avec l’impôt sur la nationalité…)

      1. Aristarque

        L’ impôt sur la nationalité! Comme vous y allez ! Croyez-vous qu’il sera facile pour l’ Etat F. d’ aller recouvrer de l’ impôt sur ceux qui n’ auront plus d’attaches françaises directes ou de biens français? Et que diront tous ceux, natifs d’ailleurs, qui viennent faire naître des mômes dans les maternités françaises pour que lesdits rejetons puissent revendiquer le précieux sésame à allocations, outre le futur passeport ? Je ne pense pas qu’ils le font pour être membres bienfaiteurs du délire fiscal à la mode de chez nous… Regardez déjà les réactions des guignols ayant voté pour le clown batavesque ayant promis que seuls les riches paieraient et qui, par la grâce d’une simple absence de revalorisation du barème, se mettent à devoir raquer, non seulement de l’ IR, mais d’ autres dépenses dont ils étaient jusqu’ alors dispensés totalement ou partiellement selon les cas… Je ne pense pas que cela passera aisément dans les faits parce que les députés pourraient subitement manquer de courage si leurs précieux fromages se retrouvaient mis en danger de non-renouvellement…

        1. David Jeames

          La taxation sur la nationalité va demander de dénoncer un nombre important d’accords internationaux. C’est possible, mais ne se fera pas rapidement, ni sans bruit.
          Il restera alors de tout faire pour perdre sa nationalité française ou demander l’asile politique …

          1. yp

            Ce n’est peut être pas pour tout de suite, mais ça ne les arrêtera pas.

            Par ailleurs un francais résidant à l’étranger, qui conserve la jouissance de biens immobiliers non loués sur le territoire à droit à un impôt foncier forfaitaire sans aucun abattement, dont le montant est calculé sur la base d’un montant représentant 3 fois la valeur locative annuelle réelle. S’ajoute ensuite la taxe d’habitation, taxe foncière, redevance audiovisuelle et l’ISF si votre patrimoine immo est important…

            Bercy pense à tout…

            1. Wapi

              Je confirme votre propos…Bercy a tout prévu, mais un doute léger les effleure car la révolte par l’exil, toute silencieuse et individuelle qu’elle soit semble faire des émules. Il ne faut pas laisser s’étendre la contamination libérale , Donc on cherche tous azimuth à etouffer ces velleités d’affranchissement,on invente l’exit tax, la taxe d’expatriation, etc… Les petits cafards scrofulaires qui squattent les couloirs de Matignon n’ont pas fini de nous pourrir la vie… Vite Mon Baygon vert….

      2. NeverMore

        Filiale, actionnaire étranger, j’ai jamais parlé de çà.

        J’ai parlé de société-mère, de succursale, de bureau de liaison, d’optimisation de chaîne de valeur (c’est le but), d’activité en France.

        Facturés pour une prestation réelle, avec facture bien hexagonale par la succursale (sinon à quoi sert elle ?), les clients n’ont rien à cacher, et rien à cracher (c’est quoi ce délire ?).

        Quant au moyen de profiter du pognon, j’ai rien à dire tant votre remarque me sidère.

  16. paf

    ah oui l’article est passe sur facebook, il a circule chez les expats on me l’a envoye.Pure propagande gogole, je ne suis pas surpris que ce soit le Monde qui s’y colle…

  17. yp

    Tout le monde sait bien qu’ « ouvrir sa boite » en France, c’est avant tout s’exposer encore plus à une administration tatillone et aux fonctionnaires touts puissants.

    Sans compter que le cadre législatif change à tout bout de champs.(cerise sur le gâteau, le changement est parfois à effet rétroactif…) L’état de droit est une vaste blaque, la loi est à géométrie variable et il vaut mieux être une « victime de la société » qui a exprimé son ras le bol de la société par le viol, que d’avoir eu l’outrecuidance de vouloir faire respecter son bon droit ou d’avoir payer l’ URSSAF par chèque.

    Parce qu’en France, le fait de posséder quelque chose, d’être honnête ou de bonne foi ne constituent pour l’administration que des leviers bien pratiques pour vous enterrer davantage.

    Forcément, tout ça n’incite pas à avoir envie d’entreprendre en France : C’est un nid à emmerdes. Du coup la mafia s’étonne que les français réduisent leur surface exposée au racket…

    (Et ça, c’est sans même prendre en compte la rentabilité plombée par des exigences normatives ubuesques ou une fiscalité et des charges sociales confiscatoires.)

    1. Klepsy

      Et alors la Russie sur place, c’est comment ?
      J’ai d’ailleurs une opportunité de partir quelque temps chez des Français. Mais dans le Caucase russe. C’est pas trop agitée comme région ?

      1. yp

        Tout va bien, je serai bientôt mieux logé ! J’apprends progressivement à composer avec une administration dont l’efficacité n’est pas la caractéristique principale. D’un autre côté, beaucoup de choses à la réglementation compliquée en France paraissent tellement simples que c’en est presque irréel…

        C’est curieux, il y aurait plein de choses à dire et pleins de critiques à formuler. Mais c’est un peu comme les routes en Russie : malgrès tous les inconvénients à rouler la bas, j’éprouve du plaisir à conduire. Alors que de retour pour quelques jours en France pour finaliser la liquidation de ma vie, conduire ici est une punition. En tous cas, là bas, mon pays ne m’a pas manqué et ici, quelque chose de fondamental me manque.

        Quand au votre question sur le Caucase, je ne peux malheureusement pas vous répondre, d’autant c’est une vaste zone qui comporte plusieurs « états » (et les choses peuvent être sensiblement différentes d’un état à l’autre.) En tous cas, si vous allez sur le kraï de Krasnodar (Sochi), je ne pense pas que vous ayez à vous inquiéter.

        1. Klepsy

          Ca encourage à partir une réponse comme ça.
          Et c’est effectivement près de Sotchi… Alors je crois que je vais me laisser tenter ^^
          Merci de la réponse

  18. Martini

    Mouhaha, j’avais vu cet article sur Le Monde il y a quelques jours. Bien entendu, au titre, on sent déjà que l’article en lui même est une vaste plaisanterie avec une capacité d’analyse de l’auteur qui frôle le néant.

  19. Duff

    Sans rapport avec le billet du jour, j’aimerais bien comprendre les ressorts de l’alignement des socialistes sur Obama en Syrie. Même Cameron qui ne rate aucune occasion de jouer au caniche (je dis ça en étant par ailleurs supporter de sa « Big Society » qui économiquement semble commencer à porter ses fruits) a été désavoué par son parlement. Avec les échéances européennes qui vont profiter à Farage, il est mal inspiré en ce moment.

    S’agissant de Hollande qui voulait combattre l’ennemi sans visage qui gouverne sans présenter sa candidature, là j’ai du mal à comprendre. Lorsque les américains avaient au printemps déclaré que la ligne rouge c’était les armes chimiques, Fabius en perroquet déplumé était monté au créneau. Cette fois c’est Hollande qui veut punir… Et ses caniches comme Harlem Désir de monter au créneau en accusant la droite dubitative voire hostile à l’intervention d’être des munichois… Qui en 1938 étaient des radicaux et des socialistes… Bref les amateurs d’histoire et du front populaire se régaleront.

    Je repense aussi à la sortie de Sarkozy l’été dernier qui poussait Hollande à agir : Piège tendu plus qu’une réelle conviction?

    Cet alignement sur Obama pose question tout de même, serait-ce parce que les caisses de Moscouvichy sont désespérément vides qu’il ne faut surtout pas se mettre à dos l’ennemi sans visage sans qui on ne peut pas financer ses projets plein de bisous? Si c’est ça voilà qui démontre que la situation budgétaire et financière de la France s’approche franchement de la panique…

    A suivre donc.

    1. Andrelux

      @Duff
      Je suis un esprit simple :
      Je pense qu’il s’agit uniquement de politique politicienne intérieure, de toutes façons, le personnage qui nous dirige me semble incapable d’autre chose (ou de quelque chose).
      Aller Défendre les Droits de l’Homme, Punir l’Inacceptable, c’est Beau, c’est Grand , c’est mitterandien. (pas de majuscule pour les pourris).
      Justifier le fric manquant par la croisade en Syrie, c’est une belle opportunité.
      Même si à cette heure, on ne sait pas, (si on le sait un jour), qui a vraiment fait péter ces bombes.
      Mais quand même, en pensant aux déclarations anciennes d’Obama, à qui le crime profite-t-il le plus ?
      Les cons..etc… (Audiard)
      CPEF

        1. hussardbleu

          Pourquoi mettre une majuscule à un adjectif ? overkill, mes bons…

          ceci dit, moi je l’aimais bien, le vieux François… comme dans les interviouves du Figaro :

          « Qu’y-a-t-il de Gauche en vous? »

          « Mitterrand », je répondrais…

          d’autant qu’il était de Droite, a laminé le PC, et méprisait tellement les hommes qu’il ne pouvait que m’être sympathique.

          Par surcroît – et cela devrait le rendre aimable aux dames du Blog – toutes ses maîtresses étaient laides… il faut bien que les uglies aient leur tour de manège…

          1. Black Mamba

            Il faut dire que l’Arsouille était fort laid lui même.
            Je trouve que Kermitte la grenouille à plus de charme que ce monsieur , pourtant ils ont tout deux le même sourir batracien …
            😉

          2. janus

            Mais c’est cette crapule immonde qui nous a ruiné. Bon dieu : les comptes publics étaient aussi bons que possible après les couillonnades de Giscard, tenu par les couilles par R.BARRE. Et cette vieille ordure, con comme un manche, gâteux et incompétent n’a plus eu qu’a se servir Bordel de merde ! Et la ruine a commencé vaillament. Et vous souvenez vous de la bacchanale » du soir du 10 mai 1981 avec la lie sortie de tous les égouts et geulant « On a gagné  » On l’a tous eu dans le cul pour les plus anciens et ça me fait encore mal et pour les plus jeunes, vous avez été mis au parfum dès le biberon, tripotés dès le berceau par les emuiles pédophiles de ce gouvernement d’escrocs et d’anormaux. Tout vient de là. Pardonnez ma grossièreté , mais je ne peux plus garder mon calme lorsque je lis des propos vaguement admiratifs pour ce vieux tenancier de bordel.

            1. vengeusemasquée

              Je pense que vous ne trouverez aucune forme d’admiration, même vague, pour ce connard parmi les contributeur de ce blog. A vrai dire, je ne pense pas. J’en suis sûre.

          3. Higgins

            Voilà une blague à ne pas dire à vos amis socialistes:
            Savez-vous pourquoi François Mitterrand est enterré à Jarnac?
            Réponse: parce qu’il n’y a pas de ville qui s’appelle J’e….

    2. Higgins

      On a jusqu’au 9 septembre pour voir venir (date à laquelle le Congrès se réunira). D’ici là, on va voir le capitaine de pédalo à l’œuvre. Ça va être épique.
      La situation actuelle n’est pas sans rappeler, par bien des aspects, celle qui prévalait en 1939: un pays en crise profonde que ce soit au plan économique, politique, social ou culturel, un pouvoir discrédité, une situation économique plus que difficile, une armée qui, faute d’investissements depuis trente ans, n’est plus que l’ombre de ce qu’elle a été, etc…
      L’Histoire, certes, ne se répète pas mais les similitudes sont nombreuses. Personnellement et très sérieusement, je crains une guerre civile tant les frustrations, les mensonges, la désinformation plongent la société dans une attitude schizophrénique.
      Mimolette et consort sont la mèche qui va faire sauter le baril.
      Je ne résiste pas à partager ces quelques d’une férocité terrible mais si juste: « …Dans un vaste salon élyséen, le Président, entouré de concubines assorties, regarde les images que diffuse le téléviseur à écran OLED offert par l’émir du Qatar. La famille de Monsieur Fariz, filmée par satellite, apparaît dans toute sa diversité.
      La voix off d’une chercheuse en géopolitique équitable commente :
      –Une frappe chirurgicale a permis de détruire les réserves de gaz moutarde que la dictature dissimulait dans les ventres de moutons importés clandestinement de Corée du nord en violation de la résolution 12.369 ter de l’ONU.
      –Où ça se passe, ça ? demande une concubine qui, depuis son échec à une précédente élection, a décidé de s’informer sur les trucs qu’on voit à la télé.
      –En Styrie, répond avec assurance le Président.
      — Et c’est où , c’te Styrie ?, s’enquiert la seconde concubine, soucieuse de ne pas faire d’erreur dans l’article qu’elle doit écrire pour un magazine à fort tirage, propriété de l’émir du Qatar.
      –Un instant…, le Président attrape son smartphone républicain, posé sur le beau bureau Pompidou, à côté d’un plateau où ruissellent de sucre et de miel des loukoums et cornes de gazelle , présents de l’émir du Qatar.
      Les minutes passent , pendant que le Président cherche l’ appli qui le renseignera. Les concubines patientent en rédigeant sur des tablettes projets de lois et d’impôts nouveaux.
      –Tiens, c’est en Autriche, cette Styrie, énonce enfin le Président.
      –C’est plein de nazis, l’ Autriche, remarque la concubine employée par le journal avec beaucoup de photos. Faut nettoyer…
      Au plafond, une ampoule jusqu’alors éteinte s’illumine d’une couleur verte très vive.
      –Vert, enfin ! s’exclame le Président. C’est Washington qui me donne le feu vert!
      Il attire à lui les concubines, leur caresse doucement la nuque. Il a un bon sourire. D’une voix ferme de chef, il dit :
      –Maintenant, à mon tour d’agir pour la démocratie.
      Dans le regard des concubines, l’admiration se mêle désormais à l’amour…. »
      (http://iconoreac.blogspot.fr/2013/08/syrie.html)

        1. Duff

          Merci Higgins, très bon. Je n’espérais pas déclencher autant de commentaires pertinents, preuve que le sujet est à suivre comme le lait sur le feu.

    3. yp

      En même temps, « on » était censé frapper incessament puisque la meilleure presse du monde avait bien expliqué que les émissaires de l’ONU avaient été priées de quitter le théatre des frappes au plus vite, car la pauvre Syrie devait se prendre toute la puissance de feu du Charles de Gaulle dans la tronche.

      Avec le versement d’élements au dossier par Poutine à l’ONU, la relative fermeté des Russes/Chinois/Iraniens, je verrais presque le vote du parlement anglais comme un rétro-pédalage orchestré pour que les américains puissent se retirer de cette affaire sans trop perdre la face.

      Evidemment, urgence de la situation oblige, ils n’ont pas eu le temps de rentrer moiprésident, qui continue de faire un rafut pas possible et empêche tous les voisins de dormir…

      Celui-là, ça doit le faire bander de pouvoir jouer les chefs de guerre, lui qui s’est fait réformer du service minitaire pour… Myopie…

      http://farm3.staticflickr.com/2891/9626170305_b6b94e2ec2_z.jpg

        1. yp

          C’est quand même bizarre, le gars fait l’armée par « devoir » après avoir été réformé et se retrouve en piaule avec Jean-Pierre Jouyet, Michel Sapin et Henri de Castries… Y aurait-il une piaule réservée aux futurs énarques ?

            1. Peste et coryza

              Vous croyez qu’ils allaient les mettre avec Paul Dupont, Giacommo Facchineti et autres Rachid ?
              Ils ne seraient plus socialistes !

    1. Black Mamba

      Je ne vais pas vous faire le coup de prendre comme avatar Bécassine , troporible!
      Dire que même la Guyane n’a pas pu échapper à Chantal Goya …

  20. Aristarque

    L’ article cité en prétexte de l’article du jour ne dit pas qu’ il est aisé ou facile de créer une entreprise en France mais que ce n’ est pas si difficile que cela… En fait, aux yeux des Socialistes, cela doit sonner comme une forme de désaveu, de constat d’échec de leur politique. Comment peut-on encore arriver à créer une entreprise en France alors même que les embûches réelles ne cessent d’ être multipliées à rebours d’ un discours pseudo-incantatoire d’ incitation à la création/reprise d’entreprises ? Dans les faits, la création administrative d’ une entreprise n’ est guère compliquée et le RC est rapide à obtenir (deux à trois jours contre quasiment deux mois en 1985 quand je fis ma première création). Mais c’est de faire vivre sa création dans la mesure où les suceurs du peuple arrivent au banquet au bout de quatre mois et où le budget minimal nécessaire à satisfaire le minima obligatoire est déjà très élevé. En fait, pour une création pure, il faut que l’ activité démarre très rapidement, sauf à avoir une trésorerie d’ enfer, ce qui est rarement le cas. D’ où le constat d’ un taux élevé de mortalité des rejetons entrepreneurs.

    1. Alzheimer

      La création d’entreprise en France : il est très facile d’y entrer, difficile à faire vivre et impossible d’en sortir indemne.
      Je déconseille froidement à quiconque de créer en France. Point.
      Mais à ceux qui se lancent quand même, je les conjure de prévoir aussi la cessation. Or la simple cessation (d’une EURL par ex), est administrativement beaucoup plus compliquée, longue et coûteuse que son démarrage.
      On ne fait pas décoller son avion sans savoir comment il va atterrir, y-compris en urgence. « Décollage facultatif, atterrissage toujours obligatoire », disent les vieux pilotes.
      Il faut donc se préparer EN MEME TEMPS que la création, ou fissa-fissa pour ceux qui sont déjà partis, au processus administratif de cessation d’activité. En cas de difficulté, la décision de continuer ne doit pas venir de la méconnaissance de ce processus ou de la paralysie psychologique liée à la dépression inévitable.
      Il faudrait idéalement un gros bouton rouge derrière une vitre « En cas d’urgence appuyez pour tout arrêter en full automatique »
      Croyez-en ma douloureuse expérience, un business-plan qui n’inclue pas l’arrêt d’urgence est non viable.

        1. Alzheimer

          30 juin 2008… pas fini 🙁
          J’ai même des docs signés, datés et tamponnés de l’Urssaf en 2012 qui se contredisent.

          En tant normal, je dirais de prévoir plusieurs mois et « quelques » paperasses entre la première démarche et la certitude que c’est bien clos.

          1. Alzheimer

            Le Centre de Formalités des Entreprises devrait au minimum avoir un formulaire ultra simplifié de déclaration de cessation d’activité à date, opposable ensuite à tous les organismes à la con le temps de faire les formalités complètes (dissolution…)
            Or si votre dossier n’est pas complet, votre cessation n’est pas enregistrée et votre entreprise existe officiellement toujours, donc les charges fixes continuent.
            Dans mon cas, résumé :
            – Business viable mais merdier administratif => jet d’éponge au 30-06-2008.
            – Dossier incomplet, sans que je m’en aperçoive.
            – Mais je croyais que c’était au moins fini à la date.
            – J’ai mis sur le compte de l’inertie administrative les appels de cotises RSI suivants… et n’ai pas réagi.
            – Grosse dépression, paperasse qui s’accumule, blocages bancaires…
            – Liquidation judiciaire par le RSI pour essentiellement des « dettes » post-cessation. Appartement menacé de saisie.
            – Impossible de leur faire comprendre.
            – Merdoyage, déprime, ras-le-bol.
            – Aujourd’hui salarié bien payé mais futur SDF, suicide avec ceinture d’explosif à l’Urssaf/Rsi/fisc ou exil.

            1. Nyamba

              Ouh, c’est pimpant tout cela… O_o’
              A choisir, optez pour l’exil : personne ne se remet d’une ceinture d’explosifs, en particulier pas le porteur.
              Courage, M. Alzheimer !

            2. Black Mamba

              Je comprends mieux pourquoi certaine personne se suicide.
              Ce n’est plus seulement du vampirisme c’est aussi des nécrophages…
              Tenez bon, exilez vous…
              Et si vous pouvez faire exploser ,sans vous avec , ces administrations ce sera un super feu d’artifice pour marquer le coup.

            3. yp

              Sauf erreur de ma part, l’ordre des choses c’est :

              assemblée de dissolution -> envoyer aux impots -> renvoient des exemplaires signés -> envoyer au greffe tribunal de commerce qui fait paraitre l’annonce légale de dissolution -> récupération de l’attestation de parution.

              Je crois que c’est ce dernier document qu’il faut pour l’urssaf et le rsi…

            4. yp

              p*tain si moi je le sais, comment se fait-il que le « Centre de Formalités des Entreprises » ne vous ai pas correctement conseillé ?

              Ne vous faites pas exploser pour ça, remontez votre business dans un pays moins débile…

            5. vengeusemasquée

              @Alzheimer : on va bientôt commander un charter pour le Canada. Ca devient la seule solution. Quand on aura fui, on enverra une bafouille de remerciements à François H.

              Ce pays rend fou.

            6. max

              Mon père a réussi à faire vivre sa boite et à bien payer ses employés, mais l’urssaf est venue, patatras.

              En cassation, il a fracassé l’urssaf, mais sa boite était morte…

              Cette pauvre Najat est totalement c…ne, on ne décide pas du sexe des anges. Byzance a payé très cher ce genre de conneries.

            1. David Jeames

              Je confirme tous les dires de Alzheimer, car je suis actuellement dans la même situation (en moins pire) …
              Fermer une entreprise est plus compliqué, plus long et plus coûteux que de l’ouvrir qui n’est pas déjà simple, rapide et gratuit.

  21. Toni

    h16 a écrit: « Et plus s’empilent ces interventions, plus s’amoncellent ces incitations, ces obligations, ces plans, ces législations, ces quotas, moins les Français semblent entreprendre. Vraiment, voilà qui est curieux, non ? »

    Le bon sens m’indique et doit sans doutes indiquer aux Français ne pas mettre les pieds dans une source d’emmerdements à n’en plus finir. Il vaut mieux laisser le troupeau faire une confiance aveugle à l’état, si le troupeau se ramasse une gamelle … ce n’est pas mon problème. Il a qu’à être moins con le troupeau …

  22. Toni

    Sinon pour ma part la création d’entreprises en France implique d’avoir à traiter avec des gens que je ne supporte pas et que je ne veux absolument pas voir dans ma vie.
    Mieux vaut s’arranger de la main à la main autant que possible et que l »état n’y foure pas ses gros doigts

  23. NOURATIN

    Ce qui serait parfait c’est que tous ces ahuris endoffés de pseudo droite comme de gauche authentique, cessent de prendre des initiatives pour inciter, orienter, faciliter et autres fantaisies hurluberlues qui compliquent à chaque fois et qui coûtent toujours.
    Ils se contenteraient d’assurer la sécurité et de faire régner l’ordre ce serait parfait. Hélas, ça, ils s’en foutent!

  24. Karamba!

    Donc en gros, si j’essaye de suivre les raisonnements de Belkacem (c’est bien parce que c’est dimanche et que j’ai du temps pour faire des jeux de piste).
    La théorie du genre c’est ne plus faire de distinction de traitement vis à vis des deux sexes, sauf quand on donne dans le féminisme? Enfin là ce n’est même pas du féminisme, il s’agit d’estimer que les femmes sont un peu gourdes, donc il convient de leur donner des cours de rattrapages pour combler leurs lacunes naturelles qui les empêchent de s’intéresser à l’entrepreneuriat, trop occupées qu’elles sont à se faire les ongles en feuilletant le dernier numéro de Elle.
    Je précise que je ne retiens pas la théorie de l’enseignement sexiste, sachant que nous recevons tous les mêmes cours dans des classes mixtes…

    1. Black Mamba

      Ce qu’ils oublient ces énarques c’est que derrière tout homme entrepreneur se cache une femme.
      Dans mon métier nous côtoyons de nombreux chefs d’entreprise bien souvent c’est leur femme qui gère toute la partie administrative et partage accessoirement les responsabilités.
      Les femmes qui entreprennent sont en bonne partie des femmes célibataires qui ne veulent pas passer leurs temps à être des parasites pour le système social ou qui ne veulent pas dépendre financièrement d’un homme.
      Malheureusement la France à développer un système d’assistanat qui permet à une femme avec des enfants à rester à la maison avec des avantages sociaux très confortable.
      Il suffit de relire l’article  » La société française à deux étages  » que cela ne vaut pas la peine pour une femme d’entreprendre si c’est pour être dans la misère et devoir gérer un stress financier et le risque quasi certain de voir son entreprise coulée .

    2. Vodkaman

      Me trompè-je si je suggère le poids de l’évolution dans ce déséquilibre ? (intuition qui ne relève d’aucune étude scientifique que je connais).
      L’instinct maternel des femmes et leur rôle (s’occuper du foyer) leur faisait apparaitre comme complètement stupide de cramer les réserves de nourriture sans tenir compte d’un éventuel coup dur. Le coté « testostérone » des mecs en revanche leur permet de tout risquer sans trop calculer le « lendemain qui déchante ».
      à rapprocher des propos de BM ci-dessous qui peuvent également expliquer pourquoi ce sont les femmes qui tiennent le coté administratif.

  25. val

    Encore une co**erie constructiviste de plus. Et injurieuse en plus , les pauvres petites fa-femmes qui devraient être aidées les pauvrettes à avoir l’esprit d’entreprise . Et bien entendu nos super héros de l’éd’nat vont enseigner l’esprit d’entreprise à nos chers enfants. Je sens que ça va encore faire rire ou fulminer dans les chaumières des dangereux déviants que nous sommes …

  26. Benway

    Que lis-je? L’esprit d’entreprise se perdrait en notre douce France? La faillite n’attirerait donc plus? Le mouton n’aimerait plus être tondu?
    Les bras m’en tombent…
    Petit cadeau à Mme Vallaud-Belkacem, un slogan qui l’aidera j’en suis certain à vendre son idée lumineuse:
    « On va vous apprendre à aimer la banqueroute. »

    1. val

      +1 , finalement , elle est choupinette leur idée : francaise , français lancez vous ! Puis bien sûr , on se plante et l’état remporte la mise !! C’est encore plus efficace que le casino…

      1. Pc

        Il faudrait inventer un Monopoly avec les règles socialistes, il y a aurait de quoi s’amuser

        (taxes sur les transactions, impôts à chaque tour sur le foncier, chance et caisse de communauté pour plein de cotisations bisous, donner tout son fric à l’Etat -qui remplace la banque- quand on tombe sur parc gratuit etc.)

        Rien de tel pour enseigner les dangers du tout-Etat !

    2. vengeusemasquée

      C’est lamentable et décourageant. Et ça me donne encore moins envie de me lancer dans une création d’entreprise. Ou bien si, mais au Canada.

  27. Bishop

    Du grand délire comme d’habitude, et plein de bisous baveux… Je me demande tout de même quand vont-ils enfin réaliser l’ampleur de leur aveuglement vis-à-vis de la situation. Assurer une parité relative (avec des statistiques encore sorties du chapeau) n’est pas vraiment la priorité quand tout le pays part en vrille…

    PS: Je téléphone immédiatement à mon ami roux ET breton pour le prévenir qu’il sera bientôt favorisé par les mesures gouvernementales !

    1. Karamba!

      Ne pas attendre de lucidité de la part de la secte socialiste. Ne pas oublier que ce sont les mêmes qui nous ont pondu les 35 heures selon leur vision utopique et hédoniste de la société du loisir coupée des réalités du monde. Les socialistes français sont ces êtres qui prolifèrent dans leur bulle publique. Pour eux l’univers n’est pas en expansion, tout est programmé jusqu’à leur mort. Boulot à vie, acquis et passe droits gravés dans le marbre (profil Hidalgo). Il ne leur reste plus qu’à se laisser glisser dans la décadence pour tromper l’ennui (salles de shoot). C’est d’ailleurs dans l’esprit cette dégénération que sont conçues la plupart de leurs réformes sociétales. Bien évidemment ils sont les seuls à y trouver leur compte. On ne peut pas être dans le vrai avec eux. C’est comme lire un traité d’astronomie pondu par des scientifiques qui pensent que la terre est plate.

  28. CW

    Le problème, c’est le poids du politiquement correct parmi les élites. Si vous dites que ce genre de truc c’est des c…., vous passez pour la macho réac’ du coin. Vous avez des promos sur les masques à gaz?

    1. hussardbleu

      Il y a une femme que je regrette, en ces temps où le n’importe quoi est élevé au rang de concept triomphant, c’est Françoise GIROUD, dont la finesse d’analyse, et la féminité retenue, faisaient mon admiration.

      Deux courtes citations, pour celles et ceux qui ne l’ont pas connue et n’est plus qu’un nom, qui s’éloigne déjà dans le passé (elle est morte en 2003, je crois) :

      – « le problème des femmes sera résolu le jour où l’on verra une femme médiocre à un poste important »

      – « la féminité n’est pas une incompétence. Elle n’est pas non plus une compétence »…

      Ce gouvernement de gauche est la preuve que le problème des femmes est enfin résolu, et que, de fait, la féminité n’est pas une compétence…

      PS : citations dans le Journal d’une Parisienne, tome 2, 1995

  29. NiCoRe

    Ce qui est sur c’est qu’avec un tel trio (la fauconne Pellerin , Ballaut -Velkacem et Fiasco-so) le succès est assuré. Elles sont autant entrepreneuses que les frères Marx mais beaucoup moins drôles

    1. Nocte

      Pas d’insulte pour le faucon. Merci pour lui.

      Cette espèce risque sa vie à chaque plongeon vers sa proie, ce qui est loin d’être le cas pour l’homonyme. (enfin… vu la vitesse à laquelle on fonce vers le mur… finalement, ça n’est p-e pas si loin de la réalité)

  30. Mominette

    Si la Ministre est tellement pour les femmes-entrepreneurs, pourquoi est-elle fonctionnaire ?

    Elle a d’autres urgences à traiter : le cas par exemple de Tupperwaere.
    Faut-il décorer cette société dont toutes les composantes sont des femmes-entrepreneuses, ou s’affoler du peu de place réservé aux hommes dans le domaine magistral de la boite en plastique vendue à domicile ?

    Il faudrait constituer d’urgence des commissions ad hoc, en discuter en conseil des ministres, au Conseil Constitutionnel et – pourquoi pas – organiser un referendum en urgence.

    L’avenir de la France en dépend !

    1. vengeusemasquée

      Le principe de la réunion tupperware véhicule une vision passéiste et rétrograde de la femme, incapable d’une part de tenir un commerce autrement qu’en s’incrustant chez les gens pour les forcer à acheter, et d’autre part en la cantonnant à un business basé sur l’entretien de la maison et l’alimentation de la famille.
      Je propose donc d’interdire Tupperware. 😆

  31. Peste et coryza

    Il y a un débat sur l’emploi de merde ces temps ci…

    Disons plus simplement que :
    1 : les femmes ont toujours travailler (boutiques, travaux domestiques, en général), mais moins que les hommes…
    2 : les femmes occupent souvent des postes tertiaires.
    3 : le féminisme a fait beaucoup de mal.

    Bref, la massification du travail des femmes est due aux progrès techniques et à l’énergie.

    Par exemple : médecin de campagne:
    – il y a une pénurie de médecins de campagne.
    – une famille de médecins de campagne, c’est monsieur qui accumule les heures, et madame qui assure l’intendance domestique (et la compta).

    Pour l’emploi de merde, je renvoie ces liens :
    http://lachute.over-blog.com/article-l-emploi-de-merde-ii-119781835.html
    Pour ma part, je pense que c’est du aux progrès techniques et à l’énergie.
    On est passé en 100 ans de 7 paysans nécessaire pour nourrir 10 personnes à 1 seul pour nourrir 10 personnes…

    1. Nyamba

      Bonjour !

      Dans la catégorie article qui sert à pas grand chose, on m’avait communiqué celui-ci : http://www.liberation.fr/societe/2013/08/28/y-a-t-il-un-phenomene-des-jobs-a-la-con_927711

      Sursaut féministe (je le suis quand ça m’arrange) : quand vous dites que les femmes ont toujours travaillé, « mais moins que les hommes », vous entendez bien sûr « travail rémunéré », heiiiin ? Non, parce que le mec de base est un tire-au-flanc absolu, il me semble :3

      1. Black Mamba

        Bonjour Nyamba
        T’inquiète! Peste a toujours manqué de tact vers la gente féminine,
        ce n’est pas étonnant qu’il désespère d’être sans une amie à ces côtés.
        😉

      2. vengeusemasquée

        J’avais effectivement vu cet article de libé et un gros gros facepalm est la seule réaction qui me semble saine.
        Eh oui, tout le monde n’a pas la chance de se sentir utile à l’avènement de l’homme nouveau en éructant toute la journée de la propagande financées par l’argent gratuit des zôtres. Les autres font ce qu’ils peuvent.
        Bande de sacs à m*** !

        1. Nyamba

          Ah, j’ai été plus économe de mouvements : au lieu d’un facepalm (on peut se blesser si celui-ci est trop violent), ce furent juste un sourcil levé, et un froncé. Le mec (ou la nana ?) qui a pondu ce tissu de conner… de réflexions profondes, n’a jamais dû faire un vrai job pénible pour cracher ainsi sur les postes tertiaires.
          @ Mme Black : Il m’avait semblé le comprendre, en effet, encore que M. Peste ne soit guère tendre envers le genre humain en général 🙂

          1. Peste et coryza

            @Nyamba et BM
            Vous me prêtez des propos que je n’ai pas formulé. Effectivement, j’ai un coté misanthrope, du à mes expériences… même si mon amitié est appréciée, y compris par la gent féminine.

            Les femmes, en général, et avant qu’elles accèdent pleinement au marché du travail, travaillaient effectivement moins que les hommes.
            Pourquoi ?
            – intendance domestique + éducation des enfants.
            – travaux effectués différents : moins physique pour les femmes dès qu’elles le pouvaient. Et moins guerrier…
            Bref, elles étaient plus à la boutique ou à la compta que dans les champs ou les ateliers…
            Il y avait aussi des femmes à la tête d’affaires…

            Les moments où les femmes ont travaillé plus que les hommes et à des postes physiques étaient ceux qui suivaient la mort ou l’absence de beaucoup d’hommes (guerres le plus souvent, l’épisode de la peste noire a été du pain béni pour le travail des femmes). Cela changera pendant la renaissance.

            Je crois également que notre différence de point de vue consiste en la définition de « travail ».
            – une femme qui tient la boucherie tandis que son mari découpe la viande, est-ce un travail ?
            – le fait de passer son temps à intriguer pour promouvoir la carrière de son mari est-il un travail ?
            – l’intendance domestique et l’éducation des enfants est-il un travail ?
            (rappelons le cas romain : les femmes étaient interdites de posséder un commerce, mais c’était souvent elles qui tenaient la compta et s’occupaient des clients, tandis que monsieur était à l’arrière)

            Après qu’appelez vous « emploi tertiaire » ?
            – le gus de l’entrepôt de chez amazone, c’est un ouvrier. Tertiaire ou secondaire ?
            – une secrétaire dans une fonderie, c’est tertiaire ou secondaire ?

            Pour revenir sur les jobs à la con.
            – Vous ne pouvez pas nier l’inflation chronique des administratifs, étudiants, marketeux, et autres…
            – La fonction publique française est un cas d’école mainte fois décrit ici…
            – la complexification du monde nécessite forcement des gens non productifs, mais capables de traiter cette complexité et d’en tirer un avantage pour l’entreprise qui les emploie. Le cas le plus voyant est le conseiller en développement durable… ben oui, l’écologie bisounours, ça permet de faire un joli greenwashing, et peut être de choper des parts de marché (ou de se mettre en conformité avec la législation, histoire que les fonctios chargés d’écologie aillent chercher des poux à quelqu’un d’autre).

            1. Nyamba

              Point de justification nécessaire, cher Peste, nous nous amusions juste à vos dépends 🙂

              Je maintiens néanmoins mon point de vue : vous vous référez effectivement au travail rémunéré dans votre argumentaire (avec lequel je suis, sinon, assez en phase). Quant aux femmes qui effectuaient des travaux moins physiques que les hommes jadis, lorsque ma mère me raconte ses souvenirs d’enfance (la Réunion des années 50-60), j’ai l’impression que l’homme de la famille, c’était ma grand-mère (elle tuait ses cochons elle-même, comme une grande ! Quant aux tâches ménagères – y compris la lessive, à la brosse, la cuisine pour toute la marmaille et l’intendance générale – c’était ma mère, tandis que ses frères plus âgés vaquaient à je ne sais quelles occupations…). Je suppose qu’à l’époque et dans ce genre de contexte, il n’y avait pas de notion de pénibilité du travail, ou de « répartition équitable des tâches » : il y avait la survie, et tout le monde faisait sa part (sauf mes oncles, ces tire-au-flanc :p). Enfin, je ne pense pas que nous divergions sur l’essence du propos, sauf que les travaux domestiques sont, à mes yeux, bel et bien des travaux (et c’est bien pour cette raison que je les fuis le plus possible).

              Pour le reste, par « emploi tertiaire » j’entendais essentiellement « jobs administratifs ». D’accord sur vos derniers points ; la complexité engendre des postes fastidieux, certainement non productifs et peu épanouissants à titre individuel. En sont-ils pour autant inutiles ? Je ne crois pas. Je suis assez d’accord avec l’adage « il n’y a pas de sot métier », et je ne crois pas qu’une entreprise embaucherait des administratifs à perte. La fonction publique, c’est une autre histoire…

              C’est marrant que vous parliez d’écologie, c’est mon domaine d’activités (et j’adooore chercher des poux dans la tête, même si je ne suis pas fonctionnaire 😛 ). Prêchant pour ma paroisse, bien entendu, je clamerai haut et fort que mon métier a son utilité (ma mission, fort complexe au demeurant (…hem…), est absolument essentielle au bien-être futur des enfants que je n’aurai pas.).

  32. François

    Houla ! Il n’y a que moi qui perçoit l’aigreur à chaque virgule de cet article ?

    Hé, les gars, les filles, réveillez-vous ! Vous aviez 10 ans pour faire les preuves des vertus de la droite au pouvoir. Trop tard, maintenant c’est la gauche et ses « débiles » (faudrait voir à t’acheter un dictionnaire des synonymes). Attendez votre tour !

    1. Tiens un troll qui n’a rien compris.
      La droite socialiste et la gauche socialiste sont du même tonneau. Les « vertus de la droite au pouvoir » sont donc exactement équivalentes à celles de la gauche (aussi pourries).
      Bref : un commentaire perdu.

Laisser un commentaire