À quoi diable peut bien servir Montebourg ?

On l’a vu avec les récentes déclarations faussement affolées de Valls, la gauche est en plein atermoiement, et le PS ne sait plus exactement où il va, où il habite ni qui il est vraiment. Ces questions existentielles, aussi importantes soient-elles, restent heureusement hors d’atteinte de certains membres du gouvernement à commencer par Arnaud Montebourg qui, tout heureux de pouvoir passer dans les médias et de gambader sa chevelure bouclée dans les locaux du ministère de l’Économie, ne se préoccupe en rien de savoir si son existence remplit un but quelconque.

didier montebourgEt finalement, il a bien raison de ne pas s’en faire. Tel un Didier de cinéma, notre Nono national, la truffe humide et le port altier, trottine allègrement d’un sujet à l’autre pour montrer que, wooof, il a quelque chose à dire.

C’est ainsi que, la semaine dernière, il prend une position aussi radicale qu’iconoclaste sur le système bancaire, et déclare qu’il faut, selon lui, trouver des moyens de drainer l’épargne des Français vers les PME sans passer par les banques, qui refusent de prendre des risques en les finançant. La réalité, composée pour lui et à l’exclusion de toute autre chose d’une baballe, d’une gamelle et d’un immense champ de verdure dans lequel il pourra batifoler, ne résistera pas à ses injonctions puissantes et devra bien s’accommoder de ce qu’il a décidé pour elle. Et c’est donc avec l’aplomb que seuls de parfaits idiots peuvent rassembler qu’il déclare, entre deux galipettes dans l’herbe fraîche :

« Nous venons de mettre fin au monopole bancaire à travers le financement participatif et le crowdfunding. Mais il y a aussi d’autres mécanismes qui permettent de financer les PME sans passer forcément par le secteur bancaire. (…) Nous pensons qu’il est nécessaire maintenant que la France décide de se passer de son système bancaire. »

La réalité printanière selon Arnaud est décidément fort simple. Le crowdfunding a mis fin au monopole bancaire, ça, c’est fait, et puis on va devoir se passer de système bancaire, voilà, c’est dit, pas de discussion, passons à autre chose. Frétillance. Roulade. Baballe.

Et alors que les trèfles et les brins d’herbe ne sont pas encore retombés de ses précédentes cabrioles joyeuses, Nono bondit sur le sujet suivant, le précédent gisant maintenant, baveux et tout mordillé de partout, abandonné aux médias et aux Français qui se demandent exactement ce qui a bien pu se passer. Et, woof woof, cette semaine, ce sera la Commission européenne qui servira d’os en latex puisque cette méchante institution s’évertue à brider les idées expansionnistes de Nono. Pour lui, c’est limpide, la Commission s’opposerait de nos jours à la création d’un Airbus, c’est évident. Et c’est pourquoi il ne mâche pas son os ses mots à son égard lorsqu’il évoque le douloureux dossier « Alstom/Siemens », pour lequel il s’agite frénétiquement depuis quelques semaines, avec le succès plus que mitigé qu’on lui connaît. Car Nono, je vous le rappelle, sait ce qui est bon pour les propriétaires d’Alstom, mieux qu’eux-mêmes !

montebourg pour toi public

Nono, il a la truffe aiguisée pour trouver les bons partenariats comme avec Siemens. Nono, il ne veut pas du gros matou General Electric dans son jardin, et il aboie donc d’autant plus fort pour faire fuir l’impétrant. En plus, ça tombe bien, pour une fois, un brave berger allemand a cru bon de le rejoindre dans ses gambades échevelées. Et si ce n’est pas totalement en faveur de Siemens (pour l’Allemand, ce serait peut-être un peu de l’ingérence, ce qu’ils évitent outre-Rhin), c’est clairement pour damer le pion d’un Américain (Boeing en l’occurrence) : les deux ministres lancent en effet un appel aux États-Unis pour qu’ils s’engagent à ne pas subventionner l’avionneur, histoire d’avoir une concurrence fair-play.

C’est fort mignon (même si le jouet, mâchouillé, émet des couinements stridents), mais cela ne permet toujours pas d’approcher d’une réponse opérationnelle à la question pourtant essentielle : à quoi sert réellement Montebourg ?

Contrairement à ce qu’il prétend, il n’a pas sauvé d’emplois. Si l’on peut voir l’emploi sauvé ici, on ne verra pas l’emploi détruit là par les bidouilles étatiques du ministre. Tout au plus, par capitalisme de connivence et petits pistons à droite ou à gauche a-t-il déplacé des menaces d’une entreprise vers une autre, distordant un peu plus l’un ou l’autre marché dans lequel la législation française avait déjà fait des dégâts, mais la réalité est plus pastel, et derrière les chiffres ronflants d’emplois soi-disant sauvegardés se cachent les milliers d’entreprises qui couleront de toute façon, avec ou sans les efforts de Nono pour hâter leur sort.

S’il a envoyé un message clair au reste du monde sur les entreprises françaises, c’est qu’elles ont bien du mérite à travailler sur un sol ou s’ébroue si bruyamment un tel ministre, où la fiscalité change à la semaine, et où les bases du capitalisme et de la propriété privée sont tous les jours à la merci d’un décret ou d’une humeur changeante du remuant mammifère velu aux commandes de Bercy.

Et question entregent et finesse d’analyse industrielle, on continue d’aligner les dossiers où ses pirouettes audacieuses se sont toutes terminées par des désastres.

En réalité, tout montre qu’en tant que politicien placé à l’économie ou au redressement de trucs et de machins, Arnaud Montebourg ne sert à rien. Limite, il encombre. Il gêne. Il incommode et agace. Il irrite les uns, faire rire les autres, mais n’a gagné, durant ces deux ans en poste, aucune légitimité, si ce n’est, éventuellement, auprès de Head & Shoulders ou Garnier, au rayon shampoing.

En revanche, il a largement gagné ses galons d’accessoire promotionnel, d’homme-sandwich ou de politicien-objet. Très mal utilisé par Hollande qui n’a de toute façon aucun talent pour diriger quoi que ce soit, il a en tout cas trouvé, auprès d’industriels astucieux, une utilité remarquable. Ce n’est pas moi qui le dit, c’est Xavier Niel lui-même. Il l’a même expliqué en détails lors d’une conférence donnée en mai à Polytechnique : Montebourg a été proprement utilisé par l’équipe communicante de Free pour aider au lancement de son offre 4G, avec succès (voir la vidéo à partir de 23:52).

Eh oui : correctement employée, l’énergie débordante du bouillant politicien permet de réellement créer de la richesse, même si, on en conviendra, le truchement par lequel on y parvient n’est ni à la portée du premier venu, ni particulièrement simple, bien que prévisible. Bon, évidemment, quand ça se sait, cela rend l’accessoire un peu ronchon et le procédé plus difficilement réutilisable, mais cela n’empêche pas d’admirer la performance.

Ceci montre cependant que Montebourg est la partie saillante et visible de ce que sont devenus, réellement, les politiciens. De façon pratique, ils ont une grande difficulté à expliquer leur présence aux postes gouvernementaux autrement que pour l’apparat. D’une part, l’administration dont ils ont la charge est suffisamment lourde et empesée de ses habitudes, querelles de chapelles et autres compromis syndicaux intouchables que toute action réellement déterminée de leur part est très vite stoppée dans la mélasse institutionnelle et bureaucratique. D’autre part, la survie à leur poste n’est assurée que tant qu’ils limitent la grogne des Français, et permettent raisonnablement d’assurer leur réélection ainsi qu’une entente cordiale avec le reste des appareils politiques dont ils sont issus. À cette aune, difficile de ruer dans les brancards.

Montebourg, politichien rigolo, plein de santé et parfaitement imperméable aux réalités économiques, illustre à merveille l’impuissance molle des membres du gouvernement. Sans principes si ce n’est celui qu’il faut gouverner pour gouverner, sans idées, sans direction, sans appui du peuple et sans perspective d’avenir, ils s’agitent tous pour occuper la galerie.

Woof, woof.

montebourg : daimition

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires155

  1. Black Mamba

    Je ne le voyais pas comme çà … le chien-chien dans son panier !
    Le peu de sexy qu’il avait, vient de disparaître définitivement …

  2. Le Gnôme

    Pour que les banques financent les PME, il suffit de la nationaliser. Ce ne sera plus le méchant secteur privé, étrangleur bien connu de sociétés en pleine croissance qui s’en occupera, mais le secteur public, bienveillant et ouvert, sympathique et tenant table à pognon ouverte qui s’en chargera.

    Ah, on me dit que ça déjà été fait dans le passé, et que le Crédit Lyonnais a un peu trop tenu table ouverte et que c’est le tribuable qui a payé.

    Bon, il reste la BPI, banque publique dégagée de toute influence politique, à l’abri des copinages indus, qui est en charge de financer des boîtes avec lesquelles le chômage ne sera plus qu’un mot désuet glissé dans la Larousse en 40 volumes.

    Ah, on me dit que ce n’est pas vraiment le cas, et que les canards boîteux et le copinage y mènent grand train.

    Alors, il ne reste que les yeux pour pleurer. Profitons en, les larmes ne sont pas encore taxées, parce que si elles l’étaient, il n’y aurait plus de déficit.

  3. yann

    j’aime bien le photo montage style « dubosc », c’est vrai qu’ils ont un peu le même air cabotin tout les deux !

  4. yp

    Ce mec est un génie dans son genre ! Je crains que les français puissent en faire leur président…

            1. Le Gnôme

              Si la crédibilité était une condition nécessaire et suffisante à une carrière politique, il ne resterait plus grand monde.

            2. Calvin

              Ne nous trompons pas.
              Il y « crédibilité » et « crédibilité ».
              Ces gens ont de la crédibilité pour pas mal de gens, parce qu’ils disent ce que ces derniers veulent entendre ou voir appliqué.

              Après, leurs actions ne marchent pas (la plupart du temps), mais ils vont dire cépénot’ faute.

              Dans cas des politiciens Grançais, il faut parler de « crée débilité ».
              Ils créent que ça, d’ailleurs…

              1. petit-chat

                Et ils s’appuient sur un parti bien gras qui peut financer sans problème (hmmfff) n’importe quel guignol-candidat(e), en arrosant jusqu’à la noyade les copains de la presse et de la télé.
                Les seuls qui seraient intéressants, des vrais indépendants, n’ont aucune audience et aucune chance d’être élu, hormis dans le minuscule village qui ne figure que sur les cartes d’état-major au 10 millionièmes.

            3. jean-marc

              oui, pourtant! la faute de frappe c’était pas grave, parce que  » pourtant « …

    1. Higgins

      La SNCF change de nom, elle devient la SNGF: Société Nationale de la Grève Française.

      Sinon, pour répondre à la question de notre hôte: il ne sert à rien.

    1. Morovaille

      Je vais passer le concours pour y entrer dans 10 jours ; j’espère réussir, j’ai très envie de bosser avec des gens comme ça 🙂

      1. petit-chat

        Pour réussir, il faut vraiment être un passionné (un geek je crois que ça s’appelle), et tout est testé, autant le comportement que les connaissances. Donc, bonne chance, merci de nous tenir au courant. 😆

  5. Jesrad

    Il paraît que, pour prendre la mesure d’un homme, il suffit de lui donner du pouvoir. Manifestement ça marche aussi avec les canidés.

      1. Black Mamba

        Désolée !
        Si je pensais cela de la gent masculine je serais lesbiennes alors …
        J’aime trop les hommes pour oser dire qu’ils le sont …

  6. Honorbrachios

    mais la grosse différence avec les canidés, c’est que eux, sont parfaitement prévisibles si on prend la peine de les comprendre, alors que Montebourré est totalement imprévisible

    1. yp

      Lorsqu’on laisse un gentil petit toutou mignon faire la loi dans la maison, squatter le canapé et faire pipi desssus, sans jamais mettre ni d’ordre dans sa tête ni de limites dans sa tête on obtient le même résultat…

      1. Black Mamba

        Même au bout d’un moment, il se croit le maître des lieux et n’admet plus aucune autorité …

      2. Calvin

        D’ailleurs, il fait pipi partout, non pour marquer son territoire ou montrer qu’il sent plus fort, mais parce qu’il ne peut pas se retenir.

        Il a à peine le temps d’un début d’idée que… paf… il la sort, bêtement…

        C’est plutôt un déjecteur précoce.

    2. royaumont

      Pas du tout, il est très prévisible :
      dans une situation donnée, imaginez l’attitude la plus stupide. Vous savez alors ce que Moutebourde va faire.

      1. Calvin

        Je rectifie :
        « Dans une situation donnée, imaginez l’attitude la plus stupide. Vous savez alors que Moutebourde va faire pire. »

  7. Caton

    La bonne nouvelle, c’est que le toutou gouvernemental ne souffre pas de gratitude, maladie du chien décrite par ce vieux Joe dans les années 30. La mauvaise nouvelle, c’est que notre hôte vient d’insulter les chiens en les traitant de Montebourg et qu’il va falloir remplir plein de cerfabobos.

  8. LeRus

    Ce type n’a rien à faire en politique, il a une autre carrière qui lui tend les bras: Prophète!

    Avec son style, il devrait dare-dare s’installer en Californie et y créer sa propre religion, il a tout d’un gourou: Aucune compétence, beaucoup d’énergie et un égo taille XXL.

    Je suis même prêt à participer au crowdfunding pour lui payer son billet d’avion (AS).

  9. LM

    J’adore quand un socialiste dit vouloir se passer des banques … Ca me fait vraiment beaucoup rire.

    1. Calvin

      Moi j’aimerais pouvoir me passer des branques, mais les socialistes sont contre.
      Pas folles, les guêpes…

      1. LM

        Bitcoin !
        Il existe actuellement des sociétés (pas en Zone Euro bien sur) qui ont une compta exclusivement en bitcoins.

  10. Petit Poney

    Montebourg, il a quand même sauvé des entreprises! et des emplois! bon, on peut pas le vérifier vraiment, mais s’il le dit c’est que ça doit être vrai, non? non? allez… non?

    C’est Hughes Serraf qui avait écrit un petit article amusant à ce sujet, en deux parties:

    http://www.slate.fr/story/61791/redressement-productif-91-entreprises-11250-emplois-arnaud-montebourg

    http://www.slate.fr/story/61925/montebourg-CIRI-Mediation-inter-entreprise-commissaires-redressement-productif

    1. petit-chat

      Merci pour les liens. On sait à quoi sert le clebs : aboyer en s’ébrouant sur les plateaux télé.

  11. Calvin

    Il est évident que Nono est la caution morale « sociale » et « de gauche » du gouvernement Valls.
    Et dans le no man’s Land des idées de la gauche actuelle, il est forcément là pour amuser les électeurs et leur faire prendre des vessies pour des lanternes.
    C’est un Sarkozy de Gauche de Combat.

    1. David

      Je serais curieux de savoir combien nous coûtent toutes ses pitreries (salaire, avantages divers, etc.)

      qq’un à une idée, juste pour remuer le couteau dans la plaie ?

      1. gem

        Ce qui coute le plus cher, ce n’est pas sa rémunérations et ses accessoires, même en ajoutant les 20 gus qui s’agitent autour (son cabinet). Tout ça ne dépasse pas quelques millions, soit quelques centimes par personne. Pour un clown c’est pas cher.
        Ce qui coute le plus cher, c’est son action réglementaire, ses sorties débiles, etc. Là tu peux compter en milliards.

        1. LM

          Quelques millions par an … mais garantis à vie. Il faut donc multiplier ces quelques millions par au moins 40 (en comptant la réévaluation des primes avec l inflation).

    2. brondillant

      à mon avis la caution est trop chère.
      Faut faire une commission pour étudier le remboursement et ensuite un projet de loi. Les 147002 amendements passés , on verra.

  12. RTP

    Ajoutons sa petite envie de créer un OS opensource, et français aussi. Quand même. Chaque fois que je l’entends, je me dis que c’est impossible. C’était déjà incroyable avant qu’il ne devienne ministre, donc avant les primaires socialistes même. Avec la couverture médiatique qu’il a aujourd’hui, c’est grandiose. Les comiques français vont se trouver rapidement sans emploi avec Montebourg.

    PS : « sans principes » a hérité d’un « s » malheureux en fin d’article.

    1. Calvin

      « Sans principes » ne me gêne pas.
      Les gens sont censés avoir des principes.
      C’est en physique que l’on parle d’un principe.

      1. gem

        Contrairement à ceux qui ont des principes [moraux], on parle de quelqu’un qui n’en a même pas un seul.
        « sans » c’est zéro, et zéro ne justifie pas le pluriel.

    2. petit-chat

      D’un autre côté, rien de très surprenant que le chihuahua montebourgeois veuille un OS à ronger pour épater la galerie de ses fans.

  13. Christophe

    Il suffit d’arrêter de le nourrir. Finies les croquettes.

    Il faut rappeler cette évidence : sans pognon « public », Nono ferait son toutou d’opérette, seul à la machine à café d’un petit cabinet d’avocat de province.

    Ce type n’est rien.

    C’est seulement grâce à la rapine, au système mafieux et clientéliste dit « public », au vol des générations à naître via la dette, que ce clown a une scène, et des projecteurs.

    Et que H16 parle de lui.

    Donc, SVP, revenons à l’épure : fermons le robinet à pognon, asphyxions le Leviathan… et tous les Montebourg qui nous pourrissent la vie disparaîtront.

    Le plus naturellement du monde. Dans une flatulence silencieuse. Un rot à peine dissimulé.

    1. Calvin

      Sauf que la majorité du pognon est pris par obligation (sous couvert d’un soi disant consentement) et si besoin par coercition.
      On peut baisser sa consommation et ses revenus, mais on est encore loin de l’asphyxie.

      1. yp

        La TVA représente plus de la moitié du budget de l’état… C’est mieux qu’un bulletin de vote… 😉

        1. royaumont

          Petite tactique de résistance :
          passer ses vacances à l’étranger et en profiter pour faire ses courses de rentrée. La perte de TVA est immédiate…
          Seconde tactique, puisqu’on parle des banquiers :
          créer un fond d’investissement « éthique » (ça existe déjà) dont les fond sont placé à l’étranger. Si les fonds sont prélevés sur le LDD ou le Livret A, c’est de la perte sèche sur le PIB. -0,5% tous les 10 milliards.
          Ca parait beaucoup mais avec les bons arguments de vente et une bonne organisation on devrait pouvoir lever les quelques milliards qui feront la différence entre croissance et recession.

            1. royaumont

              Non, c’est une idée personnelle.
              Il faudrait trouver des gens capable de mettre cela sur pied.

          1. Calvin

            Vu ce que l’Etat me laisse pour vivre, ça existe des fonds d’investissement étiques ?

            1. Higgins

              Ethiques, les fonds, pas étiques (ou alors, il est mal barré). C’est l’Etat français qui est étique, du moins ses finances.

          2. yp

            N’oubliez pas de faire le plein (1L d’essence = 1€ de taxes, 1L de mazout = 50ct de taxes ! )

            1 plein + 2 cartouches de clopes (ou deux bouteilles de ricard) achetés au Luxembourg rentabilisent plus de 200km de trajet (kilométrage total aller+retour). Par contre, pour les courses hors tabac/alcool, il vaut mieux pousser jusqu’en Allemagne…

          3. yp

            Je n’arrive pas à saisir le lien entre la décollecte sur les livrets et une décroissance du PIB ? Les sommes sur les livrets sont « seulement » affectés au financement de la construction du logement social et au financement de la dette étatique, non ?

            1. royaumont

              Dans le calcul de PIB, le solde des flux financiers est pris en compte.
              Pour être sur que le fond éthique produise bien une baisse du PIB, il faut que l’argent provienne de placement fait en France. Dans des produits type assurance vie ou SICAV, il est souvent difficile de savoir où l’argent est réellement placé.
              En principe, les produits à taux règlementés sont franco-français : en réorientant l’épargne à partir de ces produits, il est plus probable que le solde financier soit réellement négatif sur le PIB.

              1. yp

                Est-tu sûr de ton truc? J’ai l’impression que c’est complètement crétin d’intégrer les flux du stock d’épargne dans le PIB…

                J’ai une boite en France qui achète des machins à l’étranger, disons 100€ l’unité. J’importe et arrive à vendre le bouzin en France à mettons 200€ TTC. Dans ces 200€, il y a déjà 1/6 de TVA, les 100€ pour le fournisseur et admettons, grosso modo 16,67€ de frais divers (c’est de montants bidons juste pensés pour faciliter le calcul avec les 33,33€ de TVA. )

                Reste donc 50€ de valeur ajoutée nouvellement créée qui s’ajoutent logiquement au PIB national. Youpi.

                Hypothèse alakon : Si ensuite je place ces 50€ sur un livret A (c’est tiré par les cheveux, mais bref) , le PIB ne va quand même pas croître de 2*50=100€… Rassure moi…

                1. yp

                  Quand je dis « complètement crétin » je ne parle pas de toi, mais bien évidemment de l’intégration des variations de l’encours d’épargne au PIB…

                  Pfff… A cause de toi, je ne comprends plus rien, maintenant (si je n’ai jamais compris quoi que ce soit…)

          4. André Rosa

            Bon, je comprends aussi peu qu’yp mais le résultat m’intéresse.
            Comment drainer des fonds pour recréer le pays hors sol?

  14. Calvin

    Il est effectivement urgent que Nono change son canal de communication.

    Qu’il passe de :
    Daimolytion
    à
    Daimition

  15. dede

    « Nous pensons qu’il est nécessaire maintenant que la France décide de se passer de son système bancaire »

    C’est un ultra-liberal ce type!

    Une fois qu’il n’y aura plus de systeme bancaire, plus besoin de code monetaire et financier et des entreprises que l’on pourra nommer YinHang (au hasard) pourront offrir des services de conservation de la monnaie des epargnants, trouver des gens ou des entreprises qui sont interesses pour beneficier de cette argent tout de suite en promettant de le rendre en payant une commission qui pourrait etre calculee en pourcentage du montant prete, etc…

    Grace a Nono, on va passer d’un systeme bancaire au paradis bancaire.

    1. Honorbrachios

      oui, mais dans ce cas qui va prêter à la france qui a besoin de 2 milliards de crédits tous les jours pour son fonctionnement?!

  16. Before

    L’extrait de la conférence sur l’utilisation du minustre ! Excellent !
    Comme Pavlov qui utilisait des chiens pour ses expériences sur les réflexes conditionnés, Free utilise Mon-toutou-bourg pour ses réactions tellement prévisibles !

  17. pouf pouf

    On a les références qu’on peut, tous ensemble, c’est ça la culture. Reconnaitre des aliments gras et sucrés au premier coup d’œil, les voitures qui pendant cent kilomètres consomment moins de sept litres de, non rien, qui tout au long d’une heure émettent moins de cent vici… non rien, et les bonnes affaires quand on en voit. Putain, je commence comme ça parce que je suis énervé, craputo bastafuit, tout le monde sait ce que ça veut dire, et quand je dis : il l’emparouille et l’endosque contre terre, tout le monde s’en fout, même le parc solitaire et glacé ou la main de ma sœur, on s’en moque maintenant. Le superpouvoir de supersapin est super connu, faire disparaitre énormément d’argent en un clin d’œil, tout le monde en veut, mais ceux que leurs ailes de géants empêchent de voler, mon cul, comme l’orange sur la table et la robe sur le tapis, foutu le tapis depuis qu’on a pissé dessus. J’ai entendu la foule des fessés parler de fierté et je n’ai pas ri, dit le maitre de ho… ça claque comme phrase, non ? Et puis c’est pas du dorcel, c’est du michaux. Quel adulte apprend encore des poèmes par cœur ? Avec ivresse et lente gourmandise, ce grain d’encens qui remplit une église…

  18. Hatchet Jack

    Une minute pour lire du PP, même moins foutraque que d’hab… ?
    Laurent, contrôle anti-dopage ! …. pasque dans « speed-reading », y’a « speed »… quand même…

  19. Caton

    Personne ne souhaite répondre à la question posée par notre hôte?
    Je me lance: à quoi diable peut bien servir Montebourg?

    Muni d’un bloc de béton aux pieds et d’une corde au cou, il peut avantageusement remplacer une ancre pour bateau de plaisance.

    1. Calvin

      Nan, j’ai répondu : à l’aile gauche du poulet rachitique qu’est le PS.
      Comme les troupes de l’aile gauche ont rejoint le FdG (qui a vu le gros de ses troupes migrer au front d’en face), il sert effectivement de moins en moins.
      Il sert aussi le soir, vers 20h, sur une chaîne de grande écoute et de BTP, ou sur une chaîne de solidarité avec Pujadas, pour nous dispenser ses blagues avec sérieux et grandiloquence.

      La différence entre Hollande et Nono ?

      Les deux racontent les mêmes blagues, mais le premier se veut drôle, alors que le second ne sait pas qu’il est clown.

      1. Calvin

        Je me relis, mais ce que j’ai écrit, là dessus, me fait penser à du h16 dans le texte…

    2. Honorbrachios

      Avec un gros nez rouge et des applaudissements style sitcoms, toutes ses sorties prennent toutes leurs valeurs. ça marche aussi avec sapin et solex 1er

    3. jean-marc

      le Montebourg devrait tout de même finir par se dissoudre… il faut ancrer le bout direct dans le béton des pieds… donc le Montebourg, la aussi, ne sert a rien… c’est juste un probleme d’échouage a prévoir en plus. ( au fait, les corps- morts, c’est comme ça que ça s’ appelle et rien a voir avec le susdit, c’est de plus en plus interdit, en france…ça ne rapporte rien! )

  20. Aristarque

    Ami H16, à moins que vous n’ avez sous-traité certains paragraphes à Pouf Pouf, certains faits rapportés ne peuvent être réels: si Montoutoubourg sort de roulades, cabrioles et galipettes sur la pelouse à la poursuite baveuse du précédent sujet qu’ il va abandonner tout humide, le trèfle, la luzerne et les autres brins d’herbe ne peuvent retomber, tout écrasés qu’ ils furent. Peut-être vouliez vous évoquer qu’ ils n’ont même pas le temps de se redresser avant le nouvel assaut du cas nidé, sujet du jour ?

    1. Calvin

      Dans le monde génial des bisounours et du politicien gentil qui nous veut du bien (et surtout nos biens), si,si, tout est réel dans l’imaginaire.

  21. royaumont

    Lavé comme une hostie, en quelconques costumes
    Blancs ou deuil, bref calice au vent qu’ un rien parfume.

    -«Mais, tout est rire à la justice ! Et d’où vient
    Mon cœur, ah ! Mon sacré-cœur, s’il ne rime à rien ? »

    -Du calme et des fleurs. Peu t’importe de connaître
    Ce que tu fus, dans l’à jamais, avant de naître ?

    Eh bien, que l’autre éternité qui, Très-Sans-Toi,
    Grouillera, te laisse aussi pieusement froid.

    Quant à ta mort, l’éclair aveugle en est en route
    Qui saura te choser, va, sans que tu t’en doutes.

    -«Il rit d’oiseaux, le pin dont mon cercueil viendra !»
    -Mais ton cercueil sera sa mort ! etc…

    Allons, tu m’as compris. Va, que ta seule étude
    Soit de vivre sans but, fou de mansuétude.

    1. Hatchet Jack

      Contagieux, dangereusement, le PP, vous disais-je… nous voilà envahis de pouasie brindezingue… un garçon comme Royaumont qui faisait équilibré, pondéré, bourgeois en un mot, et que voyons-nous tout soudain à sa place ? je vous le demande ? un changeling avec un entonnoir sur la tête….

      1. royaumont

        Extrait de la complainte du sage de Paris, de Jules Laforgue.
        Un poëte hermétiste me paraissait adapté à PP

        1. pouf pouf

          merci, même genre d’étoile filante que keats … Le néant se plaint-il à la nuit éternelle ?

      2. Hatchet Jack

        Flûte, j’ai confondu Fargue et Laforgue…. l’âge…. mais Royaumont, pas mal le « fil de l’eau » quand on sait que « Here lies One whose Name was writ in Water »…

  22. Aristarque

    Trouver des moyens nouveaux ou revisités pour que les petites entreprises puissent se financer directement auprès de particuliers n’ est quand même pas idiot dans le principe. Nous n’ allons pas vitupérer à l’ idée de leur faciliter la vie en faisant apparaitre une concurrence dans le petit monde fermé des banques, non ?
    Le problème bancaire a une composante qui est justement l’ absence de concurrence sérieuse interbancaire, copieusement entretenue par le crony capitalism!

    1. Hatchet Jack

      Moi qui croyais que Poujade était de Saint Céré…
      Nan, je rigole, je l’aime bien, le vieux Flamand…
      Bon, allez, je retourne au travail, personne ne me paie si je ne turbine point, moi…

        1. petit-chat

          Il bosse chez Alsthom (probablement en tant que sous-traitant car j’ai lu dans un poste précédent qu’il était passionné par les chasses d’eau… alliant aquariophilie et cynégétique).

          1. Hatchet Jack

            à eau ? non pas, jeune minet, car je suis chasseur des Avents avec mon chien Gavelo.

                1. Hatchet Jack

                  aaah ! l’éloquence de cette personne du sexe est admirable : mulier bona et dicendi perita….

                    1. Hatchet Jack

                      Il est des silences qui, comme ceux qui suivent la dernière note d’un concerto de Mozart, sont encore de Wolfang Amadeus…

          2. petit-chat

            Désolé HB, j’ai confondu avec votre compagnon de blog Harry (concernant les chasses d’eau). Pour la sous-traitance des turbines d’Alsthom, en revanche…

    2. petit-chat

      Quand on jette un œil sur le Code Bancaire, on comprend très vite que la banque = l’État.
      Tout y est scrupuleusement détaillé (j’allais dire « épouillé » pour rester dans le ton de l’article). Alors, les BPI ou autre fadaises sont à ranger dans le tout-à-l’égout des calembredaines collectivistes, aucun impact à attendre pour ceux qui produisent et qu’on ponctionne allègrement. Ah si, peut-être, le Crédit Lyonnais a montré un certain impact…Et le montre encore.

  23. lxy

    J’attends avec beaucoup d’impatience le dénouement de l’affaire Alstom. Dans cette affaire Montebourg c’est un chien dans un jeu de quille. La direction de Astom et l’ensemble des cadres et du personnel estime que le mariage avec GE est la moins mauvaise des solutions pour l’avenir de leur entreprise. Le CA de la société l’approuve à l’unanimité et donne mission à son Pdg d’entamer les discussions. Mais ça ne plaît pas à notre Ran-plan-plan, qui avec des trémolos dans la voix nous vend SA solution magique de l’Airbus de l’énergie, une expression qui le fait gonfler comme la grenouille de la fable.
    Siemens renâcle, annonce 6000 licenciements de son côté. Ranpanplan part alors chercher une autre baballe à l’autre bout du monde, wouaf, wouaf, et apporte tout fier sur le bureau de l’Elysée Mitsubishi. L’Airbus européen est dépassé, c’est l’Airbus mondial de l’énergie, qui ne fait pas rire les connaisseurs, car on voit facilement que cette solution Montebourg serait catastrophique pour Alstom.
    Conclusion logique : dans un tel cas ce serait à Ranpanplan de prendre la direction de la nouvelle Alstom « à la sauce Montebourg » où il aurait à gérer la double cohabitation encombrante avec les Allemands et les Japonais. L’apparatchik Lauvergeon a coulé Areva. Montebourg coulera Alstom comme avant Haberer-Mitterrand avaient coulè le Crédit Lyonnais
    (à ce propos où en est l’affaire du soi-disant scandale de l’arbitrage Tapie ? … cet arbre qui cache la forêt des énormes scandales du CL)

    1. Higgins

      La stupidité, combinée au jusqu’au-boutisme, du ministre des veaux sous la mère va avoir une seule conséquence (si les mesures qu’il préconise aboutissent), la disparition pure et simple d’Alstom. Le mariage avec GE est un mariage de raison. Ce n’est pas pour rien qu’il a été envisagé. L’usine à gaz que l’histrion monte restera une usine à gaz, inefficace et mortifère pour la firme française. L’expérience des hauts-fourneaux de Florange aurait du servir d’exemple mais les politiques de ce pays sont tellement nuls et imbus d’eux-mêmes que rien ne peut les empêcher de creuser.
      Je plains les salariés d’Alstom. Quoiqu’ils aient fait, ils ne méritent pas d’avoir une bille pareille à leur tête.

    1. petit-chat

      Avec leur raisonnement à la c…, une vitesse négative devrait générer des naissances alors ?
      Avec ValSS, champion de la marche arrière*, on progresse vers le mur du çon.

      *En référence à sa position pro-palestinienne, quand c’était dans l’air du temps, et sa position actuelle, quand même.

  24. Hugues001001

    Plus Montebourg s’agite, et plus je me dis qu’il aurait nagé dans le bonheur s’il avait été « frère » dans le gouvernement du Kampuchéa démocratique: des entreprises liquidées, des citoyens obéissants au doigt et à l’oeil, ses délires mis en oeuvre sans aucune contrainte. Oui, vraiment, il aurait brillé.

  25. calc80

    Très bon billet, comme d’hab.

    Bon, maintenant il est temps d’aller se coucher.
    J’attends avec impatience le billet de demain.

    Allez H16 ! quelque chose sur la CGT qui perd le nord avec SUD, la SNCF et RFF, la retraite des cheminots à 52 ans (zacquis-social à l’origine de cette grève, semble-t-il), et pleins de choses sur la liberté d’action et d’entreprendre hors du collectif Borg (oups, pardon) du collectif Socialo-communiste (« vous allez être assimilé, toute résistance est inutile – si si, voir Star Trek, les Borgs »).
    Ah au fait, la révolution de 1789 a été initiée par une poussée très libérale, avant d’être confisquée/détournée par des trublions totalitaristes et coupeurs de têtes. On lance une redite ? (en gardant le plan coupeur de têtes ?) Contre les nantis CGT/SUD d’aujourd’hui ? On commencerait d’abord par les nantis cheminots, les syndicalistes qui n’ont jamais bossé (si peu) et qui passent leurs vacances dans des châteaux propriétés privés des syndicats (si bien), les politiques qui visent les planques européennes (si prévoyants), les politiques baveux et profiteurs des biens des Français (si pauvres)…
    La guillotine va bien marcher… Affûtez vos piques… Ah ça ira, ça ira, ça ira, les syndicalistes, on les aura !

    Pardon pour ces débordements sanglants, c’est le second effet kiss-cool d’un bon petit Cabernet Sauvignon; ce vin me donne des ailes… et je sors de mes rails (sic). Ouaip, heu là, j’peux pas conduire…
    Mais bon, ça soulage les nerfs de s’énerver un petit peu.
    Comme dirait Fernandel, ça soulage le système nerveux !
    Bonne nuit !

  26. HerveLE

    plus qu’un long article, l’action de Montebourg a été résumée par une fable il y a plus de 300 ans:

    la mouche et le coche.

    je vous invite tous à la relire…

  27. gameover

    Un camouflet pour Montebourg… qu’ils disent…

    http://www.lefigaro.fr/societes/2014/06/19/20005-20140619ARTFIG00376-caddie-menace-d-un-depot-de-bilan.php

    La force de frappe de laa BPI n’a pas suffi… Quand ça veut pas, ça veut pas ! Bah… allez, la der des ders on met 5 tout petits millions ?

    Pour info Caddie a complètement raté le virage du chariot en plastique… malheureusement beaucoup moins pratique pour faire des barbecues dans les cités :

    Préparation de votre barbecue en 5 minutes :
    Pour 10 à 15 personnes :
    – Faites vos courses au supermarché en utilisant un chariot en fil d’acier
    – Chargez votre chariot dans votre véhicule ou rentrez à pied avec.
    – Videz votre chariot à votre domicile puis descendez le sur la pelouse
    – Remplissez le chariot avec quelques arbustes municipaux que vous aurez tronçonnés au préalable en longueurs de 50cm.
    – Complétez avec quelques encadrements de portes ainsi qu’icelles.
    – Siphonnez un réservoir d’essence sur le parking
    – Versez l’essence sur les morceaux de bois
    – Allumez votre barbecue en vous tenant à distance
    – Laissez le chariot debout afin d’avoir du tirage par dessous
    – Couchez le chariot dans la pelouse dès qu’il y a de la braise

    Attention : Coucher le chariot sur le goudron du parking peut dégager des vapeurs nocives susceptibles d’altérer le goût de la viande.

    – Déposez vos grillades ḥalāl, salez, poivrer et cuire suivant votre goût…
    Bon appétit !

    Votre barbecue portable sera enlevé dans les jours suivants par vos services municipaux.

  28. lxy

    Fin de la partie de baballe pour Rantanplan. On vient de lui retirer la baballe Alstom et on l’a remis dans sa niche avec un collier et une chaîne tout en lui caressant la truffe pour lui dire qu’il était un bon petit chien qui rapportait bien. Ranplanplan est content et jappe de plaisir.
    La réalité : Alstom et GE vont pouvoir concrétiser un projet que Montebourg avait tout fait pour torpiller traitant même le patron de Alstom de menteur, de traître, de collaboration avec l’ennemi américain !
    L’accord définitif a prévu quelques sucettes pour Montebourg qu’il pourra partager avec ses petits copains dans la cour de la maternelle.
    Alstom garde le contrôle sur les grandes turbines à vapeur destinées aux centrales nucléaires françaises….qu’on ne construira plus puisque M. Hollande a décidé sur un coin d’enveloppe de supprimer 50% du parc nucléaire français. GE accepte de créer des co-entretreprises (apparemment Montebourg vient de découvrir ce mot dont il se gargarise)pour des activités inexistantes chez GE (éolien et hydraulique).
    L’Etat rachète une partie des actions de Bouygues, ce que celui-ci était plus ou moins contraint de faire vu l’état de ses finances et le manque total de synergie entre ses activités et celles de Alstom. Mais pas fou, il en garde une partie car l’association Alstom-GE ne pourra être que bénéfique pour Alstom et donc pour ses actionnaires.

    1. gameover

      On notera que Montebourg a annoncé tout cela à grands renforts de patriotisme mais qu’il avait juste oublié de négocier le prix des 20% d’Alstom à racheter à Bouygues.

      Bouygues en demande 25% de plus que sa valeur en bourse ce qui n’est pas énorme vu que GE rachète les turbines à gaz pour 50% de plus que la capitalisation totale de Alstom.

      Ca me rappelle que quand nous visitions des maisons à acheter je répétais à mon ex-femme : « Ne hurle pas qu’elle te plaît tant qu’on n’a pas négocié le prix ! »

      1. Black Mamba

        Pour nous , la maison nous plaisait bien sûr mais impossible de négocier, l’ancienne propriétaire était une dur à cuire… l’agence immobilière nous avait prévu que si on tentait la moindre négociation la vieille nous refuserait d’office la vente … elle leur avait le coup plusieurs fois déjà … je me rappelle même qu’elle nous avait demandé si on allait modifier sa décoration … on a promis qu’on allait absolument rien changé. ..

    2. LeRus

      L’affaire Alstom et Montebourg, ou comment récompenser l’incompétence alliée au brassage d’air intempestif.

      J’attends en vain le moindre article pour exposer le camouflet reçu par le ministre. Mais comme les journalistes sont aussi éloignés du monde de l’entreprise que les politiques (avec qui ils couchent très souvent), on peut toujours attendre. C’est littéralement à gerber.

      A quand une promotion de Montebourg pour avoir organisé avec succès que le soleil se lève chaque matin?

  29. lxy

    Effectivement c’est un énorme camouflet infligé à Montebourg…mais tout le monde est prié de l’applaudir. C’est digne d’un pays soviétique et totalitaire. Car enfin c’est Montebourg qui a voulu torpiller le projet Alstom-GE au nom de n’importe quoi : le patriotisme économique, l’indépendance nucléaire, les intérêts de la Frââânce, la stratégie industrielle, la preuve de son utilité. Devant lea presse et la représentaion nationale il a accusé publiquement le dirigeant de Alstom de traître, de subordonné indispliné (parce qu’il ne l’avait pas averti – et pour cause !!!), d’intelligence avec l’ennemi américain ….
    Il annonce fièrement (voir le mouvement de menton guerrier et dominateur) qu’il se fait fort de boucler en deux temps et trois mouvements l’Airbus européen de l’énergie (ici tout le monde doit applaudir ou rire). Il oublie tout simplement que les activités de Alstom sont toutes concurrentes de celles de Siemens…Mais qui pèse trois fois plus lourd que Alstom… et qu’une telle fusion devrait être soumise aux autorités de Bruxelles conformément au Traité européen signé par la France. On peut le regretter, mais faut faire avec….et on voit mal Siemens sacrifier des pans entiers de son empire au profit des unités industrielles de Alstom, c’est pas le genre de la maison. Une maison typiquement germanique c’est-à-dire allergique à toute forme d’association, de coopération, de partage de pouvoir, fière et dominatrice. Patrick Kron le PdG d’Alstom sait évidemment tout çà et il en a tenu compte dans ses réflexions et ses démarches discrètes. Il a dû penser que l’intérêt de GE pour Alstom était quasiment miraculeux.
    GE est réputé pour être un groupe américain sérieux, rigoureux dont le principe de gestion est simple et efficace. GE ne reste sur un marché que si il y est leader ou second. GE a été dirigé pendant 25 ans par un même patron tout à fait exceptionnel, Jack Welch, et pour un jeune diplômé américain commencer sa carrière chez GE est une promotion. GE a coopéré avec Alstom pendant des décennies puisque cette dernière fabriquait à Belfort et vendait dans le monde (sauf aux USA )des turbines à gaz sous licence GE. (cette usine a été vendue à GE au moment de la création d’un nouvel Alstom en 1995 ). Par ailleurs GE associée à l’entreprise française Snecma coproduit des moteurs d’avions civils dont le CFM56 qui est le moteur le plus vendu au monde à ce jour. GE c’est du solide, du sûr.
    Mais ça ne plaît pas à M. Montebourg – qui veut montrer qu’il sert à quelque chose alors qu’on lui demande rien et part chercher avec sa lanterne Siemens pour faire un Airbus de l’énergie. Siemens n’est pas du tout favorable pour un tel rapprochement pour une foule de raisons que l’on sait et qu’e l’on imagine. Mais, poliment, fait semblant de s’intéresser au dossier. Après tout, on ne sait jamais, il y aura peut-être quelques miettes à gratter. Siemens fait traîner. Aucune réunion n’est organisée avec la Direction de Alstom. On traîne des pieds en attandant que l’agité de Bercy se calme. Malgré son manque total d’intelligence Montebourg commence enfin à comprendre que Siemens le « promène ». Ni une ni deux il part en catastrophe au Japon chercher une roue de secours pour son plan anti-GE.On imagine la tête du patron de Mitsubishi voyant arriverdans son bureau l’ahuri de Montebourg. Et là on verse dans du Feydeau avec ces incessants ballets dans la cour de l’Elysée, un jour pour Siemens, un autre pour Mitsubishi…ou GE qui garde son sang froid, convoqués comme des laquais, à tout heure du jour ou de la nuit par Montebourg.Des méthodes de négociation industrielle qui doivent sembler bien étranges pour ces grands patrons de la grande industrie blanchis sous le harnais, respectables et respectueux (mais qui ont l’habitude de traiter avec des pays sous-développés ).
    Bref ce qui devait arriver arriva, force fut de constater à l’Elysée et Matignon que le plan de Montebourg était complètement foireux …comme celui de Florange. Les observateurs attentifs avaient déjà noté les réserves prudentes de Hollande et de Sapin, quelques jours avant la décision, qui indiquaient que l’opération Montebourg sentait le roussi.. J’imagine alors que le subtil M. Jouyet , Secrétaire général de l’Elysée s’est rapproché discrètement de la direction de Alstom pour avaliser le projet initial , et finaliser discrètement un accord tout à fait acceptable pour les deux parties, avec quelques ajouts cosmétiques pour neutraliser Montebourg, n’a toujours rien compris puisqu’il s’est attribué fièrement la paternité d’un accord qu’il avait tout fait pour torpiller.
    C’est GE qui finalement est retenu, c’est évidemment le point essentiel de l’accord. Le prix proposé par GE n’a pas été augmenté. Les turbines à vapeur « nucléaires » destinées à la France restent sous contrôle français, (mais conformèment aux promesses de Hollande la France réduira de 50% son parc nucléaire, et donc aucune turbine de ce type ne sera fournie en France avant plusieurs décennies. Le meilleur pour la fin . Monteboug annonce avaec des trémolos d’émotion et de fierté dans la voix, que deux co-entreprises seront créées dans deux domaines l’éolien et l’hydraulique …où GE est absent et donc n’apporte rien. Autrement dit : j’apporte tout et on partage en deux, génial ! Quant au reste c’est du détail cosmétique, des sucettes pour Montebourg et ses petits camarades de la cour de maternelle.
    Dans toute cette affaire, un homme est resté très discret, c’est Patrick Kron, un homme de fort caractère qui a dû faire de gros efforts pour se contrôler, se calmer et se taire pendant les guignollades de Montebourg. Un homme d’une toute autre trempe. Issu d’un famille modeste d’immigré polonais, il entre à Polytechnique d’où il sort major. Puis il dirige une société prospère et tranquille de métallurgie. Quand Alstom commence à sombrer, et que son dirigeant est discrètement remercié (énarque issu du sérail politique, sans aucune expérience ni compréhension du monde industriel), P. Kron accepte de relever le défi. Il réussit, à colmater les brèches, mais est impuissant face à la conjonction de la crise sévère qui touche principalement l’industrie lourde, à une trésorerie exangue, et à l’absence de partenaires solides et complémentaires (ce que Bouygues n’est pas ).
    Ce qui est à la fois lamentable et savoureux d’une certaine manière c’est d’entendre le commentaire élogieux, dithyrambique d’un journaliste de gauche (pléonasme) qui se félicité du magnifique résultat obtenu par Montebourg, qui montre bien que la volonté politique peut changer les cours des choses.On croit rêver.

    1. gameover

      Bon résumé.
      Il manque le rachat différé des 20% sur le marché et le prêt de droits de vote en attendant. La logique aurait voulu que ces 20% soient transférés après distribution du dividende exceptionnel (ce que j’avais envisagé il y a 2 jours).
      Je vois une raison de le faire avant la distribution : l’achat est fait par la BPI ou la CDC mais le dividende est reversé à l’état… L’état pompeur de dividendes à l’oeuvre… Ne pas oublier que le but était de capitaliser Alstom…

  30. lxy

    La prise de participation de l’Etat fait partie des sucettes qui fondront je l’espère dès que ces charlots disparaîtront du paysage.
    L’Etat vient au secours de Alstom comme les carabiniers arrivent après la bataille. Un Etat qui ne l’oublions pas est en grande partie à l’origine de l’effondrement de Alstom qui appartenait à la CGE un conglomérat français solide sur le modèle de Siemens et de GE, nationalisé en 1981, puis dépecé, puis rapiécé, puis dénationalisé, puis fusionné avec GEC un groupe anglais très malade, puis fusionné avec la partie malade d’un groupe helvetico-scandinave pendant que GEC partait en empochant le magot de la trésorerie, que Alcatel devenait autonome avec son activité télécom, tandis que quelques cadres avisés achetaient à vil prix pour leur compte une pépite de Alstom, Cegelec, et qu’une autre pépite était vendue à Areva pour faire entrer du cash dans une Alstom exangue.

  31. lxy

    Ce matin lundi 23 P. Kron est sorti de son silence à Europe 1.
    Un commentaire aigre-doux parmi d’autres : l’Etat a voulu entrer au capital de Alstom, ce sera une bonne affaire pour lui  » Sous-entendu, on avec GE on a vraiment pas besoin de cet ami encombrant,mais bon on fera avec.
    Cette affaire nous a rien appris sur les gros mensonges d’un régime aux abois ni sur la bêtise et la fatuité grotesque d’un Montebourg , et encore il n’est pas le pire !
    Mais on a compris que mentalement nos dirigeants socialistes en sont restés à l’idéologie qui était celle de la Terreur jacobine.
    Alstom est une société privée qui a pour obligation de respecter des lois en vigueur comme tout citoyen libre. Le droit de propriété est garanti, jusqu’à preuve du contraire, par la loi, la constitution et les déclarations successives des Droits de l’homme et du citoyen. Ce droit est consubstantiel à l’existence d’une société de liberté et de progrès. Les propriétaires de Alstom avaient à ce titre le droit et le devoir de mener des négociations avec d’autres sociétés libres et indépendantes pour préserver au mieux ses intérêts. C’est alors que l’on voit surgir de sa boîte à ressort un ministricule clownesque qui dit aux propriétaires légitimes : « poussez-vous de là, je prends votre place ». Une quasi-nationalisation de fait !
    Ce comportement est tout à fait dans la lignée des révolutionnaires jacobins de la Terreur qui ont pris le prétexte de la famine et de la guerre pour piétiner les droits les plus élémentaires : chacun à tout moment pouvant être arrêté, condamné à l’expropriation, à la prison, à l’exécution capitale, alors que famine et guerre étaient les conséquences directes de leurs décisions idéologiques absurdes.

    Mutatis mutandis les idéologues qui sont sensés nous gouverner sont prêts à piétiner les libertés les plus fondamentales sous le prétexte de lutter contre chômage et la récession en France alors qu’ils en sont les tout premiers reponsables par leurs décisions idéologiques absurdes qui ne font qu’affaiblir et handicaper les entreprises françaises.

Les commentaires sont fermés.