L’innovation en France peut déjà signer son testament en ligne

Même si la France a bien des problèmes à apprendre à lire et à écrire à ses enfants, même si elle n’a pas de pétrole (et ne veut pas trop toucher à son gaz de schiste), il lui reste toujours ses fertiles idées, maintenant protégées par un Patent Troll Pool d’État que le monde nous envie, et, surtout, fortement encouragées par un Président dynamique qui en veut toujours plus.

Et c’est donc dans ce contexte que le président pédalo-flambyste a lancé à Paris le Concours d’Innovation Mondiale qui, selon lui, doit permettre au pays de retrouver son rang dans ce domaine, car « La France est un grand pays de recherche » et surtout parce que mes petits amis, nos emplettes sont nos emplois pardon « L’innovation, c’est la croissance de demain », et envoyez la Marseillaise, à vous les studios. Manifestement, François Hollande a de nouveau chiqué du poil de licorne.

mentos einsteinPendant ce temps, dans le monde réel, il en va un peu différemment et l’innovation n’est pas toujours accueillie avec la joie et l’ardeur qui serait pourtant utile à son développement. J’en veux pour preuve la récente mise sur le marché d’un nouveau service au travers des intertubes numériques et qui vise à dématérialiser ce bon vieux testament des familles qui était jusqu’à présent cantonné, pour ainsi dire, à l’artisanat local. En effet, deux frères viennent de lancer « Testamento », un site qui ne vend pas, contrairement à ce que le nom pourrait faire penser des esprits ludiques, un Mentos d’Outre-Tombe, mais bien la possibilité pour tout internaute de générer son testament en ligne, en tenant compte de quelques paramètres personnels, puis de le soumettre (ou pas) à l’enregistrement notarié.

Le principe est simple : il s’agit de proposer une aide internet à la rédaction du testament olographe, forme la plus simple et la plus courante des testaments, et qui consiste en un document manuscrit, daté et signé, et que tout le monde peut faire et conserver chez soi sans autre forme de paperasserie administrative (Car si, si, en France, des actes aussi simples peuvent exister sans l’onction – souvent extrême – de l’administration, même si, il faut bien le reconnaître, ils sont de plus en plus rares). Rassurez-vous, ce testament olographe ne met pas en danger la profession des notaires puisque dans 9 cas sur 10 en moyenne, il y a des omissions, des ambiguïtés, des imprécisions, des petits pâtés, des ratures, des trucs et des machins sujets à interprétations qui rendent le papelard juridiquement invalide et permettent ainsi de renvoyer la famille (et le mort) dans les bras des Notaires, qui se frottent alors les mains avec la componction qu’une perte douloureuse dans les familles de clients accompagne bien évidemment.

Dans le cas qui nous occupe, le document produit par Testamento permet justement d’éviter ces petits tracas (je parle des pâtés et des ambiguïtés, hein), en produisant un résultat juridiquement valable. Il n’en a pas fallu plus pour observer comme une petite réticence de la part des principaux concernés par cette innovation, les notaires. Choqués sur le fond comme sur la forme, la profession vient de se recroqueviller sur elle-même après un petit cri strident et quelques articles bien sentis.

Eh oui : franchement, internautes de peu de foi, imaginer qu’on pourra ainsi aider les gens par un tel service, c’est forcément du pipeau ! Me Laurent Mompert, porte-parole du Conseil supérieur du notariat, tempête ainsi :

« Vendre cette démarche juridique comme un produit fini sur Internet, laisser croire aux gens à cette simplification et à l’inutilité des conseils de l’officier public, c’est dangereux, contraire à la déontologie, inacceptable. »

Ben oui quoi, un service qui se simplifierait par internet et qui obligerait une profession à se remettre en cause pour se concentrer sur sa vraie valeur ajoutée, c’est inacceptable ! Ne l’acceptons pas, d’ailleurs : tout le monde sait qu’on ne peut pas, qu’on ne doit pas rédiger un testament comme on achète une vulgaire baguette de pain, entre deux courses et dans des boutiques interlopes aux pratiques douteuses ! Non, môssieu, le testament, c’est un truc complexe de chez complexe avec des situations familiales tendues, des règles bien précises et un besoin évident de sur-mesure.

Bon. Certes. Mais il y a aussi tout de même un paquet de cas standards pour lesquels un testament de base peut très bien fonctionner, et on comprend qu’un tel service internet permettrait de démocratiser le testament olographe qui pour le moment est surtout réservé à une faible minorité de personnes. Mais non. Il ne faut pas. C’est mal. Ce serait la porte ouverte à un changement de routine dans laquelle les notaires sont maintenant placés depuis quelques siècles, ce qui provoquerait, à n’en pas douter, des angoisses et des ongles cassés.

Évidemment, on retombe ici sur la sempiternelle constatation d’un pays sacrément sclérosé face à l’innovation dont se gargarise pourtant François Hollande. Tout comme les chauffeurs de taxi qui s’affolent de plus en plus devant les VTC, tout comme s’exciteront sans nul doute les banques centrales à mesure que les crypto-monnaies prendront de l’importance, les notaires ne supportent pas l’intrusion des nouvelles technologies dans leur petit monde douillet.

Soit.

innovation

Cependant, on peut noter, en parallèle à la réaction outrée, passéiste, rigolote et parfaitement inutile des notaires, la façon très particulière que les médias ont choisie pour faire mention de cette nouveauté. Si l’article du Figaro était à peu près neutre (bien que donnant une parole démesurée aux notaires et quasiment rien aux entrepreneurs), il en va différemment des voix officielles de la République, à savoir France TV Info et France Bleu.

Pignouferies de presse

Le premier joue gentiment l’aspect didactique sur le mode « avant d’aller cliquer bêtement sur ce site louche, rappelez-vous qu’il vous sera difficile de vous passer de notaire », avec cette petite pointe de dénigrement subtile qui permet de bien remettre les inventeurs/entrepreneurs à leur place de vilains méchants qui tentent de piquer le travail des officiers de la République haletante et égalitaire. Le second, encore moins raffiné, se contente dès le titre de poser la question qui tue : « Le testament en ligne sert-il à quelque chose ? » puisqu’après tout, comme il va falloir à un moment ou un autre voir un notaire (mais si, puisqu’on vous dit qu’il faut, même quand ce n’est pas obligatoire), hein, bon, après tout, pourquoi se cogner les intertubes avec des clics complexes et des petits caractères flous sur des écrans qui scintillent ? Hein, Mamie, pourquoi tu ne laisses pas les jeunes jouer à Call Of Duty tranquillement au lieu de mobiliser connement ta machine pour entrer ton testament standard et t’éviter ainsi une péniblerie au notaire du coin ?

Pas de doute : si le corporatisme fossilisé des notaires ne surprendra bien sûr personne, la réaction des journalistes, en filigrane, est tout aussi charmante et parfaitement alignée avec cet état d’esprit si français face à l’innovation. Si, il y a quelques décennies de cela, le peuple français embrassait l’innovation à bras ouverts, tout indique actuellement que sa population est maintenant persuadée que tout changement provoquera des heurts, des bosses et des horions, justifiant dès lors impérativement de tuer dans l’oeuf toute velléité d’amélioration. Après tout, à tenter des trucs et des machins comme ça, on sait ce qu’on perd, ma brave dame, mais on ne sait pas ce qu’on peut gagner, alors ne faisons rien ! Principe de précaution !

Hollande est amusant. Avec son Concours d’Innovation Mondiale, il ne se rend pas compte qu’il ne s’adresse finalement pas du tout aux Français. Ceux qui innovent sont déjà partis, ceux qui restent n’innovent pas, et ceux qui tentent d’innover sont minutieusement pourchassés par les corporations zombies et les rabats-joie vendeurs de moraline par barils entiers.

Pas de doute. Ce pays est foutu.

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires244

  1. Aristarque

    Honnêtement, comme d’autres ici, je suis bien content qu’ on ne touche pas aux gaz de schiste. Pas pour de l’ écologisme à la ramasse mais à cause du fait que cette manne serait immédiatement dilapidée en assistanat généralisé et en gabegie. Je ne suis même pas certain qu’ elle permettrait, aux mains de ces guignols, de rembourser la dette. Peut-être même qu’ elle ne serait pas suffisante pour éviter de continuer à endetter le pays… 😐

        1. P

          +1
          A chaque fois que ces guignols trouvent un milliard, ils le dépense, le mettent en gage, et prévoient de le dépenser chaque année jusqu’à la fin des temps. Alors si par malheur on en trouvent cent ou mille…

    1. Deres

      Le gaz de schiste pas cher serait distribué au nécessiteux (et à quelques citoyens qui le mérite par leurs services exceptionnels comme els syndicalistes, les élus, ceux qui votent correctement, …) tandis que les zignobles riches que n’aime pas notre président continueront à importer du pétrole dégueuelasse d’Arabie saoudite avec plus d’impôts qu’autre chose au passage.

    2. Duff

      On ne connaît même pas l’ampleur de nos réserves, il se pourrait fort que comme en Pologne (qui vient de lancer quand même l’exploitation) que ce ne soit que des gaz de pschit.

        1. Duff

          A titre personnel, au lieu de s’étriper dans des débats stériles, on ferait beaucoup mieux de faire en sorte de connaître beaucoup plus précisément l’étendue de nos réserves et les conditions techniques (profondeur, location géographique, nature du sous-sol et que sais-je encore) d’une éventuelle exploitation.

          Aujourd’hui les « experts » s’envoient des noms d’oiseaux alors que les données essentielles manquent. Il me semble que nos amis allemands, comme d’habitude plus pragmatiques et moins dans le débat stérile sans fin et dogmatique à la française, ont commencé par faire le point technique avant de prendre une décision.

            1. Mortimer

              Non mais vous êtes au courant du massacre environnemental que fait l’exploitation du gaz de schiste? Sans être un neuneu de l’écologisme hein!
              Vous êtes prêt à voir un puits dans votre jardin? J’en doute.
              Dans quelques années, l’eau deviendra un enjeu majeur de la planète et la France sera surement très heureuse de disposer de nappes phréatiques non polluées par toutes les saloperies que les exploitants pétroliers balancent dans le sol.
              Qu’ils nous inventent d’abord des systèmes non polluants, on en reparlera alors.

            2. Peste et coryza

              @Mortimer
              On parle d’exploration là, pas d’exploitation.

              Plus que les effets de la poudre qui est injectée, c’est surtout l’occupation des sols par les puits qui pose problème. 9 puits sur 10 sont secs, donc il en faut beaucoup, or la France est plus densément peuplée que les USA…

            3. Duff

              @Mortimer, je reverrais bien volontiers qu’on trouve du pétrole dans mon jardin… Il ne s’agit pas de saloper des splendeurs naturelles, il y a bien des champs ou des forêts quelconques qui peuvent abriter un puits. Avec comme argument qu’il faut préserver tel ou tel arbuste ou insecte, on ne fait plus rien!

            4. GameOver

              @ Mortimer

              Ah… le pick water… c’est encore plus nul que le pick oil.
              Horreur, Dame Nature ne fait pas pleuvoir regulierement. Parfois a sec, parfois inondé… zut alors.
              Faudrait juste arreter d’assecher les plaines alluviales dans le but de construire. Equlibrer les ressources au sein d’un territoire aussi.
              Cet été en fRance on n’a pas entendu parler de restrictions d’eau donc on ne fera rien jusqu’a la prochaine fois. Et cette prochaine fois on nous proposera une usine de dessalement d’eau de mer qui se revelera inutile a la fin de sa construction.
              Cette manie de vouloir regler les consequences au lieu des causes.

            5. vengeusemasquée

              Il vaut mieux éviter de parler d’une prétendue pénurie d’eau à moins d’avoir de très très solides arguments techniques. Sans vouloir vous offenser, je pense que l’on touche ici l’un de ces domaines dits « détecteurs de cons ». Je vous mets donc en garde.
              Cela dit, si on creuse un puits dans mon jardin, vu ce que je ferai payer pour y accéder, pas d’inquiétude, ça vaudra le coup pour moi. 😉

            6. hussardbleu

              A vue de chez moi, une portée de fusil en gros, il y a les restes d’une ancienne exploitation de schistes bitumineux (abandonnée dans les années 1950 pour cause d’exploitation non rentable). J’en conclus peu témérairement que des gaz de schiste, n’est-ce pas, pourraient bien se trouver dans le coin…

              Si l’on se lance dans leur exploitation, ce qu’à Dieu ne plaise, je pense que ma vie en serait considérablement affectée pour le pire…

              NIMBY ? you bet…

              Pour les naïfs qui croient le Code Civil et la propriété du fonds et du tréfonds qui en découle : achtung !

               » La réglementation des mines constitue une limite à la propriété du dessous. Selon le code minier, les mines ce sont «les gîtes et gisements de matières minérales ou fossiles énumérées à l’article 2 du code minier». Il s’agit notamment des hydrocarbures, de l’or, de l’argent, des diamants, du sel, des gîtes géothermiques,… Ces gisements peuvent avoir une valeur économique considérables donc leur exploitation intéresse la collectivité toute entière. C’est pourquoi, les mines appartiennent à l’État et non au propriétaire du sol. Les mines ne peuvent être exploitées qu’en vertu d’une concession ou d’un permis d’exploitation. Les mines qui ont été nationalisée en 1946 sont exploitées par l’État (les établissements publics) et quant à celles qui n’ont pas été nationalisées, elles appartiennent à l’État mais leur exploitation est privée (en principe) donc elle nécessite une concession ou un permis d’exploitation.

              Permis d’exploitation: il est accordé pour 5 ans maximum et est renouvelable deux fois. Il est généralement réservé aux gisements peu importants ou dont la rentabilité est incertaine.

              Concession: elle est accordée par décret après enquête publique. Elle est accordé à «ceux qui possèdent les capacités techniques et financières nécessaires pour mener à bien des travaux d’exploitation». L’exploitant est titulaire d’un droit réel immobilier non susceptible d’hypothèque. Il a plusieurs obligations:
              il doit verser au propriétaire de la surface plusieurs sommes: une redevance tréfoncière, une indemnité d’occupation s’il a des emprises en surface ce qui est souvent le cas et il doit aussi verser au propriétaire de la surface des indemnités pour les dommages causés par les travaux.
              l’exploitant a aussi des obligations envers l’État: il doit lui verser des redevances.
              Il doit tirer la meilleure utilisation possible des gisements exploités et respecter plusieurs règles (notamment relatives au droit de l’environnement). »

              Rigolo, hein !

            7. Théo31

              Mortimer, à côté des volcans, l’homme est une petite bite en matière de pollution. J’attends toujours la plainte des zenculogistes contre le Pinatubo et le Krakatoa.

              Gaia est le plus gros pollueur.

            1. hussardbleu

              Ceci dit, sans doute aurais-je dû choisir cette voie, je serais plus riche qu’actuellement… mais circa 1977, après la cavalerie puis ma Licence en Droit, le notariat m’avait semblé si… poussiéreux….

            2. tess

              Un fausse idée du notariat. L’image du notaire, c’est la tête de fion, qui ne rit jamais, et triste comme une couronne de fleurs d’enterrement. J’ai goûté au notariat qui est un métier très intéressent et varié. Les notaires que j’ai connus étaient plutôt très bon vivants et très drôles en dehors de leur métier. Etant moi même issue d’une famille de notaires, je n’ai absolument pas la même image que vous. Tout comme l’image du notaire « tous des voleurs » oui parce que les clients donnent un gros chèque mais au bout du compte une énorme partie part vers l’état. Mon père en avait marre de passer pour le tondeur de service et très tôt, il a décidé de détailler ses frais en mentionnant ce que le client payait à l’Etat et ce qui lui revenait dans ses comptes personnels. Ses clients en restaient bouche bée. A l’époque, les consultations étaient gratuites, et les clients ne manquaient pas mais par contre mon père perdait un temps fou à écouter les problèmes de pierre, paul ou jacques. Mon père était un notaire de la vieille école et a toujours fait le maxi pour ses clients y compris faire cadeaux de ses émoluments quand l’état prenait quasiment tout dans une succession. Mais ce temps là est révolu, et déjà quand il était en activité les notaires devenaient de plus en plus affairistes, pourquoi ? A cause des agences immobilières qui elles, ne se gênaient pour mettre dans une vente un notaire, dont l’acheteur n’avait jamais vu la binette, mais qui percevait 1/3 des honoraires pour rester planter comme un con dans le bureau. Mon père s’est vu foutre dehors des notaires qui venaient juste pour faire acte de présence. Lors de successions, les héritiers se déchiraient tellement qu’au bout d’un moment (un an voir plus), mon père leur présentait le bottin des notaires et leur disait « allez voir ailleurs, moi je rends mon tablier ». Une semaine après, la famille revenait et là, oh miracle, il arrivait, enfin!!!! à liquider la succession. Ce notariat est définitivement révolu c’est certain.

            3. tess

              Il faut mentionné que les frais de négociation chez les notaires étaient strictement réglementé par l’Etat. Mais les agences immobilières, pas réglementées du tout, elles ont pratiqué des frais de négociation bien supérieurs aux notaires. Autrement dit, lorsque vous achetiez un bien par le biais d’une agence immobilière, le prix de la négociation était bien plus élevé. Maintenant, je pense que le notaire a la possibilité d’augmenter ses frais de négociation. Ce qui n’était pas du tout le cas avant.

            4. tess

              Je me suis pas penchée sur les coûts de négociations chez les notaires et les agences immobilières, mais peut-être que les tarifs sont moins importants chez les notaires. Je vais creuser la question. Mais ce qui est sûr, c’est que les notaires ont bien moins d’offres que les agences immobilières.

            5. hussardbleu

              Deux remarques sur tes derniers posts, ma chère Tess :

              1/ je ne sais plus qui a dit : « on ne connaît bien une personne qu’après l’avoir vue se conduire dans le cadre d’une succession ou d’un divorce »…
              Cela se vérifie tous les jours, hélas…

              2/ pour l’heure, la situation des notaires, avec la crise immobilière, n’est pas des plus florissantes, à l’exception peut-être de la région parisienne et quelques autres zones favorisées (Lyon et Riviera). Pour en parler avec plusieurs, leur CA s’est effondré depuis 2 ans, et les licenciements se multiplient dans les études.

            6. tess

              Vous avez raison sur ces 2 points. Les notaires souffrent de la crise tout comme ils ont soufferts de la crise dans les années 80. A l’époque le clerc principal de mon père gagnait plus que lui. Il a dû malheureusement le licencier (mais il lui a trouver une place ailleurs). Les charges étaient trop importantes et l’immobilier était, tout comme aujourd’hui, pas vraiment florissant.

        2. Jga

          Sous Giscard (de mémoire) il y a eut un grand programme d’exploration avec les « avions renifleurs ». Comme d’habitude, le seul qui a été mouché, c’est le contribuable. Je reste *très* dubitatif sur ce machin. La liste est longue des cas où en jouant à l’apprenti sorcier, l’humain a bien foutu le bazar (ne prenons que les abeilles qui crèvent gentiment dans l’indiféréce générale). Le « principe de précaution » n’est pas appliqué correctement, et c’est bien dommage.

    3. Hugeus

      Je plussoie mille fois.
      Sachant qu’en plus le prix de l’énergie n’a absolument aucune chance de diminuer sur le moyen/long terme, le bon sens dicte d’attendre : si c’est un tas d’or, laissons le grossir.
      Concernant la question écologique : que coûte-t-il d’attendre quelques années pour laisser sortir du bois les conséquences écologiques de l’extraction ? L’euphorie a comme conséquence immédiate de rétrécir le champ de vision, au même titre que la peur.

      1. BucheronAuvergnat

        Je vous informe en tout cas que par chez nous, la société Cominor vient de recevoir l’acceptation de son permis de recherches minières pour de l’or et de l’antimoine; oui oui en France, ça faisait 20 ans que cela n’était pas arrivé….

        1. scaletrans

          Ne serait-ce pas plutôt Variscan Mines ? Ils ne cherchent pas seulement de l’or et de l’antimoine, mais du rutile, du wolfram, du cuivre et des terres rares.

    4. Marc Aurèle

      C’est tout l’argument d’Ayn Rand dans son « Atlas Shrugged »: « don’t feed the state, make it starve until the looters leave the ship ». Jamais je n’ai autant pensé que l’époque s’y prêtait.

      Si l’on va plus loin, dans ce sens, cela signifie que les hommes et les femmes de bonne volonté doivent aussi prendre leurs responsabilités: les diverses idées débattues ici pour emme*der ceux qui nous tondent sont toutes + ou moins efficaces, certaines risquent cependant de renforcer le sentiment qu’il faut encore plus de fonctionnaires.

      La véritable idée, c’est de les affamer. Comment? en consommant moins, et en travaillant moins. J’ai deux voitures à changer bientôt. Et bien tant pis, je les ferai durer encore 4 ou 5 ans ou plus. Et si le pire survenait je m’achèterais une Logan d’occase à tout petit petit prix. Quant aux liquidités il faut les sortir du notre système avant qu’il ne nous disent: « ceux qui ont plus de 10.000€ à la banque sont des nantis, il doivent participer à l’effort » et de nous déposséder juste après.
      Il faut les affamer.

      Il n’en faudra que très peu pour faire basculer l’édifice.

  2. Le Gnôme

    Chic, je vais faire un testament en me faisant passer pour ma grand-mère comme quoi elle me lègue tout.

    Bon, je suppose que c’est un peu verrouillé, et en plus ma grand-mère est morte.

    Caramba, encore raté !

    1. Deres

      Attention, les faux testaments sont un des avantages en nature de la corporation des notaires. Vous n’avez pas le droit d’en faire si vous n’avez pas épousé la fille d’un notaire pour en récupérer la charge … Connaissant des notaires, en réalité, il ne prennent connaissance des dossiers que quand vous venez dans leurs bureaux, tout étant fait pas les clercs. C’est vraiment une charge d’ancien régime puisqu’en réalité, leurs « petites mains » font tout le travail.

  3. Black Mamba

    Mon père a rendu l’âme il y a plus d’un an, il aurait été simple s’il avait fait testament léguant tout à ma grand mère et tout serait réglé , le pauvre il n’avait rien mais on cherche en vain à partager une vieille Renaud 😕

      1. Mainmain

        Quand mon père est décédé en 2008, ça a mis un an pour gérer un pauvre dossier contenant le reste de son année de retraite et sa prime de départ. Et vu qu’il n’avait pas fait de testament, ça a été long et affreux. Affreusement long. Autant dire que je compatis…

        Et il n’y avait que mon petit frère alors âgé de 17 ans et moi pour se départager le peu qu’il avait : une vieille Uno cabossée mais encore en état et son année de retraite économisée pour sa « dernière demeure ».

        Je crois que ce qui a bloqué c’est le fait que mon frangin était encore mineur. Ça a mis un an et des bananes pour que le dossier soit réglé… À ce moment-là, on a enfin pu mettre sa vieille Fiat Uno à la casse… alors qu’elle était encore en état avant son décès. Et trois mois après, je décrochais mon permis, tu parles d’un gâchis !

        Autant dire que la branche notariale freine le processus pour des conneries et tout ça pour gagner pas grand chose après ponction des tarifs des obsèques et tout le tremblement. Voire y perdre ! C’est tout simplement dégueulasse de profiter ainsi du malheur des autres et de retarder ainsi la capacité à faire son deuil pour un matérialisme bas de plafond –‘

        1. hussardbleu

          Tu as essayé de rencontrer le Juge des Tutelles ? ils ont en général 6 mois à un an de retard, voire davantage, dans les affaires de tutelle…

          Car il n’y a pas que les mineurs, il y a aussi, et en beaucoup plus grand nombre, les personnes âgées qui, Alzaheimer ou classiquement séniles, nécessitent des mesures de tutelle ou de curatelle…

          Et il y a eu la réforme Dati/Sarko qui a supprimé bon nombre de Tribunaux d’Instance, mettant les Juges à parfois plus de 100 km des incapables majeurs ou mineurs, pour faciliter les choses…

          Alors, naturellement, les notaires portent le chapeau des navrantes dérives du système… idem pour les Bureau des Hypothèques, dans le cadre des successions, où l’informatisation Fidji n’a rien arrangé… et le blocage des comptes ? ce sont les banques, dès notification du décès… et dans les intérêts du Moloch…

          « D’où parles-tu, camarade ? » me dira-t-on :

          Bon, encore une fois, point ne suis-je notaire… mais il y a des choses plus urgentes à réformer que le Notariat…

          1. Higgins

            Une amie , juge des tutelles, a eu jusqu’à 2300 dossiers à traiter. Difficile de rencontrer toutes les personnes concernées. Et pourtant, que de dossiers importants à régler….

          2. Mainmain

            Le juge des tutelles nous a dit que ça valait pas le coup, vu qu’il avait à attendre un peu moins d’un an pour ses 18 ans.
            Si en plus on se fie à ce que dit Higgins, je comprends mieux…

    1. huguesL

      Condoleances, Black Mamba… mon pere a lui aussi tire sa reverence il y a juste un peu plus qu’un an, mais nous avons plus de chance que vous. Pas de litige… juste qu’a un certain moment avant son deces, voyant venir les problemes, il aurait pu en prenant quelques precautions nous sauver pas mal de billes en succession. Mais bon, ne nous plaignons pas… si on doit payer une succession, c’est qu’on recoit quelque chose (c’est encore le cas).

      1. Black Mamba

        Je m’en fiche de la succession 👿 pour l’instant je traîne des pieds ou plutôt des mains pour faire la procuration à ma grand mère pour vendre la voiture .
        A la mort de mon père ma grand mère avait vidé son compte en banque avant que le décès ne soit déclaré . Elle a prétexté que c’était pour les obsèques quand le notaire s’est rendu compte du vilain tour …
        Dans la réalité c’est ma soeur et moi qui avions tout payé …
        Et après cela ma grand mère avait osé me demander une pension alimentaire. ..
        Je l’ai envoyée bouler 😈 après toutes les crasses qu’elle nous a fait je prends plaisir à ne pas lever le petit doigt 😉

          1. Black Mamba

            Sympa , en effet , ma grand mère a toujours aimé l’argent plutôt que ces enfants et petits enfants … Mon père était très malade , un dossier avait été accepté pour une pension qui devait être utiliser pour lui payer une infirmière à domicile, ma grand mère n’a jamais prise d’infirmière , elle a préféré recevoir cet argent pour s’occuper de lui, or après petite enquête de ma part je me suis rendu compte que mon père a été « précipité » dans la mort car elle était incapable physiquement de l’aider à se déplacer donc il est tombé , multiples fractures et ma grand mère n’avait pas appelé les urgences immédiatement, il a énormément souffert avant d’expirer …
            Ma grand mère nous a joué du violon pendant tout l’enterrement , j’ai attendu quelques jours pour dire la vérité à ma sœur ainsi maintenant ma frangine fait très attention pour ne plus se laisser mener par le bout du nez 😕

            1. Black Mamba

              Oui, en effet je dois faire partie de la lignée. …
              Mon père pressantant sa mort prochaine m’a confessé pourquoi il a été séparé de ma mère …
              A ma naissance la guerre civile au Liban venait à peine de débuter , mon père envoya sa jeune épouse et leur fille (moi) en Guyane sous la bonne garde de la famille pendant que lui restait dans les rangs pour guerroyer …
              A son retour en Guyane femme et enfants n’étaient plus là … après enquête qui dura plusieurs années il a appris que ce fut ma grand mère qui avait chassé sa bru car celle ci avait été l’amante du jeune frère de mon père. ..
              Il fallait éviter le scandale et surtout un fratricide 😕
              Mon père a fait une dépression et ne s’en est jamais remis donc avec regret ma grand mère a fait le nécessaire pour au moins récupérer ses deux petites filles pour soulager la douleur de mon père … et voilà pourquoi je fus élevé par ma grand mère …

  4. Bidule

    J’aime votre article (comme d’habitude j’aurais envie de dire, mais cela ne fait que quelques semaines que j’ai découvert ce merveilleux site, alors restons prudents)

    Cependant:

    « Après tout, à tenter des trucs et des machins comme ça, on sait ce qu’on perd, ma brave dame, mais on ne sait pas ce qu’on peut gagner, alors ne faisons rien ! Principe de précaution ! »

    Ici vous avez raison sur ce point, mais je pense que vous avez tort de dénigrer ce « principe » comme s’il était globalement faux. Si notre gouvernement l’appliquait à chaque fois, la France serait bien différente (ou plutôt: aurait bien peu différer). Je pense que vous serez d’accord avec moi sur l’Education Nationale au moins.

    1. Le principe de précaution est globalement faux. D’ailleurs, la France est le seul à avoir trouvé judicieux de l’inscrire dans sa constitution. Ce n’est pas un hasard. Et notez qu’il n’est invoqué que dans des cas particuliers pratiques pour les gouvernements en place. Il n’est pas invoqué lorsqu’il s’agit de filer de l’éducation sexuelle dégenrée alternative aux gamins. Ce qui montre bien que c’est de la fumisterie.

      1. Deres

        Oui mais tout le monde nous l’envie. Non, ah bon, on nous aurait menti …

        Mais bon, nous avons quand même le meilleur système de santé avec l’espérance de vie la plus longue. Encore raté.

        Au moins, nous sommes les plus heureux avec le moins d’inégalités. Pas vraiment, on est presque aussi pessimiste que le coréens du nord …

      2. Duff

        Pas d’expérimentation sur les animaux plantes etc mais ok pour faire des expériences sur les humains, cf PMA, GPA.

        La cohérence socialiste heu pardon « des forces de progrès »

      3. Bidule

        Je dois me tromper, mais pour soutenir un tel argument, vous approuvez certainement les transformations successives du monde occidental, au moins jusqu’à un certain point / une certaine époque.

        Sachant (en tout cas, c’est mon humble avis, pas une vérité absolue) que la descente de ce pays a très lentement commencé depuis le début du XVIIIe siècle avec le canular des Lumières, s’est accentuée après 1789, avant de devenir pratiquement verticale depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, en gros vous êtes content jusqu’à quand?

        Il ne faut pas trop se méfier du changement, n’est-ce pas?

        1. Nocte

          Pour ma part, tous les jours, je maudis l’ancêtre humain qui a compris que le feu, c’était dangereux, mais que cela pouvait se maitriser et servir d’outil.
          Pareil pour ceux qui ont compris qu’on pouvait domestiquer des animaux et cultiver des plantes nourricières.

          Sérieux, le nomadisme, le confort d’une grotte, ne pas manger tous les jours à sa faim (et hélas, cela dure encore dans certains pays), crever d’une septicémie suite à une entaille… c’était tellement mieux avant !

          1. Bidule

            Les progrès de la médecine, de l’industrie ou de la science dont vous parlez n’ont absolument rien à voir avec les « progrès » politiques dont je parlais. Il faut être un peu naïf pour croire que les inventions ou les améliorations (tout domaine confondus) que nous avons connues depuis ces deux derniers siècles sont du fait de la démoncratie, de la liberté et de la fraternité réaffirmées des hommes (je sèche une larme), etc. On sait comment bien administrer une ville, une région ou un pays depuis déjà des millénaires, en étant pessimiste.

            C’est l’absence de ce principe de précaution qui a offert sur plateau d’argent les rennes de la France à la franc-maçonnerie (on pourrait se demander qui sont ceux qui ont créé cette organisation), laquelle continue sans relâche de détruire le peu de bon sens qu’il reste de nos institutions, en nous faisant miroiter comme d’habitude un monde meilleur, affranchi de toutes contraintes et de toutes moeurs, et c’est ainsi que le délire continue.

            Le principe de précaution, quand on en vient à essayer une nouvelle structure gouvernementale, éducative, ou tout autre structure politique, est d’importance cardinale, non pas pour que la nouvelle structure ne soit jamais essayée, mais pour ne pas oublier que ce n’est qu’un essai, et de comparer les résultats avec la structure d’avant.

            1. Nocte

              Et justement… le principe de précaution ne s’ applique que sur l’innovation technologique, pas sur le « progrès » social ou sociétal.

              Les antennes gsm, c’est possiblement dangereux (pas de preuves) vite ! Luttons contre !
              Endoctriner les gamins en leur disant : c’est la vilaine société qui choisit pour vous votre sexe, la biologie n’a rien à voir là-dedans… c’est open bar, faites vous plaisir, même si on sait que les dégâts sont réels : on construit un Homme Nouveau.

            2. Vous séparez allègrement les « progrès politiques » avec les progrès scientifiques en oubliant que le principe de précaution est un gros blob mou englobant tout. Partant de là, je ne vois pas trop quelle discussion on peut avoir.

            3. Bidule

              Hmm, bon j’imagine qu’on ne doit pas avoir les mêmes idées de ce principe de précaution. Si par ce terme, vous entendez « on n’a jamais connu A, et cela pourrait éventuellement être dangereux ou néfaste, donc on n’essaiera jamais A », alors je suis d’accord avec vous, c’est ridicule.

              Mais en lisant l’article, j’avais cru sentir une dérision de la prudence et un appel quasi-insouciant au progrès, et ça m’a fait réagir, tout simplement ^^

            4. GG

              « le principe de précaution est un gros blob mou englobant tout » 😀

              Comme d’habitude, ça tape très juste, et joli sens de la formule !

        2. Higgins

          « Je dois me tromper, mais pour soutenir un tel argument, vous approuvez certainement les transformations successives du monde occidental, au moins jusqu’à un certain point / une certaine époque. » Si c’est pour aboutir à l’homme nouveau tel que le veulent nos « forces de progrès, c’est clairement non.

        3. GameOver

          @ Bidule
          La grosse erreur c’est de vouloir l’egalite. La question ne se poserait pas si nous étions dans un paradis avec fruits a volonté, sans se soucier du lendemain et tout et tout… sauf que parfois il faut nettoyer les chiottes (surtout avec les fruits, je vous dis pas).

          Puisque vous parlez d’education, on entend de plus en plus clairement (encore hier) ce vers quoi on veut tendre : l’egalite des chances et c’est pourquoi on veut détruire la famille car c’est la principale (et seule?) raison des inegalites, c’est une heredite societale.
          Les enfants copient simplement leurs parents. Mes enfants ont eu un portable au lycee, pas au college, ils n’avaient pas la tele dans leur chambre, on faisait les devoirs avant de s’amuser, on reprenait ensemble les exercices qu’ils n’avaient pas compris. Quand on recevait des amis, les enfants dinaient avant et non apres l’apero des parents. Et ils se couchaient a 21h maxi etc etc etc… Ca c’est de l’education et il n’y a pas besoin d’avoir de ministere pour ca. Ou est le ministere de l’instruction point barre ?

          La principe de precaution serait de dire : attention, si vous ne faites rien, vous n’aurez rien… point barre. Votre parachute c’est vous qui le fabriquerez et vous n’avez droit qu’a une vie.
          Saut dans 15 secondes…. shlark… gameover

          1. Peste et coryza

            Les inégalités scolaires prennent deux formes, quel que soit le pays :

            – familiales, au niveau primaire et secondaire (dès le CP, on peut voir les mômes élevés correctement, et ceux élevés n’importe comment).
            – socioéconomique dans le supérieur (certes, le biais commence dès la 6eme, mais il s’accentue au supérieur : choix/connaissance des bonnes filières, piston/réseau, accès aux bonnes confs, etc…).

            1. Morovaille

              @ Théo31 : non malheureusement, ce n’est pas le cas. Je réussis mieux que d’autres qui bossent au niveau des études… parce que je dois à mes parents, à mon milieu. Mes parents m’ont poussé à lire des dizaines de fois plus que le français moyen, à me démerder et à ne pas compter sur les autres, etc…

          2. Marc Aurèle

            Le projet de destruction de la famille s’est particulièrement bien exprimé à l’époque de Mao. Celui-ci avait bien compris que c’était par la famille qu’étaient transmises les valeurs et que certaines d’entre elles menaient au capitalisme. Pour mieux se débarrasser du capitalisme, il fallait « tuer » la famille il instaura donc la règle de l’enfant unique (ceux qui pensent que c’était pour éviter les famines se laissent abuser).

            Les maoïstes devenus entre autres trotkyistes en France n’ont jamais eu de cesse que d’appliquer cette règle. Ils ont su prendre le temps. Le pourrissement de la famille actuelle est leur grand oeuvre. Et leur ouvre les portes pour que les enfants soient encore mieux embrigadés par l’état, qui se révèle chaque jour un peu plus sous sa véritable nature totalitariste. Car vers qui pensez vous que dans 30 ou 50 ans se tourneront toutes ces foules perdues et sans valeurs ?

            1. Aloux

              On insistera jamais assez sur les motifs peu avouables du contrôle des naissances en Chine, et que malheureusement nos cocos bien franchouilles ont parfaitement compris eux. D’ailleurs je trouve assez étonnant que les affaires de plus en plus scandaleuses d’abus de pouvoir des services sociaux dans plusieurs pays européens, ou les déclarations honteuse de la sénatrice Rossignol je crois (les enfants appartiennent à la République) semblent ne susciter aucune vague d’indignation particulière, alors que si on avait encore des couilles et quelques valeurs la place des premiers serait contre un mur, celle de la seconde n’importe où mais certainement pas engraissée à nos frais au Sénat.

      4. Jga

        C’est bien l’un des très rares points sur lequel je ne partage pas entièrement vos opinions (avec certains sujets énergétiques). Le « principe de précaution » est utilisé de manière débile: nous sommes d’accord. Il est invoqué à des endroits idiots, ok. Mais quand le pot au roses est découvert, combien de fois ne peut on pas dire « il aurait fallu être plus prudent ». Les emprunts à la con des buses de maires. Les matières cancérigènes qu’on bouffe pendant des années *alors qu’on peut faire autrement*. L’aluminium dans les vaccins *alors qu’on s’en est très bien passés pendant des décennies avec des vaccins efficaces*. Comme je l’écrivais juste avant, les abeilles qui crèvent de multiples causes et on n’arrête pas l’utilisation de tout un tas de pesticides reconnus comme facteur aggravant. Le « sang contaminé » dans les transfusions. Il y en a à la pelle. Evidemment, on va nous le sortir pour interdire les feux dans la cheminée et les bougies parfumantes, et je passe pour un charlot. Mais je pense vraiment que en soit, oui, « on » devrait faire plus attention aux impacts potentiels ( je sais, on est un con).

        1. Quelle avalanche de trucs déconnectés.
          – les emprunts à la con : responsabilisez les maires (on pourrait les foutre en prison pour ça => 0 risques naturellement).
          – matières cancérigènes : ah oui, lesquelles ? (attention, renseignez-vous bien avant de bondir sur un exemple mal choisi)
          – l’alu dans les vaccins : regardez bien l’impact avec/sans vaccin dans la population (et si vous le pouvez, avec/sans alu).
          – les abeilles : c’est un virus, et les pesticides n’y sont pour rien (zut)
          – sang contaminé : magnifique exemple de déresponsabilisation de la chaîne de soin … publique !

          L’Etat n’a surtout pas à se mêler de tout ça. Surtout pas. Les précautions, chacun les prend pour lui-même.

          1. jga

            En effet, déconnectés parce que touchant tous les domaines et d’autres. Oui on pourrait/il faudrait responsabibliser les maires (et pénalement et sur leurs finances perso, ça ne me gênerait pas). Exemple de matière: l’amiante/laine de roche, mais il y en a d’autres dans les plastiques. Je n’ai jamais dit qu’il faut supprimer les vaccins, simplement que, ne prenons que celui-ci pour être concret, le vaccin contre le tétanos a été très efficace sans aluminium comme substrat depuis son invention jusque dans les années 80 si ma mémoire est bonne: il ne servait à RIEN en termes d’efficacité du vaccin d’en ajouter, c’est juste… moins cher à produire. Et non, les abeilles ne meurent pas de virus, *pas seulement*: de multiples virus et maladies mal identifiées (« syndrômes multiples » est le terme du jaron administratif ), sont (très) affaiblies par les varroas (parasites), et les pratiques imbéciles des apiculteurs qui les « nourrissent » avec du saccharose au lieu de leur laisser assez de leur miel. J’ai donc écrit, et je le redis: avons nous besoin de leur charger encore la mule avec des pesticides ou des OGMs anti-insectes ? Les gouttes perlantes des maïs OGM résistants à la Pyrale les font crever en quelques minutes. Ont-elles besoin de ça *en plus* ? J’en doute. Oui, bien sûr, le sang contaminé est directement imputable à des conneries humaines, qui bien évidemment n’ont pas été punies. N’aurait-on pas pu réfléchir avant ?
            J’ai l’impression qu’on confond allègrement un argument de bon sens (faire gaffe aux conséquences des conneries des humains) et la justification (genre: sécurité, c’est pour votre bien) sous « principe de précaution ». Si on dit qu’il est débile de faire encore une loi pour le graver dans le marbre, nous sommes d’accord (c’est trop tard, mais bon). De même que les lois de Mâme Royal sur « le droit à un environnement sain » sont fortement à se la prendre et à se la mordre. Si on dit qu’il faut laisser faire n’importe quoi sans aucun contrôle dans des domaines qui touchent directement à la santé de l’humain, j’ai une réticence, parce qu’on sait très bien que ça se termine toujours mal, et je suis partiellement d’accord parce que faire encore une loi ne servira à rien. Est-il normal de laisser le con-sommateur manger de la viande ou poisson d’élevage qui ont eux-même bouffé des antibiotiques en fortes doses, et ce jusqu’à la veille de l’abattoir ? J’ai un doute. Et là, je ne vois pas comment je peux prendre des précautions « pour [moi] même ». Et je ne parle même pas des promos sur les lasagnes qui se profilent après le 1er janvier prochain !

            1. Vous devriez lire mon blog plus souvent (ou plus lire la littérature libérale, finalement). Ca vous permettrait de comprendre pourquoi vos questions sont, pour la plupart, mal posées.

            2. Morovaille

              En fait, il faut juste virer cette expression idiote de « principe de précaution » et la replacer par la prudence qui elle, est aussi vieille que l’homme (je veux dire après que ce *** d’Adam a eu mangé la pomme), et ne pousse pas à l’inaction, mais à une action réfléchie.

    2. Pandora

      Le principe de précaution a été inventé en Allemagne, pour essayer de contenir la pollution du Rhin. Elle comprenait plusieurs mesures dont la responsabilité des entreprises mais aussi celle des administrations, chargées de travailler avec les entreprises pour trouver des solutions. Et il fonctionne : un ami qui travaillait sur la pollution d’un site a pu aboutir à une solution après maintes réunions avec les administrations concernées.

      La France n’a conservé que la partie responsabilité des administrations, ce qui vide ce principe de toute notion de progrès, réalisable quand il y a collaboration des deux parties (quel gros mot en France!!). Il n’est pas globalement faux, c’est une aberration !!!

      Résultat : une loi qui paralyse toute initiative car l’administration censée donner des autorisations ne veux pas être attaquée et payer pour sa décision.

      Merci Chirac !

    3. val

      Un pays qui colle un principe de précaution dans sa constitution est foutu. Je pense qu’il faut dare dare expliquer aux futurs bébés de rester dans le giron , principe de précaution , attention : vivre tue. Cette nation veut des morts vivants : bien callés devant le télécon , (pas internet ha non , ça a un relent de liberté , d a n g e r e u x qu on vous dit) , métro – boulot (déclaré) – dodo – paye tes impots

  5. Pere Collateur

    Bon comme « innovation », on a déjà vu plus boulversifiant aussi…

    Ensuite, j’ai été faire un tour sur leur site. Désolé, mais c’est digne d’un crypto site de méchant tipiaks russo sino nigerien. Bref, ça n’inspire pas confiance.
    Il faudrait vraiment qu’ils revoient leur charte graphique pour que ca fasse plus « notaire inside » et que ça soit « mamie compliant ».

    Sinon, rien de neuf sous le soleil de la Fronce éternelle. Néanmoins, le notariat, un truc qui a résisté à tout, passé sans trop de mal toutes les époques, un peu curé, un peu confident des familles, et qui maintenant se compromet avec l’état, par peur de l’Europe qui en veut à leur monopole… Tout part en sucette ma bonne dame…

    1. TESS

      Je suis comme vous, ce site ne me dit rien de nouveau. De tout manière si vous avez 3 francs 6 sous à léguer, pourquoi pas, mais sinon je ne vois pas la révolution puisque le site précise que pour plus de sureté il vaut mieux déposer votre testament chez le notaire. Donc au final, vous allez payer minimum 35€ + 11.70 € pour déposer votre testament dans le coffre d’un notaire et payer éventuellement une consultation en plus.
      Aucune innovation dans ce cas précis, juste des petits malins qui surfent sur le créneau.

        1. TESS

          Certes, mais de nos jours tout est sujet à faire des déclarations excessives. Nos politicards sont maîtres en la matière « inacceptable », « intolérable », « invraisemblable », « INADMISSIBLE ». Tout le monde fait son caca nerveux pour un oui pour un non.

    2. Je ne me suis en réalité pas prononcé ni sur la qualité du site ni sur la profondeur de l’innovation. En pratique, c’est un truc qui se contente de faciliter 1 aspect du testament. On n’aime, on n’aime pas, mais dire « ah c’est très mal » comme les notaires, c’est lolesque.

      1. Pere Collateur

        Je n’ai pas dit que l’initiative était mal, mais que ça n’inspire pas confiance et que si ils veulent du client, va falloir revoir un peu la présentation.

  6. Higgins

    Le commentaire le plus important reste quand même celui-ci: « …c’est dangereux, contraire à la déontologie, inacceptable. ». La déontologie, il y en aurait des choses à dire. Qu’on se rassure pour nos chers notaires, la manne n’est pas prête de se tarir d’autant plus que le testament en France n’a rien à voir avec son homologue anglo-saxon, celui qui fait le délice des romans policiers. On ne peut pas, par exemple, déshériter le fils maudit. Les problèmes seront donc à la marge.

    Sur l’innovation, je pense que nous sommes nombreux à être en accord avec ces affirmations: « Nous assistons à une évolution inquiétante des relations entre la société française et les sciences et techniques. Des minorités constituées autour d’un rejet de celles-ci tentent d’imposer peu à peu leur loi et d’interdire progressivement tout débat sérieux et toute expression publique des scientifiques qui ne partagent pas leurs opinions…De plus en plus de scientifiques sont pris à partie personnellement s’ils osent aborder publiquement et de façon non idéologique, des questions portant sur les OGM, les ondes électromagnétiques, les nanotechnologies, le nucléaire, le gaz de schiste…La France est dans une situation difficile du fait de sa perte de compétitivité au niveau européen comme mondial. Comment imaginer que nous puissions remonter la pente sans innover ? Comment innover si la liberté de créer est constamment remise en cause et si la méfiance envers les chercheurs et les inventeurs est généralisée,…L’existence même de la démocratie est menacée si elle n’est plus capable d’entendre des expertises, même contraires à la pensée dominante. ». (http://www.skyfall.fr/?p=1249)
    Bon, pour être franc, les signataires de cette tribune me dérangent un peu. On les a peu entendu jusqu’à présent pour défendre l’intelligence face à la superstition.
    Autre chose (entendue sur BFM Business), les trucs de la chambre d’enregistrement sont de nouveau tentés à taxer l’EBE . Ce pays est vraiment foutu.

  7. Philippe

    Innover, innover… c’était le mot à la mode depuis feu l’ANVAR dans les années 80. Innover, innover ce fut aussi le crédo de feu l’OSEO dans les années 2000. Je ne donne pas cher de BPIFrance, sorte de guichet bancaire pour copains de promos. Innovez, c’est un peu comme le sermon sur l’arrivée de la croissance. Soeur Anne, vois-tu venir au loin cette croissance qui fera de notre pays le plus plus beau des pays ?
    A quand la petite lueur d’espoir sur la prise de conscience de la nécessité de lever les boulets solidement accrochés à nous tous acteurs de notre propre développement en France ? Je me suis rendu compte avec le temps qu’elle n’a en fait jamais existé… Triste.

    1. Deres

      Le but est seulement de maîtriser les flux financiers pour le moment encore libre. cela permet en premier lieu de se servir au passage (soi même ou les copains nommés dans les institutions associés) . Ensuite, cela permet d’orienter les sprinklers à argent gratuit vers les citoyens méritants (copains de promo, clients politiques, politique du gouvernement actuel, …).

      Imaginé la catastrophe quand ce système sera bien mis en place. Il suffira qu’une politique typique comme Ségolène décide brutalement que l’avenir est au « service à la personne » . Dans les faits un jeune pour servir et torcher chaque vieux et plus de chômage des jeunes mais un chouilla plus de suicide des jeunes au passage (mais bon on fera une commission et un haut conseil pour étudier le problème à Nice en été et réfléchir à la Mamounia pendant l’hiver). Le résultat sera qu’en quelques mois, des millions d’euros finançant les nouvelles technologies partiront vers la nouvelle lubie avec création en pagaille de société écran de captation du pognon par des amis des fonctionnaires bien informés.

  8. Deres

    La réaction de la presse est toujours aussi lamentable … Un coup d’oeil sur l’Immonde et on trouve rapidement des dizaines de perles avec contre-vérités flagrantes quand ce ne sont pas des mensonges purs et simples au service du gouvernement … Quelques exemples …

    http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/12/03/l-austerite-compromet-les-droits-de-l-homme-en-europe_3524589_3214.html
    Bien entendu, ne pas claquer l’argent des autres sans limite, cela revient au même que tuer ou emprisonner les gens sans raison …

    http://www.lemonde.fr/argent/article/2013/11/29/la-magie-des-niches-fiscales-ou-comment-faire-disparaitre-l-impot_3522609_1657007.html?xtmc=impot_sur_le_revenu&xtcr=13
    Article à charge par excellence qui fait croire que la classe moyenne peut échapper à l’IR. Dans les faits, il faudrait investir 3 fois plus que son revenu net tous les ans dans des produits à la rentabilité douteuse et au risque élevé … C’est donc impossible car même avec 30% de gras, on ne pourrait le faire que tous les 10 ans …

    http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/12/03/le-deficit-public-en-2013-sera-strictement-maintenu_3524374_823448.html?xtmc=revenu&xtcr=7
    C’est facile de respecter un déficit que l’on a annoncé un mois avant. Et encore avec des gels de dernière minute de tous les côtés … Trivialement, ils promettaient 3% en début d’année et font 4.1% soit un dérapage de 30% …

    http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/12/02/retablissons-la-progressivite-de-l-impot_3523862_3232.html?xtmc=revenu&xtcr=16
    Tous les libéraux savent bien que cette non progressivité de l’impôt est un serpent de mer mensonger socialiste. L’impôt est très progressif en France. Tout ceci est encore une excuse pour les alourdir en se drapant du manteau de la justice et de l’égalité pour cacher le gourdin de la fiscalité.

    1. Nocte

      Un article du Monde qui charge les niches fiscales… en oubliant celle qui touche le journalisme, c’est beau l’intégrité et l’honnêteté intellectuelle

    2. Nyamba

      Je n’ai pas eu le courage de lire tous les articles – le premier est déjà suffisamment pénible. Leur « mise en péril des générations futures », c’est vraiment du foutage de gu… pardon, du moquage de visage absolu.
      Ah ! J’suis énervée.

      1. Aristarque

        Question pognon, avec la dette que la Grance a déjà contractée (et dépensée en petits plaisirs du moment au lieu d’investissements de long terme) qui leur sera laissée en héritage, la mise en péril des générations futures est déjà accomplie. Curieux comme on s’en soucie pour certains aspects en en oubliant d’autres, moins glorieux, il est vrai…

  9. Korrigan

    La plus belle inovation en France ?

    L’INAPTOCRATIE, (expression créée par Jean d’Ormesson)

    « Un système de gouvernement où les moins capables de gouverner sont élus par les moins capables de produire et où les autres membres de la société les moins aptes à subvenir à eux-mêmes ou à réussir, sont récompensés par des biens et des services qui ont été payés par la confiscation de la richesse et du travail d’un nombre de producteurs en diminution continuelle ».

    (repris par LIESI 3.12.2013)

  10. Marc

    Au lieu de la question « A quoi sert le testament en ligne? », nos chers journalistes feraient bien de se demander « à quoi servent les notaires ? ». Enlevez le petit sceau majestueux et authentiquement républicain qui estampille les documents qui passent entre leurs mains et qu’ont-ils à proposer de plus qu’un avocat?
    Voilà une belle grosse corporation qui survit grâce à un monopôle bien commode, contraire à la jurisprudence de la CJUE au passage. Ils finiront par disparaître.

    1. TESS

      Allez dire ça à nos ovocéphales qui nous gouvernent. Tout le monde se tient par la barbichette. Ne pas oublier que les notaires sont des collecteurs d’impôts et taxes diverses. Il faut voir ce que se met l’Etat dans la poche à chaque transaction.

    2. Yrreiht

      Oui dans certain pays (je connais le cas de l’Ukraine), les notaires sont des fonctionnaires, et pas de haut niveau, qui n’ont aucun statut social particulier.

        1. hussardbleu

          plus des mises à jour chaque année, ne serait-ce que pour étudier la Loi de Finances, car les règles fiscales changent sans arrêt…

      1. LeRus

        Les Notaires en ex-URSS ne sont pas véritablement des fonctionnaires. Ce sont plutôt des commis qui achètent leur charge. Et le fond de commerce est très, très cher! J’ai entendu parler de cas à 1M$ pour un petit bureau de quartier.

        Mais il faut dire qu’on doit faire notarier tout et n’importe quoi dans ces pays là, c’est donc un business très rentable.

        Le fait de certifier un document est proportionnel au manque de confiance dans une société: entre gens qui se font confiance, pas besoin de tampon ni rien; si on ne fait pas confiance, on tamponne. La France fait partie des sociétés qui globalement ne font pas confiance, donc on a beaucoup de bureaucratie et de tampons.

        Et ça ne va pas en s’arrangeant…

  11. Jesrad

    Fut un temps, il y avait des « écrivains publics » se faisant rémunérer pour écrire à votre place des courriers formels. Aujourd’hui tapez « lettre-type » dans votre moteur de recherche favori et copiez-collez.

    Il en sera de même pour les notaires comme pour les maréchaux-ferrands et les opérateurs de sémaphores. Espérons que ça s’étende aussi aux facteurs, aux monteurs à la chaîne, aux employés de l’état-civil des mairies, et encore bien d’autres.

    1. val

      @Jesrad , qu’est ce que vous avez contre les maréchaux ferrants 😉 , ils ont toujours vécu de leur labeur et sont d’honnêtes artisans . S’ils sont mauvais , ils chôment croyez moi ! Rien d’étatiste l dedans .

      1. Korrigan

        De plus avec la TVA à 20% pour les Centres équestres ils risquent de ferrer moins souvent.

        A contrario combien de ces notaires mériteraient d’être déférés devant les tribunaux ?

    1. Aristarque

      Tant qu’ils n’auront pas remis l’assurance-vie dans le droit chemin de la taxation commune, nous aurons souvent, au moins une fois par an à chaque loi de finances, à ce genre de démarche à la Joffre qui en 1915 a usé pas mal de soldats à « grignoter les Boches »…

        1. Aristarque

          Certains doivent en faire des rêves humides, notamment les parlementaires n’ ayant que la locution « consentement à l’ impôt » après s’etre mitonné des petites et délicates exemptions totales ou partielles. Comme le disait Jules Renard : s’ il faut permettre aux autres ce que l’ on s’autorise à soi-même, la vie devient désagréable…

          1. Nocte

            Avant, consentement, « c’était acte -non contraint- d’engagement à réaliser quelque chose ».
            Aujourd’hui, selon le petit politocard illustré : « Acte obligatoire ordonné par l’Etat en la faveur de ce dernier, contre la volonté du receveur de l’ordre ».

            Je devrais me reconvertir dans le racket :
            « tu consens à me donner, ton portefeuille et ton portable
            -ça s’appelle du vol, et ça ne va pas se passer comme ça !
            -je veux ton argent, ton portable, tu y consens, sinon tu vas manger »

  12. Nocte

    « Vendre cette démarche juridique comme un produit fini sur Internet, laisser croire aux gens à cette simplification et à l’inutilité des conseils de l’officier public, c’est dangereux, contraire à la déontologie, inacceptable. »

    Les créateurs du site sont notaires ? non ? alors la déontologie, dont une bonne part de la profession se moque avec joie, ne s’applique pas.
    J’ai souvenir d’un notaire m’ayant dis : « si l’un de nous merde, c’est toute la profession qui prend, ce qui est gage de notre honnêteté, notre intégrité. », oui, oui… comme des criminels en fait, « si tu parles, on mange tous »…

    Le laïus sur le conseil, je ne vois pas en quoi un avocat spécialisé dans le droit de la famille serait moins utile que l’officier public.

    Bref… encore un qui prêche pour sa paroisse et les intérêts très privés qui y sont liés, sous prétexte d’être officier public et seul garant d’utilité, d’honnêteté, de probité par ce seul statut.
    Évidemment, hors de ce microcosme, tout est dangereux, vilain, plein de mauvaise attention… de l’avocat à internet, en passant par le testament olographe (je sens bien une tentative pour faire disparaitre ce type de document au profit d’un truc estampillé RF), et pour cela, il ne faut absolument pas de concurrence, pas d’innovation, on a une rente que diable ! il serait bon que nous la conservions.

    1. Higgins

      L’attitude des notaires rappellent étrangement celle des ophtalmologistes et de l’ordre des médecins vis-à-vis de l’expérience Point vision.

    2. Adrien

      « J’ai souvenir d’un notaire m’ayant dis : « si l’un de nous merde, c’est toute la profession qui prend, ce qui est gage de notre honnêteté, notre intégrité. », oui, oui… »

      C’est sans doute pour ça qu’ils collent tous des honoraires dits « article 4 » (= libres) dès qu’ils le peuvent, même si le travail qu’on leur demande rentre à 100% dans les tarifs réglementés… Tout le monde au même niveau, pas une tête qui dépasse, on pratique tous la même chose ! Y compris dans l’illégalité, ce qui est costaud pour des professionnels du droit. Mais vu qu’il n’y a pas de concurrence…

      1. GameOver

        Ah… j’allais parler de ce fameux article 4.
        Au depart le notaire voulait lire a haute voix l’acte de vente mais j’ai demandé une copie pour pouvoir suivre. Ca a ete difficile mais il m’en a fait une… et du coup l’autre partie a l’acte en a demandé une aussi.

        Arrivé a ce fameux article 4, il a fallu que je dise que je ne signerai pas si je ne sais pas ce que c’est. « Mais Monsieur c’est compliqué et tout ca et tout ca… »

        En fianl il etait juste en train de m’entuber en voulant me faire payer 2000F le compromis de vente signé 2 ou 3 mois avant alors qu’il n’y avait eu aucun accord a ce sujet et qu’il peut etre d’usage de ne pas le faire payer si l’acte de vente suit. En final il a supprimé ce cout.

        Conclusion : épluchez ce qui vous est facturé svt l’article 4.
        Accessoirement prenez votre propre notaire car ils sont dans ce cas obligés de se partager les frais, ca leur fait les pieds.

    1. vengeusemasquée

      Ca me fait penser à une remarque surréaliste que j’ai entendue à la station service hier. Alors que je patientais tranquillement pendant que mon réservoir se remplissait, j’entendis une voiture s’arrêter à la pompe voisine. De celle-ci, sort une dame qui s’approche de la machine qui vient de se libérer. Une autre personne affairée à la même tâche lui fait remarquer qu’il faut mettre sa carte bancaire avant d’envisager de remplir son réservoir.
      Là, horreur, torréfaction et barbecue de bébés chats, comme dirait quelqu’un :
      – mais comment donc ? Il n’y a plus personne au guichet ?
      – bah non maintenant c’est tout automatique, ça va + vite
      – mais non moi je veux qu’il y ait qqn ! ils font des économies sur notre dos !!!
      ndlr : à 1,30 €/L de gasoil, ceux qui font le plein souvent et connaissent les tarifs habituels en région parisienne comprendront que celui qui fait quelques éconocrocs en allant à cette station, c’est aussi le client mais passons.
      – ben c’est juste que ça valait pas le coup pour eux
      – ah bah voilà comment on détruit des emplois !
      et elle l’a répété trois fois. J’écoutais la conversation de loin avec un air atterré.

      1. HerveLE

        effectivement, bel exemple de bêtise.

        je prépare justement un billet sur mairies qui emploient des types toute la journée pour faire traverser les gens aux passages piétons.

      2. Et imaginez le nombre d’emplois créés si au lieu d’une pompe électrique comme c’est le cas, il fallait deux pompistes en plus pour pédaler !
        😆

          1. Aristarque

            D’ accord, il est expérimenté et endurant. Mais, à moins de me cloner, il n’ est pas possible de le mettre au pédalage à deux postes différents…

      3. Duff

        Ce qui se voit et ce qui ne se voit pas… Exemple extensible à l’infini. Je recommande aussi la théorie de l’abondance vs la théorie de la disette du même auteur.

      4. GameOver

        Ce n’est pas rare cette deconnection des francais en general entre les emplois et les couts. Chacun veut sa Poste a 2 pas de chez lui. Du coup les communes retapent les locaux et les louent pour l’euro symbolique et les impots locaux / fonciers augmentent de 10%. Idem pour les boulangeries, epiceries etc…

        Le PISA hier a mis en lumiere la faiblesse en maths des francais. Quand on parle de pourcentage 90% des gens decrochent.. euh… 9 sur 10 faudrait dire. Sans parler de complot, c’est certainement voulu a mon avis ou du moins on ne risque pas de faire quelque chose contre.

  13. Aristarque

    Pour ceux qui fréquentent la revue Capital, il y a eu il y a quelques années, un dossier sur cette corporation des notaires d’où il ressortait entre autres que le malthusianisme avait joué en plein puisqu’il y avait actuellement moins d’études notariées que sous l’Ancien Régime où la population française était de l’ordre de 25/30 M habitants…
    Outre cela, le rythme de création de nouvelles études était du même ordre de grandeur que celui des licences de taxi parisien…
    C’est dire !

    1. Nocte

      Il y a un numerus clausus similaire à celui des pharmacies et c’est l’Ordre qui détermine où peut ouvrir une nouvelle étude.

      Et à l’instar des taxis, le rachat d’une étude coûte une blinde, cela renforce donc la hargne contre la concurrence et tous les moyens sont bons pour ne pas la voir arriver.

        1. hussardbleu

          Je le citais récemment à propos des fils de Charlemagne (ou de ses petits-fils). Mais pour accéder à son étude, il faut montrer patte Blanche….

            1. hussardbleu

              Il y a aussi « la complainte des robinets qui fuient », l’hymne martial de la Corporation des Plombiers. Je sais que Harry la siffle en basse continue, toute la sainte journée, dans son Doblo….

            2. Aristarque

              Si je la chantais, il y aurait des trombes d’eau sur l’IDF !!!!

              Francis Blanche, chanteur, c’est vraiment de ton époque.
              Compte tenu de la mienne, c’est Pierre Perret qui tient la corde ! 🙂

            3. hussardbleu

              des Normands… « peut, peut »… comme disait Ferdine, qui était breton… mais bon, je leur pardonne, pour Barbey… et le Chevalier des Touches…
              Le Bourguignon, crois-moi, vieux Flemische, c’est un autre tabac… quant à Pierre Perret, il a prétendu avoir été ami avec le vieux Paul Léautaud, mort en 1956 : alors, comme perdreau de l’année, tu repasseras….

      1. Deres

        On ne rachète pas une étude, généralement, on épouse la fille du notaire … Qui irait faire 7 années d’étude sans garantie de travail derrière ? Il faudrait être idiot …

  14. Marco33

    Concernant le concours d’innovation mondiale, j’ai eu peur que bercy participe : ils auraient gagné haut la main, vu l’inventivité fiscale dont ils font preuve…

    1. Duff

      Pas tant que ça : Une innovation vraiment vachement bien qu’elle est cool, tout le monde se l’arrache. Que ce soit nos impôts, notre sécu ou nos 35h, bizarrement personne ne se les arrache.

            1. Aristarque

              Je proteste énergiquement devant cette solidarité féminine inégalitaire. Les tortues ont droit à la compassion due à la petitesse du clavier virtuel du Smartphone face à leurs pattes nageoires alors que mes grosses pattounes n’ ont droit qu’à une remontrance bien sentie comme si j’ émargeais à la SS! DPDM! Me transformerai-je en mangouste ? Qui le sait? :mrgreen:

            2. vengeusemasquée

              Je note qu’en revanche, personne ne fait jamais de remarque sur ma concordance des temps pour le moins hasardeuse.
              Cela m’amène à une réflexion que je me fis hier soir. Fut un temps où cette question n’en était point une. Ce temps est définitivement révolu par la grâce de la prose abominable de nos contemporains subventionnés et perfusionnés. Je suis incapable de réaliser une concordance décente. Quelle honte ! Mère, offre moi un Bescherelle pour Noël !
              (et évidemment, elle va lire ce commentaire et je vais y avoir droit à la fin du mois :mrgreen: )

            3. Nyamba

              Mais enfin, j’ai bien admis la faute de frappe initiale – involontaire. Mais je l’ai vue, et ai souhaité la conserver*.

              Accessoirement, M. Stark, je n’ai pas de smartphone. Je vous écris du bureau, où j’aurais dû être en train de travailler assidûment au lieu de prêter attention à vos attaques gratuites…

              *Les remplacements accidentels de « u » par « i » peuvent donner des vannes hilarantes ; cf une conversation, un jour, avec un interlocuteur anglophone, qui tournait autour des canards de bain en caoutchouc… Ah, ma pauvre formule « I’ll hit the shower, and take my rubber duck with me » mal tapée m’a valu un grand moment de solitude!).

            4. hussardbleu

              Tricky Dick ? j’attire toutefois votre attention, chère amie, sur le fait que l’utilisation licite d’un canard se limite à la baignoire, et non point à la douche…

              Pour toute autre utilisation de canard, interroger le cousin de Stephanie Plum… (oui, je ne lis pas que Jane Austen)

            5. Nyamba

              Vous vous y mettez aussi, M. HB ? Cela ne m’étonne guère – les loups chassent en meute…
              Las ! je suis trop faible pour tenter une vaine riposte, et préfère m’incliner pour l’hallali.

            6. hussardbleu

              allons, allons, chère Nyamba, je sais bien que tous les parfums de l’Arabie ne purifierons pas forcément votre petite main, mais quoi, la pécheresse repentie a droit à tous les pardons, et votre componction vous assure toutes mes grâces…

              Et puis, je ne suis pas le lupus quaerens quem devoret, et surtout, je ne chasse jamais en meute…

              L’image du « je m’incline pour l’hallali », cela fait un peu Milady et le bourreau de Béthune… romantique en diable….

            7. Aristarque

              Werther, les senteurs et parfums d’Arabie vous égarenT à un point pas possible.
              Parlions nous de Sabellion ?

              Je préfère croire à un méfait de smartphone…

  15. Le Diable probablement

    Ce qui est pas mal aussi, avec le concours innovation 2030, c’est qu’ils ont déjà décidé dans quels domaines (et il y en a précisément 7, vous le saurez) l’innovation aura lieu dans 20 ans. Car l’innovation, on sait par avance où elle va avoir lieu, surtout quand on est un politique très bien renseigné, c’est connu.

    CPEF.

    1. Aristarque

      Étonnant comme 2030 leur paraît être une date essentielle ? Prévision d’ une perte du pouvoir en 2014/2015, quinze ans de purgatoires dans l’ ergastule d’ opposition et retour en faveur ensuite ? Voeu basé sur les cycles post WW II, 12 ans de 4me Rep. 11ans de Général, 12 ans Pompidou & VGE, 14 ans de l’ Arsouille, 12 ans de Chirackam le rouge, 5ans d’ Agité 1er ?…

        1. hussardbleu

          Elementaire, mon cher Watson : « Julia » est la mère de « Vengeuse Masquée »…. dans nos âges en gros (Julia est le titre d’une excellente chanson des Fab Four, ce qui trahit son millésime)…

          1. Aristarque

            Herr Lock, soyez patient et charitable.
            De votre lance, laissez votre main reposer.
            Je crains que le soleil des Indes ait un peu trop tapé (dur) car je ne comprends toujours pas le commentaire de Julia et encore moins votre référence à la chanson initiale des Beatles dans le « Double Blanc » (1968) ?

            1. vengeusemasquée

              Seigneur ! Un coup de fatigue ? Effectivement, cette réponse aurait dû se greffer sous mon commentaire relatif à ma concordance lamentable. Etant donné le pseudo, Hussard devine à peu près l’âge de la commentatrice qui devait être jeune dans les années 60 et, comme tout jeune des sixties, devait apprécier les Fab4. Et il a visé assez juste.
              Voilà voilà.

            2. Aristarque

              Ok, je viens d’atterrir ! Le Bescherelle est déjà dans les soutes de votre mère, Julia.
              Bon, je sors, le rouge au front, l’oeil vitreux et le cerveau déjà embrumé de sommeil…

    2. GameOver

      Oui ca donne des pistes sur lesquelles il ne faut pas s’engager…
      Quand Internet a vraiment pointé le bout de son nez en 94-95 (coincidant avec l’arrivee de Free) ils pensaient que ca servait a jouer en reseau.

      Au sujet de ce passage du billet:
      « Le premier joue gentiment l’aspect didactique sur le mode « avant d’aller cliquer bêtement sur ce site louche, rappelez-vous qu’il vous sera difficile de vous passer de notaire », avec cette petite pointe de dénigrement subtile…. » : on a eu droit hier a la meme chose concernant l’annonce 4G de Free.

       » Fleur Pellerin et Benoît Hamon les ont invités «à consulter les cartes de couverture des opérateurs avant de faire leur choix». Peu habitués à se mêler de ce genre de bisbilles, les ministres ont indiqué qu’ils «veilleront à ce que les cartes publiées par les opérateurs soient pleinement sincères et comparables».  »

      Avant de prendre votre voiture regardez bien la jauge d’essence. Et en payant vos impots pensez a tout le bien que vous faites autour de vous.

      1. VXLV

        Et s’il fait chaud, pensez à ne pas courir sous le cagnard comme un dératé, à squatter les lieux climatisés, à boire, etc… comme les panneaux lumineux de la ville de Paris nous l’enjoignent du mois de mai au mois de septembre, y compris si le temps est pourri…

  16. val

    Et voila , ils nous ont pondu le GOSPLAN de l’innovation . Quels bande de shadocks , c’est à leurs couillonnades que l’on devrait appliquer le principe de précaution , même si je suis opposée à ce principe débile , je suis prête à faire éxception pour eux

  17. Maximilien

    Je suis toujours amusé, sur les forums de discussions étrangers, de tomber sur un jeune notaire essayant d’expliquer en quoi consiste son métier.
    Ca se termine généralement par un truc du genre « so, you are a lawyer, but you are not a lawyer ? » agrémenté d’un petit « France…. » en conclusion :p

    En parlant des taxis contre VTC, avez-vous entendu parler de l’affaire Rhone-express ?
    Je vous explique en deux mots. Pendant des dizaines d’années, un service de bus permettait de rejoindre l’aéroport de Satolas en partant de Lyon. Ce bus était très pratique puisqu’il s’arrêtait à plusieurs endroits importants de Lyon (gare de Perrache, place Jean Macé, gare de la Part-Dieu, Grange-Blanche, Mermoz). En plus d’être très pratique, il n’était pas très cher.
    Passé le foutage de gueule de la gare TGV à un milliard de francs contruite à l’aéroport et dans laquelle s’arrêtent, grosso modo, trois trains vides par jour, la communauté urbaine eu une idée géniale: le Rhone-Express, un beau tramway rutilant, passant toutes les 15 minutes et rejoignant l’aéroport en 20 minutes (contre une grosse demi-heure avant pour le bus, si vous le preniez à Grange Blanche).
    Une fois inauguré le Rhone-Express, EXIT le bus, pas assez cher mon fils ! Boum, navette Rhone-Express, double tarif par rapport au bus ! Et surtout, un seul arrêt dans Lyon: gare de la Part-Dieu ! Cerise sur le gateau, le machin partage les mêmes rails que le Tramway T3, du coup, panne du Tramway T3 = panne du Rhone-Express et vous êtes bon pour faire 30 minutes de métro (parce que vous ne pouvez pas vous permettre d’attendre l’éventuel fin de la panne du Tramway. Qui, pour leur défense, est généralement courte mais dure parfois toute la journée) pour aller le chercher au fin fond de la banlieue, à Vaulx-en-Velin. Et ce, plusieurs fois par semaine (sinon, ça ne serait pas drôle).
    En résumé, un service moins bon qu’avant pour le double du prix.
    Il n’en fallait pas plus pour un jeune entrepreneur de décider de relancer l’offre de bus.
    Et là, BADABOUM, inacceptable ! Plainte du conseil général et tout le toutim ! Rendre service aux citoyens en allant contre l’Etat ? Mais vous n’y pensez pas ma pauvre dame, et tant pis si le lancement a été un succès avec 135 réservations dès le premier jour, sans aucune annonce ni la moindre publicité (je n’en ai entendu parler qu’avec la polémique que ça a déclenché).
    http://www.lyonmag.com/article/60468/la-navette-low-cost-go-airport-concurrence-le-rhonexpress-des-dimanche

    1. val

      @Maximilien , merci pour ce commentaire sur les transports , je ne savais pas Rhone Alpes frappés par le délire des transports . @H16 , je suis sidérée du manque de fiabilité des transports actuels , pas de jour sans incidents-retards , je me demande comment aucun agent Ratp ou Sncf ne s’est pas encore fait lyncher. Ca mériterait un bon petit billet ,d’autant plus que l’on ne peut pas dire que ça soit gratuit pour la collectivité …

      1. Nocte

        Pour la SNCF, c’est simple :
        -le vent
        -le brouillard
        -les feuilles mortes
        -la neige
        -le diesel qui gèle même si la loco est électrique (si, si!)
        -la loco diesel qui ne dépasse pas le 90, limitation technique (si, c’est possible)
        -accident de personnes
        -vol de câble
        -panne
        -grève
        -…

        En résumé ? jamais de leur faute, même pour les grèves !

        PS : Toutes les excuses au-dessus sont véridiques (de la plus sinistre comme l’accident de personne, à la plus surréaliste comme le diesel gelé alors que la loco est électrique), je les ai entendues pendant l’hiver 2009

        1. Aristarque

          Et la pluie ? Et le plein soleil ? Et la chaleur qui dilate les rails au lieu de la rate ? Comment se fait- que vous oubliez de tels motifs récurrents si gênants pour l’exploitation ! 😉

          1. Nocte

            Simple : j’ai pu me passer de la SNCF et de la RATP pour me permettre d’aller bosser; j’ai troqué 4 à 5h de trajet (voiture/train/rer/metro) 5j/7 pour 15 minutes en voiture à compter du printemps 2010 (il faut dire que l’hiver 2009 fut un bon cru à excuses, les clients étaient ravis quand une journée ne rencontrait pas son lot de problème)
            Et pour avoir expérimenté samedi dernier quasiment le même trajet (châtelet au lieu de Neuilly comme terminus), je suis heureux de ne plus avoir à subir ça.
            :mrgreen:

            1. Nocte

              4 à 5h de trajet aller-retour, selon les horaires et si tout allait bien.

              Je me suis vu prendre le train à 5h du mat, arrivé à 07:30 au boulot,faire ma journée, prendre le train vers 18:30 pour rentrer… et arriver à 01:00 du mat

        2. DoM P

          Je valide tout, ou presque (je n’ai pas eu le coup du diesel ou la limitation de vitesse)
          Et j’ai eu aussi :
          – On a perdu le conducteur (!)
          – Un train est coincé devant
          – Il y a des gens sur les voies
          – Panne électrique
          – Besoin de gérer le trafic (ça se concrétise par… de l’attente)
          – Aucune explication
          – Signal d’alarme tiré

            1. Duff

              La semaine dernière : Le train est ralenti à cause des intempéries. 1 cm de neige par une température positive…
              hummm

              Retour : Train retardé à cause d’une préparation retardée.

              hhuuuummMMMM!!!

        1. Aristarque

          Ah bon? Moi, j’ai cru que c’était du 2me degré de le lire évoquer un attribut fortement genré, pris comme costaud et frondeur au sens figuré.

    2. Higgins

      Dans un pays normal, cet exemple devrait faire les choux gras d’une presse normale. Mais en socialie française (d’ailleurs dans socialie, il y a le mot « lie », c’est tout dire), on évite les sujets qui fâchent.

    3. hussardbleu

      « Ca se termine généralement par un truc du genre « so, you are a lawyer, but you are not a lawyer ? » agrémenté d’un petit « France…. » en conclusion :p »

      Au Royaume-Uni, le « solicitor » est à la fois notaire et avocat, non plaidant au pénal, où il faut le « barrister »… je vous conseille les aventures du grand Rumpole….
      En Ecosse, ils ont des « bailiffs » mais pas dans le reste du UK… les systèmes historiques ont donné des institutions différentes, mais toutes ont leur intérêt.

  18. lazerque

    sympa ce site!
    il aurait existé avant cela aurait permis qu’un notaire n »oublie » pas le testament de ma mère au fond d’un placard et éviter 14 années de procédure…

    Un notaire honnête est un notaire qui ne s’est pas fait prendre.

    Ou je n’ai vraiment pas eu de chance, le dernier en cloture de la succession « oubliant » une partie des intérets d’assurances vies entre l’acte de partage et le reglement final……La banque m’a dit que cela arrivait souvent ce genre d’oublis……

  19. Nemrod

    De toutes façon, ce sont de piètres gestionnaires mais de grands manipulateurs.
    Partant du principe qu’un clou chassant l’autre et assurés de la collaboration servile de la presse ( achetée avec nos sous) nous allons être saturé d’effet d’annonce, de messages contradictoires, de digressions sociétales.
    Exemple depuis 15 jours.
    – contre feu fiscal
    – « wacisme »
    – guignolade melenchonienne
    – prostate du présigland.
    – bidouillage chomistique
    -concours pour l’innovation
    Avec forces indignations, rodomontades….
    Résultat : 15 jours de gagnés…les fêtes se profilent; ensuite la campagne municipale, les europeennes…l’été n’est pas loin.
    Du grand art !

  20. Can-Eye

    « – Monsieur, un pauvre malheureux vient de mourir. Vous qui êtes si bon, donnez nous 10 € pour les fleurs.
    – 10 € ? Que faisait cet homme ?
    – Notaire.
    – Notaire ! Tenez, voilà 20 €, et enterrez-en deux ! »

  21. Von Mises

    Je reviens de Zurich … quelques nouvelles du front, …. peut-être un peu hors sujet, mais bon … j’assume :
    A l’ordre du jour :
    1- Les coffres forts sont pris d’assaut en Suisse ; certains clients, toutes nationalités confondues, essaient de trouver leur bonheur dans des petites villes à 20 ou 30 km du centre de Zurich ou Genève… aucune confiance, ni dans les pays de résidence (on se demande pourquoi, voir point 2 et 3), ni dans les banques françaises (voir http://www.crml.ch/index.php?id=4 ) ; pour les bizuths, le SRISK mesure le risque d’ effondrement d’une banque en cas de nouvelle crise financière … effectivement, on voit mal l’Etat français venir à la rescousse du Crédit Agricole pour 81 milliards d’euros ; si vous voulez un coffre dans le Tessin, dépêchez-vous …
    2- Parmi les gens que j’ai croisé, gestionnaires de fonds, privés et institutionnels, plus aucun n’a de titre de dette française en portefeuille … aucun – nada … ‘le risque politique est trop grand’ ; et je parle de gens qui sont assis sur plusieurs centaines de milliards d’euros, pas le Crédit mutuel du coin; il faut dire qu’à force d’être maltraités et insultés (‘cet adversaire, c’est la finance’ …), ils risquent de partir pour de bon les méchants prêteurs …tous … il est toujours dangereux de maltraiter quelqu’un qui vous prête, bon an mal an, 100 milliards par an pour éponger des dépenses à la con, et ce depuis 10 ans et plus… si déjà, les fonds souverains ne font plus confiance à la France (voir http://uk.reuters.com/article/2013/10/25/uk-norway-fund-idUKLNE99O00V20131025 ), et les gérants de portefeuille non plus, il reste qui pour acheter du papier à Bercy ? le Livret A ? les assurances vie ?, que le gouvernement a l’intelligence de (sur) taxer ? mouais … c’est un peu court … pas étonnant que les OAT aient un (petit) accès de fièvre (http://www.bloomberg.com/quote/GFRN10:IND) … pour mémoire, ça peut aller très vite, comme pour l’Italie et le Portugal, et, à partir de 6 à 7% sur le 10 ans, un pays explose – ou change de gouvernement… (voir 5Y http://www.marketwatch.com/investing/bond/tmbmkit-10y?countrycode=bx )
    3- Les Suisses sont très inquiets sur les dernières attaques contre ‘la sphère privée’ (FATCA, Rubik et al…) ; leur argument est le suivant : l’antienne habituelle du ‘si vous n’avez rien à cacher, vous n’avez rien à craindre’ n’a aucun sens si un régime autoritaire se met en place, par exemple en France ; connaissant la veulerie de l’administration française (et en particulier fiscale) sous l’occupation en 1940 (48 h après que les troupes de Hitler aient défilées sous l’arc de triomphe, les recettes fiscales remontaient à qui mieux mieux pour alimenter – entre autres – la Wehrmacht) ; on sait aujourd’hui que l’effort de guerre formidable – dans son sens premier (http://nouveau-dictionnaire.la-connaissance.net/definition-nouveau-dictionnaire_mot-formidable_3_f_o_19884.html ) de Hitler n’a été possible que par une ponction terrible sur la population française occupée (STO, impôts etc …) ; que ce serait-il passé si Hitler avait eu accès à tous les fonds, particulièrement juifs, déposés en Suisse ??? … il aurait fait quoi de ces milliards ? gagner la guerre ? qu’y a-t-il de mal à ce qu’un bon Père de famille mette 10000 ou 20000 euros de côté, just in case, et n’en parle pas à une administration qui retournera sa veste et donnera toutes les infos au Pol Pot de service … (voir http://www.apres-genocide-cambodge.com/index.php?option=com_content&view=article&id=41:biographie-de-pol-pot&catid=17:les-leaders-khmers-rouges&Itemid=22 )
    Souvenez-vous … Mélenchon – pardon Jacques Doriot – était communiste avant de virer collabo (http://www.youtube.com/watch?v=8p1M3tR3Mmc ) … et ne vous faites pas d’illusion ; à circonstances égales, les morpions réagiront comme leurs ancêtres … à bon entendeur …

          1. DirtyBond

            Dans la même veine des nouvelles économiques plaisantes :

            En France, l’impôt est de plus en plus difficile à rentrer :

            http://www.europe1.fr/Economie/Les-Francais-peinent-a-payer-leurs-impots-1728685/

            « une note interne a été envoyée aux directions départementales. En clair, il faut récupérer l’impôt à tout prix. Finies les ristournes pour chômage ou divorce qui ouvraient les trois quarts du temps le droit à une remise « gracieuse », c’est-à-dire un effacement d’une partie de l’impôt. Dorénavant, il faut payer. »

            http://www.lefigaro.fr/impots/2013/12/03/05003-20131203ARTFIG00603-ces-francais-qui-ont-du-mal-a-payer-leurs-impots.php

            « Dans de nombreux départements, les demandes de délai de paiement auprès des services fiscaux ont bondi de 15 à 20 %.

            http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/12/04/20002-20131204ARTFIG00216-onze-milliards-d-euros-de-manque-a-gagner-dans-les-recettes-fiscales-fin-2013.php

            « Onze milliards d’euros de manque à gagner dans les recettes fiscales fin 2013 »

            Pendant qu’à l’étranger la France inquiète de plus en plus:

            http://www.euroweek.com/Article/3285697/90484/French-local-authorities-should-bound-into-bonds.html

            Some analysts think France’s economy is a serious threat to Europe’s recovery and some of those think it is a greater risk than Italy or Spain.

            http://www.reuters.com/article/2013/11/18/investment-summit-idUSL5N0J343K20131118

             » A stagnant French economy and a dearth of much-needed French economic reforms are a weak link at the heart of the healing euro zone, heaping risks on hitherto stable French assets and the common currency, top global investors said on Monday. »

            Founder and CEO of $12 billion hedge fund CQS, Michael Hintze, told Reuters that rising social tensions, high government debt and an exodus of workers raised the chances of French disillusionment with the euro project down the line.

            « What does worry me a little bit is what happens in France, because I think that’s one that could be a major pothole in 2014, » said Hintze, whose CQS Directional Opportunities fund rose 36 percent last year and is up 12 percent this year.

            With restrictions in place on buying sovereign debt insurance in the form of credit default swaps (CDS), Hintze said he was instead buying CDS against French corporates, banks in particular, as a proxy play on the economic and political risks.

            http://www.reuters.com/article/2013/12/04/us-france-peugeot-specialreport-idUSBRE9B30BL20131204

            LE CAPITALISME « MADE IN FRANCE »

            In the 1980s and 1990s Britain and the United States began to cap state spending and limit wage increases. France chose a different course.

            The Socialists under Francois Mitterrand picked policies aimed at stimulating consumption, cutting work hours and increasing holidays. For PSA, that was a double whammy: It added labor costs, and French consumers chose to flex their new purchasing muscle by buying white goods, Italian shoes and … German cars.

            In 2000, France capped the working week at 35 hours and a subsequent decade of generous wage deals bolstered the costs to industry. The OECD calculates that by 2007, average salary and welfare benefits available to manufacturing workers in France were higher than America, Germany or Britain.

    1. Nemrod

      Ouais…bon !
      La cabane va tomber sur le chien comme disais Roger Couderc.
      Ca ne surprendra pas les lecteurs du blog.
      Je ne sais pas ce que vont donner les rentrée fiscale de Novembre…hormis la PS4, j’ai l’impression que c’est apocalyptique.
      « It is the end » : The Doors…j’aurais du la prendre.

    2. riton

      D’après ce que rapporte de Suisse Von Mises, ça risque de devenir bien violent en France, faute d’argent dans les caisses, au cours du premier semestre 2014.

    3. Aristarque

      Sont peut-être lents, les Helvètes mais ils anticipent de fait plusieurs coups d’avance. Ce n’est probablement pas pour rien ni par hasard total que leurs dernières manoeuvres militaires prenaient l’hypothèse d’un bout éclaté de la Grance comme assaillant de leur verdoyante contrée.
      CPETF
      (Moi qui estimait il y a cinq ou six mois que le 4me Trim serait crucial avec une éventualité forte de rupture brutale du niveau des taux d’intérêt, à la hausse, façon Grèce il y a quelques années, je sens comme un grand froid arriver…) Brrr!

      1. GameOver

        Oui Morovaille, il y a la regle décrétée par les grammairiens mais la langue n’est pas faite par les grammairiens mais par les vrais gens. Je ferais bien un // avec ceux qui veulent reglementer qque chose qui s’est fait sans eux… suivez mon regard.

        Après que Gide, Georges Duhamel, François Mauriac, Camus, Jules Roy, Léautaud, Thierry Maulnier, Marcel Brion, Henry Bordeaux, Aragon aient utilisé le subjonctif et après que les grammairiens ont dit le contraire, il y a un cote subversif qui me plait bien. 😆

        1. hussardbleu

          excellent humour, GameOver, que cette réponse ! j’apprécie beaucoup… a-t-on vraiment besoin de pions sur ce Blog (autre que de façon spirituelle, j’entends) ?…

          et la caution d’un Normalien de la bonne époque comme MaulnierTalagrand, d’un pénible comme Gide, ou d’un pur styliste comme le vieux Paul, me suffit amplement….

    1. Peste et coryza

      Le principe de précaution, ce n’est pas pour les citoyens, juste pour les technologies…
      Que voulez vous, il faut laisser nos lumineux/truellistes expérimenter.

  22. Marc Aurèle

    Ahhh ah! l’expression de @H16 est de retour: « pas de doute ce pays est foutu ». Je me demande s’il ne devrait pas la déposer. Comme cela on devrait dire « Pas de doute, ce pays est foutu (R) ».
    Malheur à ceux qui imagineraient le faire avant lui pour essayer de l’embêter par la suite.

  23. Aristarque

    http://www.europe1.fr/France/Routes-l-idee-choc-pour-desengorger-les-tribunaux-1723575/

    Salauds d’automobilistes qui ne se laissent pas rançonner sans protester et qui font rien que contester les infractions entraînant une saturation des tribunaux.
    En revanche, ne rêvons guère.
    Vu toute la considération étatique pour le symbolisme des DDDLHEDLF dans ce pays qui s’énorgueillit pourtant de les avoir enfantés, la réponse sera néanmoins de les pénaliser en limitant le droit à contestation ou de tenter de rendre celle-ci vaine quant au paiement des prunes…

Laisser un commentaire