Résistance active : nouvelles méthodes pour se passer de l’État

On a vu, dans de précédents billets qu’il était possible d’alourdir considérablement la marche de l’État, et, lorsque l’idée est poussée à son paroxysme, le bloquer complètement voire le faire s’effondrer sous son propre poids. Un aimable lecteur m’a cordialement poussé vers une liste copieuse détaillant des méthodes qui s’inscrivent dans cette lutte en diminuant l’emprise du gouvernement et de l’État dans votre vie. Comme c’est en anglais, je vous en propose ici une version française, librement inspirée.

Grâce à l’avènement d’internet, on dispose maintenant d’un levier réel et puissant pour parvenir, justement, à se dépêtrer des griffes étatiques. On l’a vu, par exemple, avec le courrier standard : rapidement supplanté par l’e-mail, les papiers qui vous parviennent sont essentiellement publicitaires ou exclusivement légaux, l’administration et sa légèreté proverbiale n’ayant toujours pas trouvé de moyen plus adéquat pour vous contacter. Tous les autres courriers ont, eux, disparu. Les sociétés privés ont ainsi tout intérêt à vous diriger vers les facturations électroniques, les PDF récapitulatifs de commandes, et autres joyeusetés informatiques sans support.

L’idée peut donc être étendue à loisir : utilisons les technologies modernes et les habitudes en dehors des sentiers battus pour nous affranchir, au moins partiellement, de l’emprise de l’État.

Par exemple, on peut facilement combattre l’hydre en lui enlevant tout intérêt à supporter les lobbies, corporations et autres intérêts particuliers édictés en monopoles de droit par le graissage judicieux des « bons » rouages administratifs et politiques. Et dans les lobbies qui ont du souci à se faire avec l’arrivée d’Internet, il y a bien sûr les taxis ; j’en ai déjà parlé à de maintes reprises (ici par exemple). L’arrivée de concurrents indirects comme Uber ou Allocab constitue une véritable issue de secours pour se retirer du marché vicié que constitue celui du taxi.

CorporatismePour le logement, notamment hôtelier, on a les mêmes problèmes : cartels et corporatismes ont tout fait pour verrouiller le marché. S’y ajoutent les normes de plus en plus drastiques (obligations concernant les handicapés, les normes sanitaires, sécuritaires, etc…) L’arrivée de AirBnB les rend furieux ; leur rente s’amenuisant, on comprend vite pourquoi : chaque particulier peut devenir, de fait, un hôtelier d’un jour ou plus. Les prix, négociés directement entre le locataire et le loueur, échappent au corporatisme. Mieux : l’échange direct (je te laisse mon appartement, tu me prêtes le tien) permettent de voyager à moindre coût en survolant directement toute la paperasserie et les inévitables ponctions fiscales qu’une transaction monétaire aurait entraîné (pour les plus honnêtes d’entre nous).

En terme de lobbying, l’industrie lourdement centralisée et entièrement basée sur le droit de copie et la propriété intellectuelle est, quoi qu’on en pense, en train de vivre ses dernières années. Peu importe ici qu’on puisse ou non soutenir le principe qu’une idée deviendrait « privée » dès lors qu’elle répond à des critères légaux particuliers et saurait s’entourer d’une protection adéquate (et fort coûteuse), le constat qu’on peut dresser actuellement est sans appel : la notion même de droit d’auteur évolue progressivement au fur et à mesure des facilités d’usages offertes par Youtube et consorts. Quant au partage direct entre pairs (P2P), il a montré à la fois qu’il se passait des frontières et qu’il se riait des tentatives grotesques des corporations et des états pour le maîtriser. De la même façon que s’affranchir d’échanger des biens sur un marché contrôlé est maintenant non seulement possible, mais facile et loin d’être toujours illégal : organiser un marché de troc n’enfreint aucune loi et appauvrit l’État de la TVA qu’il aurait pu espérer collecter sur les transactions individuelles.

En outre, l’actuelle facilité dont dispose tout un chacun pour publier ses productions (blog, livre, vidéo, musique, ou n’importe quoi d’autre) provoque une remise en question fondamentale de pans entiers de l’industrie de la publication et de la distribution. En pratique, s’il est clairement faux que passer par Amazon tue des librairies, il est évident que chaque achat dématérialisé met un peu plus fin à ces grosses corporations et autres syndicats dont le cœur de métier s’était lentement déplacé de la publication ou distribution vers le lobbying intense de l’État. Avec la perte massive d’influence de ce dernier dans le domaine numérique, les joueurs qui avaient misé gros sur lui se retrouvent en chemise. Pas étonnant qu’on les entende à présent pleurnicher si fort : seuls ceux qui fournissent une vraie valeur ajoutée à la clientèle pour s’être déplacée dans leurs magasins peuvent espérer s’en sortir. En face, le libraire ronchon et méprisant, résolument anti-marché et délicieusement communiste, n’en a plus pour très longtemps…

L’extension de la lutte contre l’État passe aussi par des sentiers surprenants qui rappellent que non seulement, l’État ne fait pas forcément mieux que le marché, mais qu’il a même une tendance à faire systématiquement moins bien ; au point que chassé par la porte, ce dernier revient par la fenêtre, à la demande des acteurs qui n’en peuvent plus des contraintes que le Léviathan leur impose. Typiquement, c’est le cas de la santé, de la justice, de l’éducation, de l’aérospatiale, du capitalisme (crowdfunding), et de bien d’autres domaines.

Sécurité socialePour la santé, certains praticiens redécouvrent les bienfaits d’une privatisation complète de leur activité. En refusant purement et simplement la dictature de la paperasse, de plus en plus de praticiens décident de diminuer leurs horaires pour se consacrer exclusivement à leur métier et prendre le temps nécessaire à chaque patient. En échange, s’ils refusent la paperasserie des assurances et des administrations, ils offrent des prestations « low cost » (mais pas « low quality ») sur une base d’abonnement mensuel. Les frais, de plus en plus conséquents, de traitement administratifs étant éliminés, les patients peuvent remplacer leur assurance coûteuse (qu’elle soit privée ou publique) par un abonnement auprès d’un centre médical. Des initiatives (comme Atlas.md) se développent et trouvent rapidement une clientèle, qui n’est justement pas composée exclusivement de riches capitalistes (loin s’en faut). Alternativement, certaines cliniques ou praticiens proposent aux patients de s’assurer comme ils le feraient pour leur voiture : contracter une assurance pour les problèmes les plus graves, et payer pour les frais courants (bobologie médicale, jambe cassée sans complication) directement via les systèmes d’abonnements auprès des médecins de famille ou locaux.

Et en définitive, le calcul économique montre qu’ils ont raison puisque ce qui coûte le plus aux assurances est la couverture des petits actes d’entretien médical, individuellement peu coûteux, et non les accidents majeurs et maladies graves, qui, s’ils sont très coûteux, sont statistiquement bien plus rares. Ne s’assurer que pour les problèmes majeurs et payer soit un abonnement, soit directement les petits aléas médicaux de la vie est finalement bien moins cher. Mais surtout, les systèmes d’assurance santé collectifs actuels étant très majoritairement adossés à l’État, s’en affranchir revient à sabrer dans les pouvoirs du Léviathan, et diminuer ses propres dépenses.

Pour la justice, internet permet maintenant l’arbitrage et la réconciliation sans en passer systématiquement par les cours de justices républicaines, à l’instar de ce que pratiquent les assurances entre elles lorsque des litiges entre tiers sont engagés. On trouve ainsi Net-Arb qui verra peut-être un jour se développer son équivalent français.

Quant à l’éducation, j’ai déjà évoqué le développement fulgurant et de plus en plus symptomatique d’une demande précise en ce domaine : l’ensemble des MOOC (massive open online courses) à l’instar de Khan Academy permettent de distribuer un savoir jusqu’à présent difficile d’accès à un nombre croissant de personnes. La révolution qui se joue actuellement est si rapide et si importante que non seulement l’État est en retard de plusieurs générations à ce sujet, mais ni les politiciens, ni les enseignants n’ont encore pris l’exacte mesure du mouvement qui annonce ni plus ni moins que la disparition d’une éducation centralisée dans un très faible nombre d’années.

Du côté de l’espace, traditionnellement réservé aux militaires et aux grosses agences gouvernementales, l’apparition de plus en plus fréquente d’acteurs privés montre que là encore, l’État ne suit plus. Pour rappel, le saut de Baumgartner a été sponsorisé par RedBull, pas par l’ESA ou la NASA. Et le GrassHopper, une fusée réutilisable capable de décoller et d’atterrir à un endroit précis, n’est pas issu d’un programme spatial coûteux du public, mais d’un programme de bien moindre coût du privé. Et les économies d’échelles déclenchées par son concept vont singulièrement abaisser le coût d’une satellisation… Là encore, l’État va encore perdre du terrain ; et l’espace sans lui n’en sera que plus vaste.

Logo BitcoinÀ ces tendances discrètes mais tenaces s’ajoutent quelques autres technologies particulièrement disruptives pour l’État qui ne pourra pas s’y adapter. Ainsi en va-t-il de l’impression en trois dimensions, qui révolutionne complètement le rapport à la pièce unique, ou à la génération de pièces complexes et qui modifie radicalement certains paradigmes comme celui de l’arme à feu pour ne citer que celui-là (Allez lire ceci, édifiant). J’ai déjà évoqué Bitcoin, qui refonde complètement le rapport à la monnaie telle qu’on la connaît et sort purement et simplement l’entité étatique du tableau.

On voit mal comment l’État pourra concrètement lutter contre ces révolutions : à chaque fois qu’une loi semble vouloir encadrer la technologie ou la nouveauté introduite apparaît une dérivation surprenante, absolument imprévue par la loi ou permettant de la contourner outrageusement sans aucun risque pour le citoyen excédé. À chaque tentative des politiciens d’en tirer profit ou d’en limiter les usages, le peuple découvre consterné la nullité de ses élites (HADOPI, anyone ?)

La réalité qui se cache derrière ces évidences est que tout le monde peut, dès aujourd’hui, commencer à réfléchir concrètement à se détacher de l’État, à lui retirer effectivement le pouvoir qu’on lui accorde. Et moins d’État, cela veut surtout dire, avant tout, moins de cet impôt invisible qui nous touche tous et surtout les plus pauvres, c’est-à-dire plus de temps pour vous et ceux qui comptent dans votre vie.

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires314

  1. af

    Appauvrir l’état me semble une fausse bonne idée. Ce sont les politiciens qu’il faudrait appauvrir avant tout et je doute que ce soit là la martingale pour y parvenir. Que faire alors ? Ben j’en sais rien. A vous de me le dire.

    1. vengeusemasquée

      l’Etat ne servant strictement à rien, on a effectivement tout intérêt à l’appauvrir. Quand il ne restera plus rien à pomper, on se débarrassera peut-être de la classe parasitaire.

      1. channy

        « l’Etat ne servant strictement à rien »
        Pourtant même H16 a toujours dit que le rôle de l ‘état était d’assurer des fonctions régaliennes…donc l’état n’est pas complétement inutile.
        A moins que pour la défense il y ait des projets non révélés?

        1. Non, l’Etat ne sert à rien. Je lui accorde (mon côté sympa, sans doute) l’éventuelle possibilité de fourrer son gros nez de fiscoolique dans l’armée, la diplomatie, la police et la justice, mais c’est pour des fins expérimentales et temporaires seulement.

          1. vengeusemasquée

            Je maintiens que l’Etat ne sert à rien. On peut se passer de lui dans tous les domaines. Par conséquent, on le tolère, rien de plus.

    2. Deres

      Le problème de la « fuite fiscale » est que l’Etat augmente en réponse les prélèvements sur les secteurs qui ne peuvent pas l’esquiver … Cela ne conduit pas à court terme à l’effondrement de l’Etat mais à l’asphyxie complète de ceux n’ayant pas la possibilité de fuir. Pour moi, tout ceci, bien qu’intéressant est illusoire. ce qu’il faut est trouvé un moyen de modifier le système politique afin qu’il devienne capable de faire de réforme et de la gestion correctement.

    3. gem

      décidément vous n’avez rien compris.
      Le politicien n’est a rien à foutre du pognon. C’est un être d’ancien régime qui ne comprend et n’utilise que le pouvoir. Il ne veut pas être riche pour s’acheter des petits fours (et des tracts à sa gloire), il veut qu’on les lui serve gratuitement.
      Appauvrir l’état, c’est fait (d’où la montagne de dettes !), et ce sont les politiciens eux-même qui s’en sont chargés.
      Appauvrir les politiciens, ça ne servira qu’à leur faire chérir un peu plus leur pouvoir et à mépriser un peu plus l’argent et ceux qui s’en servent, ceux qui ont besoin de donner une chose pour en obtenir une autre : le tiers état

      1. Golum

        Mais oui….ils en ont rien à foutre en effet. Seulement pour l’instant….car ils peuvent vivre gratuitement sur l’argent des autres. Coupez leurs ce droit, cette légitimité et vous verrez le parasite se dessécher, mourir, puis se détacher de lui même. Le pouvoir n’est que le moyen, pas la fin…enfin ça pourrait devenir leur tombe !

  2. LNB

    « S’y ajoute les normes »
    S’y ajoutent les normes

    Sinon, oui, on a une belle liste de devoirs d’école H16 à faire. On s’y met!

  3. Aristarque

    L’ idée de promouvoir l’ arbitrage est intéressante quoique pas neuve. Notons qu’ au niveau des T.I. il est systématiquement mis en oeuvre par les conciliations. Mais cela ne peut pas faire disparaître la. Justice en raison des jusqu’au boutistes ou des butés…

    1. Il ne s’agit pas de « faire disparaître la Justice » mais d’en privatiser tout ce qui peut l’être. Les assurances prouvent déjà qu’elles sont capables de le faire pour certains domaines. Internet en couvrira d’autres. Restera probableemnt pour la Justice qu’on connaît ces domaines dit « collectifs »…

      1. Aristarque

        Je ne suis pas sûr que la Justice puisse être administrée autrement que par l’ Etat, étant considérée comme un domaine régalien. Mais pour l’ impartialité, il y a nettement à trouver que l’ Etat grançais. ..
        Et ce n’est pas elle qui ruine le pays…

          1. hussardbleu

            Je suis en faveur :

            1/ d’une privatisation totale des greffes civils et même pénaux : le travail sera beaucoup mieux fait, en perdant moins de temps et avec moins de personnel

            2/ d’une réforme totale de la Magistrature, les juges – élus par les professionnels du Droit dans un premier temps – devenant propriétaires de leurs charges, et donc totalement et vraiment indépendants de l’Etat

            1. Eole

              Il faut franchement se méfier de l’élection des juges. Il n’y a qu’à voir ce qui se passe aux Etats-Unis, où justement les juges sont élus en fonction de leur appartenance à un parti, des condamnations prononcées, etc…etc…

            2. GameOver

              Pourquoi se mefier ? Ils refletent directement l’opinion des electeurs qui l’ont elu… electeurs qui ne manqueront pas de s’en souvenir lors de lq prochqine election.

            3. hussardbleu

              @Eole : c’est pourquoi je souhaite une élection au départ par les professionnels du Droit, puis cela acquis, abandon de l’élection en faveur de la patrimonialité définitive de la charge.
              C’est le seul moyen d’avoir des gens compétents, et indépendants des pouvoirs.
              Cela peut vous choquer parce que c’est tellement loin des habitudes actuelles, mais réfléchissez-y….

            4. Eole

              Hussardbleu: dans ce cas, je suis entièrement d’accord que ce soit effectivement des professionnels du droit qui procèdent aux élections. @Gameover: vous savez très bien que les électeurs ont souvent la mémoire très courte. et puis les pots-de-vin, cela existe partout, aux USA aussi où j’ai habité plus de dix ans! 😉

          2. Théo31

            Libre marché de la justice : ne resteront en lice que les tribunaux et les professionnels du Droit les plus compétents. Il est anormal qu’un juge d’instruction qui a fait un merdage total soit toujours en poste comme il est anormal d’attendre des mois voire des années pour qu’une affaire soit jugée.

            1. Duff

              Outreau? Bien qu’imparfait et sujet au clientélisme, il me semble que voter pour ses juges comme aux USA éviterait qu’on coffre en France un « veilleur » condamné à du ferme et qu’on relâche de multi-récidivistes coupables d’avoir dévalisé un RER…

            2. Théo31

              L’élection n’a pas pour but mettre en place les plus compétents mais les plus démagogues. Si on élit en permanence des juges incapables, ça sera l’instabilité permanente.

              Dans un marché libre, les gens votent avec leur argent et ça change toute la donne.

    2. Franciskus

      Un mauvais compromis vaut mieux qu’un bon procès. La Justice régalienne ne devrait servir que lorsque la transaction est impossible.

      Sinon, au Canada, ils sont en train de mettre en place un truc vraiment bien : la salle d’audience dématérialisée (une visio conf améliorée). En France, peut être dans 15 ans…

  4. Riguite

    Beaucoup de ces points sont déjà en oeuvre dans pas mal de foyers. Reste la santé et l’éducation… Là c’est plus dur pour les salariés et les chômeurs.
    L’Education privée hors contrat est hors de prix aussi pour l’instant. Les sites que vous nous proposez sont de bons supports mais pas suffisants pour faire travailler nos têtes blondes qui ont malgré tout besoin de parler à un prof (bien que parfois on se demande à quoi ça sert, mais bon) et qui sont soumis à des examen et des concours d’Etat… Et la scolarisation à la maison a des limites.
    La Santé… On est bien coincé en tant qu’assuré social. N’étant pas entrepreneur, échapper à l’hydre pour l’instant reste à l’état de rêve. Et ceux qui y sont parvenus sont encore bien fliqués d’après certains témoignages sur ce blog. Mais je vous l’accorde, ça bouge et ça tangue. Quand le bateau aura coulé on aura peut-être un autre modèle à proposer…

    1. « pour les salariés et les chômeurs. »
      De moins en moins. Le monopole de la santé a sauté. Il y a encore d’énormes barrières psychologiques et politiques, mais il a sauté. La bascule s’opérera assez vite et elle emportera tout sur son passage.
      Pour l’éducation, ce sera plus doux, moins visible. Les gamins continueront d’aller se socialiser à l’école. Mais pour l’instruction, ils profiteront de plus en plus des vidéos, des MOOC et rapidement, les profs auront un autre rôle à jouer…

    2. Lib

      « L’Education privée hors contrat est hors de prix aussi pour l’instant. »

      Je paie 5000 euros (TTC, donc 4000 HT) par enfant pour une éducation de grande qualité en privé hors contrat, l’EN coûte 60 milliards par an pour 12 millions d’élèves.

      Ce n’est pas le privé qui est cher, c’est le public.

      1. Riguite

        @Lib : Je serais d’accord si c’était comme ça, mais on paie des impôts pour l’EN, et on paie en plus l’école privée dans notre belle république…
        J’en sais quelque chose. Je payais déjà, en l’an 2000, 5000 euros par an pour une école primaire de ce type et il y a deux ans, c’était 12000 euros pour le lycée… Le vulgus pecum ne peut s’offrir ces tarifs. Je ne le peux plus en tout cas.

            1. Riguite

              Excellente initiative ! Mauvaise langue, j’ai eu du mal à croire que j’étais sur un site gouvernemental… Je signe. on ne sait jamais après tout…

            2. GameOver

              Merci VM.
              Inscrit et signé +quelques autres.
              Le site est quand meme mal foutu ou alors ca vient de chrome. Impossible d’ouvrir une mesure dans un nouvel onglet avec un click droit et du coup avec un retour arriere on se retape la liste des 200 et quelques proposition en ordre aleatoire different de l’ordre allez a toire initiale.
              Aucun interet a la presentation des mesures dans des boites qui prennent de la place et ne donne meme pas un resume et on peut meme pas demander 200 boites par page.
              Et lors d’un retour sur la page initiale, le classement ne se met pas a jour suivant le choix de la liste deroulante… pouuuuhh…

              A ton avis ils le font expres rien que pour nous zembeter ou c’est de l’incompetence ?

            3. Black Mamba

              « A ton avis ils le font expres rien que pour nous zembeter ou c’est de l’incompetence ? »

              Les deux ! Mon capitaine … 😈

            4. GameOver

              Merci VM.
              Je n’avais meme pas vu cet article sur CP, juste celui ici de h16. Pourtant j’y vais tous les 2 jours en moyenne.

              Par rapport au commentaires sur CP de celui qui avait repondu a l’AO et au sujet des Chefs de Projet (c’est mon job mais dans l’industrie lourde) on recrute uniquement des gestionnaires de papier maintenant et on ne leur demande plus de connaitre le domaine d’activite, une cata. Les mecs planent a 4000ft qd on leur demande un renseignement technique de base.
              Lorsque j’ai ecrit PM dans une reunion a Melbourne, un intervenant m’a demandé si ca voulait dire Paper Mover.

      2. Golum

        C’est quoi pour vous: de grande qualité ?
        Une caste de super enfants, plus intelligents, plus cultives, moins socialiste, religieux avec confession au programme. Devoirs surveillés du vendredi, colles du samedi….
        Franchement, je crois que ça fait plus plaisir aux parents en leurs donnant bonne conscience qu’autre chose. Les profs y sont autant socialo, mais peuvent être cyniques en plus.
        Dans le public ils prennent du shit, dans les écoles privées c’est beaucoup plus fort.

    3. max

      En 1993, j’avais eu cette idée que les cours magistraux pourraient être disponibles en vidéos. Présentant cette idée à une prof de lycée, elle a été horrifiée que l’on puisse utiliser une machine pour enseigner…

      1. pi31416

        De mon temps les instits se servaient de machines pour enseigner. On appelait ça… attendez un peu que je me souvienne… des ardoises, des crayons, des craies. Et le fin du fin, encore plus fort que l’i-pod Apple ou je ne sais quoi, c’était la plume Sergent-Major.

        1. channy

          Quand j’étais en primaire dans les années 70 les instits se servaient d une drôle de machine qui marchait avec une manivelle, de l alcool à bruler etc…mais mon dieu j adorais sentir l’odeur du papier sortant de cette antiquité..
          c’était la machine a polycopier
          Les photocopieuse étant un luxe à cette époque.

    4. Nocte

      Ne pas oublier pour les MOOC: l’adulte peut enfin retourner à l’école s’il le souhaite et choisir les matières qui l’intéressent; du bonheur en barre.

      Au passage, merci h16 pour avoir parlé de ces sites (Kahn, Coursera, etc…), c’est du bonheur.

    1. Peste et coryza

      On en revient aux systèmes antiques : filer un peu de thune à tous les citoyens en échange de leurs temps pour la gestion des affaires de la cité.

      Cela peut également permettre de gérer les gens au chômage et les conséquences de la « disparition du travail/robolution », ou les retraités, en leur laissant le secteur associatif et les productions peu rentables.
      Ainsi, ils regagneraient leur dignité au lieu d’être condamné à la mort sociale.

      En contrepartie, ça permettrait de supprimer les RSA, APL, SMIC et autres… et même de fluidifier le marché de l’emploi.

      Pour qu’un tel système marche, il faut forcement :
      1 : une implication des dits citoyens
      2 : le droit du sang.
      3 : du ménage dans les écuries françaises…

        1. Peste et coryza

          @H16
          Simple : ça coute cher, donc il faut forcement le limiter aux seuls citoyens. Surtout pour ne pas attirer encore plus d’invasifs.

          Sinon, ce sera un désastre comme pour l’AME.

          1. Décidément, les mécanismes économiques te sont complètement hermétiques. Et les stats aussi.

            L’AME devrait être supprimée, c’est clair. Mais le droit du sang ne résoudra absolument rien, nib, nada, keud à ton problème d’invasifs.

            1. channy

              Paru dans le financial times du 28 octobre 2013 en réponse a M. Kouchner qui disait je cite:
              « Lampedusa brings shame on the european union »( la fameuse invasion dont parle peste et Coryza)
              Réponse de M.C Charles Okeahalam
              CEO AGH capital group
              afrique du Sud
              No it doesn t not.it bring shame or should bring shame to countries in other regions of the world who refuse to improve their governance levels and obtain the economic growth and stability that will improve the lives of many of their people;Shame should only arise;If in some wqy, the EU is complicit in preventing this objective from taking place.
              En clair le problème de l immigration massive dépend fortement de nos politiques étrangères…on peut mettre toutes les lois que l on veut celui qui vit dans la mouise intégrale dans son pays aura toujours le rêve d une vie meilleure à l’étranger.
              D’ailleurs certains sur ce blog rêvent aussi d une vie meilleure a l étranger..Émigrez et vous deviendrez un étranger à votre tour avec tous les bonheur d ‘avoir à faire à une administration sourde ou lourdement corrompue.

            2. Duff

              Je me suis renseigné à ce sujet à cause de la Léonarda.

              Le droit du sang est toujours en vigueur en France, le droit du sol est tellement encadré qu’il ne s’applique concrètement jamais si toutefois les familles qui doivent quitter le territoire le font à temps.

              Quelqu’un qui naît en France de parents étrangers PEUT demander la nationalité à 18 ans s’il est toujours sur le territoire… En clair pour des personnes issues hors de l’UE ça me semble compliqué.

              Les abus ce sont sont les histoires de regroupement familial, mariages gris, régularisations massives (merci Valls qui relance la machine en douce quand il tient un discours dur face aux TV) de clandestins.

            3. Peste et coryza

              Sauf qu’il y a une différence entre :
              – émigrer légalement, et suivre les lois du pays d’accueil et accepter ses règles
              – émigrer illégalement, se moquer des lois du pays d’accueil, et imposer ses propres règles.

            4. Peste et coryza

              Je rappelle également que je n’ai jamais été pour les interventions en Libye et au Mali, contrairement à Kouchner (qui tire sur l’ambulance).

          2. Théo31

            L’AME, c’est 0,07 % des dépenses publiques : en clair, c’est une gigaméga priorité.

            A l’inverse, une année d’AME, c’est une seule journée d’endettement public.

            1. Duff

              Claro mais c’est l’arbre qui cache la forêt. A vouloir être plus généreux en tous points que nos voisins, loger Léonarda & co aux frais de la princesse avec le résultat qu’on sait et tout un tas d’autres aides alakon, ce n’est ni 0.07% des dépenses publiques et encore moins 0.07% du temps d’antenne pour la moraline socialiste… Au final on en a perdu des points de PIB dépensés connement pendant des années.

              Après qu’il faille en priorité faire des réformes structurelles portant sur plusieurs points de PIB en termes de dépenses, cela va de soi. Mais les bêtises accumulées et les faux débats, les fatwas morales elles coûtent très cher à l’arrivée. Notre ami P&C tombe dans le piège qui consiste à ne pas mettre en perspective le coût réel de ce qui est mis en place publique mais il n’a pas totalement tort car il y a des coûts cachés qui salent la facture finale.

            2. GameOver

              Outre que l’AME c’est open bar sans budget et sans aucun controle et que ca excuse les depassements de budget des hopitaux publics qui vont pas se gener pour charger la mule on en arrive au fait que la frontiere etant ouverte et l’AME c’est un peu le ticket de train gratuit. On peut alors se rendre au gite d’etape qui est deja gratuit.

              Une mesure tres simple mise en oeuvre dans beaucoup de pays riches ou pauvres c’est de demander aux candidats a l’entree de fournir une attestation d’assurance maladie. La libre circulation en Europe ne pouvant etre restreinte il faudrait que ce soit au moins un prealable au declenchement des aides. Sinon on se retouve devant le fait accompli. Le but ici n’est pas de laisser crever les gens sur le seuil des hopitaux mais d’eviter d’envoyer a distance le signal : « viendez, y’en aura pour tout le monde ».
              Pour rappel, un francais meme sans ressource ne peut pas se faire soigner a l’oeil. Il doit accomplir des demarches auparavant.

            3. Peste et coryza

              @Theo31

              1 : Socialiste ? pas vraiment, je passe pour un affreux électeur FN.

              2 : est-ce malthusien de dire que, en ces temps de dèche, la priorité doit aller à la résolution des problèmes des nationaux au lieu d’aider le reste du monde ?

            4. Théo31

              @P&C : oui, vous êtes socialiste et malthusien. Vous voulez utiliser la contrainte légale pour arriver à vos fins, par exemple interdire le divorce pour régler une soit-disante pénurie de logements (ce en quoi vous êtes malthusien).

              Vous prenez les problèmes à l’envers. La pénurie de logements est provoquée par l’Etat, non les agents économiques : il y a deux millions et demi de logements qui pourraient être mis à la disposition de locataires ou de propriétaires tout de suite si l’Etat ne faisait pas chier.

              De la même manière, ce n’est pas l’immigration qui pousse à la création de l’AME mais l’inverse.

              Ceci dit, oui, l’AME devrait être supprimée mais c’est une goutte d’eau dans l’océan de social-clientélisme qu’il faudrait assécher.

      1. hipparchia

        Ah puis elle était tellement, tellement festive la démocratie athénienne, un truc de dingue. Sérieusement, c’est un des régimes les plus débiles jamais pensé – qui n’a marché que gouverné de la main de fer de Périclès et donc qui n’a marché que quand c’en était pas une – je ne comprends pas cette volonté systémique de s’y rattacher comme LE modèle de liberté.

        @h16 : peut-être que, pour que les citoyens passent leurs journées à bavasser sur l’agora, fallait des esclaves et des métèques pour produire quelque chose.

        Bref, sinon, chouette article. Je reste perplexe sur l’EN et les sites en lignes, mais bon.

    2. ertyu

      Ca sert à quoi votre monnaie ?

      Elle n’est pas coté selon une valeur ?

      Vous voulez 2% d inflation par semaine ? J’ai l’impression que ca sent le fiasco.

      Sinon vous êtes hébergé en France, vous finirez en taule pour concurrence à l’état =)

  5. Higgins

    Un peu HS, quoique, mais j’ai testé hier Pointvision (http://www.pointvisionparis.fr/) que tu avais évoqué il y a quelques temps.
    RV pris la semaine dernière pour le 7 novembre à 16h00, pris en compte par la secrétaire à 16h05, examen et passage devant l’ophtalmo. entre 16h10 et 16h30, sortie du centre à 16h40 tout cela au tarif conventionné. Excellent et pas étonnant qu’ils aient des pbs avec l’ordre des médecins et les autres ophtalmo. (pour info, dans ma province, délai pour un RV: 1 an!!!).

    1. Pirouli

      Excellent. Je viens de voir qu’il en existe un à Lyon.

      Voila maintenant 8 mois que j’attends un RDV chez l’ophtalmo.

      Je vais les contacter.

      1. Korben

        Bonjour, je suis allé à Pointvision à Lyon (clinique Natecia).
        Pour info, je suis interne des hopitaux de Lyon (pas en ophtalmo évidemment, mais j’ai des notions sur le sujet)

        Rendez-vous très (très) rapide –> on est nombreux à avoir rendez-vous sur le même créneau horaire (car plusieurs orthoptistes et ophtalmos). Locaux et matériel d’aspect neuf.
        Je suis vu d’abord par une orthoptiste qui me semble compétente, fait à ma demande un fond d’oeil (myopie forte… je souhaite vérifier) (sans dilatation de la pupille) + examen classique et mesure de la correction.
        Puis je suis vu par un ophtalmo roumain (que le site n’évoque pas, seul le CV d’une ophtalmo lyonnaise y figure), un peu rigide (je ne venais pas pour son sourire non plus) qui me fait un fond d’oeil avec dilatation et vérifie la correction de ma myopie.
        En fin de consultation, il se trompe par inadvertance sur ma prescription (ça peut arriver), mais globalement, il a fait ce qu’il faut, et ce pour la somme ridicule de 41 euros (bizarre que les ophtalmos français ne soient pas en secteur 1…).
        Point négatif : je trouve sa compréhension du français insuffisante pour une profession comme celle-là.
        Enfin, je paie et ils me donnent, comme à tous les patients, une feuille de soins et c’est à moi de me faire rembourser (ils ont bien raison de faire ainsi).

        Au total : un bon plan pour la majorité des gens : patients sans facteur de risque, qui nécessitent un contrôle systématique classique, et un renouvellement des lunettes ou lentilles (pas les premières lentilles dans ces centres).
        Personnellement, je suis satisfait vu le délai et le prix mais je ne le recommanderai pas pour des pathologies plus complexes et les chirurgies : doute sur la formation des roumains aux dernières techniques, et certitude sur l’absence de contrôle de la formation (y compris des français d’ailleurs).
        Je vais quand même prendre un RDV avec une ophtalmo libérale qu’on m’a recommandée pour l’année prochaine, quitte à payer plus de ma poche.

        1. Higgins

          Pour ma part, les deux personnes à qui j’ai eu affaire étaient bien françaises. Ayant une bonne vue, ma visite étant un contrôle de pure routine. Je ne me prononcerai donc pas pour des pathologies plus complexes mais le risque ne me paraît pas très élevé. En cas de déception, il reste toujours la solution classique.

        2. Theotimedesavoie

          En Suisse, pays affreusement libéral et où, comme chacun le sait, les habitants sont en très mauvaise santé, j.ai eu mon dernier RV chez un ophtalmo en 3 jours.

          Mais heureusement, en France avec notre meilleur système du monde de l.univers, entre 3 et 6 mois…

  6. vengeusemasquée

    A l’occasion de mes vacances au Canada, j’ai testé allocab et airbnb. C’était génial.
    Avec AirBnb, j’ai pu avoir un appart dans le centre de Mtl idéal pour trois, avec parking, pour un prix très compétitif par rapport aux mêmes prestations dans un hôtel.
    Je suis allée à l’aéroport avec allocab. Chauffeur super sympa et bon conducteur, dans une belle auto confortable. Au retour, non seulement le chauffeur a été très patient parce que nous étions en retard mais en plus il était très intéressant.
    Ce dernier nous a expliqué qu’il avait commencé récemment son business de VTC après avoir abandonné une carrière d’éducateur spé qui le gonflait. A la question de savoir si ça valait le coup, il nous a répondu qu’il se donnait encore un an avant d’abandonner. Avant, il touchait 2000 euros par mois en bossant aux 35 heures. Maintenant, il bosse deux fois plus pour gagner beaucoup moins et il est dégoutté. Les taxis parisiens titulaires de la licence, eux, touchent entre 400 et 500 euros par jour + 150 au moins au black. Elle est vite rentabilisée la licence hein.
    Il était très intéressé par notre voyage au Canada et envisageait très sérieusement cette option. Ah oui aussi, lorsque j’ai appuyé sur le bouton « RSI », le flot de paroles a considérablement augmenté, façon visite chez le psy.
    Il m’a fait de la peine.

    1. Duff

      Mooi aussi j’ai pris une baffe à Montreal. C’est marrant comme une grande ville sans mendiant ni déchet avec un métro ressemblant à celui de Paris mais en propre et sans c**rds qui fraudent. Tout n’est pas idyllique mais une chose est certaine, on ne sent pas là bas la pression sur les individus qui fait qu’en France il y a clairement une atmosphère de moins en moins respirable.

        1. Duff

          Le chômage est à 7% au Canada je crois et comme d’habitude, plus élevé au QC que côté brit. Donc clairement le QC c’est mieux mais c’est pas l’eldorado non plus.

          1. Wapi

            oui mais beaucoup mieux géré qu’en France, les chômeurs doivent vraiment tout faire pour retrouver du boulot, sinon couic, se retrouvent au BS (Bureau Social) et là c’est vraiment de la survie: en comparaison le chomage en France c’est le Ritz. Après si les politiques Québecois ouvraient un peu les yeux ils réduiraient les taxes pour s »aligner au moins avec l’Ontario, et réduire le marché noir… Je vois une génération de syndicalistes et politiques à virer, les jeunes sont assez mûrs, ils aimeraient cesser de s’expatrier vers la BC, l’Alberta ou l’Ontario…Je ne parle pas des »carrés Rouges » qui phagocytent les médias montréalais et le plateau…Non pas l’Eldorado le QC mais on s’y sent libre.

            1. vengeusemasquée

              Je ne sais pas. Ca m’a quand même fait l’effet d’être un joyeux bordel comparé à Toronto, avec beaucoup de franchouillardises dans la gestion des routes par exemple. Cela dit, je préfèrerais quand même vivre à Montréal qu’à Paris !

            2. Duff

              C’est le mot de conclusion. C’est clairement mieux mais c’est pas l’idéal non plus. La Suisse me fait meilleur effet dans l’ensemble. Ne serait-ce parce que le système politique en place me paraît plus stable en suisse : 5% de chômage en canton genevois et c’est la poussée de partis populistes et turboliléraux vers le pouvoir (cf dernières élections cantonales fin octobre que j’ai pu suivre sur place sur la RTS) tandis qu’au QC rien n’interdit concrètement le retour de socialistes pur jus.

            3. Wapi

              @ vengeuse masquée, oui souvent le chaos à Montréal, mais une belle énergie. J’aime à doses raisonnables ét espacées dans le temps. Québec (city) est plus…. Suisse!
              @Duff , ce qui achèvera de dessiller les yeux des québécois,c’est le vieillissement de sa population et ét sa jeunesse qui s’en va vers les provinces anglophones.
              Ainsi que les immigrants qui choisissent plutôt l’Alberta que la belle province. En dehors de Montréal, on est vraiment bien.

            4. vengeusemasquée

              C’est marrant parce que Québec, en tout cas le centre ville, m’a fait l’effet d’être encore plus bordélique que Mtl, même si moins densément peuplé. Après, nous ne sommes restés que quelques jours et nous avons regardé les villes que nous avions sélectionnées pour s’interroger sur leur « habitabilité » en essayant d’avoir le moins d’a priori possible.
              Ottawa nous a bien plu aussi. ^^
              En fait, ce qui nous a gonflés avec Mtl, honnêtement, c’est la circulation. J’ai eu l’impression de voir tous les travers de Paris en un peu moins marqués : voies de bus partout, feux désynchronisés, pas mal de rues sans stationnement et stationnement très cher, autoroutes assez bouchées… enfin bon, encore une fois, ça reste beaucoup plus sympa que Paris. On peut se déplacer dans le centre-ville sans trop de difficultés mais c’est long. Chez moi on est très bagnoles alors du coup, c’est une question qui compte vraiment.

            5. Marc Aurèle

              Ah, et puis à Montréal il y a Choi X FM avec l’émission quotidienne d’Eric Duhaime (30% ou + d’audience), un truc totalement impossible en France…

  7. Pirouli

    Petit H.S.

    Ce matin. Il y aurait comme un léger frémissement sapinesque sur le 10 ans français.

    +10,57% à l’ouverture.

    M’est avis que la loi de finance 2014 va nous réserver encore quelques belles inventions taxatoires de dernière minute.

    1. Christophe

      Ne tombez pas dans le piège… Ce +10 % est dérisoire… Regardez le graphique sur 5 ans….

      On est à 2,39 ce matin….

      3,72 % fin novembre 2011

      4 % en aout 2008

      Petit accès de fièvre, tout relatif, extrêmement relatif pour fêter la dégradation de la note… Mais souvenez vous : la BCE veille au grain.

      La BCE qui a baissé ses taux hier (« c’est la reprise !  » comme dirait Moscouvici en lisant du Flaubert à sa jeune copine)… la BCE veille.

      Les taux ne monteront pas, pas suffisamment pour casser Hollande.

        1. Deres

          On a bien constaté que les taux bas correspondent à de l’argent gratuit pour les banques que celles-ci ne propagent pas vers l’économie réelle. En effet, les banques savent très bien que consentir des prêts avec de tels taux est très dangereux car les risques de faillite des entreprises sont très importants et que les taux ne peuvent que remonter sur le long terme … Mais comme dans la fable de l’aspirine, ces taux bas n’ayant pas relancé l’économie, c’est seulement que l’on ne les a pas baissé assez …
          Mario ferait mieux de réfléchir a un moyen de financer l’économie que les banques qui ne font pas leur travail. D’ailleurs personne ne s’y trompe, suite à cette baisse des taux, seules les banques ont fait un bond dans le CAC 40 …

            1. Deres

              Les investisseurs considèrent que la CA peut encore beaucoup croître et que quand il fera des bénéfices, ce sera avec une grosse marge opérationnel. Si une entreprise vaut environ 10 fois son bénéfice, cela veut dire que si tweeter arrive à avoir 25% de marge ou 10% de marge en augmentant de 2.5 fois son chiffre d’affaire, cet achat sera rentable à terme. C’est un pari sur l’avenir.

        1. Martin-Lothar

          @ H16 : très bon la « Une » de notre pr*vd* nationale ! Chiche que t’es cap d’écrire à la Queneau un prochain billet sans la lettre A.
          Ce serait « oulipo-libéral » en diable, même si pas très chic pour les moteurs de référencement.
          Sinon, il faudrait suggérer aussi à nos sinistres clowns de parlementaires de réécrire la loi de finances pour 2014, sans cette même lettre A. Ce serait moins rigolo, mais plus réaliste.

        1. LNB

          La même vieille recette politique s’applique encore : on essaie de casser le thermomètre pour faire tomber la fièvre. La concomitance de la baisse des taux de la BCE avec la dégradation « surprise » de S&P est savoureuse. Il commence à y avoir une grosse bosse sous le tapis.

            1. LNB

              Grandiose en effet, et Hollande qui prolonge le plaisir en disant qu’il maintient son cap (WTF?!?) selon trois axes. Avec tout ce plaisir dont on nous asperge de toute part, on a l’impression d’être la cible du bukkake final d’une fin de soirée de l’ex-présidentiable new-yorkais…

        1. Théo31

          Mille excuses.
          Mais ne change rien au fait que ce n’est pas de leur faute si l’agence a baissé la note. Parce que voyez-vous, ils font des putains d’économies et que dans moins de 7 semaines le chômage commencera à baisser comme jamais en Socialie.

          1. GameOver

            Pas de souci… ca aurait pu en effet.
            Mais je n’ai pas encore entendu que c’etait la faute a S rko bien que ce soit vrai. L’un a continué a poser les explosifs et l’autre a allumé la meche.

  8. Korrigan

    L’humanité se trouve à l’aube d’une étape cruciale.

    Tout indique que les anciennes formes de conscience religieuses ou rationalistes, soumises à trop forte pression, deviennent dépassées et même dangereuses dans leurs efforts pour piloter un monde qui leur échappe de plus en plus.

    L’émergence d’une conscience biosphérique et ses conséquences sur notre manière d’appréhender différemment la société, l’économie ou l’environnement, sera probablement un changement d’avenir aussi gigantesque et profond que lorsque les philosophes des Lumières ont renversé la conscience fondée sur la foi par le canon de la raison.

    Jeremy Rifkin
    Une nouvelle conscience pour un monde en crise
    (Vers une civilisation de l’empathie)

        1. Peste et coryza

          Encore une bonne crise de l’énergie ou de la bouffe, et vous allez voir les soit disant modèles dépassés revenir en force, façon « espace vital ».

          @Korrigan
          Le crucial aujourd’hui c’est que ça coince dans tous les sens…

          1. Korrigan

            Vous avez probablement raison et j’en conviens également.

            Il est dit dans les mêmes écrits :

            « Quels que soient nos efforts intellectuels face aux défis d’une mondialisation accélérée, nous ne sommes pas à la hauteur : l’espèce humaine semble incapable de concentrer vraiment ses ressources mentales collectives pour penser globalement et agir localement »

            Face à ces défis que faire sinon espérer et pour les plus vaillants oeuvrer au mieux ou au moins désastreux dans l’intérêt de la collectivité.

            1. Riguite

              Malheureusement il n’y a qu’à voir les réactions individuelles dans les files d’attente ou pendant les soldes… « Moi d’abord » ! et on peut imaginer ce que serait une pénurie de nourriture ou autre. Chacun pour soir et Dieu pour personne.

      1. Korrigan

        Comparer Attali à Rifkin ?

        Oui pourquoi pas, on peut aussi comparer Verschuren à Sir Simon Rattle
        Le Rap au Grégorien
        La dernière misérable production musicale de Céline Dion au Miserere d’Allegri

        Dieu reconnaîtra les siens*

        *Ils sont tous les siens sans doute mais restons humbles dans nos jugements, le meilleur de ces jugements étant le silence quand on n’a rien à dire d’objectif, de constructif et d’intéressant.

        1. gem

          Comparer Rifkin à Allegri ?
          Oui pourquoi pas, on peut aussi comparer un tas de fumier à un silo à grain
          Rifkin

          1973, Rifkin organized a mass-protest against oil companies

          1980 « Entropy » : « an appropriate successor to … Silent Spring, The Closing Circle, The Limits to Growth, and Small Is Beautiful »

          1992, Rifkin launched the Beyond Beef Campaign, a coalition of six environmental groups including Green Peace, Rainforest Action Network, and Public Citizen, with the goal of encouraging a 50% reduction in the consumption of beef, arguing that methane emissions from Cattle has a warming effect 23 to 50 times greater than carbon dioxide

          1995 The End of Work

          After the publication of The Hydrogen Economy (2002), Rifkin worked both in the U.S. and Europe to advance the political cause of renewably generated hydrogen

          Rifkin is the principle architect of the Third Industrial Revolution long-term economic sustainability plan to address the triple challenge of the global economic crisis, energy security, and climate change.

          Et enfin la cerise sur le gâteau :
          2013, the French northern region of Nord-Pas-de-Calais contracted Rifkin and his team to develop a master plan to help transition the region in a prosperous and sustainable economic paradigm
          (MdR)
          According to the The « European Energy Review » « Perhaps no other author or thinker has had more influence on the EU’s ambitious climate and energy policy than the famous American ‘visionary’ Jeremy Rifkin

          A coté de ce tas de bullshit, Attali est un petit joueur, mais il joue quand même dans le même chœur.

          1. Korrigan

            Ce n’est pas comme ici !…

            Il est toujours possible, il est même nécessaire de considérer toutes les propositions d’où elles viennent.

            La Nature a voulu la discorde pour que l’espèce humaine parvienne à la concorde en inventant les moyens de se socialiser.

            L’insociable sociabilité des hommes et cette fâcheuse tendance à vouloir à tout prix se singulariser aurait dit Kant.

            1. Korrigan

              Telles m’apparaissent les choses, telles elles sont pour moi disait le philosophe.

              On comprend pourquoi sur notre douce « mer France » tout le monde pédale à l’envers ou fait du surplace, confits de certitudes, en position de démissionnaire, le nez dans l’infini à la recherche de hautes erres.

            2. Peste et coryza

              @H16

              Le Rifkin a néanmoins un poid certain.

              Bon, d’accord, certaines de ses publications sont très orientées politiquement. Mais après tout, les meilleurs scientifiques aujourd’hui ne sont pas ceux qui trouvent, mais ceux qui savent communiquer (c’est ce qu’on nous apprend en ED).

              Rifkin a sur transformer les tendances de l’époque et son FOET en or.

              @Korrigan
              Le problème de la France, c’est qu’elle est bloquée de toutes parts et que le réel ne correspond plus à la théorie telle que l’ont vécu nos parents et grands parents.
              La crise économique n’est qu’un catalyseur…

              1. « les meilleurs scientifiques aujourd’hui ne sont pas ceux qui trouvent, mais ceux qui savent communiquer »

                T’en loupes pas une, toi 😆

            3. GameOver

              Il ne me semble pas que Dieu etait pour le socialisme sinon il aurait cree l’homme a cette image :
              = Il n’y aurait pas de noirs, blancs ou jaunes. Ni hommes, ni femmes. On serait hermaphrodites.
              – on aurait une poche comme les kangourous pour mettre les imprimes CERFA et une main avec un seul doigt avec avec un tampon avec une croix.
              – on aurait une vessie pouvant contenir 10 litres et un intestin de 230m de long pour pouvoir patienter dans les files d’attente des administrations.
              – on aurait un bouton reset memory apres chaque election pour oublier les promesses.

  9. le désabusé

    juste une question un peu hors sujet :

    Parmi les commentateurs de ce blog, combien sont étrangers ou d’origine étrangère ou vivent à l’étranger ou encore sont mariés à des étrangers?
    il n’y a aucune connotation raciste dans cette question.
    Il s’agit juste de savoir combien ont eu une éducation libérale ou ont connu un pays où les choses se passent différemment qu’en France.
    Car en regardant autour de moi j’ai l’impression que les français sont formatés par une éducation qui leur fait dire et attendre que tout doit venir de l’Etat et qu’ils ne sont pas près d’en sortir.
    Même si il y a une fronde fiscale actuellement, il n’en reste pas moins que très peu de nos concitoyens sont capable de se comporter en adultes responsables capables de se gérer sans quémander de l’Etat tel ou tel avantage.
    Il en résulte une sorte irresponsabilité et un pays d’adultes enfants incapable de se prendre en mains.
    Mon père me répétait sans cesse depuis mon enfance : Si un jour tu as besoin d’une main pour t’aider c’est au bout de ton bras que tu la trouveras. ça aide à traverser la vie.

    je suis de plus en plus désabusé et pessimiste on s’en sortira pas

    1. Nemrod

      Pas moi.
      Toute ma famille sans exception travaille ou travaillait dans la fonction publique.
      Toute ma jeunesse a été bercée par la jalousie socialiste envers les riches et les patrons.
      Pourtant je suis libéral et petit patron ( tout petit : 2 employés).
      Bon, les repas de famille sont difficiles…

      1. Duché de Lorraine

        + 1 = la moitié de ma scolarité faite hors de France. De retour en France, très difficile pour moi de me faire à la mentalité, et c’est encore vrai aujourd’hui.

    2. FaLLaWa

      Grandi en Nouvelle Caledonie. Me suis interessé a la politique et l’economie a l’age de 22 ans et suis instantanement devenu liberal.

    3. eheime

      Question interessante.

      100% frenchy (sauf origines lointaines, désolé :))
      Education 100 % franchouille « de droite » (melange de conservatisme primaire, de colbertisme, d’anti socialisme primaire, mais également parfois de vrai libéralisme).
      Quelques expériences à l’étranger et avec des étrangers, mais c’est internet qui m’a fait réflechir à la chose.
      Question ressenti sur le libéralisme :
      Economiquement, je me fiche de la solution, pourvu qu’elle fonctionne bien. Le libéralisme est pour moi une bonne solution économique mais pas une fin en soi. Je n’ai pas de « haine » contre la puissance publique si l’on me convainc que c’est la meilleure solution. Pour moi la puissance publique sait bien controler, elle sait rarement bien faire (il y a toutefois quelques rares contre-exemples). Pour les moeurs, je suis libéral dogmatique , car c’est une question de principe.

      1. Bob Razovski

        « Pour moi la puissance publique sait bien controler »
        Pardon, mais j’ai bien ri devant ce trait un tantinet naïf.

        La « puissance » publique savait faire croire qu’elle savait contrôler. Non seulement elle n’a jamais su contrôler du tout (à part les excès de vitesse…), mais maintenant ça commence à se savoir.

    4. vengeusemasquée

      Question pertinente. Formatée à l’école publique française dont je suis sortie fonctionnaire, bien que mes parents n’aient jamais été de bons gauchistes, mais vraiment pas du tout. C’est juste qu’il faut parfois du temps pour ouvrir les yeux et prendre la mesure de la catastrophe.
      Les miens ont été ouverts progressivement pendant mes études et totalement une fois que j’ai intégré la fonction publique et compris la gravissime erreur que j’avais commise en entrant dans cet enfer kafkaien (aujourd’hui, d’ailleurs, c’est le summum du n’importe quoi…).
      On peut ouvrir les yeux sans avoir vécu dans un pays plus libre. Ma seule expérience internationale a été un an en stage en Egypte, donc pas exactement le paradis libéral. Cela dit, petit frère a passé 6 mois à Mtl en échange où je lui ai rendu visite et c’est clair que ça m’a fermement donné envie de m’installer au Canada, d’où les dernières vacances.
      Anyone else?

    5. Golvrak

      Effectivement, pas mal de libéraux vivent à l’étranger car ils ont depuis longtemps compris que la France devenait invivable avec cet étatisme ambiant, qu’on retrouve aussi bien à gauche (PS et UMP) qu’à l’extrême gauche (NPA et FN).
      A commencer par notre hôte.

      1. ertyu

        Je complète mon CV, là j’ai l’air d’un mauvais élève.

        Ingénieur généraliste expatrié dans un pays proche mais comptant m’éloigner un peu plus. Libéral depuis que j’ai découvert le système impôt/redistribution/efficacité de l’état.

        Pas très républicain pour ne pas dire que je ne peux pas saquer ce régime).

        Travaille dans l’optimisation fiscale (oui je sais j’ai tous les vices)

    6. Laurent

      Français vivant en France, père prof et socialiste, et très ouvert sur les nouvelles idées (oui ça existe). Mère catho de droite, idem. Ça aide à se forger sa propre opinion, même si être libéral est fatiguant : on ne l’ai jamais tout à fait, car on doute toujours. Et c’est tant mieux.
      Bonne question !
      Ma compagne est tchèque, et redoute comme la peste le retour de ce qui pourrait ressembler de prêt ou de loin à du communisme.

      Je pense que les français prêts à bouger dans le bon sens sont nombreux. Il est juste très difficile de les mobiliser dans un seul mouvement, droite et gauche se partageant habillement le gâteau.

    7. douar

      Grandi dans le milieu rural où on apprend qu’on n’a pas rien sans rien. C’est le milieu professionnel, notamment, les contacts avec mes collègues étrangers qui ont réveillé en moi, l’inspiration libérale.

        1. Duff

          Pourquoi la pitié?

          Aucun de mes arrière grands parents n’étaient aisés et ont élevé leurs enfants dans le goût de l’effort et du mérite et comme dans les années 1900 l’ascenseur social fonctionnait et que l’école était bonne, mes grands parents ont réussi… Je me sens héritier de cette France qui marchait bien pour des raisons évidentes avant que les socialistes foutent tout par terre.

          1. Laurent

            Je plaisantais, aucun mépris là dedans. Juste que ça doit mettre pas mal de pression quand même.
            Nous sommes finalement nombreux a être attaché à cette idée de « mérite ». Ce qui nous classe invariablement dans la droite UMP. Ce qui est détestable, mais c’est un autre sujet 🙂

            1. Duff

              Oui mais c’est un sujet super important. A titre personnel, je ne donne aucun conseil sur une question aussi personnelle, depuis le 6 mai 2012, ne me faisant aucune illusion sur la suite je vais à la pêche les dimanches électoraux. Et il en sera de même au moins jusqu’en 2017!

            2. Duff

              J’ai pas forcément bien répondu pour que le propos soit lisible : Au milieu du XXème siècle, être banquier enfin respo d’agence socgen ou PDG d’un groupe vendu plus tard à une multinationale ne payait pas dans les années 60 autant que l’imaginaire actuel le laisserait penser… Papy1 et Papy2 étaient aisés dans une époque mais sans plus et au cours de laquelle ma mère licenciée en anglais et sa sœur prof d’espagnol pouvaient se payer dans le VIème arrondissement chic en colloc un 60/70 m2 avec une voiture… Les temps ont juste changé…

    8. max

      Père français autodidacte qui a monté sa boite, mère étrangère, de la famille au Canada, Australie, Suisse.

      Ai vécu dans divers pays et actuellement à nouveau expat depuis quelques années.

      1. Flo

        Né en France. Père Italien.
        Parents ouvriers. Assez tôt exfiltré de l’enseignement public.
        Diplômé enseignement supérieur (mais pas bac+5).
        Tout petit patron avec activité non dé-localisable.
        Libéral depuis toujours sans pouvoir mettre un nom là-dessus jusqu’à ce que je lise un livre de C. Gérondeau sur les escrologistes qui m’a fait découvrir Bastiat, puis Vincent Besnard, puis H16 puis Contrepoints, qui disent bien mieux que je ne pourrais le faire ce que je ressens depuis trop longtemps.

    9. peacefulJoe

      Franco-allemand, avec un père français qui a travaillé toute sa vie dans une boîte allemande (tandis que ses frères et sœurs gonflaient les rangs de la fonction semi-publique, SNCF, FTélécom et enseignement).

      Ce qui compte n’est probablement pas tant la nationalité que l’idée de « responsabilité » inculquée par les parents… Le côté allemand était bien plus respectueux des « lois et règlements » que le français (jamais pris le bus sans ticket de sa vie), mais les deux partageaient le principe: « aide-toi, le ciel t’aidera ».

      Le libéralisme je suis tombé dedans au hasard de mes recherches internet (et plus ou moins directement grâce aux billets de notre hôte, merci h16).

      Avant, quand je travaillais à plein temps, le monde qui m’entourait (la société, l’état, les entreprises, la politique, la finance…) n’était pour moi qu’un monstre abstrait, qui « tourne tout seul » et dont les rouages me semblaient tellement complexes qu’il ne fallait surtout pas s’y intéresser de trop près (sous peine de devenir fou)… (Et puis en plus après une bonne journée de boulot, j’avais vraiment pas la tête à faire autre chose qu’à me lobotomiser devant la télé).

      J’ai dans mon entourage proche des personnes qui ne comprennent pas le libéralisme, qui continuent de penser que l’état est ce gros monstre tout puissant auquel on doit obéissance (bien qu’ils en critiquent les décisions), et c’est très difficile d’argumenter avec des gens pareillement formatés…

      Parfois ça donne l’effet d’une discussion religieuse entre illuminés, certains ne parviennent même pas à s’imaginer un monde dans lequel l’état n’est pas le centre de tout…et c’est vrai que ça fait peur.

      Maintenant, les ex-pays du bloc de l’est ont démontré qu’il est possible de changer (ce n’est pas simple, pas agréable, pas immédiat, mais c’est possible…), donc je reste persuadé qu’il est possible d’améliorer les choses (mais pour ça il est important d’apprendre à nos enfants que la plus grande richesse d’un homme c’est sa « liberté »…et donc éviter de les mettre dans une école publique française)

    10. Franciskus

      Français. Papa était directeur de prison ; ça m’a rendu réactionnaire. Maman était bénévolement salariée au Secours populaire ; ça m’a rendu anticommuniste ; les parents de ma dulcinée ont été expats pendant 30 ans ; ça m’a rendu libéral.
      Aujourd’hui, je travaille pour une Commune de 25 000 habitants. Je suis responsable des marchés publics : j’applique une logique concurrentielle (je n’irais pas jusqu’à dire libérale, faut pas déconner), à une dépense publique. Du coup, je souffre parfois d’un dédoublement de personnalité lorsque je bosse. Pas grand monde ne m’aime au boulot : je casse les pieds des fonctionnaires à les obliger à faire des mises en concurrence (et des vraies, pas à la Ecomouv’), et, bien pire, je tiens un discours ostensiblement libéral à la cantine.
      La dernière fois, après ma dernière saillie verbale, on m’a balancé « de toute façon, toi, tu n’aimes pas les gens »

        1. Franciskus

          ça serait avec plaisir, mais pour l’instant, les recrutements sont vérouillés jusqu’aux élections municipales. Plus tard, why not.

          1. vengeusemasquée

            Bon, comme partout en fait. On se sent un peu seul quand on est libéral dans l’administration et que par défaut, on explique à tous ces collègues que tout nouveau projet de dépense est 1/ injustifié, 2/ inutile, 3/ voué à l’échec. 😉

    11. Hugeus

      Français né en France, épouses successives idem.
      Sur deux générations :
      – toutes les femmes de ma famille sont dans l’enseignement.
      – les hommes sont ingénieurs ou cadres, ou dans l’enseignement.
      – un grand-père gaulliste puis maire UMP pendant sa retraite ; a toujours lu Le Monde en pensant que c’était un journal de droite…
      Mon éducation libérale s’est faite naturellement quand je me suis installé en libéral (vétérinaire). Comme Nemrod, je pense qu’il faut le vivre pour le devenir (Deviens ce que tu es). D’ailleurs ma compagne actuelle est une socialiste de coeur, sans concession, mais son installation à son compte il y a deux ans commence à lui ouvrir les yeux.

        1. Hugeus

          Pourquoi pas ?
          Ca se fait souvent quand des personnes qui ne se connaissent pas se réunissent pour discuter. On appelle ça un « tour de table ».

          1. Peste et coryza

            Je peut faire cet exercice…

            Français. Grand parents paysans à fortes valeurs chrétiennes, à fortes tendances patriarcales et aimant les métaux.
            Papa était ferrailleur, bucheron puis gendarme, maman fille de paysans et ouvrière. Tous les autres membres de la famille sont ouvriers, artisans, soldats ou gendarmes.
            Idéal familial : travail, famille, épargne.
            Terreau idéal pour aimer récolter les champignons, ne pas supporter Paris, et être réactionnaire.
            Seul gus intellectuel de ma famille, j’ai fait des études supérieures que je regrette amèrement (tous les autres ont CAP ou bac, et s’en sortent bien mieux que moi). Des années de galère et de chômage pendant lesquelles je me suis intéressé à beaucoup de choses (notamment au libéralisme), je finit ma thèse de sciences, et cherche toujours ma place dans la vie…

          2. Onihylis

            Ça pourrait être intéressant de le faire sur un « forum » également, histoire de garder une trace assez facilement retrouvable, sans se taper 300 billets @ 200 comm’…

            Ça permettrait aussi de discuter de choses et d’autres, en plus du billet du jour…

            1. Laurent

              Moi j’y ai été mais l’admin, çui avec avec un masque à gaz, m’a expliqué que j’étais un dangereux socialiste ou presque, alors je suis venu ici. Mais y’a longtemps, y’a prescription.
              Très bon forum, sans oublier le wiki, très instructif !

    12. Calvin

      Fils d’une famille pauvre catholique, j’ai été mis (malgré le coût) dans le privé, ce qui m’a permis de garder les yeux ouverts.
      Néanmoins, j’ai subi le marasme économique au point de me réfugier dans un secteur para-public.
      J’y ai découvert, comme VengeuseMasquée, sans doute, l’incroyable échec de ces structures hautement administrées – où la descente d’information est autoritaire, et où la remontée d’information est autistique.
      Je survis par les relations humaines avec des gens que j’estime et qui m’estiment, par le théâtre, l’écriture, la découverte du monde.
      En relativisant la politique, j’ai acquis une conscience qui m’a rapproché du libéralisme, que je ne pourrais plus jamais quitter, sauf les deux pieds devant.

      1. Marc Aurèle

        Je suis à la bourre, 3 jours sans PC ou téléphone 15ème génération pour lire et participer chez M. H16:
        Moi, fils de paysans comme on disait alors en Acquitaine, chez les grands parents: 1 front populaire et les 3 autres à droite, parents pas riches mais à droite, mon père disait, on peut être pauvre et honnête.
        Je n’étais pas fixé politiquement jusqu’à 14 ans, jusqu’au jour où un élève membre du PC m’aborda à la récréation pour me faire l’article afin de me vendre un abonnement à l’Huma. Après 3 minutes d’un discours incompréhensible, devant mon air effaré, il me dit: « tiens regarde, il y a même une petite bande dessinée de Pif le chien ». Je crois que c’est ce jour là que ma vie a pris la bifurcation vers la droite. Ce fut plus tard confirmé durant ma vie d’étudiant où je compris que les geôliers étaient ceux qui promettaient au peuple de le libérer, pour mieux le tenir captif. J’ai aussi compris que beaucoup de ces captifs l’étaient volontairement, car la liberté les effrayait. Le reste appartient à mon histoire. Je me ballade pas mal à travers le monde et en viens à confirmer la pire crainte d’Ayn Rand: la vague socialo-communiste me parait toucher le monde entier.

    13. Thorium

      100% franchouille aussi, pire, en plus habitant (par hasard) le plus loin possible des frontières depuis des siècles (par mes ancêtres), j’ai bien peur d’etre un épouvantable individu absolument pas fréquentable…

      Ajoutez à cela que depuis 1789, mes aïeux (modestes mais économes racheteurs de bien nationaux) sont des paysans propriétaires de leur terres, vites devenus pour la plupart commerçants, artisans, voire (toute petite) industrie. Bref, la caricature du français économe et travailleur, façon Guizot.

      Tres peu de fonction publique dans nos rangs (3 dans toute la famille durant le XXieme)

      Tous les bords politiques sont présents (dont les fameux communistes du centre de la France « pour la défense du petit capital » et petit patron, incroyable mais vrai, un coco libéral !), mais le libéralisme est tres majoritaire « qu’ils nous foutent la paix ! »

      Autre dénominateur commun, une haine farouche des kmher-verts

    14. Jacques

      Je suis français depuis au moins 5 générations, si je mets à part une trisaïeule flamande, fils d’entrepreneur ayant fait faillite, petit-fils d’entrepreneur ayant fait faillite, quelques fonctionnaires chez mes cousins et mes tantes, mais aucun assisté dans la famille… et simple employé d’une très grande boite ayant l’impression souvent d’être fonctionnaire. Il me semble que mon éducation n’a pas été noyée de socialisme, mais quand même peu favorable à la notion même de liberté en général…

    15. Wapi

      Enfant Bi-National, petite fille d’immigrés du côté de ma maman,… Education libérale, on ne doit rien qu’à soi-même, jamais même pris de congés maternité, &(, travaillé en entreprise, voyagé beaucoup en dehors de la France pour le boulot avant de tenter l’ednat pour des raisons alimentaires…(conjoint à l’armée du temps du service militaire obligatoire)
      Vite quitté la Grande Maison (de fous) pour le libéral, et ensuite voici deux ans La France pour le Canada. J’ai fait en sorte que mes enfants partent tous vers l’étranger. Parmi les membres de ma famille, plus personne en France.Tous partis, soit en Amérique du nord, soit en Asie. ( cela représente une dizaine de personnes tous français..) En France je me sentais comme un alien.
      Oui les Français sont formatés, lavage du cerveau au niveau des médias, des profs, des politiques etc…OUI je suis pessimiste pour l’avenir de la France. Les changements en Europe se sont toujours effectués dans des mouvements de violences inouies.

    16. Mainmain

      Toute ma famille occupe ou occupait un emploi de prolo, mère technicienne de surface (après avoir été mère au foyer pendant près de 25 ans), auparavant employée de supermarché. Mon père travaillait dans le bois (scieries puis panneau de particules), et syndicaliste par passion depuis sa jeunesse, de ceux qui proposent, pas de ceux qui démolissent. Il y a laissé une bonne partie de sa vie de famille mais a toujours eu la reconnaissance de ses pairs, qu’ils soient ses collègues ou ses supérieurs. Encarté PCF jusqu’à ce qu’un certain Robert H. apparaisse sur la scène.

      Je suis moi-même fortement ancré à gauche mais je crois en l’ascenseur social, même s’il reste bloqué pour la plupart. J’ai subi le non-emploi et la mentalité du battant qui se fait écraser avec un diplôme inadapté. Malgré tout ça, allez savoir pourquoi, je suis libéral. Sûrement un souvenir désagréable des études de Keynes en Sciences Éco au lycée.

      Je suis sans but précis, j’aspire à rien rien d’autre qu’un boulot pas trop dégueu et de quoi m’en sortir, avec le souvenir des aides du Léviathan et des 400€ mensuels de RSA qui t’aident à survivre on n’a plus des masses d’ambition, des rêves à réaliser oui, mais pas trop.

      En conséquence de quoi je suis salement partisan d’une aide d’Etat, mais plus proche d’un système type « revenu de base » avec conditions spécifiques d’obtention si uniquement national, pour éviter de voir s’échouer toute la misère déméritante du monde.

      (pfou, désolé pour le bloc.)

        1. Mainmain

          J’ai quitté l’Est pour la région parisienne, et je bosse dans un datacenter en tant que technicien support depuis le début de l’année ! Je fais beaucoup de choses que j’aime pour un salaire qui suffit tout juste, mais l’essentiel est là, je ne suis plus accroché aux mamelles du pays.
          Pas trop mal pour un loser chronique, j’attends de voir ce que me réserve l’avenir. Une chose est sûre, j’ai forgé mon caractère à la dure, et je suis capable de me passer de tous ces trucs secondaires que je suis préparé à ce qui nous attend, le cynisme aux aguets !

    17. Sansintérêt

      Français moyen, famille de gauche. Par nature individualiste et « cérébral », j’ai pourtant été un adolescent gauchiste mais l’EdNat et la médiocrité de la gauche ont finit par me détourner définitivement de la solidaritude. Le net m’a fournit le reste des réponses que je cherchais.

      Je pense que de nombreux gauchistes en herbe sont bienveillant à l’égard de l’individu et insatisfaits des réponses que leur fournissent les élites. J’ignore combien d’entre eux ont l’ouverture d’esprit, le temps ou l’opportunité de passer dans le camp du mal, CPEF mais je reste optimiste pour le long terme, surtout après avoir lu ce genre de papier (les autrichiens vaincront !).

    18. Etienne

      Ma famille est l’archétype des socialistes « zézés ». Je ne me suis jamais reconnu dans leurs idées. J’ai longtemps cru être de droite, car c’était la seule alternative possible. Il faut dire que vu l’offre politique « mainstream » française il n’y a pas des masses de choix. En revanche j’ai toujours été mal à l’aise avec les propositions de droite. C’est le site Politest (http://www.politest.fr/), qui vaut ce qu’il vaut, mais qui m’a permis de découvrir qu’en fait j’étais libéral, assez tardivement malheureusement. En parallèle j’ai été amené à déménager en Espagne, qui n’est pas un pays libéral du tout, mais alors pas du tout, mais ce qui permet quand même d’apporter un regard neuf, par comparaison, sur les choses qu’on finit par ne plus voir dans son pays, parce que « c’est comme ça ». Actuellement je n’ai pas du tout envie de retourner en France. C’est d’ailleurs très drôle quand je reçois des coups de téléphone de chasseurs de tête de leur dire qu’il est hors de question que je retourne en France pour travailler. À chaque fois j’ai comme l’impression que je ne suis pas le seul à leur dire…

      1. max

        Pareil, on me propose des jobs en France, mais les recruteurs intermédiaires sont des grosses buses, en plus de me proposer 20% de salaire en moins et tout le reste sur intéressement de long terme inexistant, sans aucune compensation. Ils ne comprennent rien de ce qu’on leur raconte, n’ont aucune ponctualité concernant la transmission d’informations.

        En gros, les recruteurs français, je finis assez vite par les envoyer bouler tellement ils sont pénibles et lourdingues. J’ai été contacté par un cabinet GB, c’est autrement costaud, il annonce d’emblée 30 % d’augmentation et 6 mois de formation préalable. Donc pas de négo à la baisse du salaire, mais ils mettent en plus le paquet pour la période d’adaptation. C’est aussi ce que j’ai connu en Allemagne, quand ils pensent avoir trouvé le bon profil, ils ne lésinent pas sur les dépenses. Le fait est que je me suis étonné moi même, j’ai trouvé des idées qui sont en phase de réalisation de gros cartons rentables. D’un autre côté, quand on est bien payé et considéré, alors on se démerde pour rendre la pareille, et ça fonctionne dans mon cas.

        Ces mecs français du recrutement vivent sur une autre planète, des singes, des déconnectés hors sol.

        Ont jamais rien produit ou imaginé et se la pètent.

      2. Duff

        J’ai soumis le politest à plusieurs de mes collègues. Hormis le fait qu’on se doute où il veut en venir sur ces question, et qu’il place le FN au centre sur le plan éco, c’est assez correctement fait. L’UDI n’existant pas n’étant pas à jour il me place entre entre le PLD et l’UMP ce qui est parfaitement exact à ceci près que je ne soutiens plus le second et bien le premier et qu’avant d’avoir un candidat authentiquement libéral se présentant par chez moi, je resterai confortablement assis chez moi (voir plus haut).

    19. LM

      Marié à une femme qui a connu le régime communiste ! (elle non plus ne risque pas de voter à gauche)
      Pas encore réussi à partir de Socialie, mais c’est dans les cartons depuis un moment.

    20. LeRus

      Français pur sucre, parents avec Certif, artisans/commerçants retraités. Mère anarcho-libérale (haine farouche de Mitterrand), prête à poser des explosifs auprès du RSI. Aucun fonctionnaire dans la famille, sauf ceux avec qui on ne parle pas. (on a tous ça, non?)
      Éduqué dans tous les systèmes: publique, privé, catho, en France et à l’étranger (sup).
      J’ai pas mal voyagé dans le monde, pour voir comment il est, vécu dans plusieurs pays (pas expat, juste étranger), à présent en Bohème, havre libéral mais votant à gauche (go figure).
      Épouse russe, issue de famille viscéralement anti-communiste, très éduqués, mais avec des attitudes de paysans (des russes quoi).
      Suis libéral depuis longtemps, au sens premier du terme: être libre.

      1. Black Mamba

        Je suis libérale depuis ma naissance , je déteste être dans un moule, on m’a toujours dit que j’étais hors norme et que je dérangeais les habitudes, je suis l’élément perturbateur :mrgreen:
        À 18 ans , j’ai mis les voiles et j’ai quasi aucun contact avec ma famille, ils font un effort de garder un contact avec le mouton noir de la famille depuis qu’ils ont vu que je me suis plus bien sorti malgré le pronostique , chacun d’eux me voyait devenir une prostituée …
        Ma dyslexie ne m’a pas permis de faire de  » grande étude  » mais mon côté pratique du terrain me permet d’être adaptable et de trouver toujours une solution .
        Les barrières ne sont pas infranchissables sauf celles que l’on s’impose à soit même …

    21. GameOver

      Français. Parent 1 et Parent 2 civils en poste fixe dans l’armée. Mes parents devaient voter communiste dans une ville communiste.
      Chef de projet Inter. / Dir. Op.
      Je tiens pas en place ni en privé ni en pro. Je choisis mon boulot en fonction des possibilites de voyage. 12 ans cumulé d’expat en tout : Suisse, Danemark, Zaire, Australie. Je changeais de boulot tous les 5 ans mais maintenant c’est 3 ans max. Rentré il y a un an d’une expat de 2 ans en Australie (coucou Alex6) et la je viens de démissionner. Ma liberté.
      Trader a ses heures.

      En 81 j’ai voté Mitterrand. Un reste de l’enfance et certainement une contre-reaction pour voir une autre tète mais pas du tout un choix politique. Plus jamais depuis. Bayrou en 2007 / 2012 par proc. pour le discours honnete « du sang et des larmes ».

    22. val

      Francaise pur jus , ingénieure en informatique, liberale de naissance je crois , élevée dans une famille de cadres (artisans dans le passé lointain) nous ayant toujours donné le gout de la liberté et de la responsabilité. J’ai beaucoup déménagé jeune , j’ai continué adulte avec ma famille . Nous sommes rentrés il y a deux ans de 14 années d’expat qui ont confirmé (s’il etait besoin…) mon attachement au monde libéral et ma répulsion pour l’étatisme . Nous repartirons à la prochaine occase ! Toujours partants pour l’aventure .

      1. tess

        J’ai été élevée dans un milieu libéral mais attaché à la solidarité non pas nationale mais privée (je dois dire que la générosité de mon père m’épate tous les jours) . Mon père était notaire, fils de notaire, très libéral tout en étant catholique mais pas du tout mais alors du tout socialiste. Mes grands parents maternels étaient à fond socialistes ayant horreur des droiteux et des notaires ….. Ma mère a épousé le gendre idéal (la malédiction a frappé ce jour là). Bon il a changé d’épaule son fusil lorsqu’il a voulu vivre dans le sud et acheter une maison pour passer ses vieux jours. Son gendre adoré lui a prêté de l’argent pour acheter sa maison. Depuis ce jour, il a adoré mon père et c’est devenu le gendre idéal. Quant à moi, j’ai longtemps travaillé dans le privé mais toujours à durée déterminée. Ma liberté est sacrée et je ne voulais pas à l’époque rentrer dans une entreprise et y rester, j’avais la bougeotte. Et puis, un pépin de santé est arrivé et là j’ai dû me trouver une place pour quelques temps. J’ai trouvé un poste dans une administration publique mais c’est pas la joie, et la motivation s’en fait sentir. Je me suis donnée 5 ans pour voir ailleurs. J’arrive à 4 ans, il est temps que je change de crèmerie.

        1. tess

          Et la soeur de ma mère à aussi épousé un droiteux ! décidément la malédiction s’acharnait sur mon grand père socialo-communiste. Hi hi hi!!!

          1. tess

            J’ai posé une question à mon père pour savoir pourquoi il pratiquait la solidarité privé alors qu’il râle avec les impôts (et il paye une bonne pelletée d’impots). Il m’a dit : Quand je donne de manière volontaire, je récolte de l’autre côté un peu plus de ce j’ai donné. Par contre quand je donne aux impots j’ai rien en contrepartie.

            1. tess

              Et pour les redressement fiscaux de ses clients, mon père a toujours fait gratuitement, sans honoraires. Il allait voir les inspecteurs des impots à la place de son client C’était un tel plairir de les niquer! En même temps il s’est pris des redressement fiscaux, pas justifiés. Mais comme dis mon père ,les inspecteurs connaissent rien à la fiscalités. Ils se contentent d »emmerder ceux qui n’y connaissent rien à la fiscalite.

    23. Theotimedesavoie

      Intéressant votre question :

      Ingénieur, je travaille en Suisse, pays libéral par excellence.
      Formé par la triste EN, j’ai toujours eu un instinct de défense et de circonspection vis à vis de l’Etat et tout ce qui est collectiviste.

      Catholique, la seule collectivité que je reconnaisse est l’Eglise car, je sais que je vais en surprendre plus d’un, elle est par nature libérale.

      Par ma mère, je suis issu d’une petite bourgeoisie rurale d’entrepreneurs… les Savoyards sont assez farouchement individualistes et regrettent, pour ceux qui le sont vraiment (originaires, avant 1860) de ne pas avoir été rattachés à la Suisse.

      Je suis de moins en moins attaché à la République et attends un changement complet dubsystème politique dans un sens résolument libéral et décentralisé.

      1. Theotimedesavoie

        Naturellement, aucun fonctionnaire dans ma famille.

        Enfin, sauf du côté de mon père où l’on était militaire de père en fils, mais pour moi les militaires ne sont pas vraiment des fonctionnaires, surtout mon grand-père qu a fait les deux guerres, officier de la Légion d’honneur et déporté…Mon père était de mère allemande, il a passé la seconde guerre mondiale à fuir les allemands et les français…ce qui ne lui a pas vraiment donné la vocation mmilitaire!

    24. emilie

      Française, je vis en Argentine. Je ne conseille pas ce pays aux candidats à l’émigration. Il est probable que je passe en Uruguay ou parte en Nouvelle-Zélande horizon 2016.

  10. eheime

    « le libraire ronchon et méprisant, résolument anti-marché et délicieusement communiste »
    > C’est un peu caricatural quand meme.
    Il y a(vait) des libraires aimables et gentils, surement pas tres mercantils mais pas forcément communistes, qui sont passionnés et qui voient leur business pérécliter. J’en connaissais un. Ce qui le faisait tenir c’était la passion, pas la Lutte Finale. Il s’accrochait parce qu’il aimait ce qu’il faisait, et je pense que c’est la meilleure des raisons. Il a péréclité parce qu’il était sur un marché en déclin voilà tout.
    Je ne crois pas qu’il refusait l’évolution. Il la comprenait, il la subissait, il l’acceptait, puis un jour s’est résolu à baisser le rideau.
    Je ne dis pas qu’il faut « les sauver » (ça ne servirait à rien, c’est impossible), mais pas la peine de les accabler non plus 🙂
    Encore que je suis bien d’accord que les mesures de prix plancher jouent contre eux en réalité car il fixent le tarif du livre au lieu de le différencier selon le service rendu.

    1. « Il a péréclité parce qu’il était sur un marché en déclin voilà tout. »

      Pas seulement. Comme il était gentil, vous n’avez peut-être pas voulu admettre qu’il a aussi commis des erreurs : ne pas s’adapter aux demandes modernes ; cela peut être très vaste, impossible même pour certains (par coût, par goût), mais le marché évolue et ses acteurs, s’ils veulent survivre, doivent évoluer aussi. Il y a ceux qui s’accrochent (et tombent), ceux qui ne voient pas le changement (et tombent) et ceux qui s’adaptent.

      C’est un peu triste, mais c’est surtout un processus normal. Dans une économie florissante, c’est évidemment moins douloureux. L’ancien libraire devient autre chose. Dans un pays sclérosé, c’est la Misère Pour Tous.

      1. eheime

        La réponse est celle que vous dites :
        « impossible même pour certains (par coût, par goût) »
        Le bonhomme n’était pas de taille.

        C’est le processus normal, et c’est plus difficile dans un pays sclérosé, nous sommes d’accord.

        Il n’aurait probablement pas dit le contraire lui-même.

        1. Nemrod

          Le problème est que la taille nécessaire pour avoir l’adaptabilité nécessaire au tabassage actuel est rare actuellement.
          Dans la tempête actuelle, la seule action vraiment faisable pour le commun des mortels ( dont je suis) est de réduire la voilure en espèrant que ça passe.
          L’être exceptionnel qui en profite pour se développer s’est barré vers des cieux moins tourmentés ou en passe de le faire.

          Dans mon domaine d’activité la boite apparemment la plus dynamique du coin, celle qui devait nous bouffer n’a pas abattu les voiles à temps.
          Elle est en redressement judiciaire et à mon avis ne se relèvera pas.
          Voilà…

          1. Duché de Lorraine

             » le problème est que la taille nécessaire pour avoir l’adaptabilité nécessaire au Tabassage Actuel est rare actuellement » = tout à fait d’accord avec vous Nemrod, et j’ajouterai bien entendu : CPEF !. Personnellement, et n’ayant pas de salarié, j’ai carrément descendu les voiles dans un premier temps, puis voyant la tournure étatique et ne voulant pas être l’esclave de l’Etat à mes frais, j’ai coulé moi même mon petit bateau !!!.

    2. Laurent

      Oui, c’est dur pour ceux-là… Mais la passion ne suffit pas. C’est même parfois le meilleur moyen de se planter. Me revient l’exemple d’un vendeur passionné de fringues urbaines (rap, skate…) installé là où il avait toujours vécu, c’est à dire dans… un quartier bourgeois. Échec inévitable, pourtant il adorait son métier.
      Parfois il faut être capable de s’adapter, et tout le monde n’a pas se tempérament.
      Perso je n’ai jamais vu d’avenir pour l’internet mobile ; quel l’intérêt de concevoir des sites sur les écrans minuscules de nos smartphones ? Bien obligé aujourd’hui d’avancer dans ce sens. S’adapter n’est jamais évident, mais il n’est jamais vraiment trop tard pour le faire. Au pire, laisser passer un train et prendre le suivant.

  11. Lib

    Très intéressant.

    Cela rejoint une remarque que je m’étais faite il y a quelques temps. L’Etat est tellement inefficace qu’il y a une magnifique opportunité de business dès qu’il décide de s’occuper de quelque chose.

    L’industrie de la sécurité ne s’est jamais aussi bien portée alors qu’il s’agit d’une fonction régalienne. Le naufrage de l’éducation nationale crée un appel d’air colossal pour des initiatives privées. AirBnB cartonne en France grâce aux exactions du ministère du logement. Idem pour Blablacar avec le transport.

    Etc. Etc. L’Etat est un peu le Rantanplan du business. Dès qu’il s’occupe de quelque chose, on est assuré qu’il va tabasser les utilisateurs et il y a un énorme gisement de service à proposer.

    1. val

      Tres bien vu , c’est bien ça ! Il prend les gentils pour les méchants, les mechants pour les gentils , ne pense qu’à manger et dormir , d’une inutilité totale et fait tout foirer dès qu’il se mèle de qqchose .

  12. Olivier Vitri

    (…) les inévitables ponctions fiscales qu’une transaction monétaire aurait entraîné (pour les plus honnêtes d’entre nous).
    « Honnêtes » ?? Cher H16, supputeriez-vous que la sodomie fiscale est morale ? Que nenni je n’en doute point. Cependant, à mon sens, la fin de la phrase devrait plutôt se terminer par « Gogo », « clampin », « Pousse-mégot » ou tout autre sobriquet de la même veine. Résister au vol étatisé n’est plus moral, mais un devoir pour affaiblir (allons, soyons francs : foutre par terre) le bastringue mafieux. Et ainsi espérer oui, revoir le retour de la Vertu et de l’honnêteté naturelle.

  13. Laurent

    Superbe billet, cette fois plein d’optimisme et de solutions concrètes ! J’ai pu mesurer récemment tout l’avantage apporté par AirBnB, surtout quand on compare aux hôtels à Paris. Outre le prix, il y a aussi l’accueil, la disponibilité, le contact direct. Une propriétaire n’a pas hésité à louer son propre appartement, le temps d’un w-e, en allant elle-même dormir chez des amis. On se sentait chez elle, on voyait qu’elle avait tout fait pour qu’on soit à l’aise, on n’avait pas envie de lui pourrir la vie, ni son studio. Bref !

    J’adore la réflexion de Lib : là où l’état gère, il y a un nouveau service à proposer 🙂

  14. Olivier Vitri

    Et quand on pense « poids de l’État » on pense surtout à ceux qu’ils font tout pour l’entretenir : ces ventripotents politocards. L’instrumentalisation honteuse de la fiscalité est la preuve patente de leur affaiblissement général.
    « Plus les hommes politiques comprennent l’entrepreneuriat, moins ils pèsent »
    Jean-David Chamboredon
    http://bit.ly/1hpieWI

  15. … Oh, au fait, pour l’impression 3D, je vous laisse découvrir ce qu’on peut faire ici :

    Je vous laisse imaginer ce que les anti-guns peuvent penser. Le troll ultime.

    1. Deres

      Comme expliqué sur leur blog, cela n’a rien à voir avec du do-it-yourself …

      http://blog.solidconcepts.com/industry-highlights/worlds-first-3d-printed-metal-gun/

      Ils utilisent du matériel professionnel volumineux et coûteux. De plus, les pièces métalliques sortant de l’imprimante 3D n’ont pas une résistance structurelle et un fini de surface suffisant. Il y a donc trois autres étapes complexes : un passage au four à très haute température, un ajout de bronze pour combler les lacunes et une finition manuelle. La machine pour faire tout cela chez soi est encore un peu loin …

      1. Deres

        Même les armes manufacturés en série sont testés comme cela avant usage. Un défaut dans le métal peut mener à l’éclatement du tube ou de la chambre. Alors pour un process totalement nouveau, c’est plus que prudent …

        La plupart des armes militaires ont d’ailleurs une limite en nombre de tir obtenu statistiquement en tirant jusqu’à éclatement avec des armes de test.

        1. Peste et coryza

          Pourquoi vous compliquez vous la vie avec vos flingues par imprimante 3D ?

          C’est pourtant pas les solutions qui manquent (armes blanches, parapluie bulgare, etc…).

          Et si vous voulez vraiment une arme à feu, faut aller dans l’est…

    2. Theotimedesavoie

      Pour ma part, outre les coûts et la complexité, je ne crois pas à la diffusion massive de l’imprimante 3D.

      Cela fait assez longtemps que cela existe (protoypage rapide). et cela restera dans ce domaine.

      On ne fera pas des ailerons de turbine en inconel 718 en impression 3D…croyez moi cher H16

  16. kloupa

    Moins d’impôts, et surtout plus de libertés pour l’individu, c’est essentiel.
    Il y a bien longtemps que les post-soixanthuitards qui nous dirigent ont oublié le « interdit d’interdire »: une fois au pouvoir,ils ont développé un Etat totalitaire, à leur profit bien sûr. Il faut réécrire la constitution au profit du respect des droits individuels, et dire clairement « non » à la dictature, même de la majorité, dans notre démocratie représentative. Tout ce qui est du libre arbitre ne doit en aucun cas pouvoir être entravé, tant qu’il n’y a pas de nuisance pour autrui.

    1. boubous74

      le diable est dans les détails : il n’y a pas que peu de droits qui sont entravés et qui ne créent pas de nuisance pour autrui…

  17. Deres

    AMHA, ce n’est pas à l’Etat qu’il faut s’attaquer, mais à nos homme politiques incompétents. En attendant les élections qui serait un bon moyen de vire les cumulards, ceux qui renouvellent plus de 2 fois leur mandat, ceux qui n’ont jamais travaillé et les hauts fonctionnaires membres du sérail, je pense que s’attaquer à l’Etat n’est pas la bonne solution. Ce qu’il faut est s’attaquer personnellement aux hommes politiques.

    Les actions de veille doivent donc être faites à leurs domiciles personnelles ou les viser personnellement lors de leurs déplacement (http://huonsnosministres.fr/). Je suis contre les dégradations de biens, le semage de clous ou les alertes à la bombe, mais des opérations escargots dans leurs rues afin de leur faire perdre 5 ou 10 minutes tous les matins leur mettraient la pression et leur faire comprendre que si ils ne réforment pas le pays, leur têtes pourraient finir au bout d’une pique comme en 1789.

  18. DirtyBond

    Vous vous souvenez de faire-simple.gouv.fr dont H16 nous avait parlé il y a quelques semaines ?

    Je vous invite à y faire un tour et à classer les proposition par « les plus soutenues ». La liste est fort sympathique:

    Classement des propositions :
    1/ Suppression du RSI
    2/ Fin du monopole de la sécurité sociale
    3/ Simplifier le droit du travail
    4/ Mettre en place le chèque éducation
    5/ Les salariés gèrent librement leurs assurances chômage, retraite et santé
    6/ Payer aux salariés leur salaire brut
    7/ Mettre fin aux licences, numerus clausus, etc…
    8/ Simplifier les bulletins de salaire (cf. exemple allemand)

    Bizarrement l’affichage par défaut est « la sélection de la semaine » et surtout pas cette liste là. Ca n’a rien d’étonnant…

  19. Korrigan

    Une bolée de Cid à la santé des Bretons qui ont des chapeaux rouges et des bonnets ronds.

    TRAGEDIE TOTALE

    Hollande, Ô désespoir, Ô stupide énarchie,
    N’avons-nous tant voté que pour cette infamie ?
    Et ne sommes-nous blanchis à tant et tant œuvrer
    Que pour voir en dix mois fleurir tant d’insuccès ?
    Nos cœurs qu’avec ardeur faisons battre « français »
    Nos cœurs sont las de vous et de tous vos compères.
    Blessés, trahis, usés, l’ambiance est délétère ;
    Une affaire survient et fait tout exploser.
    Ô cruel souvenir d’une gloire passée
    Œuvre de tant d’histoire décimée le 6 mai
    Nouvelle hiérarchie fatale à nos espoirs,
    Précipice abyssal où nous allons tous choir.
    Faut-il, par votre faute, voir ce pays crever
    Et souffrir sans un mot ou souffrir de dégoût ?
    Hollande ! Il est grand temps de redonner à tout,
    Une plus grande exigence et un plus grand projet.
    Président, la fonction n’admet point d’à peu près.
    Et les faux pas nombreux que vous accumulez
    Les erreurs, les mensonges et cette suffisance
    Font déborder la coupe de notre tolérance.
    Le moment est venu où tout peut basculer
    Évite la débâcle, sauvegarde la paix.
    Va, quitte donc l’Elysée, en voiture ou en train
    Et laisse le pouvoir en de meilleures mains.

    (Monologue de don Diègue revu et accomodé par Résistance 2017)

  20. Jicébé

    « Ne s’assurer que pour les problèmes majeurs et payer soit un abonnement, soit directement les petits aléas médicaux de la vie est finalement bien moins cher. »
    J’approuve, j’opine, je plussoie, etc. Le tout avec enthousiasme.
    Le problème c’est que c’est mal parti en France. le gouvernement veut « généraliser » la complémentaire santé, CAD la rendre obligatoire. Et c’est déjà voté pour les salariés du privé (je passe sur les magouilles qui vont obliger les entreprises à assurer leur personnel auprès de tel ou tel prestataire choisi par branche). Et ce contrat de base, bientôt obligatoire donc, prendra en charge, c’est quasi certain, des biens ou service qui justement, ne sont pas du gros risque mais du petit (par exemple l’optique). Quant au véritablement gros risque, si l’on veut être bien assuré, il faudra prendre l’assurance de base (obligatoire dans les faits pour un salarié lambda), une complémentaire obligatoire également, prise en charge à moitié par son employeur, et une surcomplémentaire que l’on paiera plein pot. C’est déjà se qui se passe dans le si fameux régime alsacien mosellan.

    1. Jicébé

      PS : j’aurais du me relire. A la place de « Quant au véritablement gros risque, si l’on veut être bien assuré, il faudra prendre l’assurance de base (obligatoire dans les faits pour un salarié lambda) », il faut comprendre : « Quant au véritablement gros risque, si l’on veut être bien assuré, il faudra prendre la « Sécu » , obligatoire dans les faits etc »

  21. NOURATIN

    Il semble en effet qu’une révolution tranquille soit en train de s’opérer dans l’ombre, sans que nous en ayons bien conscience.
    Il faudra bien un jour que tout cela se traduise par une régression de l’État,
    celle ci aura en revanche bien du mal à se faire en douceur vu le nombre de gens qui bénéficient de la gabegie étatique.

    1. Nemrod

      Mais il a raison !
      D’ailleurs je propose de mettre toute l’équipe de Bordeaux : ils paient tous leurs impôts en Grance.
      Bon, d’accord ils se font taper par l’apoel Nicosie…
      Sinon y a Sochaux ou Auxerre qu’à des joueurs dispo et pour longtemps chez nous…
      Carquefou ?, Trifoulli les oies ?

  22. Nemrod

    Et un milliard pour la Bretagne et trois pour Marseille et 1 milliard pour l’AME et allons y , hardi petit !
    Et pas un petit million pour moi ? Allez 500 000 bande de rats !
    Que je me casse une main devant une main derrière.

    Quelle bande de clowns quand même !
    Vraiment c’est grandiose !
    J’espère qu’ils les ont empruntés avant la hausse des taux à 10 ans.

    1. Duff

      ils ne savent plus comment gagner du temps jusqu’aux municipales, alors on ouvre des vannes de manière désordonnée… Avec un portique écotaxe par terre dans le Lot et Garonne, cette fronde pourrait bien se généraliser!

      1. Deres

        Les français commencent à comprendre que derrière la condamnation apparente de la violence, une manifestation avec débordement mène immédiatement au retrait de la mesure et à la promesse de tombereaux d’argent gratuit … Tout le monde va rapidement s’y mettre …

        1. Duff

          c’est exactement ça, le gouvernement cède à la loi du plus fort (médiatique, tout ce qu’on voudra) autrement dit le gouvernement entérine le fait que nous ne sommes plus dans un état de droit…

          C’est la boîte de pandore même si je suis fermement opposé à l’écotaxe sur le fond et sur la forme! Demain le gouvernement peut céder devant n’importe quoi même stupide pour échapper à une gronde. On le voit déjà ici avec les commentaires sur les crédits généreusement accordés ça et là.

          La fuite en avant a passé la surmultipliée ces dernières heures, c’est évident que le processus va rapidement aller dans le mur, enfin!

        2. Bob Razovski

          J’ai pensé monter une petite entreprise de kidnapping de ressortissants français. Les tarifs dans ce domaine sont encourageants, de l’ordre de 25 millions d’euros si j’ai bien tout compris, avec en prime des excuses du client.

          😉

          1. Peste et coryza

            Faut pas se tromper de cible.
            Le prolo de base,n ça ne vaut rien.

            Faut enlever un journaliste ou un cadre d’une grosse boite française acoquinée avec l’état.

    2. Flo

      On est passé de 15 myions « débloqués » hier (et on se disait wtf?) à 1 myard débloqué aujourd’hui (et on se dit WTF?)
      C’est fou ce qu’ils DEBLOQUENT.

      1. gem

        1 G€ pour 3.2 Mhab ça leur fait magnifiquement 1 € par jour chacun. Qu’on leur prendra dans la poche de toute façon, maintenant ou plus tard.

      2. Deres

        Le même jour, on lit sur les blogs spécialisés qu’ils vont piquer 500 millions à la défense à effet immédiat. Ils sont passé en mode pompier, déshabillant en catastrophe Paul pour habiller Pierre avant de courir à l’incendie suivant qu’ils ont probablement eux-même déclenché avec leurs transferts de sousous …

        Ne pas oublier que derrière ce genre d’annonce chiffré, il y bien souvent des promesses qui ne seront pas tenues ou de l’argent qui était déjà prévu.

    3. douar

      1 Myard pour la Bretagne? où as tu vu ça?
      De toute manière, ce n’est pas ce que demande la Bretagne. Elle demande surtout qu’on lui foute la paix et qu’on la laisse bosser.
      Mais pour les gouvernants, c’est ce qu’il y a de pire comme demande pour eux. Ils acceptent mal qu’on puisse remettre en cause leur utilité.

      1. Nemrod

        Dans le « bigareau »cet après midi.
        Ca ne veut pas dire qu’ils les auront, seulement qu’un des clowns du cirque gouvernemental les a promis à 3-4 patrons de boites agro condamnée par le financement du modèle social que tout le monde nous envie…mais que personne n’imite.
        De toute façon ce sont des promesses d’ivrognes vite oubliées si le mouvement s’essouffle.
        Du n’importe quoi de première valeur , de compétition.

    4. trottinette

      Hé bien « l’enjeu, il n’y a pas d’avenir pour la Meuse », Faisant parti de ce département, je dois dire que rien ne bouge. Déjà, on fait parti de la dernière région française attractive, alors la Meuse… c’est ou ct’endroit ?
      Vols, dépeçage d’animaux (je rassure ce ne sont pas les loups quoiqu’il y en a, bizarre ne sont pas encore mort). On ne demande rien, bien sur on a rien et même plus, on retire les liaisons ferroviaires (ces péquenots n’ont pas besoin de train, non mais). Il avait même été envisagé de retirer la liaison verdun-metz. Bon je rale, mais on a le TGV , faut juste prendre un bus qui doit faire 25 km pour arriver à la gare. Je constate (c’est vrai je ne fais rien d’autre) qu’à part des grands hall pour vendre de la quincaille, ça pousse peut-être même au détriment des petits commerces. Pour les investissements productifs, faudra attendre, quoique les politiques pourraient songer à une station métro jusque là. Au final, on voudrait se passer de l’état, mais parfois il serait bien qu’il oriente ses investissements productifs pour que tout le monde soit de la partie. reste qu’il ne fait que des investissements sociaux et ça nous coule doucement.

      1. Peste et coryza

        Ben non.

        La stratégie officielle, c’est le développement des métropoles. La plus proche de vous est Nancy.

        Le reste du pays (occupé par 60% des français, tout de même) est voué à être une seconde zone.

      2. Nemrod

        Pas d’avenir pour
        – la Creuse
        – l’Indre
        -La Nièvre
        – la haute Vienne
        – la Meuse
        Liste non exhaustive.
        La diagonale du rien, majoritairement peuplés de Gaulois ancestraux…aucun intérêt donc.
        Des vieux territoires français dont les habitants deviennent les derniers des derniers dans leur pays.

  23. BA

    Concrètement, comment vont se dérouler les « saignées » en Europe ?

    1- D’abord, une dizaine de pays européens vont se déclarer en défaut de paiement, les uns après les autres. Les gigantesques bulles obligataires européennes éclateront.

    2- L’éclatement de ces bulles obligataires va provoquer :

    – la disparition des retraites par capitalisation (massivement placées en obligations d’Etat)

    – la disparition de l’assurance-vie (massivement placée en obligations d’Etat)

    – la faillite des banques (massivement détentrices d’obligations d’Etat)

    – la faillite des sociétés d’assurances (massivement détentrices d’obligations d’Etat), etc, etc.

    3- Nous entrerons dans une période de chaos. Les Etats européens seront incapables de sauver de la faillite les banques européennes, contrairement à ce qui s’était passé en septembre 2008. Les Etats européens ne pourront que contempler le spectacle. Ils seront des spectateurs impuissants.

    4- La BCE injectera des centaines de milliards de liquidités, mais ce sera inefficace. Les banques arrêteront de prêter le moindre euro aux particuliers et aux entreprises privées. Les banques essaieront de sauver les meubles en replaçant aussitôt les crédits octroyés par la BCE dans leur compte de réserves auprès de la BCE.

    5- Les épargnants se précipiteront vers les distributeurs automatiques de billets, mais ils ne pourront pas retirer d’argent. Les guichets des banques seront fermés. Les sites internet des banques seront fermés eux-aussi.

    6- Les épargnants se tourneront vers leur Etat. Ils demanderont à leur Etat le remboursement de leur épargne (100 000 euros maximum, en théorie). Mais en pratique, les Etats européens seront incapables de rembourser l’épargne volatilisée des épargnants.

    7- Il y aura un effondrement des Bourses.

    8- Les banques européennes seront en faillite, la BCE sera en faillite. Les rentiers, les actionnaires, les épargnants et les retraités européens auront tout perdu. Ils seront en colère. Les foules en colère chercheront des boucs émissaires. Après le chaos financier, il y aura le chaos social et le chaos politique.

    1. Thorium

      Pfff, vu l’imbrication des économies mondiales, il vous manque les 2 derniers étages de la fusée sproutch : les USA et le Japon, massivement surendettés aussi, s’effondreront de la même façon, puis le reste du monde (si le milliard de consommateur occidental disparait, la Chine et autres BRICS sont dans la mouise).

      Bref, personne n’y a intérêt, donc j’y crois pas vraiment.

      Par contre un relativement lente dégradation, à la sauce Chyprage de 10% par ci, 10% par là de nos placements, et un appauvrissement généralisé (reflet de la réalité de notre production de richesse), oui, certainement.

      1. Nemrod

        Je crois plutôt à ce scénario.
        Je modérerais tout de même en disant que le fait que personne n’ait intérêt à un événement n’est pas la garanti qu’il n’arrive pas.
        L’histoire est pleine de ces enchainements dramatiques « perdant-perdant » qui se sont produits quand même.
        La « Grande Guerre » par exemple puisque c’est de saison.

      2. Jacques

        Vous oubliez la probabilité non nulle que les états utilisent le seul moyen assuré pour limiter leur propre destruction: l’ennemi extérieur, autrement dit, la guerre. Pour moi, en toute franchise, je doute qu’on passe la décennie sans en découdre au niveau global… histoire de remettre toutes les pendules à l’heure, enfin, pour les survivants…

    2. Martin-Lothar

      @ BA (du jour et toujours prêt, ou plus près de nous, mon dieu) : merci pour vos infos quasi quotidiennes et souvent, mises à jour. Cela étant, pourriez-vous de temps en temps, nous annoncer une (toute) petite « bonne nouvelle ». Oui, je sais que c’est aussi rare que de trouver, en ce moment, un politicien français sérieux et honnête, mais de grâce, faite cet effort herculéen. On va finir par croire en effet, que vous travaillez pour une entreprise (libérale) de pompes funèbres ou encore une association caritative du genre, SOS Suicide…

    3. Theotimedesavoie

      Oui, c’est exactement ce qui va se passer.

      Seule solution : acheter de l’or, une maison de campagne avec un peu de terre et savoir se servir d’une arme…

      Et je précise que je ne suis en rien survivaliste même si je lis régulièrement l’excellent blog the econimical collapse.

      Je conseille aussi à tous l’abonnement à la lettre quotidienne gratuite Le Contrarien Matin de Charles Sannat.

      1. Aristarque

        Mettez vous un peu à sa place! Des semaines qu’ il trépigne d’ impatience! Alors là, maintenant, il est tout fou, forcément, surtout qu’il a attendu dix heures pour rien, en plus…. 😉

        1. Je tiens à dire qu’endommager un radar est un grave délit punit qu’il ne faut pas laisser faire. C’est très vilain et moche et méchant. Et puis le matériel électronique n’aime pas les gros aimants néodymes. Et les coups de disqueuses sur le pied, c’est pas cool. La peinture sur les capteurs non plus. Ou les coups de lasers prolongés sur la lentille qui finissent par la griller. Ou l’acide sulfurique. Ou la thermite. Ou la poubelle retournée.

          Tout ça est mal. Oublions vite.

          1. vengeusemasquée

            Je tiens à ajouter d’autres pratiques scandaleuses à la liste : les gens qui osent entourer les radars de pneus et y mettre le feu. Ca, c’est vraiment choquant. Il faut aussi éradiquer sans pitié les monstres qui recouvrent entièrement des radars d’adhésif (je l’ai vu) parce que faut pas déconner, c’est moche. Je pense aussi qu’enduire la vitre d’acide fluorhydrique, ça peut être gravement puni.
            J’ai une petite pensée pour ceux qui balisent les radars sur les routes en faisant des grosses flèches peintes et en indiquant des mentions du type « radar droit devant » parce qu’ils sont passibles de la peine de mort, eux aussi.
            Ne faites pas ça. Jamais. C’est mal.

            1. Black Mamba

              Vu aussi de grosses flèches au sol non réglementaire sur l’asphalte mis par un kamikaze sur une route deux deux voies et qui sont pil poil quand le coyote indique danger immédiat à 200 mètres et au fait on n’aperçoit qu’il n’y a nul danger mais juste un beau radar discrètement dissimulé derrière un mur , il est invisible jusqu’au moment on l’aperçoit sur le rétroviseur … 😉

            2. vegeta

              c’est très mal d’enfoncer un bout de cure dents dans la serrure d’une administration d’Etat et de le recouvrir de glue super forte sa devrais être un crime puni de la peine capital

            3. Peste et coryza

              àengeuse masquée

              Ne gachez pas votre physique et vos poumons avec de l’acide fluorydrique, je vous prie.

              Préférez le sulfurique, qui a l’avantage d’etre moins cher.

            4. Duff

              Au delà de tout ça, un exemple de la répression débile et du dévoiement des forces de police utilisées à faire du fric plutôt que d’assurer la sécurité : Mardi matin, il pleut des cordes entre Toulouse et Pau, sur l’autoroute à 7h40 du matin, des flics planqués derrière un pont (classique) étaient en faction pour flasher les voiture sur l’autoroute du côté de Tarbes… pfff no comment.

          2. Alzheimer

            Il est aussi très méchant (bien que pas forcément illégal), de laisser tomber des boules puantes dans les Administrations.
            Surtout que des méchants sur internet prétendent que laisser macérer des têtes d’allumettes dans de l’ammoniaque créent une nauséabonde « stink bomb ».

  24. channy

    Sans rapport mais cette interview d’olivier Delamarche commentant la démocratie vaut le détour..surtout autour de 5 minutes avec sa vision du socialisme

  25. tess

    Élysée ✔ @Elysee

    Commémorer c’est souligner l’héroïsme discret du Résistant, saluer la dignité du Juste qui cache un Juif au péril de sa vie #Centenaire2014
    4:26 PM – 7 Nov 2013

    Magnifique twitte de l’Elysée. Les pieds Nickelés ont encore frappé. Décidément ils ont de grosses lacunes en histoire

      1. Nemrod

        Y a Copé qui l’a trouvé bon…
        Bon, ce n’est pas un gage de qualité, d’accord !
        D’ailleurs tout le monde s’en fout.
        C’est marrant quand même.

    1. Aristarque

      Des « Justes » (ceux qui ont caché des Juifs pendant la 2me GM) magnifiés dans les commémorations de 14-18 ?
      C’est beau, l’ enseignement de l’ ENA!
      Durant la 1ere GM, les Teutons n’ étaient pas spécialement antisémites, en tout cas pas au point de refuser aux Juifs de faire partie des armées du Kaiser et de se faire tuer à cette occasion (le cimetière allemand de Lambersart en témoigne amplement). Pourquoi ne pas profiter de ces commémorations pour en remettre un coup sur le jeune Joseph Bara, par exemple ou sur Leonidas aux Thermopyles…

      1. Duff

        Cher Aristarque, n’allez pas chercher des références aussi lointaines!

        Je vois bien le président de tous les français, qui ont voté pour lui et qui ne regrettent toujours pas, honorer la mémoire d’un tirailleur sénégalais homosexuel et musulman qui travaillait dans la fonction publique etc… au cours de futures commémorations

    1. Duff

      J’ai cliqué par curiosité et en voyant que c’était Krugman je me suis dit qu’un beau il faudrait que je me vide de ce qui me reste de naïveté!

      J’espère que le parisien libéral nous fera un petit montage de l’intervention de Marc Fiorentino dans « c dans l’air » de vendredi. A un moment il dit tout haut ce qu’on dit ici, sans que ça fasse bondir ni Calvi ni les autres(!). En gros les perspectives « stables » c’est parce qu’en cas de coup dur on peut chyprer les comptes des épargnants français.

      Personne ne bouge c’est lamentable une telle atrophie intellectuelle.

      1. Fred

        En attendant, je trouve nos merdias bien plus conciliants avec Hollande suite à la nouvelle dégradation qu’ils ne l’avaient été en 2012 avec Sarkozy. Il faut voir le nombre d’articles partisans auxquels nous avons droit pour s’en convaincre….

        1. Duff

          Of course mais les merdias roulaient pour Hollande question de survie pour certains et de préservation de subventions pour tous les autres. Pas demain la veille qu’ils militeront pour une baisse des aides publiques ça et là. Maintenant sur les réseaux sociaux ça s’agite, nombreux sont ceux qui ont exhumé des tweets de l’époque signés Ayrault, Hollande, NVB et des autres qui traînaient Sarkozy dans la boue après le premier downgrade.

          Hier l’OAT à 10 ans a pris 10% dans la gueule, rien de problématique mais à force de nier que ça peut constituer un problème on va au delà de gros soucis, super Mario ne pourra pas tout faire…

          Les prochaines réunions européennes avec le gouvernement allemand enfin formé seront sportives…

          1. Fred

            Je pense en effet que Madame Merkel va lancer un avertissement à Mou 1er avant un éventuel débarquement de la fameuse Troïka si ce dernier persiste et signe dans l’erreur…

            1. Duff

              Je ne suis plus sûr de rien : Elle a eu le mérite de ne pas péter les réforme de son prédécesseur SPD (lois Hartz) mais qu’a-t-elle fait, elle? Rien. Pour le partisan du laissez-faire que je suis c’est déjà pas mal mais j’ai peur qu’elle n’ait pas la moindre fermeté ou de prises sur ce crétinus d’Hollande.

              Le seul truc à mon avis à surveiller c’est la réaction des allemands pas franchement favorables à Mario Draghi, surtout de sa baisse récente des taux directeurs, et l’éventuelle décision de la cour de karlsruhe.

              Toute décision qui mettrait fin à l’avantage commercial d’un change euro/dollar trop favorable à l’Allemagne fera bouger les allemands. Qu’Hollande creuse la tombe française beaucoup moins. Je pense donc que la situation actuelle risque de durer hélas trop longtemps.

            2. Guillaume

              @Duff : on en avait discuté (de Merkel) ya quelques temps, je dois me rendre à l’évidence, pas de fight Merkel-Hollande commandité par la première. Après, on va voir si elle est aussi hermétique à son peuple que ce dernier, parce que pour en avoir discuté avec des allemands (de tous bords), ça commence sérieusement à gronder (+ je sais plus quel journal allemand qui avait fait sa une sur le thème « marre de payer pour les français »). Là, on peut ptet espérer quelque chose.

            3. Duff

              Ne parlant pas allemand je ne scrute que la presse brit et américaine. Grand regret car je serais plus jamais désireux de connaître le point de vue allemand sur cette situation européenne déliquescente…

              Le simple fait que le FDP très content du taux de change soit chassé du parlement et le que l’AFD ait presque pu y rentrer en dit long. d’où ma question : Combien de temps Draghi pourra-t-il agir contre l’Allemagne? Apparemment longtemps mais est-ce souhaitable? C’est la seule question dans une Europe où les pays les plus riches n’ont aucune envie de pays incapables de rompre les amarres du communisme…

  26. romin dubois

    je ris a la lecture de vos billets,mais je ris jaune quand mes doutes jusqu’alors retenus apparaissent au grand jour sous la plume d’un autre,cela a quelque chose d’ effrayant . Aprés ces constats d’incurie et de prétention de nos gouvernants de vouloir diriger un supertanker a la godille ou de sortir une minable trousse a outil,alors qu’il faut des engins de chantier s’installe dans les esprits une clause de survie .Oui nous sommes sur le même navire .Le pouvoir est aux créatifs et aux innovants mais pas a des enseignants sclerosés ,ministres et deputés qui ont déjà participé au massacre des innocents (echec scolaire,illetrisme,defaut d’orientation,formatage des esprits) chomage.Les solutions pour l’avenir ne sont pas en nous mais devant nous et il faudra sortir du cadre pour les trouver Si ce Titanic plein de certitudes si grand et si exemplaire garde son cap il rencontrera la glace . Au pouvoir dans un pays sans vie ils réclameront la légion d’honneur !

    1. LNB

      C’est déjà du niveau 2. Pourquoi pas? Mais l’idée c’est de jouer sur la corde raide et rester à la limite de la légalité tant que les lois sont encore ce qu’elles sont. Avec ce manuel, le lambda va bien vite finir en taule et s’il n’y a plus de place dans les prisons (maintenant), il va finir par se faire tabasser par des flics zélés dans une ruelle calme. Un peu dangereux cette histoire. Mais j’en ai des pelles et des plus efficaces que ça…

        1. ertyu

          Créez un site internet avec un nom de domaine présentant le nom d’une petite commune cible. Publiez des analyses économiques démontrant l’incompétence flagrante et la corruption.

          Là vous êtes au niveau supérieur. Vous ennuyez du monde et légalement.

    2. petit-chat

      Dans ce « manuel », on s’en prend surtout à des personnes innocentes et elles aussi victimes du système.
      Rien sur les administrations ou les différents « centres de commandement » que sont les préfectures, les mairies, les associations-qui-veulent-le-bien-des-autres-malgré-eux.
      On se trompe de cibles.

  27. Duché de Lorraine

    In situ : c’est bizarre ?, j’étais en train de converser, expliquer, échanger, et puis tout à coup : coupure de ma rédaction dans ce blog !. Aurai-je écrit des faits réels qu’il ne fallait pas divulguer ? !…. Hein ?!.
    Oh bein je sais que je suis fichée, comme nous Autres !, sur le Net -F- !.

  28. Duché de Lorraine

    Et c’est d’autant plus bizarre……….
    Il n’y a pas que la NSA qui a des oreilles de Lapin !!!!!!!! lol !!!!!!!!!.
    Internet c’est sympa, mais il y a des oreilles aux Ordres qui s’allongent !….
    Ici, sur le Site H16, l’opinion se croit Libre d’Expression via Internet ? ……… : Néni !. Toutes les données dont recueillies par satellites et aussitôt transmises à « Qui de Droit » les intercepte !……… !!!!!!!!!!!!!.
    Celà fait les sondages pipés ! hein ????!.

  29. Alexandre

    Bonjour, après avoir lu votre remarque sur le marché du taxi : « L’arrivée de concurrents indirects comme Uber ou Allocab constitue une véritable issue de secours pour se retirer du marché vicié que constitue celui du taxi ». En tant que taxi moi même (mais en province) je suis allé faire un tour sur le site d’allocab en me disant : sont ils vraiment moins cher que nous ? Eh bien sur le site Allocab je vois des tarifs de l’ordre de 2,5€ du km. Eh bien, c’est une fausse idée de croire que ces tarifs sont vraiment avantageux. Sur Paris, je connais mal le sujet mais ça à l’air d’être plafonné à 1,5€ du km (http://vosdroits.service-public.fr/professionnels-entreprises/F22127.xhtml) et en province au alentours de 1,7€/km en jour et 2,6€/km en nuit avec retour à vide compris ou entre 0,9€/km en jour et 1,3/km€ en nuit pour un circuit avec retour en charge au point de départ. D’autre part, si vous demandez un devis à l’avance, vous obtenez un tarif généralement remisé de l’ordre de 15-20 % sur le tarif compteur et avec les suppléments offerts. Voilà, ce commentaire juste pour conseiller de faire jouer la concurrence, puisque maintenant concurrence il y’a, et de comparer sans aprioris.

    Pour ma part, je serais bien content de pouvoir travailler aux tarifs pratiqués par Allocab, car mon CA moyen réalisé au km vendu (approche, retour à vide, suppléments …. compris) est de l’ordre de 1,6€/km, donc bien loin de 2,5€/km.

    1. Remarque préliminaire : si le marché du taxi me semble vicié, je tiens à préciser que les artisans taxi ont tout mon respect ; ce n’est pas un métier facile, et ils sont eux-mêmes la plupart du temps victime de l’état des lieux, assez catastrophique, généré justement par l’état et les règlementations ubuesques en place.

      Ceci posé, notez que je ne suis pas en train de dire que Allocab est moins cher, ou juste mieux que les taxis. Ce que je dis est différent : Allocab comme les autres VTC représentent une alternative sur le marché qui, d’une part, permet de sortir de l’utilisation d’un monopole, et d’autre part, en réintroduisant de la concurrence, a deux effets :
      – diminue la force des corporations de taxis eux-mêmes, ce qui ramène (à terme) leur utilité à leur juste proportion, celle que le marché peut leur donner
      – diminue la force de l’Etat qui n’a plus une corporation à choyer (lobbying).

Laisser un commentaire