Perspectives économiques dures et tissus mous

Soyons honnêtes : la situation économique mondiale n’est pas jolie jolie. Soit, d’habitude il n’est guère difficile de trouver quelques économistes pour prévoir de façon pessimiste l’un ou l’autre Armageddon économique ; mais il faut reconnaître que nous en avons actuellement plusieurs brochettes qui sont assez synchrones pour nous expliquer que les résultats boursiers observés actuellement tiennent plus de la bulle qu’autre chose (et je ne parle pas de Bitcoin, ici).

Par exemple, Philippe Béchade et Olivier Delamarche n’y vont pas avec le dos de la cuillère. Certes, ils y sont un peu habitué, mais si l’on ajoute, côté américain, des gens comme le prix Nobel Robert Schiller qui s’inquiète de la récente montée des indices boursiers, ou Michael Snyder qui liste 15 éléments qui laissent penser à un avenir sombre, il devient difficile d’écarter complètement l’hypothèse que ces gens aient raison. Du reste, le décalage entre d’un côté ces indices qui indiquent une euphorie générale des indices et de l’autre, la réalité palpable où on ne voit surtout que du chômage, parfois de la faim dans des pays industrialisés, et de la croissance anémique (voire négative) montre que la situation économique générale est très loin d’être résolue.

bobhead hollandeCe n’est pas une raison pour se laisser dépérir, surtout lorsqu’on est en France. Pour cela, nous allons nous intéresser à l’empoisonnement supposé ou réel d’Arafat et nous allons nous pencher sur les petites glandes internes de François Hollande, qui défrayent actuellement la chronique parce qu’il faut bien se dire que des sujets aussi lourds et tristes que l’économie n’intéressent personne.

Non, je déconne.

Comme beaucoup de Français et au contraire de beaucoup de scribouillards qui sévissent actuellement dans la presse subventionnée, je n’ai absolument rien à faire des vicissitudes et rebondissements dans la mort d’un ancien terroriste, tout comme me sont complètement indifférents les problèmes de glandes du gros mammifère mou qu’on a placé à l’Élysée sur un malentendu. Je voudrais plutôt évoquer un certain nombre d’éléments qui m’ont été fournis par différentes sources, qui se reconnaîtront et que je remercie au passage. Ils brossent un tableau certes un peu inquiétant mais surtout très informatif de la situation, à l’exact opposé de ce que peuvent nous fournir, justement, les tristes pisse-copies obnubilés par des détails intimes et le goût du scandale.

Il y a tout d’abord ces deux récentes études de Natixis portant sur l’immobilier et sur l’indice PMI (indice composite de l’activité manufacturière). La première montre assez clairement qu’il constitue un frein assez puissant dans la redirection de l’épargne des Français puisqu’ils choisissent de l’y investir au détriment du reste de l’économie, comme les entreprises par exemple. Cela veut dire que chaque hausse de l’immobilier ou chaque mesure gouvernementale plus ou moins débile visant ou aboutissant à conserver son prix à des niveaux stratosphérique entraîne mécaniquement une baisse des investissements dans l’appareil productif français.

duflot se mêle d'immobilierPour résumer, plus les Duflot et autres Sellier s’acharnent sur l’immobilier, plus ils défavorisent l’investissement productif. Comme par hasard, l’une des raisons de la désindustrialisation française se trouve donc dans l’acharnement des politiciens à pousser les Français à devenir propriétaire… Voilà qui pourrait donner à Montebourg une raison supplémentaire d’en vouloir à son enquiquinante collègue. Cependant, il n’aura peut-être pas le temps de s’en ouvrir à elle puisque, si l’on en croit Charles Gave, généralement bien informé, l’immobilier est de toute façon bien trop haut et devra descendre d’une trentaine de pourcent pour revenir dans des niveaux acceptables. Voilà qui promet quelques sueurs froides à certains vendeurs dans les prochaines années…

L’étude sur l’indice PMI indique quant à elle que la France se dirige vers un sombre problème dans les prochains mois. À l’aune de cet indice, les prévisions de croissance qui sont dans les tuyaux à Bercy laissent songeur sur la capacité d’imagination de nos dirigeants, et leur détachement de plus en plus chronique avec la réalité.

Economics demotivator

Du reste, ce décrochage du pays avec le reste de l’Europe n’est pas nouveau. En mai dernier, différents articles paraissaient déjà pour constater comme un problème en notant que les gestionnaires de fonds étrangers avaient une tendance à se débarrasser des bons de la dette française. Cette tendance se confirme très clairement avec l’abandon par le plus gros fonds souverain du monde, celui de la Norvège, de la dette française et canadienne. Et les résultats plus que médiocres en terme de croissance et de réformes de la politicaillerie française incitent d’autres gérants à la plus grande prudence, voire de la défiance, vis-à-vis de la seconde économie de la zone euro. On s’étonne (enfin, façon de parler) de ne pas trouver dans la presse subventionnée plus de bruit de ces nouvelles dont l’impact sur les finances publiques est autrement plus important que l’état général des tissus mous du président pédalo-flambyste. En effet, si les principaux fonds ne veulent plus des papiers de Bercy, qui financera le Léviathan ?

D’autant qu’en parallèle, les rentrées fiscales sont bien moins que médiocres : elles sont carrément mauvaises. On sait déjà que l’objectif de réduction du déficit autour de 3% pour 2013 est largement enterré, avec un « dérapage » d’un tiers. Et question marge de manoeuvre, nos élites ponctionnaires doivent commencer à comprendre que les limites sont atteintes : la hausse marquée (de 10 à 15%) des demandes de délais et de remises gracieuses d’impôts montre que les Français peinent à payer leur écot au Moloch ; de son côté, l’administration montre par son attitude intransigeante que les finances sont extrêmement tendues. La fin d’année s’annonce délicate, et 2014 ne montre aucun signe d’amélioration.

Pendant ce temps, les expatriations continuent, ce qui accroît encore les petits soucis de trésorerie de l’État. Cette forme de résistance active finit ainsi par représenter 9.6 milliards d’euros que l’administration ne peut plus ponctionner…

Enfin, l’idée même d’un chyprage général des comptes bancaires européens fait son chemin. Plusieurs témoignages qui me sont parvenus s’accordent à dire que la Suisse connaît actuellement une augmentation du nombre de location de coffres pour des non-ressortissants de toutes nationalités, essentiellement européens. Peut-être certains sont mieux informés que d’autres, mais la consultation rapide du risque actuel porté par les banques montre que les françaises ne sont pas très bien placées… Déposer quelques billets dans un coffre d’un pays traditionnellement plus sûr qu’ailleurs n’est finalement pas une si mauvaise idée.

Comme on peut le voir avec les quelques paragraphes précédents, il y a, en matière d’analyse économique, pas mal de choses à raconter et on ne peut que s’étonner que si quelques unes de ces informations se retrouvent bien dans la presse française, le tableau d’ensemble qu’elles permettent de réaliser n’y est qu’assez rarement brossé.

Heureusement, nous avons maintenant l’assurance de tout savoir sur les paramètres médicaux de notre bon président. Ça ne nous aidera pas lorsque les finances publiques rendront leur dernier souffle, mais au moins, on aura l’assurance que François Hollande sera en pleine possession de ses moyens lorsque ça arrivera.

Je suis donc tout à fait rassuré.

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires182

  1. Aristarque

    Bien sûr que le niveau des prix de l’ immobilier est bien trop haut dans les zones urbaines et pas seulement qu’ à Paris. Et cela ne sert à rien de surcroît!

      1. Aristarque

        Oui, exactement comme le dit la suite de mon commentaire. Je n’ai pas évoqué l’ ISF parce qu’ il n’ est pas systématiquement applicable à tous les prop. mais il bénéficie de cette hausse d’autant que pour les plus petits contribuables, l’ ISF revient à une taxe immobilière de plus…

    1. Adolfo Ramirez Jr

      payer l’ISF parce que le prix de l’immobilier a grimpé, voilà une belle arnaque! On est imposé sur une plus-value fictive, mais si les prix se cassent la figure?
      évidemment non, on ne sera pas remboursé de l’impôt qu’on a payé! Quand tu gagnes, l’Etat est là pour te rappeler que c’est à 30% grâce à lui, quand tu perds… ben tu l’as dans l’os.

  2. LeRus

    Si les fonds souverains et autres refusent d’acheter la dette française, c’est plutôt une bonne nouvelle, non? Le temps de l’insouciance touche peut-être enfin à son terme?

    1. Duff

      D’ailleurs je me demande si le fait d’avoir reculé sur le PEA et PEL mais avoir tenu bon pour imposer la fiscalité à 15.5% sur l’assurance vie ne serait pas pour dissuader les épargnants français de shorter les obligs européennes et françaises en particulier.

      C’est une des actions de résistance active : Shorter ses obligations françaises.

    1. Aristarque

      C’est possible parce que les Norvégiens ont clairement pris l’ option de thésauriser la manne pétrolière alors que les pays arabes se dotent d’ infrastructures plutôt tapageuses pour beaucoup d’ entre elles et entretiennent une politique sociale pour « calmer » le peuple.

  3. kloupa

    La médiocrité des médias en France, et le manque d’information des Français concernant les éléments les plus importants pour leur avenir, n’ont d’égal que l’ignorance crasse où ils sont tenus par leurs élites et par l’enseignement « officiel » en matière économique, et même politique.
    Qu’on se souvienne que Flamby a été professeur d’économie, lui qui prétend qu’en cette matière, tout est affaire de cycle, et que le prochain devrait le sauver du désastre. Mais, on est bien loin du « aide-toi, et le Ciel t’aidera », chez nos dirigeants pour lesquels l’assistanat et le hasard des mystérieux cycles causés par un « deus ex machina » sont l’alpha et l’oméga de l’action politique… Quel exemple ces dirigeants donnent-ils?

    1. Marco33

      Avoir fait l’ENA et HEC, devenir président de la 5ème puissance mondiale (version Potemkine) pour finalement n’avoir que pour seule horizon l’espoir de récolter les miettes de la reprise économique US…

      1. Higgins

        Il y avait une représentante du PS (j’ai failli utiliser le nom de la femelle d’un oiseau de la famille des Phasianidae). aux Experts. On comprend mieux, à écouter ses billevesées, pourquoi ce pays est foutu.

        1. vengeusemasquée

          Juliette Méadel, effectivement. Quand on l’entend parler, on mesure toute l’étendue du cauchemar socialiste. Elle n’a aucune gêne à expliquer qu’elle préfère garder les chômeurs plutôt que de remettre en question le système-de-redistribution-pas-si-redistributif-que-ça QLMENEMNCP. Je suis toujours fascinée par sa capacité à commencer toutes ses phrases qui engagent le pays entier par « je » alors que franchement, qu’est-ce qu’on en a à foutre de ce qu’elle veut elle ?
          Diplômée de philosophie, elle n’a absolument aucune notion d’économie, aucune.

      2. Duff

        Hollande est peut être assez intelligent pour savoir que le socialisme ça ne marche pas économiquement alors il ne bouge pas. Il fait des mesurettes qui ne coûtent pas trop cher (emplois aidés) parle d’une boîte à outils remplie d’outils en plastique Smoby et croise les doigts.

        On y verra plus clair après les scrutins de 2014 quand il va changer le gouvernement. La barre plus à gauche je n’y crois pas ou alors c’est tout bon, avec Aubry la crise terminale c’est maintenant… Je pense plus qu’il va virer les verts. Mettre les collectivités locales au pain sec ça va être compliqué à cause des régionales de 2015 donc j’attends vraiment avec curiosité sa prochaine pirouette ratée!

    2. Morovaille

      Le manque d’information… ça vient des Français : je suis Français, et j’arrive très bien à m’informer, déjà en ne perdant pas mon temps devant les JT. Tout le monde peut savoir que les membres du gouvernement sont des incapables qui ne sont là que parce que faisant partie de l’oligarchie régnante. Il suffit de démarrer son cerveau et de chercher un peu sur la toile.

      Mais c’est le règne du « jusqu’ici tout va bien » pour ceux chez qui ça va à peu près ; et le « prenons l’argent des autres » pour ceux chez qui ça ne va pas… Je reviens toujours à ce grand penseur, mais tout le monde devrait avoir lu les textes majeurs de Bastiat ( http://bastiat.org/ ). Ce pays est foutu de façon certaine, parce que personne ne réclame la liberté de ne plus être assisté ; personne ne réclame la liberté d’être puni pour les choses injuste qu’il fait, à savoir prendre ses responsabilités.

      1. Zendog

        Complètement d’accord. L’information existe mais il faut faire un petit effort pour la trouver. J’ai essayé plusieurs fois d’intéresser des connaissances françaises en leur transmettant l’une ou l’autre des chroniques de notre hôte sans aucune réponse. Seuls m’ont répondu mes correspondants de l’étranger qui d’ailleurs sont devenus des fidèles lecteurs.

        1. hussardbleu

          Comme dit H16, « les petits ruisseaux font les grandes rivières » : j’ai été avisé de l’existence de son blog par un ami, et je l’ai transmis de même à plusieurs, qui sont devenus des fidèles…

          A propos de l’encart Economics, qui est bien amusant, cette citation de EzraSolomon : « The only function of economic forecasting is to make astrology look respectable ».

        2. MadeInCH

          A mon avis, il y a au mieux 10% qui vont CHERCHER de l’information.

          Les 90% des autres se contente de la recevoir d’une ou de plusieurs sources de « confiances ». Le JT en est une..

          Chez moi, j’ai amené de l’information à mes parents. Avec sources.
          Ils ne vont pas aller chercher de l’info, mais ils me croient lorsque je leurs en donne. J’ai réussi à devenir une « source de confiance ». Leur avis a bien changé sur pas mal de chose.
          Aussi sur la confiance à accorder aux JTs.

          Mais de toute façon, 90% des gens ne vont JAMAIS chercher de l’info par eux-même.

          1. Maximilien

            C’est bien pour cela que les 500 personnes dans mes contacts facebook ont droit, tous les jours, aux articles de h16 ^^

            Et quand je vois les liens repris par d’autres, je suis content 🙂

      2. doh

        Je suis bien d’accord avec vous. Ce ne sont pas les moyens qui manquent pour s’informer de nos jours. J’allume la télé pour regarder des films ou BFM Business le matin en prenant mon petit-déjeuner. J’étais d’ailleurs complètement passé à côté des problèmes de prostate de notre ch€r président.
        Je suis tombé par hasard sur Contrepoint il y a environ un an en recherchant un complément d’information sur je ne sais plus quel sujet. Depuis c’est la spirale infernale: ouverture des yeux et de l’esprit, découverte de H16 et d’autres rédacteurs talentueux de contrepoints, et surtout, du libéralisme 👿
        Pendant ce temps, mes potes restent dans leur vision étriquée du monde tel que décrit dans les « journaux traditionnels » et continuent en effet en pensant « jusqu’ici tout va bien » …

          1. Nyamba

            Ah non, celui-là c’est : twisted :

            Same here, mais plus récemment… avec en plus un effet inattendu : je me suis mise à prêcher ! moi !

            1. Nyamba

              Le plus chiant, je trouve, c’est le piédestal à ramener partout avec soi… et puis le combo toge/sandales de cuir/fausse barbe, comment dire, les gens ne me prennent pas toujours au sérieux !

        1. LeRus

          « You take the blue pill – the story ends, you wake up in your bed and believe whatever you want to believe. You take the red pill – you stay in Wonderland and I show you how deep the rabbit-hole goes. « 

  4. Aristarque

    Ooops! Le retour à la ligne déclenche le postage ? Je poursuis : quand les prix montent, évidemment ceux qui sont propriétaires sont ravis de la plus value résultante. Mais il n’ en profiteront que très partiellement et seulement dans des configurations limitées, En effet, si vous vendez votre bien avec une belle marge et que vous voulez acheter un autre bien (cas de la résidence principale), cette marge ne vous confère aucun agrandissement de choix potentiel puisque tous les prix des alentours ont grimpé aussi dans le même temps. Votre marge ne servira donc que si vous vous transférez vers des zones urbaines de province en partant de l’ IDF ou des zones urbaines de métropoles régionales vers des zones urbaines de moindre importance et ainsi de suite… En revanche, cette hausse invraisemblable des prix a des effets bénéfiques pour les A.I., les notaires, le T.P. puisque la manne enfle hors de proportion avec le niveau économique général.
    Mais elle est néfaste pour les entreprises, en particulier les commerçants qui voient les loyers croître en parfaite déconnection avec leur activité économique. Idem pour les bailleurs qui ne peuvent indéfiniment augmenter les loyers à proportion de la hausse de l’ investissement et voient donc la rentabilité s’ éroder, outre l’ effet de la fiscalité qui la fait de plus en plus s’ effondrer…

    1. eheime

      « cette hausse invraisemblable des prix a des effets bénéfiques pour les A.I., les notaires, le T.P. puisque la manne enfle hors de proportion avec le niveau économique général. »
      > Je ne suis pas sûr qu’ils seraient d’accord avec vous. C’est vrai seulement jusqu’à un certain point. Si l’immoblier ne valait rien, il y aurait peu de marge, bien sur, là, vous avez raison. Mais un immobilier moins cher permettrait plus d’échanges pour l’AI et le notaire (et même pour l’Etat en tant que percepteur). Des terrains vierges moins chers faciliteraient grandement la vie des promoteurs également.
      Un AI préfère faire 10 transactions « faciles » honnetement rémunérées que 5 difficiles tres bien rémunérées. Pas seulement pour une question de rémunération brute mais aussi pour une question de pénibilité , de temps passé, de prévisibilité (mieux vaut des revenus réguliers modérés que forts mais aléatoires). Ce ne sont pas les AI qui « poussent » les prix. Ce sont les vendeurs qui s’accrochent à un prix .. et qui ont parfois raison de le faire quand la période leur est favorable.

      1. Aristarque

        Jusqu’à il y a peu, la hausse des prix ne calmait pas le nombre des transactions.
        Les A.I. en profitaient donc à leur façon, avec des honoraires à la hausse.
        Les notaires aussi quoiqu’ils s’en fichent un peu puisqu’ils sont assurés de voir toutes les transactions passer par eux et qu’ils sont malthusiens au possible. Pour eux, tant que le volume moyen se maintient, pas de problème!
        Sinon, bien entendu, qu’ils préfèrent (je le sais, j’en fus un en transaction de 1985 à 1992) faire dix transactions « normales » que cinq exceptionnelles et ce ne sont pas eux, contrairement à la légende, qui gonflent les prix mais les vendeurs toujours persuadés (au moins initialement) de vendre la 8me merveille du monde (§ le blog de Ninon qui le montre fort bien, encore que cette dame n’édite plus rien depuis des mois).
        Mais si ces vendeurs trouvent des acquéreurs que cela ne rebute pas, pourquoi se restreindraient-ils ?
        Car en fait, comme cela a déjà été exposé, c’est l’Acquéreur qui fait le prix et non le Vendeur.
        Quant aux terrains vierges à bas prix, outre que la virginité est de plus en plus rare en zone urbaine, ne rêvez pas : la réglementation est suffisamment lourde pour que les prix la reflètent de par la rareté administrative qui l’entretient…
        Dans mon patelin, la surface minimale du P.O.S. pour construire est de 400 m². Je connais deux terrains, vides, qui ne peuvent être bâtis parce que inférieurs (mais de peu) à cette limite purement discrétionnaire de la municipalité. La situation restera bloquée tant que les prop. ne voudront pas vendre à la municipalité (ou à promoteur ami, généreux donateur aux bonnes oeuvres) à un prix évidemment d’ami… en attendant la prochaine révision du P.O.S. qui fixera une nouvelle limite à, allez, 350 m²…

        1. eheime

          « Car en fait, comme cela a déjà été exposé, c’est l’Acquéreur qui fait le prix et non le Vendeur. »
          > Dans un marché où l’offre est restreinte, c’est la capacité de payement de l’acquéreur qui fait le prix. Je suis d’accord.
          Si l’offre dépasse la demande, l’acquereur n’a plus de probleme de capacité mais au contraire l’embarras du choix, et c’est alors l’utilité de la chose qui fait le prix (le cout de constructton qu’il permet de ne pas dépenser, son unicité, ses qualités intrinsèques, …).
          Dans certaines contrées françaises, on est déjà en train de passer en deuxième mode.

        2. Adolfo Ramirez Jr

          Perso, j’ai des terrains dans un village à 30 min de Paris… l’agriculteur à qui on les loue a vendu ses propres terrains pour construire un lotissement, mais il peut maintenir son activité avec les nôtres qui sont classés terrains agricoles… Par l’agriculteur lui-même puisque c’est aussi le Maire.
          Bref on est à prêts de pouvoir y construire quoi que ce soit.

        3. V

          D’un autre coté, construire les uns sur les autres dans un pays ou la surface ne manque pas est un peu « bizarre », autant habiter dans un immeuble.
          Avoir une limite minimum des surface constructible fait baisser le prix au m2.
          Après c’est un choix, mais plus on construit sur petit, plus les prix grimpent au m2.

  5. Higgins

    Désolé mais ton billet n’est pas complet, tu as oublié de mentionner la courageuse prise de position de notre leader minimo pour la sauvegarde des espèces menacées: http://corto74.blogspot.fr/2013/12/francois-hollande-et-les-elephants.html.
    J’ai eu l’occasion, hier, de m’entretenir avec un ami, maire d’une petite commune rurale. Il ne se représente pas à la mandature mais il m’a confirmé que les ressorts étaient remontés à donf dans sa population. D’aucuns feraient mieux de s’en inquiéter. Il m’a également mentionné que les tripatouillages honteux auxquels se livre nombre de nos représentants avec la complicité plus ou moins active de l’appareil d’état étaient, hélas, chose réelle, la réalité dépassant souvent la fiction. Il en était dégouté et n’a pas été choqué quand je lui ai dit que j’envisageai de me désinscrire des listes électorales pour ne plus être complice de ce jeu de dupes qu’est devenu la vie politique dans ce pays.

    1. Calvin

      Je ne suis pas sûr que l’on puisse se désinscrire.
      En revanche, moi, je revendique haut et fort mon abstention.

      Eventuellement le vote blanc si il est enfin reconnu, quoique j’espère qu’il sera un jour VRAIMENT reconnu.

      Par exemple, élimination directe de tout candidat si le vote blanc dépasse son %.
      Et si le vote blanc est en tête, élection annulée et on se cherche de nouveaux candidats.
      Ca dépoterait pas mal !!

      1. Before

        Mouais, demi-mesure comme d’hab’ ! Le vote blanc sera comptabilisé à part du vote nul (d’ailleurs, faudra qu’on m’explique ce qu’est pratiquement un vote ‘blanc’ : une enveloppe vide, un papier blanc ?) mais ne sera pas considéré comme vote exprimé.
        ça changera rien aux pourcentages et nos zélus le seront toujours avec plus de 50% des voix officielles et 30 % réelles…

      2. Black Mamba

        En effet cela serait vraiment bien que le vote Blanc soit enfin pris en compte, c’est de l’hypocrisie d’accepter un candidat qui n’a pas eu l’approbation d’une majorité de la population et nous dire ensuite que OUI, OUI , le peuple l’a élu et donc il a toute sa confiance … donc toutes ses décisions sont justes et approuvés 👿

            1. hussardbleu

              et comme je ne crains pas le péché, même contre l’Esprit, ci-après extrait du Journal d’un Ami Mécréant :

              vendredi 6 décembre 2013

              Ecouté ce matin Radio Bolcho qui fête ses 50 ans au sommet de la Tour Eiffel (!) avec du Cohen comme s’il en pleuvait, Demorand, Patricia Martin et autres moindres dames et seigneurs, j’en passe et des Meyer… l’élite de la bien-pensance, quoi, communiant dans l’adoration de Mandela dont – et j’estime que c’est délibéré – on annonce enfin le décès officiel ce jour…

              Je rigole, bien sûr, mais bon, il est subclaquant depuis juin dernier et il a juste attendu le cinquantenaire de France Inter pour fermer son pébroque, comme disait le bon Boudard ? et Ariel Sharon, on le réserve pour quoi ?

              Amusant d’entendre la fausse cordialité où perce pourtant les petites haines recuites entre Demorand et Cohen, les embrassades hypocrites, les critiques touchant à la « pauvreté du service public » par comparaison avec l’ époque heureuse de 1981, et, last but not least – et exercice obligé – le rappel de la sequestration depuis 6 mois de deux journaleux enlevés dans un pays aussi exotique que dangereux (quoique… la France n’est pas plus sûre si à peine moins exotique,
              quand on s’y fait planter pour quelques douzaines d’euros…).

              Mort de Mandela, et, ironiquement, engagement militaire de la France en CentreAfrique, où on va encore aller « casser du nègre » mal-pensant, ou trop cruel, ou chrétien animiste massacrant du musulman, ou l’inverse (peu probable, l’inverse…) : les critères socialistes tenant à la détermination du camp du Bien surely move in mysterious ways…

              Concernant la Taxe d’Habitation pour mon parking, j’ai reçu un appel téléphonique des Impôts, où une pauvre femme à la voix embarrassée m’a dit que l’on devait bien une TH pour un parking, mais que, comme j’habitais à plus d’un km dudit parking, il y avait exonération, et qu’elle allait faire le nécessaire… tout en geignant plaintivement sur la roideur de mon mail de réclamation, pourtant bin modéré, hein ?

              ……………..

              Messieurs,

              Je viens de recevoir un avis concernant une taxe d’habitation aux références suivantes :

              avis n° xxxxxx
              FIP n° yyyyyyyyyyy

              s’agissant d’un parking, savoir un morceau de terrain d’environ 8 m2, simplement délimité au sol par deux traits de peinture, je m’étonne que ledit immeuble puisse être assujetti à une taxe d’habitation, voire à une contribution à l’audiovisuel public…

              Il est déjà extravagant de devoir payer une Taxe d’Ordures Ménagères connexe à la Taxe Foncière sur ledit parking, mais une Taxe d’Habitation, dans ce cas de figure, dépasse les limites du ridicule.

              Je vous saurais donc gré de m’indiquer qu’il s’agit bien d’une erreur.

              Dans cette attente, veuillez agréer mes salutations
              ………

              Lui ai répondu que le « ras-le-bol fiscal » n’était plus une figure de style…

            1. hussardbleu

              Communiqué de Bernard Lugan
              (6 décembre 2013)

              Né le 18 juillet 1918 dans l’ancien Transkei, mort le 5 décembre 2013, Nelson Mandela ne ressemblait pas à la pieuse image que le politiquement correct planétaire donne aujourd’hui de lui. Par delà les émois lénifiants et les hommages hypocrites, il importe de ne jamais perdre de vue les éléments suivants :

              1) Aristocrate xhosa issu de la lignée royale des Thembu, Nelson Mandela n’était pas un « pauvre noir opprimé ». Eduqué à l’européenne par des missionnaires méthodistes, il commença ses études supérieures à Fort Hare, université destinée aux enfants des élites noires, avant de les achever à Witwatersrand, au Transvaal, au cœur de ce qui était alors le « pays boer ». Il s’installa ensuite comme avocat à Johannesburg.

              2) Il n’était pas non plus ce gentil réformiste que la mièvrerie médiatique se plait à dépeindre en « archange de la paix » luttant pour les droits de l’homme, tel un nouveau Gandhi ou un nouveau Martin Luther King. Nelson Mandela fut en effet et avant tout un révolutionnaire, un combattant, un militant qui mit « sa peau au bout de ses idées », n’hésitant pas à faire couler le sang des autres et à risquer le sien.
              Il fut ainsi l’un des fondateurs de l’Umkonto We Sizwe, « le fer de lance de la nation », aile militaire de l’ANC, qu’il co-dirigea avec le communiste Joe Slovo, planifiant et coordonnant plus de 200 attentats et sabotages pour lesquels il fut condamné à la prison à vie.

              3) Il n’était pas davantage l’homme qui permit une transmission pacifique du pouvoir de la « minorité blanche » à la « majorité noire », évitant ainsi un bain de sang à l’Afrique du Sud. La vérité est qu’il fut hissé au pouvoir par un président De Klerk appliquant à la lettre le plan de règlement global de la question de l’Afrique australe décidé par Washington. Trahissant toutes les promesses faites à son peuple, ce dernier :

              – désintégra une armée sud-africaine que l’ANC n’était pas en mesure d’affronter,
              – empêcha la réalisation d’un Etat multiracial décentralisé, alternative fédérale au jacobinisme marxiste et dogmatique de l’ANC,
              – torpilla les négociations secrètes menées entre Thabo Mbeki et les généraux sud-africains, négociations qui portaient sur la reconnaissance par l’ANC d’un Volkstaat en échange de l’abandon de l’option militaire par le général Viljoen[2].

              4) Nelson Mandela n’a pas permis aux fontaines sud-africaines de laisser couler le lait et le miel car l’échec économique est aujourd’hui total. Selon leRapport Economique sur l’Afrique pour l’année 2013, rédigé par la Commissionéconomique de l’Afrique (ONU) et l’Union africaine (en ligne), pour la période 2008-2012, l’Afrique du Sud s’est ainsi classée parmi les 5 pays « les moins performants » du continent sur la base de la croissance moyenne annuelle, devançant à peine les Comores, Madagascar, le Soudan et le Swaziland (page 29 du rapport).

              Le chômage touchait selon les chiffres officiels 25,6% de la population active au second trimestre 2013, mais en réalité environ 40% des actifs. Quant au revenu de la tranche la plus démunie de la population noire, soit plus de 40% des Sud-africains, il est aujourd’hui inférieur de près de 50% à celui qu’il était sous le régime blanc d’avant 1994[3]. En 2013, près de 17 millions de Noirs sur une population de 51 millions d’habitants, ne survécurent que grâce aux aides sociales, ou Social Grant, qui leur garantit le minimum vital.

              5) Nelson Mandela a également échoué politiquement car l’ANC connaît de graves tensions multiformes entre Xhosa et Zulu, entre doctrinaires post marxistes et « gestionnaires » capitalistes, entre africanistes et partisans d’une ligne « multiraciale ». Un conflit de génération oppose également la vieille garde composée de « Black Englishmen», aux jeunes loups qui prônent une « libération raciale » et la spoliation des fermiers blancs, comme au Zimbabwe.

              6) Nelson Mandela n’a pas davantage pacifié l’Afrique du Sud, pays aujourd’hui livré à la loi de la jungle avec une moyenne de 43 meurtres quotidiens.

              7) Nelson Mandela n’a pas apaisé les rapports inter-raciaux. Ainsi, entre 1970 et 1994, en 24 ans, alors que l’ANC était « en guerre » contre le « gouvernement blanc », une soixantaine de fermiers blancs furent tués. Depuis avril 1994, date de l’arrivée au pouvoir de Nelson Mandela, plus de 2000 fermiers blancs ont été massacrés dans l’indifférence la plus totale des médias européens.

              8) Enfin, le mythe de la « nation arc-en-ciel » s’est brisé sur les réalités régionales et ethno-raciales, le pays étant plus divisé et plus cloisonné que jamais, phénomène qui apparaît au grand jour lors de chaque élection à l’occasion desquelles le vote est clairement « racial », les Noirs votant pour l’ANC, les Blancs et les métis pour l’Alliance démocratique.

              En moins de deux décennies, Nelson Mandela, président de la République du 10 mai 1994 au 14 juin 1999, puis ses successeurs, Thabo Mbeki (1999-2008) et Jacob Zuma (depuis 2009), ont transformé un pays qui fut un temps une excroissance de l’Europe à l’extrémité australe du continent africain, en un Etat du « tiers-monde » dérivant dans un océan de pénuries, de corruption, de misère sociale et de violences, réalité en partie masquée par quelques secteurs ultraperformants, mais de plus en plus réduits, le plus souvent dirigés par des Blancs.

              Pouvait-il en être autrement quand l’idéologie officielle repose sur ce refus du réel qu’est le mythe de la « nation arc-en-ciel » ? Ce « miroir aux alouettes » destiné à la niaiserie occidentale interdit en effet de voir que l’Afrique du Sud ne constitue pas une Nation mais une mosaïque de peuples rassemblés par le colonisateur britannique, peuples dont les références culturelles sont étrangères, et même souvent irréductibles, les unes aux autres.

              Le culte planétaire quasi religieux aujourd’hui rendu à Nelson Mandela, le dithyrambe outrancier chanté par des hommes politiques opportunistes et des journalistes incultes ou formatés ne changeront rien à cette réalité.

            2. gameover

              oh pinaise…

              « …. l’homme africain n’est pas assez entré dans l’Histoire. […] Le problème de l’Afrique, c’est qu’elle vit trop le présent dans la nostalgie du paradis perdu de l’enfance. […] Dans cet imaginaire où tout recommence toujours, il n’y a de place ni pour l’aventure humaine ni pour l’idée de progrès »

            3. hussardbleu

              « Free Mandela »… c’était avant, cette gratuité… maintenant, les marchands du Temple font des affaires avec les reliques du Saint…

  6. Marco33

    Tiens, il y aurait un problème avec le Canada?
    Auriez-vous d’autres infos sous le coude? J’envisage de faire déplacer une partie de mon épargne là-bas…

  7. Le Gnôme

    Pourquoi investir, pourquoi prendre des risques, pourquoi bosser plus, pourquoi essayer d’améliorer sa vie quand la majorité des gains passe dans les poches percées de l’Etat. Au delà d’un certain seuil, il n’y a plus d’intérêt à faire quoique ce soit, on maintient le statu-quo. Et je ne parle même pas de la somme invraisemblable de paperasses et d’autorisations aussi diverses que variées pour entreprendre qoi que ce soit.

    1. Black Mamba

      Pourquoi? Pourquoi ?
      Parce qu’il faut être capable de subvenir à ses propres besoins, nous n’aimons pas du tout faire la queue dans les administrations de l’Etat Maman pour avoir une petite subvention, une petite allocation , devoir justifier tous les matins l’existence de l’Etat …
      En tant que Chance pour la France nous avons tété les mamelons de l’Etat pour survivre et élever les enfants, nous avons d’autre ambition que d’être des mendiants administratifs, certains se contentent des miettes donnés mais nous, non, nous pouvons nous regarder fièrement devant le miroir et se dire que nous devons rien à personne et surtout pas à l’Etat

  8. Pere Collateur

    Vous parlez des pâles tentatives de diversion avec Arafat et la prostate présidentielle. Mais ça n’est rien à coté de la mort de Mandela. Là on va morfler la moraline à haute dose dans tous les médias jusqu’à l’écœurement… Vu la situation, ils ne vont pas s’en priver.
    Je crois que je vais éviter tous les JT les prochains jours…

      1. LNB

        Et au lieu de faire quatre tonnes de reportages gluants de mièvrerie sur ce brave Nelson, une citation suffit comme hommage : «L’argent ne créera pas le succès, c’est la liberté d’en gagner qui le fera.» Nelson Mandela.

            1. jean jacques

              Yamina Benguigui ministre délégué de Fabius n’a pas hésité à dire que Hollande était un digne disciple de Mandela , enrobé d’adjectifs élogieux
              décidément les opportunistes n’hésitent pas pour récupérer quelques pourcentages de popularité sur le dos d’un mort
              déjà qu’avec Fabius la diplomatie est dans les limbes avec sa collègue on commence à sentir les relents de charognards

    1. Before

      Ok, mais Mandela était d’une autre stature qu’Arafat et Mollande.
      La fin de l’apartheid aurait pu être un épouvantable drame. Je pense qu’on peut le créditer d’avoir éviter ça, et c’est bien normal qu’on en parle.
      Faut pas se laisser aveugler en rejetant tout sans réflexions.

      1. Calvin

        Je suis d’accord.
        L’impact réel de Mendela est réduit en ce qui concerne la lutte contre l’Apartheid, mais colossal dans la gestion de son démantèlement et l’issue relativement pacifiste.

      2. kelevra

        mandela d une autre stature que arafat!!! mandela a ete jete en prison car il preparait des attentats plusieurs centaines de kilos d explosifs ont ete trouve dans la ferme qu il occupait. quand a la fin de l apartheid, c est de klerk le president de l epoque qui a mis fin a l apartheid. quand a la situation actuelle en afrique du sud, elle est catastrophique.

          1. Yrreiht

            NON. Pour faire la guerre, un seul suffit… et c’est souvent le cas.
            On peut aussi faire la paix tout seul, si l’on écrase son ennemi.

            Disons qu’il faut être deux pour faire la paix sans écrasement d’un des deux…

      3. eheime

        @ before

        Bien d’accord avec vous.
        La fin de l’Apartheid aurait pu être l’occasion de vengeances et d’un veritable massacre.
        Des le début Mandela a temperé les ardeurs et donné la bonne direction.
        C’est d’autant plus grand qu’il a lui meme passé des années en prison et devait avoir des rancoeurs.
        Je ne dis pas que tout à été fait parfaitement, mais on peut le créditer d’avoir évité un drame.
        Ce n’est pas rien.
        Il a en plus compris l’interet economique de garder les blancs dans le pays. Il n’a pas fait l’erreur de l’Algérie. Il y a des blancs qui partent, mais ça reste malgré tout contenu.

      4. Adolfo Ramirez Jr

        « Mandela était d’une autre stature qu’Arafat et Mollande »
        Peut-être qu’à l’instar de Mandela, on devrait faire passer trente ans en prison à nos hommes politiques, histoire qu’ils méditent avant de vouloir assumer un rôle public…
        Ou du moins, histoire qu’ils soient puni par avance de toutes les conneries qu’ils vont faire au pouvoir.

    2. Eole

      « Eviter tous les JT les prochains jours… » et toutes les radios poubliques fraonçaises aussi, car elles l’ont même annoncé, c’est non-stop pendant 24heures à partir de 6h ce matin! 😉

    3. ph11

      Le pire, c’est que je parie que personne n’est capable de citer un de ses hauts faits qui ont fait de lui le symbole qu’il est devenu…
      Devenir une légende pour avoir passé des années en prison après avoir commis des actes terroristes, c’est intéressant, non ?

  9. Toutatis

    Aux pessimistes vous auriez pu ajouter Mike Shedlock, qui s’est rarement trompé (même si parfois il m’énerve, mais ça ne sert pas à grand chose de lire des choses qui vous caressent dans le sens du poil).

  10. Mario

    « on aura l’assurance que François Hollande sera en pleine possession de ses moyens lorsque ça arrivera. »
    Non, justement.
    Megèreweiler est de moins en moins calme et « va parler ».
    Son célèbre tweet n’a peut-être pas comme géniteur que le ressentiment vis-à-vis de son ex-rivale, sauf à penser d’avoir connu en François en pleine forme (4 mômes au compteur pour l’attester)

  11. trottinette

    Celle la, je ne l’avais pas vu, l’épargne des particuliers se tourne majoritairement vers l’immobilier au détriment de l’investissement « productif ». Mais alors, si on achète des maisons, il y a moins d’aides au logements, plus de rentrées fiscales. L’état devrait mieux se redresser… mais je crois que je suis en train d’oublier ceux qui attendent dans les hôtels d’être loger à nos frais qui vont donc prendre la place de ceux qui quittent les locations.
    Ha on me dit que les hôteliers vont grincer des dents (manque à gagner blabla…), pas grave, on va ouvrir les portes. (trop de vieux, besoin de MO, une chance pour le pays, ça fait tourner le commerce ?,
    Voila, la boucle est bouclée.
    Ha non, reste les emplois à trouver, ha ben zut, outai pognon outai, faut juste trouver une taxe sur le matériel de construction, parce que ceux qui ont acheté leur maison font leurs travaux par eux-même.
    Sinon les zinfos ou du moins le manque d’idées sérieuses à boucher, le monde (fil rss) nous tartine déjà de 6-7 articles. mon paternel est décédé il y a juste un an, ils n’en n’ont pas parlé à la tv et pourtant

  12. Korrigan

    Coup de gueule de Philippe Bouvard, dont chacun pensera ce qu’il veut, qui a le mérite d’exprimer le refus et la colère d’une bonne partie des populations :

    Philippe Bouvard écrit à François Hollande

    Monsieur Hollande, l’élection démocratique a fait de vous un président. Elle vous a donné des droits, certes, mais pas TOUS les droits. Elle vous a surtout donné des devoirs : garantir et défendre les valeurs fondamentales de notre nation. En aucun cas, elle fait de vous un dictateur, menteur et manipulateur de surcroît. Alors, de quel droit ?

    De quel droit faites-vous disparaître les couleurs de notre drapeau du site de l’Elysée ?
    L’Elysée ne vous appartient pas, Monsieur Hollande. Il appartient aux Français qui vous l’ont prêté pour la durée de votre mandat.
    Rendez-nous nos couleurs !

    De quel droit faites-vous disparaître les archives de l’Elysée ?
    La mémoire de la France ne vous appartient pas, Monsieur Hollande. Elle appartient aux Français qui vous l’ont confiée pour la durée de votre mandat.

    Faire croire que l’Histoire de France commence le 6 Mai 2012 et qu’avant, c’était le néant est une trahison de haut niveau.
    Rendez-nous notre Histoire !

    De quel droit détournez-vous notre argent pour promouvoir sur le site de l’Elysée une personne dont vous avez scellé vous-même le sort et le statut,

    C’est-à-dire « RIEN DU TOUT, et d’affecter à ce « fantôme de la République » un service et des employés à nos frais ? Le budget de l’Elysée ne vous appartient pas, Monsieur Hollande. Il vous a été concédé par les Français pour régler les dépenses afférentes à vos fonctions pour la durée de votre mandat.
    Rendez-nous notre argent !

    De quel droit osez-vous influencer la Justice en interférant dans une affaire personnelle, vous qui promettiez une « République Irréprochable » (Engagement 53 : je garantirai l’indépendance de la Justice). La Justice ne vous appartient pas, Monsieur Hollande. Elle appartient aux Français qui ne vous permettront pas de la bafouer.
    Rendez-nous notre Justice

    De quel droit abusez-vous des pouvoirs qui vous sont conférés en plaçant vos amis à la tête de toutes les institutions, en recevant en cachette le chef du PS, en faisant de la République l’antichambre du Parti Socialiste ? (engagement 48 : j’augmenterai les pouvoirs du Parlement, notamment sur les nominations aux plus hauts postes de l’Etat afin de les rendre irréprochables) et (engagement 51 : la désignation des responsables des chaînes publiques de télévision et de radio dépendra d’une autorité indépendante et non plus du chef de l’Etat).
    Rendez-nous notre indépendance, MENTEUR !

    De quel droit privilégiez-vous une communauté religieuse et ignorez ostentatoirement les autres, vous qui prônez la laïcité (engagement 46 : je proposerai d’inscrire la laïcité dans la Constitution). Vous qui prétendez être le Président de tous les Français (Je veux rassembler toute la France). La religion ne vous appartient pas, Monsieur Hollande. Elle appartient aux Français qui ne vous permettront pas de l’instrumentaliser à des fins électorales. Honorez nos fêtes chrétiennes !
    De quel droit un de vos ministres impose-t-il aux établissements privés le principe de neutralité en empêchant les débats sur le mariage homosexuel alors qu’une autre en assure la promotion dans les écoles, aux côtés d’un membre de l’Inter-LGBT ?
    Rendez-nous nos écoles, Monsieur Hollande !

    De quel droit supprimez-vous du Code Civil, du Code de la Famille et d’une douzaine d’autres Codes des termes qui sont le fondement même de notre société ?
    De quel droit détruisez-vous les valeurs de la famille ? Libre à vous et Ségolène de demander à vos enfants de vous appeler parent 1 et 2, de bafouer les valeurs de votre propre famille. L’héritage de notre modèle de société ne vous appartient pas, PARENT Hollande. Il appartient aux Français qui ne sont pas dupes de tous les mensonges proférés publiquement par la double condamnée à qui vous avez confié la Justice de notre pays.
    Rendez-nous nos Papas et nos Mamans. Rendez-nous notre famille !« Cela fait des semaines que vous voulez faire croire aux Français que les mots de Père et de Mère vont disparaître du Code Civil, mais ces mots demeurent dans le Titre 7 du Code Civil relatif à la filiation et dans le chapitre 8 »avait répliqué la ministre de la Justice Christiane Taubira. «Mais il serait bien misérable de notre part d’ouvrir le mariage sans en tirer les conséquences dans le Code Civil. Nous ne toucherons pas à ces mots quand cela ne sera pas nécessaire », avait-elle assuré.

    De quel droit recevez-vous une association représentant une minorité au premier claquement de doigts et menaces, et refusez cette rencontre aux élus de notre République ? Les élus ne vous appartiennent pas, Monsieur Hollande. Ils appartiennent aux Français qu’ils représentent.
    Respectez nos parlementaires !

    De quel droit vos ministres, surtout le 1er d’entre eux, insultent-ils les chefs d’entreprises qui réussissent, les Français qui quittent le pays par votre faute, avec à leur actif des dizaines de créations d’emploi, des années de loyauté et une renommée internationale ?
    Qu’avez-vous à votre actif, Monsieur Hollande, sinon un poste en or à la Cour des Comptes pour un rendement nul (c’est vous qui l’avouez), un département des plus endettés, un parti que vous avez réussi à anéantir, une fausse déclaration de patrimoine et aucune expérience du pouvoir ?
    Rendez-nous la valeur du travail !

    De quel droit mettez-vous en danger l’économie de notre pays en refusant d’écouter tous les indicateurs de votre mauvaise gestion ? (rapport cinglant de la Cour des Comptes, rapport Gallois, mises en garde de la Commission Européenne et j’en passe). Quand tous, unanimement, réclament d’urgence une baisse drastique des dépenses publiques et la réduction du coût du travail, vous faites exactement le contraire ; vous dépensez comme un fou et matraquez les Français de taxes en plombant la compétitivité.
    Rendez-nous notre économie !

    De quel droit profitez-vous de notre armée pour redorer votre image désastreuse ?
    De quel droit insultez-vous les Français en déclarant au Mali que c’était le plus beau moment de votre vie politique ?
    De quel droit Faites-vous le paon lorsque le vice-président des US honore nos soldats ?
    C’est un scandale, Monsieur Hollande ! Honte à vous ! Les Français ne sont pas derrière votre petite et mesquine personne. Ils sont derrière leur armée, et soutiennent leurs soldats lorsque le pays est en guerre. Il leur appartiendra de vous demander des comptes lorsque nos enfants qui se battent pour la liberté seront hors de danger, pas avant.
    Rendez-nous notre armée !

    De quel droit voulez-vous accorder un droit de vote aux étrangers, sans exiger une réciprocité de la part des autres pays ? Le droit de vote est un acte citoyen, Monsieur Hollande. Il ne vous appartient pas. Les étrangers travaillant dans notre pays souhaitent l’exercer ? Que n’ont-ils demandé la citoyenneté française ?
    Rendez-nous notre identité nationale !

    De quel droit votre Gouvernement refuse-t-il la liberté de vote aux députés socialistes ? De quel droit empêche-t-il la volonté du peuple de s’exprimer ?
    De quel droit tord-il le bras aux parlementaires en refusant les débats de fond, en court-circuitant les procédures législatives, en confisquant la démocratie, en refusant toutes les propositions telles que le référendum, l’union civile, le renforcement du pacs ?
    Les députés ne vous appartiennent pas, Monsieur Hollande. Ils appartiennent aux Français qui les ont élus pour défendre leurs choix et qui sauront s’en souvenir lors des prochaines élections.
    Rendez-nous nos voix !
    Rendez-nous notre démocratie !

    Monsieur Hollande, vous avez volé nos Couleurs, notre Histoire, notre économie, notre Justice, nos valeurs, notre démocratie, notre armée, notre identité.
    GARE A LA COLÈRE DU PEUPLE FRANÇAIS. IL N’A PLUS RIEN A PERDRE. VOUS LUI AVEZ TOUT PRIS.
    Philippe Bouvard

          1. Nocte

            Je pense que son texte ne procure pas de faits pour une raison somme toute assez bête : la bien-pensance.
            Pourquoi ?

            Dans tous les poins qu’il relève, il remonte une histoire de communauté religieuse et une autre de minorité.
            S’il précise : il se retrouve à stigmatiser, et hop ! haro sur le facho !
            S’il précise tout sauf ces deux points : ahahahah, la bête immonde s’est emparée de Bouvard ! il rampe parmi la fange brune, portant un casque à pointe et un uniforme bleu-marine sur lequel est écrit « je hais les PDs ».

            Il avait donc 3 solutions :
            -ne pas écrire
            -ignorer ces histoires de minorité et communauté, et il avait tout à loisir de énoncer des faits
            -rédiger ce texte

            Pour ma part, je n’ai pas souvenir d’une histoire de communauté religieuse, mais en 18 mois, ils ont tellement fait de conneries, que j’ai pu la rater ou l’oublier.

      1. Aristarque

        Vous voilà bien sourcilleux de justifications de chaque ligne d’un pamphlet.
        Ph. BOUVARD n’a pas dressé un réquisitoire de procureur poursuivant devant une Cour de justice.
        Mais il y a certains éléments directement cités, donc identifiables et d’autres que l’on peut, honnêtement, aisément identifier (à moins d’avoir été sourd et aveugle devant l’actualité de ces 18 mois passés). 🙁

        1. eheime

          Honnetement je n’identifie pas tout, loin de là. Mais même, dans l’absolu je trouve qu’un pamphlet sans éléments précis n’est qu’un texte sans réelle portée, un peu à l’image d’un discours flou de politicien dont note ami Hollande est un spécialiste.

          1. sigrid

            Pour identifier il faut être un tantinet observateur et un peu plus éveillé ou éduqué que vous ne semblez l’être, à moins que ce libelle vous concerne directement sur certain point.
            Prenez ceci comme un moment à peu près objectif du théâtre de Bouvard.
            Sans rancune

    1. Before

      C’est peut-être un faux (dans le sens où ce n’est pas Philippe Bouvard qui a écrit ça), j’ai pas trouvé de références précises sur le ouèbe.
      J’ai des doutes aussi quant au style de la missive, un peu simpliste et outrancier.
      Ceci dit, ce qui est écrit là, quel qu’en soit l’auteur, n’est pas entièrement faux, même s’il y a matière à discussions.

      Bref, avez-vous une source fiable de ce texte ?

  13. max

    Concernant l’expatriation, il est moins coûteux qu’un français s’expatrie pour un job à l’étranger plutôt que de rester au chômage en France. De plus, les expatriés contribuent à l’entrée de devises pour la France.

    1. LNB

      En tant qu’expatrié, mes devises, je les mets en $ de singapour, en couronnes norvégiennes, en CHF et pas en euro et surtout pas en France. Payer 28 années d’éducation pour que si tôt docteur je me barre, non, ce n’est pas du tout un bon placement! Même si j’avais du passer plusieurs années par la case chômage, ce qui était écrit d’avance.

      1. LNB

        Même hautement diplômé dans un secteur assez porteur, j’aurais de toute façon du émarger aux subsides étatiques pour manger. Le problème est là : un diplômé qui a du travail, ça crée de la valeur ajouté donc ça gagne du fric donc ça consomme. Tout ça devrait permettre aux moins qualifiés de trouver du travail sans souci. Du top-down naturel. Ce n’est pas le cas aujourd’hui en France.

      2. max

        Il y a beaucoup de docteurs en sciences qui ne trouvent pas de boulot en France, car ce sont les écoles d’ingénieurs qui y ont la côte dans les entreprises françaises, et dans le secteur recherche publique française, il y a peu de postes.

        En Allemagne, il n’y a pas du tout cette ségrégation vis des docteurs en sciences qui sont très appréciés dans les entreprises.

        1. Duff

          C’est vrai mais ce n’est pas injustifié. Je suis désolé de le dire mais un ingénieur avec 3 ans d’expérience en entreprise est plus utile et plus productif qu’un docteur. Avec une bourse qui offre parfois à peine 1700 euros par mois, c’est presque suicidaire de faire une thèse en France, en sciences ce ne sont plus les français qui en font d’ailleurs…

          1. Nocte

            Peut-être aussi parce que les doctorats s’orientent surtout la théorie et moins la pratique, alors que les ingé, c’est l’inverse ? (vraie question, mes études s’arrêtent à un niveau bac +2)

            1. LNB

              Pour avoir la version très appliquée du doctorat en question, ça n’intéresse pas plus les boites. Mais rassurez vous, les ingénieurs non plus ne se font pas embaucher… L’un ou l’autre c’est pareil.

            2. Peste et coryza

              @Duff

              Merci de me plomber le moral… ceci dit, vous avez malheureusement raison…

              La bourse, c’est 1700 bruts, soit 1400 euros nets par mois en général (c’est ce que je touche). (oui, quand je vois qu’à 30 ans à bac+8 je touche ça, et que je suis au chomdu dans deux semaines, je ne sais pas ce qui me retient encore de ne pas me tirer une balle dans la tête…).

              Le problème entre docteurs et ingés, c’est qu’ils ne font pas le même métier…
              Les docteurs sont plus théoriciens, et en général ne savent pas diriger tous les aspects d’un projet. Les ingés par contre sont plus faiblards en sciences…
              (attention ça ne concerne pas les brutes sorties de l’ENS…).
              Néanmoins, il y a aussi les docteurs en méthodo (mon cas), plus orientés vers les postes d’ingénieurs de recherche et non de chargé de recherches. Les méthodos sont en général la basse caste des docteurs. D’ailleurs, le doctorat n’est pas nécessaire pour devenir ingé de recherches : ingé grande école, ça passe à l’aise. D’ailleurs pour un docteur, on va lui demander des post doc…

              L’autre différence entre docteurs et ingés, c’est le réseau, les capacités rédactionnelles (écrire une thèse et se lire 600 publis n’est pas à la portée du premier ingé venu), les capacités d’apprentissage (les ingés sont souvent spécialisés [le cas des ingés australiens est assez flagrant], les docteurs polyvalents et aptes à s’autoformer rapidement), la reconnaissance scientifique (qui va avec le « publish or perish » et le taux de reconversion hallucinant de la profession), et la reconnaissance internationale du titre (être docteur est très bien en Allemagne par exemple, le mépris des docteurs pour les ingés y est assez flagrant (le fameux « master degree ? who doesn’t ? »).

              Le doctorat en France, c’est certes beaucoup d’étrangers (Maghreb, chinois, indiens), et des master ou ingés français.. au chômage et qui tentent de se relancer (mon cas : je n’aurai jamais fait de thèse si j’avais trouvé un boulot, dans le privé comme dans le public : j’ai fait une thèse car je suis maudit pour trouver du boulot, malgré tout j’aime la recherche).
              D’ailleurs vu que j’ai du mal à écrire ma thèse, on veut me virer…

              Note : en France, les docteurs sont moins chers que les ingés…

              Le niveau des doctorants français a énormément baissé, par dégout des gens pour ce type d’emploi/formation au vu de ses débouchés (la France investit peu dans la recherche, le privé a du mal à accepter les docteurs, qui eux même connaissent mal le privé). Un type comme moi (ancien technicien, master pro ingénierie, zigzaguant entre privé et public au gré des stages et des contrats) n’aurait jamais été accepté comme docteur il y a encore 10 ans.
              Oui, j’aurai du arrêter à bac+2… et garder mon poste de technicien hospitalier : j’aurai été fonctionnaire !

              Le doctorat souffre aussi de non spécialisation : ni enseignant, ni chargé de projet, ni ingénieur, ni communicant… mais tout ça à la fois.

              D’ailleurs en général on met « ingé » ou « chargé de projet 3 ans » au lieu de « doctorat 3 ans » sur le CV…

              Seule exception : les docteurs en maths et en physique : les portes de la finance leur sont ouvertes.

              Le taux d’échec, d’abandons, de doctorants virés, de reconversions et de suicide est assez affolant dans notre profession…

              Note : si quelqu’un a des tuyaux sur l’expat des docteurs frenchies vers d’autres horizons, je suis preneur ! Je ne trouve rien en France (juste un malheureux entretien), et ça fait 1 an que je cherche !

            3. Nyamba

              « L’autre différence entre docteurs et ingés, c’est le réseau, les capacités rédactionnelles (écrire une thèse et se lire 600 publis n’est pas à la portée du premier ingé venu), les capacités d’apprentissage (les ingés sont souvent spécialisés […], les docteurs polyvalents et aptes à s’autoformer rapidement), »

              Euh… non. Définitivement, non.

            4. Peste et coryza

              @Nyamba
              – En tout, cas, c’est ce que j’ai constaté dans ma filière (bioch agro).
              – Le doctorat est un saut qualitatif (nos dirlos insistent bien là dessus).

              @nocte
              Et tu as eu bien raison !
              Si j’avais fait pareil, je serai fonctio à l’hosto, payé à placer du sang dans des des machines et à boire du café le reste de la journée.

            5. Duff

              @Peste, je pensais un peu à toi en écrivant mon commentaire. J’ai un pote qui a fait son post-doc au Japon et il y vit maintenant, marié à une locale. Fais-un post doc aux USA, UK ou en Allemagne, franchement tire-toi si tu peux sinon tu finiras colleur d’affiche à la CGT du CNRS.

            6. Peste et coryza

              @Duff

              Je sais bien,d ‘ailleurs c’était mon projet à la base !
              (oui, me barrer au japon en fait aussi partie !).

              Mes problèmes :
              – j’ai pas de publis (mon papier bloque depuis 1 an !)
              – mes capacités rédactionnelles ne sont pas du niveau de celles qu’on attend d’un post doc.
              – Les exigences des labos japonais sont très hautes. Trop hautes par rapport à ce que j’ai fourni en terme de travaux scientifiques.
              – faut réseauter dur pour passer au dessus de la pile de CV chinois. Une de mes dirlos connait des labos japonais dans mon domaine, mais elle m’appuiera pas, et me l’a dis formellement. Reste à voir si je peux gratter une piste pour un poste ingé…

              Et au niveau master, d’après mes renseignements, c’est mort : ils recrutent plutôt dans le marketing et dans la banque et c’est japonais courant (le post doc permet d’échapper au critère de la langue).

            7. Peste et coryza

              @LNB

              Oui. Dans mon domaine, si ce sont des écoles d’ingé lambda, c’est 80% qui sont sur le carreau 1 ans après la sortie de l’école.

              @Duff
              « Publish or perish », telle est la règle en recherche.
              Les japs aiment la quantité (j’ai les deux colloques internationaux, mais qu’un seul papier peer reviewed, et pas avec un super impact factor… et j’ai pas le piston qu’il faut pour passer au dessus des masses de chinois).

              Je ne sais pas encore où chercher et où je peux trouver des appuis (en dehors de l’ABG), mais vu comme j’en chie pour trouver du taf en France, il est clair qu’il faut que je me barre…

            8. max

              Peste et coryza

              L’Allemagne a une industrie beaucoup plus développée qu’en France, aussi dans le secteur médical, et il commence à y manquer de scientifiques, donc bassin d’emploi pour ces jobs beaucoup plus grand qu’en France… Pas très compliqué de chercher sur le net des recruteurs ou sites de ces sociétés, de leur envoyer un CV en allemand ou en anglais. Je n’ai envoyé qu’un seul CV, en anglais, en réponse à une annonce, 1 mois plus tard, contrat signé avec salaire 50% plus élevé.

            9. max

              Peste et coryza

              Non, je ne parlais pas un mot d’allemand en arrivant, que l’anglais, la société m’a payé des cours particuliers au début puis en groupe. A partir d’un certain niveau d’études, ils parlent presque tous anglais.

              Pour apprendre seul, il y a des livres avec des textes et leur version audio.

              Il y a aussi le site gratuit Deutsche Welle, eEducation :

              http://www.dw.de/apprendre-lallemand/cours-dallemand/s-2617

              Commencer d’apprendre avant d’y aller, c’est quand même mieux, même si pas indispensable, selon les cas.

            10. max

              En complément, parler allemand ouvre le marché de l’emploi de la Suisse germanophone et celui de l’Autriche, pays avec un faible taux de chômage.

            11. Adolfo Ramirez Jr

              Je suis Ingé et j’ai vécu 2 ans de chômage (enfin, RSA) après mon diplôme. Résultat, aujourd’hui je suis au Pérou où je monte mon entreprise.
              Donc non, être ingénieur ça ne donne pas plus d’emploi, les entreprises ont une peur bleue d’embaucher et pèsent le pour et le contre pendant des mois.

          2. Black Mamba

            @ P & C
            Je pense que tu tu pourras t’en sortir quelques que soit l’endroit où tu iras … le seul obstacle sur ta route c’est toi même. .. Tu te mets des barrières tout seul …va de l’avant et tant pis pour la thèse si personne ne veut te soutenir dans ton entourage. .. Tu es en train de gâcher ta vie en France… Tu es comme mon époux tu réfléchis trop. .. Agis nom d’une pipe. ..Bouges et fais tes bagages. ..Tu es libre, tu n’as pas de femme et d’enfant qui te retiennent ici …Zh moins que. … :mrgreen:

            1. channy

              Surtout que comme le dit Duff un mariage avec une « locale » de ton pays d’accueil aide beaucoup à l’adaptation on est archi-motivé pour apprendre la langue locale et de plus cela aide beaucoup pour les visas ou cartes de séjour
              Comme le Dit Black Mamba vous réfléchissez trop Peste et Coryza…foncez! vous verrez sur place,qu’avez vous à perdre ici hormis un statut de chômeur? au pire vous échouez vous revenez et ferait une demande de RSA, ou bien si vous avez droit au chômage faites jouer le délai de déchéance de vos droits.

  14. Popeye

    « … je suis donc tout à fait rassuré… »
    Alors ce pays n’est plus foutu? Champagne, que la fête avec le pognon gratuit des autres continue!

    J’ai bon?

    1. Aristarque

      Non ! Notre hôte est dans le second degré mais aime qu’on le découvre de par la tonalité générale de son article… (Farceur, va!) 🙂

  15. corto74 (@corto74)

    Ce serait bien qu’un journaliste digne de ce nom s’intéresse de près au nombre de délocalisations de sièges sociaux de grandes entreprises françaises effectuées depuis un an ou en cours.
    Je sais ,j ai dit  » digne de ce nom ».

  16. Laurent

    Les faits, que vous nous rappelés ici quotidiennement, sont têtus. Et quand les dirigeants le sont au moins autant qu’eux, on va droit à la catastrophe.

    L’autre soir, une émission « historique » sur Clemenceau était criblée de passages officiels, avec Valls, Copé, Le Drian. Gerbants, tous ! La vie de cet homme de pouvoir est éclairante tant elle est liée inextricablement à la presse. Et ça continue, plus que jamais. Cette alliance est mortelle. On ne parle plus en place publique (TV) des vrais problèmes. L’ « infotainment » est la règle. Le pire encore est de prétendre informer en omettant l’essentiel et en tordant sans cesse la réalité.

    P-e que « gouverner » et « vérité » n’ont jamais été compatible. P-e que nous commençons tout juste à ouvrir les yeux, et que la lumière nous aveugle. Mais la prise de conscience fait mal, nous rend impuissants, et entretien en nous une forme de haine et de rancœur. Malsain.

    Les libéraux ne déteignent pas la vérité, et on peut avoir de nombreux désaccord avec eux, mais au moins ils tentent de comprendre et d’informer. Et je ne sais pas, au fond, s’ils ont raison. Découragé…

            1. Laurent

              Argh j’avais l’occasion de prendre une revanche mémorable ! Raté ! Tiens, je ne sais pas si les libéraux (je pense à Contrepoints en particulier) se sont intéressés à Albator, mais il y aurait de quoi ! Un personnage fascinant, un vrai conte philosophique où les valeurs de la liberté ne sont plus partagées que par une minorité de résistants exilés dans l’espace, pendant que les dirigeants jouent au mini-golf…

            2. Nocte

              Ayant Albator 78 et Albator 84 à la maison, j’ai eu dans l’idée de faire une sorte d’analyse, mais au-delà du fait que je n’en ai pas le temps, le travail est impossible : c’est le héros de ma jeunesse et quand je me retrouve devant un épisode, je n’ai plus 36 ans, mais 6… et la capacité de réflexion qui va avec.

              Le seul truc que j’ai réussi à entrevoir :
              dans la version 78, il est froid, cynique et désabusé
              dans la version 84, il est idéaliste et chargé d’espoir

    1. gameover

      Quand tu vois que le seul qui a dit que la situation n’etait pas brillante a fait moins de 10% des voix… et que lui aussi s’est laissé abusé en fin de compte…

  17. pnf7558

    Si l’immobilier est sur évalué de 30% cela veut dire que grosso modo que l’épargne français qui est composée de 11 000 milliards en Immobilier est -elle sur évaluée de ces mêmes 30%
    L’état a besoin que cet immobilier soit sur évalué pour le taxer (taxe pîketty à venir)
    Par ailleurs , parmi les lois sur l’immobilier, la plus scandaleuse est la loi mallraux où en 100% des travaux est amortissable : si vous êtes imposé à 45 % alors vous amortissez à45 % ! cela veut dire que nous contribuables finançons ces travaux à hauteur de 45% !!
    En échange de quoi : devoir de faire visiter 3 jours par an …de là à se dire que les journées du patrimoine sont là pour justifier cette gabegie
    Sans parler des droits de succession…
    Jetez un oeil
    http://www.ora-defiscalisation.com/loi-monument-historique.html

    1. V

      Défiscalisation=piège à cons
      il y a pas mal de redressements fiscaux dans toutes ces »niches » et la, vous y gagnez (en impôts payés par les autres!)
      L’état ne fait jamais de cadeau (sauf à ses amis peut être, toujours les mêmes).

  18. calc80

    Très bon billet.
    Avez-vous vu, cher H16, les attaques du jour destinées à décrédibiliser le Bitcoin ? La Banque de France, je comprends – ils n’ont pas prise sur le sujet, mais la Chine ? Est-ce parce que l’inventeur du Bitcoin est japonais ?
    A l’inverse l’Allemagne semble reconnaître l’existence monétaire du Bitcoin.
    (par exemple :
    http://www.lepoint.fr/economie/haro-sur-le-bitcoin-05-12-2013-1765327_28.php
    et
    http://bourse.lefigaro.fr/devises-matieres-premieres/actu-conseils/les-mises-en-garde-des-banques-centrales-freinent-l-envolee-du-bitcoin-666535 )

    1. Duff

      Ce n’est pas significatif et un taux à 2.45% c’est toujours nettement en dessous des prévisions faites pour le budget 2013 et 2014 qui ont pricé une remontée des taux.

      A noter aussi que le mouvement est identique sur le bund :
      http://www.bloomberg.com/quote/GDBR10:IND

      Il ne se passe donc rien. Mais je suis d’accord pour dire que 2014 risque d’être plus sportive!

      1. Higgins

        Personnellement, je me sens assez proche des théories monétaristes. Si j’en crois Jean-Pierre Chevallier, 2014 va être plutôt sportif pour la « doulce france »: http://chevallier.biz/2013/12/monetarisme-france-e-zone-octobre/. Généralement, ses prédictions s’avèrent plutôt juste (cf les billets qu’il consacre aux évolutions des agrégats monétaires aux USA et les conclusions qu’il en tire).
        L’évolution dramatique de M3 dans ce pays (http://fr.wikipedia.org/wiki/Masse_monétaire), fruit de la brillante politique économique suivie par les gouvernements français, laisse augurer des lendemains qui ne vont pas chanter.

      2. ph11

        Sachant que les pays du core ont bénéficié de liquidités qui ont fuit les piigs et que la note grecque a remonté ces derniers temps, ça doit mettre fin à cette tendance, non ?

        1. Duff

          Faut mettre les choses en perspectives quand on parle de montants de liquidités : Quand la Grèce fait défaut c’est parce qu’elle lui manque une dizaine de milliards… La France emprunte et empruntera encore un moment de l’ordre de 150 milliards par an…

          De plus, contrairement à la petite musique ambiante, je serais investisseur, je ne serais pas super chaud pour retourner en Espagne, Portugal et même Italie…

    1. channy

      ouh la Nouratin ..vous vous avancez…en bon héritier de Tonton Mitterrand
      Notre gros mou à teinture doit surement avoir une maladie cachée.

  19. Jga

    Question sans aucune malice ni contestation, juste besoin de comprendre: pourquoi le soutien d’une accession à la propriété entraîne ou aggrave la désindustrialisation ? Moins de mobilité géographique ? Autre(s) raison(s) ?

    1. Nocte

      Parce que l’immobilier monopolise des ressources financières (pour payer le prêt, par exemple, mais si c’est un achat cash, la somme n’a pas été investie dans les éléments productifs).

      c’est ainsi que je le comprends.

    2. Le soutien à la propriété fait que les gens investiront plus dans l’immobilier, et moins dans les entreprises. L’immobilier va voir ses prix gonfler, renforçant l’attractivité de l’investissement immobilier sur celui dans la bourse, dans les entreprises ou l’artisanat par exemple…

      1. Jga

        J’avais cru comprendre « désindustrialisation » au sens secteur secondaires, usines. Il faut le comprendre comme « investissement dans ce qui produit de la richesse  » au sens large, pas lié à un secteur d’activité donc ?

  20. channy

    Petite info en discutant autour d un café avec un gérant de Système U, les supermarchés…la direction de ce groupe lors d une réunion leur a dit que 1000 magasins Hard discount type, Lidl, Dia,netto etc..devraient fermer en 2014..

      1. channy

        Comptez environ de 6 à 10 personnes selon la surface du magasin…200 magasins Lidl posent problèmes, 150 Dia cherchent d’urgence des franchisés pour aller au casse pipe d’après la revue spécialisée » linéaire « pas d infos officielles pour Netto et leader price qui vont mal également, pas d info non plus sur Aldi..l’info que j’ai eu provient d’une réunion entre franchisés du groupe système U..
        Sur les 1000 peut être que certains seront rachetés par une autre enseigne comme ce fut le cas pour « Norma » ou « le mutant »..mais il y aura de la casse c ‘est une certitude

          1. channy

            Lire ce document très instructif..sur la situation du hard discount en France, prévoir également un gros qui va bientôt sortir pour Dia, ou l’ambiance » bonnet rouge « est de mise actuellement…
            clairement oui, il va y avoir du dégât et comme la grande distribution est le baromètre de la santé économique d un pays.on peut douter des prévisions economiques foireuses annoncées par nos politicards
            http://rodolphegalydejean.files.wordpress.com/2013/11/lineaire_nov13_les_hard_discounters_franchises_en_difficulte.jp

            1. Aristarque

              Dia est la quatrième hard discount en Grance mais il n’ est pas épaulé directement par un réseau français d’ hypers . Son soutien doit venir d’ Allemagne si bien que cela doit constituer un handicap dans un milieu où chaque centime de coût de fonctionnement coûte. Lidl aussi sauf qu’il est 3x plus gros, ce qui change l’ échelle de rapport.

            2. channy

              Non Aristarque
              -premièrement Dia est espagnol pas Allemand, il fut cédé par Carrefour en 2011 , même auparavant avec le réseau carrefour l’enseigne avait du mal..réseau d hyper ou pas cela ne change rien,on est hard discounter ou pas, on ne mélange pas les concepts
              -deuxièmement le concept Dia Espagne et Dia France est très différent
              En cas de chute de la maison française pour Dia, ou Lidl voir Aldi rien ne garantit que la maison mère renflouera les caisses..
              Lidl a 200 magasins qui posent problème en grance avec un réseau qui ne compte aucun hyper, même en Allemagne

Laisser un commentaire