Made in France, E1 : « Pour Michel, ça sent le sapin »

Tranches de vie ordinaires en République Démocratique (et Populaire) Française, imaginées mais pas dénuées de réalité – Épisode 1 : « Pour Michel, ça sent le sapin. »

Par h16 et Baptiste Créteur.

Si, pour certains, notamment en hauts lieux, la Crise est une notion floue cantonnée à des chiffres négatifs sur des présentations Powerpoint colorées, pour d’autres, c’est un fait tangible qu’ils peuvent constater chaque jour.

Prenez Michel.

michel à la coutureUne dizaine d’années de cela, l’entreprise où il travaille, spécialisée dans la confection textile, commence à connaître des difficultés, ellipse pudique pour dire que les ventes décrochent et les recettes peinent à équilibrer les dépenses. L’augmentation continue du nombre de petites lignes illisibles sur les fiches de paie, symptômes purulents d’un mal profond sur les paies aux charges tumescentes, rend la tâche encore plus complexe en accroissant toujours un peu plus les difficultés administratives et pratiques pour rendre le travail compétitif. Et l’inflation vigoureuse des impôts sur le bénéfice achève le tableau en empêchant d’investir pour se moderniser et innover.

Après des années de tracasseries, de mesures d’économies pénibles, d’aménagements plus ou moins heureux des conditions de travail, des contrats et des méthodes mêmes de production, l’inéluctable arrive : il faut licencier. Sur 500 personnes, la direction estime que 30 départs sauveront l’entreprise, au moins pour un temps.

Bien évidemment, la nouvelle connue, les syndicats entrent en lutte, avec cet acharnement et cette humanité musclée qui les caractérisent, pour éviter toute perte d’emploi, toute modification dans les statuts et ces droits acquis jadis à la force du poignet. So- So- Solidaires avec les salariés, et évidemment intraitables avec les salauds de patrons, ils tiennent tête pendant 6 ans, en ce compris la séquestration rituelle de la famille du directeur pour bien montrer qu’ils sont prêts à aller jusqu’au bout, d’autant plus facilement que les médias, maintenant alertés et les caméras rivées sur eux, jouent largement en leur faveur si jamais, par un sort franchement coquin, cette séquestration les amenait malencontreusement devant la justice…

Les licenciements n’ont finalement pas lieu. Bien sûr, l’entreprise fait faillite, mais les syndicalistes ont tout prévu. D’une part, Roger, le leader syndical et longtemps sous les feux médiatiques pendant les âpres années de combat, a été amené à occuper un poste politique important. Au moins, lui est tiré d’affaire. D’autre part, un dossier a été monté pour que ses camarades syndiqués puissent racheter l’entreprise pour une bouchée de pain sous la forme d’une coopérative. Michel a assisté aux présentations et pris sa décision : il investira ses indemnités contre une part de la coopérative, et sera ainsi son propre employeur. La plupart des salariés ont fait de même, et la production reprend donc.

Les médias locaux s’enflamment, les nationaux suivent, et rapidement, les hommes politiques de tous bords viennent saluer le maintien en activité d’une entreprise industrielle dans le Bouchonnois, cette région autrefois prospère qui rayonnait jadis par ses industries métallurgiques et textile mais dont la prospérité ne laissait guère de trace que dans les yeux nostalgiques des anciens.

Las.

De petits nuages persistent pourtant à s’accumuler sur Michel et ses camarades coopératifs : le carnet de commandes bien rempli ne suffit pas à dégager de réelles marges, et bientôt l’entreprise fait à nouveau des pertes. Et lorsqu’on est son propre patron, c’est avec anxiété qu’on voit les déficits se creuser.

Pour faire bonne mesure, une chef d’entreprise enthousiaste vient leur donner des cours de gestion. Jadis honni des syndicats à grands coups de slogans, le capital retrouve une place essentielle dans les cours des actionnaires. Avant la reprise de la boîte par la coopérative, les syndicalistes n’oubliaient jamais de rappeler que le profit mène le monde à sa perte ; à présent, ils se gardent de tous commentaires oiseux et attendent avec impatience de pouvoir en faire, même un peu…

Tout comme ils n’évoquent pas la notion de trésorerie, de concurrence et de coût du travail. La chef d’entreprise, elle, le fait et ce n’est pas si compliqué : sans profits, point de salut ; les salariés coûtent cher et doivent produire plus qu’ils ne coûtent ; et si les salaires sont toujours payés avec une semaine de retard, c’est parce que la trésorerie ne permet pas de les payer en temps et en heure.

La situation est un peu tendue. Mais on a l’habitude (on est en France, hein !), on ne se laisse pas démonter. On fait appel à des spécialistes de l’organisation pour améliorer la productivité. Moyennant quelques ajustement d’horaires, on améliore les rendements ; la flexibilité, c’est important, surtout quand on est son propre patron, n’est-ce pas.

dilbert downsizing

Bien évidemment, tout le monde y va de sa bonne idée. C’est ainsi que la mairie de Grenouilly, commune du Bouchonnois dans laquelle est implantée la coopérative de Michel, décidera d’une subvention exceptionnelle (qui impactera modestement les impôts locaux que le même Michel aura à payer un peu plus tard pour renflouer les caisses de la municipalité). Et c’est comme ça que le Conseil Général se mobilisera pour que les commandes de maillots des équipes locales de football soient passées dans le département. Michel sourit quand son fils, qui joue chez les minimes, lui annonce que le maillot coutera 2€ plus cher cette année, et le fiston est fier de savoir qu’il portera, en plus de ses couleurs, un peu d’amour paternel.

Mais malgré deux recapitalisations, l’entreprise ne parvient pas à sortir vraiment la tête de l’eau. La chef d’entreprise qui les aide bénévolement leur apporte la triste nouvelle un mardi après-midi : la faillite de l’entreprise sera déclarée au tribunal dans les 48 heures. Le Ministre de la Vigueur Entrepreneuriale sera injoignable pendant le reste de la semaine. Les rédactions de presse, informées, ne trouveront pas le temps de déléguer plus qu’un pigiste : le pays palpite sur les histoires de cœur du président et n’a plus d’oreille pour les coopératives en déroute…

Pour Michel, ça sent le sapin.

Vous vous reconnaissez dans cette histoire ? Vous pensez qu’elle ressemble à des douzaines de cas relatés par la presse ? Vous lui trouvez une résonance particulière dans votre vie ? N’hésitez pas à en faire part dans les commentaires ci-dessous !

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires291

    1. Before

      Pouvez-vous donner plus d’infos : la citation tronquée et la citation complète, par exemple.
      Juste pour qu’on puisse se faire une idée de ce dont il s’agit, et réagir éventuellement.
      Et si la question ne s’adresse que à H16, écrivez-lui directement.
      Merci.

      1. La citation tronquée : « Les enfants n’appartiennent pas à leurs parents ». La citation complète :

        « La laïcité, c’est ce qui protège l’enfant et garantit aux enfants les mêmes droits et l’accès aux mêmes valeurs. Les enfants n’appartiennent pas à leurs parents. Donc la République doit leur offrir… [on lui coupe alors la parole]. Chaque enfant doit pouvoir accéder à des lieux qui lui permettront lui-même, ensuite, de faire son choix. C’est le cadre de l’école publique. »

        Autrement dit, l’école doit récupérer les moutards. Well done. Sans moi.

        1. Before

          Sans moi non plus !
          La citation complète n’édulcore en rien l’idée sous-jacente. Et je ne vois pas le rapport avec la laïcité.
          Ils ne se rendent pas compte de ce qu’ils disent ?

        2. Calvin

          La polémique vient, non pas de la citation tronquée, mais de la citation trafiquée : selon une rumeur, Mme Rossignol aurait dit : « les enfants appartiennent à l’Etat » (ce qui est effectivement faux).

          En réalité, Mme Rossignol commence par incriminer un énorme homme de paille (en gros, les traditions, les religieux auraient décrété que les enfants appartiennent aux parents, ce qui est faux depuis la chute de Rome).
          Personne ne relève donc qu’elle commence par une énormité.

          De plus, ce qu’elle dit ensuite sous-tend une prise en main des enfants pour en faire des citoyens nouveaux, extirpés de leurs racines, de l’influence de leurs parents, de leur conformisme naturel, etc.

          La polémique est stérile, certes, mais Mme Rossignol n’en reste pas moins une indigente sur le plan intellectuel, et une fanatique aux ordres des pires idéologies.

          1. hussardbleu

            Depuis qu’elle a été agressée près de son DAB favori, c’te pauv’ personne… v’la qu’elle a plus toute sa tête…

            de là l’expression « tronquée »… qu’utilise son sourcilleux groupie…

          2. gameover

            On oublie un peu vite que :

            Les parents ont par priorité le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants. » Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, 1948, article 26-3.

            1. bob razovski

              Et on oublie vite aussi que si un gamin fait une bêtise, ce sont ses parents à qui on ira demander des comptes. Pas à un directeur d’école, encore moins à un ministre de l’édulcoration.

        1. Hugeus

          Dans le genre XVIIIème, j’ai reçu ça ce matin, j’ai bien ri et je pense que Hussard et consorts apprécieront.

          Conversation enregistrée par le majordome de l’Élysée
          François le Bon, Président Monarque
          Ségolène, Madame Royale, duchesse de Poitou-Charentes
          Valérie de Twitweiler, Madame de Maintenant

          François
          Je vous ai fait venir toutes deux jusqu’à moi,
          Pour mieux vous faire part de mon réel émoi.
          Je me dois désormais de gouverner la France,
          Et je veux me vouer à cette gouvernance
          Sans me voir infliger chaque jour le souci
          De devoir arbitrer vos permanents conflits !
          Je veux que dès demain l’ensemble de la presse
          S’abstienne de parler du cas de mes maîtresses.
          Le trône que j’occupe exige que je sois
          Digne de la posture que l’on attend de moi.

          Royale
          Vous êtes mal parti ! Lié à cette garce,
          Vous resterez toujours le dindon de la farce !

          Maintenant
          Holà, Madame, holà ! Chantez un ton plus bas.
          Ce sont là des propos que je n’accepte pas !
          Vous vous trompez de genre, car en cette occasion,
          L’on doit parler de dinde et non pas de dindon.

          Royale
          Nous sommes bien d’accord ! Je vois avec bonheur
          Que vous vous estimez à votre vraie valeur !

          Maintenant
          Votre appréciation quant à elle m’enchante :
          Vous êtes trop aimable en vous voulant méchante ;
          Une injure de vous frise le compliment.

          Royale
          Pour vous complimenter encore un bref moment :
          L’homme doit sa fortune à sa première femme ;
          Enivré de gloriole, il en devient bigame,
          Et il doit la suivante à sa bonne fortune !

          Maintenant
          Vos considérations ne sont guère opportunes :
          Ce n’est qu’avec Franç ois que vous avez trouvé
          L’éphémère moyen de vaguement briller.
          Pu isa nt dans son esprit, sa force et sa raison
          Les moyens de servir vos propres ambitions,
          Vous avez tout gâché en y mettant du vôtre,
          Exaspérant les uns, fa isa nt rire les autres !
          Et depuis vous avez, sans perdre vos grands airs,
          Entassé joliment défaites et revers.
          Vous vous croyiez précieuse et fûtes ridicule,
          Vous espériez compter et ne fûtes que nulle !

          Royale
          Permettez-moi, Madame, avec tout le respect
          Que l’on se doit d’avoir pour qui est au sommet,
          De très modestement vous dire sans ambages
          Que le peu que j’obtins, je l’obtins sans « jambage » !
          Tout ce que j’ai perdu, je peux le regagner
          Sans devoir pour autant coucher à l’Élysée.
          Je ne dois qu’à moi seule les postes que je brigue,
          Perdant ainsi sans honte et gagnant sans intrigue.
          Quant à vous, l’on pourrait demain vous replonger
          Dans l’aimable néant dont vous fûtes tirée.
          Adieu, Madame, adieu, et n’étant point méchante,
          Je vous laisse rêver « hollandemains » qui chantent !

          François
          Eh bien voilà, voilà ; je crois que nous avons
          Fait assez bien le tour de la situation !
          Il est bon que parfois des vérités se disent,
          Qu’on puisse se parler avec pleine franchise.
          De la paix retrouvée, ces mots sont le prélude,
          Et tout va donc rentrer dans la normalitude.

          (à Royale)
          Embrasse les enfants, dis-leur qu’à eux je pense.

          (à Maintenant)
          Toi, viens faire l’amour avec la Présidence !

          1. hussardbleu

            Joli pastiche, mais plus vraiment dans l’actualité des amours élyséennes…. et la Twitweiler est davantage dans son registre avec le merveilleux, récent et trop vite effacé : « j’avais choisi un moche, je croyais être tranquille ! Tous des porcs ! »

            1. Nyamba

              Moui, m’enfin aurait-elle vraiment pu espérer mieux que Molle Glande ? Elle n’est pas particulièrement attrayante, non plus, hein…
              (pour continuer sur la lancée de mon manque de charité envers les femmes publiques…)

            2. Aristarque

              Il faudrait que nous réapprenions l’ art des quatrains frondeurs et des placets déplacés pour les puissants. Bref que nos libelles soient aussi nombreux que les gabelles de notre prince abominé

            3. Higgins

              Question: devinez pourquoi l’ex-première dame de Fraônce a effectué son premier voyage d’ex-première dame en Inde?
              (si les con-municants l’avaient su, elle n’y serait pas allé).

            4. Semaphore

              Elle voulait voir, pauvre oiselle, la terre supposée d’ origine des ses ancêtres (C’est la faute à Christophe C. qui partit sans savoir où il allait, une fois arrivé qui ne savait pas où il était et tout cela avec le pognon des autres)?

            5. hussardbleu

              Ceci étant, Mme Grand était une femme d’une exceptionnelle beauté : son portrait, que j’ai vu à Carnavalet, je crois, avec celui de Mme Récamier, en fait foi.
              La Valoche n’est pas de cette catégorie… même si, elle aussi, « a de l’esprit comme une rose »…

      1. Black Mamba

        Tu ne vois pas le crâne … J’avais trouvé un avatar plus charnel près d’une tombe mais l’image serait trop petite et le père hussard va encore ronchonner car il ne voit rien …

        1. Aristarque

          C’est comme cela que tu penses aux pauvres yeux des barbons? On n’ y voit goutte! (avec smartphone, sur ordinateur, je ne sais pas encore).

  1. Higgins

    Ça me rappelle furieusement cette importante PME du secteur automobile sise dans un département de l’ouest de la France, liquidée le 30 septembre 2013 (malgré l’appui de la présidente de région) et reprise sous forme de SEM (où la région est majoritaire) un mois plus tard.

    1. Théo31

      J’ai pensé à la même chose. La présidente de la région ne se vante pas de son exploit avec l’aimable complicité des passe-plats.

  2. petit-chat

    On a le droit d’évoquer LIP, Manufrance, Le France, le port du Havre, la SNCM, le port de Marseille, tous coulés par les Syndicats ?

      1. Higgins

        Les syndicats n’ont pas besoin d’aides (à part financières bien entendu). Pour les lois, voir les clowns de l’AN.

        Comme vient de le dire Jean-Pierre Petit aux Experts de ce matin: « la parole publique n’est plus audible dans ce pays. Les gens n’y croient plus ». Je suis de plus en plus pessimiste quant à l’avenir de ce pays. Ce matin, sur Radio Classique, un reportage indiquait que les autorités canadiennes s’attendaient à ce que les 14000 PVT offerts (http://www.liligo.fr/magazine-voyage/pvt-au-canada-le-compte-a-rebours-avant-la-ruee-vers-louest-21943.html) partent en 2 jours max (contre 3 mois, il y a 3 ou 4 ans).

        1. hussardbleu

          Passant rapidement devant un écran de télévise chez un ami un soir de cette semaine, j’ai entrevu la tronche d’Arnaud M. haranguant des syndicalistes de GoodYear (à moins que ce ne soit Mory, pas écouté, juste regardé une minute): il avait l’air bien moins flambard que d’habitude, et ses cernes sous les yeux, ainsi qu’un brushing défaillant, lui donnaient plus que sa cinquantaine habituellement bien conservée… Pas facile de s’adresser à des abrutis syndicalistes, bloqués sur leur idéologie du siècle passé, surtout quand, pour se faire élire, on a bassement surenchéri sur leurs conneries…

          Dans un ordre légèrement différent, cela n’est pas sans rapport avec cette fréministe du CNRS – entendue sur Radio Bolcho ce matin – et qui venait de passer, selon la journaliste énamourée qui la présentait d’un ton ému « sept années à étudier les termes applicables au sport féminin » dans l’optique naturellement de la discrimination envers les dames… sept années où cette illuminée fut payée sur les deniers publics à glaner (« glander sur » irait bien aussi) les traces du machisme sportif…
          Quantà Coubertin, qui voyait les femmes essentiellement comme reproductrices, je crains pour lui une castration posthume et une éradication toponymique genre Carrel…
          http://fr.wikipedia.org/wiki/Alexis_Carrel

          1. Calvin

            Pour Arnaud et ses problèmes d’apparence…
            Peut-être est-ce que cela n’a rien à voir avec l’économie, mais plutôt à la jalousie de voir que son boss se paye une actrice…

            Mais je m’égare, le gouvernement n’en est pas là…

            Pour ton histoire de femmes au sport, je pouffe.
            Pas pour rien que je suis président du Club D.E.F.I…

            1. hussardbleu

              Je me suis laissé dire qu’il aurait un côté Aragon…. pour les yeux (d’Elsa)…. mais bon, je dis ça en voisin peu Observateur….

            2. hussardbleu

              Jadis, il était classique pour un politique de gauche de prendre ses maîtresses dans le Bottin Mondain et à la Comédie Française… on en est aux journalistes à la ramasse et aux actrices hase-been… tout fout le camp!

          2. herpés labial

            Vu que ce pauvre Coubertin en était…
            Et champion de tir de plus, ce qui fait que cette discipline que je pratique (le tir bien sûr) reste olympique alors que pas tellement politiquement correcte n’est il pas ?

        2. Théo31

          Je pensais à l’histoire de la boite de pompes funèbres dont H16 avait rapporté les mésaventures, où le juge avait condamné le dirigeant à une grosse amende, ce qui avait amené le dépôt de bilan.

  3. Sabrauclair

    Ce que cette histoire m’inspire?

    C’est qu’être patron peut bien souvent être pire qu’employé: non seulement vous ne gagnez rien malgré les horaires que vous ne comptez plus, mais en plus vous perdez votre investissement en cas de faillite.

    Malheureusement pour eux, il aura fallu pour ces anciens employés, l’expérience douloureuse du patronat pour comprendre qu’ils avaient travaillé tout ce temps pour (presque?) rien mais aussi qu’ils avaient perdu toutes leurs indemnités chômage.

    Et comme toujours, ceux qui s’en sortent mieux sont les responsables (?) syndicaux…

    A quelque chose malheur est bon: s’ils ne sont pas trop sots ils ne referont pas la même erreur une deuxième fois et ménageront leur employeur futur, plutôt que de l’agonir et de le jalouser.

      1. Aristarque

        Le sens demeure incompréhensible dans votre propos : pour moi, compter sur l’ intelligence des syndicats indique plutôt que d’espoirs (vains), le débordement se manifeste.

    1. SebMtp34

      il ne perd pas que son investissement…

      Bien souvent ledit patron est caution personnelle de sa boite.

      Au TC en ce moment, j’estime à 2/3 la proportion de « action contre la caution dont le débiteur principal est en RJ LJ » comme ils nous mettent sur le rôle des audiences.

    2. gameover

      @ Sabreauclair

      « … s’ils ne sont pas trop sots ils ne referont pas la même erreur une deuxième fois… »

      Ca serait reconnaitre qu’ils ont fait une erreur la première fois. Je pense plutôt qu’ils trouveront un bouc émissaire : la collusion du grand capital contre les ouvriers (pléonasme) au travers des banques, des distributeurs, des importateurs faisant travailler des petits nenfants…

    3. channy

      « C’est qu’être patron peut bien souvent être pire qu’employé: non seulement vous ne gagnez rien malgré les horaires que vous ne comptez plus »

      Mon Boss ne se verse plus de salaire depuis fin Octobre et bosse 12 heures par jour mini( il a 3 gosses)..pourquoi? il a des scrupules à virer un cas sociale divorcée avec 2 gosses, sous productive au boulot et étant en plus dépressive et alcolo ..
      elle est l’héritage de l’enseigne reprise par mon boss avec une convention collective très généreuse( 13eme mois, ticket resto, prime de vacances etc ..)Bref trop bon, trop con le capitaliste de patron

  4. LeRus

    Quelques définitions:
    – SCOP: formule magique de gauchos permettant à une entreprise sans dirigeants et sans capital de s’affranchir de notions telles que la compétitivité, les charges, les commandes, etc…
    – Réalité: Chassé férocement par les dirigeants socialistes (et une bonne partie de la population), cet animal autrefois fort répandu en France est aujourd’hui en voie d’extinction.

          1. hussardbleu

            « foire » et « coloscopie »? on est dans la tautologie, là….on semble avoir oublié le sens argotique premier de « foire », que l’on trouvait pourtant couramment jadis et naguère… par exemple dans le Journal des Goncourt, où le bon Jules voyait en l’Allemagne le « pays de la foire » – étrange fixation scatologique au profit d’une étrange Revanche – jusqu’au années 1980, avec Coluche et ses « Enfoirés » qui ont modifié radicalement l’acception du mot pour le commun de nos contemporains.

    1. gameover

      @ LeRus si tu permets :

      – Réalité: Chassé férocement par les socialistes, cet animal autrefois fort répandu en France a trouvé refuge dans une télévision.

  5. Marc

    Ca me rappelle l’épisode Sea France… le naufrage retentissant d’un syndicat qui avait pourtant décidé de saisir la barre et maintenir le cap, contre vents et marées.

    1. Adolfo Ramirez Jr

      de saisir les caisses et de maintenir le statu quo, contre vents et marees plutot.
      les ventes a bord du bateau allaient directement dans les caisses du syndicat, qui avait de facto le droit de recruter ou licencier ceux des salaries qui osaient moufter.
      et bien sur, quand la bise fut venue, ils ont propose de prendre toutes les indemnites des salaries pour lancer une SCOP… et continuer comme avant. Dieu merci les salaries savaient a quoi s’en tenir.

  6. Aristarque

    Si ce n’ était que des douzaines… Hélas, pour un Heuliez qui s’en tire mal mais au moins partiellement, ce sont des milliers de PME qui meurent en silence…

      1. Aristarque

        Tout le monde sait parfaitement ici que si Ségolène n’ avait pas fait un tintamarre inouï autour de cette boîte, elle aurait péri corps et biens et en silence ou à peu près… Si le tintamarre suffisait à rendre une entreprise rentable, nous serions assourdis…

      2. royaumont

        Heuliez ? 3 faillites en 5 ans. Ca, c’est de la vision stratégique ! Pour récompenser autant de clairevoyance, la responsable de ce désastre a été catapulter vice-présidente de la BPI. Quelle belle garantie d’avenir.

        De son coté, M Martin, après avoir amusé la galerie chez Arcelor, il se retrouve tête de liste aux européennes. Reconversion réussie, au frais du contribuable. Là au moins, il ne fera pas de dégats (sauf si quelquechose m’a échappé et que ce parlement a une utilité quelconque).

        1. tabbehim

          Là au moins, il ne fera pas de dégats (sauf si quelquechose m’a échappé et que ce parlement a une utilité quelconque

          oui, il a une utilité caché….il pond des règles communautaires que notre gouvernement ainsi que notre AN doivent reporter dans la Loi 🙁
          le meilleur endroit pour gagner des sous tout en faisant nawak 🙁

  7. Flo

    Michel lors de premières réunion aurait mieux fait de partir en disant :
    « Je ne suis pas d’accord et je vais arrêter le moteur du monde ».

  8. Jesrad

    Dans la SSII qui m’emploie, cette année on fusionne des agences. C’est une autre façon discrète – voire pudique – d’accompagner la réduction d’effectifs. La newsletter mensuelle interne se réjouit que la boîte ait réussi à conserver trois gros contrats, pas un mot sur ceux qui ont été perdus. On y trouve un entrefilet sur les cooptations: le grand gagnant cette année, loin devant les autres, a réussi à faire embaucher… trois personnes.

    Y a pas que l’industrie ou l’artisanat qui trinquent.

  9. petit-chat

    Connaître la liste des très nombreuses entreprises coulées par le fisc ou/et les banques serait intéressant.
    Les Tribunaux des Chambres de Commerce sont aussi une véritable mafia, coulant des boîtes pour les faire racheter par les copains.

    1. Black Mamba

      Ah! les banques …
      Combien de fois j’ai dû dire à mon époux  » Les banquiers ne sont pas nos amis … » , bien au contraire ils vous donnent la pelle et la pioche pour qu’on puisse nous même creuser notre tombeau …

      1. gameover

        J’ai le souvenir après déblocage d’un prêt immobilier avec la signature de l’acte notarié afférant d’avoir reçu les félicitations de ma banquière et de m’être enquis des raisons de ces laudations.

        « Mais d’être propriétaire ! » me fut-il répondu

        Ce à quoi je répondis « C’est donc à vous que je retourne le compliment, moi ça sera dans 15 ans… peut-être »

        La réponse ne fut guère appréciée…

    2. Kekoresin

      Bien dit petit chat. J’ai plusieurs exemples de boite rachetées au rabais (et c’est peu dire) grâce à des collusions et des copinages de bas étage avec les tribunaux de commerce.
      Pour ce qui est des faillites, tu peux rajouter le RSI, l’URSSAF, les syndicats, l’inspection du travail qui relèvera inéluctablement des entorses aux 4000 pages du code du dit travail, l’hygiène et la sécurité, les associations de handicapés qui vérifieront consciencieusement que toute l’entreprise est bien accessible aux fauteuils roulants, aux chiens d’aveugles (heu…mal-voyants), aux cons (heu…mal comprenants)…
      Et si l’entreprise doit disparaitre, tant mieux: il n’y a pas de petits combats dans la guerre contre le fléau capitaliste, isn’t it?

    3. Alx

      Pr les banques, faut relativiser, elles causent rarement les faillites par elles meme, les difficultes de tresorerie viennent du defaut d’activite, des organismes deja listrs, avant de venir du manque de cooperation des banques. Je sais, il peut y avoir des contre-exemples, mais quand les banques coupent les lignes puis appelent les garanties, c’est que la situation est « irremediablement compromises », pour reprendre les termes consacrés. Le pire, c’est qu’elle peuvent etre mises en cause pour « rupture abusive », ce qui est devenu encore plus facile depuis la mise en place du mediateur de la republique pour les affaires bancaires…

        1. gameover

          « … elles peuvent etre mises en cause pour « rupture abusive »  »

          ou à l’opposé pour complicité de poursuite d’activités déficitaires quand elles laissent les vannes ouvertes trop longtemps.

  10. Aristarque

    Il y a quelque chose d’ épouvantable sur ce blog, c’est de lire que les salariés coutant cher se doivent de produire plus! Ils sont aliénés! Et on prône cette aliénation, qui plus est!Pensez à l’ humanisme discret de Karl M qui trouvait cela intolérable! Lui qui n’ avait jamais rien fait sur le plan économique si ce n’ est de vivre des rentes de sa femme puis de celles de son pote Engels, savait de toute omniscience que cette aliénation devait disparaitre pour que le prolétariat puisse jouir pleinement du fruit de son travail au lieu de se le faire spolier par de méchants patrons vendus au Kapital apatride, etc… Le fait que cela n’ ait jamais marché nulle part, y compris dans la Mecque de cette nouvelle religion, ne refroidit finalement guère de monde en Grance puisque même ce qui s’appelle droite navigue avec la même pensée, le goulag en moins peut-être, du moins initialement. Mais comme la réalité étant ce qui reste lorsqu’ on a cessé de croire et qu’elle est toujours moins belle que l’ utopie, les rêveurs éveillés réclament encore plus de niaiseries de cet acabit. Et le Titanic de voguer gaillardement vers de prometteurs rivages, Cythère d’ espérances chimériques toujours détrompées. Combien de Castro, de Chavez, de Maduro devrons nous encore endurer?…

    1. André Rosa

      Le problème est religieux. Ce qui caractérise la Modernité, c’est le dévoiement des forces mystiques vers le temporel, le politique.
      Ce qu’il faut aimer plus que tout, plus que sa propre vie, c’est Dieu et rien d’autre.
      Dès lors que l’on met l’Etat, la Nation, la Révolution ou une quelconque autre idole à la place de Dieu, afin d’entraîner les hommes à s’y dévouer par amour plutôt que par devoir, on crée des attachements, des fanatismes résistants.
      Les religions bibliques ont un nom pour cela: l’idolâtrie.

      Tant que la Modernité ne se remettra pas sérieusement en cause, en montrant les limites de l’enthousiasme d’un Galilée ou d’un Rousseau, nous resterons englués.

      Avec un Vincent Peillon qui veut explicitement abolir la distinction entre temporel et spirituel, nous ne sommes pas sortis de l’auberge!

  11. GG

    Et boum, on prend seulement trois jours de vacances et on se retrouve avec six articles de retard à lire ! Comment fait h16 pour soutenir un tel rythme ?

      1. hussardbleu

        On imagine…. une brigade de galèriens de la plume financière et socio-économique, tapes en bouche, penchés sur leurs écrans, auxquels ils sont reliés chaîne au pied, tandis que Black Mamba, capitane sévèrement liburnée – qui bénéficie manifestement des indulgences de l’Intendant – fait claquer son fouet au dessus de la chiourme…

            1. hussardbleu

              J’avoue…. j’ai failli… et puis j’ai pensé à mes cleavages d’hier et me suis abstenu…. Nimium boni est, cui nihil est mali… n’est-ce pas?

        1. petit-chat

          Vers chez moi, il y a une entreprise dite de ravalement. La façade part en lambeau, il y a des fils électriques qui pendouillent en travers, le portail a connu au moins deux guerres et la poutre faitière est tordue.
          On peut penser qu’ils ont tellement de boulot qu’ils n’ont pas le temps de soigner l’image de l’entreprise.
          Un cordonnier aux pieds nus, en quelque sorte.

        1. Black Mamba

          Les chinois n’ont pas besoin de coup de fouet à la différence des français, … Ces petits lutins jaunes se dévouent corps et âmes pour la rentabilité…

        1. tabbehim

          à lire, j’ai presque l’impression que white panda est un pauvre petit travailleur exploité par le méchant capitalisme (financier) féminin 😀
          Black Mamba est la méchante patronne qui tient ferme la barre !

  12. Djefbernier

    Le blog de l’apocalypse financière tient une liste qui me semble vraiment vraiment épaisse à présent, ça remonte de partout, mais bon on peut pas lire et conduire, entre autres… y’a pas grand chose qu’on puisse faire en même temps que lire. Le mort par noyade est la plus douce que je connaisse.

  13. Calvin

    Miam, une mini-série d’articles à déguster le vendredi qui nous change de NVB !
    J’attends les épisodes 2, 3, …
    Je me doute que l’épisode 4 ne sera pas sous-titré : « Un Nouvel espoir »…

  14. Marc Aurèle

    Parfois je me demande s’il ne faudra pas en passer par un effondrement complet, total et douloureux afin que notre pays ne se débarrasse de tous ses parasites.

    Une remise à zéro du pays. Et des tribunaux pour juger les fossoyeurs actuels.

    1. tabbehim

      des tribunaux qui obéiront à ce moment là à la loi de lynch…
      ça risque de créer d’autres requins 😉
      une RAZ, pourquoi pas, mais pour monter les choses comment?
      Quel genre de pouvoir? une république? une démocratie? une royauté? une dictature (éclairé ou non)? Kane ventant la paix par le pouvoir? 😛

    2. Le Gnôme

      Le pays disparaîtra avant les parasites. Les étrangers ont compris, leurs investissements s’écroulent, il faut dire que les prises d’otages de dirigeants avec passage en direct à la télévision sont une forte incitation à venir ce développer chez nous, avec en prime un silence complice des gouvernants.

          1. petit-chat

            Je n’ai pas regardé la vidéo (j’ai pas osé !).
            Quant à une pétition portant les noms de Valse & Toubir, non, pas possible non plus.
            Mais c’est gentil d’avoir pensé à moi !

          1. petit-chat

            J’ai vu, son analyse me paraît juste.
            Les « choses » se dégradent si vite et d’une manière exponentielle que j’ai tendance à le rejoindre.
            Qui aurait imaginé il y a 10 ans une attaque du RER ?
            Bientôt il faudra lutter pour sauver sa vie au quotidien.

            1. hussardbleu

              On parle souvent, dans la presse bien-pensante, de la torture – contre les poseurs de bombes – pratiquée pendant la guerre d’Algérie par les paras français, mais on « oublie » si commodément les atrocités commises par les fells contre les petits « colons » dans leurs fermes prises d’assaut : et ce n’étaient pas des chatons que l’on lançait contre les murs…

              Inutile de s’appesantir sur le sort réservé aux femmes, et même aux petites filles : les photos existent, prises par la Gendarmerie…

            2. gameover

              @ HB
              C’est bien pour cela que la repentance ça me gonfle.
              La guerre c’est la guerre et qualifier des crimes comme étant contre l’humanité ça sous-entendrait qu’il y en a pour l’humanité… des crimes humains au sens noble du terme.

              De même qu’avoir des règles pendant une guerre est tout aussi idiot et il n’y a pas de « sauf »…

          1. yp

            Il sera condamné à une journée citoyenne de sensibilisation à la condition animale incluant un repas végétarien équilibré.

            Cette journée sera suivi d’une période de probation d’un an durant laquelle l’individu sera gratifié d’une prime d’un montant de 10 euros par jour ou il ne diffuse pas de film cruel envers les animaux.

            Exemplaire, la punition. Non mais !

  15. yoyo6963

    fac similé d’un reportage vu ce mois-ci sur une manufacture de sous-vêtements…
    Tout y est, y compris l’intervention d’un ingénieur pour réorganiser la production, qui cherche à obtenir un x2 en rendement, chronomètre les couturières, il y avait même une « marraine » entrepreneur de son état, qui bénévolement tenait les rênes, leur expliquant que sans augmentation de capital il fallait fermer… augmentation obtenue in extremis via un investisseur et permettant de payer les salaires, au moins ce mois-ci, avec 10 jours de retard…
    Et ça s’arrêtait là.

  16. vengeusemasquée

    Dans mon administration, en revanche, ça va plutôt bien. Personne ne se pose ce genre de question.
    J’envisage de plus en plus sérieusement l’abandon de poste. Tout simplement, arrêter d’y aller et voir ce qui se passe. C’est une machine qui rend fou, vraiment.

    1. petit-chat

      Ne vous découragez pas, il suffit de faire de la présence pour le salaire, et de se trouver une activité (discrète) de substitution !

      1. vengeusemasquée

        évidemment et je recommande aussi le Tome 2 particulièrement déprimant.
        Le problème n’est pas tant le manque de travail que le niveau intellectuel de ce que je fais. Quand on demande aux salariés davantage de productivité pour faire survivre leur entreprise, comme mentionné dans le joli billet du jour, nous on nous demande de ne surtout rien changer pour aller plus vite parce que bon, ça change les habitudes et ça, c’est mal. Donc on est de moins en moins productif.
        Ce que je fais, une machine le ferait avantageusement.

        1. Kazar

          Si votre travail ne vous satisfait pas intellectuellement, c’est effectivement un problème, vu le temps qu’on y consacre… Mais si vous avez un accès à un ordinateur, ce qui semble être le cas, vous pouvez largement en profiter pour lire le blog d’H16, ce qui est déjà un gros avantage 🙂
          Bon courage.

        2. gameover

          « … Ce que je fais, une machine le ferait avantageusement. »

          Je n’ai pas encore essayé ces jouets. Mais avantageux, je n’en doute pas : une machine n’a pas besoin de carte bleue.

          1. Aristarque

            Attention à BM si tu l’ empêches d’ avoir accès aux fanfreluches totalement indispensables pour les dames. La CB est LE sésame d’ accès au nirvana, hormis quand elle caresse WP de sa lanière, l’ un n’ empêchant pas l’ autre….

            1. Aristarque

              Tsss Tsss, c’est bas!
              Suis pas vissé à un PC, moi.
              Et faux, en plus puisque je ne peux l’ avoir (<60 ans). Je sais, cela t'énerve de me devancer en éclaireur de ce nouvel âge…

        3. LOG

          Il y a longtemps j’avais été dans une situation comparable (travail très très ennuyeux, mais dans la finance, pas dans l’administration), et une parade qui s’est avéré efficace : faire des maths. Dans pas mal de cas ça se passe dans la tête, ou bien quelques gribouillages illisibles sur un coin de serviette, donc de l’extérieur on semble tout simplement être un peu vide dans la tête. En deux ans à ce rythme je pense que j’ai pu effectuer l’équivalent de 1 an de boulot à temps plein sur ma thèse.
          Le tout est d’avoir l’air de réfléchir devant son écran, et en pratique il suffit de taper sur une touche ou faire un click de manière aléatoire, ouvrir un fichier ou le refermer, sauver son document toutes les 2 minutes.
          Ca marche aussi en meeting, où il faut juste noter 2-3 trucs aléatoires, avec en prime le fait que d’un point de vue extérieur on est pas en train de lire ses mails ou de surfer sur son ifon.
          C’est aussi un bon entrainement en terme de concentration.

          1. royaumont

            Dans la série « la vie trépidente dans nos administrations », je vous recommande « Belle du Seigneur » d’Albert Cohen. La description de la vie au sein de la SDN (donc dans les années 20) vaut le détour.
            Une culture de l’inutile, ça se travaille dans la durée !

          2. vengeusemasquée

            D’une manière générale, c’est ce que je fais (enfin, pas des maths, j’avoue que ce n’est pas mon domaine de prédilection, je sais, c’est la honte) et ça passe à peu près. C’est lorsque surviennent les inévitables conflits que ça se corse, genre quand on me fait tout un fromage pour 10 minutes de retard sans aucune importance ou que ce qu’on me demande est vraiment vraiment totalement inutile dans des proportions dont vous n’avez pas idée. Là je dis non et généralement, ça se passe mal.
            Pour autant, je fais ma petite grève à moi et je refuse catégoriquement de chercher à obtenir un nouveau à poste à responsabilités. Pour me retrouver à nouveau proche des élus et à devoir encadrer des incapables, non merci.

        4. Higgins

          J’ai connais un similaire. Pas faute d’avoir prévenu l’intéressé pourtant. Au final, il va se retrouver à la porte quand la structure qui l’emploie va sombrer (ce qui ne saurait tarder, je pense. Trop d’erreur de management et gouvernance déficiente).

  17. Nyamba

    HS coquilles, à effacer après usage :
    « imaginées mais pas dénuéeS de réalité »
    « Et l’inflation vigoureuse des impôts sur le bénéfice ach*ève* le tableau »
    « avec cet acharnement et cette humanité musclée qui les caractériseNT »
    « et les caméras rivéEs sur eux »
    « le carnet de commandeS »
    « que le même Michel aura *à* payer un peu plus tard  »

    Histoire émouvante, au demeurant. On hésite entre foutre des baffes à Michel pour qu’il se réveille un peu, ou lui tapoter gentiment l’épaule avec un sourire contrit. Vivement l’ép. 2 !

    1. vengeusemasquée

      Nan mais arrêtez tous de dire « à effacer après usage ». Vous voyez bien que H assume ses coquilles enfin ! Ca arrive à tout le monde. 😉

      1. Nyamba

        Au moins la partie listée… C’est pas vraiment constructif, dans le thread des commentaires, surtout quand il s’agit de fautes de frappes 😳 …

  18. Olivier Vitri

    Doux pays où l’on arrive à plomber un bilan grâce aux Charges Socialistes Obligatwares, malgré des ratios de marge et de performance en hausse, une clientèle fidèle des plus solides, des charges d’exploitation amoindries et des achats toujours mieux négociés en comparaison de n-1 et n-2… Le pacte de combactitivité quinquennal n’y fera rien… et ce qui sert de banquier ne percevra pas la performance extraite malgré l’enfer fiscal, tout ceci n’apparaît pas sur les 2 lignes de la (ch)liasse fiscale qu’on lui commande de lire… Pas assez pour la Socialie mon fils.

  19. tabbehim

    quand on est dans une entreprise où le délégué syndical est désigné volontaire et que les éventuels syndicats qui veulent s’implanter sont pris pour des cons en leur rappelant leur dernière « réussite », est on un horrible méchant con, vil, cruel et mangeur d’enfant?

  20. Kekoresin

    Marisol TOURNELAVILAINE à déclarer qu’elle adorait les SCOP et autres entreprises participatives. Je pense qu’elle a raison dans le sens où cela confronte les salariés de notre patrie avant-gardiste aux dures réalités de la bureaucratie qui tente, loi après loi, de mélanger l’huile et le vinaigre (capitalisme et socialisme).
    Tout à coup, ces ex salariés syndiqués commencent à râler contre l’état autrefois protecteur, maintenant fossoyeur! Si certaines survivent, la plupart de ces structures s’effondrent alors que, bien souvent, l’outil de travail est récupéré à vil prix. Imaginez ce que ce serait s’ils avaient du investir dans l’entreprise à coûts réels!
    Nos gouvernants ont beau essayer de tordre la réalité à grands renforts d’artifices coûteux, la dure leçon de l’économie finit pas les rattraper. C’est vraiment trop injuste, il faut des clients pour acheter ce qui est produit! Monde de merde!

    1. royaumont

      Pas de méchanceté contre Nunuche. C’est vrai, avec son sourire de cheval et ses yeux de merlan-frit qui regardent les anges (ou les bisounours), elle semble bien inoffensive.
      Si on aime les SCOP, est-ce qu’on peut dénigrer le crowfunding ou le capitalisme populaire ?

      1. socialovici

        non royaumont,Nunuche n’est pas inoffensive,elle est la représentante du lobby pharma a l’assemblée,a droite c’était Bachelot(alias supervaccin,alias je pantoufle chez canal+).Nunuche a plein de pognon

      2. Kekoresin

        Mon cher Royaumont, je ne dénigre point et je trouve au contraire que c’est bien. Il faut que tout le monde y trouve son compte quand une boite prospère. Je dit simplement qu’au lieu de promouvoir certaine structures d’entreprises de manière purement idéologie, elle pourrait peut être s’interroger sur pourquoi tant d’échecs.

        Il me semble qu’il est plus aisé pour Mariesaoule TOUTELASMAINE de parler d’économie participative joyeuse que de réalité économique (beuark!).

  21. gameover

    Un peu de douceur dans ce monde de brutes :

    Quand le PCF licencie la moitié de ses effectifs c’est une crise d’identité :

    http://www.leparisien.fr/politique/apres-la-fete-les-licenciements-18-09-2002-2003411687.php

    Quand c’est la CGT :

    « Le climat se dégrade. Serge Crimet se voit bientôt reprocher un « manque de réalisation des objectifs », digne d’une entreprise du CAC 40. Il est convoqué à deux reprises pour un entretien préalable au licenciement. La procédure s’éternise. En juillet 2009, le syndicaliste ne peut ouvrir la porte de l’union locale CGT de Coutances, son lieu de son travail : des camarades ont ajouté un verrou… »

    http://www.lepoint.fr/societe/la-cgt-condamnee-pour-licenciement-abusif-24-06-2012-1476971_23.php

    1. petit-chat

      Voilà de la bonne pub ! (d’habitude, je suis plutôt pubophobe car je déteste être agressé par des conneries destinées à des débiles mentaux)

      1. hussardbleu

        Le Président de la section suisse de la Licra, élu en janvier 2014, porte le nom de Philippe KENEL…. ce qui s’appelle avoir le sens de l’opportunité…. il succède ainsi à Jean Philippe Rapp…

      1. tabbehim

        traduction, les gens qui voudront faire les cons « blinderont » leur véhicule 🙂
        une onde, ça s’arrête ou ça s’attenue suffisamment pour être noyé dans le bruit ^^
        de toute façon, ce type de technologie n’arrêtera pas les véhicules de ceux qui veulent s’en prémunir.

        1. gameover

          Mais ça sera comme pour les armes à feu.
          Pas sûr que ceux qui auront le boitier auront de bonnes intentions à votre égard. Ca va leur faciliter la vie.

          1. Before

            Je ne dis pas que personne n’enfreindra la loi… Mais simplement que les voitures trop vielles seront interdites et que les dispositifs de brouillage le seront aussi; comme maintenant pour les détecteurs de radar et les armes.
            C’est dans la logique du projet.

            1. gameover

              Merci de la précision. Je suis mal formaté. J’ai tendance à croire que ce qui est interdit n’est pas en vente libre.

              Au sujet des radars je vous recommande une appli WASE qui m’a scotché. Il y a 2 semaines en rentrant de week end de ski donc un dimanche soir WASE nous a demandé de sortir de l’autoroute un peu avant Lyon ce qui me paraissait complètement débile car c’était assez fluide… mais bon faut bien tester sinon à quoi bon.

              A peine sorti on a roulé sur une départementale en parallèle de l’autoroute… autoroute surlaquelle les véhicules étaient arrétés à cause d’un accident. Entre 5 et 10 bornes de bouchon. Autoroute info s’est réveillé 10 minutes après mais trop tard.

              Et hop WASE nous a ramené sur l’autoroute exactement après l’accident… moins de 500m.

              Sachant qu’il y a encore très peu d’utilisateurs de WASE ça veut dire que le système fonctionne nickel puisqu’il scanne la vitesse de tous les mobiles et réagit en temps réel et au mm.

              Le coyote amha est dépassé. De plus il semblerait que le téléphone mobile n’est pas saisissable et il n’y a que la douane qui ait le droit de mettre le nez dedans.

              Ce qui prouve encore que les citoyens peuvent s’organiser mieux et sans état s’il était besoin d’apporter de l’eau au moulin de ce concept.

            2. hussardbleu

              J’ai essayé WASE, mais comme je suis une brêle avec ces infernales machines, je n’ai réussi qu’à charger le GPS : anyone willing to help an old geezer ?

            3. vengeusemasquée

              C’est Waze. Explique moi quel est ton problème HB. Je peux sûrement t’aider. Une fois que tu as installé l’appli, tu lui dis où tu veux aller. Il n’y a rien à changer dans les paramètres, tout se fait tout seul. Il te recalcule l’itinéraire au fur et à mesure que les bouchons sont pris en compte et t’avertit aussi au fur et à mesure de la présence d’événements désagréables (huh huh) sur ton chemin.
              Il y a de plus en plus d’utilisateurs de Waze. Regardez dans les autres voitures autour de vous, c’est impressionnant, au moins en région parisienne. Coyote et TomTom se sont laissés totalement distancer parce qu’ils ne se sont pas du tout adaptés aux évolutions du marché.

            4. gameover

              Perso je l’ai mis sur un Iphone 4S et mon fils sur un Galaxy 3.
              Je n’ai pas souvenir d’avoir chargé plus que l’appli elle-même qui te donne l’impression d’être sur Google maps effectivement. Les configurations d’alerte sont toutes ON par défaut et tu devrais voir les différentes alertes (trafic ralenti, képis, etc…) ou alors tu vis en pleine cambrousse ?

              Au fait ça marche pas sur le Nokia 3210 de 1978… :mrgreen:

            5. vengeusemasquée

              Effectivement, maintenant Waze appartient à google alors les infos sont partagées entre l’appli et google maps. C’est assez chouette.
              Tiens nous au courant cher HB.

            6. hussardbleu

              Rechargé l’appli, il semble y avoir une différence : j’avais dû modifier un paramètre par inadvertance… je vais essayer ce soir, prenant ma voiture pour aller dans un « désert affreux » du Morvan…

              Chalon, Gameover ? pas bien loin en effet… Je viens juste d’acheter un DVD sur le Chalon des années 1920 à 55, avec les vieux Carnavals, encore dans l’esprit médiéval… ces gens qui dansaient en farandoles, en noir et blanc, tous morts maintenant : sinistre comme une danse macabre… brrr…

            7. petit-chat

              @Before
              L’interdiction des vieux véhicules (donc pas bricolés pour être tracfinés) est en cours puisque notre dame de Paris l’a évoqué. Sa successeuse ne pourra que poursuivre le grand oeuvre.

        1. tabbehim

          un blindage interdit? 🙂
          et vous croyez qu’il le seront comment que vous avez blindé votre véhicule?
          le plus amusant, c’est que les plus mécano/électroniciens vendront des solutions encore plus habiles :
          -> Il installeront un con de filtre en le boitier et le système de commande (je suppose via bus CAN)
          -> Le boitier enverra bien les infos de réceptions
          ->Il ne servira d’ailleurs qu’à ça en faite 😀

          à moins que je sois hyper négatif et qu’on parle d’interdire le boitier…mais je me demande si même dans le meilleurs des mondes, ce jouet serait interdit…je pense plutôt que big brother fera passer ça en 2084 sous forme d’une solution de repérage sécurisé avec tout les avantages du mondes pour les usagers 🙂

    1. Aristarque

      Vous êtes bien trop pessimistes! C’est l’habillage sécuritaire »pour votre bien de citoyen respectueux des lois pour que les vilains délinquants finissent en taule (qui reste à construire) ». Dans la pratique, cela servira à une écotaxe »temps d’ occupation d’ une voie publique » qu’ on nous pondra pour l’ entretien des routes… Quant à espérer que des instances « démocratiques » stoppent ce genre de projet, je n’ y crois plus. Puisque des Chambres envisagent sans frémir de faire main basse sur le patrimoine des citoyens (chyprage) pour se renflouer à la manière de truands de la plus vile espèce, qu’ espérer d’élus dont la plupart pratiquent la corruption, la prévarication, le clientélisme à grande échelle ? …

    2. Nocte

      Il y a tout de même des gens qui considèrent ce projet comme quelque chose de pas si mauvais…

      Sacrifice de la liberté pour la sécurité…

      1. gameover

        Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux. »
        Benjamin Franklin

        C’est difficile à faire comprendre que ce principe ne peut souffrir AUCUNE exception.

        Mais les gens ont le même raisonnement que pour la peine de mort… « oui sauf… »

      1. gameover

        La Poste :
        200 suicides en 5 ans pour 243,000 employés soit 16.46/100,000

        France métropolitaine:
        10,565 suicides en 2008 pour 62.5 M d’habitants soit 16.9/100,000

        C’était pareil quand on nous a fait le coup avec France Telecom.

        1. gameover

          2 par jour c’est un chiffre qui circule et qui ne serait pas aberrant à partir du moment ou il y a 3.2 millions de PME / TPE.

          En appliquant le taux de suicide standard ça donnerait 1.5 par jour.
          En tenant compte de la surexposition de cette population, 2 est donc vraisemblable.

            1. Nocte

              Je vois où en est ma femme… et encore elle a jeté l’éponge.

              Je regarde mon patron et il n’est pas en forme.

              Un pote qui espère tenir sur 2014

              La femme d’un collègue au bout du rouleau.

              Ma belle-soeur qui a liquidé

              Et pour certains, ca n’est même pas le carnet de commandes ou les clients qui manquent… non, c’est juste les fonctionnaires qui tiennent plus de l’inquisition que du service public, c’est l’instabilité fiscale et législative, c’est l’urssaf, le rsi, ce sont les gens qui les regardent de travers et leur « crachent » dessus parce qu’ils gagnent, ont gagné ou veulent gagner de l’argent, parce que ces mêmes gens les voient comme d’horribles esclavagistes qui ne veulent pas partager, etc…

    1. yp

      Ce chiffre de deux suicides par jour ne m’étonne pas. Je connais un patron qui, tout en allant bosser tous les jours, vivait sans électricité, sans chauffage et sans eau chaude, il avait des mois de loyer de retard, parce que les URSAFF et RSI ont procédé à une saisie sur son compte chacun de leur côté… L’huissier ne lui a même pas laissé les 400 et quelques euros minimum. Quand à espérer vous faire rembourser le trop perçu , mwouarf ! Deux ans après on y est toujours pas : pas un centime ! (ET l’URSAFF ET le RSI ont chacun mandaté un huissier pour ponctionner le compte en banque, sur des montants totalement affabulatoires de plus du double du montant effectivement dû, tout en facturant des frais…) Ils ont même osé proposer que le trop perçu soit considéré comme une avance sur cotisations des annés à venir…

  22. carpe diem

    Et comme vous le dit le brave con-nifère, « on était à 2 doigts de réduire le chômage, à 2 doigts je vous dis! »

    Qu’attend-on pour abattre le Sapin et réduire ce mec incompétent et arrogant en sciure de bois?

    1. mlallier

      Deux doigts pour représenter dix mille êtres humains.

      On a maintenant une bonne idée de ce que représente une personne dans l’idéologie socialiste.

    2. Semaphore

      Comme le dit mon charcutier quand je lui commande deux tranches de jambon pour le quatre-heures de Cubitus, tout est dans l’ épaisseur des tranches. Idem ici pour les doigts.
      A votre avis, combien faut-il de queues de vaches pour relier la Terre à la Lune ?

      1. tabbehim

        si on considère que la distance terre lune est stable à 384 400 km (bon déjà, c’est un postulat faux, la distance varie^^) et qu’une queue de vache moyenne fait 1 mètre (mais bon, ça, c’est au hasard hein)
        on peut dire qu’il faut 384400000 vaches amputées de leur queue *.*

        Or, sachant que le nombre de vache il y’a 5 ans étaient de 958 256 345 , et si on suppose ce chiffre à peu près stable, il faudrait amputé 1/3 des vaches.

        En fin de compte, c’est vache pour elle.

        Ceci était le commentaire le plus inutile de l’année en cours:)

        1. royaumont

          C’est presque aussi intéressant qu’une conférence de presse de l’homme au scooter.

          (mais non, c’est pas vrai, ne soyons pas aussi cruel)

          1. tabbehim

            C’est presque aussi intéressant qu’une conférence de presse de l’homme au scooter.

            (mais non, c’est pas vrai, ne soyons pas aussi cruel)

            j’ai donc vaincu l’homme au scooter ici :3
            et le tout en faisant un gros troll des cavernes !
            bon, où holland est il encore invaincu?
            Même sur la mauvaise foi, on peut le faire et être meilleur que lui *.*

  23. la buche

    h16 est un régal quotidien , et le niveau de ses commentateurs tout aussi bon !!! ça fait du bien et ça change de la daube qui pullule sur la toile !!

    1. petit-chat

      ‘Gaffe, on devient très rapidement accro !
      Et quand H16, pour une odieuse raison personnelle, s’autorise à prendre quelques vacances, c’est un concert de lamentations sur son blog.

  24. tabbehim

    question à côté de la plaque principale :
    combien d’entreprises en France ont elles de bonnes relations entre syndicats et patrons? Et surtout, combien de syndicats ne sont pas coincé dans le dogmatisme jusqu’au boutiste?
    Parce que systématiquement, quand on parle de syndicats, c’est pour lutter envers et contre tout sur les licenciements et les primes….mais jamais pour la pérennité de leur lieu de travail, même si pour cela, des allégements d’effectifs sont obligatoires….à moins que je ne vois que des syndicats cons à chaque fois….

    1. gameover

      Tout ou rien, telle est leur devise.
      Imagines-tu des parents choisir qui de leurs enfants ils iront perdre dans la forêt ? Ceux du Petit Poucet n’avait pas fait de détails il me semble, l’Ogre si.

    2. Higgins

      C’est bien là le problème. Je n’aime pas du tout les syndicats mais il en faut. Le problème, c’est qu’en Fraônce, ils sont avant tout dogmatiques et archi-nuls. Autant discuter avec un balai, c’est plus enrichissant.
      Je connais le cas d’une grosse PME (3000 salariés) où le comité d’entreprise, sollicité par cette dernière pour participer à la mise en place d’un outil social assez évolué (ça remonte à plus de quinze ans), a préféré financer … un voyage au Viet Nam (il y avait une trentaine d’embauches à la clé). Le voyage s’est fait et il n’y a pas eu d’embauches.

        1. Higgins

          Pas trop de temps pour ça malheureusement. Très rapidement (et ce n’est dogmatique de ma part mais c’est appuyé sur des expériences personnelles), à partir d’un certain seuil, il est bon que le dirigeant de l’entreprise ait en face de lui des représentants des salariés (ne serait-ce que pour les problèmes éventuels de douche par exemple). Je suis persuadé qu’un management efficace passe entre autres par un dialogue permanent et sans langue de bois entre les différents acteurs. Malheureusement dans ce pays, la pauvreté intellectuelle des syndicats officiels n’a d’égale que leur mauvaise foi et leur parti-prix politique. Tant qu’une importante refondation n’aura pas eu lieu sur ce point, on en restera aux impasses actuelles. Mais la mauvaise foi appelant la mauvaise foi, nombreux sont les dirigeants qui adoptent les mêmes méthodes. Je n’exonère cependant en aucun cas ces derniers de leurs responsabilités, il y aurait également beaucoup à dire sur ce point.

          1. gameover

            Merci de ta réponse. Complètement d’accord.
            Mais il y a les délégués du personnel pour ce dialogue et en général ça fonctionne pas mal.

          2. GG

            Un des cadres supérieurs de ma boîte qui m’inspire le plus de respect, ancien patron d’usine, me racontait qu’il avait régulièrement ré-écrit les tracts en concertation avec le leader du syndicat…

        2. Calvin

          @Gameover et Higgins

          Oui, les syndicats, normalement, sont utiles.

          A condition qu’ils soient financés par les cotisations uniquement,
          A conditions qu’ils s’occupent de leurs cotisants et non d’un virtuel « bien commun »,
          A condition qu’ils émanent des employés et ne soient pas détachés, ou au service des élus…

          Les syndicats en France ne représentent plus leurs cotisants mais suivent une idéologie passéiste.

          1. gameover

            @ Calvin

            La différence entre des délégués du personnel et des syndicats c’est que les premiers sont proches des problèmes des salariés et les deuxièmes sont encartés avec des mots d’ordre nationaux qui ne reflètent pas la base, base qui souvent déborde le syndicat ou base qui ne suit pas le syndicat.

            Donc le syndicat sert à quoi ?

            1. Calvin

              Honnêtement ?
              Les syndicats permettent d’une part de rétablir l’équilibre entre les employés et les employeurs, d’autre part de négocier dans une branche.
              Aujourd’hui, avec le code du travail que l’on connait, c’est sans doute de trop.
              Il ne reste vraiment que le pouvoir de nuisance.
              Ce qui est grave, c’est que cette nuisance, c’est aussi ceux qu’ils sont sensés protéger qui la subisse…

    1. Nocte

      Parce qu’ensuite, on peut fustiger le capitalisme, le libéralisme, la mondialisation, la concurrence, l’économie de marché, les autres, mais surtout pas l’Etat ou ses sbires armés que sont les syndicats.

    1. hussardbleu

      Dire que j’ai raté ce film lors de sa sortie… mais on imagine mal, de nos jours, une telle liberté de parole, et l’indépendance d’esprit de Jean Yanne, lequel, même dans ces années-là, a fini par s’exiler… les années Giscard ont été le début de la fin…

      Car malgré leurs liens de parenté, le Valéry n’était pas un Fabre-Luce… et un anar de droite n’était pas trop dans l’esprit du temps… Yanne secouait le cocotier, il ne rentrait pas dans le camion du laitier en compagnie de Lili Marlène…

      A l’heure actuelle, un film dans cet esprit n’aurait aucune chance auprès de la Commission des Avances sur Recettes, totalement inféodée à gauche… et quels acteurs, soucieux de leurs carrières, voudraient s’y risquer ? Même Luchini, esprit libre pourtant, prend des gants avec un Patrick Cohen sur les plateaux de l’étrange lucarne…

  25. val

    Petite histoire d’un couple d’amis il y a une dizaine d’années : ils ont monté une petite boîte de formation en province qui marchait très bien. Leur rêve était de continuer comme ça et de léguer cette boîte à leurs enfants.
    Malheureusement pour eux ils embauchent une syndicaliste, sans le savoir bien sûr . Cette dernière leur colle toutes les inspections possibles et imaginables sur le dos , mettant la boîte en péril et ôtant le sommeil de mes amis.
    Une petite boîte n’est pas armée pour lutter contre cela , mais ils se sont battus , soutenus aussi par leurs employés qui leur sont tous restés fidèles , la syndicaliste s’est retrouvée isolée et ils ont finalement sauvé la boîte.
    Mais ils sont passés à deux doigts de la catastrophe et ils ont eu peur , tres peur . Ils ont vendu , tres bien d’ailleurs leur boîte et sont partis en Belgique , aujourd’hui , ils vivent de leurs rentes et ils s’ennuient . Mais jamais , jamais plus ils ne remonteront une boîte en France , cela les a traumatisés, littéralement.
    Aujourd’hui il faut être fou et/ou courageux pour entreprendre en France

    1. Kekoresin

      Merci Val pour cet exemple si significatif de la dure réalité française.

      J’ai également des histoires similaires dans mon entourage. Un ami a une petite boite de transport qui marchait bien. Il a embauché et passé le stade fatidique lui imposant un délégué syndical. Un collaborateur au sein de l’entreprise a endossé ce rôle et est aussitôt passé du côté obscur. Il s’est mis à la dénonciation systématique à l’inspection du travail (pas assez de casiers dans le vestiaire, temps de pause, hygiène, sécurité…). Tous les employés qui étaient heureux de bosser dans cette boite qui les payait bien et qui les traitait plus que correctement, ont vu leur patron jeter l’éponge la mort dans l’âme. Dépôt de bilan et tout le monde à la lourde! Les autres employés n’ont rien pu faire une fois le ver dans la pomme. Mon ami se repose nerveusement de cette expérience douloureuse, et jamais il ne remontra de structure en France.

      La France cultive un profond mépris de l’entreprise. Le problème, c’est que ça finit par se savoir dans le monde entier et l’investissement de capitaux étrangers dans notre pays est en chute libre. Pas grave, il est bien connu que les vrais emplois décents et méritoires se trouvent dans la fonction publique!

      1. hussardbleu

        « Louise Michel » ?

        Selon H16 – qui procède par innuendoes, sourcés de sa fréquentation bruxelloise des salons où l’on cause – ce serait plutôt la promotion « Roger Stephane »….

    1. gameover

      Heureusement qu’il y a des commentaires de ce type :

      zobel-amar – 01/02/2014 11:48:35
      Si seulement ce crétin de Barbier pouvait s’étrangler avec son écharpe…..ça nous ferait un break

  26. Duff

    Le monde devient fou et imprévisible. Hier soir invité de Zemmour et Naulleau, le turbolibéral Henri Gaino a dit que tous les débats économiques actuels avaient été formulés entre le XVIII et le XIXème siècle, au sujet des journalistes : « Qui a lu Stuart Mill, Adam Smith, Ricardo et Jean-Baptiste Say ou pour qu’il y en ait pour tout le monde Karl Marx? »

    Dans son bouquin « Le jour et la nuit » il réalisait l’exploit en parlant de la crise de 2008 de citer dans la même phrase Keynes et Friedman… Hier soir il aurait aussi mentionné Bastiat et je faisais une crise cardiaque.

    Sophiste ou schizophrène?

  27. riton

    Dans les structures étatiques de gestion des chômeurs, en France mais aussi en Belgique, travaillent des milliers d’individus qui ont, eux, un emploi garanti.
    Des voix commencent à s’élever pour dire que le chômage de masse est un bon prétexte pour justifier et pérénniser ces emplois, où, comme par hasard, on retrouve souvent des gens encartés dans des partis de gauche et qui seraient bien incapables de travailler dans le secteur privé marchand..
    Pourquoi un silence assourdissant sur ça ?
    N’est-il pas temps de dénoncer cette arnaque ?.

  28. hussardbleu

    Manif pour tous: «l’État, la police et la justice d’une grande sévérité en cas de heurts » (Valls)
    • Home ACTUALITE Flash Actu

    o Par Le Figaro.fr avec AFP
    o Mis à jour le 01/02/2014 à 12:35
    o Publié le 01/02/2014 à 12:24

    Manif pour tous : la justice annule la présence d’huissiers dans le cortège
    • Home ACTUALITE Société

    o Par Stéphane Kovacs
    o Publié le 01/02/2014 à 17:24
    La justice saisie par la préfecture de police a annulé, samedi, la présence d’huissiers qui avait été obtenue par la Manif pour Tous au sein de son cortège prévu dimanche après-midi à Paris
    .
     La juxtaposition des deux articles est délicieuse…. Etonnant Valls, qui sait déjà que la Justice – qui, jusque là, ne dépendait du Ministère de l’Intérieur – sera sévère !!!! Admirable prescience d’un surhomme…. qui ne veut pas de témoins assermentés et impartiaux….

    On peut, dès lors et à fort bon droit, douter de la nature des incidents de dimanche dernier, et de l’identité des « provocateurs »….

    Il est clair que l’Etat de Droit, dont ces bonnes gens font verbalement leur alpha et leur oméga, n’est plus que virtuel en notre pays….

    1. LeRus

      Heu, on parle de quel pays là? De l’Ukraine, de la Biélorussie ou de la France?
      Dieu sait que je ne suis pas un supporter des manifs pour tous, mais ce genre d’infos (1- présence d’huissiers, 2- Interdiction de la présence de ces représentant de la Loi) me fait vraiment flipper quant à l’avenir proche de ce pays.

    2. gameover

      Euh… sur le site des huissiers de justice :

      « Un particulier peut demander à un Huissier de Justice d’établir un constat chez lui, sur la voie publique, et ce à toute heure du jour et de la nuit, en semaine comme le dimanche.  »

      Y a un bug !

  29. Tof

    « Il est clair que l’Etat de Droit, dont ces bonnes gens font verbalement leur alpha et leur oméga, n’est plus que virtuel en notre pays… »
    Tout à fait. Il n’y a plus de séparation réelle des pouvoir législatifs et judiciaires. L’hypothétique « 4ème pouvoir » de France, à savoir la presse, est de fait aux bottes du gouvernement, on ne peut plus compter sur lui non plus.

    C’est bien simple, plus on empêche quelqu’un de s’exprimer librement, plus on l’accule à se radicaliser. A force d’agiter une menace extrémiste-fasciste inexistante, notre classe politique va finir par réellement la générer. La suite peut être prévisible de deux façons, et pas des plus réjouissantes:

    – soit la radicalisation se cristallise entre 2 ou 3 factions, et dégénère en affrontements que l’état ne peut maîtriser, c’est alors la guerre civile. Au moins, même incertaine, cela laisserait une chance qu’un nouvel équilibre des forces, plus juste, se construise

    – soit, et je penche plus pour cette probabilité, à mesure que la contestation enfle, l’état se radicalise aussi, poursuivant plus loin dans la censure, la propagande, la coercition, et ultimement le recours à la force contre les citoyens. C’est alors l’instauration, toujours au nom du bien cela va de soi, d’un totalitarisme français, d’une « Terreur douce » qui ne dit pas son nom. La gauche va finir la « révolution » qu’elle se plaint de ne pas avoir parachevée au 18ème siècle.

    J’exagère? Nous pouvons en débattre sur internet, pour le moment. Mais même ce média est maintenant menacé, et les sbires socialistes commencent à s’en énerver ouvertement (voir par exemple la sortie de Fuckthatkraut qui qualifie internet « d’immense cloaque »).

    1. hussardbleu

      Chez ce genre d’esprit soi-disant « libre », il existe toujours un singulier tropisme carcéral… pour ceux qui ne pensent pas tout à fait comme le Camp du Bien…
      Et s’il est très acceptable de « trousser les servantes », certains tabous en revanche sont infrangibles….

  30. christiane

    Crise économique, chômage, idéologie du genre, fermeture de centaines ( pour ne pas dire milliers ) de PME, pauvreté de plus en plus aigüe des Français, taxes de plus en plus lourdes et de plus en plus nombreuses, familles françaises devant supporter des impôts de plus en plus lourds sur leur budget, prix des denrées élémentaires en constante augmentation, et j’en passe …… tout cela n’est que fantasmes, chers compatriotes, comme le dit Moscovici et son complice qui se trouve être président, la crise est derrière nous, les Français réagissent trop aux …. rumeurs.

Laisser un commentaire