Vers une déflation de l’immobilier ?

Parfois, tout se déroule (mal) exactement comme prévu. La loi ALUR, la production baroque et foutraque d’une Cécile Duflot en roue libre, en est un exemple flagrant, depuis sa conception, résultat navrant d’une soirée trop arrosée et de la catastrophique absence de protection que procure la compétence, jusqu’à son ignoble avortement au cintre gouvernemental auquel le peuple français est actuellement convié, caméras et micros à l’appui.

Il y a quelques mois, je notais en effet que cette loi, emblématique du dogmatisme indécrottable des élus socialistes lorsqu’il s’agit de réguler la vie de leurs concitoyens, allait subir le détricotage méticuleux du gouvernement pour réduire l’ampleur du désastre immobilier actuel.

parcours institutionnel - étape finaleCe n’était, du reste, pas trop dur à prévoir : comme je l’expliquais alors, la situation du marché immobilier en France est particulièrement tendue, et la pauvre Duflot est arrivée avec sa loi au plus mauvais moment. D’une certaine façon, elle n’a fait qu’accroître une déconfiture qu’on sentait déjà inévitable, et ses bricolages législatifs sont simplement venus s’ajouter à un marasme qui s’installait doucement. De ce point de vue, difficile de rendre responsable la pauvrette de l’intégralité de la déroute que l’immobilier français subit actuellement.

Il n’en reste pas moins qu’en proposant, à ce si mauvais moment, une batterie de dispositions très déséquilibrées en faveur d’un locataire par ailleurs fort choyé par les précédentes lois, qu’en laissant la ministre établir un ensemble de dispositifs plus ou moins complexes (pour ne pas dire incompréhensibles), qu’en ajoutant à ces déséquilibres et ces complexités inutiles une écriture législative chaotique qui aura provoqué des allers-retours consternants et une bonne dose de rigolade des observateurs extérieurs, Duflot aura tout même participé à l’état actuel du secteur, participation dont elle ne pourra pas s’exonérer, même si elle n’est plus aux commandes de son usine à gaz hilarants.

En conséquence, on s’amusera de lire les tentatives d’une certaine presse de dédouaner la ministre du fiasco mémorable de cette loi, pendant que l’actuel gouvernement en laisse progressivement tomber les articles les plus controversés, et on pourra répondre à la titraille perplexe (« la loi Duflot responsable de tous les maux ?) de façon lapidaire : bah non, c’est évident… Mais.

Mais il est difficile d’oublier que l’immobilier est un achat très particulier, assez loin des cacahuètes d’apéritif ou même de celui d’une automobile puisqu’en pratique, le logement constitue pour beaucoup le principal patrimoine qu’une génération lègue à la suivante. À cette aune, l’achat immobilier comprend une très forte composante psychologique, comme la capacité à se projeter dans l’avenir et le confort (réel ou perçu) qu’offre le matelas de trésorerie disponible amené dans la transaction.

Pour la première, on avouera que les changements législatifs et fiscaux permanents rendent toute planification budgétaire particulièrement ardue, d’autant que ces modifications engendrent une complexité de plus en plus imperméable à toute compréhension. Pour la seconde, avec des salaires qui augmentent beaucoup moins vite que les ponctions, l’envie de rogner sur le matelas, quelle qu’en soit l’épaisseur, s’amenuise à mesure que les nuages s’accumulent.

maison de biloute

Compte-tenu de tous ces éléments, il était donc assez logique que le marché immobilier se congèle et qu’à la faveur du dernier remaniement, Valls tente des trucs et des machins pour remettre un peu d’huile dans un moteur passablement serré. Il n’est pas interdit d’imaginer qu’il y aura un effet positif (au moins psychologique), mais toutes proportions gardées, je crains, tout comme d’ailleurs Vincent Bénard, que ces derniers bricolages ne changent pas grand-chose à la situation globale.

En effet, outre les problèmes déjà évoqués ci-dessus, la tendance économique est, très clairement, à la déflation. Celle-ci, résultat de dizaines de millions de décisions individuelles de baisse de consommation, de diminutions et de reports d’investissement, est une tendance suffisamment massive pour que les efforts frénétiques des dirigeants politiques pour relancer l’inflation ne se traduisent par à peu près aucun résultat tangible. Ce qui, concrètement et à périmètre de mesures constant, va se traduire à moyen terme par une baisse des prix générale, à commencer par celle de l’immobilier.

De façon étonnante, les mesures Valls visent essentiellement à « soutenir le marché », c’est-à-dire tout faire pour que suffisamment d’acheteurs se présentent en face des vendeurs, suffisamment de permis soient émis, suffisamment de prêts soient contractés, bref que les prix restent haut. Or, si l’immobilier est un bon investissement pour se protéger contre l’inflation, en période de déflation, c’est loin d’être le cas ; dans ce cadre, pourquoi le gouvernement incite-t-il à une démarche économiquement douteuse ?

En outre, on doit se demander pourquoi une baisse des prix de l’immobilier semble à ce point gêner ce gouvernement en particulier et l’État en général. Jusqu’à preuve du contraire, le gouvernement devrait plutôt se battre pour une augmentation du pouvoir d’achat, ou, à tout le moins, une baisse des prix. Puisqu’apparemment, les salaires refusent actuellement de monter, peut-être un ajustement par des baisses de prix est-il nécessaire ? Difficile, alors, de comprendre les gesticulations de Valls (et, précédemment, de Duflot et de tous les autres ministres qui se sont succédé pour maintenir le secteur immobilier aussi haut que possible).

En réalité, pour le gouvernement, accepter que les prix baissent dans l’immobilier, c’est accepter l’échec patent de leur politique menée jusqu’à présent pour maintenir les prix hauts, avec l’argent du contribuable ou toutes les bidouilles fiscales possibles et imaginables. C’est aussi accepter que les forces du marché, ici déflationnistes, sont plus fortes que les décisions prises à la tête de l’Etat ou d’une banque centrale et c’est aussi montrer, implicitement, que des millions de décisions individuelles ont plus d’impact que les décrets plus ou moins malins d’une petite caste.

Enfin, l’arrivée de la déflation (notamment immobilière parce que les volumes transactionnels sont massifs) retentit comme un coup de sifflet désagréable de fin de partie où les politiciens et les capitalistes de connivence, corrompus à l’argent facile, voient arriver un retournement de tendance plus fort qu’eux. La déflation, c’est surtout l’enquiquinant retour à la réalité économique où un prêt doit être remboursé le plus vite possible. Et avec une dette énorme, l’hippopodette que la France a nourrie les 40 dernières années, la déflation signifie de gros soucis budgétaires à brève échéance.

L’immobilier baisse. C’est, quoi qu’on en dise, une excellente nouvelle pour les Français, surtout parce que c’en est une mauvaise pour l’État.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires150

  1. Le Gnôme

    Sans compter les taxes joufflues et lucratives assises sur la valeur de l’immobilier lors de sa vente. Des prix en baisse, ce sont des droits de mutation moins élevés, des impositions sur les plus values inexistantes, et donc du fric en moins à cramer.

    1. Jesrad

      Ce sont des gens dont le patrimoine de toute une vie se contracte en valeur, qui échappent ainsi à l’ISF.

    2. Adrien

      Je plussoie. Le produit des droits de mutation, c’est 9 milliards de rentrées fiscales par an pour les communes, les départements (qui ont eu le droit d’augmenter « temporairement » leur part dernièrement et qui l’ont quasiment tous fait, on se demande bien pourquoi) et l’Etat. Si l’immobilier se grippe, comme c’est déjà le cas dans ce nombreux endroits, l’argent des autres rentre moins. Et donc on peut moins faire de bisous à ceux qui ont voté pour nous. Comme, en plus, les communes et les départements sont un peu secoués en ce moment avec la future non-réforme des collectivités territoriales, forcément, ça couine dans les coins.

        1. gameover

          D’autant plus que moins de transactions immo c’est moins de rentrées d’argent par les taxes et des prix qui baissent c’est chaque rentrée unitaire qui est plus faible… Double Fail

            1. petit-chat

              C’est une vente à perte alors ? C’est interdit !
              D’où amende représentant la perte pour l’État s’il y avait eu une honnête plus-value calculée par le fisc, donc inattaquable.
              Ah que c’est bô la polytique.

            2. gameover

              « l’Etat rembourse t-il les moins values?

              Oui, le remboursement est mensuel et s’appelle le RSA.

              Bon sinon y a un truc assez marrant c’est que l’état admet la déductibilité des pertes de trading pour les particuliers.

  2. NOURATIN

    Sil’Etat se mêlait de ce qui le regarde au lieu d’aller fourrer son sale nez partout, les choses iraient beaucoup mieux et le pays ne se trouverait pas en faillite. Arriverons nous, un jour, à nous débarrasser de tout ce fatras socialisant qui conduit le gogo à attendre de l’Etat ce qui relève de la responsabilité des citoyens et des acteurs économiques?
    On peut toujours rêver…

  3. Zendog

    On a tout dit sur Duflot, OK mais moi ce qui me gêne affreusement c’est qu’il s’est trouvé une majorité de députés au Parlement pour la voter cette fichue loi. De deux choses l’une, ou les parlementaires sont totalement bouchés ou ils s’en balancent et votent n’importe quoi.

      1. Aristarque

        L’ ennui est que cette « honorable » équipe de branleurs vote même le n’ importe quoi. Mais Charles Gave, dans son billet du jour sur l’ IDL (no lien. Smartphone alibi, tel Calvinou) en attribue une responsabilité à l’ entrisme de l’ ultra gauche dans le PS et qui obtient ainsi une capacité de nuisance, d’ autant plus néfaste qu’ elle est dissimulée, très supérieure à son poids électoral de base.

        1. Aristarque

          Rappelons, pour les âmes sensibles, que cette équipe de branleurs est OFFICIELLEMENT exclusivement composée d’élus du Peuple qui ne tirent leurs opinions défendues à la tribune que de leurs mandants, souverains, cela va sans dire… Il y a des syllogisme bien tentants, ne trouvez vous pas ???

    1. Higgins

      C’est quand même « inouïe » qu’une telle incompétence ait pu se retrouver ministre et qu’elle ait pu faire passer un projet de loi aussi foireux que nul.

      1. zen aztec

        « C’est quand même « inouïe » qu’une telle incompétence ait pu se retrouver ministre »
        Attendez la belle Najat….

      2. Deres

        Ce sont les promesses d’élection de Hollande qui a complètement avalisé cette loi ALUR avec le gouvernement Ayrault. Je rappelle que la réaction des parlementaires socialistes était plutôt que ce n’était pas encore assez à gauche … Politiquement, Duflot a bien fait son travail. Elle était là pour sortir une loi de gauche bien collectiviste sur l’immobilier et a atteint son objectif vaillamment. Mission accomplished. Il faut distinguer l’aspect politique de l’aspect technique.

        Après, que faisait une écologiste dont le parti a fait 5% aux élections au gouvernement, bonne question. Ils ont des députés uniquement car Flamby les leur a donné aux législatives. C’est la maxime diviser pour mieux régner.

  4. Aristarque

    Aimable H16, je crains que vous ne pariez les soces de qualités intellectuelles bien supérieures à la (triste) réalité. Le Gnome, ci dessus, met le doigt sur l’enjeu majeur de la volonté de garder des prix immobiliers élevés qui est purement fiscal. D’une part, les ponctions des droits de mutation dont n’importe quel élu local ne méconnaît l’importance dans les budgets communaux ou départementaux, d’autre part, la taxation des plus-values sur tout ce qui n’est pas de l’habitation principale qui vaut son pesant de pépètes aussi au niveau national… Or les prix ont déjà baissé sensiblement hors la capitale et quelques coins tendus bien spécifiques et trop restreints pour modifier la tendance générale. Une chute encore plus importante des prix tarirait la manne fiscale de plus en plus fortement, ce qui n’est évidemment pas le moment vu de Bercy, alors même que l’augmentation de la taxe departementale a été chargee de fournir de la ressource supplémentaire pour le social clientélisme…

    1. David Jeames

      Je pense même que c’est la vrai raison qui se cache derrière la volonté d’un monde inflationniste : augmenter les rentrées fiscales.

  5. Kazar

    L’immobilier va certainement baisser : la loi Duflot durci les conditions pour donner congé au locataire, et complique considérablement les ventes, notamment d’un point de vue administratif. Mais ceci n’est qu’une des raisons de la baisse à venir, la plus évidente étant la crise économique que nous vivons. Qui aurait envie d’investir dans l’immobilier dans un pays ou le droit de propriété est bafoué, ou les impôts varient de mois en mois, ou les locataires qui ne peuvent (ou veulent) plus payer sont surprotégés ? Économiquement, l’équation devient rapidement périlleuse dès lors qu’on a un emprunt en cours, un locataire qui ne paye plus et des charges et impôts qui continuent à tomber régulièrement (sans oublier les15,5% de prélèvements sociaux qui s’ajoutent à l’IR).
    De plus, le filon des gogos qui achètent de la défiscalisation commence à s’épuiser, car les acheteurs ont compris que l’avantage fiscal partait dans la poche du promoteur qui augmente son prix en fonction dudit avantage…
    Et s’agissant de l’immobilier pour la résidence principale, ce n’est pas en autorisant les départements à relever la fiscalité sur les transactions qu’on va inciter les gens à acheter.
    Ces gens sont mauvais, et ce ne sont pas trois mesurettes qui vont à la fis redresser le secteur d’un point de vue économique, et redonner confiance et envie d’investir, la confiance étant pour moi aussi importante que le bénéfice économique de l’opération.

    1. Pere Collateur

      Je suis du même avis que vous.
      Et concernant les petits bailleurs individuel, le signal donné a tellement été mauvais qu’ils ne sont pas près de revenir sur ce type d’investissement, quelque soient les cadeaux fiscaux octroyés.

      En ce qui concerne le marché immobilier en lui même, sachant que c’est plutôt un ensemble de pleins de petits marchés immo locaux, il y a actuellement de tout. Des coins qui montent (un peu), et pas mal, surtout loin des métropoles régionales, qui plongent.

      Tant mieux. Je vois de plus en plus de jeunes actifs qui en ont marre de la ville et veulent se trouver un coin tranquille à cultiver au milieu de nul part, sans faune, sans bruits, bref, simplement à dimension humaine.

      1. Pat

        Aucune urgence pour les jeunes à devenir propriétaires, sachant que la chute assez brutale des prix n’est pas terminée, et sera probablement suivie d’une dizaine d’années d’électrocardiogramme plat, pendant lesquelles ils auront tout loisir de prendre leur décision.
        Un petit conseil avant tout achat : vérifier le montant des taxes locales (foncières et d’habitation) qui peuvent dans certaines communes égaler plusieurs mois de loyer.

        1. Kazar

          Je suis plus nuancé sur l’achat de la résidence principale.
          Pour : le jour ou l’on arrête de payer un loyer, on commence à se constituer du capital. Et surtout, le jour ou on a fini de payer son habitation, on craint beaucoup moins de se retrouver à la rue en cas de pépin. Conjoncturel : les taux d’intérêts très bas.
          Contre : le contexte socialiste, qui à lui seul me conduirait à éviter tout achat, tant nous ne savons pas où va ce pays. Contre également, le risque de déflation et d’acheter trop cher un bien qui va sans doute baisser au moins un peu.

          1. Calvin

            Sans compter que quand tu auras fini de payer ton crédit, il y aura des socialistes pour dire que tu as un revenu fictif qu’il FAUT taxer.

            1. Kazar

              Le jour où ils font ça, ils achèvent le marché. Mais cette idée est un serpent de mer, même si les cons ça ose tout, pas sûr qu’ils soient cons à ce point.

            2. Higgins

              Oui. Ces tarés en sont bien capables. Déjà, en avoir l’idée en dit long sur la mélasse qui leur tient lieu de cerveau.

          2. Alex6

            C’est vraiment simpliste comme vue. Meme lorsque l’on paye un loyer, on accumule du capital en parallele, si tant est que l’on reste raisonnable dans le choix de la gamme de logement que l’on loue.
            Ensuite une fois les remboursements de prets termines, c’est loin d’etre la fin des depenses puyisqu’il faut continuer a payer les taxes et surtout l’entretien d’un logement qui a au moins 30 ans d’age. Une toiture, un ravalement, un ensemble portes/fenetres etc…, c’est equivalent a plusieurs mois de loyer equivalent.
            Et bien sur, on oublie pas que lorsque l’on achete, on perd le rendement du capital investi.
            Enfin, il faut garder en tete qu’un achat immo avec disons 20% d’apport, c’est un investissement en levier 4. Donc quand ca monte au-dessus des couts, ca peut etre tres rentable mais quand ca baisse, on prend 4x le niveau de baisse dans le portefeuille. Ca peut tourner a la dilapidation de capital tres rapidement….

        2. Calvin

          A quoi ça sert de regarder les taxes locales ??
          Elles peuvent varier d’une année sur l’autre, sans crier gare, et être plus que conséquentes.
          Se renseigner, c’est bien, mais n’avoir aucun levier… ça n’apporte rien.
          D’ailleurs, les propriétaires non résidents ne peuvent pas voter dans la commune où on les taxe !!

          1. Higgins

            Il n’y aura pas de baisse de l’IR. Par contre, on va très probablement se manger une hausse de la taxe d’habitation carabinée avec la révision du mode de calcul pas réévalué depuis une quarantaine d’années.

          2. Aristarque

            C’est bien pour cela que les taux d’ augmentation annuelle sont différents entre la TH et la TF, toujours au détriment de la TF puisqu’une bonne partie des proprios n’ est pas électrice potentielle du maire…

    2. Aristarque

      Autre effet induit de l’ extinction de la race des bailleurs est que, fournissant de bons bataillons d’acheteurs chez les promoteurs immobiliers, bien des opérations vont rester en carafe ou vont sortir bien plus difficilement de terre puisque, par ailleurs, les banquiers bailleurs de fonds des promoteurs, exigent un taux de réservation préalable au premier coup de pioche, de 50% de l’ opération… Donc, de la perte fiscale en second lieu par l’ absence de la bonne vieille TVA ou son décalage important temporel qui a le même effet en trésorerie…

        1. Aristarque

          Non, ce n’est pas la mienne pour l’annonce parce que je ne l’écrirais pas ainsi : ma maison se dirait eum’ moison ou dans d’autres secteurs eum’ mon. Quant à chambre: on dirait came ou il me semble, chame ou chambe (à prononcer comme avec un k). Quant à vendre, on dit vinder ou vinde.
          Mais je ne suis pas du tout catégorique parce qu’il y a d’innombrables variantes entre le secteur de Lille, celui de Roubaix Tourcoing, les Flandres maritimes ou le PdC qui est tout proche. Variantes puisque nous avons en base générale du latin abatardi devenu du vieux français avec des mélanges de flamand et des influences anglaises ou allemandes (lieu de passage et de commerce intense)
          Je n’ai pas de bien à Linselles 😀

          1. Adolfo Ramirez Jr

            Moi même, je suis pas toutafait d’accord avec votre orthographe – sans doute parce que je suis du magnifique Pas-de-Calais!

    3. balt

      Je suis d’accord.On peut ajouter que continuer a construire du neuf hors de prix alors que l’ancien ne se vend pas et baisse,va aboutir a une baisse générale plus rapide.Le développement de ces 20 dernières années s’est fait sur un rythme insoutenable et le prix d’achat est déconnecté des revenus réels des gens

  6. Serpico

    Très bon article, à l’instar du reste du blog !

    Et, petite chose amusante, j’ai déniché hier un bel exemple de l’inaptitude globale de la presse française à faire du véritable journalisme :

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/08/29/97001-20140829FILWWW00310-education-nationale-une-photo-cible-de-racisme.php

    http://tempsreel.nouvelobs.com/vu-sur-le-web/20140831.OBS7727/flot-de-reactions-racistes-sur-une-page-facebook-de-l-education-nationale.html

    Ces deux articles sont quasiment des copier-coller.
    Lolilol, on mange tous au râtelier de l’AFP.

      1. Serpico

        Ouais, je pense effectivement qu’il n’y a pas de hasard dans la publication de cette photo. Mais j’arrive pas à savoir pourquoi celle-ci.
        Je veux dire, quel est le message que les crypto-gauches de l’EducNat ont voulu passer ?

        1. yp

          Juste provoquer une réaction, afin de pouvoir créer une polémique et tâter le terrain. Peut être aussi pour faire un procès équitable et médiatique, comme on a pu le voir avec la photo de taubirat avec ses bananes, afin de faire peur aux adversaires.

          1. vegeta

            la France est un pays qui est trop raciste regarder à Marseille les marocains tuent les algériens les sénégalais tuent les maliens bon c’est pour le contrôle du trafic de drogue mais quand même

        2. JeVoudraisVivreAilleurs

          C’est déjà leur accorder trop de crédit que leur prêter l’intention de passer un quelconque message.

          Et puis quel est l’intérêt d’avoir des pages facebook pour les ministères (en dehors de payer des fonctionnaires pour ça) ?

      2. Calvin

        Par contre, ce qui est VRAIMENT rigolo, c’est qu’ils ont supprimé tous les commentaires xénophobes, mais ils ont laissé tous les commentaires d’écœurement.
        Du coup, un commentaire du genre :
        « La teneur des commentaires sur cette photo est en effet très affligeante »
        fait passer les autres commentaires (anti-racistes, donc) pour des propos débiles !
        Ils auraient dû supprimer tous les commentaires…

        1. Serpico

          J’ai ri d’un des commentaires : « certaines choses peuvent et doivent être censurées ». Autrement dit, je sais ce qui est universellement bon et il n’y a pas de dialogue possible. La République ne tolère pas les gens qui pensent.

          Après, la raison dernière le choix est peut-être toute simple : la micsxitéééé c’est bi111

          1. dg

            Oui la mixité c’est top. Sauf pour les gamins des politocards et autres bobos pastèques, qui sont tous dans le privé.Faudrait qd même pas pousser le bouchon trop loin, hein?

            1. Aristarque

              Et même souvent dans l’enseignement privé hors contrat encore plus élitiste, ne serait ce que par les tarifs en découlant. … Genre l’Ecole Alsacienne ou le cours Hattmayer… Tous égaux mais certains plus que d’autres, as usual…

      3. gameover

        Bon, on ne vous l’a pas dit mais la photo là, regardez bien c’est la file d’attente des enfants dont les parents n’ont pas payé la cantine… ils sont en train de regarder les autres bouffer… ça doit être une école dans une ville FN

            1. Othello

              Hello jeune garçon,

              Connaissant l’aversion de GO pour les thèses du FN (aversion que je partage largement) j’ai peur que son commentaire soit mal interprété…

              Personnellement je trouve qu’imposer à tous les parents une participation au financement des repas de leurs enfants est une excellente chose. C’est juste dommage qu’il ait fallu des élus FN pour mettre en place cette mesure de bbon sens libéral… et je redoute que la marquer du sceau de l’infamie FN ne la discrédite (mini Godwin)

              1. gameover

                C’était cynique, bah quand même.

                Les thèses du front national me font le même effet que les levées de bouclier des bien-pensants du vivrensemble dès qu’il s’agit de fustiger une mesure logique prise par un élu simplement parce qu’il est FN (cantine, arrêt de subventions) ou même un choix politique lorsqu’un élu FN n’a pas voulu assisté à je ne sais plus quelle commémoration : j’ai des pensées malsaines…

  7. Kloupa

    Ils devraient être contents: ils prônaient la décroissance, ils l’ont parce qu’ils l’ont créée. Il suffit de voir la mine déconfite de Sapin pour se réjouir de leurs malheurs.

    1. yp

      C’est commetout, il ya la bonne décroissance, celle qui sauve les racces de châtons en danger, et la mauvaise, la hideuse… Celle qui fait baisser les recettes fistales.

    2. Calvin

      Kloupa, ne te trompe pas.
      Sapin a une mine déconfite, mais parce qu’il faut qu’il garde un visage de circonstance, de gravité, de sérieux.
      En réalité, la décroissance, l’égalité vers la pauvreté, c’est le plan, c’est l’objectif des collectivistes.
      Ils préfèrent que tout le monde soit très pauvre (à part eux), plutôt qu’il y ait des moins pauvres mais surtout quelques très riches (à part eux).

  8. Larebil

    Ca me surprend toujours quand les mêmes personnes hurlent que la France n’est pas compétitive et qu’il faut donc qu’elle baisse ses prix de production ou que les loyers coûtent trop cher mais se plaignent quand les prix publics des produits ou services baissent ou que les prix de vente de l’immobilier baissent. Schizophrénie ?

  9. Aristarque

    Je pense même que cette volonté de maintien participe à la sauvegarde artificielle du montant du patrimoine privé grancais dont se sert sans vergogne notre Etat prédateur pour donner confiance aux investisseurs étrangers afin de rendre crédible le rapport d’ une chyprisation d’ icelui. Or, il sait évidemment très bien que ce montant de capital est très largement représenté par l’ immobilier… Je suis éventuellement trop parano mais je perçois un tel écart, un tel gouffre entre l’ irrespect général du droit de propriété, immobilière ou autre d’ ailleurs, de tout ce personnel de prébendiers professionnels et ce souci de préserver l’ intérêt du possédant qu’ ils honnissent constamment que cela me rend hautement suspecte cette attention ainsi portée… :mrgreen:

    1. Caton

      Intéressant… surtout quand je vois ça : http://www.capital.fr/bourse/actualites/l-icma-revoit-les-regles-en-cas-de-defaut-de-dettes-souveraines-958404

      Cette décision augmente sensiblement le risque de défaut sur les dettes souveraines, et donc une hausse des taux pour les pays perçus comme peu « sûrs ». Vouloir à tout prix maintenir les prix de l’immobilier artificiellement hauts, pour présenter un rapport capital/endettement élevé, semble logique.

    2. ronchonnette

      c’est exactement ce que je pense, ils vendent souvent que vus les avoirs des Francais, la dette est assurée et donc les emprunts peuvent continuer. Baisse de l’immo = filet de securite vis a vis des preteurs qui s’envole

  10. Jb69003

    je vais sans doute avoir l’air d’un ovni ici. Moi qui pensait acheter une maison (ma résidence principale) ces prochains mois. Je vais peut être revoir ce projet, vous me faite un peu flipper! Je suis propriétaire de 6 logements à lyon que je loue en location saisonnière (renta environ 13%), je n’ai mis à un apport. Dans ce cas vous faites quoi de votre argent? Rembourser les logements pour se débarrasser du crédit comme l’indique le post en cas de déflation? Pas évident quand même de savoir quoi faire

    1. Pat

      Si vous faites de la location saisonnière légalement déclarée, la CFE a dû vous tomber dessus cette année, et augmenter votre taxe foncière globale de 20%. De plus le gouvernement, dans sa grande sagesse, n’a pas caché son intention de limiter le droit de mettre les logements en location saisonnière notamment dans les grandes villes. Donc prudence…
      La location saisonnière est le dernier moyen trouvé par les méchants riches propriétaires d’échapper aux lois protégeant les gentils pauvres locataires ou les gentils pauvres squatters.

      1. jb69003

        Bonjour Pat, oui ma loc saisonnière est déclarée et il ne faut pas croire ce qui se dit à la TV sur le sujet. Paris est un cas à part. C’est très simple à Lyon, j’ai obtenu mon autorisation en 3 semaines, un simple doc à remplir. Oui je paie la CFE et ma taxe foncière aussi 🙂 mais ça reste vraiment très rentable.

        1. Pat

          Votre taux d’occupation doit être bon. Tant mieux pour vous. Mais la location saisonnière est bien dans le collimateur du gouvernement, comme toute poule aux œufs d’or qu’il n’a pas encore trucidée.

    2. yp

      – A 13% de rentabilité tu est à presque 3 fois le rendement moyen sur le marché actuel de l’immo.
      – Sur le long terme, les monnaies vont s’éclater la tronche.
      – Du cash en banque (ou des titres détenus dans une banque en france), c’est chypriotable.

      Je dis ça, je dis rien…

        1. Jb69003

          Effectivement je n’ai pas pour projet de l’expatrier
          Pour être plus claire tu ferai quoi? Rembourser mes crédit immo? Peu importe si l’euro se crash ou pas dans mon cas car mes mensualité ne bougeront pas. Je suis pas que d’avoir le bon raisonnement…

          1. Kazar

            Perso, tant que les mensualités des emprunts sont couvertes par les loyers, je ne ferais rien. Et en plus, à Lyon, comme dans la plupart des grandes villes, les prix baisseront mais modérément. Ça deviendra un peu plus compliqué quand vous aurez beaucoup remboursé et que les impôts augmenteront alors que l’argent du loyer part toujours à la banque. Et beaucoup plus compliqué si vous avez d’autres revenus et que ceux-ci augmentent, parce que là, avec l’IR plus 15,5% de CSG-CRDS, on arrive vote à des taux insupportables…

          2. yp

            – Comme dit Kazar, en ville et que c’est un bien de bonne qualité bien désservi par les transports en communs, le risque de baisse est relativement faible. Le seul risque réel, c’est des loyers impayés, mais là je ne vous apprends rien.
            – Si le bien s’autofinance, ce qui doit être largement votre cas, je ne bougerais pas sur le financement ; éventuellement, si c’est un ancien crédit avec des taux un peu plus élevés, je tenterai de renégocier un emprunt avec les taux plus bas. Une idée : rallonger la durée du crédit pour alléger les remboursements et jouer le fait que tôt ou tard, l’inflation viendra – et là, avoir un emprunt avec un petit taux fixe, ça *pourrait* être l’affaire de la décennie. Mais ça, c’est de la spéculation : ça peut ne pas se passer comme ça.
            – Comme le souligne Kazar, le risque principal est la fiscalité car l’immobilier étant un gros gateau qui ne se délocalise pas, la tentation de taper sur les proprios sera forte… Mais :
            1/ Le patrimoine déclaré de FH est essentiellement en immo et c’est le cas de presque tous les polytiques. On peut penser qu’ils seront raisonnables lorsqu’il s’agira de s’imposer eux mêmes.
            2/ Vous avez un crédit, il est probable que les intérêts d’emprunts soient déductibles. Et quand le financement arrivera au bout, vous ferez comme les Suisses et engagerez quelques travaux.

            Gardez à l’esprit que les conseilleurs ne sont pas les payeurs et je dois aussi préciser que je ne suis quasi plus concerné par l’immo en France…

            1. yp

              (J’ajoute qu’avoir un emprunt dans la banque ou l’on a le gros de son patrimoine financier, peut être un bon argument en cas de faillite de l’établissement…)

              1. Miloo

                Euh, non. La banque fait faillite et vous perdez tout (sauf la garantie de 80.000€ je crois).
                En revanche, le liquidateur de la dite banque viendra vous chercher pour votre dette.
                Regardez ce pauvre Enrico Macias, désormais ruiné après avoir placé son pognon au Luxembourg chez une filiale de Kaupthing (ou une autre banque islandaise, je ne sais plus)

                1. yp

                  Si la garantie des dépôts joue, c’est un moindre mal. Mais la garantie est disons, symbolique : Le fond de garantie des dépôts ne pourrait même pas supporter une défaillance d’une banque de taille moyenne. Et dans le cas ou le fond de garantie ne peut indemniser les déposants, c’est censé être garanti par le contribuable, ce qui est une vue de l’esprit si l’on se réfère au cas islandais.

                  Dans ce contexte, ça se règlera donc comme une faillite de n’importe quelle boite, pas bancaire : Et comme vous avez signé votre emprunt avec la banque machin et avec personne d’autre, vous devez du pognon à une boite qui vous doit du pognon : Et là, avoir une créance sur un établissement quand on est dans la catégorie des « débiteurs douteux ou litigieux », ce n’est pas le même traitement que de se retrouver dans la catégorie des « créanciers non prioritaires »…

          3. Alex6

            Si reellement vous sortez 13% de rendement net, gardez a tout prix ces investissements!
            Parceque dans le locatif tradi, on a de la chance si l’on « break even » actuellement. L’unique interet est alors le gain en capital mais ca, je ne compterais pas trop dessus vu ce qui se presente pour l’avenir.

  11. Calvin

    J’ai une autre (petite) explication au fait que l’Etat souhaite avoir un immobilier au plus haut.
    L’Etat, ce sont des élus et ces derniers possèdent un fort joli patrimoine, peut-être plus important qu’on ne le croit grâce à des montages plus ou moins compliqués.
    Leur intérêt passe avant tout, non ?

    1. Aristarque

      Tu es décidément bien trop naïf! Ces pauvres gens n’ ont pas les moyens d’un patrimoine immobilier, suffit de lire leurs déclarations de patrimoine? Que peut on attendre de gens qui n’ont même pas 1.000€ sur leur livret A???

      1. Calvin

        Je dois mal être informé, je croyais qu’il touchaient plusieurs milliers d’euros par mois, la plupart non imposables…
        Ou alors… ça veut dire qu’ils claquent le fric dans n’importe quoi…
        Oh que j’ai hâte d’être adulte !!

        1. Aristarque

          Jeune padawan, plusieurs commence à deux… Les parlementaires se palpent de l’ ordre de 150.000€ par an. Tu as normalement les bases pour calculer le revenu mensuel. Indice : ils n’ont pas de 13me mois, ces malheureux. Comment voudrais-tu qu’ ils s’ en sortent pour, en plus acheter de l’ immobilier et payer toutes les taxes qui vont avec?… 😆

          1. dg

            D’apres un pote qui a eu affaire au gardes du corps d’un récent ex-ministre, en se rendant chez une amie, il vient de s’offrir un petit pied a terre de 200m2 dans le 9e et est en train de faire préempter le dernier étage pour agrandir cette « petite » surface

            1. Adolfo Ramirez Jr

              préempter le dernier étage… j’adore… Utiliser la force publique dans son intérêt privé.

          2. Calvin

            Ce salaire est un minimum pour qu’ils ne soient pas corrompus, qu’ils ne soient pas influencés par les lobbies, et qu’ils travaillent vraiment pour le Pays !

            Voilà, j’ai gagné mon Point Candide !

            Au pays de Candide,
            Plus que dans les z’aut’ pays,
            On abuse, on pleure, on rit
            Il y a la Droite et les Gentils.

            Et pour sortir des griffes libérales,
            Avoir des idées courtes, c’est préférable,
            Aune honte, des idées fétides,
            C’est la vie de Candide !

            Mais il rêve et il espère,
            Que le Grand Soir, c’est maintenant.
            Avec Valls et surtout Pépère,
            Il sait que la dette va en grossissant.

    2. Deres

      Oui, leur déclarations de patrimoine ont bien montré que tout leur patrimoine était immobilier. Mais c’est peut être parce que c’est le seul qui n’est pas escamotable par exemple en faisant des donations à leurs enfants.

  12. Aristarque

    La maison de Biloute en illustration: c’est un pur fake ou une page internet réelle d’ un petit site d’ annonces ?

  13. Duff

    la baisse des actifs immos n’est pas une bonne nouvelle pour les banques non plus. Super Mario peut injecter autant de liquidités qu’il veut, ça sent pas bon. C’est toujours en octobre/novembre que la situation se tend..

    1. Calvin

      « C’est toujours en octobre/novembre que la situation se tend.. »
      Tu fais référence à la période du rut des cerfs ??

        1. Aristarque

          Pas des cerfas, non. Mais vu la vigueur de la production et reproduction de ceux-ci, on pourrait confondre. Là aussi, il faut que ça b rame.

  14. Christophe

    La valo immo va bien au-delà de la seule cassette fiscale pour les étatistes

    La valo immo est littéralement au coeur… du ponzi qui est notre système financier.

    -patrimoine
    Tous ces millions de gens qui pensent être « riches » avec leur immo. Annoncez leur que cette richesse est virtuelle, qu’elle va être divisée par 2… dépression au sens propre et littéral.

    -actif
    c’est la même chose mais chez nos amis comptables.
    Tout cet immo très cher… gonfle les « actifs » (ah ah ah) des banques.
    Les banques s’endettent en outre en utilisant ces « actifs » comme « colatéral » (par exemple auprès de la BCE…).

    Si demain, la valo de ces « actifs » est divisé par 2… le bilan des banques SAUTE. Game over. Avec les banques, les Etats (zut qui va acheter nos dettes souveraines ?).

    C’est aussi simple que cela.

    La crise des « subprime » aux USA, qui a mis le feu aux poudres en 2008… est D’ABORD une crise de l’immo surévalué, cette surévaluation leverageant l’endettement, avec ensuite effet de cascade.

    Cela permet de comprendre pourquoi en Espagne…les prix ont SI PEU BAISSE (-20 % ) au plus fort de la crise, alors que ces millions de maisons NE VALENT RIEN. Leur poids en briques.

    Pour qui connaît le délire immo qu’a connu l’Espagne… ça ne vous a jamais rendu perplexe cette petite baisse, aussi misérable ?

    En poursuivant le « price to fantasy », sur ordre de la BCE, tout ce petit monde a sauvé ses miches.

    Une forte dévalorisation des prix immobiliers est tout simplement impensable, pour la France, l’Espagne, l’Irelande, les Pays Bas etc., et donc pour toute la zone Euro, et pour l’Euro lui-même.

    Pour résumer : une « baissounette » oui, genre -10 à 20 %… mais si vous attendez le Grand Krach… il faudra d’abord passer sur le corps de la BCE.

    1. JU

      Merci Christophe pour cette explication.

      En effet depuis plusieurs années je suis de près l’évolution de l’immobilier, les hausses, les baisses, les influences et les positions de chacun (jeunes et moins jeunes).

      Je suis convaincu que l’on est en pleine bulle, il y a beaucoup d’indicateurs qui permettent de s’en rendre compte.
      Pour autant je n’avais jusqu’ici pas compris pourquoi l’immobilier en Espagne ne s’était pas écroulé (emportant avec lui les banques). Je comprends mieux grâce à vos explications.

  15. Kékorésin

    Hébéoui! Pourquoi s’acharner à garder (ou tenter désepérément de) un marché immobilier élevé. En grande partie parce que la cotation dont dépend les emprunts qui grossissent notre dette s’appuie sur une valeur toute fictive du patrimoine des français. Vu la décrépitude de notre tissu industriel, c’est à peu près la seule richesse française avec le tourisme et le reblochon.

    Mais qui dit marché élevé, dit loyers élevés CQFD. Donc nos socialistes de gauche et de droite opèrent diverses manipulations génétiques pour que les loyers soient « assouplis » pour les misérables, les foyers monoparentaux et les sans emplois visibles. Le résultat est une bouillie informe et indigeste qui taxe d’un côté les propriétaires, qui compensent par un ajustement du loyer à la hausse, ce qui entraîne une revalorisation des APL dans une sarabande infernale. Comme d’habitude, si l’état laissait faire le marché, on se passerait d’une armée de fonctionnaires chargés de traiter les demandes d’aides et de contrôler avec une efficacité toute relative les situations abusives. Voilà un beau système inflationiste qui débouche sur des dépenses publiques massives et encourage les fraudes en tous genres. Seulement vu le contexte éco actuel, l’eau commence à entrer dans la lourde barcasse sociale et les quelques ajustements reviennent à distribuer des petites cuillers pour écoper dans les cales du Titanic après impact!

    L’immobilier, comme le reste, est une affaire de confiance. Depuis des années l’état s’acharne en faisant du stop and go, mais je crois que le moteur est bien grippé ce coup ci. Je bosse dans l’immobilier et les clients investisseurs ont quasiment tous foutu le camp. Seuls restent quelques retraités anxieux et mal informés pour investir dans un logement locatif. L’immense majorité s’en débarrasse (et le locataire avec) quite à se faire plumer à grand coup de plus value « dans ta face de bourgeois propriétaire »!

    Résultat, plus d’offres dans l’ancien, baisse des prix et marché du neuf en berne plombé par des normes coûteuses et débiles qui rend l’investissement compliqué et peu compétitif. Avec ça, le prix du foncier qui augmente pour deux raisons. D’abord, la loi SRU a stoppé dans de nombreux secteurs la progression des zones constructibles. Ensuite, la plus value sur les terrains qui incite plus que fortement à la spéculation.

    Encore une fois, nos abrutis finnement sélectionnés dans les isoloirs font l’inverse de ce qu’il faudrait faire en ne pensant qu’au taux d’intérêt qui finance leurs errements au lieu de relancer l’économie française.

    1. David

      Trêve de plaisanterie ; les personnes de ma famille qui travaillent pour l’immobilier (archi, designer) ne trouvent plus de boulot, plus de contrat, plus rien depuis 6 mois.

      Beau résultat de la politique socialiste ; et certains voudraient qu’on fasse « une vraie politique de gauche » ?!

      1. Kékorésin

        Je ne plaisante pas! La situation est bien plus grave qu’un petit 13 % de ralentissement bavé par l’élite de nos journalistes! On roule sur la réserve et c’est bientôt la panne sèche sur la bande d’arrêt d’urgence.

        Si l’immobilier s’effondre la dette française explose et nos clowns rieurs seront obligés de se transformer en clowns tueurs de fonctionnaires. La saignée sera brutale dans les rangs des scruteurs d’horloges syndicalistes! On ne relancera plus rien du tout, ni par perfusion des entreprises, ni par le pouvoir d’achat.

        On attend le sur le tobbogan la petite pichnette qui nous fera entrer dans la grande glissade! Une fois le cul dans le sable, peut être une refonte totale du système et une évolution de la mentalité rétrograde française pourra commencer…

        1. Othello

          La principale raison du non-effondrement de l’immobbilier dans nos pays est que l’immense majorité des prêts immobiliers sont garantis par la valeur hypothécaire du bien acheté à crédit. Si l’immobilier chute brutalement et violemment toutes les grandes banques européennes seront obligées de passer des provisions telles qu’elles ne satisferont plus aux obligations de fond propres imposées par Bâle III.

          Et c’est aussi une des grandes raisons (en sus des faibles taux d’intérêts) de la frilosité des banques à octroyer des prêts immobiliers…

        2. Deres

          Excusez moi de douter que les fonctionnaires soient les koulaks choisis par nos dirigeants en cas de défaut de paiement … Je pense qu’une chyprisation serait plus probable. Une variante à base d’emprunt d’Etat obligatoire serait aussi possible. Ou plus discrètement, ils peuvent tout simplement légiférer pour que les banques soient forcer de prendre encore plus de dette souveraine nationale dans tous les placements existants avec un taux quasi-nul perpétuel.

          Ils peuvent aussi vendre les bijoux de famille en toute discrétion. L’extension en cours des droits de péage est un bon exemple discrets à souhait pour récupérer à la fois de l’argent directement (TVA, cotisations) ainsi que relancer la construction sans que cela passe par le budget étatique. Une belle cavalerie comptable. L’augmentation des dividendes du CAC40 est aussi lié à l’appétit de l’Etat envers les sociétés dont il possède des actions (Edf …). Et finalement, après avoir fait les poches des agences étatiques et baisser leurs subventions il serait innocent de ne pas croire que ces entités monopolistique ne vont pas accroitre leurs recettes propres dans tous les sens …

          1. Deres

            Banco, Valls nous parle à fond des partenariats public privé. ces systèmes tout comme les péages sont les dignes héritiers des fermiers généraux de l’Ancien Régime … L’Etat cède ses prérogatives contre un avantage (en nature actuellement) contre le droit de se rémunérer sur la bête. C’est une variante étatique de l’affacturage : l’Etat récupère le produit et laisse à une entreprise le soin de collecter l’argent chez les contribuables !

    2. Higgins

      J’avais envisagé de me lancer dans un achat Duflot pour défiscaliser un max (l’IR me reste en travers de la gorge) mais j’y renonce. Trop aléatoire et puis, je ne veux plus rendre service aux abrutis qui étouffent tous les espaces de libertés encore existants.

      1. Kékorésin

        Merci Hibou!

        Ton regard éclairé sur mon côté obscur me touche mais côté blog, pas le temps et H16 est plus talentueux et passionnant…et je fais trop de fautes car je ne me relis pas 🙂

        1. Hibou

          Je pense que la rédaction de Contrepoints serait ravie de te publier, même une fois par an. Je veux bien te relire, comme contribution à la Cause, camarade !

        2. petit-chat

          La saignée sera brutale dans les rangs des scruteurs d’horloges syndicalistes .
          C’est pas du h16 ça, peut-être ?! :mrgreen:

    3. balt

      Les investisseurs ont peut etre intéret a investir plutot a l’étranger,surtout avec l’euro fort et la rentabilité en plus

  16. carpe diem

    « ce n’était pas , du reste, trop dur à prévoir » ne soyez pas modeste.

    Plus sérieusement un exemple concret entendu ce matin chez des amis : un pauvre gentil locataire a loué un appartement à un méchant propriétaire, au bout de quelques mois, le pauvre homme ne paie plus son loyer bien qu’il ait un revenu régulier. Il ne paie plus….pendant plusieurs mois et le méchant propriétaire a été obligé de lui donner du fric pour qu’il dégage. C’est beau, on dirait du Zola.

    1. Aristarque

      J’ai connu ce genre de combine pour des récupérations d’appartements en loi de 48 occupés par des trop-jeunes…

    1. Aristarque

      Et voilà! Il y a deux semaines au maximum, j’ indiquais ici que Valls, s’ il estimait que la loi ALUR était nullissime avait une occasion en or de la liquider d’ un seul coup en pondant une loi en UN article annulant la presque double centaine sans allure. D’ accord, Kazar voyait ses rêves de sacrement de spécialiste grançais de ladite loi partir en fumée mais de quel poids peut-il être face à ce désastre d’ampleur biblique ? Seulement et comme d’hab, on va remédier à une usine à gaz défectueuse en rajoutant des derivations dans tous les coins de tubulures… Un des points controversés virulemment était cette manie de blocage des loyers comme si personne n’avait vu les ravages de la loi de 48. Donc, rassurez vous MM les bailleurs, on rature cela… Ah ben oui mais Paris vaut bien une messe spéciale donc on maintient pour lui… Ab ben oui, mais Lille qui a toujours entretenu un complexe vis-à -vis de Paris au point d’appeler le bois entourant la citadelle de Vauban »bois de Boulogne » ne veut pas être moins bien traitée! Meremptoire a fait ses gros yeux, sa grosse voix et le fier hidalgo d’ en rabattre immédiatement devant la mugissante mujer! Et maintenant, d’ autres rescapés du choc martial veulent leur part d’ oripeau du proprio en réclamant l’ exception à la règle commune…. Quand je pense qu’ on vient de nous bourrer le mou sur Manouel ayant été capable de prendre l’ ascendant sur Solexine Rex, situation inédite de la Vme, qui capitule huit jours après devant Meremptoire qui n’ arrive à se faire réélire que par le phagocytage des communes bien-pensantes attenantes à Lille, en cours depuis 20ans, et la caresse dans le sens du Coran de sa populeuse communauté islamisante de Lille sud…
      Ah ben oui, mais Triffouillis les Oies, pas moins grancais que les autres, exigera d’ être traité de la même façon! Et nous aurons la vénézuélienne satisfaction d’ avoir du m2 loué à un tarif officiel d’ extrême faveur sur le dos des autres… Restera plus qu’ à le localiser pour s’ y loger… 😈

      1. Calvin

        D’accord avec toi.
        Valls hausse du menton quand tout est joué, mais caresse dans le sens du poil les éléphants du PS.
        Son autorité n’est que de façade.
        Et actuellement, la façade aurait besoin d’être ravalée, c’est dire..

      2. Kazar

        Cher Aristarque, je suis démasqué !!! Croyant que Valls risquait de faire partir en fumée mes rêves de spécialistes de la loi Alur, j’ai brulé tout ce qui me rattache au FN et me suis déguisé en socialiste pour lui toucher un mot : résultat, la loi Pinel, encore plus de merdier à dépatouiller !!! Et en plus, en bonus, une Duflot vexée comme un pou, que du bonheur 🙂

      3. Deres

        C’est certain. Sa posture pro-entreprise ne nous apportera rien de plus. Macron est l’auteur du pacte de responsabilité. Il ne faut donc pas espérer plus de réforme qu’il y a un mois. D’ailleurs ils continuent à tous couiner à la recherche de la solution miracle à base d’argent frais de la BCE et de déficit. les actions de Taubira et Najat sont claires et continuent de plus belles. Taubira va continuer à détruire la justice de l’intérieur et Najat a graissé la pattes des syndicats enseignants. La domination étatique va continuer avec la répression politique des maires frondeurs qui va se mettre en place. D’ailleurs les explications sur les embauches de nouveaux enseignants sont claires : plus de la moitié servent uniquement à dégager les enseignants de leurs obligations de cours pour aller faire des formations. Au lieu de faire des IUFM avant d’enseigner, ils vont les faire pendant, joli retour en arrière. Imaginer qu’ils ont plus de 4 mois de congés et que personne ne veut les former pendant les vacances scolaires, c’est vraiment du foutage de gueule au plus haut point …

  17. Jaybee

    Duflot avait fait voter une loi qui encadrait les recours sur le Permis de construire, limitant à 10 mois leur délai d’instruction avec en sortie aucune possibilité d’appel. La mesure me semblait utile vu le temps perdu à attendre les décisions de justice et les chantiers de construction bloqués. La loi est bien passée mais les juges s’en tapent et continuent de traiter ces recours au ralenti. À Marseille tous les chantiers sont en stand by. Quant â une prochaine baisse des prix, oui cela va arriver mais les zones chères dans les grandes villes ne bougeront pas… Regardez New York durant la crise, Manhattan -3% seulement… Le 8eme à marseille idem.

    1. RBF

      Dans certains endroits la baisse des prix a déjà commencé depuis longtemps. Par chez moi (proche Suisse), ceux qui ont acheté il y a 5 ans ou plus l’ont mauvaise. Idem dans certains endroits du Sud de la France, maintenant boudés par les Anglais. Ceux qui veulent une résidence dans en Languedoc-Roussillon, c’est le moment.

      Après effectivement, je pense aussi que dans les grandes villes cela ne bougera pas beaucoup.

      1. gameover

        A moins de vouloir revendre dans les 5 ans ou pour son ego je ne vois pas l’intérêt du propriétaire EN GENERAL de savoir si sa maison a pris ou perdu de sa valeur… c’est un arbitrage et comme tout arbitrage il a été fait en tenant compte des conditions du moment… et sur le moment c’était une bonne décision.

        Leur voiture neuve perd 20% de sa valeur dès qu’ils se sont assis dedans et 10% de plus dès qu’ils ont fait 5km et ça n’a pas l’air de les gêner.

        1. Aristarque

          N’ ont pas le choix si avoir une neuve voiture leur est indispensable… Il y a d’ autres solutions toutefois…

        2. RBF

          Effectivement, une maison, c’est comme une action: tant que ce n’est pas revendu on ne perd pas. Par contre pour ceux qui sont obligés de vendre (perte d’emploi, divorce, etc…), ça fait mal.

          J’ai un copain qui a préféré prendre le risque de louer sa maison plutôt que de faire une moins-value de 40.000 euros.

          1. Calvin

            Qu’est ce qu’une moins value quand la maison que tu vas racheter est elle aussi bien moins chère ?
            Si la bulle dégonfle, cela s’appliquera tous. Ceux qui changent de résidence principale sont les moins lésés.

            1. Kazar

              Le problème dans le changement de résidence principale, c’est les « frais de notaire », soit à 70% env. des taxes. Et l’État vient d’autoriser les départements à augmenter encore la punition. Ce qui est chouette, c’est que ces gens qui nous gouvernent sont toujours aussi nuls. Plus les frais augmentent, moins il y a de transactions, et donc moins il y a de rentrées. De toute façon, j’ai rejoint ceux ici dont l’objectif est de filer le moins possible à l’État, surtout vu l’usage qu’on fait de notre fric. Je me réjouis donc grandement du blocage de l’immobilier et de la baisse des prix !!! leur seule chance de relancer la machine économique (à moyen terme, impossible à court terme) serait de réformer l’EN en revenant aux fondamentaux (appeler un élève un élève et non un « apprenant », enseigner la lecture, l’écriture, le calcul et non le macramé, etc), former les gens aux NTIC, aux industries de pointe, réformer complètement l’État en sabrant dans les effectifs des fonctionnaires, etc, toutes choses parfaitement impossibles. Donc reste à se préparer à la chute et à essayer de l’amortir.

    1. gameover

      max, ces études sont à prendre avec des pincettes car on ne peut pas comparer un salaire brut français et danois. j’ai travaillé au Danemark pendant 3 ans et mon salaire brut était 2.5 fois celui de france (même entreprise) et LA cotisation sociale de 6.5%. Bon, les impôts je t’en parle pas… 3 mois de salaire mais en final j’étais mieux payé sinon je n’y serais pas allé.

      1. RBF

        Avec un salaire également environ 2.5 fois supérieur à un salaire français, je payais aussi 3 salaires par an d’IR quand j’étais célibataire sans enfant. En France.

        Quand on franchit les tranches d’imposition, ça douille sévère aussi en France. Tout le monde sait que nous sommes dans un pays où il est fortement déconseillé de gagner plus d’argent qu’un SMIC et demi.

  18. lxy

    Pour illustrer les combines de nos Rappetou. Je me demandais quelle mouche avait piqué FH pour lancer en catastrophe et de toute urgence la prétendue réforme territoriale, laquelle ne changera rien à la situation des Français qui s’en foutent. Une réforme bâclée sans réflexion ni concertation, à la va-vite. J’ai trouvé la réponse. Cette réforme est présentée à Bruxelles comme apportant 15 Mds d’économie, soit un tiers des économies « fictives » annoncées par ces escrocs à Bruxelles. Alors qu’aucune sérieuse et documentée n’a justifié ce chiffre, mis en doute par la Cour des comptes et tous les spécialistes des « concentrations » de moyens. Selon eux note devrait même s’alourdir dans un premier temps. Et nos escrocs-crétins-menteurs pensent qu’il vont faire avaler ça aux experts de la CE . Ils se foutent vraiment de tout le monde. Et pratiquement aucune réaction de la presse devant cette supercherie, brodant au contraire sur les états d’âme de telle ou telle président de région. « Quand on lui montre la lune, l’imbécile regarde le doigt ».

    1. christophe

      Vous partez du principe que l’UE pourrait « avaler ». Ou pas.

      Mais c’est une erreur. Il s’agit de théâtre de boulevard. Une (mauvaise) comédie.

      Vous croyez réellement que l’UE a « avalé » les délires de Moscovici et consorts sur les budgets présentés depuis l’élection de Hollande ? Et avant lui, ceux présentés par Sarkozy ?

      Ces gens sont des crapules, mais pas des sots.

      Depuis des années, Bercy sur ordre ment. Les budgets sont systématiquement trafiqués. Puis présentés à l’UE, qui fait « hum…. » et puis « ah d’accord » l’air entendu et satisfait.

      Un an après, le budget est dans les chaussettes.

      Rincez, répétez, l’année suivante.

      Dans ce Kabuki à la petite semaine, chacun joue sa partition.

      Hollande annonce des grands plans, des grandes économies. Et l’UE signe en bas à droite.

  19. wane

    « En outre, on doit se demander pourquoi une baisse des prix de l’immobilier semble à ce point gêner ce gouvernement en particulier et l’État en général. »
    Peut-être parce que l’État (au sens large) est de très loin le premier bénéficiaire des Droits De Mutation, appelés de façon impropre « frais de notaire » ? A ce titre, l’application du premier volet de la Loi Alur à partir de fin Mars dernier et qui a si bien participé au désordre dans l’immobilier, a retardé les signatures des compromis de vente des biens en copropriété de plus d’un mois en moyenne. Ce délai s’est très bien retrouvé trois mois plus tard au moment où les actes authentiques auraient dû arriver à échéance (ou justement, il ne s’est pas retrouvé transformé en jolies pépètes sonnantes et tintinnabulantes dans les caisses de l’État). Tout ce bel argent qui n’entre pas à la bonne date et dont une partie n’entre pas du tout, ça aide à réfléchir…Enfin, peut-être…

    1. Adolfo Ramirez Jr

      Plus d’un mois, je confirme. Et encore, j’ai de la chance, l’immeuble ne date « que » de 1930, donc il n’y a « que » 85 ans de status de copro à fournir au dossier.

  20. riton

    C’est l’UMP (et ses serviles ministres du logement tels les Perissol et autres de Robien) qui est grandement responsable de la hausse continue (et irrationnelle) de l’immobilier, avec des lois fiscales incitatives à investir principalement dans la pierre, avec plus-values garanties par l’Etat.
    L’UMP a intèrêt à voir l’immobilier au plus haut car son electorat de base détient énormément d’immobilier en France (bien plus que l’electorat du PS) et il ne faut pas le mécontenter pour qu’il vote dans le bon sens..
    De plus l’UMP sait, depuis longtemps, qu’un acheteur d’immobilier dans une circonscription UMPiste deviendra un électeur docile et captif.
    Je peux aussi dire qu’au sujet de la simplification des normes de constructibilité, l’UMP trainera les pieds.
    Dans une ville UMPiste, depuis plus de 30 ans, j’ai appris que depuis deux ans au lieu d’assouplir les normes , ils les ont durci ! ! !
    Incroyable, en ces temps de pénurie de logements.
    Par exemple: auparavant pour construire (dans la ville en question) sur un terrain nu, il fallait un accès à la rue d’au moins 5 mètres (norme de sécurité pompiers etc…). Eh bien le maire , en catimini, a fait modifier les règles il y a deux ans, pour porter la norme à 8 mètres ! ! ! !.
    Des proprios qui ont un terrain de 7 mètres de large (en façade sur rue) ne peuvent plus obtenir un permis de construire. ils sont niqués à 100%

  21. Dom

    Une levee de boucliers:une entreprise sans effet me dit Jean Dutourd chez Dournon,si je le comprend bien ca n a rien a voir avec une rebufade..
    (Simple essai de comm,le reseau wifi semble renaitre par ici)

Les commentaires sont fermés.