La vieille France rentre en guerre contre les vilains MOOC

Chaque nouvelle année nous propulse un peu plus dans l’avenir. C’est en se rappelant ces évidences qu’on constate parfois à quel point une frange de la population française a, obstinément, choisi de regarder le passé pour s’y accrocher vaille que vaille et tout faire pour empêcher le reste du monde d’avancer vers la nouveauté, le changement et une nécessaire évolution, lui préférant résolument la fixité, par la loi s’il le faut, d’un conservatisme dépourvu de la moindre intelligence.

Récemment, l’exemple des Véhicules de Tourisme avec Chauffeur (VTC) a permis d’illustrer caricaturalement cette tendance grotesque : les taxis, se sentant menacés par l’apparition inévitable de véhicules disponibles sur demande au travers d’applications modernes sur téléphones, ont fait des pieds et des mains pour imposer à leurs nouveaux concurrents un délai d’attente minimal (de 15 minutes) avant de servir leur clientèle, afin de ne pas les concurrencer, eux seuls étant détenteurs du droit de maraude qui leur permet d’alpaguer le client directement, à la demande et dans la seconde.

CorporatismeLa loi parfaitement ridicule, passée récemment, a déclenché l’hilarité et la consternation tant dans le pays que partout dans le monde où les touristes sont souvent confrontés à l’absence criante de véhicule disponible dans les principales villes de France tant l’inadéquation entre l’offre et la demande est criante concernant les taxis. Si le conservatisme, par nature, est loin de n’avoir que des mauvais côtés, il n’en reste pas moins que c’est le plus rétrograde qui a ici triomphé des VTC au détriment des clients bien sûr, de l’emploi évidemment, de la fluidité du trafic, du tourisme ou même de l’écologie si on y réfléchit deux minutes.

C’est parfaitement con et c’est aussi parfaitement français dans l’esprit. Et je n’exagère pas du tout en assimilant cette malheureuse histoire de VTC et de corporatisme des artisans-taxis à l’esprit français puisqu’on retrouve exactement les mêmes ressorts dans la création d’un nouveau collectif anti-MOOC.

Pour rappel, un MOOC est une forme d’éducation où des cours sont donnés en ligne, la plupart du temps en libre accès, avec une partie « magistrale » généralement composée d’une vidéo ou d’une présentation parfois animée, sur internet, et d’une partie interactive où les personnes qui ont choisi d’assister et de participer au cours peuvent échanger entre elles. Cette dernière peut avoir lieu dans un lieu physique, éventuellement sous la forme d’une classe ou d’un amphithéâtre, ou bien avec les moyens modernes de partage au travers d’un canal d’échange (IRC par exemple). Actuellement, des bibliothèques de vidéos impressionnantes se constituent, contenant des centaines de cours sur des douzaines de sujets différents. Ces bibliothèques existent pour la plupart en anglais, mais des initiatives françaises sont apparues et comblent leur retard.

Autrement dit, on assiste à l’apparition d’une forme alternative de distribution du savoir, bien au-delà de ce que peuvent faire l’Université ou l’école typique de nos aïeux. Dans ce cadre, le savoir est distribué, facilement accessible, disponible à toute heure du jour et de la nuit, où que l’on soit, y compris depuis un lit d’hôpital, dans des pays très éloignés des professeurs.

On comprend sans mal le changement révolutionnaire qu’apportent les technologies dans le domaine de l’éducation puisqu’elles cassent la barrière des distances et du temps, qu’elles permettent une interaction très poussée tant avec les autres élèves intéressés par la matière qu’avec une quantité impressionnante d’enseignants qu’il était impossible d’imaginer aborder dans le cadre traditionnel des Universités d’antan.

éducation ennuyeuse

En France, pays de plus en plus recroquevillé sur lui-même et — comme on l’a vu avec les taxis — terrorisé à l’idée d’innovation et de disparition des corporatismes, cette révolution ne pouvait bien évidemment pas se passer sans heurts et sans de vigoureuses manifestations de désapprobation. C’est donc chose faite avec ce Collectif Anti-MOOC à côté duquel Libération, épave journalistique caricaturale dans le choix de ses combats moisis, ne pouvait passer sans en relayer bruyamment la lutte d’arrière garde.

Oui, vous avez bien compris : comme une solution élégante et pratique à la distribution du savoir se dessine clairement dès à présent, que les clients pardon élèves en sont directement bénéficiaires, il était temps pour les habituels syndicats gauches et gauchistes d’agir pour sauver leurs meubles. C’est ainsi que le Collectif anti-MOOC, patchwork bigarré des éternels détritus de mai 1968 (syndicalistes CGT au premier rang) et des inévitables associations lucratives sans but de pouilleux estudiantins comme Solidaires Étudiants ou l’UNEF, est violemment monté au créneau du bastion éducationnel français pour en défendre chaque millimètre carré avec la fougue caractéristique des jeunes, des imbéciles et des apparatchiks aux senteurs naphtaline.

Grâce à une enfilade d’arguments consternants, le collectif entend donc, je cite, « (s’)oppos(er) fermement à la mise en place des Mooc, qui poursuit la politique néolibérale conduite dans l’enseignement par les ministres Valérie Pécresse et Geneviève Fioraso. » Oui, vous avez correctement lu « politique néolibérale » dans ce gloubiboulga écrit par l’un de ces communistes un peu tristounet aux réflexes pavloviens qui, dès qu’intervient un changement, même minuscule, à sa routine journalière de glandouille syndicale, lève le poing au ciel, l’œil parcouru de spasmes nerveux, pour crier haro sur la politique néolibérale, quand bien même l’interventionnisme étatique se déchaîne depuis des lustres en France, notamment dans l’enseignement. Et pour ce genre d’olibrius (que vos impôts ultralibéraux aident à vivre confortablement), les MOOC représentent en effet l’aboutissement catastrophique d’une évidente dérive capitaliste : comme ils le font remarquer tout le long de leur pesant billet, les initiatives à la base de ce concept sont privées, d’une part, ce qui les frappe immédiatement d’infamie, et sont d’origine américaine d’autre part, ce qui constitue probablement l’un des pires crimes qui soient.

dinosaure communistePire, selon nos dinosaures staliniens, l’apparition de ces cours en ligne aboutira à l’uniformisation de l’éducation, chose qui est très très mauvaise lorsqu’elle provient du privé (mais excellente lorsqu’il s’agit du collège français, unique par obligation, ou des programmes scolaires sur tout le territoire, scrupuleusement vérifiés, etc…) Charge au lecteur de comprendre pourquoi une telle uniformisation apparaîtrait soudain, alors que si internet a bien prouvé quelque chose depuis 30 ans, c’est qu’il permettait l’éclosion incessante de nouvelles applications, de nouveaux concepts, de nouveaux paradigmes majeurs, bref l’antithèse même de l’uniformisation.

En outre, prétendre comme le font ces rigolos de supermarché que « l’accès au numérique est socialement différencié », dans un pays où le taux de pénétration Internet fixe atteint 80% de toute la population, celui de l’Internet mobile est supérieur à 40% pour toutes les classes sociales, et où plus de 25 millions d’individus glandouillent sur Facebook, c’est un peu se moquer du monde pour tenter de nous faire croire que Kevin et Jennifer n’ont aucune possibilité d’accéder à ces cours parce qu’ils seraient dans la mauvaise classe sociale. Ceci fera pouffer l’observateur moyen de la tranche des 15-25 ans, celle qui est, justement, largement la plus connectée et la plus concernée par les MOOC.

Et bien évidemment, en filigrane des gémissements plaintifs de ce Collectif anti-progrès, on trouve l’éternelle bataille du Cétémieuhavan, dans laquelle nos couineurs ne s’embarrassent pas de réalité et mentent ouvertement en pipeautant que les MOOC restreindront la pédagogie à la seule production figée d’un cours sans interaction entre le professeur et sa classe (ce qui est faux, on l’a vu), le tout enrobé dans une « liberté pédagogique qui n’aura plus de sens », là où cette liberté, scrupuleusement encadrée depuis des lustres par les tombereaux de directives, circulaires, programmes officiels et autres décrets ministériels, a largement été intoxiquée, sanglée à son lit de souffrances et régulièrement piquousée d’idéologie nauséabonde collectiviste issue, justement, de cette même bande de clowns néfastes qui viennent maintenant pleurnicher sur leur perte évidente de pouvoir.

Oui, nous sommes en 2014 et nous avons toujours, en France, nos fabricants de chandelles qui luttent pied à pied contre les ampoules électriques plutôt que d’en vendre : à la lecture de leurs ratiocinations, on comprend intuitivement que leurs cris pour empêcher le développement des MOOC donnent de véritables lettres de noblesse à cette révolution pédagogique : si ces ânes conservateurs trouvent ça si abominable, c’est que cela peut effectivement saboter leur pouvoir, leurs manigances et leur emprise, et c’est donc absolument indispensable pour sortir l’Éducation Nationale des griffes de ces idéologues poussiéreux.

PS : on lira avec profit le démontage en règle de Philippe Silberzahn sur le sujet

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires297

  1. Aristarque

    En ce qui concerne les taxis parisiens, il y en a à peine 17.000 en 2013 quand, dans la même ville avant guerre et pour une population bien moindre, la barre des 25.000 licences était atteinte… Et encore, il y a eu un vigoureux effort récent car ils n’ étaient qu’ un peu moins de 15.000, il y a 8 ou 9 ans… Mais la plaque atteint le niveau confortable de 230/250K€, confortable pour ceux qui la vendent… Ceci doit expliquer cela, probablement. 😐

    1. Deres

      Pour les taxis, c’est encore pire que ce que décrit H16.

      En effet, les ministres concernés, après plus de 6 mois de discussions avaient pondus un accord sans délais d’attente pour les VTC en cas d’abonnement ce qui était plutôt raisonnables. Et patatra, tous les corps intermédiaires concernés sont aller immédiatement se plaindre et menacer de grève directement au premier ministre. Donc le soir même, il y a eu contre-ordre en direct de Matignon pour instaurer les 15 minutes d’attente.

      Pire, ils ont annoncés au passage la création de 1000 nouvelles licences spéciales « soir et WE » fumeuses. La ruse est que normalement les taxis sont vents debout contre els nouvelles licences car cela fait baisser le prix des leurs. Il y a donc anguille sous roche. L’explication la plus probable est que ces licences étant « spéciales », elles ne seront pas distribués avec le circuit habituel de fille d’attente mais de manière discrétionnaire au bon vouloir des syndicats de taxis. C’est donc tout simplement une soulte de plus de 200 millions d’euros soit plus de 10 000 euros par licence existante !

      Un gouvernement intelligent créerait un nouveau type de licence à durée annuel payante. Et il demanderait au VTC et aux nouveaux taxis de prendre ces nouvelles licences qui existerait en parallèle de l’ancien système.

    2. Morovaille

      Encore une fois, c’est plus la faute de l’état qui a instauré le système de quota que celui des chauffeurs de taxis (même si leur lobbying est prodigieux de connerie ici). D’une certaine façon, je comprends ces mecs à qui l’état à vendu une chose sans valeur et qui ne veulent pas voir disparaître cette valeur.

      La seule solution : l’état a vendu de la merde, qu’il rachète sa merde…

      1. Aristarque

        C’est Giscard qui a écouté le lobby des taxis d’ alors et qui a accordé la propriété de la plaque légale . Auparavant, la licence était gratuite mais l’artisan n’ en avait pas la pleine propriété car elle était théoriquement non renouvelable, ce qui diminuait considérablement la valeur du fonds de commerce « taxi ». Nous sommes dans le capitalisme de connivence le plus explicite, même s’il se passe dans les étages inférieurs de l’ économie plutôt que sur le pont supérieur! 😐

      2. eheime

        L’Etat n’a pas les moyens.
        Mais il existe un moyen simple.
        L’Etat demande au syndicat de taxi de vendre de nouvelles licences (au lieu de les attribuer gratuitement) et le produit de la vente est reversé aux propriétaires de plaques qui ont payé leur plaque et peuvent ainsi la rembourser par anticipation.
        Le prix de vente est fixé un peu en dessous du prix du marché de telle sorte que les nouveaux condidats essaieront en priorité d’acheter des nouvelles plaques, et en meme temps pour éviter une inflation des prix.
        Le jour où la plaque ne vaut quasi plus rien, on supprime le systeme, les lois monopolistiques et on créé éventuellement un ou plusieurs systemes de tarification garantie (telle qu’elle existe actuellement, mais fixée par les taxis eux-mêmes) que les taxis sont libres ou non d’accepter, mais qui sont facilement identifiable par la clientèle .

        1. gameover

          Tu ne dois pas faire de trading en bourse. Mais ca ne m’etonnerait pas que ce puisse etre une solution retenue puisqu’en fRance on essaie de regler les consequences au lieu de traiter la cause.

          Dans un marche efficient, du jour ou tu mets les nouvelles plaques sur le marché, leur valeur sera uniquement le revenu net que l’on peut en tirer par l’activité puisque le marche anticipe que la valeur residuelle sera zero.

          La solution c’est plutot de reparer la connerie au plus tot et de racheter toutes les licences maintenant et de liberer le marché puis faire payer une cotisation annuelle afin de retribuer le systeme d’inspection privé. La c’est la profession qui doit s’organiser et se policer. Pas la peine de se repayer une haute autorite.

          Concernant les tarifs, il suffirait d’affecter des couleurs de plaque ou de logo suivant le standing et le tarif au km. Mais la encore c’est a la profession de s’organiser.

          Je comprends bien que pour certains c’est difficile de sortir su systeme, mais quand vous reservez votre villegiature de vacances vous ne vous remettez pas a un tarif gouvernemental mais en premier a vos experiences anterieures avecle meme prestataire, les avis des autres puis le classement ***.

          Si je m’arrete chez un boulanger et qu’apres consommation j’estime que le rapport prix qualite ne me plait pas, je ne reviens pas.

          Quand je vois comme il est difficile meme ici parfois de changer de paradigme alors que nous avons l’esprit ouvert… je me dis que c’est pas gagné d’imposer ces changements au reste de la population.

          Oui, imposer car quand je vois le resultat du referendum sur les 2 departements d’alsace a fusionner… je pense qu’il ne faut pas demander l’avis a ceux qui ne peuvent ou veulent pas payer.

          Le suffrage censitaire avait du bon, non ?

  2. petit-chat

    Excellent article, hilarant d’un bout à l’autre.
    Un bouquin qui peut compléter : « La Face cachée de l’École », Arnauld de Tocquesaint.

  3. Toutatis

    C’est d’autant plus bizarre cette opposition en France que ceux qui ont le plus à craindre des MOOC, ce sont ceux qui vivent grassement des écoles « machines à fric » à la mode US. Mike Shedlock a écrit plusieurs articles à ce sujet et sur l’endettement colossal des étudiants aux Etats-Unis. Selon lui la plus grande partie des études ne servent à rien et pourraient aussi bien être dispensées par des MOOC dix fois moins chères (au moins).

    1. Adolfo Ramirez Jr

      Absoument, la plupart des cours serient bien mieux enseigné et beaucoup plus vite avec des MOOC complétés par des excercices ou travaux pratiques avec le professeur « physique ».
      et le coût serait aussi beaucoup moindre.

  4. Le Gnôme

    Les rigolos devraient plutôt s’interroger sur l’échec patent de leurs enseignements, parce que les 150.000 qui sortent du système scolaire sans rien du tout, ils s’en tapent le coquillard avec des plumes de hareng saur femelle, que les hécatombes en première années de fac pour cause de bac distribué à tour de bras les laissent complètement idifférents pourvu que la soupe soit servie à l’heure et qu’elle soit chaude et qu’il serait peut être temps de remetre en cause un système en faillite.

    Mais non, il faut que rien ne change car le changement, c’est dangereux.

    1. Morovaille

      Je rigole bien, moi qui me pensais « conservateur » (je sais que ce mot veut tout et rien dire) : je suis 10 fois plus intéressé par toutes ces évolutions passionnantes que tous ces dinosaures soi-disant progressistes 😀

        1. Morovaille

          Oui, je n’avais jamais entendu une telle définition, mais je crois comprendre : le conservateur au lieu de cracher sur tout passé préfère regarder dans ce passé ce qui fonctionnait pour améliorer l’avenir. J’aime bien votre définition.

  5. Higgins

    C’est assez consternant mais, malheureusement, tellement français. On a le sentiment que c’est la bêtise la plus crasse qui prévaut dans ce pays. Nul doute qu’il va se trouver rapidement un de ces frétillants cuistres qui fréquentent les palais républicains pour accoucher d’un de ces textes de lois aussi abscons qu’inutiles pour encadrer cette pratique nauséabonde.

  6. Aristarque

    Ami Hxvi, je crois que tu fais une inversion à propos du refus français de voir disparaître les corporatismes : c’est parce que la Grance est profondément corporatiste pour toutes les activités professionnelles qu’ elle refuse par tous les moyens les avancées et changements qui peuvent les remettre en cause, voir les anéantir… Lourdement fonctionnarisé, ce pays n’ adore rien tant qu’ une chose soit placée dans la bonne case définie par les lois, règlements, coutumes ou autres et surtout, qu’ elle n’ en bouge pas et plus!

    1. gameover

      Je ne pense pas que l’on puisse appeler cela du corporatisme au sens ou ils ne defendent pas leur interet pour maintenir un avantage pecuniaire mais le peu d’avantages qu’on leur a octroyés alors qu’on leur a enlevé la liberté.

      Si l’on prend les taxis, on leur a enlevé le droit de fixer librement leurs tarifs. Et a chaque fois qu’il y a un controle des prix ca joue sur la qualite et le revenu. Les taxis ne roulent pas sur l’or.
      Rappelons nous le prix encadré sur le pain . C’est du jour ou les prix n’ont plus ete encadrés que la qualite et la diversité y a gagné et que la consommation s’est stabilisée puis a augmenté. Un boulanger gagne autant ou plus qu’un notaire.

      1. vengeusemasquée

        J’en discutais avec un chauffeur de VTC il y a quelques semaines. Si, les taxis roulent sur l’or. Alors que lui gagnait péniblement 2000 euros par mois à bosser 80h par semaine, un chauffeur de taxi, c’est entre 400 et 500 par jour + minimum 150 au black. La licence, elle est vite rentabilisée.

        1. gameover

          Un simple calcul :
          500E a 1E par km ca fait 500km. Sur 10 heures (sans s’arreter!) ca fait 50km par heure en moyenne horaire. Si a Paris tu arrives a faire mieux que du 20km/h en moyenne meme en empruntant les couloirs de bus, t’es bonne. Et on n’a pas compté le carburant, l’entretien, l’assurance et le garage et l’amortissement du vehicule et les PVs. Que quelques uns en cheville avec des entreprises (avec la personne a l’accueil chez HP par exemple!) arrivent a faire 500E c’est possible.

          Ceux qui doivent bien gagner leur vie ce sont les dirigeants des taxis bleus, g7 etc qui rachetent les licences qui trainent sur le marché. Mais eux ils restent a leur bureau.

          1. Morovaille

            En fait, en dessous d’une certaine vitesse, le compteur reste au tarif de cette vitesse, même à l’arrêt, le tarif étant indexé sur le temps et non plus la distance.

            1. Mitou

              Non, ils ne roulent pas sur l’or, même s’ils ne sont pas pauvres (encore heureux, vu les horaires qu’ils peuvent se taper !). Ils peuvent attendre une, deux, trois heures dans une file pour finalement avoir un client qui fait une course à 10 euros.
              Et je rappelle que Paris n’est pas le centre du monde, il y a des taxis partout en France, peut-être qu’à Paris ça se passe très bien et tant mieux pour eux.
              Ils doivent passer un diplôme et payer leur licence, ils ont des tarifs fixés, voilà qui est injuste.

            2. Aristarque

              Ami Tou, les licences à 250K€ pour bénéficier d’un job qui ne rapporte guère, j’ai vraiment du mal à y croire. Surtout que ceux faisant la queue pour en acheter une sont des gars qui louaient une voiture dans les sociétés de taxis….
              Il y a le revenu officiel, juste convenable et les à-côtés… Peut-être moindres que dans l’ imagerie populaire mais sûrement encore alléchants…

          2. vengeusemasquée

            Compter les surcoûts aéroports et les compteurs qui arrivent chargés à près de 15€ quand on commande le taxi.
            Le mec a certainement grossi le trait par dépit mais je pense qu’il y a de l’idée.

      2. dede

        L’encadrement des prix du taxi a quand meme du bon : si il faut negocier chaque course, cela devient usant (cf. Pekin ou lorsqu’un taxi s’arrete, il propose un prix a la tete du client).

        J’ai un faible pour la solution de Kuala Lumpur : une guimbarde rouge pas trop chere ou une voiture bleue deux fois plus chere. Si vous souhaitez un bon prix, vous attendez de trouver la rouge et vous contentez d’un confort minimal, si vous etes presse de trouver un taxi disponible ou adepte d’un confort a votre hauteur, vous payez deux fois plus cher mais dans chaque cas, le tarif est connu a l’avance.

        Quid de la solution qui avait ete envisagee a Rome : il me semblait qu’ils voulaient donner une licence nouvelle a chaque porteur de licence ancienne, libre a lui (ou elle, ne soyons pas sectaire) de la revendre, de l’exploiter avec un autre chauffeur (zut, encore sectaire) ou de la mettre au coffre en attendant que son prix monte?

        1. gameover

          Ah ben voila… encadrer les prix quand ca vous arrange !
          C’est quoi le probleme ?
          Les reseaux savent s’organiser pour faire connaitre leurs tarifs.

          Kuala Lumpur… 1.5E pour faire 5 kms… j’attends pas la rouge.

            1. gameover

              J’essaie en general de faire un // entre le prix de la course et le prix du carburant. A KL il y a 2 ou 3 ans le prix du litre etait a 1.2E de memoire. Un mec qui te fait faire 5 bornes pour a peine 1.5 litre de carburant ca court pas les rues en fRance.

              Ce qu’il faut savoir aussi c’est que dans ces pays les taxis reglementés refusent la course si elle est trop courte. Avant ils te baladaient mais maintenant avec les GPS c’est plus possible.

              Je me suis posé une question neanmoins, c’est qu’en acceptant de surpayer (par rapport au tarif reglementé), nous clients rentront en concurrence vec le client qui a le pouvoir d’achat local. C’est pour cela que je discute toujours le prix avant de monter. Il faut que le contrat soit win-win et je ne me suis jamais fait jeté d’un taxi.

              Quand on va a l’aeroport, il n’est pas rare dans ces pays d’avoir un bon discount car le gars est sur de ne pas revenir a vide et en plus il va by-passer toute la file d’attente.

            2. channy

              « J’essaie en general de faire un // entre le prix de la course et le prix du carburant. A KL il y a 2 ou 3 ans le prix du litre etait a 1.2E de memoire »

              NON gameover..le prix du litre d’essence à 4.8 ringgits?(1.2 euros) c est la révolution assuré la bas, le prix du regular aujourd’hui est a 1.8 Ringgits en Malaisie soit moins de 0.50 euros le litre.;et les taxis sont quasiment tous au GPL la bas, donc encore moins cher

            3. gameover

              Oui Channy j’ai pris le prix de l’essence non subventionnee. La subvention des produits petroliers representait 1/3 du budget de l’etat malaisien en 2008.

              J’ai pris un prix non subventionné juste pour faire la comparaison de cout.

              Juste pour l’histoire la subvention des produits petroliers est moins bete que leur surtaxation.

        2. Aristarque

          L’ encadrement des prix est la contrepartie de la licence limitée en nombre parce que l’ Etat qui comprenait tout de même un peu l’avantage d’ une concurrence limitée ne voulait pas en plus que cela favorise l’ outrance dans la tarification. Bon cela, c’est la théorie qui souffre dès qu’ on passe aux travaux pratiques…

          1. gameover

            ah les TP… 🙂
            « La théorie, c’est quand on sait tout et que rien ne fonctionne.
            La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi.
            Ici, nous avons réuni théorie et pratique : Rien ne fonctionne… et personne ne sait pourquoi !  »

            Albert Einstein

        3. eheime

          Rien n’empeche des compagnies privées, ou à défaut l’Etat, de proposer des licences, gratuites, illimités, fixant un tarif et une norme de confort (et de vérifier son respect). Ensuite libre à chaque taxi de l’adopter et au client de la préférer ou non.

          1. Aristarque

            ET bien , il y aura du boulot avec les taxis parisiens puisque certains n’hésitent pas à proposer un Lodgy (monospace de Dacia) au même prix que les Mercedes… 🙁
            Le monopole a du bon…

            1. gameover

              Exactement ce que je disais a propos du controle des prix sur le pain. Controle des prix = Baisse de la qualité.
              Et quand le prix imposé est trop bas : voir Chavez.

        4. channy

          « J’ai un faible pour la solution de Kuala Lumpur : une guimbarde rouge pas trop chere ou une voiture bleue deux fois plus chere. Si vous souhaitez un bon prix, vous attendez de trouver la rouge et vous contentez d’un confort minimal, »
          Pardon? vous rigolez j’espère les taxis de kuala lumpur sont parmi les plus pourris d’Asie du Sud -Est ce sont les malaisiens qui le disent eux mêmes(sans parler des touristes), on ne compte plus les arnaques faites aux touristes, la plupart refusent de mettre le compteur alors qu’il est inscrit sur le taxi »this a metered taxi, haggling is prohibited », Aucun taxi en service ou presque à KLIA lors de la fin du dernier hari raya..vous en voulez encore? je demande à ma moitié malaisienne de vous en écrire un livre
          Bref les taxis rouges en Malaisie c est l’assurance de vous faire escroquer. la seule bonne nouvelle c est que le gouvernement a décidé de mettre de l’ordre dans tout ce bordel qui fait la honte du pays

          1. gameover

            Channy c’est bien a KLIA qu’il y a un desk afin d’avoir un taxi « officiel » non ? Je n’ai jamais eu de soucis en partant de KLIA ou du Mariott en ville. Ces berlines noires sont a l’image du paysage sovietique entre KL et KLIA (je ne parle pas des navettes hotel).
            Je ne sais pas si ca vient des heures auxquelles j’ai atterri a KLIA mais l’autoroute super eclairee et pas un chat dessus, plus les quelques blocs de beton posés aux abords me font penser a l’URSS.

            Concernant les taxis en ville. oui la qualite n’est pas top du tout et revenir au Mariott en centre ville dans une betaillere c’est assez anachronique…. voir drole.

            Perso je pense que le prix administré des taxis est responsable de cet etat de fait. Fixer un prix et vous aurez la qualite qui va avec. On rencontre encore des acheteurs dans l’industrie qui fonctionne ainsi. En general je me prends la tete avec eux.

            1. channy

              1) pour votre info gameover le prix de la subvention dans un litre d’essence est de 60cents..j’ai lu cela dans le » Star »car l’augmentation du prix de l’essence de 20cents a fait un scandale en septembre dernier
              2) Oui l’autoroute est bien éclairée et peu encombrée..Klia fut un des mégas projets de l’ère Mahatir, (aeroport, autoroute , KLIA express) , par contre oui, vous êtes arrivée aux bonnes heures car aux heures pointe c est un cauchemar
              3) il y a KLIA les taxis rouges pourraves, dont la majorité des conducteurs sont Malais ceux ci sont introuvables lors des fêtes religieuse si vous voulez faire KLIA- KL,
              Des vans type Toyota Bleu(un peu mieux) qui sont à réserver par téléphone
              et aussi un service plus haut de gamme dit limousine..les malaisiens de bases vous diront toujours que c est trop cher
              Sinon oui les prix des taxis sont fixés par le gouvernement, qui fixe aussi le prix de plus 70 denrées alimentaire..les rakyat store ne sont + ni – que des supérettes gouvernementales subventionnés
              Les malaisiens comme les français sont des assistés permanents

      3. Laurent

        Je ne sais pas sur quoi roule les taxi mais quand on voit que pour faire Paris charles de gaulle il faut débourser plus de 80 € j’ai du mal à imaginer ou passe tout le pognon ainsi amassé…

        1. gameover

          Meme si ma boite me rembourse, je le fais avec le Car Air France pour 15 ou 16E. Pas besoin d’avoir un billet de la compagnie. Et le e-ticket ca marche. Il passe a Gare de Lyon a 150m de l’entree et toutes les 1/2 heure.

          Et puis pour faire comme NKM et apprecier le charme des stations de notre Metro, de temps en temps le RER B a 8.50E. Celui qui va a CDG zappe presque toutes les stations du 93.

          Ca doit etre mon coté ecololiberal et ma maniere de lutter contre le monopole. Meme mes clients en visite je leur fait prendre le Car Air France qui est bien fléché.

        2. gameover

          La tarif standard donné par les hotels et CDG pour les taxis est de 50E dans les conditions normales et aux heures normales. Il n’y a pas d’approche si on est dans les gares, aeroports etc

  7. Flo

    Alors là on touche le fond.
    « l’accès au numérique est socialement différencié ».
    Je me souviens d’une conférence TED (vue grâce à vous) présentée par un chercheur Indien et des extraordinaires progrès qu’il constatait avec des enfants d’un village vraiment pas riche de son pays et de l’enthousiasme rafraichissant de ces enfants devant des ordinateurs qui avaient dû couter une poignée d’euros.
    A côté ce texte pue vraiment le moisi pour rester poli.
    Par certains côtés ça fait penser à certains discours écolos. Hasard?

        1. Aristarque

          Mes ados et jeunes adultes étaient déjà au Smartphone (payé avec leurs sous gagnés en labeurs divers) et abt 3G itou, bien avant que j’ y vienne moi même. Et pourtant, je suis loin d’être hostile à l’ informatique puisqu’un ordinateur Victor trônait à domicile depuis 1985…
          Mais tenir son rang dans les cours de récré et autres lieux de convivialité paraît essentiel à cet âge! Alors, venir nous tartiner sur les catégories sociales privées d’ accès au numérique…

    1. Aristarque

      Derrière Groucho est dissimulé partiellement un cartouche débutant par la lettre H… suivie d’ autres lettres qui évoquent les chiffres romains…. Colloque à la gloire d’un aïeul d’ Hxvi, probablement…

        1. Antoboo

          A noter la Chanson de ce passage est tres compatible avec la politique d’ innovation des « inévitables associations lucratives sans but de pouilleux estudiantins »

          « I’am against it  »

  8. Toryudo

    En 2011, Simple IT (qui gère OpenClassRoom, anciennement Site Du Zéro) est déclarée « Jeune Entreprise Innovante ». Depuis 2013, ils ont encore évolué et ont expérimenté les MOOC avec un certain succès. Résultat : le gouvernement finance/donne des sousous/exonère les entreprises innovantes (parce qu’elles font de la R&D dans des sujets très nouveaux, c’est bien !) et leur crache dessus en même temps (parce que dis donc, c’est innovant et… et peut-être que… que… bon, je ne sais pas, alors j’invoque le principe de précaution, merde alors). A la vue de ce qu’on lit ici, classique j’ai envie de dire !

    http://www.simple-it.fr/blog/2011/02/simple-it-jeune-entreprise-innovante/
    http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid5738/le-statut-jeune-entreprise-innovante-jei.html

    On applaudit bien fort.
    *Clap clap clap clap clap*

      1. Calvin

        Pour être rigoureux, c’est :

        « Super, on progresse, on innove, on invente, bla-blabla… » devant les micros mous.
        Puis, une fois au bureau, assailli par les conservateurs, les décroissants, les syndicats, …, le discours en voix off devient : « mais non, on ne laissera pas faire ça. »

            1. Nocte

              sauf que l’humiliation, tu l’as subie quand tu peux ressentir de la honte, mais quand tu es hontectomisé comme un montebourg, tu n’en as rien à faire de l’humiliation, vraiment rien.

            2. Nocte

              c’est sûr que s’ils perdent les élections face au FN… ils se rappelleront ce que ce mot signifie. (note : je préférerais qu’on n’en arrive pas là, pour qu’ils recouvrent un peu de honte)

  9. Josselin

    « Pour rappel, un MOOC est une forme d’éducation »

    On peut plutôt parler d’instruction dans ce cas là ?

    Et c’est tout à fait normal que les MOOC ne plaisent pas aux conservateurs au pouvoir. Les MOOC signifient la perte de l’endoctrinement par l’EdNat avec un discours officiel, la pensée libre.

    1. Calvin

      Oui, bien sûr.
      Mais le terme Education en lieu et place d’Instruction est devenu si courant, et reflète la « réalité bureaucratique » : cela fait des lustres que l’on parle du ministère de l’éducation.

      Il paraît (mais je n’ai pas de source) que le premier à faire ce changement sémantique fut B. Mussolini.

      1. Aristarque

        Dans ses lois fascissimes de 1925 où toutes les activités sont définies comme nécessitant un encadrement étatique sévères, avec réponse adéquate.
        L’ idée était que tous les Italiens soient de bons fascistes, ce qui obligeait à un encadrement dès le berceau… A noter que Benito a été l’inventeur breveté d’ un Office du Temps libre, chargé de veiller à l’ orthodoxie dans le repos du travailleur, lointain précurseur d’ une pseudo -invention de l’ Arsouille…

        1. Calvin

          Les fascistes, une mine d’inspiration pour nos étatistes !

          Bonne remarque sur le ministère du Temps Libre.
          Bon, c’est vrai, en 2014, c’est fusionné avec le ministère de l’Emploi.

      1. Calvin

        D’ailleurs, c’est le noeud du problème que tu soulèves.

        Les MOOC, c’est de l’instruction.

        L’EdNat c’est de l’éducation (des enfants vers le statut de citoyen bisou-formaté).

        Le cauchemar des MOOC, c’est de l’instruction sans éducation, de la science sans conscience, de la liberté sans coercition, de la responsabilité sans contraventions, etc…

        Les MOOC, c’est le MAAL !

        1. Josselin

          On s’en MOOC, c’est pas nous qui Peillon. Alors que l’EdNat a peur de perdre la mainmise sur tous les pouvoirs que son existence et ses travaux engendrent.

          1. Calvin

            En parlant de Peillon, les MOOC rendent la réforme des rythmes scolaires encore plus moisi qu’elle ne(*) l’est.
            Il y aurait UN rythme pour TOUS les élèves ??

            Vive le progrès.

            (*) j’ai écrit « qu’elle ne » et non pas une spécialité lyonnaise qui pourrait me valoir des problèmes.

            1. Josselin

              Il y a bien UN rythme pour TOUS, puisqu’ils sont censés penser pareil, réfléchir pareil, évoluer pareil.

              Un est tout, tout est un.

            2. Nocte

              Je demande pardon à Tolkien par avance :
              « UN rythme pour TOUS les élèves
              et dans les ombres de la caverne France, modifier la réalité. »

            3. Josselin

              @Nocte : Plutôt :

              Un Rythme pour les aseptiser tous. Un Rythme pour les contrôler. Un Rythme pour les endoctriner tous et dans la France les séquestrer.

        2. Théo31

          Tu m’étonnes qu’ils ragent contre : pas de genre et d’écologie pasteque, toute cette chiasse répandue par la mErDNat, mais des vraies sciences et le plaisir d’être moins con le soir.

          1. Adolfo Ramirez Jr

            L’EdNat a perdu ce simple pouvoir, le plus élémentaire pour les élèves et le plus gratifiant pour les professeurs : le plaisir d’apprendre…

  10. NOURATIN

    Il y a vraiment de quoi se couvrir la tête de cendres et pleurer!
    Après on s’étonne que les gens de valeur foutent le camp ailleurs.
    Le totalitarisme de la bêtise fera de la France un pays d’abrutis analphabètes tout juste bons à se plier à la Charia, c’est là qu’ils nous conduisent.
    Bonne année!

  11. Calvin

    Je ne suis pas surpris.
    Plus cela s’accélère, plus nos élites freinent des quatre fers.
    Gravissime, pathétique et si classique.
    le plus bizarre, c’est que les soutiens à ce conservatisme et refus des MOOC, par principe de précaution « sociétal », sont les mêmes qui ont dit banco au mariage pour tous (je n’ai pas dit que je suis contre, mais c’est un deux poids deux mesures édifiant).

    Un oubli ? ( aux senteurs naphtaline => aux senteurs DE naphtaline)

  12. eheime

    Alors là, pour une fois, je pense qu’il n’y a aucune inquiétude à se faire.
    Sauf à couper internet (remarquez, ils en seraient capables, et ça a déjà un peu commencé avec Hadopi et autres idioties dérivées ) la révolution se fera sans eux tout simplement parce qu’ils n’ont aucune espèce de pouvoir, même indirect, sur les sites étrangers. Et s’ils luttent sur le territoire français, ils favoriseront l’anglicisation du pays, déjà bien avancée.

    1. petit-chat

      « Ils » auront perdu définitivement le jour où il existera des cours, en français, permettant de lire, écrire, compter sans être victime d’un instit encarté (je refuse de dire le ridicule « professeur des écoles ») du CE1 à la Terminale, au moins.
      Ce qui est aujourd’hui proposé, ce sont des cours de hauts niveaux pour des gosses qui ne savent même pas écrire leur nom s’ils n’ont pas le modèle à côté d’eux.

      1. Aristarque

        Il ne suffit que de fréquenter un site de petites annonces gratuites bien connu pour constater de visu, le délabrement de l’ orthographe, dans la Grance d’ aujourd’hui. Ce n’est même pas du petit-nègre mais un ramas de phonèmes à lire impérativement à haute voix pour sa compréhension. La dyslexie amusante de BM à côté n’ est que de la roupie de sansonnet… 😐

        1. Calvin

          Je rajoute que la dyslexie est assez facile à lire : la logique est respectée, et les quelques translations de lettres sont facilement corrigées par le cerveau.

          En revanche, le style SMS, les abréviations farfelues, l’absence totale de réflexion rendent certains de nos contemporains complètement illisibles.

        2. eheime

          @ Ari.
          Peut-être aussi qu’une majorité de gens s’en fichent et trouvent qu’une orthographe figée, par un bonhomme à une certaine époque, ne correspond plus au besoin du moment. D’autant que la notion même d’orthographe n’existait pas avant et qu’apparemment ça ne posait pas tellement plus de problèmes que ça.
          Je suis d’accord qu’une certaine normalisation de l’orthographe est necessaire pour se comprendre. Mais on le voit par le passé : elle se fait d’elle même, sans forcément l’imposer. Je trouve peu libéral de se « cramponer » à des normes d’antan et de refuser toute évolution de la langue.

          Regardez : http://bbouillon.free.fr/univ/hl/Fichiers/Cours/orthog.htm

          Franchement, la grammaire/orthographe du français est tout sauf un truc figé dans le marbre historiquement. Pourquoi ne pas lui permettre de suivre son époque comme il le faisait autrefois ?
          Et personnellement, son incohérence, sa complexité inutile, sa difference entre sonorité et écrit, m’empêche de le défendre.

          L’anglais par exemple permet de se rendre compte que la conjugaison par personnes, les genres, ou les cas dans certaines langues, ne servent à rien. Et sa souplesse d’utilisation par association de mots, par opposition à une rigueur inutile du français, fait d’ailleurs que les français ont tendance à créer des mots plus volontiers en anglais qu’en français. C’est symptomatiqe d’un blocage inutile à mon avis.

          1. eheime

            N’oublions pas que le français est en fait historiquement un langage issu du latin et abatardi par des peuples du Nord.
            Le latin était plus concis et cohérent. C’était à lui qu’il fallait se camproner il y a quelques siècles 🙂

            1. Aristarque

              Allons, allons! Le latin lui-même a été contaminé par le grec antique d’ autant plus facilement que la Grèce constituait alors le nec plus ultra des Arts et de la Connaissance. Et qu’il était de bon ton dans les familles patriciennes d’ envoyer les jeunes gens compléter leur formation chez les Grecs… Honni soit qui mal y pense!

          2. Morovaille

            Certes il peut y avoir des évolutions, mais ça ne veut pas dire que chacun peut écrire comme il le veut, il n’y aurait plus de compréhension entre les uns et les autres, ce qui est le but d’un langue quand même.
            C’est l’orthographe qui me permet de comprendre ce que vous voulez faire passer dans ce message, c’est l’orthographe qui me permet de lire des auteurs du XVIIe. A l’inverse c’est l’absence d’orthographe (« orthographe » phonétique qui m’empêche de comprendre l’expression de certaines personnes.
            Donc oui, c’est arbitraire ; oui, ça n’est pas figé ; mais il s’agit d’une chose tout à fait nécessaire.

          3. Nocte

            Assouplir oui, massacrer, non.

            Pour lire de temps à autres de copies de ce qui est censé être du français de niveau collège, j’ai bien plus l’impression de voir un champ de ruine suite au largage de bombes depuis un B-52 que n’importe quoi d’autre.

            quand je lis « commême » en lieu et place de « quand même », ou « ils ce ra bien tan de le fair », mes yeux saignent.

          4. Aristarque

            Ciel! De quel(s) noir(s) dessein(s) de réaction ne suis-je pas supposé être le suppôt! J’émettais l’ avis que lire certains annonceurs au phrasé, disons approximatif, nuisant à la bonne communication, but normalement avoué et admis du langage que me voici rangé, que dis-je, incarcéré dans la catégorie des nostalgiques d’ une orthographe idéale hors de laquelle n’ existerait pas le moindre salut. Mon ami, je ne suis point fermé à l’ innovation langagière à la modeste condition que l’ amélioration en résultant soit patente. Sinon, quel vain exercice! Ce ne sont pas les informaticiens sévissant sur ce lieu qui me contrediront dans le fait que les langages de programmation doivent être strictement respectés sous peine d’ incompréhension des puces! Sont vraiment cons, ces ordinateurs! Font aucun effort! Jusqu’à ce qu’ on leur apprenne, évidemment!…
            Peut-être trouverai-je alors quelque charme (discret) à la nouvelle mode des frases, façon Nocte…
            Va, je ne te hais point…. 😐

            1. Nocte

              Je te rassure, je préfère, et de très loin, lire un échange de prose entre HB et toi, que me torturer sur des copies qui sont au Français ce que Mélenchon est au libéralisme.

            2. hussardbleu

              Champagne ! je sais, je sais… on est dans la période des abus … mais je me trouve exceptionnellement en parfait accord avec le caduc barbu, qui aura prouvé, supra, avec style et humour, que l’orthographe est une rigueur d’esprit parfaitement assimilable au langage binaire des ordinateurs…

              Alors, évidemment, on pourra avancer qu’il existe un certain mépris aristocratique de cet orthographe, auquel ressortissait Saint-Simon par exemple, et beaucoup de gens des siècles passés… mépris que l’on retrouve, honorablement chez notre Ami et Maître H16, chez Eheime, également, et même quelques bons auteurs, parfois… (Je lis en ce moment – avec délectation – la correspondance Morand/Chardonne, et j’ai identifié quelques « négligences » chez le Boutelleau…).

              Mais le français catastrophiquement « petit nègre » comme chez nombre de nos contemporains, c’est aussi un repoussoir social : en est-on assez conscient ?

              Lorsque j’embauche un(e) salarié(e), je commence avant tout entretien par une dictée de 10 lignes simples : plus d’une faute, et c’est : « désolé, mais je n’ai aucune envie de relire chacune de vos écritures et conclusions ». Et il s’agit pourtant de gens titulaires, au moins, d’une Maîtrise en Droit….

              Je lisais même, récemment, que certaines grandes entreprises, pour des raisons moins pratiques que les miennes, essentiellement de « prestige », recrutaient des spécialistes de l’orthographe pour épouiller leurs littératures professionnelles…

              Alors…. de même que les MOOC dont le principe me séduit énormément, je pense que l’orthographe est une acquisition qui peut se faire à tout âge : commencez donc par arrêter toute télévision, vous y gagnerez de ne pas vous laisser influencer par les cuirs et autres pataquès que nos « communiquants » et autres animateurs multiplient à plaisir, pour ne rien dire des fautes énormes dans les sous-titrages…

              Lisez beaucoup : l’orthographe est aussi une imprégnation visuelle, et sans « télé » vous avez trois heures par jour pour cela, si l’on en croit les statistiques… Et l’Internet relève très souvent de la lecture…

              Et merci à Nocte de ses flatteuses appréciations, que je partage très volontiers avec Monsieur Stark ….

            3. vengeusemasquée

              Chers amis,
              Contrairement à ce que mon charabia ci-dessus pourrait laisser entendre, je plussoie.
              J’aime profondément la langue française que je m’efforce de parler le mieux possible. Je suis toujours horrifiée de découvrir mes fautes d’inattention à la relecture, ici ou ailleurs.
              Néanmoins, je reste convaincue de la vanité de la défense de la langue française en tant que telle. Sa décadence n’est que le reflet de la décadence de notre société. Sans sérieuse reprise en main, elle disparaîtra ou sera davantage parlée en Afrique ou au Québec qu’en fRance. C’est triste mais aucune politique publique n’y pourra rien. Le dynamisme du français ne pourra jamais être que celui de l’économie française.

            4. gameover

              Assez d’accord. Le respect de l’orthographe c’est un peu comme le respect de la loi : ca permet de se comprendre et vivre en societe.

              Mais ca n’empeche ni l’un ni l’autre d’evoluer.

              Mais j’ai quand meme du mal a ne pas « amener mon chariot a la déchetterie. »

        3. GG

          Personnellement, je ne trouve pas cela gênant : l’orthographe et le style de l’annonce en disent très long sur l’annonceur, ça permet de filtrer.

        4. Greg

          Sans les subtilités de l’orthographe, bon nombre de jeux de mots deviennent incompréhensibles ou impossibles…

          Ah! Si les hommes pouvaient s’aider !
          Ah! Si les femmes pouvaient céder !
          (San Antonio semble-t-il)

          Sortez votre femme au moins aussi souvent que les poubelles !
          Sautez votre femme au moins aussi souvent que l’époux bêle !
          (Origine inconnue)

            1. hussardbleu

              « Compliqué »…. avez-vous noté à quel point « difficile » est remplacé par ce « compliqué » dans le langage politico-médiatique, devenu langue courante par imprégnation ?

              La litote devient le mode d’expression le mieux adapté au politiquement correct.

              Au reste, ce « difficile » l’a bien méritée, son éviction : il avait lui-même insidieusement usurpé le sens de « dangereux » s’appliquant, par exemple, aux « quartiers » ….

              Quant à « sensibles », aux « cités » je préfère de loin les forêts « paisibles » de mon vieux Rameau, aussi bourguignon que moi :

            2. gameover

              @ HB
              Il me semble que lorsqu’on parle d’une situation compliquée on sous-entend en general qu’il y a eu volonté de ne pas la rendre simple ou du moins que c’est la perception que l’on en a. C’est donc en final assez realiste.

              C’est assez interessant effectivenent la facon dont en s’exprimant on communique aussi sur la perception que l’on a des problemes et de leurs solutions.

              C’est difficile pre-suppose qu’on va y arriver. Gloire a nous.
              C’est compliqué. Ca me depasse. J’abandonne.
              C’est complexe. Je vais prendre les problemes un par un.

            3. hussardbleu

              La casuistique est amusante, certes, mais je parlais sur un ton polémique et satirique…

              Au reste, dire que la situation est « compliquée » à l’Isle Bourbon, cela ne recoupe pas ta définition : les dégâts resultent d’un Act of God et non d’une intervention humaine.
              Dès lors, « difficile » s’imposait, en langage normal, puisque la solution est technique « on va y arriver » comme tu le dis, et, naturellement, aux frais des métropolitains…

              Ah! ces danseuses des confetti de l’Empire….

            4. petit-chat

              HB, vous allez vous rendre la vie compliquée, difficile et complexe car vous remettez en cause les conclusions du GIEC sur lesquelles les escrocologistes ont DEMONTRé que tout ce bazar, hé ben c’était à cause de l’homme qu’il convient d’exterminer, et non pas d’un God fumeux que vous évoquez. (d’ailleurs, on ne dit plus God, on dit quenelle…)

            5. hussardbleu

              je me marre ! « vie compliquée, difficile et complexe » est un compendium de la mienne…. la famille, le travail, les obligations diverses… à mon âge! …. la Quille, maison de tolérance !

            6. hussardbleu

              by the way, « Act of God » en anglais juridique, c’est la « force majeure » ou « cas fortuit », en droit français…

              C’est que ces Britanniques, n’est-ce pas, gens de peu, ne connaissent pas les bienfaits de la Laïcité à la fRançaise… aussi point n’ont-ils « éteint dans le Ciel des étoiles que l’on ne rallumera pas »…

            7. gameover

              Bon, VM tu voudras donc bien eviter de dire que Dieu nous complique la vie. Il nous la rend juste difficile de temps en temps, mais c’est juste pour nous eprouver. 🙂

              HB, oui pour le glissement semantique : quartiers dangereux, puis difficiles puis sensibles. Sensible indiquant bien qu’il ne faut pas y toucher.

    2. Calvin

      Pas d’inquiétude pour les MOOC, oui.
      Pas même pour l’évolution positive des choses.
      Je dirais même que ce collectif anti-MOOC va faire progresser dans l’esprit des gens l’objet de leur courroux.
      Mais ce billet reste quand une illustration du rétropédalage constant de nos élus.

      Ce dont je suis sûr, c’est que nos élites vont utiliser les MOOC pour leurs enfants, et le déconseiller aux citoyens de ce pays.

      1. hussardbleu

        Je dirais même que ce collectif anti-MOOC va faire progresser dans l’esprit des gens l’objet de leur courroux.

        Une sorte de rythme racinien ? tu ne lis pas que Desproges….

    3. Alzheimer

      Beh, yaka taxer. Une petite redevance sur les MOOC pour financer l’Education Publique, c’est un mécanisme qu’ils connaissent bien dans d’autres domaines.

        1. Alzheimer

          C »était ironique bien sûr. Je hais, déteste, abomine, abhorre, exècre, maudis et méprise les redevances, taxes, accises, impôts, tributs, dîmes, gabelles, patentes, cotisations, perceptions, contributions et toutes autres rançons.

          A propos d’Aloïs. Un ami m’a un jour fait une blague.
          Lui : Tu connais le prénom d’Alzheimer ?
          Moi : Non
          Lui : C’est comme ça que ça commence.
          Quelques mois plus tard, il me repose la même question.
          Moi : Tu m’as déjà posé la question il y a quelque temps…
          Lui : (silence)

  13. Aristarque

    Un tir de barrage anti MOOC reste un tir de barrage. Toutes les pétoires y sont mobilisées et vomissent ce qu’ elles peuvent, du plus sérieux au plus ridicule, l’ idée étant que la variété de projectile permette à chacun d’ entre eux d’ effrayer/détourner un spectateur particulier qui soit sensible à celui-là. Peu importe l’ inanité de la plupart des arguments émis car il est visible que ces thuriféraires de l’ ordre Ednat établi ont bien perçu le danger de la remise en cause de leur prébende…

    1. eheime

      Ce tir de barrage ne portera pas.
      Si quelqu’un , fût-il même encarté stalinien lui-même, s’intéresse à un sujet particulier et qu’il l’a à portée de main, il suivra le mooc dans son coin.
      Ce qui va se passer c’est ceci :
      – le salarié, fût-il syndicaliste rouge le jour, mais qui rêve la nuit d’évoluer dans sa carrière, sans le dire, ira se former dans son coin,
      – les parents qui constateront que leur enfants n’ont pas de profs en raison d’une greve prolongé, d’une absence non remplacée, d’un prof visiblement dépassé par les évènements, ou autre, s’organiseront et improviseront une classe de subsitution pour leurs enfants,
      – le patron qui ne trouve pas d’employés formés, malgré tous les efforts de Paul Emploat, proposera des cours par correspondance (cela existe déjà aujourd’hui) et recrutera les meilleurs élèves,

      Les moocs combleront toutes les inefficiences du systeme. Et plus le systeme a des lacunes, ce qui est le cas chez nous, plus les moocs s’imposeront.

      1. Calvin

        Tout est dit.

        Et il y a sans doute encore un milliers d’idées nouvelles qui peuvent naître par ce système.
        Laissons faire au lieu de crier au loup, à chaque fois.

      2. Nocte

        « le salarié, fût-il syndicaliste rouge le jour, mais qui rêve la nuit d’évoluer dans sa carrière, sans le dire, ira se former dans son coin »

        S’il est syndicaliste, il vise autre chose que se former pour évoluer dans sa carrière : bloquer une société pour être repéré et se retrouver propulsé dans d’autres sphères d’influence et de nuisance, le tout en passant pour un type bien.

        1. eheime

          Les gens ne sont pas blancs ou noirs. Ils peuvent tres bien vous tenir des discours rouges en public, ne serait ce que pour ne pas se faire molester sur le lieu de travail, et avoir des pensées beaucoup plus construstives en privé. Ils peuvent aussi simplement etre de mauvaise foi et appliquer le « faites ce que je fais, pas ce que je dis », ce qui est assez fréquent chez les gauchistes / syndicalistes. etc ..

        2. DirtyBond

          Justement, je suis salarié et je fais des études en parallèle. Je bénirai les profs qui mettraient leurs cours en ligne mais l’UNEF a justement luté contre…Le prétexte était le même : c’est défavorable à certains élèves, alors que justement ça permets à tous ceux qui sont absents, malades, travaillent à côté d’avoir accès aux cours.

          Les syndicalistes étudiants sont une plaie…

              1. C’est très très très rare. Mais comme le poisson volant existe même s’il ne constitue pas la majorité du genre … et il faut se rappeler de l’histoire de Sodome & Gomorrhe.

            1. Aristarque

              Sodome et Gomorrhe ?
              Faudra-t-il ne pas se retourner pour contempler ce qu’il leur adviendra, le jour de chute ?

              Dieu promit à Lot de ne pas intervenir s’il se trouvait seulement dix hommes droits dans la population de ce lieu mais il est mentionné que lorsque les deux anges frappèrent de berlue (ou de cécité inconsciente) les hommes qui cherchaient à pénétrer dans le logis de Lot pour s’emparer des deux susmentionnés, c’était tout le peuple masculin qui cernait la construction. [ 4- Ils n’étaient pas encore couchés que les hommes de la ville, les hommes de Sodome, entourèrent la maison, depuis le garçon jusqu’au vieillard, tout le peuple en masse. 5 - Et ils criaient vers Lot et lui disaient : “ Où sont les hommes qui sont entrés chez toi cette nuit ? Fais-les sortir vers nous pour que nous ayons des relations avec eux. ” Gen 19:4-5 ]
              Et les deux futurs gendres de Lot ne crurent pas non plus à l’avertissement…

              « Cependant, quand l’aurore monta, les anges se mirent à insister auprès de Lot, en disant : “ Lève-toi ! Prends ta femme et tes deux filles qui se trouvent ici, de peur que tu ne sois supprimé dans la faute de la ville. ” Gen 19:15

              ll n’y a eu donc que quatre personnes maximum sorties de Sodome avant que la femme de Lot ne cède à la curiosité…

              1. Je pensais surtout au fait qu’il pourrait se trouver 1 ou 10 hommes valables dans les rangs syndicaux, puisqu’il y eut 1 homme honnête dans ces deux villes.

            2. hussardbleu

              « rachetables » non, sans doute, mais « achetables », c’est maintenant prouvé et les faits de corruption sont sur la table….depuis certain rapport mis au coffre concernant les transferts de biffetons, jusqu’à des places fort éligibles sur des listes européennes…

      3. Arkh

        Il resterait une solution pour un gouvernement fou : nationaliser tous les opérateurs internet et repasser tout le monde au 56k car c’est suffisant pour aller sur les sites de l’état.

        Sans débit, il deviendrait plus dur d’accéder au contenu des MOOC.

        1. eheime

          J’y ai pensé aussi. Ou simplement mettre un gros filtrage, comme en Chine. Au nom de la sécurité.
          Si c’est fait pas touches progressives, comme c’est le cas actuellement, par filtrage et autres « surveillances »/condamnations, ça ne sucitera pas immédiatement de protestation car les gens ne reflechissent pas aux conséquences.
          Meme si la censure est dictatoriale dans son principe même, vous trouverez toujours une majorité de gens pour accepter ce genre de mesure en se laissant convaincre que ça pourra empecher les mechants (terroristes, pedophiles, et autres nazisfachos).
          Donc, cela arrivera.
          Conséquence : seule une elite, maitrisant bien l’informatique, aura acces à toute l’information. Comme toujours, ceux qui à la base pensaient lutter pour le Bien, vont dans les faits créer une foultitude de problèmes, sans avoir lutté efficacement, même un petit peu, contre le Mal, faute de s’etre attaqué au Mal lui-même mais seulement à ses manifestations.

          1. Nocte

            On a effectivement toutes les lois pour bâillonner le web – l’interdire serait trop voyant.

            En France, on préfère réfléchir à la création d’un délit de consultation de site terroriste que d’enquêter et de remonter à la source du site.
            Mieux vaut dissimuler l’existence de quelque chose plutôt que de la combattre.

          2. alpharuper

            a propos de censure d’internet et de Chine (et accessoirement de quenelle…) les propos de Christophe Barbier sont édifiants…

            1. Guillaume

              Je l’ai entendu en voiture cet après-midi, le plus hallucinant reste le silence assourdissant autour quand il sort cette connerie…

    2. romin dubois

      MOOC arme de gros calibre a longue portée pouvant tirer des obus perforants sur le bunker de l’education nationale. Beaucoup vont sortir en couinant car ils devront manger leur chapeau. Petite experience trés simple ,compter le nombre d’enseignants qui auront été marquants pendant toute votre scolarité du college a la fin de vos études .Pour moi en 17 années ces oiseaux rares tiennent sur les doigts d’une main .je n’ai pas eu de chance ! Quel plaisir les études avec les Mooc

  14. Nocte

    On m’avait parlé de cette histoire de collectif anti-mooc, j’ai naïvement cru à une blague.

    T’es en France, t’es Français, et tu t’imagines que cela ne peut pas arriver ? Mon brave Nocte, t’es un boulet…

    L’article de libé est juste atterrant, ils oublient, entre autre, que des adultes peuvent se former aussi (surtout ?) grâce aux MOOC, ils parlent des 90% d’abandon qui ont aussi lieu dans l’EdNat Française, la seule différence, c’est qu’en France, même si on a abandonné, on peut repartir avec un diplôme (youpi !); quant à la vaste blague sur la liberté pédagogique, j’en ris encore (discussion avec prof de français récemment :
    « je dois voir le fantastique avec mes élèves de 5ème
    -sympa, y a de quoi faire en plus ! Lovecraft, ça pourrait être sympa, quoiqu’un peu sombre peut-être
    -l’auteur doit être du 19ème et dans une liste déterminée par le ministère
    -ah ! c’est la définition de la liberté pédagogique ? »)

    1. eheime

      Avec les moocs, le concept de « notes » sera sans doute à revoir de toute façon.
      Car on peut tricher facilement avec les moocs : un tiers sachant peut se placer devant l’écran et répondre aux questions à la place du candidat sans que le professeur ne le sache.
      En revanche cela devient un excellent outil pour un DRH, pour recruter, partant de l’idée que celui qui s’est interessé pendant X heures à un sujet en particulier a des chances d’être assez motivé (or c’est souvent la motivation, plus que la performance pure qu’on recherche dans les équipes).
      Je pense aussi que face à l’abondance d’offre de cours et l’accès à tous, sans limite, aux meilleurs cours, les choses vont s’inverser :
      – il n’y aura plus de nombres de places limitées, c’est à dire plus d’examens d’entrée. Ce n’est donc plus le formateur qui selectionnera ses eleves, mais les eleves qui selectionneront leur formateur. C’est ensuite le choix du formateur que l’élève fera, et l’objectif poursuivi, qui permettront de se faire une idée de l’éleve..
      – le concours d’entrée permettait de selectionner les meilleurs eleves .. mais aussi d’en exclure certains. L’eleve qui ne pouvait se permettre de participer au concours, ou qui était tout simplement rebuté par le concours lui-même, pourra soudainement partiper au cours dont il était jusqu’alors exclu, … et il pourra soudainement montrer qui il est, et peut-être même se découvrir lui-même.

      Je pense qu’on aura de belles histoires qui vont se créer, du type « un élève sorti du trou a été repéré et recruté par telle grosse multinationale ».
      Ca donnera des idées à ceux qui se pensaient exclus et qui créeront à leur tour d’autres belles histoires.

      1. petit-chat

        C’est d’autant plus vrai que l’Histoire a montré que les grands découvreurs étaient rarement de bons élèves, qu’ils n’avaient pas l’imagination bridée, et qu’ils ne savaient pas (ah les cancres) que ce qu’ils avaient réalisé était impossible.

    2. hussardbleu

      remarque bien, si tu prends déjà le Horla, la Peau de Chagrin, même la Sylphide, voire des illuses spirites de Totor, que tu ajoutes du Mary Shelley (Frankenstein) du Poe (Edgar Allan, genre Gordon Pym), du Monk Lewis et autres, et même un pastiche comme Northanger Abbey de la chère Jane, tu couvres déjà pas mal du domaine… mais il est vrai que si la liste est imposée…

      1. Nocte

        Oui, fantastique et 19ème, il y a du monde à la porte, là n’est pas le problème, il est vraiment sur le fait qu’on part de :
        littérature fantastique au 19ème
        pour arriver à :
        liste d’auteurs officiant dans le fantastique au 19ème
        Ce qui, tu le reconnaitras aisément, change vraiment la donne en terme de « liberté pédagogique » (si on peut encore appeler cela comme cela).

      2. Aristarque

        He ho! Cela te gênerait d’ en laisser un peu aux autres, des auteurs fantastiques du XIXme ? D’ ailleurs, t’as oublié Karl M. Na!

  15. kloupa

    On voit bien qu’une certaine classe dirigeante, celle issue de la libération de la France, et héritière à ce titre, du pétainisme, dont les principes corporatistes ont été largement appliqués pour créer ces néo-élites, travaille inlassablement à la crétinisation des masses.

  16. Arkh

    « Ceci fera pouffer l’observateur moyen de la tranche des 15-25 ans, celle qui est, justement, largement la plus connectée et la plus concernée par les MOOC. »

    Je me dois de vous contredire. Les MOOC sont en fait parfaits pour les gens qui ont plus de 25 ans : par le fait de pouvoir avoir accès à ces cours sans restrictions d’horaire, cela permet de s’instruire après ou avant d’aller bosser. 1 ou 2 heures par jour aide à se remettre à jour, apprendre de nouvelles choses, ou approfondir des sujets qu’on aurait délaissé pendant les études faute de professeurs capables de nous y intéresser.

    1. dede

      Ce qui me fait penser que j’ai recemment achete un bouquin pour approfondir un sujet que je n’avais pas vraiment explore pendant mes etudes…
      Peut-etre faudrait-il interdire la vente de livres aussi (d’autant plus que c’est Amazon qui ramasse la maille maintenant)?

    2. doh

      Je suis pas tout à fait d’accord. En fait ça concerne toute personne qui souhaite apprendre, ou approfondir un sujet qu’elle connait peu ou pas.
      Mais quand on voit les cancres qu’il y a au collège/lycée/fac juste bons à tweeter ou aller sur facebook, en effet ça concerne peu de gens dans la tranche 15-25 ans.

  17. raimanet

    Il en fût de même avec le temps universel et la France, la vielle France résistera a la face du monde puis abandonnera ses idéaux rocambolesques :
    « Tel le petit village gaulois au milieu de l’Empire romain, la France a longtemps refusé d’accorder ses montres avec celles du reste du monde. Point question pour elle d’adopter le « temps universel de référence », calé sur un méridien anglais ! Mais astronomes et physiciens ont besoin d’une heure commune, et notre pays rentra dans le rang. »
    http://www.cieletespace.fr/node/11298 pages 56-60 Janvier 2014.

    1. petit-chat

      Ça me rappelle un commentaire sur un article précédent qui montrait l’exemple de la réactivité française : la télécommande bidirectionnelle des modèles réduits rendue possible par l’utilisation de la bande de 2,4 MHz ou GHz (je ne me souviens plus), interdite mais utilisée tout de même pendant trois ans avant d’obtenir l’autorisation officielle. C’était soi-disant trop dangereux (ben oui, ça venait des States !)

      1. yp

        En fait, les 2,4GHz étaient des fréquences « militaires ».

        En France toutes les fréquences sont classées « militaires » (cad interdites d’usage), et l’armée autorise des bandes de fréquences pour les usage civils.

        PS : Ce n’est en rien spécifique à la France, les fréquences doivent être « libérées » par une autorité de gestion centrale dans la plupart des pays du monde.

        1. petit-chat

          Ok, merci pour les infos. Ça allait tellement dans le sens de la Grance rétrograde, que je ne me suis pas posé la question. 😆

        2. Minou

          D’accord avec toi pour tout un tas d’autre bandes mais dans notre cas le 2.4 étais libéré depuis belle lurette puisque déjà utilisé pour le wifi ou les transmetteurs vidéo par exemple.

    2. Colonel Livarot

      Je ne serais pas plus surpris que ça si l’idiot de Bercy Village (Montebourg) nous ressortait le calendrier républicain et le temps décimal d’ici à 2017.

  18. Shade

    Plus le temps passe, plus les contradictions de la gauche et de l’extrême gauche me font halluciner. Les premiers qui devraient militer pour un libre accès au savoir (dans un but d’émancipation de classe, éducation populaire, etc…) sont les premiers à batailler contre.

    Et même réflexion pour ce qui est de la liberté d’expression vs lois liberticides du net. a croire que la gauche a un réel problème avec tut ce qui touche au net… signe du grand âge de la plupart de leurs supporters ?

        1. yp

          Je ne suis pas sûr de pouvoir citer le nom d’un politicien non « socialiste » – étatiste, contre la liberté individuelle et la propiété privée (définition toute personelle et sans doute sujette à plein de remarques, c’est juste que puisque tout ce qui est mal est « libéral » pour eux, il convient de pourrir leur « mot » à eux)…

        2. Shade

          Disons que pour notre « droite » actuelle, le propos sécuritaire / prétexte à serrer les boulons/fourrer son nez partout; ça reste relativement cohérent… Mais j’ai l’impression (peut être fausse) qu’in fine; les lois les plus mêles-tout sont passées par les socialistes et leurs potes. Les pires du lot étant à mon sens les écolos en terme de fourrer leur gros nez gluant partout (cf l’espèce de mocheté Esther Benbassa http://estherbenbassa.eelv.fr/internet-poser-des-garde-fous-ce-nest-pas-restreindre-la-liberte-dexpression-lexpansion-21-fevrier-2013/ )

  19. MrCroquette

    Etant dans le domaine de l’éducation, et particulièrement touché par les MOOC car j’en consomme de grandes quantités (autant pour moi que pour mon travail) et (avec un collègue) nous tentons d’en monter un, je dois avouer que l’attitude totalement rétrograde de certains, soi-disant, pédagogue vis a vis des MOOC ou de quelques aménagement aussi mineurs soient ils des méthodes d’enseignements, me font réellement hurler à la lune. Le temps n’est plus à une éventuelle vérification de l’usage du numérique dans le domaine, quasi-embolisé, de l’éducation, mais bien a une adoption pure et simple des usages. Les MOOC ne sont que la partie mediatico-emergée de l’iceberg. Pourquoi ne pas généraliser l’usage du numérique dans les classes du primaire ? Pourquoi les vaches sacrées distributrice de savoir que sont nos professeurs n’utilisent pas ces méthodes pour faire un peu de personal branding (YEEEKKK, de l’anglais !)? Bref, encore un bon papier qui fait bien plus que mettre le doigt ou tout est définitivement anesthésié. Pour finir, je citerai le mentor de mon collègue en la personne d’Ivan Illitch : »si on avait confié la marche sur deux jambes aux pédagogues, nous irions encore à quatre pattes »…A bonne entendeur: bonne année et salut !

  20. Grosben

    MOOC vs EDNAT, Oseo VS Kickstarter, Pole emploi VS leboncoin… etc
    On est parti pour une lente phase d’agonie où le peuple va tout devoir payer 2 fois: une première fois par la force pour financer des services officiels inefficaces puis une seconde fois pour les équivalents privés qui font vraiment le boulot. Jusqu’au jour où…

    1. petit-chat

      Je cherchais un article où il était dit que les habitants de la ville de Détroit mettaient en place des services privés en parallèle des services publics inopérants (notamment dans les transports par bus et la sécurité des citoyens). Et payaient donc deux fois, une fois pour les parasites, une fois pour le service
      Je viens de voir qu’elle est déclarée en faillite…

        1. petit-chat

          Merci pour la liste qui complète mon info (et peut servir de présage, sauf qu’en France, les Villes ne font pas de dépôt de bilan puisqu’on arrose encore davantage les plus mal gérées)

  21. doh

    Ces cons sont complètement rétrograde et ont peur du moindre changement et surtout de perdre le contrôle et ne plus pouvoir en faire les dociles citoyens tant rêvés par peillon.

    Il y a 7 ans sortait le premier iPhone, puis un an après l’Appstore arrivait. Peut être encore un après, la junior entreprise de mon école a vu un nouveau marché se créer, ils recevaient énormément de demande de création d’apps pour différentes sociétés.
    Ce sujet n’étant pas enseigné dans mon école d’ingé, ni une ni deux, j’ai sauté sur google et j’ai cherché un moyen d’apprendre l’Objective-C. Je suis tombé sur un podcast de Stanford qui mettait à disposition gratuitement les cours filmés et sous titrés ainsi que les TP qui permettaient de mettre le tout en pratique. J’ai également trouvé un groupe google où les gens qui comme moi assistaient au cours de chez eux discutait de leur façon de faire et leurs problèmes.
    En quelques mois et à mon rythme, j’ai pu développer une connaissance quasiment à partir de rien et la monnayer. Juste de l’envie et de la motivation.

    J’ai récemment lu un article a ce sujet qui expliquait que le taux de réussite était meilleur avec un type d’enseignement similaire: les élèves regardent les vidéos du prof chez eux et les heures à l’école sont consacrées à la discussion/exercice autour de la dite vidéo. Ainsi, les élèves peuvent regarder à leur rythme, revenir en arrière si nécessaire et ne pas passer pour l’idiot de la classe ou le lèche cul.

    1. calc80

      Voir la vidéo qui explique ce concept d’enseignement : la fin des cours magistraux, place aux échanges / exercices / TP avec les profs après avoir appris les cours librement à la maison.
      Salman Khan talk at TED 2011 (from ted.com) : La KAHN ACADEMY

  22. SebMtp34

    ce qui est drôle (enfin, façon de parler) c’est que « ces ânes conservateurs » se sont autoproclamés « forces de progrès ».

    Ils ont juste oublié de dire qu’on peut aussi progresser en arrière à force de conservatisme…

    Ce pays est foutu… vivement qu’on se plante dans le mur et qu’on passe à autre chose.

    1. Nocte

      Quand je les entends parler de progrès, j’ai surtout l’impression qu’ils parlent d’étapes vers le paradis socialiste et leur homme nouveau, reconstruit de A à Z pour en faire un parfait rouage de la machine socialiste.

      1. hussardbleu

        Dans le même ordre d’idées que ce « Progrès », j’ai un faible pour le concept de « Forces Vives », lesquelles – dans le discours officiel, hein! – n’ont pour composition exclusive que Fonctionnaires et Syndicalistes, c’est à dire l’exact opposite de ce que cette notion recouvre pour le sens commun….

          1. hussardbleu

            @Nocte : il existe aussi un autre sens du mot « forces » (à moins que tel ne soit le sens de ton post?), et qu’il est ironiquement pertinent pour ce tout qui touche à l’action des intéressés…. sur les moutontribuables… comme dirait H16…

    2. hussardbleu

      Etymologiquement, c’est à dire par l’origine latine, on ne peut « progresser vers l’arrière » hormis peut-être dans les baqueroumes – le mouvement vers l’arrière est en fait une ré(tro)gression.

  23. max

    Pour rigoler, j’ai voulu acheter un billet de train France Allemagne, la SNCF ne peut pas me le vendre car elle n’a pas les horaires des trains régionaux allemands sur ses bases de données, je dis au gars d’aller sur le site de la D Bahn qui a tous les horaires en Allemagne, mais aussi en France. Mais c’est interdit au guichetier SNCF. J’ai donc en tant que particulier plus accès à l’information concernant les trains allemands que la SNCF.

    Du coup, j’ai acheté mon billet sur le site de la D Bahn, donc perte de chiffre d’affaire pour la SNCF… Ah les cons !

      1. Aristarque

        Pour l’ instant, le déficit est systématiquement épongé par l’ Etat, c.a.d. nous tous. Il est permanent puisque lorsque la SNCF dégage un profit, celui ci est en fait largement inférieur aux subventions reçues en particulier des Régions qui s’ obstinent à faire rouler des trains dont guère ne veulent et utilisent encore moins… 😐

        1. gameover

          Quand je vois les difficultés qu’ils sont en train de mettre dans la circulation style feux rouges sur les ronds-points, retrecissement des chaussees, desynchronisation des feux, je me dis que « A nous de vous faire preferer le train » n’est pas un slogan imaginé par la SNCF mais par la DDE. 🙂

    1. yp

      A voir si c’est toujours d’actualité, mais un billet Saarbrucken-Paris était moins cher sur le site de la DB qu’un billet Forbach-Paris estampillé SNCF.

      En plus, billet electronique, pas besoin de le composter, ni de s’embêter avec une « resa » a refaire si vous loupez le train prévu (un billet allemand est valable 72 heures, la réservation ne concerne que la place assise…)

  24. LM

    C’est complètement dingue. Je n’ose même pas imaginer le genre de type qu’il y a dans ce collectif. Ca doit piquer les yeux tellement ils doivent suinter la haine et la jalousie.

  25. calc80

    Ah super, c’est reparti ! Vive 2014 !
    Encore plein de crypto-communo-socialistes à dézinguer, chouette !!
    (là il faut imaginer le chat fou en transe qui tire à la kalachnikov, d’un précédent billet de H16).
    Bonne année à tous donc, et bonne chasse !!

    Allez, qui se dévoue pour inventer un MOOC pour les aider à se recycler, ces vieux franmunistes barbus rougeaud, baveux et jaloux qui frôlent l’apoplexie chaque fois qu’un truc bien est inventé quelque part !

  26. Ruthenois

    Horreur, les MOOCs débarquent en France. Il est certain que tel les irréductibles gaulois résistants aux armées de César nous nous devons de réagir et de contrer ce nouvel outil venu d’outre atlantique
    Mais qu’est ce donc un MOOC dans les faits :

    J’ai pour ma part participe aux premier MOOC financier français délivré par First Finance Institute entre Novembre et Décembre. Le cours, l’analyse financière, comportait une partie écrite téléchargeable ainsi que des séries de vidéos explicitant le support écrit le tout sanctionne ou validé par un QCM chaque semaine. Le tout sur 4 semaines entièrement gratuites et une 5eme optionnelle payante dédiée à une étude de cas pratique. Le tout par un professeur d’HEC ainsi que des intervenants du même acabit.
    Nous étions environs 8.000 inscrits de 53 pays différents
    Le tout bon enfant avec des questions et réponses « d’étudiants » sur le forum ainsi que des professeurs. J’ai pour ma part apprécié le fonctionnement très souple, les cours s’adaptant à mon rythme de vie/travail plutôt que l’inverse. Donc une expérience positive, que je vais réitérer avec le premier MOOC d’HEC aux printemps.
    Quand aux antis MOOC je ne répondrai que par les mots du « terroriste » Mendela: « L’éducation est votre arme la plus puissante pour changer le monde ». Il est vrai que plus le peuple est instruit plus le risque de révolution est grand alors ces biens pensant s tout tremblants dans leur petits avantages préfèrent l’abrutissement de la masse par la pensée unique de l’enseignement dument validé par leur soin (la théorie du gender entre autre) et quant au reste la télévision s’occupera de leur inculquer le message officiel.
    Ce pays est décidément foutu !

  27. scaringella

    un bts privé c’est 5000 euros l’année, une école de commerce bien cotée c’est 20000 euros l’année.
    Et bonjour le niveau …. A part le réseau qui permet de caser les diplomés à la sortie c’est pas mieux que l’université. Une année de master en système d’info a l’université c’est 5000 euros. Tous ces sous vous pensez bien qu’ils vont se battre jusqu’à la mort pour les garder. Les MOOC c’est génial et l’université de Lyon vient d’ne finir un sur l’entrepreunariat. Cout? Zéro. Et avec un certif pour ceux qui ont réussi. Qui dit mieux? Quand ça sera démocratisé à 500 euros le MOOC avec tampon officiel qui ouvre les portes du travail l’éduc nat va disparaitre. Les entreprises vont subventionner les MOOC pour former les gens à leurs besoins, avec du vrai boulot dèrrière pour les méritants. Fini les passe-droits des bobos, va falloir de sortir les doigts. Comment l’état va empêcher de entreprises de former selon leurs besoins? Chaque entreprise aura sa filiale de MOOC. L’éduc nat va devoir retourner vers les fondamentaux, lire ecrire compter, l’université va devoir former des vrais chercheurs pas des apparatchicks. Le monde va retrouver beaucoup de bon sens. Aucun combat d’arrière garde ne pourra arrêter le raz de marée

    1. hussardbleu

      Sans compter, n’est-ce pas, l’énorme, gigantesque, monstrueux fromage de la Formation Permanente…. qui va morfler… grave… finies les vacances au Crotoy….

      1. Popeye

        Non, pas les vacances au Crotoy! C’est sacré les vacances au Crotoy.

        Comment?!? J’entends dans l’oreillette que la p’tite auto et le PMU seraient aussi menacée?

          1. Aristarque

            Du même auteur et cela n’a pas pris une ride :

            « Je suis ancien combattant, militant socialiste, et bistrot. C’est dire si, dans ma vie, j’en ai entendu, des conneries ! »

            1. hussardbleu

              Quoique… on pourrait dire qu’il y mutation des agents de production, car tu conviendras avec moi que l’ancien combattant tend à se raréfier, que les bistrots déposent le bilan à une allure alarmante, et que le militant socialiste de base – hormis le stipendié ad hoc, syndicaliste de ceci ou détaché de cela – se fait singulièrement discret depuis plusieurs mois…

              Evidemment, on trouvera pour le remplacer, et faire le buze, du journaliste aux ordres, du commentateur à gages, de l’associatif soldé, tous gens défendant hardiment le socialisme en contrepartie des avantages consentis par les malfaisants crapoteux qui nous gouvernent…

          2. Aristarque

            Bien évidemment, je retenais la production de conneries comme maître étalon d’ une baisse impossible. Cependant, quant aux anciens combattants, nous avons droit à ceux de Mai 68 qui, selon le mot de J.L. Barrault, quand ils ne sont pas devenus notaires, ont cru bon d’ être sénateurs ou similaires, se donnant la noble mission de faire plier le réel à leurs lubies post-pubères… On voit le résultat tous les jours, hélas!

  28. Duff

    J’ai entendu Charles Beigbeder ce matin dans les GG. Je comprends pourquoi cette brèle de Pierre Lellouche tenait tant à sa seconde position sur la liste UMP dans le VIII alors qu’il est déjà député et qu’il avait été battu en 2008 par un dissident….

    C’est 4000 euros de salaire garanti + autant de frais sans avoir besoin de les justifier et des billets d’avion + d’autres avantages.

    Aucun doute, CPEF.

  29. Fred

    Je n’ai jamais compris ces imbéciles, qui d’un côté, préconisent un « changement » de société profond en vue du « progrès », alors même qu’ils sont capables de se comporter en véritables ayatollahs sur d’autres sujets. Mais est-ce qu’il y a véritablement grand chose à comprendre chez ces baves gens ???

    1. Théo31

      Ils sont pour le progrès à condition que ça leur permette de contrôler la vie des individus. D’après vous, pourquoi l’obsession des gauchistes pour les cours d’éducation sexuelle dès le plus jeune âge ?

    2. Nocte

      Oui, comprends que pour eux, Fred n’est qu’un rouage d’une machine nommée État et qu’un rouage n’a pas à s’ exprimer, n’a pas à réfléchir, n’a pas à sortir du rang.
      Le rouage doit faire son job.
      Le rouage doit obéissance.
      Le rouage doit être reconditionné s’ il commence à aller contre la machine.
      Le rouage doit être reconditionné s’ il ne correspond pas ou plus.
      Le rouage ne peut décider par lui-même et pour lui-même, son seul but, son seul objectif c’est de faire partie de la machine pour que celle-ci puisse se réaliser.

  30. Korrigan

    « Oui, nous sommes en 2014 et nous avons toujours, en France, nos fabricants de chandelles qui luttent pied à pied contre les ampoules électriques plutôt que d’en vendre »

    Ces passéistes racornis, recroquevillés sur des prérogatives anachroniques, remettant par caponnerie égotiste ce qui devrait être fait le jour même au surlendemain, demeurant convaincus qu’ils sont mèches alors qu’ils ne sont que suif, ne font que participer activement à la dislocation de leur propre coquille*qui est tout sauf être d’une quelconque protection.

    *coquille : enveloppe constituant le squelette externe de la plupart des mollusques et des brachiopodes dont le monde politique asthénique (engeance se bornant à instiller massivement le poison de l’inertie et de la démission dont il se repaît) est le premier écornifleur.

    Mais de qui se MOOC-t’on ?

  31. Vicnent

    tu lis tous les commentaires ? (en fait, je pose cette question, mais je ne suis pas sûr de pouvoir lire la réponse… temps, oubli, …) 🙂

  32. LeRus

    Je ne vois pas où est le problème. Chacun sait que nos zélites sont parvenues à non seulement stopper le nuage de Tchernobyl à la frontière, mais en plus à imposer le minitel face à cet Internet gratuit et anglophone dans le monde entier. Alors stopper les MOOC, c’est facile!

    En plus, comme gage de compétence, ce sont le même qui s’occuperont de ça que ceux qui vendent avec succès à l’export des TGV, des rafales et Bi-Bop…

      1. gameover

        Bah… on appelait ca la telematique… grande epoque le 36 15 qui a fait le depart de fortune de Niel.

        C’etait quand meme le top et avant gardiste en 1980.
        Le probleme c’est d’avoir attendu mi 2012 pour l’arreter.
        Perso j’ai rendu le mien en 1995 a partir du moment ou sont apparus des interfaces minitel sur les PCs (feu OLITEC).

        1. gameover

          Dans ton lien :
          En 1987 XN en collaboration « avec Fernand Develter, un ancien fondé de pouvoir à la Société Générale reconverti dans les serveurs érotiques et les sex-shops. »

          MDR un recyclé du krach d’octobre 1987….
          Y a bien que l’argent et le cul dans la vie 😆

          1. hussardbleu

            @gameover : bien vu, le raccourci Fric/Cul en l’espèce ! mais, et de façon plus générale, tu oublies les passions (telle la haine, incroyable moteur, comme dans l’affaire Dieudonné…)

    1. Aristarque

      Pas de billet le samedi, sauf exception rarissime, au grand désespoir des junkies et autres accro-dépendants! Loi d’airain du taulier inflexible aux appels du marché!

      1. hussardbleu

        Il y en a qui ont des mentalités de slave-drivers…. on croirait pas comme ça, hein, mon cher Harry… Marie… un avatar de grande douceur pourtant…jusqu’à ce que l’on se rappelle une autre Marie… Tudor… Bloody Mary…Marie la Sanglante….

        1. hussardbleu

          Pur altruisme : il faut bien une sentinelle pour monitorer les inconduites épistolaires de Barbu le Terrible….

          pour l’heure, un peu le Désert des Tartares…

          mais on peut s’attendre à beaucoup, de la part d’un homme qui a élevé ses innombrables rejetons selon les préceptes de la pédo-psychiatre Françoise Doblo….

          1. Aristarque

            Le compteur a été arrêté à quatre, ce qui est un peu léger pour parler d’ innombrable! Quant à Dolto, elle n’ a pas eu l’ heur d’ être accueillie au garage. 🙂

  33. topolou

    idem coté addiction… ne sachant si H16 dans sa grande bonté n’a pas écrit un post le WE ( cela lui arrive ), je passe, repasse et trépasse.
    Merci encore H16, et bonne année.
    constatation biblique ( pour rebondir avec Lot et consors ) : mes yeux se sont décillés sur ce blog…:-)

    1. hussardbleu

      Il a touché mon âme, et dessillé mes yeux, et je regarde avec horreur le long aveuglement où j’ai été, et les désordres criminels de la vie que j’ai menée….

      1. Greg

        Oulalala…

        Cela sent la déprime hivernale ou le bilan avant extrême onction (à ne pas confondre avec le dépôt de bilan dû à ponction extrême…).

        Avoir une mémoire réfractaire aux regrets et indulgente aux remords !
        (A moins que cela ne soit l’inverse ?)

        Hum, je dois avoir un côté maso : je rue dans les jambes de HB, et je ne vois pour bonne raison que l’espoir de le voir m’étriller en retour.
        J’adore le lire me remettre en place, gamin que je suis face à lui…
        Maso, donc.

    2. Korrigan

      Bonsoir,

      Vous vouliez probablement dire « dessillés » sinon c’est que vous vous débarrasâtes du corps ciliaire sécrétant l’humeur aqueuse indispensable à une claire vision du monde et de ses errements, et donc obtenu l’effet inverse à votre quête.

      Mais Hussard parfait gentleman en corrigea la portée en citant Molière.

  34. hussardbleu

    bon, j’arrête pour aujourd’hui… cold turkey… demain chasse, lundi aussi, et après, je reprends les tâches négligées depuis trop longtemps…

  35. Theotimedesavoie

    « le Collectif anti-MOOC, patchwork bigarré des éternels détritus de mai 1968 (syndicalistes CGT au premier rang) et des inévitables associations lucratives sans but de pouilleux estudiantins comme Solidaires Étudiants ou l’UNEF »
    On mesure ici le pouvoir de nuisance que possède encore cette idéologie communiste mortifère, ennemie de la liberté et du genre humain.
    Quand l’Eglise enseigne que le communisme est « une idéologie intrinsèquement perverse », on ne peut que rendre hommage à sa clairvoyance (Pie XI, DIVINI REDEMPTORIS, lettre encyclique sur LE COMMUNISME ATHÉE, 1937)

    Malheureusement, il semble que l’actuel locataire du palais du Vatican, dans lequel d’ailleurs il ne veut pas résider, ne s’offusque pas de se faire traiter de marxiste…

    Comment pouvons-nous accepter qu’existe encore un parti communiste en France avec son bras armé la CGT et ses supplétifs le parti socialiste?!
    Comment pouvons-nous supporter ce parti qui dégouline du sang de millions de victimes et continue à imposer son refus de voir l’homme debout et libre.

    Tout ce petit monde immonde a encore une influence épouvantable et très lourde sur notre pays, sur son organisation politique et administrative.

    1. gameover

      N’est-ce pas plutot le coté athé du communisme qui dérangeait l’église ?

      Sinon perso en bon libéral, qu’il y ait un parti communiste me convient. Je note juste que les horreurs accomplies en son nom lui ont fait adopter le nom de Front de gauche. « Front » etant super bien trouvé comme substantif car allié a « de gauche » il est percu comme une agglomération de forces alors que quand il est National il nous rappelle les sombres zeures de notre histoire. Marrant non ?

      1. Theotimedesavoie

        « en bon libéral qu’il y ait un parti communiste me convient. »

        Vous touchez à une question importante : un libéral doit-il tout admettre en ce qui concerne les engagements intellectuels et les comportements moraux? Un libéral est-il nécessairement libertaire au point d’admettre des partis qui prônent exactement le contraire de la liberté?

        Pour ma part, je ne le pense pas. Et en bon libéral-conservateur, je conçois ma liberté dans les limites de la vérité. C’est-à-dire dans les limites morales du droit naturel. Or qu’y a-t-il de plus opposé au droit naturel -qui inclut le droit de propriété- que le communisme?

          1. Theotimedesavoie

            Je pense que si nous étions dans un véritable système libéral, le communisme n’existerait tout simplement pas.

            Cependant, si quelques fous voulaient à tout prix continuer la sanguinolente tradition marxo-léninio-stalinienne, il faudrait purement et simplement l’interdire. Oui, pour moi, le libéral sait aussi interdire.

            Car alors, autant aussi admettre le meurtre en Libéralie.

            1. Non. Ça, c’est n’importe quoi. On n’interdit pas une opinion, point. On interdit des actes bien spécifiques (ceux qui portent atteinte aux autres), mais pas des opinions.

              1. Je maintiens. On juge aux actes, pas aux pensées. Un pur nazi qui ne commet aucun acte autre que s’exprimer, vous ne pouvez le condamner, même si vous en mourrez d’envie. C’est justement là la différence entre le libéralisme et la soupe collectiviste servie partout ailleurs. Dans un cas, on réfrène son envie, dans l’autre, on y cède.

            2. Theotimedesavoie

              Désolé…vous ne me convaincrez pas mais cela ne fait rien.
              Je suis,pour des raisons personnelles, radicalement, foncièrement, absolument, ontologiquement, opposé au communisme sous toutes ses formes.

              − Praxi PHILOS. MARXISTE. ,,Ensemble des pratiques par lesquelles l’homme transforme la nature et le monde, ce qui l’engage dans la structure sociale que déterminent les rapports de production à un stade donné de l’histoire«  (Legrand 1972). Il reviendra à Lénine d’élaborer et de mettre concrètement en pratique ce qui malgré tout chez Marx reste encore une notion. La praxis sera organisée et développée en stratégie et en tactique révolutionnaires (Birou1966).[Le marxisme] est essentiellement praxis. Marx s’est toujours gardé de la pure spéculation. «La solution des oppositions théoriques elles-mêmes, écrit-il, n’est possible que d’une manière pratique, par l’énergie pratique des hommes» (Manuscrits, p.94) (Masset1970):
              . … la fameuse thèse sur Feuerbach: «Les Philosophes jusqu’ici n’ont fait qu’interpréter le monde. Il s’agit maintenant de le transformer». Cette attitude neuve s’exprime chez Marx par la notion de praxis [it. ds le texte]. Ce serait se tromper de tout au tout que de l’entendre en un sens pragmatiste. Le marxisme répond à la prétendue supériorité de la pensée sur l’action par une supériorité de l’action sur la pensée. Lacroix, Marxisme, existent., personn., 1949, p.7.

              1. Que vous soyez opposé au communisme, très bien. Moi aussi.
                Qu’on impose son interdiction par voie politique ou légale, je suis désolé, mais je vous laisse seul tenter cette abomination.

        1. gameover

          Wah… y a du lourd la !
          … « La liberté dans les limites de la vérité ».
          Il y aurait donc une vérité.
          Les inquisiteurs avaient la leur. On en a vu d’autres de vérité depuis. Kim Jong I a la sienne semble-t-il aussi. Perso ma vérité a évolué.
          Y aurait-il une Haute Autorité de la Vérité ?

          … « Dans les limites morales du droit naturel. »
          Morale n’a rien a faire la. Il n’y a pas d’autorité morale dans le droit naturel qui n’est pas un systeme juridique. Il y a une base communement admise dans le droit naturel mais on me dit dans l’oreillette que mettre cela en lien avec la morale auraient amené quelques uns au bucher pour des pratiques sodomites, d’autres au peloton d’execution pour avoir déserté.

          Concernant la propriete on se referera utilement a l’article 17 qui edicte que la propriete est inalienable si ce n’est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l’exige évidemment… »
          Forcément !

          Donc dans ton monde ideal on a le droit de penser, de se rassembler sauf si on est communiste. Sachant que tout systeme autre que le liberalisme exproprie les individus des qu’il leve des impots non consentis, donc est communiste, tous tes opposants seront donc communistes et embastillés.

          Je pense qu’il faut laisser les oppositions se developper librement et qu’elles soient représentées. C’est le meilleur moyen d’eviter qu’elles s’agrègent alors que rien ne les réunis ,qu’elles basculent dans l’extremisme et que le tout soit emporté par un vote simplement constestaire mais qui n’a aucun programme politique.

          Alabanie, Irak, Egypte etc… montrent depuis 20 ans une majorité faire tomber des pouvoirs et n’avoir rien a mettre a la place. Leur unité feinte avant la debacle débouche sur des guerres de clan, des guerres civiles.

          1. Theotimedesavoie

            Vous avez une conception statique de la vérité et comme beaucoup vous caricaturez la vérité comme une somme de dogmes absurdes à croire.

            La vérité est une réalité dynamique et relationnelle, dialogale. Il y a cependant certaine vérités naturelles que nous ne pouvons pas nier sans que cela nous explose à la figure. De même que je vous défie de vous jeter par la fenêtre en arguant du fait que la pesanteur n’est pas une vérité naturelle, je vous mets au défi de prouver que la sodomie est une voie comme une autre d’épanouissement humain…

            Vous écrivez : « Morale n’a rien a faire là. Il n’y a pas d’autorité morale dans le droit naturel qui n’est pas un systeme juridique. »

            Oui, en un sens, vous avez raison, la loi naturelle est méta-juridique, elle est au fondement de tout système juridique.
            Et si l’on admet pas qu’elle en soit le fondement, on tombe dans le positivisme juridique qui est la voie ouverte au totalitarisme et au meilleur des mondes imposé par une majorité manipulée et/ou délirante. Ce que nous sommes précisément en train de voir mettre en place.

            1. Theotimedesavoie

              Je précise concernant la sodomie qu’il n’est pas pour moi question d’interdire ce genre de comportement par la loi mais de tout faire pour empêcher de voir un tel comportement être institutionnalisé au même titre que le mariage entre un homme et une femme. Pour le reste, le droit à l’indifférence et le secret pour ce genre d’affaires me semble ce qu’il y a de plus sage.

              Il y a là une ligne rouge pour le catholique que je suis qui ne doit pas être franchie et que malheureusement notre pauvre pays a allègrement dépassé avec le mariage pour tous…y compris pour les célibataires avec leur chien?

            2. gameover

              Désolé c’est vous qui avez dit :  » la vérité » impliquant qu’elle etait UNE alors que de mon coté j’ai dit que la mienne évoluait et que chacun a droit d’avoir la sienne.
              On ne peut donc fonder un systeme politique sur LA Vérité.

              Pour la pesanteur, outre que l’on rentre dans un debat metaphysique qui n’a rien a faire la, vous serez bien venu de ne pas confondre des phénomènes physiques dont on ne comprend toujours pas la raison exacte et quand on le saura je pourrai certainement me jeter par la fenetre sans danger.

              Vous auriez pu dire aussi que l’eau ca mouille, mais ce n’est pas connaitre la fleur de lotus, mais quand bien meme

              Fin de la metaphysique.

              Sur les pratiques sodomites que j’avais soulevés par rapport a votre vérité guidée par un comportement moral, je vois que vous avez aussi l’intention de reglementer ce qui se passe dans le slip des autres et de savoir ce qui est bon pour eux, rapport a l’epanouissement dont vous doutez.

              Sur le droit naturel qui n’est pas la loi naturelle : le droit naturel est attaché a la nature de l’homme alors que la loi naturelle est politique ou scientifique.

              Le droit naturel n’est pas le fondement des systemes juridiques. Il PEUT simplement etre traduit dans les divers systemes juridiques. J’ai souvenir d’un justiciable qui s’etait defendu en arguant un droit naturel.

              Notez que le droit naturel est apparu quand on a remis en question la legitimite issue de la religion catholique.

              Le droit naturel s’oppose au droit positif, mais l’un n’empeche pas l’autre car le droit positif est rattaché a la realite sociale. Mais le droit precede la loi et donc je n’ai rien compris au dernier paragraphe qui semble faire des deductions un peu rapide du genre « ce qui n’est pas blanc est noir »

  36. tourane

    bonsoir,
    je suis ému….c’est ma première intervention…
    Soyons plus sérieux étant enseignant en secondaire nous avons déjà notre mooc depuis un an ou deux le CNED (centre national d’enseignement à distance) met petit à petit en ligne tous les cours en particulier du Lycée, certes il n’y a pas encore d’interaction en accès libre mais cela viendra…
    Tout cela ébranle la profession…avant on se débrouillait on piquait de ci de là dans les livres en prenant garde de ne pas se servir de celui des élèves ( parents vous le savez ils ne servent quasiment jamais) .
    Quelle place reste-t-il aux enseignants??
    Je n’ai pas de réponse.
    Bonne année.

    1. gameover

      Bonsoir aussi,

      Quelle place : la question est posée bizarrement. Faut-il leur trouver une place comme un bibelot sur une etagere ?

      Si on trouve un vaccin contre le cancer, doit-on le mettre de coté afin de conserver les emplois dans les unités de soin.

      Apprendre est une part du contrat, comprendre en est une autre. Nul doute qu’il y a du boulot pour les enseignants dans la 2eme partie du contrat s’ils veulent bien s’en donner la peine.

      Peut etre le feront-ils par instinct de survie ?

    2. bob razovski

      Quelle place ?

      Donner l’envie d’apprendre, catalyser l’énergie, pousser l’élève à aller plus loin… y’en a des choses à faire pour un prof.

      Sur la multitude de profs croisés au détour de ma scolarité, seuls trois l’avaient compris.

      Le marché reste grand ouvert : vous êtes bons, vous aurez votre place. Vous n’êtes qu’une machine à débiter du peillon et de bécassine, Green Soylent vous guette 😉

  37. Theotimedesavoie

    vient d’être publié sur le blog du Salon Beige :

    Les responsables communistes livrent leurs ennemis aux chiens affamés

    Les jeux du cirque en Corée du Nord n’émeuvent aucun responsable politique en Occident. Trop proches idéologiquement du communisme et de l’oeuvre de destructuration de la famille?

    Et pourtant, le résultat en est l’horreur :

    « Condamné à mort pour trahison, l’oncle du dirigeant Kim Jong-un, 67 ans a été dévoré par des chiens affamés sur l’ordre de son neveu. Une exécution d’une extrême barbarie qui glace le sang ».

    1. gameover

      On ne s’apitoiera pas sur son sort. Il a mouru par ou il a péché.
      Ca ne me glace pas le sang du tout.
      Fetons cela… un de moins !

        1. gameover

          Oui je sais, c’est po bien… mais quand les tortionnaires ou les truands s’entretuent entre eux, ce me fait sourire.
          Je reciterai 3 ave et 2 pater avant de me coucher ce soir.

          1. LNB

            Tu récites un peu ce que tu veux mon gars, c’est ton droit le plus strict. Saches juste que les ave et les pater ne sont jamais que des inventions cléricales pour tenir les ouailles, ça ne prend pas sur moi. Par ailleurs, je ne te dis pas que rire d’un mort c’est bien ou pas, qui serais-je pour distinguer le bien du mal ? Souris et ris, bois du champagne pour fêter ça, moi je ne ris pas de la mort d’un être vivant. Pour moi, elle peut être nécessaire voire salvatrice pour d’autres, provoquée par la maladie et même le tabagisme ou l’alcoolisme ou encore les bougies parfumées, ça ne la rend pas plus risible à mes yeux.

  38. Maximilien

    Au fait, vous saviez que la plate-forme officielle de MOOC français s’appelait… FUN ?
    Ca ne s’invente pas quand même :p

    1. gameover

      Vu l’auteur, il semble que ce soit un droit de reponse, mais ce n’est pas indiqué et il n’est meme pas commenté.
      Y-a-t-il encore un pilote dans l’avion pour le peu de passagers ?

  39. Cyrille999

    Bjr à tous,

    Oui, je suis toujours surpris de ces « réactions tardives » et aussi de la méconnaissance des journaux sur la plupart des sujets (à part se coller aux annonces afp et reuters…);

    Le MOOC existe en France déjà depuis plusieurs années ! Et ce n’est pas un petit organisme , ni étatique, ni scolaire qui lui a donné du crédit. Mais le prestigieux Collègue de France !
    Une lecture:
    http://www.letudiant.fr/educpros/actualite/college-de-france-les-cours-mis-en-ligne-ont-trouve-leur-public.html

    C’était en juin 2007: Soit plus de 6 ans avant le billet de ce vieux journal désuet.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.