Déflation, chômage en hausse et moral en baisse ? Heureusement, les syndicats agissent !

Enfin, l’Europe remonte le museau. Toute la presse en parle et constate, presque joyeuse, que les perspectives européennes ne sont plus aussi sombres qu’on aurait pu le croire il y a encore quelques semaines. Comme le mentionne un récent article de Thibault Doidy de Kerguelen sur Contrepoints, l’Italie retrouve la croissance, les carnets de commande se remplissent, et la création d’emploi repart ; l’Allemagne enregistre en décembre un rythme de croissance de l’indice manufacturier le plus élevé depuis deux ans et demi, et l’économie britannique montre les mêmes signes de bonne tenue.

En fait, en Allemagne, ce serait même l’euphorie si l’on s’en tenait aux chiffres distribués par une presse avide de bonnes nouvelles économiques, rares jusqu’à présent. Avec un taux de chômage sous les 7% et plus de 230.000 créations nettes d’emplois en 2013, la première économie de l’Union Européenne et de la zone euro montre ici des signes clairs que son économie reprend vivement des couleurs.

current account balance by country - jan 2014Cependant, cette bonne santé presqu’insolente mérite qu’on prenne un peu de recul quelques secondes, notamment lorsqu’on regarde (par exemple) le solde budgétaire(*) commercial allemand et qu’on le compare à d’autres économies. En effet, avec un surplus tournant autour de 7%, l’Allemagne se positionne très clairement dans les pays qui vendent bien plus qu’ils n’importent. Si l’on peut évidemment se réjouir d’une économie allemande manifestement plus saine que celles d’autres pays, ces surplus, tant par leur importance que leur nature, vont inévitablement provoquer quelques effets de bords, pas tous souhaitables.

On imagine sans mal les frictions qu’il va y avoir avec les autres pays de la zone euro qui doivent, eux, faire des coupes drastiques pour simplement équilibrer leur budget (et, pour certains d’entre eux, ne les font même pas). La tentation pour ces derniers, parfaitement socialiste mais très ancrée dans les habitudes, de réclamer une redistribution de ces gros surplus ou d’un assouplissement de la politique monétaire de la BCE sera extrêmement forte, et probablement impossible à réfréner. Les prochains Conseils européens promettent un peu d’agitation.

InflationDans les agitateurs de la première heure, vous pourrez compter sur la France, éternelle et merveilleuse, phare du monde moderne avec de vrais morceaux d’égalitarisme dedans : avec l’approche des municipales, tous les partis feront assaut d’agressivité vis-à-vis de l’Europe pour bien montrer qu’ils ne s’en font pas conter par les technocrates bruxellois apatrides néolibéraux. Dès lors, peu importe les actions de tempérance de la Bundesbank pour éviter l’ouverture en grand de toutes les vannes monétaires de la BCE, vous pouvez être à peu près certains qu’à conditions politiques favorables, les Français seront les premiers à réclamer bruyamment le retour des LTRO (long term refinancing operation, ou, en langage normal, « Le Monnayage Pour Tous »).

Et les bougres ont déjà de beaux arguments ; outre le fait de renvoyer l’Allemagne à ses études (après tout, « elle n’a pas besoin d’être aidée, elle baigne dans les surplus », peut-on dire en substance), le spectre de la déflation s’installe tous les jours un peu plus. Pour le moment, c’est la périphérie européenne qui trinque : Chypre enregistre ainsi sa première déflation en un demi-siècle. Mais les chiffres pour le reste de l’Union ne laissent guère de doute : ça se contracte pas mal du côté de la distribution de crédit.

credit contraction europe jan 2014

N’oubliez pas : dans une économie basée sur la réserve fractionnaire et l’inflation, la distribution de crédit est impérative pour que la machine ne s’arrête pas; et dès lors, peu importe les dégâts, les élites (politiques notamment) qui dépendent ultimement de ce système pour garder leur place feront tout ce qu’elles peuvent pour éviter cette déflation.

Et pendant que l’Allemagne enregistre des performances solides, la France socialiste s’enfonce.

Bien sûr, il y a toujours le douloureux problème de son secteur automobile, toujours malade, rarement convalescent et dont les chiffres récents indiquent une rechute pour l’année 2013, camouflée dans la presse par un petit rebond de décembre qui tient bien plus aux amusantes mesures gouvernementales pour favoriser le secteur comme la baisse des limitations de vitesse, l’augmentation des malus ou de celle du prix des carburants.

Mais même au-delà de l’automobile, les chiffres ne sont franchement pas bons : l’indice PMI français plonge. Oh, mais, que vois-je ? Encore une courbe qui ne s’inverse pas ! Celle des demandeurs d’emplois indemnisés est en hausse en novembre, ce qui persiste à donner cette coloration si particulière aux déclarations ridicules du chef de l’État, de son premier ministre ou de Michel Sapin, l’intermittent du spectacle actuellement en charge du Chômage.

Bien évidemment, tout ceci a un impact direct sur le moral des Français qui, malgré toute la bonne humeur de façade affichée par nos ministres (qui continuent de recevoir leurs indemnités, merci bien), enregistre actuellement une chute record.

Déflation, chiffres catastrophiques, chômage en hausse et moral en baisse ?

Ne vous inquiétez pas, tout le monde n’a pas abandonné la France en rase campagne. Quelques individus, armés de leur seul courage et d’une bonne dose de culot, se sont retroussé les manches pour redresser la situation, paver le chemin (de bonnes intentions) et arpenter le sentier lumineux vers un succès qu’on imagine déjà flamboyant.

Et à l’avant-garde de cette courageuse phalange de l’action positive, comment s’étonner qu’on retrouve nos fiers syndicats, dont l’emploi du temps chargé par la multiplication de plans sociaux leur a tout de même laissé quelques minutes pour participer aux discussions sur l’autorisation de travailler le dimanche pour les enseignes de bricolages. Leur réaction, parfaitement constructive et pragmatique en ces temps de disette économique, est assez simple :

« C’est assez clair, on est contre. »

Peu importe ici que les salariés, eux, soient pour que les enseignes ouvrent. Peu importe que certains magasins soient au bord de la faillite si jamais on les contraint à fermer ce jour-là. Peu importe que les clients s’en trouveraient satisfaits : les syndicats n’ont pas obtenu de contreparties (ie : un petit bakchich) pour accepter une telle entorse à leur repos dominical qui permet à ces fervents catholiques pratiquants de ne pas louper une messe indispensable à leur équilibre religieux.

SNCM-1.jpgEt quand ce n’est pas le non-travail le dimanche, les syndicats prônent le non-travail le reste de la semaine aussi, au moyen de journées ironiquement appelées « d’action » où tout le monde reste les bras croisés, comme par exemple à la SNCM qui n’en finit pas d’agoniser pendant que d’autres sociétés, indépendantes de l’État et assainies des contingences loufoques des syndicats mafieux locaux, continuent d’opérer.

Vous voyez, pas de raison, donc, de s’affoler : même si la déflation montre le bout de son nez, même si elle sera vraisemblablement combattue par une injection monétaire dantesque avec finalement des effets inflationnistes assez violents, même si le chômage grimpe et le moral tombe au plus bas, il restera toujours en France des gens sur lesquels on pourra compter pour que la situation ne bouge pas d’un cachou.

Ce pays est donc foutu.
—-
(*) m.à.j 18:45 : une lecture trop rapide du graphique sur les balances commerciales m’a fait partir sur un excédent budgétaire allemand (qui existe, 0.5%, mais qui est bien plus faible que son excédent commercial). Le reste du billet est malheureusement toujours valide : a/ l’Allemagne se portant mieux que les pays du Sud, ce sera un argument pour l’envoyer paître si des demandes d’assouplissement monétaire sont émises et b/ la France sera probablement très bien placée pour reprocher aux Allemands leurs performances pas assez fair-play.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires120

  1. Le Gnôme

    Ce n’est pas grave, pendant que le pays se casse la gueule, nous nous occupons de gastronomie pour savoir quelle est la meilleure sauce pour accomoder la quenelle. L’écran de fumée est si important qu’on ne vois plus le reste.

    Nous avons l’art de cultiver le futile et l’accessoire.

        1. hussardbleu

          @flak : je ne connais pas la cause de ton animadversion à l’encontre de ton interlocuteur, mais ce vocabulaire ne passe pas ici.

            1. Duff

              Ce n’était pas une affirmation! Mais bien dans son genre : Plus clair aurait été un « ferme-la à tout jamais » en référence, déjà, aux annulations de spectacles dont il a fait l’objet par le passé.

    1. Morovaille

      Enfin, écran de fumée… faut vraiment avoir l’habitude de regarder des films de merde pour ne pas remarquer le (très) mauvais jeu d’acteur de Valls…

  2. Maximilien

    Moi premier !
    Il y a aussi les Goodyear qui sont bien décidés à faire fuir le plus coriace des éventuels repreneurs pour bien mettre tout le monde au chômage définitif en séquestrant l’actuel boss.

    1. Aristarque

      C’est l’option fermeture qui est clairement envisagée puisque le combat est mené pour obtenir des indemnisations allant de 80.000€ à 200.000€ (selon reportage de BFM TV suivi d’ un oeil distrait dans l’ estaminet où je me restaurais ce midi)… En Grance, le salarié est propriétaire de son emploi…

  3. Calvin

    Ca serait un comble si la France ne pouvait pas réclamer un partage des surplus engrangés par l’Europe du Nord.
    La France fait partie de l’Europe, cette formidable construction qui assure sérénité et croissance.
    Vive l’Europe, vive les syndicats français.

    PS : Si jamais, nous, Français, ne devions pas toucher les fruits des surplus européens, alors, oui, L’Europe serait bien ce mal ultra-libéral qui asservit les ouvriers du Pays des Droits de l’Homme et du Phare de la Civilisation.

    PS2 : deux coqilles (oui, j’ai oublié un « u » à coquille, mais c’est moins grave que d’oublier le « q », non ?) :

    – quelques effets de bords, pas tous souhaitable : « pas tous souhaitables »

    – se sont retroussés les manches : « se sont retroussé »

    1. Morovaille

      Je suis dégoûté rien que d’imaginer le gouvernement français lorgner sur le pognon des autres états. Parasites jusqu’au bout.

      1. Aristarque

        Mais ce n’est pas possible! A vous aussi, il va falloir expliquer la doctrine socialiste de base???…

    2. Aristarque

      Mais c’est tout à fait normal et parfaitement justifié: ces mécréants de Teutons ne faisant rien d’ autre que de nous contraindre à acheter leurs voitures, à nous fournir en electro-ménager, à utiliser leurs machines-outils, ils doivent en toute bonne justice sociale envisager un juste partage de leurs profits! Une équitable répartition des surplus que leur Etat n’ arrive qu’ à dépenser à grand peine. Il est temps de grandir, Calvin, pour saisir ces vérités socialo-compatibles!…

      1. Calvin

        Merci, gentil adulte, de me mettre sur la voie de la citoyenneté bisou-compatible. J’ai failli douter et m’emporter.
        Finalement, c’est rassurant de voir que l’EdNat a raison, que les médias ont raison, que les élites ont raison.
        Moi aussi, plus tard, adulte et irresponsable, je m’en prendrai aux Fritz… en 40… 2040 !
        Non, mais !!

  4. Etienne

    Juste une petite correction. Le clown en charge du budget c’est Bernard Cazeneuve. Michel Sapin c’est le ministre du chômage.

    1. petit-chat

      LE avantage, avec ces zombies, c’est qu’ils (elles) sont interchangeables sans effet de bord !

  5. Higgins

    Tu aurais pu ajouter à ton tableau clinique les chiffres des agrégats monétaires français pour 2013 (http://chevallier.biz/2014/01/banque-de-france-agregats-et-monetarisme/). Comme on pouvait s’y attendre, ils ne sont pas …. bons. C’est vraiment surprenant et ne laisse pas augurer d’un avenir radieux (bien qu’il restera à mon sens malheureusement « rose »).
    La cécité de nos politiques est totale. Dans ma bonne ville, socialiste, l’opposition républicaine (la droite « libéralequecestlemal ») offre une alternative audacieuse aux lubies de gauche. Juge plus tôt. Son programme pour reprendre la mairie: la gratuité des transports publics!!!!

    CPEVraimentF

    1. Nocte

      Quand je vois le bordel autour de la fermeture de l’usine LFoundry à Rousset, que tout le monde est en train de pleurer après l’Etat Nounou pour leur sauver les miches et gueuler sur la direction de l’ancien propriétaire, Atmel, et le nouveau, LFoundry (non respect des engagements pour le premier, abus de biens sociaux pour le second…), je me dis aussi CPEF…
      Pendant ce temps-là, les boites qui ferment ou sont menacées de fermeture parce que l’Etat via un des ses zélotes les a dans le collimateur, y en a quelques unes, et curieusement, ça fait beaucoup, mais beaucoup moins de bruit.

    2. Aristarque

      Et la gauche de l’ UMPS n’ avait pas pensé à cette grande avancée avec le pognon des autres ???

  6. Higgins

    Sur BFM Business (les Experts) actuellement, ils sont extrêmement « optimistes ». La France va devenir le leader de l’Europe du … sud (avec un peu de chance. Faut ce qui faut) et grâce aux excédents allemands, elle va pouvoir continuer à vivre à crédit!

    1. vengeusemasquée

      Parce qu’il vaut mieux être le premier des derniers que le dernier des premiers. On se console comme on peut… 🙄

      1. Duff

        On parle de l’indispensable messe dominicale au cours de laquelle on apprend que les premiers seront les derniers et vice versa…

        1. Jeanpierre

          Laissez la messe de côté. Ceux qui y vont (comme moi) trouve un job qui leur permet d’y aller tranquillement (vive les professions libérales). Ceux qui trouvent pas s’en accommode, plus ou moins bien et ne font pas fermer les entreprises. Dois-je vous rappeler que les socialistes sont également très anticléricaux. En effet, l’Eglise catholique prêche une morale mais également que l’adhésion à cette morale se fait librement, avec le libre arbitre, notion combattue pied à pied par tout bon socialiste, pour qui la liberté n’appartient qu’à ceux qui sont d’accord avec lui.

          1. Eole

            La messe le dimanche? De mon temps lorsque j’y allais…… il y avait aussi pour ceusses qui ne pouvaient pas le dimanche, un service le samedi en fin d’après-midi. C’est supprimé tout ça?

            1. Duff

              Il n’y a plus autant de prêtres ni autant de fidèles qu’avant. Il est intéressant de constater que même l’Eglise catholique se réforme plus vite et gère ses effectifs de manière plus rationnelle que la fonction publique alors qu’on la raille pour son obscurantisme conservateur…. 😉

  7. LM

    « dans une économie basée sur la réserve fractionnaire et l’inflation, la distribution de crédit est impérative pour que la machine ne s’arrête pas » => C’est même plus fort que cela puisque c’est une augmentation continuelle de la création de crédit qui est impérative.
    De nouveaux LTRO vont encore accélérer l’écart entre les pays puisque l’argent ira s’investir en Allemagne et pas en Socialie.

    1. gem

      +1.
      la création continue ne sert à rien, c’est son augmentation qui est active.
      Jusqu’au boom final bien sûr.

  8. dede

    « En effet, avec un surplus budgétaire tournant autour de 7% »

    Attention, sauf erreur de ma part, le graphique montre la balance commerciale, pas le solde budgetaire. Et meme si nos gouvernants aiment bien considerer que le PIB leur appartient, confondre les deux pose quelques problemes de raisonnement…

    1. dede

      Oups : balance des paiements, pas « balance commerciale ». Mais cela ne change pas le fond de mon commentaire

          1. J’ai déjà répondu.

            Oui, c’est une erreur, c’est bien la balance commerciale et pas la balance budgétaire. Ceci étant
            a/ la balance budgétaire allemande est bien positive
            b/ le reste est correct : les pays (à commencer par la France) réclameront bien que l’Allemagne paie (ou se taise).

            1. Calvin

              Je dirais même : Qu’ elle paie et qu’elle s’excuse.
              Très important, qu’elle s’excuse !

            2. Aristarque

              Si elle se tait, elle aura du mal à présenter ses excuses, non???… 🙂
              Bon, l’ essentiel est bien qu’ elle se repente et qu’ elle paie, surtout qu’ elle paie (du point de vue grançais)…

  9. Stef

    O grand démystificateur,
    Il me semble que le premier tableau reprend le solde des balances courantes de capitaux, et non les soldes budgétaires. La conclusion n’est pas invalidée, mais je crois que cette année l’Allemagne est seulement à l’équilibre budgétaire.

    1. Oui, c’est une erreur, c’est bien la balance commerciale et pas la balance budgétaire. Ceci étant
      a/ la balance budgétaire allemande est bien positive
      b/ le reste est correct : les pays (à commencer par la France) réclameront bien que l’Allemagne paie (ou se taise).

      😉

      (C’est un peu tard pour corriger)

  10. MadeInCH

    Mon masque à gaz AGM-1est plus bô que le sien.

    Et je l’ai positivement testé au gaz banane.

    Si si!

      1. vengeusemasquée

        Bizarrement, j’attendais précisément cette réponse lorsque j’ai vu le commentaire. :mrgreen:

  11. Sabrauclair

    Et l’on oublie que plus la France aide la SNCM plus elle est condamnée pour violation des règles de la concurrence.

    Non content d’être aidés, les syndicats continuent de faire grève.
    :clown: 

  12. carpediem

    J’aime bien les chiffres de ventes de véhicules neufs balancés en fin d’année pour faire croire à une éventuelle reprise. Comme tous ceux qui ont travaillé un peu dans le secteur automobile, je connais le système que pratiquent tous les constructeurs pour gonfler le chiffre de leurs ventes : faire immatriculer à leur nom et massivement en fin d’année des bagnoles neuves qui croupissent ensuite par milliers dans des hangars ou mieux encore à ciel ouvert. C’est comme ça qu’on sape le moral des concurrents et qu’on gruge le bon peuple.

  13. LeRus

    Je ne partage pas votre optimisme, cher H16, quant à la demande « impossible à refréner », de distribuer l’argent des pays qui ont encore quelques pièces au fond des poches avec les traîne-savates accoudés à un puits sans fond qu’ils appellent « Budget de l’État ».

    La réponse peut se traduire en luxembourgeois, en finnois, en néerlandais ou bien évidemment en allemand (voir en slovaque, letton, estonien), mais elle ressemblera à un NON strict et assumé.

    (Et puis ces pays ont eux-même besoin d’argent avant d’en donner aux autres, en particulier l’Allemagne qui a quelques soucis avec des régions ou des villes un peu trop déficitaires.)

    Désolé, je ne crois pas que les arguments (renvoyer l’Allemagne à ses études et le déflation au Club Med) fassent le poids. La crise a changé la donne, l’influence française (cad, le hold-up de l’Allemagne depuis 50 ans) a disparue, par contre plus rien n’est décidé sans l’accord de Berlin. Et les quidams allemands commencent à en avoir sacrément assez d’être la vache à lait, ET d’être le méchant de l’histoire.

    Mais on est bien d’accord, les prochains conseils vont être agités!

    1. Nyamba

      S’ils (les conseils) avaient plus souvent ce côté théâtral si bien exploité par Godfrey Bloom dans son discours désormais célèbre, je crois que les gens prêteraient une oreille plus attentive à ce qui s’y trame…

      1. LeRus

        « It won’t be long before they storm this chamber, and they hang you, and they’ll be right! »

        Il est bon, hein! 😀 Dommage que l’on ait pas beaucoup de tribuns pareils en France, quel panache! Cohn-Bendit est pas mal non plus, mais il arrête. (je parle de la forme, pas du fond, on est bien d’accord)

    2. « elle ressemblera à un NON strict et assumé. « 
      Ah mais c’est une évidence. Ce que je dis est que l’effervescence des socialauds à demander le partage va redoubler dans cette première moitié de l’année. Le résultat sera nul, mais c’est un autre débat.

    3. Kazar

      Revenant de quelques jours en Allemagne, je confirme : les Allemands ont en marre d’être pris à partie par ceux qui vivent à crédit, et l’état actuel de la France leur fait un peu peur. De là à ne pas voir d’un mauvais œil un éventuelle sortie de l’euro (que ce soit la France ou l’Allemagne qui en sorte, peu importe)…

      1. Duff

        J’avais déjà posé un commentaire identique il y a pile 1 an au retour d’un court séjour en Bavière. Mes collègues me demandaient « qu’est-ce qui se passe en France? ». J’ai aussi écrit le mois dernier qu’un client suisse m’a fait remarqué « mais votre gouvernement avec sa politique anti-business, il est complètement fou! »

        A chaque fois, je le précise parce que c’est le détail qui fait mal, je n’ai jamais amorcé la discussion sur ce terrain. Ces remarques venaient assez vite dès qu’on parlait d’activités économiques et industrielles.

        1. vengeusemasquée

          Ecoute, il faut que tu saches qu’être l’auteur d’activités économiques et industrielles est très tendancieux, à la limite de la perversion, alors en parler publiquement, c’est totalement fou et irresponsable. On va envisager d’interdire de telles activités.

          1. Duff

            C’est sur, il faut voir ce que Gérard le rouge te répond sur twitter et sa vision grotesque du monde du travail, lui l’inspecteur du travail en retraite sans jamais avoir travaillé réellement, comme Hidalcoco du reste 😉

            1. vengeusemasquée

              L’avantage avec Gérard c’est qu’il te donne la possibilité de de défouler à tout moment. A ce titre, ce blaireau est précieux.

            2. vengeusemasquée

              J’avais remarqué. Pour l’instant, je ne crois pas être bloquée donc je peux encore me défouler. 😆

            1. vengeusemasquée

              J’approuve naturellement cette proposition. Dans la traduction que nous pourrons faire du message de Duff en novlang, nous pourrons simplement tout englober sous le mot crimethink.

          2. Nocte

            Si tu savais…

            Discussion avec mon patron hier :

             » Cassez vous de ce pays de merde »

            Je n’irai pas dans le détail et me limiterai à son profond dégoût que je partage et la situation est limite catastrophique.

        2. Othello

          Entendu l’an dernier en Belgique au moment de l’abdication d’Albert II, chez un client : « Mais quand même ces histoires de roi, c’est ridicule au XXIe siecle, on a l’air malin. Bon, en même temps, vous vous avez Hollande »…

  14. Millighan

    N’avez vous pas confondu pour l’Allemagne, cher Hashtable, l’excédent budgétaire (comptes de l’Etat et consorts) et l’excédent de la balance des paiements courants (comptes de la nation) ?

    1. ah oui effectivement.
      En fait, l’Allemagne est en excédent budgétaire modéré et en excédent commercial énorme.
      (Ce qui ne change guère le fond du billet, malheureusement 🙁 )

      1. Aristarque

        Elle est en excédent alors que nous visons au mieux l’ équilibre dans nos rêves les plus fous…

        1. Duff

          2016 pour Sarko et 2017 pour Hollande pendant la campagne présidentielle. Hollande est parti pour endetter la France plus que son prédécesseur qui a bouffé la crise de 2008 et fait une relance keynésienne bien dégueulasse, c’est dire l’exploit…

          1. Fred

            Le pire étant que Mou Ier jugeait à l’époque ce plan de relance sarkozien qui fut un bide comme étant trop timoré… D’ailleurs, le mec croit toujours aux vertus d’une relance keynésienne… Suffit de relire ses vœux sur le site de la présidence pour s’en rendre compte ! 🙂

      2. Bastiat

        Faudrait quand même veiller à corriger car ça plombe carrément la crédibilité de l’article. Personnellement j’ai arrêté de lire après avoir lu ça.

          1. Bastiat

            Je vois bien un étatiste lire ça sur Contrepoints et se dire que « décidément ces ultra néo-libéraux ne comprennent rien a l’économie ».

            1. Duff

              Ils n’ont pas besoin d’une coquille ou d’une approximations, regardez les graphes bidons du meilleur économiste de télévisions publiques M. Pikettout.

  15. Before

    A propos des syndicats, Nicolas Doze sur BFM n’hésite pas à relier le refus du travail du Dimanche aux astreintes que les enseignes sont condamnées à leur verser lorsqu’ils déposent une plainte : c’est une belle rente. Et c’est bien qu’on puisse entendre ça sur un média national.
    Et pour la SNCM, j’ai entendu à plusieurs reprises, notamment de la part d’un mafieux syndicaliste, qualifier Corsica Ferries de compagnie low cost, avec tous les préjugés défavorables que ça suppose.
    Ayant voyagé sur les deux compagnies (j’aime le risque) je peux affirmer catégoriquement qu’il n’y a pas de différences notables de prestations, et que les prix ne sont pas forcément plus bas chez Corsica. Encore une tentative de manipulation que personne ne relève…
    PS : En été, un bateau de Corsica Ferries fait 2 ou 3 rotations par jour quand un bateau de la SNCM fait un aller-retour en 24 h. ça peut expliquer certaines choses…

    1. Higgins

      J’ai vécu trois ans en Corse où j’ai eu à subir la SNCM. Prestations nullissimes, personnels aussi inutiles que pléthoriques, tarifs prohibitifs. Un seul domaine d’excellence, sytématique au moment des vacances scolaires, occasionnelle le reste du temps: la grève. J’étais encore sur l’île quand Corsica a eu l’autorisation de desservir des ports français (Toulon et Nice). Une vraie bouffée d’oxygène autant pour les iliens que pour les « pitsounes ». Les »malheurs » de la SNCM ont commencé à ce moment et son personnel a découvert le dur principe de réalité. Réveil douloureux mais salutaire.
      La seule place où les bâtiments de la SNCM méritent de se trouver, c’est au fond de l’eau. Tant pis pour la pollution.

  16. petit-chat

    Lips, Manufrance, le port du Havre, le port de Marseille, le paquebot France, bientôt (vivement) la SNCM, quelles belles réussites syndicales tout de même. N’évoquons même pas le ramassage des ordures à Marseille…
    Dommage que la Cours des Comptes ne fasse pas le bilan du Grand Œuvre Cégétiste.

  17. royaumont

    Dans le cours de management pour les nuls, on dit : « tout changement est la remise en cause de privilèges chèrement acquis ».
    Comme les élites en charge de piloter le changement ont surtout intérêt à ce que rien ne change, ça risque de patiner un brin.
    Par élites, j’entends ceux qui détiennent le pouvoir, l’argent et le droit à la parole ; je n’y rattache aucune notion de qualité morale ou intellectuelle.
    Quand au message du billet, c’est : l’Allemagne paiera. C’est bizarre, j’ai déjà entendu cela quelque part… Mais où ? Comment ça s’était fini au fait ?

    1. MadeInCH

      C’était en ’17, ’18 ou en ’19, non?

      Je ne me souvient plus du siècle… Mais je doute que ce soit dans le XXIeme, dans 3~5 ans.

      Quelque chose pourrait se passer avant, même si avec peut-être le même slogan.

  18. Béret vert

    Un petit HS qui peut intéresser H16:

    Le particulier ( journal our seniors): La rupture d’un contrat de travail, même régulière, peut être jugée « vexatoire ».
    Cour de cassation; chambre sociale du 10-7-2013; pourvoi n° 12-19740
    Un salarié ayant 37 ans d’ancienneté a reçu une lettre de son employeur lui notifiant sa mise à la retraite. Il a saisi le conseil des prud’hommes (…)
    La cour de cassation a considéré que la rupture du contrat de travail, même régulière, n’empêchait pas le salarié de solliciter des dommages et intérêts en raison des conditions vexatoires de la rupture, cette demande étant indépendante du bien-fondé de la rupture (…)

    1. gem

      Et bien heureusement ! réfléchissez un peu : dans le cas contraire, ça signifierait que le simple fait que ça jugé vexatoire rendrait automatiquement la procédure irrégulière.

      la cour de cass se contente d’énoncer l’évidence : « le bien-fondé d’une demande de dommages-intérêts à raison des conditions vexatoires de la rupture du contrat de travail est indépendant du bien-fondé de la rupture »
      Et ne se prononce absolument pas sur le fait que les conditions ont effectivement, ou pas, été vexatoires ; on peut seulement fortement douter de ça, vu l’exposé des circonstances
      http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriJudi.do?idTexte=JURITEXT000027702597

      1. hussardbleu

        Je ne peux approuver cette analyse :

        1/ la procédure est régulière au titre des dispositions légales applicables

        2/ dès lors, et l’intéressé se trouvant dans le cas de mise à la retraite, ladite mise à la retraite ne peut naturellement se voir requalifier en licenciement abusif

        3/ s’il n’y a pas d’abus, le sens commun veut qu’il n’y ait pas vexation, sauf à remplir le célèbre « CERFA Bobo » de H16….

        En jouant sur les mots, la Chambre Sociale tente ainsi de réintroduire – en y invitant la cour de renvoi, en quelque sorte contra legem – le caractère indemnitaire d’une possible réparation au titre d’un licenciement abusif imaginaire, subtilement requalifié en procédure vexatoire….

        Il est au reste ironique de voir quelqu’un, avec l’approbation implicite de la Cour de Cass, plaider pour pouvoir continuer à travailler au delà de 60 ans quand tant d’autres, et leurs syndicats, souhaiteraient arrêter avant….

  19. hussardbleu

    Encore une petite plaisanterie de la Chambre Sociale… un patron, devant elle, a autant de chance de s’en sortir qu’un aristocrate à perruque poudrée devant le Tribunal Révolutionnaire en 1793….

        1. Aristarque

          Je le sais fort bien, ami Werther mais à se parer des plumes du paon, il a été confondu… 🙂

          1. hussardbleu

            Oh pardon, Messire… le Quai des Morfondus n’était pas loin, qu’on appelait aussi quai des Lunettes… je ne dis pas cela pour votre Grâce, naturellement… Maximilien portait des bésicles, qui lui donnaient l’air d’un Lolcat fâché… mais il n’avait pas de barbe, count your blessings…

            1. Aristarque

              Bien qu’il ne soit pas aristocrate mais seulement bourgeois, son père se faisait appeler de Rob… Maximilien a repris cette manie et de nombreux auteurs ont remarqué que dans tous ses actes écrits, il était mentionné ou signait avec sa particule. La perte d’icelle survient bien après sa mort quand il fallut lui faire assumer un rôle d’icône. Toutes les gravures et portraits de lui nous le montrent fort élégamment vêtu à la mode des aristocrates d’ alors. L’ habit ne faisant pas le moine, cela n’ aurait rien changé à son action. Mais, (remarque ironique), il n’ était guère malin, au milieu des excités de son camp, de paraître vêtu comme un ennemi de classe (anachronisme certes mais pour faire court)… Après tout, n’ entendit-on pas, un beau matin, que la République n’ avait pas besoin de savant? L’ oeuvre scientifique de Lavoisier ne compensant pas l’ horreur absolue de sa qualité de fermier général…

            2. Duff

              Toujours aussi décalée vos dialogues en vieux françois! Prenez exemple sur le nouveau qui nous sert de président, lui au moins il est compris de tous! Même d’une jeune rebelle prénommée Léonarda au vocabulaire n’excédant pas 300 mots. Prenez-en de la graine au lieu de nous infliger une pathétique défense de la courtoisie d’ancien régime!

            3. Duff

              arff je savais que je ne devais pas écrire ce commentaire, mais moi au moins, dans ma défense de la culture fraonçaise approximative, je me couvre d’honneur et de gloire en glissant quelques fautes d’orthographe ou de conjugaison pour illustrer l’affaissement du niveau de l’école ripoublicaine sauce Peillon. Je fais le job au lieu de le commenter.

            4. hussardbleu

              De l’esprit, ce Duff (dont je suppose que le patronyme doit être El Coat ? ceci dit pour rester dans l’ambiance)….
              Mais avec Harry, on s’amuse assez bien à alléger l’atmosphère de ces commentaires bourrés de sinistrose….

    1. channy

      D’un autre coté à Grenoble, les Prud’hommes ont déboutes de leur demande les 130 salariés du groupe becton Dickinson.
      chacun des 130 salariés demandait 20 000 euros de dommages et intérêts au titre de préjudice d »anxièté »
      ils reprochaient à leur employeur de les avoir exposé à l’amiante à l’amiante jusqu’en 1995

  20. Adrien

    Comme le résumait l’un de mes mentors (qui avait régulièrement affaire à des camarades plus ou moins révolutionnaires) :

    « Tout va mal, mais surtout ne changez rien »

  21. eheime

    « N’oubliez pas : dans une économie basée sur la réserve fractionnaire et l’inflation, la distribution de crédit est impérative pour que la machine ne s’arrête pas »

    > Les banques n’ont pas attendu l’existence des banques centrales, et de la monnaie fiat, pour preter plus que les dépots, fussent-ils en or (l’origine de la création des banques centrales était d’ailleurs une volonté d’en corriger les problemes de bank-runs potentiels ).

    Meme dans une économie avec une monnaie étalon, avec une contrainte empechant les banques de preter plus que les dépots (leur cout serait d’ailleurs probablement beaucoup plus elevé), et des finances gérées au cordeau, vous auriez tout de même des effets de cycle et donc « une machine qui s’arrête » par moments.

    Les bulles ont toujours existé et existeront toujours.
    C’est dans la nature de l’homme qu’il faut chercher la cause, pas dans la politique monétaire.
    La politique monétaire peut seulement atténuer ou amplifier ces phénomènes… (et prelever éventuellement une dime au passage aux détenteurs de monnaie sous forme de perte de valeur de la monnaie par des émissions d’obligations dont le capital perd lui-même de la valeur grace à l’inflation ou par emission directe de monnaie)

    1. Il y a bulle et bulle et elles ne se valent pas toutes. Le problème que vous mentionnez n’a rien à voir avec l’étalon-or mais avec le principe de réserve fractionnaire. Et c’est ce principe qui peut/doit être remis en cause (Bitcoin est un exemple tout à fait pratique).

  22. DirtyBond

    Au détour des propos très forts du n°3 de la gendarmerie sur les problèmes de sécurité du territoire, il y a une phrase qui m’a surpris : « migration importante de la population française en dehors des 25 agglomérations les plus importantes, vers la zone gendarmerie ».

    Il y aurait en France un mouvement d’abandon des grandes villes vers la campagne ? Ça me fait bigrement penser à ce qui s’est passé en Grèce lors de la crise grecque.

    J’ai manqué d’attention ou je n’ai pas entendu parler de ce phénomène dans nos médias ?

    1. MadeInCH

      Pourquoi? Ceux qui tiennent les mérdias aurait-ils intérêt à en parler?

      J’entends surtout parler de « comment densifier les villes », moi.

      C’est bien. Ce cera plus facile à circoncire (dans le sens « cerner », comme dans « l’incendie est circoncis ») si les français sont dans des zones moins denses.

    2. Adolfo Ramirez Jr

      les gens bougent vers la campagne surtout pour la qualité de vie. Je ne pense pas que les potagers familiaux dans les jardins de campagne soient nombreux, pour l’instant, en France.

  23. Flo

    « Le Monnayage Pour Tous ».
    Oh là là…J’ai mis un moment à me rendre compte qu’il n’était pas écrit « Le moyen-âge pour tous ». J’aurais pas dû lire « la Grève »…
    Quand on pense que les médias parlent de « virage (social-, néo-, ultra-…c’est selon) libéral » suite aux bons vœux de Moi Président…

    1. Fred

      Du grand pipo. Il suffit de relire son discours du 31 décembre pour se rendre compte qu’il reste et restera un bon gros socialiste à la sauce keynésienne. …

  24. YB69

    ok le système repose sur la distribution de crédit, mais comme le dit C Gave dans un article récent, aujourd’hui dans une économie ou les prix sont faussés de partout, prix marché, prix des actifs, ou il n’y a pas de marché libre, que voulez vous investir ? pourquoi voulez vous prendre du crédit ?

  25. Sayo

    HS, mais pour donner un exemple des exactions actuelles de notre (très) cher Etat…

    Je connais quelqu’un qui, ayant récemment touché quelques sous par héritage, a calculé qu’il avait franchi le seul de l’ISF. En citoyen consciencieux, il a naturellement déclaré cet état de fait, et rempli tous les papiers nécessaires.
    Et bim, contrôle fiscal.

    Il a donc contacté un avocat fiscaliste pour démêler les demandes ubuesques du contrôleur (notamment la fourniture de documents édités… par l’Etat lui-même, mais passons).
    Première réaction de l’avocat : « Mais pourquoi avez-vous déclaré l’ISF ! Vous êtes fou ! C’est donner la verge pour se faire battre ! Maintenant ils ne vont plus vous lâcher ! »

    Soyez honnête…

    1. Nocte

      Ce que j’aime les petites phrases…

      « L’Etat est jugé trop lourd »

      On ne froisse pas son electorat de base, hein, surtout pas avant des municipales… et on cherche à ratisser chez ceux qui voudraient changer de crémerie.

  26. Lafayette

    Et au moment des souhaits de de fin d’activité de good year, est-ce un dérapage ou est-ce de la création d’une nouvelle forme entrepreneuriat. Une vie plus sociale est faite de contact qu’ils disent.

Les commentaires sont fermés.