Rassurez-vous, la Cour des Comptes ne sert à rien

Chaque année, la Cour des Comptes publie un rapport. Chaque année, ce rapport est lu par quelques uns, commenté par d’autres moins nombreux. Des conclusions sont tirées et des actions sont fermement envisagées. Ensuite, les lecteurs s’évaporent, les commentateurs passent à autre chose, les conclusions sont oubliées et les actions sont très très fermement envisagées. Cette année n’échappe pas à la règle.

Il y aurait pourtant beaucoup à lire, encore plus à commenter. Des conclusions, nombreuses, pourraient être tirées, de préférence à boulets rouges, entraînant des actions, multiples et vigoureuses.

Ainsi, difficile de ne pas bondir lorsqu’on apprend que l’État français a dépensé 346 millions d’euros en pure perte pour un système informatique destiné à automatiser la gestion de sa masse salariale. Non, il ne s’agit pas de Louvois (dont j’ai déjà parlé), qui est un magnifique ratage complet aussi, mais bien d’un autre logiciel. Et ici, « en pure perte » n’est pas un effet de manche mais bien le terme avec lequel la Cour qualifie l’ensemble du projet, Titanic informatique envoyé par le fond dans une décontraction que les musiciens du funeste bateau n’auraient jamais espéré atteindre. En effet, lancé depuis 2007, le projet, pharaonique, visait à établir automatiquement la paye des 2,7 millions d’agents d’État, et devait permettre d’économiser sur la gestion de cette paie avec une estimation de 3800 postes à redéployer à la suite de sa fructueuse mise en place. Las : alors que le logiciel devait être terminé en 2011, les dérapages budgétaires, de planning et de ressources humaines se sont accumulés.

Entre la complexité des procédures internes des différents ministères, tous différents, les habitudes encroûtées depuis des décennies qui forment des résistances incommensurables, avec en parallèle l’évolution permanente des règles de calcul des paie, l’absence d’autorité centrale unique ou de pilotage du projet, les rivalités entre services de l’administration, l’inévitable intervention des syndicats, tout était réuni pour un échec d’ampleur biblique.

fail brouette

On pourrait s’arrêter là. Avec une telle facture, il y a déjà largement de quoi faire tomber des têtes au sein de l’administration. La Cour n’est pas aussi clémente et aborde aussi le cas, douloureux et coûteux, du MuCEM. Le MuCEM, le musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, est un gouffre financier abyssal, et ce, malgré les 3,4 millions de visiteurs qui font son succès. Avec une telle fréquentation, on pourrait s’attendre à ce que l’institution rentre à peu près dans ses frais. Il n’en est rien : l’ouverture, prévue en 2008, a été retardée à 2013 suite à la mauvaise gestion des collections par le ministère de la Culture, le prix des chantiers a dérapé passant de 88 à 160 millions d’euros entre 2009 et 2011, et le partenariat public-privé mis en place pour la gestion des objets non exposés est bien trop coûteux selon la Cour.

Quant aux recettes espérées, et qui se doivent de couvrir une partie des frais de fonctionnement du MuCEM, elles risquent d’être très inférieures à la norme retenue pour les musées nationaux ; atteignant péniblement les 26% en 2014, le seuil de 43% pour 2015 apparaît fort lointain d’autant que la collection permanente, dédiée aux arts populaire, intéresse assez modérément le public. En attendant, l’ardoise s’établit à 350 millions d’euros que le contribuable, particulièrement souple des sphincters, réglera de bon gré.

Difficile de ne pas sentir encore une fois l’odeur entêtante d’un échec misérable sur cette réalisation…

fail cat call an ambulance

… Qui se double d’une gabegie assez phénoménale à l’autre bout du pays : pendant que le MuCEM ouvrait grand ses sprinklers à pognon afin d’arroser Marseille et sa localité de ces délicieux fonds publics, les vannes n’étaient pas totalement coupées du côté de Paris où le célébrissime Musée National des Arts et Traditions Populaires continuait, vaillamment, de fournir une occupation (légère il est vrai) à quelques vaillants employés alors qu’il était fermé et ses collections en transit entre les deux villes. Légèreté de l’occupation qui, au passage, n’était pas seulement due à la fermeture au public de l’établissement puisqu’en pratique, ce dernier, installé à la lisière du bois de Boulogne depuis 1972, avait bien du mal à attirer le moindre public. En 1992, il peinait ainsi à faire voir ses collections à 30.000 visiteurs (cela fait une grosse centaine de personnes par jour ouvré, à peine plus qu’une boulangerie au centre d’une ville moyenne), et la décision fut donc prise de transférer ses collections vers le MuCEM.

Mais voilà : « Entre la fermeture définitive du bâtiment du MNATP en 2005 et le lancement des négociations avec les organisations syndicales en 2011, aucune décision relative au reclassement des personnels parisiens n’a été prise », explique la Cour des Comptes probablement un peu consternée qu’une centaine d’agents aient ainsi été maintenus sur le site parisien, pendant que les tâches normalement qui leur étaient normalement dévolues étaient confiées à des vacataires… Le tout, pour un coût, modique, d’au moins 24 millions d’euros, toujours dans cette décontraction qui caractérise la dépense publique en France.

cat shark roomba

Vous voyez : la Cour des Comptes, dans son rapport annuel, n’a vraiment pas de difficultés à trouver des scandales financiers dont les contribuables devraient s’emparer pour remettre un peu d’ordre dans ce pays. Certains y verraient, grognons qu’ils sont, de quoi fomenter une révolte, voire une révolution. D’autres y trouveraient prétexte à trancher dans le vif des administrations et dans certaines facilités offertes à nos élus. Il y aurait de quoi renverser quelques tables, ne trouvez-vous pas ?

En pratique, rassurez-vous, la Cour ne sert à rien.

D’une part, ses rapports ne sont pas suivis d’effets. Jamais. Probablement parce qu’elle n’a pas de pouvoir coercitif sérieux, et que ses rapports s’empilent donc, d’année en année, sans que cela gêne quiconque. D’autre part, si les choses prenaient une sale tournure, il serait assez facile de faire tomber son président. Après tout, Didier Migaud est aussi un politicien et il n’est pas irréprochable.

Mais surtout, tout le monde sait qui fraude, qui sont les politiciens les plus véreux (l’honnête Guérini menace même d’en livrer une liste, sûrement trop courte) et tout le monde sait qui a des comptes en Suisse (les fichiers tronqués de HSBC ne trompent personne). Tout le monde sait où se trouvent les réservoirs d’économies gigantesques dont le pays a besoin pour se relever. Tout le monde sait qui se sucre royalement sur le dos des contribuables. Tout le monde sait quelles sont les dérives les plus scandaleuses : elles sont publiques, documentées et indexées par la Cour depuis des lustres.

Mais voilà : personne ne bouge. Personne n’en a cure. Personne ne semble concerné, et donc, personne ne veut faire le moindre effort. Personne n’en parle au-delà d’un article lorsqu’un énième rapport sort. Du reste, personne n’a cette vue globale de l’ensemble des incroyables gaspillages, des énormes libéralités distribuées sur le dos des contribuables, des nombreux et magnifiques passe-droits et autres privilèges dont un petit nombre profite sans la moindre retenue.

Et heureusement !

Heureusement que tous ces gens ne sont pas inquiétés, sinon, rapidement, le gouvernement serait totalement inexistant, l’Assemblée serait dégarnie, le Sénat vide et les hautes sphères des plus grandes administrations dépeuplées. Les gabegies diminueraient, les gaspillages ralentiraient enfin. La France découvrirait alors des douzaines de milliards d’euros, issus de douloureuses ponctions mais non dépensés suite à l’arrêt de ces scandales permanents et de ces crapuleries plus ou moins légales.

Heureusement que la Cour ne sert à rien et que le petit jeu funeste de tous ces politiciens peut continuer ! Sans ça, la France se découvrirait plus libre et plus puissante que jamais, ses citoyens découvriraient d’un coup à quel point ils vivent dans un pays de cocagne et ô combien il est pillé par sa caste dirigeante. Ils se découvriraient le niveau de vie d’un Suisse ou mieux encore, de ces pays où l’État, minimaliste et concentré à faire tourner la boutique plutôt qu’à la piller, n’empiète pas sur leurs libertés et leurs richesses.

Et puis, si subitement, on empêchait les uns de bâtir des châteaux à Marseille, les autres de faire produire des logiciels inutilisables, ou d’autres encore d’accumuler les décisions économiques désastreuses pour assurer leur réélection, si de façon plus générale, on interdisait à ces politiciens tout accès aux fonds publics, mais que deviendraient-ils donc ? Après tout, ils ne savent rien faire d’autre, ils sont élus !

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires229

    1. Deres

      Le pire de ce point de vue là est le musée des confluences à Lyon je crois. Dix fois le prix prévu si je me rappelle bien. Et on ne sait pas trop de quoi c’est un musée si ce n’est qu’il est censé être très beau de l’extérieur …

      1. Aristarque

        Six fois, ce qui est tout de même considérable pour sortir de terre un patatoïde ressemblant davantage à un vaisseau spatial crashé sur une planète hostile, qu’ à un bâtiment muséal… Surtout que le tiers du budget à été englouti dans les fondations spéciales rendues indispensables par le terrain pourri, ce qui ne se voit pas. Il faudrait en découvrir un morceau pour que cela serve de mur des Lamentations aux lyonnais…

    2. Laurent

      On va pas se plaindre, pour une fois qu’une construction de musée ne dépasse le double des prévisions initiale. Le musée des confluence à LYON à finit lui par couter 7 FOIS le budget initiale…

    3. kobus van cleef

      Il y a quelques temps j’avais entendu sur vronze cul que, en moyenne ,le surcoût d’un projet publik par rapport au départ est de 3,14
      Sérieux
      Vous budgettez 1 million d’euros au départ, vous vous retrouvez à payer 3,14 millions de neuros
      Au moins c’est pas le nombre d’Avogadro Ampère
      Là, pour le coup, faudrait s’inquiéter

  1. Le Gnôme

    Ce n’est plus la cour des comptes, mais celle des mécomptes. C’est juste un marronier qui permet de faire le titre d’un journal une fois par an si l’actu n’est pas trop brûlante, et puis la gabegie continue, comme d’hab.

    Le personnel du musée fermé doit s’enquiquiner à mourir, le taux de suicide doit être important. Je ne supporterais pas d’être toute la journée à me tourner les pouces, je déprimerais.

    1. Bonsaï

      Un moment j’ai cru m’être trompée d’adresse et me trouver à lire la description d’une république bananière des années 40. Une sorte de pays du tiers-monde fantasmé, un récit de science-fiction, que sais-je encore … Mais non, apparemment il s’agissait bel et bien d’un reportage en direct live.
      Je reprendrai donc illico un café pour me remettre à l’endroit.

      1. Laurent

        Et encore…Je suis sur que la cours de compte manque de temps pour traiter toutes les « affaires » litigieuses, ce genre d’arnaques sont légions…

        1. Lafayette

          Peut être que les comptables devraient commencer à passer à simplifier les calculs et perdre moins de temps dans ce bricolage. Car au fond c’est aussi pour cela qu’ils n’y voient rien.

  2. Higgins

    Je ne serai pas aussi sévère. Il y a des cas où une action salvatrice et correctrice est engagée. Malheureusement, ce type d’action est généralement discret à la fois pour ne pas brusquer les organisations directement concernés (entre autres les fameux syndicats français mais pas que… il y a également les organisations invisibles sans qui reine ne se fait ou n’est possible) et ne pas étaler au grand jour les profondes dissensions qui règnent au sommet de l’état. Ne riez pas mais l’inspection du travail a été concernée il y a presque 20 ans après l’assassinat de deux inspecteurs par un chef d’entreprise quelque peu excédé par la persécution dont il était l’objet (de mémoire, c’était en Dordogne). De la même manière, les cours régionales de comptes savent y faire pour faire rentrer dans le rang une collectivité qui dérape un peu fort. Néanmoins, le constat reste sans appel: tant que ces structures ne disposeront pas de moyens coercitifs à caractère répressif envers les contrevenants, j’ai peur que, comme le dit si bien Bastiat : « Les abus aillent toujours croissants et on en recalculera le redressement d’année en année, comme c’est l’usage jusqu’à ce que vienne le jour d’une explosion.  »
    Au sujet de ces fameux musées, nous sommes dans ce pays, face à un véritable programme. Ils ne sont généralement visités que parce le coût d’entrée est proche de zéro. La gratuité , apparent avantage, est un piège diabolique qui tue lentement. In fine, seuls les scolaires et les fanatiques du genre finissent par les fréquenter. On ne compte pas les espaces dédiés désespérément vides où errent quelques titulaires désœuvrés dans la poussière qui s’accumule faute de budget alloué au nettoyage de l’ensemble (j’en ai un à 500 mètres de chez moi. C’est moche, sale et plutôt inintéressant mais ça coûte un max à la collectivité).

    1. Higgins

      Au lieu de « …face à un véritable programme », lire « …face à un véritable problème ».
      Lapsus révélateur, le mot programme peut s’appliquer à cette tendance mortifère et imbécile qui caractérise cette forme d’action publique.

  3. gameover

    Bah ça y est on sait maintenant comment ils avaient calculé qu’en enlevant les charges patronales sur les feuilles de paie les entreprises allaient gagner 2Mds… ils avaient pris exemple sur eux et fait une règle de 3.

  4. Jazzman

    Certaines on l’air d’apprécier les gifs…bon. Mais si vous pouviez les mettre au début ou à la fin, ça diminuerait la nuisance pendant la lecture.

        1. Black Mamba

          Vous êtes sévère de dire qu’il est insultant , je trouve qu’il est plutôt poli par rapport à d’autres interventions qu’il a pu avoir sur ce blog 😉

  5. yoananda

    Tout cet argent n’est pas dépensé en vain : il sert à faire baisser les chiffres du chômage et a garantir la paix sociale.
    Admettons qu’on nettoie les écuries d’Augias de l’administration française : que va-t-on faire de tous les tamponne papier surnuméraires ? Les mettre au chômage ? Toucher a zakisociaux et déclencher la révolte des tocards ?

    1. petit-chat

      Un genre de préretraite, ils restent chez eux, coûtent un peu moins cher en salaire, beaucoup moins en frais annexes (locaux, chauffage…), et sont moins nocifs pour les abrutis qui payent quand ils sont chez eux plutôt qu’au boulot.

      1. Gerldam

        Peut-être plus efficace: on prend 2% parmi les moins débiles pour créer une espèce de « Paulemploi ponctionnaire viré » et, compte tenu des (im)capacités des uns ou des autres, on leur propose une formation boulanger, charcutier ou autre, des boulots dont on a besoin. En cas de refus, indemnisation de chômage divisée par deux. Les autres, on leur donne le RSA, pourqu’ils voient ce que cela fait. Ou bien ils retroussent leurs manches et trouvent du travail tous seuls ou ils restent au RSA.

          1. bob razovski

            C’est parce qui finalement, trop de gens se sont découverts riches ! (ceux là même qui souhaitaient que l’on bouffa du riche au petit dèj à 75% de matière grasse)

            Nos nouveaux riches, une fois mis à l’amende, n’apprécient plus la plaisanterie.

          2. Pat

            C’est vrai, sachant que tout foyer gagnant 3000 € ou plus par mois est riche. Et bientôt on (le fisc) baissera ce seuil à 2000 €. Comment ça, vous n’avez pas le moral ?

            1. Lafayette

              bon le seuil du content est de 6000€. Mais on parle quand même de 15% de riches, c’est plus que dans les pays riches, ou souvent on a une moyenne d’un extrêmement riche avec tous les moyennement pauvres de la classe moyenne.

              1. balt

                « bon le seuil du content est de 6000€. »Excellent!c’est justement le salaire des cadres direction de la CGT!Il vaut mieux avoir des syndicalistes heureux pour les négociations entre partenaires sociaux!

    2. Patatrac

      Je vous rejoins. Voilà un des fonds de l’affaire : réformer, nettoyer, réduire la taille de l’Etat, soit. Puis le pays se retrouverait avec quelques millions de personnes en plus sur le marché du travail, et pour qui il sera très difficile de trouver un autre type emploi que celui exercé dans l’administration. L’administration (plus généralement l’Etat) ne crée pas de valeur ajoutée, qui elle est, par contre, la base de l’économie réelle ! Les conséquences sociales seraient désastreuses, voilà pourquoi rien ne bouge.

      1. Pheldge

        Une réforme brutale, « révolutionnaire » est in-envisageable. C’est par tours de vis très progressifs , ou par un « pelage régulier » comme on pèle un oignon , qu’on pourra évacuer les peaux mortes et superflues.

        la transition ne pourra se faire que dans la douceur et dans le temps. Il y a trop de sécurités et de verrous à faire sauter.

          1. Aristarque

            Cela doit être pour cela qu’ Attali ne se met pas en retraite. Officiellement il est encore plus utile qu’en Soylent Green (enfin, c’est ce qu’ il croit)…

        1. Patatrac

          Difficile d’être catégorique sur ce point, les « conditions objectives » seraient peut-être réunies aujourd’hui, il n’y a cependant pas de déclencheur, et surtout pas la presse, largement polie à grands coups de « people » et autres sujets graveleux. Il est plus probable que si « big bang » il y a, il serait le fruit d’un hasard, ou d’un battement de cils quelque part dans une chaumière provoquant un ouragan à Bercy.

        2. Jeff84

          Juste un truc qui m’a bien fait rire dans l’un des liens : les règles des paies qui sont « largement plus simples dans le privé ». Je suis allé vérifier, j’ai un pavé de 1095 pages, largement plus grand qu’un code du travail, juste pour faire les bulletins de paie correctement.
          Imaginer ces gens s’étouffer avec leur propre diarrhée normative, par contre, est extrêmement satisfaisant.

        3. Aristarque

          Par définition, une révolution est rarement programmée dans la sérénité, le recueillement et la préparation préalable aux petits oignons…

          1. Quiet Desperation

            Bah… regarde avant 1789 l’action des « clubs » et « sociétés de pensée »… Augustin Cochin (mort au Front en 1916) avait bien analysé ces préparatifs tout ce qu’il y a de plus bourgeois …

      2. balt

        « Les conséquences sociales seraient désastreuses »AH??? des déficits ,de la dette ,du chomage ,de la récession?C’est probablement ce que se dit Hollande,mieux vaut continuer avec ce qu’on a puisque tout ne va pas si mal.

    3. LECOMTE René

      C’est surtout que les polytiques seraient obligés de prendre de vraies mesures pour lutter contre le chômage. Mais, comme dit le premier d’entre-eux, c’est pas facile…

      1. bob razovski

        attendons pour voir que le premier d’entre-eux devienne le meilleur d’entre-nous.. A moins que ce ne soit le contraire, je me mélange les crayons.

  6. Marco33

    Ils auraient présenté le logiciel de paie comme nouvel outil avec pleins de choses « biens » MAIS nécessitant des embauches supplémentaires, je suis sûr que son déploiement aurait réussi… Quoiqu’il aurait fallut des ordinateurs du CERN et de la NASA pour faire tourner le bousin

  7. Pheldge

    Cette histoire me fait penser au sketch de Pierre Dac et Francis Blanche, le Sar-rabindrahna-duval : question au gouvernement « pouvez-vous appliquer les recommandations de la Cour des Comptes pour réduire la gabegie et faire des économies ? pouvez-vous le faire ? oui ? OUI , il le peut Mmes et Mrs les électeurs -contribuables , il peut le faire ! On applaudit bien fort »

  8. blackwarrior

    c’est ce qui est des plus pervers et dingue,cette faculté de mettre le doigt sur des problèmes et ensuite passer son chemin parce que profiter des dérives.je propose un logiciel pour permettre d’éviter toutes ces dérives et faire des économies,le « démineur »??

  9. Chieur chiant

    Le jour ou, pragmatisme oblige, le bon sens reviendra (énorme espoir), quand les querelles de clochers auront cessé, que le corporatisme et les parties auront une meilleure volonté de la communauté ou du sens commun, on aura bien avancé…

    1. bob razovski

      Oh…

      la lumière mondiale du monde éclairé, le phare à iode de la pensée radioactive, l’antibrouillard de l’obscurantisme économique…

      C’est DEJA le bon sens (près de chez vous). Sauf que les gens refusent de le voir, malgré la belle bande de pied nickelés qui dirige tout ça.

      C’est pas gentil pour eux.

  10. Pheldge

    Bicauze, tous les ans c’est la même chose , ça fait des articles dans la presse, le Pdt de la Cour va faire le cacou à la radio et la tele, proclamant qu’il faut que ça change , qu’on ne peut plus continuer ça-comme , et puis une semaine après , pschiiiiitt ! plus rien. On remballe tout pour l’année suivante.
    D’un autre coté, le peuple, qui se doute bien du gaspillage, a besoin qu’on lui livre des victimes expiatoires, pour reprendre confiance dans le système.

    C’est donc un mécanisme bien rodé, et une cérémonie très bien préparée à laquelle on assiste tous les ans, dont la seule finalité est de dire au peuple : « vous voyez bien, on surveille le léviathan, faites nous confiance et ça ira bien »!

    1. gameover

      Quand j’étais jeune y avait une rubrique « gabegie » dans une émission qui s’appelait « Combien ça coûte » sur TF1… Bizarrement personne n’a repris ne serait ce que ce principe de faire chiffre les gabegies à des candidats comme au juste prix… ou questions pour un champion

      Exemple… façon « Questions pour un Champion »

      (4 points] Je suis une loi votée en 2013 par une ministre écologiste ne sachant pas situer le Japon sur une carte du monde [3 points] et j’ai fait chuter immédiatement le nombre de logements construits de 40% et à un niveau pas vu depuis 1999 [2 points] en imposant des normes permettant de tenir à 10 dans les toilettes [1 point] et en plafonnant dans les zones tendues les loyers en prenant comme référence les biens environnants… je suis… je suis… je suis…

        1. gameover

          atta j’interroge le jury car on me dit qu’il y a une faute de prononciation… ah on me dit que c’est accepté car c’est devenu un mot valise… croisement de Duflot et Salope… 4 points

          Bon maintenant un défi pour la famille en or… combien arriverez vous à faire tenir de personnes dans ces WC…

          1. Aristarque

            C’est à tel point, ces WC, qu’ un architecte astucieux, sur un programme neuf de ma connaissance, a eu une bonne idée: transformer (en option, évidemment) les 2/3 de la pièce en buanderie (avec les branchements nécessaires en attente) et placards démontables…

  11. Gerldam

    Certes, il y a quelques millions gaspillés ici ou là. Baste, dirais-je! Plus grave sont les dizaines de milliards gaspillés. Milliards, pas millions. Quelqu’un a bel et bien fait la liste des sommes gaspillées chaque année: Agnès Verdier-Molinié. Elle a même chiffré la gabegie frnaçaise à pas moins de 60 milliards PAR AN. C’est d’ailleurs le titre de son livre « 60 milliards d’économies ».
    D’autres ont par le passé tenté de recenser les gabegies françaises: toujours dans les dizaines de milliards. Largement de quoi redresser le pays, mettre une flat tax à 15%, faire venir les capitaux pour investir dans notre matière grise et retrouver assez de croissance pour faire de la France la locomotive de l’Europe.
    Mais voilà: la majorité des français préfère un état-maman « unsustainable », comme disent nos cousins d’outre-Manche, des impôts à n’en plus finir, le « modèle social » que le monde nous envie mais surtout ne copie pas. Et, bien entendu, le chômage qui va avec.

    1. LECOMTE René

      « Le « modèle social » que le monde nous envie mais surtout ne copie pas », la toute nouvelle loi macron semble l’étendre à une nouvelle version : on exporte notre technologie (nucléaire) pour le bien de nos partenaires mais on se garde de l’implanter chez nous… »
      Voilà le texte de loi : « Le Gouvernement a l’ambition de développer et soutenir une filière nucléaire à l’export dynamique, fondée sur le plus haut niveau de sûreté et la compétitivité de ses offres, source de retombées économiques substantielles sur le territoire national en particulier en matière d’emplois.
      Suite à l’accident de Fukushima, la majorité des pays qui envisageaient de recourir à une part d’énergie nucléaire dans leur mix énergétique, ont
      replacé la sûreté nucléaire parmi les critères déterminants du choix de leur technologie. Alors que la filière nucléaire française rencontre une
      concurrence qui s’est intensifiée depuis 2011, la promotion à l’export des
      technologies les plus sûres constitue un facteur différenciant sur lequel
      l’offre française peut se mettre en valeur.
      Il est donc important pour la filière française, au-delà de la réputation
      dont elle bénéficie, d’avoir la possibilité de soumettre les modèles de
      réacteurs ou d’installations à un examen rigoureux et indépendant, afin de garantir que la France promeut les technologies les plus sûres. Une telle disposition contribuera à améliorer le positionnement de la filière française face à ses principaux concurrents étrangers, qui bénéficient de la possibilité de faire examiner leurs modèles par leur autorité de sûreté nationale. »
      Tout cela pour ne pas déplaire aux verts-pastèques et qu’il soutiennent le gouvernement !
      Bon courage aux commerciaux qui devront vendre et vanter cette technologie, que l’on ne mettra pas en œuvre en Grance.

      1. Gerldam

        SI on comprend bien, le but est de créer une nouvelle agence destinée à « garantir que la France utilise les technologies les plus sures ». Et être juge et partie, cela ne gène en rien les ponctionnaires qui ont rédigé ce beau laïus.

      2. Aristarque

        Surtout que si on sert de la construction du réacteur finlandais pour mettre en avant l’ excellence grançaise, les contrats vont pleuvoir… Un nouveau Gravelotte, quoi! :mrgreen:

  12. David

    J’adore le 1er gif : un collector ! MDR !!

    Les gif de H16 sont des trouvailles, d’excellentes illustrations qui aident à faire passer la pilule, et à ne pas pleurer en lisant l’article …

    small typo :
    – 4° § : règles de calcul des paie -> paies
    – 9° § : il y a un « normalement » en trop

  13. hop hup

    Mais voilà : personne ne bouge. Personne n’en a cure. Personne ne semble concerné, et donc, personne ne veut faire le moindre effort.

    a quoi bon puisque tout sera fait pour que rien ne bouge dans ce pays .

      1. Caton

        Voilà. En 1989, la crise cardiaque fatale de Roger-Patrick Pelat moins de 12 heures avant son rendez-vous avec un juge d’instruction n’a fait l’objet d’aucune investigation dans la presse, unanime dans ses condoléances à l’arsouille. Ben oui, les crises cardiaques, en France, ça peut être contagieux…

        1. LECOMTE René

          Et Bérégovoy, encensé par notre tonton 1er relaté par la « Lettre ouverte d’un chien à François Mitterrand au nom de la liberté d’aboyer », c’était dantesque vers quelqu’un s’auto-proclamant du camp du bien…

    1. Kekoresin

      Mais si certains sont très concernés! Les ruisseaux se multiplient et font grossir les fleuves. Les associations du bon vivre ensemble « je suis Charlie » et de la morale républicaine ont besoin de bon pognon gratos pour monter des collectifs pour « changer les mentalités » et ainsi sauver le monde entre le 16ème et le 8ème arrondissement.

      La phase 2 pour l »île de France, coûtera bien sur plus cher mais moins que la phase trois…Et tout ça dans un joli climat bien stigmatisant où des journalistes, sportifs, artistes (qui voyage tous les jours en RER ou en bus) viennent expliquer que c’est une honte que personne bouge dans un métro bourré de fachos anglais bien imbibés! Il faudrait bien sur plus de pognon pour mettre des caméras partout pour empêcher ces affreuses bousculades et traduire en justice tous ces lâches de français qui osent se taire devant un petit groupe d’un cinquantaine de cranes rasés.

      Pour changer les coeurs, rien de tel qu’une pluie d’argent public et nul doute que les mauvaises idées seront chassées efficacement par une loi aux 1000 amendements! Voilà, ça bouge et c’est aussi efficace que de gigoter frénétiquement dans les sables mouvants!

  14. hop hup

    L’économiste Jacques Attali a annoncé ce matin qu’il présenterait un programme présidentiel fin 2015 pour lancer le débat en vue du scrutin de 2017, sans être lui-même candidat. L’ancien conseiller spécial de François Mitterrand a ajouté qu’il travaillait pour cela avec des experts indépendants.
    L’objectif, a-t-il dit sur BFM TV, est d’« essayer de faire en sorte que l’année 2016 soit occupée par un débat sur les idées et sur les projets » « de façon à ce qu’en 2017, les candidats s’affrontent non pas sur la couleur de leur cravate mais sur le projet qu’ils proposent au pays. »

    « Ce n’est pas un programme ‘UMPS’, ce n’est pas du tout un programme de consensus entre les partis » a poursuivi Jacques Attali. Et s’il est dénoncé comme tel par le Front national, « ce sera un honneur pour moi. »

    atilla a décider de s’occuper un peu pour evité le bore out

    1. Pheldge

      Après se brillantissimes recettes pour les retraites, entre une cuillère d’euthanasie et une grosse louche d’immigration, j’imagine qu’il va nous proposer « l’esclavage volontaire » où des citoyens seraient livrés à nos créanciers pour commencer à rembourser la dette ?

  15. Deres

    Un petit exemple de gaspillage parmi des milliers … Vous avez entendu parlé du Grand Paris ? Oui, cela sera un futur métro automatique qui n’est pas débuté. Et bien attention : ils ont dépensé 300 millions en 2014 et prévoient 800 millions en 2015 … Quand le creusement des tunnels et l’achat de trains va commencer, j’imagine qu’il faudra prévoir des centaines de milliards à ce rythme endiablé du coût de la réflexion …

    http://www.societedugrandparis.fr/actualite/budget-previsionnel-adopte-en-conseil-surveillance

  16. Pheldge

    C’est une tactique éprouvée qui consiste à désigner quelques « têtes de turcs » au bon peuple , qu’il se défoule verbalement contre. Et pendant ce temps on oublie « le gros du problème » : en clair, comme d’hab , la presse se passionne pour quelques dizaines de millions gaspillés quand l’urgence ce sont les 2000 milliards de déficit …

  17. Kloupa

    Et on en vient à rêver d’une « action de groupe », intentée par une association telle que Contribuables Associés, contre ces mauvaises gestions, qui outre la gabegie, soutiennent la corruption de nos gouvernants et de notre administration.

    1. Patatrac

      Le consentement à l’impôt se comprend comme « payez d’abord après … ben …bon … rien… on crame le pognon et vous n’avez rien à dire, maintenant le fric est à nous». Ne pas payer par avance c’est tomber sous le coup de la loi. Sans pouvoir confirmer les faits, je crois que plusieurs ont essayé la chose suivante : verser le montant de l’impôt sur un compte bancaire bloqué, sans le verser directement au percepteur (pour faire bouger les choses ?). Résultat, redressement fiscal et amende. La boucle est bouclée.

        1. Pheldge

          Mais ça ne marche pas pour les « sans dents » ! pour nous c’est la saisie arrêt sur salaires ou sur comptes, et si ça suffit pas , sur les biens …

    2. Caton

      Du 6 février 1986 au 29 mai 2005, un mouvement corse avait lancé une campagne d’attentats contre le fisc (trésoreries, perceptions et hôtels des impôts) qui s’est avérée assez efficace : la pression fiscale dans l’île de Beauté est bien plus faible que sur le continent.

      1. MadeInCH

        Pour ça, il faut que, dans un zone, totu le monde se serre les coudes.
        .
        « Boum » le bureau d’un machin du fisc.
        .
        Lorsque la police arrive d’ailleur:  » Non, non, j’ai rien vu. J’étais pas là. ».
        « BOUM », dites, mon sieur, le policier, c’est aps l’enjoliveur de votre voiture qui vient de passer???
        .
        En Corse, ça va.
        .
        Dans les quartiers diversifiés (au point d’en devenir monochrome peu contrasté), c’est le cas.
        .
        Mais dans un quartier de « blancos » ou un village, cette Union Sacrée n’existe pas.
        .
        Donc, au premier pépin, les enquêteurs pourront facilement trouver le coupable et en faire un exemple.

        1. Caton

          Il n’est pas nécessaire que tout le monde se serre les coudes — et ce n’est pas le cas dans les quartiers « diversifiés ». En Irlande du Nord nombre de personnes boitaient…

          Un autre facteur important est que ces organisations criminelles corses ont réussi à se draper d’un manteau « politique » en se prétendant indépendantistes. Cela a rendu la répression plus compliquée.

  18. Kekoresin

    Le gros problème avec tout ce brassage de pognon à la Picsou, c’est qu’il n’y a jamais de condamnation pour abus de biens sociaux! Il faudrait qu’il y ait profit personnel. Or ici, la masse des profiteurs paralyse littéralement la justice, là où un chef d’entreprise serait écartelé en place publique pour le quart du dixième de la moins mafieuse des administrations.

    Il serait grand temps d’inscrire le gâchis et la négligence des fonctionnaires, voire de leurs ministères de tutelle, comme délit. Mais on se souvient tous de « responsable mais pas coupable » et pour l’instant, les hautes sphères dilapident le pognon par grande brassées, justifiant la saignée par un grandiose « ça fait de l’emploi! » Pas faux, le crime également fait de l’emploi, du braqueur à la société de sécurité.

    On trouve encore et toujours cette analogie censée entre le crime organisé et l’Etat français, qualifié par nos voisins suédois de république bananière!

    1. Pheldge

      « le crime également fait de l’emploi, du braqueur à la société de sécurité » tu oublies qu’il constitue le gagne-pain de nos forces de l’ordre, de nos magistrats, et des gardiens de prison . Sans oublier les hôpitaux et les entreprises de pompes funèbres.
      Le crime a bien son utilité sociale ! 😉 🙂

      1. rasrhum

        j’ai un ancien collègue qu’est passé vite fait en mission sur le projet de fusion des logiciels de gestion des retraites (Agirc arcoco ou un acronyme approchant ^^).
        Bah franchement le truc du logiciel de paie des fonc à côté c’est peanuts ^^

    1. Pierre

      Du temps ou j’etais stagiaire chez CGI, mon voisin d’open space avait recupere le projet, il en pleurait de frustration devant les obstacles au projet: pas de monte-charge pour installer les serveurs, chefs de projets cote Bercy en arret maladie ou pas presents aux bureaux, etc…

  19. Calvin

    Comme Higgins, j’apporte un petit bémol sur la prise en compte par les élus des rapports de la CC, qui ne change pourtant pas le point de vue de cet article de H16.
    En réalité, les loups levés par la CC sont connus des intéressés et il y a souvent deux impacts :
    – soit c’est un scandale évitable et les gens incriminés modifient leurs actions, mais ne sont pas inquiétés,
    – soit c’est une pratique bureaucratique complexe, et il va y avoir des actions… de type bureaucratique et donc encore plus opaque.
    De mémoire, les 3/4 des avis CC sont suivis d’effet, mais le traitement donné n’est pas forcément efficace voire même le contraire.
    Cela tient au fait qu’on est entre gens délicats, charmants, du sérail, mais aussi face à une armée de technocrates difficile à bouger.
    La CC remplit son rôle d’alerte mais reste trop floue pour servir d’électrochoc.
    Les élus continuent de nous enfumer.
    Et la République de plonger.
    – – – – –
    Je tenais à faire le bémol car quand on dit : « l

    1. Calvin

      (Zut )
      Quand on dit : « la CC ne sert à rien », la plupart des fonctionnaires réponse dont : « tu rigoles, on a dû faire ceci et cela etc… »
      Il y a bien des actions, mais elles restent du même acabit que d’habitude.

      1. LECOMTE René

        Rien que l’analyse de l’existant devait ressembler au parcours du combattant, car ferait apparaître « quelques libertés » prises dans certains services par rapport aux règles administratives, libéralités que les syndicats auraient vite fait de transformer en avantages acquis (toute « erreur » en faveur du salarié devient immédiatement un avantage acquis), et multipliés par le nombre de services, cela conduit bien à créer un magiciel, qui traite d’algorithmes non écrits et inavouables, mais le résultat est juste !

  20. barbatruc

    Dénoncé, également par la cour des comptes , le fonctionnement scandaleux de la mutuelle étudiante LMDE , sorte de pompe à fric destinée à financer le sympathique syndicat étudiant UNEF.

    La LMDE est plus que dans le rouge, avec une dette de 35 millions d’Euros, des retards impressionnants dans les remboursements ( quand ils remboursent …) , la délivrance des cartes vitales ne se fait pas ou presque plus. J’ai payé pour ma fille en Aout 2014 , et elle n’est toujours pas couverte, et n’a pas de carte, on ne peut joindre personne.

    Des milliers d’étudiants sont dans ce cas et sont obligés de faire l’avance des soins.

    Ce sujet mériterait au minimum un article à lui seul, et surtout une enquête pour savoir comment le pognon d’une mutuelle peut se retrouver dans les caisses d’un syndicat proche du PS.

    Pour une fois la télé publique a fait son job et a dénoncé ces magouilles :

    Je comptais mettre un lien, mais le reportage d’envoyé spécial à étrangement disparu …

    1. gameover

      …pareil depuis 2010-2011 elle attend les remboursements… et après quand les enfants se mettent à bosser dans une région différente le transfert de dossier c’est la croix et la bannière…

      1. barbatruc

        Pas de remboursements pour les étudiants cotisants, mais de l’argent en veut tu en voilà pour l’UNEF.

        « D’après le rapport du commissaire aux comptes, 250.000 euros ont été distribués à la vingtaine d’étudiants issus de l’UNEF qui administrent la LMDE, certains touchant jusqu’à 2.200 euros par mois. La LMDE a aussi financé le congrès de l’UNEF, le festival étudiant contre le racisme organisé par le même syndicat, ou encore la branche lycéenne de l’UNEF, l’Union nationale lycéenne, pour un total de 200.000 euros. »

        source du 11/02/15 : http://www.observatoiredesgaspillages.com/2015/02/la-mde-coulee-par-sa-mauvaise-gestion/

    2. sa0000

      De mon temps, on avait le choix entre 2 mutuelles, la mnef (rebaptisée ldme), et la smerep.
      Ça existe toujours ?
      Si oui, pourquoi ne pas affilier votre fille à l’autre mutuelle ?

      1. barbatruc

        Tout simplement parce que j’ai déjà payé 🙁 , Au mois d’Aout j’étais loin de soupçonner qu’une mutuelle puis ou moins publique , pourrait se retrouver en cessation de paiement, car pillée par des syndicalistes.

        Je ne comprends pas qu’il n’y ait aucune action judiciaire – ou plutôt si – Je comprends que les instances judiciaires ont du recevoir des pressions des politiques , encore un scandale en perspective , on s’en doute comme d’hab, emplois fictifs, frais de fonctionnement abracadabrants et tout ce qui va avec. Souvenez vous de la MNEF , avec un VIP déjà impliqué dans l’affaire, un certain DSK.

        1. sa0000

          Oui, je comprends. Moi même, je m’étais affiliée à la smerep par hasard (il y avait moins d’attente). Il faut dire aussi que les gars devant le stand présentaient mieux (pas de cheveux gras et des vêtements propres)
          On devrait toujours s’informer sur le dessous des cartes avant de s’affilier à quoi que ce soit, mais malheureusement, quand on est étudiant on a peu d’expérience et d’autres chats à fouetter.

  21. christophe

    Il y a un problème d’angle d’analyse. On focalise sur le « scandale », « l’incompétence », « le gâchis », les « dépenses pharaoniques pour rien », les « epic fails », etc.

    L’exercice, vous avez raison de le souligner, est annuel. Et 24h après, tout le monde passe à autre chose, jusqu’au rapport suivant.

    Mais je crois qu’on se trompe. Très profondément. Nous ne comprenons pas le véritable objectif de tout ce foutoir, de ces dépenses folles, hystériques, de ce fanatisme constant dans ce qui semble être du nimportnawak.

    La croissance. Du moins le maintien d’un zéro comptable, en bouchant les trous creusés par la déflation.

    Eh oui.

    Il est totalement faux de dire que cet argent (réel) est dépensé pour « rien », « perdu », qu’il part dans un « trou noir », etc.

    Il fait tourner la machine FranceUSRR.

    C’est aussi simple que cela.

    -les gardiens de musées payés « à rien » pendant des années, font vivre leur foyer, consomment, achètent (parfois) des voitures

    -les sociétés de « désamiantage » et « rénovation » qui sévissent à la fac de Jussieu depuis 1995 (!), pour un coût total de 2 milliards d’euros (!!), soit 11 fois supérieur au budget initial…. ces sociétés payent des ouvriers, payent des fournisseurs, de la TVA, donnent du travail à de nombreux fonctionnaires en aval etc.

    -ces gens (bien réels), achètent du pain, vont chez le coiffeur, payent mensuellement leur abonnement à Free (ADSL, téléphone) etc.

    Des gens « privés », des sociétés « privées ».

    Vous, nous.

    TOUT LE MONDE CROQUE, directement et indirectement, même si certainscroquent bien entendu davantage (privilèges, fonctionnaires etc.)

    Voilà le « Grand Secret » révélé.

    Je vous rappelle qu’on tourne chaque année avec un déficit budgétaire de 80 milliards (524 milliards de francs !!!)…

    Cet argent n’est pas du tout virtuel.

    Vous imaginez si… on supprimait cette manne ?

    La récession reprendrait automatiquement ses droits. Et très fortement.

    Baisse immédiate du « niveau de vie » de millions de gens.

    Bref : le côté grotesque nous divertit… fait que nous nous moquons de tous ces crétins de fonctionnaires et politiciens qui lancent des projets cinglés… On agite devant nous un chiffon rouge.

    Mais in fine, c’est très sérieux, c’est une politique voulue, c’est la soviétisation de l’économie française, et le maintien whatever it takes… du Potemkine.

    1. Aristarque

      Moui. Plus simplement dit, l’ Etat fait des cadeaux d’amitié aux Grançais avec le pognon qu’il leur a extorqué précédemment… Un vrai bienfaiteur de l’ Humanité, quoi! Il n’y a jamais que cent soixante ans écoulés depuis que Bastiat a démonté cette supercherie (qui fonctionne finalement encore très convenablement)… :mrgreen:

      1. Caton

        Pas tout à fait : l’état fait des cadeaux avec l’argent qu’il extorquera plus tard. C’est l’intérêt du déficit budgétaire comblé par la dette…

      2. Pheldge

        L’Etat fait des cadeaux aux fonctionnaires et catégories protégées, puis fait son boulot avec ce qui reste!
        Il n’en demeure pas moins que le cout de fonctionnement de l’Etat pour assurer ses missions est trop élevé en comparaison de nos voisins.

    2. Deres

      C’est une fausse excuse dont se serve les politiques pour ne jamais réformé ni baisser les dépenses publiques. Oui, baisser les baisses de dépenses publiques a un effet récessionniste à court terme mais de croissance à plus long terme, car l’argent correspondant sera utilisé plus utilement. Cet effet récessif l’année suivante est l’arbre qui cache la forêt car par contre la hausse des dépenses publiques à un effet récessif à long terme …

    3. Pat

      Toujours ce raisonnement débile : les dépenses de l’Etat, même totalement inutiles, font tourner la baraque… A une nuance près : chaque dépense inutile appauvrit globalement le pays. Chaque dépense inutile aurait pu être remplacée par une dépense utile (ce que, dans le privé, on appelle un bon investissement) tout en ayant les mêmes effets induits.
      JE SUIS GROGNON (mon nouveau slogan, inspiré par H16)

  22. gameover

    « La récession reprendrait automatiquement ses droits. Et très fortement. »

    Fail, tu nous refais le coût de la vitre cassée de Bastiat…

    1. Calvin

      Je crois que Christophe fait effectivement appel au sophisme e la vitre brisée.
      Ce n’est plus un grand secret mais de la justification keynésienne.

    2. christophe

      Absolument pas. Les forces déflationnistes sont à l’oeuvre, et depuis plusieurs années déjà.

      Ce qui est excessif doit être corrigé. C’est la déflation, mécanisme de correction, et de respiration naturel, après des excès.

      Quand j’injecte 80 milliards d’euros par an dans une économie, financés par de la dette, et que je dépense tout en « projets » style Cour des comptes, je booste mon PIB.

      C’est artificiel (provoqué par ma volonté, et de l’argent que je ne possède pas), mais l’effet est réel.

      En face, il y a les forces déflationnistes… bilan je ne me retrouve pas avec un +7 % à la chinoise, mais avec du 0+ voire du 1%.

      C’est ce que l’on fait à large échelle depuis 2008.

      Tu inverses ce que dit Bastiat : ici ce n’est pas moi qui casse la vitre.

      Il y a un ouragan, une force naturelle, qui casse nos vitres, car comme des idiots on a construit beaucoup trop de vitres, ce faisant on a augmenté notre « risque ».

      Alors, on tente de maintenir l’ensemble en construisant encore plus de nouvelles vitres.

      Et le pognon ainsi utilisé n’est ABSOLUMENT PLUS concerné par le coût d’opportunité (de Bastiat)… puisque l’ensemble de l’économie française est soviétisée.

      Donc que tu construises un musées, un palais régional, une rénovation de fac… ça ne change rien, et le secteur privé est de facto socialisé, il n’aurait donc pas fait meilleur usage de cet argent.

      Eh oui, Bastiat ça ne fonctionne que dans une économie de marché, libre.

      Ce que la France…. n’est plus depuis longtemps.

      1. christophe

        Je précise (quand même) que je ne défends pas un tel système.

        Qu’un système soit mauvais, et que ce soit démontré par de grands économistes, ne l’empêche pas d’exister.

        L’URSS était une aberration. Pourtant, elle a existé.

        L’économie française est une aberration, un Potemkine qui finira par tomber.

        1. gameover

          Tu as précisé ta pensée et effectivement je pense que personne n’a répondu à ta question. Il y a eu un essai de réfutation de la réfutation du sophisme de la vitre brisée

          http://mises.org/library/broken-window-fallacy

          … qui a été traduit sur CP mais je préfére l’original en anglais qui est plus clair (formatage) et mieux documenté (lien).

          http://www.contrepoints.org/2011/10/05/49013-de-la-refutation-du-sophisme-de-la-vitre-cassee

          On se fout un peu de qui casse les vitres : un bad boy ou une tornade.

          Mais perso je trouve que le sophisme même du temps de Bastiat n’est pas allé assez loin et n’a pas abordé la nécessaire dynamique de l’économie.

          La stagnation de l’économie entraîne la déflation au sens de la baisse des prix des produits existants pour plein de raisons dont une baisse de la demande induite par :

          – je ne vais pas changer mon frigo sauf si c’est pour le remplacer par un frigo plus performant : donc si j’en tire un gain

          – je ne vais pas changer mon frigo si je ne sais pas ce que je vais pouvoir mettre dedans demain (incertitude sur l’avenir)

          – je ne vais pas changer mon frigo si je n’ai pas une capacité d’autofinancement suffisante car par exemple l’état casse mes vitres que je remplace par des vitres équivalentes

          C’est dans ce dernier point que se trouve la dynamique de l’économie. L’enrichissement c’est un peu comme un réservoir qui se remplit et déborde pour remplir un nouveau réservoir. La vitre cassée c’est un peu comme un trou dans le premier réservoir, trou qui l’empêche de se remplir et donc de remplir le réservoir suivant.

          Bastiat à mon avis s’est arrêté en cours de route et a juste montré que changer une vitre ou acheter une paire de chaussures c’était équivalent. Il a oublié de vendre la maison pour permettre au propriétaire d’acheter une maison plus grande et là on aurait vu que la vitre cassée n’était pas neutre : sans la vitre cassée on a une maison aves des vitres + une paire de chaussures.

          Dans le même style, acheter un nouveau frigo c’est faire travailler des gens dans la R&D, dans des nouveaux moyens de fabrication et ces gens qui ont plus de moyens financiers vont acheter des frigos (ou des voitures) qui vont faire travailler des gens qui fabriquent des frigos (ou des voitures). Sans cela on reste au niveau de base de gens qui fabriquent simplement des frigos tels qu’anciennement et il y a moins de valeur ajoutée.

          De même dans le sophisme on n’aborde pas la vitesse de circulation de la monnaie qui augmente le nombre de transactions (encore faut-il qu’il nous reste assez d’argent pour cela) ni le fait que pour que le cordonnier travaille il faut qu’il y ait un client (un riche) à qui il reste assez d’argent… Là on peut supposer que Bastiat a omis de dire que c’est l’état qui a cassé la vitre.

          Plus globalement on montrerait assez facilement qu’il faut des inégalités pour que l’économie fonctionne un peu comme une fontaine à étages.

      2. Pheldge

        Et pourquoi nos braves amis Teutons, par exemple, qui ont étés exposés aux mêmes vents, n’ont-ils pas un déficit croissant eux-aussi puisque c’est une fatalité inévitable selon votre démonstration ?

      3. Aristarque

        Désolé mais c’est de la démonstration keynésienne opposée à Bastiat. Bastiat indique que l’ oseille extorquée aux citoyens pour un usage annobli par l’ Etat ne peut plus leur servir pour leurs besoins personnels. L’ Etat prétend alors qu’ il leur offre une utilisation générale de leur argent bien plus profitable et agréable que l’ utilisation qu’ ils en auraient eu à se contenter de satisfaire leurs besoins propres étriqués, forcément étriqués. Ce qui reste largement à démontrer au delà du simple plan de la rhétorique. Vous retombez dans la problématique, par exemple, du Grand Stade de Lille baptisé du nom de l’ arsouille chtie où sont contraintes de payer environ 1,5M de personnes pour satisfaire un groupe d’ au très grand maximum dans les rêves les plus fous de 25.000 aficionados du ballon rond… Et cela pendant 36 ans, de mémoire…

      4. Pheldge

        Elles sont très vilaines ces « forces déflationnistes » , ça frise le métaphysique et l’occultisme ! Vite pour les calmer faisons un sacrifice !

  23. NicolasPimprenelle

    Comme dans la tirade de De Funès dans le film « La folie des grandeurs » :
    « Mais je ne sais rien faire, je suis ministre !!! ».

      1. bob razovski

        Une petite correction :

        La fin du billet parle d’élus qui ne savent rien faire, la Folie des grandeurs parle de ministre qui ne sait rien faire. Or ce dernier n’est même pas élu, il est nommé.

        Le premier cas est pire, parce que c’est nous qui avons placé l’incapable là où il est 😉

          1. Pheldge

            Pat, la démocratie donne la même voix au crétin qu’au savant ( en supposant pour simplifier le crétin, très crétin et le savant très futé ) . Comme statistiquement il y a plus de crétins , le résultat d’un vote est nécessairement une catastrophe ! 🙂 🙂

  24. Calvin

    La collection permanente du MuCEM est effectivement très pauvre. C’est composé d’objets usuels anciens et malheureusement peu mis en valeur ou en situation.
    Dommage car le musée et le cadre sont vraiment magnifiques.

    1. bob razovski

      Comme souvent à Marseille.

      Il y a là bas un de mes restos préférés, dans un cadre idyllique. Mais avant d’y arriver, faut se farcir la faune et des endroits pourris, ça gache grandement le plaisir.

  25. Denisbdry

    Ca me révolte, j’aimerais bien dire quelque chose et bouger, mais comment, ? Même les manifestations ne servent pas à grand chose, alors on regarde ça écœuré et on on met de l’argent de côté pour les impôts de l’année prochaine.

  26. Sébastien r.

    Juste un p’tit truc : la CC doit valider annuellement les comptes des différentes branches de sécu. Alors que les conclusions sont aberrantes, la sanction oscille entre « certifie avec réserves » ou refus de certifier comme pour la branche ATMP je crois. Que se passe-t-il depuis ? Rien. Une entreprise dont les CAC refusent de certifier le bilan, c’est direct au Tribunal de Commerce, je crois.

    1. Black Mamba

      Pauv’ chou ! Mets un cache sur l’écran juste sur les gif … ou tu peux lire le texte sur un smartphone sinon tu peux l’imprimer …j’ai pas mieux à te proposer :mrgreen:

  27. hop hup

    La solution a le mérite d’être radicale: pour en finir avec la fronde qui mine la majorité socialiste, le député PS de Seine-Saint-Denis Razzy Hammadi propose ni plus ni moins que d’interdire aux députés PS de voter contre les textes du gouvernement.
    «Le congrès du PS à Poitiers peut intégrer cette disposition dans le règlement du parti», explique Razzy Hammadi, interrogé par le Scan dans les couloirs de l’Assemblée. «L’abstention oui mais le vote contre… C’est la raison de nos difficultés aujourd’hui», juge l’élu.

    en voila qui merite un facepalm pour sa propostion

  28. hop hup

    Selon nos informations, l’ancien ministre Arnaud Montebourg a été hospitalisé à l’hôpital Bellevue dans le quartier de Manhattan, à New York à la suite de la chute d’un lourd miroir au restaurant Balthazar à Soho. Aurélie Filippetti l’accompagnait au moment de l’accident. Il a confirmé à notre journaliste que les scanners étaient rassurants malgré un gros choc.

    un non evenement quoi !

    1. Platon

      Le coup du miroir qui tombe par hasard… »Un piège ? C’est possible. Un complot ? Nous verrons… »
      4 notes du ministre Montebourg sont disponibles à la lecture sur:
      http://blogs.mediapart.fr/blog/laurent-mauduit/150215/les-notes-montebourg-en-acces-libre
      Si un spécialiste de la syntaxe et de la grammaire pouvait se pencher là-dessus, j’ ai l’ impression de m’ être attendu à mieux.
      Bon sinon, ces notes pourraient faire du bon carburant à chronique….
      bonne continuation

      1. Calvin

        Le miroir ne s’est même pas brisé…. Du coup les 7 ans de malheurs c’est pas pour lui mais pour nous.
        7 ans…
        Soit jusqu’en 2022.
        Ah ben ouais, ça colle !!

          1. vegeta

            Certains pactisent même avec le diable qui a de multiples visages (bene alli, kadafi, bachare l’assade, abbasse etc…)

            ps: les noms sont fictifs et n’ont aucun lien avec des personnes connues.

            Mince j’entends des bruits de bottes et des paroles allemandes devant ma porte

            L’orthographe est passée de catastrophique à mauvaise. Encore un effort.

    2. blackwarrior

      Miroir,Miroir,qui est le plus beau des hôtes de ces lieux? le miroir réfléchit et chût..quelle triste fin pour un ministre déchû..^^

        1. Bonsaï

          Et voilou, la « presse américaine félicite chaudement le gentleman ».
          D’après NY dailynews.com le « French socialist » s’est comporté comme Superman en retenant l’énorme miroir de plus de cent kilos pour permettre aux autres convives de se retirer.
          Il aurait simplement dit : « C’est un p … de cauchemar ! ».

      1. Pheldge

        On peut joyeusement rajouter, le « court décompte » du temps qu’il reste avant la faillite de notre pays ! ou encore : « l’encours des comptes » qui lui n’est pas brillant ! 🙂 😉 🙂

  29. vegeta

    En pleine guerre froide, en URSS, les intellectuels avaient cette devise :
    « Ne pense pas.
    Si tu penses, ne dis rien.
    Si tu parles, n’écris rien.
    Si tu écris, ne signe rien.
    Et si tu signes, ne t’étonne plus de rien. »

  30. pouf pouf

    Quand on va finir par expliquer que la pétrochimie ne peut pas servir à se vêtir sans quelques désagréments, comment commencer ? C’est l’ordre des mots qui pêche surement, même pour moi, à lire à voix haute, souvent c’est pénible, cependant, parfois … mais pas là. Revenons à nos croquis de mouton pour démarrer une narration, d’où faut-il partir ? De l’admiration et de l’imitation qui sont les deux mamelles de l’imagination ? Toujours partir d’un dessin pour arriver à une note de musique, du dur vers le doux disait cabu avant que son corps ne tombe dans le sable. Les conclusions qui claquent comme le mur du son mis en morceaux par le fouet fendant l’air comme un archet détonnant. Mais je vais encore dire du mal d’une république, patrie du commerce quelque part, là-bas, alors que mon désir le plus ample est de dire du bien. Cessons-là pour passer directement du mouton au champignon. De toute façon, à part quand on est connu ou dans la famille de quelqu’un de puissant où l’on est obligé d’écouter du bien de soi jusqu’au dégoût, on n’entend jamais assez de choses gentilles sur soi, sauf quand on a le pied entre le champ et la mine, ce qui nous fait arriver à la conclusion : Pour la deuxième paire achetée, la mycose est offerte.

  31. Nyamba

    Je viens d’enchaîner les 6 derniers billets du blog, d’un coup.
    Pour la première fois depuis fort longtemps, je n’ai pas eu envie d’égorger un chiot avec les dents : j’ai ri, et de bon coeur. J’en suis toute retournée, du coup !
    Et là, dans ma tête tourne en boucle la phrase : « Pourvu que je ne sois pas obligée de rentrer, pourvu que je ne sois pas obligée de rentrer… ». Ca se confirme tous les jours : l’herbe est plus verte ici.

      1. Nyamba

        Nope, à 300 com’ par article, faut pas déconner… J’en ai lu quelques uns, ici et là. Pourquoi, j’ai raté des choses intéressantes ces derniers jours ? 🙂

        1. Black Mamba

          En dehors du fait que entre H16 et Bonzaï « c’est du sérieux » … non … rien d’extraordinaire , on essaie de temps en temps de mettre GO à genoux mais il sent sort toujours haut la main 😉

              1. Quiet Desperation

                En dehors du fait que entre H16 et Bonzaï « c’est du sérieux » ….

                Voui… et quand on pense qu’il y a seulement quelques mois, la petite délurée nous parlait de « phénomène de cour »… la séduction qu’exerce Mgr de Seize sur les personnes du sexe est proprement inconcevable… Retz, Choisy, ou l’abbé de Talleyrand-Périgord étaient des kékés à comparaison…

                1. Bonsaï

                  Regardons donc au-delà d’un horizon étriqué et voyons tout ceci comme une entreprise (littéraire, poétique ?) de grande envergure et de longue haleine.
                  Une fresque, dont vous êtes aussi un des célèbres personnages …

                  1. Quiet Desperation

                    Je viens de lire les trois derniers billets et leurs commentaires – je ne suis pas comme Nyamba, qui gâche le métier par son désinvolte – je pratique ma petite micasalisgraphie, de ci de là, et aussitôt, Lady B fond sur sa proie…
                    Hmmm! cette « entreprise de longue haleine »… et « grande envergure »… cette « fresque »…

                    Je sens poindre les prémices d’une gigantesque conspiration, par entrisme notamment : Monseigneur de Seize doit irriter et froisser les Puissances Keynesiennes qui ont lancé sur sa voie quelques limiers internationaux… le Suisse a une âme de mercenaire, depuis fort longtemps… et ne saurait se contenter des Bitcoins seizièmes : « pas d’argent pas de Suisse »…

                    Sans négliger les assistantes, de la Libano-Bresilienne, à la néo-Néo-Zélandaise… the plot thickens!

                    1. Bonsaï

                      Ah! beau cavalier, je vois que non content de cravacher le vent comme Gengis Khan, vous avez aussi le flair et l’imagination d’un Hercule Poirot !
                      Cependant, les choses sont un peu plus compliquées : dans la vraie vie les pistes s’embrouillent dès qu’on croit s’en rapprocher …

                    2. Black Mamba

                      Le QD alias HB , avec des brides de phrases et de mots récoltés de ci de là , est un bon conteur qui sait nous tenir en haleine …

Laisser un commentaire