François Hollande et la tablette magique

Ah, décidément, rien de tel qu’un petit Plan Calcul (1966) pardon un petit Plan Informatique Pour Tous (1985) pardon un petit Plan de Développement des Technologies de l’Information (1997) pardon un petit Plan de Développement Numérique (2009) pardon un petit Plan de Développement des Usages Numériques (2010) pardon un petit Plan Tablettes Pour Tous pour redonner enfin des couleurs à notre Éducation Nationale. Ça faisait longtemps. Et qui, mieux que François Hollande, pour le proposer ?

OK, soit, je l’admets : il ne s’agit pas encore officiellement d’un Plan Tablettes Pour Tous, mais l’idée, fermement implantée dans le crâne gominé de François Hollande, peut largement aboutir à cette officialisation dans les prochains mois. D’après le Chef de l’État et lors de son pathétique entretien avec des Français jeudi soir, il faudrait donc « du numérique partout » à l’horizon 2017 avec, dès la rentrée 2016 (dans moins d’un an, donc), une distribution de tablettes numériques à « tous les élèves de classe de Cinquième ».

La question du coût a été rapidement écartée avec l’habileté maintenant habituelle du président pédalo-flambyste : l’argent, on le trouvera. De toute façon, n’oubliez pas que dans sa tête, ça (et le reste) ne coûte rien, puisqu’après tout c’est l’État qui paye, même si quelqu’un va bien devoir débourser 80 millions d’euros au moins pour cette plaisanterie pour les 800.000 collégiens concernés, et en imaginant la tablette à 100€ pièce — ce qui la rend d’ailleurs assez peu probablement Made In France à ce prix. Apparemment, plusieurs études scientifiques et comptables, ainsi que certaines enveloppes reçues courant Septembre de chaque année, tendent à prouver que ce quelqu’un, ce sera le contribuable, donc vous.

ipad demotivational

Au passage, oublions de suite l’argument humoristique de la formation en informatique. Comme l’introduction le rappelait, les cours de codage sont une idée dans l’air depuis 40 ans, et ne sont toujours pas apparu au sein des établissements. Admettre qu’il serait capable de réussir là où tous ont échoué sur plusieurs décennies, ce serait faire preuve d’un optimisme obligatoirement d’origine extra-terrestre.

Cette nouvelle digérée, quelques questions surnagent comme des grumeaux rigolos sur un bouillon avec des pâtes alphabet : ce projet Tablettes À Tous Les Étages, est-ce utile ? Est-ce le moment ? Est-ce nécessaire ?

Pour la question du timing, un doute s’immisce : il semblerait que le pays croule sous les dettes et même si 80 millions de plus par rapport à plus de 2000 milliards passera à peu près inaperçu, la réduction des déficits publics et de la dette nationale ne passe décidément pas par ce genre de distributions « généreuses ».

françois hollande fait l'andouilleLa nécessité de cette introduction laisse aussi perplexe. Il y a d’autres priorités : quand on voit le niveau orthographique moyen au bac, on peine franchement à voir en quoi l’introduction de tablettes numériques à partir de la Cinquième résoudra ce problème. Pourquoi des élèves qui ne savent déjà pas lire et écrire correctement avec un papier et un crayon gagneraient-ils en orthographe, grammaire et souplesse intellectuelle, en lisant des phrases progressivement plus complexes sur un support numérique ? Sans préjuger des avantages ou inconvénients éventuels d’une tablette au plan pédagogique, comme cette introduction génère des coûts, et que, comme toute nouveauté, elle va nécessairement modifier le comportement des enseignants et des élèves, on est en droit d’attendre avec une assurance raisonnable un bénéfice chiffrable de l’opération. Pour le moment, aucune étude ne permet d’affirmer qu’on apprend mieux sur ce genre de support qu’avec un papier et un crayon.

Pour l’aspect « utilisation des plateformes informatiques » (et non plus formation à l’informatique), l’Éducation Nationale est encore une fois complètement à la ramasse. Ce sont les fabricants de matériels et de logiciels qui ont su s’adapter aux besoins des individus en proposant des plateformes tous les jours plus simples d’emploi. Effectivement, les jeunes sont particulièrement habiles avec ces éléments, d’une part parce qu’ils les ont toujours connus et ont pu s’y adapter avec facilité, et d’autre part parce que les technologies permettent une interaction homme-machine tous les jours plus agréable (d’ailleurs, une récente enquête du Credoc de 2013 montrait que les moins de 25 ans se jugent à 86% « compétents dans l’utilisation de l’outil informatique ») Dès lors, on ne peut que pouffer à l’idée parfaitement ridicule d’un professeur enseignant à ses élèves comment utiliser un téléphone mobile, une tablette ou un ordinateur portable.

En outre, sur le plan pédagogique, on peut vraiment s’interroger sur le bénéfice apporté par ces tablettes.

Si l’interactivité et les techniques disponibles avec ces tablettes ne permettent pas d’apporter un plus sensible à l’apprentissage, alors celles-ci risquent de s’avérer à l’usage n’être qu’une autre forme d’affichage de données comme un tableau ou un rétro-projecteur. Dans cette optique, le seul bénéfice réellement palpable de ces tablettes est alors celui du poids : on remplace bêtement la douzaine d’ouvrages papiers sur lesquels travaillent les élèves par leurs versions numériques et les cartables en seront d’autant allégés. Compte-tenu du capitalisme de connivence qui règne entre les éditeurs de manuels scolaires et l’Éducation Nationale, ce bénéfice risque de poser des petits soucis politiques. Bizarrement, je sens mal le petit François H se lancer dans cette mini-révolution.

Et si ces tablettes apportent effectivement des gains pédagogiques, alors se pose immédiatement la question du rôle, à terme, de l’enseignant. On peut gloser sur l’éventuelle complémentarité de l’enseignant et de la tablette, mais ce dont il s’agit à terme, c’est du remplacement des masses enseignantes par un nombre réduit d’intervenants, et le passage massif des contenus sous forme numérique, plus précisément sous forme de MOOC. Là encore, la carrure même de notre actuel président laisse comprendre que la révolution sous-jacente n’est absolument pas dans ses plans, lui qui n’a pour le moment révolutionné que le style vestimentaire présidentiel français, et pas en bien.

francois ta cravate

Enfin, on peut aussi noter que la tablette numérique est un outil qui focalise l’attention sur des aspects accessoires. Ludiques, jolis, éventuellement bien faits, mais accessoires. Apprendre à faire une division, une multiplication ou n’importe quoi d’autre ne nécessite absolument pas une « interaction numérique ». D’ailleurs, les apprentissages fondamentaux n’ont nul besoin d’interactivité, mais, au contraire et avant tout, ont besoin de temps de réflexion, d’essai et d’apprentissage, voire de recueillement et de maturation. Je doute que l’utilisation moyenne actuelle permette cette maturation…

De façon générale, il semble évident qu’il vaille mieux savoir lire et écrire avant de manipuler un moyen numérique : on a ainsi les chemins neuronaux, les mécanismes intellectuels en place pour comprendre les interfaces qui, aussi simples soient-elles, sont réalisées par des gens qui ont, eux-mêmes, ces mécanismes bien implantés chez eux. Or, pour le moment, tout porte à croire que cette évidence n’a pas encore percolé au niveau des élites éducatives, président en tête.

Non, décidément, cette histoire de Tablettes Pour Tous est peut-être amusante, vue de loin, mais ressemble de plus en plus à un énième saupoudrage clientéliste à la petite semaine du Président du Conseil Général de France. Encore une fois, François, comme à son époque corrézienne, distribue des goodies sympathiques à sa population histoire de la faire tenir tranquille et de laisser une trace, diaphane certes, mais agréable, dans la petite histoire locale. Il est sympathique, François, il distribue des iPads aux collégiens !

Sauf que ce n’est pas l’histoire locale, ce n’est pas un Conseil général, et la trace va être surtout celle de l’accélération brutale juste avant le ravin.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires219

  1. Aristarque

    Le piquant est de parler de doter les cinquièmes d’ équipements informatiques comme s’ ils avaient à le découvrir alors que n’ importe quel gamin, ne serait-ce que pour des raisons de « standing » pianote déjà depuis des années quand il aborde cet étage des études…

    1. René de Sévérac

      Aristarque, tout gamin « pianote déjà depuis des années » mais pire
      (et H16 oublie de le signaler) joue à longueur de journée.
      J’observe, chez mes petits enfants, (ce qui déjà m’inquiétait avec les jeux électronique) que la tablette tactile est devenue la plaie des temps modernes, au point que mon fils (lui aussi dans la carrière informatique) limite l’usage de la tablette pour ses garçons !
      Nos élites sont vraiment ignorants (à moins que leur projet soit machiavélique) de la réalité du monde dans lequel nous entrons.
      Le Gnôme cite la tentation d’imposer le Basic, il y a 40 ans.
      Ce n’était pas absurde (apprendre la formulation de logique), mais évidemment cela ne pouvait pas conduire à devenir informaticien.

      1. Lafayette

        Encore une bonne manière de taxer les parents sur la casse de ces jouets trop fragile dans des mains expertes.

      2. marie

        Dans la Silicon Valley, les écoles du style Steiner font ravages auprès de parents programmateurs, ils veulent que leurs enfants se tiennent éloignés le plus longtemps possible de l’informatique.

    2. René de Sévérac

      Je n’aime pas me faire prendre en délit de faute d’orthographe;
      donc « jeux électroniquex« . Pardon.

        1. ironbooboo

          On appel ça une « correction socialiste ». Ça laisse une ouverture pour d’autres corrections par la suite.

          1. Aristarque

            En lisant le commentaire d’Ironbooboo, je me disais que le garnement ne devrait pas laisser pareille occasion! Bimbo Bingo! Quoique je l’ attendais davantage sur le correcteur correctible… Je dois me résoudre à constater que tu honores ta précocité… 😥

    3. Deres

      Allons allons. ce que dit Flamby devant des caméras n’engage personne, surtout pas lui … Le problème est qu’il improvise au besoin pendant ses apparitions quand il ne sait pas quoi répondre, pour avoir l’air décidé et certain de lui. De l’esbroufe quoi. C’est une technique de communication classique mais qu’on utilise normalement en tout petit comité et pas devant des médias nationaux. Et surtout en dernier ressort et pas systématiquement comme notre capitaine de pédalo anaphorique pour qui ce n’est pas facile.

      Je vous rappelle qu’il avait par exemple annoncé la main sur le cœur un hôpital militaire de campagne pour lutter contre Ebola il n’y a pas si longtemps. Résultat rien. Le summum étant sa fameuse promesse improvisé en direct de la taxe à 75%. Je me souviens de la réaction gêné en direct de socialistes présent sur les plateaux TV dont certains disaient même qu’il y avait probablement une incomprehénsion …

      1. gameover

        Oui incompréhension à tel point qu’il a fallu attendre le lendemain pour savoir si c’était un million d’euros par mois ou par an et que le problème d’imposition du foyer fiscal (et non d’un individu) associé au problème d’inégalité devant l’impôt n’a pas fait long feu…

        beaucoup d’improvisation dans tout cela… d’ailleurs il est allé dernièrement à un gala (ou concours, je sais plus) d’une ligue d’improvisation, certainement pour prendre des leçons…

    4. Deres

      Le pire est que la tablette est typiquement un outil de consommation et pas de production. La tablette est une version améliorée d’une télévision ou d’un livre, pas d’un ordinateur ou d’un cahier. La prise de note est fastidieuse.

      1. Nocte

        Clairement.

        Je me sers de ma tablette comme point d’accès rapide sur internet, ou revoir un point sur une documentation technique, mais pour bosser, rien de tel que deux écrans de 23″ en 1920*1200, dont un rotatif placé à la verticale (pour lire de la doc, ou vérifier du code – si les lignes ne s’allongent pas horizontalement- je n’ai pas trouvé mieux)

        1. Calvin

          Je te donne raison.
          En même temps, avoue que si tu as une tablette, c’est pour montrer aux autres que tu peux t’en payer une !
          :mrgreen:
          Ne te sens pas visé par la photo d’h16, hein ?

      2. Higgins

        On pourrait lui répondre « pourquoi pas? ». Sauf qu’il y aurait un abîme, un de plus, entre la poire et le fromage.
        Je m’explique, les tablettes pourraient avoir leur utilité si cela s’accompagnait au moins de la suppression pure et simple des magnifiques ouvrages (qui coûtent la peau des fesses) accompagnant les non-moins magnifiques cours dispensés par l’EN. Sachant que l’utilité des dits ouvrages est pour le moins discutable et que le puissant lobby des éditeurs scolaires veille au grain, je crois que nous pouvons poliment nous brosser. L’EN, cet énorme pachyderme vérolé de l’intérieur, est de surcroit incapable de la révolution copernicienne en matière pédagogique (il n’y a qu’à voir comment elle « enseigne » les fondamentaux comme le rappelle notre hôte), indispensable corollaire de la mise en œuvre d’un tel équipement. Trop d’intérêts seraient affectés au premier chef desquels on trouve le pouvoir syndical dont on peut être certain que l’essentiel de son action consistera à savonner consciencieusement la planche.
        Le scénario le plus probable est que les tablettes, pour celles qui survivront à la première semaine, serviront essentiellement à des jeux (et que l’impact pédagogique sera proche de zéro) sans compter toutes celles qui serviront à alimenter un juteux trafic qui fera deux victimes, les élèves et les contribuables. J’ai en tête un cas assez précis d’une mesure équivalente prise dans un grande entreprise publique, plus connue pour les grèves qui l’animent que pour la réputation de la qualité de son management. Les tablettes font le bonheur des agents et de leur progéniture.

      3. gameover

        Comme dit h16 l’acquisition se fait par l’écriture. Essayez d’apprendre les idéogrammes ou pictogrammes chinois sans les dessiner quelques dizaines de fois c’est impossible.

        Tant qu’il n’y aura pas une solution très simple et sensitive pour écrire à la main électroniquement ou numériser en live une écriture papier (mouvement du stylo par exemple, ça commence), la tablette ne restera q’un écran de télé et ne permettra pas un échange entre le prof et l’élève et il faudra toujours aller au tableau.

        D’ailleurs dans certains cours ou présentations « électroniques » auxquels j’ai assisté j’ai noté que les informations se présentent exhaustivement page par page alors que n’importe qui ayant fait une présentation powerpoint sait qu’il faut faire apparaître les informations une par une si on veut capter son auditoire et favoriser cet échange.

              1. MadeInCH

                Un Zerg est décidé et fonçeur. Il charge dans un champ de mine pour faire de la place pour l’Essain.
                Pas trop son cas.
                Comme tout les sosciaux, la demande est que l’Essain lui fasse de la place.

          1. Lafayette

            pas de problème, pourquoi s’arrêter après 1 an…

            10 For I=1 to 65536
            20 Print  » Augmente ou Invente une nouvelle taxe »
            30 Next I

            On va pas introduire du flottant, ça risque de couler le pays…

            1. MadeInCH

              Plus simple, plus efficace, moins de risque de bug:
              .

              10 rem Programme de planning des taxes.
              20 CreateTax()
              30 goto 20

              1. Calvin

                Nan, il y a un problème.
                En cas de plantage, si le programme est resté inactif, plusieurs jours, on « rate »plusieurs taxes.
                Ce n’est pas bon, ça. Il faut une base de données pour le rattrapage.

    1. Calvin

      Le basic est parfois utilisé dans des circuits intégrés et dans des programmes sous Windows (forme visuelle).
      Moi j’ai démarré avec le Pascal, langage très typé, donc compatible avec le vivrensemble.

      1. Deres

        C’est l’inverse. Le typage c’est mal. La ségrégation des entiers et des réels dans des catégories séparés est un premier pas vers les heures les plus sombres d l’histoire informatique avec interdiction formel d’une des catégories. Les langages du virvrensemble prône la déclaration et le typage à la volée de façon transparente.

    2. Lambda Expression

      Ce n’est pas tellement le langage mais plus les concepts qui importent.
      Et puis le Basic qui tu as appris a disparu, il a évolué. Il existe le Visual Basic de nos jours.

    3. Deres

      La langage a finalement peu d’importance. Les bases sont toujours a peu près les mêmes. Au final, tous les codes même complexes sont surtout constitués de « if … then … else », de variables, de procédures et d’opérations.

      1. MadeInCH

        Je plusssoie.
        Et en ce sens, avec le basic, pas besoin de se mettre à trimballer une orthographe lourde avec pleind de « include » pour faire juste un PRINT « Hello World ».
        Donc parait pour les éléments de base de la logique de la programmation.
        Et en plus, FreeBasic permet de compiler un code direcrement en un EXE.

        1. Lafayette

          Enfin c’est dans la même logique que de dire:
          J’ai un iPad, youpi je suis informaticien.

          A croire qu’il suffit de mettre le doigt sur une tablette.

    4. royaumont

      Son descendant s’appelle VB, on s’en sert beaucoup…

      Ce qui est important ce n’est pas le language, c’est l’algorithme. Si vous maîtrisez la cinématique d’un programme, vous êtes capable de programmer même dans un langage que vous ne connaissez pas (avec un modèle et une aide en ligne).
      C’est en fait assez facile à apprendre quand le besoin s’en fait sentir : se focaliser sur cet enseignement est à mon avis une erreur stratégique.

      1. Vodkaman

        c’est encore en train d’évoluer, bientôt remplacé par le NVB…

        codage en dur dans toutes les petites têtes pas forcément blondes pour une plus grande malléabilité et facilité de programmation d’une pensée unique vrivrensemblesque

        1. royaumont

          🙂

          Le NVB, c’est pas du soft, mais du hard. C’est gravé direct dans le processeur, à l’aide d’un marteau et d’une faucille.

        2. yp

          On n’arrête pasle progrès : Il y avait les langages avec garbage collector, le NVB est le premier langage qui impose un garbage generator.

            1. yp

              C’est géant… Même les sources et le makefile sont authentiques (y compris le source commenté du daemon « brainfuck », tenu secret jusque là…)

  2. Zendog

    Et en plus, il faudrait que les connexions soient bonnes partout. Ici en Saône et Loire, je ne m’amuse pas du tout avec 1 mega dans un sens et un demi mega dans l’autre ! Un petit programme de rien du tout peut mettre une heure à passer et je ne dis rien des photos !

  3. Aristarque

    Dîtes, H16, le commentaire de l’ image IPad ne risquerait-il pas de déclencher une bronca et autres arrêts cardiaques chez les Appleaddicts ??? La possibilité d’une fatwa va augmenter de minute en minute!… 😀

  4. sa0000

    Rigolez pas, l’éducation nationale n’a pas attendu le grand timonier lacté pour faire des « avenants numériques » en maternelle.

  5. Aristarque

    Pour peu que cette future dotation soit jugée ringarde par ses destinataires, ce sont les sites d’annonces qui vont devoir investir dans du To pour faire face à la hausse du besoin. N’ est ce pas feu l’ inénarrable Fraysse, du CG de l’ Hérault qui avait connu pareil sort après son idée de dotation des collégiens en micro-ordinateurs, jugés dépassés par des gamins déjà bien mieux équipés à titre perso ??? 😥

      1. Calvin

        Boosté…
        smartphone bug

        D’ailleurs, mon erreur sur commentaire illustre parfaitement les problèmes entre tablettes et éducation…

  6. bob razovski

    C’est une astuce pour déconnecter encore plus les parents de l’éducation de leurs enfants.
    Tous les quarantenaires ou cinquantenaires ne sont pas forcément branchés à fond « i-pad » et autres technologies. Alors une fois que les cours d’éducation civique, festive, vivrensembliste, giecquive, ne seront plus dispensés que par le truchement de cette petite boite, il serra plus difficile pour les parents de contrôler l’amas de conneries intersidéral qui va tenter de reformater le disque dur « élève 2.0 ».

    Pour la forme, j’imagine bien un OS de base, avec la chaine « yousoce » qui tourne en boucle.

    Après l’E-pad pour un, L’I-pad pour tous.

  7. Calvin

    La logique est celle-ci :
    Donnez une voiture aux français et ils sauront en fabriquer.
    Donnez une tablette aux collégiens et ils deviendront des informaticiens hors pair.
    C’est carré, c’est magique.
    Et ta gueule.

    1. bob razovski

      Le socialisme, non seulement c’est magique (r) mais en plus, c’est logique (r).

      Et il existe encore des gens pour ne pas adhérer au mouvement (*)

      (*) j’aime bien ce paradoxe qui mélange fixation et mouvement. 😉

    2. Pere Collateur

      « Donnez une tablette aux collégiens et ils deviendront des informaticiens hors pair. »

      Sauf que les tablettes et autres smartphones ne sont pas des outils de création, mais juste de consommation de contenus.

      Mais d’une manière générale, j’ai du mal à comprendre cette obsessions à vouloir produire de l’informaticien en masse.
      Déjà, sur les 300K d’informaticien en activité en France, 9% sont au chômage.
      Ensuite, comme dans toute population on y retrouve les même proportions qu’ailleurs, à savoir 5% de talentueux, innovants, productifs.
      20% de correctes, et les 75% restant, qu’on qualifiera pudiquement de professionnels de pacotille. Je pense que ceux qui sont du métier sont en train de hocher la tête avec une moue compréhensive ^^

      Bref, sachant que le but de l’informatique et d’automatiser, d’automatiser et d’automatiser encore, on comprendra aisément que nos 75% de tocards qui se prétendent informaticien vont vite se retrouver à devoir envisager un ailleurs loin, très loin de ces métiers.
      Et c’est du vécu. Étant moi aussi un méchant libéral qui shoot des petits poneys pendant mes heures creuses, le résultat de mes développements (et ceux de mes collègues) ont souvent aboutit à automatiser de nombreuses taches fastidieuses, et parfois (presque systématiquement en fait) fait disparaître les postes associés.

      A mon avis, c’est pas de la quantité qu’il faut faire, mais de la qualité.
      On ne compte plus les boîtes qui laissent tomber leur devs Indiens pas cher pour confier le boulot à des gars compétents mieux payés, car ils commencent à comprendre que quand on ne paye que des cacahuètes, on attire que des singes.

      Et puis, il faut le dire puisque c’est vrai, la France n’a pas du tout à rougir de ses compétences en informatique. Et elle n’est, et de loin, en rien en retard par rapport à ses concurrents.

      1. Nocte

        Un de mes collègues en SSII m’avait dit, alors que je venais de débarquer dans le boulot sans formation (Bac L en poche, niveau Deug Droit – oui, je n’ai pas de diplôme, non, le Bac n’en est pas un) :

        « L’informatique, c’est,entre autres, pour les branleurs qui préfèrent mettre le paquet pendant plusieurs jours sur de l’automatisation afin de ne pas avoir à se faire chier avec des tâches de merde et répétitive. Si tu aimes les tâches de merde et que tu t’y cantonnes, tu ne feras pas carrière, en revanche, si tu es prêt à apprendre, on fera peut-être quelque chose de toi »

        Ma foi, un peu abrupt quand on vient de débarquer sans connaître la différence entre un switch et un hub, et qu’on sait juste reconnaître son OS Windows…
        15 ans plus tard, je ne lâcherai pas ce job :mrgreen:

        1. Lafayette

          elle est très bonne : « quand on ne paye que des cacahuètes, on attire que des singes »

          Bon en France, on paye le pastis, mais la suite c’est la même, on attire que les boulistes.

  8. Calgon

    Bah, comme d’hab’, force 9 sur l’échelle du pipeautron …

    En faisant abstraction du coût pour le con-tribuable (qui sera somme toute plus modéré que le coût globale de la wonderfull réforme scolaire kisepassebienmercipourellecirculezyarienavoir), ça sent l’absence totale de réflexion sur les modalités pratiques de la chose (comme d’hab’ je vous dit) :
    – les tablettes sont données aux élèves ? alors il faudra renouveler la dotation tous les ans (ouuuuuh la belle nouvelle juicy taxe de « aide au développement numérique des gentilss petits futurs citoyens bisous »)
    – les tablettes sont en dotations aux écoles ? alors il faudra les remplacer tous les ans (c’est fragile ces trucs la, et les ados ne sont pas particulièrement soigneux de ce qui ne leur appartient pas … même avec ce qui leur appartient d’ailleurs … ouuuuuh la belle nouvelle juicy taxe de « aide au développement numérique des gentils petits futurs citoyens bisous »)
    – les professeurs seront également équipés et formés ? non, vraiment formés … sérieusement … pour de vrai ? pas comme les habilitations en langues par exemple (à chaque fois que mon instit’ de femme parle anglais, faut que je change de caleçon tellement je rigole … et pourtant l’EdNat’ l’a habilité hein … oui oui … deux fois même … ouuuuuh la belle nouvelle juicy taxe de « aide au … » enfin bref)

    M’enfin, ça coutera pas cher hein, puisque c’est l’Etat qui paye – (c) guignol -.

    C’est pas possible : je pense que notre gouvernement a caché quelque part une forme de rémunération sur le nombre de conneries débités, ou sur la plus grosse débilité annoncée devant le plus de personnes possible, ou alors il y a un concours interne, ou je ne sais quoi … mais je ne peux pas concevoir que des clowns pareils soient capables de sortir de telles âneries sans un but derrière (but qui doit probablement être de l’ordre de l’écran de fumée, ou du « oh attention, y a un éléphant derrière toi »).

    1. Aristarque

      Dans l’ espoir que nos créanciers rigolent tellement qu’ ils en oublient de fermer leur carnet de chèques, peut-être???

    2. azerty

      Le plus hallucinant est que même mon gamin de quatre ans s’est plaint ouvertement de la réforme scolaire en moyenne section de maternelle !!! Il m’a explicitement dit qu’il regrettait le mercredi complet au centre de loisir à jouer et qui permettait de se lever plus tard et de se reposer. Il a aussi râler sur les horaires modifiés du vendredi qui font qu’il ne peut plus goûter à la maison, donc que pour lui le weekend commence plus tard.

      Donc en plus, cela a fortement perturbé nos petites têtes blondes ces conneries.

    3. royaumont

      Pour avoir vu sur un collège pilote comment ça se passe, je confirme, c’est du n’importe quoi.
      Il n’y a aucune étude d’opportunité pour savoir si les tablettes apportent réellement quelquechose sur le plan pédagogique. Ca fait moderne, c’est tout…
      Mais aucune doctrine d’utilisation n’est établie, aucune plus-value n’apparait.

      Je ne vous parle même pas de l’aspect industriel de la gestion d’un parc de 800.000 tablettes. Rien n’est prévu, même en théorie.

      Autant faire un feu de joie avec 160000 billets de 500, le résultat sera le même.

      1. Nicolas

        Pour la gestion des Ipad en tout cas, Os X serveur peut les configurer et leur installer les bon programmes, en masse, à distance. C’est fait pour. Ca coute 17€.

      1. ironbooboo

        Les inscriptions sont closes on a épuisé le stock de pipeaux d’or sur sa dernière intervention télé.

    4. Nicolas

      Vous avez raison, ce n’est pas clair : pourquoi la 5eme, et après, ect..

      Par contre à quoi voulez vous former les enseignants ? Ce sont les programmes qui font le travail, l’enseignant lui est en dehors du processus éducatif. Quand à utiliser un iPad : c’est fait pour l’être par n’importe quel débile.

  9. Marc

    Le racket deviendrait vraiment rentable, il faudrait juste cueillir les 5e à la sortie des classes et ouvrir leurs cartables…
    Plus sérieusement, les BU sont vraiment à la ramasse je trouve: à quand les contenus en format digital? Je me souviens qu’ils se plaignaient de ne pouvoir renouveler tous leurs abonnements papier à cause du budget peau de chagrin (et oui, en version papier il faut acheter plusieurs exemplaires pour que plusieurs étudiants aient accès au même contenu en même temps). L’innovation à l’Université en France, ça prend du temps…
    Et pourtant il s’agit bien du rôle de l’école: fournir le contenu! Et non le support…

  10. Calvin

    Effet de bord annoncé : si la mesure intervient la prochaine rentrée certaines familles seront tentées de demander le redoublement de leur rejeton pour rester en 5° et être équipé gratos.
    Ou alors, la mesure attendra l’interdiction du redoublement…

    1. azerty

      Inscription multiples dans plusieurs collèges …
      Et comment faire en cas de perte, vol ou de casse ? Comme tout ce qui est « gratuit », on va avoir un nouveau trafic. Les fameuses tablettes et autres ordinateur gratuit ont fleuri rapidement sur le bon coin …

    2. Higgins

      Il a peut être investi ses pauvres émoluments de présiflan dans la boîte qui va fabriquer les tablettes?

  11. ironbooboo

    @ H16 :

    Le niveau moyen en orthographe promet des cours de codage au minimum épiques, si par hasard on y venait. C’est que les ordinateurs supportent assez mal les approximations dans la syntaxe =D

    1. Nocte

      meuh non, voyons… regarde le langage socialiste, c’est plein d’approximation, et ça « marche »…

      Social.OS.net

      xD

      1. Honorbrachios

        c’est parce que tout le cerveau soce et sa manière de penser est déjà prévu et inclut dans une variable php très facile à coder : + de taxes, + d’impôts, + de contributions, + de dépenses avec l’argent des autres

  12. Borgowrio

    Avec les 60000 postes d’enseignants payés à vie , voilà une avancée sociale majeure pour former nos punks à chiens ….

    1. Deres

      Au passage, je rappelle pourquoi l’embauche de nouveaux enseignants était indispensable pour les enseignants existants. Ce n’est pas du tout à cause de la surcharge des classes ou autre qualité de l’enseignement …

      C’est juste que les communes les plus pourris sont attribués aux petits nouveaux, ce qui permet le départ de leurs prédécesseurs vers les communes de leur rêves, généralement bien calmes et en province. Donc arrêter les embauches à l’Ednat revient à dire à tous les jeunes enseignants qu’ils sont quasiment coincés pour 10 ou 20 ans dans une banlieue pourri car il n’y aura personne pour les remplacer. C’est donc un casus belli avec les syndicats d’enseignants qui sont le terreau fertile du soutien au PS.

  13. hop hup

    http://www.lavoixdunord.fr/region/que-sont-devenues-les-13000-tablettes-distribuees-aux-ia0b0n2481784

    Agacée cette proviseure : depuis janvier, elle possède dans une salle sous clé une centaine de tablettes. Soit près de 80 000 euros sous carton faute de wi-fi (liaison sans fil).
    Quelque 13 000 tablettes ont été livrées entre janvier et mai dans 160 des 175 lycées de la région (80 à 150 par établissement). Mais le déploiement est relativement lent : il fallait les configurer, que le wi-fi soit installé, que les armoires avec recharges soient livrées. Entre grogne et moquerie sur le thème – c’est fait à l’envers –, des mauvaises ondes se sont installées. Mais avec un réel retard à l’allumage, le cadeau est en passe d’être déballé partout.

    des nouvelles fraîche pour savoir ce que sont devenue les tablettes des écoles du pas de calais

        1. Lafayette

          Donc en fait, c’est une opération grosse taxe qui rapporte….

          Pas bête, fourguer un produit sur facturé et sur taxé.

    1. Nicolas

      On ne voit pas ce que vient foutre le wifi avec l’utilisation des tablettes à l’école, mais bon, avec une main d’oeuvre aussi ***** que les fonctionnaires, que voulez vous…

      Ils sabotent, évidement.

  14. Ano59

    On notera sans ironie que les plus vieux plans informatiques français cités, pourtant bien étatiques et à une époque où les particuliers ne côtoyaient quasiment pas l’informatique, étaient plus pertinents que celui actuellement poussé par Hollande, c’est dire le niveau…

    « Enfin, on peut aussi noter que la tablette numérique un outil qui focalise l’attention sur des aspects accessoires. »
    > Il manque un « est » entre « numérique » et « un », je crois. En dehors de ce détail cette phrase est terriblement vraie et caractéristique des politiciens : se focaliser sur l’accessoire, le « parlant », et oublier l’essentiel.

  15. Olivier Vitri

    C’est pourtant fort limpide : Du Pad et des Jeux (Tabletis Et Circenses) Candy contre Credit Crunch, ou comment restaurer la confiance plébéienne en la iSodomie socialiste.

    1. GG

      Extrait :

      Question : (…) Internet ne rend-il pas obsolète la transmission?

      Réponse :
      « Ce nouveau lieu commun repose sur une vision complètement erronée de la culture, conçue comme empilement de savoirs ; puisque ces savoirs sont stockés pour nous dans les serveurs d’Internet, nous n’aurions dès lors plus rien besoin d’apprendre. Mais cette conception est absurde : s’approprier un vocabulaire étendu n’est pas la même chose que pouvoir le chercher dans un dictionnaire. Apprendre un poème, ce n’est pas la même chose que le trouver sur internet. Connaître les grands moments de l’histoire de son pays par cœur, c’est ancrer dans son cœur, dans son intériorité, des repères pour se situer dans l’histoire.

      Il n’est pas certain que le numérique ait sa place à l’école, car il est précisément ce que l’on n’a pas besoin d’apprendre en soi : c’est le règne de l’intuition pure. La pédagogie du numérique est d’ailleurs complètement absurde : on voit des adultes s’échiner à faire passer des « attestations de compétences » en informatique à des adolescents qui en savent beaucoup plus qu’eux sur le sujet… L’éducation nationale, qui d’habitude montre plus de réticences à l’égard des entreprises privées, se fait la commerciale des multinationales du numérique pour acheter tablettes et tableaux numériques. Mais au rebours de cette fausse modernité, dans la Silicon Valley, les ingénieurs de Google et d’Apple mettent leurs enfants dans des « écoles déconnectées » : eux savent très bien que, pour bien se servir des écrans, il faut déjà avoir appris à lire, et à se concentrer. »

      1. Nicolas

        Opposition parfaitement stupide entre  » Apprendre à lire » et « écran »…

        Par ailleurs ce ne sont pas  » les ingénieurs » mais une infime minorité Des ingénieurs. Texte mensongé donc, sans doute par désarroi..

  16. Christophe

    Plus personne n’écoute Sans-Dent et ses « propositions » qui relèvent de la physique quantique.

    JO, Expo Universelle, tablettes… Il est inaudible. Il est comme le chat de Schrödinger.

    A la fois mort et vivant.

    Ailleurs. Et nulle part.

    Ce type est une engeance. N’essayons même pas de salir nos neurones à débattre de ses « propositions ».

    Opposition frontale, systématique, bornée et totale.

    Il ouvre la bouche pour dire une grosse bêtise ? Paf, une baffe dans sa gueule.

    Rincez, répétez.

    Jusqu’à ce qu’il se taise.

    Pour de bon.

    1. Calvin

      La différence, c’est que pour le chat, on est sûr de rien.
      Pour lui, oui. Cerveau débranché mais quelques fonctions vitales demeurent.
      Et quand je dis vitales, ça concerne plus la première syllabe.

    2. Higgins

      « La vraie question: comment en finir? Le temps d’une rupture approche sans doute. Le pouvoir est tellement fragilisé, embourbé, enlisé et décrédibilisé qu’il faut s’attendre à des troubles graves et probablement une alternance avant l’échéance de 2017. Mais laquelle? Les trois fléaux de la France, les trois piliers de la décadence et du chaos, sont les trois grands partis politiques que sont le ps, l’ump et le fn, et bien sûr les hommes et femmes à leur tête.  » (http://maximetandonnet.wordpress.com/2014/11/10/comment-en-finir/)

    3. tmtisfree

      La physique quantique se suffit à elle-même et fonctionne très bien, merci pour elle ; inutile de tenter de la disqualifier en exposant sa propre ignorance.

      Quant au chat, il n’est pas « à la fois mort et vivant », il est dans un état d’indétermination macrophysique classique avant la mesure, càd soit mort soit vivant, mais défini quantiquement par une distribution de probabilité d’états superposés, (0.6 x mort) + (0.4 x vivant) par ex.. La différence entre le « et » de « vivant et mort » et le « + » de l’équation d’état ci-dessus est donnée là : http://motls.blogspot.fr/2012/04/schrodinger-has-never-met-newton.html. Le passage de quantique à l’autre classique se fait par une observation (ou une mesure) et est un phénomène appelé décohérence (cf http://arxiv.org/ftp/quant-ph/papers/0306/0306072.pdf et http://journals.aps.org/prl/pdf/10.1103/PhysRevLett.77.4887 pour la démonstration expérimentale).

  17. Adrien

    Ta Gueule C’est Magique,
    C’est Gratuit, C’est L’État Qui Paye,
    Ce Pays Est Foutu.

    Belle synthèse non ?

  18. Kekoresin

    A l’instar d’Hitler, Hollande croit à l’outil miracle, l’arme décisive qui résoudra tous les problèmes. La tablette magique transformera à coup sûr le mammouth en danseuse étoile! Enième plan gribouille de nos fossiles qui rêve d’un rêve de modernité….

    C’est bientôt Nowel et papa Hollande endosse sa hotte magique pleine de joujous gratuits destinés à alourdir le cartable plein de livres orientés et de cahiers multicolores selon l’humeur des profs. Il a le sapin, manque plus que la déco!

    1. Deres

      Il sait très bien qu’on est en novembre et donc que c’est une promesse pour dans dix mois … Cela l’engage donc très peu …

      1. Higgins

        Il aurait du se limiter à un: « Neige en novembre, Noël en décembre. » Il prenait peu de risques mais là, il a joué et il a perdu.

        1. Calvin

          Ça nous changeait de « Pluie dans l’année, Neige au Réveillon »…
          .
          (Bon, en réalité, Cumulus dans l’année, aurait été plus drôle, ça fait contrepèterie)

  19. Karamba!

    Ca coûte rien, c’est l’Etat qui paye. C’est là qu’on vérifie que non seulement Hollande n’a toujours pas été interdit de casino, mais en plus la banque continue à lui prêter du pognon…

    1. Adrien

      Détails croustillants :

      – un proche a reçu dernièrement un avis d’impôt pour la CFE alors qu’il devrait en être exonéré
      – un autre proche a reçu le même avis alors qu’il n’a aucune activité professionnelle indépendante (mais un numéro SIRET nécessaire pour raisons administratives et exigé… par le fisc lui-même — on comprend mieux pourquoi)
      – ce même proche a reçu un avis de taxe d’habitation pour un logement qu’il n’occupe plus depuis un an et demi

      Ça n’est évidemment pas représentatif, mais bon… Faut bien les payer, les tablettes…

      1. Formidable. Il faut bien savoir lire pour comprendre où est la supercherie de l’Express :

        « ça coûte très cher », remarque le présentateur de TF1 Gilles Bouleau. Voici le dialogue qui a suivi:
        – « Non, c’est l’Etat qui paye » et pas les collectivités locales,

        Le dialogue exact est :

        « Ça coûte très cher »
        – « Non, c’est l’Etat qui paye »

        Et il n’a jamais dit « et pas les collectivités locales » (on notera que le journaliste, malin, ferme les guillemets juste avant). Et le doute n’est pas possible : le « non » répond bien à « ça coûte très cher ». Et « c’est l’Etat qui fait l’effort », c’est très proche de « c’est l’Etat qui paye » et ça ne veut surtout pas dire « c’est le contribuable qui fait l’effort », seule chose vraie dans cette purée.

        1. Adrien

          (…)
          FH – Y’a des collectivités qui ne veulent pas se lancer, de peur d’avoir à pérenniser ces emplois.
          GB – Et parce que, pardonnez-moi, pour remettre-
          FH – Oui et parce que les collectivités locales ont certaines difficultés financières aussi.
          GB – …et parce que ça coûte… très cher !
          FH – Non, c’est l’État qui paye. Donc en l’occurrence…
          GB – Ca coûte… 3 milliards d’euros pour… 150 000 emplois d’avenir.
          FH – Ouais, mais c’est l’État qui paye.
          GB – L’État…
          FH – Oui-
          GB – …ce sont les contribuables…
          FH – Oui mais-
          GB – …de Marseille par exemple.
          FH- C’est pas… c’est pas la collectivité marseillaise, ou le département, ou la région. Mais je vais y revenir.
          (…)

          1. Voilà.

            Hollande a voulu faire un tour de passe-passe, et ça s’est vu. Jadis, le journaliste n’aurait rien dit. Mais comme FH est un gros nul, même eux commencent à sortir de leur réserve.

            1. Adrien

              Là où FH s’est planté, c’est qu’il a fait une réponse de technocrate. Il voulait justifier le fait que les emplois d’avenir, décidés par l’État, ne mettaient pas directement à mal les finances des collectivités locales. Il a fait une réponse de haut fonctionnaire destiné à d’autres hauts fonctionnaires en région ou au département. Les Français et les moutons-tribuables auront retenu autre chose devant l’aplomb du « non » présidentiel…

              1. Higgins

                Et il rajoute une deuxième boulette à la première. Si Philippe, notre psy préféré, nous lit, qu’il nous parle des manifestations de l’inconscient dans le langage.

            2. gameover

              Oui c’est rare qu’un journaliste puisse répondre du tac au tac lorsqu’il entend un truc pareil et là le journaliste savait que ça coûtait 3Mds d’euros…, c’est peut être dans l’oreillette mais il me semble aussi qu’il lise ses notes, rendons lui hommage… surtout quand du tac au tac il dit que c’est le contribuable qui paie.

              Vous remarquerez d’ailleurs que quand FH dit que c’est l’état qui paie il pointe le doigt vers lui c’est moi qui paie), mais quand longtemps après il dit que ce n’est pas les collectivités locales il tend le doigt vers le jeune et le journaliste comme pour dire « ce n’est pas vous qui payez ».

              Bourdin lui est incapable de contredire son invité.

            3. Aristarque

              Ils sentent le vent tourner, peut-être à la lecture de sondages réels des RG, par exemple, mais inaccessibles a la plèbe qui n’a pas leur statut d’Oint du Seigneur, cher à C.Gave.
              Comme ils sont opportunistes et spécialisés dans la lèche d’ entretien de leurs prébendes, c’est comme aux échecs: penser à trois /quatre coups d’ avance avec des plans B, C, D, …vu que le plan A est en plein naufrage (cela tient mal la haute mer agitée, un pédalo).

              1. yp

                Danke für der Zeitpunk ! L’ayant loupé aussi, j’avais commencé à regarder l’émission, mais mes oreilles ont du mal à supporter les conneries racontées par cette s***-m**** plus d’une minute (et puis tout le monde n’a pas deux heures à perde à entendre des mensonges et du concentré de mauvaise foi…)

          2. ironbooboo

            L’intro affole mon pipeaumètre aussi de toute façon, donc je traduis :

            FH – Y’a des collectivités qui ne veulent pas se lancer, sachant que des emplois ça ce pérennisent.
            GB – Et parce que, pardonnez-moi, pour remettre …
            FH – Oui, et parce que les collectivités locales ont des difficultés financières certaines aussi.

  20. riton

    Qu’est-ce que vous pensez de la posture de Fillon qui est totalement déstabilisé par « le Monde » ?
    Hier sur TF1 il se ch… carrément dessus.

    1. Adrien

      Fillon (qui a été premier sinistre pendant 5 ans) déjeune avec un haut fonctionnaire (passé par à peu près tous les postes publics pas du tout d’influence : trésor public, AMF, CDC, dircab, etc.) pour de basses manœuvres politiciennes, et il en ressort que 1/ c’est pas vrai et 2/ de toutes façons même si c’était vrai on ne peut rien faire parce que la justice est indépendante tout ça. On nous prendrait pas un peu pour des cons ?

      J’en pense qu’il nous faut vite le tirage au sort.

    2. LECOMTE René

      Au dernières nouvelles de ceux qui ont eu accès aux enregistrements, ce qu’a dit le président, en réponse à la demande de taper plus vite sur Sarkozy n’est pas « Non, non, on ne s’en occupe pas », mais « Taper plus vite, on ne peut pas », révélant ainsi que tout a déjà été mis en œuvre, que les ordres ont été donnés à la justice pour « taper plus vite » et plus fort sur Nicolas Sarkozy. Admirez cette confusion des pouvoirs entre les mains de la gauche décidément immorale.

  21. Dom

    J’ai appris le francais grasse aux pates alphabet mai comme ile manquait toujour des lettres je fusai(mdr!) souvant quelques feautes.

  22. MadeInCH

    Question d’un ignare…

    D’ou vient l’expression « ta gueule, c’est magique »?
    J’ose tenter d’espérer que ce n’est PAS une sortie d’un zélu, tout de même?

    1. Calvin

      Non, ils n’ont même pas cette honnêteté !
      C’est une formule h16 qui s’applique pour une absence totale d’arguments.

      1. gameover

        A l’origine c’est une expression utilisée dans les jeux de rôle quand quelqu’un est circonspect sur un scenario peu crédible comme lorsqu’un héros dans un film répare un vaisseau spatial en 3 minutes sans un seul diagnostic ni un seul outil.

        – Combien il vous faut de temps pour réparer ?
        – 3 minutes capitaine Spock.

  23. Hugues001001

    Le pire dans tout cela, c’est que c’est à qui se pavanerait pour parler numérique pour tous, de l’accès très haut débit, de l’apprentissage du codage à l’école, etc. Mais quand on regarde les images de toute cette palanquée de ministres qui arrivent qui à Matignon pour une réunion, qui à l’Élysée pour un conseil des ministres, PAS UN SEUL n’a, ne serait-ce, qu’une tablette. PAS UN. Sur toutes les images qu’on nous montre, chacun porte sous le bras un paquet de dossiers papiers tous plus épais les uns que les autres, parce que ça fait style « ‘tain, j’ai du taf, t’as vu tout ce que je me traîne ? ». Même pas une sacoche pour les mettre non: on ne verrait pas les dossiers et les gens s’interrogeraient donc sur l’utilité d’un ministre qui a le temps de mettre ses dossiers dans un accessoire dont c’est la fonction. Quant au conseil des 17 ministres, pas l’ombre d’un ordinateur ou d’une tablette en vue… Sûrement la peur que l’un d’eux se connecte sur Twitter durant la réunion pour balancer la dernière vacherie de Taubira ou la p’tite blague de François. La confiance règne…
    Sur le fond du sujet, la réaction du teinté de Tulle est symptomatique. Dans mes cours de développement, il se trouve que nous avons récemment passé en revue différentes approches dans le domaine de l’éducation mises en oeuvre dans les pays pauvres pour tenter d’améliorer le niveau des élèves (vouchers, technologies justement, vermifuge pour lutter contre les vers et donc contre l’absentéisme des élèves, distribution de manuels, incitations aux professeurs pour lutter contre leur absentéisme, incitations financières ou en nature aux parents ou aux élèves, etc.). Et dans CHAQUE cas, mais c’est une évidence pour tout le monde, et pour n’importe quel scientifique d’ailleurs, et c’est également ce que la science statistique nous enseigne, on ne lance pas un projet d’envergure sans d’abord mener un projet pilote dans les conditions les plus proche de l’expérimentation scientifique, entre un « treatment group » et un « control group », ni sans mesurer au final l’effet (positif ou négatif) et l’impact du traitement. Faire ça en France ? Que nenni. Ce serait une rupture d’égalité dans la république une et indivisible. On n’imagine pas certaines écoles être livrées en tablettes, expérimenter une méthode d’enseignement différente de la méthode généralement utilisée, ou laissées libres dans l’organisation de leurs enseignements et de leur gestion du temps. On verrait déjà la FSU, le SNES et un collectif de parents dans les rues. Et puis comment mesurer l’impact d’un projet pilote sur les enfants dans un pays dans lequel le gouvernement entend supprimer les notes et les devoirs parce que c’est discriminatoire et stigmatisant, et faire faire des tests à ces enfants (qui, comme chacun sait, sont tout aussi discriminatoires et favorisent l’ignoble et mégalibérale sélection) ?

    1. Claribelle

      Si, si, si ! On fait ça en France.
      On expérimente la 1ère année et ensuite on généralise l’année suivante.
      Par contre, tout ce qui est évaluation, comparaison, impact etc. faut pas pousser: on n’a pas le temps. Et puis d’abord, si on a expérimenté, c’est bien que l’idée était bonne et qu’elle méritait d’être étendue à tout le monde… Dernier exemple en date: les rythmes scolaires !

    2. Quiet Desperation

      Traitement contre les vers ? « Poète, vos papiers ! » ça devrait plaire à Pouf Pouf…
      Quant à l’expérimentation, celle de Tuskegee, c’était pas mal, n’est-ce pas…

      1. pouf pouf

        ya ? C’est FIP qui m’étonne à en passer de temps en temps, mais pas jusqu’à pisser sur le code civil tout de même …

  24. NicolasPimprenelle

    Quand il dit que ca ne coute rien parce que c’est l’Etat qui paye il se place encore en Pdt du Conseil General ….
    Cela devient navrant a un point !!!
    J’en viens a me demander ou il a eu ses diplomes plom plom …
    Est ce qu’il a toujours ete comme ca ou il est atteint d’une maladie degenerescente ?
    DESOLE pour l’orthographe j’utilise une tablette et je n’ai pas eu la chance d’avoir ete forme par l’EdNat a son utilisation (mais ou sont les accents ?)
    Lol

  25. Jiff

    Oui mais là tu sous-entends que l’EN, et par conséquent son ministre, devrait prendre en compte les rythmes qui leurs sont propres, leurs desiderata, et donc, en fin de compte, prendre en compte les enfants tout court…
    ÇA VA PAS LA TÊTE !!?? ;-p)

  26. Tracy LA ROSIÈRE

    Le président de la République est, pour le moins, rocambolesque, au pire incompétent mais assurément totalement  » à côté  » de sa fonction.
    Jamais dans notre Histoire depuis Charles VI, le roi fou qui tira l’épée contre sa propre escorte dans la forêt du Mans le 5 août 1392, jamais, même aux heures les plus sombres, nous n’avons eu un chef de l’Etat si disconnecté avec sa fonction. Mis à part le cas de Paul DESCHANEL ( atteint du syndrome d’Elpenor il tomba d’un train en pyjama, en pleine nuit, chemina le long de la voie pour atteindre la maison du garde barrières incrédule qu’il tenta de convaincre :  » je suis le Président de la République… »), mis à part un tel cas, tous eurent une attitude digne de leur fonction.
    Quand, tel Alexandre MILLERAND, désavoué par les urnes ; lorsque tel le velléitaire CASIMIR-PERIER ils ne se sentaient plus à la hauteur de la situation, ils démissionnaient.
    Notre président n’est pas de cette trempe : il se « cramponne » ( TF 1 – 6/11/2014 ).
    Il se voulut président « normal ». Il a poussé si avant sa profession de foi qu’il en est devenu inexistant. Tout avait pourtant bien commencé au Bourget : discours aux accents jauressiens, incantatoire sur la chute du chômage et la mise au pas du monde de la finance… Rien alors ne laissait présager une déchéance si brutale. Un premier signe survint avec l’affaire Léonarda ou plutôt celle de cette famille vivant totalement sous assistanat, refusant le moindre effort et expulsée tant son comportement avait exaspéré les institutions. Le contribuable qui supporte habituellement cette « solidarité » en fut pour un coût estimé à 594.697,11 €. Apres quelques manifestations de « lycéens » assez clairsemées, alors que personne ne lui demandait rien et surtout pas de se mêler de cette affaire du niveau d’un secrétaire de sous-préfecture, notre président résolut d’intervenir à la télévision et de proposer à la susnommée Leonarda de revenir  » suivre ses études  » dans notre bon et généreux pays – proposition à laquelle l’effrontée répondit, en direct, qu’elle ne reviendrait pas sans les siens et que si elle revenait se serait pour faire la loi…! Elle n’esquissa pas un doigt d’honneur mais le cœur y était. Notre président tomba de son piédestal et la dignité de la fonction en prit un sérieux coup. De « normal » notre président se liquéfiait dans l’insignifiance. Les citoyens perçurent alors que quelque chose ne tournait plus rond dans notre beau pays riche de mille ans d’Histoire. Et le chômage ne cessa de monter, les déficits de progresser, la dette de s’accroître, les entreprises de péricliter, l’administration de gonfler… Les Français stupéfiés et inquiets, se virent sur un bateau ivre privé de direction.
    Le discours du Bourget théorisait son idéologie à savoir que le socialisme c’est la générosité avec l’argent des autres. Restait à la conceptualiser comme on dit dans les cabinets ( ministériels)… C’est ce que fit notre président au cours d’une émission télévisée le 6 novembre 2014.
    Répondant au journaliste à propos d’une promesse de création d’emplois d’avenir sans condition de diplôme, ce dernier objecta : « Mais ça coute très cher ! »
    Non c’est l’état qui paye, répondit notre président.
    Il s’agit bien du président de la République.
    Les Français durent se pincer pour y croire.
    Tracy LA ROSIÈRE – 9/11/2014

    1. lxy

      La garde barrière fit par la suite le commentaire » J’ai bien vu que c’était unmonsieur important parce qu’il avait des pieds très propres »

      1. Aristarque

        Il aurait également répondu à Deschanel affirmant être le Président de la République: c’est cela et moi, je suis le Pape! Crédible mais peut-être écrit apocryphe?

    2. Higgins

      Il y a même eu au moins une chanson satirique sur cet épisode à l’époque. Ma grand mère, férue d’histoire et dotée d’une excellente mémoire, me l’a chantée parfois. J’ai malheureusement oublié les paroles.

  27. LECOMTE René

    H.S., mais ce sujet ressortait dans les post précédents.
    Xavier Kemlin a déposé plainte fin 2013 avec constitution de partie civile auprès du doyen des juges d’instruction au Tribunal de Grande Instance de Paris pour détournements de fonds publics contre Valérie Trierweiler. « Elle n’a aucun lien juridique avec la nation » expliquait Xavier Kemlin à Dreuz info, et elle ne devrait pas, selon lui, bénéficier de l’argent de l’Etat, « surtout en ces périodes de restrictions où les Français payent de plus en plus d’impôt, et qu’ils ne comprennent pas toutes ces dépenses » ajoutait Kemlin.
    Après plus d’un an et des protestations auprès du premier président de la cour d’Appel de Paris, le procès de Valerie Trierweiler, accusée de recel de détournement de fonds publics, va enfin avoir lieu.
    L’audience est prévue pour le 15 décembre après midi devant la cour d’Appel de Paris.
    Toute la presse a relaté cette information, comme le bras de fer Jouyet – Fillon (!).

    1. Higgins

      Avec la demande faite par la cour d’appel de Limoges au RSi de donner son numéro d’inscription à la mutualité (16 février 2015), deux bonnes raisons de garder son radar judiciaire en marche.

  28. vegeta

    quand on porte un costume et que l’on s’assoie la règle d’élégance veut que l’on déboutonne sa veste.. quel con ce francois

  29. matthieu

    Ce qui me vient alors à l’esprit, mais je ne suis pas un énarque: Adieu à la lecture traditionelle, adieu le livre papier, adieu l’art de l’écriture, l’orthographe et la grammaire avec les correcteurs automatiques. Adieu à l’éducation et bonjour aux problèmes de concentrations, de tricheries, d’inégalités d’adaptation face au numérique (professeurs et élèves confondus), de traffic et de raquet. Les voleurs n’auront plus qu’á attendre à la sortie de l’école pour récolter leur magot. Merci Francois Hollande et Mr Valls pour cette belle idée. Et le capitalisme de crise dans tout ca. ont-t-ils une solution ou c’est également trop lourd à porter pour eux?

    1. Bob razovski

      Argg… Reprenons..

      C’est vrai qu’il a déjà fait des massacres à Tulle, le gominé.

      J’attends avec impatience la prochaine blague, qui montrera bien toute la considération qu’à ce personnage pour notre pays :

      Tulle à vue
      Qui ? Mon cul :mrgreen:

  30. vegeta

    de quoi réjouir h16 madame rottweiler va passer le 15 décembre au tribunal( cours d’appel de paris) pour détournement de fond public espérons qu’elle se trouve dans la même cellule que nabila 🙂

  31. vegeta

    et j’y pense avec hollandes il est fort possible que nabila soit a l’élysée dans son lit au lieu d’être en prison

  32. George Kaplan

    Ca doit être une tablette grafisc avec bibliothèque CERFA integrée, écran de 5 Megapicsou, économiseur d’écran Sapin de Bercy ou de la place Vendôme (seule la couleur change) et texte qui défile « la France tu payes ou tu l’acquittes ».

    1. RBF

      Non,

      C’est la tablette multi-soupapes à injection GTX. Celle qui transforme un âne baté en ingénieur pluri-disciplinaire quadrilingue.

      Eh oui, rien que ça, Môssieur. Alors on ne se moque pas de cette révolution révolutionnaire qui une fois en place, va changer la face du monde, soyez-en certain.

      Ah mais merde… On m’indique à l’instant qu’il n’y a plus une thune dans les caisses pour réaliser l’outil magique: le « magic asshole transformer ».

      On est mal les amis.

      1. Lafayette

        La puce est greffée à la base du cerveau pour obtenir une connexion plus servile, comme appareil connecté, ainsi le grand Fiscador vous contrôlera dès votre plus jeune age, au travers des tablettes.

        Que la force soit avec toi !

    1. lxy

      Au MIT des armées de chercheurs travaillent sur cette question de l’apprentissage de la programmation destiné aux enfants. Ils ont inventé, il y a 40 ans Logo et très récemment Scratch. Résultat : on ne fera pas des programmeurs avec des bourins. A l’inverse un enfant astucieux trouvera vite le moyen de réaliser des programmes. Et après ?

  33. cal8

    Cette histoire de tablettes ressemblent beaucoup à de la poudre aux yeux destinés au populo qui, ainsi, va croire le PréSansDent Moi 1er à même d’écouter les envies de gadgets gratuits des gens de peu.
    Pour éviter que la tablette coûte une fortune, il y a deux possibilités :
    – Prendre un modèle volontairement pas cher, peu puissant et sans grand intérêt,
    – Prendre un modèle en passe d’être (ou déjà) dépassé (déstockage).
    Dans les deux cas, les gamins vont pas être ravis (« Papa, le jeu, y marche pas ! c’est lent… je meure à la 2ème vie… Ouiinnn. Les tables de nul-tiplications ? c’est trop nul, une tappette c’est fait pour jouer » – la vérité sort de la bouche des enfants ?!, hem, bon revenons à nos moutons).

    Sinon, je suis assez d’accord avec l’idée qu’une tablette reste un outil de consultation ou d’achat en ligne, pas un outil de production (en tout cas, pas sans clavier physique et extensions USB multiples).
    Enfin, si quelques profs intelligents (et il y en a) savent utiliser convenablement ce dispositif, un MOOC adapté aux jeunes années scolaires serait une bonne façon d’utiliser ces tablettes, quitte à révolutionner (c’est à dire changer) la pédagogie de l’enseignement. Mais en ont-ils le droit ? (aux US, la Khan Academy se présente non comme un MOOC mais comme une ONG – ils prônent les exos/tp à l’école et l’apprentissage à la maison, aux heures que l’on veut).
    Que contient encore la hôte de Hollande à l’approche de Noël (à part des taxes bien sûr) ?

  34. Nicolas

    L’usage des Ipad avec les bons programmes provoque effectivement des progrés considérable sur le niveau scolaire des enfants du Malawi ainsi, moins attendu, de GB. Et pas qu’un peu.

    C’est donc la premiére bonne idée de ces crétins. Comme ils sont crétins, ils vont bien sur nous la gacher. Evidement. Sans parler de l’obstruction systématique des fonctionnaires, évidement..

  35. Lafayette

    La politique française à l’Europe c’est comme la norme Secam à la TV ca tend à disparaître au profit des (é)normes allemandes.

Les commentaires sont fermés.